Mesurer l épaisseur d un revêtement

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Mesurer l épaisseur d un revêtement"

Transcription

1 MESURES MÉCANIQUES Mesurer l épaisseur d un revêtement Qu il serve à protéger une structure métallique de la corrosion, à embellir la coque d un navire, ou à rendre un outil plus résistant à l usure, un revêtement se doit d avoir la bonne épaisseur : il en faut assez pour qu il joue pleinement son rôle, mais pas trop pour qu il ne coûte pas trop cher ou qu il n altère pas les propriétés de la pièce Pour contrôler cette épaisseur, il existe toute une panoplie d outils, des techniques magnétiques aux méthodes spectrométriques en passant par le contrôle ultrasonore ou capacitif. Mais tous ne conviennent pas aux mêmes applications et n offrent pas les mêmes limites. Pour bien choisir, il faut prendre en compte la nature du revêtement, bien sûr, mais aussi celle du substrat, et le type de mesure que l on souhaite réaliser Mesurer l épaisseur d une tôle métallique, d une paroi, d une plaque de verre tout le monde sait faire. Il existe une large variété de techniques pouvant répondre à ces applications. Des capteurs avec ou sans contact que l on place devant la pièce, ou de part et d autre de celle-ci, mesurent la distance entre le capteur et la surface de la pièce pour en déduire son épaisseur... Mais mesurer l épaisseur d un revêtement est une affaire autrement plus compliquée. Dans bien des cas, il s agit de mesurer des centaines, voire des dizaines de micromètres. A cette échelle, l état de surface de la pièce doit être pris en compte, tout comme l homogénéité du dépôt. De plus, certains revêtements (tels que l or ou l émail) sont trop coûteux ou fragiles pour être mesurés avec des techniques destructives ou des capteurs à contact. Enfin, il est rare que l on connaisse a priori l épaisseur de la pièce avant la pose du revêtement, ce qui impose d utiliser des méthodes de mesure absolues La mesure d épaisseur de revêtements est donc une discipline à part entière, avec ses particularités et ses contraintes. La plupart des méthodes que l on utilise sont elles aussi bien spécifiques. Si l on s intéresse uniquement aux méthodes non destructives, on trouve ainsi des techniques magnétiques (basées notamment sur l induction magnétique et les courants de Foucault), des méthodes ultrasonore, optique, capacitive, et même spectrométriques (telles que la fluorescence X et la rétrodiffusion β). Les méthodes magnétiques sont les plus répandues.a l origine, les premiers appareils basés sur ce principe utilisaient un aimant permanent. Le déplacement de l aimant à l intérieur de la sonde lorsqu on l approche d un substrat ferreux fournit un signal de mesure proportionnel à la distance entre la sonde et le substrat, et donc à l épaisseur du revêtement. Cette méthode, qui est encore utilisée sur certains appareils pour des applications relativement simples, a peu à peu été remplacée par deux techniques dérivées : l induction magnétique et les courants de Foucault. L induction magnétique est utilisée pour mesurer l épaisseur de revêtements non magnétiques (tels que le vernis, la peinture, l émail, le chrome, le zinc ou le cuivre) sur un support ferromagnétique (le fer et l acier principalement). La sonde comporte une bobine excitée par un courant alternatif. Lorsqu on l approche du support, elle crée un champ magnétique qui modifie à son tour l inductance de la bobine, et donc la tension de sortie, proportionnellement à l épaisseur du revêtement. Le principe des courants de Foucault est En bref L épaisseur est l un des premiers critères utilisés pour qualifier un revêtement. Pour la mesurer, il existe de nombreuses méthodes. Les plus courantes, basées sur un principe magnétique, assurent une mesure simple et rapide pour un coût relativement faible. D autres méthodes, basées sur des rayonnements X ou β, permettent de répondre à une plus large variété d applications. Le choix de l une ou l autre des techniques dépendra surtout de la nature du substrat, du revêtement, et des précisions attendues. 63

2 Testwell La plupart des appareils utilisés dans la mesure d épaisseur de revêtements sont basés sur un principe magnétique :l induction magnétique ou les courants de Foucault.Ils sont par exemple utilisés dans le domaine de l automobile,de l aéronautique ou dans la micro-électronique similaire, si ce n est que la bobine est excitée par un courant alternatif de haute fréquence. Lorsqu on l approche d un métal non ferreux, on génère des courants de Foucault qui vont à leur tour affaiblir par induction le champ de la bobine. La variation du champ est directement proportionnelle à la distance entre la sonde et le métal. Contrairement à l induction magnétique, les courants de Foucault sont donc typiquement utilisés dans le cas de substrats non ferreux (tels que l aluminium, le cuivre ou le zinc) pour mesurer l épaisseur de tout revêtement isolant ou mauvais conducteur (laque, peinture, vernis ). Autres méthodes également reconnues dans le domaine des revêtements, la fluorescence X et la rétrodiffusion β. Comme leur nom l indique, toutes deux font appel à des rayonnements ionisants. Dans le cas de la fluorescence X, on irradie la pièce avec un faisceau de rayons X. L énergie éjecte un électron des couches internes des éléments traversés. Pour rétablir l équilibre, un transfert d électrons doit alors s effectuer depuis les couches externes vers les couches internes. Ce mouvement se traduit par l émission secondaire d un photon doté d une énergie caractéristique de l élément étudié. La méthode permet ainsi de connaître la nature et la quantité des différents matériaux présents dans le revêtement. Dans le cas de la rétrodiffusion β, la pièce est bombardée par un faisceau d électrons qui pénètrent plus ou moins profondément dans Les principales méthodes Principaux avantages Principales limitations Champ d applications privilégié Induction magnétique - Simplicité et rapidité d utilisation - Applications limitées aux substrats ferreux Tout revêtement non magnétique (tel que - Étendue de mesure pouvant aller jusqu à - Sensible à la forme et à l état de surface de la pièce vernis, peinture, émail, chrome, cuivre, plusieurs mm - Méthode à contact (ne convient pas zinc, etc.) sur support ferromagnétique - Coût relativement faible (à partir de 500 ) pour les revêtements trop fragiles) (fer, acier) - Requiert une surface minimale de mesure (quelques dizaines de mm 2 ) Courants de Foucault - Simplicité et rapidité d utilisation - Convient aux couples substrat/revêtement Avec la méthode de mesure de l amplitude : (mesure de l amplitude - Étendue de mesure pouvant aller jusqu àde conductivité électrique différente tout revêtement électriquement isolant et/ou de la phase du signal) plusieurs mm (revêtements non conducteurs sur substrats tels que laque, peinture et revêtement - Coût relativement faible (à partir de 500 ) conducteurs idéalement) anodisé sur métaux non-ferreux - Requiert une surface minimale de (aluminium, cuivre, zinc, laiton ) et acier mesure (quelques dizaines de mm 2 ) inoxydable - Sensible à la forme et à l état de surface de la pièce Avec la méthode de mesure de la phase : - Méthode à contact (ne convient pas revêtements conducteurs non magnétiques pour les revêtements trop fragiles) sur bases ferreuses revêtements de haute conductivité sur matériaux peu conducteurs Ultrasons - Permet de mesurer l épaisseur de revêtements - Coût plus élevé que les méthodes magnétiques - Plus adaptés à la mesure de l épaisseur sur des substrats non métalliques tels que le verre, - Mesures parfois complexes des pièces le bois, le béton, les matériaux plastiques, etc. - Peu adapté aux faibles épaisseurs de - Mesure de l épaisseur de peintures sur - Étendue de mesure de quelques dizaines de µm revêtements (< quelques dizaines de µm) plastique (pare-chocs automobile, par exemple), à quelques dizaines de mm - Sensible à l état de surface des pièces revêtements sur béton, vernis sur bois, etc. (*) - Méthode à contact - Mesure d épaisseur de trempe - Épaisseur de revêtement d étanchéité sur du béton, etc.(*) - Mesure d épaisseur de film humide (poudres avant cuisson)(*) Méthodes radiométriques Mesure indépendante de la nature du substrat - Coût (> pour la fluorescence, Épaisseur des dépôts d or en microélectronique, (fluorescence X et (en fluorescence X) > pour la rétrodiffusion β) analyse de matériaux multicouches rétrodiffusion β) Mesure de très fines épaisseurs (jusqu au - Pas adapté à la mesure d épaisseur de (dans le cas de la fluorescence X), mesure nanomètre) matériaux organiques de revêtements et substrats conducteurs Méthodes sans contact électriques, etc. (*) méthode d interférométrie ultrasonore 64

3 Quelle méthode choisir? TYPE DE REVÊTEMENT TYPE DE SUBSTRAT Non magnétique métallique Non magnétique, non métallique (cuivre, chrome, étain, zinc, or, argent )(peintures, laques, vernis ) Ferromagnétique (fer, fonte, Induction magnétique, rétrodiffusion β (1), Induction magnétique, rétrodiffusion β (1), acier ) fluorescence X (2) Métallique non ferreux (alliages Rétrodiffusion β (1), courants de Foucault (5), Courants de Foucault (5), rétrodiffusion β (1), d aluminium, cuivre ) fluorescence X (2) capacitif Isolants (époxy ) Courants de Foucault (5), Rétrodiffusion β (1), rétrodiffusion β (1), fluorescence X (2) optique (3), ultrasons (4) Matériaux organiques Courants de Foucault (5), Optique (3), ultrasons (4) rétrodiffusion β (1), fluorescence X (2) (1) à condition que les numéros atomiques du substrat et du revêtement ne soient pas voisins (différence d au moins 20-25%) (2) à condition que le revêtement ait un numéro atomique supérieur à 20 (3) à condition que les matériaux soient translucides à la longueur d onde utilisée, et que le substrat ne soit pas trop réfléchissant (4) sauf cas particuliers (épaisseur de revêtement trop fine, mauvais état de surface, etc.) (5) à condition que les conductivités électriques de chacun des matériaux soient suffisamment différentes Mitutoyo Pour effectuer des mesures à la fois sur des substrats ferreux et non-ferreux, certains appareils combinent l induction magnétique et les courants de Foucault.Pour passer d une sonde à l autre,il suffit de presser un simple bouton. la matière, en fonction notamment de leur énergie et du numéro atomique du matériau. Une partie des électrons émis est absorbée, l autre est rétrodiffusée et comptabilisée par un détecteur (plus le numéro atomique du matériau bombardé est élevé, plus il y a d électrons rétrodiffusés). D autres méthodes sont utilisées plus ponctuellement. C est le cas notamment de la technique capacitive. Le capteur et la pièce (un conducteur électrique quelconque) forment les deux plaques d un condensateur. Sa capacité mesurée avant et après application du revêtement (un autre matériau conducteur électrique) permet de déduire l épaisseur du revêtement. Le contrôle par ultrasons, que l on utilise généralement pour mesurer l épaisseur de pièces ou de parois, peut lui aussi convenir à certaines mesures d épaisseur de revêtements, en particulier sur des supports non métalliques (verre, plastique, bois, béton ). Le principe utilisé est souvent basé sur la mesure du temps aller/retour mis par une onde ultrasonore pour arriver aux différentes couches limites de la pièce. En connaissant la vitesse de propagation des ondes dans ces matériaux, on en déduit la longueur du trajet. D autres principes sont basés sur la microscopie acoustique ou sur l interférométrie ultrasonore. Enfin, il est possible d utiliser certaines méthodes optiques telles que la microscopie confocale (qui permet par exemple de mesurer des épaisseurs de vernis sur des substrats transparents), ou encore l interférométrie. A chacun son territoire Du côté des méthodes, il y a donc le choix. Mais comme souvent dans ces cas-là,chacune a ses particularités et son champ d applications privilégié. Pour bien choisir, il faut en connaître les avantages et surtout les limites. L induction magnétique et les courants de Foucault ont toutes deux largement fait leurs preuves depuis de nombreuses années. «Ces deux méthodes sont appréciées pour leur simplicité d utilisation et leur coût relativement faible, indique Christophe Gabriel, technico-commercial chez Testwell. Il existe de petites sondes portables qui offrent une gamme de mesure allant jusqu à 1000 ou 3000 µm avec une précision de l ordre de 2 µm,et qui sont disponibles pour quelques centaines d euros».stéphane Gellée, responsable communication chez Labomat Essor, fait la même analyse. «Ce sont les deux méthodes les plus répandues car elles offrent de bons résultats tout en étant relativement bon marché.entre 700 et 1500 euros,on a un appareil tout à fait suffisant pour la plupart des besoins». Si l induction magnétique et les courants de Foucault offrent une étendue de mesure et une résolution comparables, chaque méthode a néanmoins sa chasse gardée : les substrats ferromagnétiques pour l induction magnétique, les substrats non ferreux pour les courants de Foucault. «C est la seule différence entre ces deux méthodes, souligne Christelle Pressat, assistante commerciale chez Elcometer. Avant de se décider pour l une ou l autre,il faut donc en priorité se soucier de la nature du substrat». Ou alors ne rien décider du tout, et opter pour des appareils Principaux critères de choix Induction magnétique Courants de Foucault Ultrasons Fluorescence X Rétrodiffusion β Méthode à contact ou pas Contact Contact Contact Sans contact Avec ou sans contact Gamme de mesure De l ordre du µm au mm De l ordre du µm De l ordre du µm De quelques centièmes De quelques dixièmes au mm au mm à quelques dizaines de µm à quelques centaines de µm Résolution Jusqu à 0,1 µm Jusqu à 0,1 µm Jusqu à 0,1 µm Jusqu à quelques Jusqu à 0,1 µm angströms (1A=10-10 m) Coût approximatif De 500 à De 500 à >

4 Tout comme les méthodes magnétiques,la fluorescence X permet de mesurer l épaisseur de revêtements de manière non destructive.la technique est coûteuse,mais elle est utilisable dans une très large variété d applications mixtes (proposés entre autres par Cegelec,Elcometer,,Testwell ou Mitutoyo), qui combinent les deux types de sondes. Lors du salon Mesurexpo, qui s est tenu le mois dernier à Paris, Testwell a ainsi présenté le QuaNix 4500, un petit appareil à sonde intégrée permettant de réaliser des mesures à la fois sur des métaux ferreux et non ferreux. Suivant les besoins, il suffit de changer le mode de mesure en pressant un simple bouton Finalement, «avec les méthodes magnétiques,on traite les trois quarts des problèmes rencontrés en mesure d épaisseur de revêtements», indique Daniel Piffard, gérant de la société. Mais, bien sûr, il existe des applications où Mesure d épaisseur de revêtements* : un aperçu de l offre Fabricants Induction Courants Ultrasons Capacitif Magnétique Méthodes Méthodes (Représentants)magnétique de Foucault optiques (1) radiométriques (2) AIS Akilog Automation Köln (Testwell) Capacitec Cotec DeFelsko (Labomat Essor) Elcometer Elcometer (Sofranel) Elektro Physik (Erichsen) Euraltech Fogale Nanotech FRT (BFI Optilas) GE Panametrics (Sofranel) Helmut () Icap Karl Deutsch (Cegelec) Metalscan Mitutoyo Niton (Fondis Electronic) Oxford Instruments Panalytical (ex Philips Analytical) Phynix (Techindustries) Rigaku (Elexience) Rontgenanalytik (Caritec) Rontgenanalytik (Insidix) Sciensoria Sensofar (BFI Optilas) Shimadzu (Fondis Electronic) Sonatest (Intercontrôle IC Escoffier) Sonix (Insidix) (3) Spectro Steag ETA Optik (Eotech) Stil Veeco Instruments *Méthodes non destructives - (1) Microscopie confocale, interférométrie, etc. - (2) Fluorescence X, spectroscopie IR, rétrodiffusion β, etc. - (3) Microscopie acoustique 66

5 ni les courants de Foucault ni l induction magnétique ne conviennent : c est le cas par exemple des revêtements non magnétiques et non métalliques (tels que des peintures ou du vernis) déposés sur des substrats isolants ou d origine organique (le verre, le bois, les matériaux plastiques, etc.). En fait, les courants de Foucault sont utilisables lorsqu il y a une différence de conductibilité électrique suffisante entre le substrat et le revêtement. «Cela exclut par exemple les dépôts d argent sur du cuivre», indique M. Piffard (). N oublions pas aussi qu il s agit de méthodes à contact, donc peu adaptées aux revêtements fragiles ou portés à des températures élevées. Enfin, «ce sont toujours des méthodes comparatives,qui nécessitent auparavant d étalonner l appareil»,précise M. Piffard (). Du côté des techniques spectrométriques, il y a là aussi certaines particularités à signaler. «La fluorescence X,par exemple,permet d analyser tout revêtement métallique à partir du numéro atomique du titane.et contrairement aux méthodes classiques,la mesure est indépendante de la nature du substrat», indique Jean-Claude Bouttier, directeur de Caritec. «On l utilise alors typiquement lorsqu on a deux bons conducteurs l un sur l autre,tels que de fins dépôts d or sur des matériaux cuivreux», souligne M. Piffard ().Autre avantage de la technique, la possibilité d analyser des couches d alliages binaires (alliage de zinc et de nickel sur du fer, par exemple), et même de mesurer l épaisseur de matériaux multicouches (nickel/cuivre/fer, chrome/nickel/fer, etc.). «Comme il s agit d une méthode d analyse détournée, il est possible, du moment que l on sait dans quel ordre sont les différents matériaux,de connaître leurs quantités respectives»,souligne Joël Le Chevalier, directeur commercial de Fondis Electronic.La méthode permet en effet de sélectionner une fenêtre d énergie dans le spectre d émission secondaire du matériau à mesurer, et donc de ne comptabiliser que le nombre de photons issus du revêtement. «On s intéresse en fait à l énergie propre de la matière,explique M. Piffard (). Il est donc possible d identifier les différents éléments présents dans le revêtement,et d analyser la composition des alliages». La rétrodiffusion β, au contraire, ne permet pas d effectuer une telle sélection. Elle n est donc pas adaptée à la mesure d épaisseur de matériaux multi-couches. Mais d autres éléments prêchent en sa faveur. Son coût (qui tourne autour de euros) peut être jusqu à quatre fois moins élevé que celui de la fluorescence X. De plus, son champ d application est théoriquement étendu à tous types de revêtements et tous types de supports à condition que leur numéro atomique ne soit pas trop proche. On l utilise par exemple pour des dépôts d or, d argent ou d étain sur du cuivre, du nickel ou du fer, ou encore pour mesurer l épaisseur de dépôts organiques (peintures, laques, vernis, résines ) sur des métaux. La limite, tout comme dans le cas des méthodes magnétiques, c est la mesure de dépôts organiques sur des substrats eux-mêmes organiques (du vernis sur du bois, par exemple ). Des applications bien spécifiques Des méthodes destructives Outre les méthodes magnétiques, optiques ou radiométriques, il existe également des méthodes destructives permettant de mesurer l épaisseur des revêtements. C est le cas par exemple de la coulométrie, qui consiste à dissoudre localement le revêtement en y formant une petite cellule d électrolyse chimique. Le temps nécessaire à la dissolution de la couche est alors relié à son épaisseur. «La méthode est notamment utilisée pour mesurer l épaisseur de revêtements de nickel, indique Christophe Gabriel, technico-commercial chez Testwell. Ce matériau, qui ne présente pas toujours le même taux de magnétisme, est en effet difficilement mesurable avec les méthodes classiques». De manière plus Techindustries Les appareils basés sur un principe magnétique comportent une sonde que l on met en contact avec la pièce.suivant les applications, on utilise des sondes plus ou moins larges :si la surface de la pièce est rugueuse,il faut préférer les sondes les plus larges.si les conditions d accès à la pièce sont difficiles,on choisira les sondes les plus fines Les autres méthodes (capacitives, optiques et ultrasonores) sont employées pour des cas plus spécifiques. La solution capacitive (proposée notamment par Capacitec et Fogale Nanotech), par exemple, est limitée aux revêtements et aux substrats conducteurs. «Nous avons par exemple réalisé une application où l on mesurait l épaisseur d une couche de zinc de 25 µm sur un support d acier d environ 500 µm»,précise Jean- François Doussin, directeur technique de Capacitec Europe.L épaisseur du revêtement est alors déduite d une mesure d épaisseur totale de la pièce avant et après dépôt. Mais il existe un moyen de se passer de l épaisseur avant dépôt. Fogale Nanotech a ainsi développé un système de mesure original associant les technologies capacitive et inductive (les deux sondes étant placées sur le même axe), pour mesurer l épaisseur de revêtements non métalliques sur des supports métalliques. La sonde capacitive mesure la distance avec le substrat, et la sonde inductive mesure la distance avec le revête- générale, la coulométrie mesure l épaisseur de tout dépôt métallique sur des substrats métalliques ou non de quelques fractions à plusieurs dizaines de micromètres d épaisseur. Une autre méthode consiste à réaliser une coupe transversale de l échantillon, et à l analyser à l aide d un système optique avec le grossissement approprié. On mesure ainsi des revêtements allant jusqu à plusieurs dizaines de micromètres d épaisseur. Il est aussi possible de réaliser une empreinte sur la pièce revêtue, et d en mesurer les dimensions. Ou même d utiliser une méthode gravimétrique en mesurant le poids du revêtement 67

6 Simplicité et rapidité d utilisation : ce sont les deux principales raisons pour lesquelles les industriels choisissent les méthodes magnétiques. Il suffit de poser l appareil à la surface du revêtement pour avoir une mesure au dixième de micron près. ment. Par déduction, on en déduit alors l épaisseur du revêtement. La mesure optique, quant à elle, est logiquement réservée aux revêtements et aux substrats translucides dans les longueurs d onde utilisées. Des stations de mesure proposées par Cotec, Stil ou Fogale Nanotech, par exemple, permettent ainsi de mesurer l épaisseur de vernis, de couches de silicones ou de colle sur tous types de substrats transparents (à condition qu il y ait un changement d indice suffisant entre les différents milieux). «Avec un principe confocal, nous pouvons mesurer des épaisseurs de revêtements allant jusqu à plusieurs millimètres avec une précision de l ordre de 1 µm,indique Serge Carras co-gérant de Cotec. En mode interférométrique,la précision est meilleure que le micron,avec une étendue de mesure allant jusqu à 250 µm».bien sûr, «il n est pas question de mesurer l épaisseur de couches trop minces, indique Jean-François Quiniou, gérant d Akilog. Nous intégrons par exemple des systèmes basés sur un principe confocal ne permettant que de mesurer des épaisseurs supérieures à 1 µm sur des matériaux assez réfléchissants». La méthode ultrasonore, enfin, est la plupart du temps réservée à la mesure de l épaisseur de revêtements déposés sur des supports non métalliques, tels que le bois, le plastique, le verre ou encore le béton. Le PosiTector de Labomat Essor, par exemple, mesure ainsi des épaisseurs allant de quelques dizaines de microns à quelques dizaines de millimètres, avec une précision de l ordre de 2 µm. «Il est également possible d utiliser la méthode ultrasonore sur des substrats métalliques,explique M. Gabriel (Testwell).Mais dans ce cas,autant utiliser les systèmes magnétiques qui donnent le même résultat pour un investissement inférieur».autre application des ultrasons, réalisée notamment chez Métalscan, la mesure de la profondeur de trempe, pour connaître la dureté surfacique d un matériau. Le principe est ici basé sur la rétrodiffusion des ondes ultrasonores sur les grains constituant le matériau. Dans les zones traitées (là où l acier est trempé ), les grains sont relativement fins, ce qui engendre un niveau de rétrodiffusion très faible Malgré tout, la mesure de l épaisseur de revêtements par ultrasons est relativement délicate. Dans le cas de couches trop minces, il peut y avoir des recouvrements d échos et des interférences entre les différentes couches limites. De même, si l interférométrie ultrasonore convient à la mesure de l épaisseur d une couche de peinture sur un matériau plastique, par exemple, elle trouve vite ses limites lorsqu on a deux ou trois couches de revêtement : «Les vitesses de propagation des ultrasons dans ces couches ne sont pas si différentes,et l on a du mal à identifier les différentes interfaces, explique M. Piffard (). Dans ce cas,on travaille avec un témoin sur un substrat ferreux (une petite pastille intégrée à un pare-chocs par exemple)». Malgré la variété des méthodes, le choix n est pas si difficile. «L industriel doit avant tout se poser un certain nombre de questions élémentaires pour bien définir son besoin, indique M. Piffard (). Quelle est la nature du substrat? Quelle est celle du revêtement? Quelle est la forme des pièces? Doit-on utiliser une méthode non destructive? Mesurer une simple épaisseur ou réaliser une analyse statistique approfondie?». Un choix pas si difficile La nature du substrat et celle du revêtement, on l a vu, suffisent bien souvent à orienter le choix vers l une ou l autre des méthodes. De même, si le revêtement est formé de plusieurs couches (peinture et zinc sur de l acier, par exemple), on se dirigera certainement vers la fluorescence X. La forme des pièces, quant à elle, permet de choisir un type de sonde (sonde droite, coudée, plus ou moins large, etc.). Enfin, l appareil choisi n est bien sûr pas le même suivant que l on souhaite mesurer une simple épaisseur ou bénéficier d une mémoire, de fonctions statistiques, de la possibilité de tracer des courbes ou encore d envoyer les données à un PC Ces fonctions, qui sont standards dans le cas d un spectromètre de fluorescence X, par exemple, ne sont pas forcément proposées avec les systèmes de mesure magnétiques. Quel que soit le système choisi, la mesure de l épaisseur d un revêtement nécessite ensuite de prendre un certain nombre de précautions. «Il faut dire que dans les trois quarts des applications, les revêtements mesurés ont une épaisseur inférieure au millimètre!», indique M. Gabriel (Testwell). A cette échelle, l état de surface de la pièce joue un rôle non négligeable. «Il suffit d imaginer que l on mesure un dépôt de zinc de 12 µm d épaisseur sur une pièce présentant un paramètre de rugosité Ra de 10 µm :suivant l endroit où l on fera la mesure, il y aura forcément d importantes disparités»,souligne M. Piffard (). De même, la propreté de la surface a parfois son impor- Certains appareils universels sont compatibles avec différents types de sondes :courants de Foucault,induction magnétique, ou même rétrodiffusion β Suivant les applications,et en particulier suivant la nature du substrat et les précisions attendues,on passe alors de l une à l autre en gardant la même électronique 68

7 tance. Dans le cas d une mesure capacitive, par exemple, une infime couche de poussière ou de liquide peut suffire à modifier le diélectrique formé entre la sonde et la pièce, et donc à fausser les mesures. Autre précaution, «dans le cas de l induction magnétique et des courants de Foucault,il ne faut pas oublier que même avec la sonde la plus fine possible,le champ créé n est jamais ponctuel, mais qu il ressemble plutôt à une demi-sphère de 5 mm de diamètre»,poursuit M.Piffard ().Des sondes plus larges permettent alors d intégrer un plus grand volume de matière et de lisser ainsi l effet de la rugosité. Mais que l on se rassure, ces spécifications figurent généralement sur la fiche technique des appareils : le QuaNix 4200 de Testwell, par exemple, requiert une surface de mesure d au moins 10x10 mm 2,le Digiderm de Mitutoyo se contente d un cercle de 3 mm de diamètre,etc. Le volume de mesure nécessite aussi de prendre en compte la forme de la pièce : des mesures réalisées sur des pièces planes ou courbes, par exemple, ne donneront jamais les mêmes résultats. Si l on doit mesurer l épaisseur d un revêtement d une pièce présentant un certain rayon de courbure, il faudra alors réaliser au préalable un étalonnage dans les mêmes conditions, sur une pièce identique, et s aider éventuellement de dispositifs mécaniques pour être sûr de placer la sonde rigoureusement de la même manière. Il peut enfin y avoir des cas très particuliers où des applications apparemment simples se transforment en de véritables casse-tête : il suffit parfois d une peinture non homogène déposée au pistolet, ou d un revêtement chargé de particules métalliques pour que des effets parasites viennent fausser les mesures Devant la variété des situations, la plupart des fournisseurs conseillent alors d essayer au préalable les appareils. «De tels essais,dès que l on se trouve dans des applications un peu spéciales,permettent d éviter toute mauvaise surprise»,estime M. Gabriel (Testwell). M. Le Chevalier (Fondis Electronic) fait la même analyse : avec des méthodes telles que la fluorescence X, l investissement est tel qu il vaut mieux auparavant réaliser des essais,et ce quel que soit le type de substrat ou de revêtement que l on souhaite analyser». Il faut enfin veiller à garder les pieds sur terre, et à évaluer correctement ses besoins. «Tout est une question de besoins et de retours sur investissements, souligne M. Piffard (). Mesurer un revêtement assez épais est à la portée de tout le monde, avec n importe quel produit sur catalogue.mesurer l épaisseur d un revêtement organique sur un substrat lui-même organique, telle qu une couche de vernis sur du bois, est encore très difficile mais en a-t-on vraiment besoin? En revanche,mesurer 1 µm d or sur un circuit imprimé exprime un réel besoin,et fera appel à de vraies compétences. Si l on n en dispose pas en interne,il ne faut pas hésiter à faire appel à des spécialistes». Marie-Line Zani Principaux fournisseurs AIS Tél. : Fax : Akilog Tél. : Fax : BFI Optilas Tél. : Fax : Capacitec Tél. : Fax : Caritec Tél. : Fax : Cegelec Tél. : Fax : Cotec Tél. : Fax : Elcometer Tél. : Fax : Elexience Tél. : Fax : Eotech Tél. : Fax : Erichsen Tél. : Fax : Euraltech (Logisonic) Tél. : Fax : Tél. : Fax : Fogale Nanotech Tél. : Fax : Fondis Electronic Tél. : Fax : Icap Tél. : Fax : Insidix Tél. : Fax : Intercontrôle IC Escoffier Tél. : Fax : Labomat Essor Tél. : Fax : Metalscan Tél. : Fax : Mitutoyo Tél. : Fax : Oxford Instruments Tél. : Fax : Panalytical (Philips Analytical) Tél. : Fax : Sciensoria Tél. : Fax : Sofranel Tél. : Fax : Spectro Tél. : Fax : Stil Tél. : Fax : Techindustries Tél. : Fax : Testwell Tél. : Fax : Veeco Instruments Tél. : Fax :

Guide Utilisateur des Techniques Alternatives au Ressuage et à la Magnétoscopie

Guide Utilisateur des Techniques Alternatives au Ressuage et à la Magnétoscopie Guide Utilisateur des Techniques Alternatives au Ressuage et à la Magnétoscopie Fiche thématique A01 Les techniques alternatives au ressuage et à la magnétoscopie Cette fiche liste les techniques qui peuvent

Plus en détail

Terminale S Sciences physiques CH12 Transferts d énergie entre systèmes macro page 366 et 384

Terminale S Sciences physiques CH12 Transferts d énergie entre systèmes macro page 366 et 384 Les microscopes classiques (optiques) permettent d'accéder à des dimensions très petites : on peut ainsi observer des êtres vivants dont la taille est de l'ordre de quelques dixièmes de micromètres. Mais

Plus en détail

Expression de la Concession et de l Opposition in. La photographie scientifique Par Gérard BETTON (PUF, 1975) 04/06/2015

Expression de la Concession et de l Opposition in. La photographie scientifique Par Gérard BETTON (PUF, 1975) 04/06/2015 1 Expression de la Concession et de l Opposition in La photographie scientifique Par Gérard BETTON (PUF, 1975) 2 Concession /Opposition Compléter avec un des mots ou expressions suivantes : au lieu de

Plus en détail

Optimisation de forme pour une résistance de chauffe dans un microsystème

Optimisation de forme pour une résistance de chauffe dans un microsystème pour une résistance de chauffe dans un microsystème Bertrand Selva Bertrand.selva@bretagne.ens-cachan.fr 1 Plan de la présentation Présentation des microsystèmes Dimensions caractéristiques, technique

Plus en détail

3M Solutions Colles & Adhésifs pour l Industrie Rubans Mousse Acrylique 3M VHB VHB. l assemblage mécanique. Résistance Flexibilité

3M Solutions Colles & Adhésifs pour l Industrie Rubans Mousse Acrylique 3M VHB VHB. l assemblage mécanique. Résistance Flexibilité 3M Solutions Colles & Adhésifs pour l Industrie Rubans Mousse Acrylique 3M VHB VHB L alternative à l assemblage mécanique Résistance Flexibilité L ongévité F aites l expérience d un assemblage aux performances

Plus en détail

4. Microscopie électronique à balayage

4. Microscopie électronique à balayage 4. Microscopie électronique à balayage 4.1. Principe de formation des images en MEB 4.2. Mise en œuvre 4.3. Les différents modes d imagerie 4.4. Les différents types de contraste 4.5. Performances 4.5.1.

Plus en détail

Anémomètre/Débimètre Moulinet FA Vitesse / Débit Air - Gaz

Anémomètre/Débimètre Moulinet FA Vitesse / Débit Air - Gaz Anémomètre/Débimètre Vitesse / Débit Air - Gaz Le capteur à est idéal pour la mesure de vitesse et de débit d écoulement de l air ou de gaz. Caractéristiques techniques - Mesure de vitesse et débit d écoulement

Plus en détail

Quel matériau choisir pour réaliser le support dérive de l aéroglisseur? -.. -.. -..

Quel matériau choisir pour réaliser le support dérive de l aéroglisseur? -.. -.. -.. DOC 1/4 Le support de dérive permet de fixer les ailerons en position verticale sur l aéroglisseur. Observez-le et indiquez les opérations à effectuer pour fabriquer cet objet technique. -.. -.. -.. NOM

Plus en détail

LES RESISTANCES. Caractéristiques, rôle et utilisation de la résistance

LES RESISTANCES. Caractéristiques, rôle et utilisation de la résistance LES RESISTANCES Caractéristiques, rôle et utilisation de la résistance Le rôle de la résistance est de limiter le courant dans un circuit. Elle possède plusieurs caractéristiques technique : La valeur

Plus en détail

Z-SCOPE V5. ANALYSEUR D IMPEDANCE SUR PORT USB destiné au contrôle non destructif

Z-SCOPE V5. ANALYSEUR D IMPEDANCE SUR PORT USB destiné au contrôle non destructif Z-SCOPE V5 ANALYSEUR D IMPEDANCE SUR PORT USB destiné au contrôle non destructif Fonctionnalités Générateur d un signal d excitation sinusoïdal de fréquence variable jusqu à 100 khz Mesure d un signal

Plus en détail

La gravure. *lagravureparvoiehumide *lagravuresèche

La gravure. *lagravureparvoiehumide *lagravuresèche La gravure Après avoir réalisé l étape de masquage par lithographie, il est alors possible d effectuer l étape de gravure. L étape de gravure consiste à éliminer toutes les zones non protégées par la résine

Plus en détail

ECHANGE DE CHALEUR: LA CONDUCTION

ECHANGE DE CHALEUR: LA CONDUCTION ECHANGE DE CHALEUR: LA CONDUCTION Nous n étudierons dans ce chapitre que la conduction en régime permanent, c'est-à-dire lorsque l équilibre thermique est atteint ce qui se caractérise par des températures

Plus en détail

NOTE D APPLICATIONS AN141010. Mesure de l épaisseur des parois métalliques épaisses par la méthode des courants de Foucault

NOTE D APPLICATIONS AN141010. Mesure de l épaisseur des parois métalliques épaisses par la méthode des courants de Foucault SCIENSORIA NOTE D APPLICATIONS AN141010 Mesure de l épaisseur des parois métalliques épaisses par la méthode des courants de Foucault 1 Introduction Pour la mesure des épaisseurs métalliques, les méthodes

Plus en détail

Contrôle non destructif par thermographie infrarouge stimulée : Principe et exemples d applications. par Jean - Luc Bodnar

Contrôle non destructif par thermographie infrarouge stimulée : Principe et exemples d applications. par Jean - Luc Bodnar Journée Green Testing Saint Louis 22 novembre 2012 Contrôle non destructif par thermographie infrarouge stimulée : Principe et exemples d applications par Jean - Luc Bodnar Groupe de Recherche En Sciences

Plus en détail

M-Sens 2 Mesure d humidité en ligne et en continu

M-Sens 2 Mesure d humidité en ligne et en continu FR M-Sens 2 Mesure d humidité en ligne et en continu Information Produit Humidité 13.47 % SWR engineering Messtechnik GmbH Emploi M-Sens 2 est conçu spécialement pour déterminer le taux d humidité des

Plus en détail

BAC BLANC 2015 PHYSIQUE-CHIMIE

BAC BLANC 2015 PHYSIQUE-CHIMIE BAC BLANC 2015 PHYSIQUE-CHIMIE DURÉE DE L ÉPREUVE : 3 h 30 L usage d'une calculatrice EST autorisé Ce sujet comporte trois exercices (l exercice de spécialité figurant sur une feuille séparée). Chaque

Plus en détail

NOS PROCÉDÉS DE TRAITEMENT DES SURFACES

NOS PROCÉDÉS DE TRAITEMENT DES SURFACES NOS PROCÉDÉS DE TRAITEMENT DES SURFACES SERVICES ET LIVRAISONS QUALITÉ Afin d assurer un transport de votre marchandise rapide et non onéreux, nous nous chargeons nous-mêmes de la livraison. Nous disposons

Plus en détail

LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE

LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE 1 EMISSION THERMIQUE DE LA MATIERE 2 1.1 LE RAYONNEMENT ELECTROMAGNETIQUE 2 1.2 LES CORPS NOIRS 2 1.3 LES CORPS GRIS 3 2 APPLICATION A LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE 4 2.1 DISPOSITIF

Plus en détail

Chap.3 Lentilles minces sphériques

Chap.3 Lentilles minces sphériques Chap.3 Lentilles minces sphériques 1. Les différents types de lentilles minces sphériques 1.1. Les différentes formes de lentilles sphériques 1.2. Lentilles minces Centre optique 1.3. Lentille convergente

Plus en détail

L oscilloscope Cathodique

L oscilloscope Cathodique Modèle de compte-rendu de TP L oscilloscope Cathodique Ce document a été publié pour l unique but d aider les étudiants, il est donc strictement interdit de l utiliser intégralement en temps que compte-rendu

Plus en détail

Mesure de température. électrons sur la couche périphérique de l atome. On distingue trois échelles fortement utilisées Soit :

Mesure de température. électrons sur la couche périphérique de l atome. On distingue trois échelles fortement utilisées Soit : Mesure de température Définitions : L élévation de la température dans une matière est l agitation des électrons sur la couche périphérique de l atome. On distingue trois échelles fortement utilisées Soit

Plus en détail

Scanners laser terrestres (laser scanning), successeur de la photogrammétrie terrestre

Scanners laser terrestres (laser scanning), successeur de la photogrammétrie terrestre Scanners laser terrestres (laser scanning), successeur de la photogrammétrie terrestre Olivier Feihl Directeur d Archéotech SA Partenaire scientifique agréé C2RMF (Centre de recherche et restauration des

Plus en détail

Les méthodes potentiométriques

Les méthodes potentiométriques Le ph-mètre (réf :Skoog, West, Holler, Section 19-A. p 412) Les méthodes potentiométriques 2 e partie Erreur dans la mesure d une tension à l aide d un ph-mètre (ionomètre) Maintenant que nous avons explorés

Plus en détail

cpgedupuydelome.fr -PC Lorient

cpgedupuydelome.fr -PC Lorient Première partie Modèle scalaire des ondes lumineuses On se place dans le cadre de l optique géométrique 1 Modèle de propagation 1.1 Aspect ondulatoire Notion d onde électromagnétique On considère une onde

Plus en détail

Peut-on mesurer une variation de longueur de quelques nanomètres des interférences lumineuses?

Peut-on mesurer une variation de longueur de quelques nanomètres des interférences lumineuses? Peut-on mesurer une variation de longueur de quelques nanomètres en utilisant des interférences lumineuses? Il a fallu attendre le début des années 1980 pour «voir» pour la première fois des atomes de

Plus en détail

Mesure de Température par Caméra Infrarouge

Mesure de Température par Caméra Infrarouge Mesure de Température par Caméra Infrarouge INTRODUCTION La caméra infrarouge capte au travers d un milieu transmetteur (ex : l atmosphère) les rayonnements émis par une scène thermique. Le système radiométrique

Plus en détail

INFORMATION PRESSE. Bâtiment Automobile Industrie

INFORMATION PRESSE. Bâtiment Automobile Industrie plancher chauffant basse température Solution plancher sec : L alternative pour les besoins du neuf et de la rénovation La solution plancher sec REHAU est dotée de toutes les caractéristiques du plancher

Plus en détail

Dossier Technique. «Monster bin» Ecole Supérieure du Bois

Dossier Technique. «Monster bin» Ecole Supérieure du Bois Ecole Supérieure du Bois Dossier Technique «Monster bin» GROUPE 8 : BARTH Julien;CHAMOND Ronan;DE LAMOTTE Louis;GODARD Mathilde;LEHAULT Camille;REMY Vincent 2015 Sommaire I. Fonctions du produit... 3 II.

Plus en détail

Calcul des pertes de pression et dimensionnement des conduits de ventilation

Calcul des pertes de pression et dimensionnement des conduits de ventilation Calcul des pertes de pression et dimensionnement des conduits de ventilation Applications résidentielles Christophe Delmotte, ir Laboratoire Qualité de l Air et Ventilation CSTC - Centre Scientifique et

Plus en détail

Capteurs de vibration

Capteurs de vibration Capteurs de vibration Dans le monde industriel actuel, connaitre l état de santé de ses équipements offre à tout gestionnaire de maintenance la possibilité de maitriser les arrêts non-planifiés de ces

Plus en détail

MODULE REACTEUR. Chimie industrielle. Bilan thermique. Chauffer, refroidir. Guide TP «étude du chauffage et du refroidissement d un réacteur»

MODULE REACTEUR. Chimie industrielle. Bilan thermique. Chauffer, refroidir. Guide TP «étude du chauffage et du refroidissement d un réacteur» MODULE REACTEUR Chauffer, refroidir Guide TP «étude du chauffage et du refroidissement d un réacteur» 1 / 31 Guide TP «étude du chauffage et du refroidissement d un réacteur» SOMMAIRE Objectifs de la séance

Plus en détail

Atelier : L énergie nucléaire en Astrophysique Correction. Elisabeth Vangioni. Institut d Astrophysique de Paris Fleurance, 8 Août 2005

Atelier : L énergie nucléaire en Astrophysique Correction. Elisabeth Vangioni. Institut d Astrophysique de Paris Fleurance, 8 Août 2005 Atelier : L énergie nucléaire en Astrophysique Correction Elisabeth Vangioni Institut d Astrophysique de Paris Fleurance, 8 Août 2005 I. La source d énergie du Soleil : calcul de son temps de vie. Question

Plus en détail

ISOLATION THERMIQUE PAR L'EXTÉRIEUR ISOLER VOTRE FACADE CONFORT ET ÉCONOMIES

ISOLATION THERMIQUE PAR L'EXTÉRIEUR ISOLER VOTRE FACADE CONFORT ET ÉCONOMIES ISOLATION THERMIQUE PAR L'EXTÉRIEUR ISOLER VOTRE FACADE CONFORT ET ÉCONOMIES ITE : Quels avantages? Les maisons mal isolées sont très consommatrices en énergie LA SOLUTION ITE, C EST 4 AVANTAGES PRINCIPAUX

Plus en détail

SAGITRACE SAPG/SAPGS/SAMT/SAMTS

SAGITRACE SAPG/SAPGS/SAMT/SAMTS Nature Il s agit d un système de chauffage électrique de faible puissance à poser le long d une canalisation sous le calorifuge ; il sert à réchauffer le tube pour le maintenir à une température minimale

Plus en détail

Comment est fabriqué un câble électrique?

Comment est fabriqué un câble électrique? Comment est fabriqué un câble électrique? TOP CABLE Bienvenus à TOP CABLE. Nous sommes l un des plus importants fabricants de câbles électriques au monde. VIDEOBLOG Dans ce vidéo-blog, nous allons vous

Plus en détail

5/ Fonctionnement du laser

5/ Fonctionnement du laser 5/ Fonctionnement du laser La longueur d onde du laser est de 532 nanomètres (532x10-9 m) soit dans le vert. Le choix de cette longueur d onde n est pas fait au hasard car la matière va interagir avec

Plus en détail

La focométrie, pour les nuls! Première partie : théorie. par Charles Rydel, Société Astronomique de France. http://www.astrosurf.

La focométrie, pour les nuls! Première partie : théorie. par Charles Rydel, Société Astronomique de France. http://www.astrosurf. La focométrie, pour les nuls! Première partie : théorie. par Charles Rydel, Société Astronomique de France. http://www.astrosurf.com/astroptics Banc optique Pellin (XIXe siècle). Ici pour mesures photométriques

Plus en détail

S.A. au capital de 352 275.- euros r.c.s. Versailles B 331 815 266 00035 code NAF 511T

S.A. au capital de 352 275.- euros r.c.s. Versailles B 331 815 266 00035 code NAF 511T 9 Rue de la Gare 78640 Villiers Saint Frédéric Tel : 01 34 89 68 68 Fax : 01 34 89 69 79 APPAREIL DE TEST DE DURETE, ADHERENCE RESISTANCE à LA TRACTION, FLEXION, ARRACHEMENT.. L appareil ROMULUS se compose

Plus en détail

CARACTÉRISTIQUES COMMUNES À TOUS LES MODÈLES

CARACTÉRISTIQUES COMMUNES À TOUS LES MODÈLES CARACTÉRISTIQUES COMMUNES À TOUS LES MODÈLES Le cœur du produit de pointe que nous avons étudié et réalisé pour le secteur médical est représenté par le nouveau thermostat électronique HACCP, de série

Plus en détail

Corrigés de la séance 13 Chap 25-26: La lumière, l optique géométrique

Corrigés de la séance 13 Chap 25-26: La lumière, l optique géométrique Corrigés de la séance 13 Chap 25-26: La lumière, l optique géométrique Questions pour réfléchir chap. 26 Q3. Expliquez pourquoi la distance focale d une lentille dépend en réalité de la couleur de la lumière

Plus en détail

www.trw.ch TRW Switzerland GmbH basée à Zoug est la filiale du groupe automobile TRW Automotive Inc. (200 unités de production dans le monde).

www.trw.ch TRW Switzerland GmbH basée à Zoug est la filiale du groupe automobile TRW Automotive Inc. (200 unités de production dans le monde). Electroformage TRW de grande Switzerland précision GmbH www.trw.ch La société : TRW Switzerland GmbH basée à Zoug est la filiale du groupe automobile TRW Automotive Inc. (200 unités de production dans

Plus en détail

Dans le cadre du. Tout s éclaire! Dossier pédagogique pour l enseignant. Le contenu des ateliers est donné à titre indicatif et pour mémoire.

Dans le cadre du. Tout s éclaire! Dossier pédagogique pour l enseignant. Le contenu des ateliers est donné à titre indicatif et pour mémoire. Dans le cadre du Tout s éclaire! Dossier pédagogique pour l enseignant Le contenu des ateliers est donné à titre indicatif et pour mémoire. Les animateurs adapteront leur message en fonction du public

Plus en détail

Débitmètre stationnaire pour conduites partiellement remplies

Débitmètre stationnaire pour conduites partiellement remplies Informations techniques Débitmètre stationnaire pour conduites partiellement remplies Canal de mesure calibrée pour la mesure du débit dans des tuyaux et canalisations d eaux usées et d eaux pluviales.

Plus en détail

Détecteur de proximité : faites le bon choix

Détecteur de proximité : faites le bon choix Détecteur de proximité : faites le bon choix VALÉRIE PéREZ [1] Dans les applications d automatismes, les détecteurs «tout ou rien» sont devenus monnaie courante : détection d obstacles, de fin de course,

Plus en détail

Spectrophotomètre double faisceau modèle 6800

Spectrophotomètre double faisceau modèle 6800 Spectrophotomètre double faisceau modèle 6800 Spectrophotomètre double faisceau modèle 6800 Double faisceau avec optiques parfaitement stables. Bande passante 1,5 nm. Logiciel de navigation Jenway Flight

Plus en détail

ELECTROMAGNETISM EXEMPLES

ELECTROMAGNETISM EXEMPLES EXEMPLES 1. Représentation globale du champ électrique 2. Graphiques et export CSV sous Microsoft Excel 3. Configuration de Helmholtz 4. Condensateur plan 5. Limaille de fer autour d une bobine 6. Trajectoire

Plus en détail

33.1 Raccords push fit HENCO Vision 47

33.1 Raccords push fit HENCO Vision 47 HENCO VISION. Raccords push fit HENCO Vision. Collecteurs HENCO Vision . Raccords push fit HENCO Vision Composition La structure du raccord push fit prouve que HENCO Vision est le résultat d un développement

Plus en détail

TP spécialité N 3 La Lunette Astronomique 1 / 7

TP spécialité N 3 La Lunette Astronomique 1 / 7 TP spécialité N 3 La Lunette Astronomique / 7 I- Matériel disponible. - Un banc d optique avec accessoires : Une lanterne avec la lettre «F», deux supports pour lentille, un porte écran, un miroir plan,

Plus en détail

Chromatographie en phase gazeuse (CPG): Le 8 décembre 2011 Filières SVI S5 et STE Professeur SAALAOUI Ennouamane

Chromatographie en phase gazeuse (CPG): Le 8 décembre 2011 Filières SVI S5 et STE Professeur SAALAOUI Ennouamane Chromatographie en phase gazeuse (CPG): Le 8 décembre 2011 Filières SVI S5 et STE Professeur SAALAOUI Ennouamane Principe Le principe de la séparation par C.P.G. consiste à partager l'échantillon à analyser

Plus en détail

Anémomètre/Débimètre Massique Thermique TA Vitesse / Débit Air - Gaz

Anémomètre/Débimètre Massique Thermique TA Vitesse / Débit Air - Gaz Anémomètre/Débimètre Massique Thermique TA Vitesse / Débit Air - Gaz Le capteur Massique est idéal pour la mesure de vitesse et de débit d air ou de gaz. Caractéristiques techniques - Mesure de vitesse

Plus en détail

4.1 Charges en mouvement - Courant et intensité électriques

4.1 Charges en mouvement - Courant et intensité électriques Chapitre 4 Distributions de courants En électrostatique, les charges restent immobiles. Leur déplacement est à l origine des courants électriques qui sont la source du champ magnétique que nous étudierons

Plus en détail

CONSEILS POUR LE ROUTAGE D UNE CARTE

CONSEILS POUR LE ROUTAGE D UNE CARTE CONSEILS POUR LE ROUTAGE D UNE CARTE /I/ Du schéma au routage. Pour nous entrainer au routage d une carte nous allons effectuer le routage d un multivibrateur astable à amplificateur opérationnel. Le schéma

Plus en détail

Mini-projet : Le métronome

Mini-projet : Le métronome Conception d un circuit imprimé carte Réalisation d une Mini-projet : Le métronome REALISATION DU CIRCUIT ET CONCEPTION DE LA CARTE: 1. Produire un typon : Afin de concevoir le typon, notre professeur

Plus en détail

BALAIS Moteur (charbons)

BALAIS Moteur (charbons) BALAIS Moteur (charbons) 1/ Rôle a) Pour les machines électriques comportant des bagues (alternateur moteur asynchrone) : moteur universel Les balais doivent maintenir un contact constant avec la bague

Plus en détail

Fiche technique expérimentale 5. Notions sur l acquisition numérique

Fiche technique expérimentale 5. Notions sur l acquisition numérique Fiche technique expérimentale 5 Notions sur l acquisition numérique D.Malka MPSI 2014-2015 Lycée Saint-Exupéry Ce bref guide traite de quelques éléments important sur l acquisition numérique des signaux

Plus en détail

CALIBRATION COMMENT ÇA FONCTIONNE MONITEURS DÉTECTEURS D ÉNERGIE DE PUISSANCE DÉTECTEURS HAUTE PUISSANCE SOLUTIONS DÉTECTEURS PHOTO DÉTECTEURS.

CALIBRATION COMMENT ÇA FONCTIONNE MONITEURS DÉTECTEURS D ÉNERGIE DE PUISSANCE DÉTECTEURS HAUTE PUISSANCE SOLUTIONS DÉTECTEURS PHOTO DÉTECTEURS. Chez Gentec-EO, depuis plus de 40 ans, nous comprenons que l essence même de notre métier est l exactitude. Il n existe pas de demi-mesure : nos appareils mesurent avec exactitude ou ils ne mesurent pas

Plus en détail

HEMPACORE. Protection incendie passive

HEMPACORE. Protection incendie passive HEMPACORE Protection incendie passive Durabilite La résistance de nos revêtements limite les dommages liés au transport, à la manutention et aux intempéries. Vous pouvez compter sur une qualité durable.

Plus en détail

Process de certification CEM des ASI forte puissance

Process de certification CEM des ASI forte puissance Process de certification CEM des ASI forte puissance Méthodologie appliquée au laboratoire CEM de All content in this presentation is protected 2008 American Power Conversion Corporation Agenda Les produits

Plus en détail

Tampon en matériau composite. kio-polieco.com

Tampon en matériau composite. kio-polieco.com Tampon en matériau composite kio-polieco.com Le Group a récemment breveté un procédé de production innovant pour l utilisation d un matériau composite spécifique. Tampon KIO EN 124 Le matériau composite

Plus en détail

Acoustique et aménagement des locaux de répétition : contributions du forum

Acoustique et aménagement des locaux de répétition : contributions du forum Acoustique et aménagement des locaux de répétition : contributions du forum Il ne va pas de soi que l ensemble des musiciens trouvent le son bon dans un local de répétition. Les répétitions ont souvent

Plus en détail

Nous nous intéresserons ici à une version simplifiée du modèle corpusculaire pour décrire l optique géométrique.

Nous nous intéresserons ici à une version simplifiée du modèle corpusculaire pour décrire l optique géométrique. OPTIQUE GEOMETRIQUE Définitions : L optique est la science qui décrit les propriétés de la propagation de la lumière. La lumière est un concept extrêmement compliqué et dont la réalité physique n est pas

Plus en détail

Contrôle Non Destructif C.N.D.

Contrôle Non Destructif C.N.D. Contrôle Non Destructif C.N.D. 16 Principales techniques Particules magnétiques Pénétrants 7% Autres 7% 6% Ultrasons 30% Objets divers Pétrochimique 15% 10% Aérospatial 25% Courants de Foucault 10% Autres

Plus en détail

Documentation Matrox Imaging

Documentation Matrox Imaging Sommaire Dans le domaine de la vision industrielle et des systèmes d inspection optique automatisés, les caméras intelligentes obtiennent beaucoup d attention. En fait, elles sont souvent présentées à

Plus en détail

Technique de ponçage DIAMANT

Technique de ponçage DIAMANT Technique de ponçage DIAMANT Diamant, pourquoi? Quel diamant utiliser? Comment un diamant devient un outil? Pour quels travaux? Quels sont les avantages des diamants? Conseils lors de son utilisation?

Plus en détail

Informations techniques Hesse GmbH & Co. KG, Warendorfer Str. 21, D 59075 Hamm www.hesse-lignal.de

Informations techniques Hesse GmbH & Co. KG, Warendorfer Str. 21, D 59075 Hamm www.hesse-lignal.de Le matériau dérivé du bois MDF (panneau de fibres médium) a été mis au point dans les années 60. Ce n est que bien plus tard, au milieu des années 70, qu une technologie avancée pour la fabrication de

Plus en détail

III CRITERES POUR CHOISIR UN COUPLE DE FLUOROPHORES

III CRITERES POUR CHOISIR UN COUPLE DE FLUOROPHORES Page : 17/ 77 III CRITERES POUR CHOISIR UN COUPLE DE FLUOROPHORES Le choix d un couple donneur-accepteur dépend de la technique utilisée (FRET, TR- FRET, BRET, etc.) et des molécules disponibles pour ces

Plus en détail

TP 17 : Notion de résistance thermique d un matériau

TP 17 : Notion de résistance thermique d un matériau TP 17 : Notion de résistance thermique d un matériau Objectifs : - Mesurer la résistance thermique de certains matériaux. - Comparer ces matériaux pour l appliquer à l isolation des bâtiments. Compétences

Plus en détail

Table des matières. Page 1 sur 6

Table des matières. Page 1 sur 6 Table des matières 1. PRÉSENTATION TECHNIQUE DU DISPOSITIF... 2 1.1. LA MESURE DE TEMPÉRATURE PAR SONDE MÉTALLIQUE... 2 1.1.1. Principe de fonctionnement... 2 1.1.2. Limitations... 3 1.2. MESURE DE TEMPÉRATURE

Plus en détail

Ressources pour le lycée général et technologique

Ressources pour le lycée général et technologique éduscol Physique-chimie Exemple d activités de classe Ressources pour le lycée général et technologique Préambule Notion de résistance thermique Extrait du programme d enseignement spécifique de physique-chimie

Plus en détail

La caméra bolométrique des Travaux Pratiques de l Ecole Supérieure d Optique

La caméra bolométrique des Travaux Pratiques de l Ecole Supérieure d Optique Présentation réalisée par des étudiants de SupOptique : Jean-Baptiste Frossard, Julien Saby,, Thierry Lautier Encadrés par : Marc Bondiou La caméra bolométrique des Travaux Pratiques de l Ecole Supérieure

Plus en détail

Faisceau gaussien. A = a 0 e ikr e i k. 2R (x2 +y 2 )

Faisceau gaussien. A = a 0 e ikr e i k. 2R (x2 +y 2 ) Faisceau gaussien 1 Introduction La forme du faisceau lumineux émis par un laser est particulière, et correspond à un faisceau gaussien, ainsi nommé car l intensité décroît suivant une loi gaussienne lorsqu

Plus en détail

TRANSMISSION THERMIQUE PAR CONDUCTION

TRANSMISSION THERMIQUE PAR CONDUCTION TRANSMISSION THERMIQUE PAR CONDUCTION 1) définition de la conduction La conduction est le mode de propagation de l'énergie thermique à travers la matière. Elle se produit par contact entre les particules

Plus en détail

Un extraordinaire instrument d analyse des surfaces

Un extraordinaire instrument d analyse des surfaces Communiqué de presse Dübendorf,St. Gall, Thun, le 22 août 2013 Deux-en-un : le NanoChemiscope 3D Un extraordinaire instrument d analyse des surfaces Le NanoChemiscope 3D est une merveille issue des plus

Plus en détail

Tests comparatifs de performances techniques et écologiques entre la technique de contrôle magnétoscopique actuelle (magnétisation des pièces

Tests comparatifs de performances techniques et écologiques entre la technique de contrôle magnétoscopique actuelle (magnétisation des pièces Tests comparatifs de performances techniques et écologiques entre la technique de contrôle magnétoscopique actuelle (magnétisation des pièces utilisant des générateurs de courant pilotés par thyristors)

Plus en détail

ANALYSES TEMPORELLE ET SPECTRALE APPAREILS USUELS

ANALYSES TEMPORELLE ET SPECTRALE APPAREILS USUELS Charges non linéaires BUT : - Observer le courant i ( t ) absorbé par différentes charges non linéaires alimentées par une tension monophasée 230 V / 50 Hz - Relever le Taux de distorsion harmonique du

Plus en détail

LA MÉTROLOGIE. Lycée professionnel Gaston Barré. Certificat d Aptitude Professionnelle SESSION 2012-2013. Nom : Prénoms :

LA MÉTROLOGIE. Lycée professionnel Gaston Barré. Certificat d Aptitude Professionnelle SESSION 2012-2013. Nom : Prénoms : Lycée professionnel Gaston Barré Certificat d Aptitude Professionnelle Vendeur Magasinier en Pièces de Rechange et Equipements Automobiles SESSION 2012-2013 LA MÉTROLOGIE Nom : Prénoms : LYCEE GASTON BARRÉ

Plus en détail

Equipement de l IS2M (Institut de Sciences des Matériaux de Mulhouse)

Equipement de l IS2M (Institut de Sciences des Matériaux de Mulhouse) Equipement de l IS2M (Institut de Sciences des Matériaux de Mulhouse) L'IS2M dispose d'un ensemble permettant de faire de la spectroscopie XPS, cet appareillage comporte deux analyseurs ainsi qu'une chambre

Plus en détail

Esiee 2008 Buzer. Guide d utilisation. Scanner LPX-600

Esiee 2008 Buzer. Guide d utilisation. Scanner LPX-600 Esiee 2008 Buzer Guide d utilisation Scanner LPX-600 Principes de base Scan à balayage rotatif L objet est placé sur un plateau rotatif. Le système de mesure se déplace uniquement en hauteur. L objet va

Plus en détail

SWISSRAILING Systèmes complets pour garde-corps et balustrades. Une esthétique parfaite, un montage simple et rapide

SWISSRAILING Systèmes complets pour garde-corps et balustrades. Une esthétique parfaite, un montage simple et rapide SWISSRAILING Systèmes complets pour garde-corps et balustrades Une esthétique parfaite, un montage simple et rapide SWISSRAILING CLASSIC La solution pour toutes les situations SWISSRAILING CLASSIC offre

Plus en détail

TP Capteurs n 3 : Étude des Capteurs de proximité

TP Capteurs n 3 : Étude des Capteurs de proximité I-BUT : TP Capteurs n 3 : Étude des Capteurs de proximité Le but de ces TPs est de savoir manipuler des capteurs de mesure de proximité se basant sur le principe inductif, magnétique, optique et ultrason.

Plus en détail

Les Moteurs Pas a Pas. Gerard Yvraut

Les Moteurs Pas a Pas. Gerard Yvraut Les Moteurs Pas a Pas Gerard Yvraut Les moteurs Pas à Pas Pourquoi des moteurs Pas à Pas. Types de Moteurs Pas à Pas Moteurs Unipolaires et Bipolaires Electronique typique de commande Alimentation Couple

Plus en détail

DE LA CONCEPTION ASSISTEE PAR ORDINATEUR DE STRUCTURES

DE LA CONCEPTION ASSISTEE PAR ORDINATEUR DE STRUCTURES DE LA CONCEPTION ASSISTEE PAR ORDINATEUR AU CALCUL DE STRUCTURES 001 001 PLAN DE CETTE PRESENTATION 01. PRESENTATION DE D.D.L. CONSULTANTS. 02. METHODOLOGIE DE CONCEPTION - APPROCHE GLOBALE 03. COMPLEXITE

Plus en détail

règles de base Les standards

règles de base Les standards règles de base Les standards Supports standards Exemples Tête de lettre, carte de correspondance, enveloppes 80 90 g/m 2, papier non-couché Journal 45 g/m 2, papier avec bois non-couché. Recyclé couverture

Plus en détail

Guide pour la fabrication de circuits imprimés

Guide pour la fabrication de circuits imprimés Guide pour la fabrication de circuits imprimés Sommaire 1. Introduction... 2 2. Schéma structurel... 2 3. Netlist... 2 4. Préparation au routage... 3 4.1. Unités de mesure... 3 4.2. Grilles de travail...

Plus en détail

RIEN QUE POUR VOS YEUX

RIEN QUE POUR VOS YEUX RIEN QUE POUR VOS YEUX Ceux qui ne regardent pas bien ne voient pas les dangers qui les entourent. Presque chaque jour, les travailleurs sont confrontés sur leur lieu de travail à un large éventail de

Plus en détail

Mario Geiger octobre 08 ÉVAPORATION SOUS VIDE

Mario Geiger octobre 08 ÉVAPORATION SOUS VIDE ÉVAPORATION SOUS VIDE 1 I SOMMAIRE I Sommaire... 2 II Évaporation sous vide... 3 III Description de l installation... 5 IV Travail pratique... 6 But du travail... 6 Principe... 6 Matériel... 6 Méthodes...

Plus en détail

E N R O B A G E. Enrobage par compression à chaud EROBAGE

E N R O B A G E. Enrobage par compression à chaud EROBAGE E N R O B A G E On enrobe les échantillons métallographiques pour protéger la surface des matériaux fragiles et pour en assurer l uniformité dimensionnelle. L enrobage sous pression s effectue à l'aide

Plus en détail

VERS LE MIX ELECTRIQUE

VERS LE MIX ELECTRIQUE DE L ENERGIE PRIMAIRE A L ELECTRICITE PRODUIRE EN TEMPS REEL CHOISIR LE MIX ELECTRIQUE DE L ENERGIE PRIMAIRE A L ELECTRICITE De la centrale au consommateur L électricité qui arrive au bout de la prise

Plus en détail

N.T. C Formatio ns 1

N.T. C Formatio ns 1 1 LA RETRODIFFUSION: La rétrodiffusion consiste à mesurer le temps mis par une impulsion lumineuse pour aller et revenir dans la liaison. L atténuation est le rapport entre la lumière envoyée et la lumière

Plus en détail

TS 32 Stockage de données sur un CD

TS 32 Stockage de données sur un CD FICHE 1 Fiche à destination des enseignants TS 32 Stockage de données sur un CD Type d'activité Activité documentaire Tâche complexe Notions et contenus Stockage optique Écriture et lecture des données

Plus en détail

Thème 17: Optimisation

Thème 17: Optimisation OPTIMISATION 45 Thème 17: Optimisation Introduction : Dans la plupart des applications, les grandeurs physiques ou géométriques sont exprimées à l aide d une formule contenant une fonction. Il peut s agir

Plus en détail

LES CAPTEURS. 1 Définition :

LES CAPTEURS. 1 Définition : LES CAPTEURS 1 Définition : Un capteur est un organe de prélèvement d'informations qui élabore, à partir d'une grandeur physique, une autre grandeur physique de nature différente (généralement électrique)

Plus en détail

Expériences avec un oscilloscope numérique

Expériences avec un oscilloscope numérique Expériences avec un oscilloscope numérique Pratiques Expériences Certaines figures et textes sont tirés de l excellent DICTIONNAIRE de PHYSIQUE EXPERIMENTALE, tome4, L électricité, Jean-Marie Donnini,

Plus en détail

LA MESURE DE PRESSION PRINCIPE DE BASE

LA MESURE DE PRESSION PRINCIPE DE BASE Page 1 / 6 LA MESURE DE PRESSION PRINCIPE DE BASE 1) Qu est-ce qu un sensor de pression? Tout type de sensor est composé de 2 éléments distincts : Un corps d épreuve soumit au Paramètre Physique φ à mesurer

Plus en détail

Polissage des Miroirs d Advanced Virgo : un nouveau défi. Les solutions envisagées

Polissage des Miroirs d Advanced Virgo : un nouveau défi. Les solutions envisagées Polissage des Miroirs d Advanced Virgo : un nouveau défi Les solutions envisagées Laurent PINARD Responsable Technique Laboratoire des Matériaux Avancés - Lyon 1 Plan de l exposé Introduction Virgo, les

Plus en détail

DISSIPATION THERMIQUE

DISSIPATION THERMIQUE DISSIPATION THERMIQUE A). Présentation : Il arrive fréquemment en électronique, que les composants actifs chauffent énormément, ceci pouvant entraîner leur destruction. La solution a ce problème est de

Plus en détail

Conseils professionnels pour la photo sur toile

Conseils professionnels pour la photo sur toile Conseils professionnels pour la photo sur toile Obtenez les meilleurs résultats pour votre photo sur toile en tant que photographe professionnel XXLPIX 2013 Pour photographes professionnels uniquement

Plus en détail

Economies de temps et d argent grâce à l appareil de

Economies de temps et d argent grâce à l appareil de Economies de temps et d argent grâce à l appareil de chauffage par induction simatherm Avec une production dépassant les 50 000 appareils, la société simatec ag située à Wangen an der Aare, en Suisse,

Plus en détail

Le polissage par laser

Le polissage par laser B U L L E T I N T E C H N I Q U E N 4 1 B U L L E T I N T E C H N I Q U E N 4 1 Le polissage par laser Contexte Un traitement de surface est généralement réalisé dans le but d améliorer les caractéristiques

Plus en détail

DISQUE DUR. Figure 1 Disque dur ouvert

DISQUE DUR. Figure 1 Disque dur ouvert DISQUE DUR Le sujet est composé de 8 pages et d une feuille format A3 de dessins de détails, la réponse à toutes les questions sera rédigée sur les feuilles de réponses jointes au sujet. Toutes les questions

Plus en détail