CSSS D ARTHABASKA ET DE L ÉRABLE L INFIRMIÈRE PIVOT DANS LE CADRE DU PROJET D IMPLANTATION D UNE CLINIQUE INTERDISCIPLINAIRE EN MUSCULO-SQUELETTIQUE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "CSSS D ARTHABASKA ET DE L ÉRABLE L INFIRMIÈRE PIVOT DANS LE CADRE DU PROJET D IMPLANTATION D UNE CLINIQUE INTERDISCIPLINAIRE EN MUSCULO-SQUELETTIQUE"

Transcription

1 CSSS D ARTHABASKA ET DE L ÉRABLE L INFIRMIÈRE PIVOT DANS LE CADRE DU PROJET D IMPLANTATION D UNE CLINIQUE INTERDISCIPLINAIRE EN MUSCULO-SQUELETTIQUE PRÉSENTÉ À ORDRE RÉGIONAL DES INFIRMIÈRES ET INFIRMIERS DE LA MAURICIE ET DU CENTRE-DU-QUÉBEC AUTEURS : GENEVIÈVE CORMIER, INFIRMIÈRE PIVOT MARIE-ANDRÉE LABBÉ, INFIRMIÈRE PIVOT PIERRETTE LANGLOIS, COORDONNATRICE DES SERVICES AMBULATOIRES (COORDONNÉE : (819) EXT. 2090) LE 31 MARS 2009

2 Table des matières Remerciements 3 Sommaire 4 Section 1 Problématique 5 But du projet 5 Section 2 Contribution de l infirmière 6 Objectifs du projet 6 Section 3 Contribution du projet 7 Section 4 Résultats obtenus en Conséquences prévues 9 Section 5 Exportabillité 10 Conclusion 10 Références 10 Annexe I 11 Annexe II Voir document : Collecte de données évolutive 2

3 Remerciements Nous aimerions remercier toutes les personnes qui ont participé à l élaboration du projet musculosquelettique sans qui il n aurait pu être ce qu il est actuellement. Merci aux Dr Raymond Hould, Dr Dominic Fleury, Dre Pascale Larochelle, Dr Jean-Paul Côté et Dr Philippe Jacob Goudreau ; aux Dre Manon Bernier, Dre Monic Pichette, Dr Hugo Hébert et Dre Lyne Thériault ; à l urgentologue, Davi d Poirier ; aux physiothérapeutes, Nancy Landry, Michelle Bourass a, Diane L avoie et Serge Michaud ; aux TRP, Cy ndie Villeneuve et Susie Marcotte ; aux ergothérapeutes, Chantal Poliquin, Élodie Fortier et Roxanne Hamel ; à la psychologue, Mélanie Berger ; à la nutritionniste, Annie Castonguay ; au chargé de projet, Gaétan Marcoux ; à la DPSP, Josée Simoneau ; aux infirmières en orthopédie à la cli nique externe, Line Martineau et Mi chèle Tardif ; à la secrétaire, Claudette Synnott. 3

4 Sommaire Le CSSS d Arthabaska et de l Érable a de quoi être fier parce qu il est le premier centre à travers le Québec à av oir m is sur p ieds une clinique interdiscip linaire en m usculo-squelettique. Au cœur de cette clinique : l infirmière pivot. Son rôle est très i mportant. C est elle qui accompagne le patient présentant une problématique musculo-squelettique tout au lo ng de son tr ajet dans la clinique. Elle procèd e au triage des nouvelles demandes, éval ue la clientèl e à l aide d une collecte d e données basée sur le modèle de Mc Gill, élabore des plans de traitem ents avec l équipe int erdisciplinaire et as sure u n continuum de soins et de services avec les divers professionnels de la clinique. Une étude menée par l UÉTMIS a mis en lumière les aspects positifs de cette nouvelle réorganisation. De fait, les résultats de cette étude démontrent un niveau de satisfaction élevé des usag ers et une amélioration de la qualité de vie chez la cl ientèle. L étude montre une diminution du délai d attente, soit 67 j ours plutôt que 400 jours. En considérant l expérience positive vécu e dans notre CSSS, il devient intéressant de laisser a ller notre i magination aux mille et une possibilités d exportation d un tel concept d infirm ière pivot à dive rs champs de pratique. Dorénavant le vocabulaire nursing devra contenir un nouveau terme : l infirmière pivot en musculo-squelettique! 4

5 Section 1 Problématique En 2007, le CSSS d Arthabaska-et-d e-l Érable a eu à faire face à une grave problém atique : la pénurie d orthopédistes. De fait, en l espace d un an le nom bre d orthopédistes est passé de cinq à trois seulement. À ce moment, le nombre de demandes de consultation en orthopédie s élevait à 950 et certaines demandes étaient en att ente depuis près de cinq a ns. Ces d emandes provenaient de plusieurs régions et concernaient tous les ty pes de clientèle orthopédi que du bébé à la personne âgée. Toutes les deman des étaient acceptées, sans restriction territoriale ou de diagnostics. Toutefois, on ne se cachera pas que certaines demandes in complètes ou jugées non appropriées pouvaient de meurer sous la pile sans êtr e traitées. L es orthopédistes esti maient que seulem ent une consulta tion sur cinq nécessitait l eur interventi on, c est-à-dire que les quatre autres au raient pu être faites par un autre pr ofessionnel, tel qu un physiothérapeute. L investigation préalable des usagers était souvent insuffisante et elle devait fréquemment être co mplétée, ce qui ajoutait un délai aux traitements. Le long délai d attente pour voir un spécialiste avait un impact direct au niveau de la détérioration de la condition de l usager, amenait une démotivation face à sa récupération et une perte de qual ité de vie. L a difficulté d accès à un orthopédiste engendrait donc une chr onicisation de l a problématique m usculo-squelettique pour certains patients. L arrêt de travail prolongé pour plusie urs travailleurs était également une conséquence. But du projet Les buts visés par l implantation de la clinique interdisciplinaire sont l orientation de l usager vers le bon professionnel et l accessibilité l orthopédiste au m oment opportun, et c e, dans un délai raisonnable. L amélioration de la conti nuité des ser vices et l amélioration de la qualité d es soins et d es services sont également des objectifs im portants. Le projet vise l efficacité, l efficience, la pertinence et le partena riat avec les services des r éseaux publ ic et privé. La client èle ciblée par le projet de la clinique m usculosquelettique se li mite à c elle du résea u local d Arthabaska et de l Érable, soit une population de habitants (voir Annexe I). 5

6 Section 2 Contribution de l infirmière Tout d abord, il est i mportant de préciser que le projet de mise en place d une clinique interdisciplinaire en musculo-squelettique dans notre région n est pas une initiative purement infirmière. En effet, ce sont les constats soulevés par divers professi onnels, plus particulièrement les orthopédistes de not re région, qui ont fait naître le projet. Bien sûr, l infir mière a rapidement emboîté le pas et a émis son opinion sur le sujet. Un comité a été formé et l infirm ière q ui a été no mmée pour y siéger fut une infirm ière qui travaillait depuis quelques années à la clinique externe en orthopédie. Lors des rencontres préparatoires, cette infirmière a exprimé en quoi il était primordial d intégrer une infirmière pivot pour orchestrer le projet. C est en juin 20 07, que l i nfirmière pivot entra en foncti on. Il est clair qu à son arrivée, une lourde tâche l attendait. D e fait, elle d evait s im prégner de la philosophie du milieu orthopédique et devait établir de solides contacts avec les membres de l équipe. C est avec beaucoup de leadership et de dynamisme que cette infirmière a dû m ettre en branle le projet. À tour de rôle, elle a rencontré les divers professionnels pour arriver à bien définir leur t ravail respectif et élaborer une façon de faire pour qu e les usagers soient pris en charge de façon optim ale. Aujourd hui, c est elle qui amine les réunions interdisciplinaires, qui élabore e n équipe des pl ans de traitements pour l es usagers, qui coordonne l ensemble des activités d e la clinique tout en restant une personne-ressource pour les professionnels et la clientèle. Son rôle est donc primordial, elle est au cœur de la clinique musculo-squelettique, tout gravite autour d elle. Objectifs du projet Comme mentionné plus haut, le but de cette clinique est d améliorer la prise en charge de la clientèle aux prises av ec une problém atique musculo-squelettique en orientant l usager vers le bon service, au bo n intervenant, au bon m oment et dans les plus brefs délais. C est l infirm ière pivot qu i est responsable d orienter le client et c est elle qui assure son suivi t out au long de son cheminement à la clinique. Bien sûr, elle ne travaille pas seule. Au contraire, c est la force de l équipe interdisciplinaire qui fait toute la différence pour l état de l usager. L i nfirmière pivot travaille donc de concert avec les membres de l équipe, soit les physiothérapeutes, l ergothérapeute, les thérapeut es en réadaptation phy sique, la psy chologue, la nutritionniste, les om nipraticiens et les orthopédistes. Avec le tem ps, une belle co mplicité et une grande confiance se sont installé entre les partenaires ce qui rend le trav ail des plus e nrichissants. Notons que les 6

7 membres se réunissent deux fois par se maine pour discuter de certains usagers et que le respect à l égard de l expertise de chaque membre est impératif. C est l infirmière qui coordonne les réunions et qui les anime. Son rôle consiste égale ment à recevoir les demande s, faire le triage de celles -ci en respec tant les balises fournies par les orthopédistes, évaluer les us agers en utilisant une coll ecte de données basée sur le modèle McGill et établir un plan de traitement interprofessionnel, le consigner au dossier et en communiquer la nature à l usager en question. À travers toutes c es tâches plutôt techniques, l infirm ière pivot doit faire preuve d un grand jugement clinique, d une bonne débrouillardise et d une grande écoute pour arriver à faire le maximum pour l usager. Elle a à cœur la satisfaction co mplète de l usager et fait tout en son pouvoir pour que les délais d attente soient les plus brefs possibl e. Grâce à la c ollecte de données très précise que tous les professionnels peuvent consulter, l infirmière pivot a su se rendre indispensable à l équipe. Cette collecte de données résume l état de l usager dans les sphèr es bio-psy cho-sociales et per met aux professionnels d écourter leur questionna ire et de voi r plus de gens (voir Annexe II). En résumé, l infirmière pivot est au cœur de la cl inique musculo-squelettique et est celle qui inspire et traduit la confia nce, autant pour l usager que pour les professionnels. Section 3 Contribution du projet Il est clair que la clientèle est très satisfaite de ce nouveau m ode de fonction nement qui per met de réduire considérablement le délai d attente pour rencontrer un orthopédiste. Une étude menée par Lemieux et al., sous for me d un questionnaire remis directement à la clientèle, est d ailleurs venue appuy er cette constatation. Selon les résultats obt enus, le taux de satisfaction des 74 patient s questionnés s élevait à 1, 26 sur 4, où 1 représentait u n niveau d entière satis faction. De plus, cette étude a per mis de conclure que la qualité de vie des gens fréquentant notre clinique s est améliorée grandement grâce à nos ser vices. De façon générale, les commentaires de la clientèle sont très positifs. Les gens se disent heureux d être pris en charge et apprécient grandem ent le suivi fait par l i nfirmière pivot. Ils savent qu ils peuvent co mmuniquer avec cette dernière pour obtenir de l info rmation sur leur condition et ils n hésitent pas à la faire. Noto ns également le fait que l infirmière fa sse un suivi de dossier et assure la co ntinuité des soins grâce aux 7

8 réunions d équipe, ajoute à la satisfaction de la clientèle. En effet, l usager peut clairement percevoir dans les interventions de l infirmière que sa situation est prise au sérieux et qu il est loin d être un simple numéro. Actuellement, il n y a qu une seule infirmière pivot au sein de l équipe mais il est fort possible qu un deuxième poste d infirmière soit créé en fonction de l ampleur que prendra le projet. Plusieurs scénarios sont envisagés dans l éventualité d un deuxième poste d infirmière dont la possibilité qu une infirmière évalue la clientèle, alors que l autre ferait davantage la coordination globale de la c linique. L horaire de l infirm ière en poste est très intéressant puisque la clinique est ouverte du lundi au vendredi de 8 h 00 à 16 h 00 et fermée les jours fériés. Pour ce qui est de l impact économique de cette réorganisation de soins, il faut se référer à l étude de Lemieux et al. L étu de a dém ontré q ue ce ty pe d e fonctionne ment en équipe interdisciplinaire est p lus coûteux en co mparaison à une clinique ortho pédique conventionnelle où l on retrouve seulement des infirmières et un orth opédiste. De fait, dans n otre réorganisation, un usager peut renco ntrer plusieu rs professionnels au cours de son chem inement ce qui a ugmente les coûts de fonc tionnement. Toutefois une rencontre avec l orthopédiste n est pas toujours nécessaire, ce qui fait sauver, un coût im portant. Notons que les orthopédi stes ne voient plus que 21 % des nou velles dem andes (Lem ieux et al., 2009). En faisant le calcul, nous pouvons considérer que si chaque inte rvenant est utilisé au bon m oment et dans les bonnes circonstances, l usager en ressort gagnant et le c oût en vaut la peine. On constate égale ment que l orthopédiste est maintenant beaucoup plus disponi ble pour les usagers nécessitant une opinion ou un e intervention chirurgicale. Pour le m oment, nous n avons aucune donnée sur les répercussions de l éq uipe interdisciplinaire sur les coûts de société, comme le retour au travail plus rapide, la dim inution du temps de chômage-maladie, etc. De plus, l étude de Lemieux et al. n évalue pas l effet bé néfique m oral chez les usagers. Section 4 Résultats obtenus en 2008 La mise en place de l infirmière pivot, chargée de référer les patients vers l un des professionnels de la clinique interdisciplinaire musculo-squelettique, a tout naturellement conduit à un taux de consultation en orthopédie de 100 % avant le 4 ju in 2007, à u n taux de 57 %, entre le 4 jui n 2007 et le 1 er avril De 8

9 plus, la réduction de ce taux est maintenant passé à 21 % depuis juin 2008 (Lemieux et al., 2009). Le résultat est d autant plus rem arquable que la qualité des serv ices de soins offerts aux usagers est supérieure à auparavant. La principale vertu de la clinique inter disciplinaire m usculo-squelettique est de fournir un délai d accessibilité très réduit par rapport à ce qui existait an térieurement. Aujourd hui, pour une demande de référence en orthopédie cl assée urgente, l usager est vu à l intérieur d un m ois. Pour une dem ande semiurgente, l usager est vu à l intérieur d e 3 mois et pour u ne demande élective à l intérieur de 8 m ois. Auparavant, le temps moyen d attente pour une consultation en orthopédie était de 400 jo urs. Actuellement, ce délai est six fois m oins élevé et il est encore p ossible d améliorer l accessibilité au service. Pour les usagers en arrêt de travail, ils sont vus 50 jours plus tôt à la clinique int erdisciplinaire du CSSSAE comparativement à la cli nique orthopédique tém oin qui a participé à l étude de l UÉTMIS. L étude menée par Lem ieux et coll. dém ontre que la prise en charge globale est un ato ut important pour l usag er et l approche sécurisante est souvent notée dans les co mmentaires de ceux-ci. Cette étude démontre aussi que certains résultats de santé s avèrent supérieurs à ceux du suivi standard lorsqu u n usager est suivi par une équipe interdisciplinaire. Ces différ ents résultat s in diquent que la mise en place d une infir mière pivot au sein d une clinique interdisciplinai re per met une approche centralisée et est une solution reco mmandable pour améliorer le continuum de soins en orthopédie. Conséquences prévues La prise en charge d un usager par l infirmière pivot a entraîné une diminution considérable du délai d attente, tout en favorisant le continuum du suivi des usagers. De plus, elle a permis d optimiser le potentiel de récupérati on de ces derniers et de prévenir les complications possibles pour les usagers en attente de consultation avec l orth opédiste. L ajo ut de l équipe interdisciplinaire a permis de mettre à contribut ion l expertise de différents professionnels au profit de l équipe musculo-squelettique et des usagers. L approche de la clinique musculo-squelettique favorise donc un retour rapide aux activités fonctionnelles et au travail, ce qui a pour effet de diminuer les coûts associés. 9

10 Section 5 Exportabilité De toute évidence, la mise en place d un concept similaire est exportable dans d autres spécialités, entre autres en gynécologie, neurologie, ORL, en dermatologie, etc. Le principe de gestion des demandes de référence pour l évaluation et l orientation de l usager, ainsi que le suivi dans le continuum de soins seraient applicable. L infirmière pivot pourrait aussi faire l évaluation et le suivi des usagers hospitalisés, permettant ainsi aux spécialistes de se concentrer sur les n ouvelles consultations. Éventuellemen t, ce principe s appliquera à la clinique musculo-squelettique. Conclusion Pour conclure, il serait intéressant de se rappeler que c est la petite graine semée en terre qui permet de récolter la plus belle des fleurs et c est par la visio n, la persévérance et le courage de ses convictions que nous pouvons arriver à une aussi b elle réussite! L infirmière pivot en musculo-squelettique a prouvé qu elle a sa place au CSSS d Arthabaska-et-de-l Érable et aujourd hui, elle est prête à devenir un modèle à suivre Référence Lemieux et coll. Infirmière pivot et la clinique interdisciplinaire musculo-squelettique : Cas du CSSSAE, UÉTMIS,

11 Annexe I Liste des municipalités desservies par la clinique musculo-squelettique Chester-Est Chesterville Daveluyville Ham-Nord Inverness Kingsey Falls Laurierville Lyster Maddington Norbertville Notre-Dame-de-Ham Notre-Dame-de-Lourdes Plessisville Princeville Saint-Albert Saint-Christophe d Arthabaska Sainte-Anne-du-Sault Sainte-Clotilde-de-Horton Sainte-Élizabeth-de-Warwick Sainte-Séraphine Sainte-Sophie-d Halifax Saint-Ferdinand Saint-Louis-de-Blandford Saint-Norbert-d Arthabaska Saint-Pierre-Baptiste Saint-Rémi-de-Tingwick Saint-Rosaire Saint-Samuel Saints-Martyrs-Canadiens Saint-Valère Tingwick Victoriaville Villeroy Warwick 11

La Cible Sommaire F oc us F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S

La Cible Sommaire F oc us F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S La Cible Sommaire F oc us F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S D i r e c t e u r d e l a p u b l i c a t i o n : M a r t i n e M I N Y R é d a c t e u r e n c h e f : S e r g e C H A N T

Plus en détail

Activités d information, de promotion de la santé et de prévention de la maladie et des accidents dans le contexte de la physiothérapie

Activités d information, de promotion de la santé et de prévention de la maladie et des accidents dans le contexte de la physiothérapie Activités d information, de promotion de la santé et de prévention de la maladie et des accidents dans le contexte de la physiothérapie TABLE S MATIÈRES L ARTICLE 39.4 DU CO S PROFESSIONS PRINCIPALES DÉFINITIONS

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES MOT DU PRÉSIDENT... 1. CONSEIL D ADMINISTRATION... 2 Administrateurs et officiers... 2 Membres de l Agence de géomatique...

TABLE DES MATIÈRES MOT DU PRÉSIDENT... 1. CONSEIL D ADMINISTRATION... 2 Administrateurs et officiers... 2 Membres de l Agence de géomatique... TABLE DES MATIÈRES MOT DU PRÉSIDENT... 1 CONSEIL D ADMINISTRATION... 2 Administrateurs et officiers... 2 Membres de l Agence de géomatique... 3 OBJECTIFS GÉNÉRAUX... 4 LISTE DES ACTIVITÉS 2005-2006...

Plus en détail

Un poste à votre mesure!

Un poste à votre mesure! Titre du poste : INFIRMIÈRE PRATICIENNE EN SOINS DE PREMIÈRE LIGNE (IPSPL) Direction : Direction des soins infirmiers Statut : Temps complet - 35 heures/semaine Quart : Jour LIBELLÉ DU TITRE D EMPLOI Personne

Plus en détail

Mémoire de fin d études d orthophonie CENTRE DE FORMATION DE STRASBOURG

Mémoire de fin d études d orthophonie CENTRE DE FORMATION DE STRASBOURG Mémoire de fin d études d orthophonie CENTRE DE FORMATION DE STRASBOURG Objectifs : Au cours de la dern ière ann ée d études, les cand idats ayant v alidé la to talité de s enseignements théoriques et

Plus en détail

Commission infirmière régionale (CIR) COMPTE RENDU. Date : 11 octobre 2011 Heure : 16h30 Lieu : Agence de la santé et des services sociaux

Commission infirmière régionale (CIR) COMPTE RENDU. Date : 11 octobre 2011 Heure : 16h30 Lieu : Agence de la santé et des services sociaux Commission infirmière régionale (CIR) COMPTE RENDU Date : 11 octobre 2011 Heure : 16h30 Lieu : Agence de la santé et des services sociaux Présences : Denyse April, Collège Héritage Gilles Coulombe, CSSS

Plus en détail

PACTE : Programme d Amélioration Continue du Travail en Equipe Phase d expérimentation

PACTE : Programme d Amélioration Continue du Travail en Equipe Phase d expérimentation PACTE : Programme d Amélioration Continue du Travail en Equipe Phase d expérimentation Centre Hospitalier d Argenteuil (95) F. Lémann, PH-coordonnateur de la gestion des risques associés aux soins Co-facilitateur

Plus en détail

La santé de votre entreprise mérite notre protection.

La santé de votre entreprise mérite notre protection. mutuelle mclr La santé de votre entreprise mérite notre protection. www.mclr.fr Qui sommes-nous? En tant que mutuelle régionale, nous partageons avec vous un certain nombre de valeurs liées à la taille

Plus en détail

Projet de Loi no 98 Loi modifiant la Loi sur l assurance médicament et d autres dispositions législatives

Projet de Loi no 98 Loi modifiant la Loi sur l assurance médicament et d autres dispositions législatives Projet de Loi no 98 Loi modifiant la Loi sur l assurance médicament et d autres dispositions législatives Présentation à la Commission des affaires sociales Ordre des pharmaciens du Québec 28 mai 2002

Plus en détail

LES ESCALIERS. Du niveau du rez-de-chaussée à celui de l'étage ou à celui du sous-sol.

LES ESCALIERS. Du niveau du rez-de-chaussée à celui de l'étage ou à celui du sous-sol. LES ESCALIERS I. DÉF I NIT I O N Un escalier est un ouvrage constitué d'une suite de marches et de paliers permettant de passer à pied d'un niveau à un autre. Ses caractéristiques dimensionnelles sont

Plus en détail

Lot 4: Validation industrielle. Youness LEMRABET Pascal YIM, 19/11/2010

Lot 4: Validation industrielle. Youness LEMRABET Pascal YIM, 19/11/2010 Lot 4: Validation industrielle Youness LEMRABET Pascal YIM, 19/11/2010 Partenaires Lot 1 Modèle du processus métier L4.1 Modèles PSM Lot 2 Guide d implantation L4.2 Développement & Recette prototype Lot

Plus en détail

COMPTE-RENDU DE LA CONSULTATION PUBLIQUE ARRONDISSEMENT DE BROMPTON RÉVISION DU SCHÉMA DE COUVERTURE DE RISQUES EN SÉCURITÉ INCENDIE

COMPTE-RENDU DE LA CONSULTATION PUBLIQUE ARRONDISSEMENT DE BROMPTON RÉVISION DU SCHÉMA DE COUVERTURE DE RISQUES EN SÉCURITÉ INCENDIE COMPTE-RENDU DE LA CONSULTATION PUBLIQUE ARRONDISSEMENT DE BROMPTON RÉVISION DU SCHÉMA DE COUVERTURE DE RISQUES EN SÉCURITÉ INCENDIE 13 JUIN 2012 19 h BUREAU D ARRONDISSEMENT DE BROMPTON SONT PRÉSENTS

Plus en détail

7 octobre 2014 Entretiens Jacques Cartier

7 octobre 2014 Entretiens Jacques Cartier Le projet de formation «Partenaires, jusqu à la fin» Déterminer avec le patient et ses proches les objectifs de ses soins en contexte de maladie grave et de fin de vie 7 octobre 2014 Entretiens Jacques

Plus en détail

DOSSIER D INSCRIPTION

DOSSIER D INSCRIPTION HÉBERGEMENT EN ÉTABLISSEMENT D ACCUEIL POUR PERSONNES ÂGÉES DOSSIER D INSCRIPTION Vous envisagez de vous inscrire dans un établissement d accueil pour personnes âgées. Afin de faciliter vos démarches,

Plus en détail

Formation TECHNICIEN RESEAU TELECOMMUNICATION D ENTREPRISE Niveau IV

Formation TECHNICIEN RESEAU TELECOMMUNICATION D ENTREPRISE Niveau IV Formation TECHNICIEN RESEAU TELECOMMUNICATION D ENTREPRISE Niveau IV BERGER Roland TRTE22L 1 TABLE DES MATIERES Table des matières p.2 Le p.3 Cisco Academy p.6 Schéma Réseau p.7 Téléphonie Réseau Téléphonique

Plus en détail

D er m at o ses f r éq u en tes. D er m at o ses p l u s r ar es

D er m at o ses f r éq u en tes. D er m at o ses p l u s r ar es 1 D er m ato ses f r éq u en tes M o ti f s d e c o n su l tati o n : D er m at o ses f r éq u en tes D er m at o ses p l u s r ar es 2 D er m ato ses f r éq u en tes: D er m at i te at o p i q u e E r

Plus en détail

Compression Compression par dictionnaires

Compression Compression par dictionnaires Compression Compression par dictionnaires E. Jeandel Emmanuel.Jeandel at lif.univ-mrs.fr E. Jeandel, Lif CompressionCompression par dictionnaires 1/25 Compression par dictionnaire Principe : Avoir une

Plus en détail

PROGRAMME-CLIENTÈLE MAINTIEN DE L AUTONOMIE Ergothérapeute, URFI

PROGRAMME-CLIENTÈLE MAINTIEN DE L AUTONOMIE Ergothérapeute, URFI PROFIL DE DIRECTION : POSTE : PROGRAMME-CLIENTÈLE MAINTIEN DE L AUTONOMIE Ergothérapeute, URFI CONNAISSANCES (SAVOIRS) LIÉES À L ORGANISATION LIÉES À LA DIRECTION LIÉES AU POSTE Population et territoire

Plus en détail

REGLEMENT DE FONCTIONNEMENT

REGLEMENT DE FONCTIONNEMENT Handicap, Dépendance, Invalidité REGLEMENT DE FONCTIONNEMENT HANDIVIE 1 Boulevard de Compostelle - 13012 Marseille : 04 91 44 07 73 - : 09 70 62 08 48 ssiad-handivie@wanadoo.fr TABLE DES MATIERES I.LE

Plus en détail

Unité Hospitalière de Psychiatrie de la Personne Âgée (UHPG)

Unité Hospitalière de Psychiatrie de la Personne Âgée (UHPG) Unité Hospitalière de Psychiatrie de la Personne Âgée (UHPG) Filière : SANTE MENTALE Carte d'identité Nom de l'institution : FONDATION DE NANT- SECTEUR PSYCHIATRIQUE DE L EST VAUDOIS Nom du service : UNITE

Plus en détail

Prise en charge du VIH et des ITS

Prise en charge du VIH et des ITS Prise en charge du VIH et des ITS Clinique médicale m l Actuell Centre d excellence d de soins intégr grés s en santé sexuelle Réjean Thomas, md Président fondateur Fondateur MDM Canada Nice, 29 octobre

Plus en détail

Une transformation s impose : changeons d attitude

Une transformation s impose : changeons d attitude Une transformation s impose : changeons d attitude Colloque sur le marché des hôpitaux et du réseau de la santé au Québec 27 mai 2009 Aujourd hui, au Canada Le Canada dépense plus pour les soins de santé

Plus en détail

Recherche intervention évaluative visant l optimisation de l environnement psychosocial et organisationnel du travail du personnel soignant

Recherche intervention évaluative visant l optimisation de l environnement psychosocial et organisationnel du travail du personnel soignant Recherche intervention évaluative visant l optimisation de l environnement psychosocial et organisationnel du travail du personnel soignant Décembre 2004 Renée Bourbonnais, PhD Michel Vézina, PhD Pierre

Plus en détail

Accidents exposant aux risques sexuels : Prise en charge infirmière

Accidents exposant aux risques sexuels : Prise en charge infirmière Accidents exposant aux risques sexuels : Prise en charge infirmière Hôpital Tenon AP-HP Maladies Infectieuses et Tropicales - Hôpital de Jour Pr Gilles Pialoux Journées Nationales d Infectiologie Juin

Plus en détail

Bottin des ressources pour les personnes aînées de la MRC de L Érable

Bottin des ressources pour les personnes aînées de la MRC de L Érable Bottin des ressources pour les personnes aînées de la MRC de L Érable Mise à jour 2015 Action bénévole Centre d action bénévole de L Érable inc. (CABÉ) Megantic English-speaking Community Development Corporation

Plus en détail

Conduire une automobile pour une personne ayant une déficience visuelle, c est possible avec système télescopique bioptique (STB)

Conduire une automobile pour une personne ayant une déficience visuelle, c est possible avec système télescopique bioptique (STB) Conduire une automobile pour une personne ayant une déficience visuelle, c est possible avec système télescopique bioptique (STB) Louise Grégoire C., Institut Nazareth et Louis-Braille Annie Paquet, Institut

Plus en détail

Journée e dialogue al chef de file en santé mentale

Journée e dialogue al chef de file en santé mentale Journée e dialogue Le réseau r de l Est l de Montréal al chef de file en santé mentale UN PROCESSUS DE TRANSFERT DE LA CLIENTÈLE ENTRE LES ÉTABLISSEMENTS DE L EST DE MONTRÉAL POUR ASSURER LA CONTINUITÉ

Plus en détail

Un exemple d étude de cas

Un exemple d étude de cas Un exemple d'étude de cas 1 Un exemple d étude de cas INTRODUCTION Le cas de la Boulangerie Lépine ltée nous permet d exposer ici un type d étude de cas. Le processus utilisé est identique à celui qui

Plus en détail

Allocution d ouverture de Jean DEBEAUPUIS, Directeur Général de l Offre de soins

Allocution d ouverture de Jean DEBEAUPUIS, Directeur Général de l Offre de soins Allocution d ouverture de Jean DEBEAUPUIS, Directeur Général de l Offre de soins Université d été de la performance en santé - 29 août 2014- Lille Monsieur le président, Monsieur le directeur général,

Plus en détail

Outil de suivi du monitoring

Outil de suivi du monitoring Outil de suivi du monitoring SETHI Suivi des Études Thérapeutiques Internationales EC1 Trial Manager d ORIAM Sandrine BARRAUD Attaché de Recherche Clinique Valérie FAUBEAU Attaché de Recherche Clinique

Plus en détail

Organisation des services de première ligne au Québec

Organisation des services de première ligne au Québec Organisation des services de première ligne au Québec Départements régionaux de médecine générale (DRMG) Benoît Gervais, M.D., DRMG de la Mauricie et du Centre-du-Québec Louise Quesnel, M.D., DRMG de la

Plus en détail

Ministère de la Santé et des Services sociaux

Ministère de la Santé et des Services sociaux Ministère de la Santé et des Services sociaux Projet de loi modifiant l organisation et la gouvernance du réseau de la santé et des services sociaux notamment par l abolition des agences régionales Contexte

Plus en détail

Cadre de référence. Implantation de l Accueil Clinique au CIUSSS du Centre Est-de-l Île-de-Montréal

Cadre de référence. Implantation de l Accueil Clinique au CIUSSS du Centre Est-de-l Île-de-Montréal Cadre de référence Implantation de l Accueil Clinique au CIUSSS du Centre Est-de-l Île-de-Montréal Révisé en février 2015 1 TABLE DES MATIÈRES Abréviations utilisées. 3 Mise en contexte. 4 Buts et objectifs.

Plus en détail

Chapitre 3: TESTS DE SPECIFICATION

Chapitre 3: TESTS DE SPECIFICATION Chapitre 3: TESTS DE SPECIFICATION Rappel d u c h api t r e pr é c é d en t : l i de n t i f i c a t i o n e t l e s t i m a t i o n de s y s t è m e s d é q u a t i o n s s i m u lt a n é e s r e p o

Plus en détail

Le maire, Gilles Marchand, ouvre la session à 20 h 06. 2014-11-226 Adoption du procès-verbal de la séance ordinaire du lundi 6 octobre 2014

Le maire, Gilles Marchand, ouvre la session à 20 h 06. 2014-11-226 Adoption du procès-verbal de la séance ordinaire du lundi 6 octobre 2014 PROCÈS-VERBAL de la séance régulière du Conseil municipal de la Municipalité de Saint-Louis-de-Blandford qui a eu lieu le lundi 3 novembre 2014 à 20h00 à la salle du Conseil municipal située au 80, rue

Plus en détail

T E L E C H A R G E M E N T D E S D O C U M E N T S 2 P R O C E D U R E 2 C O N S T I T U T I O N DU D O S S I E R 5

T E L E C H A R G E M E N T D E S D O C U M E N T S 2 P R O C E D U R E 2 C O N S T I T U T I O N DU D O S S I E R 5 SAISIR UNE MUTATION FICHE A L USAGE DES CLUBS ------------- D a t e : 0 3 J u i n 2 0 0 9. --------- A u t e u r s : F é d é r a t i o n F r a n ç a i s e d e H a n d b a l l / M. S o u n a l e i x ( L

Plus en détail

CONDITIONS POUR LE PRÊT D ÉQUIPEMENT AU SERVICE DES AIDES TECHNIQUES

CONDITIONS POUR LE PRÊT D ÉQUIPEMENT AU SERVICE DES AIDES TECHNIQUES CONDITIONS POUR LE PRÊT D ÉQUIPEMENT AU SERVICE DES AIDES TECHNIQUES Publication initiale mise en vigueur : 9 septembre 2014 Destinataires : Clientèle, intervenants du Service des aides techniques, intervenants

Plus en détail

e-santé du transplanté rénal : la télémédecine au service du greffé

e-santé du transplanté rénal : la télémédecine au service du greffé e-santé du transplanté rénal : la télémédecine au service du greffé Professeur Michèle Kessler CHU de Nancy et réseau Néphrolor L une des applications de la télémédecine est la télésurveillance à domicile,

Plus en détail

Journée d étude des leaders en soins infirmiers

Journée d étude des leaders en soins infirmiers Journée d étude des leaders en soins infirmiers Région : Abitibi-Témiscamingue Date : 10 mai 2012 Rouyn-Noranda Geneviève Ménard, M. Sc. inf., M. Sc. (Adm. de la santé) Directrice-conseil Direction, Affaires

Plus en détail

CENTRE DE RÉFÉRENCE NATIONAL NEUROPATHIES PÉRIPHÉRIQUES RARES

CENTRE DE RÉFÉRENCE NATIONAL NEUROPATHIES PÉRIPHÉRIQUES RARES LIMOUSIN-AUVERGNE / Site de Limoges CENTRE DE RÉFÉRENCE NATIONAL NEUROPATHIES PÉRIPHÉRIQUES RARES (Maladies neuromusculaires) Photographie d une biopsie nerveuse Service de Neurologie Coordonnateur : Pr

Plus en détail

RÉFÉRENTIEL D AUTO-ÉVALUATION DES PRATIQUES EN PÉDIATRIE

RÉFÉRENTIEL D AUTO-ÉVALUATION DES PRATIQUES EN PÉDIATRIE RÉFÉRENTIEL D AUTO-ÉVALUATION DES PRATIQUES EN PÉDIATRIE Éducation thérapeutique de l enfant asthmatique et de sa famille en pédiatrie Juillet 2005 I. PROMOTEURS Association française de pédiatrie ambulatoire

Plus en détail

Information aux patients et à leurs proches. Espace médiation. Lieu d écoute et de dialogue pour les patients et leurs proches

Information aux patients et à leurs proches. Espace médiation. Lieu d écoute et de dialogue pour les patients et leurs proches Information aux patients et à leurs proches Espace médiation Lieu d écoute et de dialogue pour les patients et leurs proches Quand solliciter l espace médiation? Vous rencontrez un problème à l hôpital

Plus en détail

Retenir les meilleurs talents

Retenir les meilleurs talents Adecco Finance Focus Retenir les meilleurs talents Lundi matin, 9 h Vous vous réjouissez de commencer une nouvelle semaine de travail productif. Vous êtes en pleine forme. Alors que vous entamez votre

Plus en détail

PLAN D AFFAIRES. Personnes en perte d autonomie 2010-2015

PLAN D AFFAIRES. Personnes en perte d autonomie 2010-2015 C1_PAuton-CSSS2M_Layout 1 11-04-19 11:35 Page 1 PLAN D AFFAIRES Personnes en perte d autonomie 2010-2015 Ce document a été produit à la suite des rencontres du comité de pilotage du Plan d affaires de

Plus en détail

DÉVELOPPER SES COMPÉTENCES POUR SUPERVISER LA COLLABORATION INTERPROFESSIONNELLE. Présentation du programme de formation RCPI, 2012 1

DÉVELOPPER SES COMPÉTENCES POUR SUPERVISER LA COLLABORATION INTERPROFESSIONNELLE. Présentation du programme de formation RCPI, 2012 1 DÉVELOPPER SES COMPÉTENCES POUR SUPERVISER LA COLLABORATION INTERPROFESSIONNELLE Présentation du programme de formation RCPI, 2012 1 Propriété intellectuelle : Le matériel original développé dans le cadre

Plus en détail

Aide kinésithérapeute : une réalité?

Aide kinésithérapeute : une réalité? Aide kinésithérapeute : une réalité? Fabien Launay Cadre supérieur du pôle rééducation CHU de Dijon Dijon (21) Préambule : La fonction d aide-kinésithérapeute n est pas nouvelle. Elle peut être occupée

Plus en détail

Preparing healthcare workforce?

Preparing healthcare workforce? Swiss Public Health Conference (Re-)Organizing Health Systems Lausanne 30 août 2012 Preparing healthcare workforce? Prof. Diane Morin, Inf, PhD Plan de présentation Merci au Comité organisateur pour l

Plus en détail

'installation technique oratoire de vérifica es audiométriques fo itutions seront CO

'installation technique oratoire de vérifica es audiométriques fo itutions seront CO La Société Suisse d'oto-rhino-laryngologie et de Chirurgie cervico-faciale (O déral des Assurances Sociales (OF se sont mis d'accord pour édicter rt. 1: Objet Cette convention règle l'ensemble des contrôle

Plus en détail

Les défis du mandat d une Équipe itinérante : prévenir les glissements

Les défis du mandat d une Équipe itinérante : prévenir les glissements Résumé Les défis du mandat d une Équipe itinérante : prévenir les glissements Ce texte fait partie d une banque de 50 récits de pratiques d intervention en itinérance qui ont été réalisés avec quatre Équipes

Plus en détail

Programme Traumatologie. feuillet informatif. destiné aux usagers et à leurs proches

Programme Traumatologie. feuillet informatif. destiné aux usagers et à leurs proches Programme Traumatologie feuillet informatif destiné aux usagers et à leurs proches Centre de réadaptation Estrie, 2014 Présentation du programme Le programme Traumatologie est l un des cinq programmes

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES INFIRMIER-ÈRE DIPLÔMÉ-E

CAHIER DES CHARGES INFIRMIER-ÈRE DIPLÔMÉ-E Madame/Monsieur 1. DÉFINITION DE LA FONCTION Au service du projet institutionnel, la titulaire du poste : Exerce dans un cadre législatif et un contexte sanitaire connus (loi sur l exercice professionnel,

Plus en détail

Les Rendez-Vous de la Qualité d Arts et Métiers ParisTech

Les Rendez-Vous de la Qualité d Arts et Métiers ParisTech Les Rendez-Vous de la Qualité d Arts et Métiers ParisTech «La place du Manager Qualité dans les Organisations; Aujourd hui et Demain» [3mars 2009 ] - [Version n 1] Direction de l Organisation - LHD Allianz

Plus en détail

Bâtir l avenir pour les Canadiens Budget 1997. Investir dans l enseignement supérieur

Bâtir l avenir pour les Canadiens Budget 1997. Investir dans l enseignement supérieur Bâtir l avenir pour les Canadiens Budget 1997 Investir dans l enseignement supérieur Février 1997 «Les Canadiennes et les Canadiens savent qu une meilleur e instruction est synonyme de meilleurs emplois.»

Plus en détail

TABLEAU DE BORD DE LA CLIENTÈLE SUR LA SATISFACTION. Danielle Dessureault POTENTIEL D UN OUTIL POUR MIEUX UTILISER LES RÉSULTATS DES SONDAGES

TABLEAU DE BORD DE LA CLIENTÈLE SUR LA SATISFACTION. Danielle Dessureault POTENTIEL D UN OUTIL POUR MIEUX UTILISER LES RÉSULTATS DES SONDAGES TABLEAU DE BORD SUR LA SATISFACTION DE LA CLIENTÈLE POTENTIEL D UN OUTIL POUR MIEUX UTILISER LES RÉSULTATS DES SONDAGES AUPRÈS DE LA CLIENTÈLE DU PROGRAMME DES AIDES TECHNIQUES ÀLA MOBILITÉ ET ÀLA POSTURE

Plus en détail

CONTRAINTES PSYCHOLOGIQUES ET ORGANISATIONNELLES AU TRAVAIL ET SANTE CHEZ LE PERSONNEL SOIGNANT DES CENTRES HOSPITALIERS:

CONTRAINTES PSYCHOLOGIQUES ET ORGANISATIONNELLES AU TRAVAIL ET SANTE CHEZ LE PERSONNEL SOIGNANT DES CENTRES HOSPITALIERS: CONTRAINTES PSYCHOLOGIQUES ET ORGANISATIONNELLES AU TRAVAIL ET SANTE CHEZ LE PERSONNEL SOIGNANT DES CENTRES HOSPITALIERS: Infirmier(e)s et aides soignant(e)s ETUDE ORSOSA État de santé, conditions de travail

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL 2013-2014 FORÊT D ARDEN LES JEUNES D AUJOURD HUI, L ESPOIR DE DEMAIN

RAPPORT ANNUEL 2013-2014 FORÊT D ARDEN LES JEUNES D AUJOURD HUI, L ESPOIR DE DEMAIN RAPPORT ANNUEL 2013-2014 FORÊT D ARDEN LES JEUNES D AUJOURD HUI, L ESPOIR DE DEMAIN Crédit photo : Lino Cipresso Photo BIENVENUE Nous sommes très heureux de vous présenter le rapport annuel 2013-2014 de

Plus en détail

Secrétariat médical (Formation certifiée LFMP) Formation ouverte aux hommes

Secrétariat médical (Formation certifiée LFMP) Formation ouverte aux hommes Secrétariat médical (Formation certifiée LFMP) Formation ouverte aux hommes PLAN DE COURS I. Tableau synoptique des matières enseignées II. Programme et objectifs III. Matériel pédagogique IV. Évaluation

Plus en détail

PERMANENCE DES SOINS AMBULATOIRES : PRÉSENTATION DU NOUVEAU DISPOSITIF ET DE LA CAMPAGNE DE COMMUNICATION RÉGIONALE

PERMANENCE DES SOINS AMBULATOIRES : PRÉSENTATION DU NOUVEAU DISPOSITIF ET DE LA CAMPAGNE DE COMMUNICATION RÉGIONALE PERMANENCE DES SOINS AMBULATOIRES : PRÉSENTATION DU NOUVEAU DISPOSITIF ET DE LA CAMPAGNE DE COMMUNICATION RÉGIONALE DOSSIER DE PRESSE 12 DÉCEMBRE 2012 Contact Presse : Agathe LOBET Courriel : agathe.lobet@ars.sante.fr

Plus en détail

Guichets d'accès clientèle orpheline (GACO) : Recension de pratiques sur les facteurs. favorisant la collaboration

Guichets d'accès clientèle orpheline (GACO) : Recension de pratiques sur les facteurs. favorisant la collaboration Guichets d'accès clientèle orpheline (GACO) : Recension de pratiques sur les facteurs favorisant la collaboration Pascale Navert Courtière de connaissances Direction de la planification, de la performance

Plus en détail

Autoris ations pour :

Autoris ations pour : MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES Direction de l Economie Division des Relations Economiques et Financières Extérieures Tél (00228) 22326950/ 22210250 Autoris ations pour : Exercice en qualité de

Plus en détail

Diplôme Inter Universitaire des Infirmières et Techniciens d Etudes Cliniques en Recherche Clinique 5 décembre 2014 Université Paris-Descartes

Diplôme Inter Universitaire des Infirmières et Techniciens d Etudes Cliniques en Recherche Clinique 5 décembre 2014 Université Paris-Descartes Diplôme Inter Universitaire des Infirmières et Techniciens d Etudes Cliniques en Recherche Clinique 5 décembre 2014 Université Paris-Descartes Donner une information et contacter les patients par téléphone

Plus en détail

A LA UNE JANVIER 2015

A LA UNE JANVIER 2015 JANVIER 2015 Toute notre équipe vous souhaite une belle et heureuse année 2015 et vous remercie, toutes et tous, pour votre fidélité sans laquelle nous ne serions pas là. Nous voici donc repartis pour

Plus en détail

Assurances collectives

Assurances collectives Assurances collectives Regroupement des organismes nationaux de loisir et de sport du Québec Conditions de renouvellement au 1 er avril 2015 et modification du choix d option Regroupement des organismes

Plus en détail

Province de Québec. Est absent : M. Mario Lessard.

Province de Québec. Est absent : M. Mario Lessard. Province de Québec À une séance ordinaire du conseil municipal de Laurierville, tenue aux lieu et heure ordinaire du conseil, mardi le 3 juillet 2012, conformément au Code municipal de la Province de Québec.

Plus en détail

Ces horaires ne sont pas contractuels et peuvent être modifiés. Cotisation annuelle La cotisation annuelle est de 7.00. Les activités pourront donner

Ces horaires ne sont pas contractuels et peuvent être modifiés. Cotisation annuelle La cotisation annuelle est de 7.00. Les activités pourront donner ESPACE JEUNES ABLIS INSCRIPTION ANNUELLE AUX ACTIVITES DE L ESPACE JEUNES Pour accéder au local et à toutes les activités ou sorties organisées par les animateurs de l Espace Jeunes, une inscription annuelle

Plus en détail

Maurene McQuestion, IA, BScN, MSc, CON(C) John Waldron, MD, FRCPC

Maurene McQuestion, IA, BScN, MSc, CON(C) John Waldron, MD, FRCPC Séance plénière 2 : La collaboration interprofessionnelle entre médecins et infirmières Nous examinerons durant cette séance les questions clés liées à la collaboration interprofessionnelle entre médecins

Plus en détail

Autoris ations pour :

Autoris ations pour : MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES Direction de l Economie Division des Relations Economiques et Financières Extérieures REPUBLIQUE TOGOLAISE Travail-Liberté-Patrie Autoris ations pour : Exercice

Plus en détail

PROGRAMME RÉGIONAL DE RÉADAPTATION POUR LA PERSONNE ATTEINTE DE MALADIES CHRONIQUES. Sommaire de la démarche de réorganisation

PROGRAMME RÉGIONAL DE RÉADAPTATION POUR LA PERSONNE ATTEINTE DE MALADIES CHRONIQUES. Sommaire de la démarche de réorganisation PROGRAMME RÉGIONAL DE RÉADAPTATION POUR LA PERSONNE ATTEINTE DE MALADIES CHRONIQUES Sommaire de la démarche de réorganisation SOMMAIRE Le programme régional Traité santé offre des services de réadaptation

Plus en détail

CENTRES DE LA PETITE ENFANCE, GARDERIES ET BUREAUX COORDONNATEURS DE LA GARDE EN MILIEU FAMILIAL

CENTRES DE LA PETITE ENFANCE, GARDERIES ET BUREAUX COORDONNATEURS DE LA GARDE EN MILIEU FAMILIAL CENTRES DE LA PETITE ENFANCE, GARDERIES ET BUREAUX COORDONNATEURS DE LA GARDE EN MILIEU FAMILIAL R É P E R T O I R E - 18 S E P T E M B R E 2 0 1 5 T A B L E D E S M A T I E R E S CENTRE-DU-QUÉBEC - 17

Plus en détail

Cécile Bergeron, B. Sc. inf. cécile.bergeron@rrsss16.gouv.qc.ca. Anne Plante, M.Sc. Inf., CSIO, CSIP anne.plante@rrsss16.gouv.qc.

Cécile Bergeron, B. Sc. inf. cécile.bergeron@rrsss16.gouv.qc.ca. Anne Plante, M.Sc. Inf., CSIO, CSIP anne.plante@rrsss16.gouv.qc. Direction québécoise de cancérologie Les pratiques exemplaires en cancérologie Session d information aux nouveaux patients recevant de la chimiothérapie (version abrégée) 30 novembre 2012 Cécile Bergeron,

Plus en détail

«Intervention face aux comportements agressifs» PHOTO

«Intervention face aux comportements agressifs» PHOTO «Intervention face aux comportements agressifs» PHOTO APSAM 2003-2004 Nous tenons à remercier les personnes suivantes qui, par leurs connaissances et leur expérience, ont permis d orienter la formation

Plus en détail

LES RÔLES CONTEMPORAINS DE LEADERSHIP ET DE GESTION DE L INFIRMIÈRE : arrimage d un continuum de cours avec les besoins du réseau de la santé

LES RÔLES CONTEMPORAINS DE LEADERSHIP ET DE GESTION DE L INFIRMIÈRE : arrimage d un continuum de cours avec les besoins du réseau de la santé SP 7.4 LES RÔLES CONTEMPORAINS DE LEADERSHIP ET DE GESTION DE L INFIRMIÈRE : arrimage d un continuum de cours avec les besoins du réseau de la santé Martine Mayrand Leclerc, inf., MGSS/MHA, Ph.D. Robert

Plus en détail

L approche populationnelle : une nouvelle façon de voir et d agir en santé

L approche populationnelle : une nouvelle façon de voir et d agir en santé Trousse d information L approche populationnelle : une nouvelle façon de voir et d agir en santé Novembre 2004 L approche populationnelle : une nouvelle façon de voir et d agir en santé L approche populationnelle

Plus en détail

Le partenariat...5. La collaboration...5. Contrat de travail...5. Contrat de société de personnes...6

Le partenariat...5. La collaboration...5. Contrat de travail...5. Contrat de société de personnes...6 1 DOCUMENTS ANNEXE 1 D ACCOMPAGNEMENT GUIDE PRATIQUE D ÉLABORATION D UNE ENTENTE DE PARTENARIAT ENTRE UNE INFIRMIÈRE PRATICIENNE SPÉCIALISÉE EN SOINS DE PREMIÈRE LIGNE ET UN OU PLUSIEURS MÉDECINS PARTENAIRES

Plus en détail

2011-01-18. Quels sont, pour le soignant, les enjeux soulevés lorsqu il donne un soin à un allophone? Enjeu de communication

2011-01-18. Quels sont, pour le soignant, les enjeux soulevés lorsqu il donne un soin à un allophone? Enjeu de communication Distance linguistique et soins de qualité dans une perspective d équité: Concilier une diversité d enjeux Bilkis Vissandjee *, Université de Montréal Alex Battaglini, CSSS Bordeaux-CartiervilleSaint-Laurent

Plus en détail

La Capitale est fière de vous accueillir bientôt parmi sa clientèle. Votre collaboration nous est toutefois essentielle.

La Capitale est fière de vous accueillir bientôt parmi sa clientèle. Votre collaboration nous est toutefois essentielle. ASSURANCES COLLECTIVES - FNEEQ - CSN COMMUNIQUÉ Chargées et chargés d enseignement de l'université Laval Vous bénéficierez, à compter du 6 janvier 2014, du régime d assurance collective offert aux membres

Plus en détail

Projet de santé. Nom du site : N Finess : (Sera prochainement attribué par les services de l ARS) Statut juridique : Raison Sociale :

Projet de santé. Nom du site : N Finess : (Sera prochainement attribué par les services de l ARS) Statut juridique : Raison Sociale : Projet de santé Nom du site : N Finess : (Sera prochainement attribué par les services de l ARS) Statut juridique : Raison Sociale : Adresse du siège social : Téléphone : Mail : Version : Etablie en date

Plus en détail

Membres du groupe de travail sur l accessibilité aux soins de première ligne. Ont collaboré aux travaux du groupe de travail

Membres du groupe de travail sur l accessibilité aux soins de première ligne. Ont collaboré aux travaux du groupe de travail Membres du groupe de travail sur l accessibilité aux soins de première ligne D r Sylvain Dion, président du groupe de travail. secrétaire général, FMOQ D r Marc-André Asselin, premier vice-président, FMOQ

Plus en détail

Exonération des primes d assurance-vie. Guide du salarié

Exonération des primes d assurance-vie. Guide du salarié Exonération des primes d assurance-vie Guide du salarié Garantie d exonération des primes d assurance-vie collective Le présent guide contient les formulaires à remplir pour demander le maintien de votre

Plus en détail

Édition de mars 2015

Édition de mars 2015 À la recherche de la clé de la réussite! Édition de mars 2015 Conseil d établissement: 25 mars à 19:00 Journée pédagogique: 25 mars 2015 Dates en mars Si l école n a pas été fermée d ici le 25 mars pour

Plus en détail

Résultats du sondage sur la collaboration entre les CSSS et la première ligne médicale hors établissement

Résultats du sondage sur la collaboration entre les CSSS et la première ligne médicale hors établissement Résultats du sondage sur la collaboration entre les CSSS et la première ligne médicale hors établissement Janvier 2015 Contributions Équipe de travail Réal Cloutier, Hôpital Rivière-des-Prairies Louise

Plus en détail

AUDIT BLOC OPERATOIRE

AUDIT BLOC OPERATOIRE AUDIT BLOC OPERATOIRE Forum Octobre 2006 G.Bossuat, inf, HPCI, CHUV 1 Rappel théorique Audit vient du mot latin «audire», écouter. L audit, est un processus méthodique, indépendant et documenté permettant

Plus en détail

SONDAGE DES MEMBRES DE L APIGQ RÉSULTATS ET ANALYSE

SONDAGE DES MEMBRES DE L APIGQ RÉSULTATS ET ANALYSE SONDAGE DES MEMBRES DE L APIGQ RÉSULTATS ET ANALYSE SEPTEMBRE 2008 TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION... 3 SONDAGE ET ÉCHANTILLONNAGE... 3 SONDAGE... 3 ÉCHANTILLONNAGE... 4 COMPILATION DES RÉSULTATS... 4

Plus en détail

PLAN D INTÉGRATION COLLABORATIF DU RÔLE DES INFIRMIÈRES ET INFIRMIERS PRATICIENS AU CANADA 2011-2015

PLAN D INTÉGRATION COLLABORATIF DU RÔLE DES INFIRMIÈRES ET INFIRMIERS PRATICIENS AU CANADA 2011-2015 PLAN D INTÉGRATION COLLABORATIF DU RÔLE DES INFIRMIÈRES ET INFIRMIERS PRATICIENS AU CANADA 2011-2015 Novembre 2011 . Pour faciliter la lecture, les mots de genre féminin appliqués aux personnes désignent

Plus en détail

n 7 F é v r i e r 2 0 1 3 Note d information sur le Credit Bureau

n 7 F é v r i e r 2 0 1 3 Note d information sur le Credit Bureau n 7 F é v r i e r 2 0 1 3 Note d information sur le Credit Bureau n 7 F é v r i e r 2 0 1 3 Note d information sur le Credit Bureau Sommaire Le Credit Bureau I-Contexte et Objectifs 5 II-Cadre Légal et

Plus en détail

MODÈLE D ÉVALUATION DU LEADERSHIP CCPE

MODÈLE D ÉVALUATION DU LEADERSHIP CCPE MODÈLE D ÉVALUATION DU LEADERSHIP CCPE Le processus d octroi du titre de médecin gestionnaire certifié du Canada (Canadian Certified Physician Executive CCPE) oblige à évaluer les compétences en leadership

Plus en détail

Plan de mise en œuvre des options stratégiques. Conférence de presse, 25 septembre 2014

Plan de mise en œuvre des options stratégiques. Conférence de presse, 25 septembre 2014 Plan de mise en œuvre des options stratégiques Conférence de presse, 25 septembre 2014 Plan stratégique, concertation & consensus HNE, une (déjà) longue histoire au service de la population Concertation

Plus en détail

Volume 1 N 3 Dans ce numéro : Mars 2012

Volume 1 N 3 Dans ce numéro : Mars 2012 Volume 1 N 3 Dans ce numéro : Mars 2012 LES JOKES À RENÉEEEEEEEE LE DALAÏ-LAMA BABILLARD NOUVEAUX MEMBRES PERMIS DE CONSTRUIRE L HYPERLIEN DU MOIS LES JOKES À RENÉEEEEEEEE Pour vous mesdames Qu'aurait

Plus en détail

Sondage auprès des employés du réseau de la santé et des services sociaux du Québec - Rapport sommaire -

Sondage auprès des employés du réseau de la santé et des services sociaux du Québec - Rapport sommaire - Sondage auprès des employés du réseau de la santé et des services sociaux du Québec - Rapport sommaire - Juin 2009 1 Objectifs Réalisée par CROP pour le compte de l Association québécoise d établissements

Plus en détail

PROCÈS-VERBAL LIEU : INSTITUT PHILIPPE PINEL DE MONTRÉAL, SALLE A-1056. PERSONNES PRÉSENTES: Mme Hélène-Louise Dupont-Élie Présidente

PROCÈS-VERBAL LIEU : INSTITUT PHILIPPE PINEL DE MONTRÉAL, SALLE A-1056. PERSONNES PRÉSENTES: Mme Hélène-Louise Dupont-Élie Présidente PROCÈS-VERBAL RÉUNION : CONSEIL D'ADMINISTRATION DATE : LE 9 OCTOBRE 2014 HEURE : 12 H 30 LIEU : INSTITUT PHILIPPE PINEL DE MONTRÉAL, SALLE A-1056 PERSONNES PRÉSENTES: Mme Hélène-Louise Dupont-Élie Présidente

Plus en détail

PRATIQUE INFIRMIÈRE EN SOINS CRITIQUES De l urgence aux soins intensifs

PRATIQUE INFIRMIÈRE EN SOINS CRITIQUES De l urgence aux soins intensifs PRATIQUE INFIRMIÈRE EN SOINS CRITIQUES De l urgence aux soins intensifs Le jeudi 5 décembre 2013 Hôtel Chéribourg, Magog-Orford (Sortie 118 de l Autoroute 10 Direction Orford) 2603, chemin du Parc Orford

Plus en détail

SOMMAIRE COMMUNIQUÉ DE PRESSE. p. 3. p. 4 LE CESU. p. 5. Les outils. p. 6. Le centre de simulation. Quelques chiffres

SOMMAIRE COMMUNIQUÉ DE PRESSE. p. 3. p. 4 LE CESU. p. 5. Les outils. p. 6. Le centre de simulation. Quelques chiffres SOMMAIRE COMMUNIQUÉ DE PRESSE p. 3 LE CESU Les outils Le centre de simulation Quelques chiffres Un exemple : la formation à l emploi des infirmiers des services d urgences En annexe p. 4 p. 5 p. 6 p. 6

Plus en détail

Dispositifs proposés aux agents des collectivités et établissements publics

Dispositifs proposés aux agents des collectivités et établissements publics Délégation régionale Aquitaine /2015 Dispositifs proposés aux agents des collectivités et établissements publics CALENDRIER PREVISIONNEL 1 CNFPT - DELEGATION AQUITAINE LES PREPARATIONS AUX CONCOURS ET

Plus en détail

L accès au suivi et au traitement pour les personnes atteintes de l hépatite C au Québec 1

L accès au suivi et au traitement pour les personnes atteintes de l hépatite C au Québec 1 L accès au suivi et au traitement pour les personnes atteintes de l hépatite C au Québec 1 DOCUMENT SYNTHÈSE Lina Noël, Julie Laforest, Pier-Raymond Allard, Marc Dionne, INTRODUCTION Au Québec, près de

Plus en détail

LE TRAVAIL EN DYADE: UN ART QUI S APPRIVOISE!

LE TRAVAIL EN DYADE: UN ART QUI S APPRIVOISE! LE TRAVAIL EN DYADE: UN ART QUI S APPRIVOISE! Présentation au XVII e Colloque des CII-CIR Montréal, le 2 Mai 2012 Josée F. Breton, Inf., B. Sc., MBA, conseillère en organisation des soins et du travail

Plus en détail

MOORE, France, secrétaire d assemblée. GUAY, M. Jean-Marc ROBERGE, Mme Gaétane ROY, Mme Julie

MOORE, France, secrétaire d assemblée. GUAY, M. Jean-Marc ROBERGE, Mme Gaétane ROY, Mme Julie PROCÈS-VERBAL DE LA RÉUNION SPÉCIALE DU CONSEIL D ADMINISTRATION DU CENTRE DE SANTÉ ET DE SERVICES SOCIAUX DES ETCHEMINS, TENUE LE 17 JUILLET 2014, À 18 H 30, AU CENTRE ADMINISTRATIF (SALLE DE RÉUNION

Plus en détail

Programme cantonal Diabète une réponse de santé publique au service des patients

Programme cantonal Diabète une réponse de santé publique au service des patients Programme cantonal Diabète une réponse de santé publique au service des patients Dr Isabelle Hagon- Traub Mme Léonie Chinet Direc:on Programme cantonal Diabète Maladies chroniques: préoccupations partagées

Plus en détail

Statistiques des bibliothèques publiques du Québec : reflet actualisé d un réseau en constante évolution

Statistiques des bibliothèques publiques du Québec : reflet actualisé d un réseau en constante évolution Statistiques des bibliothèques publiques du Québec : reflet actualisé d un réseau en constante évolution Prendre la mesure de sa bibliothèque 9 mars 2012 Benoit Allaire, Observatoire de la culture et des

Plus en détail

Compte-rendu de la Réunion CMRR Du 21 Octobre 2004 Les présentations des intervenants sont disponibles sur le site : www.cmrr.vermeil.

Compte-rendu de la Réunion CMRR Du 21 Octobre 2004 Les présentations des intervenants sont disponibles sur le site : www.cmrr.vermeil. Compte-rendu de la Réunion CMRR Du 21 Octobre 2004 Les présentations des intervenants sont disponibles sur le site : www.cmrr.vermeil.org I. Informations diverses présentées par AS. Rigaud & B. Dubois

Plus en détail

Exanews étudiants Session de mai/juin/août

Exanews étudiants Session de mai/juin/août Exanews étudiants Session de mai/juin/août 2014-2015 Sommaire I. Planning des épreuves - année académique 2014-2015...3 II. Cas particuliers - Bon à savoir...9 III. Organisation générale de la session...11

Plus en détail