LA DOULEUR DU SIDA/VIH

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LA DOULEUR DU SIDA/VIH"

Transcription

1 LA DOULEUR DU SIDA/VIH [ Pain in HIV/AIDS ] Rédaction : Dr Daniel B. Carr Edition : Dr Robert G. Addison Edition 1996

2 LA DOULEUR DU SIDA/VIH

3 Comité de Direction Dr Alain Serrie Président Dr Robert G. Addison Trésorier Dr N. Timothy Lynch Secrétaire Dr Daniel B. Carr Responsable Projets Dr Michel Dubois Ex - Président Dr Jacques Meynadier Dr Claude Saint-Maurice Dr Jean-Marie Besson ADFA Dr C. Saint-Maurice Département Anesthésie Réanimation Hôpital Saint-Vincent de Paul Av. Denfert Rochereau PARIS Cedex 14 2

4 LA DOULEUR DU SIDA/VIH Rédaction : Dr Daniel B. Carr Professeur en charge de la recherche sur la douleur, Départements d anesthésie et de médecine, Faculté de Médecine de l Université Tufts, Centre médical de Nouvelle-Angleterre, Boston,Massachusetts,Etats-Unis Compte-rendu d un séminaire organisé par l Association Douleur France Amérique (ADFA) au siège du Conseil de l Europe, à Strasbourg, et à la Faculté de Médecine de l Université de Strasbourg, les 7-9 octobre 1994.

5 Dr Robert G. Addison, Editeur 1994, Association Douleur France Amérique,Washington,DC. Tous droits réservés. Aucune partie du présent ouvrage ne peut être reproduite,stockée dans un système de recherche documentaire ou transmise par quelque procédé que ce soit, mécanique,électronique,sous forme de photocopie, enregistrement ou autre - sans l autorisation préalable écrite de l Association Douleur France Amérique. PAIN IN HIV/AIDS Dr Daniel B. Carr, Rédacteur LA DOULEUR DU SIDA/VIH Dr Jacques Wrobel, Coordinateur INSTITUT UPSA DE LA DOULEUR 128 rue Danton RUEIL-MALMAISON Les notions exposées dans ce livre sont destinées à compléter et non à remplacer les connaissances médicales des professionnels formés en la matière.les auteurs, le rédacteur et l éditeur déclinent toute responsabilitié directe ou indirecte dans l usage pouvant être fait de cet ouvrage. ISBN : Conception A Editorial Paris (1) Dépôt légal 1er trimestre 1996

6 TA B L EDE S MAT I E R E S Auteurs Préface Dr Philippe Douste-Blazy Introduction Dr Daniel B. C a rr 1. Origines de la douleur du SIDA/VIH Dr Didier Bouhassira, Dr Matthew Lefkow i t z,dr Jacques Mey n a d i e r, Dr Alain Serri e 2. Exploration de la douleur chez les patients atteints de SIDA/VIH Dr Thomas De Bro u cke r, Dr Elyse J. S i n ge r, Dr Claude T h u re l, Dr Dominique Va l a d e 3. Traitement pharmacologique de la douleur du SIDA/VIH Dr Daniel B. C a rr,dr Michel Dubois,Dr Mai Luu, Dr Kirk V. S h e p a rd 4. Prise en charge non pharmacologique de la douleur du SIDA/VIH Dr Robert G.A d d i s o n,dr Paul Glare, Dr N.Ti m o t hy Ly n ch, Dr Brad Manning 5. Prise en charge des symptômes autres que la douleur au cours du SIDA/VIH Dr William Bre i t b a rt,dr Leonidas C. G o u d a s, Dr Alan M. H a rvey, Dr André Muller 6. La douleur chez l enfant atteint de SIDA/VIH Lynn Czarn e ck i,dr Catherine Dollfus, Dr Maureen Stra ffo rd Médicaments et posologies Bibliographie

7 AU T E U R S Dr Robert G. A d d i s o n, R e h abilitation Institute of Chicago, 345 E. S u p e rior Stre e t,c h i c ago, Illinois 60611, U. S. A. Dr Didier Bouhassira, INSERM U-161, 2 Rue d Alésia, Pa ri s,fra n c e Dr William Bre i t b a rt, D e p a rtment of Psych i a t ry, M e m o rial Sloan-Ke t t e ring Cancer Center, 1275 Yo rk Ave nu e,b ox 421, N ew Yo rk,n ew Yo rk 10021, U. S. A. Dr Daniel B. C a rr, D e p a rtments of Anesthesia and Medicine, N ew England Medical Center, B o s t o n,m a s s a chusetts 02111, U. S. A. Mme Lynn Czarn e ck i, Pe d i a t ric AIDS Pro gra m,united Hospitals Medical Center, 15 S. 9 Stre e t, N ewa rk,nj 07101, U. S. A. Dr Thomas De Bro u cke r, N e u ro l o gi e,hôpital de la Fo n t a i n e,92200 Saint-Denis, Fra n c e Dr Catherine Dollfus, Unité d Hématologie et d Oncologie Pédiatri q u e,hôpital A. Tro u s s e a u, 26 Ave nue du Docteur A rnold Netter, Pa ris, Fra n c e Dr Michel Dubois, 2205 Fox b o ro Place, N. W.,Wa s h i n g t o n,d. C , U. S. A. Dr Paul Glare, R oyal Prince A l f red Hospital, Missenden Road, C a m p e rd ow n,n. W. S , Au s t ra l i a Dr Leonidas C. G o u d a s, D e p a rtment of A n e s t h e s i a,n ew England Medical Center, B o s t o n, M a s s a chusetts 02111, U. S. A. Dr Alan M. H a r vey, D e p a rtment of A n e s t h e s i a,b aystate Medical Center, 759 Chestnut Stre e t, S p ri n g fi e l d,ma 01199, U. S. A. Dr Matthew Lefkow i t z, D e p a rtment of A n e s t h e s i a,state Unive rsity of New Yo rk Medical Center, 97 Amity Stre e t,b ro o k ly n,n ew Yo rk 11201, U. S. A. Dr Mai Luu, C e n t re d Evaluation et de Traitement de la Douleur, Hôpital Saint-Antoine, Pa ri s, Fra n c e 6

8 Dr N. Ti m o t hy Ly n ch, D e p a rtment of A n e s t h e s i a,medical College of Wi s c o n s i n,8700 W. Wisconsin Ave nu e,m i lwa u ke e,wisconsin 53226, U. S. A. Dr Brad Manning, Clinical Psych o l o gi s t,595 East Colorado Bouleva rd,suite 635, Pa s a d e n a, C a l i fo rnia 91101, U. S. A. Dr Jacques Mey n a d i e r, A n e s t h é s i o l o gi e,c e n t re Oscar Lambre t,b. P ,59020 Lille, Fra n c e Dr André Muller, Hôpital Civil, C e n t re de Traitement de la Douleur, H ô p i t a u x U n i ve rs i t a i res de Stra s b o u rg,68000 Stra s b o u rg,fra n c e Dr Alain Serri e, D é p a rtement de Diagnostic et de Traitement de la Douleur, Hôpital Lari b o i s i è re,2, Rue A m b roise Pa r é,75010 Pa ri s,fra n c e Dr Kirk V. S h e p a rd, R oxane Lab o ra t o ri e s,p. O. B ox 16532, C o l u m b u s,ohio 43216, U. S. A. Dr Elyse J. S i n ge r, D e p a rtment of Neuro l o gy W 127,Ve t e rans A d m i n i s t ration Medical C e n t e r,west Los A n ge l e s,11301 Wi l s h i re Bouleva rd,los A n ge l e s, C a l i fo rnia 90073, U. S. A. Dr Maureen Stra ffo rd, D e p a rtment of A n e s t h e s i a,n ew England Medical Center, B o s t o n, M a s s a chusetts 02111, U. S. A. Dr Claude T h u re l, D é p a rtement de Diagnostic et de Traitement de la Douleur, Hôpital Lari b o i s i è re,2, Rue A m b roise Pa r é,75010 Pa ri s,fra n c e Dr Dominique Va l a d e, C e n t re de Traitement de la Douleur, Hôpital Coch i n,75014 Pa ri s,fra n c e 7

9 PR É FA C E Dr Philippe Douste-Blazy, ancien Ministre de la Santé Le Pro fesseur Jean Bern a rd,de l Académie Fra n ç a i s e,a déclaré : La médecine a dava n t age évolué ces 50 dern i è res années qu au c o u rs des 50 siècles précédents. To u t e fo i s, l intérêt suscité par la douleur a été plus discre t.considérée comme un s y m p t ô m e,c e l l e - ci n a pas focalisé l attention des cliniciens et ch e rch e u rs. Je conviens qu il doit cesser d en être ainsi dans la mesure où les pro grès scientifi q u e s nous ont désormais mieux armés pour compre n d re la douleur. Il n est plus possible de se résigner ; nous devons perm e t t re à tous les patients d accéder à l ensemble des traitements disponibles pour c o m b a t t re la douleur. Tout clinicien est un Docteur ès douleur. Cette dern i è re constitue le p remier motif de 67 % des consultations médicales en Fra n c e. C h a q u e année dans notre pay s,q u a t re millions d interventions sont pra t i q u é e s et n o u veaux cas de cancer sont diag n o s t i q u é s, a u x q u e l s s ajoutent plus de cas de SIDA recensés depuis le début de l é p i d é m i e. Il m apparaît inacceptabl e, aussi bien en ma qualité de médecin que de re s p o n s able de la Santé Publique dans ce pay s,que nombre de médecins g é n é ralistes n aient toujours pas en leur possession les fo rmu l a i re s n é c e s s a i res à la pre s c ription d analgésiques fo rt s. Qu est-ce qui, d a n s l enseignement sur l utilisation des analgésiques, rend médecins et p h a rmaciens réticents à utiliser les opiacés, qui jouent pourtant un rôle i m p o rtant dans la lutte contre la douleur? Cette réticence est en part i e fondée sur un désir compréhensible d éviter les effets secondaires et la d é p e n d a n c e, mais les stra t é gies thérapeutiques évoquées dans cet o u v rage peuvent perm e t t re de surmonter ces pro bl è m e s. Peut-on justifier de ne pas soulager la souff rance de patients en fin de vie par la mauvaise connaissance de ces techniques? 8

10 IN T R O D U C T I O N Dr Daniel B. C a rr La prise en ch a rge de la douleur constitue un élément fondamental de la qualité de vie chez tous les patients, notamment ceux atteints d affections telles que le SIDA / V I H, pour lesquelles aucun traitement n est encore disponibl e.la douleur est présente chez plus d un tiers des individus infectés par le V I H.Elle peut avoir dive rses ori gi n e s, dont l infection VIH elle-même, les tra i t e m e n t s a n t i v i ra u x, antibiotiques et anticancére u x, ou encore les infe c t i o n s s e c o n d a i res et les traitements invasifs ou ch i ru rgicaux qu elles e n t ra î n e n t. E valuer et traiter de façon optimale la douleur associée à l infection V I H r é cl a m e,comme dans nombre d autres contextes cliniques complexe s, les connaissances et les talents de plus d une spécialité. C est la ra i s o n pour laquelle l Association Douleur France A m é rique (ADFA) a org a n i s é un séminaire interd i s c i p l i n a i re en vue d élab o rer un document consensuel sur le diagnostic et le traitement de la douleur et autre s symptômes associés au SIDA/VIH chez l adulte et l enfa n t. Des locaux de réunion ont été généreusement fo u rnis à cet effet les 7-9 o c t o b re 1994, à Stra s b o u rg,par le Conseil de l Europe et la Faculté de Médecine de l Unive rsité de Stra s b o u rg.les spécialistes conviés se sont assidûment employés à rédiger les manu s c rits de chaque session avant la fin du séminaire. Les pauses ménagées par les petits-déjeuners et les d î n e rs leur ont permis - si bri è ve m e n t,il est vrai! - de savo u rer l admirabl e ambiance et l excellente cuisine de Stra s b o u rg. Au cours des quatre mois qui ont suivi,la collab o ration fra n c o - a m é ri c a i n e s est poursuivie pour compléter ce compte-re n d u. Le produit fi n a l, ce traité de poch e, est destiné à tous les médecins c o n c e rnés par la prise en ch a rge et le traitement de la douleur. 9

11 1. ORIGINES DE LA DOULEUR DU SIDA/VIH Dr Didier Bouhassira, Dr Matthew Lefkow i t z, Dr Jacques Mey n a d i e r, Dr Alain Serri e La douleur est fréquente au cours de l infection VIH (Tableau 1). De façon généra l e,t rois types de douleurs peuvent être distingués : les douleurs nociceptives signalent une lésion tissulaire par l interm é- d i a i re de nerfs et de voies de conduction centrales par ailleurs intacts, les douleurs neuro p a t h i q u e s t raduisent un dy s fonctionnement des nerfs péri p h é riques ou du système nerveux centra l, les douleurs idiopathiques se manifestent en l absence d atteinte org a- n i que connu e,ou de façon dispro p o rtionnée par ra p p o rt à cette dern i è re ( L e b ov i t z,1989 ; O N e i l l,1993 ; R o z e n b a u m,1993 ; S i n ge r, ). Tableau 1. Syndromes douloureux couramment observés au cours du SIDA/VIH DOULEUR ABDOMINALE 26 % NEUROPATHIE PÉRIPHÉRIQUE 25 % DOULEUR LARYNGÉE 20 % CÉPHALÉES LIÉES AU VIH 17 % CÉPHALÉES NON LIÉES AU VIH : Céphalées psychogènes 63 % Migraine avec aura 12 % Céphalées inclassifiables 10 % Migraine sans aura 5 % CÉPHALÉES INDUITES PAR L AZT 16 % ARTHRALGIES 5 % DOULEURS ZOSTÉRIENNES 5 % DORSALGIES 5 % 10

12 La douleur nociceptive La douleur nociceptive est induite par un traumatisme tissulaire, o u e n c o re par des stimuli therm i q u e s, mécaniques ou ch i- miques (Serri e, 1994 ). L a c t i v i t é n o c i c e p t i ve est re n fo rcée par des substances : libérées à partir des tissus lésés : p o t a s s i u m, h i s t a m i n e, a c é t y l ch o l i n e,s é rotonine et ATP ; p roduites par les tissus lésés : b ra dy k i n i n e,p ro s t glandines a ; libérées par des nocicepteurs : n e u ro p e p t i d e s,notamment la substance P (SP). La SP prol o n ge et intensifie la douleur ; elle provoque également la l i b é ration d histamine, e l l e - même à l ori gine d une va s o- dilatation et d un œdème. Le tableau 2 recense les quatre principales sources de douleurs n o c i c e p t i ve s au cours du S I DA/VIH (Sch o ffe rm a n n, 1988 ; L e b ov i t z,1989 ; M o s s, ). Les douleurs de la cavité buccale constituent l une des manifestations douloureuses les plus d é ro utantes de l infection V I H ( C o n n o l ly, 1989 ). L é t i o l o gie des u l c é rations à type d aphtes r é c i d i vants est obscure. L e s candidoses et la colonisation d i recte de l oro p h a rynx ou de Tableau 2. Sources de douleurs nociceptives au cours du SIDA/VIH CAUSES CUTANÉES Sarcome de Kaposi Douleurs de la cavité buccale CAUSES VISCÉRALES Tumeurs Gastrites Pancréatites Infections Affections biliaires CAUSES SOMATIQUES PROFONDES Manifestations rhumatologiques (par e x e m p l e,arthralgies) Dorsalgies Myopathies CÉPHALÉES Liées au VIH (par exemple, méningite, encéphalite, néoformation) Non liées au VIH (par exemple, céphalées psychogènes, migraine) Iatrogènes (par exemple, liées à l AZT) 11

13 l œ s o p h age par le Cytomégalov i rus (CMV) ou le virus herpès simplex (VHS) sont autant de sources de dy s p h agie et (s agissant des viru s ) d i n fection douloureuse des glandes saliva i res (Baro n e,1986 ; E dwa rd s, ).Le sarcome de Kaposi peut être asymptomatique ou enge n d re r d i ve rses manifestations douloure u s e s, notamment des dy s p h agi e s. L œ s o p h agi t e u l c é ra n t e e s t ex t r ê m e m e n t d o u l o u re u s e e t s o u ve n t r é f ra c t a i re au traitement symptomatique (Fri e d m a n, ). Les art h rites réactionnelles et le syndrome de Fi e s s i n ge r - L e oy r - R e i t e r, s o u vent inaugurés par une diarr h é e,sont des douleurs rhumatologi q u e s fréquentes dans l infection V I H. La douleur art i c u l a i re est intense et r é f ra c t a i re aux A I N S. Les patients présentent fréquemment une antigènémie HLA-B27 positive. Des polya rt h ra l gies non spécifi q u e s p e u vent s observer à la phase aiguë. U l t é ri e u re m e n t,un syndrome art i c u l a i re douloureux lié au VIH peut donner lieu à d intenses douleurs aiguës intermittentes au niveau des grosses articulations des membres inféri e u rs et, p a r fo i s,des épaules. D a n s cette art h rite à V I H, le liquide synovial ne permet pas de fonder de d i ag n o s t i c.l atteinte psoriasique liée au VIH se manifeste fréquemment avec la même intensité au niveau de la peau et des art i c u l a t i o n s.la douleur de l art h rite psoriasique liée au VIH est souvent sévère,les patients pouva n t d é velopper des lésions éro s i ves et autres handicaps inva l i d a n t s. Les myopathies douloureuses observées aux stades précoces ou i n t e rm é d i a i res de l infection VIH peuvent avoir une ori gine infl a m - m a t o i re ou toxique ; dans ce dernier cas, elles sont souvent secondaire s à un traitement par la zidovudine et cara c t é risées par une fa i blesse de la mu s c u l a t u re prox i m a l e. Une myopathie infl a m m a t o i re diff u s e ( p o ly myosite) peut s observer à tous les stades de l infection V I H. L e s céphalées sont ab o rdées au ch a p i t re suiva n t. Douleur neuro p a t h i q u e Les principales causes de douleurs neuropathiques associées à l infe c t i o n VIH sont les neuropathies à V I H,les névra l gies post-zostéri e n n e s,les neuropathies toxiques secondaires aux traitements antiviraux et (en ra i s o n de leur fo rte prévalence dans la population générale) les neuro p a t h i e s d i abétiques (Lége r, ). 12

14 Fr é q u e m m e n t,la douleur neuropathique : a p p a raît en l absence de lésions tissulaires évo l u t i ves décelabl e s ( B a i l ey, 1988) ; donne lieu à des sensations désagr é ables de cara c t è re anormal ou i n h ab i t u e l,s o u vent à type de brûlure s, de déch a rges électri q u e s, d é l a n c e m e n t s,ou de fulgurances et de tiraillements ; peut survenir longtemps après un traumatisme favo ri s a n t,a l o rs que les lésions sont cicatrisées ; est ressentie dans une zone de sensibilité cutanée diminuée ; est décl e n chée par des stimuli de fa i ble intensité tels qu un fro t t e- ment au niveau de la peau ( allodynie ) ; s ag grave et persiste sous l effet de stimuli répétés (sommation). Une mononévrite multiple de stade précoce peut être la conséquence d une lésion va s c u l a i re auto-immu n e.le stade tardif est souvent contemp o rain d une infection à CMV et évolue sur un mode pro gre s s i f, p l u s m a l i n. Les neuropathies distales, essentiellement sensorielles et axonales, s o n t d ava n t age re s p o n s ables de symptômes sensitifs à type de brûlures ou de sensibilité diminuée (hypoesthésie) que de tro u bles moteurs tels qu un d é ficit modéré. Les neuropathies distales peuvent directement résulter de la fixation du VIH-1 sur le nerf ou le ganglion de la racine dors a l e,m a i s ne répondent que médiocre m e n t,vo i re pas du tout, à la zidov u d i n e. Les autres neuropathies incluent les poly radiculopathies ascendantes liées au CMV et les neuropathies péri p h é riques d ori gine tox i q u e ( i n d u i t e s,par exe m p l e,par la didanozine (ddi) ou la zalcitabine (ddc) qui sont toutes deux re s p o n s ables de dégénérescence axonale. Les symptômes, à type d endolori s s e m e n t,de brûlure ou de podalgi e s p s e u d o - c o n t u s i o n n e l l e s,p e u vent s ag graver à l arrêt de la théra p e u t i q u e. Les neuropathies végétatives peuvent provoquer une diarrhée ch ro n i q u e ou une hypotension allant du tro u ble léger ou postural au collapsus c a rd i o - va s c u l a i re décl e n ché à l occasion de gestes médicaux. Le tableau 3 décrit les neuropathies susceptibles d appara î t re au cours de l é volution d une infection V I H. 13

15 Tableau 3. Neuropathies douloureuses selon le stade de l infection VIH PH A S E A I G U Ë O U D E S É R O C O N V E R S I O N Mononévrite, atteinte du plexus brachial P o l y n e u ropathie aiguë démyélinisante (syndrome de G u i l l a i n - B a rr é ) PH A S E L AT E N T EA S Y M P T O M AT I Q U E(CD4 + > /m m 3 ) P o l y n e u ropathie aiguë démyélinisante (syndrome de G u i l l a i n - B a rr é ) P o l y n e u ropathie inflammatoire chro n i q u e démyélinisante (PICD) PH A S E D E T R A N S I T I O N(200 < CD4 + < ) Herpès zoster (zona) Mononévrite multiple PH A S E TA R D I V E (CD4 + < /m m 3 ) Polynévrite à prédominance sensitive Neuropathie végétative Polyradiculonévrite à cytomégalovirus (CMV) Mononévrite multiple (sévère ) Mononévrite associée à une méningite aseptique Mononévrite secondaire à une méningite l y m p h o m a t e u s e N e u ropathie toxique liée aux nucléosides (ddi, ddc) 14

16 2. EXPLORATION DE LA DOULEUR CHEZ LES PATIENTS ATTEINTS DE SIDA/VIH Dr Thomas De Bro u cke r, Dr Elyse J. S i n ge r, Dr Claude T h u re l,dr Dominique Va l a d e L ex p l o ration de la douleur chez un patient atteint de SIDA/VIH peut constituer un processus potentiellement astre i g n a n t, c o m p l exe et o n é re u x,s u s c e p t i ble par lui-même d accro î t re le mal-être du sujet. L a mise en pratique des principes ci-après peut contribuer à réduire la gêne et les coûts occasionnés par ce processus : Les patients VIH-positifs ambulatoires non immunodéprimés o n t peu de risques de développer des tumeurs ou des infections opportunistes mettant en jeu le pronostic vital. Bien que la surve nue occasionnelle d affections auto-immunes ait été ra p p o rtée chez de tels s u j e t s,n o m b re de manifestations douloureuses affectant cette population (par exe m p l e,le zona) peuvent être traitées sans avoir à re c o u- rir à des ex p l o rations diagnostiques poussées. Dans ce gro u p e,le tra i- tement des pro blèmes douloureux bénins (telles les migraines) peut ê t re ab o rdé de la même façon que chez les patients non infectés par le V I H. Chez les sujets infectés par le VIH et i m m u n o d é p r i m é s, l a p p a rition d une douleur peut être le signe ava n t - c o u reur d une a ffection potentiellement fatale (par exe m p l e, céphalées de novo m a rquant le début d une méningite cryptococcique) dont le tra i t e- ment est essentiel (Lipton, ).Les signes et symptômes cl i n i q u e s présents lors de l installation de certains syndromes douloure u x ch roniques chez les patients VIH-positifs immu n o d é p rimés (par exe m p l e, n e u ropathies sensorielles douloureuses des dégénére s- cences axonales distales liées au VIH) permettent le diagnostic sans avoir à re c o u rir à des ex p l o rations biologiques appro fondies et peuvent donner lieu à un traitement palliatif s il s agit de la seule option t h é rapeutique env i s age abl e. Le rôle du médecin de la douleur dans l évaluation de celle-ci chez le patient atteint de SIDA / V I H,consiste à pri v i l é gier l ex p l o ration des p ro blèmes complexes de façon à pouvoir fo rmuler un diagnostic per- 15

17 tinent en évitant les pro c é d u res inu t i l e s,de fa i ble valeur diag n o s t i q u e ou susceptibles de causer au patient plus de désagrément que ne le j u s t i fie la gravité potentielle du pro blème médical. Le personnel soignant doit fa i re de la prévention des douleurs iatrogènes (y compris celles induites par des gestes médicaux) une pri o- rité chez tous les patients, en particulier ceux atteints de SIDA / V I H. S agissant de patients au stade terminal de SIDA / V I H,le confo rt est n o rmalement plus important que le diag n o s t i c.il est hautement souh a i t able que le moment où doit intervenir ce ch a n gement d ori e n t a- tion dans la stra t é gie thérapeutique soit débattu à l avance entre le p a t i e n t,ses pro ches et le personnel soignant. Exploration de syndromes douloureux spécifiques La céphalée constitue un symptôme aux multiples causes p o t e n t i e l l e s. L é valuation d une céphalée de surve nue récente ( Fi g u re 1) doit p re n d re en compte la présence éventuelle d une i m mu n o d é p re s s i o n,de signes et symptômes (conv u l s i o n s,h é m i p a r é s i e ) témoignant d une atteinte focalisée du système nerveux central (SNC), ou encore d une fi è v re (Rosenbl u m, ). Le médecin doit également garder à l esprit que les images ra d i o l o gi q u e s ne fo u rnissent pas de diagnostic tissulaire ; a i n s i,il n existe actuellement aucun procédé totalement fi able permettant de diff é rencier un lymphome du SNC d une toxoplasmose en image rie par résonance m agnétique (IRM) cérébra l e.de même, l étude des para m è t res cl a s s i q u e s du LCR, tels la nu m é ration des éléments cellulaires et la pro t é i n o ra ch i e, peut être mise en défaut par l infection VIH (Mars h a l l,1993) ; a u s s i,p o u r d i agnostiquer l infection cérébra l e,est-il souvent plus utile de re c o u rir à des ex p l o rations spécifiques du virus telles que la culture de LCR et la réaction de poly m é risation en chaîne (RPC). 16

18 Figure 1 LES CÉPHALÉES IMMUNOCOMPÉTENT CHEZ TOUS :(VDRL/FTA), ANTIGÈNE CRYPTOCOC- CIQUE CUTIRÉACTION IMMUNODÉPRIMÉ EXAMENNEUROLOGIQUE NORMAL ; ABSENCE DE FIÈVRE, CONVULSIONS, SIGNES MÉNINGÉS EXAMEN NEUROLOGIQUE ANORMAL, FIÈVRE, CONVULSIONS, SIGNES MÉNINGÉS EX A M E NN E U R O L O G I Q U E N O R M A L ; A B S E N C E D E F I È V R E, C O N V U L S I O N SE T S I G N E S M É N I N G É S PAS D AZT SI SOUS AZT, ARRÊTEROURÉDUIRE LA POSOLOGIE LA P R O B A B I L I T É D I N F E C T I O NO P P O RT U N I S T E OU DETUMEUR DU SNC EST FAIBLE TDM OU IRM PAS D AMÉLIORATION SI AMÉLIORATION, RÉDUIRE LA POSOLOGIEOU TRAITER LACÉPHALÉE PAR LESAINS ELIMINER UNESYPHILIS (VDRL/FTA), UNE TUBERCULOSE SI ANORMAL SI NÉGATIF, ÉLIMINER UNESINUSITE NÉOFORMATIONOU HYPERTENSION INTRACRANIENNE EXAMEN NORMAL OUABSENCE D EFFET DEMASSE SI NÉGATIF, TRAITER COMME UNECÉPHALÉE BÉNIGNE PAS DEPONCTION LOMBAIRE PL, COMPTAGE CELLULAIRE, PROTÉINORACHIE, GLYCORACHIE, VDRL, CULTURES (BACTÉRIES, LEVURES, BACILLE ACIDORÉSISTANT), RPCPOUR CMV/HERPÈS, CYTOLOGIE. TRAITEMENT EMPIRIQUE D UNETOXOPLASMOSE, ANALGÉSIQUES SI AMÉLIORATION, TRAITER À VIE SI LETRAITEMENT ÉCHOUE, BIOPSIE CÉRÉBRALE STÉRÉOTAXIQUE DI A G N O S T I CS P É C I F I Q U E : TRAITERLA CAUSESOUS- JACENTE ET PRESCRIREDES ANALGÉSIQUES PAS DE DIAGNOSTIC SPÉCIFIQUE TRAITER PAR ANALGÉSIQUES 17

19 Les neuropathies périphériques douloure u s e s ( Fi g u res 2 à 5) d o i vent être explorées en se fondant sur une anamnèse appro fondie et un examen neuro l o gique ciblé (fonctions motri c e s,s e n s o ri e l l e s,r é fl exe s et neuro - v é g é t a t i ves) (Miller, 1988 ; S ch a u m b u rg, ).Cette appro ch e p e rmet au médecin d éliminer des affections simulant une neuro p a t h i e, telles que my é l o p a t h i e,myo s i t e,a rt h rite ou vasculopathie péri p h é ri q u e. La démarche diagnostique doit être orientée en s attachant cl a i rement au d i agnostic diff é re n t i e l.par exe m p l e,si un électro myo gramme avec étude de la vitesse de conduction nerveuse (EMG/VCN) est pro gra m m é, i l c o nvient de demander à l électro myo graphiste de bien distinguer entre n e u ropathie et ra d i c u l o p a t h i e,e n t re mononévrite et poly n é v ri t e,et entre lésions démyélinisantes et axonales. L i d e n t i fication précise du pro c e s s u s n e u ropathique circ o n s c rit le diagnostic diff é rentiel et limite les ex p l o ra t i o n s c o m p l é m e n t a i re s. L e s s u j e t s V I H - p o s i t i f s n o n i m mu n o d é p rimés sont dava n t age enclins à développer des neuro p a t h i e s d é myélinisantes auto-immunes et des processus neuro p a t h i q u e s c a ra c t é ristiques des individus non infectés par le VIH ; de leur côté, l e s patients immu n o d é p rimés sont également exposés au risque de n e u ropathies axonales liées au VIH et de neuropathies secondaires à des i n fections opportunistes telles que le CMV (Rosenbl u m,1988 ; A c a d é m i e A m é ricaine de Neuro l o gi e, ). Figure 2 M O N O N É V R I T E IMMUNOCOMPÉTENT IMMUNODÉPRIMÉ EL I M I N E RS Y P H I L I S, TUBERCULOSE, HERPÈS, C O M P R E S S I O N M É C A N I Q U E SI SYMPTÔMES INHABITUELS TDM/IRMPOUR ÉLIMINER UNENÉOFORMATION (PAR EX. LYMPHOME) SI UNE CAUSETRAITABLE ESTDÉCOUVERTE SI AUCUNE CAUSE TRAITABLE N EST DÉCOUVERTE ABSENCE DE NÉOFORMATION, PL (COMPTAGE CELLULAIRE GLYCORACHIE), VDRL ; CULTURES (CMV, VZV, BACILLE ACIDORESISTANT, LEVURES) TRAITER, SI POSSIBLE, LA CAUSE SOUS-JACENTE (PAR EX. ZONA) ETPRESCRIRE DES ANALGESIQUES. TRAITEMENTSYMPTOMATIQUE DELA DOULEUR PARANALGÉSIQUES TRAITERSI POSSIBLELA CAUSE SOUS-JACENTE 18

20 Figure 3 PA R A LYSIES MULTIPLES DES NERFS CRANIENS CHEZ TOUS : VDRL/FTA, CUTIRÉACTION, LDH CHEZ TOUS : TDM/IRM AVEC P. DE CONTRASTE SI ABSENCEDE NÉOFORMATION CHEZ TOUS : PL AVEC COMPTAGE CELLULAIRE, GLYCORACHIE, PROTÉINORACHIE, VDRL, CULTURES, PCR, CYTOLOGIE ENVISAGER UNEBIOPSIENERVEUSE ATRAITER, SI POSSIBLE, LACAUSE SOUS-JACENTE ; TRAITERLA DOULEUR PAR LESANALGÉSIQUES Figure 4 MONONÉVRITE MULT I P L E CHEZ TOUS : VDRL/FTA, CUTIREACTION, B 12, ANTICORPS ANTINUCLÉAIRES IMMUNOCOMPÉTENT IMMUNODÉPRIMÉ ELIMINER CAUSES MÉCANIQUES DE COMPRESSIONNERVEUSE ; ENVISAGEREMG, VCN EXPLORATIONSPLUS APPROFONDIES À LA RECHERCHE D AUTRES CAUSESDE NEUROPATHIE (P. EX. DIABÈTE) ELECTROMYOGRAMME VITESSE DE CONDUCTION NERVEUSE (TOUS) ENVISAGER BILAN VASCULAIRE À LA RECHERCHE D UNE AFFECTION AUTO-IMMUNE ; R E C H E R C H E D E C M V/ H E R P È S : PONCTION L O M B A I R E, B I O P S I EN E RV E U S E 19

21 Figure 5 P O LY N É V R I T E S IMMUNOCOMPÉTENT CHEZ TOUS : VDRL/FTA, CUTIRÉACTION, B 12, FOLATES, VS IMMUNODÉPRIMÉ L EXAMEN MET EN ÉVIDENCE UNE NEUROPATHIE A DOMINANTE SENSORIELLE L EXAMEN MET EN ÉVIDENCE UNE NEUROPATHIE À DOMINANTE MOTRICE OUMIXTE L EXAMENMETEN ÉVIDENCE UNE NEUROPATHIE MIXTE, UN FAIBLE TAUX DECD4 ( <1 0 0), U N ED O R S A L G I E, DES SYMPTÔMES I N T E S T I N A U X/V É S I C A U X, OU DESSIGNES D INFECTION SYSTÉMIQUES À CMV/HERPÈS L EXAMEN MET EN ÉVIDENCEUNE POLYNÉVRITE ESSENTIELLEMENT SENSORIELLE EMG/VCN, PONCTIONLOMBAIRE (COMPTAGE CELLULAIRE PROTÉINORACHIE, ETC.) L E M G/V C NR É V È L EU N E POLYRADICULONÉVRITE EMG/VCN 20 EMG, VCN FACULTATIFS EN CAS DE NEUROPATHIE AXONALE NONLIÉE À UN PROCESSUS PATHOLOGIQUE SPÉCIFIQUE AUTREQUE L INFECTION VIH, TRAITER PAR ANALGÉSIQUES, TRICYCLIQUES, ETC. EN CASDE NEUROPATHIE DÉMYÉLINISANTEAUTO- IMMUNE AVEC INFLAM- MATION, TRAITER LA NEUROPATHIE PAR PLASMAPHÉRÈSE, IgG IV ET TRAITER LA DOULEUR IRM DES RACINES NERVEUSES LOMBO-SACRÉES (AVEC CONTRASTE) ET PL (COMPTAGE CELLULAIRE, PROTÉINORACHIE, GLYCORACHIE), VDRL, CULTURES, CYTOLOGIE, CMV/HSV SI UNE PATHOLOGIE ASSOCIÉE ESTDÉCOU- VERTE, TRAITER L AFFEC- TION SOUS-JACENTE ET LA DOULEUR : PAR EX., SI CMV, TRAITER PAR D H P G (G A N C I C L O V I R) ; SI HERPÈS, TRAITER PAR L ACICLOVIR ; SI LYMPHOME, TRAITER PAR CHIMIOTHÉRAPIES NEUROPATHIE AXONALE DISTALE SI LE PATIENT ESTSOUS d di, ddc, D4T OUAUTRE THÉRAPEUTIQUENEUROTOXIQUE, TENTERRÉDUCTION/ARRÊT DU TRAITEMENT ; TRAITER LADOULEUR. NEUROPATHIE SENSORIELLE DOULOUREUSELIÉE AU VIH, PL FACULTATIVE, TRAITER LA DOULEUR. SI LE PATIENT NE REÇOIT PAS DE THÉRAPEUTIQUE NEUROTOXIQUE, LACAUSE ESTPROBABLEMENT L INFECTION VIH, ETC.

22 Les myalgies ( Fi g u re 6) sont fréquentes au cours de l infe c t i o n V I H. Une myopathie auto-immune ( myopathie liée au VIH ) re s s e m blant à la poly myosite a été ra p p o rtée chez des patients infe c t é s par le VIH à tous les stades de la maladie, quoique de façon peu c o u rante (Rosenbl u m, ). Des myopathies liées à l emploi de la z i d ovudine ont également été signalées ; leur fréquence augmente p ro p o rtionnellement aux doses administrées.c e rtains sujets atteints de n e u ropathies dégénéra t i ves font état de crampes mu s c u l a i res pouva n t s i muler une myopathie pri m i t i ve. Les patients immu n o d é p rimés à un stade avancé de la maladie sont exposés aux dénu t ritions (se re p o rt e r au ch a p i t re 5), aux atteintes endocri n i e n n e s t e l l e s q u i n s u ffi s a n c e s u rr é n a l e o u t ro u bles électro ly t i q u e s, et aux atrophies d inactivité liées à l alitement et à l immobilité pro l o n g é s, qui peuvent tous e n ge n d rer ou ag graver une mya l gi e. Figure 6 M YA L G I E S CHEZ TOUS : ÉPREUVES FONCTIONNELLES THYROÏDIENNES, CPK, ALDOLASE, VS IMMUNOCOMPÉTENT IMMUNODÉPRIMÉ NÉGATIF ANOMALIES DES CPK/ALDOLASE/VS DOULEURGÉNÉRALISÉE OUPROXIMALE, SYMÉTRIQUE ; ATROPHIE FOYER DOULOUREUX BIEN LOCALISÉ MÊMESEXPLORATIONS/ TRAITEMENTQUE POUR LA POPULATIONGÉNÉRALE EMG, VCN ; ENVISAGER BILAN VASCULAIRE SI LE PATIENTEST TRAITÉ PAR LA ZIDOVUDINE, INTERROMPRE CELLE-CI PENDANT 3-6 SEMAINES RECHERCHERUNE PATHOLOGIE MUSCULO-SQUELETTIQUE LOCALE BIOPSIE MUSCULAIRE PAS D AMÉLIORATION SI AMÉLIORATION, CHANGER DE MÉDICAMENT EN CAS D INFLAMMATIONDIFFUSE (POLYMYOSITE), TRAITER L AFFECTION PAR LA PREDNISONE +/- AINS CONTRELA DOULEUR, OU ENVISAGER IgG IV, PLASMA- PHÉRÈSE. SI PRÉSENCE DEFIBRES DYSTROPHIQUESDE COLORATIONROUGE EN MICROSCOPIE ÉLECTRONIQUE, TÉMOIGNANTDELÉSIONS MITOCHONDRIALES TOXIQUES LIÉES À LA ZIDOVUDINE, ENVISAGER L ARRÊTCOMPLET DECELLE-CI. 21

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86 LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : ÉTABLISSEMENT DE LIENS ENTRE LES PERSONNES CHEZ QUI UN DIAGNOSTIC D INFECTION À VIH A ÉTÉ POSÉ ET LES SERVICES DE SOINS ET DE TRAITEMENT

Plus en détail

PRISE EN CHARGE INITIALE DES CEPHALEES AU SERVICE DES URGENCES SITE D ETAMPES

PRISE EN CHARGE INITIALE DES CEPHALEES AU SERVICE DES URGENCES SITE D ETAMPES PRISE EN CHARGE INITIALE DES CEPHALEES AU SERVICE DES URGENCES SITE D ETAMPES PR-ULI-URG-PEC-N 108 Version n 1 Crée le 01-02-2011 DIFFUSION : Urgences site d Etampes OBJET ET DEFINITIONS Organiser et protocoliser

Plus en détail

DOULEUR ET CANCER. Dr Catherine. CIAIS

DOULEUR ET CANCER. Dr Catherine. CIAIS DOULEUR ET CANCER Dr Catherine. CIAIS IFSI le 2 février 2010 OBJECTIFS Savoir évaluer une douleur cancéreuse Connaître les différents types de douleur en cancérologie Mécanismes Étiologies Stratégies thérapeutiques

Plus en détail

Soins palliatifs et Ostéopathie. Prise en charge alternative de la douleur

Soins palliatifs et Ostéopathie. Prise en charge alternative de la douleur Soins palliatifs et Ostéopathie Prise en charge alternative de la douleur DÉFINITION Méthode thérapeutique jeune qui consiste, «dans une compréhension globale du patient, à prévenir, diagnostiquer, et

Plus en détail

Cas clinique cancer du poumon

Cas clinique cancer du poumon 10 e Forum National de l Omnipraticien El Hamma, Alger 21 & 22 Mai 2014 Cas clinique cancer du poumon Dr F.Ait Daoud Pr.H.Mahfouf SOMUR.EPH ROUIBA Homme 59 ans, sans antécédents pathologiques particuliers,

Plus en détail

Leucémies de l enfant et de l adolescent

Leucémies de l enfant et de l adolescent Janvier 2014 Fiche tumeur Prise en charge des adolescents et jeunes adultes Leucémies de l enfant et de l adolescent GENERALITES COMMENT DIAGNOSTIQUE-T-ON UNE LEUCEMIE AIGUË? COMMENT TRAITE-T-ON UNE LEUCEMIE

Plus en détail

32 Syndrome du tunnel cubital

32 Syndrome du tunnel cubital 32. Syndrome du tunnel cubital 201 32 Syndrome du tunnel cubital SYNDROME CLINIQUE Le syndrome du tunnel cubital est une cause rare de douleur et de faiblesse de la partie latérale de l avant-bras qui

Plus en détail

Prise en charge des métastases osseuses Approche médicamenteuse

Prise en charge des métastases osseuses Approche médicamenteuse Prise en charge des métastases osseuses Approche médicamenteuse S Lozano Hôpital Larrey 08 Octobre 2010 Les métastases osseuses Fréquentes 3 ème localisation (poumon, foie) 30 à 50% des patients 40% dans

Plus en détail

INSTITUT DAUPHINE d Ostéopathie. Neuro-sémiologie. G. Beauvalot

INSTITUT DAUPHINE d Ostéopathie. Neuro-sémiologie. G. Beauvalot INSTITUT DAUPHINE d Ostéopathie Neuro-sémiologie G. Beauvalot NEUROPATHIES PERIPHERIQUES DIFFUSES Polynévrite et multinévrite La polynévrite alcoolique Terrain Physiopathologie Sémiologie Etiologies Neuro-sémiologie

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 01 avril 2009

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 01 avril 2009 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 01 avril 2009 ABSTRAL 100 microgrammes, comprimé sublingual B/10 Code CIP : 391 042 9 B/30 Code CIP : 391 043 5 ABSTRAL 200 microgrammes, comprimé sublingual B/10 Code

Plus en détail

Prise en charge du myélome multiple (hors traitement symptomatique) B. Demoré Avril 2011 (MAJ)

Prise en charge du myélome multiple (hors traitement symptomatique) B. Demoré Avril 2011 (MAJ) Prise en charge du myélome multiple (hors traitement symptomatique) B. Demoré Avril 2011 (MAJ) 1 Définition Hémopathie maligne grave d étiologie inconnue caractérisée par la prolifération de plasmocytes

Plus en détail

Méningites tuberculeuses: diagnostic et traitement

Méningites tuberculeuses: diagnostic et traitement Recommandations de la société britannique d infectiologie (littérature revue jusqu en septembre 2008) Méningites tuberculeuses: diagnostic et traitement DES de Neurologie Lyon, 20/10/2010 X Moisset Introduction

Plus en détail

Migraine et Abus de Médicaments

Migraine et Abus de Médicaments Migraine et Abus de Médicaments Approches diagnostiques et thérapeutiques des Céphalées Chroniques Quotidiennes Pr D. DEPLANQUE Département de Pharmacologie médicale EA 1046, Institut de Médecine Prédictive

Plus en détail

Consultations précoces en soins palliatifs

Consultations précoces en soins palliatifs Consultations précoces en soins palliatifs 10 avril 2014 Dr Catherine LACROIX USP /EMSP Précoce tardif Soins de support Soins palliatifs SOINS DE SUPPORT «Ensemble des soins et soutiens nécessaires aux

Plus en détail

Que faire pour mieux préciser la nature et la répartition des anomalies

Que faire pour mieux préciser la nature et la répartition des anomalies Homme 60 ans. Pas d ATCD. Origine française; vit au Gabon. Découverte récente d une infection VIH avec immunodépression sévère (CD4+ à 50/mm3) Pancytopénie et fièvre Scanner initial. Quels sont les éléments

Plus en détail

Table des matières I. LA PONCTION BIOPSIE HÉPATIQUE (PBH) 15

Table des matières I. LA PONCTION BIOPSIE HÉPATIQUE (PBH) 15 Table des matières CHAPITRE 1 EXPLORATIONS EN HÉPATOLOGIE 15 I. LA PONCTION BIOPSIE HÉPATIQUE (PBH) 15 II. TIPS (TRANSJUGULAR INTRAHEPATIC PORTOSYSTEMIC SHUNT 17 OU SHUNT INTRA-HÉPATIQUE PORTO-SYSTÉMIQUE)

Plus en détail

Contrat collectif d assurance de rente viagère immédiate à garanties multiples

Contrat collectif d assurance de rente viagère immédiate à garanties multiples Contrat collectif d assurance de rente viagère immédiate à garanties multiples Conditions Générales N LMP126050277R0 VALANT NOTE D INFORMAT I O N Co n t rat collectif d assura n c e de rente viagère immédiate

Plus en détail

LE CANCER DE L ESTOMAC (CANCER GASTRIQUE)

LE CANCER DE L ESTOMAC (CANCER GASTRIQUE) LE CANCER DE L ESTOMAC (CANCER GASTRIQUE) Docteur Laurianne Jolissaint (CHU Jean Mingoz, Besancon), Docteur Bruno Buecher, (Institut Curie, Paris), & Comité de Rédaction du site web de la Fédération Francophone

Plus en détail

Tumeur maligne des os

Tumeur maligne des os Tumeur maligne des os E p idém iologie tumeur maligne primitive de l os touchant essentiellement l adolescent et l adulte jeune. 70% des sarcomes ostéogéniques sont diagnostiqués avant l âge de 18ans dans

Plus en détail

Guillain Barré syndrome

Guillain Barré syndrome Guillain Barré syndrome GB et Strohl: il y a 1 siècle (mais avant eux Landry en 1859!) Paralysie aiguë avec aréflexie Récupération spontannée Dissociation albubinocytologique Epidemiologie Incidence: 1.2

Plus en détail

Le reflux gastro-oesophagien (280) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003

Le reflux gastro-oesophagien (280) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003 Pré-Requis : Corpus Médical Faculté de Médecine de Grenoble Le reflux gastro-oesophagien (280) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003 Sécrétion acide et peptique de l estomac Motricité œsophagienne et gastrique

Plus en détail

CENTRE D UROLOGIE PRADO-LOUVAIN. Le Cancer du rein

CENTRE D UROLOGIE PRADO-LOUVAIN. Le Cancer du rein CENTRE D UROLOGIE PRADO-LOUVAIN Le Cancer du rein Le cancer du rein représente 3% des cancers de l adulte. Il s agit du troisième cancer urologique après le cancer de prostate et celui de la vessie. L

Plus en détail

La morphine. Alternatives / associations

La morphine. Alternatives / associations Douleur et cancer La morphine Alternatives / associations Tous les droits d auteurs sont réservés à l Institut UPSA de la douleur. Toute modification est interdite. Toute reproduction ou utilisation est

Plus en détail

ANEVRYSME DE L ARTERE POPLITEE

ANEVRYSME DE L ARTERE POPLITEE ANEVRYSME DE L ARTERE POPLITEE DEFINITION L AAP est une dilatation avec perte de parallélisme des parois de l artère poplitée atteignant au moins 2 fois le diamètre de l artère saine sus jacente, le diamètre

Plus en détail

C. Rachis. Sommaire 01 C 02 C 03 C 04 C 05 C 06 C 07 C 08 C 09 C

C. Rachis. Sommaire 01 C 02 C 03 C 04 C 05 C 06 C 07 C 08 C 09 C C. Rachis Sommaire 1 C 2 C 3 C 4 C 5 C 6 C 7 C 8 C 9 C Affections congénitales... 1 Syndrome médullaire... 1 Possibilité de subluxation atloïdo-axoïdienne... 1 Cervicalgie commune... 1 Névralgie cervico-brachiale...

Plus en détail

Septin9 UNE AVANCÉE DANS LA DÉTECTION DU CANCER COLORECTAL UNE SIMPLE ANALYSE SANGUINE VOUS DONNERA UNE RÉPONSE. Fier commanditaire de

Septin9 UNE AVANCÉE DANS LA DÉTECTION DU CANCER COLORECTAL UNE SIMPLE ANALYSE SANGUINE VOUS DONNERA UNE RÉPONSE. Fier commanditaire de Septin9 UNE AVANCÉE DANS LA DÉTECTION DU CANCER COLORECTAL UNE SIMPLE ANALYSE SANGUINE VOUS DONNERA UNE RÉPONSE Fier commanditaire de 1 TEST DE DÉPISTAGE SEPTIN9 Votre professionnel de la santé peut utiliser

Plus en détail

LES DOULEURS NEUROPATHIQUES

LES DOULEURS NEUROPATHIQUES LES DOULEURS NEUROPATHIQUES L E S D O U L E U R S vn E U RO PAT H I QU E S D R Jacques WROBEL Coordinateur technique et responsable de la publication INSTITUT UPSA DE LA DOULEUR Siège social : 128, rue

Plus en détail

«Docteur j ai encore mal, est ce normal?»

«Docteur j ai encore mal, est ce normal?» «Docteur j ai encore mal, est ce normal?» Journée de formation médicale en cancérologie. Angers 5 mars 2015 Dr Thierry Delorme Département anesthésie réanimation douleur (ICO- Paul Papin) Exemple clinique

Plus en détail

«Complications infectieuses chez les patients traités par anti-tnf α»

«Complications infectieuses chez les patients traités par anti-tnf α» «Complications infectieuses chez les patients traités par anti-tnf α» Réseau RATIO 9 juin 2006 Nouveaux immuno modulateurs Anticorps anti TNF α : infliximab, etanercept, adalimumab. Anticorps anti CD20

Plus en détail

FORGENI 17/09/2009. Prise en charge des surdosages, des accidents et du risque hémorragique liés à l'utilisation des AVK.

FORGENI 17/09/2009. Prise en charge des surdosages, des accidents et du risque hémorragique liés à l'utilisation des AVK. FORGENI 17/09/2009 Prise en charge des surdosages, des accidents et du risque hémorragique liés à l'utilisation des AVK. Recommandation HAS avril 2008 P NAMBOTIN, R BOUSSAGEON, J L MAS, J M ORIOL, B SENEZ

Plus en détail

Nouvelle classification des antalgiques. Pr Philippe BERTIN Universitéde Limoges

Nouvelle classification des antalgiques. Pr Philippe BERTIN Universitéde Limoges Nouvelle classification des antalgiques Pr Philippe BERTIN Universitéde Limoges Menu Un peu d histoire Nouvelle classification Pourquoi? Pour qui? Nouveau concept concernant les antalgiques Il y a peu

Plus en détail

DÉFICITS IMMUNITAIRE COMMUN VARIABLE

DÉFICITS IMMUNITAIRE COMMUN VARIABLE DÉFICITS IMMUNITAIRE COMMUN VARIABLE Le présent livret a été rédigé à l attention des patients et de leurs familles. Il ne doit pas remplacer les conseils d un spécialiste en immunologie. 1 Egalement Disponible

Plus en détail

KMF Itani, 1 J Weigelt, 2 DL Stevens, 3 MS Dryden, 4 H Bhattacharyya, 5 M Kunkel, 5 A Baruch 5

KMF Itani, 1 J Weigelt, 2 DL Stevens, 3 MS Dryden, 4 H Bhattacharyya, 5 M Kunkel, 5 A Baruch 5 Efficacité et tolérance du linézolide (LZD) versus vancomycine dans le traitement des infections compliquées de la peau et des tissus mous (ICPTM) documentées à SARM KMF Itani, 1 J Weigelt, 2 DL Stevens,

Plus en détail

Les polyradiculonévrites chroniques de l enfant : particularités cliniques et évolutives J.M PEDESPAN NEUROPEDIATRIE C.H.

Les polyradiculonévrites chroniques de l enfant : particularités cliniques et évolutives J.M PEDESPAN NEUROPEDIATRIE C.H. Les polyradiculonévrites chroniques de l enfant : particularités cliniques et évolutives J.M PEDESPAN NEUROPEDIATRIE C.H.U BORDEAUX Polyradiculonévrites chroniques de l enfant Neuropathies acquises Evolution

Plus en détail

Tumeurs osseuses secondaires (154e) Professeur Jean-Philippe Vuillez Octobre 2003

Tumeurs osseuses secondaires (154e) Professeur Jean-Philippe Vuillez Octobre 2003 Pré-Requis : Corpus Médical Faculté de Médecine de Grenoble Tumeurs osseuses secondaires (154e) Professeur Jean-Philippe Vuillez Octobre 2003 Physiologie et histologie osseuses Cancérologie fondamentale

Plus en détail

Mieux informé sur la maladie de reflux

Mieux informé sur la maladie de reflux Information destinée aux patients Mieux informé sur la maladie de reflux Les médicaments à l arc-en-ciel Mise à jour de l'information: septembre 2013 «Maladie de reflux» Maladie de reflux La maladie de

Plus en détail

Syndrome Cave Supérieur: Prise en charge. Patrick BAGAN Chirurgie Thoracique et Vasculaire Hôpital Victor Dupouy, Argenteuil

Syndrome Cave Supérieur: Prise en charge. Patrick BAGAN Chirurgie Thoracique et Vasculaire Hôpital Victor Dupouy, Argenteuil Syndrome Cave Supérieur: Prise en charge Patrick BAGAN Chirurgie Thoracique et Vasculaire Hôpital Victor Dupouy, Argenteuil Medical Observations and Inquiries, 1757; Vol 1, pp 323-357 Symptômes observés

Plus en détail

Pseudotumor cerebri. Anatomie Le cerveau et la moelle épinière baignent dans un liquide clair, appelé le liquide céphalo-rachidien (LCR).

Pseudotumor cerebri. Anatomie Le cerveau et la moelle épinière baignent dans un liquide clair, appelé le liquide céphalo-rachidien (LCR). Hypertension intracrânienne idiopathique Pseudotumor cerebri Votre médecin pense que vous pouvez souffrir d hypertension intracrânienne idiopathique connue aussi sous le nom de «pseudotumeur cérébrale».

Plus en détail

charge de la douleur

charge de la douleur Les Antiinflammatoires nonsétoïdiens dans la prise en charge de la douleur Prof. P.M. Tulkens Phien A. Spinewine (M. Clin. Pharm.) Unité de pharmacologie cellulaire et moléculaire Université catholique

Plus en détail

Cas clinique. Hôpital Mahosot. Service maladies infectieuses. Dr Vilada, Dr Chen Xi, 2006

Cas clinique. Hôpital Mahosot. Service maladies infectieuses. Dr Vilada, Dr Chen Xi, 2006 Cas clinique Hôpital Mahosot Service maladies infectieuses Dr Vilada, Dr Chen Xi, 2006 1 Homme, 47 ans, fonctionnaire, résident à district : Pakgnouam, province Vientiane Motif d hospitalisation : fièvre

Plus en détail

Les accidents vasculaires cérébraux (AVC) et la sclérose en plaques (SEP) : deux affections pourvoyeuses de handicap en Neurologie

Les accidents vasculaires cérébraux (AVC) et la sclérose en plaques (SEP) : deux affections pourvoyeuses de handicap en Neurologie Les accidents vasculaires cérébraux (AVC) et la sclérose en plaques (SEP) : deux affections pourvoyeuses de handicap en Neurologie M. Benabdeljlil, S. Aïdi, M. El Alaoui Faris Service de Neurologie A et

Plus en détail

Leucémie. Causes, Facteurs de risques

Leucémie. Causes, Facteurs de risques Leucémie La leucémie ou cancer du sang ou leucose aiguë des organes hématopoïétiques(sang, rate, ganglions, moelle osseuse) est un type de cancer qui entraîne la fabrication par l organisme d un trop grand

Plus en détail

Comment évaluer? Douleur aiguë? Douleur chronique? Douleur continue? Circonstances d apparition? Cotation de la douleur

Comment évaluer? Douleur aiguë? Douleur chronique? Douleur continue? Circonstances d apparition? Cotation de la douleur Comment évaluer? Douleur aiguë? Douleur chronique? TEMPS Douleur paroxystique? INTENSITE LOCALISATION TYPE Douleur continue? Circonstances d apparition? Cotation de la douleur Topographie de la ou des

Plus en détail

Union pour la lutte contre la sclérose en plaques

Union pour la lutte contre la sclérose en plaques Union pour la lutte contre la sclérose en plaques UNISEP - 14 rue Jules Vanzuppe - 94 200 Ivry Sur Seine - Tel : 01 43 90 39 35 - Fax : 01 43 90 14 51 - www.unisep.org Pour fédérer recherche et aide aux

Plus en détail

Radiothérapie pour les métastases cérébrales

Radiothérapie pour les métastases cérébrales Radiothérapie pour les métastases cérébrales Dre Annie Ebacher Radio-oncologue CHUS, Sherbrooke Congrès du Réseau des soins palliatifs 28 mai 2007 Objectifs Épidémiologie Symptômes, facteurs pronostiques

Plus en détail

Ma fibromyalgie. Jean-Michel Gillot 25 mai 2013

Ma fibromyalgie. Jean-Michel Gillot 25 mai 2013 Ma fibromyalgie Jean-Michel Gillot 25 mai 2013 Définition Maladie douloureuse, invalidante, chronique, non curable, évoluant par poussées Dont le bilan (biologique, radiologique ) est normal Qui peut être

Plus en détail

La rotation des opioïdes

La rotation des opioïdes La rotation des opioïdes Prof. Omar BOUDEHANE - UNITE D EVALUATION ET DE TRAITEMENT DE LA DOULEUR - Faculté de médecine & CHU Constantine Université «3» de Constantine 9 ème Congrés de la SAETD Université

Plus en détail

EXEMPLE DE METHODOLOGIE POUR L ELABORATION D UN PROTOCOLE DOULEUR Marie AUBRY Infirmière référente douleur Hôpital TENON AP-HP Paris XX e SOMMAIRE

EXEMPLE DE METHODOLOGIE POUR L ELABORATION D UN PROTOCOLE DOULEUR Marie AUBRY Infirmière référente douleur Hôpital TENON AP-HP Paris XX e SOMMAIRE EXEMPLE DE METHODOLOGIE POUR L ELABORATION D UN PROTOCOLE DOULEUR Marie AUBRY Infirmière référente douleur Hôpital TENON AP-HP Paris XX e SOMMAIRE Etape n 1 : Faire l état des lieux Identifier la situation

Plus en détail

Introduction... 9. N 86. Trouble aigu de la parole. Dysphonie... 11 Caractériser le trouble du langage...12 Déterminer la cause...

Introduction... 9. N 86. Trouble aigu de la parole. Dysphonie... 11 Caractériser le trouble du langage...12 Déterminer la cause... Sommaire Introduction... 9 N 86. Trouble aigu de la parole. Dysphonie... 11 Caractériser le trouble du langage...12 Déterminer la cause...14 N 89. Déficit neurologique récent (voir item 335)... 15 Caractériser

Plus en détail

LA LOMBALGIE CHRONIQUE : Facteurs de risque, diagnostic, prise en charge thérapeutique

LA LOMBALGIE CHRONIQUE : Facteurs de risque, diagnostic, prise en charge thérapeutique LA LOMBALGIE CHRONIQUE : Facteurs de risque, diagnostic, prise en charge thérapeutique Caroline Karras-Guillibert Rhumatologue, Hôpital Saint Joseph, Marseille La lombalgie chronique : le «mal du siècle»?

Plus en détail

1- Parmi les affirmations suivantes, quelles sont les réponses vraies :

1- Parmi les affirmations suivantes, quelles sont les réponses vraies : 1- Parmi les affirmations suivantes, quelles sont les réponses vraies : a. Les troubles fonctionnels digestifs sont définis par les critères de Paris b. En France, le syndrome de l intestin irritable touche

Plus en détail

Quelle place pour les agonistes dopaminergiques dans le syndrome des jambes sans repos?

Quelle place pour les agonistes dopaminergiques dans le syndrome des jambes sans repos? BON USAGE DU MÉDICAMENT Quelle place pour les agonistes dopaminergiques dans le syndrome des jambes sans repos? Le syndrome des jambes sans repos (SJSR) est une maladie de diagnostic souvent difficile,

Plus en détail

La maladie de Lyme mars 2014

La maladie de Lyme mars 2014 La maladie de Lyme mars 2014 Il y a sur l internet beaucoup d information erronée et soi disant scientifique concernant la maladie de Lyme. Efforcons nous de mettre les choses au clair. Résumé La maladie

Plus en détail

CONDUITE A TENIR DEVANT. «Une grosse jambe rouge» Dr Stéphanie ANDRE Service des Urgences, Hôpital Cochin-Hôtel Dieu

CONDUITE A TENIR DEVANT. «Une grosse jambe rouge» Dr Stéphanie ANDRE Service des Urgences, Hôpital Cochin-Hôtel Dieu CONDUITE A TENIR DEVANT «Une grosse jambe rouge» Dr Stéphanie ANDRE Service des Urgences, Hôpital Cochin-Hôtel Dieu MOTIF DE RECOURS Grosse jambe rouge Fièvre Douleur du membre inférieur Altération de

Plus en détail

La Recherche Clinique à l

La Recherche Clinique à l La Recherche Clinique à l Centre des Maladies Cognitives et Comportementales Pôle des Maladies du Système Nerveux HÔPITAUX UNIVERSITAIRES PITIÉ SALPÊTRIЀRE - CHARLES FOIX «Vous détenez un secret qu il

Plus en détail

Le VIH et votre foie

Le VIH et votre foie Le VIH et votre foie Le VIH et votre foie Que dois-je savoir au sujet de mon foie? Votre foie joue un rôle incroyablement important. Il filtre votre sang en éliminant les substances nocives (toxiques)

Plus en détail

Troubles de base de la sensibilité cutanée lors de lésions neurologiques : définitions, évaluation & rééducation...30

Troubles de base de la sensibilité cutanée lors de lésions neurologiques : définitions, évaluation & rééducation...30 TABLE DES MATIÈRES Contributeurs...11 Remerciements...12 Préface de cette 2 ème édition : Ronald Melzack...13 Préface de l édition anglaise : A. Lee Dellon...15 Préface de la 1 ère édition : Jean-Pierre

Plus en détail

DU D ACCOMPAGNEMENT ET DE SOINS PALLIATIFS BORDEAUX 2010 COPIE NO

DU D ACCOMPAGNEMENT ET DE SOINS PALLIATIFS BORDEAUX 2010 COPIE NO ISPED Institut de Santé Publique, d'epidémiologie et de Développement Diplôme Universitaire de Soins Palliatifs Examen écrit Bordeaux Année Universitaire 2009-2010 Le 20 mai 2010 DU D ACCOMPAGNEMENT ET

Plus en détail

PRISE EN CHARGE EN VILLE DES PERSONNES DÉPENDANTES AUX OPIACÉS

PRISE EN CHARGE EN VILLE DES PERSONNES DÉPENDANTES AUX OPIACÉS PRISE EN CHARGE EN VILLE DES PERSONNES DÉPENDANTES AUX OPIACÉS Constance Legroux (DCEM3) QUELQUES CHIFFRES 150 000 toxicomanes en France, dont moins de Diminution de la mortalité grâce à la mise sur le

Plus en détail

DOULEURS INDUITES PAR LES SOINS

DOULEURS INDUITES PAR LES SOINS DOULEURS INDUITES PAR LES SOINS 9 ème journée mondiale des Soins Palliatifs LYON DR VIRGINIE DESSUS-CHEVREL SOINS PALLIATIFS CHLS INTRODUCTION Douleur de courte durée induite par un soignant, une thérapeutique

Plus en détail

GUIDE D AIDE À LA SÉLECTION DES RISQUES. Assurance individuelle

GUIDE D AIDE À LA SÉLECTION DES RISQUES. Assurance individuelle GUIDE D AIDE À LA SÉLECTION DES RISQUES Assurance individuelle TABLE DES MATIÈRES À propos du guide... 4 Conditions médicales Accident vasculaire cérébral (AVC)...5 Accident ischémique transitoire (AIT)...5

Plus en détail

Section G : Système gastro-intestinal

Section G : Système gastro-intestinal G G01. Troubles de la déglutition : dysphagie haute (la lésion peut être haute ou basse) G02. Troubles de la déglutition : dysphagie basse (la lésion sera basse) G03. Pyrosis/douleur thoracique : hernie

Plus en détail

INFECTION DU LIQUIDE D ASCITE. Hélène REGNAULT DES Mai 2009

INFECTION DU LIQUIDE D ASCITE. Hélène REGNAULT DES Mai 2009 INFECTION DU LIQUIDE D ASCITE Hélène REGNAULT DES Mai 2009 INTRODUCTION ILA: complication fréquente et grave dans l évolution de la cirrhose 8 à 30% malades hospitalisés avec ascite Une des principales

Plus en détail

Causes de l incontinence urinaire

Causes de l incontinence urinaire Causes de l incontinence urinaire Transitoire - fonctionnelles (alitement pour cause médicale, non repérage des toilettes) - infection urinaire - fécalome ; - confusion ; - iatrogènies (diurétiques, sédatifs,.).

Plus en détail

Déclaration de conflits d intérêt

Déclaration de conflits d intérêt Déclaration de conflits d intérêt Introduction Cas Clinique 1 Mr X 62 ans ethylotabagique HTA Hypercholestérolémie Découverte d une tuberculose pulmonaire en 2009 Traitement de 6 mois avec observance difficile

Plus en détail

Le VIH et vos reins. Que dois-je savoir au sujet de mes reins? Où sont mes reins? Comment fonctionnent mes reins? Que font mes reins?

Le VIH et vos reins. Que dois-je savoir au sujet de mes reins? Où sont mes reins? Comment fonctionnent mes reins? Que font mes reins? Le VIH et vos reins Le VIH et vos reins Que dois-je savoir au sujet de mes reins? Le VIH peut affecter vos reins et peut parfois causer une maladie rénale. Certains médicaments peuvent être dangereux pour

Plus en détail

ACTUALITES EN HEPATO-GASTRO- ENTEROLOGIE

ACTUALITES EN HEPATO-GASTRO- ENTEROLOGIE ACTUALITES EN HEPATO-GASTRO- ENTEROLOGIE Dr Bernard WILLEMIN Hépato-Gastro-Entérologue CHG Haguenau Dr Pierre OSWALD Radiologie CHG Haguenau MESSAGE SONORE DU DR BERNARD WILLEMIN NOUS EXPLIQUANT QUELS

Plus en détail

Syndrome du canal carpien. Marie-Noémie PLAT

Syndrome du canal carpien. Marie-Noémie PLAT Syndrome du canal carpien Marie-Noémie PLAT ANATOMIE Canal ostéofibreux INEXTENSIBLE Formé par: Une gouttière osseuse postérieure Le ligament annulaire antérieur en avant Contenant: Les tendons des muscles

Plus en détail

Association lymphome malin-traitement par Interféron-α- sarcoïdose

Association lymphome malin-traitement par Interféron-α- sarcoïdose Association lymphome malin-traitement par Interféron-α- sarcoïdose Auteurs Cendrine Godet (*) Jean-Pierre Frat (**) Cédric Landron (*) Lydia Roy (***) Paul Ardilouze (****) Jean-Pierre Tasu (****) (*)

Plus en détail

Maladie de Hodgkin ou lymphome de Hodgkin

Maladie de Hodgkin ou lymphome de Hodgkin Maladie de Hodgkin ou lymphome de Hodgkin Ce que vous devez savoir Le cancer : une lutte à finir 1 888 939-3333 www.cancer.ca MALADIE DE HODGKIN Ce que vous devez savoir Même si vous entendez parler du

Plus en détail

v i e i l l i t a n i m a l n o t r e Q u a n d Zachary Pas facile de composer quand sentiments, morale et gros sous s en mêlent!

v i e i l l i t a n i m a l n o t r e Q u a n d Zachary Pas facile de composer quand sentiments, morale et gros sous s en mêlent! Q u a n d n o t r e a n i m a l v i e i l l i t Zachary Pas facile de composer quand sentiments, morale et gros sous s en mêlent! par Josée Larivée Chance N o v e m b r e 2 0 0 9 c o u p d e p o u ce.c

Plus en détail

Borréliose de Lyme : démarches diagnostiques, thérapeutiques et préventives. Paris, 13 décembre 2006

Borréliose de Lyme : démarches diagnostiques, thérapeutiques et préventives. Paris, 13 décembre 2006 Borréliose de Lyme : démarches diagnostiques, thérapeutiques et préventives Paris, 13 décembre 2006 Quatre questions Question 1 - Sur quels éléments cliniques et épidémiologiques faut-il évoquer le diagnostic

Plus en détail

Thérapeutique anti-vhc et travail maritime. O. Farret HIA Bégin

Thérapeutique anti-vhc et travail maritime. O. Farret HIA Bégin Thérapeutique anti-vhc et travail maritime O. Farret HIA Bégin Introduction «L hépatite C est une maladie le plus souvent mineure, mais potentiellement cancérigène, qu on peut ne pas traiter et surveiller

Plus en détail

TUBERCULOSE MADO INFORMATIONS GÉNÉRALES

TUBERCULOSE MADO INFORMATIONS GÉNÉRALES TUBERCULOSE MADO INFORMATIONS GÉNÉRALES Définition La tuberculose est une maladie contagieuse causée par le Mycobacterium tuberculosis aussi appelé bacille de Koch. Au moment de l inhalation du bacille

Plus en détail

LA PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR EN HAD

LA PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR EN HAD LA PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR EN HAD LES REGLES D OR 1. Demander au patient s il a mal et le croire 2. Ecouter sa réponse et respecter ses choix 3. Traiter si possible les causes de la douleur 4. Evaluer

Plus en détail

AVIS DE LA COMMISSION. 22 décembre 2004. HYALGAN 20 mg/2 ml, solution injectable par voie intra-articulaire en seringue pré-remplie B/1

AVIS DE LA COMMISSION. 22 décembre 2004. HYALGAN 20 mg/2 ml, solution injectable par voie intra-articulaire en seringue pré-remplie B/1 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE REPUBLIQUE FRANÇAISE AVIS DE LA COMMISSION 22 décembre 2004 HYALGAN 20 mg/2 ml, solution injectable par voie intra-articulaire en seringue pré-remplie B/1 Laboratoires EXPANSCIENCE

Plus en détail

La vaccination contre le VHB à l heure du consensus. Ariane Chryssostalis Service d hépatogastroentérologie Hopital Cochin

La vaccination contre le VHB à l heure du consensus. Ariane Chryssostalis Service d hépatogastroentérologie Hopital Cochin La vaccination contre le VHB à l heure du consensus Ariane Chryssostalis Service d hépatogastroentérologie Hopital Cochin Pourquoi vacciner? Epidémiologie du VHB 370.000.000 de porteurs chroniques du VHB

Plus en détail

Questions et réponses sur le cancer du sein Guide 10. Le traitement de la douleur persistante après un traitement contre un cancer du sein

Questions et réponses sur le cancer du sein Guide 10. Le traitement de la douleur persistante après un traitement contre un cancer du sein Questions et réponses sur le cancer du sein Guide 10. Le traitement de la douleur persistante après un traitement contre un cancer du sein J ai reçu un traitement contre le cancer du sein et je ressens

Plus en détail

Stéphane Cattan Maladies de l Appareil Digestif

Stéphane Cattan Maladies de l Appareil Digestif Stéphane Cattan Maladies de l Appareil Digestif Introduction Les localisations digestives sont les plus fréquentes des tumeurs carcinoïdes Il s agit de tumeurs d évolution lente Elles sont souvent asymptomatiques

Plus en détail

Reflux Gastro Oesophagien : diagnostic et traitement. Mathias VIDON

Reflux Gastro Oesophagien : diagnostic et traitement. Mathias VIDON Reflux Gastro Oesophagien : diagnostic et traitement Mathias VIDON Définition Passage d une partie du contenu gastrique dans l oesophage En pratique clinique : symptômes ou lésions oesophagienne en rapport

Plus en détail

Sérologie Maladie de Lyme

Sérologie Maladie de Lyme MÉMENTO DU Sérologie Maladie de Lyme DEFINITION BIOLOGISTE La maladie de Lyme est une anthropozoonose, transmise par piqûre de tiques femelles du genre Ixodes, due à un spirochète, Borrelia burgdorferi.

Plus en détail

LES DOULEURS LOMBAIRES D R D U F A U R E T - L O M B A R D C A R I N E S E R V I C E R H U M A T O L O G I E, C H U L I M O G E S

LES DOULEURS LOMBAIRES D R D U F A U R E T - L O M B A R D C A R I N E S E R V I C E R H U M A T O L O G I E, C H U L I M O G E S LES DOULEURS LOMBAIRES D R D U F A U R E T - L O M B A R D C A R I N E S E R V I C E R H U M A T O L O G I E, C H U L I M O G E S INTRODUCTION La lombalgie est un symptôme fréquent avec une prévalence

Plus en détail

Maladie de Blau/Sarcoïdose juvénile

Maladie de Blau/Sarcoïdose juvénile Pædiatric Rheumatology InterNational Trials Organisation Maladie de Blau/Sarcoïdose juvénile De quoi s agit-il? Le syndrome de Blau est une maladie génétique. Les patients souffrent d une combinaison entre

Plus en détail

Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE

Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 22 décembre 2004 VOGALENE 5 mg, suppositoire sécable (Boîte de 10) Laboratoires SCHWARZ PHARMA métopimazine Liste II Date de l AMM initiale chez

Plus en détail

3emes Rencontres de Cancérologie de Centre Alsace

3emes Rencontres de Cancérologie de Centre Alsace 3emes Rencontres de Cancérologie de Centre Alsace Colmar, 22 octobre 2008 Médecine générale et cancer HYPERTHERMIE en cours de chimiothérapie Dr Bruno Audhuy Onco-hématologie Pôle Oncologie, Hôpital Pasteur,

Plus en détail

Second cancer après radiothérapie mammaire

Second cancer après radiothérapie mammaire Second cancer après radiothérapie mammaire Sophie Guillerm, service de radiothérapie, Hôpital St Louis Florence Coussy, service d oncologie, Institut Curie Vendredi 25/09/2015 Introduction incidence nombre

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 20 juillet 2005

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 20 juillet 2005 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 20 juillet 2005 1 flacon(s) en verre de 0,5 ml : 557 767-8 3 flacon(s) en verre de 0,5 ml : 557 768-4 12 flacon(s) en verre de 0,5 ml : 557 769-0 6 flacon(s) en verre

Plus en détail

La sclérose en plaques (SEP) La sclérose en plaques. La sclérose en plaques. physiopathologie(1) La sclérose en plaques : épidémiologie

La sclérose en plaques (SEP) La sclérose en plaques. La sclérose en plaques. physiopathologie(1) La sclérose en plaques : épidémiologie (SEP) Février 2011 La SEP est une affection inflammatoire du système nerveux central (cerveau,tronc cérébral, moelle épinière). Les lésions correspondent à des plaques de démyélinisation au sein de la

Plus en détail

Évaluation et prise en charge des personnes âgées faisant des chutes répétées

Évaluation et prise en charge des personnes âgées faisant des chutes répétées RECOMMANDATIONS PROFESSIONNELLES Évaluation et prise en charge des personnes âgées faisant des chutes répétées OUTIL D ÉVALUATION DES PRATIQUES Avril 2009 Avec le partenariat méthodologique et le concours

Plus en détail

DEFINITION. Douleur aigüe Douleur chronique Titration de la morphine PCA. Composantes de la douleur. Sensation. Emotion Cognition.

DEFINITION. Douleur aigüe Douleur chronique Titration de la morphine PCA. Composantes de la douleur. Sensation. Emotion Cognition. Douleur aigüe Douleur chronique Titration de la morphine PCA DR C. Waintrop Service d anesthésie -Réanimation Hôpital Saint-Louis, Paris 10è DEFINITION Douleur: «Expérience sensorielle et émotionnelle

Plus en détail

* Mélange équimoléculaire 50/50 d oxygène et de protoxyde d azote

* Mélange équimoléculaire 50/50 d oxygène et de protoxyde d azote Un an après la sortie du MEOPA * de la réserve hospitalière. Etat des lieux Dr Daniel Annequin Unité Fonctionnelle de lutte contre la douleur Hôpital d enfants Armand Trousseau 75012 Paris Fin 2009, l

Plus en détail

Recommandations de l AFEF concernant la grippe pour les malades ayant une maladie chronique du foie. Recommandations générales

Recommandations de l AFEF concernant la grippe pour les malades ayant une maladie chronique du foie. Recommandations générales Recommandations de l AFEF concernant la grippe pour les malades ayant une maladie chronique du foie La diversité des étiologies et la variété des traitements utilisés en hépatologie rendent difficile la

Plus en détail

Situation, prise en charge

Situation, prise en charge Grippe pandémique A(H1N1) Situation, prise en charge DAUMAS Aurélie HIA LAVERAN COURS IFSI Des grippes pandémiques Groupe A Secondaires à une cassure (rôle animal) Absence d immunité collective Létalité

Plus en détail

Enjeux de la nutrition en cancérologie digestive

Enjeux de la nutrition en cancérologie digestive Enjeux de la nutrition en cancérologie digestive Dr L Garin et Dr D Picot 05 février 2010 Journée de cancérologie digestive de l ouest Pour le médecin m : la perte de poids fait partie des critères res

Plus en détail

Prise en charge initiale des patients adultes atteints d accident vasculaire cérébral. - Aspects médicaux -

Prise en charge initiale des patients adultes atteints d accident vasculaire cérébral. - Aspects médicaux - RECOMMANDATIONS POUR LA PRATIQUE CLINIQUE Prise en charge initiale des patients adultes atteints d accident vasculaire cérébral - Aspects médicaux - Synthèse des recommandations SEPTEMBRE 2002 Service

Plus en détail

La lombalgie du sujet jeune. Dr Carine Dufauret-Lombard Service Rhumatologie CHU Limoges

La lombalgie du sujet jeune. Dr Carine Dufauret-Lombard Service Rhumatologie CHU Limoges La lombalgie du sujet jeune Dr Carine Dufauret-Lombard Service Rhumatologie CHU Limoges Pré-test 1- quel(s) symptôme(s) vous font suspecter une lombalgie symptomatique? a- douleur importante b- perte de

Plus en détail

Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE

Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 30 mars 2005 MOVICOL ENFANT, poudre pour solution buvable en sachet-dose de 6,9 g (Boîtes de 20) Laboratoire NORGINE PHARMA macrogol Date de l'amm

Plus en détail

LES SCIATALGIES. DR EKOUELE MBAKI HB UPR de NEUROCHIRURGIE RABAT, MAROC Avril 2013

LES SCIATALGIES. DR EKOUELE MBAKI HB UPR de NEUROCHIRURGIE RABAT, MAROC Avril 2013 LES SCIATALGIES DR EKOUELE MBAKI HB UPR de NEUROCHIRURGIE RABAT, MAROC Avril 2013 Introduction! Motif fréquent de consultation en neurochirurgie et en rhumatologie! Elle correspond le plus souvent à une

Plus en détail

Dépister oui! Qui? Pourquoi? V Baclet SUMIV/CIDDIST CH Tourcoing 22 octobre 2013 Journée régionale, prévention VIH, hépatites IST (COREVIH)

Dépister oui! Qui? Pourquoi? V Baclet SUMIV/CIDDIST CH Tourcoing 22 octobre 2013 Journée régionale, prévention VIH, hépatites IST (COREVIH) Dépister oui! Qui? Pourquoi? V Baclet SUMIV/CIDDIST CH Tourcoing 22 octobre 2013 Journée régionale, prévention VIH, hépatites IST (COREVIH) * Qu est ce qu une IST? Infection Sexuellement Transmissible

Plus en détail

Quelle est l anatomie d une vertèbre lombaire?

Quelle est l anatomie d une vertèbre lombaire? Quelle est l anatomie d une vertèbre lombaire? 1 La partie lombaire de la colonne vertébrale est composée de 5 vertèbres : de haut en bas L1, L2, L3, L4 et L5. L5 s articule avec le sacrum (vertèbre S1).

Plus en détail