GESTION DE TRÉSORERIE: GUIDE D AUTO-APPRENTISSAGE Cours de base. Cadre stratégique de la gestion de trésorerie

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "GESTION DE TRÉSORERIE: GUIDE D AUTO-APPRENTISSAGE Cours de base. Cadre stratégique de la gestion de trésorerie"

Transcription

1 Leçon 2: GESTION DE TRÉSORERIE: GUIDE D AUTO-APPRENTISSAGE Cours de base Cadre stratégique de la gestion de trésorerie Objectifs d apprentissage À la fin de cette leçon, vous devriez: savoir faire la différence entre planification stratégique, planification des activités d exploitation et planification tactique à court terme; comprendre comment la planification de trésorerie est liée à toutes les phases du processus de planification générale; comprendre la différence qui existe entre origine des besoins de trésorerie et gestion courante de trésorerie. Test préliminaire (Solutions en fin de leçon) P1 La gestion actif-passif et l activité de développement des produits font partie d une: A) planification des activités d exploitation B) planification à court terme C) planification stratégique. Reportez-vous aux affirmations suivantes pour les questions P2 et P3. a) L institution financière de microfinance propose un nouveau produit de prêt financièrement très attractif. b) À la suite d une étude de marché sur les besoins des clients des produits de microfinance, les conditions d épargne obligatoire sont abolies. c) Suite à une augmentation de capital, l institution financière de microfinance dispose d espèces. d) L excédent de trésorerie est investi en dépôts sur des marchés monétaires. e) Une ligne de crédit pour un emprunt interbancaire à court terme est négociée avec une banque commerciale. P2 Quelles sont, parmi les affirmations ci-dessus, celles qui constituent des éléments déterminants pour le niveau de trésorerie obligatoire? A) a) et b) B) a), b) et c) C) a) et d) GTZ 1

2 P3 Quelles sont, parmi les affirmations ci-dessus, celles qui constituent des opérations de gestion courante de trésorerie? A) d) et e) B) b), c) et d) C) c), d) et e) GTZ 2

3 2.1 Généralités L enjeu de la gestion de trésorerie réside dans le fait que cette dernière se situe au sommet d une pyramide regroupant l ensemble des activités, liées entre elles, de la gestion bancaire. La trésorerie se situe à la fin de la chaîne de toutes les activités accomplies par une institution financière. Tout ce que peut faire une institution financière de microfinance mène, de fait, à des entrées ou à des sorties de trésorerie et joue un rôle sur le niveau de sa liquidité. Les institutions financières de microfinance doivent tenir compte des implications sur la trésorerie nées du reconditionnement des dépôts des clients en prêts ou en investissements (opérations situées au cœur des activités bancaires). Les banques doivent, en plus, tenir compte des conséquences des flux de trésorerie nées des: questions relatives à la réglementation applicable (conditions de montant du capital, conditions minimales de provisions, etc.); frais d administration et impôts/taxes; engagements hors bilan. Des exemples fréquents d engagements hors bilan auxquels une institution financière de microfinance peut devoir faire face sont: des lignes de crédit aux emprunteurs, approuvées mais restées inutilisées; des remboursements à venir concernant un contrat à terme de gré-à-gré en devise étrangère; des cautions solidaires données à d autres institutions financières de microfinance. Il peut être utile de procéder à l évaluation de la trésorerie ou de définir des règles d accomplissement des activités d exploitation en calculant des ratios tirés du bilan sur la base de données historiques comme celles vues à la leçon 3. Mais la gestion de trésorerie doit principalement être tournée vers l avenir. Il est impossible d avoir la certitude qu une institution financière de microfinance sera en mesure de couvrir toutes les sorties de trésorerie sur une journée précise à venir, simplement en calculant, par exemple, un ratio de liquidité de 10 pour cent de la totalité des dépôts. La certitude de pouvoir disposer à l avenir d une trésorerie adéquate ne peut résulter que d une évaluation prévisionnelle détaillée du montant et des moments précis des entrées et des sorties de trésorerie. La leçon 4 et le logiciel qui accompagne ce guide d auto-apprentissage nous permettrons de voir comment élaborer une planification de la trésorerie. Le problème devient alors de savoir faire des évaluations concrètes et crédibles des flux prévisionnels de trésorerie. Le responsable de la trésorerie ne peut pas se limiter à croire que les tendances d une année donnée se poursuivront sur celle suivante. Des évaluations fiables reposent sur une gestion de trésorerie associée au processus de planification stratégique d une institution financière de microfinance. Le responsable de la trésorerie doit également prendre en compte les plans d action à court terme élaborés par les services chargés du développement des activités d exploitation et en évaluer l impact sur la trésorerie. Un exemple du changement de stratégie par rapport à une planification initiale pourrait être celui d une décision prise d introduire un programme de crédit à long terme pour les biens d équipement en faveur des micro-entrepreneurs urbains. On peut comprendre, par exemple, qu une loterie, organisée pour un mois à venir et qui attirerait les petits épargnants, constituerait un important fait à court terme que le responsable de la trésorerie ne devrait pas ignorer. GTZ 3

4 2.2 Gestion de trésorerie et planification stratégique Planification stratégique La planification stratégique n est pas un privilège réservé aux plus grandes institutions financières. Même les institutions financières les moins importantes ont besoin de faire régulièrement un bilan et de comprendre la nature et le but de leurs activités, les besoins de leurs clients et les changements survenus dans leur environnement économique. Une planification stratégique consiste principalement à fournir des réponses aux trois questions suivantes: (1) Quelle est la situation présente de l institution? (2) Quelle orientation l institution compte-t-elle prendre? (3) Comment compte-t-elle atteindre les objectifs? Audit La réponse à la première question appelle une analyse précise et approfondie de la situation courante, autrement dit que soit réalisé un audit. Avant qu une institution puisse élaborer des projets pour l avenir, elle doit bien évaluer quels sont ses points forts et ses points faibles. Une planification stratégique exige également que soient examinés de près l environnement économique externe, les perspectives de réalisation de nouvelles affaires et les enjeux auxquels l institution est confrontée face à ses concurrents et aux autorités de réglementation. Plan d action ciblé Une réponse à la deuxième question pourrait être l élaboration d un plan d action ciblé que l institution se proposerait de mettre en œuvre en trois ou cinq ans. Une des erreurs courantes commises en matière de planification stratégique est celle de n envisager les objectifs que dans une optique interne, c est-à-dire en ne tenant compte que des seules perspectives de l institution. Au lieu de penser vouloir ouvrir 10 agences supplémentaires ou devenir une des trois plus importantes institutions financières de microfinance de la région, un plan d action ciblé pourrait être de cerner les besoins des clients et de définir le positionnement de l institution sur le marché par rapport à ces besoins. GTZ 4

5 Pyramide de planification Planification stratégique Quelle est la situation présente de l institution? Quelle orientation l institution compte-t-elle prendre? Comment compte-t-elle atteindre les objectifs? Planification des activités d exploitation Définit les plans d action et les budgets. Décide de qui est responsable pour les résultats. Englobe toutes les activités, y compris: ressources humaines circuits de distribution et réseau des agences techniques d information développement des produits développement des actifs financiers. Planification à court terme Comprend toutes les points tactiques tels que les activités de promotion pour la collecte de l épargne, le versement de primes aux chargés de prêts ou les frais de démarrage des nouvelles agences. Stratégies alternatives Enfin, la question 3 appelle une réponse en faveur du développement de stratégies et d approches alternatives permettant d atteindre un objectif à long terme. De larges plans d action doivent être envisagés sur la base de scénarios élaborés selon les différentes situations d activités d exploitation ou d environnement économique de façon à parvenir, dans le temps, à une action qui atteint son but sans courir des risques excessifs. Gestion de trésorerie et planification stratégique Comment la gestion de trésorerie peut-elle s insérer dans un processus de planification stratégique? La gestion de trésorerie n est pas, bien évidemment, un objectif stratégique en lui-même, comme peut l être la rentabilité ou la réduction de la pauvreté. La trésorerie constitue plutôt un important élément d exploitation, une limite de faisabilité dont il faut tenir compte dans le cadre de l élaboration de projets futurs. Ce niveau de planification «à grande échelle» rend nécessaire l interprétation de l élément «trésorerie» en définissant une marge de sécurité ou un montant ciblé pour un ratio de liquidité donné. Ces différents types d indicateurs ou de critères feront l objet d un développement dans la leçon 3. GTZ 5

6 Gestion de trésorerie et stratégie de développement des activités d exploitation Dès que l institution a décidé d adopter une stratégie, l étape suivante consiste à traduire les propositions faites en plans d action détaillés qui définissent les budgets nécessaires et la répartition des responsabilités. Une stratégie de développement des activités d exploitation implique l institution financière dans son ensemble: ressources humaines, circuits de distribution et réseau des agences, techniques d information, développement des produits et, encore plus important, développement des actifs financiers. Il est indispensable que les conséquences sur les flux de trésorerie nées de la mise en œuvre de ces stratégies fassent l objet d une évaluation afin de maintenir le niveau de liquidité nécessaire. Les schémas de flux de trésorerie élaborés permettent de prévoir les besoins financiers supplémentaires dont l institution financière de microfinance aura besoin à l avenir. La trésorerie joue un rôle fondamental dans le choix des modalités de mise en œuvre de ces besoins financiers et dans celui du type de source permettant de se les procurer (actions, comptes de dépôt des clients, obligations, prêteurs commerciaux, etc.). Gestion actif-passif En matière de trésorerie, parmi tous les éléments de planification des activités d exploitation, le processus de développement des actifs financiers est le plus délicat. C est là que se définissent les paramètres de la fonction d intermédiation financière de la banque. Les responsables analysent la composition des éléments de l actif et du passif ainsi que les accords de taux d intérêt. Ils décident ensuite les changements qu il conviendrait opérer, en considérant les variations des taux d intérêt à venir, les contraintes liées aux questions de liquidité, les positions de change et l adéquation des fonds propres. Une planification de ce type pourrait réduire l asymétrie qui existe entre les dettes à court terme à taux variable et les prêts à long terme à taux fixe, et cela grâce au refinancement de certains prêts à long terme par des emprunts à long terme à taux fixe. Une telle mesure permet, en effet, de réduire le risque lié au taux d intérêt et le risque d illiquidité; mais cela réduit également le potentiel de rentabilité des prêts. Par ailleurs, une institution financière de microfinance peut espérer que survienne une baisse des taux d intérêt dans un proche avenir. Dans ce cas, le comité de gestion des risques (Asset-Liability Committee ALCO) pourrait décider de faire plus d emprunts à long terme et d atténuer les modalités régissant ses dettes, lui permettant ainsi de profiter d un financement à venir plus avantageux et de bloquer des taux d intérêt plus élevés concernant les actifs. Dans le dernier cas, il s agit d augmenter le risque lié aux taux d intérêt dans l espoir d améliorer la rentabilité de la banque. GTZ 6

7 Gestion actif-passif et trésorerie Les décisions liées à la gestion actif-passif peuvent affecter la trésorerie de plusieurs façons: d abord, les changements dans l organisation des échéances de l actif-passif modifient la structure des flux de trésorerie relative au remboursement du capital et des intérêts au-delà de la seule année à venir; ensuite, les aléas concernant les flux de trésorerie varient eux aussi (notamment le remboursement des intérêts déterminé par des taux d intérêts à venir); enfin, la priorité donnée par la stratégie actif-passif relative à la gestion de trésorerie aux différents niveaux de risque est non seulement un élément déterminant des besoins de liquidité mais elle conditionne aussi les possibilités d assurer leur couverture. 2.3 Résumé Comme nous l avons vu, la tendance de la trésorerie est de devenir inexistante au moment où les besoins sont les plus importants. Plus la stratégie de trésorerie est risquée, plus il est probable que l on soit contraint, pendant un certain temps, de devoir assurer la couverture d un manque de liquidité en empruntant très rapidement auprès d une banque commerciale ou même d une autre institution financière de microfinance. Mais une stratégie de trésorerie rigoureuse rend aussi probable le refus d une banque commerciale ou d une institution financière de microfinance d accorder un prêt pour trésorerie. Le but de cette leçon était de donner un premier aperçu de ce qu est la gestion de trésorerie. Chaque décision relative aux activités d exploitation prise par une institution financière de microfinance a de réelles implications concernant la trésorerie. Étant donné que cette dernière est présente à tous les niveaux, il est tentant d affirmer que tout ce qu accomplit une institution est «gestion de trésorerie». Cela ne serait cependant pas très pratique et nous proposons d opérer une distinction entre: (1) l origine des besoins de trésorerie, c est-à-dire toutes les activités d exploitation qui ont des conséquences sur les flux de trésorerie; (2) la gestion courante de trésorerie au sens strict, c est-à-dire les actions spécifiques à court terme menées afin d assurer la liquidité ou d investir les excédents d espèces. Nous tiendrons compte de cette distinction dans les leçons suivantes, au cours desquelles nous chercherons tout d abord à évaluer la trésorerie et à définir les conditions de disponibilité d espèces, dans la mesure où il s agit là de questions liées aux activités d exploitation de base (leçons 3-6). La leçon 7 fournira quelques instruments permettant de se constituer un fonds de liquidité et d investir les espèces en excédent, c est-à-dire d aplanir dans le temps les difficultés de trésorerie. GTZ 7

8 Questions de compréhension (Voir le texte ci-dessus pour les réponses) i. La liquidité est-elle un objectif stratégique? ii. Qu est-ce que la gestion actif-passif? iii. Quel est le lien entre la gestion de trésorerie et la gestion actif-passif? iv. Quelles sont les variables des actions de base de la gestion de trésorerie? v. Donner deux exemples de facteurs qui jouent un rôle dans le montant des besoins de trésorerie. GTZ 8

9 Questions à choix multiples (Solutions en fin de leçon) M1 La liquidité est A) un objectif stratégique B) un paramètre fondamental pour les activités d exploitation C) une question stratégique de court terme M2 Quelles conséquences pourraient avoir les questions relatives à la trésorerie sur l ouverture d une nouvelle agence? a) une augmentation des nouveaux prêts b) la disparition d activités de dépôt pour d autres agences c) une augmentation des dépenses d exploitation d) la réduction des fluctuations du solde global de crédit. Réponses: A) a), b), c) et d) B) a), b) et c) C) a), c) et d) Se référer aux affirmations suivantes pour répondre aux questions M3 et M4. a) L institution financière de microfinance améliore la situation des espèces en augmentant la part de capital d une institution de développement. b) Les besoins d épargne obligatoire augmentent après que la direction d une institution financière de microfinance ait tenu une réunion de planification stratégique. c) L excédent d argent en caisse est déposé dans une banque commerciale. d) L institution financière de microfinance propose un nouveau produit de dépôt à des conditions financières avantageuses. e) Un compte de dépôt du marché monétaire est négocié avec une banque commerciale. f) L institution financière de microfinance vend des obligations à 10 ans à des investisseurs institutionnels. M3 Quelles sont, parmi les affirmations ci-dessus, celles qui représentent des éléments déterminants pour les besoins de trésorerie? A) a), b) et f) B) a), b), c) et f) C) a), b), d) et f) M4 Quelles sont, parmi les affirmations ci-dessus, celles qui constituent des opérations de gestion de trésorerie? GTZ 9

10 A) c) et e) B) b), c), d) et f) C) c), d) et e) M5 En quoi consiste une gestion courante de trésorerie? a) acheter et vendre des actions d autres sociétés b) vendre des actifs disponibles et des investissements à court terme pour obtenir des espèces c) faire une prévision du montant nécessaire d argent en caisse pour chaque agence d) acquérir des dépôts à court terme du marché monétaire dans d autres banques e) vendre des obligations à long terme sur le marché des capitaux. Réponses: A) a), b), c) et d) B) b) et c) C) b), c) et d) D) b), d) et e) GTZ 10

11 Solutions du test préliminaire P1 A) P3 A) P2 B) Solutions des questions à choix multiples 0 B) M4 A) M2 A) 0 C) M3 C) GTZ 11

GESTION DE TRÉSORERIE: GUIDE D AUTO-APPRENTISSAGE Cours de base. Introduction à la gestion de trésorerie

GESTION DE TRÉSORERIE: GUIDE D AUTO-APPRENTISSAGE Cours de base. Introduction à la gestion de trésorerie GESTION DE TRÉSORERIE: GUIDE D AUTO-APPRENTISSAGE Cours de base Leçon 1: Introduction à la gestion de trésorerie Objectifs d apprentissage À la fin de cette leçon, vous devriez: être capable de comprendre

Plus en détail

Gestion de trésorerie: guide d auto-apprentissage. Ajustements de la planification de trésorerie

Gestion de trésorerie: guide d auto-apprentissage. Ajustements de la planification de trésorerie Gestion de trésorerie: guide d auto-apprentissage Cours complémentaire Leçon 5: Ajustements de la planification de trésorerie Objectifs d apprentissage À la fin de cette leçon, vous devriez savoir: expliquer

Plus en détail

Gestion de trésorerie: guide d auto-apprentissage. Mise en œuvre des systèmes de gestion de trésorerie

Gestion de trésorerie: guide d auto-apprentissage. Mise en œuvre des systèmes de gestion de trésorerie Gestion de trésorerie: guide d auto-apprentissage Cours de niveau avancé Leçon 10: Mise en œuvre des systèmes de gestion de trésorerie Objectifs À la fin de cette leçon, vous devriez savoir: reconnaître

Plus en détail

Solutions à l exportation

Solutions à l exportation Solutions à l exportation Le rôle d Exportation et développement Canada (EDC) est d appuyer et de développer les activités internationales des exportateurs et des investisseurs canadiens. La tolérance

Plus en détail

Gestion de trésorerie: guide d auto-apprentissage. Gestion de trésorerie et taux de change multiples

Gestion de trésorerie: guide d auto-apprentissage. Gestion de trésorerie et taux de change multiples Gestion de trésorerie: guide d auto-apprentissage Cours de niveau avancé Leçon 9: Gestion de trésorerie et taux de change multiples Objectifs À la fin de cette leçon, vous devriez savoir: définir les besoins

Plus en détail

Financement d une entreprise étrangère qui exerce des activités au Canada

Financement d une entreprise étrangère qui exerce des activités au Canada Financement d une entreprise étrangère qui exerce des activités au Canada Le Canada offre des occasions d affaire à ceux qui souhaitent financer une entreprise étrangère au pays et présente tout un éventail

Plus en détail

Analyse financière détaillée

Analyse financière détaillée Analyse financière détaillée L analyse financière détaillée réintègre le cadre comptable de la comptabilité générale. En particulier les hypothèses introduites dans l analyse sommaire sont levées. Cela

Plus en détail

Présentation des termes et ratios financiers utilisés

Présentation des termes et ratios financiers utilisés [ annexe 3 Présentation des termes et ratios financiers utilisés Nous présentons et commentons brièvement, dans cette annexe, les différents termes et ratios financiers utilisés aux chapitres 5, 6 et 7.

Plus en détail

Emprunter sur la valeur nette d une maison

Emprunter sur la valeur nette d une maison Série L ABC des prêts hypothécaires Emprunter sur la valeur nette d une maison Comment prendre de bonnes décisions en matière d hypothèques Table des matières Aperçu 1 Quelles sont les différentes options?

Plus en détail

ELEMENTS FINANCIERS PREVISIONNELS. «En affaires, le dernier mot est toujours un chiffre...»

ELEMENTS FINANCIERS PREVISIONNELS. «En affaires, le dernier mot est toujours un chiffre...» ELEMENTS FINANCIERS PREVISIONNELS «En affaires, le dernier mot est toujours un chiffre...» DE QUOI S AGIT AGIT-IL IL? Prévoir les investissements et anticiper les mouvements d argent pour les premières

Plus en détail

UE 6 Finance d entreprise Le programme

UE 6 Finance d entreprise Le programme UE 6 Finance d entreprise Le programme Légende : Modifications de l arrêté du 8 mars 2010 Suppressions de l arrêté du 8 mars 2010 Partie inchangée par rapport au programme antérieur 1. La valeur (15 heures)

Plus en détail

Piloter son entreprise : Le suivi de l activité

Piloter son entreprise : Le suivi de l activité 10/505N/05/A. 1. Piloter son entreprise : Le suivi de l activité Comprendre et maîtriser l évolution du BFR 10/505N/05/A. 2. Piloter son entreprise : Le suivi de l activité Le suivi de l activité : constats

Plus en détail

Les instruments de la politique monétaire

Les instruments de la politique monétaire Chapitre 4 Les instruments de la politique monétaire Introduction (1/3) Distinguer aspects stratégiques et aspects tactiques de la politique monétaire Aspects stratégiques : la BC détermine le niveau des

Plus en détail

Copyright Michel d'agata 2012 www.dagata.fr

Copyright Michel d'agata 2012 www.dagata.fr Les métiers de l activité d intermédiation L activité d intermédiation bancaire telle que la pratique une banque classique recouvre trois métiers : Le métier de collecteur procure des ressources à un coût

Plus en détail

Manuel de l agent de crédit Banco Solidario

Manuel de l agent de crédit Banco Solidario Manuel de l agent de crédit Banco Solidario Extraits sur la prévention du surendettement des clients texte original en espagnol La philosophie «Vivre la solidarité» peut s appliquer à toute notre vie.

Plus en détail

Guide au remboursement anticipé du prêt hypothécaire

Guide au remboursement anticipé du prêt hypothécaire Guide au remboursement anticipé du prêt Ce guide vous aidera à prendre connaissance des options de remboursement anticipé qui s offrent à vous et à choisir la solution la mieux adaptée à vos besoins. Comprendre

Plus en détail

Principes clés de l orientation future du cadre réglementaire canadien de suffisance des capitaux en assurances multirisques Document produit par le

Principes clés de l orientation future du cadre réglementaire canadien de suffisance des capitaux en assurances multirisques Document produit par le Principes clés de l orientation future du cadre réglementaire canadien de suffisance des capitaux en assurances multirisques Document produit par le Comité consultatif sur le Test du capital minimal Page

Plus en détail

l assureur-vie un risque non négligeable de réinvestissement.

l assureur-vie un risque non négligeable de réinvestissement. Taux d intérêt technique pour la détermination du taux de conversion en rentes concernant la prévoyance professionnelle surobligatoire 03.11.2003 / OFAP section Vie I. Résumé Le taux de conversion en rentes

Plus en détail

Optimisez vos chances de réussite avec un dossier bien élaboré. Animé par : Patrice LUCE, Associé au cabinet GEIREC

Optimisez vos chances de réussite avec un dossier bien élaboré. Animé par : Patrice LUCE, Associé au cabinet GEIREC Optimisez vos chances de réussite avec un dossier bien élaboré Animé par : Patrice LUCE, Associé au cabinet GEIREC SOMMAIRE Le dossier financier : Qu est ce que c est? Dans quel but? Les facteurs clés

Plus en détail

FAQ PRÊT VERT OCTROI D UN NOUVEAU CREDIT :

FAQ PRÊT VERT OCTROI D UN NOUVEAU CREDIT : FAQ PRÊT VERT OCTROI D UN NOUVEAU CREDIT : 1. Un prêteur peut-il décider librement de proposer ou non des contrats de prêt avec bonification d intérêt aux consommateurs et donc de s engager volontairement

Plus en détail

BANQUE DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI SERVICE SUPERVISION DES ETABLISSEMENTS BANCAIRES ET FINANCIERS ET STABILITE FINANCIERE

BANQUE DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI SERVICE SUPERVISION DES ETABLISSEMENTS BANCAIRES ET FINANCIERS ET STABILITE FINANCIERE BANQUE DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI SERVICE SUPERVISION DES ETABLISSEMENTS BANCAIRES ET FINANCIERS ET STABILITE FINANCIERE INSTITUTION : DATE DE CONTROLE : SUPERVISEUR : PERSONNES INTERROGEES : RESUME DES

Plus en détail

Objet : Rapport de la trésorière : Évaluation du respect de la Politique de gestion des fonds de WCI, inc.

Objet : Rapport de la trésorière : Évaluation du respect de la Politique de gestion des fonds de WCI, inc. NOTE Dest. : Conseil d administration de WCI, inc. Exp. : Mary Nichols, trésorière Date : 18 novembre 2015 Objet : Rapport de la trésorière : Évaluation du respect de la Politique de gestion des fonds

Plus en détail

La planification financière

La planification financière La planification financière La planification financière est une phase fondamentale dans le processus de gestion de l entreprise qui lui permet de limiter l incertitude et d anticiper l évolution de l environnement.

Plus en détail

Chapitre IV : La création monétaire

Chapitre IV : La création monétaire Chapitre IV : La création monétaire I. La hausse tendencielle de la masse monétaire hausse tendencielle = augmentation en moyenne Historiquement, il y a eu des contextes où la masse monétaire a pu décroitre

Plus en détail

Indications relatives aux normes de la Banque du Canada en matière de gestion des risques pour les infrastructures de marchés financiers désignées

Indications relatives aux normes de la Banque du Canada en matière de gestion des risques pour les infrastructures de marchés financiers désignées Indications relatives aux normes de la Banque du Canada en matière de gestion des risques pour les infrastructures de marchés financiers désignées Norme 16 : Risques de garde et d investissement Objectif

Plus en détail

TABLEAU DE BORD POUR ELUS

TABLEAU DE BORD POUR ELUS TABLEAU DE BORD POUR ELUS I. Fonctions et tâches d élus de SFD (séance de 2H 30) Dans un système financier décentralisé, les élus occupent une place centrale dans la gouvernance de l institution. En particulier,

Plus en détail

Chapitre II: VARIATIONS DU BILAN NOTION DE RESULTAT

Chapitre II: VARIATIONS DU BILAN NOTION DE RESULTAT Chapitre II: VARIATIONS DU BILAN NOTION DE RESULTAT I. MOUVEMENTS COMPTABLES Nous avons vu que le Bilan représente la photographie de la situation de l entreprise à une date donnée : chaque opération nouvelle

Plus en détail

PROGRAMMES DE GESTION 3 ème année & 4 ème année de l Enseignement secondaire

PROGRAMMES DE GESTION 3 ème année & 4 ème année de l Enseignement secondaire RÉPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTÈRE DE L ÉDUCATION & DE LA FORMATION DIRECTION GÉNÉRALE DES PROGRAMMES & DE LA FORMATION CONTINUE Direction des Programmes & des Manuels Scolaires PROGRAMMES DE GESTION 3 ème

Plus en détail

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION Le conseil d administration (le «conseil») rend compte à l actionnaire et relève du Parlement par l intermédiaire du ministre de l Industrie. Le conseil assume la responsabilité

Plus en détail

Emprunter sur la valeur nette d une maison

Emprunter sur la valeur nette d une maison Série L ABC des prêts hypothécaires Emprunter sur la valeur nette d une maison Comment prendre de bonnes décisions en matière d hypothèques Table des matières Aperçu 1 Quelles sont les différentes options?

Plus en détail

Les mécanismes de transmission de la politique monétaire

Les mécanismes de transmission de la politique monétaire Chapitre 5 Les mécanismes de transmission de la politique monétaire Introduction (1/3) Dans le chapitre 4, on a étudié les aspects tactiques de la politique monétaire Comment la BC utilise les instruments

Plus en détail

Danemark. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010

Danemark. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/bank_country-200-fr Danemark Merci de citer ce chapitre comme

Plus en détail

PLAN DE COURS Nº 2 FINANCE 1

PLAN DE COURS Nº 2 FINANCE 1 PLAN DE COURS Nº 2 FINANCE 1 (410-540-90) (2-1-3) Département de techniques et sciences administratives Professeur : Bureau : Tél. : Session : PRÉALABLE Le cours de comptabilité 2 (410-210-90) est préalable

Plus en détail

Énoncé de la politique et des règles de placement de la trésorerie (ÉPRPT)

Énoncé de la politique et des règles de placement de la trésorerie (ÉPRPT) Portefeuille de trésorerie de l Université d Ottawa Énoncé de la politique et des règles de placement de la trésorerie (ÉPRPT) 1. But L Énoncé de la politique et des règles de placement de la trésorerie

Plus en détail

BANQUE DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI SERVICE SUPERVISION DES ETABLISSEMENTS BANCAIRES ET FINANCIERS ET STABILITE FINANCIERE

BANQUE DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI SERVICE SUPERVISION DES ETABLISSEMENTS BANCAIRES ET FINANCIERS ET STABILITE FINANCIERE BANQUE DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI SERVICE SUPERVISION DES ETABLISSEMENTS BANCAIRES ET FINANCIERS ET STABILITE FINANCIERE INSTITUTION : DATE DE CONTROLE : SUPERVISEUR : PERSONNES INTERROGEES : RESUME DES

Plus en détail

Ordonnance sur l assurance directe sur la vie

Ordonnance sur l assurance directe sur la vie Ordonnance sur l assurance directe sur la vie (Ordonnance sur l assurance-vie, OAssV) Modification du 26 novembre 2003 Le Conseil fédéral suisse arrête: I L ordonnance du 29 novembre 1993 sur l assurance-vie

Plus en détail

Le besoin de trésorerie

Le besoin de trésorerie OCTOBRE 2015 ENTREPRENEURS N 3 lesclesdelabanque.com Le site pédagogique sur la banque et l argent FINANCEMENT LES MINI-GUIDES BANCAIRES & aveclespme.fr Le nouveau site pratique de la Fédération Bancaire

Plus en détail

Plan de trésorerie : savoir évaluer, gérer et financer ses besoins

Plan de trésorerie : savoir évaluer, gérer et financer ses besoins Les Journées Régionales de la Création & Reprise d Entreprise 5 et 6 octobre 2006 - Parc Expo Rennes Aéroport - Bruz Plan de trésorerie : savoir évaluer, gérer et financer ses besoins Animé par : Valérie

Plus en détail

Ahmed Ouazzani Adresse électronique: ouazzanifr@gmail.com Permanence: Tous les lundis après-midi (sur rendez-vous ), il faut, au préalable, envoyer

Ahmed Ouazzani Adresse électronique: ouazzanifr@gmail.com Permanence: Tous les lundis après-midi (sur rendez-vous ), il faut, au préalable, envoyer Ahmed Ouazzani Adresse électronique: ouazzanifr@gmail.com Permanence: Tous les lundis après-midi (sur rendez-vous ), il faut, au préalable, envoyer un courriel expliquant le motif ou les points que vous

Plus en détail

Comprendre les frais sur remboursement anticipé

Comprendre les frais sur remboursement anticipé Comprendre les frais sur remboursement anticipé Pour choisir un type d hypothèque, vous devez tenir compte de nombreux facteurs. Voulez-vous une hypothèque à court ou à long terme? À taux fixe ou variable?

Plus en détail

Mythes et réalité concernant le crédit : Le point de vue d une banque. Programme

Mythes et réalité concernant le crédit : Le point de vue d une banque. Programme Mythes et réalité concernant le crédit : Le point de vue d une banque Programme 1. Les mythes et les réalités de l économie d aujourd hui Aperçu de la crise du crédit Les coûts d emprunt et leurs conséquences

Plus en détail

PARTIE 3 Impact total sur le capital des modifications proposées inclues dans l ébauche de la ligne directrice sur le TCM

PARTIE 3 Impact total sur le capital des modifications proposées inclues dans l ébauche de la ligne directrice sur le TCM Résumé de l impact sur le capital des modifications que l on propose d apporter au cadre de capital réglementaire 2015 des sociétés d assurances multirisques Le présent rapport, qui expose l impact total

Plus en détail

Pilier 3 des normes de Bâle II Règles de transparence applicables à la Fiducie de la Financière Sun Life inc.

Pilier 3 des normes de Bâle II Règles de transparence applicables à la Fiducie de la Financière Sun Life inc. Pilier 3 des normes de Bâle II Règles de transparence applicables à la Fiducie de la Financière Sun Life inc. Introduction Les normes de Bâle II constituent un accord international sur les fonds propres

Plus en détail

Business Plan. Justine Robin, Inès Puisset Qu est ce qu un business plan? Master 1 Management, spécialité PME PMI

Business Plan. Justine Robin, Inès Puisset Qu est ce qu un business plan? Master 1 Management, spécialité PME PMI Business Plan Justine Robin, Inès Puisset Qu est ce qu un business plan? Master 1 Management, spécialité PME PMI Sommaire : Introduction... 2 1. Présentation générale : le business plan... 3 1.1. Définition...

Plus en détail

Sommaire. Introduction 3. Aller toujours plus loin 21

Sommaire. Introduction 3. Aller toujours plus loin 21 Vos ratios en poche Sommaire Introduction 3 Les bases pour comprendre les ratios 4 Les ratios de rentabilité 8 Les ratios de valeur ajoutée 11 Les ratios de liquidité 14 Les ratios de solvabilité 17 Aller

Plus en détail

Fonds pour l adaptation

Fonds pour l adaptation Fonds pour l adaptation Conseil du Fonds pour l adaptation Deuxième réunion Bonn, 16-19 juin 2008 AFB/B.2/10 22 mai 2008 Point 6h) de l ordre du jour FONCTIONS ET ATTRIBUTIONS DE L ADMINISTRATEUR DU FONDS

Plus en détail

Rôle de la fonction finance

Rôle de la fonction finance La fonction finance Rôle de la fonction finance Assurer aux décideurs qu ils disposent des fonds nécessaires à l instant T pour financer les investissements nécessaires à la croissance et au développement

Plus en détail

Après l analyse du compte de résultat à l aide du tableau des soldes intermédiaires de gestion, nous nous intéressons maintenant à l analyse du bilan.

Après l analyse du compte de résultat à l aide du tableau des soldes intermédiaires de gestion, nous nous intéressons maintenant à l analyse du bilan. CHAPITRE 13 L ANALYSE DU BILAN : STRUCTURE ET EQUILIBRE FINANCIER Après l analyse du compte de résultat à l aide du tableau des soldes intermédiaires de gestion, nous nous intéressons maintenant à l analyse

Plus en détail

Gestion de trésorerie

Gestion de trésorerie Collection les mémentos finance dirigée par Jack FORGET Gestion de trésorerie Optimiser la gestion financière de l entreprise à court terme Jack FORGET Éditions d Organisation, 2005 ISBN : 2-7081-3250-4

Plus en détail

Ordonnance sur l assurance directe autre que l assurance sur la vie

Ordonnance sur l assurance directe autre que l assurance sur la vie Ordonnance sur l assurance directe autre que l assurance sur la vie (Ordonnance sur l assurance dommages, OAD) Modification du 26 novembre 2003 Le Conseil fédéral suisse arrête: I L ordonnance du 8 septembre

Plus en détail

L Assurance-crédit. Qu est-ce que l assurance-crédit? l Assurance-crédit

L Assurance-crédit. Qu est-ce que l assurance-crédit? l Assurance-crédit L Assurance-crédit Qui ne désire pas éviter que sa société doive constituer des provisions, ou pire encore, passer en perte des créances sur clients? Vous pouvez y arriver à peu de frais en souscrivant

Plus en détail

Le budget de trésorerie

Le budget de trésorerie Le budget de trésorerie Dans la première section, nous verrons les principes généraux de construction d'un budget de trésorerie. Dans la deuxième, nous appliquerons ces principes à un cas particulier et

Plus en détail

Code de conduite dans le cadre de la Loi du.. relative à diverses dispositions concernant le financement des petites et moyennes entreprises

Code de conduite dans le cadre de la Loi du.. relative à diverses dispositions concernant le financement des petites et moyennes entreprises Code de conduite dans le cadre de la Loi du.. relative à diverses dispositions concernant le financement des petites et moyennes entreprises 1 Préambule La Loi du relative à diverses dispositions concernant

Plus en détail

Associations Dossiers pratiques

Associations Dossiers pratiques Associations Dossiers pratiques Optimisez la gestion financière de votre association (Dossier réalisé par Laurent Simo, In Extenso Rhône Alpes) Les associations vivent et se développent dans un contexte

Plus en détail

Le besoin de trésorerie

Le besoin de trésorerie JUIN 2013 ENTREPRENEURS N 3 lesclesdelabanque.com Le site pédagogique sur la banque et l argent FINANCEMENT LES MINI-GUIDES BANCAIRES & banques-sepa.fr les banques accompagnent les entreprises pour le

Plus en détail

Sondage réalisé par American Express MD auprès des entreprises de taille moyenne

Sondage réalisé par American Express MD auprès des entreprises de taille moyenne Sondage réalisé par American Express MD auprès des entreprises de taille moyenne Les décideurs financiers des entreprises de taille moyenne du Canada ont un point de vue éclairé quant à la conjoncture

Plus en détail

3. Des données financières globalement positives en 2010

3. Des données financières globalement positives en 2010 3. Des données financières globalement positives 3.1 Une nouvelle progression du bilan À fin 2010, le total de bilan agrégé de l ensemble des organismes d assurance et de réassurance contrôlés par l Autorité

Plus en détail

Comprendre les frais sur remboursement anticipé

Comprendre les frais sur remboursement anticipé Comprendre les frais sur remboursement anticipé Pour choisir un type d hypothèque, vous devez tenir compte de nombreux facteurs. Voulez-vous une hypothèque à court ou à long terme? À taux fixe ou variable?

Plus en détail

LA TRESORERIE. mois. Cette donnée est importante pour établir le budget de trésorerie prévisionnel. TOTAL 30 000

LA TRESORERIE. mois. Cette donnée est importante pour établir le budget de trésorerie prévisionnel. TOTAL 30 000 LA TRESORERIE 1. Présentation des composantes de la trésorerie 3.2. La TVA à décaisser 1.1. Qu est ce que la trésorerie 2. Les encaissements : de la prévision des ventes au budget prévisionnel des recettes

Plus en détail

SOMMAIRE. AVANT-PROPOS À LA 2 e ÉDITION 9 INTRODUCTION 11 CHAPITRE 1. LE MARCHÉ DE LA TRANSMISSION D ENTREPRISES EN FRANCE 13

SOMMAIRE. AVANT-PROPOS À LA 2 e ÉDITION 9 INTRODUCTION 11 CHAPITRE 1. LE MARCHÉ DE LA TRANSMISSION D ENTREPRISES EN FRANCE 13 SOMMAIRE AVANT-PROPOS À LA 2 e ÉDITION 9 INTRODUCTION 11 CHAPITRE 1. LE MARCHÉ DE LA TRANSMISSION D ENTREPRISES EN FRANCE 13 1. Des milliers d entreprises à transmettre 13 Le marché de la transmission

Plus en détail

REALISER L ETUDE FINANCIERE

REALISER L ETUDE FINANCIERE REALISER L ETUDE FINANCIERE Cette étape va vous permettre de mesurer la viabilité de votre projet, ainsi que sa pérennité sur le long terme. Le plan de financement vous aidera à déterminer les ressources

Plus en détail

Énoncé des principes et objectifs de placement du portefeuille à long terme de l Université d Ottawa

Énoncé des principes et objectifs de placement du portefeuille à long terme de l Université d Ottawa Énoncé des principes et objectifs de placement du portefeuille à long terme de l Université d Ottawa 1. But de l Énoncé L Énoncé des principes et objectifs de placement («l EPOP») décrit les objectifs,

Plus en détail

Plafond d endettement et de risques de cautionnement, législature 2011 2016

Plafond d endettement et de risques de cautionnement, législature 2011 2016 PREAVIS DE LA MUNICIPALITE AU CONSEIL COMMUNAL No 09/11 Plafond d endettement et de risques de cautionnement, législature 2011 2016 Monsieur le Président, Mesdames et Messieurs, I. PREAMBULE Conformément

Plus en détail

Associations : comment bénéficier des apports financiers du programme investissement d avenir (PIA)?

Associations : comment bénéficier des apports financiers du programme investissement d avenir (PIA)? Associations : comment bénéficier des apports financiers du programme investissement d avenir (PIA)? M o d e d e m p l o i d e s p r ê t s a c c o r d é s a u x s t r u c t u r e s d u t i l i t é s o

Plus en détail

ACTIONS ET OBLIGATIONS Les placements financiers en quelques mots

ACTIONS ET OBLIGATIONS Les placements financiers en quelques mots Aperçu des actions et des obligations Qu est-ce qu une action? Une action est une participation dans une entreprise. Quiconque détient une action est copropriétaire (actionnaire) de l entreprise (plus

Plus en détail

Leçon n 1 : définition et champ d application de la comptabilité analytique

Leçon n 1 : définition et champ d application de la comptabilité analytique AUNEGE Campus Numérique en Economie Gestion Licence 2 Comptabilité analytique Leçon 1 Leçon n 1 : définition et champ d application de la comptabilité analytique 1 RÔLES DE LA COMPTABILITÉ DE GESTION INFORMER

Plus en détail

ff ~ ~ ;J ----------

ff ~ ~ ;J ---------- Cour Pénale Internationale International Criminal Court RENDU PUBLIC le 22 novembre 2012 par application de la circulaire ICC/INF/2012/020 l/ \) ff ~ ~ ;J ---------- L~ Greffe ~~ The Registr y Instruction

Plus en détail

Règlement financier et comptable du Secrétariat permanent de la Convention alpine

Règlement financier et comptable du Secrétariat permanent de la Convention alpine NEU NOUVEAU NUOVO NOVO 12.03.2009 Règlement financier et comptable du Secrétariat permanent de la Convention alpine Entré en vigueur le 1er avril 2009 Titre I er Dispositions générales Article 1er - Objet

Plus en détail

Formation Atmansoft :

Formation Atmansoft : La particularité de la mise en place d une gestion de trésorerie, c'est-à-dire afin de devancer ses engagements, de connaître ses besoins et de respecter ses lignes d autorisations de découvert est devenu

Plus en détail

Qu est-ce qu une banque?

Qu est-ce qu une banque? Qu est-ce qu une banque? Nathalie Janson 1 Financement de l Activité économique Développement des entreprises nécessite apport de fonds Les entreprises peuvent se financer de façon interne ou externe Les

Plus en détail

Le coût d un crédit. www.lesclesdelabanque.com. Nouvelle édition Mars 2007 LES MINI-GUIDES BANCAIRES

Le coût d un crédit. www.lesclesdelabanque.com. Nouvelle édition Mars 2007 LES MINI-GUIDES BANCAIRES 026 www.lesclesdelabanque.com Le site d informations pratiques sur la banque et l argent Le coût d un crédit LES MINI-GUIDES BANCAIRES FBF - 18 rue La Fayette - 75009 Paris cles@fbf.fr Nouvelle édition

Plus en détail

CREATION D ENTREPRISE. Séminaire dirigé par M. Jean-Baptiste BESSON

CREATION D ENTREPRISE. Séminaire dirigé par M. Jean-Baptiste BESSON CREATION D ENTREPRISE Séminaire dirigé par M. Jean-Baptiste BESSON PLAN DU COURS Partie 1 : Qu est-ce qu un entrepreneur? Qu est-ce qu entreprendre? Partie 2 : L'idée Partie 3 : Le projet personnel Partie

Plus en détail

Fonds de roulement et garanties

Fonds de roulement et garanties Livre blanc Fonds de roulement et garanties Lorsque vous faites affaire à l extérieur du Canada, vos clients étrangers peuvent exiger divers types de garanties avant de conclure un contrat pour la fourniture

Plus en détail

Développement du marché financier

Développement du marché financier Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Développement du marché financier Juillet 1997 Document de travail n 21 Développement du marché financier Juillet 1997 Le développement

Plus en détail

DISPOSITIF LOCAL D ACCOMPAGNEMENT. «Le diagnostic financier»

DISPOSITIF LOCAL D ACCOMPAGNEMENT. «Le diagnostic financier» DISPOSITIF LOCAL D ACCOMPAGNEMENT «Le diagnostic financier» Points clés Etablir un diagnostic financier, c est analyser la situation - passée, présente et future - d une structure d utilité sociale ou

Plus en détail

N o : D-1B Version originale : décembre 2001 Révision : juillet 2010

N o : D-1B Version originale : décembre 2001 Révision : juillet 2010 Ligne directrice Objet : (entreprises d assurances multirisques) Catégorie : Comptabilité N o : D-1B Version originale : décembre 2001 Révision : juillet 2010 Introduction La présente ligne directrice

Plus en détail

. Le résumé est la dernière partie à rédiger.. Résumé concis et convaincant.

. Le résumé est la dernière partie à rédiger.. Résumé concis et convaincant. Plan d élaboration du PLAN D AFFAIRES Avant de réaliser votre projet, élaborez votre plan d affaires selon le modèle suivant : RESUME :. Le résumé est la dernière partie à rédiger.. Résumé concis et convaincant.

Plus en détail

www.comptazine.fr DCG session 2012 UE6 Finance d entreprise Corrigé indicatif

www.comptazine.fr DCG session 2012 UE6 Finance d entreprise Corrigé indicatif DCG session 2012 UE6 Finance d entreprise Corrigé indicatif DOSSIER 1 DIAGNOSTIC FINANCIER 1. Compléter le tableau de financement 2011 Affectation du bénéfice 2010 : Bénéfice 2010 359 286 Affectation en

Plus en détail

Pilier 3 des normes de Bâle II Règles de transparence applicables à la Fiducie de la Financière Sun Life inc.

Pilier 3 des normes de Bâle II Règles de transparence applicables à la Fiducie de la Financière Sun Life inc. Pilier 3 des normes de Bâle II Règles de transparence applicables à la Fiducie de la Financière Sun Life inc. Introduction Les normes de Bâle II constituent un accord international sur les fonds propres

Plus en détail

Un seul compte pour votre retraite. M a n u v i e u n

Un seul compte pour votre retraite. M a n u v i e u n Un seul compte pour votre retraite M a n u v i e u n Avant de prendre leur retraite, la plupart des Canadiens prennent les mesures qui s imposent pour se garantir un revenu mensuel stable. Ils peuvent

Plus en détail

PLACEMENT DES FONDS EXCEDENTAIRES. En application de l'instruction administrative ICC/AI/2004/001, le Greffier promulgue ce qui suit :

PLACEMENT DES FONDS EXCEDENTAIRES. En application de l'instruction administrative ICC/AI/2004/001, le Greffier promulgue ce qui suit : Cour Pénale Internationale International Criminal Court LE GREFFE Instruction administrative ICC/AI/2004/007 29 novembre 2004 PLACEMENT DES FONDS EXCEDENTAIRES En application de l'instruction administrative

Plus en détail

Efficience de l actif de l entreprise

Efficience de l actif de l entreprise Solutions d assurance-vie Efficience de l actif de l entreprise Gérer. Profiter. Préserver. Une solution intelligente pour les professionnels : l assurance-vie permanente, un actif unique pouvant offrir

Plus en détail

DOSSIER DE CREATION D'ENTREPRISE

DOSSIER DE CREATION D'ENTREPRISE DOSSIER DE CREATION D'ENTREPRISE BUSINESS PLAN Partie 2 : Le dossier financier 1 Vous êtes prêt à créer votre entreprise? Ce dossier va vous permettre de préciser et de mettre en forme votre projet de

Plus en détail

Business Plan (plan des affaires)

Business Plan (plan des affaires) Business Plan (plan des affaires) 1. Conditions personnelles Vos objectifs personnels En termes d évolution personnelle (voulez-vous avoir une famille avec des enfants, devenir un officier supérieur à

Plus en détail

Gestion de la trésorerie 3-211-02

Gestion de la trésorerie 3-211-02 Gestion de la trésorerie 3-211-02 Séance 1 Introduction aux cours Qu est que la gestion de trésorerie???? Notion peu enseignée dans les écoles de gestion au Canada. Néanmoins, il s agit d un sujet d une

Plus en détail

Questions de révision Gestion de projet Janvier- février 2010

Questions de révision Gestion de projet Janvier- février 2010 CHAPITRE 1 1. Quel est le rôle du promoteur? Le promoteur est celui qui veut que le projet se réalise. C est lui qui conçoit l idée et qui détermine les paramètres clés du projet. Il doit aussi déterminer

Plus en détail

Module 2 : Principes directeurs de la Microfinance: Structures Institutionnelles et Méthodologies

Module 2 : Principes directeurs de la Microfinance: Structures Institutionnelles et Méthodologies Module 2 : Principes directeurs de la Microfinance: Structures Institutionnelles et Méthodologies Cours de microfinance pour les non-spécialistes Laurence Hart, CEFEB & Said Bourjij, ESF Le 17 mai 2002

Plus en détail

Diagnostic financier - Corrigé

Diagnostic financier - Corrigé Diagnostic financier - Corrigé Nous effectuerons ce diagnostic financier en présentant d abord une étude de rentabilité et de profitabilité du groupe Nestor, ensuite une étude de la structure financière

Plus en détail

CONSEIL D ADMINISTRATION MANDAT

CONSEIL D ADMINISTRATION MANDAT Décembre 2014 CONSEIL D ADMINISTRATION MANDAT 1. CRÉATION Le Conseil d administration de la Banque du Canada (le «Conseil») est constitué en vertu de l article 5 de la Loi sur la Banque du Canada (la «Loi»).

Plus en détail

PROGRAMMES DE GESTION

PROGRAMMES DE GESTION RÉPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTÈRE DE L ÉDUCATION DIRECTION GÉNÉRALE DU CYCLE PREPARATOIRE & DE L'ENSEIGNEMENT SECONDAIRE Direction de la Pédagogie & des Normes du cycle préparatoire et de l'enseignement

Plus en détail

INSTRUMENTS FINANCIERS ET RISQUES ENCOURUS

INSTRUMENTS FINANCIERS ET RISQUES ENCOURUS INSTRUMENTS FINANCIERS ET RISQUES ENCOURUS L objet de ce document est de vous présenter un panorama des principaux instruments financiers utilisés par CPR AM dans le cadre de la fourniture d un service

Plus en détail

FINANCES PUBLIQUES CONGOLAISES www.droitcongolais.info

FINANCES PUBLIQUES CONGOLAISES www.droitcongolais.info Ce domaine concerne les règles les finances (l argent) de l Etat. Ce n est pas un domaine facile à comprendre mais il est indispensable de faire un effort pour en saisir l essentiel même de façon sommaire.

Plus en détail

Épreuves d admissibilité ÉPREUVE PRATIQUE À OPTION : GESTION COMPTABLE ET FINANCIÈRE DES ENTREPRISES

Épreuves d admissibilité ÉPREUVE PRATIQUE À OPTION : GESTION COMPTABLE ET FINANCIÈRE DES ENTREPRISES R É P U B L I Q U E F R A N Ç A I S E CONCOURS D'ADMINISTRATEUR DU SÉNAT 2012 DIRECTION DES RESSOURCES HUMAINES ET DE LA FORMATION Épreuves d admissibilité ÉPREUVE PRATIQUE À OPTION : GESTION COMPTABLE

Plus en détail

LE PROCESSUS D OCTROI D UN CREDIT COMMERCIAL ET LES CRITERES DE DECISION

LE PROCESSUS D OCTROI D UN CREDIT COMMERCIAL ET LES CRITERES DE DECISION LE PROCESSUS D OCTROI D UN CREDIT COMMERCIAL ET LES CRITERES DE DECISION Marija Vukmanovic, Director, chef de secteur clientèle entreprises Office de Promotion Economique du Canton de Genève Petit-déjeuner

Plus en détail

Thème 2 : la monnaie et les banques : le carburant de notre économie

Thème 2 : la monnaie et les banques : le carburant de notre économie Thème 2 : la monnaie et les banques : le carburant de notre économie L activité économique repose sur trois rouages : Monnaie besoins production répartition consommation Échanges Marché 2 «La monnaie n

Plus en détail

CHAPITRE 2 LA MONNAIE

CHAPITRE 2 LA MONNAIE CHAPITRE 2 LA MONNAIE L économie de troc est une économie dont l échange est simple, elle montre vite ses limites car elle a du mal à donner une valeur à un bien, elle oblige le déplacement de deux échangistes

Plus en détail

Rôle réglementaire de l OCRCVM : mesures pour prévenir la faillite des sociétés de courtage

Rôle réglementaire de l OCRCVM : mesures pour prévenir la faillite des sociétés de courtage Alerte aux investisseurs : information à l intention des clients des sociétés réglementées par l OCRCVM si jamais une société de courtage devait mettre fin à ses activités Compte tenu de la turbulence

Plus en détail

Pologne. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010

Pologne. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/bank_country-200-fr Pologne Merci de citer ce chapitre comme

Plus en détail

APPROCHE DE LA BANQUE PAR LE CREATEUR / REPRENEUR

APPROCHE DE LA BANQUE PAR LE CREATEUR / REPRENEUR APPROCHE DE LA BANQUE PAR LE CREATEUR / REPRENEUR 1 PLAN 1 Faire valider son projet personnel Votre personnalité Vos compétences et votre savoir-faire Vos motivations 2 Faire valider son projet économique

Plus en détail