12. Les chiffres du VIH/Sida en Belgique Nouvelles contaminations : le nombre le plus élevé depuis le début de l épidémie.

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "12. Les chiffres du VIH/Sida en Belgique Nouvelles contaminations : le nombre le plus élevé depuis le début de l épidémie."

Transcription

1 12. Les chiffres du VIH/Sida en Belgique Nouvelles contaminations : le nombre le plus élevé depuis le début de l épidémie. Avec nouveaux cas diagnostiqués en Belgique en 2010, le nombre de contaminations par le VIH a, une nouvelle fois, battu un triste record en atteignant le niveau le plus élevé depuis le début de l épidémie 1. Quant au nombre de diagnostics de IST (infections sexuellement transmissibles), il se maintient à un niveau élevé. Des chiffres qui confirment l évolution des dernières années : on se protège de moins en moins lors des rapports sexuels. Sur l ensemble des nouveaux cas de contamination par le VIH diagnostiqués en Belgique en 2010, on constate une confirmation de la proportion élevée d homo/bisexuels masculins. Elle est égale à 45,6% (contre 23,6% en 2002), ce qui est disproportionné si l on considère la taille de ce groupe population par rapport à l ensemble de la population de la Belgique. Ceci dit, avec 49,5%, la contamination par rapport hétérosexuels reste en première position. Nous sommes donc tous concernés : même si le VIH et les IST sont plus répandus dans certains groupes que dans d autres, ils sont néanmoins présents dans l ensemble des groupes de la population. Il faut donc continuer à mettre l accent sur l information, la prévention à l égard de la contamination par le VIH et les IST et le dépistage. On ne le répètera jamais assez! Il est primordial se protéger lors des rapports sexuels. Et il faut aussi se faire dépister s il y a eu comportement à risque, et ce tant pour le VIH que pour les IST. Car on peut être contaminé par le VIH ou par une IST sans présenter de symptômes et donc contaminer ses partenaires. Les dépistages peuvent être pratiqués dans les Centres de planning et les Centres de dépistage - dont certains peuvent être anonymes et gratuits - par les médecins généralistes, gynécologues 1 Source : rapport annuel situation au 31 décembre disponible sur Internet à l adresse suivante: ou par courrier à l adresse ci-dessous. Dr André Sasse ou Ruth Verbrugge Institut scientifique de Santé publique (ISP), rue Juliette Wytsman, 14 B-1050 Bruxelles Tél. : +32(0) (André Sasse) +32(0) (Ruth Verbrugge) Fax : +32(0) Courriels :

2 L importance d un diagnostic précoce Il convient aussi d insister sur l importance de la précocité du diagnostic. Parce qu elle permet, en cas de contamination avérée, une prise en charge médicale plus rapide et une modification du comportement sexuel. Les recommandations actuelles préconisent de façon générale de commencer le traitement à partir du moment où la personne infectée présente un taux de lymphocytes T4 inférieur à 350 T4/mm 3. Pour rappel, ce taux est lié à l immunité et peut être considéré comme un marqueur biologique du stade de l infection, étant d autant plus faible que l infection est avancée. Il est généralement situé aux environs de 1000 T4/mm 3 chez les personnes en bonne santé et inférieur à 200/mm 3 chez les personnes infectées par le VIH lors du passage au stade Sida. On parle donc de diagnostic tardif lorsque, au moment où le diagnostic de la séropositivité est établi, la personne présente un taux de lymphocytes inférieur à 350/mm 3. En 1998, parmi les patients belges 2, 62% des infections VIH étaient diagnostiquées tardivement ; en 2010, cette proportion était de 32%. Certes, la diminution observée au cours du temps suggère une évolution favorable en ce qui concerne la précocité du diagnostic VIH. Mais il faut bien constater qu un tiers des patients belges est encore diagnostiqué tardivement. Un pourcentage qui reste très important. I. Nouveaux diagnostics d infection VIH en 2010 Au total, entre le début de l épidémie et le 31 décembre 2010, personnes ont été reconnues infectées par le VIH en Belgique. Depuis 1986, le nombre de nouvelles infections VIH diagnostiquées dans le pays a évolué dans un intervalle compris entre 1,8 et 3,3 (en 2010) nouveaux diagnostics en moyenne par jour. En 2010, infections par le VIH ont été diagnostiquées en Belgique. Il s agit du nombre le plus élevé enregistré depuis le début de l épidémie. Et, fait nouveau, il marque aussi une augmentation par rapport aux incidences relativement stables observées chaque année depuis Par rapport à 1997, le nombre de nouveaux cas d infection VIH diagnostiqués en 2010 a augmenté de 70%. Cette augmentation d abord très marquée entre 1997 et 2000 (+ 36% en 3 ans) s est ensuite poursuivie à un rythme plus modéré. 2 Pour les patients non belges, le diagnostic établi en Belgique est moins significatif en termes de précocité car les patients peuvent déjà avoir été diagnostiqués à l étranger.

3 Quel mode de contamination? Les contacts hétérosexuels restent le mode de transmission le plus fréquemment rapporté en Belgique. Ils comptent pour 49,5% des infections diagnostiquées en La proportion d infections liées à ce mode de transmission, qui était de 67,1% en 2002 a donc diminué ces dernières années. En même temps, la proportion de contacts homo/bisexuels a augmenté, passant de 23,6% à 45,6%. Soit de près d un quart à près de la moitié. Les autres voies de transmission, bien que toujours existantes, sont en diminution. L'utilisation de drogues en injection intraveineuse est rapportée par moins de 2% des personnes diagnostiquées récemment; cette proportion avoisinait les 8% en début d'épidémie. Ce n est toutefois pas une raison pour relâcher les efforts de prévention à l égard de ce groupe-cible car ce pourcentage peut évoluer très vite au sein d un groupe de population qui échange du matériel d injection. Quelques éléments de profil des personnes séropositives En ce qui concerne la répartition par sexe, la proportion d hommes parmi les nouveaux diagnostics VIH est en hausse, quoique stable depuis l an dernier. Après avoir fluctué entre 51 et 60% pendant la période , cette proportion était de 62% en 2007 et de 66% en 2009 et La proportion de personnes de nationalité belge parmi les nouveaux cas diagnostiqués a augmenté entre 2004 et 2010, passant de 33,1 à 43,3% des patients pour lesquels la nationalité est connue. Considérant l évolution sur 25 ans, les patients diagnostiqués récemment sont plus âgés de 4 ans en moyenne en comparaison des patients diagnostiqués en début d épidémie. Les groupes d âge les plus touchés sont ceux de ans chez les hommes et ceux de ans chez les femmes. (années ). Parmi les hommes belges diagnostiqués en 2010, les contacts homo/bisexuels constituent la voie de transmission de loin la plus importante (81,1%). Chez les femmes, la transmission hétérosexuelle est rapportée dans 90,6% des cas. Parmi les patients non-belges diagnostiqués entre 2008 et 2010, le rapport hommes/femmes est beaucoup plus proche de l unité que pour les Belges. Ceci s explique par la nette prédominance de la transmission hétérosexuelle dans ce groupe. II. Évolution du nombre de nouveaux malades du Sida Parmi les personnes pour lesquelles le diagnostic d infection à VIH a été posé, un total cumulé de personnes ont été diagnostiquées malades du Sida au 31 décembre Parmi celles-ci, étaient décédées, 524 ont été perdues de vue, et étaient en vie et suivies médicalement à fin 2010.

4 De 1991 à 1995, il y avait une moyenne de 255 nouveaux cas de sida diagnostiqués par an. Cette incidence a diminué brutalement au cours des années 1996 et 1997 (- 50%) grâce à l'utilisation des nouvelles associations d'antirétroviraux. Depuis 1998, elle s est stabilisée et, ces cinq dernières années, l incidence corrigée fluctue entre 88 et 129 nouveaux cas par an. Pour l année 2010, 74 nouveaux cas ont été notifiés à ce jour; l incidence corrigée pour les délais est de 88 cas. L arrêt de la décroissance de l'incidence du Sida depuis 1998 semble lié, du moins partiellement, à la proportion importante de malades qui, en raison d un dépistage tardif, découvrent leur séropositivité au moment du diagnostic du Sida, et qui n ont pas bénéficié des thérapies combinées antirétrovirales pendant la phase de séropositivité pré-sida. Le nombre de décès liés à la maladie est en diminution : pendant la période de 1992 à 1995, 176 décès étaient rapportés en moyenne annuelle. En 2008, 2009 et 2010, le nombre de décès notifiés a été respectivement de 25, 9 et 16 (donnée non corrigée pour le délai de notification). Cette importante diminution de la mortalité est à mettre en relation avec l utilisation des nouvelles associations d'antiviraux qui a débuté durant l année Elle explique en partie l augmentation de la prévalence, c est-à-dire du nombre de personnes vivant avec l infection. Au cours de l année 2010 en Belgique, personnes ont été reconnues infectées par le VIH (séropositives) soit le nombre le plus élevé de contaminations diagnostiquées par an dans notre pays. Ce nombre, élevé depuis plusieurs années, ne cesse d augmenter : citons notamment infections diagnostiquées en 2005, 1069 en 2007 et 1135 en Parmi les nouveaux cas d infection, le pourcentage d homosexuels masculins est également en augmentation. 88 personnes ont été reconnues malades du Sida (incidence corrigée pour les délais de notification). 16 décès liés à la maladie ont été notifiés patients infectés par le VIH étaient suivi médicalement au 31 décembre. Le pourcentage de diagnostics tardifs (près d 1/3) est en diminution mais reste encore inquiétant.

5 III. Infections sexuellement transmissibles (IST) 3 Tendances générales Les laboratoires vigies de microbiologie suivent les tendances des infections à Chlamydia, gonorrhée et syphilis. Pour ces trois infections, ils ont, en 2009, enregistré respectivement cas, 712 cas et 488 cas, sur base d une participation de 62% du nombre total de laboratoires de routine. On observe une tendance à la hausse pour les trois infections, la plus frappante étant l augmentation de l incidence de l infection à Chlamydia, observée dans l ensemble du pays. Résultats du réseau sentinelle de cliniciens Ce réseau se compose de 46 sites (cabinets privés, services d hôpital, centres médicaux ) répartis dans l ensemble du pays. Il permet de récolter diverses données relatives au profil des personnes atteintes d une IST. En 2009, 838 diagnostics d IST ont été enregistrés par le réseau sentinelle de cliniciens. Chez 7% des patients, plusieurs IST ont été diagnostiquées au même moment. La moitié (51%) des patients masculins était homo/bisexuels (HSH) 4. L infection à Chlamydia était le diagnostic IST le plus fréquent chez les hommes et les femmes hétérosexuels. La syphilis était l IST la plus fréquemment diagnostiquée chez les HSH. L infection à Chlamydia est plus fréquente chez les jeunes femmes (15-24 ans), tandis que la syphilis est plus fréquente chez les hommes âgés entre 45 et 54 ans. La comparaison des années 2005 à 2009 montre une augmentation du nombre d infections à Chlamydia dans tous les groupes d âge parmi les femmes, et surtout chez les femmes âgées de moins de 35 ans. Cette infection étant courante chez les personnes hétérosexuelles, la sensibilisation de la population générale à cette infection et à ses éventuelles complications est recommandée. Les résultats indiquent qu il subsiste une nécessité d adopter des mesures adéquates ciblant les HSH, et plus particulièrement les HSH VIH positifs. Quelles mesures? Les campagnes de sensibilisation, le counseling sexuel, le dépistage des IST, la vaccination contre l hépatite B Enfin, la proposition d un test VIH est recommandée à tous les patients présentant un nouvel épisode d IST, y compris les patients testés VIH négatifs quelques mois auparavant. 3 Source : «les Infections Sexuellement Transmissibles (IST) et leurs déterminants résultat du réseau sentinelle de cliniciens ISP 4 HSH : Hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes

ÉPIDEMIOLOGIE DU SIDA ET DE L INFECTION À VIH EN BELGIQUE

ÉPIDEMIOLOGIE DU SIDA ET DE L INFECTION À VIH EN BELGIQUE Service maladies infectieuses dans la population générale ÉPIDEMIOLOGIE DU SIDA ET DE L INFECTION À VIH EN BELGIQUE Situation au 31 décembre ÉPIDEMIOLOGIE DU SIDA ET DE L INFECTION À VIH EN BELGIQUE Ce

Plus en détail

ÉPIDEMIOLOGIE DU SIDA ET DE L INFECTION À VIH EN BELGIQUE

ÉPIDEMIOLOGIE DU SIDA ET DE L INFECTION À VIH EN BELGIQUE Service maladies infectieuses au sein de la population générale ÉPIDEMIOLOGIE DU SIDA ET DE L INFECTION À VIH EN BELGIQUE Situation au 31 décembre 2011 ÉPIDEMIOLOGIE DU SIDA ET DE L INFECTION À VIH EN

Plus en détail

Table Ronde «Prévention et Dépistage»

Table Ronde «Prévention et Dépistage» Table Ronde «Prévention et Dépistage» «L infection à VIH/SIDA en 2013» Conférence organisée par la Ville de Marseille Dr Pervenche Martinet Dr Chantal Vernay Vaïsse 29/11/2013 1 Le dépistage aujourd'hui

Plus en détail

Situation du VIH-sida en France

Situation du VIH-sida en France Situation du VIH-sida en France Données du 3 juin 27 Unité VIH/Sida-IST-VHC Département des Maladies Infectieuses Institut de Veille Sanitaire 1 Sommaire I - Découvertes de séropositivité VIH diapositive

Plus en détail

Infection à VIH et Sida à La Réunion

Infection à VIH et Sida à La Réunion Tableau de bord Tableau de bord Infection à VIH et Sida à La Réunion CIRE océan Indien Novembre 2011 Contexte Contexte national Le nombre de personnes ayant découvert leur séropositivité en 2009 est estimé

Plus en détail

Contexte SIDA PATHOLOGIES. Dans le thème «Pathologies» Mortalité générale et espérance de vie. Mortalité prématurée. Maladies cardiovasculaires.

Contexte SIDA PATHOLOGIES. Dans le thème «Pathologies» Mortalité générale et espérance de vie. Mortalité prématurée. Maladies cardiovasculaires. PATHOLOGIES SIDA Dans le thème «Pathologies» Mortalité générale et espérance de vie. Mortalité prématurée. Maladies cardiovasculaires. Cancers : vue d ensemble. Cancers du poumon. Cancers du sein. Cancers

Plus en détail

COMITE DE COORDINATION DE LA LUTTE COREVIH MARTINIQUE CONTRE L INFECTION PAR LE VIH. Réalisation : Corevih de Martinique.

COMITE DE COORDINATION DE LA LUTTE COREVIH MARTINIQUE CONTRE L INFECTION PAR LE VIH. Réalisation : Corevih de Martinique. Réalisation : Corevih de JOURNEE MONDIALE DE LUTTE CONTRE LE SIDA EDITION 2014 QU EST CE QUE LA JOURNEE MONDIALE DE LUTTE CONTRE LE SIDA OU JMS? Le concept d une Journée mondiale de lutte contre le sida

Plus en détail

Liste des principales abréviations

Liste des principales abréviations 2014-2019 2 Liste des principales abréviations ART CRS DMG DPG FSF HSH IST LGBTQI MAS NONOPEP OPEP PMTCT PrEP PVVIH SIDA TasP TPE VIH Thérapie antirétrovirale Centres de référence Sida Dossier médical

Plus en détail

Evolution de la Survie des personnes infectées es par le VIH

Evolution de la Survie des personnes infectées es par le VIH Evolution de la Survie des personnes infectées es par le VIH Réunion Act Up Mardi 13 décembre 2005 Dr Caroline Semaille Unité VIH/Sida-IST-VHC Département des Maladies Infectieuses, InVS Évolution du nombre

Plus en détail

Organisation de la journée mondiale de lutte contre le Sida 1er décembre 2011

Organisation de la journée mondiale de lutte contre le Sida 1er décembre 2011 Organisation de la journée mondiale de lutte contre le Sida 1er décembre 2011 ARS et COREVIH en Alsace Dr Géraldine ROSET ARS Alsace ARS - Direction Alsace 8 mars 2011 - Pôle - Initiales de l agent - Date

Plus en détail

Plan national VIH/SIDA IST 2010 2014. de lutte contre le. et les

Plan national VIH/SIDA IST 2010 2014. de lutte contre le. et les Plan national de lutte contre le VIH/SIDA et les IST 2010 2014 Plan national de lutte contre le VIH/SIDA et les IST 2010-2014 Sommaire Enjeux, principes et objectif 7 Élaboration du plan VIH/IST 2010-2014

Plus en détail

Dépistage de l infection par le VIH en France

Dépistage de l infection par le VIH en France RECOMMANDATIONS EN SANTÉ PUBLIQUE Dépistage de l infection par le VIH en France Stratégies et dispositif de dépistage SYNTHESE ET RECOMMANDATIONS Octobre 2009 Document non soumis à relecture typographique

Plus en détail

VIH : Parlons-en franchement!

VIH : Parlons-en franchement! VihCouv_vert(2011_02) 08/02/11 13:27 Page1 DESSINS PHILIPPE DELESTRE VIH : Parlons-en franchement! VIH : Parlons-en franchement! LE VIH C EST QUOI? Le VIH est un virus. C est le virus du Sida. VIH ÇA VEUT

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86 LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : ÉTABLISSEMENT DE LIENS ENTRE LES PERSONNES CHEZ QUI UN DIAGNOSTIC D INFECTION À VIH A ÉTÉ POSÉ ET LES SERVICES DE SOINS ET DE TRAITEMENT

Plus en détail

SUIVI DES ACTIVITES DE PREVENTION DU VIH/SIDA DANS LE CANTON DE GENEVE EN 2009

SUIVI DES ACTIVITES DE PREVENTION DU VIH/SIDA DANS LE CANTON DE GENEVE EN 2009 Centre hospitalier universitaire vaudois Département universitaire de médecine et de santé communautaires Institut universitaire de médecine sociale et préventive Lausanne SUIVI DES ACTIVITES DE PREVENTION

Plus en détail

Qu est-ce qu elle nous montre?

Qu est-ce qu elle nous montre? Qu est-ce qu elle nous montre? Description des répondants et résultats généraux Pour quoi faire une enquête sur la PrEP? En France, et contrairement aux Etats-Unis depuis juillet 2012, l utilisation d

Plus en détail

Analyse de la survie des sujets atteints de Sida dans les principaux hôpitaux parisiens entre 1981 et 1993

Analyse de la survie des sujets atteints de Sida dans les principaux hôpitaux parisiens entre 1981 et 1993 Retour au sommaire des BEH de 1997 Analyse de la survie des sujets atteints de Sida dans les principaux hôpitaux parisiens entre 1981 et 1993 INTRODUCTION A partir des données de surveillance du Sida,

Plus en détail

Le VIH et le sida au Canada

Le VIH et le sida au Canada Santé Canada Health Canada Le VIH et le sida au Canada Rapport de surveillance en date du 31 décembre 1999 Avril 2000 Notre mission est d aider les Canadiens et les Canadiennes à maintenir et à améliorer

Plus en détail

Sida : «Avant d arrêter le préservatif, faites le test»

Sida : «Avant d arrêter le préservatif, faites le test» Sida : «Avant d arrêter le préservatif, faites le test» Dossier de presse Juin 2008 Sida : le test du dépistage encore trop peu souvent associé à l arrêt du préservatif dans le couple Situation de l infection

Plus en détail

Chlamydia Trachomatis : Qui,quand et comment dépister? Dr Isabelle Le Hen CDAG-CIDDIST de Bordeaux

Chlamydia Trachomatis : Qui,quand et comment dépister? Dr Isabelle Le Hen CDAG-CIDDIST de Bordeaux Chlamydia Trachomatis : Qui,quand et comment dépister? Dr Isabelle Le Hen CDAG-CIDDIST de Bordeaux Introduction Chlamydia trachomatis (Ct) : IST la + fréquente dans les pays développés Portage asymptomatique

Plus en détail

Dépister oui! Qui? Pourquoi? V Baclet SUMIV/CIDDIST CH Tourcoing 22 octobre 2013 Journée régionale, prévention VIH, hépatites IST (COREVIH)

Dépister oui! Qui? Pourquoi? V Baclet SUMIV/CIDDIST CH Tourcoing 22 octobre 2013 Journée régionale, prévention VIH, hépatites IST (COREVIH) Dépister oui! Qui? Pourquoi? V Baclet SUMIV/CIDDIST CH Tourcoing 22 octobre 2013 Journée régionale, prévention VIH, hépatites IST (COREVIH) * Qu est ce qu une IST? Infection Sexuellement Transmissible

Plus en détail

Implication des Corevih dans l arrivée des ADVIH: Expérience du Corevih LCA

Implication des Corevih dans l arrivée des ADVIH: Expérience du Corevih LCA Implication des Corevih dans l arrivée des ADVIH: Expérience du Corevih LCA Réunion Icône 2015 STRASBOURG Laurence Boyer - PH -SMIT- CHU Nancy Contexte Plan VIH/Sida/IST- 2010/14: Augmenter le dépistage:

Plus en détail

Utilisation d échantillons de convenance sur internet : intérêts et limites

Utilisation d échantillons de convenance sur internet : intérêts et limites Utilisation d échantillons de convenance sur internet : intérêts et limites Les enquêtes auprès des hommes ayant des relations sexuelles avec des hommes Annie Velter Pascale Bernillon Département des maladies

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE. I- Contexte et justification

TERMES DE REFERENCE. I- Contexte et justification TERMES DE REFERENCE Recrutement d un/e Consultant/e National/e pour la réalisation d une analyse des barrières à l accès au dispositif national de conseil et de dépistage anonyme et gratuit du VIH existant

Plus en détail

JORF n 0266 du 17 novembre 2010. Texte n 19

JORF n 0266 du 17 novembre 2010. Texte n 19 Le 6 juillet 2011 JORF n 0266 du 17 novembre 2010 Texte n 19 ARRETE Arrêté du 9 novembre 2010 fixant les conditions de réalisation des tests rapides d orientation diagnostique de l infection à virus de

Plus en détail

Z I G U I N C H O R SITUATION ECONOMIQUE ET SOCIALE REGIONALE 2013. Service Régional de la Statistique et de la Démographie de Ziguinchor

Z I G U I N C H O R SITUATION ECONOMIQUE ET SOCIALE REGIONALE 2013. Service Régional de la Statistique et de la Démographie de Ziguinchor Z I G U I N C H O R REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple Un But Une Foi ------------------ MINISTERE DE L ECONOMIE, DES FINANCES ET DU PLAN ------------------ AGENCE NATIONALE DE LA STATISTIQUE ET DE LA DEMOGRAPHIE

Plus en détail

IST et SIDA : s'informer pour se protéger!

IST et SIDA : s'informer pour se protéger! IST et SIDA : s'informer pour se protéger! Tous concernés! De quoi s agit-il? Les Infections Sexuellement Transmissibles (IST) sont des infections dues à des virus, des bactéries, des parasites ou des

Plus en détail

1 - DE MIEUX DETERMINER LES INDICATIONS DU TRAITEMENT 2 - DE PREVENIR PAR UN MEILLEUR CHOIX DES MEDICAMENTS LA SURVENUE D EFFETS INDESIRABLES GRAVES.

1 - DE MIEUX DETERMINER LES INDICATIONS DU TRAITEMENT 2 - DE PREVENIR PAR UN MEILLEUR CHOIX DES MEDICAMENTS LA SURVENUE D EFFETS INDESIRABLES GRAVES. LES OBJECTIFS RECHERCHES SONT : 1 - DE MIEUX DETERMINER LES INDICATIONS DU TRAITEMENT 2 - DE PREVENIR PAR UN MEILLEUR CHOIX DES MEDICAMENTS LA SURVENUE D EFFETS INDESIRABLES GRAVES. 3 D AMELIORER LE DISPOSITIF

Plus en détail

analyses et surveillance

analyses et surveillance PORTRAIT DES INFECTIONS TRANSMISSIBLES SEXUELLEMENT ET PAR LE SANG (ITSS), DE L HÉPATITE C, DE L INFECTION PAR LE VIH ET DU SIDA AU QUÉBEC S A N T É P U B L I Q U E analyses et C O L L E C T I O N surveillance

Plus en détail

Le VIH/sida, la loi et vous

Le VIH/sida, la loi et vous Le VIH/sida, la loi et vous Protection contre la discrimination Le VIH et le sida sont considérés comme des invalidités comme n importe quel autre état pathologique. Le Code canadien des droits de la personne

Plus en détail

Ex Aequo : Projet TEST OUT

Ex Aequo : Projet TEST OUT Rapport d activités 2014 (Janvier Décembre 2014) Ex Aequo : Projet TEST OUT Dépistage démédicalisé et délocalisé en communauté française auprès des Hommes ayant des rapports Sexuels avec d autres Hommes

Plus en détail

2 e. Enquête ÉDITION. auprès des. h%mmes. qui. les lieux de. rencontre. extérieurs en Suisse romande et en France voisine

2 e. Enquête ÉDITION. auprès des. h%mmes. qui. les lieux de. rencontre. extérieurs en Suisse romande et en France voisine 2 e Enquête auprès des h%mmes qui fréquentent les lieux de rencontre extérieurs en Suisse romande et en France voisine ÉDITION Sommaire 1 2 3 4 Contexte & méthodologie Profils des répondants Santé globale

Plus en détail

Etes-vous sûr de savoir diagnostiquer une primo-infection à V.I.H.?

Etes-vous sûr de savoir diagnostiquer une primo-infection à V.I.H.? Etes-vous sûr de savoir diagnostiquer une primo-infection à V.I.H.? Retard au diagnostic de primo-infection par le VIH après consultation auprès de différentes structures de soins. Weintrob, J. Giner,

Plus en détail

La Mutuelle Des Etudiants, 10 ans de lutte contre le VIH

La Mutuelle Des Etudiants, 10 ans de lutte contre le VIH La Mutuelle Des Etudiants, 10 ans de lutte contre le VIH www.lmde.com La Mutuelle des Étudiants - LMDE : mutuelle soumise aux dispositions du livre II du code de la Mutualité. SIREN 431 791 672. Siège

Plus en détail

VIH et hépatites Profil des consultants 4 ème trimestre 2000

VIH et hépatites Profil des consultants 4 ème trimestre 2000 CENTRE DE DÉPISTAGE ANONYME ET GRATUIT DE MONTPELLIER VIH et hépatites Profil des consultants 4 ème trimestre 2000 Juin 2002 Observatoire régional de la santé du Languedoc-Roussillon Hôpital Saint-Eloi

Plus en détail

Les femmes **** **** Historique

Les femmes **** **** Historique Les femmes **** Historique Et les femmes? Statistiques Symptômes spécifiques aux femmes atteintes du VIH Biologie et liquides organiques Inégalité Connaissez les faits **** Historique Au début des années

Plus en détail

Directives pour la surveillance de deuxième génération du VIH

Directives pour la surveillance de deuxième génération du VIH ONUSIDA/OMS Groupe de travail sur la surveillance mondiale du VIH/SIDA et des IST Directives pour la surveillance de deuxième génération du VIH WHO/CDS/CSR/EDC/2000.5 UNAIDS/00.03F Distr. : Générale Original

Plus en détail

VIH : Pourquoi? Comment? In parcours «Sexe : + ou libre?» (1 ère étape)

VIH : Pourquoi? Comment? In parcours «Sexe : + ou libre?» (1 ère étape) VIH : Pourquoi? Comment? In parcours «Sexe : + ou libre?» (1 ère étape) Description: Ce jeu propose aux joueurs d évaluer les risques de contamination du VIH lors d un rapport sexuel en fonction des pratiques

Plus en détail

TECHNIQUES DE NUMÉRATION DES LYMPHOCYTES T CD4 INFORMATION TECHNIQUE ORGANISATION MONDIALE DE LA SANTÉ

TECHNIQUES DE NUMÉRATION DES LYMPHOCYTES T CD4 INFORMATION TECHNIQUE ORGANISATION MONDIALE DE LA SANTÉ TECHNIQUES DE NUMÉRATION DES LYMPHOCYTES T CD4 INFORMATION TECHNIQUE ORGANISATION MONDIALE DE LA SANTÉ Organisation mondiale de la Santé 2004 Tous droits réservés. Il est possible de se procurer les publications

Plus en détail

D A N S L E S PAY S F R A N C O P H O N E S

D A N S L E S PAY S F R A N C O P H O N E S REGARD SUR L EPIDEMIE DU VIH D A N S L E S PAY S F R A N C O P H O N E S Photo: ONUSIDA Levier de la riposte au sida, l ONUSIDA s emploie à bâtir l action politique et à promouvoir les droits de tous les

Plus en détail

Détection et prise en charge de la résistance aux antirétroviraux

Détection et prise en charge de la résistance aux antirétroviraux Détection et prise en charge de la résistance aux antirétroviraux Jean Ruelle, PhD AIDS Reference Laboratory, UCLouvain, Bruxelles Corata 2011, Namur, 10 juin 2011 Laboratoires de référence SIDA (Belgique)

Plus en détail

Prévenir... les cancers chez l homme

Prévenir... les cancers chez l homme Prévenir... les cancers chez l homme 18 De près ou de loin, le cancer nous concerne tous Qu est-ce que le cancer? U n cancer (ou néoplasie ou tumeur maligne) est une maladie liée à une multiplication anarchique

Plus en détail

Le Livre des Infections Sexuellement Transmissibles

Le Livre des Infections Sexuellement Transmissibles Le Livre des Infections Sexuellement Transmissibles sommaire Qu est-ce qu une IST? p. 5 La blennorragie gonococcique p. 7 La chlamydiose p. 8 L hépatite B p. 9 L herpès génital p. 10 Les mycoplasmes et

Plus en détail

L essentiel. Complément québécois

L essentiel. Complément québécois L essentiel L essentiel L essentiel L essentiel L essentiel L essentiel L essentiel L essentiel L essentiel L essentiel L essentiel L essentiel L essentiel L essentiel L essentiel L essentiel L essentiel

Plus en détail

Les femmes africaines se mobilisent contre le Sida

Les femmes africaines se mobilisent contre le Sida Les femmes africaines se mobilisent contre le Sida Projet existant depuis 2005 et soutenu par l INPES et l ARS IledeFrance 1 Vision d ensemble sur le projet Origine du projet : Les communautés africaines

Plus en détail

SOIGNER ET TEMOIGNER. Le rôle de Médecins du Monde dans la politique de santé en France- Exemple de la prévention et de la lutte contre le SIDA

SOIGNER ET TEMOIGNER. Le rôle de Médecins du Monde dans la politique de santé en France- Exemple de la prévention et de la lutte contre le SIDA IRG-Université de Virginie 21 au 23 mars 2010 Acteurs non étatiques et politiques de santé publique SOIGNER ET TEMOIGNER Le rôle de Médecins du Monde dans la politique de santé en France- Exemple de la

Plus en détail

Recommandations pour la prise en charge des Carbapenemase Producing Enterobacteriaceae (CPE)

Recommandations pour la prise en charge des Carbapenemase Producing Enterobacteriaceae (CPE) Recommandations pour la prise en charge des Carbapenemase Producing Enterobacteriaceae (CPE) o Prendre rapidement les mesures nécessaires visant à assurer une maîtrise rapide de l émergence de CPE et d

Plus en détail

Bonne lecture!! et si vous souhaitez consulter le document de l AFEF dans son intégralité, c est ici

Bonne lecture!! et si vous souhaitez consulter le document de l AFEF dans son intégralité, c est ici Un résumé des recommandations éditées par l AFEF le 1 er juin 2015 Les recommandations de l AFEF vont plus loin que celles de l EASL. Le Pr Victor De Lédinghen, du CHU de Bordeaux, et secrétaire général

Plus en détail

LE VIH ET LE SIDA AU CANADA

LE VIH ET LE SIDA AU CANADA LE VIH ET LE SIDA AU CANADA RAPPORT DE SURVEILLANCE EN DATE DU 3 DÉCEMBRE 202 PROTÉGER LES CANADIENS CONTRE LES MALADIES DE PROMOUVOIR ET DE PROTÉGER LA SANTÉ DES CANADIENS GRÂCE AU LEADERSHIP, AUX PARTENARIATS,

Plus en détail

Rapport 2014 sur la lutte contre la tuberculose dans le monde

Rapport 2014 sur la lutte contre la tuberculose dans le monde Rapport 2014 sur la lutte contre la tuberculose dans le monde Résumé d orientation La tuberculose reste l une des maladies transmissibles causant le plus de décès dans le monde. En 2013, selon les estimations,

Plus en détail

Le système de protection sociale au Sénégal, étroitement lié à l emploi, comprend :

Le système de protection sociale au Sénégal, étroitement lié à l emploi, comprend : LA PROTECTION SOCIALE A DAKAR : QUELLES POSSIBILITES DE PRISE EN CHARGE DES COUTS LIES AU VIH/SIDA? Gabrièle Laborde-Balen *, Bernard Taverne * * IRD, UR 36 «Prise en charge du sida en Afrique», BP 1386,

Plus en détail

CALENDRIER ET TARIFS DES FORMATIONS

CALENDRIER ET TARIFS DES FORMATIONS SANTÉ CALENDRIER ET TARIFS DES FORMATIONS 2013 1/4 DROIT DE LA SÉCURITÉ SOCIALE LIÉ À L ÉTAT DE SANTÉ ET AU HANDICAP CODE SAN1 I 3 jours (21 h) I 900-12, 13 et 14 novembre 2012-25, 26 et 27 mars 2013-10,

Plus en détail

Utilisation d outils d soutenir le repérage, rage, la détection et le diagnostic

Utilisation d outils d soutenir le repérage, rage, la détection et le diagnostic Utilisation d outils d pour soutenir le repérage, rage, la détection et le diagnostic Martine Habra, PhD Agente de planification, programmation et recherche Institut universitaire en santé mentale Douglas

Plus en détail

LES EXAMENS BIOLOGIQUES EXPLIQUÉS

LES EXAMENS BIOLOGIQUES EXPLIQUÉS LES EXAMENS BIOLOGIQUES EXPLIQUÉS On vient de vous diagnostiquer une leucémie myéloïde chronique (LMC). Il se peut que vous ayez eu une analyse sanguine de routine demandée par votre médecin traitant ou

Plus en détail

Programme «maladie» - Partie II «Objectifs / Résultats» Objectif n 2 : développer la prévention

Programme «maladie» - Partie II «Objectifs / Résultats» Objectif n 2 : développer la prévention Programme «maladie» - Partie II «Objectifs / Résultats» Objectif n 2 : développer la prévention Indicateur n 2-3 : Indicateurs sur le dépistage du cancer 1 er sous-indicateur : taux de participation au

Plus en détail

LE VIH ET LE SIDA AU CANADA

LE VIH ET LE SIDA AU CANADA LE VIH ET LE SIDA AU CANADA RAPPORT DE SURVEILLANCE EN DATE DU 3 DÉCEMBRE 203 PROTÉGER LES CANADIENS CONTRE LES MALADIES PROMOUVOIR ET PROTÉGER LA SANTÉ DES CANADIENS GRÂCE AU LEADERSHIP, AUX PARTENARIATS,

Plus en détail

VIRUS DE I IMMUNODÉFICIENCE HUMAINE GUIDE POUR LE DÉPISTAGE ET LE DIAGNOSTIC DE L INFECTION PAR LE VIH

VIRUS DE I IMMUNODÉFICIENCE HUMAINE GUIDE POUR LE DÉPISTAGE ET LE DIAGNOSTIC DE L INFECTION PAR LE VIH VIRUS DE I IMMUNODÉFICIENCE HUMAINE GUIDE POUR LE DÉPISTAGE ET LE DIAGNOSTIC DE L INFECTION PAR LE VIH i Promouvoir et protéger la santé des Canadiens grâce au leadership, aux partenariats, à l'innovation

Plus en détail

Directives à l intention des bureaux de santé publique Le 27 août 2015

Directives à l intention des bureaux de santé publique Le 27 août 2015 Gestion des cas d Ebola et de leurs contacts en Ontario Directives à l intention des bureaux de santé publique Le 27 août 2015 1 Ministère de la Santé et des Soins de longue durée Direction de la gestion

Plus en détail

Les actions programmées au niveau national (plans stratégiques, plans et programmes) : principes et présentation générale

Les actions programmées au niveau national (plans stratégiques, plans et programmes) : principes et présentation générale DGS Santé publique 2004, volume 16, n o 4, pp. 661-672 Les actions programmées au niveau national (plans stratégiques, plans et programmes) : principes et présentation générale Les principes Le principe

Plus en détail

ORS. Île-de-France. Observatoire régional de santé d'île-de-france

ORS. Île-de-France. Observatoire régional de santé d'île-de-france ORS Île-de-France Observatoire régional de santé d'île-de-france Les connaissances, attitudes, croyances et comportements face au VIH/sida en Ile-de-France en Nathalie Beltzer, Leïla Saboni, Claire Sauvage,

Plus en détail

Des soins après avortement : Amis des Jeunes. Cartes à conseils 1-6

Des soins après avortement : Amis des Jeunes. Cartes à conseils 1-6 Des soins après avortement : Amis des Jeunes Cartes à conseils 1-6 SAA: Avant l intervention Accueillir cordialement la cliente et la mettre à l aise Garantir la confidentialité et l intimité Prendre les

Plus en détail

SONDAGE NATIONAL DES MÉDECINS 2014

SONDAGE NATIONAL DES MÉDECINS 2014 1 SONDAGE NATIONAL DES MÉDECINS 2014 Document d information Le 2 décembre 2014. Le Sondage national des médecins est un important projet de recherche continu qui permet de recueillir les opinions de médecins,

Plus en détail

LE VIH AU CANADA TENDANCES ET ENJEUX QUI AFFECTENT LA PRÉVENTION DU VIH, LES SOINS, LE TRAITEMENT ET LE SOUTIEN...

LE VIH AU CANADA TENDANCES ET ENJEUX QUI AFFECTENT LA PRÉVENTION DU VIH, LES SOINS, LE TRAITEMENT ET LE SOUTIEN... LE VIH AU CANADA TENDANCES ET ENJEUX QUI AFFECTENT LA PRÉVENTION DU VIH, LES SOINS, LE TRAITEMENT ET LE SOUTIEN... DÉCEMBRE 2010 CATIE est la source canadienne de renseignements à jour et impartiaux sur

Plus en détail

RISQUE DE TRANSMISSION DU VIH : SOMMAIRE DES DONNÉES SCIENTIFIQUES

RISQUE DE TRANSMISSION DU VIH : SOMMAIRE DES DONNÉES SCIENTIFIQUES PRÉVENTION ET CONTRÔLE DES MALADIES INFECTIEUSES RISQUE DE TRANSMISSION DU VIH : SOMMAIRE DES DONNÉES SCIENTIFIQUES PROTÉGER LES CANADIENS CONTRE LES MALADIES PROMOUVOIR ET PROTÉGER LA SANTÉ DES CANADIENS

Plus en détail

Les grands principes de prévention. Corinne Alberti Unité d Épidémiologie Clinique Hôpital Robert Debré

Les grands principes de prévention. Corinne Alberti Unité d Épidémiologie Clinique Hôpital Robert Debré Les grands principes de prévention Corinne Alberti Unité d Épidémiologie Clinique Hôpital Robert Debré Introduction La plupart des médecins sont attirés par la médecine car ils essaient de guérir les malades

Plus en détail

PLUS, Coalition Internationale Sida. Parler d une seule voix : celle des malades

PLUS, Coalition Internationale Sida. Parler d une seule voix : celle des malades PLUS, Coalition Internationale Sida Parler d une seule voix : celle des malades Allons plus loin dans la lutte contre le sida! Vous connaissez AIDES. Vous savez que depuis sa création en 1984, notre combat

Plus en détail

Les Tests Rapides d Orientation Diagnostique (TROD) Bibliographie indicative

Les Tests Rapides d Orientation Diagnostique (TROD) Bibliographie indicative Ireps Haute-Normandie. 115 boulevard de l Europe 76000 Rouen Tel : 02.32.18.07.60 Les Tests Rapides d Orientation Diagnostique (TROD) Bibliographie indicative Juin 2014 1 Sommaire Articles P 3 Dossiers

Plus en détail

Que faire devant un résultat positif, négatif ou indéterminé? Elisabeth Bouvet Atelier IGRA VIH JNI Tours 13 Juin 2012

Que faire devant un résultat positif, négatif ou indéterminé? Elisabeth Bouvet Atelier IGRA VIH JNI Tours 13 Juin 2012 Que faire devant un résultat positif, négatif ou indéterminé? Elisabeth Bouvet Atelier IGRA VIH JNI Tours 13 Juin 2012 Conclusions provisoires rapport du HCSP juillet 2011 Valeur prédictive positive des

Plus en détail

Registre valaisan des tumeurs. Epidémiologie et prise en charge du cancer du sein en Valais 2008-2010

Registre valaisan des tumeurs. Epidémiologie et prise en charge du cancer du sein en Valais 2008-2010 Registre valaisan des tumeurs Epidémiologie et prise en charge du cancer du sein en Valais 2008-2010 Impressum Observatoire valaisan de la santé, octobre 2014 Reproduction partielle autorisée, sauf à des

Plus en détail

CRÉATION DES CEGIDD FUSION DES CDAG ET CIDDIST

CRÉATION DES CEGIDD FUSION DES CDAG ET CIDDIST CRÉATION DES CEGIDD FUSION DES CDAG ET CIDDIST Loi de financement de la sécurité sociale (LFSS 2015, article 47) Journée de lutte contre les IST et promotion de la santé sexuelle 06 mars 2015 Aminata Sarr

Plus en détail

Prévention du VIH et des hépatites dans les programmes de Médecins du Monde en France Société Française de Lutte contre le Sida 25-26 octobre 2012-Marseille NOUS SOIGNONS CEUX QUE LE MONDE OUBLIE PEU A

Plus en détail

Directives à l intention des bureaux de santé publique Le 27 août 2015

Directives à l intention des bureaux de santé publique Le 27 août 2015 Gestion des cas d Ebola et de leurs contacts en Ontario Directives à l intention des bureaux de santé publique Le 27 août 2015 1 Ministère de la Santé et des Soins de longue durée Direction de la gestion

Plus en détail

ÉTAT DES LIEUX STATISTIQUE EN AQUITAINE

ÉTAT DES LIEUX STATISTIQUE EN AQUITAINE CONTRIBUTION DU GROUPE «COOPÉRATIVES, MUTUELLES ET ASSOCIATIONS DE L ÉCONOMIE SOCIALE» Cette contribution à la note de conjoncture du CESER propoe dan une première partie une approche tatitique du ecteur

Plus en détail

Prise en charge du VIH et des ITS

Prise en charge du VIH et des ITS Prise en charge du VIH et des ITS Clinique médicale m l Actuell Centre d excellence d de soins intégr grés s en santé sexuelle Réjean Thomas, md Président fondateur Fondateur MDM Canada Nice, 29 octobre

Plus en détail

Registre Suisse du psoriasis traité par médicaments biologiques et systémiques. Questionnaire patients

Registre Suisse du psoriasis traité par médicaments biologiques et systémiques. Questionnaire patients Registre Suisse du psoriasis traité par médicaments biologiques et systémiques Questionnaire patients Visite 11 Chère Madame, Cher Monsieur, Nous vous souhaitons la bienvenue pour cette première consultation

Plus en détail

Épidémie d infections cutanées à virus cowpox en France. Décembre 2008 Février 2009

Épidémie d infections cutanées à virus cowpox en France. Décembre 2008 Février 2009 Épidémie d infections cutanées à virus cowpox en France Décembre 2008 Février 2009 Journées Nationales d Infectiologie Lyon 10-11-12 juin 2009 Alerte et contexte : signalement et premières investigations

Plus en détail

Définition de l Infectiologie

Définition de l Infectiologie Définition de l Infectiologie Discipline médicale clinique Spécialisée. Prise en charge des Maladies Infectieuses et Tropicales. Actuelles, émergentes ou ré-émergentes. Référents dans le cadre d un maillage

Plus en détail

Différentes utilisations sont faites des définitions des infections nosocomiales :

Différentes utilisations sont faites des définitions des infections nosocomiales : HYGIENE HOSPITALIERE INFECTIONS NOSOCOMIALES OU INFECTIONS LIEES OU ASSOCIEES AUX SOINS? Par Monsieur Diène BANE, Ingénieur qualité et Gestion des Risques, Master en Ingénierie des Systèmes de Santé et

Plus en détail

Bordetella pertussis et Bordetella parapertussis

Bordetella pertussis et Bordetella parapertussis Bordetella pertussis et Bordetella parapertussis RESEAU RENACOQ: réseau hospitalier pédiatrique (43 hôpitaux) Données moyennes (10 ans) 260 cas/an environ 63 % chez enfants de de3 mois De 0à 2 mois : incidence

Plus en détail

un guide fait par les jeunes, pour les jeunes contraception savoir en parler savoir ou aller

un guide fait par les jeunes, pour les jeunes contraception savoir en parler savoir ou aller Carte santé jeunes un guide fait par les jeunes, pour les jeunes contraception savoir en parler savoir ou aller un guide fait par les jeunes, pour les jeunes Myriem et Marie, pilotes du projet. «A travers

Plus en détail

Secrétariat du Grand Conseil M 2184-A. Rapport du Conseil d Etat. Date de dépôt : 24 juillet 2014

Secrétariat du Grand Conseil M 2184-A. Rapport du Conseil d Etat. Date de dépôt : 24 juillet 2014 Secrétariat du Grand Conseil M 2184-A Date de dépôt : 24 juillet 2014 Rapport du Conseil d Etat au Grand Conseil sur la motion de M mes et MM. Romain de Sainte Marie, Thomas Wenger, Cyril Mizrahi, Jean-Charles

Plus en détail

Dépistage et prise en charge de l infection à Neisseria gonorrhoeae : état des lieux et propositions

Dépistage et prise en charge de l infection à Neisseria gonorrhoeae : état des lieux et propositions r RAPPORT D ORIENTATION Dépistage et prise en charge de l infection à Neisseria gonorrhoeae : état des lieux et propositions Décembre 2010 HAS / Service évaluation économique et santé publique / décembre

Plus en détail

B ULLETIN DE SANTE ORS. Des territoires et des populations diversement touchés par le VIH/sida Sandrine Halfen, ORS Île-de-France INFECTION A VIH/SIDA

B ULLETIN DE SANTE ORS. Des territoires et des populations diversement touchés par le VIH/sida Sandrine Halfen, ORS Île-de-France INFECTION A VIH/SIDA B ULLETIN DE SANTE ORS Île-de-France Observatoire régional de santé Île-de-France É P I D É M I O L O G I E E N Î L E - D E - F R A N C E DÉCEMBRE 2 0 1 4 no 21 Suivi de l infection à VIH/sida en Île-de-France

Plus en détail

Hépatite C une maladie silencieuse..

Hépatite C une maladie silencieuse.. Hépatite C une maladie silencieuse.. F. Bally Centre de Maladies Infectieuses et Epidémiologie Institut Central des Hôpitaux Valaisans Histoire Années 70 Hépatite non-a-non-b = hépatite post-transfusionelle

Plus en détail

PROCEDURE D ADMISSION DEFINITIF D UN ADULTE AVEC PARTICIPATION DU MEDECIN GENERALISTE

PROCEDURE D ADMISSION DEFINITIF D UN ADULTE AVEC PARTICIPATION DU MEDECIN GENERALISTE RESEAU DES MEDECINS VIGIES Ministère des Affaires Sociales et de la Santé de la Communauté Française Ministerie van de Vlaamse Gemeenschap Administratie voor Gezondheidszorg INSTITUT SCIENTIFIQUE DE LA

Plus en détail

Restitution de l 'atelier 1 Protocoles thérapeutiques et aspects médicaux de la PTME

Restitution de l 'atelier 1 Protocoles thérapeutiques et aspects médicaux de la PTME Restitution de l 'atelier 1 Protocoles thérapeutiques et aspects médicaux de la PTME Modérateur : Dr Didier Koumavi Ekouevi INSERM U-897, Université Bordeaux Segalen, PACCI, Abidjan et Université de Lomé

Plus en détail

_GUIDE À L ATTENTION DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ_

_GUIDE À L ATTENTION DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ_ _GUIDE À L ATTENTION DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ_ INTRODUCTION L accès à la contraception, sans autorisation parentale, est un droit pour les mineur(e)s. Néanmoins, dans la réalité, les jeunes ayant besoin

Plus en détail

La lutte contre la tuberculose est régie par l arrêté royal du 17 octobre 2002.

La lutte contre la tuberculose est régie par l arrêté royal du 17 octobre 2002. Le diagnostic de la tuberculose bovine La lutte contre la tuberculose est régie par l arrêté royal du 17 octobre 2002. 1. Tuberculination Dans la première phase d une infection de tuberculose bovine (Mycobacterium

Plus en détail

C EST QUOI? SIDA, IST, HÉPATITES. www.stopsida.asso.fr ASSOCIATION DE LUTTE CONTRE LE SIDA. Livret pratique à l usage des jeunes et des lycéens

C EST QUOI? SIDA, IST, HÉPATITES. www.stopsida.asso.fr ASSOCIATION DE LUTTE CONTRE LE SIDA. Livret pratique à l usage des jeunes et des lycéens Réalisation : Altavia Lille. ASSOCIATION DE LUTTE CONTRE LE SIDA www.stopsida.asso.fr 03 20 69 46 31 135, rue Président Coty-59208 Tourcoing cedex Édité, entre autres avec le concours du Conseil Général

Plus en détail

Du nouveau avec Santéclair

Du nouveau avec Santéclair ITEENTRAIDESOLIDARITEFRATERNITEENTRAIDESOLIDARITEFRATERNITEENTRAIDESOLIDARITEFRATERNITEENTRAIDESOLIDARITEFRATERNIT Société Mutualiste du Personnel du Groupe MMA et ses Filiales ERNITEENTRAIDESOLIDARITEFRATERNITEENTRAIDESOLIDARITEFRATERNITEENTRAIDESOLIDARITEFRATERNITEENTRAIDESOLIDARITEFRATERNITEENTRAIDESOLIDARITEFRATERNITEENTRAIDESOLIDARITEFRATERNITEENTRAIDESOLIDA

Plus en détail

RECOMMANDATIONS AUX MEDECINS ET AUX PATIENTS CONCERNANT L HéPATITE C

RECOMMANDATIONS AUX MEDECINS ET AUX PATIENTS CONCERNANT L HéPATITE C CONSEIL SUPERIEUR D HYGIENE Section des Maladies Transmissibles Président: Dr Robert HEMMER Service National des Maladies Infectieuses Secrétaire: Dr Pierrette HUBERTY-KRAU Division de l Inspection Sanitaire

Plus en détail

REPOBLIKAN'I MADAGASIKARA Fitiavana-Tanindrazana-Fandrosoana

REPOBLIKAN'I MADAGASIKARA Fitiavana-Tanindrazana-Fandrosoana REPOBLIKAN'I MADAGASIKARA Fitiavana-Tanindrazana-Fandrosoana ----------------------- MINISTERE DE LA SANTE PUBLIQUE PROGRAMME NATIONAL DE LUTTE CONTRE LE SIDA DOSSIER MEDICAL (Femme Enceinte) Code d identification

Plus en détail

La maladie de Lyme mars 2014

La maladie de Lyme mars 2014 La maladie de Lyme mars 2014 Il y a sur l internet beaucoup d information erronée et soi disant scientifique concernant la maladie de Lyme. Efforcons nous de mettre les choses au clair. Résumé La maladie

Plus en détail

TEMPS-FORTS 2013-2014

TEMPS-FORTS 2013-2014 VIVRE LONGTEMPS EN BONNE SANTÉ TEMPS-FORTS 2013- RAPPORT D ACTIVITÉS 2013- SURVEILLANCE DE LA SANTÉ ET DES MALADIES ÉVALUATION DES SOINS DE SANTÉ ANALYSE DES MÉDICAMENTS IMPACT DE L ENVIRONNEMENT SUR LA

Plus en détail

FONCTIONNEMENT ET LA PRESTATION DE SERVICES

FONCTIONNEMENT ET LA PRESTATION DE SERVICES ORIENTATIONS SUR LE FONCTIONNEMENT ET LA PRESTATION DE SERVICES 09 9.1 Introduction 176 9.2 Observance du traitement antirétroviral 176 9.2.1 Obstacles à l observance du traitement antirétroviral 176 9.2.2

Plus en détail

l hépatite b Une maladie qui peut être grave.

l hépatite b Une maladie qui peut être grave. l hépatite b Une maladie qui peut être grave. Sommaire Qu est-ce que l hépatite B? L hépatite B est-elle fréquente? Comment attrape-t-on l hépatite B? Comment savoir si l on est atteint d une hépatite

Plus en détail

A partir de 50 ans La macula & la DMLA

A partir de 50 ans La macula & la DMLA A partir de 50 ans La macula & la DMLA A partir de 50 ans, il est primordial d effectuer régulièrement un dépistage de la macula auprès d un médecin spécialiste des yeux. En effet, en Belgique, 30 000

Plus en détail

MEMOIRE DE MASTER 2 «RECHERCHE EN SANTE PUBLIQUE» FILIERE EPIDEMIOLOGIE UNIVERSITE PARIS SUD 11

MEMOIRE DE MASTER 2 «RECHERCHE EN SANTE PUBLIQUE» FILIERE EPIDEMIOLOGIE UNIVERSITE PARIS SUD 11 MEMOIRE DE MASTER 2 «RECHERCHE EN SANTE PUBLIQUE» FILIERE EPIDEMIOLOGIE UNIVERSITE PARIS SUD 11 «Réponse au traitement antirétroviral initié pendant ou en dehors de la grossesse chez des femmes infectées

Plus en détail

HOMMES AYANT DES RAPPORTS SEXUELS AVEC DES HOMMES (HSH) L aide à distance au service de leur santé sexuelle Analyse des sollicitations en 2011

HOMMES AYANT DES RAPPORTS SEXUELS AVEC DES HOMMES (HSH) L aide à distance au service de leur santé sexuelle Analyse des sollicitations en 2011 HOMMES AYANT DES RAPPORTS SEXUELS AVEC DES HOMMES (HSH) L aide à distance au service de leur santé sexuelle Analyse des sollicitations en 2011 Sommaire SIS Association... 3 Nature des données... 3 Échanges

Plus en détail

Journée Mondiale du Sida. c est quoi?

Journée Mondiale du Sida. c est quoi? fiches_infos 14/11/05 12:02 Page 1 1. La, c est quoi? Quelle est l origine de la? En 1988, face à l ampleur de l épidémie et des ravages causés par le sida, la date symbolique du 1er décembre a été retenue

Plus en détail