la pauvreté 33 ses lutte contre territorial. création.cette n ne doit pas d insertion. 1. UNE Accompagner la Participation travaux sont évidemment

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "la pauvreté 33 ses lutte contre territorial. création.cette n ne doit pas d insertion. 1. UNE Accompagner la Participation travaux sont évidemment"

Transcription

1 Accompagner la participation des allocataires Par Marion Drouault, responsable de projets à l (Version courte) Participation et RSA : «Accompagner la l participation des allocataires» S appuyant en particulier sur son expérience de terrain, l Ansa a souhaité à travers cette contribution apporter son regard sur la participation au sein des équipes pluridisciplinaires et dans les politiques d insertion, mettant en lumière les difficultés et les risques associés, mais aussi a les effets positifs qui en émergent,, comme le renouvellement du rapport aux allocataires, ou l adaptation des actions aux besoins des personnes. Au delà de ce positionnement, le RSA occupe toujours aujourd hui une grande place dans les actions et réflexions de l Ansaa qui travaillee à l amélioration du dispositif tant au niveau des territoires que de l État, notamment dans le cadre de la mise en œuvre des outils de programmation et de gouvernance. Faire évoluer le RSA pour le rendre davantage efficient est un enjeu essentiel, et sanss doute une voie plus porteuse qu un «retour en arrière». Les pistes d amélioration préconisées par l Ansaa sont nombreuses et portent notamment sur la lutte contre le nonn recours (communication, lisibilité du mode de calcul etc.), la fluidification des parcours, l accompagnement à l évolution des pratiques professionnelles. Nos préconisations, relayées dans différents travaux sont évidemment amenées à évoluer et à s affiner au vu notammentt des importantes évolutions législatives et institutionnelles en cours et des débatss qu elles amènent. Cet article de l Ansa a été publié dans l ouvrage Apprendre (de l échec) du RSA, coordonné par Anne Eydoux et Bernard Gomel, éditions par Liaisons sociales/cee, octobre 2014 Créée en janvier 2006, pour notamment développer des actions locales, expérimentales et innovantes de lutte contre la pauvreté et l exclusion, l Ansa a été au cœur de l expérimentation du RSA, avant de devenir à partir de 2009 l un des acteurs de sa généralisation. De 2006 à 2008, l association, qui a accompagné 33 départements dans la mise en place du RSA, a eu une position d observation privilégiée pour appréhender ses effets dans les territoires, apprécier ses réussites et ses limites. Le RSAA continue d occuper une grande place dans les travaux de l Ansa qui cherche à contribuer à l amélioration du dispositif au niveau national et territorial. La participation des personnes concernées est un principe d action promu par l Ansa depuis sa création.cette contributionn s appuie sur les expériences de l Ansa au niveau national et dans les départements qu elle a accompagnés pour alimenter les réflexions, mettre en œuvre et/ou évaluer la participation des allocataires. C est ici le point de vue de l Ansa sur la participation des allocataires à la mise en œuvre du RSA qui est proposé. Pour l association, cette participation n ne doit pas se limiter à la présence des allocataires dans les équipes pluridisciplinaires, mais doit contribuer à une réflexion pluss globale sur le RSA ett les politiques d insertion. 1. UNE ORGANISATION VARIABLE SELON LES DÉPARTEMENTS La loi impose la participation des allocataires aux équipes pluridisciplinaires, maiss reste plus floue f quant à la participation aux politiques d insertion, dépendante de la volonté des conseils c généraux. Nombre d entre eux 28 rue duu Sentier Paris

2 ont toutefois «joué le jeu», comme le montre l enquête de la DGCS à laquelle 69 départements ont répondu : en 2013, cinq ans après la généralisation du RSA, les départements dans leur majorité (51) font siéger des bénéficiaires du RSA dans les équipes pluridisciplinaires, et plus de la moitié (39) ont prévu des espaces de concertation associant les allocataires du RSA (par exemple, des«groupes ressources» dans 34 départements). Les conseils généraux ont appréhendé la participation comme une contrainte légale ou comme l occasion de faire évoluer leurs pratiques et d innover et ont retenu des modalités d organisation variées La participation des allocataires et ses enjeux La participation des allocataires du RSA est affirmée dès le premier article de la loi de 2008, précisant que «la définition, la conduite et l évaluation des politiques mentionnées au présent article [politiques d insertion] sont réalisées selon des modalités qui assurent une participation effective des personnes intéressées». La loi prévoit également que les allocataires participent aux équipes pluridisciplinaires, instances multi partenariales chargées de l étude des dossiers individuels pour statuer sur les réorientations de parcours ou les suspensions et réductions de l allocation 1. L objectif poursuivi par la loi est bien de s appuyer sur l expertise des allocataires pour adapter le dispositif à leurs besoins. Les enjeux de cette participation sont doubles : (re)donner la parole à tous les citoyens, notamment aux «sans voix», et améliorer le dispositif. Cette participation réinterroge alors la place de «l usager bénéficiaire», non plus considéré comme simple «allocataire», mais comme acteur à part entière du dispositif RSA. Pour autant, cette injonction participative n est pas aisée à mettre en œuvre pour les conseils généraux. Comment associer les allocataires? Comment les intégrer aux équipes pluridisciplinaires? Comment déterminer leur place et leur rôle? Autant de questions qui ont poussé les acteurs à définir un cadre pour orchestrer cette participation. Il s agit alors de l organiser de manière à rendre possible la prise de parole des allocataires, notamment en leur permettant de comprendre et de s approprier le fonctionnement des institutions et les questions à traiter, mais aussi de faire entendre leur parole L organisation de la participation dans les équipes pluridisciplinaires La participation des allocataires aux équipes pluridisciplinaires n est pas allée de soi. L intégration d allocataires «profanes» dans une instance majoritairement composée de professionnels a généré des inquiétudes, tant du côté des institutions et des professionnels que des allocataires eux mêmes. Les professionnels pouvaient craindre que cette participation ne suscite des revendications des allocataires ou ne remette en cause leurs pratiques professionnelles. Les compétences des allocataires ou encore la confidentialité des dossiers à traiter pouvaient aussi être questionnées. Nombre d allocataires ont pour leur part exprimé leurs appréhensions et leurs interrogations quant à leur rôle : quelle légitimité auraient ils à «juger» les dossiers de leurs pairs? Leur rôle serait il de les défendre? Allaient ils être écoutés des professionnels? Ces questionnements ont amené les départements à encadrer la démarche. Les principales difficultés ont alors été de choisir les représentants des allocataires, de s assurer de leur participation effective et d organiser les équipes. 1 Art. L et art. L de la loi no du 1er décembre 2008.

3 Concernant les modalités de sélection, non précisées par la loi, des «représentants des allocataires», les pratiques ont été diverses. Certains départements, minoritaires, ont choisi de déléguer la représentation des allocataires à des associations. D autres ont préféré la participation directe, considérant que la «valeur» de la participation de l allocataire tenait à son vécu personnel. Cette participation directe a toutefois posé la question des modalités de sélection des représentants, variables selon les départements : appel à volontaires, ou tirage au sort aléatoire ont été testés sur certains départements. La sélection par les professionnels a été peu fréquente, notamment pour éviter que soient mobilisés des critères subjectifs, ciblant des allocataires considérés comme «aptes» ou «capables» de participer. Souvent volontaires, les représentants des allocataires ont rarement été désignés par leurs pairs et ont pu s interroger sur la légitimité de leur «représentation». Certains départements ont alors décidé de constituer des groupes d allocataires du RSA sur lesquels se sont appuyés ceux qui étaient membres des équipes pluridisciplinaires : une dynamique de participation plus large est apparue comme un moyen de renforcer la légitimité des représentants. Une autre difficulté a été d assurer une participation effective des allocataires aux débats, d éviter par exemple les problèmes posés par l incompréhension ou le manque de confiance en soi. La mise en œuvre de la participation des allocataires dans les équipes pluridisciplinaires s est faite avec plus ou moins d accompagnement, selon les moyens alloués et la volonté politique locale. De nombreux départements ont proposé des formations, le plus souvent à destination des seuls allocataires du RSA. Toutefois, certains ont fait preuve d innovation en organisant des formations mixtes, voire des formations actions pour tous les membres des équipes pluridisciplinaires. La création d outils et la formalisation des procédures ont dans certains cas facilité l appropriation par tous du dispositif. Un accompagnement et un soutien tout au long du mandat a été proposé dans certains territoires. En effet, la participation aux équipes pluridisciplinaires s est avérée pouvoir constituer une responsabilité lourde à porter et produire un «effet miroir» déstabilisant pour les allocataires, surtout lorsque les dossiers étudiés renvoient à des situations vécues difficiles. Enfin, la loi ne précisant que les missions et la composition des équipes pluridisciplinaires, divers choix d organisation ont été mis en place par les conseils généraux. La définition des modalités d organisation des équipes pluridisciplinaires a parfois jeté les bases d une démarche participative, en associant des allocataires dès cette étape. Pour certains, un groupe d allocataires a été régulièrement associé aux réflexions lors de la mise en place du RSA. Les avis et les propositions du groupe ont été croisés avec les réflexions des professionnels, également sollicités, pour construire des scénarios, par exemple sur l organisation des équipes pluridisciplinaires (composition, missions, modalités de participation des allocataires, etc.). La fréquence, la composition et nombre d équipes pluridisciplinaires a été variable d un département à l autre, selon la taille du territoire, le contexte urbain ou rural, le nombre d allocataires, les habitudes de travail partenarial (une départementale ou une par territoire). Il existe ainsi autant de modèles et d organisation possibles des équipes pluridisciplinaires qu il y a de départements, avec des effets variés sur la place des allocataires et leur niveau d investissement dans les équipes. Leur participation effective est fonction non seulement des moyens mis à disposition par le département (formation, accompagnement), mais aussi de l organisation et de l adaptation des équipes elle n est pas la même s il y a sept ou 20 participants, s ils se trouvent face à des techniciens, des directeurs ou des élus L organisation de la participation aux politiques d insertion La loi ne précise pas les modalités de l association des allocataires à l élaboration, à la conduite et à l évaluation des politiques d insertion. Les départements se sont diversement impliqués, selon leurs moyens et

4 l initiative institutionnelle et politique. Certains ont saisi l opportunité de créer ou de renforcer une dynamique de participation préexistante. Des équipes pluridisciplinaires ont ainsi vu leurs missions élargies au delà de l étude de dossiers individuels pour faire des propositions sur la politique d insertion. D autres départements ont imaginé des modalités nouvelles de participation, plus ou moins pérennes ou formalisées. Plusieurs départements ont opté pour la création d un ou plusieurs groupes d allocataires. Se réunissant au niveau territorial ou départemental, ces groupes ont des rôles divers, allant de l espace ressource d informations au lieu de consultation ou de propositions pour améliorer la politique d insertion, en passant par l espace de partage d expériences. Les démarches se sont construites progressivement, parfois en expérimentant sur quelques territoires avant d essaimer à l ensemble du département. D autres départements ont testé des démarches avec des groupes ouverts à divers partenaires, pouvant réunir allocataires, bénévoles, responsables associatifs ou institutionnels, professionnels voire élus. Ces groupes interviennent à différents niveaux de la politique d insertion. Ils peuvent eux mêmes définir les thèmes de réflexion du groupe ou être consultés sur un projet ou un outil, pour un diagnostic des besoins, ou encore pour faire remonter des difficultés concernant le RSA (son manque de lisibilité par exemple). Ils peuvent également être sollicités pour co construire une action ou élaborer un document, participer à la rédaction d un guide de présentation du RSA ou d un courrier compréhensible pour les allocataires. Ils peuvent aussi faire des propositions d amélioration du dispositif afin qu il réponde mieux aux besoins des allocataires. Certains départements se sont appuyés sur ces groupes pour associer des allocataires à des réflexions multipartenariales, par exemple lors de l élaboration des pactes territoriaux pour l insertion (PTI), pour compléter le diagnostic des besoins et émettre des propositions d amélioration. Cette participation peut influencer les axes et les orientations, parfois avec un accent sur les actions d entraide et de solidarité. Dans certains PTI, la participation des allocataires au dispositif d insertion a même constitué un axe à part entière. Quel que soit leur niveau d association, les allocataires sont désormais consultés. Ils soulignent les dysfonctionnements du dispositif (accès à l information sur les droits et devoirs, multiplicité d interlocuteurs, accompagnement parfois inadapté, etc.), mais ils peuvent aussi être amenés à co construire des propositions, parfois plus créatives et plus concrètes que celles émises par les professionnels. 2. ANTICIPER LES RISQUES, PRÉVOIR LES EFFETS DE LA PARTICIPATION Les démarches consistant à faire participer les allocataires demandent des efforts constants de la part de l institution pour mobiliser les personnes, les appuyer dans leur participation, animer les groupes, prendre en compte leur parole. De ces démarches de participation, plusieurs risques peuvent être identifiés, mais de nombreux effets positifs peuvent également être mis en évidence Les risques attachés aux démarches de participation et les pistes d action identifiées par l Ansa L Ansa a fait plusieurs propositions pour faire face aux différents risques et obtenir une participation de qualité. Pour répondre aux problématiques de renouvellement des participants et de mobilisation dans la durée des allocataires, renouveler régulièrement les démarches de mobilisation des allocataires, constituer un vivier de candidats potentiels aux équipes pluridisciplinaires permettrait d assurer la continuité des équipes.

5 Par ailleurs, la démarche participative peut créer des attentes mais ne pas y répondre. De nombreuses propositions, innovantes et parfois très concrètes, émergent des réflexions, mais leur prise en compte par le conseil général et l information des groupes n est pas toujours au rendez vous. Passé l enthousiasme des débuts, certains se désengagent ou manifestent un sentiment d inutilité faute de voir les propositions se concrétiser. Face à l urgence des besoins, les temps longs des décisions politiques peuvent décourager et engendrer l essoufflement du groupe. Laisser la possibilité aux allocataires de prendre la parole pour critiquer ou faire des propositions, prévoir la prise en compte de cette parole, et une information en retour sur l élaboration des décisions, permettrait de lever certaines incompréhensions et d éviter des déceptions. Il importe aussi de valoriser et de reconnaître l engagement des allocataires, tout en appuyant les professionnels par des moyens et des formations spécifiques, et en tenant compte de leur parole tout autant que de celle des allocataires, afin d éviter tout risque d instrumentalisation. Il est important de ne pas sousestimer le temps d adaptation nécessaire, tant du côté des professionnels que du côté des allocataires impliqués dans les groupes. Si les allocataires ont besoin de temps pour comprendre le dispositif et s approprier leur rôle, les professionnels doivent de leur côté prendre le temps d adapter leurs pratiques et postures professionnelles. Des moyens, non seulement financiers (défraiements, etc.) mais aussi humains pour l animation et l accompagnement des groupes doivent être prévus afin d assurer une participation effective des allocataires. L anticipation et la prévention des risques visent à éviter une «participation alibi». Associer les allocataires dans une démarche de co construction du dispositif allant au delà de la simple information ouvre la voie à une forme de «partage du pouvoir», qui ne peut advenir sans une volonté politique Les effets bénéfiques de la participation Lorsque les démarches de participation sont bien menées et anticipées, l Ansa a relevé de nombreux effets positifs de la participation des allocataires aux équipes pluridisciplinaires et aux politiques d insertion. Du côté des allocataires, on observe une montée en compétences, et une amélioration de la connaissance du RSA. La participation les amène à prendre de la distance par rapport à leur situation personnelle et à participer à une réflexion ou à faire des propositions collectives. Cette posture peut avoir des effets positifs sur l estime de soi et sur la trajectoire personnelle : savoir parler en public, avoir confiance en soi, se sentir utile et valorisé, rompre l isolement sont autant de facteurs susceptibles d influer sur le parcours d insertion, voire sur la sortie du dispositif. Du côté des professionnels et des partenaires, l évolution des postures, des représentations et des pratiques professionnelles n est pas moins importante. Un autre regard est porté sur l allocataire, qui n est plus seulement «sujet» de la politique d insertion mais aussi acteur. Une relation plus équilibrée que la posture «aidant aidé» s instaure à travers la reconnaissance des savoirs et l expertise des personnes accompagnées. Dans les équipes pluridisciplinaires, la présence des allocataires semble influer sur la qualité des échanges et des débats, en limitant par exemple l utilisation d un jargon technique. Ces allocataires contribuent tout particulièrement aux questionnements et à la compréhension des situations rencontrées, du fait de leur ancrage dans la réalité du dispositif RSA. Leur présence réinterroge aussi les pratiques professionnelles, amenant à une approche plus humaine et parfois plus objective. Elle oblige également à davantage de pédagogie et de transparence dans la prise de décision.

6 3. VERS UN NOUVEAU RAPPORT AUX ALLOCATAIRES? En définitive, pour l Ansa, la participation des allocataires du RSA réinterroge en permanence la capacité des institutions à s adapter, à faire évoluer leurs modes de fonctionnement et les pratiques professionnelles. Elle repose sur les moyens et la volonté politique du conseil général, pour faciliter cette participation et la rendre effective. Encore faut il au préalable s accorder sur le sens à donner à cette participation. La participation doit être organisée, elle implique non seulement une ouverture politique, mais aussi de la transparence, une information accessible, un accompagnement spécifique, des formations adaptées, des moyens pour les professionnels qui accompagnent la démarche et pour les allocataires qui y participent. Lorsqu elle n est pas organisée de manière satisfaisante, ou lorsque ses objectifs ne sont pas clairs, ses effets peuvent être négatifs et disqualifier tant la démarche que les personnes. Dans d autres cas, elle est source d amélioration du dispositif. L intégration des allocataires, non seulement dans les équipes pluridisciplinaires, mais surtout dans des groupes de réflexion sur les politiques d insertion, permet un meilleur signalement des dysfonctionnements. Cette participation instaure un dialogue qui concourt à corriger ou à affiner les représentations des uns et des autres pour aller vers la co construction de solutions. Elle demande aux professionnels d adopter une posture différente, pour ne plus seulement «faire pour» mais aussi apprendre à «faire avec» les allocataires. Elle répond enfin à un enjeu de citoyenneté : faire participer les allocataires aux évolutions qui les concernent et les rendre acteurs de leur propre parcours d insertion et, plus généralement, de la société. Au vu de ses expériences de terrain, l Ansa considère que la participation des allocataires du RSA doit être envisagée dans sa globalité, à la fois dans les équipes pluridisciplinaires et dans les politiques d insertion, en instaurant une dynamique collective et pérenne. En permettant aux allocataires de faire valoir leurs points de vue, leurs besoins, leurs difficultés, mais aussi leurs propositions, cette participation favorise l amélioration des actions et des politiques. Elle instaure une forme d évaluation permanente du dispositif, à même de le faire évoluer. La participation deviendrait ainsi un vecteur de changement social, porteur d un nouveau rapport aux allocataires. Et ce ne serait finalement peut être pas la moindre des avancées liée à l instauration du RSA. Contact : actives.com /

Dossiers méthodologiques DURANTON CONSULTANTS. Conduire un projet d organisation

Dossiers méthodologiques DURANTON CONSULTANTS. Conduire un projet d organisation Dossiers méthodologiques DURANTON CONSULTANTS Conduire un projet d organisation Version actualisée le 8 octobre 2012 Adresse du siège social : 190 rue Lecourbe 75015 Paris Adresse de correspondance : La

Plus en détail

+ engagements. Charte. de l ouverture à la société

+ engagements. Charte. de l ouverture à la société 2009 Charte de l ouverture à la société + engagements 3 3 «Toute personne a le droit, dans les conditions et les limites définies par la loi, d accéder aux informations relatives à l environnement détenues

Plus en détail

Séminaires interrégionaux des CDIAE automne 2008. Synthèse de l atelier 1

Séminaires interrégionaux des CDIAE automne 2008. Synthèse de l atelier 1 Séminaires interrégionaux des CDIAE automne 2008 Synthèse de l atelier 1 Comment, dans le cadre du CDIAE, mobiliser les acteurs du territoire pour réaliser un diagnostic, définir les orientations et élaborer

Plus en détail

La Tour LES CONSEILS ET BUREAUX. DE QUARTIER Charte de fonctionnement

La Tour LES CONSEILS ET BUREAUX. DE QUARTIER Charte de fonctionnement La Tour LES CONSEILS ET BUREAUX DE QUARTIER Charte de fonctionnement 03 Sommaire PRÉAMBULE... 05 TITRE I - Les acteurs des instances participatives... 05 ARTICLE 1 // L élu référent de quartier... 05 ARTICLE

Plus en détail

Restitution de la Journée concertation citoyenne

Restitution de la Journée concertation citoyenne Restitution de la Journée concertation citoyenne 2 juillet 2013, Pont du Gard Journée de concertation citoyenne Depuis 3 ans et l adoption par le Département du Gard de la charte de la concertation citoyenne,

Plus en détail

bénéficiaires du RSA Magda Tomasini - Drees 13 février 2012

bénéficiaires du RSA Magda Tomasini - Drees 13 février 2012 Oi Orientation ti et accompagnement des bénéficiaires du RSA Magda Tomasini - Drees 13 février 2012 Le Revenu de solidarité active Loi du 1er décembre 2008 généralise é le revenu de solidarité ité active

Plus en détail

Charte des ressources humaines

Charte des ressources humaines Charte des ressources humaines ANTICIPER Pour être acteurs stratégiques du changement ACCUEILLIR Savoir identifier, attirer, choisir et fidéliser les collaborateurs RECONNAÎTRE Apprécier les compétences

Plus en détail

Appel à candidature. Portage d une plateforme mobilité sur le territoire de la Communauté d agglomération d Angers

Appel à candidature. Portage d une plateforme mobilité sur le territoire de la Communauté d agglomération d Angers Appel à candidature Portage d une plateforme mobilité sur le territoire de la Communauté d agglomération d Angers Contexte La mobilité géographique est l un des sujets centraux lorsque l on aborde la question

Plus en détail

Portefeuille. Liste des compétences. Pour tous les bénévoles

Portefeuille. Liste des compétences. Pour tous les bénévoles Bénévolat Portefeuille de compétences Liste des compétences Pour tous les bénévoles 1. S engager, prendre position 2. Travailler en équipe 3. Communiquer 4. Organiser 5. Être force de proposition Selon

Plus en détail

NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE

NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE 22 mai 2013 Préambule La fédération COORACE a pris connaissance du rapport IGAS-IGF relatif au financement du secteur de l insertion par

Plus en détail

GROUPEMENT FRANÇAIS DES PERSONNES HANDICAPEES

GROUPEMENT FRANÇAIS DES PERSONNES HANDICAPEES 1/7 GROUPEMENT FRANÇAIS DES PERSONNES HANDICAPEES PROMOUVOIR LE PARTAGE D'EXPERIENCES POSITIVES ET LA PARTICIPATION CITOYENNE La Pairémulation Une forme de soutien mutuel pour stimuler et soutenir l accès

Plus en détail

CHARTE DES BONNES PRATIQUES

CHARTE DES BONNES PRATIQUES COMITE DES COMITES D ENTREPRISE DU CONSEIL SUPERIEUR DE L ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES CHARTE DES BONNES PRATIQUES ETABLIE au nom du Conseil supérieur de l Ordre des Experts-comptables dans le cadre des

Plus en détail

REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES

REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES SEILLER EMPLOIV CONSEILLER EMPLOI FORMATION INSERTION REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES FONCTION 1 : INTERVENTION AUPRÈS DES PERSONNES ÉLABORATION DE PROJETS ET ACCOMPAGNEMENT DE PARCOURS D INSERTION

Plus en détail

Enjeux et problématiques du soutien à l emploi associatif

Enjeux et problématiques du soutien à l emploi associatif Enjeux et problématiques du soutien à l emploi associatif Support de présentation - Animation n 1 Guide «Structurer une offre territoriale d accompagnement des petites et moyennes associations employeuses»

Plus en détail

SAINT JULIEN EN GENEVOIS

SAINT JULIEN EN GENEVOIS SAINT JULIEN EN GENEVOIS PROJET EDUCATIF ENFANCE-JEUNESSE Préambule Le service enfant jeunesse a une mission éducative et de prévention sociale auprès des enfants et des jeunes. (3-18 et jeunes adultes).

Plus en détail

«La participation des jeunes autour d un événement ponctuel, et dans le contexte associatif»

«La participation des jeunes autour d un événement ponctuel, et dans le contexte associatif» «La participation des jeunes autour d un événement ponctuel, et dans le contexte associatif» Cap Berriat est une association loi 1901. A sa création, en 1964, c est un club Léo Lagrange qui propose des

Plus en détail

CHARTE DES CONSEILS CITOYENS

CHARTE DES CONSEILS CITOYENS CHARTE DES CONSEILS CITOYENS La loi de programmation pour la ville et la cohésion urbaine prévoit la création de Conseils Citoyens sur les territoires de la géographie prioritaire dans le cadre des nouveaux

Plus en détail

Charte de la concertation territoriale

Charte de la concertation territoriale LIGNE A GRANDE VITESSE POITIERS-LIMOGES Charte de la concertation territoriale La présente charte constitue le cadre de la démarche de la concertation territoriale conduite par Réseau ferré de France Elle

Plus en détail

UNIVERSITÉ BLAISE PASCAL Charte de l évaluation des formations

UNIVERSITÉ BLAISE PASCAL Charte de l évaluation des formations UNIVERSITÉ BLAISE PASCAL UNIVERSITÉ BLAISE PASCAL Charte de l évaluation des formations www.univ-bpclermont.fr 1 Charte de l évaluation des formations L évaluation des formations inscrit l Université Blaise

Plus en détail

ÉVALUATION DES CONSEILS D ADMINISTRATION/SURVEILLANCE : UN RETOUR D EXPÉRIENCE TRÈS POSITIF DES ADMINISTRATEURS

ÉVALUATION DES CONSEILS D ADMINISTRATION/SURVEILLANCE : UN RETOUR D EXPÉRIENCE TRÈS POSITIF DES ADMINISTRATEURS ÉVALUATION DES CONSEILS D ADMINISTRATION/SURVEILLANCE : UN RETOUR D EXPÉRIENCE TRÈS POSITIF DES ADMINISTRATEURS REGARDS CROISÉS DES ACTEURS DE LA GOUVERNANCE Administrateurs Présidents de conseil d administration/surveillance

Plus en détail

Les visio-relais: une autre façon d encourager et soutenir la participation sociale et citoyenne des personnes en situation de handicap.

Les visio-relais: une autre façon d encourager et soutenir la participation sociale et citoyenne des personnes en situation de handicap. D é l é g a tion d é p a rtementale ardéchoise Les visio-relais: une autre façon d encourager et soutenir la participation sociale et citoyenne des personnes en situation de handicap. Rhône-Alpes-Auvergne,

Plus en détail

Référentiel professionnel pour le Diplôme d État d Ingénierie Sociale DEIS

Référentiel professionnel pour le Diplôme d État d Ingénierie Sociale DEIS Institut du Travail Social de Tours Cellule VAE Référentiel professionnel pour le Diplôme d État d Ingénierie Sociale DEIS Annexe I de l arrêté du 2 août 2006 relatif au Diplôme d État d Ingénierie Sociale

Plus en détail

Par conséquent, l année 2010 a été la dernière année d organisation du dispositif Accompagnement +.

Par conséquent, l année 2010 a été la dernière année d organisation du dispositif Accompagnement +. CIRCULAIRE Agirc 2011-04- DAS Objet : Nouveau partenariat Apec - Agirc Madame, Monsieur le directeur, Depuis 2003, le partenariat Apec - Agirc avait pour objet la mise en place de sessions d accompagnement

Plus en détail

16 Journée Mondiale de la Maladie d Alzheimer : la Ville de Marseille confirme son engagement

16 Journée Mondiale de la Maladie d Alzheimer : la Ville de Marseille confirme son engagement 16 Journée Mondiale de la Maladie d Alzheimer : la Ville de Marseille confirme son engagement Rencontre sur le thème «Une Solidarité Collective au service des Malades et des Aidants» Lundi 21 Septembre

Plus en détail

1ere partie : Présentation de la démarche PPE sur le département du Finistère

1ere partie : Présentation de la démarche PPE sur le département du Finistère Sommaire 1ere partie : Présentation de la démarche PPE sur le département du Finistère 1. Contexte et enjeux du PPE 1.1 Une loi et des orientations départementales 1.2 Les enjeux du PPE 2. La démarche

Plus en détail

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité 1 Le droit à l éducation est un droit fondamental dans notre société. Cette exigence démocratique d une meilleure formation générale et d un haut niveau de qualification pour tous correspond aux besoins

Plus en détail

APPEL A PROJETS. «Accompagnement renforcé vers l emploi des bénéficiaires du RSA du département du Rhône»

APPEL A PROJETS. «Accompagnement renforcé vers l emploi des bénéficiaires du RSA du département du Rhône» APPEL A PROJETS «Accompagnement renforcé vers l emploi des bénéficiaires du RSA du département du Rhône» PROJET BENEFICIANT DU CONCOURS DU FONDS SOCIAL EUROPEEN Préalable L appel à projets décrit ci-après

Plus en détail

Groupe de travail 3 : Emploi, formation, compétences

Groupe de travail 3 : Emploi, formation, compétences Groupe de travail 3 : Emploi, formation, compétences Réunion 3 11 décembre 2013 Ivry-sur-Seine Fiche synthèse Réunion 3 Emploi, formation, compétences Groupe animé par Patrick Loire, directeur des relations

Plus en détail

CONSEIL CONSULTATIF CITOYEN. 5 Mars 2013

CONSEIL CONSULTATIF CITOYEN. 5 Mars 2013 CONSEIL CONSULTATIF CITOYEN 5 Mars 2013 Compte rendu délibératif final de l auto saisine «Démocratie locale et de proximité : Projet de redynamisation de la démocratie participative à Digne-les-Bains»

Plus en détail

Dispositif d'accompagnement

Dispositif d'accompagnement PRÉFET DE LA RÉGION POITOU-CHARENTES Direction régionale des s, de la Concurrence, de la Consommation, du Travail et de l Emploi de Poitou-Charentes Pôle 3E Service développement économique-innovationentreprises

Plus en détail

Evaluation du dispositif «VAE PUISSANCE 2» Conduite par AGEFOS PME Rhône-Alpes. Avec le concours du FUP

Evaluation du dispositif «VAE PUISSANCE 2» Conduite par AGEFOS PME Rhône-Alpes. Avec le concours du FUP Evaluation du dispositif «VAE PUISSANCE 2» Conduite par AGEFOS PME Rhône-Alpes Avec le concours du FUP 1 Evaluation du dispositif «VAE PUISSANCE 2» Conduite par AGEFOS PME Rhône-Alpes Introduction : les

Plus en détail

Présentation Générale

Présentation Générale CJD international Présentation Générale Niveau texte 3 Niveau texte 4 Le CJD International est un réseau qui regroupe plus de 5000 jeunes dirigeants d entreprise sur 12 pays. Le CJD International a pour

Plus en détail

Une formation capacitaire proposée en réseau : le Certificat Capacitaire Animaux Domestiques.

Une formation capacitaire proposée en réseau : le Certificat Capacitaire Animaux Domestiques. La fiche descriptive d un processus d innovation Une formation capacitaire proposée en réseau : le Certificat Capacitaire Animaux Domestiques. Le projet L origine et description de votre projet Les mots

Plus en détail

Les journées de rencontre CNPTP CCN 66. Paris, le 22 janvier 2015

Les journées de rencontre CNPTP CCN 66. Paris, le 22 janvier 2015 Les journées de rencontre CNPTP CCN 66 Paris, le 22 janvier 2015 La CNPTP en bref La Commission Nationale Paritaire Technique de Prévoyance (CNPTP) pilote le régime mutualisé de prévoyance des personnels

Plus en détail

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DU DIPLÔME D ETAT D INGENIERIE SOCIALE (DEIS) Contexte de l intervention

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DU DIPLÔME D ETAT D INGENIERIE SOCIALE (DEIS) Contexte de l intervention REFERENTIEL PROFESSIONNEL DU DIPLÔME D ETAT D INGENIERIE SOCIALE (DEIS) Contexte de l intervention Les transformations sociales, la territorialisation et la complexité croissante des dispositifs liés aux

Plus en détail

GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION

GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION SOMMAIRE PROFIL DE RECRUTEMENT - STATUT... 1 LES QUALITES ATTENDUES LA FORMATION... 1 ROLE, MISSIONS ET CHAMP D INTERVENTION... 1 A. Rôle et champ d intervention... 1 B. Les

Plus en détail

Le projet associatif. Quelques éléments d histoire

Le projet associatif. Quelques éléments d histoire Le projet associatif Quelques éléments d histoire «UNE ASSOCIATION NATIONALE NEE DE LA COOPERATION DE DEUX RESEAUX» Créée le 1 er janvier 2011, la Fédération Addiction est née de la volonté conjointe de

Plus en détail

AGENDA 21: MIEUX ENSEMBLE. BRAY-SUR-SEINE 27 janvier 2015

AGENDA 21: MIEUX ENSEMBLE. BRAY-SUR-SEINE 27 janvier 2015 AGENDA 21: MIEUX ENSEMBLE BRAY-SUR-SEINE 27 janvier 2015 La conscience qu il faut agir autrement? Une conscience inscrite dans le projet de la nouvelle équipe municipale Un acte fondateur avec la délibération

Plus en détail

Cahier des charges de l appel à projets «soutien à la fonction parentale» 2014

Cahier des charges de l appel à projets «soutien à la fonction parentale» 2014 DE L AUDE RESEAU D ÉCOUTE, D APPUI ET D ACCOMPAGNEMENT DES PARENTS Cahier des charges de l appel à projets «soutien à la fonction parentale» 2014 Depuis la mise en œuvre dans l Aude, en 2001, du réseau

Plus en détail

DIRECCTE. Édito. La VAE pour les titres professionnels du ministère chargé de l emploi : Enquête sur les retombées professionnelles et personnelles

DIRECCTE. Édito. La VAE pour les titres professionnels du ministère chargé de l emploi : Enquête sur les retombées professionnelles et personnelles aria DIRECCTE A Q U I T A I N E Collection «Études» N 09 Juin 2011 DIRECTION RÉGIONALE DES ENTREPRISES, DE LA CONCURRENCE, DE LA CONSOMMATION, DU TRAVAIL ET DE L EMPLOI SERVICE ÉTUDES, STATISTIQUES, ÉVALUATION

Plus en détail

SPPPI PACA 26 septembre 2012. Accompagnement des mesures PPRT relatives aux prescriptions de travaux de protection dans le bâti

SPPPI PACA 26 septembre 2012. Accompagnement des mesures PPRT relatives aux prescriptions de travaux de protection dans le bâti SPPPI PACA Accompagnement des mesures PPRT relatives aux prescriptions de travaux de protection dans le bâti Constat : des obstacles à la mise en œuvre des mesures PPRT - des aspects sociaux et habitat

Plus en détail

La fonction communication en collectivité locale

La fonction communication en collectivité locale Enquête Métiers Cap Com - Occurrence 2011 en partenariat avec le 2 ème partie La fonction communication en collectivité locale Organisation, missions, moyens et outils Introduction. Les quelques 4000 communes

Plus en détail

DOCUMENT D ORIENTATION NEGOCIATION NATIONALE INTERPROFESSIONNELLE POUR UNE MEILLEURE SECURISATION DE L EMPLOI

DOCUMENT D ORIENTATION NEGOCIATION NATIONALE INTERPROFESSIONNELLE POUR UNE MEILLEURE SECURISATION DE L EMPLOI DOCUMENT D ORIENTATION NEGOCIATION NATIONALE INTERPROFESSIONNELLE POUR UNE MEILLEURE SECURISATION DE L EMPLOI Le 7 septembre 2012 Contact : ministère du Travail, de l emploi, de la formation professionnelle

Plus en détail

RENFORCEMENT DES CAPACITES DES ACTEURS EN GESTION COLLABORATIVE DE L INNOVATION

RENFORCEMENT DES CAPACITES DES ACTEURS EN GESTION COLLABORATIVE DE L INNOVATION RENFORCEMENT DES CAPACITES DES ACTEURS EN GESTION COLLABORATIVE DE L INNOVATION 1 CONTEXTE Liens avec d autres initiatives du FIDA: - Projet de développement agricole de Matam (PRODAM), Sénégal - Agrinovia,

Plus en détail

Ministère des affaires sociales et de la santé Ministère délégué chargé des personnes handicapées et de la lutte contre l exclusion APPEL A PROJETS

Ministère des affaires sociales et de la santé Ministère délégué chargé des personnes handicapées et de la lutte contre l exclusion APPEL A PROJETS Ministère des affaires sociales et de la santé Ministère délégué chargé des personnes handicapées et de la lutte contre l exclusion APPEL A PROJETS «Centre National d Information sur la Surdité» Afin d

Plus en détail

Fondation Sanofi Espoir. Charte de sélection des projets

Fondation Sanofi Espoir. Charte de sélection des projets Fondation Sanofi Espoir Charte de sélection des projets Décembre 2010 1 La Charte de sélection des projets Vous êtes porteur d un projet de terrain lié à la santé, dans le domaine de la solidarité ou de

Plus en détail

Fiche emploi-cible GPEC Accompagnateur de démarches de développement durable

Fiche emploi-cible GPEC Accompagnateur de démarches de développement durable Fiche emploi-cible GPEC Accompagnateur de démarches de développement durable Le tableau ci-après décline : - dans la colonne «Tronc commun», le profil de base, à travers la finalité du poste, les missions,

Plus en détail

Le programme s efforce de promouvoir les femmes aux postes de direction.

Le programme s efforce de promouvoir les femmes aux postes de direction. POUR QUI? Directeurs et directrices d institutions éducatives, sociales ou socio-sanitaires Professionnel-le-s engagé-e-s dans l un des domaines de la santé ou du travail social et occupant une fonction

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR DE LA MISSION DE PREFIGURATION. Aux termes de la loi, la mission de préfiguration comprend, et d un seul tenant :

REGLEMENT INTERIEUR DE LA MISSION DE PREFIGURATION. Aux termes de la loi, la mission de préfiguration comprend, et d un seul tenant : REGLEMENT INTERIEUR DE LA MISSION DE PREFIGURATION Aux termes de la loi, la mission de préfiguration comprend, et d un seul tenant : - une présidence confiée au préfet de la région Île-de-France et au

Plus en détail

Le diagnostic Partagé,

Le diagnostic Partagé, Le diagnostic Partagé, un outil au service du projet Territorial enfance jeunesse Les Guides Pratiques Introduction Parce que nous sommes dans un monde complexe, Définitions, enjeux, méthodologie Phase

Plus en détail

APPEL A CANDIDATURES REFERENCEMENT PRESTATAIRES POUR L APPUI CONSEIL CONTRAT DE GENERATION. Présentation

APPEL A CANDIDATURES REFERENCEMENT PRESTATAIRES POUR L APPUI CONSEIL CONTRAT DE GENERATION. Présentation APPEL A CANDIDATURES REFERENCEMENT PRESTATAIRES POUR L APPUI CONSEIL CONTRAT DE GENERATION Présentation Date limite de remise des candidatures : Le 04/02/2014 CCI Franche-Comté. Appel à candidatures référencement

Plus en détail

Quartier Jeunes. 16h-18h. Projet : «Lycée de la nouvelle chance Auvergne» Porteur : GIP Auvergne ACADEMIE DE CLERMONT-FERRAND

Quartier Jeunes. 16h-18h. Projet : «Lycée de la nouvelle chance Auvergne» Porteur : GIP Auvergne ACADEMIE DE CLERMONT-FERRAND Quartier Jeunes 16h-18h Projet : «Lycée de la nouvelle chance Auvergne» Porteur : GIP Auvergne ACADEMIE DE CLERMONT-FERRAND Le GIP Auvergne Le porteur Le porteur Le GIP FCIP Auvergne a pour vocation de

Plus en détail

FAIRE APPEL À UN EXPERT

FAIRE APPEL À UN EXPERT FAIRE APPEL À UN EXPERT Décembre 2011 Afin d être en mesure d exercer ses missions, le comité d entreprise dispose de nombreux moyens d information, notamment par les documents que doit lui communiquer

Plus en détail

par le Réseau Anact avec le département d ergonomie de l université de Bordeaux

par le Réseau Anact avec le département d ergonomie de l université de Bordeaux Des difficultés à investir le champ des conditions de travail L évolution du monde du travail montre la prégnance des conditions et de l organisation du travail dans le de nouveaux risques. Ces questions

Plus en détail

Conseils de quartiers Règlement intérieur

Conseils de quartiers Règlement intérieur Conseils de quartiers Règlement intérieur caen.fr I Les principes fondateurs Règlement intérieur des conseils ARTICLE 1 Création des conseils de quartiers citoyens Les conseils de quartiers citoyens sont

Plus en détail

RAPPORT AU CONSEIL DÉPARTEMENTAL

RAPPORT AU CONSEIL DÉPARTEMENTAL Direction de la population âgée et des personnes handicapées Service de la population âgée 3e commission RAPPORT AU CONSEIL DÉPARTEMENTAL Séance du 9 juillet 2015 OBJET : PRÉVENTION DE LA MALTRAITANCE

Plus en détail

APPEL à CANDIDATURE. POUR LA GESTION ET LA MISE EN ŒUVRE DU «STAGE COLLECTIF OBLIGATOIRE de 21 heures»

APPEL à CANDIDATURE. POUR LA GESTION ET LA MISE EN ŒUVRE DU «STAGE COLLECTIF OBLIGATOIRE de 21 heures» Direction Départementale des Territoires de l'aisne En application du décret du relatif à la mise en œuvre du plan de professionnalisation personnalisé prévus par les articles R 3434 et R 3435 du code

Plus en détail

EDUCATEUR SPECIALISE ANNEXE 1 : REFERENTIEL PROFESSIONNEL

EDUCATEUR SPECIALISE ANNEXE 1 : REFERENTIEL PROFESSIONNEL 1.1 DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION L éducateur spécialisé, dans le cadre des politiques partenariales de prévention, de protection et d insertion, aide au développement de

Plus en détail

Formations pour les élus :

Formations pour les élus : Formations pour les élus : Renforcer l'équipe d'élus Faire vivre le projet L'élu et les tiers Contact KIPP 3 place Monthioux 23500 Felletin 09 84 31 44 88 www.les kipp.fr Aurélie Martin 06 84 49 60 43

Plus en détail

EDUCATEUR SPECIALISE ANNEXE 1 : REFERENTIEL PROFESSIONNEL

EDUCATEUR SPECIALISE ANNEXE 1 : REFERENTIEL PROFESSIONNEL EDUCATEUR SPECIALISE ANNEXE 1 : REFERENTIEL PROFESSIONNEL 1.1 DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION L éducateur spécialisé, dans le cadre des politiques partenariales de prévention,

Plus en détail

Participation des habitants et contrats de ville Quels enjeux? Quelle mise en oeuvre?

Participation des habitants et contrats de ville Quels enjeux? Quelle mise en oeuvre? Participation des habitants et contrats de ville Quels enjeux? Quelle mise en oeuvre? Note réalisée par l Observatoire Régional de l Intégration et de la Ville (ORIV) septembre 2014 Eléments de contexte

Plus en détail

Le projet associatif décline et précise la raison

Le projet associatif décline et précise la raison association pour adultes et jeunes handicapés du Val-de-Marne Projet associatif Le projet associatif décline et précise la raison d être et les statuts de l association. Il constitue le document de référence

Plus en détail

PROJET EDUCATIF 1/ INTRODUCTION AU PROJET EDUCATIF : BUT, PUBLIC VISE ET DUREE DU PROJET

PROJET EDUCATIF 1/ INTRODUCTION AU PROJET EDUCATIF : BUT, PUBLIC VISE ET DUREE DU PROJET PROJET EDUCATIF 1/ INTRODUCTION AU PROJET EDUCATIF : BUT, PUBLIC VISE ET DUREE DU PROJET 2/LES INTENTIONS EDUCATIVES 3/ LES VALEURS PRINCIPALES 4/ LES ACTEURS EDUCATIFS, LEUR CHAMPS D INTERVENTION ET LES

Plus en détail

FORMATIONS DES BENEVOLES

FORMATIONS DES BENEVOLES 2015 Agir pour la Solidarité FORMATIONS DES BENEVOLES Administrateurs et bénévoles des associations du secteur de l insertion sociale et professionnelle 2015 Sommaire Le paysage institutionnel du secteur

Plus en détail

Charte des investisseurs en capital

Charte des investisseurs en capital Juin 2008 Charte des investisseurs en capital Au cours des dernières années, les investisseurs en capital sont devenus des acteurs majeurs de l économie par leur présence dans l actionnariat d un nombre

Plus en détail

Mobiliser les différents leviers pour la mixité sociale

Mobiliser les différents leviers pour la mixité sociale Mobiliser les différents leviers pour la mixité sociale Mai 2015 La mixité sociale, une ambition réaffirmée à mettre en œuvre localement L objectif de mixité sociale pour lutter contre les effets de spécialisation

Plus en détail

BAROMETRE D OPINION DES BENEVOLES

BAROMETRE D OPINION DES BENEVOLES BAROMETRE D OPINION DES BENEVOLES LE BENEVOLAT DANS LA LUTTE CONTRE L ILLETTRISME ET LE SOUTIEN SCOLAIRE Cahier n 13 - Septembre 2013 La lutte contre l illettrisme, grande cause nationale en 2013, se construit

Plus en détail

Gestion urbaine de proximité

Gestion urbaine de proximité Gestion urbaine de proximité Évolution des enjeux et des pratiques d acteurs Note de cadrage Mai 2012 Ce document est le fruit d une réflexion menée par un groupe de travail partenarial, sous la conduite

Plus en détail

Cahier des charges APJ 2015 2016

Cahier des charges APJ 2015 2016 Cahier des charges APJ 2015 2016 Dossier de candidature pour le 1 er février 2016 Dossier de candidature complet avec pièces justificatives pour le 7 mars 2016 www.msa-beauce-coeurdeloire.fr www.msa.fr

Plus en détail

JOURNÉE PORTES OUVERTES

JOURNÉE PORTES OUVERTES JOURNÉE PORTES OUVERTES Approfondir l utilisation d outils RH vers une gestion dynamique et prospective des RH 7 octobre 2014 Mission Conseils et Organisation RH Face aux contraintes d activités, l évolution

Plus en détail

Etude OpinionWay pour ZUPdeCO : L impact de l accompagnement scolaire

Etude OpinionWay pour ZUPdeCO : L impact de l accompagnement scolaire www.zupdeco.org Communiqué de presse Avril 2015 Etude OpinionWay pour ZUPdeCO : L impact de l accompagnement scolaire Difficultés d apprentissage, décrochage, accompagnement scolaire et perception de réussite

Plus en détail

ENQUETE RESPONSABLES FORMATIONS Quelles sont vos pratiques en 2013?

ENQUETE RESPONSABLES FORMATIONS Quelles sont vos pratiques en 2013? ENQUETE RESPONSABLES FORMATIONS ENQUETES Quelles RESPONSABLES sont vos pratiques FORMATIONS en 2013? Quelles sont vos pratiques en 2013? Enquête réalisée entre juin et septembre 2013 sur un échantillon

Plus en détail

Notre modèle d engagement

Notre modèle d engagement Notre modèle d engagement 1. EVALUER L évaluation des compétences que vous souhaitez améliorer implique un vrai échange entre nos deux équipes, et une étude plus approfondie des écarts et des actions préalablement

Plus en détail

CONVENTION CADRE DE PARTENARIAT

CONVENTION CADRE DE PARTENARIAT CONVENTION CADRE DE PARTENARIAT ENTRE LA POSTE Société Anonyme au capital de 3.400.000.000 euros, dont le siège social est situé 44 Boulevard de Vaugirard 75757 PARIS cedex 15, immatriculée au RCS Paris

Plus en détail

Participation des personnes bénéficiaires du revenu de solidarité active au dispositif Guide de recommandations

Participation des personnes bénéficiaires du revenu de solidarité active au dispositif Guide de recommandations Participation des personnes bénéficiaires du revenu de solidarité active au dispositif Guide de recommandations Mars 2012 En application du Code de la propriété intellectuelle, toute reproduction partielle

Plus en détail

Le cahier des charges du 2 ème appel à projets d Alter Incub Rhône-Alpes, l incubateur régional d entreprises sociales, précise le contexte dans

Le cahier des charges du 2 ème appel à projets d Alter Incub Rhône-Alpes, l incubateur régional d entreprises sociales, précise le contexte dans Le cahier des charges du 2 ème appel à projets d Alter Incub Rhône-Alpes, l incubateur régional d entreprises sociales, précise le contexte dans lequel s inscrit Alter Incub ainsi que les modalités et

Plus en détail

Cahier des charges de l appel à contributions. L évolution de la politique Déchets de la Cub

Cahier des charges de l appel à contributions. L évolution de la politique Déchets de la Cub Politique Déchets de la CUB Cahier des charges de l appel à contributions - Vous êtes une association, un collectif ou un organisme partenaire des politiques communautaires; - Vous êtes intéressé par la

Plus en détail

Contrat de ville 2015-2020 - Métropole Rouen Normandie - Contribution écrite de la Caisse d Allocations familiales de Seine martitime

Contrat de ville 2015-2020 - Métropole Rouen Normandie - Contribution écrite de la Caisse d Allocations familiales de Seine martitime Contribution écrite de la Caisse d Allocations Familiales de Seine Maritime La loi n 2014-173 du 21 février 2014 de programmation pour la ville et la cohésion urbaine fixe les principes de la nouvelle

Plus en détail

CONVENTION CADRE DÉPARTEMENTALE POUR LE SOUTIEN À L ANIMATION DE LA VIE SOCIALE

CONVENTION CADRE DÉPARTEMENTALE POUR LE SOUTIEN À L ANIMATION DE LA VIE SOCIALE CONVENTION CADRE DÉPARTEMENTALE POUR LE SOUTIEN À L ANIMATION DE LA VIE SOCIALE Entre : Le Département de Loire-Atlantique, domicilié à l hôtel du département, 3 quai Ceineray- 44041 Nantes cedex 01, représenté

Plus en détail

Réunion du réseau «Conseil Citoyen»

Réunion du réseau «Conseil Citoyen» Réunion de réseau «conseil citoyen». 15.01.2015. Compte rendu. L IREV a proposé une première réunion de réseau sur les conseils citoyens, à laquelle étaient invités les chefs de projet politique de la

Plus en détail

L entretien professionnel annuel

L entretien professionnel annuel L entretien professionnel annuel Informations-repères pour la mise en œuvre du décret du 17 septembre 2007 et de l arrêté du 10 avril 2008 portant sur l appréciation de la valeur professionnelle des fonctionnaires

Plus en détail

Je veux être... CONSEILLÉ, ACCOMPAGNÉ, PROTÉGÉ, ENTENDU, RECONNU

Je veux être... CONSEILLÉ, ACCOMPAGNÉ, PROTÉGÉ, ENTENDU, RECONNU Je veux être... CONSEILLÉ, ACCOMPAGNÉ, PROTÉGÉ, ENTENDU, RECONNU MOI INFIRMIER Je veux être conseillé dans l exercice de mon métier Notre métier est en constante évolution. En cela, il est passionnant

Plus en détail

La formation des demandeurs d emploi en Limousin

La formation des demandeurs d emploi en Limousin La formation des demandeurs d emploi en Limousin EXPERIENCE La Région Limousin avait depuis 2005 engagé un partenariat avec les ASSEDIC pour coordonner l offre de formation aux demandeurs d emploi et leur

Plus en détail

INTRODUCTION programme régional d accès à la prévention et aux soins publics démunis ou en situation de vulnérabilité sociale

INTRODUCTION programme régional d accès à la prévention et aux soins publics démunis ou en situation de vulnérabilité sociale SYNTHÈSE 2/12 INTRODUCTION Le programme régional d accès à la prévention et aux soins (PRAPS) est un programme destiné à tous les professionnels concernés par l accès à la prévention et aux soins ainsi

Plus en détail

Anthropie Expert CHSCT. Exper&se CHSCT. Anthropie Tous droits réservés

Anthropie Expert CHSCT. Exper&se CHSCT. Anthropie Tous droits réservés Anthropie Expert CHSCT Exper&se CHSCT Notre expertise au service du CHSCT! Anthropie, cabinet de conseil en ergonomie, est agréé par le Ministère du Travail en tant qu expert CHSCT. Notre expertise nous

Plus en détail

(auto) évaluer son projet et pourquoi pas vous?

(auto) évaluer son projet et pourquoi pas vous? (auto) évaluer son projet et pourquoi pas vous? Guide de sensibilisation à l usage de tous les acteurs de nos quartiers d été 1/8 «S auto-évaluer une démarche commune» Acteurs de Nos Quartiers d Eté...

Plus en détail

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat de Technicien de l Intervention Sociale et Familiale

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat de Technicien de l Intervention Sociale et Familiale A R D E Q A F Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat de Technicien de l Intervention Sociale et Familiale 1.1 Définition de la profession et du contexte de l intervention p. 2 1.2 Le référentiel

Plus en détail

Des Murs aux toits, dispositif d auto-réhabilitation accompagnée

Des Murs aux toits, dispositif d auto-réhabilitation accompagnée Le réseau francilien de lutte contre les précarités énergétiques Fiche Action Des Murs aux toits, dispositif d auto-réhabilitation accompagnée Territoire concerné >> Ville des Mureaux (78) Date de mise

Plus en détail

PROJET D ACTIVITÉ 2015

PROJET D ACTIVITÉ 2015 PROJET D ACTIVITÉ 2015 LA DÉFENSE DES INTÉRÊTS DU SECTEUR LES ENJEUX INSTITUTIONNELS 1. Les partenaires engagés 2. Les partenaires à consolider et développer 3. Les élections départementales et régionales

Plus en détail

Jeudi 9 juillet - Poles de Villeneuve-la-Garenne, 11 allée Saint-Exupéry (Tramway depuis la gare de Saint-Denis (RER D), arrêt La Noue)

Jeudi 9 juillet - Poles de Villeneuve-la-Garenne, 11 allée Saint-Exupéry (Tramway depuis la gare de Saint-Denis (RER D), arrêt La Noue) en partenariat avec présente «Votre Association dans le Grand Paris, quel avenir?» Thème 4 : Comment le Web et l innovation numérique peuvent-ils contribuer à construire un espace démocratique, social

Plus en détail

POLITIQUE DE COMMUNICATION

POLITIQUE DE COMMUNICATION POLITIQUE DE COMMUNICATION Mise à jour en juillet 2010 POLITIQUE DE COMMUNICATION 1. MISE EN CONTEXTE... 2 2. FONDEMENTS DE LA POLITIQUE DE COMMUNICATION... 2 3. MISSION DU MINISTÈRE... 2 4. VALEURS...

Plus en détail

Cahier des charges APPEL À PROJETS 2015 ACTIONS DE SOUTIEN À DESTINATION DE PERSONNES DÉFICIENTES AUDITIVES

Cahier des charges APPEL À PROJETS 2015 ACTIONS DE SOUTIEN À DESTINATION DE PERSONNES DÉFICIENTES AUDITIVES APPEL À PROJETS 2015 Cahier des charges ACTIONS DE SOUTIEN À DESTINATION DE PERSONNES DÉFICIENTES AUDITIVES Fondation Harmonie Solidarités, 143 rue Blomet - 75015 Paris - Autorisation administrative de

Plus en détail

ANALYSE DE PRATIQUES La posture d'accompagnateur DLA

ANALYSE DE PRATIQUES La posture d'accompagnateur DLA ANALYSE DE PRATIQUES La posture d'accompagnateur DLA I. CONTEXTE Dans le cadre de l exercice de son cœur de métier, le-a chargé-e de mission DLA fait face à des situations locales souvent complexes du

Plus en détail

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Commissariat aux relations internationales et à l immigration Table des matières Page Déclaration d

Plus en détail

ESPACE DE RENCONTRE AVEC L OEUVRE D ART. Cahier des charges relatif à l aménagement et au fonctionnement. Préambule

ESPACE DE RENCONTRE AVEC L OEUVRE D ART. Cahier des charges relatif à l aménagement et au fonctionnement. Préambule ESPACE DE RENCONTRE AVEC L OEUVRE D ART Cahier des charges relatif à l aménagement et au fonctionnement Préambule Le rectorat de l académie de Lille et la direction régionale des affaires culturelles du

Plus en détail

Groupe Réseau Outillage des CHSCT et des DP"

Groupe Réseau Outillage des CHSCT et des DP Groupe Réseau Outillage des CHSCT et des DP" Les propositions du Réseau ANACT" Pour des CHSCT plus efficaces" Pourquoi des propositions?" Pour mettre en débat les éléments de connaissance du Réseau ANACT

Plus en détail

les pauses du renouvellement urbain NOTE DE CADRAGE Programme de travail 2013

les pauses du renouvellement urbain NOTE DE CADRAGE Programme de travail 2013 les pauses du renouvellement urbain NOTE DE CADRAGE Programme de travail 2013 CONTEXTE Les «pauses du renouvellement urbain», temps d'échange multipartenarial, se sont tenues tout au long de l année 2012.

Plus en détail

Développement rural territorial et sécurité alimentaire

Développement rural territorial et sécurité alimentaire Cette présentation revient sur les expériences de de la la FAO en en matière de de développement local, identifie les conditions pour promouvoir une approche territoriale du développement rural, fait des

Plus en détail

La démarche «Jeunes et Métropole»

La démarche «Jeunes et Métropole» La démarche «Jeunes et Métropole» du Conseil de développement de la métropole lilloise Novembre 2003 septembre 2004 1 Une volonté d être à l écoute des jeunes Objectif fixé: 4000 questionnaires Objectifs

Plus en détail

MINISTÈRE DE LA VILLE, DE LA JEUNESSE ET DES SPORTS

MINISTÈRE DE LA VILLE, DE LA JEUNESSE ET DES SPORTS MINISTÈRE DE LA VILLE, DE LA JEUNESSE ET DES SPORTS Le 19 novembre 2015, le Fonds pour le développement de la vie associative (FDVA) piloté par le ministère, outil de financement d actions de formation

Plus en détail