ANTICOAGULATION ORALE. mise au point

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "ANTICOAGULATION ORALE. mise au point"

Transcription

1 ANTICOAGULATION ORALE mise au point

2 INTRODUCTION venviron patients traités par antivitamines K chaque année (environ 1 % de la population). vaccidents hémorragiques des AVK = 1er rang des accidents iatrogènes, v13 % des hospitalisations pour effets indésirables médicamenteux : hospitalisations/an environ (mais enquête de 1998). (Recommandations HAS avril 2008 : Prise en charge des surdosages en antivitamines K)

3 Etude du suivi biologique de l INR ( ,AFSSAPS) v Réduction du poucentage des INR excessifs (risque hémorragique), v Augmentation du pourcentage des INR dans la zone cible, v Augmentation du pourcentage des valeurs insuffisantes, v Plus de 50 %des INR en dehors de la zone cible (28,2 % des INR en dehors de toute zone thérapeutique). v Pas d amélioration dans la périodicité des contrôles : en phase d équilibration, délais entre deux contrôles excessifs :>6jours pour la moitié des patients et >9 jours pour un quart.

4 LES MOLECULES v Acénocoumarol : SINTROM Demi-vie courte, 8 heures (16 % des prescriptions en France). v Fluindione : PREVISCAN Le plus utilisé en France (76 %). v Warfarine : COUMADINE Utilisé dans les grands essais thérapeutiques, notamment dans les pays anglo-saxons, (4 %). Efficacité identique

5 Principaux effets indésirables vfluindione (PREVISCAN ) : accidents immuno-allergiques (DRESS-syndrome). vwarfarine (COUMADINE ) : Éruptions cutanées. Risque hémorragique

6 AVANT LES AVK Bilan «pré-thérapeutique» Hémogramme Ionogramme Fonction rénale et clairance de la créatinine (Cokcroft et/ou MDRD) Poids récent TP ± TCA Bilan hépatique

7 Action des AVK dans la maladie thromboembolique veineuse vprévention des embolies pulmonaires, vprévention des syndromes postphlébitiques, vprévention des récidives.

8 Indications et durée du traitement dans les maladies veineuses Thrombose veineuse distale Thrombose secondaire à un facteur transitoire 3 mois Thrombose veineuse proximale Première embolie pulmonaire Embolie pulmonaire, thrombophilie, TVP à répétition 6 mois au moins 6 mois, jusqu à 1 an indéfinie

9 Fibrillation auriculaire et AVK (Hirsh J., Guidelines for antithrombotic therapy, 2008) vfibrillation auriculaire (FA) = facteur de risque indépendant d accident vasculaire ischémique (AVC) par embolie cardiogénique : 4,5 % des patients atteints de FA sans anticoagulant vont présenter un AVC, La fibrillation auriculaire est retrouvée dans 15 % de tous les AVC aux USA. Migration favorisée par le changement brutal du rythme, d où le même risque pour la FA paroxystique.

10 Action des AVK dans la fibrillation auriculaire vdiminution des AVC par FA : de 4,5 % à 1,4 % lorsque l INR est correct, vdiminution de 33 % des décès toute cause, vpourcentage annuel d AVC : 12 % sans AVK, 4 % avec les AVK, soit une diminution du risque de 66 %, Aspirine : diminution du risque de 24 %. vhémorragie importante : 1 % sans AVK, 1,3 % avec AVK.

11 Action des AVK (suite) vpas d augmentation significative des événements hémorragiques chez les patients dont l INR reste dans la zone thérapeutique ; Hémorragie intracrânienne : 0,1 % sans AVK, 0,3 % avec AVK, Risque d hémorragie intracrânienne augmente avec l âge, lorsque l INR est > 4 et en cas de maladie cérébrovasculaire.

12 FA et AVC : stratification du risque. vhaut risque : un AVC ou un Accident ischémique Transitoire (AIT), femme de plus de 75 ans, âge au delà de 75 ans et histoire d HTA, TA systolique > 160 mmhg à n importe quel âge. vrisque modéré : histoire d HTA, âge 75 ans, diabète. vrisque faible : aucun des éléments précédents.

13 Autre échelle : CHADS 2 = système de points vantécédents d AVC ou d AIT : 2 vâge 75 ans : 1 vhistoire d HTA : 1 vdiabète : 1 vinsuffisance cardiaque congestive (épisode récent) : 1

14 Recommandations (1) vfa (y compris paroxystique) révélée par un AVC ischémique, un AIT ou une embolie systémique : AVK au long cours avec cible INR = 2,5 (2 à 3) car haut risque d AVC ischémique. vfa (y compris paroxystique) avec 2 ou plus des facteurs de risque d AVC ischémique : Âge > 75 ans HTA Diabète Insuffisance Ventriculaire gauche (IVG) ou insuffisance cardiaque modérées à sévères => AVK au long cours, INR = 2,5 (2 à 3).

15 Recommandations (2) vfa (y compris paroxystique) avec un seul facteur de risque parmi la liste (risque intermédiaire) : Âge > 75 ans HTA Diabète IVG ou insuffisance cardiaque modérées ou sévères => AVK au long cours, INR = 2,5 (2 à 3) ou aspirine = 75 à 325 mg/jour mais AVK > Aspirine.

16 Recommandations (3) vfa (y compris paroxystique) : Âge 75 ans Aucun des facteurs de risque précédents Faible risque d AVC => aspirine au long cours : 75 à 325 mg/jour (75 à 100 mg/jour). vepisode isolé de FA du à une cause réversible (pneumopathie) : pas de traitement au long cours.

17 Autres indications «cardiologiques» vflutter : risque élevé de passage en FA, il est donc raisonnable d utiliser la même stratification. vvalvulopathies et prothèses valvulaires (INR entre 3 et 4 pour les prothèses mécaniques). vcardioversion (choc électrique externe) : AVK indiqué avant et après en raison de nombreux AVC dans les 72 premières heures. 3 semaines avant et 4 semaines après avec une cible entre 2 et 3 pour l INR. HBPM à dose curative au moment de la cardioversion puis AVK 4 semaines après, cible INR : 2 à 3. vcontrôle du rythme par traitement médical : indication des AVK au long cours.

18 Surdosage asymptomatique vprivilégier la prise en charge ambulatoire si le contexte le permet. vpréférer l hospitalisation s il existe un ou plusieurs facteurs de risque hémorragique individuel : âge, antécédent hémorragique, comorbidité. vne pas faire baisser l INR trop vite en cas de prothèse mécanique.

19 Mesures correctrices INR < 4 Cible 2,5 (2 à 3) Cible 3 Pas de saut de prise Pas de vitamine K (2,5 à 3,5 ou 3 à 4,5) 4 INR < 6 Saut d une prise Pas de vitamine K Pas de saut de prise Pas de vitamine K 6 INR < 10 Arrêt du traitement 1 à 2 mg de vitamine per os Saut d une prise Vitamine K 1 à 2 mg per os INR 10 Arrêt du traitement 5 mg de vitamine K per os Avis spécialisé ou hospitalisation

20 Surdosage : rechercher la cause vmaladies intercurrentes vtroubles digestifs (vomissements, diarrhées) vintroduction d un nouveau traitement vautomédication vmodifications de posologie vobservance

21 PATIENT AGE vsi le patient aun INR stable avec un AVK, ne pas le changer. vpar contre, si l INR est fluctuant avec le SINTROM (acénocoumarol) ou le PREVISCAN, tenter la substitution par la COUMADINE (warfarine) en débutant à 4 mg. vinr cible : 2 le plus souvent, prothèses mécaniques :plutôt 3. vlaisser «du temps au temps». vsavoir arrêter les AVK. vprotecteurgastrique.

22 Instauration et surveillance du traitement (PA) vprise le soir de préférence. vinr prélevé le matin, dosé dans le même laboratoire. v2 à 3 fois/semaines les 3 premières semaines. vhebdomadaire, puis tous les 15 jours pendant 2 à 3 mois puis mensuelle quand INR stabilisé.

23 Instauration Warfarine (Coumadine ) Jour INR Dose (mg) J0 Non Déterminé 4 J1 ND 4 J2 ND 4 J3 < 1,3 5 1,3 INR < 1,5 4 1,5 INR < 1,7 3 1,7 INR < 1,9 2 1,9 INR < 2,5 1 2,5 0, puis 1 mg si INR< 2,5

24 Surveillance des AVK vinteractions les plus importantes : Tous les médicaments cardio-vasculaires Antibiotiques AINS, aspirine Antiépileptiques Inhibiteurs de la pompe à protons Phytothérapie vnombreuses autres molécules. vinr : 2 à 4 jours après toute modification thérapeutique ou autre facteur intercurrent (cf supra).

25 Thromboses veineuse : mise en route des AVK vdès le 1er jour de traitement sauf si geste invasif prévisible, => diminution du temps de chevauchement anticoagulation parentérale/orale. vlever le plus précoce possible avec la compression veineuse adaptée.

26 Evaluation du rapport bénéfices/risques vindications, INR cible? vcontre-indication formelle? vrisque élevé de saignement? vmédicaments associés? vobservance? vcommunication entre médecins ville/hôpital? Médecin référent?

27 Rapport bénéfices/risques vevaluation gériatrique standardisé : État nutritionnel : dosage protidémie, albuminémie car fixation protéique majoritaire Insuffisance rénale Etat physiologique vevaluation médico-sociale : Autonomie : totale ou marche avec une canne? Risque de chute : aménagement du domicile, rééducation Conditions de l observance : entourage, service de soins à domicile.

28 Merci

AVK - HEPARINES GENERALITES :

AVK - HEPARINES GENERALITES : AVK - HEPARINES GENERALITES : Indications validées (AMM) 600 000 patients (1 % de la population) Respect posologies, durées de traitement HBPM -> remplace HFN sous cutanée Indications fonction dossier

Plus en détail

Arrêt AVK et relais par héparine

Arrêt AVK et relais par héparine Arrêt AVK et relais par héparine Risque thrombo-embolique élevé Relais pré et postopératoire par héparine (HNF ou HBPM) à doses curatives Autres cas : en post-opératoire, relais par héparine à doses curatives

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants oraux

Les nouveaux anticoagulants oraux Les nouveaux anticoagulants oraux Dr Adnan El Jabali, Cardiolgue,CH Bagnols-sur-Cèze Il existe actuellement 3 molécules : - (Pradaxa), inhibiteur direct du facteur IIa (ou de la thrombine). - (Xarelto),

Plus en détail

Les anticoagulants bénéfices cliniques et risques iatrogéniques

Les anticoagulants bénéfices cliniques et risques iatrogéniques Les anticoagulants bénéfices cliniques et risques iatrogéniques Dr Lotfi Boudali 27/11/2013 Chef pôle produits cardiovasculaire, thrombose, métabolisme et obésité Direction des médicaments en cardiologie,

Plus en détail

A G E N C E FRANCAISE DE SECURITE SANITAIRE DES PRODUITS DE SANTE

A G E N C E FRANCAISE DE SECURITE SANITAIRE DES PRODUITS DE SANTE A G E N C E FRANCAISE DE SECURITE SANITAIRE DES PRODUITS DE SANTE COMMISSION DE LA TRANSPARENCE COUMADINE 5 mg, comprimé sécable Boîte de 30 DUPONT PHARMA Warfarine sodique Liste I Date de l=amm : 2 mai

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 24 janvier 2018 Date d examen par la Commission : 27 septembre 2017 L avis de la Commission de la Transparence adopté le 11 octobre 2017 a fait l objet d observations

Plus en détail

Fibrillation auriculaire : traitement antithrombotique

Fibrillation auriculaire : traitement antithrombotique La prévention des embolies en cas de fibrillation auriculaire repose avant tout sur un traitement antithrombotique (antivitamine K ou antiagrégant plaquettaire). (n 245, p. 849) Lire aussi les Idées-Forces

Plus en détail

Anticoagulants oraux : des recommandations à la pratique en gériatrie

Anticoagulants oraux : des recommandations à la pratique en gériatrie Anticoagulants oraux : des recommandations à la pratique en gériatrie Bilan étude «Prescription des anticoagulants oraux : analyse pharmaceutique et évaluation des interventions» PLAN Contexte Données

Plus en détail

HYGIENE RISQUES ET QUALITE CHEZ LA PERSONNE AGEE. 13 ème JOURNEE DE FORMATION ET D ECHANGES 23 SEPTEMBRE 2014 NIMES

HYGIENE RISQUES ET QUALITE CHEZ LA PERSONNE AGEE. 13 ème JOURNEE DE FORMATION ET D ECHANGES 23 SEPTEMBRE 2014 NIMES HYGIENE RISQUES ET QUALITE CHEZ LA PERSONNE AGEE 13 ème JOURNEE DE FORMATION ET D ECHANGES 23 SEPTEMBRE 2014 NIMES ATELIER ANTICOAGULANTS: Comment maîtriser les risques? Batistina CRUCHAUDET (Lyon) LES

Plus en détail

Résumé des recommandations CHEST Antithrombotic Therapy for VTE Disease: CHEST Guideline

Résumé des recommandations CHEST Antithrombotic Therapy for VTE Disease: CHEST Guideline Résumé des recommandations CHEST 2016 Antithrombotic Therapy for VTE Disease: CHEST Guideline Kearon C, Akl EA, Ornelas J, Blaivas A, Jimenez D, Bounameaux H, Huisman M, King CS, Morris T, Sood N, Stevens

Plus en détail

Christelle DURAND-BIGORIE Déléguée santé CAFAT LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX (NACO)

Christelle DURAND-BIGORIE Déléguée santé CAFAT LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX (NACO) Christelle DURAND-BIGORIE Déléguée santé CAFAT LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX (NACO) MAI 2014 1 SOMMAIRE Quelques données chiffrées Place des NACO dans la Fibrillation Auriculaire Non Valvulaire (FANV)

Plus en détail

Formation AFS (SFTG) 11 mai NACO ou Anticoagulants oraux directs = A. O. D.

Formation AFS (SFTG) 11 mai NACO ou Anticoagulants oraux directs = A. O. D. Formation AFS (SFTG) 11 mai 2017 NACO ou Anticoagulants oraux directs = A. O. D. Problématique n 1 : les AVK % important de la population sous AVK AVK = classe thérapeutique en 1ère position des hospitalisations

Plus en détail

NOVEMBRE 2018 UE 2.11 UE 2.11 LES ANTICOAGULANTS 1- LES ANTICOAGULANTS INJECTABLES

NOVEMBRE 2018 UE 2.11 UE 2.11 LES ANTICOAGULANTS 1- LES ANTICOAGULANTS INJECTABLES Les anticoagulants (ATC) sont utilisés afin de prévenir la formation ou d éliminer les thrombus. Ils sont prescrits dans différentes situations en traitement préventif ou curatif. Ils se présentent sous

Plus en détail

Les AVK : est-ce la fin?

Les AVK : est-ce la fin? 6 ème congrès national de la SAMEV Hilton 23-25 avril 2015 Les AVK : est-ce la fin? R. Guermaz ACO = 1 seule classe pharmacologique 1940 1950 1980 HNF AVK HBPM 2008 AOD Algérie: 1 seul AVK, 1 seul dosage

Plus en détail

Anticoagulants oraux et Gériatrie. 13 octobre 2016 Journée d automne Société Gérontologique de Normandie

Anticoagulants oraux et Gériatrie. 13 octobre 2016 Journée d automne Société Gérontologique de Normandie Anticoagulants oraux et Gériatrie 13 octobre 2016 Journée d automne Société Gérontologique de Normandie CHA2DS2-VASc Insuffisance cardiaque : 1 point HTA : 1 point Age 75 ans : 2 points Diabète : 1 point

Plus en détail

FIBRILLATION ATRIALE et TRAITEMENT ANTITHROMBOTIQUE

FIBRILLATION ATRIALE et TRAITEMENT ANTITHROMBOTIQUE FIBRILLATION ATRIALE et TRAITEMENT ANTITHROMBOTIQUE Révolution des indications? Drs MH CELLI CAMILLERI PRIAM - 11 juin 2009 PLAN DEFINITIONS DIAGNOSTIC DE GRAVITE OBJECTIFS DE LA PRISE EN CHARGE CAT DEVANT

Plus en détail

Les antithrombotiques ont pris

Les antithrombotiques ont pris Gestion d un surdosage et d un accident en anticoagulants Résumé : Les antithrombotiques, AVK et nouveaux anticoagulants oraux (NACO), ont apporté, apportent et apporteront des bénéfices majeurs lorsque

Plus en détail

Épisodes et points clés

Épisodes et points clés SYNTHÈSE, GUIDE PARCOURS DE SOINS FIBRILLATION ATRIALE (FA) Épisodes et points clés Épisode 1 FA non compliquée : du diagnostic à la prescription du traitement initial Toute suspicion de FA doit être confirmée

Plus en détail

Maladie veineuse thrombo-embolique : Quelle durée d anticoagulation? Dr Loig Varron Soirée Médicale 21 Novembre 2013

Maladie veineuse thrombo-embolique : Quelle durée d anticoagulation? Dr Loig Varron Soirée Médicale 21 Novembre 2013 Maladie veineuse thrombo-embolique : Quelle durée d anticoagulation? Dr Loig Varron Soirée Médicale 21 Novembre 2013 Introduction Incidence annuelle des thromboses veineuses : 1/1000 Embolie pulmonaire

Plus en détail

CONTRIBUTION A L AMELIORATION DE LA SECURITE DE PRESCRIPTION DES TRAITEMENTS PAR ANTAGONISTES DE LA VITAMINE K

CONTRIBUTION A L AMELIORATION DE LA SECURITE DE PRESCRIPTION DES TRAITEMENTS PAR ANTAGONISTES DE LA VITAMINE K CONTRIBUTION A L AMELIORATION DE LA SECURITE DE PRESCRIPTION DES TRAITEMENTS PAR ANTAGONISTES DE LA VITAMINE K Résultats de deux tours d un audit clinique auprès de médecins généralistes lorrains JUSTIFICATION

Plus en détail

Fibrillation auriculaire non valvulaire Quelle place pour les anticoagulants oraux?

Fibrillation auriculaire non valvulaire Quelle place pour les anticoagulants oraux? BON USAGE DU MÉDICAMENT Fibrillation auriculaire non valvulaire Quelle place pour les anticoagulants oraux? Il existe 2 classes d anticoagulants oraux : les anticoagulants oraux antivitamine K (AVK) utilisés

Plus en détail

Gestion périopératoire des AVK

Gestion périopératoire des AVK Gestion périopératoire des AVK Jacqueline Conard Service d Hématologie Biologique Avec la collaboration de Marc Samama Service d Anesthésie-Réanimation Hôtel-Dieu, Paris Taux d hospitalisation pour effet

Plus en détail

ACFA. Le Guide ALD HAS Juillet 07 La synthèse de Prescrire (IDF juin 07) AMMPPU / CAR Metz 22 nov 08 ACFA J.Birgé 1

ACFA. Le Guide ALD HAS Juillet 07 La synthèse de Prescrire (IDF juin 07) AMMPPU / CAR Metz 22 nov 08 ACFA J.Birgé 1 ACFA Le Guide ALD HAS Juillet 07 La synthèse de Prescrire (IDF juin 07) AMMPPU / CAR Metz 22 nov 08 ACFA J.Birgé 1 UN PEU DE METHODOLOGIE Un guide ALD Qui s appuie sur les reco récentes (2006) : ACC /AHA

Plus en détail

Saisie et analyse de données à partir des patients hospitalisés aux HUG en 2012

Saisie et analyse de données à partir des patients hospitalisés aux HUG en 2012 3 octobre 2013 Comment améliorer la pharmacovigilance des patients sous antivitamines K en milieu hospitalier? Saisie et analyse de données à partir des patients hospitalisés aux HUG en 2012 Ida Welle

Plus en détail

Enquête régionale anticoagulants oraux et personnes âgées

Enquête régionale anticoagulants oraux et personnes âgées Enquête régionale anticoagulants oraux et personnes âgées 1 PLAN Contexte Données générales de l étude Analyse par classe d anticoagulants oraux AVK AOD Conclusion 18/05/2017 2 Contexte Rapport d étape

Plus en détail

SURDOSAGE EN AVK (procédure régionale)

SURDOSAGE EN AVK (procédure régionale) Coordinatrice : Suzanne MACHADO RENAU RESURCOR SURDOSAGE EN AVK (procédure régionale) Classeur RENAU CARDIO P9 / Version 01 Pratiques médicales et médico-techniques P. «Surdosage AVK» 20/08/2007 Page 1/6

Plus en détail

Dispensation officinale Procédures d Assurance Qualité

Dispensation officinale Procédures d Assurance Qualité Dispensation officinale Procédures d Assurance Qualité Nom de l entreprise : Remedeo Adresse : 23, rue Louis le Grand 75002 Paris Personne à contacter dans l entreprise : Sandra Chasseloup : sandra@remedeo.com

Plus en détail

Anticoagulants oraux :

Anticoagulants oraux : Anticoagulants oraux : quels outils de minimisation du risque? François CHAST Fabienne BLANCHET Eloïse DANIAU-CLAVREUL 1 Le CESPHARM : comité d éducation sanitaire et sociale de la pharmacie française

Plus en détail

John, 63 ans: -FA -Hypercholesterolémie -Tabagisme actif à 50PA -HTA -OH chronique

John, 63 ans: -FA -Hypercholesterolémie -Tabagisme actif à 50PA -HTA -OH chronique Maria Ahmad John, 63 ans: -FA -Hypercholesterolémie -Tabagisme actif à 50PA -HTA -OH chronique A. Faible? B. Modéré? C. Elevé? A. Faible? B. Modéré? C. Elevé? John, 63 ans: -FA -Hypercholesterolémie -Tabagisme

Plus en détail

Fibrillation auriculaire en médecine générale. Dr Aymeric MENET CARDIOLOGIE. Les entretiens de médecine générale du GHICL

Fibrillation auriculaire en médecine générale. Dr Aymeric MENET CARDIOLOGIE. Les entretiens de médecine générale du GHICL Fibrillation auriculaire en médecine générale Dr Aymeric MENET CARDIOLOGIE Les entretiens de médecine générale du GHICL Samedi 7 novembre 2015 Prévalence (%) Cardiologie Prévalence de la FA avec l âge

Plus en détail

Protocole AVK Mode opératoire «Prise en charge des patients traités par AVK»

Protocole AVK Mode opératoire «Prise en charge des patients traités par AVK» Contexte : La prescription d AVK est fréquente : environ 600 000 patients sont traités par une anti vitamine K (AVK) en France chaque année (soit environ 1 % de la population). Les accidents hémorragiques

Plus en détail

PHARMACOLOGIE LES ANTICOAGULANTS

PHARMACOLOGIE LES ANTICOAGULANTS PHARMACOLOGIE LES ANTICOAGULANTS INTRODUCTION Les anticoagulants sont utilisés dans le traitement préventif et curatif des maladies thrombo-emboliques. Préventif : pour prévenir l'apparition d'un thrombus

Plus en détail

PRESCRIPTION ET SUIVI BIOLOGIQUE DES ANTIVITAMINES K (AVK) : Audit clinique au Centre hospitalier gériatrique du Mont d Or

PRESCRIPTION ET SUIVI BIOLOGIQUE DES ANTIVITAMINES K (AVK) : Audit clinique au Centre hospitalier gériatrique du Mont d Or PRESCRIPTION ET SUIVI BIOLOGIQUE DES ANTIVITAMINES K (AVK) : Audit clinique au Centre hospitalier gériatrique du Mont d Or Christelle MOUCHOUX-CHAUDRAY Jeudi 29 mai 2008 Plan Contexte Objectifs Méthodologie

Plus en détail

LES AVK. 2. a. Molécules et pharmacologie. Molécules. Métabolisme. Absorption digestive. Les formes plasmatiques. L'élimination urinaire.

LES AVK. 2. a. Molécules et pharmacologie. Molécules. Métabolisme. Absorption digestive. Les formes plasmatiques. L'élimination urinaire. LES AVK Plan Les molécules. La conduite du traitement. Les contre indications et les précautions d'emploi. 2. a. Molécules et pharmacologie Molécules. Sont données dans le tableau : les familles pharmacologiques

Plus en détail

Homme 77 ans. Golfeur HTA sous ramipril 10 mg. FA découverte 2010, dyspnée effort. Cardioversion chimique 2012 récidive FA. Cardiologue choisi CEE (7

Homme 77 ans. Golfeur HTA sous ramipril 10 mg. FA découverte 2010, dyspnée effort. Cardioversion chimique 2012 récidive FA. Cardiologue choisi CEE (7 Julien Pineau Homme 77 ans. Golfeur HTA sous ramipril 10 mg. FA découverte 2010, dyspnée effort. Cardioversion chimique 2012 récidive FA. Cardiologue choisi CEE (7 novembre) puis sotalol 80 matin et soir.

Plus en détail

Surveillance biologique d'un traitement par AVK

Surveillance biologique d'un traitement par AVK Surveillance biologique d'un traitement par AVK I. Pharmacologie des A\/K. La vitamine K intervient dans la synthèse de 4 facteurs de la coagulation (II, VII, IX, X) et de 2 inhibiteurs physiologiques

Plus en détail

THROMBOSE VEINEUSE PROFONDE TVP - PHLEBITE (1)

THROMBOSE VEINEUSE PROFONDE TVP - PHLEBITE (1) THROMBOSE VEINEUSE PROFONDE TVP - PHLEBITE (1) Occlusion d une veine par un caillot sanguin Localisation préférentielle : les membres inférieurs Souvent asymptomatique THROMBOSE VEINEUSE PROFONDE FACTEURS

Plus en détail

Quoi connaître sur les nouveaux anticoagulants oraux dans la fibrillation auriculaire

Quoi connaître sur les nouveaux anticoagulants oraux dans la fibrillation auriculaire Quoi connaître sur les nouveaux anticoagulants oraux dans la fibrillation auriculaire Lyne Charbonneau Infirmière clinicienne en électrophysiologie 13 novembre 2015 Objectifs d apprentissage Connaître

Plus en détail

Session Risque Hémorragique

Session Risque Hémorragique Congrès SFMV Marseille Session Risque Hémorragique Vendredi 17 octobre 2013 (14 à 16 heures) Auteur : Jean-Noël POGGI Populations à risque, facteurs de risque hémorragique, pertinence des scores pronostiques.

Plus en détail

Place du traitement médical dans la tvp et ses limites. Philippe LEGER Clinique Pasteur Toulouse

Place du traitement médical dans la tvp et ses limites. Philippe LEGER Clinique Pasteur Toulouse Place du traitement médical dans la tvp et ses limites Philippe LEGER Clinique Pasteur Toulouse Traitement médical de la TVP Anticoagulants Compression veineuse Traitement anticoagulant initial de la MTEV

Plus en détail

Critères d inclusion

Critères d inclusion Critères d inclusion Analyse rétrospective monocentrique tous les patients ayant eu une primo-implantation ou un remplacement d un stimulateur ou d un défibrillateur cardiaque simple, double ou triple

Plus en détail

Stratégie thérapeutique dans l hypertension artérielle. Dr. Ioana ZGAIA

Stratégie thérapeutique dans l hypertension artérielle. Dr. Ioana ZGAIA Stratégie thérapeutique dans l hypertension artérielle Dr. Ioana ZGAIA 22 Mars 2012 Définition de l HTA Objectif TA: inferieure à 140/90mmhg au cabinet ou 130/80 pour les diabétiques et les insuffisants

Plus en détail

LE TRAITEMENT PAR ANTAGONISTE DE LA VITAMINE K. Mardi 18/12/07 Frédéric Poirot Thésard Audit «sécurité de prescription des AVK»

LE TRAITEMENT PAR ANTAGONISTE DE LA VITAMINE K. Mardi 18/12/07 Frédéric Poirot Thésard Audit «sécurité de prescription des AVK» LE TRAITEMENT PAR ANTAGONISTE DE LA VITAMINE K Mardi 18/12/07 Frédéric Poirot Thésard Audit «sécurité de prescription des AVK» AVK: le mode d actiond Absorption digestive Métabolisme hépatique Liaison

Plus en détail

A0D/ Rivaroxaban (xarelto)

A0D/ Rivaroxaban (xarelto) A0D/ Rivaroxaban (xarelto) Expérience algérienne dans le traitement anticoagulant au long cours, hors cancer, avec le Rivaroxaban Dr Y.Bachaoui; Pr MN.Bouayed EHU Oran Rivaroxaban (Xarelto): = inhibiteur

Plus en détail

ÉVALUATION DE LA PRISE EN CHARGE DU SURDOSAGE ET DES HÉMORRAGIES SOUS ANTIVITAMINES K AU SERVICE DES URGENCES DU CHU DE NANCY

ÉVALUATION DE LA PRISE EN CHARGE DU SURDOSAGE ET DES HÉMORRAGIES SOUS ANTIVITAMINES K AU SERVICE DES URGENCES DU CHU DE NANCY ÉVALUATION DE LA PRISE EN CHARGE DU SURDOSAGE ET DES HÉMORRAGIES SOUS ANTIVITAMINES K AU SERVICE DES URGENCES DU CHU DE NANCY par le Dr Anne MERCURI (CHU de Nancy) 14 décembre 2010 Anne MERCURI Introduction

Plus en détail

Mise à jour des Recommandations 2013 de l ESC sur la prise en charge de la Fibrillation Atriale

Mise à jour des Recommandations 2013 de l ESC sur la prise en charge de la Fibrillation Atriale Mise à jour des Recommandations 2013 de l ESC sur la prise en charge de la Fibrillation Atriale European Heart Journal 18 mars 2013 EPU CHALONS EN CHAMPAGNE 17 SEPTEMBRE 2013 ESC = European Society of

Plus en détail

TRAITEMENT ANTITHROMBOTIQUE: INDICATIONS ET PROBLEMES PRATIQUES. INDICATIONS Affections thrombo-emboliques veineuses profondes

TRAITEMENT ANTITHROMBOTIQUE: INDICATIONS ET PROBLEMES PRATIQUES. INDICATIONS Affections thrombo-emboliques veineuses profondes TRAITEMENT ANTITHROMBOTIQUE: INDICATIONS ET PROBLEMES PRATIQUES L objectif de ce numéro thématique est de proposer une synthèse des informations disponibles concernant le traitement antithrombotique de

Plus en détail

Une confiance fondée sur les preuves cliniques et l expérience en vie réelle auprès de patients atteints de FANV1-4

Une confiance fondée sur les preuves cliniques et l expérience en vie réelle auprès de patients atteints de FANV1-4 Une confiance fondée sur les preuves cliniques et l expérience en vie réelle auprès de patients atteints de FANV1-4 FANV, la prévention des accidents vasculaires cérébraux chez les adultes atteints de

Plus en détail

VALEUR PRÉDICTIVE DES SCORES DE

VALEUR PRÉDICTIVE DES SCORES DE VALEUR PRÉDICTIVE DES SCORES DE SAIGNEMENT HAS-BLED ET ATRIA POUR LE RISQUE D'HÉMORRAGIE GRAVE DANS UN "MONDE RÉEL" DE LA POPULATION AVEC FIBRILLATION AURICULAIRE RECEVANT UNE ANTICOAGULOTHÉRAPIE Présenté

Plus en détail

ACTUALITE DES ANTICOAGULANTS

ACTUALITE DES ANTICOAGULANTS Faculté de Médecine & Pharmacie Département de Médecine Générale ACTUALITE DES ANTICOAGULANTS Dr Pierrick ARCHAMBAULT JETL 12 janvier 2017 1 Les anticoagulants : Médicaments indispensables et incontournables

Plus en détail

ACFA GENERALITES : ETIOLOGIES: HTA, valvulopathie, cardiopathie, cardiomyopathie, péricardite, embolie CONSEQUENCES : CLINIQUE/PARACLINIQUE:

ACFA GENERALITES : ETIOLOGIES: HTA, valvulopathie, cardiopathie, cardiomyopathie, péricardite, embolie CONSEQUENCES : CLINIQUE/PARACLINIQUE: ACFA GENERALITES : - 5 % population âgée >65 ans (1-2% population générale) - 50 % des patients ayant une AC/FA ont une autre pathologie cardiaque (insuffisance cardiaque, maladie coronarienne, valvulopathie

Plus en détail

SOMMAIRE LES ANTICOAGULANTS EN GÉNÉRAL

SOMMAIRE LES ANTICOAGULANTS EN GÉNÉRAL SOMMAIRE Préambule...9 Remerciements...11 LES ANTICOAGULANTS EN GÉNÉRAL Aspects cliniques...15 1. Comment fonctionne la coagulation?...15 2. Dans quelles pathologies doit-on prendre des anticoagulants?...16

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants oraux. Mélanie Gilbert, pharmacienne

Les nouveaux anticoagulants oraux. Mélanie Gilbert, pharmacienne Les nouveaux anticoagulants oraux par Mélanie Gilbert, pharmacienne Octobre 2016 CIUSSS de l Estrie - CHUS Déclaration conflits d intérêt Rémunération reçue de: Élaboration du guide sur les nouveaux anticoagulants

Plus en détail

ETUDE PROSPECTIVE DES ÉVÉNEMENTS INDÉSIRABLES GRAVES LIÉS À L UTILISATION DES AGENTS ANTICOAGULANTS ORAUX DIRECTS

ETUDE PROSPECTIVE DES ÉVÉNEMENTS INDÉSIRABLES GRAVES LIÉS À L UTILISATION DES AGENTS ANTICOAGULANTS ORAUX DIRECTS ETUDE PROSPECTIVE DES ÉVÉNEMENTS INDÉSIRABLES GRAVES LIÉS À L UTILISATION DES AGENTS ANTICOAGULANTS ORAUX DIRECTS Sennesael Anne-Laure Clinical Pharmacy Research Group (UCL) Namur Thrombosis and Hemostasis

Plus en détail

REGISTRE COCHE SOUS L EGIDE DE LA COMETH

REGISTRE COCHE SOUS L EGIDE DE LA COMETH REGISTRE COCHE SOUS L EGIDE DE LA COMETH N de centre Observatoire de la prise en charge des épisodes coronariens aigus et de la prévention secondaire du risque cardiovasculaire par antithrombotiques chez

Plus en détail

FIBRILLATION AURICULAIRE DU SUJET AGE LES ANTIVITAMINES K

FIBRILLATION AURICULAIRE DU SUJET AGE LES ANTIVITAMINES K FIBRILLATION AURICULAIRE DU SUJET AGE LES ANTIVITAMINES K I. EPIDEMIOLOGIE (1) -Pathologie fréquente dont la prévalence augmente avec l âge : -0,5% entre 50 et 59 ans -4% entre 60 et 69 ans -> 9% après

Plus en détail

Mise au point sur les AVK

Mise au point sur les AVK AGENCE FRANCAISE DE SECURITE SANITAIRE DES PRODUITS DE SANTE Mise au point sur les AVK Principales informations concernant les indications et la surveillance du traitement pour les professionnels de santé

Plus en détail

Detection de la FA par le Reveal* Nicolas Lellouche Fédération de Cardiologie Hopital Henri Mondor Creteil

Detection de la FA par le Reveal* Nicolas Lellouche Fédération de Cardiologie Hopital Henri Mondor Creteil Detection de la FA par le Reveal* Nicolas Lellouche Fédération de Cardiologie Hopital Henri Mondor Creteil 1 La prévalence de la FA devrait 16 doubler d ici 2050 14 Estimation du nombre de personnes ayant

Plus en détail

Neda Tavassoli Gérontopôle de Toulouse

Neda Tavassoli Gérontopôle de Toulouse Neda Tavassoli Gérontopôle de Toulouse 1 1% de la population française traitée par les AVK dont la majeure partie des patients âgés Principales indications du traitement par AVK: Maladie veineuse thromboembolique

Plus en détail

ACCIDENTS liés à la GESTION PERI-OPERATOIRE des TRAITEMENTS ANTICOAGULANTS Docteur Christian SICOT

ACCIDENTS liés à la GESTION PERI-OPERATOIRE des TRAITEMENTS ANTICOAGULANTS Docteur Christian SICOT ACCIDENTS liés à la GESTION PERI-OPERATOIRE des TRAITEMENTS ANTICOAGULANTS Docteur Christian SICOT GESTION PERI-OPERATOIRE et (2002 20) DECLARATIONS d'accidents : 39 DECES : (28 %) 2 GESTION PERI-OPERATOIRE

Plus en détail

Le chuteur justifiant ou traité par anticoagulants : le challenge.

Le chuteur justifiant ou traité par anticoagulants : le challenge. Le chuteur justifiant ou traité par anticoagulants : le challenge. philippe.chassagne@chu-rouen.fr Femme 77 ans, FA depuis un an, démence légère, vit seule (Résidence Personne Agée). ATCD : AVC ischémique

Plus en détail

Suivi biologique des anticoagulants classiques : "AVK et Héparines"

Suivi biologique des anticoagulants classiques : AVK et Héparines Suivi biologique des anticoagulants classiques : "AVK et Héparines" Dr. Olivier Feugeas CRTH, CHU Strasbourg et groupe Bio67/Biosphère Chu de EFS-ALSACE Les AVK Le plus diffusé Coumadine Anticoagulant

Plus en détail

Mieux connaître les anticoagulants

Mieux connaître les anticoagulants Laboratoires de biologie médicale Novembre 2017 Virginie PEREZ Oriade Noviale GLBM Mieux connaître les anticoagulants SOMMAIRE 1. RAPPELS PHYSIOLOGIQUES DE L HÉMOSTASE 2. LES ANTIVITAMINES K 3. LES HÉPARINES

Plus en détail

Nouveaux anticoagulants oraux «NACO»

Nouveaux anticoagulants oraux «NACO» Nouveaux anticoagulants oraux «NACO» Francis Couturaud EA3878, GETBO, IFR148, CIC INSERM 502 Département de médecine interne et pneumologie CHU Cavale Blanche, Brest Conflitss d intérêt : GSK, BMS, Bayer,

Plus en détail

Patients à très haut risque pour lesquels il vaut mieux ajourner l'intervention si possible

Patients à très haut risque pour lesquels il vaut mieux ajourner l'intervention si possible Risque thromboembolique en cas d interruption Risque thromboembolique faible Fibrillation auriculaire non valvulaire sans AVC, CHADS score 1-2 (tableau 2.) Thromboembolie veineuse > il y a 12 mois Embolie

Plus en détail

Quels anti-thrombotiques dans l'acfa? Comment les prescrire?

Quels anti-thrombotiques dans l'acfa? Comment les prescrire? Quels anti-thrombotiques dans l'acfa? Comment les prescrire? Concepteurs/Organisateurs/Animateurs Docteur Claire BERLIOZ, Dr Christian COMTE Experts Docteur Jean-François AUPETIT ; Cardiologue ; Hôpital

Plus en détail

Quel est votre hypothèse diagnostique principale. Quels éléments recherchez vous à l interrogatoire et l examen?

Quel est votre hypothèse diagnostique principale. Quels éléments recherchez vous à l interrogatoire et l examen? Patiente de 92 ans douleurs abdominales brutales flanc droit sans défense ni contracture ni trouble du transit en juillet 2006 patiente vivant seule à domicile.arrivée aux urgences avec les pompiers prévenus

Plus en détail

Surveillance du traitement par héparines et AVK

Surveillance du traitement par héparines et AVK Surveillance du traitement par héparines et AVK 1 Suivi du ttt par héparine 1.1 Classification et mode d action (Cf section V) 1.2 Suivi et valeur cible Numération plaquettaire o SYSTEMATIQUE!! o Tous

Plus en détail

FORGENI 17/09/2009. Prise en charge des surdosages, des accidents et du risque hémorragique liés à l'utilisation des AVK.

FORGENI 17/09/2009. Prise en charge des surdosages, des accidents et du risque hémorragique liés à l'utilisation des AVK. FORGENI 17/09/2009 Prise en charge des surdosages, des accidents et du risque hémorragique liés à l'utilisation des AVK. Recommandation HAS avril 2008 P NAMBOTIN, R BOUSSAGEON, J L MAS, J M ORIOL, B SENEZ

Plus en détail

AVIS DE LA COMMISSION. 24 avril 2002

AVIS DE LA COMMISSION. 24 avril 2002 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE REPUBLIQUE FRANCAISE AVIS DE LA COMMISSION 24 avril 2002 Examen du dossier des spécialités inscrites pour un durée de cinq ans par avis de renouvellement à compter du 28 octobre

Plus en détail

Traitement anticoagulant des personnes de plus de 75 ans : quelles preuves cliniques?

Traitement anticoagulant des personnes de plus de 75 ans : quelles preuves cliniques? Traitement anticoagulant des personnes de plus de 75 ans : quelles preuves cliniques? duction 2014 20 ème Congrès Tous dite. Patrick Friocourt Pôle Autonomie Centre Hospitalier de Blois pfriocourt@ch-blois.fr

Plus en détail

4 ÈME CONGRÈS NATIONAL DE LA SOCIÉTÉ ALGÉRIENNE DE MÉDECINE VASCULAIRE 20 AU 22 MAI 2011 INSTITUT PASTEUR D'ALGÉRIE - DÉLY BRAHIM - ALGER

4 ÈME CONGRÈS NATIONAL DE LA SOCIÉTÉ ALGÉRIENNE DE MÉDECINE VASCULAIRE 20 AU 22 MAI 2011 INSTITUT PASTEUR D'ALGÉRIE - DÉLY BRAHIM - ALGER 4 ÈME CONGRÈS NATIONAL DE LA SOCIÉTÉ ALGÉRIENNE DE MÉDECINE VASCULAIRE 20 AU 22 MAI 2011 INSTITUT PASTEUR D'ALGÉRIE - DÉLY BRAHIM - ALGER APPORT DU NOUVEAU SCORE CHA2 DS2 VASC DANS L EVALUATION DU RISQUE

Plus en détail

En savoir plus Anticoagulants et personne âgée

En savoir plus Anticoagulants et personne âgée En savoir plus Anticoagulants et personne âgée Il existe plusieurs particularités chez le patient âgé concernant les médicaments anticoagulants et la prise en charge de la maladie thrombo-embolique veineuse

Plus en détail

Chez les sujets âgés, la fréquence

Chez les sujets âgés, la fréquence Utilisation des anticoagulants chez la personne âgée Fiche pratique Dr Michel Roy, Hadyl Asfari, Florelle Bellet, Dr Marie-Noëlle Beyens* Introduction Cet article représente une aide à la prescription

Plus en détail

Utilisation pratique des anticoagulants oraux et prévention des AVC et embolies systémiques dans la Fibrillation Atriale Non Valvulaire

Utilisation pratique des anticoagulants oraux et prévention des AVC et embolies systémiques dans la Fibrillation Atriale Non Valvulaire Février 05 Utilisation pratique des anticoagulants oraux et prévention des AVC et embolies systémiques dans la Fibrillation Atriale Non Valvulaire Docteur Jacques Gauthier* La gestion de l anticoagulation

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION. 9 janvier 2002

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION. 9 janvier 2002 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION 9 janvier 2002 Examen du dossier des spécialités inscrites par avis de renouvellement à compter du 8 mars 2001 (J.O. du 22 août 2001) LOVENOX 6 000 UI

Plus en détail

Item 105 : Surveillance des porteurs de valves et prothèses vasculaires (Evaluations)

Item 105 : Surveillance des porteurs de valves et prothèses vasculaires (Evaluations) Item 105 : Surveillance des porteurs de valves et prothèses vasculaires (Evaluations) Date de création du document 2011-2012 CAS CLINIQUE Scénario : Une patiente de 72 ans a été opérée pour remplacement

Plus en détail

Anticoagulants oraux Mécanisme d action N 1

Anticoagulants oraux Mécanisme d action N 1 1 Anticoagulants oraux Mécanisme d action N 1 Le Dabigatran ( Pradaxa) agit en inhibant le facteur Xa Faux : c est un anti-thrombine 2 Pharmacocinétique Dabigatran Rivaroxaban Apixaban Pic d activité 2

Plus en détail

AVIS DE LA COMMISSION. 07 février Examen du dossier des spécialités inscrites pour une durée de trois ans

AVIS DE LA COMMISSION. 07 février Examen du dossier des spécialités inscrites pour une durée de trois ans A G E N C E COMMISSION DE LA TRANSPARENCE FRANCAISE DE SECURITE SANITAIRE DES PRODUITS DE SANTE AVIS DE LA COMMISSION 07 février 2001 Examen du dossier des spécialités inscrites pour une durée de trois

Plus en détail

05/11/2013. Fibrillation auriculaire. Plan. RAPPELS sur l ECG. Cours IDE Octobre 2013 Laurence BARBOT, CCA

05/11/2013. Fibrillation auriculaire. Plan. RAPPELS sur l ECG. Cours IDE Octobre 2013 Laurence BARBOT, CCA Fibrillation auriculaire Cours IDE Octobre 2013 Laurence BARBOT, CCA Plan Rappels sur l ECG Nœuds et voies de conduction Signal ECG Rythme sinusal La FA: Généralités Histoire naturelle de la FA Complications

Plus en détail

Fibrillation auriculaire. Cours IDE Octobre 2013 Laurence BARBOT, CCA

Fibrillation auriculaire. Cours IDE Octobre 2013 Laurence BARBOT, CCA Fibrillation auriculaire Cours IDE Octobre 2013 Laurence BARBOT, CCA Plan Rappels sur l ECG Nœuds et voies de conduction Signal ECG Rythme sinusal La FA: Généralités Histoire naturelle de la FA Complications

Plus en détail

Grosse jambe vasculaire : TVP et récidive de TVP TVS. Grosse jambe non vasculaire : Fasciite nécrosante Erysipèle Lymphangite Autres

Grosse jambe vasculaire : TVP et récidive de TVP TVS. Grosse jambe non vasculaire : Fasciite nécrosante Erysipèle Lymphangite Autres URGENCE et GROSSE JAMBE Souvent unilatérale Grosse jambe vasculaire : TVP et récidive de TVP TVS Grosse jambe non vasculaire : Fasciite nécrosante Erysipèle Lymphangite Autres PRIAM 1 Septembre 03 GROSSES

Plus en détail

Item n 236 : Fibrillation auriculaire

Item n 236 : Fibrillation auriculaire Étiologie Item n 236 : Fibrillation auriculaire Cause cardiaque : Valvulopathies Toutes myocardiopathies (hypertrophique, dilaté, ) IDM Cause extra-cardiaque : pneumopathie, EP, fièvre, hyperthyroïdie,

Plus en détail

NOTICE des AVK. 2. Indications : Dans quels cas ces médicaments sont-ils prescrits?

NOTICE des AVK. 2. Indications : Dans quels cas ces médicaments sont-ils prescrits? NOTICE des AVK Introduction 1. Dénominations des AVK commercialisés 2. Indications : Dans quels cas ces médicaments sont-ils prescrits? 3. Attention! a) Dans quels cas ne pas utiliser les antivitamines

Plus en détail

Initiation du traitement anticoagulant à dose efficace dans le cadre d une fibrillation atriale non valvulaire chez le sujet âgé hospitalisé

Initiation du traitement anticoagulant à dose efficace dans le cadre d une fibrillation atriale non valvulaire chez le sujet âgé hospitalisé Initiation du traitement anticoagulant à dose efficace dans le cadre d une fibrillation atriale non valvulaire chez le sujet âgé hospitalisé Analyse de pratique dans le service de gériatrie du CHU de Poitiers

Plus en détail

CARDIO VASCULAIRE. Pour vous inscrire à l un de ces 12 DPC

CARDIO VASCULAIRE. Pour vous inscrire à l un de ces 12 DPC CARDIO VASCULAIRE Pour vous inscrire à l un de ces 12 DPC Sur la fiche d inscription, dans intitulé de l action notez bien le titre (en gras sur ce programme) de l action que vous avez choisie Fibrillation

Plus en détail

Item 175 : Prescription et surveillance d'un traitement antithrombotique

Item 175 : Prescription et surveillance d'un traitement antithrombotique Item 175 : Prescription et surveillance d'un traitement antithrombotique Date de création du document 2010-2011 Table des matières I Héparines... 3 I.1 Pharmacocinétique et mode d administration...4 I.2

Plus en détail

PRADAXA et XARELTO. Des anticoagulants sous surveillance. ANSM Dr Evelyne FALIP Directrice de la Surveillance. 27 novembre 2013

PRADAXA et XARELTO. Des anticoagulants sous surveillance. ANSM Dr Evelyne FALIP Directrice de la Surveillance. 27 novembre 2013 PRADAXA et XARELTO Des anticoagulants sous surveillance ANSM Dr Evelyne FALIP Directrice de la Surveillance 27 novembre 2013 0 Les nouveaux anticoagulants ne sont pas un groupe homogène Dabigatran Pradaxa

Plus en détail

CONDUITE A TENIR DEVANT LA DECOUVERTE D UNE FIBRILLATION ATRIALE RECENTE

CONDUITE A TENIR DEVANT LA DECOUVERTE D UNE FIBRILLATION ATRIALE RECENTE -Réseau cardiorance 2004 CONDUITE A TENIR DEVANT LA DECOUVERTE D UNE FIBRILLATION ATRIALE RECENTE I. PRÉAMBULE L objectif de ce protocole est de tenter une relative uniformisation de la prise en charge

Plus en détail

Atelier Prise en Charge Médicamenteuse

Atelier Prise en Charge Médicamenteuse Premières journées communes Lyon Avril 2013 Atelier Prise en Charge Médicamenteuse Traitements anticoagulants De la théorie à la pratique P. Fagnoni-2013 1 Accidents thrombotiques Artériels & Veineux Artériels

Plus en détail

QUESTION 1. Elle vous dit ne pas supporter les piqûres et vous pensez lui introduire un AOD. Les 3 molécules sur le marché français sontelles

QUESTION 1. Elle vous dit ne pas supporter les piqûres et vous pensez lui introduire un AOD. Les 3 molécules sur le marché français sontelles QUESTION 1 Mme C., 40 ans, obèse et insuffisante veineuse, vous consulte pour une douleur du membre inférieur droit apparue brutalement, avec gonflement modéré associé. Cliniquement, vous suspectez une

Plus en détail

Prévention de la thrombose veineuse

Prévention de la thrombose veineuse Prévention de la thrombose veineuse William H. Geerts, MD, FCCP; Graham F. Pineo, MD; John A. Heit, MD; David Bergqvist, MD, PhD; Michael R. Lassen, MD; Clifford W. Colwell, MD and Joel G. Ray, MD, MSc

Plus en détail

Les anticoagulants. Rappels : DEFINITIONS

Les anticoagulants. Rappels : DEFINITIONS Les anticoagulants Dr Foudad Rappels : DEFINITIONS Hémostase primaire Clou plaquettaire 3 étapes Coagulation Caillot de fibrino-cruorique Fibrinolyse Dissolution du caillot Catégories des anticoagulants

Plus en détail

Le ttt antithrombotique le plus utilisé Administré par voie orale Malgré leur apparente facilité d utilisation, ces molécules sont d un maniement

Le ttt antithrombotique le plus utilisé Administré par voie orale Malgré leur apparente facilité d utilisation, ces molécules sont d un maniement Le ttt antithrombotique le plus utilisé Administré par voie orale Malgré leur apparente facilité d utilisation, ces molécules sont d un maniement difficile La surveillance est améliorée par l usage de

Plus en détail

Les Anticoagulants. Groupe 2 Le 21 octobre 2013

Les Anticoagulants. Groupe 2 Le 21 octobre 2013 Les Anticoagulants Groupe 2 Le 21 octobre 2013 Les anticoagulants Classification :! Les anticoagulants inhibent certaines étapes de la coagulation.! On distingue 3 grandes Classes :! Les Héparines Non

Plus en détail

Prévention secondaire des AVC. ADEHOSSI Eric, Médecine Interne Colloque REPREMAF Niamey, le 25 Août 2018

Prévention secondaire des AVC. ADEHOSSI Eric, Médecine Interne Colloque REPREMAF Niamey, le 25 Août 2018 Prévention secondaire des AVC ADEHOSSI Eric, Médecine Interne Colloque REPREMAF Niamey, le 25 Août 2018 Introduction AVC: enjeu majeur de santé publique de par Fréquence Impact: humain, social ou économique

Plus en détail

Quels bénéfices cliniques des nouveaux anticoagulants oraux?

Quels bénéfices cliniques des nouveaux anticoagulants oraux? Quels bénéfices cliniques des nouveaux anticoagulants oraux? Dr Serge Motte Bruxelles 23.11.13 - Nouveaux anticoagulants TF/VIIa X IX VIIIa IXa Rivaroxaban Apixaban Edoxaban Xa AT Fondaparinux Idraparinux

Plus en détail

CAS CLINIQUES AVK Transfert de compétences. Formation destinée aux Infirmières, Pharmaciens et Biologistes Dr Brangers,Dr Deeb,Dr Mazard,Dr Thoué

CAS CLINIQUES AVK Transfert de compétences. Formation destinée aux Infirmières, Pharmaciens et Biologistes Dr Brangers,Dr Deeb,Dr Mazard,Dr Thoué CAS CLINIQUES AVK Transfert de compétences Formation destinée aux Infirmières, Pharmaciens et Biologistes Dr Brangers,Dr Deeb,Dr Mazard,Dr Thoué Cas clinique n 1 Laurence 34 ans Pas antécédents particuliers

Plus en détail