Julien WEGRZYN, Gualter VAZ, Jean-Paul CARRET

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Julien WEGRZYN, Gualter VAZ, Jean-Paul CARRET"

Transcription

1 Prothèse totale de hanche sur tumeur PROTH THESE E TOTALE T E DE HANH ANCHE E SUR TUMEUR Julien WEGRZYN, Gualter VAZ, Jean-Paul CARRET Le squelette de la hanche (os iliaque péri-acétabulaire et extrémité proximale du fémur) est fréquemment impliqué dans les processus tumoraux osseux primitif ou secondaire. Les tumeurs primitives les plus fréquemment rencontrées sont le chondrosarcome, le sarcome d Ewing et l ostéosarcome. Les tumeurs secondaires (métastases) sont par ordre de fréquence celles des néoplasies mammaires, prostatique, myélomateuse, rénale et pulmonaires. L indication chirurgicale (type de résection et type de reconstruction prothétique) va dépendre du diagnostic histologique le plus souvent apporté par la biopsie et surtout de la perspective thérapeutique curative ou palliative. L indication va de l exérèse carcinologique avec reconstruction à l arthroplastie palliative simple. Nous rapportons notre expérience à propos de l analyse rétrospective de 70 patients opérés d une tumeur osseuse primitive ou secondaire autour de la hanche pris en charge au Pavillon T à l hôpital E. HERRIOT de 1996 à Nous détaillerons séparément les cas de tumeur primitive et de tumeur secondaire. MATÉRIEL ET MÉTHODE Tumeurs osseuses primitives. La série de tumeurs primitives regroupait 25 patients, 12 hommes et 13 femmes, âgés de 45 ans en moyenne (17 à 86 ans). Les diagnostics histologiques retrouvaient : 16 chondrosarcomes, 4 ostéosarcomes, 3 sarcomes d Ewing, 1 tumeur à cellules géantes, un sarcome des tissus mous envahissant l os. L acetabulum était atteint dans 10 cas, le fémur proximal était atteint dans 16 cas ; il existait une atteinte des deux pièces osseuses dans 1 cas (ostéosarcome). Tous les patients ont été revus sans aucun perdu de vue. Cinq patients étaient décédés en moyenne à 27 mois (12 à 102 mois). Les décès concernaient 4 cas de chondrosarcome et un cas de sarcome d Ewing. Le recul moyen de la série était de 47 mois (12 à 180 mois). Tumeurs osseuses secondaires. La série de tumeurs secondaires regroupait 45 patients, 16 hommes et 29 femmes, âgés de 66 ans en moyenne (32 à 88 ans). Les diagnostics histologiques des tumeurs primitives retrouvaient : 18 néoplasies mammaires, 12 néoplasies pulmonaires, 6 néoplasies rénales, 4 néoplasies prostatiques, 4 néoplasies thyroïdiennes et 1 néoplasie utérine. L acetabulum était atteint dans 19 cas, le fémur proximal était atteint dans 35 cas ; il existait une atteinte des deux pièces osseuses dans 9 cas. Dans 13 cas les patients étaient multimétastatiques osseux. Les métastases autour de la hanche ont été prises en charge dans 14 cas suite à des fractures pathologiques (13 fractures du fémur, 1 fracture de l acetabulum). Journées Lyonnaises de Chirurgie de la Hanche

2 Julien Wegrzyn, Gualter Vaz, Jean-Paul Carret Tous les patients ont été revus sans aucun perdu de vue. Trente et un patients étaient décédés en moyenne à 19 mois (0 à 89 mois). Le recul moyen de la série était de 37 mois (1 à 89 mois). Nous avons analysé les résultats fonctionnels et douloureux, les méthodes thérapeutiques oncologiques utilisées (chimiothérapies, radiothérapie), les techniques chirurgicales, les complications post opératoires. RÉSULTATS Tumeurs osseuses primitives. Résultats fonctionnels et douleur. A l analyse préopératoire : 13 patients marchaient sans canne, 5 patients marchaient avec une canne, 7 patients marchaient avec deux cannes. A l analyse post opératoire au plus grand recul 8 patients marchaient sans canne, 12 patients marchaient avec une canne, 5 patients marchaient avec deux cannes. Tous les patients étaient autonomes à la marche avec un périmètre de marche de moins de 500 m pour 2 patients, de 1 à 3 km pour 18 patients, de plus de 3 km pour 5 patients. En préopératoire 3 patients ne prenaient aucun antalgique, 6 patients prenaient des antalgiques de niveau 1, 8 patients prenaient des antalgiques de niveau 2 et 8 patients des antalgiques de niveau 3. En postopératoire, au plus grand recul, 12 patients ne prenaient aucun antalgique, 8 patients des antalgiques de niveau 1, 5 patients des antalgiques de niveau 2 et aucun patient ne prenait d antalgique de niveau 3. Thérapeutiques oncologiques préopératoires associées : Huit patients avaient eu une chimiothérapie préopératoire, aucun patient n avait eu de radiothérapie préopératoire. Thérapeutiques oncologiques postopératoires associées : Dix sept patients avaient eu une chimiothérapie postopératoire, 5 patients avaient eu une radiothérapie postopératoire. Résection chirurgicale : Tous les patients ont eu une résection chirurgicale monobloc de leur tumeur osseuse. La résection était «in sano» dans 24 cas (large dans 18 cas et marginale dans 6 cas) et non in sano (contaminée) dans 1 cas. Il s agissait d un volumineux chondrosarcome du bassin avec effraction tumorale peropératoire. Reconstruction chirurgicale : Tumeur de l acetabulum : 9 patients ont été reconstruits selon la technique de PUGET par autogreffe osseuse prélevée au dépends du fémur proximal homolatéral. La prothèse acétabulaire était implantée au niveau de la région métaphysaire du greffon. Il s agissait d une prothèse double mobilité cimentée dans 9 cas, non cimentée dans un cas. Tumeurs du fémur proximal : la longueur de résection fémorale proximale moyenne était de 16,5 cm (10 à 25 cm). La reconstruction fémorale était prothétique massive non cimentée (prothèse PP de résection fémorale) dans 11 cas et prothétique hybride (prothèse fémorale tige longue et allogreffe fémur proximal) dans 4 cas. Dans les cas de prothèse hybride, la prothèse était cimentée dans l allogreffe et non cimentée dans le fémur natif. Les prothèses de reconstruction fémorale étaient couplées dans tous les cas avec une prothèse acétabulaire double mobilité sans ciment (cimentée dans 2 cas seulement). La reconstruction des muscles abducteurs de hanche se faisait par soit par conservation d une baguette trochantérienne (Puget), soit par suture directe des tendons des muscles abducteurs au tendons de l allogreffe fémorale proximale soit par reconstruction indirecte par suture des tendons des muscles abducteurs à la prothèse fémorale et au fascia lata (artifice de Turner). 38 Journées Lyonnaises de Chirurgie de la Hanche 2008

3 Prothèse totale de hanche sur tumeur Le patient présentant une atteinte mixte de l acetabulum et du fémur proximal avait eu une résection monobloc de l articulation coxo-fémorale emportant le tiers proximal du fémur et l acetabulum. La reconstruction avait fait appel à une allogreffe fémorale totale utilisée pour la reconstruction acétabulaire (allogreffe fémur distal) et pour la reconstruction fémorale proximale (prothèse manchonnée dans une allogreffe fémorale proximale). Les deux implants étaient totalement cimentés, également dans le fémur distal natif. Complications : Neuf patients avaient présenté des complications : cinq patients opérés d une tumeur de l acetabulum et 4 patients opérés d une tumeur du fémur. Les complications étaient essentiellement mécaniques et infectieuses. Une luxation prothétique était survenue dans cinq cas, dont trois sur reconstruction du bassin selon Puget. Cette luxation était survenue dans la première année dans tous les cas (un mois à 10 mois). Quatre patients avaient pu être réduits par manœuvres externes et un patient avait nécessité une reprise chirurgicale pour réduction. Trois de ces cinq patients luxés avaient une radiothérapie postopératoire. Un descellement prothétique était survenu dans trois cas dans un délai moyen de trois ans (un an à 9 ans), deux fois au niveau d une reconstruction de l acetabulum et une fois au niveau d une reconstruction du fémur. Tous les cas de descellement avaient été repris chirurgicalement. Un cas de descellement de l acetabulum avait eu une radiothérapie post opératoire. Un sepsis profond était survenu dans 4 cas, nécessitant une reprise chirurgicale avec conservation des implants et une antibiothérapie prolongée. Tous les cas de sepsis avaient eu une radiothérapie post opératoire. On ne notait pas d échec mécanique des greffes. Une amputation (désarticulation de hanche) avait été réalisée chez un patient présentant Au total trois patients avaient présenté des complications associées : luxation - sepsis dans 2 cas et luxation - descellement dans 1 cas. Ces trois patients avaient eu l association radiothérapie et chimiothérapie (préop et postop). Au total tous les patients ayant eu une radiothérapie postopératoire ont eu au moins une complication. Tumeurs osseuses secondaires. Résultats fonctionnels et douleur. A l analyse préopératoire : 6 patients marchaient sans canne, 6 patients marchaient avec une canne, 17 patients marchaient avec deux cannes, 2 patients marchaient avec un cadre déambulateur et 14 patients étaient non marchants (fractures pathologiques). A l analyse post opératoire au plus grand recul 15 patients marchaient sans canne, 14 patients marchaient avec une canne, 10 patients marchaient avec deux cannes et 6 patients marchaient avec un cadre déambulateur. En préopératoire tous les patients prenaient des antalgiques, 5 patients prenaient des antalgiques de niveau 1, 12 patients prenaient des antalgiques de niveau 2 et 28 patients des antalgiques de niveau 3. En postopératoire, au plus grand recul, 9 patients ne prenaient aucun antalgique, 24 patients des antalgiques de niveau 1, 6 patients des antalgiques de niveau 2 et 6 patients des antalgiques de niveau 3. Thérapeutiques oncologiques préopératoires associées : Trente huit patients avaient eu une chimiothérapie préopératoire, 28 patients avaient eu une radiothérapie préopératoire. Journées Lyonnaises de Chirurgie de la Hanche

4 Julien Wegrzyn, Gualter Vaz, Jean-Paul Carret Thérapeutiques oncologiques postopératoires associées : Trente trois patients avaient eu une chimiothérapie postopératoire, 27 patients avaient eu une radiothérapie postopératoire. Résection chirurgicale : Seuls quatre patients avient eu une résection chirurgicale tumorale à visée curative avec une exérèse tumorale monobloc (2 cas de cancer du rein et 2 cas de cancer de la thyroïde avec métastase unique). Tous les autres patients ont eu une résection chirurgicale marginale ou intra tumorale de leur métastase osseuse dans un but palliatif soit de réduction du volume tumoral soit de restitution fonctionnelle et de contrôle de la douleur. Reconstruction chirurgicale : Tumeur de l acetabulum : 4 patients ont été reconstruits par allogreffe osseuse massive prélevée au dépends d une allogreffe de fémur proximal ou distal. Une prothèse acétabulaire double mobilité était cimentée au niveau du greffon avec un anneau de soutien type Kerboull. Les 15 autres métastases de l acetabulum ont été reconstruites par une prothèse acétabulaire double mobilité associée à une reconstruction par ciment et anneau de soutien (Kerboull 11 cas et Bursh Schneider 4 cas). Tumeurs du fémur proximal : une résection fémorale a été réalisée dans 23 cas. La longueur de résection fémorale proximale moyenne était de 14 cm (10 à 21 cm). La reconstruction fémorale était prothétique massive (prothèse PP de résection fémorale) dans 22 cas et prothétique hybride (prothèse fémorale tige longue et allogreffe fémur proximal) dans 3 cas. Dans les cas de prothèse hybride, la prothèse était cimentée dans l allogreffe et cimentée dans le fémur natif. Les 12 autres reconstructions fémorales ont été réalisées avec 5 tiges longues de révision cimentée et sept tiges standard cimentées. La reconstruction des muscles abducteurs de hanche dans les cas de résection se faisait soit par conservation d une baguette trochantérienne, soit par suture directe des tendons des muscles abducteurs au tendons de l allogreffe fémorale proximale soit par reconstruction indirecte par suture des tendons des muscles abducteurs à la prothèse fémorale et au fascia lata (artifice de Turner). Complications : Cinq patients avaient présenté des complications. Les complications étaient essentiellement mécaniques et infectieuses. Une luxation prothétique était survenue dans trois cas, dont une sur reconstruction du bassin. Cette luxation était survenue dans la première année dans tous les cas (un mois à 6 mois). Deux patients avaient pu être réduits par manœuvres externes et un patient avait nécessité une reprise chirurgicale pour réduction associée à une modification de l orientation de la pièce métaphysaire de la prothèse PP. Tous les patients luxés avaient eu une radiothérapie postopératoire. Un sepsis profond était survenu dans 1 cas, nécessitant une reprise chirurgicale avec conservation des implants et une antibiothérapie prolongée. Un sepsis superficiel était survenu dans un cas avec reprise cicatricielle chirurgicale. Aucun descellement prothétique n était survenu au plus grand recul On ne notait pas d échec mécanique des greffes. DISCUSSION La reconstruction prothétique de la hanche est une situation fréquente en pathologie tumorale osseuse. La perspective thérapeutique est différente s il s agit d une lésion osseuse primitive ou secondaire. Les lésions osseuses primitives de la hanche. La prise en charge d une lésion primitive de la hanche (acetabulum ou fémur) doit privilégier avant tout le contrôle tumoral local par la qualité de la résection. Puis la reconstruction articulaire doit permettre une reprise fonctionnelle rapide et durable. 40 Journées Lyonnaises de Chirurgie de la Hanche 2008

5 Prothèse totale de hanche sur tumeur La reconstruction, tant au niveau du fémur que de l acetabulum, fait appel à des implants spécifiques de résection osseuse. Ces implants doivent permettre une restauration rapide de la fonction du membre et leur longévité dans le temps. Les reconstructions biologiques par autogreffe et allogreffes massives permettent une meilleure garantie de reconstruction osseuse à long terme. Dans notre série tant au niveau de fémur que de l acetabulum nous n avons pas de faillite de ces reconstructions biologiques massives. De même, nous privilégions dans les reconstructions, chaque fois qu il est possible d envisager une vitalité osseuse satisfaisante, les implants sans ciment. La perspective d une irradiation post opératoire ou l implantation prothétique dans une greffe osseuse massive doit privilégier les implants cimentés. La chimiothérapie et la radiothérapie ont permit d améliorer considérablement le contrôle général et local de la maladie cancéreuse et par conséquent le pronostic vital. Elles vont favoriser la survenue de complications locales par l altération de l immunité et de la trophicité tissulaire locale. Les complications postopératoires sont fréquentes dans cette chirurgie tumorale. Dans le traitement des tumeurs impliquant l acetabulum, comme le montre l analyse de cette série on retrouve environ 50 % de complications mécaniques et infectieuses. Le taux de complications est de 25 % dans le traitement des tumeurs primitives du fémur. Le rôle de la radiothérapie post opératoire comme facteur favorisant ces complications septiques ou mécaniques apparait ici de façon nette. La luxation prothétique est un problème majeur. Elle concerne dans notre série 20 % des patients malgré l utilisation systématique d implants acétabulaires stables à double mobilité. Les voies d abord extensives, la radiothérapie post opératoire sont clairement des facteurs favorisants par l altération du tonus et de la trophicité musculaire périarticulaire entrainée. Les résultats fonctionnels de ces reconstructions massives sont très satisfaisants avec une reprise de la marche autonome dans tous les cas, nécessitant au moins une canne dans 70 % des cas. Les lésions osseuses secondaires de la hanche La prise en charge d une lésion osseuse secondaire se situe exceptionnellement dans une perspective curative. Cette situation concerne seulement 9 % des patients de notre série. La problématique du traitement des lésions secondaires de la hanche est palliative associant le maintient des capacités fonctionnelles et le contrôle des phénomènes douloureux. La fracture pathologique avec perte brutale de l autonomie reste fréquente avec plus de 30 % de nos indications dans cette série. Les implants utilisés doivent permettre de reprendre immédiatement l appui sur le membre inférieur. Les reconstructions biologiques peuvent être également utilisées mais leur stabilité doit permettre une charge immédiate. Les implants cimentés sont à privilégier au niveau du fémur et de l acetabulum. Les anneaux de soutien acétabulaires permettent une reconstruction stable et pérenne à court et moyen terme. Les complications sont également relativement fréquentes. La mortalité post opératoire précoce est dans cette série de 4,4 %. Les complications infectieuses concernent également 4,4 % des patients de cette série. La luxation prothétique précoce est peu fréquente par rapport au groupe des tumeurs primitives. Les interventions sont, dans ce groupe, plus conventionnelles sans voies extensives. L utilisation de la double mobilité acétabulaire est systématique dans notre expérience. La radiothérapie apparait moins nettement dans ce groupe comme un facteur de survenue de complications. L efficacité du traitement chirurgical sur la restauration des capacités fonctionnelles chez les patients métastatiques osseux est importante avec : 100 % de patients marchant de façon autonome, plus de 65 % de patients marchant sans support ou avec une canne simple. Le traitement chirurgical des métastases de la hanche est également très efficace sur le contrôle des douleurs : seulement 13 % des patients ont recours à des antalgiques de niveau 3 en post opératoire contre 62 % en préopératoire. Journées Lyonnaises de Chirurgie de la Hanche

6 Julien Wegrzyn, Gualter Vaz, Jean-Paul Carret CONCLUSION La reconstruction prothétique dans les pathologies tumorales de la hanche est une situation fréquente. Elle permet une restitution fonctionnelle satisfaisante dans la grande majorité des cas. Les implants «tumoraux» et les greffes osseuses massives tiennent une place majeure dans l arsenal thérapeutique. Les complications restent fréquentes, surtout dans les tumeurs primitives en rapport avec la nécessité des traitements adjuvants de chimiothérapie et radiothérapie. Les métastases osseuses autour de la hanche bénéficient grandement de la chirurgie prothétique tant du point de vue de la restitution fonctionnelle que du contrôle de la douleur. 42 Journées Lyonnaises de Chirurgie de la Hanche 2008

Sarcome d Ewing intra-osseux: une approche innovatrice de reconstruction

Sarcome d Ewing intra-osseux: une approche innovatrice de reconstruction Sarcome d Ewing intra-osseux: une approche innovatrice de reconstruction Nader Khaouam MD Laurie Archambault 28 mars 2014 Présentation du cas H - 20 ans, monteur et soudeur d acier Aucun antécédent X 2

Plus en détail

Les tumeurs osseuses

Les tumeurs osseuses Janvier 2014 Fiche tumeur Prise en charge des adolescents et jeunes adultes Les tumeurs osseuses LE SARCOME D EWING Auteurs L OSTEOSARCOME Dr Perrine MAREC-BERARD Tous droits réservés. Reproduction interdite.

Plus en détail

Les tumeurs osseuses chez l enfant.

Les tumeurs osseuses chez l enfant. Les tumeurs osseuses chez l enfant. I. Introduction Une tumeur est caractérisée par une prolifération anormale d une lignée cellulaire pathologique. Les tumeurs osseuses primitives sont séparées en deux

Plus en détail

DIAGNOSTIC ET TRAITEMENT DES SARCOMES DES TISSUS MOUS CHEZ L ADULTE. R. MAZA SACOT Décembre 2010

DIAGNOSTIC ET TRAITEMENT DES SARCOMES DES TISSUS MOUS CHEZ L ADULTE. R. MAZA SACOT Décembre 2010 DIAGNOSTIC ET TRAITEMENT DES SARCOMES DES TISSUS MOUS CHEZ L ADULTE R. MAZA SACOT Décembre 2010 INTRODUCTION Tumeurs malignes développées aux dépens du tissu conjonctif extra squelettique (adipeux musculaire

Plus en détail

Infections des Prothèses Totales de Hanche et de Genou

Infections des Prothèses Totales de Hanche et de Genou Infections des Prothèses Totales de Hanche et de Genou Pascal Bizot Département de chirurgie osseuse Université d Angers CRIOGO CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE D'ANGERS Infection des PTH et PTG Tableaux

Plus en détail

- Ostéolyse mitée du cotyle avec réaction périostée - Volumineuse masse des parties molles en regard - Nodule pulmonaire sous pleural - Respect de l

- Ostéolyse mitée du cotyle avec réaction périostée - Volumineuse masse des parties molles en regard - Nodule pulmonaire sous pleural - Respect de l Jeune homme 17 ans,douleurs de la hanche gauche, d'allure inflammatoire, évoluant depuis plusieurs mois Quels sont les éléments sémiologiques significatifs à retenir sur les examens pratiqués Meyer JB

Plus en détail

Traitement des Tumeurs Osseuses

Traitement des Tumeurs Osseuses Traitement des Tumeurs Osseuses Grands principes Exemples pratiques A. Babinet Introduction Tumeurs Bénignes Tumeurs Malignes Métastases Tumeurs Bénignes Extratumorale ou intratumorale Fonction Récidive

Plus en détail

Infections en chirurgie prothétique. tique Particularités s du genou

Infections en chirurgie prothétique. tique Particularités s du genou Infections en chirurgie prothétique tique Particularités s du genou Dr J.HUMMER Dr M. MELET AGREG GECO 19 Janvier 2009 Problématique Aucune étude comparative Notamment un temps versus deux temps Des expériences

Plus en détail

Chirurgie de la paroi thoracique Chirurgie des tumeurs médiastinales Pr. Marco Alifano

Chirurgie de la paroi thoracique Chirurgie des tumeurs médiastinales Pr. Marco Alifano Chirurgie de la paroi thoracique Chirurgie des tumeurs médiastinales Pr. Marco Alifano Hôpitaux Universitaires Paris Centre Traumatisme Deformités de la paroi thoracique antérieure 1. Pectus excavatum

Plus en détail

Principes du traitement des cancers Consultation oncologique multidisciplinaire G. JERUSALEM. Oncologie médicale CHU Sart Tilman - Liège

Principes du traitement des cancers Consultation oncologique multidisciplinaire G. JERUSALEM. Oncologie médicale CHU Sart Tilman - Liège Principes du traitement des cancers Consultation oncologique multidisciplinaire G. JERUSALEM Oncologie médicale CHU Sart Tilman - Liège Principes généraux Importance du diagnostic d un cancer au stade

Plus en détail

METASTASES OSSEUSES : DIAGNOSTIC ET TRAITEMENTS. Oncologie Médicale M Centre Jean Perrin

METASTASES OSSEUSES : DIAGNOSTIC ET TRAITEMENTS. Oncologie Médicale M Centre Jean Perrin METASTASES OSSEUSES : DIAGNOSTIC ET TRAITEMENTS Dr Marie-Ange Mouret-Reynier Oncologie Médicale M Centre Jean Perrin QU EST CE QU UNE UNE METASTASE OSSEUSE? Foyer tumoral dans les structures osseuses Multiplication

Plus en détail

EXAMEN CLINIQUE DE LA HANCHE

EXAMEN CLINIQUE DE LA HANCHE EXAMEN CLINIQUE DE LA HANCHE RAKOTOMALALA Hoby Nomena RALANDISON Stéphane La Rhumatologie au Quotidien, mars 2014 Association des Praticiens en Rhumatologie à Madagascar (APR) 1 Introduction Hanche: ceinture

Plus en détail

Sites métastatiques inhabituels chez l'enfant

Sites métastatiques inhabituels chez l'enfant Sites métastatiques m inhabituels chez l'enfant S. EL MOUHADI, R. DAFIRI Service de redio-pédiatrie, diatrie, hôpital d enfants, CHU IBN SINA, RABAT, MAROC Introduction Les cancers de l enfant l sont des

Plus en détail

Le traitement conservateur des tumeurs malignes des membres a largement remplacé les amputations

Le traitement conservateur des tumeurs malignes des membres a largement remplacé les amputations FACE A FACE Péroné vascularisé / Péroné non vascularisé Reconstruction après résection tumorale Dr NOURI / Dr BEN MAITIGUE SOTCOT Juin 2012 Le traitement conservateur des tumeurs malignes des membres a

Plus en détail

Embolisation portale avant résection hépatique pour cholangiocarcinome

Embolisation portale avant résection hépatique pour cholangiocarcinome Embolisation portale avant résection hépatique pour cholangiocarcinome Etude rétrospective de 15 cas T. Sanzalone (1), M. Adham (2), C. Lombard Bohas(3), F. Pilleul (1) (1) Service de radiologie pavillon

Plus en détail

Le traitement reste strictement chirurgical. Fait appel a une ostéosynthèse multiple, L enclouage centromédullaire est une évolution moderne montrant

Le traitement reste strictement chirurgical. Fait appel a une ostéosynthèse multiple, L enclouage centromédullaire est une évolution moderne montrant Introduction Les fractures du massif trochantérien posent toujours un problème de santé publique : Leurs fréquence restent toujours élevée. Par les facteurs de risque qui concourent a provoquer cette fracture:

Plus en détail

ou Gonarthrose. Des signes cliniques au traitement - Fiche patient Définition Dr Maxime-Louis Mencière - aout 2015

ou Gonarthrose. Des signes cliniques au traitement - Fiche patient Définition Dr Maxime-Louis Mencière - aout 2015 L arthrose du genou ou Gonarthrose. Des signes cliniques au traitement - Fiche patient Dr Maxime-Louis Mencière - aout 2015 Définition L arthrose est une maladie dégénérative du cartilage articulaire,

Plus en détail

Les tumeurs osseuses. Causes. Symptômes. Diagnostic. Traitement. Pronostic. Une information de la Ligue suisse contre le cancer

Les tumeurs osseuses. Causes. Symptômes. Diagnostic. Traitement. Pronostic. Une information de la Ligue suisse contre le cancer Les tumeurs osseuses Causes Symptômes Diagnostic Traitement Pronostic Une information de la Ligue suisse contre le cancer Les tumeurs osseuses lent chondrosarcomes. Une des formes de cancer osseux, composé

Plus en détail

Tumeurs osseuses secondaires (154e) Professeur Jean-Philippe Vuillez Octobre 2003

Tumeurs osseuses secondaires (154e) Professeur Jean-Philippe Vuillez Octobre 2003 Pré-Requis : Corpus Médical Faculté de Médecine de Grenoble Tumeurs osseuses secondaires (154e) Professeur Jean-Philippe Vuillez Octobre 2003 Physiologie et histologie osseuses Cancérologie fondamentale

Plus en détail

REPRISE DE PTH. Prof. G. VERSIER HIA Bégin Saint-Mandé

REPRISE DE PTH. Prof. G. VERSIER HIA Bégin Saint-Mandé REPRISE DE PTH Prof. G. VERSIER HIA Bégin Saint-Mandé Nécessité de classification Prise en compte d un phénomène Analyses de lésions Comparaison de lésions Choix de technique Evaluation de techniques Etudes

Plus en détail

Qu est-ce qu un sarcome?

Qu est-ce qu un sarcome? Qu est-ce qu un sarcome? Qu est-ce qu une tumeur? Une tumeur est une prolifération anormale de cellules. Les tumeurs ne devraient donc pas automatiquement être associées à un cancer. Certaines tumeurs

Plus en détail

LA RECONSTRUCTION MAMMAIRE

LA RECONSTRUCTION MAMMAIRE LA RECONSTRUCTION MAMMAIRE Le sein Symbole de féminité Symbole de la maternité LA RECONSTRUCTION MAMMAIRE Mastectomie = 20 à 30% du traitement chirurgical du cancer du sein Taux de reconstruction après

Plus en détail

La chirurgie de reconstruction par greffe osseuse

La chirurgie de reconstruction par greffe osseuse La chirurgie de reconstruction par greffe osseuse Cette fiche complète le guide SOR SAVOIR PATIENT Comprendre l ostéosarcome Qu est-ce qu une greffe osseuse? Existe-t-il différents types de greffe osseuse?

Plus en détail

Traitement des Pseudarthroses des Os Longs par Greffe Percutanée de Moelle Osseuse Autologue Concentrée

Traitement des Pseudarthroses des Os Longs par Greffe Percutanée de Moelle Osseuse Autologue Concentrée Traitement des Pseudarthroses des Os Longs par Greffe Percutanée de Moelle Osseuse Autologue Concentrée Etude rétrospective de 45 cas Didier MAINARD, Jérôme DILIGENT Service de Chirurgie Orthopédique,

Plus en détail

CANCER DU SEIN TRAITEMENT CHIRURGICAL

CANCER DU SEIN TRAITEMENT CHIRURGICAL CANCER DU SEIN TRAITEMENT CHIRURGICAL Olivier Bréhant DESC Viscéral CHU ANGERS Poitiers 24-25 juin 2004 INTRODUCTION Cancer fréquent (40 000 nv x cas/an) Cancer grave (12 000 DC/an) Traitement loco-régional

Plus en détail

INSTITUT CLAUDIUS REGAUD TOULOUSE

INSTITUT CLAUDIUS REGAUD TOULOUSE DIAGNOSTIC DES RECIDIVES LOCOREGIONALES GENERALITES VIVIANE FEILLEL INSTITUT CLAUDIUS REGAUD TOULOUSE OBJECTIFS DE LA SURVEILLANCE Evaluation des séquelles post-thérapeutiques Diagnostic précoce des récidives

Plus en détail

Chirurgie palliative des cancers du sein

Chirurgie palliative des cancers du sein Chirurgie palliative des cancers du sein Dr MARTIN-FRANCOISE Sandrine Centre François Baclesse CAEN 1 / xx Cancers du sein métastatiques Cancer du sein d emblée métastatique : 1 à 2% Puis cancer devenant

Plus en détail

Les PRP : indications chirurgicales actuelles

Les PRP : indications chirurgicales actuelles Les PRP : indications chirurgicales actuelles Yoann BOHU Chirurgien orthopédique et traumatologique, manager médical et chirurgien du Racing Métro 92 En traumatologie, biomécanique et biologie sont les

Plus en détail

Définitions : tumeur. Une tumeur : prolifération anormale de cellules (bénigne ou maligne). Peut toucher tous les tissus vivants.

Définitions : tumeur. Une tumeur : prolifération anormale de cellules (bénigne ou maligne). Peut toucher tous les tissus vivants. Les tumeurs Définitions : tumeur Une tumeur : prolifération anormale de cellules (bénigne ou maligne). Peut toucher tous les tissus vivants. Définitions : tumeur bénigne Tumeur bénigne : -néoformation

Plus en détail

INDICATIONS CHIRURGICALES DANS LE CANCER DU SEIN

INDICATIONS CHIRURGICALES DANS LE CANCER DU SEIN Calformed, 09/02/2007, Dr J.M Loez, Calais INDICATIONS CHIRURGICALES DANS LE CANCER DU SEIN I - RAPPEL DE LA CLASSIFICATION CLINIQUE DES CANCERS DU SEIN A - TUMEUR PRIMITIVE Tx non déterminé To pas de

Plus en détail

IMPLANTS MAMMAIRES ETAT DES LIEUX. Dr Jean Luc BARON Chirurgie Plastique Reconstructrice & esthétique

IMPLANTS MAMMAIRES ETAT DES LIEUX. Dr Jean Luc BARON Chirurgie Plastique Reconstructrice & esthétique IMPLANTS MAMMAIRES ETAT DES LIEUX Dr Jean Luc BARON Chirurgie Plastique Reconstructrice & esthétique UNE ACTUALITÉ BRÛLANTE L affaire PIP et le «préjudice» de la perte de confiance (le Monde 27 avril 2013)

Plus en détail

Traumatologie du Membre Inférieur. Service de Chirurgie Orthopédique et Traumatologique CHU Dijon

Traumatologie du Membre Inférieur. Service de Chirurgie Orthopédique et Traumatologique CHU Dijon Traumatologie du Membre Inférieur Service de Chirurgie Orthopédique et Traumatologique CHU Dijon Fractures du col du fémur Fractures du col de fémur Fracture très fréquente chez le sujet âgé Ostéoporose

Plus en détail

Traitement du cancer du sein: aspect chirurgical Louise Provencher

Traitement du cancer du sein: aspect chirurgical Louise Provencher Traitement du cancer du sein: aspect chirurgical Louise Provencher Centre des maladies du sein Deschênes-Fabia Plan Buts de la chirurgie Chirurgie au sein: Y-a-t-il toujours un choix? Reconstruction simultanée?

Plus en détail

CHIRURGIE DU LARYNX ET DE L HYPOPHARYNX. Béatrix Barry, Service ORL, Hôpital Bichat-Claude Bernard APHP

CHIRURGIE DU LARYNX ET DE L HYPOPHARYNX. Béatrix Barry, Service ORL, Hôpital Bichat-Claude Bernard APHP CHIRURGIE DU LARYNX ET DE L HYPOPHARYNX Béatrix Barry, Service ORL, Hôpital Bichat-Claude Bernard APHP Généralités Ess t pathologie cancéreuse - carcinomes épidermoïdes Préservation de la fonction - sphincter=

Plus en détail

LES LUNDIS DE LA SANTE

LES LUNDIS DE LA SANTE LES LUNDIS DE LA SANTE BREST, le 11 Avril 2005 Dr Stanislas VALENTIN Chirurgie plastique reconstructrice et esthétique CHIRURGIE RECONSTRUCTRICE DU SEIN DANS LE CADRE DU CANCER DU SEIN CANCER DU SEIN (RAPPEL)

Plus en détail

TRAITEMENT DES GRANDS SARCOMES DES TISSUS MOUS DES MEMBRES. H.Nassi CHU d Oran

TRAITEMENT DES GRANDS SARCOMES DES TISSUS MOUS DES MEMBRES. H.Nassi CHU d Oran TRAITEMENT DES GRANDS SARCOMES DES TISSUS MOUS DES MEMBRES H.Nassi CHU d Oran INTRODUCTION Les sarcomes constituent un groupe large et complexe de tumeurs rares d origine mésenchymateuse. L incidence de

Plus en détail

L équipe multidisciplinaire du service d orthopédie-oncologie

L équipe multidisciplinaire du service d orthopédie-oncologie L équipe multidisciplinaire du service d orthopédie-oncologie Le service d orthopédie-oncologie de l Hôpital Maisonneuve-Rosemont prodigue des soins aux patients provenant des différentes régions du Québec

Plus en détail

Hanche. Des signes cliniques au traitement - Fiche patient. Dr Maxime-Louis Mencière - 26 juin 2015 ARTHROSE DE LA HANCHE - DR MAXIME-LOUIS MENCIÈRE 1

Hanche. Des signes cliniques au traitement - Fiche patient. Dr Maxime-Louis Mencière - 26 juin 2015 ARTHROSE DE LA HANCHE - DR MAXIME-LOUIS MENCIÈRE 1 L arthrose de la Hanche Des signes cliniques au traitement - Fiche patient Dr Maxime-Louis Mencière - 26 juin 2015 ARTHROSE DE LA HANCHE - DR MAXIME-LOUIS MENCIÈRE 1 Définition L arthrose est une maladie

Plus en détail

Traitement chirurgical et radiothérapique. du cancer du sein en un jour. Véronique Vaini-Cowen et Didier Cowen

Traitement chirurgical et radiothérapique. du cancer du sein en un jour. Véronique Vaini-Cowen et Didier Cowen Traitement chirurgical et radiothérapique du cancer du sein en un jour Véronique Vaini-Cowen et Didier Cowen Place de la radiothérapie dans le cancer du sein - Après chirurgie conservatrice pour un cancer

Plus en détail

Cher Patient, Os iliaque. Bourrelet cotyloïdien. Tête fémorale. Col fémoral. Fémur

Cher Patient, Os iliaque. Bourrelet cotyloïdien. Tête fémorale. Col fémoral. Fémur CherPatient, Vous êtes de plus en plus nombreux à souffrir d une destruction progressive de vos articulations qui diminue plus ou moins votre mobilité et altère votre qualité de vie. Grâce aux progrès

Plus en détail

Élaboré dans le cadre de la

Élaboré dans le cadre de la Traitements et soins Cancer du sein C O L L E C T I O N Recommandations Outil d aide à la décision Consensus d experts à partir de recommandations internationales Focus sur les indications de la radiothérapie

Plus en détail

Métastases vertébrales Stratégie thérapeutique multidisciplinaire

Métastases vertébrales Stratégie thérapeutique multidisciplinaire Métastases vertébrales Stratégie thérapeutique multidisciplinaire GENERALISTE Oncologue Radiologue Radiothérapeute Chirurgien Vincent Pointillart Unité de Pathologie Rachidienne CHU Bordeaux Clairement

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Implantologie dentaire. Une 1ère mondiale à Béziers (34) L Ulna, nouveau site de prélèvement osseux

DOSSIER DE PRESSE. Implantologie dentaire. Une 1ère mondiale à Béziers (34) L Ulna, nouveau site de prélèvement osseux DOSSIER DE PRESSE Implantologie dentaire Une 1ère mondiale à Béziers (34) L Ulna, nouveau site de prélèvement osseux Le 19 octobre 2011 1 Les techniques de greffe déjà existantes L implantologie dentaire

Plus en détail

FRACTURES PERIPROTHETIQUES DE HANCHE

FRACTURES PERIPROTHETIQUES DE HANCHE FRACTURES PERIPROTHETIQUES DE HANCHE MOMENT DE LA FRACTURE Fracture per-opératoire iatrogène cave pathologique! Fracture post-opératoire traumatique FRACTURE PEROPERATOIRE Souvent méconnue = diagnostic

Plus en détail

Place de la chirurgie dans le traitement du Cancer

Place de la chirurgie dans le traitement du Cancer Place de la chirurgie dans le traitement du Cancer I) Introduction Traitement actuel du cancer : compétences multiples oncologie médicale radiothérapie réanimation biologie anatomopathologie des tumeurs

Plus en détail

2 ème Journée d Oncologie de l Hôpital Privé d Antony

2 ème Journée d Oncologie de l Hôpital Privé d Antony 2 ème Journée d Oncologie de l Hôpital Privé d Antony du 2 octobre 2010 CHIRURGIE DE RECONSTRUCTION DU SEIN Docteur Éric DUNET Chirurgie Plastique Reconstructrice et Esthétique Hôpital Privé d Antony 22,

Plus en détail

3 % = résultat. décevant

3 % = résultat. décevant 3 % des hanches prothésées = résultat décevant Les difficultés après arthroplastie totale de hanche sont d autant plus mal vécues que l opération est réputée pour ses bons résultats. plus de 25 CAUSES

Plus en détail

CHIRURGIE DANS LES CANCERS DU SEIN

CHIRURGIE DANS LES CANCERS DU SEIN CHIRURGIE DANS LES CANCERS DU SEIN FORMATION IDE ONCOLOGIE-HÉMATOLOGIE «Connaissance de la maladie cancéreuse» T. de Lapparent, unité de pathologie mammaire, CHBM PLAN Définitions Place de la chirurgie

Plus en détail

RÉPARATIONS PARIÉTALES EN MILIEU SEPTIQUE: APPORT DES IMPLANTS BIOLOGIQUES. A Gainant, M Jankowiak CHU Dupuytren Limoges

RÉPARATIONS PARIÉTALES EN MILIEU SEPTIQUE: APPORT DES IMPLANTS BIOLOGIQUES. A Gainant, M Jankowiak CHU Dupuytren Limoges RÉPARATIONS PARIÉTALES EN MILIEU SEPTIQUE: APPORT DES IMPLANTS BIOLOGIQUES A Gainant, M Jankowiak CHU Dupuytren Limoges Le risque septique lors des cures d éventration de la paroi abdominale, contre indique

Plus en détail

Chirurgie des tumeurs osseuses Les nouvelles techniques

Chirurgie des tumeurs osseuses Les nouvelles techniques Chirurgie des tumeurs osseuses Les nouvelles techniques P.Mary Service d! orthopédie et de chirurgie réparatrice de l! enfant Hôpital d! enfants A. Trousseau Paris Ce qui a permis de faire des progrès

Plus en détail

CANCER DU SEIN CHEZ LES FEMMES ÂGÉES

CANCER DU SEIN CHEZ LES FEMMES ÂGÉES CANCER DU SEIN CHEZ LES FEMMES ÂGÉES PARTICULARITÉS ÉPIDÉMIOLOGIQUES 40 000 nouveaux cas/an en France, 11 000 décès 45% des femmes atteintes ont plus de 65 ans La fréquence s accroît avec l âge, aux USA:

Plus en détail

Guide pratique : Cheville et le pied CHEVILLE ET LE PIED

Guide pratique : Cheville et le pied CHEVILLE ET LE PIED Cheville et le pied CHEVILLE ET LE PIED Cheville L articulation de la cheville met en relation le péroné en externe, le tibia en interne et l astragale (talus). On retrouve également des ligaments qui

Plus en détail

Cancer du sein : bénéfices de la radiothérapie per-opératoire

Cancer du sein : bénéfices de la radiothérapie per-opératoire Cancer du sein : bénéfices de la radiothérapie per-opératoire Ramona ITTI, physicienne médicale Service de Cancérologie - Radiothérapie hôpital St. Louis Les Matinées de l Innovation, 27 septembre 2013

Plus en détail

Les boiteries chez l enfant

Les boiteries chez l enfant Les boiteries chez l enfant Motif de consultation ++ Causes multiples, Pronostic ++ Pr B. YOUSRI Boiterie Esquive Equilibration Aigue Chronique ATCD Infection Tumeur Dystrophie Traumatisme Infection /

Plus en détail

L appareil locomoteur

L appareil locomoteur L appareil locomoteur Plan Introduction Anatomie physiologie Orthopédie - Traumatologie Rhumatologie Pathologies infectieuses Pathologies tumorales Pathologies neuro- dégénératives Répercussions de ces

Plus en détail

Tumeurs osseuses de l enfantl

Tumeurs osseuses de l enfantl Tumeurs osseuses de l enfantl Enseignement interrégional DES de PédiatrieP Auvergne Rhône Alpes Etienne Merlin Clermont-Ferrand 14 mars 2008 14-15 15 mars 2008 E Merlin DES pediatrie Clermont Ferrand 1

Plus en détail

REMPLACEMENT FEMORAL TOTAL PAR PROTHESE POUR TUMEUR OSSEUSE MALIGNE PRIMITIVE DE L ADULTE à propos de 5 cas

REMPLACEMENT FEMORAL TOTAL PAR PROTHESE POUR TUMEUR OSSEUSE MALIGNE PRIMITIVE DE L ADULTE à propos de 5 cas REMPLACEMENT FEMORAL TOTAL PAR PROTHESE POUR TUMEUR OSSEUSE MALIGNE PRIMITIVE DE L ADULTE à propos de 5 cas M. PERRIN, J. FRAISSE, L. BENOIT, J. CUISENIER CENT RE GEORGES-FRAN COIS LECLERC DIJON le remplacement

Plus en détail

LAM et SMD secondaires à la radio-chimiothérapie : Une série de 116 cas provenant de 2 Centres de lutte contre le Cancer.

LAM et SMD secondaires à la radio-chimiothérapie : Une série de 116 cas provenant de 2 Centres de lutte contre le Cancer. LAM et SMD secondaires à la radio-chimiothérapie : Une série de 116 cas provenant de 2 Centres de lutte contre le Cancer. H BENNANI 1, V SAADA 2 1 Institut Curie-Hôpital René Huguenin, Saint Cloud 2 Institut

Plus en détail

Enseignement de la sénologie. M. Espié Centre des maladies du sein Hôpital Saint Louis

Enseignement de la sénologie. M. Espié Centre des maladies du sein Hôpital Saint Louis Enseignement de la sénologie M. Espié Centre des maladies du sein Hôpital Saint Louis Un constat En France pendant les études médicales environ 3 heures sont consacrées au cancer du sein et quasiment aucune

Plus en détail

Les résultats fonctionnels de la chirurgie de l otospongiose : à propos de 50 cas

Les résultats fonctionnels de la chirurgie de l otospongiose : à propos de 50 cas Les résultats fonctionnels de la chirurgie de l otospongiose : à propos de 50 cas Service d ORL et de Chirurgie cervico-faciale CHU Mohammed VI, Marrakech, MAROC. Introduction L otospongiose est une ostéodystrophie

Plus en détail

Tumeurs osseuses en radiographie standard

Tumeurs osseuses en radiographie standard Tumeurs osseuses en radiographie standard Ernestho-ghoud IM, Rakotonirainy OH USFR RHUMATOLOGIE «Après-midi Rhumato», juillet 2014 Objectif Faire la différence entre une tumeur osseuse maligne et une tumeur

Plus en détail

Introduction. Biologie du cartilage

Introduction. Biologie du cartilage Allogreffe articulaire ostéo-cartilagineuse utilisée en comblement d une perte de substance traumatique ou d une ostéonécrose aseptique du condyle fémoral ou du plateau tibial D. Poitout, P. Tropiano,

Plus en détail

Réseau Onco Poitou-Charentes Mise à jour du référentiel régional des tumeurs de l endomètre (Décembre 2013) ******* ******* Sous la conduite de :

Réseau Onco Poitou-Charentes Mise à jour du référentiel régional des tumeurs de l endomètre (Décembre 2013) ******* ******* Sous la conduite de : 1 Les référentiels de bonnes pratiques cliniques des tumeurs de l endomètre. Version 2013 Sous la conduite de : Cédric NADEAU Service de Gynécologie - Obstétrique - CHU de Poitiers & Yannick THIROUARD

Plus en détail

ECHOGRAPHIE VERSUS IRM DANS LE DIAGNOSTIC POSITIF DES LÉSIONS DE LA COIFFE DES ROTATEURS S.DRISSI, A.BEN OTHMAN, N.BEN DALI, L.REZGUI MARHOUL TUNIS.

ECHOGRAPHIE VERSUS IRM DANS LE DIAGNOSTIC POSITIF DES LÉSIONS DE LA COIFFE DES ROTATEURS S.DRISSI, A.BEN OTHMAN, N.BEN DALI, L.REZGUI MARHOUL TUNIS. ECHOGRAPHIE VERSUS IRM DANS LE DIAGNOSTIC POSITIF DES LÉSIONS DE LA COIFFE DES ROTATEURS S.DRISSI, A.BEN OTHMAN, N.BEN DALI, L.REZGUI MARHOUL TUNIS. OBJECTIFS Evaluer la fiabilité de l imagerie notamment

Plus en détail

Traitement chirurgical des cancers du sein. Jean-Christophe MACHIAVELLO Centre Antoine Lacassagne

Traitement chirurgical des cancers du sein. Jean-Christophe MACHIAVELLO Centre Antoine Lacassagne Traitement chirurgical des cancers du sein Jean-Christophe MACHIAVELLO Centre Antoine Lacassagne 2008 1 I- GENERALITES Fréquence : 1 femme sur 11 En France 33 000 nouveaux cas par an Le cancer le plus

Plus en détail

Swiss International Academy of Osseo-Integration and Maxillo-Facial Research

Swiss International Academy of Osseo-Integration and Maxillo-Facial Research S I A O Swiss International Academy of Osseo-Integration and Maxillo-Facial Research Cycle de formation clinique en implantologie Ce Cycle de formation organisé par Infodental Algérie sous la responsabilité

Plus en détail

Rôle et principe de l articulation coxo-fémorale

Rôle et principe de l articulation coxo-fémorale Rôle et principe de l articulation coxo-fémorale Elle est composée du cotyle et de la tête fémorale. Le cotyle fait partie de l os iliaque, qui est l os du bassin. La tête fémorale est située à la partie

Plus en détail

l agrandissement! Lésion expansive ostéoformatrice développée en regard de la diaphyse du 5 ème métatarsien droit

l agrandissement! Lésion expansive ostéoformatrice développée en regard de la diaphyse du 5 ème métatarsien droit Patient de 39 ans, tuméfaction de la face plantaire du pied droit apparue quelques mois plus tôt Quels sont les principaux éléments sémiologiques à retenir sur les clichés standards Lésion expansive ostéoformatrice

Plus en détail

Prise en charge orthopédique de la hanche de l enfant IMC. CORINNE GAL A.D.A.P.E.I Mas de Canta Galet NICE

Prise en charge orthopédique de la hanche de l enfant IMC. CORINNE GAL A.D.A.P.E.I Mas de Canta Galet NICE Prise en charge orthopédique de la hanche de l enfant IMC CORINNE GAL A.D.A.P.E.I Mas de Canta Galet NICE Processus de dégradation orthopédique Déséquilibre des forces musculaires Maintient trop prolongé

Plus en détail

- Effets secondaires des traitements - Métastases - Second cancer après cancer du sein - Qualité de vie BENEFICES ET MODALITES DE SURVEILLANCE

- Effets secondaires des traitements - Métastases - Second cancer après cancer du sein - Qualité de vie BENEFICES ET MODALITES DE SURVEILLANCE SURVEILLANCE DU CANCER DU SEIN TRAITE ( VIVIANE FEILLEL) SURVEILLANCE LOCOREGIONALE - Séquelles post-thérapeutiques - Récidive homolatérale - Cancer du sein controlatéral SURVEILLANCE GENERALE - Effets

Plus en détail

Référentiel régional. Christelle LEVY. CAEN, 4 Novembre 2014

Référentiel régional. Christelle LEVY. CAEN, 4 Novembre 2014 Référentiel régional cancer du sein Christelle LEVY CAEN, 4 Novembre 2014 A quoi peuvent servir les référentiels? Définir le traitement optimal pour chaque patiente Homogénéiser les prises en charge sur

Plus en détail

Le rôle du généraliste dans le suivi du cancer du sein. Pr. Yves Aubard

Le rôle du généraliste dans le suivi du cancer du sein. Pr. Yves Aubard Le rôle du généraliste dans le suivi du cancer du sein Pr. Yves Aubard Les objectifs généraux de la surveillance Dépistage D un rechute locale ou régionale D un cancer du sein controlatéral D une métastase

Plus en détail

Différence sémiologique entre une douleur de hanche et une cruralgie

Différence sémiologique entre une douleur de hanche et une cruralgie Différence sémiologique entre une douleur de hanche et une cruralgie J ai mal à la hanche : 9/10 ce n est pas la hanche, en tout cas pas la coxo-fémorale! Le plus souvent douleur en regard du grand trochanter

Plus en détail

ALGORITHME DECISIONNEL

ALGORITHME DECISIONNEL ALGORITHME DECISIONNEL RACHIS LOMBAIRE SACRO ILIAQUES COXO FEMORALES BILAN 1 DIM RAS PATHOLOGIE LIMITEES TRAITEMENT 1 TNF LOMBAIRE NON TRAITE TNF SACRO ILIAQUE NON TRAITE BILAN CONTROLE 2 BIEN = DEBUT

Plus en détail

Les macrobiopsies mammaires sous guidage échographique : à propos de 424 cas le mammotome HH Ronan Plantade, Centre Nice Europe/NICE Journées

Les macrobiopsies mammaires sous guidage échographique : à propos de 424 cas le mammotome HH Ronan Plantade, Centre Nice Europe/NICE Journées Les macrobiopsies mammaires sous guidage échographique : à propos de 424 cas le mammotome HH Ronan Plantade, Centre Nice Europe/NICE Journées Françaises de Radiologie Paris, 10-15 Octobre 2005 L objectif

Plus en détail

Traitement du carcinome intracanalaire du sein

Traitement du carcinome intracanalaire du sein Traitement du carcinome intracanalaire du sein Eric SEBBAN 241 rue du faubourg St Honoré, Paris INTRODUCTION 20% des tumeurs mammaires malignes appartiennent à la famille du carcinome intra canalaire et

Plus en détail

Les tendinopathies trochantériennes. le traitement chirurgical. L ANATOMIE de la région TROCHANTERIENNE ANATOMIE. Le trochanter Vue latérale

Les tendinopathies trochantériennes. le traitement chirurgical. L ANATOMIE de la région TROCHANTERIENNE ANATOMIE. Le trochanter Vue latérale Les tendinopathies trochantériennes L ANATOMIE de la région TROCHANTERIENNE le traitement chirurgical A. Wajsfisz ; P. Djian Clinique Nollet - Cabinet Goethe - Paris ANATOMIE Vue antérieure Le trochanter

Plus en détail

AVIS DE LA COMMISSION. 14 janvier 2004

AVIS DE LA COMMISSION. 14 janvier 2004 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE REPUBLIQUE FRANÇAISE AVIS DE LA COMMISSION 14 janvier 2004 COSMEGEN 0,5 mg, poudre pour solution injectable Boîte de 1 flacon Laboratoires MERCK SCHARP & DOHME-CHIBRET dactinomycine

Plus en détail

Propositions de conduite à tenir pour les femmes porteuses d implants mammaires : Avis d experts coordonné par l Institut National du Cancer (INCa)

Propositions de conduite à tenir pour les femmes porteuses d implants mammaires : Avis d experts coordonné par l Institut National du Cancer (INCa) Propositions de conduite à tenir pour les femmes porteuses d implants mammaires : Avis d experts coordonné par l Institut National du Cancer (INCa) Mars 2014 Propositions de conduite à tenir pour les femmes

Plus en détail

Parcours de soins en MPR : «Le patient après prothèse totale de hanche» Groupe SOFMER FEDMER

Parcours de soins en MPR : «Le patient après prothèse totale de hanche» Groupe SOFMER FEDMER Parcours de soins en MPR : «Le patient après prothèse totale de hanche» Groupe SOFMER FEDMER Le présent document fait partie des documents élaborés par la Société Française (SOFMER) et la Fédération Française

Plus en détail

Votre médecin et ou votre chirurgien par l analyse de vos symptômes et un examen médical précis (tests de conflit) évoqueront le diagnostic.

Votre médecin et ou votre chirurgien par l analyse de vos symptômes et un examen médical précis (tests de conflit) évoqueront le diagnostic. LE CONFLIT SOUS ACROMIAL a) Fonction Lors des mouvements du membre supérieur, les tendons de la coiffe des rotateurs passent sous un élément osseux et ligamentaire (arche) composé de la face inférieure

Plus en détail

Cancer inflammatoire du sein Traitement, survie et récurrences

Cancer inflammatoire du sein Traitement, survie et récurrences inflammatoire du sein Traitement, survie et récurrences Huguette Nguele Meke Introduction Le cancer du sein est une maladie gave et fréquente qui touche une femme sur 11 au cours de sa vie et qui est diagnostiqué

Plus en détail

UE appareil locomoteur Ronéo n : 31

UE appareil locomoteur Ronéo n : 31 Date : 22/03/2012 Professeur : Trojani Nombre de pages : 6 UE appareil locomoteur Ronéo n : 31 Intitulé du cours : Tumeurs osseuses Chef Ronéo : Sarah Binôme : Emilien et Camille Corporation des Carabins

Plus en détail

La carpectomie proximale dans les luxations et fractures-luxations péri lunaires du carpe méconnues.

La carpectomie proximale dans les luxations et fractures-luxations péri lunaires du carpe méconnues. La carpectomie proximale dans les luxations et fractures-luxations péri lunaires du carpe méconnues. YAKOUBI. M MEZIANI. N YAHIA CHERIF. M ZEMMOURI. A BENBAKOUCHE. R CHU BAB EL OUED FACULTE DE MEDECINE

Plus en détail

Après un cancer du sein, retrouvez une vie active et votre féminité avec votre kiné

Après un cancer du sein, retrouvez une vie active et votre féminité avec votre kiné Après un cancer du sein, retrouvez une vie active et votre féminité avec votre kiné Le cancer du sein touche 1 femme sur 9 * au cours de sa vie. Si la prévention, la recherche et les traitements font d

Plus en détail

PATIENTS PORTEURS DE FIXATEURS EXTERNES. Soins infirmiers

PATIENTS PORTEURS DE FIXATEURS EXTERNES. Soins infirmiers PATIENTS PORTEURS DE FIXATEURS EXTERNES Soins infirmiers COMPETENCE 4 Mettre en œuvre des actions à visée diagnostics et thérapeutiques Introduction Traitement en traumatologie majoritairement Quelques

Plus en détail

TRAITEMENT NEO ADJUVANT DE L ADENOCARCINOME PANCREATIQUE. Laetitia DAHAN CHU Timone Marseille

TRAITEMENT NEO ADJUVANT DE L ADENOCARCINOME PANCREATIQUE. Laetitia DAHAN CHU Timone Marseille TRAITEMENT NEO ADJUVANT DE L ADENOCARCINOME PANCREATIQUE Laetitia DAHAN CHU Timone Marseille Aucun CONFLITS D INTÉRÊT Objectifs pédagogiques Savoir définir un cancer du pancréas localement avancé et border

Plus en détail

Retombées du développement de la Chirurgie Ambulatoire au Sein de l etablissement Hospitalier. Evolution vers l U²

Retombées du développement de la Chirurgie Ambulatoire au Sein de l etablissement Hospitalier. Evolution vers l U² Retombées du développement de la Chirurgie Ambulatoire au Sein de l etablissement Hospitalier Evolution vers l U² Docteur F Dravet ICO NANTES Reunion ARS septembre 2013 Intime conviction intérêt pour malades

Plus en détail

CONCEPT DU GANGLION SENTINELLE

CONCEPT DU GANGLION SENTINELLE 1 CONCEPT DU GANGLION SENTINELLE En 1994, GIULIANO (Annal of Surgery) applique le concept du ganglion sentinelle dans la prise en charge chirurgicale du cancer du sein. Les bénéfices attendus sont : -

Plus en détail

Le cancer du sein. Causes. Symptômes. Diagnostic. Traitement. Pronostic. (Carcinome mammaire) Une information de la Ligue suisse contre le cancer

Le cancer du sein. Causes. Symptômes. Diagnostic. Traitement. Pronostic. (Carcinome mammaire) Une information de la Ligue suisse contre le cancer Le cancer du sein (Carcinome mammaire) Causes Symptômes Diagnostic Traitement Pronostic Une information de la Ligue suisse contre le cancer Le cancer du sein Le cancer du sein est une tumeur maligne qui

Plus en détail

Tumeurs osseuses malignes primitives de l enfant Prise en charge chirurgicale

Tumeurs osseuses malignes primitives de l enfant Prise en charge chirurgicale Tumeurs osseuses malignes primitives de l enfant Prise en charge chirurgicale Joël Lechevallier Saad Abu Amara Clinique Chirurgicale Infantile Chantal Michot Service d Anatomopathologie Cécile Cellier

Plus en détail

Cancer du sein métastatique triple négatif

Cancer du sein métastatique triple négatif Cancer du sein métastatique triple négatif Cancer du sein métastatique triplenégatif Mme I., 32 ans, mariée, 1 enfant de 6 mois Nationalité italienne ATCD personnels: aucun ATCD familiaux: aucun Facteur

Plus en détail

CANCER DE LA PROSTATE

CANCER DE LA PROSTATE CANCER DE LA PROSTATE Il peut se présenter sous la forme d une tumeur localisée (circonscrite à la prostate) ou sous une forme évoluée, avec des métastases ganglionnaires et osseuses. La prostate est une

Plus en détail

Cancers du rectum: nouvelles tendances thérapeutiques? G. Portier Chirurgie Digestive CHU Purpan

Cancers du rectum: nouvelles tendances thérapeutiques? G. Portier Chirurgie Digestive CHU Purpan Cancers du rectum: nouvelles tendances thérapeutiques? G. Portier Chirurgie Digestive CHU Purpan Savoir d où l on vient! Bernstein TE. Colorectal Disease. October 2012 14, (10), e668 e678 Norwegian Rectal

Plus en détail

Journées médico-chirurgicales de Msila

Journées médico-chirurgicales de Msila Journées médico-chirurgicales de Msila 28-29 avril 2010 L association ENNOUR des médecins de la wilaya de Msila (président : Dr. Ghadbane) a organisé des journées médicochirurgicales de formation médicale

Plus en détail

DEPISTAGE DU CANCER DU SEIN ACTUALITES RADIOLOGIQUES. Dr Sébastien ERRERA, Médecin radiologue Lille

DEPISTAGE DU CANCER DU SEIN ACTUALITES RADIOLOGIQUES. Dr Sébastien ERRERA, Médecin radiologue Lille DEPISTAGE DU CANCER DU SEIN ACTUALITES RADIOLOGIQUES Dr Sébastien ERRERA, Médecin radiologue Lille EPIDEMIOLOGIE 1 K chez la femme : 50000 nouveaux cas / an 1 femme sur 8 concernée! K sein = 30 % des K

Plus en détail

Référentiels Marocains de Chirurgie Cancérologique Digestive

Référentiels Marocains de Chirurgie Cancérologique Digestive Référentiels Marocains de Chirurgie Cancérologique Digestive Chirurgie de l adénocarcinome du pancréas Pr Kafih - Pr Amraoui - Pr Mohsine 1. Introduction Ce référentiel ne traitera que le cancer du pancréas

Plus en détail

Juillet 2015 DOSSIER DE PRESSE

Juillet 2015 DOSSIER DE PRESSE www.monkinevoitrose.fr Le nouveau portail LPG entièrement dédié au cancer du sein! Déjà très impliquée dans la prise en charge post-chirurgie des patientes atteintes d un cancer du sein, LPG Systems met

Plus en détail

Chordomes vertébraux et sacrés Quoi de neuf en 2014? C.Court,A.Dubory, B.Lambert G.Missenard. Hôpital Kremlin Bicêtre, Université Paris sud.

Chordomes vertébraux et sacrés Quoi de neuf en 2014? C.Court,A.Dubory, B.Lambert G.Missenard. Hôpital Kremlin Bicêtre, Université Paris sud. Chordomes vertébraux et sacrés Quoi de neuf en 2014? C.Court,A.Dubory, B.Lambert G.Missenard. Hôpital Kremlin Bicêtre, Université Paris sud. Epidémiologie Classiquement : Tumeur osseuse rare :2/3% des

Plus en détail

CENTRE D UROLOGIE PRADO-LOUVAIN. Le Cancer du rein

CENTRE D UROLOGIE PRADO-LOUVAIN. Le Cancer du rein CENTRE D UROLOGIE PRADO-LOUVAIN Le Cancer du rein Le cancer du rein représente 3% des cancers de l adulte. Il s agit du troisième cancer urologique après le cancer de prostate et celui de la vessie. L

Plus en détail