Les ressources en eau souterraines dans les chaînons béarnais (Pyrénées- atlantiques)

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les ressources en eau souterraines dans les chaînons béarnais (Pyrénées- atlantiques)"

Transcription

1 Le reource en eau outerraine dan le chaînon béarnai (Pyrénée- atlantique) Joëlle Ri (1), Fabrice Rey (2), Frédéric Huneau (1), Frédéric Prétou (2) (1) Univerité Bordeaux 1 Av. de Faculté 3345 Talence Réumé (2) CETRA 12 rue de l artianat 6411 Laroin La nature et le fonctionnement de quatre aquifère de chaînon béarnai (Pyrénée- Atlantique) aux caractéritique bien individualiée ont décrit aini que leur vulnérabilité en relation avec le contexte climatique régional. I. INTRODUCTION L accè à l eau, la getion et la préervation de cette reource contituent un immene défi pour aujourd hui et pour l avenir. En France, le deux tier de prélèvement en eau potable ont pour origine le eaux outerraine (1). Dan la continuité de la loi ur l eau et en référence aux directive cadre FD 2/6/européenne WCE et NDC 26/118/EC, huit ditrict hydrographique ont été défini, au ein dequel de mae d eau outerraine ont été délimitée (2). Le ditrict F «Adour, Dordogne, Garonne, Charente et le cour d eau côtier charentai et aquitain» et l un d eux parmi lequel cent cinq mae d eau outerraine ont été identifiée. L une d elle correpond, en extenion uperficielle, à la majeure partie du département de Pyrénée-Atlantique de la rivière du Saion à l ouet à celle du gave de Pau à l et (Figure 1). L étude propoée participe à l amélioration de connaiance de cette mae d eau ; en effet quatre ource répartie dan le chaînon béarnai -enemble édimentaire de moyenne montagne- ont été récemment l objet d un uivi régulier (3) qui a permi d en caractérier le principaux proceu déterminant leur qualité et leur régime. Au-delà de ce conidération, la néceité d une connaiance actualiée de la géologie et du fonctionnement hydrologique de impluvium de ce ource et illutrée, il y a peu de temp, à l occaion de la pollution accidentelle de l une d entre elle et cela en raion d une définition incomplète et non actualiée de on périmètre de protection : un agriculteur avait déveré du purin deux cent mètre en amont d un captage, mai en dehor du périmètre de protection rapproché de l'époque (3). Le quatre ource étudiée ont, d ouet en et celle de la Fontaine d Orbe, de Mourtè, de l, et de Gourgouch ( Figure 2). Figure 1 : Le mae d eau du ditrict F (Adour, Garonne), extrait d aprè (2 ) Figure 2 : Localiation de ource étudiée, d aprè (3) 97

2 II. CONTEXTE DE L ETUDE L importance économique et environnementale de eaux outerraine fait de leur préervation un facteur de développement durable (1). Le maif pyrénéen, bordant le ud du département de Pyrénée-Atlantique, contituent une réerve en eau qui, dan le contexte climatique actuel et, à une échelle de temp raionnable, peut être conidérée comme importante et renouvelable. Parmi ce reource, celle de chaînon béarnai dont certaine ont kartique, ont déjà l'objet de prélèvement par le biai d une quinzaine de captage et de ource et contituent un potentiel en eau potable complémentaire ou de ubtitution remarquable. Le chaînon béarnai, au nombre de troi, font partie de chaînon calcaire de la zone nordpyrénéenne limitée au nord par le front nord-pyrénéen et au ud par la faille nord-pyrénéenne. Ce chaînon contituent, en venant du nord, le premier relief plié eentiellement contitué de matériel juraique et crétacé inférieur. Le terrain aquifère ont donc eentiellement calcaire et dolomitique ( Figure 2) ; le eaux circulent, dan certain d entre eux, rapidement et ont, de ce fait, généralement peu filtrée. Le réervoir peuvent donc préenter une forte vulnérabilité aux pollution de urface qu il faut pouvoir caractérier avant d enviager d amplifier l exploitation de reource (particulièrement pour l alimentation en eau potable, AEP). Le quatre ource émergent de l un ou l autre de troi chaînon ( Figure 2) : ce ont, dan l ordre d identification de chaînon, le ource de l et Gourgouch (premier chaînon), de Mourtè (deuxième chaînon) et celle de la Fontaine d Orbe (troiième chaînon). Troi de quatre ource (, Mourtè et Orbe) ont utiliée pour l alimentation en eau potable de commune plu ou moin importante : repectivement Oloron-Sainte-Marie, ou-préfecture du département (plu de 1 habitant), Sarrance (3 habitant) et Arette (1 5 habitant). L eau de la ource Gourgouch approviionnait, quant à elle, une almoniculture juqu à a fermeture en 26. III. APPROCHE PLURIDISCIPLINAIRE : METHODE DURABLE POUR LES RESSOURCES EN EAU Le quatre ytème hydrogéologique ont été étudié elon l approche pluridiciplinaire de l hydrogéologie moderne. De nombreue campagne de terrain ont à l origine de meure de la fracturation de maif carbonaté et de la cartographie de chaque ite afin d en déduire la tructure et l organiation patiale. Ceci a été complété par une trentaine de panneaux électrique (aucultation non detructive) (3). Enfin, le paramètre phyico-chimique (conductivité, température, ph, débit et ion majeur) de eaux ont été meuré de manière hebdomadaire durant deux cycle hydrologique complet (24-25 et 25-26). En parallèle, de onde de meure multi-paramètre aini que de pluviomètre automatique ont été intallé ur le différent ite. La conductivité, la température, le ph, la turbidité et la pluviométrie ont aini pu être enregitré à un pa de temp horaire durant plu d une année. Le réultat obtenu contituent un corpu de donnée qualitative et quantitative qui ont permi de poer pour la première foi le bae d une véritable compréhenion fonctionnelle de ytème carbonaté de chaînon béarnai et de mettre en évidence l utilité de leur valoriation. On e propoe, ici, de réumer certain de élément qui ont conduit à cette compréhenion en e fondant ur le travaux de Rey (3). Une préentation du contexte climatique local uivra la decription de caractéritique hydrogéochimique de quatre aquifère et l analye de la vulnérabilité de deux de quatre ource. 98

3 III.1. Caractériation hydrogéochimique du fonctionnement de aquifère La caractériation de chacune de quatre ource réulte, en autre étude, d une analye en compoante principale en donnée centrée réduite, réaliée ur la érie tatitique multidimenionnelle dont le variable ont le ion majeur et le paramètre phyicochimique, le individu étant eux, le prélèvement (ou date de meure) effectué au cour de deux cycle hydrologique. Cette analye permet de tructurer un epace vectoriel dont la dimenion et égale au nombre de variable (p) dan lequel le individu forment un nuage de point dont la variance totale et donc égale à p. Rey (3) a utilié onze variable et quatre cent troi individu. Ici on e limite à dix variable (p = 1) aprè élimination du ph dont le meure ne ont pa toujour trè table ; par ailleur la variable ph préentait une forte aturation (78%) ur le premier axe principal. Le variable ont la conductivité (notée µs), la 2 température (T C), le cation,, 2, 2 Na K Mg Ca et le anioncl, NO, SO HCO. 3 4, Chaque ource, pour laquelle un decriptif tatitique exhautif a été établi par Rey (3) et dont un réumé uccinct et donné Figure 3 a et b, contitue dan l epace un ou enemble du nuage de point (M i ) de centre de gravité G avec variant de 1 à 4. Le coordonnée de vecteurog, leur ditance à l origine (i.e. centre de gravité global O) aini que le angle que font ce vecteur pri deux à deux peuvent donc être calculé. Avec le Tableau 1 on montre alor que le ditance de chacune de ource au centre du ytème organient en deux groupe (Orbe et Mourtè d une part et Gourgouch et d autre part) ; de plu le angle de vecteur OG pri deux à deux ont tou trè proche de 9 à l exception de ource de la Fontaine d Orbe et de Mourtè pour lequelle l angle et égal à 76. Par ailleur, le ditance entre le centre de gravité de chaque ource ont globalement du même ordre de grandeur, à l exception toutefoi de celle de ource de Mourtè et Orbe qui et 1,33 foi plu grande que la moyenne de ditance entre chacune de troi autre ource. L analye globale de contribution de chaque ource à la variance totale montre enuite que la ource de Mourtè contribue le moin et celle de l le plu. Ce contribution, une foi décompoée en variance intragroupe (ou intraource) et intergroupe (ou interource) mettent clairement en évidence la faible variabilité de paramètre étudié pour le ource de Mourtè et de Gourgouch relativement à celle de deux autre ource. Nou omme donc en préence de quatre ource dont deux préentent une faible variabilité interne mai dont l une et proche du centre de gravité global et l autre éloignée, le deux autre préentent une plu forte variabilité interne l une étant proche du centre de gravité et l autre éloignée. Il reort donc de cette première analye que le quatre ource toute iue de l unité géologique que contituent le chaînon béarnai ont bien individualiable. Source [1, 2, 3,4] et (N ) 4 N i 1 1 N N 1 i 1 G M i 2 G M i 2 OG 2 1 N N i 1 G M i 2 Source n : {k,l} Angle et ditance 1 Orbe (19) 26% 4,98 4, : : : 93 2 Mourtè ( 96) 17% 4,72 2, : : : 93 3 Gourgouch ( 99) 26% 8,84 1, : : : 9 4 ( 98) 3% 7,88 4, : : : 4.5 Tableau 1 : Contribution à la variance totale de chaque ource, ditance élevée au carré du centre de gravité de chaque ource au centre de gravité global, variance intraource et relation géométrique de centre de gravité pri deux à deux (angle et ditance 3 99

4 La projection de individu ur le troi premier axe factoriel aborbant 75% de la variance totale permet d apprécier le caractère pécifique dominant de chacune de quatre ource (Figure 3). Le ource Gourgouch et oppoent aux deux autre (Orbe et Mourtè) par leur caractère magnéien (compoante négative ur l axe F 1 et repectivement 22,2 et 15,3 mg/l contre 3,3 et 6,6 mg/l en moyenne) et le moin odique pour. Le variable conductivité et bicarbonate (variable le plu corrélée r =,96) oppoent aui ce deux ource avec de valeur moyenne repective de 424 et 322 µs et 253,4 et 171,6 mg/l, le coefficient de variation étant le plu faible pour la ource Gourgouch. Elle oppoent également par le compoante poitive et négative de leur individu ur l axe F 2 2 faiblement négativement corrélé à la variable SO 4 (teneur moyenne repective 2,7 et 14,4 mg/l) et poitivement corrélé à la variable calcium (22,2 et 15,3 mg/l en moyenne). Le ource de la Fontaine d Orbe et de Mourtè e uperpoent pour partie dan le plan F 1 F 2 mai e ditinguent l une de l autre par de température plu élevée pour la première et de teneur en nitrate plu importante pour la econde (compoante repectivement poitive ou négative ur l axe F 3 ). La ource de la Fontaine d Orbe et ituée à 376 m d altitude, celle de Mourtè à 675 m, on notera alor que la hiérarchie établie par l axe F 3 pour le température et cohérente avec le gradient de température en fonction de l altitude établi par Rey (3) ; le deux autre ource (48 m pour Gourgouch et 582 m pour ) montrent de façon cohérente de compoante intermédiaire ur l axe F 3. Le Tableau 2 de aturation de variable et de variance aborbée montre que i le troi premier axe factoriel permettent de bien ditinguer le quatre ource, certain de leur 2 caractère ne ont pa encore identifié. En effet, le variable SO 4 et K + expriment de façon trè nette ur le plan F 4 F 5 qui aborbe 15,4% de la variance totale ; le teneur en ulfate de eaux de ource d Orbe, Mourtè, Gourgouch et (12,1, 13,2, 14,4 et 2,7 mg/l) ont une caractéritique importante de eaux iue de aquifère de chaînon béarnai dont l origine et à chercher dan l imperméable argileux aocié ytématiquement aux ophite de la région dont l origine hydrothermale et encore à démontrer. Rey (3) a montré que le teneur en ulfate ont particulièrement élevée lor de période d étiage (eentiellement durant le moi de juin, juillet et août) dan le eaux de ource d et de la Fontaine d Orbe. Le cœfficient de variation de concentration en ion ulfate ont plu de deux foi upérieur pour ce deux ource que pour le ource de Mourtè et de Gourgouch. La diperion due à la variable Potaium reflète l influence de rare valeur élevée tant pour une ource que pour l autre et qui apparaient encore comme aléatoire. Avec cinq axe, 86 à 96% de la variance totale de chaque ource et aborbée mai eulement 71 à 88% de leur variance intragroupe. En effet, cinq variable ont encore de aturation inférieure à 9%, ce ont le variable T, Cl -, NO 3 -, Na + et Ca 2+ et il faut atteindre l axe F 7 pour que le aturation oient toute au moin égale à 94%, on notera en particulier le aut repectif de 13% et 9% de aturation de variable Cl -, NO 3 -, de l axe F 6 à l axe F 7 à aocier à la ource de Mourtè. Ceci traduit l effet de la variation de l une et/ou l autre de ce variable à l intérieur de chaque groupe, variation qui et pour partie due à un effet aionnier mai aui à de effet locaux et ponctuel encore à éclaircir. 1

5 8% 7% 6% 5% 4% 3% 2% 1% % µs Orbe Gourgouch T C SO4-- Mourtè NA+ K+ Mg+ Ca µs T C Cl- NO3- HCO3- Cl- NO3- Orbe Gougouch SO4-- HCO 3- NA+ K+ Mourtè Mg+ Ca F1 F2 F3 F4 F5 F6 F7 Orbe Gougouch (a) (b) (c) Ordre de ource : de gauche à droite : Orbe, Mourtè, Gourgouch et Orbe Mourtè Gourgouch F 2 28% Mourtè Orbe Gourgouch F 3 13% F8 F9 F1 Mourtè o F 1 33% F 1 33% µs HCO -3 1 F 2 Ca ++ T C Cl - Na + NO K Na + HCO -3 Ca -1 Mg ++ F F µs 1 1 SO -- SO -- 4 Cl - 4 Mg ++ K + (d) NO - 3 (e) -1-1 Figure 3 : Coefficient de variation (a), moyenne (b) de variable centrée réduite et moyenne de compoante principale (c) de chaque ource. Plan principaux F 1 F 2 F 3 et cercle de corrélation (d) et (e) F 1 F 2 F 3 F 4 F 5 F 6 F 7 F 8 F 9 F 1 Cond (µs) 74% 97% 97% 97% 97% 98% 98% 98% 1% 1% T C % 4% 79% 84% 85% 95% 99% 99% 1% 1% Cl - 11% 66% 73% 75% 82% 87% 1% 1% 1% 1% - NO 3 19% 31% 8% 85% 89% 89% 98% 99% 1% 1% - SO 4 14% 23% 24% 59% 99% 99% 99% 99% 99% 1% - HCO 3 64% 95% 95% 96% 98% 99% 99% 99% 99% 1% Na + 52% 71% 78% 85% 85% 93% 94% 99% 1% 1% K + 4% 1% 34% 77% 98% 99% 99% 1% 1% 1% Mg 2+ 93% 95% 97% 97% 97% 97% 97% 99% 99% 1% Ca 2+ 1% 84% 85% 85% 86% 93% 94% 99% 99% 1% % Variance totale aborbée Orbe 35% 42% 66% 77% 86% 92% 97% 1% 1% 1% Mourtè 36% 45% 74% 83% 91% 95% 97% 1% 1% 1% Gourgouch 52% 85% 88% 91% 95% 97% 99% 1% 1% 1% 13% 67% 71% 86% 96% 97% 99% 1% 1% 1% % Variance intraource aborbée Orbe 3% 17% 31% 53% 71% 83% 95% 99% 1% 1% Mourtè 3% 17% 31% 53% 71% 83% 95% 99% 1% 1% Gourgouch 4% 14% 31% 5% 71% 85% 93% 99% 1% 11% 6% 14% 21% 61% 88% 93% 97% 99% 1% 1% Tableau 2 : Saturation de variable ur le axe factoriel (epace de variable), et pourcentage cumulé de variance totale et intraource aborbé par le axe factoriel (epace de individu) 1 F 3 T C

6 En réumé, tenant compte d une part de la tructure du nuage de point dan l epace à dix dimenion décrit ci-deu et, d autre part, de valeur abolue de paramètre phyicochimique et de leur ditribution que l on peut trouver dan Rey (3), on établit que : - le ditance entre point moyen ont uffiamment importante pour qu il n y ait pa de recouvrement dan l epace vectoriel : chaque ource a on caractère propre, - le angle entre vecteur reliant l origine du ytème à chacun de centre de gravité ont proche de 9 montrant aini une certaine indépendance de caractéritique moyenne de ource, - la variabilité intraource et le coefficient de variation de ource de Mourtè et de Gourgouch ont nettement inférieur à celle de Orbe et montrant, de ce fait, une plu grande tabilité de valeur de paramètre phyico-chimique, - il uffit de deux facteur pour ditinguer le ource à faciè bicarbonaté calcique magnéien ( et Gourgouch, 1 er chaînon) de ource à faciè implement bicarbonaté (Mourtè 2 ème chaînon et Orbe 3 ème chaînon), - le caractère éléniteux à compoante aionnière de ource et traduit par l axe F 5, - la variabilité de conductivité et leur ditribution unimodale ou plurimodale (non rappelée ici) conduient à identifier le aquifère dont le fonctionnement et de type fiuré (Mourtè et Gourgouch) ou kartique ( et Orbe). Ce deux dernière ource préentent de ce fait une vulnérabilité qui era étudiée au paragraphe uivant. En concluion, deux faciè chimique majeur, l un bicarbonaté calcique à la Fontaine d Orbe (3ème chaînon) et à Mourtè (2ème chaînon) et l autre bicarbonaté calcique magnéien à et Gourgouch (1er chaînon), ont mi en évidence ; le concentration en magnéium ont due à la préence de dolomie du Bathonien-Oxfordien qui contituent en grande partie le bain d alimentation, particulièrement dan le ca de premier et econd chaînon. Ce réultat a été complété par l étude de la relation entre le teneur en ion magnéium et calcium (Mg 2+ et Ca 2+ ) qui montre une quai indépendance de teneur pour le ource de La Fontaine d Orbe et de Mourtè et une corrélation poitive et ignificative pour le deux autre ource. La tructuration géologique de chaînon béarnai permet de prévoir que le faciè de l eau de ource y era de l un ou l autre de deux faciè : bicarbonaté calcique pour le réervoir urgonien et liaique et bicarbonaté calcique magnéien pour le réervoir juraique. Par ailleur, deux type de fonctionnement hydrodynamique ont à ditinguer parmi le quatre ytème étudié. Le premier correpond à un comportement kartique (ource de la Fontaine d Orbe et de l ) avec le plu forte variation annuelle de la minéraliation et de la température. Le econd, de type carbonaté fiuré (Mourtè et Gourgouch), montre à l invere de valeur trè table quelle que oit la période hydrologique. Cette concluion et corroborée par l étude de variation de teneur en 13 C meurée au cour de période hydrologique ditincte et par celle de équilibre calcocarbonique (3) En effet, à l étiage, le eaux de quatre ource préentent un 13 C identique avoiinant 13 (à ±,2), par contre, uite à de fort cumul de précipitation le teneur en 13 C baient de 1 aux ource kartique et augmentent de 1 aux ource iue d aquifère fiuré dan le même temp. De plu la relation linéaire LogpCO2/ISc montre de coefficient de régreion ditinct elon l origine de la ource : -,8 pour une origine kartique et 1 pour le ource iue d un aquifère fiuré. L enemble de ce réultat converge et conduit à la propoition elon laquelle il exite deux type de fonctionnement hydrodynamique dan le chaînon béarnai : l un de type fiuré et l autre kartique. Le ytème de la Fontaine d Orbe et de l, bien qu étant tou deux kartique et particulièrement vulnérable, ne réagient cependant pa de la même manière à un évènement pluvieux : ceci et décrit dan le paragraphe uivant. 12

7 III.2. Vulnérabilité de ource de la Fontaine d Orbe et de l Lor d un événement pluvieux, le réaction de deux ource différent (Figure 4) : dan le ca de la Fontaine d Orbe, la minéraliation augmente (ou diminue elon l antécédent hydrologique) et et aociée à une baie de la température (non repréentée ici) alor que dan le ca de l, on oberve une diminution ytématique de la conductivité et de la température (3). Ce variation ont accompagnée d une augmentation quai ytématique de la turbidité. Rey (3) et inpiré de travaux de Valdè (4)et William (5) pour étudier le relation entre la turbidité et la conductivité et analyer le proceu régiant le tranport du matériel particulaire au ein de aquifère. Le répone de la ource de l ont caractéritique d un aquifère kartique aux drain bien développé avec une infiltration de eaux météorique facilitée par de nombreue fracture et forme d éroion kartique. En revanche le type de répone de la Fontaine d Orbe traduient de proceu complexe avec tockage dan de conduit kartique de la zone non aturée et annexe au ytème de drainage principal ; de plu ce répone emblent dépendre de l antécédent hydrologique. Dan tou le ca, ce deux ource et celle qui pourraient leur être apparentée ont enible aux condition environnementale et aux condition climatique et météorologique. 12 (NTU et mm) Pluie cumulée 335 (µs/cm ) (NTU et mm) Pluie cumulée 36 (µs/cm ) /9 1/9 12/9 14/ /9 26/9 28/9 3/9 2/ Fontaine d Orbe 3 Conductivité (µs/cm) 34 Conductivité Turbidité 6/5 9/5 12/5 3/6 6/6 9/6 2 1 Turbidité (NTU) 4 4 Conductivité (µs/cm) Turbidité (NTU) 2 6/5 7/5 8/5 9/5 1/5 11/5 12/5 1/6 2/6 3/6 Figure 4 : Evolution de la conductivité et de la turbidité aux ource de la Fontaine d Orbe et de l (en haut, détail de deux épiode) 13

8 Contexte climatique Le contexte climatique de chaînon béarnai (pluviométrie, température, évapotranpiration) a été étudié en détail par Rey (3), le grand trait climatologique de la région eront donc préenté ici en appuyant ur la eule tation d Oloron-Sainte-Marie (tation n de Météo-France, 43 1'12"N, 35'24"W, 235 m d altitude) ituée au nord de chaînon et au confluent de deux gave le traverant : le gave d Ape et d Oau. La érie chronologique dont nou dipoon commence au moi de février 1964 et e termine au moi de décembre 27 ; on préente ci-deou une analye de chronique annuelle et menuelle. Le précipitation annuelle fluctuent (Figure 5) an toutefoi montrer de tendance ignificative ; le plu faible d entre elle datent de plu d une vingtaine d année (Figure 6). Le précipitation menuelle (Figure 7) ont, elle aui, trè variable avec de coefficient de variation tou upérieur à 4%. Cette forte variabilité et principalement due à de valeur maximale extrême qui, à l exception de celle du moi d août 27, ont toute antérieure à la décennie écoulée : ceci et particulièrement net pour le moi de janvier (35 mm en 1986), mai (318 mm en 198), octobre (317 mm en 1992) et, dan une moindre meure, pour le moi de juin et décembre. L analye détaillée moi par moi ne montre de tendance ignificative ni à l augmentation ni à la diminution que ce oit au cour de la totalité de la période [ ] ou au cour de eule dix dernière année. Le ditribution de précipitation cumulée e répartient à l intérieur d un fueau deiné par le moi de juillet (moi le plu ec) et d avril (moi le plu pluvieux) à l intar de celle du moi de mar reportée ur la Figure 8. Le fueau va en étalant de faible valeur aux forte valeur marquant aini nettement l étalement de forte valeur extrême. En concluion, la ditribution de pluie au cour de quarante quatre dernière année à Oloron-Sainte-Marie ne montre aucune tendance particulière à caractère tatitique avéré ni à l échelle annuelle, ni moi par moi, il n y pleut en particulier pa moin ; il y pleuvrait peut-être un peu plu i l on e référait de façon implite à la pente de la droite de régreion (b y,x = 1,5 mm/an calculé à partir de année civile et 1,8 mm/an pour le année hydrologique). L analye de la température au cour de la même période (Figure 9) montre que celle de année récente e ituent principalement dan le troiième quart de la courbe de fréquence cumulée (année 2, 22, 23, 24, et 26) ; l année 27 montre, par contre, une température inférieure (13 1) à la moyenne (13 3). La tendance à l augmentation de température moyenne annuelle et manifete et cela d autant plu que l analye et limitée à la période [ ]. Pour cette période l accroiement etimé par le coefficient de régreion linéaire erait de 1 15 alor que, etimé ur la totalité de la période, il erait de 1 5 en 43 an. Rey (3) a montré que cette élévation de température et due à celle de certain moi de l année. Ce moi ont, tenant compte de l année 27, le moi de mar, avril, mai, juin et octobre pour lequel le élévation de température toujour etimée par le coefficient de régreion eraient de,6,,5,,9,,6 et,8 /an pour la période Il faut noter que le moi de mar, mai, juin, et octobre retent marqué par un accroiement moindre mai ignificatif lorque la période et élargie à l intervalle Il ne era pa quetion d évapotranpiration dan cet article mai il et apparaît que le moi pour lequel le température moyenne menuelle augmentent ont ceux pour lequel la demande biologique en eau et forte, ce qui contribue donc à une moin grande diponibilité pour la recharge de nappe. Ce obervation encore fragmentaire tant en raion de la durée de la érie de donnée que par le type d analye en corroborent d autre établie par ailleur, par exemple à l échelle régionale par l analye de donnée de la tation de Bordeaux Mérignac (6) ou de façon plu globale (7). 14

9 Précipitation mm moyenne = janvier mar mai juillet eptembre novembre Figure 5 : Hauteur pluviométrique annuelle (année hydrologique : cercle rouge et, civile : croix noire) à Oloron-Sainte-Marie Ditribution cumulée Précipitation mm Figure 6 : Ditribution de fréquence cumulée de hauteur pluviométrique annuelle (par année civile) et loi normale Ditribution cumulée Température C Figure 9 : Ditribution cumulée de température moyenne menuelle à Oloron- Sainte-Marie et loi normale Figure 7 : Valeur maximale, 3 ème quartile, moyenne et médiane, 1 er quartile et minimale de hauteur pluviométrique menuelle (barre rouge verticale= moyenne +/- un écart type) Avril Juillet Figure 8 : Fueau de précipitation menuelle au cour de 44 dernière année (ditribution cumulée). La courbe intermédiaire et celle du moi de mar T Figure 1 : Température moyenne annuelle depui l année 1964 à Oloron-Sainte-Marie 15

10 IV. CONCLUSION ET PERSPECTIVES Un corpu important de donnée a été contitué contribuant à la connaiance de aquifère carbonaté de chaînon béarnai tant du point de vue de la définition de leur géométrie et de leur aire d alimentation que de la compréhenion de leur fonctionnement hydrodynamique, eentielle à leur bonne getion. L interprétation de ce corpu de donnée et le modèle conceptuel qui en ont découlé ont permi à Rey (3) de propoer un modèle pour l étude de reource en eau outerraine dan la région de chaînon béarnai ce qui devrait permettre de répondre aux exigence émie dan la Directive Cadre Européenne 2/6/CE. Une caractériation complète de la richee et de la vulnérabilité de ource de chaînon béarnai devrait donc être enviagée à court terme afin d établir de bilan hydrologique quantitatif préci ce qui demande à ce que de débit puient être préciément meuré. Le préoccupation d ordre ociétal exigent par ailleur que la cartographie de la vulnérabilité de ce ource oit réaliée et mie à dipoition du public. Enfin, il emble utile de e donner le moyen d améliorer la connaiance de temp de éjour dan le ytème hydrogéologique en e fondant ur l analye de couple iotopique 3 H- 3 He (pour le ytème de type fiuré) et 18 O- 2 H (pour le ytème kartique). Il era alor poible d etimer l évolution de la reource en fonction de cénarii climatique élaboré en relation avec l évolution climatique à plu ou moin long terme dont on a vu que l évolution de température était manifete. Remerciement Le auteur remercient le Coneil Régional d Aquitaine, le Coneil Général de Pyrénée Atlantique, et l Agence de l eau Adour Garonne et l ANRT (convention CIFRE) pour le outien qu il ont apporté à ce projet Référence bibliographique (1) Berteaud P. (25) - Le eaux outerraine, un patrimoine eentiel, dan l eau outerraine, Géocience, n 3. (2) EauFrance ite (3) Rey F. (27) - Reource en eau outerraine dan le chaînon béarnai (Pyrénée- Atlantique). Géométrie, et fonctionnement hydrogéologique de quatre aquifère carbonaté. Thèe de doctorat, Univerité Bordeaux 1. (4) Valdè D., Dupont JP, Maei N., Laignel B., Rodet J. (26) - Invetifation of kart hydrodynamic and organization uing autocorrelation and T- C curve. Journal of Hydrology, 329, (5) William G.P. (1989) - Sediment concentration veru water dicharge during ingle hydrologic event in river. Journal of Hydrology, 111. (6) Ri J., Malaurent Ph. (28) - Evolution de température et de précipitation à Mérignac depui le année 192. L écho de Falun, n 22-23, (7) IFEN (25) - Le indice du réchauffement climatique. Le donnée de l environnement, 12,

Précipitation - Produit de solubilité

Précipitation - Produit de solubilité Précipitation Produit de olubilité A Introduction : Lor de l addition de certain ion ( O H, Cl,...) dan une olution contenant de cation métallique, nou contaton qu il apparaît une phae olide. L apparition

Plus en détail

La lettre. La Gestion des filiales dans une PME : Bonnes Pratiques et Pièges à éviter. Implantations à l étranger : Alternatives à la création

La lettre. La Gestion des filiales dans une PME : Bonnes Pratiques et Pièges à éviter. Implantations à l étranger : Alternatives à la création Doier : Getion d entreprie 42 La Getion de filiale dan une PME : Bonne Pratique et Piège à éviter Certaine PME ont tout d une grande. entreprie. A commencer par la néceité d avoir de filiale. Quel ont

Plus en détail

Modifié le 2 juillet 2015 GUIDE DES BOURSIERS DE L AIEA

Modifié le 2 juillet 2015 GUIDE DES BOURSIERS DE L AIEA Modifié le 2 juillet 2015 GUIDE DES BOURSIERS DE L AIEA Guide de bourier de l AIEA TABLE DES MATIERES I. INTRODUCTION... 2 II. PRÉPARATION POUR LE PROGRAMME DE BOURSE... 2 III. CONSIDÉRATIONS FINANCIÈRES...

Plus en détail

Les sondes d oscilloscopes

Les sondes d oscilloscopes Le onde d ocillocope /6 I Decription Il exite troi grande catégorie de onde: - Le onde paive (, L, C, atténuatrice ou non, avec de rapport d atténuation de,, ou (Sonde X, X, X, X. - 2 Le onde active, qui

Plus en détail

RETIRER DE L ARGENT DE VOTRE SOCIÉTÉ

RETIRER DE L ARGENT DE VOTRE SOCIÉTÉ LETTRE MENSUELLE DE CONSEILS DESTINÉS À MAXIMALISER LE FLUX DE REVENUS RETIRÉS DE VOTRE SOCIÉTÉ OPTIMALISATION DU MOIS Déterminer le taux du marché... Si votre ociété vou vere un intérêt, elle doit de

Plus en détail

ETAT D AVANCEMENT DE LA RECHERCHE. Mensualisation du kilométrage annuel avec KILOMENE

ETAT D AVANCEMENT DE LA RECHERCHE. Mensualisation du kilométrage annuel avec KILOMENE ETAT D AVANCEMENT DE LA RECHERCHE Menualiation du étrage annuel avec KILOMENE 98MT33 S. Laarre (INRETS-DERA, Arcueil) L. Jaeger (LOI, Colmar) P. A. Hoyau (INRETS-DERA, Arcueil) Synthèe de la recherche

Plus en détail

Changement de fréquence, effet Doppler

Changement de fréquence, effet Doppler N 804 BULLETIN DE L'UNION DES PHYSICIENS 869 Changement de fréquence, effet Doppler par Yve BAIMA, André JORANDON, Sylvie MORLEN et Marc VINCENT Lycée La Martinière Monplaiir - 69372 Lyon Cedex 08 RÉSUMÉ

Plus en détail

EPFL 2010. TP n 3 Essai oedomètrique. Moncef Radi Sehaqui Hamza - Nguyen Ha-Phong - Ilias Nafaï Weil Florian

EPFL 2010. TP n 3 Essai oedomètrique. Moncef Radi Sehaqui Hamza - Nguyen Ha-Phong - Ilias Nafaï Weil Florian 1 EPFL 2010 Moncef Radi Sehaqui Hamza - Nguyen Ha-Phong - Ilia Nafaï Weil Florian 11 Table de matière Ø Introduction 3 Ø Objectif 3 Ø Déroulement de l eai 4 Ø Exécution de deux palier de charge 6 Ø Calcul

Plus en détail

Le paiement de votre parking maintenant par SMS

Le paiement de votre parking maintenant par SMS Flexibilité et expanion L expanion de zone de tationnement payant ou la modification de tarif ou de temp autorié peut e faire immédiatement. Le adree et le tarif en vigueur dan le nouvelle zone doivent

Plus en détail

Caractérisation de l interface Si/SiO 2 par mesure C(V)

Caractérisation de l interface Si/SiO 2 par mesure C(V) TP aractériation de l interface Si/SiO par meure (V) aractériation de l interface Si/SiO par meure (V) Introduction p I Effet de champ à l interface Si/SiO p Fonctionnement d une capacité MOS p Principe

Plus en détail

Votre entreprise et le marketing

Votre entreprise et le marketing Votre entreprie et le marketing SÉRIE PARTENAIRES EN AFFAIRES Selon la taille de votre entreprie Par où commencer Guide par étape SÉRIE PARTENAIRES EN AFFAIRES Utilier le marketing pour augmenter vo profit

Plus en détail

Béton armé et précontraint I VERIFICATIONS E.L.S. E.N.P.C. module B.A.E.P.1. Jean Marc JAEGER Setec TPI. ENPC Module BAEP1 Séance 3 1

Béton armé et précontraint I VERIFICATIONS E.L.S. E.N.P.C. module B.A.E.P.1. Jean Marc JAEGER Setec TPI. ENPC Module BAEP1 Séance 3 1 Béton armé et précontraint I VERIFICATIONS E.L.S. Jean Marc JAEGER Setec TPI E.N.P.C. module B.A.E.P.1 ENPC Module BAEP1 Séance 3 1 ENPC Module BAEP1 Séance 3 2 3. ETATS LIMITES DE SERVICE : Définition

Plus en détail

ÉTAT DES LIEUX STATISTIQUE EN AQUITAINE

ÉTAT DES LIEUX STATISTIQUE EN AQUITAINE CONTRIBUTION DU GROUPE «COOPÉRATIVES, MUTUELLES ET ASSOCIATIONS DE L ÉCONOMIE SOCIALE» Cette contribution à la note de conjoncture du CESER propoe dan une première partie une approche tatitique du ecteur

Plus en détail

Progressons vers l internet de demain

Progressons vers l internet de demain Progreon ver l internet de demain COMPRENDRE LA NOTION DE DÉBIT La plupart de opérateur ADSL communiquent ur le débit de leur offre : "512 Kb/", "1 Méga", "2 Méga", "8 Méga". À quoi ce chiffre correpondent-il?

Plus en détail

Travaux Pratiques d Electronique d Instrumentation I & II

Travaux Pratiques d Electronique d Instrumentation I & II TP1 : Caractériation de l ampliop réel (Chapitre I du cour d électronique d intrumentation) Le but de cette éance de TP et de d illutrer quelque caractéritique de l ampliop réel à traver l étude d un montage

Plus en détail

Servir. territoires. la réussite des hommes et des CONSEIL - EXPERTISE COMPTABLE. dossier de presse

Servir. territoires. la réussite des hommes et des CONSEIL - EXPERTISE COMPTABLE. dossier de presse Servir la réuite de homme et de territoire doier de pree CONSEIL - EXPERTISE COMPTABLE o m m a i r e CERFRANCE, c et bien plu 3 que de la comptabilité, c et du coneil Une conviction : même le petite entreprie

Plus en détail

Le compte épargne temps

Le compte épargne temps 2010 N 10-06- 05 Mi à jour le 15 juin 2010 L e D o i e r d e l a D o c 1. Définition Sommaire 2. Modification iue du décret n 2010-531 3. Principe du compte épargne temp Bénéficiaire potentiel Alimentation

Plus en détail

Cap Maths. Guide de l enseignant. Nouveaux programmes. cycle. Roland CHARNAY Professeur de mathématiques en IUFM

Cap Maths. Guide de l enseignant. Nouveaux programmes. cycle. Roland CHARNAY Professeur de mathématiques en IUFM Cap Math CP 2 cycle Guide de l eneignant Nouveaux programme SOUS LA DIRECTION DE Roland CHARNAY Profeeur de mathématique en IUFM Marie-Paule DUSSUC Profeeur de mathématique en IUFM Dany MADIER Profeeur

Plus en détail

TP6 : ALIMENTATION A DECOUPAGE : HACHEUR SERIE ET CONVERTISSEUR STATIQUE ABAISSEUR DE TENSION

TP6 : ALIMENTATION A DECOUPAGE : HACHEUR SERIE ET CONVERTISSEUR STATIQUE ABAISSEUR DE TENSION P6 : ALIMNAION A DCOUPAG : HACHUR SRI CONVRISSUR SAIQU ABAISSUR D NSION INRODUCION Le réeau alternatif indutriel fournit l énergie électrique principalement ou de tenion inuoïdale de fréquence et d amplitude

Plus en détail

Trouver des sources de capital

Trouver des sources de capital Trouver de ource de capital SÉRIE PARTENAIRES EN AFFAIRES Emprunt garanti et non garanti Vente de part de capital Programme gouvernementaux Source moin courante SÉRIE PARTENAIRES EN AFFAIRES Quelque principe

Plus en détail

Voyez la réponse à cette question dans ce chapitre. www.lifeinsuranceinsights.com/life-insurance-2/what-will-your-hobby-cost-you.

Voyez la réponse à cette question dans ce chapitre. www.lifeinsuranceinsights.com/life-insurance-2/what-will-your-hobby-cost-you. Erwan, d une mae de 65 kg, fait un aut de Bungee. Il tombe de 0 m avant que la corde du bungee commence à étirer. Quel era l étirement maximal de la corde i cette dernière agit comme un reort d une contante

Plus en détail

Il existe depuis longtemps dans nos sociétés une tendance à utiliser des sigles pour abréger des

Il existe depuis longtemps dans nos sociétés une tendance à utiliser des sigles pour abréger des ghhhf hhfhhj gbbj bghh hfhh bbb bbghhhf ;y dpi L'IDENTIFICATION DES SYMBOLES Chapitre 3 CHAPITRE 3 L IDENTIFICATION DES SYMBOLES Il exite depui longtemp dan no ociété une tendance à utilier de igle pour

Plus en détail

Catalogue formations. Carsat Nord-Est. Département des Risques Professionnels

Catalogue formations. Carsat Nord-Est. Département des Risques Professionnels Catalogue formation 2014 Carat Nord-Et Département de Rique Profeionnel INTRODUCTION La mie en œuvre d une politique de anté au travail dan l entreprie pae par l acquiition de connaiance et de compétence

Plus en détail

Centrale d'alarme SI 80-3

Centrale d'alarme SI 80-3 Centrale d'alarme SI 80-3 Notice d'utiliation Siemen AG Siemen AG 01.011 1 Siemen AG 01.011 Caractéritique technique ou réerve de modification. Livraion ou réerve de diponibilité. Le donnée et la conception

Plus en détail

Directive concernant l'utilisation de sedex

Directive concernant l'utilisation de sedex Département fédéral de l intérieur DFI Office fédéral de la tatitique OFS Diviion Regitre Office fédéral de la tatitique (OFS), fournieur de pretation de edex 21.05.2014 Directive concernant l'utiliation

Plus en détail

Dossier. Vtech, leader en France. Lexibook, leader en Europe

Dossier. Vtech, leader en France. Lexibook, leader en Europe Doier Par Yoan Langlai La tablette pour enf Si 6 million de tablette devraient e vendre cette année en France (préviion GfK), on etime à 1 million le nombre de vente de tablette pour enfant en 2013. Sur

Plus en détail

Comptes-titres et PEA FINAVEO. & a s s o c i é s

Comptes-titres et PEA FINAVEO. & a s s o c i é s Compte-titre et PEA FINAVEO & a o c i é LE RÔLE DES INTERVENANTS Met à votre dipoition la viualiation de vo compte Votre coneiller indépendant Vou accompagne dan vo invetiement Client FINAVEO & Aocié

Plus en détail

Parcours Hydrologie-Hydrogéologie. Apport des méthodes d infiltrométrie à la compréhension de l hydrodynamique de la zone non-saturée des sols.

Parcours Hydrologie-Hydrogéologie. Apport des méthodes d infiltrométrie à la compréhension de l hydrodynamique de la zone non-saturée des sols. Univerité Pierre et Marie Curie, École de Mine de Pari & École Nationale du Génie Rural de Eaux et de Forêt Mater Science de l Univer, Environnement, Ecologie Parcour Hydrologie-Hydrogéologie Apport de

Plus en détail

Gestion de Contacts & Clients

Gestion de Contacts & Clients elon le beoin de votre entreprie, nou vou propoon : 3ACT! pour le indépendant ou le petite entreprie qui ouhaitent organier et développer leur activité. 3ACT! Premium pour le entreprie qui ouhaitent améliorer

Plus en détail

AVIS DE LA COMMISSION. 30 juin 2004

AVIS DE LA COMMISSION. 30 juin 2004 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AVIS DE LA COMMISSION 30 juin 2004 FUZEON 90 mg/ml, poudre et olvant pour olution injectable Boîte de 60 flacon de poudre pour olution injectable, 60

Plus en détail

Supplément du Républicain Lorrain du 9 septembre 2015 - Ne peut être vendu séparément

Supplément du Républicain Lorrain du 9 septembre 2015 - Ne peut être vendu séparément Supplément du Républicain Lorrain du 9 eptembre 2015 - Ne peut être vendu éparément Florent Doncourt UEM UEM_07_xxxx_Logo_coul 19/11/2007 82, bd de Batignolle - 75017 Pari - FRANCE Tél. : +33 (0)1 53 42

Plus en détail

Intitulée Etude et Synthèse des Caractéristiques de Réseaux d antennes Imprimées Supraconductrices dans la Bande Millimétrique

Intitulée Etude et Synthèse des Caractéristiques de Réseaux d antennes Imprimées Supraconductrices dans la Bande Millimétrique REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE MINISTERE DE L'ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE UNIVERSITE MENTOURI - CONSTANTINE FACULTE DES SCIENCES DE L'INGENIEUR DEPARTEMENT D'ELECTRONIQUE

Plus en détail

CHAPITRE 2 : TRANSPORT SOLIDE EN HYDRAULIQUE FLUVIALE

CHAPITRE 2 : TRANSPORT SOLIDE EN HYDRAULIQUE FLUVIALE CHAPITRE 2 : TRANSPORT SOLIDE EN HYDRAULIQUE FLUVIALE 2.1 - HYDRAULIQUE FLUVIALE ET HYDRAULIQUE TORRENTIELLE... 55 2.2 - EXPÉRIENCE POUR ILLUSTRER CHARRIAGE ET SUSPENSION... 57 2.3 - CHARRIAGE ET SUSPENSION

Plus en détail

Tusson (Charente) 05 45 31 6877

Tusson (Charente) 05 45 31 6877 e a l C imoine Patr Offre e ogiqu g a d é p arpen M b u l du C tion a à detin liement b. de éta et pécialié colaire ance ai et conn Hitoire ine bâti o tion du patrim r de la retaura e ti é Le m oine e

Plus en détail

PRÉSENTATION DU RÉSEAU INFORMATIQUE

PRÉSENTATION DU RÉSEAU INFORMATIQUE PRÉSENTATION DU RÉSEAU INFORMATIQUE 2.1 Apect phyique Le CHU de Beançon regroupe d une part l établiement Jean MINJOZ, monobloc de 13 étage aocié au Pôle Coeur Poumon, contruction adjacente ur 5 niveaux,

Plus en détail

Édito. Somm@ire. Mon Université Numérique. Édito. L Université Numérique Paris Île-de-France Les formations UNPIdF Mobilité

Édito. Somm@ire. Mon Université Numérique. Édito. L Université Numérique Paris Île-de-France Les formations UNPIdF Mobilité Somm@ire Édito Édito L Univerité Numérique Pari Île-de-France Le formation UNPIdF Mobilité Mon Univerité Numérique Rue de Fac Droit de uager et identité numérique Gloaire Webographie 1 2 4 6 7 23 24 26

Plus en détail

Maires en Nord. Gravelines veut renverser son image N 30. Mensuel de l Association des Maires du Nord. Tirage moyen 11 000 exemplaires

Maires en Nord. Gravelines veut renverser son image N 30. Mensuel de l Association des Maires du Nord. Tirage moyen 11 000 exemplaires Maire en Nord Menuel de l Aociation de Maire du Nord N 30 Octobre 2014 Tirage moyen 11 000 exemplaire Supplément au n 8695 www.gazettenpdc.fr N o 8695-10 octobre 2014 Graveline veut renverer on image Bertrand

Plus en détail

Politique de gestion. Date : 5 avril 2004

Politique de gestion. Date : 5 avril 2004 de getion Titre : Appel d offre public Soumiion (condition de recevabilité) No : PG 4.06 Sujet : Reource matérielle et ervice profeionnel Page : 1 de : 8 Approuvée par : Directeur général Nouvelle : Réviée

Plus en détail

Édito. Somm@ire. Mon Université Numérique. Édito. L Université Numérique Paris Île-de-France Les formations UNPIdF Mobilité

Édito. Somm@ire. Mon Université Numérique. Édito. L Université Numérique Paris Île-de-France Les formations UNPIdF Mobilité Somm@ire Édito Édito L Univerité Numérique Pari Île-de-France Le formation UNPIdF Mobilité Mon Univerité Numérique Rue de Fac Droit de uager et identité numérique Gloaire Webographie 1 2 4 6 7 23 24 26

Plus en détail

Édito. Somm@ire. Mon Université Numérique. Édito. L Université Numérique Paris Île-de-France Les formations UNPIdF Mobilité

Édito. Somm@ire. Mon Université Numérique. Édito. L Université Numérique Paris Île-de-France Les formations UNPIdF Mobilité Somm@ire Édito Édito L Univerité Numérique Pari Île-de-France Le formation UNPIdF Mobilité Mon Univerité Numérique Rue de Fac Droit de uager et identité numérique Gloaire Webographie 1 2 4 6 7 23 24 26

Plus en détail

Chapitre 2 TRANSPORT SOLIDE EN HYDRAULIQUE FLUVIALE

Chapitre 2 TRANSPORT SOLIDE EN HYDRAULIQUE FLUVIALE Chapitre 2 TRANSPORT SOLIDE EN HYDRAULIQUE FLUVIALE 1 - HYDRAULIQUE FLUVIALE ET HYDRAULIQUE TORRENTIELLE... 34 2 - CHARRIAGE ET SUSPENSION DES MATÉRIAUX NON COHÉRENTS... 35 3 - ÉROSION DU FOND, DÉPÔT...

Plus en détail

Édito. Somm@ire. Mon Université Numérique. Édito. L Université Numérique Paris Île-de-France Les formations UNPIdF Mobilité

Édito. Somm@ire. Mon Université Numérique. Édito. L Université Numérique Paris Île-de-France Les formations UNPIdF Mobilité Somm@ire Édito Édito L Univerité Numérique Pari Île-de-France Le formation UNPIdF Mobilité Mon Univerité Numérique Rue de Fac Droit de uager et identité numérique Gloaire Webographie 1 2 4 6 7 23 24 26

Plus en détail

INSTITUT NATIONAL POLYTECHNIQUE DE GRENOBLE T H E S E. pour obtenir le grade de DOCTEUR DE L'INPG

INSTITUT NATIONAL POLYTECHNIQUE DE GRENOBLE T H E S E. pour obtenir le grade de DOCTEUR DE L'INPG INSTITUT NATIONAL POLYTECHNIQUE DE GRENOBLE N attribué par la bibliothèque /_/_/_/_/_/_/_/_/_/_/ T H E S E pour obtenir le grade de DOCTEUR DE L'INPG Spécialité : «Océan Atmophère Hydrologie» préparée

Plus en détail

À lire dans ce numéro :

À lire dans ce numéro : N 4 Tranport et déplacement en Martinique Agence D Urbanime et d Aménagement de Martinique À lire dan ce numéro : ur la doctrine p7-48 ur le réaliation et le projet p49-88 Autre regard : Expérience extrarégionale,

Plus en détail

Édito. Somm@ire. Mon Université Numérique. Édito. L Université Numérique Paris Île-de-France Les formations UNPIdF Mobilité

Édito. Somm@ire. Mon Université Numérique. Édito. L Université Numérique Paris Île-de-France Les formations UNPIdF Mobilité Somm@ire Édito Édito L Univerité Numérique Pari Île-de-France Le formation UNPIdF Mobilité Mon Univerité Numérique Rue de Fac Droit de uager et identité numérique Gloaire Webographie 1 2 4 6 7 23 24 26

Plus en détail

Optique. LEYBOLD Fiches d expériences de physique P5.6.2.1. 0706-Gan/Hag. Vitesse de la lumière Mesure avec des impulsions lumineuses courtes

Optique. LEYBOLD Fiches d expériences de physique P5.6.2.1. 0706-Gan/Hag. Vitesse de la lumière Mesure avec des impulsions lumineuses courtes Optique Vitee de la lumière Meure avec de impulion lumineue courte LEYBOLD Fiche d expérience de phyique Détermination de la vitee de la lumière dan l air à partir de la ditance parcourue et du temp de

Plus en détail

Introduction aux algorithmes de bandit

Introduction aux algorithmes de bandit Mater MVA: Apprentiage par renforcement Lecture: 3 Introduction aux algorithme de bandit Profeeur: Rémi Muno http://reearcher.lille.inria.fr/ muno/mater-mva/ Référence bibliographique: Peter Auer, Nicolo

Plus en détail

COMMUNE DE FELLETIN. P R O C E S V E R B A L D U C O N S E I L M U N I C I P A L Séance ordinaire du jeudi 8 septembre 2011

COMMUNE DE FELLETIN. P R O C E S V E R B A L D U C O N S E I L M U N I C I P A L Séance ordinaire du jeudi 8 septembre 2011 R E P U B L I Q U E F R A N Ç A I S E DEPARTEMENT DE LA CREUSE ARRONDISSEMENT D AUBUSSON COMMUNE DE FELLETIN P R O C E S V E R B A L D U C O N S E I L M U N I C I P A L Séance ordinaire du jeudi 8 eptembre

Plus en détail

Keywords: Renewable Energy System, Modelling, Synchronous Generator, Simulation.

Keywords: Renewable Energy System, Modelling, Synchronous Generator, Simulation. Journal of Fundamental and Applied Science ISSN 111-9867 Available online at http://www.jfa.info OPTIIZATION OF AEOLIAN ENERGY CONVERSION OPTIISATION DE LA CONVERSION DE L ENERGIE EOLIENNE Y. Soufi *,

Plus en détail

Édito. Somm@ire. Mon Université Numérique. Édito. L Université Numérique Paris Île-de-France Les formations UNPIdF Mobilité

Édito. Somm@ire. Mon Université Numérique. Édito. L Université Numérique Paris Île-de-France Les formations UNPIdF Mobilité Somm@ire Édito Édito L Univerité Numérique Pari Île-de-France Le formation UNPIdF Mobilité Mon Univerité Numérique Rue de Fac Droit de uager et identité numérique Gloaire Webographie 1 2 4 6 7 23 24 26

Plus en détail

Produire moins, manger mieux!

Produire moins, manger mieux! Raak doier d Alimentation : o Produire moin, manger mieux! Nou voulon une alimentation de qualité. Combien de foi n entendon-nou pa cette revendication, et à jute titre. Mai i tout le monde et d accord

Plus en détail

Édito. Somm@ire. Mon Université Numérique. Édito. L Université Numérique Paris Île-de-France Les formations UNPIdF Mobilité

Édito. Somm@ire. Mon Université Numérique. Édito. L Université Numérique Paris Île-de-France Les formations UNPIdF Mobilité Somm@ire Édito Édito L Univerité Numérique Pari Île-de-France Le formation UNPIdF Mobilité Mon Univerité Numérique Rue de Fac Droit de uager et identité numérique Gloaire Webographie 1 2 4 6 7 23 24 26

Plus en détail

Bonne année 2012. Trait-d Union

Bonne année 2012. Trait-d Union KAZ 66 xp_mie en page 1 05/01/12 16:02 Page2 Trait-d Union Bonne année 2012 Cher lecteur de Kaz, nou omme heureux de vou ouhaiter une bonne année 2012. 2011 et déormai bien paée, avec un bilan poitif pour

Plus en détail

Paramètres clés pour la conception d une machine pentaphasée à aimants à double polarité

Paramètres clés pour la conception d une machine pentaphasée à aimants à double polarité SYPOSIU DE GENIE ELECTRIQUE (SGE 4) : EF-EPF-GE 04, 8-0 JUILLET 04, ENS CACHAN, FRANCE Paramètre clé pour la conception d une machine pentaphaée à aimant à double polarité Huein ZAHR,, Franck SCUILLER,

Plus en détail

CATALOGUE DE FORMATIONS

CATALOGUE DE FORMATIONS ce formation coneil getion de carrière CATALOGUE DE FORMATIONS 2015 Cabinet de coneil aux entreprie et organime de formation. QUI SOMMES-NOUS? CEOS (anciennement Atout Majeur) et un cabinet de coneil aux

Plus en détail

Aider un proche dépendant

Aider un proche dépendant doier le d Ière Magazine n Nou eron tou un jour concerné Aider un proche dépendant Avec le vieilliement de la population, de plu en plu d Iéroi ont amené à econder au quotidien un proche dépendant. Une

Plus en détail

Les jeunes dans le Haut-Jura

Les jeunes dans le Haut-Jura État de lieux Le jeune dan le Haut-Jura Mobilité et élévation du niveau de qualification pour répondre aux difficulté économique du territoire emploi formation inertion décembre 2014 Franche-Comté aire

Plus en détail

Ressources documentaires Directrice : Catherine Méric Documentalistes : Pascale Guellier, Chantal Brige-Ukpong

Ressources documentaires Directrice : Catherine Méric Documentalistes : Pascale Guellier, Chantal Brige-Ukpong Sommaire INFOS NATIONALES ET REGIONALES ORIENTATION METIERS FORMATIONS PARENTS GUIDES ETUDIER EN EUROPE ETABLISSEMENTS LYCEENS SALONS ETUDIANTS ETUDES ET HANDICAP ADRESSES COLLEGIENS EQUIPES EDUCATIVES

Plus en détail

Impact de l éolien sur le réseau de transport et la qualité de l énergie

Impact de l éolien sur le réseau de transport et la qualité de l énergie 1 Impact de l éolien ur le réeau de tranport et la qualité de l énergie B. Robyn 1,2, A. Davigny 1,2, C. Saudemont 1,2, A. Anel 1,2, V. Courtecuie 1,2 B. Françoi 1,3, S. Plumel 4, J. Deue 5 Centre National

Plus en détail

LES MÉTROPOLES MONDIALES, DES LIEUX DE COMMANDEMENT

LES MÉTROPOLES MONDIALES, DES LIEUX DE COMMANDEMENT 8 Introduction LES MÉTROPOLES MONDIALES, DES LIEUX DE COMMANDEMENT 8 Le Palai de Wetminter (Royaume-Uni) Une part importante de homme, de production et de échange e trouve dan un nombre limité de grande

Plus en détail

Sciences et technologies de l information et de la communication

Sciences et technologies de l information et de la communication Science et technologie de l information et de la communication 174 page Contexte général 176 page 5 appel à projet en 2013 ChIST-ERA Edition 2013 Call 2012 Contenu numérique et interaction - CONTINT Infratructure

Plus en détail

Édito. Somm@ire. Mon Université Numérique. Édito. L Université Numérique Paris Île-de-France Les formations UNPIdF Mobilité

Édito. Somm@ire. Mon Université Numérique. Édito. L Université Numérique Paris Île-de-France Les formations UNPIdF Mobilité Somm@ire Édito Édito L Univerité Numérique Pari Île-de-France Le formation UNPIdF Mobilité Mon Univerité Numérique Rue de Fac Droit de uager et identité numérique Gloaire Webographie 1 2 4 6 7 23 24 26

Plus en détail

Projet. Courbe de Taux. Daniel HERLEMONT 1

Projet. Courbe de Taux. Daniel HERLEMONT 1 Projet Courbe de Taux Daniel HERLEMONT Objectif Développer une bibliothèque en langage C de fonction relative à la "Courbe de Taux" Valeur Actuelle, Taux de Rendement Interne, Duration, Convexité, Recontitution

Plus en détail

Guide de configuration d'une classe

Guide de configuration d'une classe Guide de configuration d'une clae Viion ME Guide de configuration d'une clae Contenu 1. Introduction...2 2. Ajouter de cour...4 3. Ajouter de reource à une leçon...5 4. Meilleure pratique...7 4.1. Organier

Plus en détail

Édito. Somm@ire. Mon Université Numérique. Édito. L Université Numérique Paris Île-de-France Les formations UNPIdF Mobilité

Édito. Somm@ire. Mon Université Numérique. Édito. L Université Numérique Paris Île-de-France Les formations UNPIdF Mobilité Somm@ire Édito Édito L Univerité Numérique Pari Île-de-France Le formation UNPIdF Mobilité Mon Univerité Numérique Rue de Fac Droit de uager et identité numérique Gloaire Webographie 1 2 4 6 7 23 24 26

Plus en détail

Édito. Somm@ire. Mon Université Numérique. Édito. L Université Numérique Paris Île-de-France Les formations UNPIdF Mobilité

Édito. Somm@ire. Mon Université Numérique. Édito. L Université Numérique Paris Île-de-France Les formations UNPIdF Mobilité Somm@ire Édito Édito L Univerité Numérique Pari Île-de-France Le formation UNPIdF Mobilité Mon Univerité Numérique Rue de Fac Droit de uager et identité numérique Gloaire Webographie 2 4 6 7 23 24 26 28

Plus en détail

BAREME sur 40 points. Informatique - session 2 - Master de psychologie 2006/2007

BAREME sur 40 points. Informatique - session 2 - Master de psychologie 2006/2007 BAREME ur 40 point Informatique - eion 2 - Mater de pychologie 2006/2007 Bae de donnée PRET de MATERIEL AUDIO VISUEL. Remarque : Le ujet comporte 7 page. Vérifier qu il et complet avant de commencer. Une

Plus en détail

Cadeaux d affaires, cadeaux d entreprises, objets publicitaires www.france-cadeaux.fr - services@france-cadeaux.fr

Cadeaux d affaires, cadeaux d entreprises, objets publicitaires www.france-cadeaux.fr - services@france-cadeaux.fr Siège France Cadeaux 84 rue de Courbiac 17100 Sainte 00 33 (0)5 46 74 66 00 RC.424 290 211 00012 Cadeaux d affaire, cadeaux d entreprie, objet publicitaire www.france-cadeaux.fr - ervice@france-cadeaux.fr

Plus en détail

Somm@ire. Mon Université Numérique. Édito L Université Numérique Paris Île-de-France Les formations UNPIdF Mobilité

Somm@ire. Mon Université Numérique. Édito L Université Numérique Paris Île-de-France Les formations UNPIdF Mobilité Somm@ire Édito L Univerité Numérique Pari Île-de-France Le formation UNPIdF Mobilité 1 2 4 6 Mon Univerité Numérique 7 Rue de Fac Droit de uager et identité numérique Gloaire Webographie 23 24 26 28 Édito

Plus en détail

JOURNAL OFFICIEL DE-LA RÉPUBLIQUE 1+1tANÇAIS -È-

JOURNAL OFFICIEL DE-LA RÉPUBLIQUE 1+1tANÇAIS -È- * Année 1966-1967. N 103 A. N. lie Numéro : 1 I' Vendredi 25 Novembre 1966 * JOURNAL OFFICIEL DE-LA RÉPUBLIQUE 1+1tANÇAIS -È- DÉBATS PARLEMENTAIRES ASSEMBLÉE NATIONALE COMPTE RENDU INTÉGRAL DES SÉANCES

Plus en détail

Présentation de l Etude notariale Lasaygues & Associés 1. Nos domaines d'intervention 2. Genèse de notre Projet Notarial 6.

Présentation de l Etude notariale Lasaygues & Associés 1. Nos domaines d'intervention 2. Genèse de notre Projet Notarial 6. Préentation e l Etue notariale Laaygue & Aocié 1 No omaine 'intervention 2 Genèe e notre Projet Notarial 6 Vo Contact 7 Pour plu inormation veuillez contacter: Diier Laaygue / Hubert e Vaulgrenant 142

Plus en détail

Diagnostic sensible du paysage de Breil-Barberie

Diagnostic sensible du paysage de Breil-Barberie Diagnotic enible du payage de Breil-Barberie Avi de l atelier citoyen Juin 2013 MANDAT CONFIÉ À L ATELIER CITOYEN PAR LA VILLE DE NANTES 04 Le contexte et la problématique de la démarche de dialogue citoyen

Plus en détail

Simulation numérique de l absorption d hydrogène dans un réacteur annulaire muni de refroidissement

Simulation numérique de l absorption d hydrogène dans un réacteur annulaire muni de refroidissement Simulation numérique de l aborption d hydroène dan un réacteur annulaire muni de refroidiement Ali Boukhari #,* 1, Rachid Beaïh * # Département de énie mécanique, Univerité d'el-oued, B.P. 789, 9000 El-Oued,

Plus en détail

Construire vos indicateurs pour atteindre vos objectifs

Construire vos indicateurs pour atteindre vos objectifs Management la anté et la écurité au travail Contruire vo indicateur pour atteindre vo objectif L Intitut national recherche et écurité (INRS) Dan le domaine la prévention rique profeionnel, l INRS et un

Plus en détail

Somm@ire. Mon Université Numérique. Édito L Université Numérique Paris Île-de-France Les formations UNPIdF Mobilité

Somm@ire. Mon Université Numérique. Édito L Université Numérique Paris Île-de-France Les formations UNPIdF Mobilité Somm@ire Édito L Univerité Numérique Pari Île-de-France Le formation UNPIdF Mobilité 1 2 4 6 Mon Univerité Numérique 7 Rue de Fac Droit de uager et identité numérique Gloaire Webographie 23 24 26 28 Édito

Plus en détail

Ventilation à la demande

Ventilation à la demande PRÉSENTATION Ventilation à la demande Produit de pointe pour ventilation à la demande! www.wegon.com La ventilation à la demande améliore le confort et réduit le coût d exploitation Lorque la pièce et

Plus en détail

SERVICE PUBLIC DE WALLONIE

SERVICE PUBLIC DE WALLONIE SERVICE PUBLIC DE WALLONIE Evaluation la tratégie régionale wallonne en matière programme opérationnel à caractère durable dan le ecteur fruit et légume Cahier Spécial Charge n MP2012_Eval_PO_2012 Rapport

Plus en détail

Édito. Somm@ire. Mon Université Numérique. Édito. L Université Numérique Paris Île-de-France Les formations UNPIdF Mobilité

Édito. Somm@ire. Mon Université Numérique. Édito. L Université Numérique Paris Île-de-France Les formations UNPIdF Mobilité Somm@ire Édito Édito L Univerité Numérique Pari Île-de-France Le formation UNPIdF Mobilité Mon Univerité Numérique Rue de Fac Droit de uager et identité numérique Gloaire Webographie 1 2 4 6 7 23 24 26

Plus en détail

Somm@ire. Mon Université Numérique. Édito L Université Numérique Paris Île-de-France Les formations UNPIdF Mobilité

Somm@ire. Mon Université Numérique. Édito L Université Numérique Paris Île-de-France Les formations UNPIdF Mobilité Somm@ire Édito L Univerité Numérique Pari Île-de-France Le formation UNPIdF Mobilité 1 2 4 6 Mon Univerité Numérique 7 Rue de Fac Droit de uager et identité numérique Gloaire Webographie 23 24 26 28 Édito

Plus en détail

Chapitre V Symétrie moléculaire Eléments de théorie des groupes

Chapitre V Symétrie moléculaire Eléments de théorie des groupes Chaitre V Smétrie moléculaire Elément de théorie de groue. ération et élément de métrie moléculaire.. Définition Une oération de métrie et un délacement, elon de règle bien définie, d un oint ou d un enemble

Plus en détail

unenfant Avoir en préservant ses droits

unenfant Avoir en préservant ses droits Avoir unenfant en préervant e droit Guide adreant aux travailleue et travailleur du ecteur public du réeau de la anté et de ervice ociaux Le comité de condition féminine de la La mie à jour de ce guide

Plus en détail

Édito. Somm@ire. Mon Université Numérique. Édito. L Université Numérique Paris Île-de-France Les formations UNPIdF Mobilité

Édito. Somm@ire. Mon Université Numérique. Édito. L Université Numérique Paris Île-de-France Les formations UNPIdF Mobilité Somm@ire Édito Édito L Univerité Numérique Pari Île-de-France Le formation UNPIdF Mobilité Mon Univerité Numérique Rue de Fac Droit de uager et identité numérique Gloaire Webographie 1 2 4 6 7 23 24 26

Plus en détail

La direction des solidarités Se loger à Moissy

La direction des solidarités Se loger à Moissy La direction de olidarité Se loger à Moiy La direction de olidarité La Source - Place du Souvenir - BP24-77550 Moiy-Cramayel cedex Tél. : 01 64 88 15 80 - Fax : 01 64 88 15 26 QU EST CE QUE LA GUP LA GESTION

Plus en détail

Gestion des services IT Foundation basée sur la norme ISO/CIE 20000

Gestion des services IT Foundation basée sur la norme ISO/CIE 20000 Guide de Préparation Getion de ervice IT Foundation baée ur la norme ISO/CIE 20000 Édition Novembre 2013 Copyright 2013 EXIN All right reerved. No part of thi publication may be publihed, reproduced, copied

Plus en détail

Prudence, Epargne et Risques de Soins de Santé Christophe Courbage

Prudence, Epargne et Risques de Soins de Santé Christophe Courbage Prudence, Epargne et Rique de Soin de Santé Chritophe Courbage ASSOCIATION DE GENÈVE Introduction Le compte d épargne anté (MSA), une nouvelle forme d intrument pour couvrir le dépene de anté en ca de

Plus en détail

Réussir son installation domotique et multimédia

Réussir son installation domotique et multimédia La maion communicante Réuir on intallation domotique et multimédia Françoi-Xavier Jeuland Avec la contribution de Olivier Salvatori 2 e édition Groupe Eyrolle, 2005, 2008, ISBN : 978-2-212-12153-7 1 Qu

Plus en détail

1GÉNÉRALE. Rentrée 2014 L ENTREE EN ET TECHNOLOGIQUE. Nouvelle-Calédonie Kalédoni Kaledoni Kaledronia Kalédonia

1GÉNÉRALE. Rentrée 2014 L ENTREE EN ET TECHNOLOGIQUE. Nouvelle-Calédonie Kalédoni Kaledoni Kaledronia Kalédonia Rentrée 2014 Toute l info ur le métier et le formation Pârâ nô ré gèré yè tâwai vèki pârâ wakè mâ pârâ vi a pâgürü. Itre ithuemacany ngöne la itre ini nyine troa inine Ileoden ore ac co carajewe on ore

Plus en détail

guide pour la rentrée

guide pour la rentrée guide pour la rentrée 2010 Minitère de l Éducation nationale Minitère de l Eneignement upérieur et de la Recherche Office national d information ur le eneignement et le profeion 12 mail Barthélemy Thimonnier,

Plus en détail

Boas-vindas. Welkom. Bienvenido. Étudier. Bem-vindo. à Montpellier, Bienvenue. Welcome. GUIDE pratique. Willkommen. Bem-vindo.

Boas-vindas. Welkom. Bienvenido. Étudier. Bem-vindo. à Montpellier, Bienvenue. Welcome. GUIDE pratique. Willkommen. Bem-vindo. Welkom Boa-vinda Étudier Bienvenido Bem-vindo à Montpellier, Nîme, Perpignan Bienvenue Welcome Willkommen Benvenuto Bem-vindo GUIDE pratique POUR LES Étudiant internationaux SOMMAIRE 1 Préentation 1 Préentation

Plus en détail

ASSURANCE AUTO. conditions générales

ASSURANCE AUTO. conditions générales ASSURANCE AUTO condition générale VOTRE CONTRAT Le contrat d'aurance auto ditribué par idmacif.fr et auré par Macifilia, SA au capital de 8 840 000, entreprie régie par le code de aurance - RCS Niort n

Plus en détail

MIPOLAM EL. gerflor.fr

MIPOLAM EL. gerflor.fr MIPOLAM EL gerflor.fr MIPOLAM EL Électronique Salle propre et térile Santé, Plateaux technique 2 Une gamme complète de produit pour tou locaux enible aux rique ESD L électricité tatique L électricité tatique

Plus en détail

UNEP / UNESCO / UN-HABITAT / ECA ASSESSMENT OF POLLUTION AND VULNERABILI TY OF WATER SUPPLY AQUIFERS OF AFRICA CITIES

UNEP / UNESCO / UN-HABITAT / ECA ASSESSMENT OF POLLUTION AND VULNERABILI TY OF WATER SUPPLY AQUIFERS OF AFRICA CITIES UNEP / UNESCO / UN-HABITAT / ECA ASSESSMENT OF POLLUTION AND VULNERABILI TY OF WATER SUPPLY AQUIFERS OF AFRICA CITIES EVALUATION DE LA POLLUTION ET DE LA VULNERABILITE DES AQUIFERES DES GRANDES CI TES

Plus en détail

ANS R+T SALON LEADER MONDIAL DES FERMETURES, PORTES/PORTAILS ET DE LA PROTECTION SOLAIRE

ANS R+T SALON LEADER MONDIAL DES FERMETURES, PORTES/PORTAILS ET DE LA PROTECTION SOLAIRE ANS R+T SALON LEADER MONDIAL DES FERMETURES, PORTES/PORTAILS ET DE LA PROTECTION SOLAIRE «Comme d habitude le alon R+T était pour nou un alon réui où il va de oi de participer.» Jürgen Eckhardt, directeur

Plus en détail

Conception de convertisseurs DC/DC à base de MEMS

Conception de convertisseurs DC/DC à base de MEMS onception de convertieur D/D à bae de MEMS S. Ghandour To cite thi verion: S. Ghandour. onception de convertieur D/D à bae de MEMS. Micro and nanotechnologie/microelectronic. Univerité Joeph-Fourier -

Plus en détail

Modélisation d une section de poutre fissurée en flexion

Modélisation d une section de poutre fissurée en flexion Moéliation une ection e poutre fiurée en flexion Prie en compte e effort tranchant Chritophe Varé* Stéphane Anrieux** * EDF R&D, Département AMA 1, av. u Général e Gaulle, 92141 Clamart ceex chritophe.vare@ef.fr

Plus en détail

Courrier Fédéral @ @ N 320 EDITORIAL INDUSTRIE PLUS LOIN QUE NOS DROITS. PUBLICITE page 8. Adresse du site de la FTM-CGT. http://www.ftm-cgt.

Courrier Fédéral @ @ N 320 EDITORIAL INDUSTRIE PLUS LOIN QUE NOS DROITS. PUBLICITE page 8. Adresse du site de la FTM-CGT. http://www.ftm-cgt. Courrier Fédéral N 320 du 13.10.12 au 19.10.12 @ @ Adree du ite de la FTM-CGT http://www.ftm-cgt.fr Fédération de travailleur de la métallurgie CGT ISSN 0152-3082 EDITORIAL Aprè la journée de mobiliation

Plus en détail

Somm@ire. Mon Université Numérique. Édito L Université Numérique Paris Île-de-France Les formations UNPIdF Mobilité

Somm@ire. Mon Université Numérique. Édito L Université Numérique Paris Île-de-France Les formations UNPIdF Mobilité Somm@ire Édito L Univerité Numérique Pari Île-de-France Le formation UNPIdF Mobilité 1 2 4 6 Mon Univerité Numérique 7 Rue de Fac Droit de uager et identité numérique Gloaire Webographie 23 24 26 28 Édito

Plus en détail

Somm@ire. Édito. Mon Université Numérique. Édito L Université Numérique Paris Île-de-France Les formations UNPIdF Mobilité

Somm@ire. Édito. Mon Université Numérique. Édito L Université Numérique Paris Île-de-France Les formations UNPIdF Mobilité Somm@ire Édito Édito L Univerité Numérique Pari Île-de-France Le formation UNPIdF Mobilité 1 2 4 6 Depui maintenant ept an, l Univerité Numérique Pari Île-de France vou accompagne dan la découverte de

Plus en détail

La décision dans l incertain préférences, utilité et probabilités. Philippe Bernard

La décision dans l incertain préférences, utilité et probabilités. Philippe Bernard La déciion dan l incertain préférence, utilité et probabilité Philippe Bernard Table de matière 1 Le rique 1 2 L epérance morale 2 3 Préférence et utilité 10 3.1 L approche parétienne... 10 3.2 Loterie

Plus en détail

Découvrez la gamme complète des certificats de signatures électroniques ChamberSign

Découvrez la gamme complète des certificats de signatures électroniques ChamberSign Découvrez la gamme complète de certificat de électronique ChamberSign www.chamberign.fr ppel d'offre Marché ublic SYLaé Signature électronique Document dématérialié Epace Sécurié Certifié Contrôle de légalité

Plus en détail