Le présent avis fait suite à certaines questions pratiques qui ont été posées pour pareils emprunts conclus en 2014.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le présent avis fait suite à certaines questions pratiques qui ont été posées pour pareils emprunts conclus en 2014."

Transcription

1 Explications concernant les conditions auxquelles les emprunts conclus en 2014 doivent satisfaire pour pouvoir entrer en considération pour la réduction d impôt régionale pour l habitation unique (bonus-logement) A partir de l exerce d imposition 2015, la réduction d impôt pour l habitation unique est octroyée sous la forme d une réduction d impôt régionale (ci-après bonus-logement régional) s il est satisfait à toutes les conditions. La réduction d impôt pour le bonus-logement régional est, sous réserve de mesures différentes prises par les régions 1, calculée comme suit : - pour les dépenses faites pour les emprunts hypothécaires conclus jusqu au inclus 2 : au taux d imposition le plus élevé appliqué au contribuable tel que visé à l art. 130, CIR 92, (50 % pour la tranche au-dessus de euros (montant indexé pour l ex. d imp. 2015), avec un minimum de 30 %; - pour les dépenses faites pour les emprunts hypothécaires conclus à partir du : au taux de 45 % 1. L avantage fiscal pour les dépenses faites pour les emprunts hypothécaires conclus à partir du qui entrent en considération pour le bonus-logement régional est modifié même si les régions ne prennent aucune mesure propre en la matière. Par conséquent, beaucoup de contribuables ont accéléré leur décision de conclure un emprunt hypothécaire qui finance l achat, la construction ou la rénovation de leur propre habitation. Le présent avis fait suite à certaines questions pratiques qui ont été posées pour pareils emprunts conclus en A. Quand l emprunt hypothécaire a-t-il été conclu? Jusqu à présent, la date de l acte authentique (passé devant notaire) est toujours prise en considération. Toutefois, lorsque l emprunt a été contracté en remplacement d un emprunt existant (emprunt de refinancement), la date de l acte authentique est celle de l emprunt initial. Lorsqu aucun acte authentique n est exigé (c est par exemple le cas lors d une reprise d encours dans le cadre d une ouverture de crédit), c est la date d acceptation de l offre de crédit qui est déterminante. B. L habitation doit être l habitation unique de l emprunteur au Si cette condition n est pas remplie, les paiements et cotisations, pour toute la durée du crédit hypothécaire, ne peuvent entrer en considération pour le bonus-logement régional même si l autre habitation est aliénée par la suite. 1 Certaines régions préparent actuellement des mesures propres qui, pour l heure, ne sont pas encore en vigueur et qui ne peuvent donc pas encore être communiquées. 2 Et les cotisations d une assurance contre la vieillesse et le décès prématuré que le contribuable a payées à titre définitif pour constituer une rente ou un capital en cas de vie ou en cas de décès en exécution d un contrat d assurance-vie qu il a conclu individuellement et qui sert exclusivement à la reconstitution ou à la garantie d un tel emprunt hypothécaire

2 Exceptions : 1) il n est pas tenu compte des autres habitations dont l emprunteur est - copropriétaire par héritage ; - nu-propriétaire par héritage ; - usufruitier par héritage. 2) il n est pas tenu compte d une autre habitation qui au est considérée comme à vendre sur le marché immobilier L emprunteur peut en fournir la preuve par tous les moyens de preuves admis par le droit commun sauf le serment. C est le cas s il peut démontrer: - qu il a fait appel à un agent immobilier (qui a effectivement mis cette habitation à vendre) ; - qu il a placé une annonce Si l habitation y relative n est pas effectivement aliénée au , le bonus-logement régional ne peut plus être octroyé à partir de l année de revenus C. L habitation doit être occupée par le contribuable lui-même au Cette condition doit être appréciée sur la base de l ensemble des éléments de fait. L inscription dans le Registre national des personnes physiques n est donc pas une condition formelle en ce qui concerne le bonus-logement régional. L emprunteur doit démontrer au moyen de l ensemble des moyens de preuves admis par le droit commun, à l exception du serment, qu il occupe personnellement au l habitation pour laquelle l emprunt a été conclu. Le fait d y avoir son domicile à cette date peut être une indication mais ne forme pas en soi une preuve. Si cette condition n est pas satisfaite, les paiements et cotisations, pour toute la durée du crédit hypothécaire, ne peuvent pas entrer en considération pour le bonus-logement régional même si l emprunteur occupe l habitation ultérieurement. Exceptions : Il n est pas tenu compte du fait que l emprunteur n occupe pas personnellement l habitation : 1) pour des raisons professionnelles ou sociales ; 2) en raison d entraves légales ou contractuelles qui rendent impossible l occupation de l habitation par le contribuable lui-même à cette date; 3) en raison de l état d avancement des travaux de construction ou de rénovation qui ne permettent pas au contribuable d occuper effectivement l habitation à cette même date. Les conditions précitées sont des conditions dérogatoires qui doivent en principe être interprétées de manière stricte. Il s en suit que lorsqu un emprunteur contracte un emprunt hypothécaire pour une habitation qu il n occupe pas au uniquement en raison de la faisabilité pratique liée à son déménagement (et donc pas en raison de l état d avancement des travaux qui l empêche d occuper personnellement l habitation à cette date), il ne peut entrer en considération pour une des exceptions précitées. En pareil cas, les dépenses ne peuvent pas entrer en considération pour le bonus-logement régional pour la durée restante du crédit même si l emprunteur occupe personnellement l habitation ultérieurement

3 Un seul emprunt a été conclu pour l habitation à partir du (ou il s agit d un emprunt qui refinance exclusivement un emprunt conclu à partir du ) A la date du paiement, l habitation pour laquelle l emprunt a été contracté était l habitation propre (AVANTAGES REGIONAUX) une autre habitation (AVANTAGES FEDERAUX) Intérêts et amortissements en capital d emprunts hypothécaires et cotisations d assurances-vie individuelles y relatives, payés pour l habitation unique du contribuable et qu il occupe personnellement au 31 décembre de l année de la conclusion de l emprunt. «Réduction d impôt régionale pour l habitation unique» (bonus-logement) Conditions voir (a) Limite : euros, avec une majoration possible de 500 euros ou 550 euros (montants à indexer) (voir (b)) Avantage fiscal : Réduction d impôt calculée au taux d imposition le plus élevé appliqué au contribuable («taux marginal»), avec un minimum de 30 % Lorsque les dépenses se rapportent à plus d'un taux d'imposition, il y a lieu de retenir le taux d'imposition applicable à chaque partie de ces sommes et cotisations. (pour les emprunts conclus à partir du : réduction d impôt au taux de 45 %, à moins que les régions n en décident autrement (art. 81quater, LSF, inséré par l art. 75, L MB )) Emprunts et contrats qui ne satisfont pas aux conditions mentionnées sous (a) Amortissements en capital d emprunts hypothécaires Cotisations d une assurance-vie individuelle servant à la garantie d un emprunt contracté pour l habitation propre Intérêts (d emprunts hypothécaires ou non) Amortissements en capital d emprunts hypothécaires Cotisations d une assurance-vie individuelle (servant ou non à la garantie d un emprunt) Intérêts (d emprunts hypothécaires ou non) «Réduction d impôt régionale pour l épargne à long terme» Réduction d impôt fédérale pour l épargne à long terme Conditions voir (d) Limite : euros (montant à indexer) du montant initial des emprunts contractés pour cette habitation Conditions voir (e) Corbeille régionale voir (f) Pas déductibles! Exception pour les dettes contractées avant le Réduction d impôt pour intérêts ordinaires voir (g) Conditions voir (h) Limite : euros (montant à indexer) du montant initial des emprunts contractés pour cette habitation Conditions voir (i) Corbeille fédérale voir (j) Déduction des revenus immobiliers Art. 14, CIR 92 En cas d imposition commune et d emprunt conclu avant le : possibilité d un crédit d impôt remboursable voir (c) Avantage fiscal : Réduction d impôt au taux de 30 %. Avantage fiscal : Réduction d impôt au taux de 30 %

4 (a) Conditions auxquelles l emprunt hypothécaire et l assurance-vie individuelle doivent satisfaire : Concernant l emprunt hypothécaire (art , 1 er et , CIR 92) : - l emprunt hypothécaire doit être spécifiquement contracté en vue d acquérir ou de conserver une habitation unique ; - l emprunt est spécifiquement contracté en vue d acquérir ou de conserver une habitation lorsqu il est conclu pour : l achat d un bien immobilier ; la construction d un bien immobilier ; la rénovation totale ou partielle d un bien immobilier. En ce qui concerne la rénovation précitée, les prestations y relatives sont celles visées à la rubrique XXXI du tableau A de l annexe à l arrêté royal n 20 du 20 juillet 1970 fixant les taux de la taxe sur la valeur ajoutée et déterminant la répartition des biens et des services selon ces taux ; le paiement des droits de succession ou des droits de donation relatifs à l habitation propre et unique, à l exclusion des intérêts de retard dus en cas de paiement tardif ; - l emprunt hypothécaire doit être contracté par le contribuable auprès d un établissement ayant son siège dans l EEE pour acquérir ou conserver, dans un Etat membre de l EEE, son habitation propre ; - l emprunt hypothécaire doit avoir une durée d au moins 10 ans. Concernant l assurance-vie individuelle (art , 1 er et , CIR 92) : Entrent en considération pour la réduction d impôt : - les cotisations d une assurance complémentaire contre la vieillesse et le décès prématuré que le contribuable a payées à titre définitif pour constituer une rente ou un capital en cas de vie ou en cas de décès en exécution d un contrat d assurance-vie qu il a conclu individuellement et qui sert exclusivement à la reconstitution ou à la garantie d un tel emprunt hypothécaire ; - l assurance-vie doit être contractée auprès d un établissement ayant son siège dans l EEE ; - le contrat d assurance-vie doit être contracté par le contribuable qui s est assuré exclusivement sur sa tête ; - le contrat doit être souscrit avant l âge de 65 ans les contrats qui sont prorogés après l âge de 65 ans et au-delà du terme initialement prévu, remis en vigueur, transformés, ou augmentés, ne sont pas considérés comme souscrits avant cet âge ; - le contrat doit avoir une durée minimum de 10 ans lorsqu il prévoit des avantages en cas de vie ; - les avantages, en cas de vie, doivent être stipulés au profit du contribuable à partir de l âge de 65 ans ; - les avantages en cas de décès doivent être stipulés au profit des personnes qui, suite au décès de l assuré, acquièrent la pleine propriété ou l usufruit de cette habitation

5 Autres conditions : habitation unique du contribuable qu il occupe personnellement Règle générale : (art et , 1 er, al. 1 er, 1, CIR 92) : L habitation pour laquelle l emprunt a été conclu doit, au 31 décembre de l année de la conclusion du contrat d emprunt : - être l habitation unique du contribuable ; - être occupée par le contribuable lui-même. Exceptions : (art , 1 er, al. 2 à 4, CIR 92) : Concernant la condition d habitation unique : Il n est pas tenu compte : 1 des autres habitations dont le contribuable est, par héritage copropriétaire nu-propriétaire ou usufruitier ; 2 d une autre habitation qui est considérée comme à vendre sur le marché immobilier au 31 décembre de l année de la conclusion du contrat d emprunt et qui est réellement vendue au plus tard le 31 décembre de l année qui suit celle de la conclusion de l emprunt. La réduction d impôt ne peut plus être accordée à partir de l année qui suit celle de la conclusion du contrat d emprunt, lorsqu au 31 décembre de cette année, l habitation qui était considérée comme à vendre n est pas effectivement vendue. Concernant la condition d occupation de l habitation par le contribuable lui-même : Il n est pas tenu compte du fait que le contribuable n occupe pas personnellement l habitation au 31 décembre de l année de la conclusion du contrat d emprunt : 1 pour des raisons professionnelles ou sociales. La réduction d impôt ne peut plus être accordée à partir de la deuxième année qui suit celle de la conclusion du contrat d emprunt, lorsqu au 31 décembre de cette année, le contribuable n occupe pas personnellement l habitation pour laquelle le contrat d emprunt a été conclu, sauf s il ne l occupe pas pour des raisons professionnelles ou sociales ; 2 en raison d entraves légales ou contractuelles qui rendent impossible l occupation de l habitation par le contribuable lui-même à cette date. La réduction d impôt ne peut plus être accordée à partir de la deuxième année qui suit celle de la conclusion du contrat d emprunt, lorsqu au 31 décembre de cette année, le contribuable n occupe pas personnellement l habitation pour laquelle le contrat d emprunt a été conclu, sauf s il ne l occupe pas pour des raisons professionnelles ou sociales

6 Lorsqu en application de ce qui précède, la réduction d impôt n a pas pu être accordée durant une ou plusieurs périodes imposables et que le contribuable occupe personnellement l habitation pour laquelle l emprunt a été conclu, au 31 décembre de la période imposable pendant laquelle les entraves légales ou contractuelles ont disparu, la réduction d impôt peut à nouveau être accordée à partir de cette période imposable ; 3 en raison de l état d avancement des travaux de construction ou de rénovation qui ne permettent pas au contribuable d occuper effectivement l habitation à cette même date. La réduction d impôt ne peut plus être accordée à partir de la deuxième année qui suit celle de la conclusion du contrat d emprunt, lorsqu au 31 décembre de cette année, le contribuable n occupe pas personnellement l habitation pour laquelle le contrat d emprunt a été conclu, sauf s il ne l occupe pas personnellement pour des raisons professionnelles ou sociales. Lorsqu en application de ce qui précède, la réduction d impôt n a pas pu être accordée durant une ou plusieurs périodes imposables et que le contribuable occupe personnellement l habitation pour laquelle l emprunt a été conclu, au 31 décembre de la période imposable pendant laquelle les entraves liées à l état d avancement des travaux de construction ou de rénovation ont disparu, la réduction d impôt peut à nouveau être accordée à partir de cette période imposable. Modalités d application (art , 3, CIR 92, et art /10, AR/CIR 92) Lorsque l application de la réduction d impôt précitée est demandée, les attestations suivantes dont les modèles sont arrêtés par le Ministre des Finances ou son délégué et qui sont délivrées par l institution qui a octroyé l emprunt ou par l assureur auprès de qui le contrat d assurance-vie est conclu, doivent être produites à l appui de cette demande : - en ce qui concerne les intérêts et les amortissements en capital : une attestation de base unique ; une attestation de paiement annuelle ; - en ce qui concerne les primes d assurances-vie : une attestation de base unique ; une attestation de paiement annuelle

7 (b) Montant maximum (art , 2, CIR 92) Le montant des intérêts, des amortissements en capital et des cotisations qui sont pris en considération pour la réduction d impôt ne peut pas excéder : euros (montant à indexer) par contribuable et par période imposable ; - majoré de 500 euros (montant à indexer) durant les 10 premières périodes imposables à partir de celle de la conclusion du contrat d emprunt ; - majoration supplémentaire de 50 euros (montant à indexer) lorsque le contribuable a 3 ou plus de 3 enfants à charge au 1 er janvier de l année qui suit celle de la conclusion du contrat d emprunt. Les enfants considérés comme handicapés sont pour l application de ce qui précède comptés pour deux. La(les) majoration(s) n (ne) est (sont) plus appliquée(s) à partir de la première période imposable pendant laquelle le contribuable devient propriétaire, possesseur, emphytéote, superficaire ou usufruitier d une deuxième habitation (à apprécier au 31 décembre de cette période imposable). Lorsqu une imposition commune est établie et que les deux conjoints ont droit à la réduction d impôt, les dépenses peuvent être réparties librement entre eux, à condition que les limites précisées ci-dessus soient respectées. (c) Voir art , 4, CIR 92! La réduction d impôt ne peut pas être convertie en un crédit d impôt remboursable si l emprunt a été conclu à partir du ! (d) Réduction d impôt régionale pour l épargne à long terme : amortissements en capital Conditions (art , al. 1 er, 2 et , 2, al. 1 er, CIR 92) - l emprunt hypothécaire doit être contracté spécifiquement en vue de construire, acquérir ou transformer une habitation située dans un Etat membre de l EEE et qui est l habitation propre du contribuable au moment du paiement ; - l emprunt doit être contracté auprès d un établissement ayant son siège dans l EEE ; - l emprunt hypothécaire a une durée minimum de 10 ans; - les sommes n entrent pas en considération pour l application de l art , CIR 92 (réduction d impôt régionale pour l habitation unique). Les amortissements en capital d un emprunt qui ne satisfait pas aux conditions précitées (par exemple un emprunt non-hypothécaire) ne peuvent pas entrer en considération pour une réduction d impôt

8 Modalités d application (art , 5, CIR 92 et art /12, AR/CIR 92) Lorsque l application de la réduction d impôt visée à l art , CIR 92, est demandée, les attestations suivantes dont les modèles sont arrêtés par le Ministre des Finances ou son délégué et qui sont délivrées par l institution qui a octroyé l emprunt, doivent être produites à l appui de cette demande : - une attestation de base unique ; - une attestation de paiement annuelle. (e) Réduction d impôt régionale pour l épargne à long terme : assurance-vie individuelle Conditions (art , al. 1 er, 1 et , 1 er, CIR 92) Entrent en considération pour la réduction d impôt : Les cotisations d une assurance complémentaire contre la vieillesse et le décès prématuré qu un contribuable a payées à titre définitif dans un Etat membre de l Espace économique européen pour constituer une rente ou un capital en cas de vie ou en cas de décès en exécution d un contrat d assurance-vie qu il a conclu individuellement lorsque ce capital sert à la reconstitution ou à la garantie d un emprunt qui a été contracté spécifiquement pour acquérir ou conserver une habitation située dans un état membre de l EEE qui est au moment du paiement de ces cotisations l habitation propre du contribuable. Conditions relatives aux contrats d assurance-vie individuelles (art , 1 er, CIR 92) : - le contrat d assurance-vie doit être souscrit par le contribuable qui s est assuré exclusivement sur sa tête ; - le contrat d assurance-vie doit être souscrit avant l âge de 65 ans les contrats qui sont prorogés au-delà du terme initialement prévu, remis en vigueur, transformés ou augmentés, alors que l assuré a atteint l âge de 65 ans ne sont pas considérés comme souscrits avant cet âge ; - le contrat d assurance-vie est souscrit pour une durée minimum de 10 ans lorsqu il prévoit des avantages en cas de vie; - les avantages du contrat sont stipulés : en cas de vie : au profit du contribuable à partir de l âge de 65 ans; en cas de décès : - à concurrence du capital assuré qui sert à la reconstitution ou à la garantie de l emprunt : au profit des personnes qui, suite au décès de l assuré, acquièrent la pleine propriété ou l usufruit de ce bien immobilier; - à concurrence du capital assuré qui ne sert pas à la reconstitution ou à la garantie de l emprunt : au profit du conjoint ou des parents jusqu au deuxième degré du contribuable; - ces cotisations ne peuvent pas entrer en considération, en tout ou en partie, pour l application des art. 52, 7 bis, ou , CIR 92 (réduction d impôt régionale pour habitation unique)

9 L assurance-vie individuelle qui sert à la reconstitution ou à la garantie d un emprunt non-hypothécaire conclu pour l habitation propre peut (si toutes les conditions ci-dessus sont remplies) entrer en considération pour la réduction d impôt régionale pour l épargne à long terme. Modalités d application (art , 5, CIR 92 et art /11, AR/CIR 92) Les cotisations visées à l art , al. 1 er, 1, CIR 92, sont censées être payées dans un Etat membre de l EEE lorsque le contrat d assurance-vie pour lequel ces cotisations sont payées, a été souscrit auprès d une entreprise située dans l EEE ou auprès d un établissement situé dans l EEE d une entreprise située en dehors de l EEE. Lorsque l application de la réduction d impôt visée à l art , CIR 92, est demandée pour des cotisations d une assurance complémentaire contre la vieillesse ou le décès prématuré, les attestations suivantes dont les modèles sont arrêtés par le Ministre des Finances ou son délégué et qui sont délivrées par l institution auprès de laquelle le contrat d assurance-vie a été conclu, doivent être produites à l appui de cette demande : - une attestation de base unique ; - une attestation de paiement annuelle. (f) Limites relatives aux amortissements en capital et aux primes d assurances-vie individuelles (art , 3, CIR 92) (qui ont déjà été limités le cas échéant conformément à l art , 1 er et 2, CIR 92) Les cotisations et les sommes affectées à l amortissement ou à la reconstitution d un emprunt hypothécaire (qui entrent en considération pour la «réduction d impôt régionale pour l épargne à long terme» et, le cas échéant, pour la «réduction d impôt régionale pour l épargne logement») entrent en considération pour la réduction d impôt dans la mesure où ces dépenses n excèdent pas la différence positive entre : - d une part, 15 % de la première tranche de euros (montant à indexer) du total des revenus professionnels nets, à l exclusion des revenus imposés conformément à l art. 171, CIR 92, et 6 % du surplus, avec un maximum de euros (montant à indexer) ; - et d autre part, le montant pour lequel une réduction d impôt a été accordée en application de l art , CIR 92, sans tenir compte des éventuelles majorations visées à l art , 2, al. 2 et 3, CIR 92 (majorations dans le cadre du bonus-logement régional). (g) Réduction d impôt pour intérêts ordinaires But Les intérêts de dettes relatives à l habitation propre peuvent, jusqu à l ex.d imp inclus, être déduits des revenus de biens immobiliers autres que l habitation propre. Puisqu à partir de l ex.d imp.2015, seules les régions sont compétentes pour accorder des avantages fiscaux pour des dépenses faites en vue d acquérir ou de conserver l habitation propre et que les régions ne peuvent pas accorder des avantages qui influencent la base imposable, cette déduction des intérêts relatifs à l habitation propre des revenus immobiliers n est plus possible à partir de l ex.d imp

10 Dans le cadre du standstill, cette déduction a été transformée à partir de l ex.d imp.2015 en une réduction d impôt pour les intérêts de dettes contractées avant le (Trav. Par. Chambre /001, p. 54). Conditions (art , CIR 92) - les dettes doivent avoir été contractées avant le ; - les dettes doivent avoir été contractées spécifiquement en vue d acquérir ou de conserver l habitation (qui, au moment du paiement, est l habitation propre du contribuable) dont les revenus sont compris dans ses revenus immobiliers imposables avant application de l art. 12, CIR 92. Sont exclus : Les intérêts qui entrent en ligne de compte pour le bonus-logement régional, tels que visés à l art , CIR92. Puisque cette réduction d impôt doit compenser la perte de la possibilité de déduire des intérêts et des redevances relatifs à l habitation propre du revenu d autres biens immobiliers, le montant des intérêts et des redevances sur lequel la réduction d impôt est calculée est limité au revenu net de biens immobiliers du contribuable, après application de l art. 14, CIR 92. Le manque de déduction des intérêts pour l habitation propre sur les revenus de biens immobiliers sis à l étranger est toutefois largement compensé par la réduction pour revenus d origine étrangère. C est la raison pour laquelle une correction est effectuée au niveau du montant des intérêts qui peut être pris en considération pour la réduction d impôt (Trav. Par. Chambre /001, p. 55). Répartition en cas d imposition commune Les intérêts et redevances des deux conjoints entrant en considération pour la réduction visée à l art , CIR 92, sont additionnés et sont répartis proportionnellement en fonction du revenu imposable globalement de chaque conjoint dans l ensemble des revenus imposables globalement des deux conjoints. Avantage fiscal Les intérêts qui sont le cas échéant réduits conformément à l art , al. 2, CIR 92, entrent en considération pour une réduction d impôt calculée au taux d imposition le plus élevé appliqué au contribuable («taux marginal»), avec un minimum de 30 %. Lorsque les dépenses se rapportent à plus d'un taux d'imposition, il y a lieu de retenir le taux d'imposition applicable à chaque partie de ces sommes et cotisations

11 Remarque Entrent également en considération pour la réduction d impôt visée à l art , CIR 92 : - les redevances et la valeur des charges y assimilées afférentes à l acquisition d un droit d emphytéose, de superficie ou de droits immobiliers similaires, autres que les droits d usage visés à l art. 10, 2, CIR 92, relatif à l habitation propre. Les redevances qui sont le cas échéant réduites conformément à l art , al. 2, CIR 92, entrent en considération pour une réduction d impôt calculée au taux d imposition le plus élevé appliqué au contribuable («taux marginal»), avec un minimum de 30 %. Lorsque les dépenses se rapportent à plus d'un taux d'imposition, il y a lieu de retenir le taux d'imposition applicable à chaque partie de ces redevances. Pour les conventions conclues à partir du , une réduction d impôt de 45 % est accordée, à moins que la région compétente n en décide autrement (art. 81quater, LSF). (h) Réduction d impôt fédérale pour l épargne à long terme : amortissements en capital Conditions (art , 3 et 145 5, CIR 92) - l emprunt hypothécaire doit avoir été contracté pour construire, acquérir ou transformer une habitation située dans l EEE et qui, au moment du paiement des dépenses, n est pas l habitation propre du contribuable ; - l emprunt doit avoir été contracté auprès d une institution située dans l EEE ; - l emprunt hypothécaire a une durée minimum de 10 ans ; - les paiements n entrent pas en ligne de compte pour la réduction lorsque l habitation pour laquelle l emprunt hypothécaire a été contracté est l habitation propre du contribuable au moment où ces paiements ont été faits. Les amortissements en capital d un emprunt qui ne satisfait pas aux conditions précitées (par exemple un emprunt non-hypothécaire) ne peuvent pas entrer en considération pour une réduction d impôt. Les amortissements en capital d un emprunt hypothécaire relatif à une habitation qui est l habitation propre du contribuable au moment où les paiements ont été faits, n entrent pas en considération pour une réduction d impôt fédérale, mais éventuellement pour une réduction d impôt régionale. Modalités d application (art , al. 3, CIR 92 et art. 63 3, AR/CIR 92) Les amortissements en capital ne sont pris en considération pour la réduction pour l épargne à long terme que si le contribuable produit les attestations suivantes dont les modèles sont arrêtés par le Ministre des Finances ou son délégué et qui sont délivrées par l institution qui a octroyé l emprunt : - une attestation de base unique ; - une attestation de paiement annuelle

12 (i) Réduction d impôt fédérale pour l épargne à long terme : assurance-vie individuelle Conditions (art , 2 et 145 4, CIR 92) Entrent en considération pour la réduction d impôt : les cotisations d une assurance complémentaire contre la vieillesse et le décès prématuré qu un contribuable a payées à titre définitif dans un Etat membre de l EEE pour constituer une rente ou un capital en cas de vie ou en cas de décès en exécution d un contrat d assurance-vie qu il a conclu individuellement. Conditions relatives aux contrats d assurance-vie (art , CIR 92) - le contrat d assurance-vie doit être souscrit par le contribuable qui s est assuré exclusivement sur sa tête ; - le contrat d assurance-vie doit être souscrit avant l âge de 65 ans les contrats qui sont prorogés au-delà du terme initialement prévu, remis en vigueur, transformés ou augmentés, alors que l assuré a atteint l âge de 65 ans ne sont pas considérés comme souscrits avant cet âge ; - le contrat d assurance-vie est souscrit pour une période minimum de 10 ans, lorsqu il prévoit des avantages en cas de vie; - les avantages du contrat sont stipulés : en cas de vie : au profit du contribuable à partir de l âge de 65 ans; en cas de décès : 1) lorsque le contrat d assurance-vie sert à la reconstitution ou à la garantie d un emprunt conclu pour acquérir ou conserver un bien immobilier : - à concurrence du capital assuré qui sert à la reconstitution ou à la garantie de l emprunt : au profit des personnes qui, suite au décès de l assuré, acquièrent la pleine propriété ou l usufruit de ce bien immobilier; - à concurrence du capital assuré qui ne sert pas à la reconstitution ou à la garantie de l emprunt : au profit du conjoint ou des parents jusqu au deuxième degré du contribuable; 2) dans tous les autres cas : au profit du conjoint ou des parents jusqu au deuxième degré du contribuable ; - ces cotisations ne peuvent pas entrer en considération, en tout ou en partie, pour l application de l art. 52, 7 bis, CIR 92 ; - le capital constitué en exécution du contrat d assurance-vie ne sert pas à la reconstitution ou à la garantie d un emprunt contracté pour acquérir ou conserver l habitation qui est l habitation propre du contribuable au moment du paiement des primes ou des cotisations

13 Modalités d application (art , al. 3, CIR 92 et art. 63 2, AR/CIR 92) Les primes uniques ou périodiques que le contribuable a payées en exécution de contrats d assurance-vie qu il a conclus individuellement, ne sont prises en considération pour la réduction pour l épargne à long terme, dans les limites visées aux art et 145 6, al. 1 er, CIR 92, que si l assuré produit les attestations suivantes dont les modèles sont arrêtés par le Ministre des Finances ou son délégué et qui sont délivrées par l assureur : - une attestation de base unique ; - une attestation de paiement annuelle. (j) Corbeille fédérale (art , al. 1 er, CIR 92) Les cotisations et les sommes affectées à l amortissement ou à la reconstitution d un emprunt hypothécaire (qui entrent en considération pour la «réduction d impôt fédérale pour l épargne à long terme» et, le cas échéant, pour «la réduction d impôt fédérale pour l épargne logement»), entrent en considération pour la réduction d impôt dans la mesure où ces dépenses n excèdent pas la différence positive entre : - d une part, 15 % de la première tranche de euros (montant à indexer) du total des revenus professionnels, à l exclusion des revenus professionnels imposés conformément à l art. 171, CIR 92, et 6 % du surplus, avec un maximum de euros (montant à indexer) diminués le cas échéant du montant visé à l art. 539, 2, al. 2, CIR 92 ; - et d autre part, le montant des dépenses faites pour acquérir ou conserver l habitation propre pour lesquelles les réductions visées aux art et , CIR 92, peuvent être accordées, sans tenir compte des éventuelles majorations visées à l art , 2, al. 2 et 3, CIR

Un nouvel avantage fiscal : la déduction pour habitation unique

Un nouvel avantage fiscal : la déduction pour habitation unique Un nouvel avantage fiscal : la déduction pour habitation unique B. MARISCAL Lors du Conseil des ministres extraordinaire d Ostende des 20 et 21 mars 2004, le gouvernement avait pris la décision de réformer

Plus en détail

LA FISCALITE DE VOTRE HABITATION. www.rgf.be

LA FISCALITE DE VOTRE HABITATION. www.rgf.be LA FISCALITE DE VOTRE HABITATION 1. Acheter Vendre 2. Payer 3. Assurance Vie 4. Habiter 1. Acheter Vendre A. Acheter avec applications des droits d enregistrement B. Acheter avec TVA C. Vendre avec TVA

Plus en détail

Chapitre VI : DEPENSES DONNANT DROIT A UNE REDUCTION D IMPÔT ET DEPENSES DEDUCTIBLES

Chapitre VI : DEPENSES DONNANT DROIT A UNE REDUCTION D IMPÔT ET DEPENSES DEDUCTIBLES Chapitre VI : DEPENSES DONNANT DROIT A UNE REDUCTION D IMPÔT ET DEPENSES DEDUCTIBLES OBJECTIFS : cette leçon vise à rendre l auditeur capable de : identifier les principales dépenses donnant droit à réduction

Plus en détail

Impôt des personnes physiques - Habitation propre et avantages fiscaux après le 1er janvier 2015

Impôt des personnes physiques - Habitation propre et avantages fiscaux après le 1er janvier 2015 16 mars 2015 Impôt des personnes physiques - Habitation propre et avantages fiscaux après le 1er janvier 2015 Bernard Mariscal, Benefits Expert, Deloitte Belgium Publié dans : Lettre d'info Actualités

Plus en détail

Le fisc et votre habitation BIEN INFORMÉ

Le fisc et votre habitation BIEN INFORMÉ Le fisc et votre habitation BIEN INFORMÉ Avantpropos Sommaire Pour la plupart des particuliers l habitation propre offre les avantages fiscaux les plus importants. Avantages fiscaux liés à un crédit hypothécaire

Plus en détail

Le fisc et votre habitation BIEN INFORMÉ

Le fisc et votre habitation BIEN INFORMÉ Le fisc et votre habitation BIEN INFORMÉ Sommaire Avantages fiscaux liés à un crédit hypothécaire 4 Impact fiscal du régime fiscal «habitation unique et propre» 10 Avantages fiscaux pour une habitation

Plus en détail

Le fisc et votre habitation

Le fisc et votre habitation Le fisc et votre habitation FINTRO. PROCHE ET PRO. Sommaire Avantages fiscaux liés à un crédit hypothécaire 4 Impact fiscal du régime fiscal «habitation unique et propre» 8 Avantages fiscaux pour une habitation

Plus en détail

26 Contrat d assurance-vie

26 Contrat d assurance-vie 42 26 Contrat d assurance-vie est un contrat par lequel un assureur s engage à verser un capital en cas de vie ou de décès de l assuré, au profit du souscripteur ou d un tiers, moyennant une prime. Placement

Plus en détail

L'évolution de la fiscalité immobilière dans le cadre institutionnel issu de la sixième réforme de l Etat

L'évolution de la fiscalité immobilière dans le cadre institutionnel issu de la sixième réforme de l Etat L'évolution de la fiscalité immobilière dans le cadre institutionnel issu de la sixième réforme de l Etat Prof. dr. Marc Bourgeois (ULg Tax Institute) CESW Lundi 16 mars 2015 Plan 1. Le cadre institutionnel

Plus en détail

1. Information Personnelle

1. Information Personnelle Q U E S T I O N N A I R E I M P O T D E S P E R S O N N E S P H Y S I Q U E S R E S I D E N T A N N E E D E R E V E N U S 2 0 1 0 A V E N U E D U D I R I G E A B L E 8 1 1 7 0 B R U X E L L E S W W W.

Plus en détail

Caisse de pension et propriété du logement/

Caisse de pension et propriété du logement/ Encouragement à la propriété du logement (EPL) Caisse de pension et propriété du logement/ Versement anticipé et mise en gage des avoirs issus du 2 e pilier Table des matières Mobilisation des capitaux

Plus en détail

Les cohabitants et l immobilier

Les cohabitants et l immobilier Les cohabitants et l immobilier 3Des cohabitants non mariés achetant ensemble un terrain à bâtir ou une habitation acquièrent ce bien en copropriété. Cela veut dire que le terrain ou l habitation appartient

Plus en détail

Les primes d assurances-maladie et accidents non obligatoires. La déduction est limitée au double de la prime moyenne cantonale, par tranche d âge;

Les primes d assurances-maladie et accidents non obligatoires. La déduction est limitée au double de la prime moyenne cantonale, par tranche d âge; Déductions de primes Les montants versés pour le 1 er pilier sont entièrement déductibles du revenu. Les montants versés pour le 2 ème pilier sont entièrement déductibles du revenu. Sont déduits du revenu:

Plus en détail

Actualité Juridique & Fiscale

Actualité Juridique & Fiscale Septembre 2011 2011 Actualité Juridique & Fiscale Sommaire Sommaire I Petits-enfants venant à une succession par suite de la renonciation de leur auteur, enfant unique : impossibilité d appliquer l abattement

Plus en détail

SAVOIR TIRER PARTI DES OPPORTUNITES FISCALES DE LA SOCIETE CIVILE A L'IR

SAVOIR TIRER PARTI DES OPPORTUNITES FISCALES DE LA SOCIETE CIVILE A L'IR SAVOIR TIRER PARTI DES OPPORTUNITES FISCALES DE LA SOCIETE CIVILE A L'IR Outil d'optimisation fiscale très performant par rapport à la détention directe d'un patrimoine, la société civile permet de choisir

Plus en détail

Chapitre 1 : Notions. Partie 9 - Rente viagère. Qu est-ce q u u n e «r e n t e v i a g è r e»?

Chapitre 1 : Notions. Partie 9 - Rente viagère. Qu est-ce q u u n e «r e n t e v i a g è r e»? Chapitre 1 : Notions Qu est-ce q u u n e «r e n t e v i a g è r e»? Principe. Une rente viagère, c est en fait une dette à vie d une personne envers une autre, que l on connaît surtout dans le cadre de

Plus en détail

Encouragement à la propriété du logement

Encouragement à la propriété du logement Encouragement à la propriété du logement Directives de la Caisse de pension (CPS) concernant l acquisition d un logement en propriété Conditions concernant l encouragement à la propriété du logement au

Plus en détail

Tribunal de Ière Instance de Bruxelles

Tribunal de Ière Instance de Bruxelles Tribunal de Ière Instance de Bruxelles Jugement du 17 novembre 2004 - Rôle n 2001/15288/A Exercice d'imposition 1992 Arrêt Avocats: Maître Benoît Philippart de Foy - pour la requérante I. Objet et recevabilité

Plus en détail

Chiffres clés pour 2013

Chiffres clés pour 2013 Chiffres clés pour 2013 Certains produits d investissement et d épargne peuvent vous procurer un bel avantage fiscal. Que ce soit l épargne-pension, votre compte d épargne, retrouvez un tableau récapitulatif

Plus en détail

Document d information n o 4 sur les pensions

Document d information n o 4 sur les pensions Document d information n o 4 sur les pensions Épargnes privées de retraite Partie 4 de la série La série complète des documents d information sur les pensions se trouve dans Pensions Manual, 4 e édition,

Plus en détail

ROYAUME DE BELGIQUE SERVICE PUBLIC FEDERAL FINANCES. Service d'encadrement Expertise et Support Stratégiques Administration des Affaires Fiscales

ROYAUME DE BELGIQUE SERVICE PUBLIC FEDERAL FINANCES. Service d'encadrement Expertise et Support Stratégiques Administration des Affaires Fiscales 1 Règles d'indexation ROYAUME DE BELGIQUE SERVICE PUBLIC FEDERAL FINANCES Service d'encadrement Expertise et Support Stratégiques Administration des Affaires Fiscales Avis relatif à l'indexation automatique

Plus en détail

Ordonnance du DFF concernant les prêts hypothécaires à taux bonifié

Ordonnance du DFF concernant les prêts hypothécaires à taux bonifié Ordonnance du DFF concernant les prêts hypothécaires à taux bonifié (Ordonnance du DFF sur les prêts hypothécaires) du 10 décembre 2001 Le Département fédéral des finances, vu l art. 116, al. 1, de l ordonnance

Plus en détail

Comment réduire votre revenu imposable? Fiscalité

Comment réduire votre revenu imposable? Fiscalité Comment réduire votre revenu imposable? Fiscalité Comment réduire votre revenu imposable? Vous cherchez à augmenter votre pouvoir d achat en réduisant vos impôts... Le système fiscal luxembourgeois vous

Plus en détail

Hypoflex Le vade-mecum du futur propriétaire

Hypoflex Le vade-mecum du futur propriétaire Hypoflex Le vade-mecum du futur propriétaire Introduction Hypoflex, le crédit hypothécaire qui évolue avec vous! Qui n a jamais rêvé d acquérir le logement de ses rêves, d être enfin chez soi, de ne plus

Plus en détail

Conditions générales pour les prêts hypothécaires aux membres du 10 février 2014 (état au 20 mars 2014)

Conditions générales pour les prêts hypothécaires aux membres du 10 février 2014 (état au 20 mars 2014) Conditions générales pour les prêts hypothécaires Article 1 Qualité de l emprunteur 1 L emprunteur doit être un membre de la Caisse de prévoyance de l Etat de Genève (ci-après, «la Caisse»). S il perd

Plus en détail

Table des matières. Partie I : La nouvelle déduction pour la propre et unique habitation

Table des matières. Partie I : La nouvelle déduction pour la propre et unique habitation Table des matières Partie I : La nouvelle déduction pour la propre et unique habitation 1. Conditions liées à l emprunt 1.1. Aperçu des différentes conditions...3 1.2. Commentaire de ces différentes conditions...3

Plus en détail

Succession L un de vos proches est décédé

Succession L un de vos proches est décédé Succession L un de vos proches est décédé Qui hérite? Dans quelle proportion? Quel en est le coût? Votre notaire est là pour vous aider et vous assister dans les opérations successorales que vous aurez

Plus en détail

PROSPECTUS CREDITS HYPOTHECAIRES A USAGE PRIVE CREAFIN N.V. DUWIJCKSTRAAT 17-2500 LIER REGISTRE DES PERSONNES MORALES MALINES 455.731.

PROSPECTUS CREDITS HYPOTHECAIRES A USAGE PRIVE CREAFIN N.V. DUWIJCKSTRAAT 17-2500 LIER REGISTRE DES PERSONNES MORALES MALINES 455.731. PROSPECTUS CREDITS HYPOTHECAIRES A USAGE PRIVE CREAFIN N.V. DUWIJCKSTRAAT 17-2500 LIER REGISTRE DES PERSONNES MORALES MALINES 455.731.338 2 SOMMAIRE 1. Qu est-ce qu un crédit hypothécaire? 2. Qui peut

Plus en détail

Prospectus Crédits hypothécaires

Prospectus Crédits hypothécaires Prospectus Crédits hypothécaires Valable à partir du : 17/06/2015 N : DW 15076/F Argenta Banque d Épargne SA Belgiëlei 49-53, 2018 Anvers FSMA 27316A IBAN BE 40 9793 5489 0063 BIC ARSPBE22 Uw appeltje

Plus en détail

S I M O N, D A C O S T A & C A T R O U

S I M O N, D A C O S T A & C A T R O U S I M O N, D A C O S T A & C A T R O U N O T A I R E S OUVERTURE DE SUCCESSION LISTE DES PIECES A FOURNIR AU NOTAIRE Concernant le défunt : - Deux extraits de son acte de décès, - Livret de famille et

Plus en détail

Aide-mémoire Encouragement à la propriété du logement au moyen de la prévoyance professionnelle. Pour votre sécurité sociale

Aide-mémoire Encouragement à la propriété du logement au moyen de la prévoyance professionnelle. Pour votre sécurité sociale Aide-mémoire Encouragement à la propriété du logement au moyen de la prévoyance professionnelle Pour votre sécurité sociale Encouragement à la propriété du logement Le 1 er janvier 1995, le législateur

Plus en détail

DIRECTIVES POUR LES PRÊTS HYPOTHÉCAIRES

DIRECTIVES POUR LES PRÊTS HYPOTHÉCAIRES DIRECTIVES POUR LES PRÊTS HYPOTHÉCAIRES à durée déterminée et taux d intérêt fixe Edition Septembre 2014 Pensionskasse Alcan Schweiz Directives pour les hypothèques fixes 2 TABLE DES MATIERES Art. 1 Champ

Plus en détail

L IMPÔT SUR LA FORTUNE

L IMPÔT SUR LA FORTUNE L IMPÔT SUR LA FORTUNE Cet impôt a succédé à l'«impôt sur les grandes fortunes» (IGF) créé en 1982. Créé par la loi de finances pour 1989, il reprend les mécanismes et la philosophie de l'igf, supprimé

Plus en détail

Actualités fiscales à l I.P.P.

Actualités fiscales à l I.P.P. Actualités fiscales à l I.P.P. Exercice d imposition 2015 (Partie I) Séminaire East Accountancy 28 Mai 2015 Olivier Evrard Conseiller - Inspecteur principal cds Responsable Formation AGFisc Professeur

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS DIRECTION GENERALE DES IMPOTS 5 B-11-06 N 29 du 16 FEVRIER 2006 CREDIT D IMPOT POUR PRIMES D ASSURANCE CONTRE LES IMPAYES DE LOYER ART. 32-III DE LA LOI RELATIVE AU DEVELOPPEMENT

Plus en détail

La déclaration à l impôt des personnes physiques de l exercice d imposition 2005 (partie 1)

La déclaration à l impôt des personnes physiques de l exercice d imposition 2005 (partie 1) La déclaration à l impôt des personnes physiques de l exercice d imposition 2005 (partie 1) APCH UHPC APC-BNL & Académie fiscale Roland Rosoux Expert-Conseiller au cabinet du Ministre des Finances Directeur

Plus en détail

Assurance gratuite contre la perte de revenus

Assurance gratuite contre la perte de revenus Assurance gratuite contre la perte de revenus INFORMATIONS GÉNÉRALES Statistiques voisines Périodicité Ponctualité Propriété L assurance gratuite contre la perte de revenus est une assurance souscrite,

Plus en détail

Prêts pour l avenir. Dans vos propres murs. Devenir propriétaire: les clés pour réaliser son rêve.

Prêts pour l avenir. Dans vos propres murs. Devenir propriétaire: les clés pour réaliser son rêve. Prêts pour l avenir. Dans vos propres murs. Devenir propriétaire: les clés pour réaliser son rêve. Prêts pour l avenir. Etre propriétaire est un rêve aussi vieux que le monde. Acquérir un logement, ce

Plus en détail

Cession en garantie d un contrat d assurance vie détenu par un particulier

Cession en garantie d un contrat d assurance vie détenu par un particulier Cession en garantie d un contrat d assurance vie détenu par un particulier Introduction L assurance vie cédée en garantie d un prêt est une stratégie de planification financière qui utilise la valeur de

Plus en détail

N 110 S É N A T. 7 mai 2014 PROPOSITION DE LOI. relative aux comptes bancaires inactifs et aux contrats d assurance vie en déshérence.

N 110 S É N A T. 7 mai 2014 PROPOSITION DE LOI. relative aux comptes bancaires inactifs et aux contrats d assurance vie en déshérence. N 110 S É N A T SESSION ORDINAIRE DE 2013-2014 7 mai 2014 PROPOSITION DE LOI relative aux comptes bancaires inactifs et aux contrats d assurance vie en déshérence. (procédure accélérée) Le Sénat a modifié,

Plus en détail

IR Crédit d'impôt sur les intérêts d'emprunt afférent à l'habitation principale Prêts ouvrant droit au crédit d'impôt

IR Crédit d'impôt sur les intérêts d'emprunt afférent à l'habitation principale Prêts ouvrant droit au crédit d'impôt Extrait du Bulletin Officiel des Finances Publiques-Impôts DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES Identifiant juridique : BOI-IR-RICI-350-10-30-20140113 DGFIP IR Crédit d'impôt sur les intérêts d'emprunt

Plus en détail

Stratégie d assurance retraite

Stratégie d assurance retraite Stratégie d assurance retraite Département de Formation INDUSTRIELLE ALLIANCE Page 1 Table des matières : Stratégie d assurance retraite Introduction et situation actuelle page 3 Fiscalité de la police

Plus en détail

Formation ESSEC Gestion de patrimoine

Formation ESSEC Gestion de patrimoine Formation ESSEC Gestion de patrimoine Séminaire «Panorama de la gestion de patrimoine» 4 ème partie : L investissement immobilier Fiscalité de l immobilier François Longin 1 www.longin.fr Plusieurs niveaux

Plus en détail

Donnez vie à vos projets immobiliers.

Donnez vie à vos projets immobiliers. Donnez vie à vos projets immobiliers. Tout ce que vous voulez savoir sur le crédit hypothécaire. ing.be/maison 2015 Le crédit hypothécaire 1 Introduction 3 Le crédit hypothécaire, concrètement 4 Les différentes

Plus en détail

Règlement sur les prêts (RPrêts)

Règlement sur les prêts (RPrêts) Version du 31 mai 2013 Règlement sur les prêts (RPrêts) Version validée par la Commission de placements le 14 mars 2011 et adoptée par le Conseil d administration le 21 mars 2011. CHAPITRE PREMIER Généralités

Plus en détail

Programme ESSEC Gestion de patrimoine

Programme ESSEC Gestion de patrimoine Programme ESSEC Gestion de patrimoine Séminaire «L investissement immobilier» Fiscalité de l immobilier François Longin 1 www.longin.fr Fiscalité de l immobilier Plusieurs niveaux de fiscalité (investissement

Plus en détail

hypofinance Pour accéder à la propriété Augmentez vos chances de réussite

hypofinance Pour accéder à la propriété Augmentez vos chances de réussite hypofinance Augmentez vos chances de réussite Pour accéder à la propriété De quels fonds propres disposez-vous pour acquérir un logement? Comment amortir? Les charges liées à un tel achat peuvent-elles

Plus en détail

Le plafonnement des impôts directs : mise en place du «bouclier fiscal»

Le plafonnement des impôts directs : mise en place du «bouclier fiscal» Le plafonnement des impôts directs : mise en place du «bouclier fiscal» Ce qu il faut retenir Article 74 de la loi de finances pour 2006 Dans la situation actuelle, il peut arriver que le montant total

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS N 98 DU 17 NOVEMBRE 2010 DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES 5 I-4-10 INSTRUCTION DU 15 NOVEMBRE 2010 IMPOSITION AUX PRELEVEMENTS SOCIAUX DES PRODUITS DES CONTRATS D

Plus en détail

Patrimoine/Assurance-vie : Liberté de transmission? Fiscalité privilégiée? :

Patrimoine/Assurance-vie : Liberté de transmission? Fiscalité privilégiée? : Patrimoine/Assurance-vie : Liberté de transmission? Fiscalité privilégiée? : Conférence d information du Me Cécile SADELER Chambre des Notaires de Paris Existe-t-il réellement une liberté de transmettre?

Plus en détail

FISCALITE DES DONS, LEGS ET DATION

FISCALITE DES DONS, LEGS ET DATION FISCALITE DES DONS, LEGS ET DATION AU PROFIT DU MUSEE DU QUAI BRANLY I. Définitions, avantages fiscaux et limites relatifs aux donations, legs et dations A. Don d argent ou d œuvres d art à un musée :

Plus en détail

FAQ - TAX REFORM. 1. Comment savoir si le seuil des 20.020 de revenus mobiliers est dépassé?

FAQ - TAX REFORM. 1. Comment savoir si le seuil des 20.020 de revenus mobiliers est dépassé? FAQ - TAX REFORM 1. Comment savoir si le seuil des 20.020 de revenus mobiliers est dépassé? Il faut, pour ce faire, procéder en deux temps. Dans un premier temps, il faut exclure, du montant total des

Plus en détail

Bulletin fiscal L AGENCE DU REVENU DU CANADA MET FIN AU SERVICE IMPÔTEL PRÊTS PERSONNELS À VOS ENFANTS

Bulletin fiscal L AGENCE DU REVENU DU CANADA MET FIN AU SERVICE IMPÔTEL PRÊTS PERSONNELS À VOS ENFANTS Octobre 2012 L Agence du revenu du Canada met fin au service IMPÔTEL Prêts personnels à vos enfants Les reports de pertes Les biens à usage personnel Les règles relatives aux biens de remplacement Bulletin

Plus en détail

Novembre 2008 PLANIFICATION FISCALE DE FIN D ANNÉE. Pertes en capital latentes

Novembre 2008 PLANIFICATION FISCALE DE FIN D ANNÉE. Pertes en capital latentes Novembre 2008 Ce bulletin présente certains éléments de planification qui devraient être envisagés d ici la fin de l année ainsi que d autres éléments qui peuvent être considérés pour l an prochain. PLANIFICATION

Plus en détail

Réunions patrimoniales Janvier Février 2013

Réunions patrimoniales Janvier Février 2013 Réunions patrimoniales Janvier Loi de Finances pour 2013 et 3 ème Loi de finances Rectificative pour 2012 Le présent document vous est transmis à titre personnel, il a été réalisé sur la base de l environnement

Plus en détail

SWCS - Société Wallonne du Crédit Social. Le crédit. hypothécaire social wallon

SWCS - Société Wallonne du Crédit Social. Le crédit. hypothécaire social wallon SWCS - Société Wallonne du Crédit Social Le crédit hypothécaire social wallon Prospectus n 11 1er mai 2008 page 2 Votre guichet du crédit social Table des matières page 3 Le crédit social, une alternative

Plus en détail

Note d application du mécanisme d écrêtement des surprimes médicales

Note d application du mécanisme d écrêtement des surprimes médicales Commission de médiation de la convention AERAS 18 décembre 2012 Note d application du mécanisme d écrêtement des surprimes médicales A Conditions d éligibilité 1) Condition de ressources Cette condition

Plus en détail

Encouragement à la propriété du logement

Encouragement à la propriété du logement Encouragement à la propriété du logement Quiconque désire réaliser son rêve de posséder son logement peut utiliser pour le financer les fonds qu il a épargnés au titre de la prévoyance professionnelle.

Plus en détail

Compte bancaire ou assurance vie?

Compte bancaire ou assurance vie? 92 LE GUIDE FINANCIER DU PROPRIÉTAIRE Compte bancaire ou assurance vie? La décision de prendre un compte bancaire ou une assurance vie mixte dépendra du profil du client et de ses besoins en couverture

Plus en détail

Encouragement à la propriété du logement au moyen de la prévoyance professionnelle

Encouragement à la propriété du logement au moyen de la prévoyance professionnelle Version 01.01.2015 Encouragement à la propriété du logement au moyen de la prévoyance professionnelle De quoi s'agit-il? Pour financer la propriété d'un logement pour vos propres besoins, vous pouvez retirer

Plus en détail

Bulletin fiscal. Novembre 2010 PLANIFICATION FISCALE DE FIN D ANNÉE. Régime enregistré d épargne-retraite (REER)

Bulletin fiscal. Novembre 2010 PLANIFICATION FISCALE DE FIN D ANNÉE. Régime enregistré d épargne-retraite (REER) Bulletin fiscal Novembre 2010 PLANIFICATION FISCALE DE FIN D ANNÉE Régime enregistré d épargne-retraite (REER) Les versements à un REER effectués au plus tard le 1 er mars 2011 sont déductibles en 2010.

Plus en détail

3 e pilier, prévoyance privée. Assurance vie

3 e pilier, prévoyance privée. Assurance vie 3 e pilier, prévoyance privée Assurance vie La prévoyance privée est facultative. Elle complète les prestations des 1 er et 2 e piliers et comble les lacunes en matière de prévoyance individuelle. Table

Plus en détail

CADRE I. - CALCUL DU PRECOMPTE MOBILIER (Pr.M) A PAYER

CADRE I. - CALCUL DU PRECOMPTE MOBILIER (Pr.M) A PAYER Service Public Fédéral FINANCES Administration générale de la FISCALITE Impôts sur les revenus Réservé à l'administration Date de réception de la déclaration :... DECLARATION AU PRECOMPTE MOBILIER REVENUS

Plus en détail

DÉCLARATION DES INTÉRÊTS PERSONNELS DU MEMBRE DU CONSEIL EXÉCUTIF FORMULAIRE III (ENFANT À CHARGE)

DÉCLARATION DES INTÉRÊTS PERSONNELS DU MEMBRE DU CONSEIL EXÉCUTIF FORMULAIRE III (ENFANT À CHARGE) DÉCLARATION DES INTÉRÊTS PERSONNELS DU MEMBRE DU CONSEIL EXÉCUTIF FORMULAIRE III (ENFANT À CHARGE) CODE D ÉTHIQUE ET DE DÉONTOLOGIE DES MEMBRES DE L ASSEMBLÉE NATIONALE (chapitre C-23.1, articles 51, 52

Plus en détail

Plus-values immobilières des particuliers

Plus-values immobilières des particuliers > Fiscalité patrimoniale Fiscalité personnelle Plus-values immobilières des particuliers Abattement pour durée de détention Abattement identique pour tous les biens >> Abattement pour durée de détention

Plus en détail

Aidez vos clients à planifier leur avenir

Aidez vos clients à planifier leur avenir Aidez vos clients à planifier leur avenir L assurance en réponse aux besoins de planification personnelle de votre client Ce document est destiné aux conseillers uniquement. Il n a pas été rédigé à l intention

Plus en détail

Pratique des techniques bancaires

Pratique des techniques bancaires Aurélien GIRAUD Pratique des techniques bancaires Banque et fiscalité du particulier Édition 2012, 2012 ISBN : 978-2-212-55293-5 Sommaire PARTIE I L ÉPARGNE BANCAIRE CLASSIQUE Chapitre 1. Les livrets bancaires...

Plus en détail

Tableau Comparatif CELI ET REER

Tableau Comparatif CELI ET REER Tableau Comparatif CELI ET REER Y a-t-il un âge minimal pour ouvrir un compte ou un régime? Il faut avoir 18 ans. (La législation sur l âge de la majorité peut s appliquer à certains placements.) Il n

Plus en détail

Laissez le REER travailler pour votre retraite

Laissez le REER travailler pour votre retraite Fonds de placement garanti RBC Laissez le REER travailler pour votre retraite Get an RRSP working for your retirement La retraite est une perspective agréable pour nombre d entre nous, mais il est difficile

Plus en détail

Vu la Loi n 13/007 du 22 janvier 2013 portant habilitation du Gouvernement ;

Vu la Loi n 13/007 du 22 janvier 2013 portant habilitation du Gouvernement ; ORDONNANCE-LOI N 13/008 DU 23 FEVRIER 2013 MODIFIANT ET COMPLETANT CERTAINES DISPOSITIONS DE L ORDONNANCE-LOI N 69/009 DU 10 FEVRIER 1969 RELATIVE AUX IMPOTS CEDULAIRES SUR LES REVENUS Le Président de

Plus en détail

Fiscalité Revenus de droits d auteur & des droits voisins

Fiscalité Revenus de droits d auteur & des droits voisins Fiscalité Revenus de droits d auteur & des droits voisins Loi du 16 juillet 2008 modifiant le code des impôts sur le revenu et organisant une fiscalité forfaitaire des droits d auteur et des droits voisins

Plus en détail

NV CENTRALE KREDIETVERLENING Société anonyme fondée en 1956 Reconnue par le SPF Economie n 00539 Banque d épargne

NV CENTRALE KREDIETVERLENING Société anonyme fondée en 1956 Reconnue par le SPF Economie n 00539 Banque d épargne NV CENTRALE KREDIETVERLENING Société anonyme fondée en 1956 Reconnue par le SPF Economie n 00539 Banque d épargne Siège social: Mannebeekstraat 33 8790 Waregem Tél. 056/62.92.81 Fax 056/61.10.79 E mail

Plus en détail

Sommaire. Droit comptable. Droit fiscal

Sommaire. Droit comptable. Droit fiscal Numéro 13 29 juni 2000 12e année Sommaire Droit comptable Le nouveau bulletin de la Commission des Normes comptables Publié récemment, le numéro 46 mérite d évidence que l on s y arrête. Le plan comptable

Plus en détail

Votre résidence fiscale est en France

Votre résidence fiscale est en France Votre résidence fiscale est en France B8 Impôt sur la fortune (Mise à jour 30 août 2011) En France, l impôt sur la fortune, appelé Impôt de Solidarité sur la Fortune (ISF), est un impôt qui frappe le patrimoine.

Plus en détail

DÉCLARATION DES INTÉRÊTS PERSONNELS DU MEMBRE DU CONSEIL EXÉCUTIF FORMULAIRE II (CONJOINT)

DÉCLARATION DES INTÉRÊTS PERSONNELS DU MEMBRE DU CONSEIL EXÉCUTIF FORMULAIRE II (CONJOINT) DÉCLARATION DES INTÉRÊTS PERSONNELS DU MEMBRE DU CONSEIL EXÉCUTIF FORMULAIRE II (CONJOINT) CODE D ÉTHIQUE ET DE DÉONTOLOGIE DES MEMBRES DE L ASSEMBLÉE NATIONALE (chapitre C-23.1, articles 51, 52 et 53)

Plus en détail

La Société wallonne du crédit social et les Guichets du crédit social octroient, aux conditions du présent règlement, le crédit hypothécaire social.

La Société wallonne du crédit social et les Guichets du crédit social octroient, aux conditions du présent règlement, le crédit hypothécaire social. REGLEMENT DU CREDIT HYPOTHECAIRE SOCIAL 1 TABLE DES MATIERES 2 Présentation Généralités 3 Définitions 4 Revenus annuels imposables globalement de l année n-2 et revenus nets mensuels actuels du demandeur

Plus en détail

Mises de fonds et documentation requise

Mises de fonds et documentation requise Mises de fonds et documentation requise VÉRIFICATION DE L AVOIR PROPRE L avoir propre est le montant que l emprunteur verse à titre de mise de fonds à l achat de cette propriété. Les exigences relatives

Plus en détail

DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 30 MARS 2012 6 C-6-12

DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 30 MARS 2012 6 C-6-12 DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 30 MARS 2012 6 C-6-12 PLAFONNEMENT DE LA COTISATION DE TAXE FONCIERE SUR LES PROPRIETES BATIES AFFERENTE A L HABITATION PRINCIPALE EN FONCTION DES

Plus en détail

PenSIonS extralegales

PenSIonS extralegales PenSIonS extralegales Nos tuyaux pour une meilleure retraite Version mise à jour - Mai 2013 PENSION EXTRALEGALE 2013.indd 1 15/05/13 06:54 Introduction La Commission Vie de FEPRABEL a mis à votre disposition,

Plus en détail

Date d acquisition ou d établissement de la police. Traitement fiscal

Date d acquisition ou d établissement de la police. Traitement fiscal NOTES EXPLICATIVES CRITÈRE D EXONÉRATION DES POLICES D ASSURANCE-VIE LOI DE L IMPÔT SUR LE REVENU La Loi de l impôt sur le revenu (la Loi) prévoit des règles concernant l imposition du revenu gagné sur

Plus en détail

REGIME APPLICABLE AVANT LE 1 ER JANVIER 2008 1

REGIME APPLICABLE AVANT LE 1 ER JANVIER 2008 1 RÉGIME DES PERSONNES IMPATRIÉES REGIME APPLICABLE AVANT LE 1 ER JANVIER 2008... 1 REGIME NOUVEAU... 4 A - Personnes concernées... 5 1 Salariés et mandataires sociaux... 5 2 Personnes non salariées... 6

Plus en détail

Financement hypothécaire

Financement hypothécaire Financement hypothécaire Tour d horizon des possibilités de financement proposées par : Votre partenaire hypothèques Un projet d achat de votre propre logement? Vous avez déjà trouvé le logement de vos

Plus en détail

Les mécanismes de retraite: une vision à modifier

Les mécanismes de retraite: une vision à modifier : une vision à modifier Prenons un pas de recul sur le but des mécanismes de retraite; Le besoin des gens: Besoins financiers pour arrêter de travailler à un certain âge; Ce besoin sera différent si :

Plus en détail

DOCUMENT POUR REMPLIR LA DÉCLARATION DES REVENUS DE 2013

DOCUMENT POUR REMPLIR LA DÉCLARATION DES REVENUS DE 2013 N 2041 GH N 50149 #18 DOCUMENT POUR REMPLIR LA DÉCLARATION DES REVENUS DE 2013 Ce document n'a qu'une valeur indicative. Il ne se substitue pas à la documentation officielle de l'administration. REVENUS

Plus en détail

> Abréviations utilisées

> Abréviations utilisées Aide-mémoire fiscalité des particuliers 2015 > Abréviations utilisées BNC : bénéfices non commerciaux IR : impôt sur le revenu NP : nue-propriété PFL : prélèvement forfaitaire libératoire PVI : plus-value

Plus en détail

Vous orienter pour la gestion des capitaux du défunt

Vous orienter pour la gestion des capitaux du défunt Vous orienter pour la gestion des capitaux du défunt Les obligations fiscales Droits de succession à régler dans les 6 mois La déclaration de succession est une étape importante du règlement d une succession.

Plus en détail

Le régime des monuments historiques

Le régime des monuments historiques Cabinet Fiscal Urios André, docteur en droit, Conseil fiscal et patrimonial, conseil en investissement et transactions immobilières Le régime des monuments historiques Le régime des monuments historiques

Plus en détail

LE GUIDE DU CONTRIBUABLE 2015

LE GUIDE DU CONTRIBUABLE 2015 LE GUIDE DU CONTRIBUABLE 2015 LE GUIDE DU CONTRIBUABLE 2015 D/1831/2015/2/5000 E.R. : Jan Vercamst, Boulevard Baudouin 8 1000 Bruxelles Inhoud I Avant-propos... 7 II Fiscalité et ménage... 9 1. Marié,

Plus en détail

Mobiliser l épargne pour l investissement productif. Pistes de réflexion stratégique en matière de fiscalité de l épargne individuelle

Mobiliser l épargne pour l investissement productif. Pistes de réflexion stratégique en matière de fiscalité de l épargne individuelle Mobiliser l épargne pour l investissement productif Pistes de réflexion stratégique en matière de fiscalité de l épargne individuelle 18 Juin 2014 1. Introduction La frilosité de l épargnant belge suite

Plus en détail

RENTABILITE IMMOBILIERE ET PRESSION FISCALE

RENTABILITE IMMOBILIERE ET PRESSION FISCALE RENTABILITE IMMOBILIERE ET PRESSION FISCALE Conférence de presse 13 mars 2012 SOMMAIRE Introduction p. 3 CALCULS DE RENTABILITE IMMOBILIERE Cinq exemples avec des prélèvements sociaux portés à 15,5 %...p.

Plus en détail

013 2 luxembourg : fiscalité des personnes physiques F R

013 2 luxembourg : fiscalité des personnes physiques F R 2013 LUXEMBOURG : FISCALITé des personnes physiques F R Classe d impôts sans enfant Avec enfant(s) à charge Âgé d au moins 64 ans au 1 er janvier Célibataire 1 1a 1a Marié/ Partenaire 2 2 2 Séparé 1 1a

Plus en détail

Les prêts hypothécaires. Habiter chez soi. www.bcn.ch

Les prêts hypothécaires. Habiter chez soi. www.bcn.ch Les prêts hypothécaires Habiter chez soi www.bcn.ch Les financements hypothécaires Vu la valeur généralement élevée des biens immobiliers, il est usuel de faire appel à une banque, afin de participer au

Plus en détail

NOTICE D INFORMATION DE LA CONVENTION D ASSURANCES COLLECTIVES DE CAUTIONNEMENT DE PRÊTS IMMOBILIERS

NOTICE D INFORMATION DE LA CONVENTION D ASSURANCES COLLECTIVES DE CAUTIONNEMENT DE PRÊTS IMMOBILIERS NOTICE D INFORMATION DE LA CONVENTION D ASSURANCES COLLECTIVES DE CAUTIONNEMENT DE PRÊTS IMMOBILIERS document contractuel 1. Objet de la convention Cette convention d assurance collective a été souscrite

Plus en détail

MISE À JOUR DE LA DÉCLARATION DES INTÉRÊTS PERSONNELS DU DÉPUTÉ FORMULAIRE III (ENFANT À CHARGE)

MISE À JOUR DE LA DÉCLARATION DES INTÉRÊTS PERSONNELS DU DÉPUTÉ FORMULAIRE III (ENFANT À CHARGE) MISE À JOUR DE LA DÉCLARATION DES INTÉRÊTS PERSONNELS DU DÉPUTÉ FORMULAIRE III (ENFANT À CHARGE) CODE D ÉTHIQUE ET DE DÉONTOLOGIE DES MEMBRES DE L ASSEMBLÉE NATIONALE (chapitre C-23.1, articles 37 et 38)

Plus en détail

LE CREDIT BAIL IMMOBILIER Février 2015

LE CREDIT BAIL IMMOBILIER Février 2015 LE CREDIT BAIL IMMOBILIER Février 2015 CREDIT BAIL IMMOBILIER - Sommaire 2 DEFINITION 3 Crédit-bail 3 Différents types de crédits-bails 3 ASPECTS COMPTABLES ET FISCAUX 4 Pendant la période couverte par

Plus en détail

Le TEG dans tous ses états

Le TEG dans tous ses états Le TEG dans tous ses états L un des ingrédients essentiels pour choisir son prêt immobilier est son taux. Mais si le taux d intérêt mis en avant par le prêteur est important, le Taux Effectif Global (ou

Plus en détail

Associations Accompagnez les propriétaires privés dans leur déclaration de revenus

Associations Accompagnez les propriétaires privés dans leur déclaration de revenus Associations Accompagnez les propriétaires privés dans leur déclaration de revenus Mode d emploi des formulaires de déclaration 2044 et 2044 Spéciale Mise à jour 2014 Chaque année, les propriétaires privés

Plus en détail

LE POINT SUR LA FISCALITE DE L ASSURANCE-VIE

LE POINT SUR LA FISCALITE DE L ASSURANCE-VIE LE POINT SUR LA FISCALITE DE L ASSURANCE-VIE (Art L 136-7-II du code de la sécurité sociale ; Art 125-0 A, 757 B et 990 I du code général des impôts; Instructions Bulletin Officiel des Impôts n 16 du 23

Plus en détail

Votre propriété de vacances aux États-Unis pourrait vous coûter cher

Votre propriété de vacances aux États-Unis pourrait vous coûter cher Votre propriété de vacances aux États-Unis pourrait vous coûter cher Auteur : Jamie Golombek Juin 2015 Il semble que de plus en plus de Canadiens font l achat de propriétés de vacances aux États-Unis.

Plus en détail

Imposition partielle des rendements provenant de participations détenues dans la fortune privée et limitation de la déduction des intérêts passifs

Imposition partielle des rendements provenant de participations détenues dans la fortune privée et limitation de la déduction des intérêts passifs Département fédéral des finances DFF Administration fédérale des contributions AFC Division principale de l'impôt fédéral direct, de l'impôt anticipé, des droits de timbre Impôt fédéral direct Berne, 16

Plus en détail