Bilan 2013 du premier accélérateur de start-up en Wallonie

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Bilan 2013 du premier accélérateur de start-up en Wallonie"

Transcription

1 Rue Emile Francqui 6/ Mont-Saint-Guibert Bilan 2013 du premier accélérateur de start-up en Wallonie JANUARY 2014

2 introduction A l automne 2012 a eu lieu, le tout premier accélérateur de start-up en Wallonie. Pendant 9 semaines, ce programme a rassemblé six équipes d entrepreneurs dans un espace dédié, le NEST, à l Axisparc de Mont-Saint-Guibert. Depuis cette première édition, deux autres ont été mises sur pied : Spring 2013 (12 semaines au printemps 2013), toujours au sein de l Axisparc, et Fall 2013 (11 semaines à l automne 2013), cette fois au sein de La Chapelle, à Liège. est la première initiative d un projet plus vaste appelé NEST («Nourrir l Entrepreneuriat, les Start-up et les Talents») dont l objectif est de développer l écosystème entrepreneurial en Wallonie et en Belgique avec une portée mondiale et de faire de l innovation une réelle alternative à la réindustrialisation comme solution à la crise. NEST est né il y a un peu plus d un an et demi de la volonté de plusieurs acteurs engagés dans l accompagnement des start-up en Belgique qui se sont regroupés pour fonder l asbl Fostering Ideas. Olivier Verbeke, co-fondateur de Knowledge Plaza à Mont-saint Guibert, s est ainsi entouré de Simon Alexandre, directeur à The Faktory de Liège, Ben Piquard, directeur du Microsoft Innovation Center de Mons, David Valentiny, directeur de l ID Campus de Liège ainsi que de Damien Van Achter, directeur de Lab Davanac à Eghezée, pour élaborer ensemble ce que deviendrait le programme. Ce rapport a pour but de faire le bilan du programme, un an après, et de ce qui y a été mis en place. Les premiers résultats obtenus y seront également exposés, afin de démontrer l importance de répéter régulièrement ce programme et d étendre les initiatives de NEST dans les années à venir. 1

3 La vision de NEST 2 «NEST» est la traduction anglaise du mot «NID». Le nid est l endroit où les oisillons grandissent et sont nourris jusqu à ce qu ils soient prêts à voler de leurs propres ailes. Mais NEST est aussi le sigle de «Nourrir l Entrepreneuriat, les Start-up et les Talents», ou en Anglais «Nurturing Entrepreneurship, Startups and Talents». Derrière NEST, il y a une vision, partagée par tous les fondateurs de l asbl Fostering Ideas : nos économies occidentales traversent une crise systémique grave que les solutions habituelles seules ne peuvent pas résoudre. Si nos pays se désindustrialisent, c est à la faveur de régions qui bénéficient d atouts qu il est difficile, voire impossible de concurrencer. Et dans ce contexte, nous pouvons soit nous accrocher au passé et tenter désespérément de retenir voire de faire revenir ces industries chez nous, soit nous concentrer sur nos propres atouts et regarder vers l avenir. Or nos atouts, nos avantages concurrentiels résident dans le niveau de formation excellent de nos nouvelles générations et dans leur capacité d innovation ainsi que de création de nouveaux modèles économiques. De nombreux pays occidentaux ont déjà compris ce défi et ont investi massivement dans le développement de foyers d innovation ou «startup hubs» comme New York, Berlin, Dublin, Tel Aviv ou encore Londres. NEST se situe au cœur d un effort de sensibilisation et d éducation, aussi bien des pouvoirs politiques, que des entrepreneurs et du grand public belges, sur la nécessité de s engager résolument dans les voies de développement plus viables et plus pragmatiques que sont l innovation, la créativité et l entrepreneuriat. Cette vision s appuie sur quelques valeurs clés qui guident tous les choix de NEST et assurent sa cohérence et sa pérennité. Un écosystème dense et dynamique Contrairement à une entreprise classique en création, qui s appuie sur un modèle économique existant et éprouvé, une start-up doit inventer un nouveau modèle économique. Et comme un modèle économique est composé de nombreux éléments, de la segmentation du marché à l identification des bons partenaires, des flux de revenus à la structure de coûts, des canaux de promotion et de distribution à la relation client, de la proposition de valeur aux métriques clés, il existe de très nombreux aspects sur lesquels une start-up peut, et même doit, innover. C est pourquoi, au-delà des habituels comptables, juristes et commerciaux, une start-up a besoin d intégrer de nombreuses expertises, qui de plus évoluent tout au long de sa vie de start-up jusqu à ce qu elle stabilise son modèle économique et devienne une entreprise au sens où on l entend d habitude. Et c est cette nature transitoire de la start-up qui fait que ses besoins en expertises sont aussi intenses que ponctuels et ne justifient généralement pas de recrutements à long terme. Dans ce contexte, un des piliers de l accompagnement des start-up est de réunir autour des entrepreneurs un réseau dense et accessible d experts à même de leur faire gagner un maximum de temps et de leur faire économiser le temps et l énergie qu elles pourraient gaspiller dans des domaines qu elles ne maitrisent pas.

4 De plus, cette nécessité d innovation dans l exploration de territoires noncartographiés crée généralement un autre besoin non négligeable chez les entrepreneurs. Ils ont besoin d agents motivants, de mentors inspirants, d explorateurs d hier et d aujourd hui qui puissent leur donner des outils, les exposer à des modes de pensée et à des méthodes génériques de création qu ils ont euxmêmes mis en œuvre. Les mieux placés pour offrir ce genre d accompagnement sont généralement d autres entrepreneurs innovants, qui n ont pas forcément une expertise pointue et/ou technique dans les domaines spécifiques qui intéressent directement la start-up, mais qui peuvent amener un point de vue à la fois plus méta et pratique aux entrepreneurs. C est pourquoi NEST s est employé dès le départ à consolider les différents réseaux professionnels de ses membres en un ensemble cohérent et à le mettre à disposition des participants de : Tristan Kromer, Joannes Vandermeulen, Cédric Donck, David Cohen, Brad Feld et tant d autres ont ainsi donné de leur temps pour accompagner, aider et inspirer les startups de tout au long du programme et leur laisser un bagage qui les suivra tout au long de leur évolution. L économie de la création C est désormais de notoriété publique que les pays émergents dans lesquels nos industries se délocalisent massivement sont généralement très doués pour répliquer et dupliquer, à une échelle telle d ailleurs que c est ce qui leur permet de continuer à offrir des économies d échelle qui surcompensent largement leur non-proximité. En revanche, lorsque le groupe chinois Whibi investit plus de 100 millions d euros pour construire un incubateur technologique en Wallonie, il est difficile de ne pas y voir un signe de nos propres atouts en termes de créativité et d innovation. A l instar des produits Apple, estampillés «Designed in California, Made in China», combien de temps faudrat-il attendre avant de voir fleurir sur le Web, dans nos maisons et nos entreprises la mention «Created in Belgium»? De toute évidence, les fondateurs de Fostering Ideas et de NEST ont décidé de ne pas attendre, mais d agir pour faire en sorte d aller aussi rapidement que possible vers cet objectif. Dans ce contexte, nous n envisageons donc pas la création dans son aspect artistique et purement esthétique, mais bien la création génératrice de valeur financière mais aussi sociale par la création d emplois durables, de qualité, et l amélioration générale du niveau de vie. Bien que plus risquée que la simple réplication de modèles économiques existants et donc nécessitant des investissements plus importants, cette économie de la création génère aussi par ses échecs plus d apprentissages et donc des créateurs de plus en plus robustes susceptibles de partager leurs expériences avec les nouvelles générations. Il est aussi important de prendre en compte le fait que créer et diffuser le fruit de ses créations n a jamais été aussi simple et peu cher que depuis que le Web existe. Il fut un temps où les designs originaux et les inventions ne pouvaient être distribués que par des grands groupes industriels et des canaux saturés d intermédiaires. Internet offre aujourd hui une plate-forme de diffusion directe et simple à tout créateur, allant des sites de «crowdfunding» comme Kickstarter (www. kickstarter.com) aux places de marché pour designer comme Fab (www.fab.de). Et bien sûr les réseaux sociaux apportent un canal de publicité bien plus puissant, rapide et efficace que n importe quelle campagne de publicité radio ou TV. Il nous est impératif d apprendre à intégrer ces nouveaux canaux dans nos processus commerciaux si nous voulons jouer dans la même cour que les pays autour de nous et rentrer de plain-pied dans cette nouvelle économie. La culture du «pay-it-forward» Le fait qu il n existe aucune traduction française pour cette expression américaine est révélateur. Le «pay-it-forward» c est un mélange de collaboration réciproque et d altruisme. C est un principe qui consiste à donner avant de prendre, à aider sans attendre de retour immédiat, en particulier financier, mais en pariant sur le fait que la faveur vous sera rendue > 3

5 plus tard, directement ou indirectement, financièrement ou d une autre manière. Cette façon de faire est très répandue dans les foyers d innovation américains tels que la Silicon Valley ou New York, mais beaucoup moins pratiquée dans nos cultures européennes. Beaucoup de gens ici ont tendance à commencer par négocier des contrats, avec des termes rigides, avec des compensations forcément financières, et ce avant même d apporter le moindre service ou de créer la moindre valeur. Et même s il n est pas question de se laisser abuser ou de chercher à abuser, bien souvent, il est possible de trouver un équilibre plus flexible basé sur la confiance. C est pourquoi nous avons beaucoup insisté sur la pratique de cette culture dans tous les partenariats que nous avons établis, qu il s agisse de sponsors comme la Loterie Nationale, la province du brabant wallon, ou de mentors comme Tristan Kromer. Tous nos partenaires ont pris conscience de la diversité des retours qu ils pourraient recevoir de par leur implication dans, que ce soit de la visibilité, des contacts, des opportunités, etc. et ont préféré donner avant de recevoir plutôt que de refuser purement et simplement une collaboration sans compensation financière immédiate. Cette culture du «pay-it-forward» (que l on pourrait éventuellement traduire par «générosité réciproque») est un élément clé du succès des foyers d innovation, que NEST veut participer à répandre en Wallonie, en Belgique et même en Europe. Raconter l entrepreneuriat Comme nous l avons dit plus haut, l entrepreneuriat, surtout lorsqu il est innovant, est une affaire d écosystème. Et l on parle bien ici d écosystème au sens large, c est-à-dire qu il inclut, au-delà des synergies avec les acteurs directs qui participent au développement de la startup, tous ceux qui pourront favoriser son succès à long terme. Il s agit donc aussi des investisseurs qui fourniront le carburant financier à la start-up pour faire levier et accélérer sa croissance, mais aussi les clients, professionnels et grand public, qui achèteront les produits de la start-up, les talents qui pourront rejoindre la startup mais aussi les grandes entreprises qui pourront éventuellement acquérir la start-up. Tous ces acteurs doivent être sensibilisés, à la fois à l existence de la start-up et à ses besoins et apports spécifiques, et ce dès les premiers pas de la société innovante. Pendant longtemps, la loi du secret était de mise dans l entrepreneuriat, les accords de non-divulgation étaient systématiquement de mise, et les entrepreneurs craignaient que des acteurs avec des moyens plus importants que les leurs ne «volent» leur «idée qui tue» et ne la reprennent à leur compte. Mais avec l avènement des médias sociaux et l explosion des moyens de communication offerts par Internet, il est devenu de plus en plus illusoire de ne compter que sur l avantage du primoarrivant, et d autant plus critique de confronter son concept au monde le plus rapidement possible. L expérience des nouveaux entrepreneurs montre que l on a bien souvent plus à gagner à parler de son innovation qu à la cacher. Cependant, même si l on arrive à se défaire de ses croyances en la matière, de son attachement au secret, reste que raconter son histoire et la rendre accessible au plus grand nombre prend du temps et peut demander certaines compétences journalistiques. C est pourquoi Olivier Verbeke a notamment proposé à Damien Van Achter, journaliste et spécialiste des médias sociaux, de rejoindre Fostering Ideas et de doter NEST et d une véritable plate-forme de «storytelling» (nest.lesoir.be) en partenariat avec le groupe de presse Rossel et le journal Le Soir. Cette couverture médiatique continue et multicanaux a permis d augmenter rapidement la visibilité des participants de auprès de leurs futurs clients, partenaires et investisseurs, mais aussi nous l espérons de susciter des vocations en racontant l entrepreneuriat en tant que tel pour que les entrepreneurs rejoignent toujours plus nombreux à l avenir les rangs des créateurs de valeurs. 4

6 Le Global Accelerator Network Une fois leur vision clairement posée et plutôt que de partir d une page blanche, les fondateurs de l asbl Fostering Ideas ont choisi de s appuyer sur l expérience de pionniers en matière d organisation d accélérateurs de start-ups. Aux Etats-Unis, les deux accélérateurs de startups les plus réputés sont YCombinator de Paul Graham, qui n opère que dans la Silicon Valley, et TechStars. Fondé en 2007 par David Cohen et Brad Feld à Boulder, dans le Colorado, le programme TechStars est aujourd hui organisé dans 6 villes supplémentaires : Boston depuis 2009, Seattle depuis 2010, New York depuis 2011, Austin en 2012, Chicago et Londres depuis A ce jour, 234 start-up ont été accompagnées par TechStars, donc 190 sont toujours actives, 22 ont été acquises, et seulement 22 ont cessé leurs activités. 190 actives 234 startups 22 acquises 22 echecs 5 Forts de leur expérience, David Cohen et Brad Feld ont créé en 2010 le Global Accelerator Network pour partager leur expérience de manière ouverte et connecter entre eux les meilleurs accélérateurs de startups dans le monde. Aujourd hui, le Global Accelerator Network regroupe 50 accélérateurs dans 63 villes sur 6 continents, qui ont accompagné plus de start-up. Et ces start-up ont levé un total de 548 millions de dollars et créé plus de emplois. C est pourquoi il était particulièrement important que puisse s appuyer à la fois sur l expérience et sur le réseau du Global Accelerator Network. Concrètement, être membre du Global Accelerator Network apporte trois avantages majeurs à. Le «playbook» Les fondateurs de TechStars ont regroupé toute l expérience acquise à travers les années et sur les différentes moutures du programme dans un document appelé «TechStars Playbook». Ce document rassemble toutes sortes d enseignements et de conseils pratiques sur l organisation d un accélérateur de startups, de la gestion du budget au calendrier en passant par la gestion des coaches ou encore la promotion du programme. Suivre tous ces conseils n est absolument pas requis pour faire partie du Global Accelerator Network, ce qui nous a laissé la possibilité de les adapter au contexte spécifique de la Belgique. Mais ils ont indéniablement permis aux organisateurs de de gagner un temps précieux et de faire de cette première session le succès que l on connaît.

7 Le réseau Comme son nom l indique, le Global Accelerator Network, c est aussi un réseau d investisseurs, de mentors, d experts et même d alumni qui sont tous connectés à travers le réseau et qui ont permis à de rayonner à travers le monde. C est ainsi que les entrepreneurs participant à ont pu discuter en vidéoconférence avec David Cohen (fondateur de TechStars), Brad Feld (élu, par Business Insider, l investisseur le plus respecté d Amérique), Ash Maurya (auteur de Running Lean), et bien d autres. Le fait que puisse donc s associer à une marque aussi forte et reconnue que TechStars à travers le Global Accelerator Network est donc un avantage considérable pour rassurer les entrepreneurs et les inciter à poser leur candidature. Pour toutes ces raisons, est très fier de faire pleinement partie de ce réseau : members/view/nestup La marque TechStars En août 2012, Tech Cocktail, une société américaine dédiée à la promotion de l entrepreneuriat, publiait son classement des 15 meilleurs accélérateurs de startups aux Etats-Unis. Et sans surprise, tous les chapitres de TechStars sont présents dans ce classement. Il existe de très nombreuses initiatives pour accompagner les entrepreneurs dans le monde, et il est parfois compliqué pour ces derniers de se faire une idée de la crédibilité et du sérieux d un programme d accélération, ce qui est particulièrement critique quand on sait le niveau d engagement que demande un tel programme sur une période de plusieurs mois. 6

8 Du réseau à l écosystème 7 Tous les instigateurs de sont très impliqués dans le monde de l entrepreneuriat et ont chacun rencontré de nombreuses personnes tout au long de leur parcours. Mais cette accumulation de carnets d adresses n aurait eu que très peu de valeur ajoutée pour les start-up de sans un vrai travail de consolidation, de sélection et d implication. La première étape de ce travail a consisté à répertorier tous les contacts des organisateurs qui pouvaient apporter quelque chose à et à ses participants. Ces contacts ont été centralisés et listés avec toutes les informations nécessaires pour les joindre et un suivi du statut. Ensuite, nous avons contacté un à un ces personnes pour leur parler de, recueillir leurs impressions et leur proposer d intervenir, soit pour inspirer ou aider les startups, soit pour contribuer à l infrastructure de au sens large. Et bien sûr, nous avons aussi demandé à tous nos contacts directs de nous mettre en relation avec toutes les personnes qu ils jugeaient intéressantes dans leurs propres réseaux. A l issue de cette phase, nous avons pu séparer les différents intervenants en quatre types. Les sponsors sont les sociétés qui sont intervenues pour participer à l infrastructure de ou offrir des avantages aux startups de. C est ainsi par exemple, que le NEST, l espace de travail collaboratif et créatif de (Mont-Saint-Guibert) a été aménagé avec l aide de la Province du Brabant wallon, ou encore que le café a été fourni par Masalto. Toutes ces contributions ont rendu l expérience de plus agréable pour tous les participants et a permis à ces sociétés de profiter de la visibilité de dans les médias. Les mentors sont tous les entrepreneurs qui sont intervenus ponctuellement et bénévolement pendant le programme pour partager leur expérience avec les entrepreneurs. Le but ici était de créer des liens entre les nouveaux entrepreneurs et les plus expérimentés, qu ils soient d ailleurs restés en Belgique ou qu ils soient déjà partis explorer d autres marchés. Xavier Damman (Storify), Patrice Roulive (Telemis), San Degeimbre (L Air du Temps) et bien d autres ont ainsi pu passer respectivement quelques heures avec les entrepreneurs. Et lorsque cela avait un sens, les sociétés représentées par ces mentors étaient également visibles comme sponsors sur la page d accueil du site Web de. Les experts sont tous ceux qui sont intervenus à la demande pendant le programme en fonction des besoins de chaque start-up et en interaction directe avec chaque équipe. Ces experts étant rémunérés pour le temps qu ils passaient avec les entrepreneurs, nous avons mis en place un système de chèques startup (appelés affectueusement «chèques roses» par les participants). Chacun de ces chèques donnait droit à une heure avec un des experts, et toutes les équipes ont reçu le même chéquier avec une quantité identique de chèques au début du programme. Elles ont donc eu la possibilité de gérer leur budget expertise en fonction de leurs >

9 besoins spécifiques. Parmi ces experts, il y avait des comptables, des avocats en propriété intellectuelle, des spécialistes en marketing, des designers Web ou mobile, etc. Enfin, les coaches sont les six entrepreneurs qui ont accompagné quotidiennement les startups pendant toute la durée du programme. Leur rôle était de soutenir moralement les entrepreneurs et de les aider à gérer leur temps et leurs ressources au mieux en se posant les bonnes questions aux bons moments. Nous avons beaucoup insisté sur le recrutement de ces coaches, et notamment sur 3 critères : Ils devaient avoir déjà de l expérience en accompagnement de start-up; Ils devaient tous être entrepreneurs eux-mêmes, pour que leurs conseils viennent «des tranchées» et ne soient pas des conseils académiques; Ils devaient avoir déjà apporté une aide positive et constructive à au moins un des organisateurs. En partant du principe que les pouvoirs publics ont à la fois un rôle capital à jouer et un intérêt économique et social nonnégligeable dans le bon développement de cet écosystème entrepreneurial sur le long terme, le Ministère de l Economie de la Région wallonne est intervenu par l intermédiaire de Creative Wallonia. Leur financement ainsi que leur soutien logistique et promotionnel ont permis de consolider l écosystème et de démultiplier l énergie déployée, est le fruit d une co-création. Deux autres partenariats clés ont été nos collaborations avec la Loterie Nationale, qui n a jamais aussi bien porté son slogan de créateur de chances, et avec le groupe Rossel via le journal Le Soir et son blog Geeko dédié aux nouvelles technologies. Le Soir nous a fourni une plate-forme technique pour héberger le blog de NEST (nest.lesoir.be) et a couvert l actualité du programme. Enfin, comme il paraissait évident que se positionnait de manière complémentaire à d autres initiatives d aide à l entrepreneuriat en Wallonie et en Belgique (certaines d entre elles étant d ailleurs initiées par des membres fondateurs de Fostering Ideas), nous avons tenu à collaborer étroitement avec des acteurs comme le CETIC, le MIC, ID Campus, Solvay Entrepreneurs et bien d autres. Cet écosystème à la fois dense et dynamique nous a permis d apporter une aide et un soutien ciblés aux participants de, de créer un espace de travail créatif et de relayer l actualité de NEST à très grande échelle. 8

10 LE NEST Même si NEST n était à l origine que le nom du projet chapeau initié par Fostering Ideas asbl, et dont est la première initiative, c est aussi devenu le petit nom de l espace de travail que nous avons créé pour héberger les start-up de. Notre volonté était de créer un espace ouvert, à la fois dans son organisation interne et sur l extérieur, qui favorise la créativité et la collaboration entre les équipes. Nous sommes donc partis d un plateau de bureau décloisonné de 300 mètres carrés. Cet espace nous a été proposé par Henri Fischgrund à l Axisparc Business Center à Mont-Saint-Guibert. Nous avons ensuite travaillé avec certains de nos sponsors pour cloisonner, meubler et aménager différentes zones dans l espace. Un grapheur, Oli-B, est venu peindre une fresque originale sur tout un pan de mur pour servir de toile de fond créative à l espace. Ici, devant cette fresque, on peut apercevoir l espace commun où se prenaient les repas et où se faisaient les travaux en équipe et les interventions devant tous les entrepreneurs. Après deux saisons couronnées de succès, a investi un lieu mythique de Liège pour sa 3e édition : la Chapelle. Dès le 16 septembre, l accélérateur wallon de start-up a investi l endroit pour onze semaines. Axisparc a procédé à l aménagement initial de cet espace, c est à dire le sol et le câblage. Après une phase de travaux de deux mois, La Chapelle a accueilli Fall 2013, mais l accélérateur retrouvera ses locaux d origine pour ses sessions de printemps. Deux start up des éditions précédentes (I Love Climbing, Famest) ont pu y installer leurs bureaux. Avec ID Campus, HEC-Ulg, Meusinvest, Cide-Socran et La Forge à proximité, un véritable hub créatif est né. 9

11 L accélérateur de start-up en chiffres 3 éditions (1 en 2012 et 2 en 2013) Mont-Saint-Guibert (Fall 2012 et spring 2013) et Liège (Fall 2013) 18 start-up couvées Sessions Fall 2012 et 50 candidatures Spring 2013 (60 pour cette session) 28,5 ans moyenne d'âge 10 start-up lancées sur 12 5 start-up lancées Fall 2012 et Spring 2013 sur 6 12 emplois temps plein ures tures sion) atures ssion) ession) ncées ncées lancées urs eurs urs ts nts 23 fondateurs 10 fondateurs dont 18 débutants - Fall 2012 et Spring 2013 dont 28,5 10 débutants ans moyenne d'âge occupées à temps partiel 28,5 ans moyenne d'âge 28,5 27,5 ans moyenne d âge d'âge 12 emplois temps plein emplois temps temps plein plein 12 emplois temps plein 15 personnes occupées à temps partiel 6 personnes 6 personnes personnes occupées à temps partiel occupées occupées Fonds levés à à temps temps partiel par partiel les startups : euros 70% de fonds privés - 30% de fonds publics 6 personnes 10

12 11

13 L organisation du programme Toute la difficulté dans l organisation d un programme d accélération de start-up réside dans la nécessité de prévoir un agenda d évènements qui poussent les entrepreneurs à faire progresser rapidement leur projet tout en leur laissant suffisamment de plages libres pour le faire, en tenant compte des spécificités de chaque projet. De plus, notre expérience dans l accompagnement de start-up et l expérience de TechStars suggèrent que trop souvent, les start-up se lancent tête baissée dans le développement de leur produit sans consacrer suffisamment de temps à la validation préalable de leur modèle économique. Or de plus en plus d accélérateurs de start-up, et même de start-up en général, se tournent vers une méthodologie à la fois innovante et éprouvée : le Lean Startup. L idée du Lean Startup est de trouver des outils et des méthodes qui permettent de minimiser les risques liés au développement d une start-up. Pour ce faire, la méthodologie considère que le produit d une start-up n est pas son site Web ou le service qu elle vend, mais son modèle économique. En effet, c est là que se situe l essentiel de l innovation et le risque le plus important. Dès lors il est important de commencer par une réflexion approfondie sur les hypothèses liées aux différents aspects du modèle économique et de valider un maximum de ces hypothèses avant de commencer le développement du produit correspondant. C est pourquoi les neuf semaines - puis douze semaines - du programme ont été divisées en trois phases de trois semaines chacune. Phase 1 : Modélisation Lors de cette première étape, nous avons mis de côté les sites Web, les produits et les services proposés par les start-up pour nous concentrer sur la modélisation de leur modèle économique. A cet effet, une rencontre avec Chris Anderson (Makers) a été organisée pour que les porteurs de projets puissent lui poser toutes leurs questions. Les fondamentaux de la méthodologie Lean Startup ont par ailleurs été évoqués, via une série de questions clés posées par les coaches auprès des équipes : Qui sont les clients que vous visez? Comment pouvez-vous les caractériser, les segmenter? Quel sont les principaux problèmes que rencontrent ces différents segments de clientèle? Quel est leur niveau de douleur par rapport à chacun de ces problèmes? Quels sont les problèmes que vous entendez résoudre et quelle est votre proposition de valeur générale? Quelles sont les solutions que vous proposez pour ces problèmes? Quels sont les flux de revenus sur lesquels vous comptez pour monétiser votre solution?

14 Comment allez vous distribuer et promouvoir votre solution? Quelles sont les principales métriques qui vous permettront d évaluer la bonne santé de votre modèle économique? Quels sont vos avantages concurrentiels? Qu est-ce qui est difficile à copier dans votre modèle économique? Toutes ces réflexions ont poussé les start-up à réévaluer leurs certitudes, à se remettre en question, voire à déconstruire leur modèle économique pour mieux le reconstruire. Chaque équipe a été amenée à ce titre à formuler plusieurs modèles économiques, et donc plusieurs ensembles d hypothèses et à les visualiser sur des canevas. Une fois ces différentes hypothèses inventoriées et visualisées, les start-up ont dû passer à une phase de «get out of the building», c est-à-dire une phase de confrontation de leurs hypothèses à la réalité du terrain. Beaucoup pensaient qu il fallait forcément développer un produit pour tester un modèle économique, mais nous leur avons montré comment valider beaucoup d hypothèses par le biais d entrevues qualitatives avec des clients potentiels auxquels ils devaient poser les bonnes questions. Les start-up ont donc dû contacter des clients potentiels et les rencontrer sur le terrain pour valider ou invalider leurs hypothèses, tout en faisant évoluer leur modèle économique de manière itérative en changeant de clientèle cible, de problème ou de solution proposée par exemple. L objectif de cette première phase de trois semaines était de formuler un triplet client/ problème/solution validé, et de lister le problème identifié, au moins 20 clients potentiels et susceptibles d être intéressés par la solution proposée. Phase 2 : Construction A l issue de la phase 1, de nombreuses équipes avaient déjà pivoté plusieurs fois par rapport au modèle économique qu ils avaient imaginé au moment de poser leur candidature à. C est-à-dire qu au fur et à mesure des entrevues avec leurs clients potentiels, elles ont progressivement changé certains aspects de leur modèle économique, tout en restant fixes sur d autres. D autres équipes sont retombées assez près de leur point de départ mais avec un modèle moins risqué parce que mieux validé. Il était alors temps de repasser à la construction de la solution, ce qui se traduisait pour beaucoup par du développement Web, pour d autres par la conception de nouveaux équipements matériels. Mais dans tous les cas, nous avons poussé les équipes à ne pas se refermer sur elles-mêmes et à confronter leur produit le plus rapidement et le plus régulièrement possible aux feedbacks de leurs clients potentiels. Dans ce but, des experts de ont expliqué aux start-up comment valider leur design à travers des tests très simples et très rapides au fur et à mesure de leur progression. Et dès que les produits commençaient à se dessiner, les équipes ont commencé à démarcher activement leurs premiers clients pour créer de la traction. L objectif à la fin de cette seconde phase de trois semaines était donc d avoir une première version du produit et les premiers utilisateurs/clients qui confirmaient le bienfondé du modèle économique. 13

15 Phase 3 : Présentation Le point d orgue de étant le Demo Day qui donne l opportunité aux start-up de présenter le résultat de leur travail à une audience d investisseurs, de journalistes et de passionnés d innovation, il était important de réserver un temps non négligeable à la préparation de cette présentation. Au début de cette troisième phase, nous avons donc proposé aux entrepreneurs de préparer une première présentation (aussi appelée «pitch») pour qu ils se rendent bien compte de l importance du travail restant à réaliser pour synthétiser leur travail et le rendre digeste dans une présentation de 10 minutes. Après leur avoir fourni un squelette de présentation de base, les coaches ont donc travaillé avec leurs équipes pour préparer le contenu de chaque diapositive ainsi que leur texte, en insistant sur l importance d utiliser les diapositives pour appuyer visuellement leur discours et non pas comme un script de celui-ci. Une fois le contenu plus ou moins stabilisé, c est le temps des répétitions, nombreuses et toujours suivies de feedbacks pour améliorer itérativement les présentations, aussi bien sur le fond que sur la forme. Nous avons également fait intervenir un professeur de chant et d improvisation pour aider les plus timides à s affirmer et à bien poser leur discours. En parallèle de tout ce travail sur les présentations, le Demo Day est un événement organisé où de nombreuses invitations ont envoyées à des investisseurs, des journalistes et des passionnés. Dans le même temps, pendant que certains préparaient la présentation, d autres continuaient à avancer sur la construction du produit et sur la création de traction. 14

16 Raconter l entrepreneuriat Une des convictions fortes des instigateurs de est qu il est important de raconter l entrepreneuriat en continu, plutôt que de ne parler des entreprises que lorsque celles-ci lèvent des fonds ou arrêtent leurs opérations. Il y a en effet beaucoup d évènements intéressants dans la vie d une start-up, évènements qui peuvent générer de la visibilité auprès des investisseurs, faire mieux comprendre une offre qui évolue à une clientèle potentielle, ou même susciter des vocations d entrepreneuriat et des opportunités de partenariat. C est pourquoi, en parallèle de, Olivier verbeke et Damien Van Achter, journaliste aguerri et reconnu pour ses expériences journalistiques au sein de son Lab Davanac, ont mis en place en partenariat avec le groupe Rossel et le journal Le Soir une plateforme dite de «storytelling» pour raconter aussi bien ce qui se passait dans que dans l écosystème entrepreneurial wallon, belge et mondial. Ce blog, visible sur nest.lesoir. be, a suivi les start-up au jour le jour en publiant régulièrement des articles. Des journalistes étaient donc présents sur place au NEST en résidence pour vivre au milieu des start-up et mieux raconter leurs histoires. De plus, grâce à un groupe Facebook organisé comme une sorte de salle de presse collaborative et à une veille permanente, de nombreux articles ont été régulièrement relayés et produits sur la plate-forme pour apporter du contexte à l histoire des start-up. 15 Enfin, une équipe de tournage et de production photo et vidéo, Peignoir&Panda, et une équipe de graphistes, Oh my deer!, ont suivi les entrepreneurs pour rendre leurs expériences plus visuelles au travers de clips vidéos qui ont rythmé les 12 semaines de et l ont rendu encore plus visible en ligne et sur les réseaux sociaux.

17 D une manière générale, le dispositif de storytelling a globalement tenu ses promesses. Mis en place depuis un peu plus d un an, le compte Twitter, la page Facebook et le groupe Facebook ont servi de catalyseur pour alerter la communauté d entrepreneurs belges en particulier et les communautés liées au monde de l innovation, aussi bien Belgique que dans la sphère anglophone (via le réseau TechStars). Les chiffres d audiences et surtout d engagement de celles-ci en attestent, cette présence anticipée a permis d attirer l attention mais aussi d engager des conversations et de susciter une attente autour des deux sessions 2013 de, bien avant leur lancement. En moyenne, 60 projets candidats ont été reçus pour chaque session. Ensuite, la plate-forme en elle-même, hébergée sur Le Soir, avec lequel nous avions au préalable conclu un accord de partenariat essentiellement afin de s assurer un relais direct par un média de masse, permit de maintenir au quotidien une traction minimale vers les activités qui se sont déroulées dans le NEST. L objectif de «nous raconter nous-mêmes» a, à ce niveau, été pleinement atteint. La curation et l édition des tweets, statuts Facebook, photos et vidéos réalisées par tous les participants dans des «Story» quotidiennes fut un réel pivot autour duquel purent graviter tous les articles annonçant des évènements liés à l innovation et à l entrepreneuriat dans la Fédération Wallonie-Bruxelles (Semaine de la Créativité, KIKK Festival, Startup Weekend, etc.). Par ailleurs, il est crucial de souligner le rôle essentiel des vidéos produites par l équipe rédactionnelle. Le soin tout particulier apporté au montage, à l ambiance sonore et aux effets sobres mais forts a permis de traduire l atmosphère particulièrement riche et qualitative des expériences vécues par les entrepreneurs. 16

18 Sur le Web, Sur en le 9 mois Web, en 9 mois sur le web nestup.be Couverture médiatique nestup.be pages vues pages pages vues vues visites visites visites pages vues pages vues pages vues visites visites visites pages vues pages vues visites visites sur les réseaux sociaux fans fans followers 1390 followers tweets/retweets tweets/retweets #nestup #nestuptweets/retweets #nestup 1.3 million personnes touchées 1.3 million personnes touchées personnes touchées vidéos 64 vidéos vues vues 75 histoires 75 histoires vues vues dans la presse +120 articles dans la presse +15 passages TV ou radio Start-up +90 articles dans la presse +20 passages TV ou radio 17

19 le demo day C est désormais une tradition, une partie intégrante du format des accélérateurs de start-up partout dans le monde : le Demo Day est la conclusion, l apothéose de tout le programme. Concrètement il s agit d un évènement de quelques heures, généralement organisé le dernier jour du programme, et auquel sont invités des journalistes, des investisseurs et des passionnés d entrepreneuriat. Durant cet évènement, les participants au programme sont amenés à présenter le résultat de leur travail, les éléments de leur modèle économique et peuvent également lancer la première version de leur produit devant la presse. L objectif d un tel évènement est triple. 18 Définir un objectif Pour les start-up qui participent à un accélérateur comme, il est primordial de se fixer des objectifs intermédiaires pour les différentes étapes de leur développement. Le Demo Day constitue une balise importante et force les entrepreneurs à faire des choix et à organiser leur temps pour atteindre cet objectif. Ils connaissent dès le début du programme la date à laquelle ils devront avoir mis au point des délivrables clairement identifiés. De plus, au-delà du fond de la présentation, c est-à-dire des détails concernant le modèle économique et la première version du produit, c est la forme de l exercice qui est primordiale. En effet, la notion de «pitch» est essentielle pour tous les créateurs de start-up : puisque le succès d un projet innovant est intimement lié à la densité et à la richesse de l écosystème que le porteur de projet arrive à créer autour de lui, il doit être capable d inspirer tous ceux qui peuvent apporter quelque chose à son développement et de les convaincre de participer à son aventure. Qu il s agisse d un investisseur avec lequel il passe trois minutes dans un ascenseur, d un groupe de financiers qui lui laisseront dix minutes pour les convaincre ou d un client potentiel, l entrepreneur doit être prêt à tout moment à raconter son histoire avec des mots accessibles à son audience. Les compétences que les équipes de ont développées pour préparer leur pitch pour le Demo Day vont les suivre tout au long de la vie de leur projet, et même au-delà dans leur parcours d entrepreneur. Créer un effet d annonce Même si dans le cas de, nous avons beaucoup insisté sur le «storytelling» en continu tout au long du programme, il est un fait que la presse et le grand public répondent naturellement à des évènements plus ponctuels et plus intenses. En Anglais, c est ce que l on appelle un «climax», autrement dit un point d orgue. Il permet de focaliser l attention et les efforts dans le temps et joue un rôle clé dans la visibilité d un programme relativement long comme et par extension des start-up qui y participent.

20 Concentrer les énergies Les acteurs susceptibles de collaborer avec les entrepreneurs, qu il s agisse de fournisseurs, de promoteurs, d investisseurs ou de clients potentiels, sont naturellement éparpillés géographiquement et sont rarement disponibles tous au même endroit au même moment. Par conséquent, une start-up doit souvent réserver un temps non-négligeable au développement de son réseau, à la prospection de nouveaux clients ou partenaires, et surtout à ses efforts de levée de fonds. Et ce temps est d autant plus important au début, quand l entreprise se lance et qu elle n a pas encore un grand réseau de départ sur lequel elle pourrait s appuyer pour démultiplier ses efforts. Or ce début d activité est aussi le moment où le temps des entrepreneurs est le plus précieux. Un évènement comme le Demo Day permet de créer une occasion pour rassembler toutes ces énergies dans le temps et dans l espace et de les rendre plus facilement et plus rapidement accessibles aux entrepreneurs. Il procède donc de la même logique d accélération que le programme en lui-même. 19

Livre Blanc Virtua 2012

Livre Blanc Virtua 2012 Livre Blanc Virtua 2012 LES SECRETS D UNE CAMPAGNE DIGITALE DE NOËL RÉUSSIE Suivez-nous sur Twitter Virtua 021 544 28 00 info@virtua.ch Stratégies et créations digitales 2 Table des matières Préparez votre

Plus en détail

GUIDE UTILISATEURS CONCREE: OVERVIEW

GUIDE UTILISATEURS CONCREE: OVERVIEW 1 Guide utilisateur GUIDE UTILISATEURS : OVERVIEW est une infrastructure conçue par des entrepreneurs, pour les entrepreneurs. C est une plateforme de mise en relation et de collaboration virtuelle au

Plus en détail

Réussir sa collecte. Contactez-nous! contact@helloasso.com 06 58 39 99 60

Réussir sa collecte. Contactez-nous! contact@helloasso.com 06 58 39 99 60 Réussir sa collecte Contactez-nous! contact@helloasso.com 06 58 39 99 60 MENU // P.3 P.6 INTRODUCTION COLLECTER TOUT AU LONG DE L ANNÉE Étape 1 : Offrir la possibilité de vous soutenir tout au long de

Plus en détail

Dossier de candidature

Dossier de candidature Dossier de candidature Introduction: Avant d entreprendre la création d une entreprise, mais également à l occasion du développement d une nouvelle activité, il est absolument conseillé d élaborer un business

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. LA PREMIERE ECOLE DE COMMERCE DEDIeE AUX METIERS DU WEB. ESCEN - The Web Business School /// Paris - Bordeaux - San Francisco

DOSSIER DE PRESSE. LA PREMIERE ECOLE DE COMMERCE DEDIeE AUX METIERS DU WEB. ESCEN - The Web Business School /// Paris - Bordeaux - San Francisco DOSSIER DE PRESSE ESCEN - The Web Business School /// Paris - Bordeaux - San Francisco LA PREMIERE ECOLE DE COMMERCE DEDIeE AUX METIERS DU WEB ESCEN.fr Préambule 140 étudiants en 2013 1 secteur d activité

Plus en détail

Dossier de Presse Présentation du Startup Weekend Grenoble 2015. Grenoble. Contact presse : Octavie ALBERT octavie.abt@gmail.com Tel : 06 83 07 56 35

Dossier de Presse Présentation du Startup Weekend Grenoble 2015. Grenoble. Contact presse : Octavie ALBERT octavie.abt@gmail.com Tel : 06 83 07 56 35 Dossier de Presse Présentation du Startup Weekend Grenoble 2015 Grenoble Powered by for Entrepreneurs Contact presse : Octavie ALBERT octavie.abt@gmail.com Tel : 06 83 07 56 35 TABLE DES MATIÈRES Startup

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Appel à projets : Crowdfunding

DOSSIER DE PRESSE. Appel à projets : Crowdfunding DOSSIER DE PRESSE 1er avril 2015 Appel à projets : Crowdfunding fred@switchcoworking.com www.bubblehub.be +32 478 87 13 55 Le Bubble Hub... 3 Dans la presse 4 S O M M A I R E Le Crowdfunding 5 Quelques

Plus en détail

Le Plan d Action sur 90 Jours 90 jours pour tout changer

Le Plan d Action sur 90 Jours 90 jours pour tout changer Le Plan d Action sur 90 Jours 90 jours pour tout changer Inspiré de «The 90 Day Game Plan» d Eric Worre www.leblogdumlmpro.com - Tous droits réservés - Le Plan d Action sur 90 Jours 90 jours pour tout

Plus en détail

L accélération du développement économique et social du Maroc a engendré une progression significative de la demande en énergie.

L accélération du développement économique et social du Maroc a engendré une progression significative de la demande en énergie. Cluster Solaire Immeuble ZENITH 1, Rez-de Chaussée et 4 ème étage, Lotissement CIVIM, Lots N 19-20, Le Zénith 1, Sidi Maârouf, Casablanca Standard: 0522585350 Fax: 0522787986 contact@clustersolaire.ma

Plus en détail

POURQUOI COMMUNIQUER?

POURQUOI COMMUNIQUER? POURQUOI COMMUNIQUER? Pour être connu en acquérant de la notoriété Pour être reconnu en construisant une image positive de votre entreprise Toute société a de réels besoin en matière de communication quelle

Plus en détail

Lancer et réussir sa campagne de collecte

Lancer et réussir sa campagne de collecte Lancer et réussir sa campagne de collecte Contactez-nous! contact@helloasso.com 06 58 39 99 60 Lancer et réussir votre campagne de collecte Étape 1 : Rédiger votre page de collecte - Présenter votre projet

Plus en détail

A. Introduction. B. Réussir avec les médias sociaux

A. Introduction. B. Réussir avec les médias sociaux Chapitre 2.6 : Stratégie d utilisation des médias sociaux 237 A. Introduction Chapitre 2.6 : Stratégie d utilisation des médias sociaux Réseaux sociaux Chaque média social présente des fonctionnalités

Plus en détail

Rêvez, Osez, Créez! Check-list

Rêvez, Osez, Créez! Check-list Rêvez, Osez, Créez! Check-list En complément du guide «Rêvez, Osez, Créez! Les clés de l entreprise sociale» (disponible sur up-conferences.fr), vous trouverez dans ce petit livret des conseils pour avancer

Plus en détail

Service de création de site Internet

Service de création de site Internet Service de création de site Internet 1 Service de création de site Internet Présence et Action culturelles Introduction Quand l Internet fut créé dans les années 80, personne n imaginait que ce réseau

Plus en détail

La commandite. Comment créer des conditions gagnantes. 30 avril 2014

La commandite. Comment créer des conditions gagnantes. 30 avril 2014 La commandite Comment créer des conditions gagnantes 30 avril 2014 Qu est-ce que la commandite? Qu est-ce que la commandite? Une relation de partenariat dans laquelle le commanditaire investit pour accéder

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE OCTOBRE 2011

DOSSIER DE PRESSE OCTOBRE 2011 Accélérateur de croissance DOSSIER DE PRESSE OCTOBRE 2011 Contact presse : Johann Fourmond Tél. : 02 99 65 05 47 - Port. : 06 07 89 09 44 j.fourmond@releasepresse.com Sommaire Communiqué de presse p 3-4

Plus en détail

Campagne de financement participatif - comment on fait?

Campagne de financement participatif - comment on fait? Campagne de financement participatif - comment on fait? Comment réussir une collecte de fonds sur une plateforme de crowdfunding? Bien préparer sa collecte et évaluer son potentiel de financement Trouver

Plus en détail

Les 10 étapes pour être sur de devenir propriétaire d un appartement dans les 3 à 6 mois

Les 10 étapes pour être sur de devenir propriétaire d un appartement dans les 3 à 6 mois Les 10 étapes pour être sur de devenir propriétaire d un appartement dans les 3 à 6 mois Préambule Ce guide vous est offert par William MEYER auteur du blog l'immobilier facile (http://l-immobilier-facile.fr)

Plus en détail

promouvoir votre site

promouvoir votre site promouvoir votre site SOMmaire Mentionnez l adresse de votre site internet dans vos supports de communication... 05 Aidez Google à trouver votre site internet Diffusez vos premières annonces en ligne......

Plus en détail

LES REGLES DE BASE. Ø Le porteur de projet. Ø Le financement. Ø La contrepartie. [Choisir la date] Ø L éligibilité du projet

LES REGLES DE BASE. Ø Le porteur de projet. Ø Le financement. Ø La contrepartie. [Choisir la date] Ø L éligibilité du projet GUIDE CO- CITY Comment réussir sa campagne de crowdfunding? LES REGLES DE BASE Ø L éligibilité du projet Co-city ne finance pas de projet personnel, il doit s agir d un projet collectif à but non lucratif.

Plus en détail

Apprenez comment gagner un revenu avec votre passion!

Apprenez comment gagner un revenu avec votre passion! Apprenez comment gagner un revenu avec votre passion Il existe une économie, qu on appelle l immobilier du 21 e siècle, et très peu de gens sont conscient du potentiel ahurissant qu offre cette économie.

Plus en détail

Appel à candidature 2015-2016 LES RESIDENCES DE L INNOVATION. Du 18 janvier au 13 Février 2015 au 127, Cap Sciences

Appel à candidature 2015-2016 LES RESIDENCES DE L INNOVATION. Du 18 janvier au 13 Février 2015 au 127, Cap Sciences Appel à candidature 2015-2016 LES RESIDENCES DE L INNOVATION Du 18 janvier au 13 Février 2015 au 127, Cap Sciences 1 CAP SCIENCES ET LE PARTENARIAT AVEC LA VILLE DE BORDEAUX... 3 QUE SONT LES RESIDENCES

Plus en détail

10 indicateurs clé de performance (KPI) incontournables pour e-commerçant

10 indicateurs clé de performance (KPI) incontournables pour e-commerçant 10 indicateurs clé de performance (KPI) incontournables pour e-commerçant Oubliez le nombre de visites sur votre boutique en ligne, le nombre de pages vues et même votre positionnement de mots clés sur

Plus en détail

SYNERGIE Associés Confidentiel Reproduction interdite sans autorisation préalable Page 1 de 44

SYNERGIE Associés Confidentiel Reproduction interdite sans autorisation préalable Page 1 de 44 SYNERGIE Associés Confidentiel Reproduction interdite sans autorisation préalable Page 1 de 44 Le CRM (GRC) est la clef de votre succès Les Principes généraux de la Gestion de la Relation Clients Confidentiel

Plus en détail

Comment être reconnue comme la meilleure entreprise de votre région

Comment être reconnue comme la meilleure entreprise de votre région Comment être reconnue comme la meilleure entreprise de votre région SOYEZ LES LEADERS DE VOTRE RÉGION Après la période estivale, le retour à la vie normale est parfois difficile. Tout le monde aimerait

Plus en détail

ECOLE SUPÉRIEURE DE COMMERCE

ECOLE SUPÉRIEURE DE COMMERCE ECOLE SUPÉRIEURE DE COMMERCE MASTERE et 3 CYCLE SPECIALISE EN ENTREPRENEURIAT SYLLABUS Année 2013/2014 Responsables : Olivier IGON Secrétaire : Zohra BA ( : (33) 05.61.29.48.80 Bâtiment Le Bosco Bureau

Plus en détail

Atelier Running Lean. La méthode d Ash Maurya. Printemps Agile 2015. Alexis MICHEL @AlexisMichL. @InsIDE_institut

Atelier Running Lean. La méthode d Ash Maurya. Printemps Agile 2015. Alexis MICHEL @AlexisMichL. @InsIDE_institut Atelier Running Lean - La méthode d Ash Maurya Printemps Agile 2015 Alexis MICHEL @AlexisMichL @InsIDE_institut Un grand merci à nos partenaires! LEAN STARTUP Pivot Lors du premier jour d une startup,

Plus en détail

Premier programme d accompagnement à la création d entreprises et à l innovation Pour les quartiers prioritaires du Languedoc Roussillon

Premier programme d accompagnement à la création d entreprises et à l innovation Pour les quartiers prioritaires du Languedoc Roussillon DOCUMENT ACCOMPAGNANTS Premier programme d accompagnement à la création d entreprises et à l innovation Pour les quartiers prioritaires du Languedoc Roussillon Opencité, qu est-ce que c est? Opencité est

Plus en détail

Est. 1978. un Entrepreneur. Rencontre avec. Numéro 1 : De l utile à l indispensable, découverte de Souscritoo

Est. 1978. un Entrepreneur. Rencontre avec. Numéro 1 : De l utile à l indispensable, découverte de Souscritoo Est. 1978 Rencontre avec un Entrepreneur Numéro 1 : De l utile à l indispensable, découverte de Souscritoo Rencontre avec P. De La Chevasnerie, fondateur de Souscritoo Philippe De La Chevasnerie, 25ans,

Plus en détail

Dossier de presse Numeri zik 13/12/2012

Dossier de presse Numeri zik 13/12/2012 Dossier de presse Numeri zik 13/12/2012 Dossier de presse réalisé avec le soutien d InnovaTech ASBL Numeri zik lance son réseau en Belgique Déjà plus de deux millions d auditeurs, 3 mois après le lancement

Plus en détail

La génese. Ainsi est né Biilink, la marketplace sociale des startups!

La génese. Ainsi est né Biilink, la marketplace sociale des startups! Uno dos PRESS Page 1 La génese Lancé il y a maintenant plus d un an, Biilink s est d abord auto-défini comme le réseau social de l initiative et de l entraide féminine. A travers un fonctionnement type

Plus en détail

Le programme de la Start Academy

Le programme de la Start Academy Qu est-ce que la Start Academy? La Start Academy for Young Entrepreneurs est un concours de projets de création d entreprises accessible à tous les étudiants des universités et hautes écoles francophones.

Plus en détail

Les 5 points clés d une. Communication professionnelle efficace

Les 5 points clés d une. Communication professionnelle efficace Les 5 points clés d une Communication professionnelle efficace Communiquez comme une multinationale avec le budget d une TPE! www.communication-professionnelle.com wwwwww La communication est un volet

Plus en détail

Les interviews d InnovaTech

Les interviews d InnovaTech Les interviews d InnovaTech Le Coworking : de + en + d espaces en Wallonie Bonjour, qui êtes-vous? Je m appelle Lisa Lombardi, je suis expert en charge du coworking au sein de l Agence Wallonne des Télécommunications

Plus en détail

Hospitality Awards 2012 Meilleure opération de communication

Hospitality Awards 2012 Meilleure opération de communication Hospitality Awards 2012 Meilleure opération de communication hotelbb.com Rejoignez-nous sur une problématique STRATéGIE : Faire de b&b hôtels, une marque «brand friend» Quelle communication de challenger

Plus en détail

STARTUPWEEKEND dans le sud!

STARTUPWEEKEND dans le sud! STARTUPWEEKEND dans le sud! Venez avec une idée, repartez avec un projet! 54h pour monter une startup 2015 : Cinquième édition 25, 26, 27 septembre IUT, Saint Pierre Lieu : IUT de Saint Pierre, Terre Sainte

Plus en détail

Certes, l immobilier de qualité. Vendre et louer sans souci

Certes, l immobilier de qualité. Vendre et louer sans souci Certes, l immobilier de qualité Vendre et louer sans souci Les décisions importantes nécessitent une approche professionnelle L achat d une habitation, un projet de nouvelle construction qui vous garantira

Plus en détail

"La vie est trop cour te pour créer des choses dont personne ne veut" Ash Maurya

La vie est trop cour te pour créer des choses dont personne ne veut Ash Maurya LEAN START UP Lean Start Up Lean Entrepreneurship "La vie est trop cour te pour créer des choses dont personne ne veut" Ash Maurya 2014 1 Objectifs 1. Elaborer une Version 1 de votre BMC 2. Définir votre

Plus en détail

Recommandation stratégique. Antoine HERVILLARD Clarisse FRANCISOT Marina RAIMBAULT

Recommandation stratégique. Antoine HERVILLARD Clarisse FRANCISOT Marina RAIMBAULT Recommandation stratégique Antoine HERVILLARD Clarisse FRANCISOT Marina RAIMBAULT Introduction Brief / Contexte Audit Étude Analyse de la situation Stratégie de COM Leviers Brief/Contexte 8 pays européens

Plus en détail

Réseaux sociaux Optimisez votre ROI

Réseaux sociaux Optimisez votre ROI Introduction A. La dimension sociale présente et future 13 B. Objectif, cible et structuration de ce livre 17 Les médias sociaux, enjeux et sources de succès A. Introduction 21 B. État des lieux des médias

Plus en détail

Comment trouver des clients grâce à internet?

Comment trouver des clients grâce à internet? Comment trouver des clients grâce à internet? Plan de la présentation Présentation tour de table Quelques chiffres Un site internet? Pourquoi faire? Qu est-ce qu un site internet efficace? Comment attirer

Plus en détail

Création de la Plateforme numérique d'infomédiation du tourisme français

Création de la Plateforme numérique d'infomédiation du tourisme français Création de la Plateforme numérique d'infomédiation du tourisme français Le tourisme français point d'appui de l'image et du rayonnement de la France De l ordre de 80 millions de visiteurs étrangers se

Plus en détail

Comment communiquer le PST? Atelier du 3 novembre 2014

Comment communiquer le PST? Atelier du 3 novembre 2014 Comment communiquer le PST? Atelier du 3 novembre 2014 1. Communiquer le plan stratégique : utopie ou défi? par J. MOISSE, Inspecteur général au Service public de Wallonie Cf. présentation.ppt en annexe

Plus en détail

Mémoire sur le financement participatif. déposé dans le cadre des consultations de l Autorité des marchés financiers

Mémoire sur le financement participatif. déposé dans le cadre des consultations de l Autorité des marchés financiers Mémoire sur le financement participatif déposé dans le cadre des consultations de l Autorité des marchés financiers Le 1 er mai 2013 Table des matières Introduction... 3 Mise en contexte... 3 Orientation

Plus en détail

CRÉER ÉCOUTER DÉCOUVRIR PARTAGER

CRÉER ÉCOUTER DÉCOUVRIR PARTAGER CRÉER ÉCOUTER DÉCOUVRIR PARTAGER DOSSIER DE PRESSE - JUIN 2015 2 INTRODUCTION Plus de 10 ans après avoir subit une crise sans précédent, l industrie musicale est toujours en train de chercher des manières

Plus en détail

Module 1: Introduction au Blogging - Transcription vidéo

Module 1: Introduction au Blogging - Transcription vidéo Module 1: Introduction au Blogging - Transcription vidéo VIDEO, autres modules, ressources et questions à poser sur http://vivredesonblog.com/formation par Ling-en Hsia Dans cette toute première partie,

Plus en détail

la 1 ère communauté de danseurs en France

la 1 ère communauté de danseurs en France www.dothedance.com la 1 ère communauté de danseurs en France Dossier de presse 2013 Sommaire P.3 Préambule : bienvenue sur Dothedance P.4 Dothedance, un outil de communication à disposition des professionnels

Plus en détail

MAG. Qui est Valls y Machinant David? Découvrez l initiateur du projet En-Haut.be

MAG. Qui est Valls y Machinant David? Découvrez l initiateur du projet En-Haut.be MAG locaux, PME, Indépendants et entrepreneurs Qui est Valls y Machinant David? Découvrez l initiateur du projet En-Haut.be Présentation du projet En-haut.be Le blog qui aide les commerçants locaux...

Plus en détail

Introduction Pourquoi être présent sur Internet Comment démarrer son site Internet? Comment choisir son prestataire pour créer son site Internet?

Introduction Pourquoi être présent sur Internet Comment démarrer son site Internet? Comment choisir son prestataire pour créer son site Internet? 1 Sommaire Introduction... 3 Pourquoi communiquer?... 3 Communication et Internet... 3 Les objectifs de ce Livre Blanc... 3 Pourquoi être présent sur Internet?... 4 Contexte, marché... 4 Internet, 1 er

Plus en détail

WEB MUSLIMPRENEURS ACADEMY. Rêvez Grand et faire confiance à Allah

WEB MUSLIMPRENEURS ACADEMY. Rêvez Grand et faire confiance à Allah WEB MUSLIMPRENEURS ACADEMY Rêvez Grand et faire confiance à Allah BISMILLAHI RAHMANI RAHIM As-salam alaykoum wa rahmatullah Je suis Saïd AMZIL, fondateur de la Web Muslimpreneurs Academy. Ma mission consiste

Plus en détail

Les 9 points-clé pour réussir votre activité de ecommerce

Les 9 points-clé pour réussir votre activité de ecommerce Les 9 points-clé pour réussir votre activité de ecommerce Ce document vous permettra de vous poser les bonnes questions avant de vous lancer dans une démarche de création d un site ou d une boutique de

Plus en détail

Comment créer une. Page Facebook. Pour les Entreprises

Comment créer une. Page Facebook. Pour les Entreprises Comment créer une Page Facebook Pour les Entreprises SOMMAIRE Introduction : Facebook pour votre Entreprise... 3 1. Qu est-ce qu une Page Facebook?... 4 2. Lexique Facebook... 5 3. Pourquoi utiliser Facebook

Plus en détail

Appel à projets 2010

Appel à projets 2010 Appel à projets 2010 Formation entrepreneuriale et accélérateur de développement aux États-unis Le contexte : un besoin, des ressources Le programme NETVA est une initiative nouvelle développée par la

Plus en détail

COMMENT CONDUIRE UN PROJET DE SITE WEB?

COMMENT CONDUIRE UN PROJET DE SITE WEB? COMMENT CONDUIRE UN PROJET DE SITE WEB? Typologie des sites web Les sites «vitrines» Les sites de «marque» Les sites «catalogues» Les sites marchands Site web et stratégie commerciale Etapes clés de la

Plus en détail

Dossier de candidature

Dossier de candidature RESEAUX THEMATIQUES FRENCH TECH Dossier de candidature DEPOT DES CANDIDATURES : Les dossiers de candidature ne doivent pas faire plus de 30 pages (plus un maximum de 10 pages d annexes). Pour les écosystèmes

Plus en détail

Innovation & Design. Design our futures. kedgeds.com @kedgeds facebook.com/kedgeds. Inventer nos futurs.

Innovation & Design. Design our futures. kedgeds.com @kedgeds facebook.com/kedgeds. Inventer nos futurs. 1 Innovation & Design Thinking kedgeds.com @kedgeds facebook.com/kedgeds Design our futures. Inventer nos futurs. innovation & design thinking KEDGE Design school LE PARCOURS KEDGE Design SCHOOL L1 / Développer

Plus en détail

Sta - ge. Stage réalisé au sein de l agence RDVA, Rapport de stage sur l aspect numérique du web-design. Adrien Ghenassia

Sta - ge. Stage réalisé au sein de l agence RDVA, Rapport de stage sur l aspect numérique du web-design. Adrien Ghenassia Sta - ge Stage réalisé au sein de l agence RDVA, Rapport de stage sur l aspect numérique du web-design. Adrien Ghenassia S o m m a i r e 1. L ENTREPRISE 4-5 2. MES RÉALISATIONS 6-9 3. ÉTUDE 10-11 4. CONCLUSION

Plus en détail

EDUKLAB. Le crowdfunding pour votre école

EDUKLAB. Le crowdfunding pour votre école EDUKLAB Le crowdfunding pour votre école Le crowdfunding dans l éducation Nos offres pour les écoles Ils nous font confiance Qui nous sommes Nous contacter Le crowdfunding dans l éducation Le crowdfunding

Plus en détail

E T U D E D E F A I S A B I L I T E DE PROJET

E T U D E D E F A I S A B I L I T E DE PROJET E T U D E D E F A I S A B I L I T E DE PROJET AIDE & METHODE 1 SOMMAIRE 1/ PRESENTATION GENERALE DU PROJET Les grandes lignes du projet Historique et motivations 2/ PRESENTATION DU CREATEUR Le créateur

Plus en détail

Aide-mémoire pour la préparation du dossier de candidature Prix PERL 2016

Aide-mémoire pour la préparation du dossier de candidature Prix PERL 2016 Aide-mémoire pour la préparation du dossier de candidature Prix PERL 2016 1. Le résumé du projet Il doit idéalement comprendre les rubriques suivantes et tenir sur max. 3-4 pages Nom société, forme juridique

Plus en détail

INNOVATION & DESIGN THINKING

INNOVATION & DESIGN THINKING 1 INNOVATION & DESIGN THINKING @kedgeds facebook.com/kedgeds DESIGN OUR FUTURES. INVENTER NOS FUTURS. INNOVATION & DESIGN THINKING 3 KEDGE DESIGN SCHOOL LES + DU PARCOURS KEDGE Design School est une École

Plus en détail

Dossier de presse 2014

Dossier de presse 2014 Dossier de presse 2014 Sommaire Le mot du président 3 Recherche & Développement 5 Le Hub 6 Axes de différenciation 7 Crowdfunding 8 Partenaires 9 Contacts presse 11 2 Le mot du président La multiplication

Plus en détail

Augmenter l impact économique de la recherche :

Augmenter l impact économique de la recherche : Augmenter l impact économique de la recherche : 15 mesures pour une nouvelle dynamique de transfert de la recherche publique, levier de croissance et de compétitivité Partout dans le monde, la recherche

Plus en détail

LES PLATEFORMES D INITIATIVE LOCALE ET LA CREATION D ENTREPRISE INNOVANTE EN FRANCE QUELLE PERTINENCE POUR LA TUNISIE?

LES PLATEFORMES D INITIATIVE LOCALE ET LA CREATION D ENTREPRISE INNOVANTE EN FRANCE QUELLE PERTINENCE POUR LA TUNISIE? LES PLATEFORMES D INITIATIVE LOCALE ET LA CREATION D ENTREPRISE INNOVANTE EN FRANCE QUELLE PERTINENCE POUR LA TUNISIE? Anne CHATAURET Volet Interfaçage QU EST-CE QU UNE PLATEFORME INITIATIVE? 2 Les «Plateformes

Plus en détail

Louvain School of Management Louvain School

Louvain School of Management Louvain School anagement of of Lo agement of of Louva ent of of Sc of of ain of of of Ma of of of Mana ol of of of Manageme anagement of of of Lo agement of of Louva ent of of Sc Des of études spécialisées of ain of

Plus en détail

STORYHACKATHON BRAND CONTENT. 48h pour imaginer des contenus innovants pour votre marque Mercredi 27 et jeudi 28 janvier 2015 à Bordeaux

STORYHACKATHON BRAND CONTENT. 48h pour imaginer des contenus innovants pour votre marque Mercredi 27 et jeudi 28 janvier 2015 à Bordeaux STORYHACKATHON BRAND CONTENT 48h pour imaginer des contenus innovants pour votre marque Mercredi 27 et jeudi 28 janvier 2015 à Bordeaux Créé à l initiatives de quelques acteurs aquitains des nouvelles

Plus en détail

Mais comment diable utilise-t-on les réseaux virtuels?

Mais comment diable utilise-t-on les réseaux virtuels? Une initiative de l Ordre des experts-comptables région Paris Ile-de-France Mais comment diable utilise-t-on les réseaux virtuels? Passer du «je remplis des cases» à «j atteins mon objectif» Au travers

Plus en détail

RESEAUX SOCIAUX : OUTILS DE PROSPECTION ET FIDELISATION?

RESEAUX SOCIAUX : OUTILS DE PROSPECTION ET FIDELISATION? Faut-il être présent sur les réseaux sociaux? De plus en plus d entreprises se posent la question. Considéré il y a encore peu comme un simple moyen d échange ou de prise de contact, le réseau social est

Plus en détail

DIGITAL MINDS. Chapitre 7, Les médias sociaux. 12 Clés pour Développer votre Business sur le Web. 2014 WSI. All rights reserved.

DIGITAL MINDS. Chapitre 7, Les médias sociaux. 12 Clés pour Développer votre Business sur le Web. 2014 WSI. All rights reserved. DIGITAL MINDS 12 Clés pour Développer votre Business sur le Web Chapitre 7, WSI We Simplify the Internet Leader mondial en Stratégie Marketing sur Internet Siège social, Toronto, Canada Présent dans plus

Plus en détail

R : Oui, j ai un peu d expérience. Y : Et pourquoi vous faites des MOOCs, c est pour quel intérêt?

R : Oui, j ai un peu d expérience. Y : Et pourquoi vous faites des MOOCs, c est pour quel intérêt? Y : Cette année, je suis le cours ETIC de sujet MOOC, donc mon prof m a recommandé de vous contacter pour une interview, parce que vous avez fait beaucoup de MOOCs. R : Oui, j ai un peu d expérience. Y

Plus en détail

Donnez un nouveau souffle à vos stratégies : gagnez des clients grâce au web à l aide d une stratégie efficace!

Donnez un nouveau souffle à vos stratégies : gagnez des clients grâce au web à l aide d une stratégie efficace! Il est temps d entrer dans une nouvelle ère conseil formation accompagnement webmarketing web 2.0 Donnez un nouveau souffle à vos stratégies : gagnez des clients grâce au web à l aide d une stratégie efficace!

Plus en détail

Le Microsoft Innovation Center à Mons c est parti!

Le Microsoft Innovation Center à Mons c est parti! Le Microsoft Innovation Center à Mons c est parti! 2009 sera l année du MIC. Les statuts fondateurs du MIC ont été signés le 19 Décembre 2008 et l ouverture officielle est prévue le 4 Mars prochain, la

Plus en détail

Mag. Solution marketing sur application mobile. Communiquez directement dans la poche de vos clients!

Mag. Solution marketing sur application mobile. Communiquez directement dans la poche de vos clients! http5000 Mag Communiquez directement dans la poche de vos clients! Solution marketing sur application mobile Retrouvez ce magazine et tous les autres numéros sur notre application mobile Tapez http5000

Plus en détail

LES CONSEILS CRÉATIFS DE DOUG HARRIS ET DAN O DAY

LES CONSEILS CRÉATIFS DE DOUG HARRIS ET DAN O DAY D O S S I E R libérez- LES CONSEILS CRÉATIFS DE DOUG HARRIS ET DAN O DAY La VAR organisait le 27 mars 2003 un séminaire consacré à la créativité et à la pub radio. A cette occasion, elle avait invité deux

Plus en détail

L ULg crée le VentureLab, 1 er incubateur de projets entrepreneuriaux étudiants en Belgique francophone

L ULg crée le VentureLab, 1 er incubateur de projets entrepreneuriaux étudiants en Belgique francophone L ULg crée le VentureLab, 1 er incubateur de projets entrepreneuriaux étudiants en Belgique francophone! Le VentureLab est accessible à 50.000 étudiants ou jeunes diplômés de l ULg et des Hautes Ecoles

Plus en détail

Pauline HENROTEAUX, chargée de relations professions libérales et indépendants à la succursale de Liège, 24 ans

Pauline HENROTEAUX, chargée de relations professions libérales et indépendants à la succursale de Liège, 24 ans Pauline HENROTEAUX, chargée de relations professions libérales et indépendants à la succursale de Liège, 24 ans J ai obtenu ma licence en Sciences Commerciales, option Management, en juin 2007 aux Hautes

Plus en détail

Comparateur de prix et Guide de voyages

Comparateur de prix et Guide de voyages Comparateur de prix et Guide de voyages Dossier de Presse Septembre 2009 CONTACT PRESSE Agence Valeur D image Solenn PETITJEAN 04.76.70.93.54-06.24.75.20.82 s.petitjean@valeurdimage.com 3 Historique de

Plus en détail

Construire votre site pas à pas

Construire votre site pas à pas LOGO SFR Nº dossier : Date : 03/11/08 Validation DA/DC : Validation Client : SFR Construire votre site pas à pas QUADRI SOMmaire Définissez vos objectifs... 05 Choisissez un nom de domaine pour votre site

Plus en détail

Développer sa stratégie sur les médias sociaux

Développer sa stratégie sur les médias sociaux Your network is more powerful than you think Développer sa stratégie sur les médias sociaux Nicholas Vieuxloup Mai 2010 VOUS LES Panorama CONNAISSEZ des médias sociaux TOUS? Les Médias Sociaux en chiffres

Plus en détail

Formation Lean Startup

Formation Lean Startup L institut de formation continue des professionnels du Web Formation Lean Startup Référence formation : Durée : Prix conseillé : LS1 4 jours (28 heures) 2 300 HT (hors promotion ou remise particulière)

Plus en détail

Économie et réseaux sociaux

Économie et réseaux sociaux Économie et réseaux sociaux Forum financier belge Louvain-la-Neuve 23/10/2012 Économie et réseaux sociaux Olivier de Wasseige @defimedia.be Plus de 7 internautes sur 10 sont membres d au moins un réseau

Plus en détail

SEANCE N33. «Le Crowdfunding (financement participatif) : Pourquoi et comment lancer une campagne efficace?»

SEANCE N33. «Le Crowdfunding (financement participatif) : Pourquoi et comment lancer une campagne efficace?» SEANCE N33 «Le Crowdfunding (financement participatif) : Pourquoi et comment lancer une campagne efficace?» Guillaume DETHAN (EDC 2003) CEO My Art Place 1/33 1 Dites-moi et j oublierai. Montrez-moi et

Plus en détail

Notre fils qui a commencé à manquer d assiduité dans son travail à partir de la fin de la 4ème (jusque-là, nous n avions que des compliments).

Notre fils qui a commencé à manquer d assiduité dans son travail à partir de la fin de la 4ème (jusque-là, nous n avions que des compliments). Notre fils qui a commencé à manquer d assiduité dans son travail à partir de la fin de la 4ème (jusque-là, nous n avions que des compliments). Bien que la seconde ait été chaotique, il est passé en première

Plus en détail

COMMENT CONDUIRE SON PROJET DE SITE WEB?

COMMENT CONDUIRE SON PROJET DE SITE WEB? COMMENT CONDUIRE SON PROJET DE SITE WEB? Lorraine Pour être efficace, un site web doit être réfléchi et en adéquation avec la stratégie de l entreprise. Cette notice présente les différentes possibilités

Plus en détail

BRANCHEZ-VOUS! QU ON VOUS TROUVE

BRANCHEZ-VOUS! QU ON VOUS TROUVE BRANCHEZ-VOUS! QU ON VOUS TROUVE Quelques statistiques Table des matières Quelques statistiques...2 Brancher 300 commerces en 3 ans...3 La campagne Branchez-vous à votre porte!...4 Marc-Henri Faure : se

Plus en détail

La démarche marketing

La démarche marketing La démarche marketing «Ça, c est encore du marketing!» Marc-Alexandre Legrain Source : La boîte à culture Sommaire I. Découvrir le Marketing Etape 1 : A quoi sert le Marketing? Etape 2 : La démarche Marketing

Plus en détail

Mot de bienvenue. Introduction. Partie 1 - Qu est-ce-que le financement participatif? Partie 2 - Et si on se lançait? Partie 3 - A vous de jouer!

Mot de bienvenue. Introduction. Partie 1 - Qu est-ce-que le financement participatif? Partie 2 - Et si on se lançait? Partie 3 - A vous de jouer! Mot de bienvenue Introduction Partie 1 - Qu est-ce-que le financement participatif? Partie 2 - Et si on se lançait? Partie 3 - A vous de jouer! Sophie Dancygier Déléguée Générale Formation Crowdfunding

Plus en détail

LA COLLABORATION GRANDS GROUPES / START-UPS : LEVIER D INNOVATION ET DE DEVELOPPEMENT

LA COLLABORATION GRANDS GROUPES / START-UPS : LEVIER D INNOVATION ET DE DEVELOPPEMENT INNOVATION. TRANSFORMATION DIGITALE LA COLLABORATION GRANDS GROUPES / START-UPS : LEVIER D INNOVATION ET DE DEVELOPPEMENT Regards croisés SPRING Innovation LAB Day : : Atelier Open Innovation Agence conseil

Plus en détail

Notre objectif est de vous communiquer les meilleures solutions pour que vous puissiez

Notre objectif est de vous communiquer les meilleures solutions pour que vous puissiez Toute action marketing a pour objectif nécessairement de vous permettre de maîtriser votre marché, ses contraintes et ses acteurs pour développer une offre, en adéquation parfaite, avec les attentes de

Plus en détail

avec Etude exclusive Le Club des Annonceurs & l Institut QualiQuanti «Le Brand Content : au cœur du pilotage de la marque»

avec Etude exclusive Le Club des Annonceurs & l Institut QualiQuanti «Le Brand Content : au cœur du pilotage de la marque» avec Communiqué de presse Paris, le 22 octobre 2014 Etude exclusive Le Club des Annonceurs & l Institut QualiQuanti «Le Brand Content : au cœur du pilotage de la marque» «A l heure où la marque devient

Plus en détail

«MON PROJET DE CREATION D ENTREPRISE / MON BUSINESS MODEL»

«MON PROJET DE CREATION D ENTREPRISE / MON BUSINESS MODEL» «MON PROJET DE CREATION D ENTREPRISE / MON BUSINESS MODEL» Le business model est la description générale de votre projet qui explique comment l entreprise va gagner de l argent. Nous vous proposons un

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE Le 21.11.13 1/10

DOSSIER DE PRESSE Le 21.11.13 1/10 UNE CAMPAGNE DE COMMUNICATION SUR LA LIBRAIRIE INDÉPENDANTE DOSSIER DE PRESSE Le 21.11.13 1/10 BIENVENUE Chez mon libraire, La librairie est un lieu essentiel de partage, qui valorise la richesse de notre

Plus en détail

10 conseils pour préparer son site ecommerce pour Noël. par Jeremy Benmoussa

10 conseils pour préparer son site ecommerce pour Noël. par Jeremy Benmoussa 10 conseils pour préparer son site ecommerce pour Noël par Jeremy Benmoussa Pourquoi modifier votre site ecommerce pour Noël? La période de Noël est un moment critique pour la majorité des sites de vente

Plus en détail

Privateimmo.com. Privateimmo.com, Fête ses 1 an! le dossier de presse. 1er site de vente privée immobilière

Privateimmo.com. Privateimmo.com, Fête ses 1 an! le dossier de presse. 1er site de vente privée immobilière le dossier de presse 1 er site de vente privée immobilière sur internet Privateimmo.com, 1er site de vente privée immobilière Fête ses 1 an! Contact presse : Matthieu BOREL Tel : 04 78 42 01 09 E-Mail

Plus en détail

La Forge du Savoir. Cahier des Charges

La Forge du Savoir. Cahier des Charges La Forge du Savoir Cahier des Charges Préparé par Nicolas Therrien Étudiant en Génie Informatique Université du Québec à Hull Le 13 juin 2001 Introduction La Forge du Savoir est un projet qui a été conçu

Plus en détail

Fonds French Tech Accélération

Fonds French Tech Accélération Fonds French Tech Accélération Appel à manifestation d intérêts pour les investissements dans des structures d accélération de la croissance de startups innovantes («accélérateurs de startups») 1. L INITIATIVE

Plus en détail

POURQUOI CONNECTER UNE ÉCOLE À L INTERNET?

POURQUOI CONNECTER UNE ÉCOLE À L INTERNET? 61 POURQUOI CONNECTER UNE ÉCOLE À L INTERNET? L école de Pinay est connectée depuis deux ans et demi à l Internet. Cela laisse suffisamment de recul pour une réflexion sur cette pratique. Il convient pour

Plus en détail

GUIDE D UTILISATION POUR LES CLUBS RELATIONS AVEC LES MÉDIAS

GUIDE D UTILISATION POUR LES CLUBS RELATIONS AVEC LES MÉDIAS GUIDE D UTILISATION POUR LES CLUBS RELATIONS AVEC LES MÉDIAS TABLE DES MATIÈRES Introduction...3 Le communiqué de presse...4 L invitation de presse...5 Les médias sociaux...6 Annexe 1 : Exemple du communiqué

Plus en détail