Cas n 1 (JP582) Homme, 60 ans. Biopsies tumeur côlon gauche. Demande de test RER. Indication de la demande non précisée.

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Cas n 1 (JP582) Homme, 60 ans. Biopsies tumeur côlon gauche. Demande de test RER. Indication de la demande non précisée."

Transcription

1 Cas n 1 (JP582) Homme, 60 ans. Biopsies tumeur côlon gauche. Demande de test RER. Indication de la demande non précisée.

2 Cas 1 2 foyers tumoraux dans une biopsie

3 Maintien d expression des 4 protéines MMR MLH1 MSH2 PMS2 MSH6

4 Cas 1(JP582) Résultat Maintien d expression des 4 protéines MMR Biologie moléculaire non faite Phénotype RER négatif (Tumeur pmmr)

5 Cas n 2 (13G2547) Résection chirurgicale. Adénocarcinome colique moyennement différencié. 51 ans Demande test RER. Indication: Age < 60 ans. Stade II

6 Cas n 2 hmlh1 + Positivité des cellules stromales, des lymphocytes, de la muqueuse normale Positivité «nucléaire» de la tumeur NB: Expression conjointe des 3 autres protéines

7 Cas n 2 hmsh6 + hétérogénéité

8 Cas 2 (13GO2547) Résultat Maintien d expression des 4 protéines MMR Pas d instabilité microsatellitaire Phénotype RER négatif (Tumeur pmmr)

9 Cas n 3 (12G04426) Adénocarcinome colique. 63 ans. Demande de test RER. Indication: Critères histologiques, contexte familial (Lynch?)

10 Cas n 3 hmsh2 - Positivité des lymphocytes Négativité de la tumeur

11 Cas n 3 hmsh6 - Positivité des lymphocytes Négativité de la tumeur NB: Bruit de fond cytoplasmique

12 Cas 3 (13GO4426) Résultat Perte d expression de MSH2 et MSH6 Instabilité microsatellitaire (MSI) Phénotype RER positif ( tumeur dmmr) Ce phénotype oriente vers un syndrome de Lynch. Une consultation d oncogénétique doit être proposée à ce patient. Analyse de mutation germinale en cours

13 Cas n 4 (13G01453) Femme 72 ans. Adénocarcinome peu différencié du côlon droit. Demande de test RER. Indication: présentations clinique et histologique, stade II (pt3n0)

14 Cas n 4 hmlh1 - Positivité des lymphocytes et cellules stromales Négativité de la tumeur (peu différenciée)

15 Cas n 4 PMS2 - Positivité des lymphocytes et cellules stromales Négativité de la tumeur (peu différenciée)

16 Cas 4 (13GO1453) Résultat Perte d expression de MLH1 et PMS2 Instabilité microsatellitaire (MSI) Phénotype RER positif ( tumeur dmmr) Ce phénotype peut correspondre à un syndrome de Lynch ou bien à un cancer sporadique. Des analyses moléculaires supplémentaires doivent être réalisées.

17 Cas 4 (13GO1453) Résultat Phénotype RER positif ( tumeur dmmr): Perte d expression de MLH1 et PMS2 Instabilité microsatellitaire Analyses supplémentaires Méthylation promoteur gène MLH1 Ce phénotype correspond à un cancer sporadique.

18 Cas n 5 (08/G00266) Adénocarcinome rectum. Radiochimiothérapie pré-opératoire. 41 ans Demande de test RER. Age < 60, Stade II

19 Cas n 5 hmsh6 - Positivité des lymphocytes Négativité de la tumeur (BDF cytoplasmique) NB: 3 autres protéines exprimées

20 Cas 5 (08G266) Résultat Maintien d expression de MLH1, MSH2, PMS2. Perte d expression de MSH6 Pas d instabilité microsatellitaire (MSS) Phénotype RER négatif (tumeur pmmr)

21 Cas 5 (08G266) Piège en IHC (MSH6)

22 Immunohistochimie hmsh6 Post radiochimiothérapie (RT CT) Bao et al. Am J Surg Pathol 2010

23 Bao et al. Am J Surg Pathol 2010

24 Immunohistochimie hmsh6 Biopsie pré thérapeutique +++ Bao et al. Am J Surg Pathol 2010 hmsh6 +

25 Cas n 6 (12E272) Adénocarcinome colique. 60 ans Demande de test RER. Indication: Présentation histologique

26 Cas 6 hmlh1? Négativité des lymphocytes Négativité de la tumeur NB: même constat avec les 3 autres protéines

27 Cas 6 (12 E 272) Résultat Analyse expression protéines MMR non réalisable Statut microsatellitaire non évaluable (ADN non amplifié) Phénotype RER (statut MMR) non évaluable sur ce matériel.

28 Maîtrise de la phase pré analytique Qualité des échantillons (fixation) ADN, Protéines!! fragmentation

29 Maîtrise de la phase pré analytique (expérience de notre plateforme) 2% de prélèvements non interprétables Taux plus élevé dans une structure % de tests KRAS non évaluables : 5% % de tests MSI non évaluables : 26%

30 Maîtrise de la phase pré analytique (expérience de notre plateforme) 2% de prélèvements non interprétables Taux plus élevé dans une structure % de tests KRAS non évaluables : 5% 0% % de tests MSI non évaluables : 26% 0%

31 Maitrise de la phase pré analytique (expérience de notre plateforme) 2% de prélèvements non interprétables Taux plus élevé dans une structure % de tests KRAS non évaluables : 5% 0% % de tests MSI non évaluables : 26% 0% Modification des procédures de fixation : Fixateur tamponné prêt à l emploi Modification du cycle d inclusion Création d un cycle WE

32 Cas n 7 (P ) Femme, 50 ans. Biopsie hépatique. Métastase d un adénocarcinome du côlon (à cellules isolées) Demande statut KRAS + RER ( indication: âge)

33 Cas n 7 sous-fixation? MLH1 +? MSH6 +, hétérogène hépatocyte NB: MSH2 et PMS2 totalement négatifs, sans témoin interne

34 Cas 7(P ) Résultat Analyse expression protéines MMR non réalisable Pas d instabilité microsatellitaire (MSS) Phénotype RER négatif (tumeur pmmr) NB: Pas de mutation KRAS exon 2

35 Gestion du matériel biopsique pour analyse moléculaire Priorité à la biologie moléculaire si indication (ex: KRAS, indication thérapeutique) Ne pas épuiser les blocs de biopsies!! Envoi direct sur la plateforme pour génotypage RAS 4 lames blanches + 1 HE Extraction ADN Faire MSI sur ADN extrait

36 Cas n 8 (12G04714) 37 ans. Adénocarcinome peu différencié Demande de test RER. Indication:âge < 60 ans

37 Cas 8 PMS2 - Positivité des lymphocytes Négativité de la tumeur

38 Cas 8 hmlh1 + Positivité des lymphocytes Positivité focale de la tumeur NB: hmsh2 et hmsh6 exprimées

39 Cas 8 (12GO4714) Résultat Perte d expression de PMS2 et probable perte d expression MLH1 Instabilité microsatellitaire Phénotype RER +(tumeur dmmr) Ce phénotype peut correspondre à un syndrome de Lynch ou bien à un cancer sporadique. Des analyses moléculaires supplémentaires doivent être réalisées. Patient métastatique d emblée. Pas de prise en charge oncogénétique démarrée

40 Cas n 9 (P ) Homme, 33 ans. Adénome tubulo-villeux, dysplasie de haut grade. Demande de test RER par l oncogénétique

41 Cas n 9 Glandes normales positives MLH1 PMS2 Glandes adénomateuses négatives NB: maintien d expression de MSH2 et MSH6

42 Cas 9 (P ) Résultat Perte d expression MLH1 et PMS2 Instabilité microsatellitaire (MSI) Phénotype RER positif (tumeur dmmr) Résultat génétique: mutation constitutionnelle du gène MLH1

43 Cas n 10 (P ) Femme, 50 ans. Curetage endomètre. Adénocarcinome de grade 3. Demande de test RER. Indication : âge.

44 Adénocarcinome grade 3 MLH1 - PMS2 NB: Maintien expression MSH2 et MSH6

45 Cas 10 (P ) Résultat Perte d expression MLH1 et PMS2 Instabilité microsatellitaire (MSI) Phénotype RER positif (tumeur dmmr) Ce phénotype peut correspondre à un syndrome de Lynch ou bien à un cancer sporadique. Des analyses moléculaires supplémentaires doivent être réalisées.

46 Cas 10 (P ) Résultat Phénotype RER positif (tumeur dmmr) Perte d expression MLH1 et PMS2 Instabilité microsatellitaire (MSI) Pas de méthylation du promoteur gène MLH1 Ce phénotype oriente vers un syndrome de Lynch. Une consultation d oncogénétique doit être proposée à cette patiente. NB: patiente perdue de vue.

Formes familiales du cancer colorectal

Formes familiales du cancer colorectal Tlemcen, 05/05/06 Formes familiales du cancer colorectal Emmanuel Mitry Fédération des spécialités digestives CHU Ambroise Paré AP-HP épithélium! normal! cancer sporadique :! M1! M2! M3!... Mn! tumeur!

Plus en détail

Les cancers digestifs à prédisposition familiale

Les cancers digestifs à prédisposition familiale Les cancers digestifs à prédisposition familiale Pr Thierry CONROY Centre Alexis Vautrin et CHU de Nancy Formes familiales de cancer colorectal (CCR) Polypose adénomateuse familiale CCR à un âge médian

Plus en détail

Prise en charge du cancer colorectal à l heure de l oncogénétique et des thérapies ciblées

Prise en charge du cancer colorectal à l heure de l oncogénétique et des thérapies ciblées Prise en charge du cancer colorectal à l heure de l oncogénétique et des thérapies ciblées Jean-François Fléjou Service d Anatomie Pathologique Hôpital Saint-Antoine, AP-HP, UPMC - Paris 6, France Sommaire

Plus en détail

Chapitre 14 Oncogénétique digestive

Chapitre 14 Oncogénétique digestive Chapitre 14 Oncogénétique digestive 1. Place des gènes en oncologie générale 2. Carcinogenèse colorectale 3. Maladie génétique à transmission dominante 4. Exemples de prédispositions génétiques aux cancers

Plus en détail

Les prédispositions génétiques aux cancers. Pr Laurent ZELEK Service d oncologie médicale, CHU Avicenne

Les prédispositions génétiques aux cancers. Pr Laurent ZELEK Service d oncologie médicale, CHU Avicenne Les prédispositions génétiques aux cancers Pr Laurent ZELEK Service d oncologie médicale, CHU Avicenne Fréquence des cancers, France, femmes Nombre de nouveaux cas (2000) Nombre de décès (2000) Source:

Plus en détail

Cancers gynécologiques (endomètre ovaire) d origine génétique

Cancers gynécologiques (endomètre ovaire) d origine génétique Cancers gynécologiques (endomètre ovaire) d origine génétique Anne Fajac Service Histologie-Biologie Tumorale, Hôpital Tenon Prédisposition héréditaire au cancer Mutation constitutionnelle Cancer héréditaire

Plus en détail

Prédisposition génétique aux cancers

Prédisposition génétique aux cancers Prédisposition génétique aux cancers Plan de cours I-Introduction I-1 Fréquence des mutations I-2 Objectifs médicaux de l oncogénétique I-3 Rappels sur la prolifération cellulaire tumorale; la théorie

Plus en détail

M2.6. 2012 Cancer du colon et du rectum. Coordination : Pr Hahnloser

M2.6. 2012 Cancer du colon et du rectum. Coordination : Pr Hahnloser M2.6. 2012 Cancer du colon et du rectum Coordination : Pr Hahnloser Pathologie Dr. Maryse Fiche Cancers colo-rectaux Précurseurs : Images et figures : Robbins 8è Edition Objectifs d apprentissage : SCLO

Plus en détail

La recherche BRAF : intérêts et limites en 2013

La recherche BRAF : intérêts et limites en 2013 La recherche BRAF : intérêts et limites en 2013 Réunion GFPC Paris, décembre 2013 Pr D Damotte Pathologie Hôpitaux universitaires paris centre BRAF: voie MEK / ERK AMM mélanome en 2011 La recherche BRAF

Plus en détail

RECOMMANDATIONS ET ASSURANCE QUALITE POUR L EVALUATION DU STATUT Cerb-2 DANS LE CANCER GASTRIQUE

RECOMMANDATIONS ET ASSURANCE QUALITE POUR L EVALUATION DU STATUT Cerb-2 DANS LE CANCER GASTRIQUE 7 Novembre 2014 RECOMMANDATIONS ET ASSURANCE QUALITE POUR L EVALUATION DU STATUT Cerb-2 DANS LE CANCER GASTRIQUE Armor Pathologie Docteurs Agathe Coeugnet Fernanda Garcia Pimenta Pierre Marie Girardot

Plus en détail

Qu est-ce qu HER2 et comment le détecter? Pr Frédérique Penault Llorca Pathologiste Centre Jean Perrin, Clermont-Ferrand

Qu est-ce qu HER2 et comment le détecter? Pr Frédérique Penault Llorca Pathologiste Centre Jean Perrin, Clermont-Ferrand Qu est-ce qu HER2 et comment le détecter? Pr Frédérique Penault Llorca Pathologiste Centre Jean Perrin, Clermont-Ferrand Qu est-ce que HER2? HER2 est un récepteur. Il signifie human epidermal growth factor

Plus en détail

Prédispositions génétiques aux cancers

Prédispositions génétiques aux cancers CANCERS SEIN / OVAIRES tumorales du au moins 3 cas de cancer du sein chez des apparentés au 1 er ou 2 nd degré quel que soit l'âge 2 cas de cancer du sein dont 1 bilatéral au 1 er ou 2 nd degré quel que

Plus en détail

CHIRURGIE DANS LES CANCERS DU SEIN

CHIRURGIE DANS LES CANCERS DU SEIN CHIRURGIE DANS LES CANCERS DU SEIN FORMATION IDE ONCOLOGIE-HÉMATOLOGIE «Connaissance de la maladie cancéreuse» T. de Lapparent, unité de pathologie mammaire, CHBM PLAN Définitions Place de la chirurgie

Plus en détail

Les Biomarqueurs moléculaires en Oncologie

Les Biomarqueurs moléculaires en Oncologie Les Biomarqueurs moléculaires en Oncologie Institut de Cancérologie de Lorraine Service de Biopathologie CNRS UMR7039 CRAN Université de Lorraine Pr Jean-Louis Merlin Définition Un biomarqueur est une

Plus en détail

Vivre. Introduction. avec un syndrome de Lynch

Vivre. Introduction. avec un syndrome de Lynch L Introduction ES cancers du côlon et du rectum sont la seconde cause de décès par cancer dans les pays développés. En France, environ 42 000 nouveaux cas sont diagnostiqués chaque année, dont 40 % vont

Plus en détail

Le point de vue du biologiste : L activité des plateformes de génétique moléculaire

Le point de vue du biologiste : L activité des plateformes de génétique moléculaire Le point de vue du biologiste : L activité des plateformes de génétique moléculaire Institut de Cancérologie de Lorraine Service de Biopathologie CNRS UMR7039 CRAN Université de Lorraine Jean-Louis Merlin

Plus en détail

Repenser le cancer de l ovaire après. Jérôme ALEXANDRE, Université Paris Descartes, Oncologie, GH Cochin Hôtel Dieu

Repenser le cancer de l ovaire après. Jérôme ALEXANDRE, Université Paris Descartes, Oncologie, GH Cochin Hôtel Dieu Repenser le cancer de l ovaire après Jérôme ALEXANDRE, Université Paris Descartes, Oncologie, GH Cochin Hôtel Dieu Objectifs Faire une recherche exhaustive des anomalies génétiques et épigénétiques des

Plus en détail

6 ème Rencontre Régionale d actualités SÉNOLOGIQUE

6 ème Rencontre Régionale d actualités SÉNOLOGIQUE 6 ème Rencontre Régionale d actualités SÉNOLOGIQUE Niort, le 20 mars 2014 8 ème Rencontre Régionale d actualités SÉNOLOGIQUE Actualités en ANATOMOPATHOLOGIE Audelaure JUNCA (Poitiers) Actualités en ANATOMOPATHOLOGIE

Plus en détail

Le Syndrome de Lynch. Brochure d info pour les patients et leur famille

Le Syndrome de Lynch. Brochure d info pour les patients et leur famille Le Syndrome de Lynch Brochure d info pour les patients et leur famille Table des matières Introduction... 3 Le cancer colorectal... 4 Le cancer colorectal héréditaire: syndrome de Lynch... 5 Risque de

Plus en détail

Dr Bruno BUECHER - Institut Curie & HEGP - Paris

Dr Bruno BUECHER - Institut Curie & HEGP - Paris Dr Bruno BUECHER - Institut Curie & HEGP - Paris 5èmes rencontres du Réseau ONCO 28 Chartres 15 Octobre 2009 Les formes héréditaires des cancers Généralités Bases moléculaires Les arguments du diagnostic

Plus en détail

Histoire naturelle des cancers de l ovaire

Histoire naturelle des cancers de l ovaire Histoire naturelle des cancers de l ovaire A Rafii E Mery Journée Régionale de Cancérologie Gynécologique et Sénologique 08/06/07 Tissu normal Prédisposition génétique Facteurs environnementaux PREVENTION

Plus en détail

Enseignement d Anatomopathologie DCEM 1 2011/2012. TP n 6. Pathologie mammaire. Dystrophie et Cancer du sein

Enseignement d Anatomopathologie DCEM 1 2011/2012. TP n 6. Pathologie mammaire. Dystrophie et Cancer du sein Enseignement d Anatomopathologie DCEM 1 2011/2012 TP n 6 Pathologie mammaire Dystrophie et Cancer du sein Lames virtuelles TP 6 Mastose Carcinome mammaire HES 1 Carcinome mammaire HES 2 Carcinome mammaire

Plus en détail

MODÈLE DE COMPTE RENDU DE GÉNÉTIQUE MOLÉCULAIRE POUR LA RECHERCHE DE MUTATIONS SOMATIQUES DANS LES TUMEURS SOLIDES

MODÈLE DE COMPTE RENDU DE GÉNÉTIQUE MOLÉCULAIRE POUR LA RECHERCHE DE MUTATIONS SOMATIQUES DANS LES TUMEURS SOLIDES MODÈLE DE COMPTE RENDU DE GÉNÉTIQUE MOLÉCULAIRE POUR LA RECHERCHE DE MUTATIONS SOMATIQUES DANS LES TUMEURS SOLIDES Octobre 2012 Mesure 21 : Garantir un accès égal aux traitements et aux innovations Ce

Plus en détail

Place du pathologiste dans la prise en charge des cancers

Place du pathologiste dans la prise en charge des cancers Place du pathologiste dans la prise en charge des cancers DU oncogériatrie 1er février 2010 Dr Delphine Loussouarn, Anatomie Pathologique, CHU Nantes Le rôle du pathologiste en cancérologie est de donner

Plus en détail

ÉTUDE PRÉVALENCE HER HER2

ÉTUDE PRÉVALENCE HER HER2 PrevHER HER2 ÉTUDE PRÉVALENCE ÉVALUATION DE LA PRÉVALENCE DE HER2 DANS LE CANCER DU SEIN EN SITUATION ADJUVANTE OBJECTIF DE L ENQUÊTE Evaluer le pourcentage de patientes présentant un cancer du sein en

Plus en détail

Détermination du statut de HER2 dans les cancers du sein : qu avons-nous appris en 10 ans?

Détermination du statut de HER2 dans les cancers du sein : qu avons-nous appris en 10 ans? Détermination du statut de HER2 dans les cancers du sein : qu avons-nous appris en 1 ans? Anne Vincent-Salomon Département de Biologie des Tumeurs et INSERM U83 Institut Curie Paris 1 PLAN Qu est-ce qu

Plus en détail

Les tumeurs du sein triple négatives

Les tumeurs du sein triple négatives Les tumeurs du sein triple négatives Le point de vue du Pathologiste Gaëtan MacGrogan Institut Bergonié Bordeaux La classification intrinsèque en 2011 Luminal B Luminal A Normal breast-like Basal-like

Plus en détail

Chirurgie prophylactique des cancers avec prédisposition génétique

Chirurgie prophylactique des cancers avec prédisposition génétique traitements, soins et innovation AOût 2009 recommandations professionnelles Chirurgie prophylactique des cancers avec prédisposition génétique Cancer gastrique diffus héréditaire COLLECTION recommandations

Plus en détail

CHAPITRES DU COURS LE TISSU CANCEREUX ET CELLULES CANCEREUSES MOYENS DE DIAGNOSTIC ANATOMOPATHOLOGIQUE DU CANCER

CHAPITRES DU COURS LE TISSU CANCEREUX ET CELLULES CANCEREUSES MOYENS DE DIAGNOSTIC ANATOMOPATHOLOGIQUE DU CANCER CHAPITRES DU COURS GENERALITES SUR LES TUMEURS LE TISSU CANCEREUX ET CELLULES CANCEREUSES HISTOIRE NATURELLE ET BASES MOLECULAIRES DU CANCER MOYENS DE DIAGNOSTIC ANATOMOPATHOLOGIQUE DU CANCER 1 OBJECTIFS

Plus en détail

Génome et risque de cancer

Génome et risque de cancer Nouveautés en Oncologie thoracique 29 mars 2014 Génome et risque de cancer Nathalie PRIM Les propriétés de la cellule cancéreuse Indépendance vis à vis des signaux de proliféra1on Échappement à l apoptose

Plus en détail

RADIOTHÉRAPIE DES CANCERS DU SEIN: VERS UNE INDIVIDUALISATION BASÉE SUR LE PHÉNOTYPE TUMORAL? Anthony TURPIN

RADIOTHÉRAPIE DES CANCERS DU SEIN: VERS UNE INDIVIDUALISATION BASÉE SUR LE PHÉNOTYPE TUMORAL? Anthony TURPIN RADIOTHÉRAPIE DES CANCERS DU SEIN: VERS UNE INDIVIDUALISATION BASÉE SUR LE PHÉNOTYPE TUMORAL? Anthony TURPIN INTRODUCTION RECOMMANDATIONS INCA NOV 2008 Schéma standard: o 50 Gy en 25 fractions sur 33 jours

Plus en détail

Les plateformes de génétique

Les plateformes de génétique Thérapies ciblées : de l anatomopathologie th l à la biothérapie i Les plateformes de génétique moléculaire PO Schischmanoff UF Génétique moléculaire et oncogénétique CHU Avicenne ACP FHF 29 mars 2012

Plus en détail

FLASH RAS. J-L. Merlin (A), A. Lièvre (B), P. Laurent-Puig (C), M. Ducreux (D), P. Artru (E), J. Fuchs (F), C. Gicquel (F), J-C.

FLASH RAS. J-L. Merlin (A), A. Lièvre (B), P. Laurent-Puig (C), M. Ducreux (D), P. Artru (E), J. Fuchs (F), C. Gicquel (F), J-C. FLASH RAS Etude observationnelle rétrospective faisant un état des lieux des tests KRAS et NRAS en 2014 chez les patients atteints d un cancer colorectal métastatique (CCRm) J-L. Merlin (A), A. Lièvre

Plus en détail

Prise en charge chirurgicale et chimiothérapie néoadjuvante des cancers de l ovaire stade III-IV

Prise en charge chirurgicale et chimiothérapie néoadjuvante des cancers de l ovaire stade III-IV Prise en charge chirurgicale et chimiothérapie néoadjuvante des cancers de l ovaire stade III-IV JM. Classe, R. Rouzier, O.Glehen, P.Meeus, L.Gladieff, JM. Bereder, F Lécuru Population concernée par la

Plus en détail

Les tumeurs osseuses

Les tumeurs osseuses Janvier 2014 Fiche tumeur Prise en charge des adolescents et jeunes adultes Les tumeurs osseuses LE SARCOME D EWING Auteurs L OSTEOSARCOME Dr Perrine MAREC-BERARD Tous droits réservés. Reproduction interdite.

Plus en détail

Les tests de génétique moléculaire pour l accès aux thérapies ciblées en 2012

Les tests de génétique moléculaire pour l accès aux thérapies ciblées en 2012 RECHERCHE DÉCEMBRE 2012 Les tests de génétique moléculaire pour l accès aux thérapies ciblées en 2012 C O L L E C T I O N Bilans d activité & d évaluation LES TESTS PRÉDICTIFS DANS LES PLATEFORMES DE GÉNÉTIQUE

Plus en détail

Le PET Scan modifie t il le traitement des métastases des CCR?

Le PET Scan modifie t il le traitement des métastases des CCR? Le PET Scan modifie t il le traitement des métastases des CCR? 7 ième Journée scientifique Annuelle 31/ 05/ 2014 Clinique Atlas Dr ALJ AMINA Médecin Nucléaire IMAGERIE EN CANCEROLOGIE - La place de l imagerie

Plus en détail

Organisation et gestion des prescriptions en oncogénétique

Organisation et gestion des prescriptions en oncogénétique PR-0408.02 Page 1 / 5 OBJET : Ce document a pour objectif de définir tous les éléments concernant la partie préanalytique et post analytique nécessaires pour : - réaliser un criblage dans les gènes BRCA1

Plus en détail

Détection de mutations somatiques par NGS sur GAIIx

Détection de mutations somatiques par NGS sur GAIIx Détection de mutations somatiques par NGS sur GAIIx Aude Lamy Laboratoire de Génétique Somatique des Tumeurs CHU de Rouen Inserm U1079 Faculté de Médecine et Pharmacie de Rouen La médecine personalisée

Plus en détail

TRAITEMENT NEO ADJUVANT DE L ADENOCARCINOME PANCREATIQUE. Laetitia DAHAN CHU Timone Marseille

TRAITEMENT NEO ADJUVANT DE L ADENOCARCINOME PANCREATIQUE. Laetitia DAHAN CHU Timone Marseille TRAITEMENT NEO ADJUVANT DE L ADENOCARCINOME PANCREATIQUE Laetitia DAHAN CHU Timone Marseille Aucun CONFLITS D INTÉRÊT Objectifs pédagogiques Savoir définir un cancer du pancréas localement avancé et border

Plus en détail

en passe de connaître une véritable avancée avec l arrivée du test immunologique

en passe de connaître une véritable avancée avec l arrivée du test immunologique PAGES SPÉCIALES N 9421 JEUDI 18 JUIN 2015 mise au point Retrouvez en ligne sur www.lequotidiendumedecin.fr Dépistage du CCR : Place au test immunologique CAS CLINIQUES INTERACTIFS 1 2 3 CCR, 2 e cause

Plus en détail

Marqueurs tumoraux. Notion de valeurs usuelles :

Marqueurs tumoraux. Notion de valeurs usuelles : Dr F Desroys du Roure, mars 2011 Marqueurs tumoraux Notion de valeurs usuelles : Le PSA varie en fonction de l âge, le CA125 est significativement plus bas après la ménopause, En pratique, inapplicable

Plus en détail

Bruxelles 16.10.2010 Cancers pancréatiques familiaux

Bruxelles 16.10.2010 Cancers pancréatiques familiaux Bruxelles 16.10.2010 Cancers pancréatiques familiaux P r Pascal Hammel Service de Gastroentérologie-Pancréatologie, Pôle des Maladies de l Appareil Digestif Hôpital Beaujon, 92110 CLICHY, France Cancer

Plus en détail

Les microarrays: technologie pour interroger le génome

Les microarrays: technologie pour interroger le génome Les microarrays: technologie pour interroger le génome Patrick DESCOMBES patrick.descombes@frontiers-in-genetics.org Plate forme génomique NCCR Frontiers in Genetics Université de Genève http://genomics.frontiers-in-genetics.org

Plus en détail

Anatomie Pathologique et Cancer. Missions, Moyens, Exemples

Anatomie Pathologique et Cancer. Missions, Moyens, Exemples Anatomie Pathologique et Cancer Missions, Moyens, Exemples DIU d Onco-Gériatrie 8 février 2012 Dr Julie Gonin et Mathilde Sibony, Hôpital Tenon Anatomie pathologique et Cancer : Missions Dépistage Diagnostic

Plus en détail

CANCER DE L ENDOMETRE ET GENETIQUE

CANCER DE L ENDOMETRE ET GENETIQUE Hôpitaux Universitaires de Genève CANCER DE L ENDOMETRE ET GENETIQUE C. Stan, C. Delozier-Blanchet, M.-A. Bründler, J.-L. Blouin Incidence des cancers chez la femme à Genève 120 100 114 80 Sein 60 Côlon/Rectum

Plus en détail

PLACE DE L IRM DANS LE BILAN D EXTENSION DU CANCER DU RECTUM. Professeur Paul LEGMANN Radiologie A - Cochin Paris

PLACE DE L IRM DANS LE BILAN D EXTENSION DU CANCER DU RECTUM. Professeur Paul LEGMANN Radiologie A - Cochin Paris PLACE DE L IRM DANS LE BILAN D EXTENSION DU CANCER DU RECTUM Professeur Paul LEGMANN Radiologie A - Cochin Paris Cancer du rectum France : 15000 décès/an : 1ère cause. Pronostic souvent réservé Métastases

Plus en détail

Thérapies ciblées : comment déterminer la cible? Myriam Remmelink, MD, PhD Service d Anatomie Pathologique, Bruxelles

Thérapies ciblées : comment déterminer la cible? Myriam Remmelink, MD, PhD Service d Anatomie Pathologique, Bruxelles Thérapies ciblées : comment déterminer la cible? Myriam Remmelink, MD, PhD Service d Anatomie Pathologique, Bruxelles Introduction Le cancer du poumon est le responsable majeur du décès par cancer 1.4

Plus en détail

Les cancers du sein de type BRCA1. Incidence, particularités, traitement

Les cancers du sein de type BRCA1. Incidence, particularités, traitement Les cancers du sein de type BRCA1 Incidence, particularités, traitement 1 LES LESIONS DE L ADN et L INSTABILITE GENETIQUE SONT DES CARACTERISTIQUES DU CANCER 2 Voies de reparation de l ADN et protéines

Plus en détail

RAPPELS DES CRITERES MOTIVANT UNE CONSULTATION D ONCOGENETIQUE. Pr Y.-J. BIGNON Département d'oncogénétique Centre Jean Perrin 63000 CLERMONT-FERRAND

RAPPELS DES CRITERES MOTIVANT UNE CONSULTATION D ONCOGENETIQUE. Pr Y.-J. BIGNON Département d'oncogénétique Centre Jean Perrin 63000 CLERMONT-FERRAND RAPPELS DES CRITERES MOTIVANT UNE CONSULTATION D ONCOGENETIQUE Pr Y.-J. BIGNON Département d'oncogénétique Centre Jean Perrin 63000 CLERMONT-FERRAND Le cancer du sein 1 000 000 nouveaux cas par an dans

Plus en détail

Prédispositions génétiques au cancer colorectal: aujourd hui et demain

Prédispositions génétiques au cancer colorectal: aujourd hui et demain Prédispositions génétiques au cancer colorectal: aujourd hui et demain Pierre Hutter HUG/Genève; ICHV/Sion ARL, Bourguillon, 30 septembre 2010 Progression du cancer colorectal APC b-catenin MMR CIN PIK3CA

Plus en détail

Docteur Brigitte Seradour

Docteur Brigitte Seradour Dépistage du cancer du sein Docteur Brigitte Seradour Pourquoi dépister le cancer du sein? (Selon 10 principes OMS) Il s agit d une maladie grave, fréquente, détectable (phase latente) L examen de dépistage

Plus en détail

Prédispositions aux cancers gastriques. Tuteur: Pr Manouvrier

Prédispositions aux cancers gastriques. Tuteur: Pr Manouvrier Prédispositions aux cancers gastriques Sandrine Mezzani,, journée e de DES 25/09/2009 Tuteur: Pr Manouvrier Cancers gastriques (CG) 9 rang des cancers de l adultel 2 cause de décès d s par cancers digestifs

Plus en détail

Biomarqueurs en Cancérologie

Biomarqueurs en Cancérologie Biomarqueurs en Cancérologie Définition, détermination, usage Biomarqueurs et Cancer: définition Anomalie(s) quantitative(s) ou qualitative(s) Indicative(s) ou caractéristique(s) d un cancer ou de certaines

Plus en détail

Cancer pancréatique familial : place du dépistage?

Cancer pancréatique familial : place du dépistage? Cancer pancréatique familial : place du dépistage? Club Francophone d Echoendoscopie 27-1-2012 Pascal Hammel Service de Gastroentérologie-Pancréatologie Hôpital Beaujon, 92110 Clichy pascal.hammel@bjn.aphp.fr

Plus en détail

Traitement locorégional du cancer du sein métastatique d'emblée: cas cliniques

Traitement locorégional du cancer du sein métastatique d'emblée: cas cliniques Traitement locorégional du cancer du sein métastatique d'emblée: cas cliniques Hélène Charitansky 1, Alain Fourquet 2 1 Service de chirurgie sénologique, Institut Universitaire du Cancer Toulouse Oncopole

Plus en détail

Item 295 (ex item 145) Tumeurs de la cavité buccale, nasosinusiennes. voies aérodigestives supérieures

Item 295 (ex item 145) Tumeurs de la cavité buccale, nasosinusiennes. voies aérodigestives supérieures Item 295 (ex item 145) Tumeurs de la cavité buccale, nasosinusiennes et du cavum, et des voies aérodigestives supérieures Collège Français des Pathologistes (CoPath) 2013 1 Table des matières 1. Types

Plus en détail

Compte Rendu ASCO 2012 Tumeurs urologiques 14/06/2012. H.MAHFOUF Service Oncologie Médicale Universitaire de Rouiba SOMUR

Compte Rendu ASCO 2012 Tumeurs urologiques 14/06/2012. H.MAHFOUF Service Oncologie Médicale Universitaire de Rouiba SOMUR Compte Rendu ASCO 2012 Tumeurs urologiques 14/06/2012 H.MAHFOUF Service Oncologie Médicale Universitaire de Rouiba SOMUR Registre des tumeurs d Alger 2007 Incidences Brutes Incidences standardisées Poumon

Plus en détail

Cancers des sinus et des fosses nasales

Cancers des sinus et des fosses nasales Chapitre 8 Cancers des sinus et des fosses nasales Les cancers du cavum, sinus et glandes salivaires sont des tumeurs rares selon la définition du REFCOR. Les cancers des sinus de la face représentent

Plus en détail

LE CANCER DE L ESTOMAC (CANCER GASTRIQUE)

LE CANCER DE L ESTOMAC (CANCER GASTRIQUE) LE CANCER DE L ESTOMAC (CANCER GASTRIQUE) Docteur Laurianne Jolissaint (CHU Jean Mingoz, Besancon), Docteur Bruno Buecher, (Institut Curie, Paris), & Comité de Rédaction du site web de la Fédération Francophone

Plus en détail

SOINS ET VIE DES MALADES. www.e-cancer.fr JUIN 2010. C O L L E C T I O N Rapports & synthèses

SOINS ET VIE DES MALADES. www.e-cancer.fr JUIN 2010. C O L L E C T I O N Rapports & synthèses Mesure 21 SOINS ET VIE DES MALADES JUIN 2010 Programme INCa pour la détection prospective des biomarqueurs émergents dans le cancer du poumon, le cancer colorectal et le mélanome : une nouvelle approche

Plus en détail

L INSTITUT DE RECHERCHE EN

L INSTITUT DE RECHERCHE EN 1 L INSTITUT DE RECHERCHE EN IMMUNOLOGIE ET EN CANCÉROLOGIE COMMERCIALISATION DE LA RECHERCHE VISION Être un centre reconnu internationalement pour ses activités de maximisation de la valeur de la recherche

Plus en détail

Apport des nouvelles classes moléculaires dans la prise en charge.des cancers du sein

Apport des nouvelles classes moléculaires dans la prise en charge.des cancers du sein Apport des nouvelles classes moléculaires dans la prise en charge.des cancers du sein MC Mathieu 26 octobre 2012 Classification classique Type de carcinome infiltrant : classification OMS avec 18 types

Plus en détail

DU SYMPTÔME AU DIAGNOSTIC DE CANCER. Dr Stéphanie Lozano DU Oncogériatrie 14 novembre 2014

DU SYMPTÔME AU DIAGNOSTIC DE CANCER. Dr Stéphanie Lozano DU Oncogériatrie 14 novembre 2014 DU SYMPTÔME AU DIAGNOSTIC DE CANCER Dr Stéphanie Lozano DU Oncogériatrie 14 novembre 2014 Objectifs du diagnostic Que faire devant des signes cliniques évocateurs? Faire le diagnostic le rapidement possible

Plus en détail

Plan du cours 29/03/2013. Schéma général transduction signal. Introduction Le cancer est une pathologie cellulaire

Plan du cours 29/03/2013. Schéma général transduction signal. Introduction Le cancer est une pathologie cellulaire UE09s Méthodes d étude et analyse du génome Applications des techniques du génie génétique à la thérapie des maladies acquises Exemples en cancérologie Thérapie ciblée Théranostique Plan du cours Introduction

Plus en détail

Adénocarcinome du bas œsophage (et du cardia) Nutrition en attendant le traitement

Adénocarcinome du bas œsophage (et du cardia) Nutrition en attendant le traitement Adénocarcinome du bas œsophage (et du cardia) Nutrition en attendant le traitement Corinne Bouteloup Service de Médecine Digestive et Hépatobiliaire CHU Clermont-Ferrand Conflits d intérêts Nutricia Nutrition

Plus en détail

Les principes du sequençage haut-débit

Les principes du sequençage haut-débit Les principes du sequençage haut-débit Mardi 23 avril 2013 Dr H. EL HOUSNI Organisation Génomique Podhala'et'al.'Trends'in'genetics'2012' Costa V et al. J BioMed BioTech 2010 32 ans Costa V et al. J BioMed

Plus en détail

ENSEIGNEMENT DIRIGE N 7. Biopathologie Tissulaire 2015

ENSEIGNEMENT DIRIGE N 7. Biopathologie Tissulaire 2015 ENSEIGNEMENT DIRIGE N 7 Biopathologie Tissulaire 2015 Cas clinique n 1 Femme, 53 ans, consulte pour une hémoptysie survenue à 3 reprises Une radio du poumon révèle une lésion de 4,5 cm du lobe inférieur

Plus en détail

Recueil des consentements éclairés au sein du CRB

Recueil des consentements éclairés au sein du CRB Hôpital Cimiez 4, avenue Reine Victoria - BP 1179 06003 Nice cedex 1 Laboratoire Pôle\Labo LPCE Page 1 sur 7 LABO-LPC-PR-053 VERSION 003 Christelle BONNETAUD (Laboratoire Ingénieur - Veronique HOFMAN (Laboratoire

Plus en détail

Cancers du rectum: nouvelles tendances thérapeutiques? G. Portier Chirurgie Digestive CHU Purpan

Cancers du rectum: nouvelles tendances thérapeutiques? G. Portier Chirurgie Digestive CHU Purpan Cancers du rectum: nouvelles tendances thérapeutiques? G. Portier Chirurgie Digestive CHU Purpan Savoir d où l on vient! Bernstein TE. Colorectal Disease. October 2012 14, (10), e668 e678 Norwegian Rectal

Plus en détail

Etat des lieux de l accès aux plateformes de génétique moléculaire

Etat des lieux de l accès aux plateformes de génétique moléculaire 12 juin 2014 Etat des lieux de l accès aux plateformes de génétique moléculaire CONTEXTE ET OBJECTIFS DE l ETUDE : L action 6.2 du plan cancer 3 «conforter l accès aux tests moléculaires» stipule en particulier

Plus en détail

CYCLE CELLULAIRE et CANCER. L. Xerri, Institut Paoli-Calmettes, M2 Oncologie «Module Génomique Tumorale», Novembre 2011

CYCLE CELLULAIRE et CANCER. L. Xerri, Institut Paoli-Calmettes, M2 Oncologie «Module Génomique Tumorale», Novembre 2011 CYCLE CELLULAIRE et CANCER L. Xerri, Institut Paoli-Calmettes, M2 Oncologie «Module Génomique Tumorale», Introduction Le cycle cellulaire est l'ensemble des modifications qu'une cellule subit entre sa

Plus en détail

Cancer du sein et ovaire

Cancer du sein et ovaire Cancer du sein et ovaire Elisabeth LUPORSI Ludovic MANSUY Centre d investigation Clinique Pierre DROUIN Indications de la consultation Indications : Histoire familiale ou personnelle justifiant une consultation

Plus en détail

Giens XXIV Table ronde N 4. Evaluation et validation des tests diagnostiques dans le cadre du ciblage thérapeutique

Giens XXIV Table ronde N 4. Evaluation et validation des tests diagnostiques dans le cadre du ciblage thérapeutique Giens XXIV Table ronde N 4 Evaluation et validation des tests diagnostiques dans le cadre du ciblage thérapeutique Participants : Olivier Arnaud ; Frédéric Bibeau ; Dominic Cellier ; Jérôme d Enfert ;

Plus en détail

Cancer gastrique diffus héréditaire

Cancer gastrique diffus héréditaire Cancer gastrique diffus héréditaire Diagnostic et conduites pratiques Dr. med.. Astrid Schielke Service de chirurgie viscérale 1 CHU de Brest Épidémiologie des Cancers gastriques Incidence des cancers

Plus en détail

INSTITUT CLAUDIUS REGAUD TOULOUSE

INSTITUT CLAUDIUS REGAUD TOULOUSE DIAGNOSTIC DES RECIDIVES LOCOREGIONALES GENERALITES VIVIANE FEILLEL INSTITUT CLAUDIUS REGAUD TOULOUSE OBJECTIFS DE LA SURVEILLANCE Evaluation des séquelles post-thérapeutiques Diagnostic précoce des récidives

Plus en détail

Les tests de génétique moléculaire pour l accès aux thérapies ciblées en France en 2011

Les tests de génétique moléculaire pour l accès aux thérapies ciblées en France en 2011 Mesure 21 SOINS ET VIE DES MALADES Les tests de génétique moléculaire pour l accès aux thérapies ciblées en France en 2011 COLLECTION Rapports & synthèses POUR UN ACCÈS AUX THÉRAPIES CIBLÉES : - LES PLATEFORMES

Plus en détail

Nouvelles mutations RAS

Nouvelles mutations RAS Nouvelles mutations RAS dans les cancers colo-rectaux Rappel RAS : interrupteur de plusieurs voies de signalisation ras MUTATION RAS /ras activé en permanence : signalisation continue de la prolifération

Plus en détail

TISSUE MICROARRAYS (PUCES TISSULAIRES) Dr Gaëlle Fromont CHU Poitiers

TISSUE MICROARRAYS (PUCES TISSULAIRES) Dr Gaëlle Fromont CHU Poitiers TISSUE MICROARRAYS (PUCES TISSULAIRES) Dr Gaëlle Fromont CHU Poitiers Principe Construction Techniques réalisables sur TMA Analyse des résultats: lecture Interprétation - Intégration des résultats Intérêts

Plus en détail

Collège de Gynécologie CVL

Collège de Gynécologie CVL Impact des traitements anticancéreux sur la fertilité Chez la femme adulte Dr E. VIEL CCA Hôpital de Jour de Cancérologie CHU de Tours Le 05 avril 2013 à Orléans 1 Ce que dit l INCa Il existe peu données

Plus en détail

Endomicroscopie. Tamara Matysiak-Budnik. Hépato-Gastroentérologie & IMAD Hôtel Dieu, CHU de Nantes

Endomicroscopie. Tamara Matysiak-Budnik. Hépato-Gastroentérologie & IMAD Hôtel Dieu, CHU de Nantes Endomicroscopie confocale Tamara Matysiak-Budnik Hépato-Gastroentérologie & IMAD Hôtel Dieu, CHU de Nantes Plan Introduction Techniques d endomicroscopie confocale: - aspects techniques - performances

Plus en détail

Place de l IRM dans le diagnostic du cancer du sein

Place de l IRM dans le diagnostic du cancer du sein Place de l IRM dans le diagnostic du cancer du sein Docteur Maryannick Bryselbout, Hôpital d Aix en Provence Docteur Olivier Marpeau, Clinique de l Étoile Cancer le plus fréquent de la femme En France,

Plus en détail

Enseignement de la sénologie. M. Espié Centre des maladies du sein Hôpital Saint Louis

Enseignement de la sénologie. M. Espié Centre des maladies du sein Hôpital Saint Louis Enseignement de la sénologie M. Espié Centre des maladies du sein Hôpital Saint Louis Un constat En France pendant les études médicales environ 3 heures sont consacrées au cancer du sein et quasiment aucune

Plus en détail

Critères de qualité de la coloscopie et prévention du cancer colo-rectal

Critères de qualité de la coloscopie et prévention du cancer colo-rectal SYMPOSIUM SCIENTIFIQUE Coloscopie de pre vention du cancer colorectal Critères de qualité de la coloscopie et prévention du cancer colo-rectal Pr. Christophe Cellier Hôpital Européen Georges Pompidou,

Plus en détail

Cancers du sein Version / 2005

Cancers du sein Version / 2005 Cancers du sein I-Cancer du sein non métastatique non inflammatoire I.1-Introduction La stratégie de traitement habituellement choisie à l Institut Paoli Calmettes est une stratégie adjuvante. Le traitement

Plus en détail

TUMEURS DU BAS APPAREIL URINAIRE

TUMEURS DU BAS APPAREIL URINAIRE 1 Plan de cours I - TUMEURS PRIMITIVES DE LA VESSIE c1 - Tumeurs papillaires non infiltrantes c2 - Tumeurs papillaires infiltrantes c3 - Carcinome in-situ en muqueuse plane D - Pronostic : II - TUMEURS

Plus en détail

Dossier Communicant en Cancérologie Plan d action national et déclinaison régionale JL Renaud-Salis, Réseau de Cancérologie d Aquitaine

Dossier Communicant en Cancérologie Plan d action national et déclinaison régionale JL Renaud-Salis, Réseau de Cancérologie d Aquitaine Premières rencontres - Aquitaine. TIC & Santé, Bordeaux 20 Juin 2008 Dossier Communicant en Cancérologie Plan d action national et déclinaison régionale JL Renaud-Salis, Réseau de Cancérologie d Aquitaine

Plus en détail

Métastase unique d un NPC: Une question singulière? Jean Louis Pujol - Xavier Quantin Mohammad Chakra Fabrice Barlési

Métastase unique d un NPC: Une question singulière? Jean Louis Pujol - Xavier Quantin Mohammad Chakra Fabrice Barlési Métastase unique d un NPC: Une question singulière? Jean Louis Pujol - Xavier Quantin Mohammad Chakra Fabrice Barlési Deux grandes questions Cette modalité de présentation, requiert elle une prise en charge

Plus en détail

Les renseignements suivants sont destinés uniquement aux personnes qui ont reçu un diagnostic de cancer

Les renseignements suivants sont destinés uniquement aux personnes qui ont reçu un diagnostic de cancer Information importante pour les personnes atteintes d un cancer du poumon non à petites cellules de stade avancé Les renseignements suivants sont destinés uniquement aux personnes qui ont reçu un diagnostic

Plus en détail

Atelier 1: Oncogénétique. O. Cohen-Haguenauer, M. Albiter, N. Espié, L. Cahen-Doidy

Atelier 1: Oncogénétique. O. Cohen-Haguenauer, M. Albiter, N. Espié, L. Cahen-Doidy Atelier 1: Oncogénétique O. Cohen-Haguenauer, M. Albiter, N. Espié, L. Cahen-Doidy 2 Cas clinique Mme L C Historique Patiente âgée de 61 ans 1998 -Traitement conservateur d un CLI (carcinome lobulaire

Plus en détail

Recommandations régionales Prise en charge des cancers du sein non métastatiques

Recommandations régionales Prise en charge des cancers du sein non métastatiques Recommandations régionales Prise en charge des cancers du sein non métastatiques - juin 2005 - CARCINOMES INTRA-CANALAIRES Diagnostic Dépistage (le plus souvent examen clinique normal ; parfois tumeur,

Plus en détail

INDICATIONS CHIRURGICALES DANS LE CANCER DU SEIN

INDICATIONS CHIRURGICALES DANS LE CANCER DU SEIN Calformed, 09/02/2007, Dr J.M Loez, Calais INDICATIONS CHIRURGICALES DANS LE CANCER DU SEIN I - RAPPEL DE LA CLASSIFICATION CLINIQUE DES CANCERS DU SEIN A - TUMEUR PRIMITIVE Tx non déterminé To pas de

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 23 mai 2007

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 23 mai 2007 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 23 mai 2007 SUTENT 12,5 mg, gélule Flacon de 30 (CIP: 376 265-0) SUTENT 25 mg, gélule Flacon de 30 (CIP: 376 266-7) SUTENT 50 mg, gélule Flacon de 30 (CIP: 376 267-3)

Plus en détail

CANCER BRONCHIQUE AVEC TRANSLOCATION ALK CIBLES ET DIAGNOSTIC

CANCER BRONCHIQUE AVEC TRANSLOCATION ALK CIBLES ET DIAGNOSTIC Faculté de Médecine CANCER BRONCHIQUE AVEC TRANSLOCATION ALK CIBLES ET DIAGNOSTIC Florian CABILLIC Laboratoire Cytogénétique RÉCEPTEURS À TYROSINE KINASE Domaine TK 90 tyrosine kinases 58 récepteurs, répartis

Plus en détail

Atlas des cancers de l ovaire

Atlas des cancers de l ovaire Atlas des cancers de l ovaire Dr LHEUREUX Stéphanie, oncologue, Centre François Baclesse Etat actuel des cancers de l ovaire Vaughan S, Nat Rev Clin Oncol 2011 Atlas: caractérisation actuelle Extension:

Plus en détail

Structuration du séquençage de nouvelle génération à visée diagnostique en cancérologie

Structuration du séquençage de nouvelle génération à visée diagnostique en cancérologie Appel à projets 2013 Structuration du séquençage de nouvelle génération à visée diagnostique en cancérologie Action 21 Soumission en ligne: http://www.e-cancer.fr/aap/recherche/ngs2013 Date limite: 2 juillet

Plus en détail

Analyse du ganglion sentinelle : vers de nouvelles techniques?

Analyse du ganglion sentinelle : vers de nouvelles techniques? Analyse du ganglion sentinelle : vers de nouvelles techniques? Sentinel lymph node biopsy analysis: towards new approaches? F. Penault-Llorca 1 Mots clés : cancer du sein, ganglion sentinelle, apposition,

Plus en détail

Vendredi 6 décembre 2013 Rouen

Vendredi 6 décembre 2013 Rouen Séminaire danimation d Animation de l Axe laxe 1 Vendredi 6 décembre 2013 Rouen «Le Séquençage de Nouvelle Génération dans le Cancéropôle Nord Ouest: Evolution, Résultats, projets» Diagnostic 0,5 2 Gb

Plus en détail

Oncogénétique. Les progrès de la génétique et les connaissances acquises au cours des 2 dernières décennies :

Oncogénétique. Les progrès de la génétique et les connaissances acquises au cours des 2 dernières décennies : Mercredi 16 Octobre LECLERCQ Barbara L2 GM Pr Nguyen 12 pages Oncogénétique Plan A. Introduction B. Cancer C. Rétinoblastome I. Généralités II. Diagnostic clinique, traitement et suivi III. Génétique du

Plus en détail

L axe 5 du Cancéropole Nord Ouest

L axe 5 du Cancéropole Nord Ouest L axe 5 du Cancéropole Nord Ouest Cancers, Individu id & Société L état des lieux d un pari Le Rapport Cordier 1 Biomarqueurs prédictifs 2 L axe 5 du Cancéropole Nord Ouest Cancers, Individu & Société

Plus en détail