SYSTEME CARDIOVASCULAIRE ECG pathologique. ECG pathologique

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "SYSTEME CARDIOVASCULAIRE ECG pathologique. ECG pathologique"

Transcription

1 29/04/16 LEBAS Floriane L3 CR : MAROZAVA Eugénie Système cardiovasculaire Pr FRANCESCHI 12 pages ECG pathologique Plan A. Les surcharges I. Surcharges atriales II. Surcharges ventriculaires B. Bradycardie et troubles de la conduction I. Bradycardie II. Conduction intra-ventriculaire C. Troubles du rythme : les tachycardies I. Tachycardie supra-ventriculaire II. Tachycardie ventriculaire III. Torsades de pointe D. Les syndromes coronariens aigus E. Autres anomalies de la repolarisation L'ECG est un examen extrêmement informatique. Onde P = Dépolarisation des oreillettes Complexe QRS = Dépolarisation des ventricules Onde T = Repolarisation des ventricules Les normes des amplitudes et durées de chaque onde sont importantes. En pratique, on calcule l'amplitude de l'onde P, l'intervalle PR (entre l'onde P et le complexe QRS), la largeur du QRS, l'intervalle QT (entre les ondes Q et T). A. Les surcharges I. Surcharges atriales Il y a énormément de cardiopathies donnant des surcharges des oreillettes ou des ventricules. 1/12

2 Le nœud sinusal est au pied de la veine cave supérieure. Quand les oreillettes se dépolarisent, elles le font selon un vecteur de haut en bas et de droite à gauche. Par essence, une onde P est positive en DI (vers la gauche) et en avf (vers le bas). On va regarder l'onde P en DII et en V1. En DII, elle a une durée maximale de 120 ms (3 mm) et une amplitude maximale de 3 mm également. Pour rappel, chaque petit carreau = 40 ms donc 3 mm = 120 ms. En V1, elle est biphasique (positivité initiale puis négativité terminale, avec une positivité plus importante). Lors d'une surcharge atriale, il y a plus de quantité de muscle dans une oreillette. Cela va modifier les vecteurs de dépolarisation et les amplitudes de l'onde P. Surcharge atriale droite : En DII, l'amplitude est supérieure à 3 mm En V1, elle présente un aspect biphasique avec une prédominance sur la première partie de l'onde P. Surcharge atriale gauche : En DII, la durée est supérieure à 3 mm et l'onde P est bifide (double bosse) En V1, elle présente un aspect biphasique avec une prédominance sur la négativité (l'oreillette gauche se dépolarise après l'oreillette droite). Les surcharges vont modifier l'amplitude, la durée et la morphologie de l'onde P en DII et en V1. 2/12

3 II. Surcharges ventriculaires Les ventricules s'activent toujours de manière séquentielle de la même manière. Quand on regarde les QRS = succession de fronts d'activations : N 1 = vecteur septal aux depens de la branche gauche (le septum n'est pas tres volte) N 2 = depolarisation ventricule gauche (de haut en bas et de droite a gauche) N 3 = va revenir plus en posterieur (Extrait du ronéo de l'an dernier qui peut aider à comprendre le schéma ci-dessus) Surcharge ventriculaire gauche : Il y a une quantité plus importante de fibres électriques qui vont participer au vecteur donc on observe une augmentation de l'amplitude du QRS. Il y a un indice celebre : l'indice de Sokolow (mesure de l'amplitude des QRS, calcule en mm, on va prendre la partie negative du QRS la plus voltee en V1 ou V2 qu'on va additionner a la partie la plus voltee en positif en V5 ou en V6. Si > 35mm on parle de surcharge du VG). (Extrait du ronéo de l'an dernier, le prof n'en a pas parlé mais ça me semble important). 3/12

4 Surcharge ventriculaire droite : Déviation du vecteur d'activation vers la droite. Normalement, on observe une négativité en V1 et une positivité en V6 : la positivité progresse de V1 à V6. Il y a alors un transitionnel : la positivité prend le pas sur la négativité autour de V3. Lors d'une surcharge du VD, dès V1, on observe une positivité prédominante du QRS car plus d'électricité va vers le ventricule droit (qui se trouve en avant du VG). V1 est sur le bord droit du sternum. Derrière V1, on a le VD et derrière le VD on a le VG. Il y a plus d'électricité qui va vers V1 donc plus de positivité en V1. B. Bradycardie et troubles de la conduction I. Bradycardie Une fréquence cardiaque normale se situe entre 60 et 100 bpm. Lorsqu'elle est inférieure à 60/min, on parle de bradycardie, qui peut avoir 2 origines différentes : Anomalie de la genèse de l'automaticité sinusale : Le nœud sinusal est une structure spécialisée (tissu nodal) faite de piles au Calcium et qui génèrent une automaticité : dans le PA, la phase 4 a une pente diastolique. Cette automaticité peut décliner dans certaines situations pathologiques ou sous l'effet du vieillissement. Quand le nœud sinusal génère moins vite cette automaticité, on parle de bradycardie (dysfonction) sinusale. Elle peut également être responsable de pauses cardiaques. Elle sera à l origine de symptômes de dyspnée d'effort, perte de connaissance... En général, ce ne sont pas des pathologies graves. Ici, FC = 30/min. L'activité atriale naît de la région du nœud sinusal car c'est positif en DI et avf. Cet influx est généré de manière beaucoup plus lente que ce qu'il devrait. Bloc auriculo-ventriculaire : L'influx est bien généré mais il est mal conduit des oreillettes aux ventricules. Il s'agit d'une anomalie de la conduction entre les oreillettes et les ventricules, au niveau de n'importe quelle structure (faisceau, nœud de His ou branches), a l'inverse de la dysfonction sinusale, qui n'est pas une anomalie de conduction. C'est une pathologie dégénérative du sujet âgé. Les BAV sont plus ou moins graves. Certains d'entre eux exposent à des risques de mort subite par asystolie. Il existe 3 sièges possibles du blocage de l'influx électrique : Noeud atrio-ventriculaire Faisceau de His Branches du faisceau de His En fonction de la sévérité et du siège du BAV, on aura différents aspects électriques. 4/12

5 On décrit 3 degrés : BAV de 1er degré : Toutes les ondes P sont conduites (pas d'onde P bloquée) mais ralentissement de la conduction : allongement de l'espace PR. Entre l'onde P et le début du QRS : PR > 200 ms (5 mm). BAV du 2ème degré : Certaines ondes P sont conduites, d'autres sont bloquées. Mobitz 1 : Allongement progressif de l'espace PR puis une onde P bloquée. Ce n'est pas grave, on en fait la nuit, c'est favorisé par l'hypervagotonie. Mobitz 2 : PR stable puis onde P bloquée de manière inopinée (sans allongement préalable de l'espace PR). C'est toujours grave car ça signe un trouble de la conduction en-dessous du nœud AV (soit dans le faisceau de His, soit dans ses branches). Cela nécessite l'implantation d'un stimulateur cardiaque. BAV 2/1 : Onde P bloquée, onde P conduite, onde P bloquée, onde P conduite et ainsi de suite... BAV du 3ème degré : Aucune onde P n'est conduite. Le rythme ventriculaire est un rythme d'échappement. Il y a un blocage complet de l'influx électrique entre les oreillettes et les ventricules donc en-dessous du siège du bloc, des structures vont prendre le relais et générer elles-mêmes l'automaticité. Le foyer d'échappement pourra être situé en fonction du siège du bloc. Lorsque le bloc est très haut dans le nœud AV, le foyer d'échappement se situe dans le nœud AV ou dans le faisceau de His. Lorsque le bloc est dans le faisceau de His, le foyer d'échappement se situe dans ses branches. Lorsque le bloc est dans les branches, le foyer d'échappement se situe au niveau du myocarde. Le siège du bloc va déterminer le niveau du foyer d'échappement : plus il est haut situé, plus le foyer d'échappement est haut situé également et plus il est rapide et stable. En cas de BAV complet de siège nodal, l'échappement sera haut situé au niveau du nœud AV bas et va avoir une fréquence à 50/min : ce sera asymptomatique. En cas de BAV au niveau des branches droite et gauche, l'échappement sera au niveau du myocarde commun avec une fréquence de 15 ou 20/min : non compatible avec la vie et échappement très instable. Il y a une dissociation atrio-ventriculaire : les oreillettes battent à leur rythme et les ventricules battent à leur rythme beaucoup plus lent. La cadence ventriculaire est régulière. II. Conduction intra-ventriculaire La branche gauche va rapidement se bifurquer en hémibranche antérieure gauche et hémi-branche postérieure gauche. Un bloc de branche se caractérise par un élargissement du QRS. La conduction électrique va se faire complètement par la branche opposée puis va se faire de proche en proche par le myocarde commun. Cette conduction de proche en proche est beaucoup plus lente que celle du tissu spécialisé, d'où l'élargissement du QRS. 5/12

6 On parle de bloc de branche complet quand QRS > 120 ms (3 mm) et de bloc de branche incomplet entre 100 et 120 ms. Le bloc de branche génère un retard d'activation d'un ventricule par rapport à l'autre. En cas de BDB droit, l'activité va aller vers le VG et va cheminer de proche en proche vers le VD. La dérivation V1 est au bord droit du sternum et en arrière de V1, on a le ventricule droit et en arrière, on a le ventricule gauche. Quand on a un retard d'un ventricule par rapport à l'autre, la polarité des QRS en V1 va être importante. Quand l'activité électrique va d'arrière en avant, le QRS sera positif en V1. Quand l'activité électrique va d'avant en arrière, le QRS sera négatif en V1. Bloc de branche droite : le vecteur va aller de l'arrière vers l'avant (vers V1) donc le QRS sera positif en V1. Quand la V1 est positive, on dit qu'on a un aspect de retard droit, c'est-à-dire que le VD est en retard sur le VG. Bloc de branche gauche : le VD s'active rapidement et l'activité électrique va du VD vers le VG (d'avant en arrière) donc ça fuit V1 : sur l'ecg, la V1 est négative avec un complexe élargi. On parle de retard gauche. 6/12

7 Les hémi-blocs gauches entraînent des modifications importantes du vecteur d'activation du VG. Hémi-bloc antérieur : Si une hémi-branche est bloquée, le vecteur va aller de la partie postérieure du VG vers la partie antérieure : on aura une grande déviation axiale vers la gauche. L'axe électrique du cœur calculé sur les dérivations frontales est entre 0 et 90. Hémi-bloc antérieur : grande déviation axiale gauche : au-delà de -30. DI positive et avf négative : axe autour de -60 avec des QRS qui restent fins. Hémi-bloc postérieur : le vecteur va aller vers la partie postérieure. Déviation axiale droite : au-delà de 120. Blocs bifasciculaires : on a soit un bloc de branche gauche, soit un bloc de branche droit + hémi-bloc antérieur gauche, soit un bloc de branche droit + hémi-bloc postérieur gauche. 2 fascicules sont bloqués sur 3. Le BDB gauche est un bloc bifasciculaire puisqu'il y a un bloc des 2 hémibranches, à l'inverse du BDB droit. Par contre, un BDB droit peut s'associer à un bloc sur une hémi-branche antérieure ou postérieure gauche et cela constituera un bloc bifasciculaire. La totalité de sa conduction est prise en charge par un seul fascicule. Cela entraîne un blocage transitoire de l'influx : périodes de BAV complet. Une syncope peut être due à un bloc transitoire sur le seul fascicule qui conduit. 7/12

8 C. Troubles du rythme : extrasystoles et tachycardies Une tachycardie se définit par une FC > 100/min. On oppose 2 types de tachycardies : Supra-ventriculaires prennent naissance au-dessus de la bifurcation du faisceau de His. Elles vont emprunter les voies de conduction normales : elles ont donc des QRS fins, sauf si le patient présente un bloc de branche préexistant ou fonctionnel (BDB fonctionnel : une branche gauche va conduire quand le patient est à 60/min mais en cas de tachycardie à 180/min, la branche gauche peut bloquer quand la fréquence s'accélère : c'est un BDB dépendant de la tachycardie). Ventriculaires prennent naissance au-dessous de la bifurcation du faisceau de His. Elles n'empruntent pas les voies de conduction donc elles auront toujours des QRS larges. I. Tachycardie supra-ventriculaire Il en existe plusieurs types. 1. Tachycardie sinusale Elle peut être physiologique (lors d'un effort ou d'un stress) ou pathologique (fièvre, hémorragie). 2. Fibrillation atriale C'est l'arythmie atriale la plus fréquente. A l'échelle d'une vie, 20% des gens feront de la FA. Cela devient très fréquent au-delà de 80 ans. Ce sont de multiples foyers de re -entre e qui vont etre pre sents de maniere simultane e au niveau des oreillettes, a l'origine d'une désorganisation complète de l'activité électrique à l'étage atrial. Il n'y a plus d'activité organisée, on n'a plus d'onde P. Plusieurs parties de l'oreillette vont être dépolarisées en même temps, on a donc une perte de l'activité mécanique des oreillettes : elles ne se contractent plus pour le remplissage des ventricules. A l'ecg on observe : Absence d'onde P Trémulation de la ligne de base Cadence ventriculaire irrégulière Le nœud AV est bombardé en permanence entre 400 et 600/min et il en résulte donc une cadence ventriculaire irrégulière. Sur l'ecg ci-contre, on voit que l'amplitude du trace est bien augmentee (indice de Sokolow eleve) : en outre, ce patient a egalement une surcharge ventriculaire gauche. 3. Flutter atrial C'est juste un seul circuit (une unique macro-re entre e) qui va tourner en permanence dans l'oreillette droite et tres rapidement. Un seul circuit va descendre dans la paroi latérale, remonter sur le septum. Pourquoi a droite? Car y a beaucoup d'obstacles anatomiques (plus rares dans l'oreillette gauche qui est plus lisse). La fréquence est toujours à 300/min. La conduction aux ventricules va se faire par les voies de conduction selon un multiple de 300 : conduction 2/1 (1 ventricule pour 2 oreillettes) : cadence à 150, 3/1 : cadence à 100. On observe une onde F en toit d'usine (négativité puis positivité avec pente négative moins abrupte que la 8/12

9 positivité) dans les dérivations inférieures : en DI, DII, avf. Autre element important : dans les derivations inferieures il n'y a jamais de retour a la ligne iso-electrique. 4. Tachycardie atriale C'est un foyer qui se situe n'importe où dans les oreillettes, à droite ou à gauche, doué d'automaticité, qui va venir coiffer le nœud sinusal. Il possède un rythme rapide de /min et une activité atriale différente : modification de la morphologie des ondes P. La conduction aux ventricules se fait en 1/1, 2/1 ou 3/1... Un foyer va dépolariser les oreillettes, puis silence électrique, puis dépolarisation Tachycardie jonctionnelle (Maladie de Bouveret du sujet jeune) Elle fait intervenir la jonction atrioventriculaire. Fréquence à 180/min. Elle répond à 2 mécanismes. Tachycardie nodale : à l'intérieur du nœud AV, il y a 2 voies de conduction : une rapide et une lente. A l'occasion d'extrasystoles, il y a démarrage d'un circuit à 180/min dans le nœud AV (1 cm 2). Il va générer une activité atriale et ventriculaire. C'est donc une ré-entrée à l'intérieur du nœud AV. Syndrome de Wolff-Parkinson-White : Anomalie au niveau du squelette fibreux du cœur. En théorie, on a une isolation électrique complète entre les oreillettes et les ventricules : on n'a qu'un passage possible au niveau du nœud AV. Parfois, on naît avec une déhiscence au niveau du squelette fibreux : fibres musculaires qui vont passer entre les oreillettes et les ventricules : cela constitue une voie de conduction de l'activité électrique supplémentaire. On parle de voie accessoire : il s'agit d'une fibre musculaire qui fait pont entre les oreillettes et les ventricules, aussi appelée faisceau de Kent. L'influx électrique peut descendre par les voies de conduction normales puis remonter par les voies accessoires et va se constituer de cette manière un circuit qui sera à 180/min également. 9/12

10 II. Tachycardie ventriculaire Toute tachycardie à QRS large doit être considérée comme une tachycardie ventriculaire jusqu'à preuve du contraire et doit être traitée en urgence. Les tachycardies ventriculaires sont extrêmement graves et exposent à un risque de mort subite. Il faut avoir une cardiopathie. Le maladie des ventricules qui expose le plus est la séquelle d'infarctus du myocarde. C'est une occlusion coronaire, une partie du muscle cardiaque n'est plus irriguée et va être détruite : on observe une cicatrice fibreuse qui peut générer des réentrées en son sein ou à sa périphérie). A l'extrême, il y a une désorganisation totale de l'activité électrique au niveau ventriculaire : c'est la fibrillation ventriculaire : perte totale de l'activité mécanique : arrêt circulatoire instantané. Néanmoins, certains patients gardent une tension artérielle correcte et ne font pas de syncope ou d'arrêt circulatoire. Mais lorsqu'elles sont très rapides ou chez des patients possédant des cardiopathies, elles sont très mal tolérées et donnent lieu à un arrêt circulatoire. Le seul traitement est le choc électrique en urgence. III. Torsade de pointe C'est une tachycardie ventriculaire avec rotation de l'axe électrique. Ce sont des patients qui ont des bradycardies, anomalies du potassium (hypokaliémie), allongement de l'espace QT (constitutionnel ou acquis) ou font des extrasystoles ventriculaires. On observe une alternance pointe en haut/pointe en bas tous les 6 à 8 complexes. C'est souvent syncopal mais c'est quasiment toujours résolutif. Parfois, cela dégénère en fibrillation ventriculaire. D. Les syndromes coronariens aigus Une coronaropathie se manifeste en aigu par des anomalies de la repolarisation : anomalies de l'onde T et du segment ST. Cela entraîne une ischémie myocardique : inversion de l'onde T (négative selon le territoire : systématisé dans le territoire où la pathologie existe). 10/12

11 Lésion sous-endocardique : sous-décalage du segment ST Lésion sous-épicardique (transmural) : sus-décalage du segment ST (onde de Pardee) grave +++ Si on ne débouche pas l'artère en urgence, une nécrose myocardique a lieu dans les 6h. Il y aura une séquelle de nécrose : onde Q (négativité initiale du QRS) > 40 ms (1 mm) et au moins le tiers du QRS à l'endroit où le patient a fait l'infarctus. Ces ondes Q profondes et larges sont la séquelle électrique de l'idm au territoire où le patient a fait son infarctus. E. Autres anomalies de la repolarisation On dit que l'onde T est la tente à potassium. Plus l'onde T est ample et pointue, plus la kaliémie est haute. Et inversement, plus l'onde T est aplatie, plus la kaliémie est basse. L'allongement de l'intervalle QT favorise les torsades de pointe, peut être congénital ou acquis (Syndrome du QT long congénital). 11/12

12 La péricardite entraîne des sus-décalages ST diffus (contrairement à l'idm) et concaves vers le haut. Conclusion : L'ECG est un examen simple mais très informatif : beaucoup à apprendre! Comprendre les mécanismes pour faciliter la mémorisation. 12/12

Fréquence. Onde P (activation des oreillettes) Espace PR (debut onde P debut QRS; traversée : OD, NAV, faisceau de

Fréquence. Onde P (activation des oreillettes) Espace PR (debut onde P debut QRS; traversée : OD, NAV, faisceau de Fréquence 30-150-100-75-60-50-45-36-33-30... FC Normale : 50 à 100 bpm Bradycardie < 50 tachycardie > 100 Rythme régulier? Espace en 2 ondes R identiques (arythmie respiratoire normale). sinusal? Onde

Plus en détail

Activité électrique cardiaque

Activité électrique cardiaque ECG ED 28/02/2011 Activité électrique cardiaque Onde P= dépolarisation auriculaire Intervalle PR =temps de conduction auriculo-ventriculaire QRS= dépolarisation ventriculaire Segment ST= repolarisation

Plus en détail

L ELECTROCARDIOGRAMME. Dr LANFRANCHI Hôpital Pasteur, Nice

L ELECTROCARDIOGRAMME. Dr LANFRANCHI Hôpital Pasteur, Nice L ELECTROCARDIOGRAMME Dr LANFRANCHI Hôpital Pasteur, Nice RECUEIL Dérivations périphériques ou frontales Dérivations précordiales (plan transversal) Quand un courant se dirige vers l endroit ou il est

Plus en détail

Electrocardiogramme : Indications et interprétation (309) Nicolas Amabile Octobre 2005 (mise à jour 2007-2008)

Electrocardiogramme : Indications et interprétation (309) Nicolas Amabile Octobre 2005 (mise à jour 2007-2008) Electrocardiogramme : Indications et interprétation (309) Nicolas Amabile Octobre 2005 (mise à jour 2007-2008) 1. L électrocardiogramme normal 1.1. Rappel d electrophysiologie cardiaque 1.1.1. Activité

Plus en détail

L électrocardiogramme (2)

L électrocardiogramme (2) L électrocardiogramme (2) UE CV, 9 octobre 2013 ECG normal Rythme sinusal Vitesse de déroulement: 25 mm/s Amplitude: 1 cm / 1 mv ECG - Analyse du rythme 1 ère étape: 3 critères fondamentaux 1- Fréquence:

Plus en détail

Prise en Charge des BRADYCARDIES aux Urgences.

Prise en Charge des BRADYCARDIES aux Urgences. Prise en Charge des BRADYCARDIES aux Urgences. Définition La Bradycardie est définie par une fréquence cardiaque inférieure à 60 battements / minute. La bradycardie est dite absolue si la fréquence cardiaque

Plus en détail

LIRE UN E.C.G. Formation sur le langage et la lecture d un ECG destinée aux techniciens ambulanciers de la région Chaudière-Appalaches

LIRE UN E.C.G. Formation sur le langage et la lecture d un ECG destinée aux techniciens ambulanciers de la région Chaudière-Appalaches LIRE UN E.C.G. Formation sur le langage et la lecture d un ECG destinée aux techniciens ambulanciers de la région Chaudière-Appalaches Denise Hébert, chargée de projet UCCSPU Février 2006 Le langage et

Plus en détail

Les troubles du rythmes et de la conduc2on au cours du cathétérisme cardiaque. Marie-stella Vanderplancke, hight tech 2013

Les troubles du rythmes et de la conduc2on au cours du cathétérisme cardiaque. Marie-stella Vanderplancke, hight tech 2013 Les troubles du rythmes et de la conduc2on au cours du cathétérisme cardiaque Marie-stella Vanderplancke, hight tech 2013 La conduc)on cardiaque L eléctrocardiogramme en rythme sinusal CHAPITRE 1 Le malaise

Plus en détail

SIGNES ECG DES TACHYCARDIES SUPRA VENTRICULAIRES. CAS PARTICULIER DU SYNDROME DE WOLFF- PARKINSON-WHITE.

SIGNES ECG DES TACHYCARDIES SUPRA VENTRICULAIRES. CAS PARTICULIER DU SYNDROME DE WOLFF- PARKINSON-WHITE. SIGNES ECG DES TACHYCARDIES SUPRA VENTRICULAIRES. CAS PARTICULIER DU SYNDROME DE WOLFF- PARKINSON-WHITE. Marie-Claude LEMPEREUR de GUERNY Urgences/SMUR Poissy novembre 2011-avril 2012 APPEL EN SMUR POUR

Plus en détail

Item 309 : Électrocardiogramme

Item 309 : Électrocardiogramme Item 309 : Électrocardiogramme Collège des Enseignants de Cardiologie et Maladies Vasculaires Date de création du document 2011-2012 Table des matières ENC :...4 SPECIFIQUE :...4 I Interprétation de l'ecg...6

Plus en détail

Electrophysiologie cardiaque

Electrophysiologie cardiaque Electrophysiologie cardiaque L électrophysiologie concerne autant les indications d implantation d un pacemaker que les thérapies de resynchronisation cardiaque et les implantations de défibrillateur.

Plus en détail

Base ECG et l'interprétation du rythme William M. Vosik M.D. Milot, Haïti - Janvier 8-12, 2012

Base ECG et l'interprétation du rythme William M. Vosik M.D. Milot, Haïti - Janvier 8-12, 2012 Base ECG et l'interprétation du rythme William M. Vosik M.D. Milot, Haïti - Janvier 8-12, 2012 Objectifs: 1. Décrire le système de conduction de base dans le coeur 2. Apprenez les bases de l'analyse bande

Plus en détail

L'électrocardiogramme de repos normal

L'électrocardiogramme de repos normal L'électrocardiogramme de repos normal Date de création du document : 2008-2009 Table des matières 1 Les principes de base... 1 2 Enregistrement de l'ecg... 2 3 Le parallèle anatomo-électrique... 3 4 Interprétation

Plus en détail

Rythmologie cardiaque : comment explorer puis traiter? Pierre Mélon Service de Cardiologie CHU de Liège

Rythmologie cardiaque : comment explorer puis traiter? Pierre Mélon Service de Cardiologie CHU de Liège Rythmologie cardiaque : comment explorer puis traiter? Pierre Mélon Service de Cardiologie CHU de Liège Définition Une arythmie est définie comme une anomalie de fréquence, une irrégularité de rythme ou

Plus en détail

Introduction à l ECG

Introduction à l ECG Introduction à l ECG Juan Sztajzel Service de Cardiologie Hôpitaux Universitaires Genève Dépolarisation et repolarisation du coeur Types de cellules cardiaques Il existe 2 types de cellules morphologiquement

Plus en détail

Les différentes maladies du coeur

Les différentes maladies du coeur Auteur : Dr Pascal AMEDRO Les différentes maladies du coeur 1. Le cœur normal L oxygène capté dans l air va dans les poumons, où le sang «bleu» est alors oxygéné et devient «rouge». Il est conduit par

Plus en détail

CPU CASE. Sexe : masculin Age : 36 ans Profession : plombier Antécédents : néant

CPU CASE. Sexe : masculin Age : 36 ans Profession : plombier Antécédents : néant CPU CASE Sexe : masculin Age : 36 ans Profession : plombier Antécédents : néant CPU CASE MOTIF DE CONSULTATION Douleur basi-thoracique gauche à type de construction survenant au repos sans irradiation

Plus en détail

Adapté de Joëlle Jolicoeur et Marguerite Renaud inf. Par Caroline Côté inf., Emmanuella Julien inf. et Annie Dore MD cardiologue Mars 2015

Adapté de Joëlle Jolicoeur et Marguerite Renaud inf. Par Caroline Côté inf., Emmanuella Julien inf. et Annie Dore MD cardiologue Mars 2015 Adapté de Joëlle Jolicoeur et Marguerite Renaud inf. Par Caroline Côté inf., Emmanuella Julien inf. et Annie Dore MD cardiologue Mars 2015 ICM-01-01-2012-09 Connaître l'anatomie du système de conduction

Plus en détail

Conduite automobile et maladie cardiaque. Présenté par Jean-François Dorval, M.D.

Conduite automobile et maladie cardiaque. Présenté par Jean-François Dorval, M.D. Conduite automobile et maladie cardiaque Présenté par Jean-François Dorval, M.D. Maladie coronarienne Recommandation générales Patients avec maladie coronarienne athérosclérotique Recommandation spécifiques

Plus en détail

Item 284 : Troubles de la conduction intracardiaque

Item 284 : Troubles de la conduction intracardiaque Item 284 : Troubles de la conduction intracardiaque Collège des Enseignants de Cardiologie et Maladies Vasculaires Date de création du document 2011-2012 Table des matières ENC :...4 SPECIFIQUE :...4 I

Plus en détail

ECG de l athlète, ce qu il faut savoir

ECG de l athlète, ce qu il faut savoir ECG de l athlète, ce qu il faut savoir Journée de la SMSB Brest 06 juin 2009 François Carré Hôpital Pontchaillou - Université Rennes 1 Inserm U 642 Bilan cardiovasculaire de base, recommandations européennes

Plus en détail

Troubles du rythme et de la conduction en réanimationr. RILLIARD N. IDE Octobre 2010

Troubles du rythme et de la conduction en réanimationr. RILLIARD N. IDE Octobre 2010 Troubles du rythme et de la conduction en réanimationr RILLIARD N. IDE Octobre 2010 Physiopathologie Le cœur: Muscle creux qui, par sa contraction rythmique, assure la progression du sang à l intérieur

Plus en détail

L E.C.G. pour les nuls

L E.C.G. pour les nuls MODULE SOINS INTENSIFS PRISE EN CHARGE DU BDS EN SI Le monitoring cardiaque Ferron Fred version_3_2011 1 Saunders Nursing Survival Guide ECGs and the Heart Elsevier à consommer sans modération. L E.C.G.

Plus en détail

LE COEUR Généralités:

LE COEUR Généralités: LE COEUR Généralités: Le cœur est formé de 2 pompes en série, le cœur droit et le cœur gauche. Le cœur droit alimente la petite circulation ou circulation pulmonaire, le cœur gauche la grande circulation.

Plus en détail

ATELIER STIMULATION Congrès EURO-PHARMAT - Octobre 2014

ATELIER STIMULATION Congrès EURO-PHARMAT - Octobre 2014 ATELIER STIMULATION Congrès EURO-PHARMAT - Octobre 2014 Généralités sur la stimulation cardiaque SOMMAIRE 2 Historique Rappel anatomique Stimulateur cardiaque Composants et structure Nomenclature Fonctionnement

Plus en détail

Voies Accessoires et Jonction Nodo-Hisienne

Voies Accessoires et Jonction Nodo-Hisienne Voies Accessoires et Jonction Nodo-Hisienne Jacques MANSOURATI CHU BREST Anderson et al, 1997 Rappel anatomique (1) NAV situé dans le triangle de Koch défini par la valve septale de la tricuspide en avant,

Plus en détail

La Défibrillation Externe Automatisée

La Défibrillation Externe Automatisée La Défibrillation Externe Automatisée 13 e Conférence annuelle du loisir municipal Association québécoise du loisir municipal Octobre 2012 1 Pourquoi s équiper d un Défibrillateur? Disponibilité? Emplacement?

Plus en détail

Travail 1 : Lors d un poste samaritain vous êtes en patrouille. Vous rencontrez la situation suivante.

Travail 1 : Lors d un poste samaritain vous êtes en patrouille. Vous rencontrez la situation suivante. Travail Douleur Durée: 10 minutes Travail 1 : Lors d un poste samaritain vous êtes en patrouille. Vous rencontrez la situation suivante. Pensez à haute voix et expliquez votre démarche! Maximum 3 points

Plus en détail

RAPPEL PHYSIOLOGIQUE et MONITORAGE ECG Dassier P, HEGP 2006

RAPPEL PHYSIOLOGIQUE et MONITORAGE ECG Dassier P, HEGP 2006 RAPPEL PHYSIOLOGIQUE et MONITORAGE ECG Dassier P, HEGP 2006 LA GENESE DU SIGNAL ECG Le myocarde à comme particularité de présente une dépolarisation spontanée. Cette activité électrique va générer une

Plus en détail

Signes cliniques et ECG des arythmies cardiaques

Signes cliniques et ECG des arythmies cardiaques Signes cliniques et ECG des arythmies cardiaques Nisha Arenja a, Thomas Cron a, b, Michael Kühne a a Electrophysiologie/cardiologie, Hôpital universitaire de Bâle b Cabinet de cardiologie, équipe cardiologique,

Plus en détail

Notions d ECG. Définition. Compétences à acquérir

Notions d ECG. Définition. Compétences à acquérir Notions d ECG 1 Compétences à acquérir Réaliser un ECG 12 dérivations Placer les électrodes d un monitoring Lire un ECG normal Reconnaître et d agir face aux troubles du rythme et de conduction les plus

Plus en détail

Les arythmies Attitude thérapeutique en urgence

Les arythmies Attitude thérapeutique en urgence Les arythmies Attitude thérapeutique en urgence 16/05/2008 Dr Bernard Jadoul 1 Comment est le patient? Recherche de signes cliniques de gravité: Bas débit cardiaque (pâleur, sudations, extrémités froides,

Plus en détail

Le bon usage des stimulateurs et défibrillateurs cardiaques: ce que le médecin généraliste doit savoir. Rubén Casado Arroyo

Le bon usage des stimulateurs et défibrillateurs cardiaques: ce que le médecin généraliste doit savoir. Rubén Casado Arroyo Le bon usage des stimulateurs et défibrillateurs cardiaques: ce que le médecin généraliste doit savoir Rubén Casado Arroyo LA STIMULATION CARDIAQUE Qu est-ce qu un stimulateur cardiaque? Quelles sont les

Plus en détail

Les tachycardies supraventriculaires

Les tachycardies supraventriculaires Les tachycardies supraventriculaires Dr Thierry Verbeet CHU Brugmann 16 avril 2013 Séminaire Iris urgence Ia Généralités Monitoriser Ne pas paniquer, amener à l hôpital 02, trendelenbourg ECG 12 dérivations

Plus en détail

325 PALPITATIONS 325 1 - ELECTROPHYSIOLOGIE CARDIAQUE, TISSU NODAL, GENESE DES ARYTHMIES

325 PALPITATIONS 325 1 - ELECTROPHYSIOLOGIE CARDIAQUE, TISSU NODAL, GENESE DES ARYTHMIES 325 PALPITATIONS Objectifs : chez un sujet se plaignant de palpitations, argumenter les principales hypothèses diagnostiques et justifier les examens complémentaires pertinents 325 1 - ELECTROPHYSIOLOGIE

Plus en détail

Troubles du Rythme Cardiaque. Cours DCEM II 7 septembre 2012

Troubles du Rythme Cardiaque. Cours DCEM II 7 septembre 2012 Troubles du Rythme Cardiaque Cours DCEM II 7 septembre 2012 L activité électrique cardiaque ECG normal: rythme sinusal Fibrillation atriale Trouble du rythme le plus fréquent Incidence et prévalence en

Plus en détail

La conduite automobile est considérée comme un droit acquis lors de

La conduite automobile est considérée comme un droit acquis lors de D O S S I E R Cœur et accidents de la voie publique M. LERECOUVREUX, F. REVEL Hôpital d Instruction des Armées de Percy, CLAMART. Contre-indications cardiovasculaires temporaires ou définitives à la conduite

Plus en détail

1. Oreillette droite 2. Oreillette gauche 3. Ventricule droit 4. Ventricule gauche 5. Artère pulmonaire 6. Aorte 7. Veine cave supérieure et

1. Oreillette droite 2. Oreillette gauche 3. Ventricule droit 4. Ventricule gauche 5. Artère pulmonaire 6. Aorte 7. Veine cave supérieure et GARDEZ LE RYTHME 2 6 5 8 7 8 2 9 1 10 4 7 3 6 1. Oreillette droite 2. Oreillette gauche 3. Ventricule droit 4. Ventricule gauche 5. Artère pulmonaire 6. Aorte 7. Veine cave supérieure et inférieure 8.

Plus en détail

Pertes de connaissance brèves de l adulte : prise en charge diagnostique et thérapeutique des syncopes

Pertes de connaissance brèves de l adulte : prise en charge diagnostique et thérapeutique des syncopes engendrer, des conséquences physiques engendrées par la chute et de l entourage familial (classe 1). Il est recommandé d évaluer l intérêt de mettre en place une téléalarme, surtout après une chute. 5.3

Plus en détail

Sommaire. Prologue. Préfaces

Sommaire. Prologue. Préfaces Sommaire Prologue Préfaces I. Prendre en charge les urgences cardiovasculaires 1. Principes de gestion de l'urgence cardiologique par le professionnel de santé au travail Rôle du professionnel de santé

Plus en détail

Comment interpréter un holter chez un patient porteur d un stimulateur cardiaque?

Comment interpréter un holter chez un patient porteur d un stimulateur cardiaque? Comment interpréter un holter chez un patient porteur d un stimulateur cardiaque? How to read a Holter in patients implanted with pacemaker? V. Algalarrondo* * Unité Inserm U 769, signalisation et physiopathologie

Plus en détail

PRINCIPE ET FONCTIONNEMENT DES DÉFIBRILLATEURS AUTOMATIQUES IMPLANTABLES (DAI)

PRINCIPE ET FONCTIONNEMENT DES DÉFIBRILLATEURS AUTOMATIQUES IMPLANTABLES (DAI) PRINCIPE ET FONCTIONNEMENT DES DÉFIBRILLATEURS AUTOMATIQUES IMPLANTABLES (DAI) 2 Défibrillateur Automatique Implantable SOMMAIRE Introduction Indications Principe du DAI Historique Composants et structure

Plus en détail

Notions de base Gestion du patient au bloc opératoire

Notions de base Gestion du patient au bloc opératoire Notions de base Gestion du patient au bloc opératoire Vieillissement de la population Augmentation du nombre de patients porteurs de stimulateurs cardiaques et défibrillateurs implantables Augmentation

Plus en détail

S o m m a i r e 1. Sémiologie 2. Thérapeutique

S o m m a i r e 1. Sémiologie 2. Thérapeutique Sommaire 1. Sémiologie... 1 Auscultation cardiaque... 1 Foyers d auscultation cardiaque... 1 Bruits du cœur... 1 Souffles fonctionnels... 2 Souffles organiques... 2 Souffle cardiaque chez l enfant... 3

Plus en détail

Les modes de stimulation bases de temps

Les modes de stimulation bases de temps Les modes de stimulation bases de temps Xavier Copie Centre Cardiologique du Nord Saint-Denis Les modes de stimulation bases de temps «Toute la compréhension de l électrocardiographie des stimulateurs

Plus en détail

La pompe cardiaque, le débit cardiaque et son contrôle

La pompe cardiaque, le débit cardiaque et son contrôle UEMPSfO - Physiologie Chapitre 4 : La pompe cardiaque, le débit cardiaque et son contrôle Professeur Christophe RIBUOT Année universitaire 2010/2011 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits

Plus en détail

Physiologie Cardio Vx

Physiologie Cardio Vx Physiologie Cardio Vx Anatomie du Coeur 3 Circulation pulmonaire Circulation systémique 5 ELECTROPHYSIOLOGIE CARDIAQUE Auteur : Dr.M.K.Bourahli Faculté de Médecine Constantine Université Mentouri 3 Service

Plus en détail

Exercices applications Rappels de cours Méthodologie

Exercices applications Rappels de cours Méthodologie Exercices applications Rappels de cours Méthodologie Amphi Beauchamp 2010-2011 QCM 1 Un électrocardiogramme enregistré en conditions standards fait apparaître un rythme régulier avec un espace de 12 mm

Plus en détail

Épreuve d effort électrocardiographique

Épreuve d effort électrocardiographique Épreuve d effort électrocardiographique J. Valty Diagnostic des coronaropathies. Pronostic après infarctus du myocarde. Indications particulières. Risques de l épreuve d effort? 1- Épreuve positive : segment

Plus en détail

INTRODUCTION. Cet examen permet une évaluation sémiologique et diagnostique pour aboutir à une action thérapeutique.

INTRODUCTION. Cet examen permet une évaluation sémiologique et diagnostique pour aboutir à une action thérapeutique. SOMMAIRE SOMMAIRE... 1 INTRODUCTION... 2 I. Historique... 3 II. Cadre législatif... 3 III Rappel anatomo-physiologique... 4 1. L'activation électrique du noeud sinusal... 4 2. Conséquence des stimuli électriques...

Plus en détail

L'épreuve d'effort. Date de création du document : - Université Médicale Virtuelle Francophone -

L'épreuve d'effort. Date de création du document : - Université Médicale Virtuelle Francophone - L'épreuve d'effort Date de création du document : 2008-2009 Table des matières * Introduction... 1 1 Modalités de réalisation... 1 2 Indications...2 3 Contre-indications...3 4 Interprétation... 4 PRÉ-REQUIS

Plus en détail

QUI PEUT CONTRACTER LA FA?

QUI PEUT CONTRACTER LA FA? MODULE 1 : COMPRENDRE LA FIBRILLATION AURICULAIRE 16 QUI PEUT CONTRACTER LA FA? La FA est plus fréquente chez les personnes âgées. Par contre, la FA dite «isolée» (c.-à-d. sans qu il y ait de maladie du

Plus en détail

Les anomalies de la conduction cardiaque. R. Grolleau (Montpellier)

Les anomalies de la conduction cardiaque. R. Grolleau (Montpellier) Les anomalies de la conduction cardiaque R. Grolleau (Montpellier) Le rythme cardiaque normal naît dans des cellules dites automatiques (spontanément dépolarisées) du noeud sinusal. Ces cellules sous l

Plus en détail

Le médecin généraliste et le syndrome coronarien aigu. Interprétation et pièges de l électrocardiogramme

Le médecin généraliste et le syndrome coronarien aigu. Interprétation et pièges de l électrocardiogramme Le médecin généraliste et le syndrome coronarien aigu Interprétation et pièges de l électrocardiogramme FMC Val-de-Creuse Argenton 14 novembre 2012 I. MEGY-MICHOUX SAMU / CESU 36 Centre Hospitalier CHATEAUROUX

Plus en détail

Lecture préparatoire du cours de DEA

Lecture préparatoire du cours de DEA www.activecanadian.com ACTIVE Lecture préparatoire du cours de DEA Active Canadian vous souhaite la bienvenue à la formation de gestion d urgence des arrêts cardiaque. Pendant ce cours vous allez pratiquer

Plus en détail

LE DEFIBRILLATEUR AUTOMATIQUE IMPLANTABLE ( DAI) AREPAC 19 Octobre 2002

LE DEFIBRILLATEUR AUTOMATIQUE IMPLANTABLE ( DAI) AREPAC 19 Octobre 2002 LE DEFIBRILLATEUR AUTOMATIQUE IMPLANTABLE ( DAI) AREPAC 19 Octobre 2002 Marie-Christine Delattre, Elodie Flahaut, Florence L Hostis Consultation de Rythmologie et Cardio A PrKacet Hôpital Cardiologique,

Plus en détail

Retour d expérience, Cas cliniques Téléc@rdiologie

Retour d expérience, Cas cliniques Téléc@rdiologie Retour d expérience, Cas cliniques Téléc@rdiologie Assises du CNCH 23 novembre 2013 Dr R Fouché, centre hospitalier Belfort-Montbéliard La télécardiologie en France en 2012 : où en est-on? Premières prothèses

Plus en détail

Dr Mathieu Ouellet, mv, DES, Dipl ACVIM (int. med) 8 mars 2009

Dr Mathieu Ouellet, mv, DES, Dipl ACVIM (int. med) 8 mars 2009 Analyse et interprétation ECG Les grands classiques Dr Mathieu Ouellet, mv, DES, Dipl ACVIM (int. med) 8 mars 2009 Plan: Définitions et Indications Généralités et genèse de L ECG Instrumentation Comment

Plus en détail

STIMULATION CARDIAQUE DU SUJET AGE

STIMULATION CARDIAQUE DU SUJET AGE STIMULATION CARDIAQUE DU SUJET AGE STIMULATION CARDIAQUE DU SUJET AGE INTRODUCTION REPARTITION DES PATIENTS 2003 % 100 80 60 40 60,10% 39,90% 59,10% 40,90% 20 0 77,4 ans 80 ans 78,1 ans 80,6 ans primo-implantations

Plus en détail

C.Diagnostic différentiel précordialgie et sus-décalage ST

C.Diagnostic différentiel précordialgie et sus-décalage ST 30/03/15 Battista Jennifer D1 CR : Claire MARIE Système Cardiovasculaire Dr Pons 10 pages Cas clinique Plan A. Cas clinique 1 B. Algorithmes décisionnels C.Diagnostic différentiel précordialgie et sus-décalage

Plus en détail

Prise en charge du patient porteur d un dispositif implantable. Dr Philippe Gilbert Cardiologue CHU pavillon Enfant-Jésus

Prise en charge du patient porteur d un dispositif implantable. Dr Philippe Gilbert Cardiologue CHU pavillon Enfant-Jésus Prise en charge du patient porteur d un dispositif implantable Dr Philippe Gilbert Cardiologue CHU pavillon Enfant-Jésus Objectifs Expliquer le fonctionnement des stimulateurs et défibrillateurs Identifier

Plus en détail

Principales canalopathies à l'origine d'arythmies ventriculaires graves chez l'adulte

Principales canalopathies à l'origine d'arythmies ventriculaires graves chez l'adulte Principales canalopathies à l'origine d'arythmies ventriculaires graves chez l'adulte Camilleri Elise DESC de réanimation médicale 2 ème année Juin 2010 Quel contexte en réanimation? Patient admis pour

Plus en détail

Le point sur l ergométrie en 2012 dans le diagnostic de la maladie coronarienne

Le point sur l ergométrie en 2012 dans le diagnostic de la maladie coronarienne Le point sur l ergométrie en 2012 dans le diagnostic de la maladie coronarienne Olivier Pantet a, Pierre Monney b, Nicole Aebischer b a Service de médecine intensive adulte (SMIA), CHUV, Lausanne b Service

Plus en détail

Moniteur ECG monocanal portable sans fil (HCG-801-E) Dépistage et autosurveillance des événements cardiaques

Moniteur ECG monocanal portable sans fil (HCG-801-E) Dépistage et autosurveillance des événements cardiaques Dépistage et autosurveillance des événements cardiaques Moniteur ECG monocanal portable sans fil (HCG-801-E) Compact - Sans fil Simple d utilisation Rapide - Discret www.omron-healthcare.com Zoom sur la

Plus en détail

UE 2.2 C4 FONCTION CARDIAQUE : COURS 1

UE 2.2 C4 FONCTION CARDIAQUE : COURS 1 UE 2.2 C4 FONCTION CARDIAQUE : COURS 1 I. ANATOMIE DU CŒUR A. DIMENSIONS, SITUATION ET ORIENTATION Dimensions : ρ poids = 250 à 350 g. ρ longueur = 12 à 14 cm. Situé dans le médiastin (= cavité centrale

Plus en détail

compaction ventriculaire gauche sur la fonction ventriculaire chez l adulte

compaction ventriculaire gauche sur la fonction ventriculaire chez l adulte Influence des paramètres de non compaction ventriculaire gauche sur la fonction ventriculaire chez l adulte C. Defrance, K. Warin-Fresse, G. Fau, P. Guérin, B. Delasalle, P.D. Crochet La non compaction

Plus en détail

MALAISE, PERTE DE CONNAISSANCE DE L ADULTE MC AUMONT. 3) Interrogatoire minutieux du patient et des témoins.

MALAISE, PERTE DE CONNAISSANCE DE L ADULTE MC AUMONT. 3) Interrogatoire minutieux du patient et des témoins. MALAISE, PERTE DE CONNAISSANCE DE L ADULTE MC AUMONT POINTS IMPORTANTS : 1) Définition d une syncope et d une lipothymie. 2) Différencier une syncope ou une lipothymie d un vertige, d une hypoglycémie,

Plus en détail

TROUBLES DU RYTHME VENTRICULAIRE (Docteur J.C. KAHN)

TROUBLES DU RYTHME VENTRICULAIRE (Docteur J.C. KAHN) TROUBLES DU RYTHME VENTRICULAIRE (Docteur J.C. KAHN) Tous les troubles du rythme naissant au-dessous de la bifurcation du faisceau de His. Ils comprennent : les extra-systoles ventriculaires, les tachycardies

Plus en détail

UN PATIENT QUI REVIENT DE LOIN. Abdelmalek AZZOUZ GRCI 29/11/2012 Service de Cardiologie A2 CHU Mustapha. Alger Centre. Algérie

UN PATIENT QUI REVIENT DE LOIN. Abdelmalek AZZOUZ GRCI 29/11/2012 Service de Cardiologie A2 CHU Mustapha. Alger Centre. Algérie Abdelmalek AZZOUZ GRCI 29/11/2012 Service de Cardiologie A2 CHU Mustapha. Alger Centre. Algérie Mr A.A. âgé de 55ans. Facteurs de risque: Diabétique depuis 5ans. Antécédents: aucun. Fumeur 15paquets/année.

Plus en détail

LES STIMULATEURS ET DEFIBRILLATEURS CARDIAQUES IMPLANTABLES

LES STIMULATEURS ET DEFIBRILLATEURS CARDIAQUES IMPLANTABLES LES STIMULATEURS ET DEFIBRILLATEURS CARDIAQUES IMPLANTABLES Charlotte Charroin (1), Emmanuelle Carré (2), Pr Chevalier (3) (1) interne en pharmacie, Hospices Civils de Lyon (2) pharmacienne, Hospices Civils

Plus en détail

La myocardiopathie hypertrophique obstructive

La myocardiopathie hypertrophique obstructive La myocardiopathie hypertrophique obstructive SERVICE DE DR IMEN TRABELSI SAHNOUN CARDIOLOGIE - EPS HÉDI CHAKER SFAX FACULTÉ DE MÉDECINE DE SFAX PUBLIC CIBLE: DCEM1 Table des matières Table des matières

Plus en détail

Le défibrillateur implantable

Le défibrillateur implantable Jean Marc DAVY - Maxime PONS Le défibrillateur implantable La moitié de nos patients porteurs d'une cardiopathie décèdent subitement à domicile ou dans des lieux publics. Cette mort subite a certes de

Plus en détail

Cas clinique n 1. Y-a-t-il plusieurs diagnostics possibles? Son HTA a t elle favorisé ce problème?

Cas clinique n 1. Y-a-t-il plusieurs diagnostics possibles? Son HTA a t elle favorisé ce problème? Cas clinique n 1 Michel que vous suivez de longue date a l impression depuis quelques jours, d entendre des battements irréguliers le soir en se couchant ; il va parfaitement bien par ailleurs et rapporte

Plus en détail

Troubles du rythme et de la conduction chez l enfant

Troubles du rythme et de la conduction chez l enfant 4-071-A-70 Troubles du rythme et de la conduction chez l enfant E. Villain La connaissance et le traitement des troubles du rythme de l enfant ont progressé grâce aux progrès de la pharmacologie, de la

Plus en détail

POURQUOI? COMMENT? LES QUESTIONS

POURQUOI? COMMENT? LES QUESTIONS LA TÉLÉSURVEILLANCE POURQUOI? COMMENT? LES QUESTIONS POURQUOI LA TÉLÉSURVEILLANCE? COÛTS DE SANTE PUBLIQUE ALERTES INDIVIDUELLES ALERTES CONSTRUCTEURS / ANSM DEMOGRAPHIE MEDICALE LES CARDIOLOGUES: UNE

Plus en détail

Prise en charge de l IDM ; Rôle infirmier

Prise en charge de l IDM ; Rôle infirmier Définition Prise en charge de l IDM ; Rôle infirmier Compétence 4 UE 2.8 Véronique Nédélec-Gimbert octobre 2012 L'infarctus du myocarde (IDM étant une abréviation courante) est une nécrose (mort de cellules)

Plus en détail

membrane cellulaire. Le potentiel électrique engendre une image caractéristique appelée potentiel d action (Fig. 1).

membrane cellulaire. Le potentiel électrique engendre une image caractéristique appelée potentiel d action (Fig. 1). SURVEILLANCE CLINIQUE DES ANTIARYTHMIQUES EN SOINS CRITIQUES Jean-Luc Beaumont, infirmier clinicien spécialisé en soins infirmiers cardiovasculaires et respiratoires Les antiarythmiques constituent, en

Plus en détail

TROUBLES DU RYTHME ARYTHMIES, TACHYCARDIES,FIBRILLATIONS, EXTRASYSTOLES, BRADYCARDIES

TROUBLES DU RYTHME ARYTHMIES, TACHYCARDIES,FIBRILLATIONS, EXTRASYSTOLES, BRADYCARDIES TROUBLES DU RYTHME CHANGER LEUR ÉVOLUTION ARYTHMIES, TACHYCARDIES,FIBRILLATIONS, EXTRASYSTOLES, BRADYCARDIES La Fédération Française de Cardiologie finance : prévention, recherche, réadaptation et gestes

Plus en détail

LES PATIENTS PORTEURS D UN DEFIBRILLATEUR IMPLANTABLE SE SENTENT-ILS BIEN INFORMES?

LES PATIENTS PORTEURS D UN DEFIBRILLATEUR IMPLANTABLE SE SENTENT-ILS BIEN INFORMES? ECNAS SAINT AUBAIN SAINTE ELISABETH Section Soins infirmiers Place Louise Godin, 15 5000 Namur www.saint-aubain.be LES PATIENTS PORTEURS D UN DEFIBRILLATEUR IMPLANTABLE SE SENTENT-ILS BIEN INFORMES? Travail

Plus en détail

Le coeur du pagayeur de haut niveau : limites de la normalité et pathologies

Le coeur du pagayeur de haut niveau : limites de la normalité et pathologies Colloque médico-sportif de la F.F.C.K. Bourg-Saint-Maurice 22 août 2002 Le coeur du pagayeur de haut niveau : limites de la normalité et pathologies François Carré Explorations Fonctionnelles - Unité de

Plus en détail

Le syndrome coronarien aigu

Le syndrome coronarien aigu C est le nouveau terme qui englobe la notion d angor et d infarctus. Synonymes : Angor, Angine de poitrine, Rhume de poitrine, Infarctus, Attaque, Les artères coronaires : Ce sont les artères nourricières

Plus en détail

Séquence maladie: insuffisance cardiaque. Mieux connaître l insuffisance cardiaque Vivre avec un DAI

Séquence maladie: insuffisance cardiaque. Mieux connaître l insuffisance cardiaque Vivre avec un DAI Séquence maladie: insuffisance cardiaque Mieux connaître l insuffisance cardiaque Vivre avec un DAI Janvier 2012 Finalité de l atelier: Présentation de la séance Cette séance a pour buts de vous permettre

Plus en détail

R i c h a r d A M O R E T T I. D.U. de Cardiologie du Sport C. H. U. P I T I E S A L P E T R I E R E

R i c h a r d A M O R E T T I. D.U. de Cardiologie du Sport C. H. U. P I T I E S A L P E T R I E R E Mort subite du sportif R i c h a r d A M O R E T T I Directeur d enseignement D.U. de Cardiologie du Sport C. H. U. P I T I E S A L P E T R I E R E D é f i n i t i o n d e l a m o r t s u b i t e Naturelle

Plus en détail

Surveillance cardiaque des patients souffrant de sclérose en plaques débutant un traitement par fingolimod Recommandations d experts

Surveillance cardiaque des patients souffrant de sclérose en plaques débutant un traitement par fingolimod Recommandations d experts Surveillance cardiaque des patients souffrant de sclérose en plaques débutant un traitement par fingolimod Recommandations d experts Michael Kühne a, Lucka Sekoranja b, Tobias Derfuss c, Myriam Schluep

Plus en détail

République Algérienne Démocratique et Populaire Université Abou Bakr Belkaid Tlemcen Faculté des Sciences Département d Informatique

République Algérienne Démocratique et Populaire Université Abou Bakr Belkaid Tlemcen Faculté des Sciences Département d Informatique République Algérienne Démocratique et Populaire Université Abou Bakr Belkaid Tlemcen Faculté des Sciences Département d Informatique Mémoire de fin d études pour l obtention du diplôme de Masteren Informatique

Plus en détail

Rythme cardiaque fœtal pendant le travail

Rythme cardiaque fœtal pendant le travail Rythme cardiaque fœtal pendant le travail Définitions et Interprétation Alain Martin d après les RPC «Surveillance fœtale pendant le travail» Dirigés par JP Schaal et M Dreyfus Rythme cardiaque fœtal de

Plus en détail

Introduction. VO 2 max I. Adaptation globale. Fonctions. Plan

Introduction. VO 2 max I. Adaptation globale. Fonctions. Plan Adaptations CardioVasculaire et Ventilatoire à L Exercice Musculaire Helmi BEN SAAD (MD, PhD) helmibensaad@rnstn Introduction Adaptation? Problème (1/2 intérieur, environnement) Réponses Physiologique

Plus en détail

LES PARAMETRES VITAUX LE POULS, LA PRESSION ARTERIELLE

LES PARAMETRES VITAUX LE POULS, LA PRESSION ARTERIELLE 14.10.08 Mme Payan Soins infirmiers II LES PARAMETRES VITAUX LE POULS, LA PRESSION ARTERIELLE I)Généralités II)Le pouls A)Définition B)Valeurs physiologiques C)Localisation D)Indications E)Objectifs F)Pré

Plus en détail

Recommandations Européennes pour la pratique sportive par le cardiaque

Recommandations Européennes pour la pratique sportive par le cardiaque Recommandations Européennes pour la pratique sportive par le cardiaque DU Cardio Sport Paris 2010 François Carré INSERM U 642 Dépistage des cardiopathies chez les sportifs Bilan de non contre-indication

Plus en détail

L Electrocardiographie de repos et d effort

L Electrocardiographie de repos et d effort 107 L Electrocardiographie de repos et d effort OBJECTIFS - Connaître les principes généraux de l électrocardiographie - Savoir enregistrer un électrocardiogramme à partir des dérivations périphériques

Plus en détail

La cardioversion est utilisée dans 2 situations différentes :

La cardioversion est utilisée dans 2 situations différentes : 1 INTRODUCTION La cardioversion est un acte de cardiologie particulier, douloureux et désagréable, qui nécessite pour le patient qui la subit, une anesthésie de courte durée. C est un mode de traitement

Plus en détail

La circulation sanguine assure la distribution du di-oxygène et des nutriments aux organes

La circulation sanguine assure la distribution du di-oxygène et des nutriments aux organes La circulation sanguine assure la distribution du di-oxygène et des nutriments aux organes Nous avons vu que le sang est impliqué dans tous les échanges de l'organisme avec le milieu extérieur SL: Echanges

Plus en détail

Le défibrillateur. Dr Hamdi BOUBAKER

Le défibrillateur. Dr Hamdi BOUBAKER Le défibrillateur Dr Hamdi BOUBAKER Défibrillation ou Choc électrique externe le défibrillation: geste consistant à faire passer volontairement et brièvement un courant électrique dans le cœur en cas des

Plus en détail

Table ronde du 26 mars 2009

Table ronde du 26 mars 2009 La défibrillation Table ronde du 26 mars 2009 1 La défibrillation Généralités Le rythme cardiaque régulier ou rythme sinusal : le cœur se contracte et se relâche de façon régulière pour assurer un flux

Plus en détail

CARDIOLOGIE & GAZ ARTÉRIEL 101

CARDIOLOGIE & GAZ ARTÉRIEL 101 CARDIOLOGIE & GAZ ARTÉRIEL 101 D interpréter un gaz artériel/veineux; Connaître les éléments qui font varier un gaz artériel/veineux; Connaître les interventions de bases qui visent à corriger les déséquilibres

Plus en détail

Cas clinique: Mr A.M. 1940 A.M. 1940. A.M. 1940;Resynchro avant-après. Resynchronisation avant et après 12 mois: RX thorax.

Cas clinique: Mr A.M. 1940 A.M. 1940. A.M. 1940;Resynchro avant-après. Resynchronisation avant et après 12 mois: RX thorax. Cas clinique: Mr A.M. 1940 A.M,1940, 2 ans près son infarctus malaise lors d une marche, syncope et choc électrique Infarctus antérieur : FEVG 30% Coro:Recanalisation / l IVA ECG: sinusal QRS 0.10, inf.

Plus en détail

Item 281 : Rétrécissement aortique (Evaluations)

Item 281 : Rétrécissement aortique (Evaluations) Item 281 : Rétrécissement aortique (Evaluations) Date de création du document 2011-2012 CAS CLINIQUE Scénario : Vous voyez en consultation un patient de 71 ans en bon état général qui se plaint de dyspnée

Plus en détail

XII ème CONGRES CŒUR ET SPORT TOULOUSE LE 23/11/2012

XII ème CONGRES CŒUR ET SPORT TOULOUSE LE 23/11/2012 L i l l e 2 Université du Droit et de la Santé XII ème CONGRES CŒUR ET SPORT TOULOUSE LE 23/11/2012 LES TACHYCARDIES SUPRAVENTRICULAIRES DU SPORTIF Mise à jour février 2013 F BRIGADEAU pôle de cardiologie

Plus en détail

La Dysplasie Ventriculaire Droite Arythmogène

La Dysplasie Ventriculaire Droite Arythmogène 1 La Dysplasie Ventriculaire Droite Arythmogène Document rédigé par l équipe pluridisciplinaire du centre de référence pour les maladies cardiaques héréditaires (Paris), en collaboration avec des patients

Plus en détail

L APPAREIL CIRCULATOIRE

L APPAREIL CIRCULATOIRE L APPAREIL CIRCULATOIRE Constitué par une pompe : le cœur des voies efférentes : les artères des voies afférentes : les veines et les lymphatiques Son rôle est d assurer la circulation du sang et de la

Plus en détail