Collecte de fonds et communication du PIDC

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Collecte de fonds et communication du PIDC"

Transcription

1 CI-16/BUR.60/11 1 er février 2016 Point de l ordre du jour soumis à l examen Collecte de fonds et communication du PIDC NOTE D INFORMATION RÉSUMÉ Le Bureau est invité à débattre des stratégies actuelles de collecte de fonds et de communication et à faire rapport sur sa propre action passée ou future dans le domaine. Définition de cibles pour la collecte de fonds et la communication 1. Contexte 2. Dernières évolutions concernant la collecte de fonds 3. Dernières évolutions concernant la stratégie de communication 4. Conclusion 1. CONTEXTE Une approche stratégique à moyen terme de la collecte de fonds a été soumise au Bureau en Les membres sont convenus que l objectif stratégique était de mettre le PIDC sur la voie d une croissance financière durable, sur la base des résultats probants enregistrés par le programme dans le domaine du développement des médias. La stratégie de collecte de fonds approuvée avait pour objectifs spécifiques : de porter le montant des fonds disponibles à au moins 1,5 million de dollars par an d ici à 2015 ; de porter le nombre de pays donateurs à 15 d ici à 2014 ; de mobiliser tous les membres afin qu ils participent activement à la collecte de fonds ; d identifier les acteurs et d élaborer les activités et les instruments nécessaires pour soutenir la collecte de fonds.

2 De même, le Bureau a examiné une stratégie générale de communication, visant à mobiliser la communauté internationale et les publics clés afin de renforcer le PIDC et d en accroître la visibilité et de contribuer ainsi à sa mission qui est de créer un environnement sain pour la croissance de médias libres, indépendants et pluralistes, en particulier dans les pays en développement et les pays en transition. La stratégie de communication avait pour objectifs spécifiques : d informer les publics clés (internes et externes) des activités du PIDC en matière de financement et de mise en œuvre de projets efficaces de développement des médias ; de renforcer et faire mieux connaître le rôle normatif du PIDC en tant qu unique programme intergouvernemental actif dans le domaine du développement des médias à l échelle mondiale ; de promouvoir et continuer de soutenir les initiatives spéciales du PIDC (telles que la promotion de la sécurité des journalistes et les indicateurs de développement des médias), eu égard à la nature holistique du développement des médias et à l importance de garantir un environnement qui y soit favorable ; de soutenir et promouvoir la mission de production de connaissances du PIDC auprès des publics clés ; de renforcer la visibilité du PIDC sur l Internet ; de maximiser le potentiel des différents acteurs concernés (le personnel de l UNESCO, les membres, le Président, les organismes bénéficiaires, les partenaires, etc.) dans le cadre d une approche collective visant à renforcer la visibilité du PIDC. À sa 59 e réunion, en mars 2015, et à la lumière des dernières évolutions concernant la collecte de fonds et la communication, le Bureau a décidé de : (i) demander à la Présidente et aux membres d intensifier leurs efforts pour collecter des fonds pour le PIDC, y compris sous forme de contributions en nature, et pour renforcer les ressources humaines du programme (par exemple, détachements de personnel) ; (ii) (iii) (iv) (v) presser ses membres d intervenir activement auprès de leurs gouvernements respectifs afin qu ils financent le PIDC dans le cadre des modalités convenues concernant le Compte spécial et le Fonds-en-dépôt, ne serait-ce que sous forme de contributions symboliques. Celles-ci pourraient être alors utilisées pour soutenir les initiatives spéciales et des projets spécifiques du programme et renforcer le sentiment d appropriation de l ensemble des membres, en particulier ceux qui en ont été les bénéficiaires dans le passé ; encourager ses membres à se faire les champions du PIDC, en faisant connaître ses activités et en renforçant son image aux niveaux international et national, partout et chaque fois que cela est possible ; prier le Secrétariat de continuer à mettre à sa disposition des matériels qui facilitent la tâche des membres, y compris la Présidente du PIDC, dans le domaine de la collecte de fonds et de la communication ; porter cette question à l attention du Conseil en vue de mobiliser plus avant le soutien de ses membres, compte tenu de ce que les faibles niveaux de financement actuels sont alarmants

3 et signifient que le PIDC fonctionne en deçà de son potentiel, de son échelle et de son impact optimaux. 2. DERNIÈRES ÉVOLUTIONS CONCERNANT LA COLLECTE DE FONDS On trouvera ci-après le montant des contributions reçues au cours des six dernières années. 55 e réunion (2011) 56 e réunion (2012) 57 e réunion (2013) 58 e réunion (2014) 59 e réunion (2015) 60 e réunion (2016) 1. Andorre Bangladesh Belgique Danemark Union européenne FIT (annoncés) 6. France Finlande , Allemagne Ghana Inde Israël Lettonie Pays-Bas Norvège Espagne , Suède Suisse Thaïlande États-Unis TOTAL ,448 $ É.-U. + Note : Les chiffres ci -dessus incluent les dépenses d appui au programme (10 %). Chiffres exprimés en dollars des États-Unis (sauf pour la somme annoncée par l UE) (annoncés) Les donateurs sont actuellement au nombre de neuf, contre six en Bien que l objectif de porter à 15 le nombre de donateurs n ait pas été atteint, il convient de saluer l augmentation générale du nombre de

4 pays donateurs. Cependant, il convient également de noter que le caractère symbolique de certains dons n a pas permis d accroître le niveau global de financement du Compte spécial du PIDC. En 2015, la Présidente du PIDC, assistée du Secrétariat, a continué de se réunir avec les États membres afin de les informer des réalisations du programme, ainsi que des obstacles à venir. En un an, elle a rendu visite à 30 délégations pour leur demander d envisager de contribuer au PIDC. À l issue des réunions, des propositions de projets et notes conceptuelles spécifiques ont été adressées au Secrétariat du programme pour répondre à cette demande. Le 29 septembre 2015, une réunion d avancement du PIDC a été organisée avec la participation des ambassadeurs et délégués des pays suivants : Algérie, Brésil, Espagne, Lettonie, Lituanie, Pays-Bas, Suisse et Turquie. La Présidente du PIDC a participé à la Commission V de la Conférence générale à sa 38 e session, et a informé les États membres des dernières réalisations du programme. Les résultats de celui-ci ont été salués par de nombreuses délégations, qui ont demandé qu il continue d être renforcé dans le cadre de l action globale du Secteur de la communication et de l information de l Organisation. À la demande des États membres, le programme du Secteur a fixé un nouveau résultat escompté 3, lié à l action du PIDC, qui donne plus de visibilité aux réalisations du programme et aidera, comme on peut l espérer, à en accroître les ressources. Le 10 novembre 2015, la Présidente du PIDC, assistée du Secrétariat, a réuni les pays nordiques dans le cadre d une manifestation distincte et leur a demandé de continuer d appuyer le programme. Elle a aussi fait le suivi des réunions précédentes avec les pays donateurs et a adressé des demandes de soutien aux membres du Conseil (nouveaux et actuels). 3. DERNIÈRES ÉVOLUTIONS CONCERNANT LA STRATÉGIE DE COMMUNICATION Depuis que la stratégie de communication a été examinée, dans le cadre de la 59 e réunion du PIDC, le Programme a été représenté à la plupart des manifestations organisées par le Secteur de la communication et de l information (ateliers, séminaires, tables rondes ), tant au Siège qu hors Siège. En outre, les publications du PIDC (ou les initiatives nées au titre des initiatives spéciales du programme) ont été systématiquement portées à la connaissance des participants à ces manifestations, ainsi qu à celle des parties intéressées, et diffusées auprès d eux. Les réunions interinstitutions du système des Nations Unies, les réunions d information du Secteur de la communication et de l information avec les États membres, les visites de la Présidente du PIDC et les manifestations liées au développement des médias ont été autant d occasions de continuer de mieux faire connaître le programme. Le PIDC a apporté son soutien à la conférence internationale organisée le 16 juin 2015 par l UNESCO, sur le thème «Les jeunes et Internet : combattre la radicalisation et l extrémisme», ainsi qu à la conférence internationale intitulée «Les organisations médiatiques se mobilisent pour la sécurité des professionnels des médias», tenue au Siège de l UNESCO, à Paris, le 5 février Il a été représenté au Forum mondial des médias, organisé par la Deutsche Welle Akademie à Bonn en juin La Présidente du programme a, quant à elle, pris part à un atelier intitulé 70 years of the UN From the past to the future: Fit for the purpose in the age of digital media? [Soixante-dix ans de l ONU Du passé à l avenir : quelle pertinence à l ère des médias numériques?], où les indicateurs de la viabilité des médias mis au point par le PIDC et la Deutsche Welle ont été présentés.

5 De même, la Présidente a participé à la conférence sur le rapprochement des cultures intitulée «Une humanité au-delà de la diversité», organisée dans le cadre du cinquième Forum international des organisations non gouvernementales entretenant des relations officielles avec l UNESCO, à Beijing, en juillet 2015, présentant deux exposés sur «Les jeunes et la radicalisation» et «Culture numérique, le cyberespace au service de la connaissance et du dialogue». Elle a aussi participé au Forum Women with the Wave de la manifestation sur la radiodiffusion pour tous organisée par l ABU à Istanbul, en octobre 2015, où elle a fait partie, en tant qu intervenante, d un panel de représentants clés des organisations du système des Nations Unies œuvrant dans le domaine de l inclusion de la femme dans les médias et la société. Enfin, le PIDC a été représenté à la conférence de l Alliance mondiale genre et médias (GAMAG), où la Présidente a animé le débat final de la réunion sur la coopération pour le développement international. Par ailleurs, deux projets soutenus par le PIDC ont été évoqués lors de l Assemblée générale de la GAMAG en décembre En ce qui concerne les ressources en ligne du PIDC, elles ont sans cesse été actualisées et mises en avant auprès des partenaires. De nombreux articles et photographies concernant la mise en œuvre des projets et des événements d ordre général du PIDC ont été publiés. Les unités hors Siège ont aussi fait la promotion du programme sur leurs pages respectives. Des informations sur les projets et les activités s y rapportant, présentées de manière attrayante, sont désormais aisément consultables sur les sites Web du Secteur de la communication et de l information et du PIDC. Un nouveau système en ligne de gestion des présentations de projets a été mis en place en Il facilite les processus de soumission, de mise en œuvre et d évaluation, ainsi que l archivage en ligne des documents relatifs aux projets, et comporte d autres procédures utiles qui ont été automatisées. Une base de données des contacts du PIDC, visant à faciliter l envoi aux partenaires et bénéficiaires du programme, par courrier électronique, des actualités et éléments d information pertinents, a été établie. Le PIDC a continué de mettre en avant la transparence du programme en s assurant que tous les rapports, comptes rendus d évaluation et documents soient systématiquement mis à disposition en ligne. Une nouvelle brochure a été publiée pour expliquer le fonctionnement du PIDC sous une forme visuellement attrayante, et informer les parties concernées des objectifs et des actions du programme. La communication sur les réseaux sociaux, en revanche, a laissé à désirer. Comme il a déjà été indiqué dans le rapport de la 59 e réunion du PIDC, la perte du poste occupé par un assistant affecté au PIDC à la fin de 2013 a affaibli la capacité du Secrétariat de mener à bien toutes les actions envisagées dans la stratégie de communication. La base de données des projets du PIDC offrait un accès public rapide aux informations relatives aux projets approuvés par le Bureau du PIDC depuis le lancement du programme ; malheureusement, là encore faute de ressources humaines suffisantes, la base de données a été actualisée pour la dernière fois en Les efforts pour s assurer le concours d experts associés, le renfort de personnel et la présence de stagiaires capables d assister le PIDC dans ses activités de communication ont été poursuivis. 4. CONCLUSION Sur la base des discussions sur les dernières évolutions en matière de collecte de fonds et de communication, le Bureau souhaitera peut-être : prier la Présidente et le Secrétariat de poursuivre les efforts actuels de collecte de fonds pour le PIDC, d analyser les priorités actuelles des plus importants donateurs des médias et de contacter ceux-ci pour leur présenter les propositions du PIDC ; d étendre ces efforts aux fondations privées et au secteur privé ; d aller au-delà des délégations permanentes et d envoyer des missions de collecte de fonds dans les capitales de pays stratégiques ; et d étudier la possibilité de

6 financement par l UE au titre des subventions thématiques/régionales de l Initiative pour la mise en œuvre accélérée (IMOA) ; prier le Secrétariat de mieux faire connaître l incidence réelle des microfinancements du PIDC, de souligner leur orientation, basée sur la gestion axée sur les résultats, et de faire ressortir leur rapport coût/efficacité ; prier le Secrétariat de renforcer les initiatives spéciales du PIDC et de continuer d asseoir les évaluations menées sur la base des indicateurs de développement des médias (IDM), de façon qu elles continuent d être intégrées aux plans nationaux de développement des médias. Assurer le suivi de ces évaluations, de sorte que chaque partie prenante discerne bien quel est son rôle et puisse le jouer ; prier le Secrétariat de promouvoir plus activement le caractère unique du mécanisme d établissement de rapports du PIDC sur la sécurité des journalistes et la question de l impunité, et d améliorer la stratégie d image du programme concernant cette importante initiative ; rappeler aux membres et du Conseil de presser activement leurs gouvernements respectifs de contribuer au programme, par l intermédiaire de ses deux modalités de financement à savoir le Compte spécial du PIDC (contributions volontaires, ou contributions à des projets spécifiques) et l IMOA, même de façon symbolique et/ou sous forme d une aide au personnel ; rappeler aux membres et du Conseil de se faire les champions du PIDC, en faisant connaître ses activités et en renforçant son image aux niveaux international et national, partout et chaque fois que cela est possible ; porter cette question à l attention du Conseil en vue de mobiliser plus avant le soutien de ses membres, en faisant ressortir le potentiel des ressources, de façon que le programme puisse fonctionner à son plein potentiel, à une échelle et une portée maximale.

PRESENTATION. Objet : Règlement relatif à la classification d ensemble des diverses catégories de réunions convoquées par l UNESCO.

PRESENTATION. Objet : Règlement relatif à la classification d ensemble des diverses catégories de réunions convoquées par l UNESCO. U Conférence générale 32e session, Paris 2003 32 C 32 C/19 10 juillet 2003 Original français Point 6.1 de l'ordre du jour provisoire ADAPTATION AUX BESOINS DE L ORGANISATION DU "REGLEMENT RELATIF A LA

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/ENERGY/GE.5/2007/3 13 août 2007 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE COMITÉ DE L ÉNERGIE DURABLE Groupe spécial

Plus en détail

Conférence des États Parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption

Conférence des États Parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Nations Unies CAC/COSP/WG.4/2012/1 Conférence des États Parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Distr. générale 25 mai 2012 Français Original: anglais Groupe de travail intergouvernemental

Plus en détail

L IMMIGRATION AU SEIN DE L UE

L IMMIGRATION AU SEIN DE L UE L IMMIGRATION AU SEIN DE L UE Source: Eurostat, 2014, sauf indication contraire Les données se rapportent aux ressortissants de pays tiers, dont le lieu de résidence habituel se trouvait dans un pays hors

Plus en détail

ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L EDUCATION, LA SCIENCE ET LA CULTURE COMITÉ POUR LA PROTECTION DES BIENS CULTURELS EN CAS DE CONFLIT ARMÉ

ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L EDUCATION, LA SCIENCE ET LA CULTURE COMITÉ POUR LA PROTECTION DES BIENS CULTURELS EN CAS DE CONFLIT ARMÉ CLT-10/CONF.204/6 PARIS, le 14 septembre 2010 Original anglais ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L EDUCATION, LA SCIENCE ET LA CULTURE COMITÉ POUR LA PROTECTION DES BIENS CULTURELS EN CAS DE CONFLIT

Plus en détail

Conférence des Parties à la Convention des Nations Unies contre la criminalité transnationale organisée

Conférence des Parties à la Convention des Nations Unies contre la criminalité transnationale organisée Nations Unies CTOC/COP/WG.5/2012/1 Conférence des Parties à la Convention des Nations Unies contre la criminalité transnationale organisée Distr. générale 14 novembre 2011 Français Original: anglais Groupe

Plus en détail

La BRI. Au service de la stabilité monétaire et financière

La BRI. Au service de la stabilité monétaire et financière La BRI Au service de la stabilité monétaire et financière Fondée le 17 mai 1930, la BRI est la plus ancienne organisation financière internationale. Outre son siège social, à Bâle (Suisse), elle possède

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies ECE/CECI/2015/7 Conseil économique et social Distr. générale 26 juin 2015 Français Original : anglais Commission économique pour l Europe Comité de l innovation, de la compétitivité et des

Plus en détail

ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L ÉDUCATION, LA SCIENCE ET LA CULTURE

ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L ÉDUCATION, LA SCIENCE ET LA CULTURE Distribution limitée IFAP-2008/COUNCIL.V/3 4 février 2008 Original anglais ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L ÉDUCATION, LA SCIENCE ET LA CULTURE Conseil intergouvernemental du Programme Information

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/CES/GE.42/2009/4 28 juillet 2009 FRANÇAIS Original: ANGLAIS E COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE COMMISSION DE STATISTIQUE CONFÉRENCE DES

Plus en détail

Réunion du Conseil au niveau des Ministres. Paris, 6-7 mai 2014

Réunion du Conseil au niveau des Ministres. Paris, 6-7 mai 2014 Réunion du Conseil au niveau des Ministres Paris, 6-7 mai 2014 DÉCLARATION RELATIVE À L ÉCHANGE AUTOMATIQUE DE RENSEIGNEMENTS EN MATIÈRE FISCALE Adoptée le 6 mai 2014 Déclaration relative à l Échange automatique

Plus en détail

à la Consommation dans le monde à fin 2012

à la Consommation dans le monde à fin 2012 Le Crédit à la Consommation dans le monde à fin 2012 Introduction Pour la 5 ème année consécutive, le Panorama du Crédit Conso de Crédit Agricole Consumer Finance publie son étude annuelle sur l état du

Plus en détail

SOMMAIRE. 1/ Pourquoi un site Internet sur le reporting RSE? 2/ Le contenu du site Internet

SOMMAIRE. 1/ Pourquoi un site Internet sur le reporting RSE? 2/ Le contenu du site Internet 3... SOMMAIRE 1/ Pourquoi un site Internet sur le reporting RSE? a. Définition et enjeux du «reporting RSE des entreprises» - Quoi? - Pour qui? - Pourquoi? - Comment? 5... b. Objectifs du site Internet

Plus en détail

Le Conseil d administration. L Article VI du Statut du PAM définit comme suit les fonctions du Conseil:

Le Conseil d administration. L Article VI du Statut du PAM définit comme suit les fonctions du Conseil: 1. L E C O N S E I L D A D M I N I S T R A T I O N E T S E S F O N C T I O N S 1er janvier 1996, suite à l adoption de résolutions parallèles par l Assemblée générale des Nations Unies et la Conférence

Plus en détail

REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA

REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA Regards sur l éducation est un rapport annuel publié par l Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) et portant sur

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social ECE/CECI/CONF.10/1 Distr. générale 23 novembre 2010 Français Original: anglais Commission économique pour l Europe Comité de la coopération et de l intégration

Plus en détail

Conseil exécutif Cent quatre-vingt-dix-septième session

Conseil exécutif Cent quatre-vingt-dix-septième session Conseil exécutif Cent quatre-vingt-dix-septième session 197 EX/PG/Recommandations PARIS, le 24 septembre 2015 Original anglais/français RECOMMANDATIONS ADRESSÉES PAR LE GROUPE PRÉPARATOIRE À LA 197 e SESSION

Plus en détail

Quelle part de leur richesse nationale les pays consacrent-ils à l éducation?

Quelle part de leur richesse nationale les pays consacrent-ils à l éducation? Indicateur Quelle part de leur richesse nationale les pays consacrent-ils à l éducation? En 2008, les pays de l OCDE ont consacré 6.1 % de leur PIB cumulé au financement de leurs établissements d enseignement.

Plus en détail

Quel est le temps de travail des enseignants?

Quel est le temps de travail des enseignants? Quel est le temps de travail des enseignants? Dans les établissements publics, les enseignants donnent, en moyenne et par an, 779 heures de cours dans l enseignement primaire, 701 heures de cours dans

Plus en détail

RAPPORT D ACTIVITES SUR LA MISE EN OEUVRE DU PROGRAMME DE TRAVAIL SUR L ARTICLE

RAPPORT D ACTIVITES SUR LA MISE EN OEUVRE DU PROGRAMME DE TRAVAIL SUR L ARTICLE CDB CONVENTION SUR LA DIVERSITE BIOLOGIQUE Distr. GENERALE UNEP/CBD/WG8J/4/2 1 décembre 2005 FRANCAIS ORIGINAL : ANGLAIS GROUPE DE TRAVAIL SPECIAL INTERSESSIONS A COMPOSITION NON LIMITEE SUR L ARTICLE

Plus en détail

Principaux partenaires commerciaux de l UE, 2002-2014 (Part dans le total des échanges de biens extra-ue, sur la base de la valeur commerciale)

Principaux partenaires commerciaux de l UE, 2002-2014 (Part dans le total des échanges de biens extra-ue, sur la base de la valeur commerciale) 55/2015-27 mars 2015 Commerce international de biens en 2014 Principaux partenaires commerciaux de l UE en 2014: les États-Unis pour les exportations, la Chine pour les importations Le commerce entre États

Plus en détail

Comité permanent du droit des brevets

Comité permanent du droit des brevets F SCP/20/5 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 9 OCTOBRE 2013 Comité permanent du droit des brevets Vingtième session Genève, 27 31 janvier 2014 EXCEPTIONS ET LIMITATIONS RELATIVES AUX DROITS DE BREVET : PRÉPARATION

Plus en détail

L assurance voyage complémentaire pour une protection dans le monde entier.

L assurance voyage complémentaire pour une protection dans le monde entier. VACANZA L assurance voyage complémentaire pour une protection dans le monde entier. Judicieuse et fiable. L assurance voyage de SWICA. L envie d ailleurs vous a pris, et les valises sont bouclées. Vous

Plus en détail

MANDAT DU GROUPE D ACTION FINANCIÈRE (2012-2020)

MANDAT DU GROUPE D ACTION FINANCIÈRE (2012-2020) MANDAT DU GROUPE D ACTION FINANCIÈRE (2012-2020) 20 avril 2012 Washington, DC MANDAT DU GROUPE D ACTION FINANCIÈRE (2012-2020) I. OBJECTIFS, FONCTIONS ET MISSIONS OBJECTIFS DU GROUPE D ACTION FINANCIÈRE

Plus en détail

Secrétariat. Nations Unies ST/SGB/2008/13. Circulaire du Secrétaire général. Organisation du Bureau des affaires juridiques.

Secrétariat. Nations Unies ST/SGB/2008/13. Circulaire du Secrétaire général. Organisation du Bureau des affaires juridiques. Nations Unies ST/SGB/2008/13 Secrétariat 1 er août 2008 Circulaire du Secrétaire général Organisation du Bureau des affaires juridiques En application de la circulaire ST/SGB/1997/5, intitulée «Organisation

Plus en détail

Pour un sport sain et propre La Convention contre le dopage

Pour un sport sain et propre La Convention contre le dopage Pour un sport sain et propre La Convention contre le dopage Pourquoi une Convention contre le dopage sous l égide du Conseil de l Europe? Pour le Conseil de l Europe, le sport est une force d intégration

Plus en détail

Résultats financiers des fonds d affectation spéciale de la Convention

Résultats financiers des fonds d affectation spéciale de la Convention Nations Unies Convention sur la lutte contre la désertification Distr. générale 9 juillet 2015 Français Original : anglais ICCD/COP(12)/7 Conférence des Parties Douzième session Ankara (Turquie), 12-23

Plus en détail

6 e partie LE TOURISME INTERNATIONAL EN FRANCE

6 e partie LE TOURISME INTERNATIONAL EN FRANCE 6 e partie LE TOURISME INTERNATIONAL EN FRANCE Le tourisme international en France - 6 L enquête auprès des visiteurs venant de l étranger (EVE) L enquête DGE-Banque de France auprès des visiteurs venant

Plus en détail

ANNOTATIONS À L ORDRE DU JOUR PROVISOIRE

ANNOTATIONS À L ORDRE DU JOUR PROVISOIRE Distr. LIMITÉE LC/L.3659(CRM.12/2) 7 août 2013 FRANÇAIS ORIGINAL: ESPAGNOL Douzième Conférence régionale sur les femmes de l Amérique latine et des Caraïbes Saint-Domingue, 15-18 octobre 2013 ANNOTATIONS

Plus en détail

ECE/AC.21/SC/2014/4 EUDCE1408105/1.6/SC12/4. Conseil économique et social

ECE/AC.21/SC/2014/4 EUDCE1408105/1.6/SC12/4. Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social ECE/AC.21/SC//4 Distr. générale 5 août Français Original: anglais Commission économique pour l Europe Réunion de haut niveau sur les transports, la santé et l

Plus en détail

ACTUALITE PATRIMONIALE

ACTUALITE PATRIMONIALE ACTUALITE PATRIMONIALE Septembre - Octobre 2012 1 SOMMAIRE Actualité patrimoniale et juridique p. 3 Les modalités d application du Trust enfin définies (BOI-PAT-ISF-30-20-30-20121016 et BOI-ENR-DMTG-30-20121016)

Plus en détail

*1407229* TD/B(S-XXVIII)/2. Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement

*1407229* TD/B(S-XXVIII)/2. Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement Nations Unies Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement Distr. générale 2 juillet 2014 Français Original: anglais TD/B(S-XXVIII)/2 Conseil du commerce et du développement Vingt-huitième

Plus en détail

Le tourisme international en France

Le tourisme international en France Le tourisme international en France Le tourisme international en France 6 L enquête auprès des visiteurs venant de l étranger (EVE) L enquête Dgcis - Banque de France auprès des visiteurs venant de l

Plus en détail

LA COMMISSION EUROPÉENNE CONTRE LE RACISME ET L'INTOLÉRANCE (ECRI)

LA COMMISSION EUROPÉENNE CONTRE LE RACISME ET L'INTOLÉRANCE (ECRI) LA COMMISSION EUROPÉENNE CONTRE LE RACISME ET L'INTOLÉRANCE (ECRI) La Commission européenne contre le racisme et l'intolérance (ECRI) est une instance de monitoring du Conseil de l Europe dont la tâche

Plus en détail

Se préparer pour le défi des retraites. Sebastian Paris-Horvitz Directeur de la Stratégie d Investissement

Se préparer pour le défi des retraites. Sebastian Paris-Horvitz Directeur de la Stratégie d Investissement Se préparer pour le défi des retraites. Sebastian Paris-Horvitz Directeur de la Stratégie d Investissement Le Défi des retraites S. PARIS-HORVITZ - 26/04/2006 1 Sommaire Le défi démographique Le défi des

Plus en détail

INVESTISSEMENTS MONDIAUX EN R-D

INVESTISSEMENTS MONDIAUX EN R-D INVESTISSEMENTS MONDIAUX EN R-D BULLETIN D'INFORMATION DE L'ISU DECEMBRE 2012, N 22 Ce bulletin d information présente les dernières données de l ISU sur la science et la technologie disponibles en octobre

Plus en détail

Troisième session Siège de l UNESCO, Paris, Salle XI 28-30 septembre 2015

Troisième session Siège de l UNESCO, Paris, Salle XI 28-30 septembre 2015 3 SC C70/15/3.SC/7 Paris, juillet 2015 Original : anglais Distribution limitée Troisième session du Comité subsidiaire de la Réunion des États parties à la Convention concernant les mesures à prendre pour

Plus en détail

BELGIQUE. Septième session de la Conférence des Etats Parties à la Convention relative aux Droits des Personnes handicapées

BELGIQUE. Septième session de la Conférence des Etats Parties à la Convention relative aux Droits des Personnes handicapées BELGIQUE Septième session de la Conférence des Etats Parties à la Convention relative aux Droits des Personnes handicapées Ouverture de la Conférence DECLARATION DE S.E. Mme BENEDICTE FRANKINET AMBASSADEUR

Plus en détail

15/05/2009. Objet : Année internationale du rapprochement des cultures (2010) Madame la Ministre/Monsieur le Ministre,

15/05/2009. Objet : Année internationale du rapprochement des cultures (2010) Madame la Ministre/Monsieur le Ministre, 15/05/2009 Réf. : CL/3880 Objet : Année internationale du rapprochement des cultures (2010) Madame la Ministre/Monsieur le Ministre, Lors de sa 34 e session (résolution 34 C/46), la Conférence générale

Plus en détail

Personnel. Composition de l effectif du Secrétariat de l Agence. Rapport du Directeur général

Personnel. Composition de l effectif du Secrétariat de l Agence. Rapport du Directeur général L atome pour la paix Conseil des gouverneurs Conférence générale GOV/2015/46-GC(59)/16 19 août 2015 Réservé à l usage officiel Point 8 b) i) de l ordre du jour provisoire du Conseil des gouverneurs (GOV/2015/43)

Plus en détail

Programme des Nations Unies pour le développement. Conférence-débat à l Université de Kinshasa

Programme des Nations Unies pour le développement. Conférence-débat à l Université de Kinshasa Programme des Nations Unies pour le développement DISCOURS Conférence-débat à l Université de Kinshasa «L IMPACT DE L AUTONOMISATION DE LA FEMME SUR LE DÉVELOPPEMENT DE LA RDC» M me Priya Gajraj, Directeur

Plus en détail

Nom. les. autres États. n de l aviation. Organisation. ATConf/6-WP/49 14/2/12. Point 2 : 2.2. Examen de. des accords bilatéraux. consultées.

Nom. les. autres États. n de l aviation. Organisation. ATConf/6-WP/49 14/2/12. Point 2 : 2.2. Examen de. des accords bilatéraux. consultées. Nom Organisation n de l aviation civile internationale NOTE DE TRAVAIL ATConf/6-WP/49 14/2/12 SIXIÈME CONFÉRENCE MONDIALE DE TRANSPORT AÉRIEN Montréal, 18 22 mars 2013 Point 2 : 2.2 Examen de questions

Plus en détail

A. PROJECT IDENTIFICATION 1. TITRE REVISION ET SENSIBILISATION AU RESPECT DES CODES D ETHIQUE ET DE DEONTOLOGIE 2. NUMÉRO IPDC/56 GAB/01

A. PROJECT IDENTIFICATION 1. TITRE REVISION ET SENSIBILISATION AU RESPECT DES CODES D ETHIQUE ET DE DEONTOLOGIE 2. NUMÉRO IPDC/56 GAB/01 GABON A. PROJECT IDENTIFICATION 1. TITRE REVISION ET SENSIBILISATION AU RESPECT DES CODES D ETHIQUE ET DE DEONTOLOGIE 2. NUMÉRO IPDC/56 GAB/01 3. CATÉGORIE D INDICATEUR DE DEVELOPPEMENT DES MEDIAS Catégorie

Plus en détail

660ème séance Jeudi 4 avril 2002, à 10 h 22 Vienne

660ème séance Jeudi 4 avril 2002, à 10 h 22 Vienne Nations Unies COMITE DES UTILISATIONS PACIFIQUES DE L ESPACE EXTRA-ATMOSPHERIQUE Sous-Comité juridique COPUOS/LEGAL/T.660 Transcription non éditée 660ème séance Jeudi 4 avril 2002, à 10 h 22 Vienne Président

Plus en détail

Systèmes d éducation et d accueil des jeunes enfants : questions de tradition et de gouvernance

Systèmes d éducation et d accueil des jeunes enfants : questions de tradition et de gouvernance SERVICES À LA PETITE ENFANCE - ÉDUCATION ET ACCUEIL DES JEUNES ENFANTS Systèmes d éducation et d accueil des jeunes enfants : questions de tradition et de gouvernance John Bennett, M.Éd., Ph.D. Avril 2011,,

Plus en détail

COMITÉ ADMINISTRATIF ET JURIDIQUE. Cinquante-septième session Genève, 10 avril 2008

COMITÉ ADMINISTRATIF ET JURIDIQUE. Cinquante-septième session Genève, 10 avril 2008 F CAJ/57/6 ORIGINAL : anglais DATE : 14 mars 2008 UNION INTERNATIONALE POUR LA PROTECTION DES OBTENTIONS VÉGÉTALES GENÈVE COMITÉ ADMINISTRATIF ET JURIDIQUE Cinquante-septième session Genève, 10 avril 2008

Plus en détail

Curriculum Vitae. Etudes Secondaires Université Saint Joseph des Pères Jésuites, Beyrouth (Liban).

Curriculum Vitae. Etudes Secondaires Université Saint Joseph des Pères Jésuites, Beyrouth (Liban). Curriculum Vitae Me ANTOINE AKL Né à Chamat, Casa de Jbeil (Liban) ETUDES Etudes Primaires Collège de la Sagesse, Beyrouth (Liban). Etudes Secondaires Université Saint Joseph des Pères Jésuites, Beyrouth

Plus en détail

Sécurité nucléaire. Résolution adoptée le 26 septembre 2014, à la neuvième séance plénière

Sécurité nucléaire. Résolution adoptée le 26 septembre 2014, à la neuvième séance plénière L atome pour la paix Conférence générale GC(58)/RES/11 Septembre 2014 Distribution limitée Français Original : anglais Cinquante-huitième session ordinaire Point 14 de l ordre du jour (GC(58)/22) Sécurité

Plus en détail

Click to edit Master title style

Click to edit Master title style Le Service des délégués commerciaux MAECI: Orientation et rôle Investissement étranger direct (IED) Anderson Blanc Délégué commercial Click to edit Master title style Investissement & Innovation Coordonnateur

Plus en détail

ERASMUS 2011-2012 Etude et Stage en entreprise Note d information aux élèves

ERASMUS 2011-2012 Etude et Stage en entreprise Note d information aux élèves ERASMUS 2011-2012 Etude et Stage en entreprise Note d information aux élèves Les élèves de l ei.cesi et d exia.cesi peuvent bénéficier d une bourse Erasmus : - pour leur mission à l étranger - pour une

Plus en détail

exécutif session Conseil h) Rapport CE/98/3 I) h) Original : anglais pour que 2. Les Membres publique du Groupe 3. La l OCDE, de travail II.

exécutif session Conseil h) Rapport CE/98/3 I) h) Original : anglais pour que 2. Les Membres publique du Groupe 3. La l OCDE, de travail II. Conseil exécutif Quatre-vingt-dix-huitième session Saint-Jacques-de-Compostelle (Espagne), 4-6 juin 2014 Point 3 l) h) de l ordre du jour provisoire CE/98/3 I) h) Madrid, 15 avril 2014 Original : anglais

Plus en détail

15/2015-21 janvier 2015. Proportion d entreprises innovantes dans l Union européenne, 2010-2012 (en % des entreprises)

15/2015-21 janvier 2015. Proportion d entreprises innovantes dans l Union européenne, 2010-2012 (en % des entreprises) 15/2015-21 janvier 2015 Enquête communautaire sur l innovation 2012 La proportion d entreprises innovantes est passée sous la barre des 50% dans l UE en 2010-2012 Les innovations liées à l organisation

Plus en détail

journal Conseil du développement industriel N 2 Quarante-deuxième session Vienne, 25-27 novembre 2014

journal Conseil du développement industriel N 2 Quarante-deuxième session Vienne, 25-27 novembre 2014 ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR LE DÉVELOPPEMENT INDUSTRIEL journal Conseil du développement industriel N 2 Quarante-deuxième session Vienne, 25-27 novembre 2014 PROGRAMME DES SÉANCES DU MERCREDI 26

Plus en détail

- Pour une demande d admission en Master 1 Géographie et aménagement, merci d imprimer et de compléter les pages 2 à 6 de ce document.

- Pour une demande d admission en Master 1 Géographie et aménagement, merci d imprimer et de compléter les pages 2 à 6 de ce document. U.F.R. LETTRES, LANGUES & SCIENCES HUMAINES - Pour une demande d admission en Master 1 Géographie et aménagement, merci d imprimer et de compléter les pages 2 à 6 de ce document. - Pour une demande d admission

Plus en détail

Le creusement des inégalités touche plus particulièrement les jeunes et les pauvres

Le creusement des inégalités touche plus particulièrement les jeunes et les pauvres LE POINT SUR LES INÉGALITÉS DE REVENU Le creusement des inégalités touche plus particulièrement les jeunes et les pauvres Résultats issus de la Base de données de l OCDE sur la distribution des revenus

Plus en détail

Demande d aide financière

Demande d aide financière Demande d aide financière Fonds d affectation spéciale des Nations Unies devant aider les États en développement, en particulier les pays les moins avancés et les petits insulaires en développement, à

Plus en détail

3 ème SONDAGE SUR LA RESPONSABILITE MONDIALE EN PREPARATION DU FCD 2014

3 ème SONDAGE SUR LA RESPONSABILITE MONDIALE EN PREPARATION DU FCD 2014 DCPB/OESC/UNDES DRAFT V.2 -Septembre 201 3 ème SONDAGE SUR LA RESPONSABILITE MONDIALE EN PREPARATION DU FCD 2014 RESPONSABILITE MUTUELLE ET PARTENARIATS AU DEVE- LOPPEMENT AU NIVEAU NATONAL Les quelques

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social ECE/ENERGY/GE.3/2011/6 Distr. générale 24 janvier 2011 Français Original: anglais Commission économique pour l Europe Comité de l énergie durable Groupe d experts

Plus en détail

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Nations Unies CAC/COSP/IRG/2015/2 Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Distr. générale 24 mars 2015 Français Original: anglais Groupe d examen de l application

Plus en détail

Résolution adoptée par l Assemblée générale. [sur le rapport de la Troisième Commission (A/55/595 et Corr.1 et 2)]

Résolution adoptée par l Assemblée générale. [sur le rapport de la Troisième Commission (A/55/595 et Corr.1 et 2)] Nations Unies A/RES/55/67 Assemblée générale Distr. générale 31 janvier 2001 Cinquante-cinquième session Point 107 de l ordre du jour Résolution adoptée par l Assemblée générale [sur le rapport de la Troisième

Plus en détail

AUGMENTATION DE CAPITAL 2014 RESERVEE AUX ADHERENTS DU PLAN D EPARGNE DU GROUPE SAINT-GOBAIN

AUGMENTATION DE CAPITAL 2014 RESERVEE AUX ADHERENTS DU PLAN D EPARGNE DU GROUPE SAINT-GOBAIN Compagnie de Saint-Gobain Les Miroirs 18, avenue d'alsace (92400) Courbevoie France S.A. au capital de 2 220 707 160 542 039 532 R.C.S. Nanterre Le 21 mars 2014 Communiqué AUGMENTATION DE CAPITAL 2014

Plus en détail

DU ROLE D UN BUREAU MILITAIRE AU SEIN D UNE MISSION PERMANENTE

DU ROLE D UN BUREAU MILITAIRE AU SEIN D UNE MISSION PERMANENTE DU ROLE D UN BUREAU MILITAIRE AU SEIN D UNE MISSION PERMANENTE Capitaine de vaisseau Ndome Faye, Conseiller Militaire à la Mission Permanente du Sénégal auprès des Nations unies à New York Dans certains

Plus en détail

MOUVEMENTS MIGRATOIRES

MOUVEMENTS MIGRATOIRES PARTIE 5 MOUVEMENTS page 363 5 MOUVEMENTS page 364 SOMMAIRE MOUVEMENTS n Répartition par nationalité des travailleurs entrés en France au cours de l année 29 366 n L immigration familiale 367 à 37 n Les

Plus en détail

FAITS SAILLANTS. de la République populaire de Chine (SIPO) a été le seul

FAITS SAILLANTS. de la République populaire de Chine (SIPO) a été le seul Le nombre de dépôts de demandes en matière de propriété intellectuelle a poursuivi sur sa lancée d avant la crise, celui des dépôts de demandes de brevet augmentant à son rythme le plus fort en près de

Plus en détail

Journal. Réunions officielles à venir. Lundi 8 décembre 2014

Journal. Réunions officielles à venir. Lundi 8 décembre 2014 Journal 5 décembre 2014 COUR PENALE INTERNATIONALE TREIZIEME SESSION DE L ASSEMBLEE DES ÉTATS PARTIES NEW YORK, 8 17 DECEMBRE 2014 Réunions officielles à venir Première séance plénière Lundi 8 décembre

Plus en détail

Le coût du rachat de trimestres pour carrière à l étranger multiplié par 4 au plus tard le 1 er janvier 2011

Le coût du rachat de trimestres pour carrière à l étranger multiplié par 4 au plus tard le 1 er janvier 2011 Le coût du rachat de trimestres pour carrière à l étranger multiplié par 4 au plus tard le 1 er janvier 2011 Un article de la loi de financement de la sécurité sociale 2010 aligne le coût de ce rachat

Plus en détail

REPRESENTATION PERMANENTE AUPRES DE LA COMMISSION DE L UNION AFRICAINE ET DE LA COMMISSION ECONOMIQUE DES NATIONS UNIES POUR L AFRIQUE ALLOCUTION INTRODUCTIVE DE S. E. M. L AMBASSADEUR LIBERE BARARUNYERETSE,

Plus en détail

Programme Mémoire du monde de l UNESCO. Directives concernant l utilisation du logo

Programme Mémoire du monde de l UNESCO. Directives concernant l utilisation du logo CONSIDERATIONS GÉNÉRALES Programme Mémoire du monde de l UNESCO Directives concernant l utilisation du logo Afin de mettre en évidence leur lien avec l UNESCO, les comités régionaux ou nationaux du Programme

Plus en détail

ORGANE INTERGOUVERNEMENTAL DE NEGOCIATION A/FCTC/INB6/DIV/4 DE LA CONVENTION-CADRE DE L OMS 28 janvier 2003 POUR LA LUTTE ANTITABAC Sixième session

ORGANE INTERGOUVERNEMENTAL DE NEGOCIATION A/FCTC/INB6/DIV/4 DE LA CONVENTION-CADRE DE L OMS 28 janvier 2003 POUR LA LUTTE ANTITABAC Sixième session ORGANISATION MONDIALE DE LA SANTE ORGANE INTERGOUVERNEMENTAL DE NEGOCIATION A/FCTC/INB6/DIV/4 DE LA CONVENTION-CADRE DE L OMS 28 janvier 2003 POUR LA LUTTE ANTITABAC Sixième session Participation des organisations

Plus en détail

FORMULAIRE COMPTE SOCIÉTÉ

FORMULAIRE COMPTE SOCIÉTÉ FORMULAIRE COMPTE SOCIÉTÉ CETTE DEMANDE DOIT ÊTRE DÛMENT COMPLÉTÉE ET SIGNÉE AFIN D OUVRIR UN COMPTE AVEC ACTIVTRADES. Pour toute demande veuillez nous contacter au +33 (0) 182 882 977 ou à frenchdesk@activtrades.com

Plus en détail

Huitième session. Conseil intergouvernemental du Programme Information pour tous

Huitième session. Conseil intergouvernemental du Programme Information pour tous IFAP-2014/COUNCIL.VIII/Inf.10 Paris, le 27 mars 2014 Original anglais Distribution limitée Huitième session Conseil intergouvernemental du Programme Information pour tous 19-20 mai 2014 Maison de l UNESCO,

Plus en détail

information Flux internationaux d étudiants : note d quatre fois plus nombreux qu en 1975 11.11 Enseignement supérieur & Recherche JUILLET

information Flux internationaux d étudiants : note d quatre fois plus nombreux qu en 1975 11.11 Enseignement supérieur & Recherche JUILLET note d information Enseignement supérieur & Recherche 11.11 JUILLET En 27-28, 3,3 millions d étudiants suivent une formation hors de leur pays d origine dont 2,7 dans un pays de l OCDE. Leur nombre a quadruplé

Plus en détail

Coût des systèmes de santé

Coût des systèmes de santé santé publique Santé publique Comparaison internationale et positionnement de la Suisse Coût des systèmes de santé Depuis plus de quarante ans, l Organisation de coopération et de développement économiques

Plus en détail

Exporter où et comment? : Vous accompagner à l international jeudi 24 septembre 2015 Les activités de Business France Export : Le développement international des entreprises Invest : La prospection et

Plus en détail

RÉUNION DES MINISTRES DE L'ALIMENTATION, DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE DES PAYS MEMBRES DU CIHEAM 9ÈME DECLARATION FINALE

RÉUNION DES MINISTRES DE L'ALIMENTATION, DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE DES PAYS MEMBRES DU CIHEAM 9ÈME DECLARATION FINALE 9ÈME RÉUNION DES MINISTRES DE L'ALIMENTATION, DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE DES PAYS MEMBRES DU CIHEAM La Valette 27 septembre 2012 DECLARATION FINALE page 1 A l invitation de S.E. George Pullicino,

Plus en détail

Commission CI. Session d ouverture. Remarques d ouverture par le Président de la Commission CI

Commission CI. Session d ouverture. Remarques d ouverture par le Président de la Commission CI 35 ème session de la Conférence Générale Commission CI Session d ouverture Remarques d ouverture par le Président de la Commission CI Mesdames, Messieurs, Buenas tardes, Bonjour, Good afternoon, Здравствуйте

Plus en détail

MODALITES D APPLICATION DES CONVENTIONS FISCALES INTERNATIONALES

MODALITES D APPLICATION DES CONVENTIONS FISCALES INTERNATIONALES MODALITES D APPLICATION DES CONVENTIONS FISCALES INTERNATIONALES La reconnaissance de la qualité de «résident étranger» conditionne l application des conventions fiscales internationales. QU EST CE QU

Plus en détail

CONFERENCE ANNUELLE. Dossier de presse. Groupe de Travail International des Banques Centrales pour la Gestion des Risques Opérationnels

CONFERENCE ANNUELLE. Dossier de presse. Groupe de Travail International des Banques Centrales pour la Gestion des Risques Opérationnels Groupe de Travail International des Banques Centrales pour la Gestion des Risques Opérationnels Dossier de presse 24-26 Avril 2013 Rabat - MAROC COMMUNIQUE DE PRESSE Bank Al-Maghrib organise la huitième

Plus en détail

DEVENIR UNE ONG PARTENAIRE OFFICIEL DE L UNESCO

DEVENIR UNE ONG PARTENAIRE OFFICIEL DE L UNESCO DEVENIR UNE ONG PARTENAIRE OFFICIEL DE L UNESCO L'UNESCO s'appuie sur un éventail aussi large que diversifié de relations de collaboration et de partenariats dans toutes les régions du monde pour s acquitter

Plus en détail

Politique et critères de performance de l IFC en matière de viabilité sociale et environnementale Examen et actualisation

Politique et critères de performance de l IFC en matière de viabilité sociale et environnementale Examen et actualisation Politique et critères de performance de l IFC en matière de viabilité sociale et environnementale Examen et actualisation Vue d ensemble du Processus de consultation et de participation Société financière

Plus en détail

0.941.291 relative à l établissement d un bureau international des poids et mesures

0.941.291 relative à l établissement d un bureau international des poids et mesures Texte original 0.941.291 Convention relative à l établissement d un bureau international des poids et mesures Conclue à Paris le 20 mai 1875 Approuvée par l Assemblée fédérale le 2 juillet 1875 1 Instruments

Plus en détail

Ce chapitre offre un aperçu du processus de

Ce chapitre offre un aperçu du processus de Identification des be Introduction Ce chapitre offre un aperçu du processus de planification qui sert à déterminer les besoins des réfugiés, des apatrides et des autres personnes relevant de la compétence

Plus en détail

CONSEIL DE COORDIN AT I O N DU PROGRAM M E DE L ONUSID A

CONSEIL DE COORDIN AT I O N DU PROGRAM M E DE L ONUSID A CONSEIL DE COORDIN AT I O N DU PROGRAM M E DE L ONUSID A ONUSIDA/CCP (36)/15.12 Date de publication : 24 juin 2015 TRENTE-SIXIÈME RÉUNION Date : 30 juin - 2 juillet 2015 Lieu : Salle du conseil exécutif,

Plus en détail

Second communiqué 1 Conférence mondiale 2015 sur la réduction des risques de catastrophe (3 e édition)

Second communiqué 1 Conférence mondiale 2015 sur la réduction des risques de catastrophe (3 e édition) Second communiqué 1 Conférence mondiale 2015 sur la réduction des risques de catastrophe (3 e édition) Introduction Le 20 décembre 2013, l'assemblée générale des Nations unies a adopté une résolution en

Plus en détail

OFFRE 24H/24 ET MÉTROPOLE NOUVEAU! APPELS ILLIMITÉS VERS TOUS MOBILES DE LA RÉUNION

OFFRE 24H/24 ET MÉTROPOLE NOUVEAU! APPELS ILLIMITÉS VERS TOUS MOBILES DE LA RÉUNION N O U V E L L E NOUVEAU! OFFRE APPELS ILLIMITÉS 24H/24 VERS TOUS MOBILES DE LA RÉUNION ET MÉTROPOLE www.only.fr Offre soumise à conditions valable à partir 26 avril 2012. Visuels non contractuels. Appels

Plus en détail

Coopération avec le système des Nations Unies

Coopération avec le système des Nations Unies 133 ème ASSEMBLEE DE L'UIP ET REUNIONS CONNEXES Genève, 17-21.10.2015 Conseil directeur CL/197/9-P.1 Point 9 21 septembre 2015 Coopération avec le système des Nations Unies Ce document donne un bref aperçu

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies ECE/CEP/2015/10 Conseil économique et social Distr. générale 18 août 2015 Français Original : anglais Commission économique pour l Europe Comité des politiques de l environnement Vingtième

Plus en détail

COMMISSION EUROPÉENNE DIRECTION GENERALE DE L'AIDE HUMANITAIRE - ECHO. Décision d'aide humanitaire 23 02 01

COMMISSION EUROPÉENNE DIRECTION GENERALE DE L'AIDE HUMANITAIRE - ECHO. Décision d'aide humanitaire 23 02 01 COMMISSION EUROPÉENNE DIRECTION GENERALE DE L'AIDE HUMANITAIRE - ECHO Décision d'aide humanitaire 23 02 01 Intitulé : Assistance au rapatriement et réintégration des réfugiés congolais (RDC) Lieu de l'opération

Plus en détail

Mobilité de l enseignement supérieur

Mobilité de l enseignement supérieur Mobilité de l enseignement supérieur Guide financier 2014 1 SOMMAIRE Introduction... 3 Le calcul de la subvention par l agence... 4 Utilisation de la subvention par l établissement... 7 Exemple d allocation

Plus en détail

Le RMB, une monnaie internationale incontournable

Le RMB, une monnaie internationale incontournable Le RMB, une monnaie internationale incontournable 12/02/2012 Bei XU Economiste & Martine GRAFF Expert Trade Finance Introduction 1. Les chiffres clés de l économie chinoise 2. L internationalisation du

Plus en détail

COMPRENDRE CE QU EST L OTAN

COMPRENDRE CE QU EST L OTAN COMPRENDRE CE QU EST L OTAN LES ORIGINES DE L ALLIANCE Au lendemain de la seconde guerre mondiale, l Europe de l Est et l Europe de l Ouest se sont trouvées séparées par les divisions idéologiques et politiques

Plus en détail

Stratégie de communication CountrySTAT. Formation régionale avancée 3-7 décembre 2012 Douala, Cameroun

Stratégie de communication CountrySTAT. Formation régionale avancée 3-7 décembre 2012 Douala, Cameroun Stratégie de communication CountrySTAT Formation régionale avancée 3-7 décembre 2012 Douala, Cameroun Sommaire Stratégie de Communication de CountrySTAT: Analyse de la situation Objectifs Messages Public

Plus en détail

Commission des finances

Commission des finances Autorité internationale des fonds marins ISBA/21/FC/5 Commission des finances Distr. limitée 4 juin 2015 Français Original : anglais Vingt et unième session Kingston (Jamaïque) 13-24 juillet 2015 État

Plus en détail

Demande déposée par l Organisation internationale de physique médicale en vue de l admission à des relations officielles avec l OMS

Demande déposée par l Organisation internationale de physique médicale en vue de l admission à des relations officielles avec l OMS CONSEIL EXÉCUTIF EB136/NGO/9 Cent trente-sixième session 21 novembre 2014 Point 13.3 de l ordre du jour provisoire Demande déposée par l Organisation internationale de physique médicale en vue de l admission

Plus en détail

UNION EUROPÉENNE Tableau comparatif des régimes de retraite de base

UNION EUROPÉENNE Tableau comparatif des régimes de retraite de base UNION EUROPÉENNE Tableau comparatif des régimes de retraite de base PAYS Durée minimale OUVERTURE DE DROIT Age normal de liquidation à la retraite DUREE DE VALIDATION MAXIMALE CALCUL DE PENSION ALLEMAGNE

Plus en détail

Réunion Ad Hoc d Experts sur «L amélioration du climat des affaires en Afrique Centrale»

Réunion Ad Hoc d Experts sur «L amélioration du climat des affaires en Afrique Centrale» REUNION AD HOC D EXPERTS SUR L AMELIORATION DU CLIMAT DES AFFAIRES NATIONS UNIES COMMISSION ECONOMIQUE POUR L AFRIQUE Bureau Sous Régional pour l Afrique Centrale F Distr : GENERAL ECA/SRO-CA/AHEGM.BUS/14/Inf.1

Plus en détail

Programme Jeunesse 2007-2013 Jeunesse en Action

Programme Jeunesse 2007-2013 Jeunesse en Action Programme Jeunesse 2007-2013 Jeunesse en Action 1 Les objectifs : Promotion de la citoyenneté active des jeunes en général et de leur citoyenneté européenne en particulier; Développement de la solidarité

Plus en détail

Ce document a été rédigé à la demande de la commission de l emploi et des affaires sociales du Parlement européen.

Ce document a été rédigé à la demande de la commission de l emploi et des affaires sociales du Parlement européen. DIRECTION GÉNÉRALE DES POLITIQUES INTERNES DÉPARTEMENT THÉMATIQUE A: POLITIQUES ÉCONOMIQUES ET SCIENTIFIQUES EMPLOI ET AFFAIRES SOCIALES Le rôle des sociétés mutuelles au XXI e siècle Résumé ÉTUDE Les

Plus en détail

Préparez-vous au virement SEPA

Préparez-vous au virement SEPA OCTOBRE 2012 ENTREPRENEURS N 6 PAIEMENT LES MINI-GUIDES BANCAIRES www.lesclesdelabanque.com Le site pédagogique sur la banque et l argent Préparez-vous au virement SEPA FBF - 18 rue La Fayette - 75009

Plus en détail