POLITIQUE ET PROCÉDURES

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "POLITIQUE ET PROCÉDURES"

Transcription

1 POLITIQUE ET PROCÉDURES Objet : PROTECTION DU MAJEUR INAPTE Date d entrée en vigueur : Date de révision : Numéro : DSPH Accepté par : Conseil d administration Comité de régie Destinataires : Tous les médecins et tous les membres du personnel concernés œuvrant dans l organisation 1. PRÉAMBULE Le Centre de santé et de services sociaux de la Vieille-Capitale reconnaît qu il a une responsabilité collective et individuelle partagée avec tout médecin ou membre du personnel qui œuvre dans l établissement, en ce qui concerne le signalement d une personne présumée inapte et ayant besoin d être assistée ou représentée dans l exercice de ses droits civils ou dans l administration de ses biens. Il a la responsabilité de s assurer de la protection de la personne et de ses biens. Il exerce cette responsabilité en conformité avec le Code civil du Québec et la Loi sur les services de santé et les services sociaux. Par ailleurs, le CSSS de la Vieille-Capitale constate l implication des familles et des proches auprès des usagers et résidents et affirme l importance de leur rôle dans la protection du majeur inapte. L établissement, par ses activités de formation et les mesures de soutien à l intervention, favorise une réflexion sur les attitudes et les comportements envers la personne présumée inapte ou légalement reconnue inapte et favorise les mesures visant l implication des proches. 2. BUT DE LA POLITIQUE 2.1 S assurer que toute personne, présumée inapte ou légalement reconnue inapte, bénéficie de la protection prévue au Code civil du Québec quant à sa personne et ses biens. 2.2 S assurer que les familles et proches sont informées de l état de la personne jugée inapte et qu elles sont impliquées dans la discussion des mesures à privilégier. 2.3 S assurer que toute décision, relative à la protection d une personne présumée inapte ou légalement reconnue inapte, est prise dans son intérêt, dans le respect de ses droits et la sauvegarde de son autonomie. DSPH Protection du majeur inapte 1

2 2.4 S assurer de l application des obligations imparties à l établissement et précisément à son directeur général. 3. OBJECTIFS SPÉCIFIQUES 3.1 Préciser la procédure à suivre dans les situations de présomption d inaptitude ou d inaptitude reconnue par le tribunal. 3.2 Définir les principaux champs de responsabilité et d intervention des médecins et des membres du personnel oeuvrant au CSSS de la Vieille- Capitale en vue d assurer une application juste et ordonnée de la loi. 4. LE PERSONNEL VISÉ PAR LA POLITIQUE La présente politique engage la responsabilité de tous les médecins et de tout membre du personnel concerné œuvrant au CSSS de la Vieille-Capitale. 5. LA CLIENTÈLE MISE EN CAUSE PAR CETTE POLITIQUE 5.1 Toute personne majeure (18 ans et plus), inscrite ou admise dans notre établissement, chez qui une présomption d inaptitude à prendre soin de sa personne ou de ses biens est observée. 5.2 Toute personne majeure pour laquelle un membre de sa famille, un proche, un avocat, un notaire, un médecin, un professionnel de la santé et des services sociaux ou toute autre personne qui démontre un intérêt envers cette personne, demande l homologation d un mandat en cas d inaptitude ou l ouverture d un régime de protection. 5.3 Toute personne inapte pour laquelle est demandée une réévaluation de son régime de protection. 5.4 Toute personne majeure qui demande une cessation de son régime de protection ou la cessation des effets d un mandat homologué. 6. RESPONSABILITÉS DE L ÉTABLISSEMENT 6.1 Le directeur des services professionnels et hospitaliers, expressément désigné par le directeur général pour remplir les obligations de ce dernier est responsable de l application de la présente politique et de la concertation avec le bureau du Curateur public. 6.2 Aucun document officiel, telle une évaluation médicale ou psychosociale ou tout autre rapport concernant un majeur inapte, ne peut être communiqué à qui que ce soit, sauf par le directeur des services professionnels et hospitaliers, à moins que ce dernier en ait été dûment informé au préalable et qu il ait eu l occasion de donner son accord. DSPH Protection du majeur inapte 2

3 7. PRINCIPES DIRECTEURS 7.1 Toute décision relative à l ouverture d un régime de protection ou qui concerne le majeur protégé, doit être prise dans l intérêt de la personne, le respect de ses droits et la sauvegarde de son autonomie. Le majeur doit, dans la mesure du possible et sans délai, en être informé. (C.c.Q., article 257). 7.2 Toute personne visée par une demande d ouverture d un régime de protection, d homologation d un mandat en cas d inaptitude ou de réévaluation d un régime de protection a le droit de contester cette demande ; par conséquent, elle doit avoir une copie des évaluations réalisées à cet effet. 7.3 Si la remise des évaluations est jugée préjudiciable à la personne, cette situation ne peut être que temporaire. L établissement a l obligation de lui remettre une copie dès que possible. 7.4 Dans le respect de la sauvegarde de l autonomie de la personne, il faut s assurer de la pertinence de recommander un régime de protection ou l homologation d un mandat. 7.5 En ce qui concerne les régimes de protection, il faut s assurer de la gradation du régime recommandé : un régime de tutelle pour une personne partiellement inapte ; un régime de curatelle pour une personne totalement inapte. 7.6 Si les évaluations ne concluent pas à l inaptitude de la personne, aucune copie ne peut être transmise à quiconque sans l autorisation de la personne concernée. 8. PROCESSUS D ÉVALUATION 8.1 Avant d amorcer une demande d ouverture de régime de protection, le professionnel s assure de l existence ou non d un mandat en cas d inaptitude. Si un tel mandat existe, il en obtiendra copie et informera le mandataire désigné de l état de la personne présumée inapte; il discutera avec lui de la pertinence de procéder à l homologation du mandat. Si le mandat doit être homologué, il procèdera à l évaluation. Dans une telle situation, des proches seront contactés en vue de compléter l évaluation psychosociale requise. S il n y a pas de mandat en cas d inaptitude, le professionnel discutera avec la famille et/ou des proches de la pertinence de l ouverture d un régime de protection et des mesures alternatives possibles. S il y a lieu d ouvrir un régime de protection, le professionnel doit vérifier si un proche peut et désire devenir le représentant légal. La loi favorise la participation et l implication des proches, tout au cours du processus légal d ouverture d un régime de protection. D ailleurs, une assemblée de famille sera convoquée par le protonotaire ou le tribunal afin de discuter de l inaptitude et des mesures à privilégier. Il est donc important d identifier quelques proches ainsi que leurs coordonnées, dans la section prévue à cet effet sur les formulaires. Si aucun représentant ne peut être identifié, le professionnel doit l indiquer dans le rapport en expliquant brièvement les démarches effectuées. DSPH Protection du majeur inapte 3

4 8.2 La personne présumée inapte ou légalement reconnue inapte doit être rencontrée obligatoirement durant le processus d évaluation ou de réévaluation. 8.3 Dans des situations particulières, notamment de soupçons d abus physiques, d abus financiers, de négligence ou de discorde familiale, le processus de demande d ouverture d un régime de protection ou d homologation d un mandat en cas d inaptitude peut être fait sans l adhésion des personnes concernées. L évaluation de l inaptitude et du besoin de protection relève de la responsabilité professionnelle des intervenants et de l établissement. Le tribunal statuera ensuite sur la pertinence d ouvrir le régime de protection recommandé ou d homologuer le mandat selon les circonstances. 8.4 Il doit y avoir concertation entre le professionnel qui complète l évaluation psychosociale et le médecin qui complète l évaluation médicale de sorte qu il y ait concordance dans leurs recommandations quant au degré et à la durée de l inaptitude. 9. PROCÉDURE 9.1 Tout professionnel des services sociaux de notre établissement qui juge pertinent de procéder aux évaluations nécessaires à la protection d une personne qu il présume inapte le fait en concertation avec le médecin traitant. Il demande à ce dernier de compléter la partie «évaluation médicale». 9.2 Le besoin de protection est évalué en fonction de l isolement de la personne, de la durée prévisible de son inaptitude, de la nature ou de l état de ses affaires, ou en raison du fait qu aucun mandataire désigné par elle n assure déjà une assistance ou une représentation adéquate. ( art. 270 du C.c.Q.) 9.3 Lorsque la démarche d évaluation est complétée, les rapports médicaux et psychosociaux sont acheminés au directeur des services professionnels et hospitaliers. 9.4 Le directeur des services professionnels et hospitaliers s assure de la conformité de la démarche, de la qualité professionnelle des évaluations réalisées, des délais raisonnables pour leur production et transmet la demande au Curateur public ou autres demandeurs, le cas échéant. 9.5 Toute demande d ouverture de régime de protection, de réévaluation de régime de protection ou d homologation de mandat en cas d inaptitude, en provenance d une personne de l extérieur, doit être acheminée au directeur des services professionnels et hospitaliers. Si un employé du CSSS de la Vieille- Capitale reçoit une telle demande, il la transmet au directeur des services professionnels et hospitaliers. 9.6 Lorsqu un proche accepte de devenir le représentant légal d une personne présumée inapte, le professionnel lui demande de contacter un notaire ou un avocat, afin que le directeur des services professionnels et hospitaliers achemine, à ce notaire ou cet avocat, le Rapport du directeur général comportant les évaluations médicale et psychosociale. DSPH Protection du majeur inapte 4

5 10. FORMULAIRES REQUIS 10.1 Toute demande d ouverture de régime de protection ou de réévaluation de régime de protection doit être rédigée sur les formulaires existants à cette fin et pouvant être téléchargés à partir du site internet du Curateur public, soit le (cf. Annexe I) 10.2 La rédaction des évaluations en vue de l homologation d un mandat en cas d inaptitude est effectuée en utilisant les mêmes formulaires. 11. DONNÉES OBLIGATOIRES 11.1 Modalités relatives à la remise d une copie des évaluations à la personne concernée : Le professionnel doit remettre une copie des évaluations réalisées AVANT la signature du directeur des services professionnels et hospitaliers. Si la personne présumée inapte est dans un état tel qu il lui est impossible de comprendre le sens de la démarche, une copie des évaluations est versée à son dossier, mais demeure accessible en tout temps sur simple demande de sa part. S il est jugé préjudiciable que la personne reçoive une copie des évaluations, on doit en indiquer la raison et se rappeler que cette situation ne peut être qu exceptionnelle et temporaire Modalités relatives à l information à transmettre à un membre de la famille ou à un proche. Régulièrement, les familles ou proches sont présents auprès des personnes présumées inaptes. Le législateur ayant voulu que les demandes se fassent en toute transparence, un membre de la famille ou le cas échéant un proche de la personne présumée inapte doit être informé de la demande d ouverture d un régime de protection. Le professionnel ne transmet pas copie des évaluations au proche, mais l informe de la démarche. 12. CONSENTEMENT AUX SOINS POUR LA PERSONNE INAPTE Malgré qu elle soit sous régime de protection, la personne inapte peut avoir suffisamment de jugement pour avoir des opinions qu il faut considérer. À cet effet, une évaluation spécifique de la capacité de la personne inapte à consentir aux soins doit être effectuée. Pour ce faire, le professionnel de la santé ou des services sociaux, selon le soin ou service en cause, évalue si la personne comprend bien la nature et le but du soin, son avantage et les risques, les alternatives aux soins, ainsi que leurs risques et avantages. DSPH Protection du majeur inapte 5

6 Donc, L aptitude à consentir concerne un service ou un soin spécifique. Le professionnel de la santé ou des services sociaux note au dossier de la personne l aptitude à consentir à quel soin ou service précis. Le représentant légal de la personne est informé de l aptitude de la personne à consentir au soin ou au service spécifique En cas d urgence, le consentement aux soins médicaux n est pas nécessaire lorsque la vie de la personne est en danger ou son intégrité menacée et que son consentement ne peut être obtenu. (C.c.Q., article 13) 12.2 Le consentement est toutefois nécessaire lorsque les soins sont inusités ou devenus inutiles, ou que leurs conséquences pourraient être intolérables pour la personne. (C.c.Q., article 13) 12.3 En cas de doute sur l aptitude de la personne à consentir, le professionnel doit se référer au représentant légal pour obtenir un consentement, à noter que ceci n empêche pas la recherche de la participation de la personne dans les limites de ses capacités Lorsque l inaptitude du majeur à consentir aux soins requis par son état de santé est constatée, le consentement est donné par le mandataire, le tuteur ou le curateur. (C.c.Q., article 15) 12.5 Lorsque la personne est inapte à consentir, le consentement aux soins qui ne sont pas requis par son état de santé est donné par le mandataire, le tuteur ou le curateur; l'autorisation du tribunal est en outre nécessaire si les soins présentent un risque sérieux pour la santé ou s'ils peuvent causer des effets graves et permanents. (C.c.Q., art.18) 12.6 Si le majeur inapte n est pas représenté tel qu à l alinéa 12.4, le consentement est donné par le conjoint ou en cas d empêchement de celui-ci, ou à défaut de conjoint, par un proche parent ou par une personne qui démontre un intérêt particulier pour la personne. (C.c.Q., article 15) 12.7 Celui qui consent à des soins pour autrui, ou qui les refuse, est tenu d agir dans le seul intérêt de cette personne en tenant compte, dans la mesure du possible, des volontés que cette dernière a pu manifester. (C.c.Q., article 12) 12.8 Malgré les alinéas 12.4, 12.5 et 12.6, et malgré l inaptitude de la personne concernée, si cette dernière oppose un refus catégorique aux soins proposés, on doit en référer au tribunal pour décision, à moins qu il ne s agisse de soins d hygiène ou d un cas d urgence. (C.c.Q., article 16). Dans une telle situation, le directeur des services professionnels et hospitaliers doit être associé à cette demande. Ce dernier autorise le recours aux services d avocats et le recours aux tribunaux. DSPH Protection du majeur inapte 6

7 12.9 L autorisation du tribunal est nécessaire en cas de refus injustifié de celui qui peut consentir à des soins requis par l état de santé d un majeur inapte et inapte à consentir. (C.c.Q., article 16) Dans une telle situation, le directeur des services professionnels et hospitaliers doit être associé à cette demande. Selon le type et l urgence des situations, le directeur des services professionnels et hospitaliers recevra l information de façon verbale ou écrite. 13. EXÉCUTION INADÉQUATE DE SON RÔLE PAR UN TUTEUR PRIVÉ, UN CURATEUR PRIVÉ OU UN MANDATAIRE. Après avoir tenté de faire corriger la situation par le représentant légal, lorsqu un professionnel de la santé ou des services sociaux, ou toute autre personne, constate que persiste un manquement de la part du tuteur privé, du curateur privé ou du mandataire, ou que persiste un doute sérieux concernant la conduite du représentant légal face au bien-être de la personne ou face à l administration des biens de la personne légalement reconnue inapte, un signalement doit être fait au bureau du Curateur public. À cet égard, une intervention professionnelle de protection doit être faite en concertation avec le bureau du Curateur public. Le directeur des services professionnels et hospitaliers doit être informé de la démarche dès que possible. 14. ABUS D UN MAJEUR INAPTE NON-REPRÉSENTÉ Dans le cas d une personne inapte non représentée suite à l ouverture d un régime de protection ou l homologation de son mandat, une intervention professionnelle de protection est appropriée. Lorsque possible, la famille ou des proches sont associés aux mesures de protection. Il est aussi possible de solliciter la Commission des droits de la personne qui peut faire enquête. Il est alors pertinent d envisager l ouverture d un régime de protection. Le directeur des services professionnels et hospitaliers doit être informé de la démarche dès que possible. 15. CESSATION DE L INAPTITUDE 15.1 Le directeur général d un établissement de santé ou de services sociaux qui prodigue au majeur des soins ou des services doit, en cas de cessation d inaptitude justifiant un régime de protection, l attester dans un rapport qu il dépose au greffe du tribunal afin que cesse le régime de protection. (C.c.Q., art 279) Il fait de même en ce qui concerne la cessation des effets d un mandat. (C.c.Q., art 2173) 15.2 Ce rapport est constitué, entre autres, de l évaluation médicale et de l évaluation psychosociale. (C.c.Q., art. 279 et 2173) Lorsqu un professionnel des services sociaux du CSSS de la Vieille-Capitale constate qu un usager semble être redevenu apte, il se concerte avec le médecin traitant afin de produire les évaluations médicale et psychosociale. De même, si un médecin de l établissement constate qu un usager est redevenu apte, il se concerte avec le professionnel des services sociaux. Ces évaluations doivent être acheminées au directeur des services professionnels et hospitaliers. DSPH Protection du majeur inapte 7

8 15.4 Un usager, un avocat ou un notaire, peut demander, suite à une évaluation médicale, que le CSSS de la Vieille-Capitale procède à l évaluation psychosociale en vue d une cessation de régime de protection ou des effets de l homologation d un mandat. Cette demande doit être acheminée au directeur des services professionnels et hospitaliers Une procédure légale bien établie atteste qu il y a cessation d un régime de protection ou cessation des effets d un mandat homologué. (C.c.Q. 279, 280, 2173) NOTE : Les génériques masculins et féminins sont utilisés sans aucune discrimination et uniquement dans le but d alléger le texte. DSPH Protection du majeur inapte 8

9

10

11

12

Formulaire Mon mandat en cas d inaptitude

Formulaire Mon mandat en cas d inaptitude 1 de 8 Formulaire Mon mandat en cas d inaptitude REMPLIR EN CARACTÈRES D IMPRIMERIE Tout mot écrit au singulier comprend aussi le pluriel, et tout mot écrit au genre masculin comprend aussi le genre féminin.

Plus en détail

Un de vos proches devient inapte

Un de vos proches devient inapte Un de vos proches devient inapte Comment le protéger? Le Curateur public du Québec À la rencontre de la personne Table des matières Qu est-ce que l inaptitude?... 4 Qu est-ce que le besoin de protection?....

Plus en détail

Fiche 4 Les soins aux personnes majeures protégées

Fiche 4 Les soins aux personnes majeures protégées Fiche 4 Les soins aux personnes majeures protégées La maladie, le handicap ou un accident peuvent altérer vos facultés intellectuelles ou physiques - ou celles d un de vos proches - et vous rendre incapable

Plus en détail

Révision du dispositif de protection des personnes inaptes. Volume 3, mars 2009. Quelques moyens autres que les mesures de protection légales

Révision du dispositif de protection des personnes inaptes. Volume 3, mars 2009. Quelques moyens autres que les mesures de protection légales Révision du dispositif de protection des personnes inaptes Volume 3, mars 2009 Quelques moyens autres que les mesures de protection légales Cette publication a été produite sous la direction du Bureau

Plus en détail

Procuration et compte conjoint

Procuration et compte conjoint Procuration et compte conjoint Ce qu il faut savoir Table des matières La procuration... 04 Qu est-ce qu une procuration?... 04 Quels types de procurations sont utilisés au Canada?... 06 Le choix du mandataire...

Plus en détail

ÉDITION 2013-09-04 À 2014-09-05

ÉDITION 2013-09-04 À 2014-09-05 ÉDITION 2013-09-04 À REGISTRE ÉTABLI EN VERTU DE L ARTICLE 67.3 DE LA LOI SUR L'ACCÈS AUX DOCUMENTS DES ORGANISMES PUBLICS ET SUR LA PROTECTION DES (ARTICLES 64, 65.1, 66, 67, 67.1, 67.2, 68, 68.1 et 70.1

Plus en détail

La garde de la personne dont l état mental présente Titre un danger pour elle-même ou pour autrui. Guide d application

La garde de la personne dont l état mental présente Titre un danger pour elle-même ou pour autrui. Guide d application La garde de la personne dont l état mental présente Titre un danger pour elle-même ou pour autrui Guide d application Juin 2006 Coordination de l édition : Virginie Jamet Mise en pages : Madeleine St-Laurent

Plus en détail

COLLABORATION SPÉCIALE : Marielle PAUZÉ, T.S., directrice des admissions, OTSTCFQ

COLLABORATION SPÉCIALE : Marielle PAUZÉ, T.S., directrice des admissions, OTSTCFQ Guide de pratique L évaluation psychosociale dans le contexte des régimes de protection, du mandat donné en prévision de l inaptitude et des autres mesures de protection au majeur AUTEURE : Lyse GAUTHIER,

Plus en détail

Les paroles s envolent les écrits restent

Les paroles s envolent les écrits restent Les paroles s envolent les écrits restent COMMENT S Y RETROUVER CONCERNANT LA PROCURATION LE MANDAT EN CAS D INAPTITUDE LE TESTAMENT Avril 2008 INTRODUCTION TABLE DES MATIÈRES NTRODUCTION...... 1 DÉFINITION

Plus en détail

Lignes. directrices. droits. d enfants. d accès. Pour l expertise en matière de garde. et des. février 2oo6

Lignes. directrices. droits. d enfants. d accès. Pour l expertise en matière de garde. et des. février 2oo6 Lignes directrices Pour l expertise en matière de garde d enfants et des droits d accès février 2oo6 INTRODUCTION................. 3 PRÉAMBULE.................. 3 I. AMORCE DU PROCESSUS........... 4 A.

Plus en détail

RESPONSABILITÉS PROFESSIONNELLES ET ASPECTS LÉGAUX

RESPONSABILITÉS PROFESSIONNELLES ET ASPECTS LÉGAUX RESPONSABILITÉS PROFESSIONNELLES CHAPITRE 3 RESPONSABILITÉS PROFESSIONNELLES 3.1 INTRODUCTION Le 14 juin 2002, l Assemblée nationale adoptait le projet de loi n o 90 modifiant le Code des professions

Plus en détail

Règlementation municipale en matière d alarmes

Règlementation municipale en matière d alarmes Règlementation municipale en matière d alarmes ARTICLE 1 DÉFINITIONS Pour l interprétation du présent règlement, à moins que le contexte ne s y oppose, les mots et expressions suivants signifient et ce,

Plus en détail

La Protection Juridique. Personnes Majeures. des. «Maison pour les Familles»

La Protection Juridique. Personnes Majeures. des. «Maison pour les Familles» La Protection Juridique des Personnes Majeures «Maison pour les Familles» Les Mesures de Protection? Qui protéger et pourquoi Un adulte doit être capable de pourvoir à ses propres intérêts et exercer les

Plus en détail

Votre union de fait, un choix réfléchi?

Votre union de fait, un choix réfléchi? Votre union de fait, un choix réfléchi? Complément d information de l aide-mémoire Le texte qui suit s adresse à tout couple formé de conjoints de sexe différent ou de même sexe. L utilisation du masculin

Plus en détail

Assurance protection juridique

Assurance protection juridique Assurance protection juridique Assurance protection juridique Depuis plus de 20 ans, nous aidons nos clients à protéger et à défendre ce qui est essentiel grâce à ce produit unique dans le marché! Offerte

Plus en détail

Code d éthique Version révisée février 2011

Code d éthique Version révisée février 2011 Code d éthique Version révisée février 2011 Table des matières Introduction...3 1. Devoirs et obligations...4 1.1. Déclarations de la personne accompagnatrice... 4 1.2. Dispositions générales de la personne

Plus en détail

MESURES DE PROTECTION:

MESURES DE PROTECTION: MESURES DE PROTECTION: LA MISE SOUS TUTELLE OU CURATELLE Prof. Jean-Pierre Kahn Service de Psychiatrie et Psychologie Clinique CHU de NANCY Hôpitaux de Brabois Journée Nationale Prader Willi France Dombasle

Plus en détail

GUIDE À L USAGE DU CURATEUR À UN MAJEUR ET DU CONSEIL DE TUTELLE AIDE-MÉMOIRE DES 8 ÉTAPES DE LA CURATELLE D UN MAJEUR

GUIDE À L USAGE DU CURATEUR À UN MAJEUR ET DU CONSEIL DE TUTELLE AIDE-MÉMOIRE DES 8 ÉTAPES DE LA CURATELLE D UN MAJEUR GUIDE À L USAGE DU CURATEUR À UN MAJEUR ET DU CONSEIL DE TUTELLE AIDE-MÉMOIRE DES 8 ÉTAPES DE LA CURATELLE D UN MAJEUR TABLE DES MATIÈRES 1 S assurer du bien-être de la personne... 3 sous curatelle 2 Faire

Plus en détail

Procédure relative à la protection juridique des majeurs vulnérables

Procédure relative à la protection juridique des majeurs vulnérables Procédure relative à la protection juridique des majeurs vulnérables 1/ Objet et domaine d application date de mise à jour : 31 juillet 2012 - harmoniser les pratiques et améliorer la coordination entre

Plus en détail

3.2 Habilitation à administrer des produits immunisants

3.2 Habilitation à administrer des produits immunisants Chapitre 3 Responsabilités professionnelles et légales 3.1 Introduction Le Programme national de santé publique, adopté en vertu de la Loi sur la santé publique (chapitre S-2.2), a pour objet d encadrer

Plus en détail

MODÈLE DE PROCURATION ET NOTE EXPLICATIVE

MODÈLE DE PROCURATION ET NOTE EXPLICATIVE MODÈLE DE PROCURATION ET NOTE EXPLICATIVE TABLE DES MATIÈRES Mise en garde... 4 PROCURATION POUR LA GESTION DES BIENS... 6 A) Identificaton de la personne qui donne le mandat («Mandant»)...6 B) Identification

Plus en détail

Prestations d assistance et de services pour les besoins de la société

Prestations d assistance et de services pour les besoins de la société 1 MARCHÉ DE SERVICES RÈGLEMENT DE CONSULTATION (R.C) MARCHE N SEM 2015-01 Prestations d assistance et de services pour les besoins de la société Cadre règlementaire : la consultation s effectue conformément

Plus en détail

Les Mesures de Protection

Les Mesures de Protection Les Mesures de Protection Après la loi du 5 mars 2007 Au siège de l ATIP Pour le Collège des Sections des PBP Par le Pôle Protection juridique et Projet de vie des Majeurs 17/01/2012 1 Plan de la présentation

Plus en détail

I - Convocation et transmission de l ordre du jour et des documents

I - Convocation et transmission de l ordre du jour et des documents Règlement intérieur du comité d hygiène, de sécurité et des conditions de travail d établissement public du Centre d études et d expertise sur les risques, l environnement, la mobilité et l aménagement

Plus en détail

Unité d onco-hématologie pédiatrique. Procédure de recueil de consentements du donneur. Codification du document : PO 3.2.2 Rédacteur : Dr V Gandemer

Unité d onco-hématologie pédiatrique. Procédure de recueil de consentements du donneur. Codification du document : PO 3.2.2 Rédacteur : Dr V Gandemer PO 3.2.2 version n 1 page1/5 Unité d onco-hématologie pédiatrique Procédure de recueil de consentements du donneur Codification du document : PO 3.2.2 Rédacteur : Dr V Gandemer Date d application : 1/12/2007

Plus en détail

MANUEL DE GESTION TITRE : PLANIFICATION ET SUIVI DES MESURES DE CONTRÔLE

MANUEL DE GESTION TITRE : PLANIFICATION ET SUIVI DES MESURES DE CONTRÔLE DSC-DIR-04-01 MANUEL DE GESTION TITRE : PLANIFICATION ET SUIVI DES MESURES DE CONTRÔLE TYPE DE DOCUMENT : DIRECTIVE Expéditeur : Directrice des services à la clientèle Destinataires : Tout le personnel

Plus en détail

LA PROTECTION JURIDIQUE DES MAJEURS

LA PROTECTION JURIDIQUE DES MAJEURS ANJEU-TC juin 2008-1 - PETIT GUIDE PRATIQUE LA PROTECTION JURIDIQUE DES MAJEURS Dès 18 ans, le jeune est légalement capable de tous les actes de la vie civile et ses parents ne peuvent plus agir pour son

Plus en détail

Organisation de l administration des biens dans le cadre d une curatelle

Organisation de l administration des biens dans le cadre d une curatelle Organisation de l administration des biens dans le cadre d une curatelle I. Situation de départ L APEA X. est en train d affiner la procédure relative aux placements financiers en collaboration avec le

Plus en détail

Protection juridique des personnes

Protection juridique des personnes Protection juridique des personnes Mode d emploi Docteur Marie-France Maugourd De nouvelles dispositions depuis 2007 Une loi datant de 1968..Nouvelle loi du 5 mars 2007 sur la protection juridique des

Plus en détail

RÈGLEMENT SUR LA GOUVERNANCE DE LA SOCIÉTÉ DE L'ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC ET DU FONDS D ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC

RÈGLEMENT SUR LA GOUVERNANCE DE LA SOCIÉTÉ DE L'ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC ET DU FONDS D ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC RÈGLEMENT SUR LA GOUVERNANCE DE LA SOCIÉTÉ DE L'ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC ET DU FONDS D ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC Loi sur la Société de l assurance automobile du Québec (chapitre S-11.011) Le

Plus en détail

MODÈLE DE PROCURATION ET NOTE EXPLICATIVE

MODÈLE DE PROCURATION ET NOTE EXPLICATIVE MODÈLE DE PROCURATION ET NOTE EXPLICATIVE TABLE DES MATIÈRES Votre procuration est un document important Mise en garde 4 Pour bien comprendre la procuration Note explicative 6 1. Qu est-ce qu une procuration?...

Plus en détail

Catherine Olivier Divorcer sans casse

Catherine Olivier Divorcer sans casse Catherine Olivier Divorcer sans casse Groupe Eyrolles, 2004, ISBN 2-7081-3511-2 Chapitre 2 Le divorce accepté Cette procédure concerne actuellement environ 15 % des divorces. Le divorce accepté, autrefois

Plus en détail

Code d éthique de l ATTrueQ

Code d éthique de l ATTrueQ Code d éthique de l ATTrueQ Version 2009 Table des matières Introduction..3 1. Devoirs et obligations..4 1.1 Déclarations du travailleur de rue...4 1.2 Dispositions générales du travailleur de rue...6

Plus en détail

L obligation de déposer un rapport Guide à. l intention des employeurs, exploitants et infirmières

L obligation de déposer un rapport Guide à. l intention des employeurs, exploitants et infirmières L obligation de déposer un rapport Guide à l intention des employeurs, exploitants et infirmières Table des matières Introduction.... 3 Pourquoi faut-il déposer un rapport?... 3 Que fait l Ordre lorsqu

Plus en détail

On se fait une loi de vous guider

On se fait une loi de vous guider On se fait une loi de vous guider La relation client-avocat Table des matières 3 L avocat : votre allié 4 Comment le choisir? q Les services de référence 6 Bien préparé, vous êtes plus efficace 6 Une communication

Plus en détail

La loi du 25 juin 2008 portant modernisation du marché du travail

La loi du 25 juin 2008 portant modernisation du marché du travail Le point sur ALLER PLUS LOIN DANS VOTRE ACTUALITÉ SOCIALE SOCIAL Juillet 2008 La loi du 25 juin 2008 portant modernisation du marché du travail Les partenaires sociaux ont signé un accord national interprofessionnel

Plus en détail

COUR SUPÉRIEURE DU QUÉBEC

COUR SUPÉRIEURE DU QUÉBEC COUR SUPÉRIEURE DU QUÉBEC CHAMBRE COMMERCIALE DIRECTIVES GÉNÉRALES Montréal, le 26 septembre 2013 1. Instance commerciale Constitue une instance commerciale, instruite en Chambre commerciale, toute instance

Plus en détail

Les affaires et le droit

Les affaires et le droit Les affaires et le droit Chapitre 2 La personne Me Micheline Montreuil 1 Contenu La personne physique La personne morale 2 Objectifs Après la lecture du chapitre, l étudiant doit pouvoir : Différencier

Plus en détail

Règlement de Fonctionnement

Règlement de Fonctionnement Règlement de Fonctionnement Service Mandataire Judiciaire à la Protection des Majeurs Le règlement de fonctionnement est établi conformément aux dispositions du décret N 2008-1504 du 30 décembre 2008.

Plus en détail

Exploitation financière : protégez-vous

Exploitation financière : protégez-vous Exploitation financière : protégez-vous Les banques sont conscientes de l augmentation des cas d exploitation financière dont sont victimes les aînés et les personnes vulnérables. Les banques jouent un

Plus en détail

APRES TOUT ACTE DE MALTRAITANCE. 3. Elaboration des recommandations de pratique. 4. Diffusion au personnel des recommandations.

APRES TOUT ACTE DE MALTRAITANCE. 3. Elaboration des recommandations de pratique. 4. Diffusion au personnel des recommandations. PROCESSUS D ASSURANCE QUALITE MIS EN ŒUVRE APRES TOUT ACTE DE MALTRAITANCE 1. Identification des circonstances déclenchantes de l acte de maltraitance. 2. Définition des objectifs correctifs. 3. Elaboration

Plus en détail

NOTICE à L USAGE D UN CURATEUR CURATELLE SIMPLE

NOTICE à L USAGE D UN CURATEUR CURATELLE SIMPLE TRIBUNAL D INSTANCE de TOULOUSE Service de la Protection des majeurs 40, Avenue Camille Pujol - BP 35847-31506 TOULOUSE CEDEX 5 Téléphone : 05.34.31.79.60 Fax : 05.34.31.79.77 NOTICE à L USAGE D UN CURATEUR

Plus en détail

Procédures de requête et de plainte

Procédures de requête et de plainte 7 Procédures de requête et de plainte Cet outil explique diverses démarches de requêtes ou de plaintes que des personnes peuvent avoir à effectuer dans certaines situations. Il vise à démystifier ces démarches

Plus en détail

Division de l Organisation Scolaire et de la Scolarité. FICHE TECHNIQUE relative à. A l usage des directeurs d écoles

Division de l Organisation Scolaire et de la Scolarité. FICHE TECHNIQUE relative à. A l usage des directeurs d écoles Division de l Organisation Scolaire et de la Scolarité FICHE TECHNIQUE relative à A l usage des directeurs d écoles Avril 2010 1 Qu est-ce que l autorité parentale? L autorité parentale est un ensemble

Plus en détail

Situation familiale: entre les mythes, les perceptions et la réalité

Situation familiale: entre les mythes, les perceptions et la réalité Situation familiale: entre les mythes, les perceptions et la réalité Colloque Question Retraite: le 27 septembre 2012 Me Caroline Marion, notaire, D.Fisc., Pl.Fin. Directrice de comptes - Liquidation de

Plus en détail

Possibilité de garde partagée des enfants et les parents alternent l usage de la résidence (Droit de la famille 1321);

Possibilité de garde partagée des enfants et les parents alternent l usage de la résidence (Droit de la famille 1321); A.A.A.D.F.Q. COUR D APPEL FEVRIER 2013 Me Christiane Lalonde POINTS MARQUANTS : Possibilité de garde partagée des enfants et les parents alternent l usage de la résidence (Droit de la famille 1321); Articles

Plus en détail

7.2 - Le traitement administratif des accidents de service, de travail et des maladies professionnelles

7.2 - Le traitement administratif des accidents de service, de travail et des maladies professionnelles CHAPITRE 7 Les accidents et les maladies professionnelles 7.2 - Le traitement administratif des accidents de service, de travail et des maladies professionnelles 7.2.1 Méthodologie Définitions L accident

Plus en détail

PolyReg Association Générale d Autorégulation. Règlement de contrôle et de sanction des règles de déontologie

PolyReg Association Générale d Autorégulation. Règlement de contrôle et de sanction des règles de déontologie PolyReg Association Générale d Autorégulation Règlement de contrôle et de sanction des règles de déontologie < 1 But du Règlement A. Dispositions générales 1 Le présent règlement fixe les dispositions

Plus en détail

Manuel de la sécurité et de la protection de la santé au travail (SST)

Manuel de la sécurité et de la protection de la santé au travail (SST) Manuel de la sécurité et de la protection de la santé au travail (SST) Manuel SST Version 1 - mai 2007 Etat de Fribourg Service du personnel et d'organisation rue Joseph-Piller 13 1700 Fribourg SUISSE

Plus en détail

Mon dossier personnel

Mon dossier personnel Mon dossier personnel Concernant mes biens et documents importants Inventaire de mes biens et documents importants Afin de simplifier la tâche de mes proches s'il m'arrivait de devenir inapte ou de décéder,

Plus en détail

LES DOCUMENTS DE TRAVAIL DU SÉNAT

LES DOCUMENTS DE TRAVAIL DU SÉNAT LES DOCUMENTS DE TRAVAIL DU SÉNAT Série LÉGISLATION COMPARÉE LA PROTECTION JURIDIQUE DES MAJEURS n LC 148 Juin 2005 - 3 - LA PROTECTION JURIDIQUE DES MAJEURS Sommaire Pages NOTE DE SYNTHÈSE... 5 DISPOSITIONS

Plus en détail

Soutenir les communautés des Premières Nations du Québec qui traversent des périodes de crises sociales.

Soutenir les communautés des Premières Nations du Québec qui traversent des périodes de crises sociales. TABLE DE CONCERTATION SUR LES PROBLÉMATIQUES DE CRISES SOCIALES DANS LES COMMUNAUTÉS DES PREMIÈRES NATIONS DU QUÉBEC TERMES DE RÉFÉRENCE INTRODUCTION La Table de concertation est le résultat d un partenariat

Plus en détail

Délivrance de l information à la personne sur son état de santé

Délivrance de l information à la personne sur son état de santé Délivrance de l information à la personne sur son état de santé Mai 2012 Préambule Le contenu et les qualités de l information Les modalités de la délivrance de l information L information du mineur, du

Plus en détail

Politique de gestion des plaintes et des commentaires

Politique de gestion des plaintes et des commentaires Politique de gestion des plaintes et des commentaires 03.01.0 Page 1 de 6 DATE DE LA MISE À JOUR 2010-11-03 RÉSUMÉ Cette politique vise à encadrer et harmoniser la gestion des plaintes et des commentaires

Plus en détail

protection future Le champ d application du mandat de protection future...4 Les formes du mandat de protection future...5

protection future Le champ d application du mandat de protection future...4 Les formes du mandat de protection future...5 protection future protection future Le champ d application du mandat de protection future...4 Les formes du mandat de protection future...5 La mise en œuvre du mandat de protection future...6 Le contrôle

Plus en détail

NOTICE à L USAGE D UN CURATEUR CURATELLE RENFORCÉE. Vous venez d être désigné en qualité de curateur d un parent ou d un proche.

NOTICE à L USAGE D UN CURATEUR CURATELLE RENFORCÉE. Vous venez d être désigné en qualité de curateur d un parent ou d un proche. TUTELLES MAJEURS Adresse internet : www.ti-toulouse.justice.fr Standard T.I. : 05.34.31.79.79 NOTICE à L USAGE D UN CURATEUR CURATELLE RENFORCÉE Vous venez d être désigné en qualité de curateur d un parent

Plus en détail

Requête aux fins d ouverture d une mesure de protection juridique (articles 425 et suivants du Code Civil)

Requête aux fins d ouverture d une mesure de protection juridique (articles 425 et suivants du Code Civil) Requête aux fins d ouverture d une mesure de protection juridique (articles 425 et suivants du Code Civil) présentée à par : Votre identité Monsieur ou Madame le Juge des Tutelles TRIBUNAL D INSTANCE 27

Plus en détail

ASSOCIATION IVOIRIENNE DE LUTTE CONTRE L EPILEPSIE A I L E

ASSOCIATION IVOIRIENNE DE LUTTE CONTRE L EPILEPSIE A I L E 1 ASSOCIATION IVOIRIENNE DE LUTTE CONTRE L EPILEPSIE A I L E STATUTS ET REGLEMENT INTERIEUR Préambule L épilepsie est l une des affections neurologiques les plus fréquentes en Côte d Ivoire. publique.

Plus en détail

Droits et obligations des travailleurs et des employeurs

Droits et obligations des travailleurs et des employeurs Droits et obligations des travailleurs et des employeurs La Loi sur la santé et la sécurité du travail (LSST) vise à assurer des conditions de santé et de sécurité minimales dans les entreprises québécoises.

Plus en détail

Le présent avis s adresse à tous les représentants en assurance, aux experts en sinistre et aux planificateurs financiers.

Le présent avis s adresse à tous les représentants en assurance, aux experts en sinistre et aux planificateurs financiers. Avis relatif à l application du Règlement sur l exercice des activités des représentants, R.R.Q., c. 9.2, r. 10 (Loi sur la distribution de produits et services financiers) Le présent avis s adresse à

Plus en détail

Les aides légales à la gestion du patrimoine et à la protection de la personne

Les aides légales à la gestion du patrimoine et à la protection de la personne guide pratique Les aides légales à la gestion du patrimoine et à la protection de la personne MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA FONCTION PUBLIQUE SECRÉTARIAT D'ÉTAT CHARGÉ DES AÎNÉS eslégalesà

Plus en détail

guide pratique Les aides légales PDF Create! 5 Trial à la gestion du patrimoine et à la protection de la personne www.nuance.com

guide pratique Les aides légales PDF Create! 5 Trial à la gestion du patrimoine et à la protection de la personne www.nuance.com guide pratique Les aides légales à la gestion du patrimoine et à la protection de la personne es légales à la gestion du patrimoine et à la protection de la personne Les aides légales à la gestion du patrimoine

Plus en détail

Guide de gestion des dossiers d élèves du primaire et du secondaire AD-02-05

Guide de gestion des dossiers d élèves du primaire et du secondaire AD-02-05 Guide de gestion des dossiers d élèves du primaire et du secondaire AD-02-05 Guide de gestion des dossiers d élèves du primaire et du secondaire Table des matières page 2 Table des matières Remerciements

Plus en détail

Le concours se déroule du 17 octobre 2014, 9 h (HAE) au 30 septembre 2015, 23 h 59 (HAE) (ci-après «la période du concours»).

Le concours se déroule du 17 octobre 2014, 9 h (HAE) au 30 septembre 2015, 23 h 59 (HAE) (ci-après «la période du concours»). RÈGLEMENT DESCRIPTION DU PROGRAMME Le programme de bourses jeunesse «TES FINANCES, TON AVENIR, TA CAISSE» est une manifestation concrète de l engagement de la Caisse Desjardins de Nicolet envers la jeunesse.

Plus en détail

POLITIQUE. TITRE : Politique relative à l application des niveaux de soins

POLITIQUE. TITRE : Politique relative à l application des niveaux de soins POLITIQUE Code : DSP-029 Instance responsable : Direction des services professionnels Approuvée par : Dr Michel Piraux Approuvée (ou adoptée) au comité de direction le : 5 juin 2013 Adoptée par le conseil

Plus en détail

Service du secrétariat général Responsable du dossier des assurances

Service du secrétariat général Responsable du dossier des assurances GUIDE DE PLANIFICATION DES ACTIVITÉS ET DE PRÉVENTION DES ACCIDENTS Activités à l extérieur de l école Septembre 2006 Guide PRÉAMBULE Ce guide constitue un outil destiné au personnel de la Commission scolaire

Plus en détail

SYNECO - Agence conseil en économie sociale ASBL Siège social : rue E. Dinot 32 à 5590 Ciney Numéro d entreprise 0460.180.470

SYNECO - Agence conseil en économie sociale ASBL Siège social : rue E. Dinot 32 à 5590 Ciney Numéro d entreprise 0460.180.470 SYNECO - Agence conseil en économie sociale ASBL Siège social : rue E. Dinot 32 à 5590 Ciney Numéro d entreprise 0460.180.470 ASBL constituée en date du 20 février 1997 STATUTS COORDONNES TITRE 1er. Dénomination

Plus en détail

Demande de permis Candidats du cheminement CPA, CA

Demande de permis Candidats du cheminement CPA, CA 5, Place Ville Marie, bureau 800, Montréal (Québec) H3B 2G2 T. 514 288.3256 1 800 363.4688 www.cpaquebec.ca Demande de permis Candidats du cheminement CPA, CA N.B. Il est inutile de présenter une demande

Plus en détail

Politique de soutien aux étudiants en situation de handicap

Politique de soutien aux étudiants en situation de handicap SECRÉTARIAT GÉNÉRAL Règlements, directives, politiques et procédures Politique de soutien aux étudiants en situation de handicap Adoption Instance/Autorité Date Résolution(s) Conseil d administration 14

Plus en détail

Information DES CURATEURS (Curatelle Renforcée)

Information DES CURATEURS (Curatelle Renforcée) Commentaire [1]: 308entetead.wp d Entête de lettre avec destinataire (intégrant charte graphique) Tribunal d instance de RAMBOUILLET Service de la Protection des majeurs Information DES CURATEURS (Curatelle

Plus en détail

Politique et procédures inter-centre jeunesse

Politique et procédures inter-centre jeunesse Politique et procédures inter-centre jeunesse 17 juin 2010 TABLE DES MATIÈRES PRÉAMBULE 1 OBJECTIFS DE LA POLITIQUE ET DES PROCÉDURES INTER-CENTRE JEUNESSE 3 COMITÉ DE SUIVI DE LA POLITIQUE ET DES PROCÉDURES

Plus en détail

POLITIQUE DE PRÊT DE LA GALERIE LEONARD & BINA ELLEN

POLITIQUE DE PRÊT DE LA GALERIE LEONARD & BINA ELLEN POLITIQUE DE PRÊT DE LA GALERIE LEONARD & BINA ELLEN 1. Normes générales 1.1 Principes Dans la perspective du mandat de la Galerie qui vise la recherche et l interprétation de l art dans un contexte national

Plus en détail

COUR SUPÉRIEURE JUGEMENT

COUR SUPÉRIEURE JUGEMENT COUR SUPÉRIEURE CANADA PROVINCE DE QUÉBEC DISTRICT DE LONGUEUIL N : 505-17-002014-043 DATE : 30 mars 2005 SOUS LA PRÉSIDENCE DE : L HONORABLE CAROLE JULIEN, J.C.S. P...-L... B... Demandeur - intimé Et

Plus en détail

Conditions générales de vente. Les termes ci après définis auront dans les présentes Conditions Générales de Vente les significations suivantes :

Conditions générales de vente. Les termes ci après définis auront dans les présentes Conditions Générales de Vente les significations suivantes : Conditions générales de vente PREAMBULE I / Définitions Les termes ci après définis auront dans les présentes Conditions Générales de Vente les significations suivantes : Bon Cadeau : désigne le document

Plus en détail

SÉRIE SUR LA LOCATION IMMOBILIÈRE. Le déménagement

SÉRIE SUR LA LOCATION IMMOBILIÈRE. Le déménagement SÉRIE SUR LA LOCATION IMMOBILIÈRE Le déménagement La présente brochure traite de la façon de donner un préavis, de la façon de déménager plus tôt que prévu tout en respectant la loi, et de ce que vous

Plus en détail

CONTRAT DE SERVICE POUR UNE CONSULTATION MÉDICALE

CONTRAT DE SERVICE POUR UNE CONSULTATION MÉDICALE Veuillez lire au complet ce contrat de service avant de l accepter et de confirmer votre réservation. Nous vous suggérons de l imprimer et d en conserver une copie. CONTRAT DE SERVICE POUR UNE CONSULTATION

Plus en détail

Personnes et familles. Vie à deux. www.notaires.paris-idf.fr

Personnes et familles. Vie à deux. www.notaires.paris-idf.fr Personnes et familles LE DIVORCE Vie à deux LA PRESTATION COMPENSATOIRE www.notaires.paris-idf.fr Vie à deux LE DIVORCE - LA PRESTATION COMPENSATOIRE Au fil du temps, le divorce a été simplifié et pacifié.

Plus en détail

Cour supérieure (garde d enfants, droits d accès, pension alimentaire, division des biens (en divorce ou conjoints de fait pour plus de 70 000 $),

Cour supérieure (garde d enfants, droits d accès, pension alimentaire, division des biens (en divorce ou conjoints de fait pour plus de 70 000 $), Cour supérieure (garde d enfants, droits d accès, pension alimentaire, division des biens (en divorce ou conjoints de fait pour plus de 70 000 $), divorce) (42 palais de justice au Québec) Cour du Québec

Plus en détail

Guide pour la prévention des abus financiers envers les aînés.

Guide pour la prévention des abus financiers envers les aînés. Guide pour la prévention des abus financiers envers les aînés. La réalisation de ce document a été rendue possible grâce au soutien financier du Secrétariat aux aînés du ministère de la Famille et des

Plus en détail

La loi du 31 janvier 2009 relative à la continuité des entreprises

La loi du 31 janvier 2009 relative à la continuité des entreprises La loi du 31 janvier 2009 relative à la continuité des entreprises Les instruments préprocéduraux Médiateur d entreprise Mandataire de justice Administrateur provisoire La réorganisation judiciaire 30

Plus en détail

Siège national. L'UNSA et internet. Les délégués du personnel. UNSA 21, rue Jules Ferry 93177 Bagnolet Cedex Tél : 01 48 18 88 00 Fax : 01 48 18 88 99

Siège national. L'UNSA et internet. Les délégués du personnel. UNSA 21, rue Jules Ferry 93177 Bagnolet Cedex Tél : 01 48 18 88 00 Fax : 01 48 18 88 99 Siège national UNSA 21, rue Jules Ferry 93177 Bagnolet Cedex Tél : 01 48 18 88 00 Fax : 01 48 18 88 99 L'UNSA et internet Le site web www.unsa.org Le courriel unsa@unsa.org page 2 les délégués du personnel

Plus en détail

RÈGLEMENT GÉNÉRAL 11

RÈGLEMENT GÉNÉRAL 11 RÈGLEMENT GÉNÉRAL 11 PROCESSUS DE CONSULTATION EN VUE DE LA DÉSIGNATION DES CHEFS D ÉTABLISSEMENT NOTE : Le texte que vous consultez est une codification administrative des règlements de l'uq. Leur version

Plus en détail

Guide sur le perfectionnement et le développement professionnel ACEP

Guide sur le perfectionnement et le développement professionnel ACEP Guide sur le perfectionnement et le développement professionnel ACEP Table des matières Chapitre I : Énoncé de principes : 1. Préambule. 3 2. Programme de perfectionnement et de développement carrière...

Plus en détail

Présentation d une requête au comité d examen des demandes dérogatoires au regard de l aide financière aux études. Guide 2015-2016

Présentation d une requête au comité d examen des demandes dérogatoires au regard de l aide financière aux études. Guide 2015-2016 Présentation d une requête au comité d examen des demandes dérogatoires au regard de l aide financière aux études Guide 2015-2016 Le présent document a été produit par le ministère de l Éducation, de l

Plus en détail

Direction des services d hébergement Description de fonction

Direction des services d hébergement Description de fonction Direction des services d hébergement Description de fonction ASSISTANT(E)-INFIRMIER(ÈRE)-CHEF SUPÉRIEUR IMMÉDIAT : STATUT : QUART DE TRAVAIL : CHEF D UNITÉ ET/OU CHEF D ACTIVITÉS EN SERVICE POSTE SYNDIQUÉ

Plus en détail

LES DÉCISIONS LÉGALES: UN DÉFI À PARTAGER

LES DÉCISIONS LÉGALES: UN DÉFI À PARTAGER LES DÉCISIONS LÉGALES: UN DÉFI À PARTAGER Pauline Bigotaud, travailleuse sociale retraitée Doris Clerc, psychiatre, IUGM Andrée Robillard, médecin de famille, CH Notre-Dame-de-la-Merci 1 DIVULGATION CONFLIT

Plus en détail

Partir en toute. assurance PARTOUT DANS LE MONDE

Partir en toute. assurance PARTOUT DANS LE MONDE Partir en toute assurance PARTOUT DANS LE MONDE L information contenue dans ce document l est à titre indicatif et n engage en rien la responsabilité de la Société de l assurance automobile du Québec.

Plus en détail

Juillet 2013 Recommandations de l ASB et de la COPMA relatives à la gestion du patrimoine conformément au droit de la protection des mineurs et des

Juillet 2013 Recommandations de l ASB et de la COPMA relatives à la gestion du patrimoine conformément au droit de la protection des mineurs et des Juillet 2013 Recommandations de l ASB et de la COPMA relatives à la gestion du patrimoine conformément au droit de la protection des mineurs et des adultes I. Préambule... 2 II. Gestion du patrimoine dans

Plus en détail

Projet de loi n o 20

Projet de loi n o 20 Loi édictant la Loi favorisant l accès aux services de médecine de famille et de médecine spécialisée et modifiant diverses dispositions législatives en matière de procréation assistée Mémoire présenté

Plus en détail

NOTRE Code d éthique. S engager dans le respect de tous

NOTRE Code d éthique. S engager dans le respect de tous NOTRE Code d éthique S engager dans le respect de tous Notre Code d éthique S engager dans le respect de tous Le présent code d éthique a été adopté par le conseil d administration du Centre de santé et

Plus en détail

CONTRAT DE SERVICE & CONDITIONS GÉNÉRALES D ABONNEMENT

CONTRAT DE SERVICE & CONDITIONS GÉNÉRALES D ABONNEMENT CONTRAT DE SERVICE & CONDITIONS GÉNÉRALES D ABONNEMENT Veuillez lire attentivement ce contrat de service qui prévoit les modalités et les conditions générales suivant lesquelles CCAP vous fournira les

Plus en détail

SERVICE DE RÉFÉRENCE DU BARREAU DE LONGUEUIL Pour la période du 1er avril 2013 au 31 mars 2014 ET : NOM : NUMÉRO DE MEMBRE : TÉLÉPHONE : TÉLÉCOPIEUR :

SERVICE DE RÉFÉRENCE DU BARREAU DE LONGUEUIL Pour la période du 1er avril 2013 au 31 mars 2014 ET : NOM : NUMÉRO DE MEMBRE : TÉLÉPHONE : TÉLÉCOPIEUR : CONVENTION INTERVENUE SERVICE DE RÉFÉRENCE DU BARREAU DE LONGUEUIL Pour la période du 1er avril 2013 au 31 mars 2014 ENTRE : BARREAU DE LONGUEUIL 1111, Jacques-Cartier Est, Bureau RC-32h Longueuil (Québec)

Plus en détail

DEPARTEMENT DU NORD - ARRONDISSEMENT DE LILLE COMMUNE DE LOMPRET

DEPARTEMENT DU NORD - ARRONDISSEMENT DE LILLE COMMUNE DE LOMPRET DEPARTEMENT DU NORD - ARRONDISSEMENT DE LILLE COMMUNE DE LOMPRET R E G L E M E N T I N T E R I E U R D U C O N S E I L M U N I C I P A L Adopté par délibération n 36/2014 en date du 02 juillet 2014 Commune

Plus en détail

Maître de sa vie et de ses biens

Maître de sa vie et de ses biens Maître de sa vie et de ses biens La prévention et l interventionl en situation d abus d financiers chez les personnes aînéesa 2007-02 02-0909 Table des matières 1. Objectifs 2. Statistiques sur la MRC

Plus en détail

Règlement numéro 11 portant sur LES DROITS DE TOUTE NATURE EXIGIBLES DES ÉTUDIANTS

Règlement numéro 11 portant sur LES DROITS DE TOUTE NATURE EXIGIBLES DES ÉTUDIANTS COLLÈGE D'ENSEIGNEMENT GÉNÉRAL ET PROFESSIONNEL MARIE-VICTORIN Règlement numéro 11 portant sur LES DROITS DE TOUTE NATURE EXIGIBLES DES ÉTUDIANTS Adopté le 14 décembre 1998 CA-98-51-465 Amendé le 8 février

Plus en détail

et sa filiale gestionnaire du réseau d électricité Déclaration du candidat

et sa filiale gestionnaire du réseau d électricité Déclaration du candidat et sa filiale gestionnaire du réseau d électricité Marché et accord-cadre cadre Déclaration du candidat Le présent document de 9 pages (page de garde incluse) répond aux exigences des articles 8 et 38

Plus en détail

L aide juridique, la justice à coût $ûr. Complément d information à l aide-mémoire

L aide juridique, la justice à coût $ûr. Complément d information à l aide-mémoire L aide juridique, la justice à coût $ûr Complément d information à l aide-mémoire La demande d aide juridique La résidence au Québec Pour être admissible à l aide juridique, le requérant doit résider au

Plus en détail

LISTE DES RECOMMANDATIONS

LISTE DES RECOMMANDATIONS LISTE DES RECOMMANDATIONS Liste des recommandations du rapport annuel 2009-2010 ADMINISTRATION PUBLIQUE COMMISSION ADMINISTRATIVE DES RÉGIMES DE RETRAITE ET D ASSURANCES CONSIDÉRANT QUE les citoyens sont

Plus en détail

Réclamations de la Clientèle

Réclamations de la Clientèle Réclamations de la Clientèle Fiche processus: Traitement des réclamations de la clientèle Vue d'ensemble Domaine Gestion de fortune et gestion de la société Nom du processus Traitement des réclamations

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR DU COMITE D HYGIENE,

REGLEMENT INTERIEUR DU COMITE D HYGIENE, REGLEMENT INTERIEUR DU COMITE D HYGIENE, DE SECURITE ET DES CONDITIONS DE TRAVAIL PREAMBULE Le présent règlement a pour but de préciser quels sont les modes de fonctionnement adoptés par le CHSCT de l

Plus en détail