Traitement acoustique des locaux de travail

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Traitement acoustique des locaux de travail"

Transcription

1 Traitement acoustique des locaux de travail

2 L Institut national de recherche et de sécurité (INRS) Dans le domaine de la prévention des risques professionnels, l INRS est un organisme scientifique et technique qui travaille, au plan institutionnel, avec la CNAMTS, les CARSAT, CRAM, CGSS et plus ponctuellement pour les services de l État ainsi que pour tout autre organisme s occupant de prévention des risques professionnels. Il développe un ensemble de savoir-faire pluridisciplinaires qu il met à la disposition de tous ceux qui, en entreprise, sont chargés de la prévention : chef d entreprise, médecin du travail, CHSCT, salariés. Face à la complexité des problèmes, l Institut dispose de compétences scientifiques, techniques et médicales couvrant une très grande variété de disciplines, toutes au service de la maîtrise des risques professionnels. Ainsi, l INRS élabore et diffuse des documents intéressant l hygiène et la sécurité du travail : publications (périodiques ou non), affiches, audiovisuels, multimédias, site Internet Les publications de l INRS sont distribuées par les CARSAT. Pour les obtenir, adressez-vous au service Prévention de la caisse régionale ou de la caisse générale de votre circonscription, dont l adresse est mentionnée en fin de brochure. L INRS est une association sans but lucratif (loi 1901) constituée sous l égide de la CNAMTS et soumise au contrôle financier de l État. Géré par un conseil d administration constitué à parité d un collège représentant les employeurs et d un collège représentant les salariés, il est présidé alternativement par un représentant de chacun des deux collèges. Son financement est assuré en quasi-totalité par le Fonds national de prévention des accidents du travail et des maladies professionnelles. Les caisses d assurance retraite et de la santé au travail (CARSAT), les caisses régionales d assurance maladie (CRAM) et caisses générales de sécurité sociale (CGSS) Les caisses d assurance retraite et de la santé au travail, les caisses régionales d assurance maladie et les caisses générales de sécurité sociale disposent, pour participer à la diminution des risques professionnels dans leur région, d un service Prévention composé d ingénieurs-conseils et de contrôleurs de sécurité. Spécifiquement formés aux disciplines de la prévention des risques professionnels et s appuyant sur l expérience quotidienne de l entreprise, ils sont en mesure de conseiller et, sous certaines conditions, de soutenir les acteurs de l entreprise (direction, médecin du travail, CHSCT, etc.) dans la mise en œuvre des démarches et outils de prévention les mieux adaptés à chaque situation. Ils assurent la mise à disposition de tous les documents édités par l INRS. Toute représentation ou reproduction intégrale ou partielle faite sans le consentement de l INRS, de l auteur ou de ses ayants droit ou ayants cause, est illicite. Il en est de même pour la traduction, l adaptation ou la transformation, l arrangement ou la reproduction, par un art ou un procédé quelconque (article L du code de la propriété intellectuelle). La violation des droits d auteur constitue une contrefaçon punie d un emprisonnement de trois ans et d une amende de euros (article L et suivants du code de la propriété intellectuelle). INRS, Conception graphique et illustrations Alain Riff

3 Traitement acoustique des locaux de travail Jean-Pierre Servent ED 6103 décembre 2011

4 Le local a un rôle déterminant dans l exposition au bruit des travailleurs. Par sa réverbération, il augmente le bruit provenant des machines et affecte tout l espace de travail. Le code du travail fixe les caractéristiques minimales que doivent présenter les locaux. Ce document rappelle quelques aspects techniques, décrit comment qualifier un local, précise les exigences réglementaires et explique le principe et la mise en œuvre du traitement acoustique d un local. AVERTISSEMENT Le traitement acoustique participe à l action globale de réduction des nuisances sonores en milieu de travail. Il ne dispense pas de mettre en œuvre les autres moyens techniques et organisationnels de réduction du bruit : machines moins bruyantes, réduction à la source [1], capotages et encoffrements [2], réimplantation, etc. Quand il est prévu à la conception, le traitement acoustique d un local permet aussi de répondre aux règles d isolation thermique. En revanche, la correction acoustique d un local existant est toujours plus difficile et plus coûteuse [3]. Fig. 1. Local réverbérant Fig. 2. Local traité d'un point de vue accoustique Le traitement acoustique consiste à recouvrir une partie des parois d un local, généralement le plafond mais parfois aussi les murs, d un matériau absorbant, afin de limiter au maximum l amplification du bruit. Bien sûr, l absorption n est jamais totale mais elle a un impact important sur le niveau sonore ambiant (fig. 1 et 2). 3 2

5 ASPECTS TECHNIQUES 4 PRINCIPE DU TRAITEMENT ACOUSTIQUE 6 MISE EN ŒUVRE 8 EXIGENCES RÉGLEMENTAIRES 10 EXEMPLES DE RÉALISATIONS 12 POUR EN SAVOIR PLUS 14

6 ASPECTS TECHNIQUES Propagation du son dans l air S 90 db 84 db db d 78 db À l extérieur et en l absence de tout obstacle, on ne perçoit que le bruit direct émis par une source sonore. Les acousticiens parlent de champ libre. Le niveau sonore ne dépend donc que de la distance de l opérateur à la source. Il décroît de 6 db(a) 1, chaque fois que cette distance de la source à l opérateur double (fig. 3) Fig. 3. Perception à l'extérieur distance (m) À l intérieur d un local, le bruit direct est augmenté du bruit réfléchi par les parois. Les acousticiens parlent de champ réverbéré. Ainsi, plus le local est réverbérant, moins le niveau sonore diminue quand on s éloigne de la source sonore. Sa diminution est inférieure à 6 db(a) à chaque doublement de la distance, par exemple 2, 3 ou 4 db(a) (fig. 4). S Fig. 4. Perception à l'intérieur d'un local Le rôle du traitement acoustique est de limiter la réverbération en absorbant une partie de l énergie sonore à chaque réflexion, pour se rapprocher des conditions de champ libre. La diminution du niveau sonore se rapproche alors des 6 db(a) à chaque doublement de la distance de la source à l opérateur (fig. 5). S 5 4 Fig. 5. Perception dans un local traité

7 Qualification du local niveau sonore (db) à 2 m : 3 db(a) à 20 m : 13 db(a) source S amplification échelle linéaire distance à la source (m) Fig. 6. Amplification en fonction de la distance à la source pour un local donné à titre d'exemple dans le local en champ libre L apport du champ réverbéré constitue l amplification du local (fig. 6, en rouge). Un local peut amplifier de quelques db 1 près de la source à plus de 10 db loin de celle-ci. Pour quantifier cette amplification, on compare la courbe de décroissance idéale en champ libre à celle du local. L écart entre les deux courbes matérialise l amplification due à la réverbération. Les acousticiens se servent donc de la grandeur appelée «décroissance du niveau sonore par doublement de distance». Elle est notée DL, mesurée en db(a), et caractérise l absorption acoustique d un local industriel. Pour la mesurer, on relève le niveau sonore dans le local lorsqu on s éloigne d une source artificielle de référence. Cette mesure est décrite en annexe de l arrêté du 30 août 1990 [4]. Le tracé du graphique en échelle logarithmique (fig. 7), montre la DL, pente de la droite, pour un local donné à titre d exemple et celle en champ libre. niveau sonore (db) Fig.7. source S champ libre extérieur pente DL = 6 db local pente DL = 3 db échelle logarithmique distance à la source (m) Expression de la pente DL pour un local donné à titre d'exemple et de la pente DL en champ libre Cette grandeur (DL) n est toutefois pas adaptée à la qualification de locaux de petites dimensions (grande longueur < 16 m ou petite longueur < 8 m). On utilise alors la durée de réverbération, notée Tr (en secondes), qui correspond au temps mis par un bruit interrompu brutalement pour décroître de 60 db(a). La réglementation sur la protection des travailleurs ne prend pas en compte ce paramètre. On trouve néanmoins des documents scientifiques [5], des normes et des réglementations des ministères de la santé ou de l éducation nationale, qui recommandent des valeurs pour différents types de locaux ou de bureaux. 1 Les notions d acoustique générale, telles que le db et le db(a) sont expliquées dans le document INRS, référencé ED 962 [1].

8 PRINCIPE DU TRAITEMENT ACOUSTIQUE Le rôle des parois (fig. 8) Les parois sont généralement constituées de matériaux pleins (béton, tôle) qui réfléchissent une très grande partie de l onde sonore incidente et transmettent le reste. On peut les revêtir d un matériau poreux, absorbant une partie de l énergie de cette onde sonore avant qu elle ne rencontre la paroi. L absorption est caractérisée par le coefficient d absorption «α» dit Alpha Sabine [11]. Il est le rapport entre l énergie absorbée et l énergie totale de l onde sonore incidente. Il varie entre 0 (matériau réfléchissant) et 1 (matériau totalement absorbant). Le tableau ci-dessous donne des exemples de valeurs du coefficient d absorption α pour différents matériaux, en fonction de la fréquence. Marériau poreux absorbant l'énergie sonore Réflexion Onde incidente À l'intérieur du local : l'absorption limite les réflexions Absorption Marériau plein limitant la transmission mais réfléchissant le son Transmission De l'autre côté de la paroi : l'isolation limite les transmissions Fig. 8. Correction accoustique. Ne pas confondre correction accoustique en absorption et isolation accoustique Valeurs de coefficient d absorption pour divers matériaux Valeurs de α Matériaux absorbants* 250 Hz 500 Hz Hz Hz Hz α w ** Laine minérale sous bardage perforé, ép. = 50 mm 0,80 0,90 0,90 0,90 0,95 0,90 Faux plafond en laine minérale avec voile fibre de verre, épaisseur = 20 mm (+ plénum 200 mm) 0,85 0,95 0,85 0,95 0,85 0,95 Mousse de mélamine, épaisseur = 20 mm 0,10 0,20 0,50 0,80 0,90 0,30 Mousse de mélamine, épaisseur = 50 mm 0,28 0,60 0,90 1,00 1,00 0,55 Mousse de polyuréthane, épaisseur = 20 mm 0,15 0,28 0,50 0,95 0,85 0,35 Mousse de polyuréthane, épaisseur = 50 mm 0,36 0,42 0,97 0,82 0,98 0,35 Matériaux non absorbants 250 Hz 500 Hz Hz Hz Hz α w Vitrage 0,25 0,18 0,12 0,07 0,04 - Bardage métallique 0,20 0,15 0,14 0,10 0,05 - Parois lisses (béton) 0,04 0,05 0,05 0,05 0,05 - * Matériaux absorbants : ils ont pour fonction d absorber une partie de l énergie sonore lors de la réflexion d un bruit sur une paroi. ** α w : coefficient qui donne la valeur moyenne de l absorption d un matériau ou d un assemblage de matériaux. Il se calcule suivant la norme NF EN ISO [12]. 6 7

9 Les matériaux absorbants (fig. 9) A Fig 9. Exemples de materiaux acoustiques A Laine de roche revêtue d une paroi perforée en acier. B Parpaing acoustique. C Mousse de mélamine. C B Les matériaux utilisés pour le traitement acoustique des parois sont généralement des matériaux poreux à base de fibres minérales (laines de verre ou de roche) ou des mousses synthétiques (mélamine, polyuréthane). Leur absorption acoustique varie avec leur épaisseur, leur porosité et leur densité. Ils sont souvent protégés, par un voile de verre, une peinture microporeuse, un pare-vapeur 3, un film métallisé ou une tôle perforée. Ces revêtements affectent leur efficacité. Seuls les films très minces (épaisseur < 40 μm et masse surfacique < 30 g/m 2 ) ou les tôles à taux de perforation d au moins 20 % altèrent peu les performances. Pour être efficaces en basses fréquences, ces matériaux doivent avoir une bonne épaisseur ( mm). À défaut, l absorption à ces fréquences peut être renforcée par des solutions complémentaires plus élaborées utilisant les effets résonateur ¼ d onde (aussi appelé effet membrane) ou résonateur de Helmholtz 4. Il est toujours préférable de considérer le coefficient d absorption d une paroi dans sa conception définitive incluant le support et le mode de pose, le pare-vapeur éventuel, le film ou le revêtement protecteur. AVERTISSEMENT Il n y a pas deux situations industrielles identiques. Toutes les solutions de traitement acoustique n ont donc pas les mêmes performances. Les solutions industrielles proposant des traitements acoustiques présentant des coefficients d absorption α w ** proches de 1 sont nombreuses. Elles sont à privilégier car elles sont le gage d une bonne efficacité et sont souvent nécessaires pour obtenir une pente DL en accord avec la réglementation. Les produits industriels font aussi l objet d un classement défini dans une norme [12]. Les classes vont de A à E (plus les non classés), la classe A étant la plus performante. 3 Pare-vapeur : le pare-vapeur empêche l infiltration de la vapeur d eau dans les parois. Il est également étanche à l air. 4 Résonateur de Helmholtz : c est un phénomène de résonance de l air enfermé dans une cavité. Les résonateurs se placent dans l épaisseur d une paroi et sont souvent calculés pour absorber sélectivement les basses fréquences.

10 MISE EN ŒUVRE Fig. 10. Schéma global des differents modes de mise en œuvre du traitement acoustique d un local. 9 8

11 Il existe plusieurs modes de mise en œuvre d un traitement acoustique de local (fig. 10) : En revêtement de plafond ou en faux plafond. Dans ce cas, il est fréquent qu un vide d air, appelé plénum, soit laissé entre le plafond rigide et le faux plafond constitué de matériau absorbant à base de laine minérale. Ce vide d air contribue à augmenter l absorption. Il doit être en adéquation avec les données techniques du fournisseur (en général il est de l ordre de 200 mm). En baffles suspendus verticalement. Posés de façon très dense, ils peuvent être plus efficaces que des faux plafonds acoustiques, en particulier aux basses fréquences. En sous face de toiture, le traitement acoustique ainsi que l étanchéité reposent sur un bac métallique perforé. Le matériau absorbant est un isolant en feutre ou en laine minérale revêtu sur une face d un parevapeur en aluminium et sur l autre face d un voile de verre. L isolant supérieur est en laine minérale haute densité sur lequel repose le support d étanchéité bicouche bitume, ou bien une couverture en tôle d acier associée à un complexe isolant thermique. En revêtement mural, le bardage intérieur est réalisé avec des panneaux métalliques perforés (ou crevés, mais ils sont alors bien moins efficaces). Une première couche d absorbant à base de laine minérale est déroulée, suivie d une seconde couche d isolant de type feutre de bardage posée sous la peau extérieure ; elles sont séparées par un pare-vapeur. Quelle que soit la solution retenue, la pose doit être conforme au DTU (Document technique unifié) correspondant. Il est toujours plus économique et plus efficace d agir à la conception que de corriger a posteriori [3, 13]. ATTENTION À la pose du pare-vapeur, en aucun cas il ne doit être en contact direct avec le bac métallique perforé. Ceci aurait pour effet d annuler presque totalement l efficacité annoncée du traitement. Des calculs prévisionnels peuvent être réalisés pour évaluer l effet d un traitement acoustique, notamment pour déterminer la surface à traiter et les panneaux nécessaires, ou pour prédire quantitativement l efficacité (ou, au contraire, l insuffisance) du traitement, avant même de le mettre en place. Plusieurs logiciels permettent ces calculs et sont largement répandus dans les bureaux d études ou chez les consultants (exemple : Rayplus acoustique de l INRS) 5. Le traitement acoustique ne doit pas affecter les autres conditions de travail, notamment l éclairage naturel ou artificiel, le confort thermique ou la ventilation du local [14 à 19]. 5 La méthode de calcul prévisionnel évalue les niveaux sonores dans tout type de local (enveloppe de bâtiment, volumes internes, détails architecturaux, machines, encombrements ). Elle offre également la possibilité de réaliser des cartographies du bruit pour différentes octaves ou différents cas de traitement acoustique. Enfin, elle permet d établir des courbes de décroissance sonore et d améliorer la conformité d un local avec la réglementation en vigueur (arrêté du 30 août 1990). Le logiciel développé par l INRS intègre une interface graphique compatible avec Windows 95/98/2000/XP et le code de calcul (technique des rayons) fonctionne de manière autonome dans cet environnement. RayPlus est destiné aux bureaux d études, aux concepteurs, aux architectes, aux ingénieurs et acousticiens.

12 EXIGENCES RÉGLEMENTAIRES Quelles sont les règles? Article R du code du travail (anciennement article R ) Les locaux, dans lesquels doivent être installés des machines ou des appareils susceptibles d exposer les travailleurs à un niveau d exposition sonore quotidienne supérieure à 85 db(a), doivent être conçus, construits ou aménagés de façon à : - réduire la réverbération du bruit sur les parois, lorsque cette réverbération occasionne une augmentation notable du niveau d exposition des travailleurs, - limiter la propagation du bruit vers les autres locaux occupés par des travailleurs. L arrêté du 30 août 1990, sur la correction acoustique des locaux de travail, fixe les caractéristiques minimales que doivent respecter ces locaux, de façon à réduire la réverbération du bruit sur les parois lorsque celle-ci augmente notablement le niveau d exposition sonore des travailleurs [6]. Art. 1 er Le présent arrêté est applicable à la construction ou à l aménagement des locaux de travail visés à l article R du code du travail, où doivent être installés des machines et appareils susceptibles d exposer les travailleurs à un niveau d exposition sonore quotidienne supérieur à 85 db(a) ( ) ( ) L augmentation de l exposition s apprécie par rapport à ce que serait l exposition de chacun des travailleurs dans le même local idéalement traité, c est-à-dire sans aucune réverbération. Les prescriptions techniques fixées à l article 2 du présent arrêté sont applicables dès lors qu il est établi que la réverbération, évaluée par une méthode d acoustique prévisionnelle, provoquerait une augmentation du niveau d exposition sonore quotidienne d un travailleur égale ou supérieure à 3 db(a)

13 Art. 2 Les parois des locaux mentionnés à l article 1 er doivent recevoir une correction acoustique telle que la décroissance du niveau sonore par doublement de distance à la source, mesurée dans le local vide de toute machine ou installation de production, atteigne au moins la valeur donnée dans le tableau A. Lorsque la décroissance du niveau sonore par doublement de distance à la source est mesurée dans le local après installation des machines et appareils de production, la valeur DL qui doit être au moins atteinte est donnée dans le tableau B. Le mode opératoire pour la mesure de la DL est décrit en annexe de l arrêté du 30 août Le texte complet de la réglementation est consultable dans l aide-mémoire juridique TJ 16 [7]. Pente DL Tableau A LOCAL VIDE db(a) Tableau B Surface au sol du local en m 2 Pente DL minimale en db(a) S 210 DL = < S DL = 1,5 logs-1,5 S > DL = S Surface S au sol du local (m 2 ) Surface au sol du local en m 2 CONFORME NON CONFORME Pente DL minimale en db(a) LOCAL LOCAL S 210 DL = 3 ENCOMBRÉ L 210 < S DL = 1,5 logs-0,5 S > DL = 4 LOCAL VIDE REMARQUE Il existe des matériaux absorbants compatibles avec les règles d hygiène particulières appliquées à certains locaux et qui supportent notamment un nettoyage régulier au jet haute pression [8 à 10]. Pente DL db(a) CONFORME NON CONFORME LOCAL ENCOMBRÉ S Surface S au sol du local (m 2 )

14 EXEMPLES DE RÉALISATIONS A B Certaines réalisations sont présentées ici à titre d illustration. De nombreux autres exemples de traitement acoustique de locaux sont donnés dans le document INRS, référencé ED 997 [20]. A B C D Dans cette chaudronnerie l efficacité des écrans acoustiques est améliorée par la mise en place de baffles absorbants au plafond. Pour cette menuiserie, le traitement acoustique est réalisé par un faux plafond et des retombées murales. Ce traitement a également permis l amélioration de l ambiance lumineuse et du confort thermique. Les gaines d aspiration sont dissimulées par le faux plafond. Le traitement de ce local dans l agroalimentaire a nécessité le choix de matériaux respectant les contraintes d hygiène et de nettoyage de cette activité

15 C D

16 POUR EN SAVOIR PLUS AUTRES DOCUMENTS [1] Techniques de réduction du bruit en entreprise. Quelles solutions, comment choisir? Paris, INRS, ED 962, 2006, 124 p. [2] Réussir un encoffrement acoustique. Paris, INRS, coll. Fiche pratique de sécurité, ED 107, 6 p. [3] Approche économique lors de la conception des lieux de travail. Paris, INRS, ED 847, 2000, 48 p. [4] Méthode de mesurage de la décroissance du niveau sonore par doublement de distance à la source. Annexe de l arrêté du 30 août 1990 (texte intégral dans le document INRS TJ 16 [7]). [5] Beranek L.L. Music, Acoustics, and Architecture. Wiley, 1962, 592 p. [6] Arrêté du 30 août 1990 pris pour l application de l article R du code du travail et relatif à la correction acoustique des locaux de travail (texte intégral dans le document INRS TJ 16 [7]). [7] Le bruit. Paris, INRS, coll. Aide-mémoire juridique, TJ 16, 2007, 28 p. [8] Ondet A-M., Melon M. Étude du comportement acoustique des matériaux absorbants susceptibles d être utilisés dans l industrie alimentaire. Paris, INRS, ND 2010, 1996, 14 p. (fichier pdf). [9] Boissier M., Ritoux S. et coll. - Étude des qualités hygiéniques des panneaux acoustiques. Paris, INRS, ND 2208, 2004, 8 p. (fichier pdf). [10] Usine agroalimentaire. Intégrer le nettoyage et la désinfection à la conception des locaux. Paris, INRS, ED 106, 2003, 12 p. [11] Norme ISO 354:2003. Acoustique. Mesurage de l absorption acoustique en salle réverbérante. [12] Norme NF EN ISO 11654:1997. Acoustique. Absorbants pour l utilisation dans les bâtiments. Évaluation de l absorption acoustique. [13] Norme ISO 11690:1996. Pratique recommandée pour la conception des lieux de travail à bruit réduit contenant des machines. [14] L éclairage naturel. Paris, INRS, coll. Fiche pratique de sécurité, ED 82, 1999, 4 p. [15] L aménagement des bureaux. Principales données ergonomiques. Paris, INRS, coll. Fiche pratique de sécurité, ED 23, 2007, 4 p. [16] Conception des lieux et des situations de travail. Santé et sécurité : démarche, méthodes et connaissances techniques. Paris, INRS, ED 950, 2010, 152 p. [17] Éclairage artificiel au poste de travail. Paris, INRS, coll. Fiche pratique de sécurité, ED 85, 1999, 4 p. [18] La compensation contrôlée d une installation de ventilation. Paris, INRS, coll. Fiche pratique de sécurité, ED 86, 2000, 4 p. [19] Conception et aménagement des postes de travail. Paris, INRS, coll. Fiche pratique de sécurité, ED 79, 1999, 8 p. [20] Techniques de réduction du bruit en entreprise. Exemples de réalisation. Paris, INRS, ED 997, 2007, 120 p. Directive 2003/10/CE du 06/02/2003 concernant les prescriptions minimales de sécurité et de santé relatives à l exposition des travailleurs aux risques dus aux agents physiques (bruit). Dossier «Bruit» à consulter sur le site AUTEURS Groupe national des correspondants «bruit» constitué de l INRS et des Centres de mesures physiques : - de la Carsat Auvergne Clermont-ferrand - de la Carsat Bretagne Rennes - de la Carsat Centre Orléans - de la Carsat Centre-Ouest Limoges - de la Carsat Languedoc-Roussillon Montpellier - de la Carsat Midi-Pyrénées Toulouse - de la Carsat Nord-Est Nancy - de la Carsat Nord-Picardie Lille - de la Cramif Paris 15 14

17 Achevé d imprimer par Corlet, Imprimeur, S.A Condé-sur-Noireau N d Imprimeur : Dépôt légal : juillet Imprimé en France

18 Pour obtenir en prêt les audiovisuels et multimédias et pour commander les brochures et les affiches de l INRS, adressez-vous au service Prévention de votre Carsat, Cram ou CGSS. Services Prévention des Carsat et des Cram Carsat ALSACE-MOSELLE (67 Bas-Rhin) 14 rue Adolphe-Seyboth CS Strasbourg cedex tél fax (57 Moselle) 3 place du Roi-George BP Metz cedex 1 tél fax (68 Haut-Rhin) 11 avenue De-Lattre-de-Tassigny BP Colmar cedex tél Carsat AQUITAINE (24 Dordogne, 33 Gironde, 40 Landes, 47 Lot-et-Garonne, 64 Pyrénées-Atlantiques) 80 avenue de la Jallère Bordeaux cedex tél fax Carsat AUVERGNE (03 Allier, 15 Cantal, 43 Haute-Loire, 63 Puy-de-Dôme) Espace Entreprises Clermont République Clermont-Ferrand cedex 9 tél Carsat BOURGOGNE et FRANCHE-COMTÉ (21 Côte-d Or, 25 Doubs, 39 Jura, 58 Nièvre, 70 Haute-Saône, 71 Saône-et-Loire, 89 Yonne, 90 Territoire de Belfort) ZAE Cap-Nord, 38 rue de Cracovie Dijon cedex tél fax Carsat BRETAGNE (22 Côtes-d Armor, 29 Finistère, 35 Ille-et-Vilaine, 56 Morbihan) 236 rue de Châteaugiron Rennes cedex tél fax Carsat CENTRE (18 Cher, 28 Eure-et-Loir, 36 Indre, 37 Indre-et-Loire, 41 Loir-et-Cher, 45 Loiret) 36 rue Xaintrailles Orléans cedex 1 tél fax Carsat CENTRE-OUEST (16 Charente, 17 Charente-Maritime, 19 Corrèze, 23 Creuse, 79 Deux-Sèvres, 86 Vienne, 87 Haute-Vienne) 37 avenue du président René-Coty Limoges cedex tél fax Cram ÎLE-DE-FRANCE (75 Paris, 77 Seine-et-Marne, 78 Yvelines, 91 Essonne, 92 Hauts-de-Seine, 93 Seine-Saint-Denis, 94 Val-de-Marne, 95 Val-d Oise) place de l Argonne Paris tél fax Carsat LANGUEDOC-ROUSSILLON (11 Aude, 30 Gard, 34 Hérault, 48 Lozère, 66 Pyrénées-Orientales) 29 cours Gambetta Montpellier cedex 2 tél fax Carsat MIDI-PYRÉNÉES (09 Ariège, 12 Aveyron, 31 Haute-Garonne, 32 Gers, 46 Lot, 65 Hautes-Pyrénées, 81 Tarn, 82 Tarn-et-Garonne) 2 rue Georges-Vivent Toulouse cedex 9 tél (0,118 /min) fax Carsat NORD-EST (08 Ardennes, 10 Aube, 51 Marne, 52 Haute-Marne, 54 Meurthe-et-Moselle, 55 Meuse, 88 Vosges) 81 à 85 rue de Metz Nancy cedex tél fax Carsat NORD-PICARDIE (02 Aisne, 59 Nord, 60 Oise, 62 Pas-de-Calais, 80 Somme) 11 allée Vauban Villeneuve-d Ascq cedex tél fax Carsat NORMANDIE (14 Calvados, 27 Eure, 50 Manche, 61 Orne, 76 Seine-Maritime) Avenue du Grand-Cours, 2022 X Rouen cedex tél fax Carsat PAYS DE LA LOIRE (44 Loire-Atlantique, 49 Maine-et-Loire, 53 Mayenne, 72 Sarthe, 85 Vendée) 2 place de Bretagne Nantes cedex 9 tél fax Carsat RHÔNE-ALPES (01 Ain, 07 Ardèche, 26 Drôme, 38 Isère, 42 Loire, 69 Rhône, 73 Savoie, 74 Haute-Savoie) 26 rue d Aubigny Lyon cedex 3 tél fax Carsat SUD-EST (04 Alpes-de-Haute-Provence, 05 Hautes-Alpes, 06 Alpes-Maritimes, 13 Bouches-du-Rhône, 2A Corse-du-Sud, 2B Haute-Corse, 83 Var, 84 Vaucluse) 35 rue George Marseille cedex 5 tél fax Services Prévention des CGSS CGSS GUADELOUPE Immeuble CGRR, Rue Paul-Lacavé, Pointe-à-Pitre tél fax CGSS GUYANE Espace Turenne Radamonthe, Route de Raban, BP 7015, Cayenne cedex tél fax CGSS LA RÉUNION 4 boulevard Doret, Saint-Denis Messag cedex 9 tél fax CGSS MARTINIQUE Quartier Place-d Armes, Le Lamentin cedex 2 tél et fax

19 Le local a un rôle déterminant dans l exposition au bruit des travailleurs. Par sa réverbération, il augmente le bruit provenant des machines et affecte tout l espace de travail. Le code du travail fixe les caractéristiques minimales que doivent présenter les locaux. Ce document rappelle quelques aspects techniques, décrit comment qualifier un local, précise les exigences réglementaires et explique le principe et la mise en œuvre du traitement acoustique d un local. Institut national de recherche et de sécurité pour la prévention des accidents du travail et des maladies professionnelles 65, boulevard Richard-Lenoir Paris Tél Édition INRS ED re édition (2011) réimpression juillet ex. ISBN

Équipements à jets d eau sous haute et très haute pression

Équipements à jets d eau sous haute et très haute pression Équipements à jets d eau sous haute et très haute pression L Institut national de recherche et de sécurité (INRS) Dans le domaine de la prévention des risques professionnels, l INRS est un organisme scientifique

Plus en détail

Santé et sécurité au travail : qui fait quoi?

Santé et sécurité au travail : qui fait quoi? Santé et sécurité au travail : qui fait quoi? L Institut national de recherche et de sécurité (INRS) Dans le domaine de la prévention des risques professionnels, l INRS est un organisme scientifique et

Plus en détail

Santé et sécurité au travail : qui fait quoi?

Santé et sécurité au travail : qui fait quoi? Santé et sécurité au travail : qui fait quoi? L Institut national de recherche et de sécurité (INRS) Dans le domaine de la prévention des risques professionnels, l INRS est un organisme scientifique et

Plus en détail

Principes et pratiques recommandés par la CNAMTS, les CRAM, les CGSS et l INRS

Principes et pratiques recommandés par la CNAMTS, les CRAM, les CGSS et l INRS Principes et pratiques recommandés par la CNAMTS, les CRAM, les CGSS et l INRS Évaluation des risques professionnels L Institut national de recherche et de sécurité (INRS) Dans le domaine de la prévention

Plus en détail

Principes et pratiques recommandés par la CNAMTS, les CRAM, les CGSS et l INRS

Principes et pratiques recommandés par la CNAMTS, les CRAM, les CGSS et l INRS Principes et pratiques recommandés par la CNAMTS, les CRAM, les CGSS et l INRS Évaluation des risques professionnels L INSTITUT NATIONAL DE RECHERCHE ET DE SÉCURITÉ L Institut national de recherche et

Plus en détail

LA RÉPARTITION DES PROFESSIONNELS DU RACHAT DE CRÉDIT EN FRANCE http://www.1rachat-crédit.com/

LA RÉPARTITION DES PROFESSIONNELS DU RACHAT DE CRÉDIT EN FRANCE http://www.1rachat-crédit.com/ LA RÉPARTITION DES DU RACHAT DE CRÉDIT EN FRANCE http://www.1rachat-crédit.com/ Les tableaux suivants permettent de retrouver les données détaillées de la répartition des entreprises de rachat de crédits

Plus en détail

LA RÉPARTITION DES SERRURIERS EN FRANCE http://www.1serrurier.fr/

LA RÉPARTITION DES SERRURIERS EN FRANCE http://www.1serrurier.fr/ LA RÉPARTITION S EN FRANCE http://www.1serrurier.fr/ Les tableaux suivants permettent de retrouver les données détaillées de la répartition des entreprises de serrurerie en France métropolitaine et en

Plus en détail

De l évaluation des risques au management de la santé et de la sécurité au travail

De l évaluation des risques au management de la santé et de la sécurité au travail De l évaluation des risques au management de la santé et de la sécurité au travail ED 936 couverture CS4.indd 1 07/07/14 10:57 L Institut national de recherche et de sécurité (INRS) Dans le domaine de

Plus en détail

Vérifications des machines et appareils de levage

Vérifications des machines et appareils de levage Vérifications des machines et appareils de levage L Institut national de recherche et de sécurité (INRS) Dans le domaine de la prévention des risques professionnels, l INRS est un organisme scientifique

Plus en détail

Installations d aspiration de poussières pour machines à bois fixes

Installations d aspiration de poussières pour machines à bois fixes Installations d aspiration de poussières pour machines à bois fixes ED 6101 AIDE-MÉMOIRE TECHNIQUE L Institut national de recherche et de sécurité (INRS) Dans le domaine de la prévention des risques professionnels,

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA CULTURE ET DE LA COMMUNICATION Arrêté du 21 décembre 2012 relatif au tarif annuel et aux modalités de publication des annonces judiciaires

Plus en détail

Contingent de promotions à l'échelle de rémunération des professeurs des écoles 2015-2016

Contingent de promotions à l'échelle de rémunération des professeurs des écoles 2015-2016 Fédération Nationale de l Enseignement, de la Culture et de la Formation Professionnelle, de la Confédération Générale du Travail Force Ouvrière SECTION FEDERALE DES SYNDICATS DEPARTEMENTAUX DES PERSONNELS

Plus en détail

Contenu du fichier «décès»

Contenu du fichier «décès» Contenu du fichier «décès» Liste des s Code Libellé Page ACTIV Code activité du décédé 2 ADEC Année de décès 2 ANAIS Année de naissance du décédé 2 DEPDEC Département de décès 2 DEPDOM Département de domicile

Plus en détail

Variables du fichier détail Décès de l'état Civil 1998-2014

Variables du fichier détail Décès de l'état Civil 1998-2014 Variables du fichier détail Décès de l'état Civil 1998-2014 Variable Libellé 1998 à 2014 ACTIV Code activité du décédé X ADEC Année du décès X ANAIS Année de naissance du décédé X DEPDEC Département du

Plus en détail

L Agence MD vous présente

L Agence MD vous présente L Agence MD vous présente 4 Millions d emails BtoB disponibles Focus sur les professions libérales Mise à jour de septembre 2014 1 La Meg@baseB2B 4 Millions d emails de décideurs disponibles L Agence MD

Plus en détail

Vérifications générales périodiques des presses plieuses hydrauliques

Vérifications générales périodiques des presses plieuses hydrauliques Vérifications générales périodiques des presses plieuses hydrauliques Guide aux utilisateurs L Institut national de recherche et de sécurité (INRS) Dans le domaine de la prévention des risques professionnels,

Plus en détail

De l évaluation des risques au management de la santé et de la sécurité au travail

De l évaluation des risques au management de la santé et de la sécurité au travail De l évaluation des risques au management de la santé et de la sécurité au travail L Institut national de recherche et de sécurité (INRS) Dans le domaine de la prévention des risques professionnels, l

Plus en détail

Q1 À quel titre venez-vous sur le site de l'apce?

Q1 À quel titre venez-vous sur le site de l'apce? Q1 À quel titre venez-vous sur le site de l'apce? Répondues : 6 351 Ignorées : 28 Enseignant(e) En phase de reprise d'entreprise Autre (veuillez préciser) En phase de création d'entreprise ou d'auto-entreprise

Plus en détail

La lettre d Information des Français de l Étranger

La lettre d Information des Français de l Étranger La lettre d Information des Français de l Étranger La lettre du département des Relations Internationales et de la Coordination de la Cnav I MARS/AVRIL 200 I Le relevé de carrière Vous avez été salarié

Plus en détail

Fédérations Départementales de la Ligue de l enseignement

Fédérations Départementales de la Ligue de l enseignement Fédération Départementale de l Ain (01) Fédération Départementale de l Aisne (2) 03.23.54.53.20 fol02@hotmail.com Fédération Départementale de l Allier (03) 04.70.46.85.23 fal.allier@wanadoo.fr Fédération

Plus en détail

Formation des sauveteurs secouristes du travail

Formation des sauveteurs secouristes du travail Formation des sauveteurs secouristes du travail Référentiel formation à l usage des formateurs SST L Institut national de recherche et de sécurité (INRS) Dans le domaine de la prévention des risques professionnels,

Plus en détail

Droits d enregistrement et taxe de publicité foncière sur les mutations à titre onéreux d immeubles et de droits immobiliers.

Droits d enregistrement et taxe de publicité foncière sur les mutations à titre onéreux d immeubles et de droits immobiliers. DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES Droits d enregistrement et taxe de publicité foncière sur les mutations à titre onéreux et de droits immobiliers. Taux, abattements et exonérations applicables

Plus en détail

Risques psychosociaux et document unique Vos questions, nos réponses

Risques psychosociaux et document unique Vos questions, nos réponses Risques psychosociaux et document unique Vos questions, nos réponses L Institut national de recherche et de sécurité (INRS) Dans le domaine de la prévention des risques professionnels, l INRS est un organisme

Plus en détail

Construire vos indicateurs pour atteindre vos objectifs

Construire vos indicateurs pour atteindre vos objectifs Management de la santé et de la sécurité au travail Construire vos indicateurs pour atteindre vos objectifs L Institut national de recherche et de sécurité (INRS) Dans le domaine de la prévention des risques

Plus en détail

Prévenir le risque de surcharge des véhicules utilitaires légers Les dispositifs embarqués

Prévenir le risque de surcharge des véhicules utilitaires légers Les dispositifs embarqués Prévenir le risque de surcharge des véhicules utilitaires légers Les dispositifs embarqués L Institut national de recherche et de sécurité (INRS) Dans le domaine de la prévention des risques professionnels,

Plus en détail

Appel à projets national. Aide à l investissement en faveur des logements-foyers

Appel à projets national. Aide à l investissement en faveur des logements-foyers Appel à projets national 2014 Aide à l investissement en faveur des logements-foyers 1 Appel à projets national 2014 Logement-foyer Le projet de loi d orientation et de programmation pour l adaptation

Plus en détail

Commission nationale de toponymie Collectivités territoriales françaises

Commission nationale de toponymie Collectivités territoriales françaises Forme longue Forme courte Nature grammaticale de la forme courte Usage de la forme courte en complément de nom 1 la région Alsace l Alsace nom féminin d Alsace, ou de l Alsace le département du Bas-Rhin

Plus en détail

Enquête auprès des établissements d hébergement pour personnes âgées en 2011 (EHPA 2011, DREES)

Enquête auprès des établissements d hébergement pour personnes âgées en 2011 (EHPA 2011, DREES) Ministère de l'économie et des finances Ministère des affaires sociales et de la santé Ministère du travail, de l'emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social Enquête auprès des établissements

Plus en détail

Dénombrement des entreprises 2014. Liste des variables

Dénombrement des entreprises 2014. Liste des variables Dénombrement des entreprises 2014 Liste des variables Index des variables : s de localisation : REGION DEP AU ZE UU COM s économiques : APE A64 A38 A21 A10 TAILLE s d identification : CHAMP CJ1 CJ2 ARTISAN

Plus en détail

L Agence MD vous présente

L Agence MD vous présente L Agence MD vous présente 4 Millions d emails BtoB disponibles Focus sur les entreprises artisanales Mise à jour de juillet 2014 1 4 Millions d adresses email BtoB couvrant plus de 2 Millions d entreprises

Plus en détail

ARRETE Arrêté du 21 décembre 2012 relatif au tarif annuel et aux modalités de publication des annonces judiciaires et légales

ARRETE Arrêté du 21 décembre 2012 relatif au tarif annuel et aux modalités de publication des annonces judiciaires et légales ARRETE Arrêté du 21 décembre 2012 relatif au tarif annuel et aux modalités de publication des annonces judiciaires et légales NOR: MCCE1240070A Version consolidée au 16 janvier 2015 Le ministre de l'économie

Plus en détail

Agir aujourd hui pour éviter les cancers professionnels de demain

Agir aujourd hui pour éviter les cancers professionnels de demain Agir aujourd hui pour éviter les cancers professionnels de demain L Institut national de recherche et de sécurité (INRS) Dans le domaine de la prévention des risques professionnels, l INRS est un organisme

Plus en détail

chez les déménageurs Prévention pour un vrai métier

chez les déménageurs Prévention pour un vrai métier Ça déménage chez les déménageurs Prévention pour un vrai métier L Institut national de recherche et de sécurité (INRS) Dans le domaine de la prévention des risques professionnels, l INRS est un organisme

Plus en détail

VOUS VOULEZ EFFECTUER UN DEPOT DE CAPITAL SOCIAL AUPRES DE LA CAISSE DES DEPOTS ET CONSIGNATIONS

VOUS VOULEZ EFFECTUER UN DEPOT DE CAPITAL SOCIAL AUPRES DE LA CAISSE DES DEPOTS ET CONSIGNATIONS VOUS VOULEZ EFFECTUER UN DEPOT DE CAPITAL SOCIAL AUPRES DE LA CAISSE DES DEPOTS ET CONSIGNATIONS RETROUVEZ VOTRE POLE DE GESTION DES CONSIGNATIONS EN FONCTION DE VOTRE DEPARTEMENT VOTRE DEPARTEMENT VOTRE

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES ARMÉES. Édition Chronologique n 32 du 27 juin 2014 TEXTE SIGNALE

BULLETIN OFFICIEL DES ARMÉES. Édition Chronologique n 32 du 27 juin 2014 TEXTE SIGNALE BULLETIN OFFICIEL DES ARMÉES Édition Chronologique n 32 du 27 juin 2014 TEXTE SIGNALE ARRÊTÉ modifiant l arrêté du 18 avril 2013 pris pour l application de l article 233 du décret n 2012-1246 du 7 novembre

Plus en détail

Vérifications des machines et appareils de levage

Vérifications des machines et appareils de levage Vérifications des machines et appareils de levage L Institut national de recherche et de sécurité (INRS) Dans le domaine de la prévention des risques professionnels, l INRS est un organisme scientifique

Plus en détail

Paris, le 15 juin 2004. Le Président de La Poste

Paris, le 15 juin 2004. Le Président de La Poste Paris, le 15 juin 2004 Le ministre de la Culture et de la Communication à Mesdames et Messieurs les présidents des Conseils généraux à l attention des Mesdames et Messieurs les directrices et directeurs

Plus en détail

r les TPE u - o P P ME Vous avez dit TMS?

r les TPE u - o P P ME Vous avez dit TMS? Pour les TPE-PME Vous avez dit TMS? L Institut national de recherche et de sécurité (INRS) Dans le domaine de la prévention des risques professionnels, l INRS est un organisme scientifique et technique

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE ET DES FINANCES BUDGET Arrêté du 18 avril 2013 pris pour l application de l article 233 du décret n o 2012-1246 du 7 novembre 2012

Plus en détail

Pourquoi et comment se laver les mains?

Pourquoi et comment se laver les mains? Pourquoi et comment se laver les mains? LES CONSEILS DE TIP TOP L Institut national de recherche et de sécurité (INRS) Dans le domaine de la prévention des risques professionnels, l INRS est un organisme

Plus en détail

ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI

ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI TEXTE ADOPTÉ n 390 «Petite loi» ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 QUATORZIÈME LÉGISLATURE SESSION EXTRAORDINAIRE DE 2013-2014 23 juillet 2014 PROJET DE LOI relatif à la délimitation des

Plus en détail

338 465 créations d entreprises au premier semestre 2010

338 465 créations d entreprises au premier semestre 2010 LA CRÉATION D ENTREPRISES EN FRANCE AU PREMIER SEMESTRE 2010 338 465 créations d entreprises au premier Un nombre record de créations d entreprises a été enregistré en France durant le premier avec 338

Plus en détail

II Transporteur public routier de personnes Arrêté du 28 décembre 2011 modifié (J.O. du 30 décembre 2011)

II Transporteur public routier de personnes Arrêté du 28 décembre 2011 modifié (J.O. du 30 décembre 2011) Ministère chargé des transports Demande d attestation(s) de capacité professionnelle permettant l exercice des professions de : I Transporteur public routier de marchandises, de déménagement et/ou de loueur

Plus en détail

Poussières de bois Prévenir les risques

Poussières de bois Prévenir les risques Poussières de bois Prévenir les risques Prévenir les risques Le bois est un matériau naturel, cependant sa transformation produit des poussières susceptibles d altérer la santé des personnes exposées.

Plus en détail

Les bordures et caniveaux préfabriqués en béton

Les bordures et caniveaux préfabriqués en béton Les bordures et caniveaux préfabriqués en béton VOIRIE ENVIRONNEMENT Les bordures et caniveaux préfabriqués en béton : >> Afin de toujours mieux répondre aux exigences du marché, l Industrie du Béton est

Plus en détail

Section Gestion comptable publique n 13-0016

Section Gestion comptable publique n 13-0016 DIRECTION GENERALE DES FINANCES PUBLIQUES Section Gestion comptable publique n 13-0016 NOR : BUDE1320668N Note de service du 1 er août 2013 L EVOLUTION DE L APPLICATION REGLEMENT MAGNETIQUE HOPAYRA (R.M.H.)

Plus en détail

LES CHIFFRES - CLEFS DES SEJOURS EN CENTRES DE VACANCES

LES CHIFFRES - CLEFS DES SEJOURS EN CENTRES DE VACANCES LES CHIFFRES - CLEFS DES SEJOURS EN CENTRES DE VACANCES Extraits 1994-2002 Ministère de la Jeunesse, de l Education Nationale et de la Recherche DJEPVA A1 Bureau des Centres de Vacances et de Loisirs Sommaire

Plus en détail

Droits d enregistrement et taxe de publicité foncière sur les mutations à titre onéreux d immeubles et de droits immobiliers.

Droits d enregistrement et taxe de publicité foncière sur les mutations à titre onéreux d immeubles et de droits immobiliers. DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES Droits d enregistrement et taxe de publicité foncière sur les mutations à titre onéreux d immeubles et de droits immobiliers. Taux, abattements et exonérations

Plus en détail

Aide à domicile. Bonnes pratiques de prévention des risques professionnels

Aide à domicile. Bonnes pratiques de prévention des risques professionnels Aide à domicile Bonnes pratiques de prévention des risques professionnels Ce document s adresse aux responsables de structures, à l encadrement, aux représentants du personnel ainsi qu à l ensemble des

Plus en détail

Prévention des risques liés à l activité physique Aide mémoire du secteur sanitaire et social

Prévention des risques liés à l activité physique Aide mémoire du secteur sanitaire et social Prévention des risques liés à l activité physique Aide mémoire du secteur sanitaire et social L Institut national de recherche et de sécurité (INRS) Dans le domaine de la prévention des risques professionnels,

Plus en détail

Et s il y avait du stress dans votre entreprise?

Et s il y avait du stress dans votre entreprise? Absentéisme Usure Fatigue Turn over Mal-être Et s il y avait du stress dans votre entreprise? L Institut national de recherche et de sécurité (INRS) Dans le domaine de la prévention des risques professionnels,

Plus en détail

NOR MEN. Commissions administratives paritaires DGRH B2-1

NOR MEN. Commissions administratives paritaires DGRH B2-1 1 er degré version du 2/05/2008 NOR MEN Commissions administratives paritaires DGRH B2-1 Elections des représentants du personnel aux commissions administratives paritaires nationale et locales uniques

Plus en détail

Évaluation des risques professionnels Questions-réponses sur le document unique

Évaluation des risques professionnels Questions-réponses sur le document unique Évaluation des risques professionnels Questions-réponses sur le document unique L Institut national de recherche et de sécurité (INRS) Dans le domaine de la prévention des risques professionnels, l INRS

Plus en détail

Et s il y avait du stress dans votre entreprise?

Et s il y avait du stress dans votre entreprise? Absentéisme Usure Fatigue Turn over Mal-être Et s il y avait du stress dans votre entreprise? L Institut national de recherche et de sécurité (INRS) Dans le domaine de la prévention des risques professionnels,

Plus en détail

N 13 S É N A T. 30 octobre 2014 PROJET DE LOI

N 13 S É N A T. 30 octobre 2014 PROJET DE LOI N 13 S É N A T SESSION ORDINAIRE DE 2014-2015 30 octobre 2014 PROJET DE LOI relatif à la délimitation des régions, aux élections régionales et départementales et modifiant le calendrier électoral. (procédure

Plus en détail

Évaluation des risques professionnels Questions-réponses sur le document unique

Évaluation des risques professionnels Questions-réponses sur le document unique Évaluation des risques professionnels Questions-réponses sur le document unique L Institut national de recherche et de sécurité (INRS) Dans le domaine de la prévention des risques professionnels, l INRS

Plus en détail

Le sauveteur secouriste du travail

Le sauveteur secouriste du travail Le sauveteur secouriste du travail LES CONSEILS DE TIP TOP L Institut national de recherche et de sécurité (INRS) Dans le domaine de la prévention des risques professionnels, l INRS est un organisme scientifique

Plus en détail

A plusieurs, on est plus fort!

A plusieurs, on est plus fort! S.A.S. DiaStemm 17 rue Paul Maillot 25310 HERIMONCOURT A plusieurs, on est plus fort! Avec DiaStemm, donnez une chance à votre avenir Le dentaire, un secteur qui ne connaît pas la crise!!! La Société DiaStemm,

Plus en détail

Demande d aide au retour à domicile après hospitalisation

Demande d aide au retour à domicile après hospitalisation Demande d aide au retour à domicile après hospitalisation > Action sociale Vivre chez soi Cette notice a été réalisée pour vous aider à compléter votre demande L aide au retour à domicile après hospitalisation

Plus en détail

Une couverture supplémentaire pour les salariés du sport Garanties plus importantes que le régime général de la Sécurité Sociale

Une couverture supplémentaire pour les salariés du sport Garanties plus importantes que le régime général de la Sécurité Sociale LA PREVOYANCE DU SPORT Pourquoi un régime de prévoyance dans le sport? Une couverture supplémentaire pour les salariés du sport Garanties plus importantes que le régime général de la Sécurité Sociale Une

Plus en détail

Situations de travail exposant à l amiante

Situations de travail exposant à l amiante Situations de travail exposant à l amiante L Institut national de recherche et de sécurité (INRS) Dans le domaine de la prévention des risques professionnels, l INRS est un organisme scientifique et technique

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DE L ÉNERGIE Arrêté du 27 mars 2014 modifiant l arrêté du 15 mai 2007 relatif à la représentation des

Plus en détail

Droits d enregistrement et taxe de publicité foncière sur les mutations à titre onéreux d immeubles et de droits immobiliers.

Droits d enregistrement et taxe de publicité foncière sur les mutations à titre onéreux d immeubles et de droits immobiliers. DIRECTION GENERALE DES IMPOTS Service de l application Sous-direction de la gestion des impôts des particuliers, de la fiscalité directe locale, des études et des statistiques Bureau M1 Droits d enregistrement

Plus en détail

MINISTÈRE DE L ECOLOGIE, DE L ENERGIE, DU DEVELOPPEMENT DURABLE ET DE LA MER, en charge des technologies vertes et des négociations sur le climat

MINISTÈRE DE L ECOLOGIE, DE L ENERGIE, DU DEVELOPPEMENT DURABLE ET DE LA MER, en charge des technologies vertes et des négociations sur le climat MINISTÈRE DE L ECOLOGIE, DE L ENERGIE, DU DEVELOPPEMENT DURABLE ET DE LA MER, en charge des technologies vertes et des négociations sur le climat Arrêté du [ ] fixant les conditions d achat de l électricité

Plus en détail

Conseils de sécurité pour interventions et travaux sur les équipements et installations électriques du domaine basse tension

Conseils de sécurité pour interventions et travaux sur les équipements et installations électriques du domaine basse tension Conseils de sécurité pour interventions et travaux sur les équipements et installations électriques du domaine basse tension L Institut national de recherche et de sécurité (INRS) Dans le domaine de la

Plus en détail

DOSSIER DE CANDIDATURE À UN EMPLOI D ADJOINT DE SÉCURITÉ

DOSSIER DE CANDIDATURE À UN EMPLOI D ADJOINT DE SÉCURITÉ MINISTÈRE DE L INTÉRIEUR DIRECTION GÉNÉRALE DE LA POLICE NATIONALE SECRÉTARIAT GÉNÉRAL POUR L ADMINISTRATION DU MINISTÈRE DE L INTÉRIEUR DE LA ZONE NORD DOSSIER DE CANDIDATURE À UN EMPLOI D ADJOINT DE

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES FINANCES ET DES COMPTES PUBLICS Décret n o 2014-1611 du 24 décembre 2014 authentifiant les chiffres des populations de métropole, des départements

Plus en détail

Le dos mode d emploi

Le dos mode d emploi Le dos mode d emploi L Institut national de recherche et de sécurité (INRS) Dans le domaine de la prévention des risques professionnels, l INRS est un organisme scientifique et technique qui travaille,

Plus en détail

L offre d accueil collectif des enfants de moins de 6 ans en 2007

L offre d accueil collectif des enfants de moins de 6 ans en 2007 Direction de la recherche, des études, de l évaluation et des statistiques DREES SÉRIE STATISTIQUES DOCUMENT DE TRAVAIL L offre d accueil collectif des enfants de moins de 6 ans en 2007 Enquête annuelle

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE ET DES FINANCES Décret n o 2013-1289 du 27 décembre 2013 authentifiant les chiffres des populations de métropole, des départements

Plus en détail

Consignes de sécurité incendie Conception et plans associés (évacuation et intervention)

Consignes de sécurité incendie Conception et plans associés (évacuation et intervention) Consignes de sécurité incendie Conception et plans associés (évacuation et intervention) L Institut national de recherche et de sécurité (INRS) Dans le domaine de la prévention des risques professionnels,

Plus en détail

DÉPÔTS DANS LES RÉGIONS FRANÇAISES de la clientèle non financière résidente et non-résidente Encours des dépôts au 30 septembre 2015*

DÉPÔTS DANS LES RÉGIONS FRANÇAISES de la clientèle non financière résidente et non-résidente Encours des dépôts au 30 septembre 2015* Le 19 novembre 2015 (1) de France Métropolitaine* 591,3 434,1 45,3 100,1 30,0 10,2 232,9 21,2 264,9 1,6 1 731,6 Ile de France 234,1 128,0 2,8 19,9 4,9 4,1 41,9 1,5 121,2 0,3 558,7 75 Paris 140,0 48,5 0,5

Plus en détail

BILAN DES EXAMENS DU PERMIS DE CONDUIRE

BILAN DES EXAMENS DU PERMIS DE CONDUIRE ANNEE 2009 BILAN DES EXAMENS DU PERMIS DE CONDUIRE Présent pour l avenir Ministère de l Écologie, de l Énergie, du Développement durable et de la Mer en charge des Technologies vertes et des Négociations

Plus en détail

Appel à projets national. Aide à l investissement en faveur des logements-foyers

Appel à projets national. Aide à l investissement en faveur des logements-foyers Appel à projets national 2015 Aide à l investissement en faveur des logements-foyers 1 Appel à projets national 2015 Logement-foyer Le projet de loi d orientation et de programmation pour l adaptation

Plus en détail

DOCUMENT DE TRAVAIL. L offre d accueil collectif des enfants de moins de 6 ans en 2008

DOCUMENT DE TRAVAIL. L offre d accueil collectif des enfants de moins de 6 ans en 2008 Direction de la recherche, des études, de l évaluation et des statistiques DREES SERIE STATISTIQUES DOCUMENT DE TRAVAIL L offre d accueil collectif des enfants de moins de 6 ans en 2008 Enquête annuelle

Plus en détail

Tableaux de chasse ongulés sauvages saison 2013 2014

Tableaux de chasse ongulés sauvages saison 2013 2014 Supplément N 34 3 e trimestre 214 Tableaux de chasse ongulés sauvages saison 213 214 Le cerf continue sa progression régulière cette année, alors que le chevreuil stagne et que les prélèvements du sanglier

Plus en détail

Fonds de Dotations L observatoire Deloitte. 1 er janvier 2011

Fonds de Dotations L observatoire Deloitte. 1 er janvier 2011 Fonds de Dotations L observatoire Deloitte 1 er janvier 2011 Éditorial. Avec 505 fonds de dotation créés depuis la promulgation de la loi fondatrice, un seuil symbolique vient d être franchi au 1 er janvier

Plus en détail

ACCUEIL DES JEUNES ENFANTS, LOISIRS ET ACCUEILS DES ENFANTS ET ADOLESCENTS AUTOUR DU TEMPS SCOLAIRE

ACCUEIL DES JEUNES ENFANTS, LOISIRS ET ACCUEILS DES ENFANTS ET ADOLESCENTS AUTOUR DU TEMPS SCOLAIRE ACCUEIL DES JEUNES ENFANTS, LOISIRS ET ACCUEILS DES ENFANTS ET ADOLESCENTS AUTOUR DU TEMPS SCOLAIRE : DIVERSITE DE L OFFRE ET DISPARITES D ACCES SELON LES TERRITOIRES ANNEXES Janvier 2013 1 ANNEXE 1...

Plus en détail

L Institut national de recherche et de sécurité (INRS)

L Institut national de recherche et de sécurité (INRS) Le permis de feu L Institut national de recherche et de sécurité (INRS) Dans le domaine de la prévention des risques professionnels, l INRS est un organisme scientifique et technique qui travaille, au

Plus en détail

Petit panorama des interfaces des archives numérisées par les Archives départementales

Petit panorama des interfaces des archives numérisées par les Archives départementales Petit panorama des interfaces des archives numérisées par les Archives départementales Denis Roegel 18 juin 2014 Table des matières 1 La diversité des interfaces 3 1.1 Étendue de la numérisation...................

Plus en détail

Performances Hôtelières en France

Performances Hôtelières en France Performances Hôtelières en France En septembre, poursuite de la croissance Après un été ensoleillé, la croissance se confirme au mois de septembre. La clientèle d affaires est au rendez-vous. En province,

Plus en détail

SOMMAIRE. I - Synthèse de l'activité 2014... 2. II - Secteur "Logement" métropole... 4

SOMMAIRE. I - Synthèse de l'activité 2014... 2. II - Secteur Logement métropole... 4 SOMMAIRE I - Synthèse de l'activité 2014... 2 II - Secteur "Logement" métropole... 4 ACTIVITE LOGEMENTS NEUFS + EXISTANTS... 4 ACTIVITE LOGEMENTS NEUFS... 9 ACTIVITE LOGEMENTS EXISTANTS... 13 ACTIVITE

Plus en détail

INSTRUCTION. N 11-001-B3 du 5 janvier 2011 NOR : BCR Z 11 00001 J

INSTRUCTION. N 11-001-B3 du 5 janvier 2011 NOR : BCR Z 11 00001 J INSTRUCTION N 11-001-B3 du 5 janvier 2011 NOR : BCR Z 11 00001 J LES NOUVELLES RÈGLES D'ASSIGNATION DES PENSIONS DE L'ÉTAT, DES RETRAITES ADDITIONNELLES DE LA FONCTION PUBLIQUE, DES RETRAITES DU COMBATTANT,

Plus en détail

DOSSIER DE CANDIDATURE À UN EMPLOI D ADJOINT DE SÉCURITÉ

DOSSIER DE CANDIDATURE À UN EMPLOI D ADJOINT DE SÉCURITÉ MINISTÈRE DE L INTÉRIEUR DIRECTION GÉNÉRALE DE LA POLICE NATIONALE SECRÉTARIAT GÉNÉRAL POUR L ADMINISTRATION DU MINISTÈRE DE L INTÉRIEUR DE LA ZONE SUD DOSSIER DE CANDIDATURE À UN EMPLOI D ADJOINT DE SÉCURITÉ

Plus en détail

En savoir plus sur le Registre des Ostéopathes de France : www.osteopathie.org. Contact : 05 56 18 80 44 / 05 56 18 80 48

En savoir plus sur le Registre des Ostéopathes de France : www.osteopathie.org. Contact : 05 56 18 80 44 / 05 56 18 80 48 Enquête démographique Les chiffres de l'ostéopathie en janvier 2015 Ostéopathes exclusifs et praticiens autorisés à user du titre Les chiffres par département En savoir plus sur le Registre des Ostéopathes

Plus en détail

TABLEAU DE CODIFICATION DES DEPARTEMENTS

TABLEAU DE CODIFICATION DES DEPARTEMENTS ANNEXE 2 TABLEAU DE CODIFICATION DES DEPARTEMENTS 001 AIN 050 MANCHE 002 AISNE 051 MARNE 003 ALLIER 052 HAUTE MARNE 004 ALPES DE HTE PROVENCE 053 MAYENNE 005 HAUTES ALPES 054 MEURTHE ET MOSELLE 006 ALPES

Plus en détail

Pénibilité : tous concernés!

Pénibilité : tous concernés! Pénibilité : tous concernés! L Institut national de recherche et de sécurité (INRS) Dans le domaine de la prévention des risques professionnels, l INRS est un organisme scientifique et technique qui travaille,

Plus en détail

Liste des laboratoires agréés pour la réalisation des analyses officielles dans le domaine de la microbiologie alimentaire

Liste des laboratoires agréés pour la réalisation des analyses officielles dans le domaine de la microbiologie alimentaire A - Dénombrement des micro-organismes aérobies à 30 C (= colonies aérobies = flore aérobie mésophile), Il regroupe les essais - Dénombrement des entérobactéries, suivants: - Dénombrement des Escherichia

Plus en détail

Bilan de l année 2011

Bilan de l année 2011 LE PERMIS A POINTS Bilan de l année DIRECTION DE LA MODERNISATION ET DE L ACTION TERRITORIALE SOUS-DIRECTION DE LA CIRCULATION ET DE LA SECURITE ROUTIERES BUREAU DE LA SECURITE ET DE LA REGLEMENTATION

Plus en détail

Publication sur internet des candidatures et des résultats des élections européennes

Publication sur internet des candidatures et des résultats des élections européennes Publication sur internet des candidatures et des résultats des élections européennes Scrutin de mai 2014 Guide technique pour le téléchargement des fichiers XML à l usage de la presse Version : 28 avril

Plus en détail

Échafaudages MDS de façade

Échafaudages MDS de façade Échafaudages MDS de façade L Institut national de recherche et de sécurité (INRS) Dans le domaine de la prévention des risques professionnels, l INRS est un organisme scientifique et technique qui travaille,

Plus en détail

Performances Hôtelières en France

Performances Hôtelières en France Performances Hôtelières en France 2011 s achève sur un mois de décembre mitigé Le mois de décembre 2011 a été marqué par un ralentissement de la croissance dans l hôtellerie économique et 2 étoiles. Sur

Plus en détail

TRANSVERSAL ET DEMOGRAPHIE

TRANSVERSAL ET DEMOGRAPHIE B.C.P TRANSVERSAL ET DEMOGRAPHIE Démographie INSEE et DEPP UNIVERS démographie INSEE et DEPP (démographie INSEE et DEPP) Années de 1981 à 2017 Editée le 30 mars 2015 UNIVERS BOb origine des données et

Plus en détail

NOR: DEVL1403186A JORF n 0078 du 2 avril 2014 page 6323 texte n 48

NOR: DEVL1403186A JORF n 0078 du 2 avril 2014 page 6323 texte n 48 Arrêté du 27 mars 2014 modifiant l'arrêté du 15 mai 2007 relatif à la représentation des collectivités territoriales et des usagers aux comités de bassin NOR: DEVL1403186A JORF n 0078 du 2 avril 2014 page

Plus en détail

Projet de modification de

Projet de modification de RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère de l écologie, du développement durable et de l énergie Projet de modification de Arrêté du 29 décembre 2014 relatif aux modalités d application de la troisième période du

Plus en détail

Fonds de Dotation L observatoire Deloitte. N 20 31 décembre 2011

Fonds de Dotation L observatoire Deloitte. N 20 31 décembre 2011 Fonds de Dotation L observatoire Deloitte N 20 31 décembre 2011 Éditorial L année vient de s achever avec 863 fonds de dotation enregistrés au 31 décembre 2011. C est une année record car pas moins de

Plus en détail

Travailler en sécurité sur les presses plieuses hydrauliques

Travailler en sécurité sur les presses plieuses hydrauliques Travailler en sécurité sur les presses plieuses hydrauliques L Institut national de recherche et de sécurité (INRS) Dans le domaine de la prévention des risques professionnels, l INRS est un organisme

Plus en détail

- Éléments de référence 2015 pour 2016 -

- Éléments de référence 2015 pour 2016 - - Éléments de référence 2015 pour 2016 - I - TAXE FONCIÈRE DÉPARTEMENTALE SUR LES PROPRIÉTÉS BÂTIES moyen de 2015 L article 1636 B septies VI du CGI indique que le taux de la taxe foncière sur les propriétés

Plus en détail

Les équipements de protection individuelle (EPI) Règles d utilisation

Les équipements de protection individuelle (EPI) Règles d utilisation Les équipements de protection individuelle (EPI) Règles d utilisation L Institut national de recherche et de sécurité (INRS) Dans le domaine de la prévention des risques professionnels, l INRS est un organisme

Plus en détail

ED 6024 AIDE-MÉMOIRE TECHNIQUE

ED 6024 AIDE-MÉMOIRE TECHNIQUE Le dégazage de capacités ayant contenu des solvants ED 6024 AIDE-MÉMOIRE TECHNIQUE L Institut national de recherche et de sécurité (INRS) Dans le domaine de la prévention des risques professionnels, l

Plus en détail