Résultats clés de l enquête. Majoritairement résidents permanents en Poitou-Charentes et en Ile-de-France

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Résultats clés de l enquête. Majoritairement résidents permanents en Poitou-Charentes et en Ile-de-France"

Transcription

1 Résultats de l enquête 2014 sur l usage des résidences secondaires en Charente-Maritime Commune de VAUX-SUR-MER Enquête menée en 2014 auprès de propriétaires de résidences secondaires en Charente-Maritime Enquête Commune Fiche 21 / 25 Résultats clés de l enquête > SOMMAIRE p.3 Fiche d identité p.5 Fréquentation p.6 Intégration dans la vie locale p.7 Satisfaction p.8 Retombées économiques Des propriétaires très concernés par l enquête (34 % de participation) En majorité retraités et issus des catégories Professions intermédiaires ou Cadres supérieurs Majoritairement résidents permanents en Poitou-Charentes et en Ile-de-France Une fréquentation du bien par le propriétaire et ses proches (77 jours par an) inférieure à la moyenne départementale Un cadre de vie très apprécié, notamment pour le littoral et la plage L avenir de la résidence secondaire encore incertain pour 46 % des propriétaires Un impact économique important sur le territoire (commerces et BTP) La résidence secondaire : un lieu de détente et de repos davantage qu un lieu de retrouvailles avec les proches Des propriétaires peu concernés par les risques liés à la mer p.10 Restauration et Loisirs p.11 Perception des risques liés à la mer Cette étude a été réalisée de septembre à novembre 2014 à partir d une méthodologie, d une analyse et d une interprétation des résultats conçues et réalisées conjointement par Charente-Maritime Tourisme (CMT), les Chambres de Commerce et d industrie (CCI) La Rochelle et Rochefort-Saintonge et le laboratoire Littoral, Environnement et Sociétés LIENSs (CNRS/Université de La Rochelle), avec une étroite collaboration des collectivités du département (Communautés de communes, Communautés d agglomération, Pays), de l Insee et de la Direction Régionale de l Environnement, de l Aménagement et du Logement (DREAL) de Poitou-Charentes.

2 Commune de VAUX-SUR-MER Données et méthodologie de l étude : Population légale (Insee 2012) : habitants Nombre de résidences secondaires (Filocom 2013) : 3 545, soit 60 % du total des logements Nombre de répondants à l enquête par questionnaire en 2014 : 435 sur envois, soit 34 % de réponse Enquête réalisée par courrier de septembre à novembre 2014 auprès de propriétaires de résidences secondaires sur le département de la Charente-Maritime domiciliés en France métropolitaine, dont 435 propriétaires répondants sur la commune de. Un propriétaire référent interrogé par résidence secondaire. Données sources issues des fichiers des collectivités territoriales (cadastre numérique MAJIC 3, taxe d habitation, redevance des ordures ménagères). Les logements en location à l année ou soumis à la taxe professionnelle ne sont pas considérés comme des résidences secondaires. Données redressées en fonction de l origine géographique du propriétaire (région de résidence principale) et de la localisation de sa résidence secondaire. Données jugées non significatives en dessous de 15 répondants à la question. Information notable issue de l étude concernant la zone étudiée

3 FICHE D IDENTITÉ 1/2 page 3 Une forte proportion de retraités plutôt issus de la catégorie Professions intermédiaires Une moyenne d âge (67 ans) d un an supérieure à la moyenne départementale Une proportion de retraités (76 %) supérieure à la moyenne départementale Des ménages composés à 71 % par des couples sans enfant, et à 12 % d adultes seuls Davantage de répondants issus de la catégorie Professions intermédiaires (40 %) que de la catégorie Cadres et professions intellectuelles supérieures (32 %) Avec plus de la moitié des propriétaires qui ont un niveau de revenus moyens inférieur à 4 201, et 1/4 entre et 5 600, le niveau moyen de revenus est légèrement supérieur à celui des Mathes et de la CARA dans son ensemble, se rapprochant de celui de Royan. Catégories socio-professionnelles des propriétaires résidents secondaires à (en % des répondants) Pourcentage des répondants 80% 60% 40% 20% 0% Agriculteurs Artisans, commerçants chefs d entreprise Cadres, professions intel.sup. Professions intermédiaires Employés Ouvriers Valeurs enregistrées sur l ensemble de la CARA NB : catégories socio-professionnelles des propriétaires en activité et des retraités (dernière profession exercée) CARA : Communauté d Agglomération Royan Atlantique Âge et statut professionnel des propriétaires résidents secondaires répondant à l enquête Moins de 40 ans 40 à 59 ans de 60 à 74 ans 75 ans et plus 0% 20% 40% 60% 80% 100% Actif Retraité Autre (étudiant, personne au foyer, etc.) Revenus mensuels nets des ménages à (en % de répondants) 6% 11% 25% 13% 45% Moins de Entre et Entre et Entre et Plus de NB : 20 % des répondants n ont pas souhaité répondre à cette question Des propriétaires qui habitent dans la région ou en Ile-de-France 29 % des propriétaires sont Picto-Charentais Près d un quart des propriétaires sont Franciliens L importance de l accessibilité (axe Paris-Bordeaux A10 et TGV), et de la proximité (Limousin) Région de résidence principale des propriétaires résidents secondaires () Nord-Pasde-Calais Haute- Normandie Picardie Basse- Normandie Ile-de- Lorraine France Bretagne Champagne- Ardenne Alsace Pays de la Loire Aquitaine Midi-Pyrénées 80 % âgés de 60 ans et plus 76 % de retraités Centre Poitou- Charentes Limousin Rhône-Alpes Auvergne Languedoc- Roussillon Bourgogne Franche- Comté Provences- Alpes Côte d Azur Corse Plus de 25% de 5% à 24,9% de 1% à 4,99% Moins de 1% 29 % de Picto-Charentais, 23 % de Franciliens, 17 % de la Région Centre, 11 % du Limousin

4 FICHE D IDENTITÉ 2/2 page 4 Une fréquentation relativement ancienne 56 % de maisons dans le parc de résidences secondaires Un lieu fréquenté en moyenne depuis 24 ans Soit plus de 20 ans de fréquentation, avant même l acquisition d une résidence secondaire. La fréquentation à est plus récente qu à Royan ou aux Mathes, ainsi que sur l ensemble de la CARA. Une proportion d anciens touristes élevée (52 %), et une réputation favorable qui a attiré 28 % des propriétaires A noter : les plus fortes proportions d anciens touristes s observent sur la CARA et les îles de Ré et d Oléron. Une acquisition du bien plus récente d un an par rapport à la moyenne du département En moyenne depuis 17 ans. C est également un an de moins que la moyenne observée sur l ensemble de la CARA. Une part très faible d héritiers 9 % des propriétaires ont hérité de leur bien. En moyenne, la résidence héritée est dans la famille depuis 1973 (contre 1951 pour l ensemble du département). Une expérience touristique déterminante dans le choix du lieu Une notoriété qui joue également sur l attractivité Une acquisition du bien en moyenne depuis 17 ans 6 couchages en moyenne par résidence secondaire «Avant d acquérir votre résidence secondaire, quelle connaissance aviez-vous de sa commune d implantation?» - (plusieurs réponses possibles) Pourcentage des répondants 60% 40% 20% 0% Aucune connaissance Connaissance du lieu par sa réputation Ancien résident permanent Ancien touriste dans le lieu Enfant ou petit-enfant de résident secondaire ou permanent Valeurs enregistrées sur l ensemble de la CARA Une majorité de maisons... mais une proportion élevée d appartements (44 %) Achat d un bien déjà existant : mode d acquisition prédominant, plus élevé que la moyenne départementale Mode d acquisition de la résidence secondaire 9% 16% Une capacité d accueil moyenne de 6 couchages Une proportion plus faible de résidences avec une capacité supérieure à 6 lits : 20 % à, contre 23 % à Royan et 27 % aux Mathes. Capacité d accueil des résidences secondaires en fonction de leur taille (en nombre de couchages) 6% 13% 39% 75% 41% Achat Héritage Construction Moins de 5 5 ou 6 7 ou 8 9 et plus

5 FRÉQUENTATION page 5 Une fréquentation annuelle par le propriétaire et ses proches (77 jours) inférieure à la moyenne départementale Une saisonnalité comparable à celle de la CARA Nombre moyen de jours d occupation par les propriétaires et leurs proches à 30 Nombre moyen de jours d occupation par saison par les propriétaires et leurs proches à Nombre de jours Janv. Fév. Mars Avril Mai Juin Juillet Août Sept. Oct. Nov. Déc Mois de l année Les données ont été collectées de septembre 2013 à août Elles sont présentées de manière non chronologique pour mieux faire ressortir le pic estival Les propriétaires viennent en moyenne 77 jours par an, soit environ 2 mois et demi Une fréquentation inférieure à celle des Mathes ou de Royan, mais équivalente à celle de l ensemble de la CARA Ils occupent leur bien plus de la moitié (57 %) de la saison estivale Jours d occupation Valeurs enregistrées sur l ensemble de la CARA CLÉS DE LECTURE : Les propriétaires occupent leur résidence secondaire en moyenne 1 jour en janvier, 2 jours en février, 3 jours en mars, etc. Soit au total 77 jours par an. NB : Sont présentées ici les réponses des propriétaires ayant déclaré au moins un jour de présence entre septembre 2013 et août Les valeurs ont été arrondies au jour inférieur ou supérieur. 20 jours de prêt à un tiers Les propriétaires déclarent prêter leur résidence à un tiers en moyenne 20 jours par an, soit une moyenne annuelle de 4 jours inférieure à celle du département. CLÉS DE LECTURE : L occupation par le propriétaire et le prêt à un tiers pouvant être simultanés, il convient de ne pas additionner ces deux moyennes statistiques. Nombre de jours % Hors saison 22 % 57 % Avant saison Haute saison 26 % Après saison CLÉS DE LECTURE : Le taux d occupation est le rapport, exprimé en pourcentage, entre le nombre de jours occupés dans la saison et le nombre total de jours de la saison. Jours d occupation Valeurs enregistrées sur l ensemble de la CARA Taux d occupation Hors saison : octobre à mars Avant saison : avril à juin Haute saison : juillet, août Après saison : septembre CLÉS DE LECTURE : Les propriétaires occupent leur résidence secondaire en moyenne 14 jours d octobre à mars, soit 8 % de la période hors saison. NB : Sont présentées ici les réponses des propriétaires ayant déclaré au moins un jour de présence entre septembre 2013 et août Les valeurs ont été arrondies au jour inférieur ou supérieur. Le taux d occupation en haute saison dépasse légèrement la moyenne départementale (57 % contre 56 %). Les fréquentations d avant et d après saison sont conformes à la moyenne départementale et très proches de celles de la CARA.

6 INTÉGRATION À LA VIE LOCALE page 6 Un cadre de vie très apprécié, en particulier pour son environnement naturel Les principales caractéristiques qui donnent de la valeur au cadre de vie de la résidence secondaire sont (question à réponses multiples) : la proximité du littoral / la plage : 95 % des répondants le climat : 60 % le calme, la tranquillité : 51 % le paysage naturel : 39 % Par ailleurs, le patrimoine architectural et la qualité des relations sociales ne sont mentionnés que par respectivement 12 % et 8 % des répondants. A noter : 24 % sont sensibles à l ambiance pittoresque du lieu. Près d 1 propriétaire sur 4 s investit dans la vie associative 24 % des propriétaires adhèrent à une association locale Un investissement très marqué dans les associations de propriétaires Participation à la vie associative à (en % des répondants) Pourcentage des répondants 20% 0% Une association locale de propriétaires Un comité, une association de quartier Une association locale de protection de l'environnement Une association locale de protection du patrimoine Une association culturelle locale Une association sportive locale Valeurs enregistrées sur Autre l ensemble de la CARA NB : 76 % des répondants ne déclarent aucune participation particulière Avenir de la résidence secondaire : de nombreux propriétaires encore incertains Avez-vous un projet particulier concernant l avenir de votre résidence secondaire? (plusieurs réponses possibles) 46 % ne forment encore aucun projet 30 % se prononcent pour la donation aux enfants 21 % souhaitent l améliorer, y faire des aménagements Par rapport à d autres communes interrogées, la perspective d évolution en résidence principale séduit moins les propriétaires de, comme de la CARA en général. Pourcentage des répondants Projet d avenir de la résidence secondaire à (Plusieurs réponses possibles, en % des répondants) 60% 40% 20% 0% Valeurs enregistrées sur l ensemble de la CARA En faire votre résidence principale L améliorer (travaux, rénovation, etc.) La vendre La louer ponctuellement La louer à l année Donation à vos enfants (faite ou à venir) Aucun projet précis Autres Les aménités environnementales (littoral, paysage) et le calme : atouts de la commune Une implication marquée dans les associations locales (24 % d adhérents) Des projets résidentiels plutôt tournés vers la donation et l amélioration de la résidence

7 SATISFACTION page 7 Des propriétaires globalement satisfaits de leur territoire d accueil Des conditions de vie communales satisfaisantes Une offre de services et d équipements appréciée... Diversité et qualité des équipements : 92 % de propriétaires satisfaits, l un des meilleurs taux de satisfaction des communes interrogées (moyenne départementale : 72 %) Office de tourisme : 82 % de satisfaits Services offerts par la mairie : 68 % de satisfaits Offre de service de santé : 62 % de satisfaits Services de l intercommunalité : 46 % de satisfaits (à noter : 46 % sans opinion )... à l exception des conditions de stationnement et de circulation, et de l accès Internet Conditions de stationnement et de circulation : 22 % d insatisfaits, le taux le plus faible des communes interrogées, et inférieur à la moyenne de la CARA (37 %) Accès à l Internet haut débit : une insatisfaction moins élevée (33 %) qu aux Mathes et inférieure à la moyenne départementale (38 %) Les Mathes Vaux s/mer Royan CARA Niveau de satisfaction concernant le stationnement et la circulation 0% 20% 40% 60% 80% 100% Satisfait Sans opinion Peu ou pas satisfait Niveau de satisfaction concernant l'internet haut débit Les Mathes Vaux s/mer Royan CARA 0% 20% 40% 60% 80% 100% Satisfait Sans opinion Peu ou pas satisfait NB : Sur toutes les questions touchant à l évaluation de la satisfaction, sont considérés comme satisfaits les propriétaires ayant répondu très satisfait ou satisfait. A l inverse, sont considérés comme insatisfaits ceux qui ont répondu pas du tout satisfait ou peu satisfait. Les éléments qui ont obtenu les meilleurs taux de satisfaction sont les suivants : Propreté, gestion des déchets : 77 % Protection de l environnement : 75 % Diversité et qualité des animations proposées : 75 % Hospitalité et accueil : 75 % Sécurité des biens et des personnes : 68 % Les spécificités propres au littoral : Surveillance des zones de baignade : 89 % de satisfaits Qualité des eaux de baignade : 78 % Des propriétaires de résidence secondaire globalement satisfaits des services, des équipements et des conditions de vie locales Des conditions de circulation et de stationnement jugées plus satisfaisantes à que sur l ensemble de la CARA L accès au haut débit : une préoccupation des propriétaires Un lieu de résidence secondaire apprécié pour la qualité de ses eaux de baignade et sa propreté

8 RETOMBÉES ÉCONOMIQUES 1/2 page 8 Des services appréciés 80 % des propriétaires déclarent être satisfaits des services proposés Des services particulièrement utilisés au sein de la commune de résidence secondaire : Banques et distributeurs : 67 % des répondants D autres services, régulièrement utilisés, concernent également une commune avoisinante : Coiffure, esthétique : 57 % (dont 19 % dans une autre commune) Entretien et réparation automobile : 37 % (dont 27 % dans une autre commune) Jardinage, entretien : 33 % (dont 22 % dans une autre commune) Pressing, laverie : 33 % (dont 6 % dans une autre commune) Des travaux qui génèrent d importantes retombées économiques locales Peu de recours aux services de ménage/nettoyage, de gardiennage et d aide à la personne (plus de 75 % non concernés ). 71 % des résidences secondaires ont fait l objet de travaux dans les 5 dernières années, un chiffre important bien qu inférieur à la moyenne de la CARA Plus de 8 fois sur 10 les propriétaires achètent les matériaux localement, en grande majorité dans les communes voisines 80 % ont recours aux services d entreprises spécialisées, dont la grande majorité sont locales 8 propriétaires sur 10 satisfaits des services utilisés (banque, coiffure, etc.) 71 % des résidences concernées par des travaux au cours des 5 dernières années Matériaux et entreprises pour la réalisation des travaux sont majoritairement choisis localement Zoom sur l enquête complémentaire réalisée par téléphone Résultats du complément d enquête auprès de 700 propriétaires du département Les dépenses générées par la fréquentation des résidences secondaires par leur propriétaire Dépenses annuelles moyennes des propriétaires sur le lieu de résidence secondaire (alimentation, restauration, loisirs, shopping, entretien de la résidence) : euros par résidence, soit une dépense quotidienne de 41 euros par résidence (rapportée à la durée d occupation) Alimentation : dépenses les plus importantes (63 % du total quotidien) Shopping : part non négligeable des dépenses quotidiennes (17 %) Entretien : 10 % du total quotidien Restauration et Loisirs : dépenses assez faibles (5 % chacune), qui s expliquent par une fréquentation assez occasionnelle des restaurants et une pratique limitée d activités de loisirs payantes (voir page 10) NB : Les données ci-dessus ne tiennent pas compte des dépenses liées aux travaux (considérées comme extraordinaires, hors quotidien). Les dépenses allouées aux travaux et à l entretien de la résidence secondaire Dépenses annuelles moyennes allouées aux travaux dans la résidence secondaire : euros par logement (moyenne nationale* : euros) 23 % des répondants déclarent faire appel à des prestataires de services pour l entretien de leur résidence secondaire (gardiennage, ménage, jardin, etc.) Dépenses annuelles moyennes liées à l entretien du logement : 792 euros soit plus du double de la moyenne nationale* (360 euros) Consultez l étude Département pour plus d information sur les dépenses des propriétaires (

9 RETOMBÉES ÉCONOMIQUES 2/2 page 9 Les commerces de proximité et les marchés plébiscités par les propriétaires Des propriétaires satisfaits de l offre commerciale Boulangerie, pâtisserie Épicerie Liquides, boissons Boucherie, charcuterie Huîtres, fruits de mer Poissonnerie Fruits et légumes Crèmerie, fromagerie Équipement de la maison Équipement de la personne Jardinerie Produits Tabac, presse, journaux Pourcentage de répondants : Inférieur à 20 % Entre 20 et 49 % Lieux d achats des produits de base : (plusieurs réponses possibles) Lieu d achats dans la commune Commerces de proximité Marchés n. s. n. s. n. s. n. s. n. s. Entre 50 et 79 % Supérieur ou égal à 80 % Lieu d achats Petites, moyennes hors de la et grandes surfaces commune SURFACE Non significatif n. s. Une excellente évaluation en été, un peu plus critique en dehors de la saison : Horaires d ouverture : 93 % de satisfaction en juillet-août, 77 % en hors saison Diversité de l offre : 91 % de satisfaction en juillet-août, 73 % en hors saison Accueil : 87 % de satisfaction en juillet-août, 84 % en hors saison Rapport qualité/prix, une évaluation plus mitigée : En juillet-août : 38 % de propriétaires insatisfaits, un chiffre inférieur à la moyenne départementale et à celle de la CARA (44 %) En hors saison : un mécontentement qui concerne encore 15 % des propriétaires, l un des taux d insatisfaction les plus faibles des communes interrogées affiche des taux de satisfaction globalement meilleurs que les deux autres communes interrogées sur la CARA : Royan et Les Mathes. Des propriétaires attachés aux commerces de proximité et aux marchés de leur commune Des petites à grandes surfaces qui conservent un poids non négligeable Une insatisfaction moindre que sur les autres communes de la CARA

10 RESTAURATION ET LOISIRS page 10 Bars-restaurants : une offre plutôt appréciée Horaires d ouverture : 73 % de satisfaction en juillet-août, 61 % en hors saison Accueil : 65 % de satisfaction en juillet-août, 66 % en hors saison Diversité de l offre : 64 % de satisfaction en juillet-août, 53 % en hors saison Rapport qualité/prix, une évaluation plus mitigée : En juillet-août : 31 % de propriétaires insatisfaits (comme à l échelle départementale), un mécontentement moindre que celui exprimé pour la commune de Royan En hors saison : un mécontentement qui concerne 16 % des propriétaires Des propriétaires assez satisfaits de l offre de service barsrestaurants, mais une vigilance quant au rapport qualité-prix Promenades et pratiques de plage : des pratiques privilégiées La commune de la résidence secondaire : un lieu d activités et de détente Pour 82 % des propriétaires, la résidence secondaire est un lieu de repos et de détente Elle représente également un lieu d évasion pour 53 % d entre eux, et un lieu de retrouvailles avec famille et amis pour 41 % Pour 18 %, elle est un lieu d attaches familiales ou sentimentales C est également l occasion de pratiquer des loisirs pour 41 % d entre eux Quels sont les principaux loisirs des propriétaires? Quelles activités pratiquez-vous régulièrement durant vos séjours dans votre résidence secondaire? (plusieurs réponses possibles) Promenade à pied Marchés, brocantes, vide-greniers Bricolage, jardinage Plage, baignade Promenade à vélo Accueil famille/amis Repos, détente Shopping Restaurant-bar Sport Monuments, musées Animation culturelle Pêche Sport nautique Thalasso Casino 0% 20% 40% 60% 80% 100% Pourcentage des répondants Valeurs enregistrées sur l ensemble de la CARA La commune de se caractérise par davantage de pratiques de promenade à pied, de détente et de visite de marchés. Les pratiques de plage et de baignade sont également élevées : 62 % des propriétaires déclarent aller à la plage régulièrement. Vélo, bricolage et sport enregistrent moins d adeptes que sur l ensemble de la CARA. L accueil régulier de proches est notable (40 %), mais inférieur aux moyennes départementale et intercommunale.

11 PERCEPTION DES RISQUES LIÉS À LA MER page , Xynthia... : peu de propriétaires touchés et une faible conscience du risque La majorité des résidences secondaires est située sur une commune littorale. Suite aux derniers évènements extrêmes (tempêtes Martin et Xynthia ), les propriétaires ont davantage conscience du risque et espèrent des actions de prévention et de protection des côtes. Communes enquêtées les plus impactées : Groupe des sept communes de la CDA de La Rochelle : 29 % des répondants ont déjà subi des dégâts dans leur résidence secondaire Châtelaillon-Plage : 23 % La Rochelle : 13 % Communes enquêtées les moins impactées : Les Portes-en-Ré : 7 % des répondants touchés St-Martin-de-Ré et Royan : 5 % Ste-Marie-de-Ré et St-Georges-d Oléron : 4 % Le Grand-Village-Plage et St-Trojan-les-Bains : 3 % Les Mathes et Dolus-d Oléron : 2 % : 1 % Commune enregistrant le moins de propriétaires impactés, le sentiment d exposition aux risques touche quand même 15 % des propriétaires de (voir graphique ci-contre). Ce sentiment d exposition reste moins important que celui exprimé sur les communes des Mathes ou de Royan. Consultez les fiches des territoires et des communes pour les données locales ( 100% 90% 80% 70% 60% 50% 40% 30% 20% 10% 0% " Considérez-vous que votre résidence secondaire est située dans une zone exposée aux risques liés à la mer? " Châtelaillon-Plage Les Portes-en-Ré Dolus-d'Oléron La Rochelle Le Grand-Village-Plage et St-Trojanles-Bains CDA La Rochelle Les Mathes Autres communes littorales St-Georges-d'Oléron Ste-Marie-de-Ré Royan St-Martin-de-Ré 15 % des répondants se sentent exposés aux risques liés à la mer Un sentiment d exposition faible par rapport à la moyenne de l ensemble de la CARA (22 %) Oui Non

12 Retrouvez la collection de l étude sur les résidences secondaires en Charente-Maritime, en téléchargement sur rubrique Observatoire / Les résidences secondaires étude Département études Territoires études Communes 1 Charente-Maritime Carnet Pro 02 Pays d Aunis 03 CDC Vals de Saintonge 04 Pays de Saintonge Romane 05 CDA de Saintes 06 CDC de la Haute-Saintonge 07 CDC Charente-Arnoult et CDC canton de Gémozac 08 CDC Bassin de Marennes 09 CDA Rochefort Océan 10 CDA La Rochelle 11 CDC Île de Ré 12 CDC Île d Oléron 13 CDA Royan Atlantique 14 La Rochelle 15 Châtelaillon-Plage 16 Communes littorales de la CDA LR (hors La Rochelle et Châtelaillon) 17 Les Portes-en-Ré 18 St-Martin-de-Ré 19 Ste-Marie-de-Ré 20 Les Mathes/La Palmyre Royan 23 Le-Grand-Village-Plage et St-Trojan-les-Bains 24 Dolus-d Oléron 25 St-Georges-d Oléron Stéphane DONNAT T Caroline BLONDY Luc VACHER Didier VYE T Olivier BELLANGER T Murielle VERMANDÉ T

SOMMAIRE. Commune de SAINT-GEORGES-DE-DIDONNE. Enquête sur l usage des résidences secondaires en Charente-Maritime. Fiche d identité p.

SOMMAIRE. Commune de SAINT-GEORGES-DE-DIDONNE. Enquête sur l usage des résidences secondaires en Charente-Maritime. Fiche d identité p. Enquête sur l usage des résidences secondaires en Charente-Maritime Commune de SAINT-GEORGES-DE-DIDONNE Enquête menée en 2013 auprès de propriétaires de résidences secondaires en Charente-Maritime SOMMAIRE

Plus en détail

Les carnetspro. mode d emploi SPÉCIAL RÉSIDENCES SECONDAIRES. N 8 Septembre 2015

Les carnetspro. mode d emploi SPÉCIAL RÉSIDENCES SECONDAIRES. N 8 Septembre 2015 Les carnetspro N 8 Septembre 2015 SPÉCIAL RÉSIDENCES SECONDAIRES Charente-Maritime Tourisme et les Chambres de Commerce et d Industrie de la Charente-Maritime travaillent conjointement depuis plus de 10

Plus en détail

BILAN DE FREQUENTATION ETE 2009 ETABLI EN JUILLET / SEPTEMBRE 2009

BILAN DE FREQUENTATION ETE 2009 ETABLI EN JUILLET / SEPTEMBRE 2009 BILAN DE FREQUENTATION ETE 2009 ETABLI EN JUILLET / SEPTEMBRE 2009 Méthodologie : Données issues des plannings de disponibilités : -saisis par les propriétaires en gestion directe - issus des plannings

Plus en détail

La fréquentation touristique en Gironde

La fréquentation touristique en Gironde La fréquentation touristique en Gironde Données de cadrage actualisées DONNÉES SOURCES : BASE DE DONNÉES RÉGIONALE CRT AQUITAINE - 2010 Avril 2012 SOMMAIRE Méthodologie Les caractéristiques des séjours

Plus en détail

ETAT DES LIEUX DE LA FORMATION INITIALE EN METALLERIE. Atelier de 14h30 16h00

ETAT DES LIEUX DE LA FORMATION INITIALE EN METALLERIE. Atelier de 14h30 16h00 ETAT DES LIEUX DE LA FORMATION INITIALE EN METALLERIE Atelier de 14h30 16h00 Objectifs Identifier les zones en difficultés afin d éviter des fermetures De maintenir des effectifs suffisants dans les CFA

Plus en détail

BILANS REGIONAUX DE L EMPLOI

BILANS REGIONAUX DE L EMPLOI BILANS REGIONAUX DE L EMPLOI DANS L ECONOMIE SOCIALE EN 2013 Cécile BAZIN Marie DUROS Amadou BA Jacques MALET Octobre 2014 INTRODUCTION Pour la septième année consécutive, l Association des Régions de

Plus en détail

Le Fonds spécial des pensions des ouvriers des établissements industriels de l Etat PRESENTATION GENERALE

Le Fonds spécial des pensions des ouvriers des établissements industriels de l Etat PRESENTATION GENERALE Le Fonds spécial des pensions des ouvriers des établissements industriels de l Etat PRESENTATION GENERALE Le Fonds spécial des pensions des ouvriers des établissements industriels de l Etat (FSPOEIE) constitue

Plus en détail

«Les propriétaires français et le logement chez l habitant» Résultats de l enquête Ifop pour Chambrealouer.com Réalisée du 4 au 22 juillet 2014

«Les propriétaires français et le logement chez l habitant» Résultats de l enquête Ifop pour Chambrealouer.com Réalisée du 4 au 22 juillet 2014 «Les propriétaires français et le logement chez l habitant» Résultats de l enquête Ifop pour Chambrealouer.com Réalisée du 4 au 22 juillet 2014 Sommaire Introduction P. 2 Profil des personnes interrogées

Plus en détail

LE SURENDETTEMENT DES MÉNAGES

LE SURENDETTEMENT DES MÉNAGES JUIN 2015 LE SURENDETTEMENT DES MÉNAGES Enquête typologique 2014 Analyses nationale et régionale SOMMAIRE INTRODUCTION 5 1 Champ de l étude 5 2 Résumé des principaux constats relatifs à l ensemble des

Plus en détail

L INSEE EN BREF. L Insee en bref. Le recensement de la population. À quoi sert le recensement de la population? Combien sommes nous? Qui sommes nous?

L INSEE EN BREF. L Insee en bref. Le recensement de la population. À quoi sert le recensement de la population? Combien sommes nous? Qui sommes nous? L INSEE EN BREF L Insee en bref Le recensement de la population À quoi sert le recensement de la population? Combien sommes nous? Qui sommes nous? La population des 36 680 communes françaises Quelles régions

Plus en détail

Fonds Européens Structurels et d Investissement (FESI)

Fonds Européens Structurels et d Investissement (FESI) Ce document est cofinancé par l Union européenne. L Europe s engage en France avec le fonds européen de développement régional. Fonds Européens Structurels et d Investissement (FESI) 15 octobre 2015 1

Plus en détail

QuickTime et un décompresseur sont requis pour visionner cette image. ETUDE DE CLIENTELE TOURISTIQUE DU LIMOUSIN. 7 avril 2009

QuickTime et un décompresseur sont requis pour visionner cette image. ETUDE DE CLIENTELE TOURISTIQUE DU LIMOUSIN. 7 avril 2009 ETUDE DE CLIENTELE TOURISTIQUE DU LIMOUSIN 7 avril 2009 Objectifs de l enquête Définir les caractéristiques des clientèles touristiques du Limousin : motivations, profils et comportements Mesurer leur

Plus en détail

M T dents : 1 million d examens bucco-dentaires réalisés dans l année, une participation en hausse

M T dents : 1 million d examens bucco-dentaires réalisés dans l année, une participation en hausse Point d information 1 er décembre 2011 M T dents : 1 million d examens bucco-dentaires réalisés dans l année, une participation en hausse Depuis son lancement en 2007, la participation au programme de

Plus en détail

Bovins viande. Effectifs troupeaux et animaux par région en 2013. Total élevages. Nbre de veaux pesés en VA0. Nbre de veaux pesés en VA4

Bovins viande. Effectifs troupeaux et animaux par région en 2013. Total élevages. Nbre de veaux pesés en VA0. Nbre de veaux pesés en VA4 Bovins viande Effectifs troupeaux et animaux par région en 2013 Chif Régions Nbre de Nbre de Nbre de troupeaux troupeaux troupeaux adhérents adhérents suivis en en VA4 en VA0 engraissement Nbre de troupeaux

Plus en détail

Présentation du Programme PHARE. Direction générale de l offre de soins - DGOS

Présentation du Programme PHARE. Direction générale de l offre de soins - DGOS Présentation du Programme PHARE Les achats hospitaliers, levier majeur de performance pour les établissements Achats hospitaliers : 18 Milliards d euros en 2009 Non médicaux 42% Achats Hospitaliers Médicaux

Plus en détail

21 ème Observatoire des Taux meilleurtaux.com. C O N F É R E N C E D E P R E S S E 3 f é v r i e r 2 0 1 5

21 ème Observatoire des Taux meilleurtaux.com. C O N F É R E N C E D E P R E S S E 3 f é v r i e r 2 0 1 5 21 ème Observatoire des Taux meilleurtaux.com C O N F É R E N C E D E P R E S S E 3 f é v r i e r 2 0 1 5 I TAUX AU PLUS BAS : et si ça continuait? II RENEGOCIATION DE CREDITS : les règles du jeu changent

Plus en détail

Bilan de l emploi dans l économie sociale en régions. Cécile BAZIN Marie DUROS Mélanie BAZOGE Jacques MALET

Bilan de l emploi dans l économie sociale en régions. Cécile BAZIN Marie DUROS Mélanie BAZOGE Jacques MALET Bilan de l emploi dans l économie sociale en régions Cécile BAZIN Marie DUROS Mélanie BAZOGE Jacques MALET Octobre 2015 INTRODUCTION Pour la huitième année consécutive, l Association des Régions de France,

Plus en détail

ISF et intermédiation : Collecte 2009

ISF et intermédiation : Collecte 2009 ISF et intermédiation : Collecte 2009 juillet 2009 1 Contexte et méthodologie Contexte: L AFIC et l AFG ont conduit une enquête pour suivre l impact des mesures dites «ISF PME», et en particulier, pour

Plus en détail

Evolution de la collecte des RPU Réseau OSCOUR

Evolution de la collecte des RPU Réseau OSCOUR Evolution de la collecte des RPU Réseau OSCOUR Vanina BOUSQUET InVS St MAURICE 20 Mai 2014 Journée plénière de la FEDORU SOMMAIRE Etat des lieux des remontée de RPU Etat des lieux des structures régionales

Plus en détail

L Animation Numérique de Territoire Etat des lieux/projets. Forum e-tourisme CRDTA 3/12/2013

L Animation Numérique de Territoire Etat des lieux/projets. Forum e-tourisme CRDTA 3/12/2013 L Animation Numérique de Territoire Etat des lieux/projets Forum e-tourisme CRDTA 3/12/2013 L ANT, une formation qui évolue! Reconnue en période de professionnalisation par l OPCA de la branche tourisme

Plus en détail

LA VALIDATION DES ACQUIS DE L EXPÉRIENCE (VAE)

LA VALIDATION DES ACQUIS DE L EXPÉRIENCE (VAE) TOUT SAVOIR SUR LA VALIDATION DES ACQUIS DE L EXPÉRIENCE (VAE) ASSOCIATION NATIONALE POUR LA FORMATION PERMANENTE DU PERSONNEL HOSPITALIER LA VALIDATION DES ACQUIS DE L EXPÉRIENCE LA VAE? > La Validation

Plus en détail

Mai 2014 BILAN D ACTIVITÉ DES GROUPES D ENTRAIDE MUTUELLE (GEM)

Mai 2014 BILAN D ACTIVITÉ DES GROUPES D ENTRAIDE MUTUELLE (GEM) Mai 2014 BILAN D ACTIVITÉ DES GROUPES D ENTRAIDE MUTUELLE (GEM) ANNÉE 2012 Bilan d activité des groupes d entraide mutuelle (GEM) Année 2012 Sommaire Introduction... 3 I] Les GEM créés et financés depuis

Plus en détail

Ecolabel Européen Hébergement touristique et camping

Ecolabel Européen Hébergement touristique et camping Ecolabel Européen Hébergement touristique et camping Table ronde Tourisme Durable ROCHEFORT le 4 mai 2010 Muriel LUZU 2 LE GROUPE AFNOR Groupe international de services organisé autour de 4 grands domaines

Plus en détail

LE POINT SUR LA PROFESSION

LE POINT SUR LA PROFESSION LE POINT SUR LA PROFESSION Edition 2011 Données 2009 1 / 44 SOMMAIRE UNIVERS ETUDIE ET RAPPELS METHODOLOGIQUES 3 1ERE PARTIE: POSITIONNEMENT ECONOMIQUE DE LAPROFESSION 5 I Dénombrement 6 II -Chiffre d

Plus en détail

CEP CONSTRUCTION. Tableaux de bord régionaux emploi/formation dans la construction. Septembre 2006. Jean-Louis Reboul. Sandrine Aboubadra

CEP CONSTRUCTION. Tableaux de bord régionaux emploi/formation dans la construction. Septembre 2006. Jean-Louis Reboul. Sandrine Aboubadra CEP CONSTRUCTION Tableaux de bord régionaux emploi/formation dans la construction Septembre 2006 Jean-Louis Reboul Sandrine Aboubadra Siège social 89, rue du Faubourg Saint Antoine 75011 PARIS Tel : 33

Plus en détail

Suivi du marché 2012 des applications individuelles solaires thermiques

Suivi du marché 2012 des applications individuelles solaires thermiques Suivi du marché 2012 des applications individuelles solaires thermiques Avec le soutien de : Observ ER 2013 Suivi du marché des installations individuelles solaires thermiques 1 Juillet 2013 Sommaire Préambule

Plus en détail

Cahier des charges pour la mise en œuvre de prestations d appui conseil RH ZOOM RH DIAGNOSTIC - ACCOMPAGNEMENT

Cahier des charges pour la mise en œuvre de prestations d appui conseil RH ZOOM RH DIAGNOSTIC - ACCOMPAGNEMENT Cahier des charges pour la mise en œuvre de prestations d appui conseil RH ZOOM RH DIAGNOSTIC - ACCOMPAGNEMENT Octobre 2015 CONTEXTE La loi et ses décrets d application donnent aux OPCA un rôle et des

Plus en détail

FM N 18076 Contact Ifop : Frédéric Micheau Tél : 01 45 84 14 44 frederic.micheau@ifop.com. pour

FM N 18076 Contact Ifop : Frédéric Micheau Tél : 01 45 84 14 44 frederic.micheau@ifop.com. pour FM N 18076 Contact Ifop : Frédéric Micheau Tél : 01 45 84 14 44 frederic.micheau@ifop.com pour Les Internautes et la protection des informations personnelles sur les réseaux sociaux Résultats détaillés

Plus en détail

Les enjeux du quotidien

Les enjeux du quotidien Les enjeux du quotidien LES FRANCAIS ET LES JEUX D ARGENT EN LIGNE Sondage réalisé pour : La Presse quotidienne Nationale, Régionale, Urbaine Gratuite et la Presse Hebdomadaire Régionale ATTENTION EMBARGO

Plus en détail

! Le Réflexe Cyclamed

! Le Réflexe Cyclamed ! Le Réflexe Cyclamed ! Les textes réglementaires! La collecte des MNU par les officines est obligatoire (loi n 2007-248, J.O. du 27/2/2007 et décret d application n 2009-718 du 17/6/2009)! Approbation

Plus en détail

Le revenu fiscal moyen des ménages rapporté à l unité de consommation (UC) est légèrement plus

Le revenu fiscal moyen des ménages rapporté à l unité de consommation (UC) est légèrement plus ACTIVITÉS ÉCONOMIQUES LITTORALES ET MARITIMES Revenu fiscal des Ménages dans les métropolitains Les risques A RETENIR Le revenu fiscal moyen des ménages rapporté à l unité de consommation (UC) est légèrement

Plus en détail

Présentation du Black Book France Logiciels et Services, 2007-2011

Présentation du Black Book France Logiciels et Services, 2007-2011 Présentation du Black Book France Logiciels et Services, 2007-2011 www.idc.com Copyright 2008 IDC. Reproduction is forbidden unless authorized. All rights reserved. Objectifs du Black Book France Vous

Plus en détail

La preuve par. Principaux enseignements du bilan des PRT et. du recensement des projets télémédecine 2013

La preuve par. Principaux enseignements du bilan des PRT et. du recensement des projets télémédecine 2013 La preuve par Principaux enseignements du bilan des PRT et du recensement des projets télémédecine 2013 Le recensement Télémédecine 2013 01 Synthèse du recensement Télémédecine 2013 02 Répartition et maturité

Plus en détail

LES OBJECTIFS DU PAT

LES OBJECTIFS DU PAT LES OBJECTIFS DU PAT Le PAT s inscrit dans le cadre des axes de développement approuvés par l assemblée générale fédérale pour l olympiade 2012/2016. Il est le moyen de mettre en synergie l ensemble des

Plus en détail

Bilan d activité des Groupes d Entraide Mutuelle (GEM) Année 2012. Caisse Nationale de Solidarité pour l Autonomie

Bilan d activité des Groupes d Entraide Mutuelle (GEM) Année 2012. Caisse Nationale de Solidarité pour l Autonomie Bilan d activité des Groupes d Entraide Mutuelle (GEM) Année 2012 Caisse Nationale de Solidarité pour l Autonomie Préambule Introduits par la loi «handicap» du 11 février 2005, les Groupes d Entraide Mutuelle

Plus en détail

L'Ile-de-France, Amour et désamour.

L'Ile-de-France, Amour et désamour. L'Ile-de-France, Amour et désamour. 1 Dans quelles régions souhaite-t-on rester? Dans quelles régions souhaite-t-on partir? Lille Nantes Lyon Strasbourg Parmi les régions où l on souhaite rester le plus,

Plus en détail

Typologie des séjours en Bourgogne en 2007 Suivi de la Demande Touristique 2007

Typologie des séjours en Bourgogne en 2007 Suivi de la Demande Touristique 2007 Typologie des séjours en Bourgogne en 2007 Suivi de la Demande Touristique 2007 1 Sommaire 1. Objectif et méthode p. 3 2. Données de cadrage : les séjours en Bourgogne en 2007, Suivi de la Demande Touristique

Plus en détail

L offre d hébergement

L offre d hébergement L offre d hébergement 3 L offre d hébergement Définitions 52 Dans ce chapitre sont présentés les parcs d hébergement marchand et non marchand qui constituent l offre touristique française. Le nouveau classement

Plus en détail

PERSPECTIVES DE L EMPLOI CADRE ILE-DE-FRANCE

PERSPECTIVES DE L EMPLOI CADRE ILE-DE-FRANCE PERSPECTIVES DE L EMPLOI CADRE ILE-DE-FRANCE LES ÉTUDES DE L EMPLOI CADRE N 201-3 MARS 201 En 201, 1 91 entreprises franciliennes du secteur privé ont été interrogées, employant 19 0 salariés dont 10 cadres.

Plus en détail

ENQUÊTE SUR L IMAGE DE L AVIATION CIVILE : 2012. Rapport 17/01/2013. Direction générale de l Aviation civile. Direction générale de l Aviation civile

ENQUÊTE SUR L IMAGE DE L AVIATION CIVILE : 2012. Rapport 17/01/2013. Direction générale de l Aviation civile. Direction générale de l Aviation civile ENQUÊTE SUR L IMAGE DE L AVIATION CIVILE : 2012 Rapport 17/01/2013 Direction générale de l Aviation civile Ministère de l'écologie, du Développement durable et de l Énergie Direction générale de l Aviation

Plus en détail

LES FRANCAIS ET LES JEUX D ARGENT EN LIGNE

LES FRANCAIS ET LES JEUX D ARGENT EN LIGNE Les enjeux du quotidien LES FRANCAIS ET LES JEUX D ARGENT EN LIGNE Sondage réalisé pour : La Presse quotidienne Nationale, Régionale, Urbaine Gratuite et la Presse Hebdomadaire Régionale Qui est commanditaire

Plus en détail

ACTIVITÉ DE L ARTISANAT DU BÂTIMENT : UN DÉBUT D ANNÉE DIFFICILE ET DES TRÉSORERIES ENCORE DÉGRADÉES

ACTIVITÉ DE L ARTISANAT DU BÂTIMENT : UN DÉBUT D ANNÉE DIFFICILE ET DES TRÉSORERIES ENCORE DÉGRADÉES LA LETTRE D INFORMATION HEBDOMADAIRE DU RÉSEAU Conjoncture du 1 er trimestre 215 Avril 215 ACTIVITÉ DE L ARTISANAT DU BÂTIMENT : UN DÉBUT D ANNÉE DIFFICILE ET DES TRÉSORERIES ENCORE DÉGRADÉES Au 1 er trimestre

Plus en détail

Bilan d activité des Groupes d Entraide Mutuelle (GEM) Année 2011. Caisse Nationale de Solidarité pour l Autonomie

Bilan d activité des Groupes d Entraide Mutuelle (GEM) Année 2011. Caisse Nationale de Solidarité pour l Autonomie Bilan d activité des Groupes d Entraide Mutuelle (GEM) Année 2011 Caisse Nationale de Solidarité pour l Autonomie Préambule : Les Groupes d Entraide Mutuelle (GEM), régis par les articles L. 114-1-1 et

Plus en détail

ENQUETE DE BRANCHE Prothésistes dentaires

ENQUETE DE BRANCHE Prothésistes dentaires ENQUETE DE BRANCHE Prothésistes dentaires Données 2012 Institut I+C 11 rue Christophe Colomb - 75008 Paris Tél.: 33 (0)1 47 20 30 33 http://www.iplusc.com Octobre 2013 1/52 UNIVERS ETUDIE ET RAPPELS METHODOLOGIQUES

Plus en détail

L hôtellerie de tourisme en 2008

L hôtellerie de tourisme en 2008 Ministère de l économie, des finances et de l emploi Direction du Tourisme N 2008 2 Département de la stratégie, de la prospective, de l évaluation et des statistiques Mars 2008 L hôtellerie de tourisme

Plus en détail

BILAN DES EXAMENS DU PERMIS DE CONDUIRE

BILAN DES EXAMENS DU PERMIS DE CONDUIRE ANNEE 2009 BILAN DES EXAMENS DU PERMIS DE CONDUIRE Présent pour l avenir Ministère de l Écologie, de l Énergie, du Développement durable et de la Mer en charge des Technologies vertes et des Négociations

Plus en détail

Taxe d Apprentissage. Un circuit complexe Des chiffres clés Le plan d action Constats et réforme en cours. Présentation : DPMA CLOUET Thomas

Taxe d Apprentissage. Un circuit complexe Des chiffres clés Le plan d action Constats et réforme en cours. Présentation : DPMA CLOUET Thomas Taxe d Apprentissage Un circuit complexe Des chiffres clés Le plan d action Constats et réforme en cours Présentation : DPMA CLOUET Thomas Définition Impôt versé par les entreprises afin de financer le

Plus en détail

Les sports d hiver : pratiques et pratiquants

Les sports d hiver : pratiques et pratiquants Les sports d hiver : pratiques et pratiquants En 2004, un peu moins de 9 % de la population française pratique les sports d hiver. Le ski alpin domine, suivi loin derrière par le ski de fond, les autres

Plus en détail

"La santé des étudiants en 2009"

La santé des étudiants en 2009 Dossier de Presse "La santé des étudiants en 2009" 6ème Enquête Nationale Communiqué de presse. p 2 L USEM et les mutuelles étudiantes régionales.......... p 4 Présentation de l enquête santé... p 5 Méthodologie

Plus en détail

Réseau CAI Bpifrance L EQUIPE DES CHARGES D AFFAIRES INTERNATIONAUX UBIFRANCE

Réseau CAI Bpifrance L EQUIPE DES CHARGES D AFFAIRES INTERNATIONAUX UBIFRANCE L EQUIPE DES CHARGES D AFFAIRES INTERNATIONAUX UBIFRANCE [Mise à jour : 10 mai 2014] 1 L équipe Siège UBIFRANCE Paris Michel Bauza Chef de Département UBIFRANCE siège, Paris Téléphone fixe 01 40 73 35

Plus en détail

DISPOSITIF NATIONAL DE FORMATION A L ECO-RESPONSABILITE

DISPOSITIF NATIONAL DE FORMATION A L ECO-RESPONSABILITE MINISTERE DE L ECOLOGIE, DE L, DU DEVELOPPEMENT DURABLE ET DE LA MER en charge des Technologies vertes et des Négociations sur le climat MINISTERE DU BUDGET, DES COMPTES PUBLICS ET DE LA FONCTION PUBLIQUE

Plus en détail

Découvertes du marché français d autopartage et location de voitures entre particuliers AVRIL 2013

Découvertes du marché français d autopartage et location de voitures entre particuliers AVRIL 2013 Découvertes du marché français d autopartage et location de voitures entre particuliers AVRIL 2013 Préface En mars 2013, CarSonar a été lancé afin de réunir dans un même site toutes les offres d autopartage

Plus en détail

Etude sur le rapport qualité/prix des prestations touristiques dans les Alpes de Haute Provence

Etude sur le rapport qualité/prix des prestations touristiques dans les Alpes de Haute Provence Etude sur le rapport qualité/prix des prestations touristiques dans les Alpes de Haute Provence Digne les Bains, le 8 décembre 2009 Service études ingénierie et développement, ADT 04 1 La démarche Au préalable

Plus en détail

Projet VISIOStockage

Projet VISIOStockage 1 Projet VISIOStockage Observatoire des sites de stockage Outil d observation des capacités de stockage dans la filière des céréales et des oléo-protéagineux Auvergne/ RENCONTRES RÉGIONALES CÉRÉALIÈRES

Plus en détail

Profil des clientèles touristiques. séjournant sur le littoral landais

Profil des clientèles touristiques. séjournant sur le littoral landais séjournant sur le littoral landais Zoom sur les résultats de l enquête qualitative sur MACS. 2 zones d étude: -Zone nord: Moliets, Messanges, Vieux-Boucau, Soustons - Zone Sud: Capbreton, Hossegor, Seignosse,

Plus en détail

3 e partie L OFFRE D HÉBERGEMENT

3 e partie L OFFRE D HÉBERGEMENT 3 e partie L OFFRE D HÉBERGEMENT 3 - L offre d hébergement Définitions Dans ce chapitre sont présentés les parcs d hébergement marchand et non marchand qui constituent l offre touristique française. Le

Plus en détail

Le tableau de bord. Ré g i o n Ce n t r e. de l observatoire régional de l habitat et du foncier de la région Centre. Édition octobre 2009.

Le tableau de bord. Ré g i o n Ce n t r e. de l observatoire régional de l habitat et du foncier de la région Centre. Édition octobre 2009. O bservatoire R H F égional abitat oncier Ré g i o n Ce n t r e Cher - Eure-et-Loir - Indre Indre-et-Loire - Loir-et-Cher - Loiret Le tableau de bord de l observatoire régional de l habitat et du foncier

Plus en détail

Accès Raccordement d ERDF

Accès Raccordement d ERDF Direction Raccordements Accès Raccordement d ERDF Identification : ERDF-NOI-RAC-02E Version : V.2.1 Nombre de pages : 13 Résumé Ce document décrit le rôle : - des Accueils Raccordement Électricité (ARÉ)

Plus en détail

Baromètre. Ventes & Cessions de fonds de commerce (Bâtiment, commerce, industrie ou services) Baromètre BODACC

Baromètre. Ventes & Cessions de fonds de commerce (Bâtiment, commerce, industrie ou services) Baromètre BODACC Baromètre BODACC Baromètre Ventes & Cessions de fonds de commerce (Bâtiment, commerce, industrie ou services) Annonces publiées au BODACC au 1 er semestre 2013 Au 1 er semestre 2013 les acheteurs temporisent,

Plus en détail

Tableau de Bord de la certification

Tableau de Bord de la certification Tableau de Bord de la certification Observatoire BBC - Effinergie 2015 Rénovation Bureau Grand Site Saint Victoire Architecte : Bolikian Architecte Mandataire Ce tableau de bord a pour objectif de présenter

Plus en détail

AQUITAINE. Suivi de la Demande touristique 2010 1 ~

AQUITAINE. Suivi de la Demande touristique 2010 1 ~ SUIVI DE LA DEMANDE TOURISTIQUE AQUITAINE ANNEE 2010 Note dee conjoncture TNS SOFRES-CRTA Suivi de la Demande touristique 2010 CRTAA DIRECCTE Aquitaine TNS T SOFRES 1 ~ SOMMAIRE AVERTISSEMENT METHODOLOGIQUE...

Plus en détail

REGIME COMPLEMENTAIRE D'ASSURANCE MALADIE

REGIME COMPLEMENTAIRE D'ASSURANCE MALADIE UNE VRAIE MUTUELLE UN CONTRAT CLAIR UN HAUT NIVEAU de PROTECTION JUIN 2013 REGLEMENT INTERIEUR REGIME COMPLEMENTAIRE D'ASSURANCE MALADIE N 75M035933 SIRET 784 394 413 00040 SIREN 784 394 413 - APE 6512Z

Plus en détail

Observatoire de l Eolien

Observatoire de l Eolien Observatoire de l Eolien Analyse du marché et des emplois éoliens en France Colloque France Energie Eolienne 2 octobre 2014 Editorial France Energie Eolienne, porte-parole de l éolien, regroupe les professionnels

Plus en détail

ACTION 1 L utilisation des chevaux de trait pour les travaux communaux. Rapport d étude 3

ACTION 1 L utilisation des chevaux de trait pour les travaux communaux. Rapport d étude 3 ACTION 1 L utilisation des chevaux de trait pour les travaux communaux Rapport d étude 3 LES DIFFERENTES UTILISATIONS DU CHEVAL DE TRAIT DANS LES COMMUNES FRANÇAISES Le cheval apparait aujourd hui comme

Plus en détail

G U I D E DES LABELS HS

G U I D E DES LABELS HS LES LABELS COURSES SUR ROUTE 2016 SOMMAIRE 5 BONNES RAISONS POUR FAIRE UNE DEMANDE DE LABEL 3 LES ENGAGEMENTS 4 REFERENCES REGLEMENTAIRES 5 PRESENTATION FAMILLES COURSES HORS STADE 6 PRESENTATION LABELS

Plus en détail

RÈGLEMENT GAIN CLIENT «OPERATION COTISATION MULTIRISQUES HABITATION OFFERTE» DU 01/10/2013 au 31/10/2013

RÈGLEMENT GAIN CLIENT «OPERATION COTISATION MULTIRISQUES HABITATION OFFERTE» DU 01/10/2013 au 31/10/2013 RÈGLEMENT GAIN CLIENT «OPERATION COTISATION MULTIRISQUES HABITATION OFFERTE» DU 01/10/2013 au 31/10/2013 Article 1 : Société Organisatrice BPCE Assurances, Société Anonyme au capital de 61.996.212 euros,

Plus en détail

SECTEUR Santé CABINETS MÉDICAUX. Portrait de branche

SECTEUR Santé CABINETS MÉDICAUX. Portrait de branche SECTEUR Santé CABINETS MÉDICAUX Portrait de branche 02 ÉTUDE - novembre 2011 Sommaire 03 PRINCIPAUX ENSEIGNEMENTS 04 Les sources des données exploitées dans le présent portrait de branche 05 LES CABINETS

Plus en détail

La Caisse d Epargne, acteur de référence du capital investissement en région. - Juillet 2010 -

La Caisse d Epargne, acteur de référence du capital investissement en région. - Juillet 2010 - La Caisse d Epargne, acteur de référence du capital investissement en région - Juillet 2010 - Votre besoin en Capital Vous êtes dirigeant (ou futur dirigeant) d entreprise et vous souhaitez : Créer ou

Plus en détail

En partenariat avec : Remise des Grands prix 2014

En partenariat avec : Remise des Grands prix 2014 En partenariat avec : Remise des Grands prix 2014 Des Grands Prix, oui mais pourquoi? Pour valoriser les professionnels les plus remarquables et créer une émulation parmi tous les acteurs du tourisme.

Plus en détail

LE BAROMETRE TENDANCE AU 2 EME TRIMESTRE 2014

LE BAROMETRE TENDANCE AU 2 EME TRIMESTRE 2014 LE BAROMETRE DES EMPLOIS DE LA F AMILLE No 11 décembre 2014 TENDANCE AU 2 EME TRIMESTRE 2014 L activité de l emploi à domicile hors garde d enfants est en repli depuis le 1 er trimestre 2012 La dégradation

Plus en détail

Liste des référents AERAS des établissements de crédit Version du 10 juillet 2013

Liste des référents AERAS des établissements de crédit Version du 10 juillet 2013 12/07/2013 1 Liste des référents AERAS des établissements de crédit Version du 10 juillet 2013 AXA BANQUE 01 55 12 83 67/82 68 BAIL ENTREPRISES 02 98 34 43 37 BANCO BPI - Succursale France 01 44 50 33

Plus en détail

ECONOMIE SOCIALE : BILAN DE L EMPLOI EN 2012

ECONOMIE SOCIALE : BILAN DE L EMPLOI EN 2012 27 JUIN 2013 ECONOMIE SOCIALE : BILAN DE L EMPLOI EN 2012 EN COOPERATION AVEC L ACOSS-URSSAF ET LA CCMSA Cécile BAZIN Liza MARGUERITTE Noël TADJINE Guillaume PREVOSTAT - Jacques MALET L économie sociale,

Plus en détail

Données formation continue 2013 : Rapport de Branche EAC

Données formation continue 2013 : Rapport de Branche EAC Données formation continue 2013 : Rapport de Branche EAC Introduction... 2 L Afdas et l organisation du système de la formation professionnelle continue... 2 I) Les entreprises bénéficiaires... 5 A) Répartition

Plus en détail

Liste des référents AERAS des établissements de crédit Mise à jour au 28 août 2015

Liste des référents AERAS des établissements de crédit Mise à jour au 28 août 2015 02/09/2015 1 Liste des référents AERAS des établissements de crédit Mise à jour au 28 août 2015 AXA BANQUE 01 55 12 83 67/82 68 BAIL ENTREPRISES 02 98 34 43 37 BANCO BPI - Succursale France 01 44 50 33

Plus en détail

Avec PASSERELLE Le CREDIT AGRICOLE D AQUITAINE renforce son positionnement de banque des «bons comme des mauvais jours»

Avec PASSERELLE Le CREDIT AGRICOLE D AQUITAINE renforce son positionnement de banque des «bons comme des mauvais jours» Avec PASSERELLE Le CREDIT AGRICOLE D AQUITAINE renforce son positionnement de banque des «bons comme des mauvais jours» Vie mutualiste et Développement durable Point Passerelle UN PROJET NATIONAL CONSTAT

Plus en détail

Book Commercial // La Tremblade

Book Commercial // La Tremblade Book Commercial // La Tremblade Résidence Services Seniors Domitys Infos pratiques Nom de la résidence : La Perle de Nacre Adresse : Boulevard Roger Letelié Lieu-dit «l Atelier» 17390 La Tremblade Architecte

Plus en détail

ECONOMIE SOCIALE : BILAN DE L EMPLOI EN 2013

ECONOMIE SOCIALE : BILAN DE L EMPLOI EN 2013 10 JUIN 2014 ECONOMIE SOCIALE : BILAN DE L EMPLOI EN 2013 EN COOPERATION AVEC L ACOSS-URSSAF ET LA CCMSA Cécile BAZIN Amadou BA Noël TADJINE Guillaume PREVOSTAT - Jacques MALET L économie sociale, entendue

Plus en détail

TARIFICATION BANCAIRE 15 janvier 2015 L ENQUETE ANNUELLE

TARIFICATION BANCAIRE 15 janvier 2015 L ENQUETE ANNUELLE TARIFICATION BANCAIRE 15 janvier 2015 L ENQUETE ANNUELLE CLCV - Mieux Vivre Votre Pour ce palmarès 2015, 140 banques de métropole et d outre-mer ont été passées à la loupe. Les tarifs analysés? Ceux en

Plus en détail

Une couverture supplémentaire pour les salariés du sport Garanties plus importantes que le régime général de la Sécurité Sociale

Une couverture supplémentaire pour les salariés du sport Garanties plus importantes que le régime général de la Sécurité Sociale LA PREVOYANCE DU SPORT Pourquoi un régime de prévoyance dans le sport? Une couverture supplémentaire pour les salariés du sport Garanties plus importantes que le régime général de la Sécurité Sociale Une

Plus en détail

LES MASTERS 2 DANS LE DOMAINE DES STAPS EN FRANCE 2012/2013 NORD-PAS-DE-CALAIS. Université Lille 2

LES MASTERS 2 DANS LE DOMAINE DES STAPS EN FRANCE 2012/2013 NORD-PAS-DE-CALAIS. Université Lille 2 LES MASTERS 2 DANS LE DOMAINE DES STAPS EN FRANCE 2012/2013 NORD-PAS-DE-CALAIS Université Lille 2 Master STAPS «Grand Nord» - Entraînement et Optimisation de la Performance Sportive _ option Préparations

Plus en détail

RETOURS ENQUETE ECOLES DE KITE 2013

RETOURS ENQUETE ECOLES DE KITE 2013 RETOURS ENQUETE ECOLES DE KITE 2013 Vous avez été invités par la commission des écoles de kite à participer entre le 21 octobre et 31 décembre 2013 à une enquête sur le fonctionnement du réseau des écoles

Plus en détail

Rapport d activité. Rhône-Alpes Active Une finance solidaire au service de l emploi et des territoires

Rapport d activité. Rhône-Alpes Active Une finance solidaire au service de l emploi et des territoires Rapport d activité 2014 Une finance solidaire au service de l emploi et des territoires EN En 2014 3 668 emplois créés ou consolidés 907 projets accompagnés et 20,9 M mobilisés en Jean Jacques Martin Président

Plus en détail

ENQUÊTE DE BRANCHE Prévention - Sécurité

ENQUÊTE DE BRANCHE Prévention - Sécurité Observatoire des Métiers de la Prévention et de la Sécurité ENQUÊTE DE BRANCHE Prévention - Sécurité Données 2014 Institut I+C 11 rue Christophe Colomb - 75008 Paris Tél.: 33 (0)1 47 20 30 33 http://www.iplusc.com

Plus en détail

11 ème COMITE REGIONAL DES ACHATS

11 ème COMITE REGIONAL DES ACHATS 11 ème COMITE REGIONAL DES ACHATS Mercredi 29 avril 2015 XX/XX/XX Ordre du jour du Comité Régional des Achats Lyon 29 avril 2015 Horaires 14h00-14h10 14h10-14h30 14h30 14h55 Ordre du jour proposé Introduction

Plus en détail

ESPACE FTP Guide d utilisation

ESPACE FTP Guide d utilisation ESPACE FTP Guide d utilisation Introduction 1 ère Connexion Connexion rapide Ergonomie du logiciel Navigation Transfert Groupes d accès Suppression Accès partenaires Annexe : installation Filezilla 1 ESPACE

Plus en détail

SOMMAIRE DES 5 BONNES RAISONS POUR FAIRE UNE DEMANDE DE LABEL LES ENGAGEMENTS REFERENCES REGLEMENTAIRES DEFINITION DES FAMILLES DES COURSES NATURE

SOMMAIRE DES 5 BONNES RAISONS POUR FAIRE UNE DEMANDE DE LABEL LES ENGAGEMENTS REFERENCES REGLEMENTAIRES DEFINITION DES FAMILLES DES COURSES NATURE SOMMAIRE 5 BONNES RAISONS POUR FAIRE UNE DEMANDE DE LABEL 3 LES ENGAGEMENTS 4 REFERENCES REGLEMENTAIRES 5 DEFINITION DES FAMILLES DES COURSES NATURE 6 CRITERES ET CONDITIONS DES LABELS TRAIL 7 CRITERES

Plus en détail

TARIFICATION BANCAIRE :

TARIFICATION BANCAIRE : TARIFICATION BANCAIRE : L ENQUETE ANNUELLE CLCV - Mieux vivre votre argent 27 janvier 2012 Pour ce palmarès 2012, la CLCV et Mieux vivre votre argent ont passé en revue les tarifs applicables au 1er février

Plus en détail

UNE PUBLICATION PARTENARIALE N 2 - MARS 2007

UNE PUBLICATION PARTENARIALE N 2 - MARS 2007 UNE PUBLICATION PARTENARIALE N 2 - MARS 2007 sommaire 02 sommaire 03 données de cadrage l origine géographique des clientèles françaises 04 l origine géographique des clientèles étrangères le profil de

Plus en détail

64 ÈME CE ET ENTREPRISE FINAN CONGRÈS DE L ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES

64 ÈME CE ET ENTREPRISE FINAN CONGRÈS DE L ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES 64 ÈME CONGRÈS DE L ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES LES CENTRES D INFORMATION SUR LA PRÉVENTION DES DIFFICULTÉS DES ENTREPRISES ENTREPRISE EN DIFFICULTÉS : ANTICIPATION, ACCOMPAGNEMENT ET FINANCEMENT CE ET

Plus en détail

Messagerie Sécurisée de Santé

Messagerie Sécurisée de Santé Messagerie Sécurisée de Santé Principes et déploiement du service Réunion Inter Régionale du 4 décembre 2012 Ordre du jour 1 Vue d ensemble du service 2 En pratique : premier accès et Webmail 3 Les grandes

Plus en détail

Analyses sectorielles

Analyses sectorielles Analyses sectorielles Coiffure et soins esthétiques Bâtiment et travaux public Economie verte Sanitaire et social Production agricole Hôtellerie-restauration Industrie Métallerie et mécanique Comptabilité

Plus en détail

OBSERVATION ET STATISTIQUES

OBSERVATION ET STATISTIQUES COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE n 396 Février 2013 Tableau de bord éolien-photovoltaïque Quatrième trimestre 2012 OBSERVATION ET STATISTIQUES ÉNERGIE Le parc éolien atteint une de 7 562 MW

Plus en détail

Les Français et le coût de la banque

Les Français et le coût de la banque Les Français et le coût de la banque Septembre 2013 Contact Presse : Héloïse Guillet / 01 75 43 33 82 / heloise@boomerang-rp.com Sommaire Présentation de Panorabanques.com Contacts Méthodologie Recueil

Plus en détail

PLAN DE COMMUNICATION 2014-2018

PLAN DE COMMUNICATION 2014-2018 PLAN DE COMMUNICATION 2014-2018 Office de Tourisme des Combrailles OT des Combrailles Plan de communication 2014-2018 Page 1 sur 8 L Office de Tourisme des Combrailles (OTC) a été créé au 1 er janvier

Plus en détail

TARIFICATION BANCAIRE :

TARIFICATION BANCAIRE : TARIFICATION BANCAIRE : L ENQUETE ANNUELLE CLCV - Mieux Vivre Votre Argent 25 janvier 2013 Pour ce palmarès 2013, la CLCV et Mieux Vivre Votre Argent ont passé en revue les tarifs applicables au 1er février

Plus en détail

Enquête Nationale sur le devenir des diplômés de

Enquête Nationale sur le devenir des diplômés de Enquête Nationale sur le devenir des diplômés de DUT 2010 Mesures Physiques Résultats de l IUT de Reims-Châlons-Charleville (Note de synthèse sur les diplômés de formation initiale hors alternance) Novembre

Plus en détail

café, restaurant & salon de thé DOSSIER DE CANDIDATURE franchise

café, restaurant & salon de thé DOSSIER DE CANDIDATURE franchise DOSSIER DE CANDIDATURE franchise 1. DEMANDEUR PHOTO ÉTAT CIVIL Nom Prénom Date de naissance Lieu de naissance / / Adresse Code postal Téléphone fixe Fax Ville tél portable: E-mail Situation familiale :

Plus en détail

Mes CHIFFRES CLES. édition 2015. en-charente-maritime.com

Mes CHIFFRES CLES. édition 2015. en-charente-maritime.com édition 2015 en-charente-maritime.com Sommaire 2 La Charente-Maritime c est... Le territoire de la Charente-Maritime Les accès L essentiel Les données économiques La capacité d accueil La fréquentation

Plus en détail

Qui sont les primo-accédants d aujourd hui et de demain?

Qui sont les primo-accédants d aujourd hui et de demain? Qui sont les primo-accédants d aujourd hui et de demain? Etude de l Institut CSA pour Guy Hoquet L immobilier Mars 2015 Fiche technique Interrogation Echantillon national représentatif de 2000 personnes

Plus en détail

LES INSUFFISANCES EN MATIERE D EQUIPEMENTS D IMAGERIE MEDICALE EN FRANCE : ETUDE SUR LES DELAIS D ATTENTE POUR UN RENDEZ-VOUS IRM EN 2013

LES INSUFFISANCES EN MATIERE D EQUIPEMENTS D IMAGERIE MEDICALE EN FRANCE : ETUDE SUR LES DELAIS D ATTENTE POUR UN RENDEZ-VOUS IRM EN 2013 LES INSUFFISANCES EN MATIERE D EQUIPEMENTS D IMAGERIE MEDICALE EN FRANCE : ETUDE SUR LES DELAIS D ATTENTE POUR UN RENDEZ-VOUS IRM EN 2013 Étude réalisée pour Imagerie Santé Avenir 2013 CEMKA-E VAL 43,

Plus en détail