TRAITEMENT DES INFECTIONS SUR DISPOSITIF INTRAVASCULAIRE DE LONGUE DUREE PAR VERROU ANTIBIOTIQUE

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "TRAITEMENT DES INFECTIONS SUR DISPOSITIF INTRAVASCULAIRE DE LONGUE DUREE PAR VERROU ANTIBIOTIQUE"

Transcription

1 TRAITEMENT DES INFECTIONS SUR DISPOSITIF INTRAVASCULAIRE DE LONGUE DUREE PAR VERROU ANTIBIOTIQUE DIFFUSION : Groupe de Prévention des Infections en Cancérologie PO GPIC N 000 VERSION N 2 Date : 30/01/2012 Page 1/6 SOMMAIRE Avant-propos Groupe de travail Groupe de lecture Recommandations ANNEXES Références bibliographiques Avant propos Cette procédure vise à définir les situations d exception dans lesquelles un verrou antibiotique peut être proposé dans certaines infections sur cathéter, et d en préciser les modalités. L utilisation de cette technique conservatrice doit toujours se faire avec prudence et dans un esprit de compromis, le retrait de tout matériel présumé infecté étant la règle. La mise en place d un verrou antibiotique doit se faire en concertation avec l infectiologue ou le microbiologiste, en tenant compte des situations pouvant justifier le maintien et après évaluation du risque d échec ou de complications. Le risque d échec est en effet non négligeable. Le plus souvent, le verrou se fera en association à une antibiothérapie systémique. Cette dernière est indispensable quand les hémocultures périphériques sont positives (bactériémie vraie : durée d antibiothérapie systémique 10 à 14 jours). Groupe de travail Pilotage : Pierre BERGER : médecin infectiologue/ I.P. Calmettes/ Marseille Bertrand GACHOT : médecin infectiologue/ I.G. ROUSSY/ Villejuif Groupe de lecture Olivier BRENET : anesthésiste réanimateur/ Institut de Cancérologie de l Ouest, site P PAPIN/ Angers Brigitte TEQUI : anesthésiste réanimateur, praticien hygiène et gestion des risques associés aux soins/ Institut de Cancérologie de l Ouest, site R Gauducheau/ Nantes Marie Christine ESCANDE : Institut Curie/ Paris

2 RECOMMANDATIONS 1) INDICATIONS 1. Bactériémie liée au dispositif intraveineux de longue durée (DIVLD) probable ou possible en l absence d autre foyer infectieux, à condition que l infection soit liée à l un de ces 2 groupes de bactéries : OU staphylocoque à coagulase négative (risque faible d échec et de complications) à l exception de Staphylococcus schleiferi, Staphylococcus lugdunensis entérobactéries sensibles : ne l envisager qu après avis spécialisé (risque moyen d échec avec possibilités de complications à type de choc septique), Définitions : Bactériémie liée au cathéter (BLC), considérée comme probable (due à l une des catégories de micro-organismes citées ci-dessus) : Au moins 1 couple d hémocultures positif (cathéter / périphérie), avec délai différentiel de positivation des hémocultures > 2 heures en faveur du prélèvement effectué sur le cathéter. Au moins deux hémocultures prélevées sur cathéter positives (avec 1 ou plusieurs hémoculture(s) périphérique(s) concomitante(s) négative(s) Bactériémie liée au cathéter, considérée comme possible : Au moins 2 hémocultures périphériques positives à Staphylocoque à coagulase négative, en l absence d autre foyer infectieux positif à ce germe. 2. Fin d utilisation et/ou ablation proches (fin de traitement, fin de vie) ou cathéter indispensable et dont le remplacement est difficile : pédiatrie, haut risque hémorragique, thrombopénie, trouble de la coagulation), haut risque de complications opératoires en raison de comorbidités, problèmes anatomiques (invasion tumorale ), ET à condition que les germes en cause soient ceux indiqués en 1. NB : La méthode du verrou antibiotique impose de ne pas avoir besoin du DIVLD pendant au moins 48 h (temps du premier verrou). 2) CONTRE-INDICATIONS CHACUNE DES CONDITIONS SUIVANTES REPRESENTE A ELLE SEULE UNE CONTRE-INDICATION A LA METHODE DU VERROU ANTIBIOTIQUE ET DOIT CONDUIRE AU RETRAIT DU DIVLD DANS TOUS LES CAS : 1. Sepsis grave, 2. Signes locaux francs, infection de la partie sous-cutanée du dispositif (tunnel ou loge de la chambre), 3. Germes à risque élevé de complications et d échec : Staphylococcus aureus (staphylocoque doré), Staphylococcus schleiferi, Staphylococcus lugdunensis Pseudomonas aeruginosa (bacille pyocyanique), Créé en 2009 Page 2 sur 6

3 Stenotrophomonas, Acinetobacter baumannii, Bacillus, Corynebacterium, Candida spp. (notamment C. parapsilosis), Entérobactéries multirésistantes, Infections polymicrobiennes, 4. Présence d une valve cardiaque prothétique ou d une prothèse endovasculaire, 5. Complications à distance : endocardite, embols septiques, 6. Thrombose du vaisseau concerné, 7. Cathéter qui n est plus utilisé, 8. Cathéter posé depuis moins de 15 jours (probable infection extraluminale), 9. Absence de sans réponse au verrou antibiotique dans les 72 heures (après exclusion d un autre foyer infectieux). 3) REALISATION DU VERROU ANTIBIOTIQUE 1. Molécules utilisables : - Vancomycine : traitement des bactériémies à Gram positifs (notamment, staphylocoques à coagulase négative) - Amikacine: traitement des bactériémies à Gram négatifs (notamment entérobactéries sensible) - Gentamicine: traitement des bactériémies à Gram négatifs en cas de résistance à l amikacine 2. Dose et volume : Pour tous les antibiotiques : concentration de 5 mg/ml et volume de 3 ml, soit une posologie de 15 mg d antibiotique, dans une seringue de 3 ml. 3. Modalités : Il est préconisé de ne plus utiliser l accès vasculaire central, de préférence pendant toute la durée du verrou ; et à défaut, pendant les 48 premières heures minimum. Pendant les 48 premières heures, la solution d antibiotiques est injectée puis le DIVLD n est plus utilisé. Puis, le verrou est changé tous les jours : De préférence, verrouillage 24h/24 A défaut, mode discontinu si nécessaire (12 h de verrous puis 12 h de perfusion, puis 12 h de verrous, etc ). 4. Durée : Créé en 2009 Page 3 sur 6

4 10 à 14 jours staphylocoques à coagulase négative : 10 jours sont autorisés entérobactéries, si l indication du verrou a été retenue : 14 jours 5. Technique : a) Dilution: Si la préparation du verrou est réalisée sous hotte à flux laminaire (à la pharmacie par exemple), il pourra être envisagé de réaliser la dilution dans des poches et d en extraire plusieurs seringues de 3 ml, sous réserve d une conservation de la préparation au réfrigérateur et en respectant le délai de stabilité des divers principes actifs au frais (4 jours pour la vancomycine, 10 jours pour l amikacine et la gentamicine). Si la préparation est effectuée dans l unité de soins, juste avant l administration, le volume restant de la préparation ne pourra pas être conservé (1 soluté = 1 patient = 1 seule injection). Quelques exemples de dilutions : - soit 250 mg de vancomycine dans une poche de 50 ml de sérum physiologique, - soit 125 mg de vancomycine dans 25 ml de sérum physiologique - soit 250 mg d amikacine dans une poche de 50 ml - soit 50 mg d amikacine dans 10 ml - soit 240 mg de gentamicine dans une poche de 48 ml - soit 80 mg de gentamicine dans 16 ml - soit 40 mg de gentamicine dans 8 ml b) Administration : Le verrou s administre : - pour un site : au bout du petit prolongateur de l aiguille de Huber avec ou sans robinet à 3 voies ; - pour un cathéter : par l intermédiaire d un robinet à 3 voies (muni d une valve bidirectionnelle) L aiguille de Huber est déposée en l absence d utilisation de la voie (verrou de 24 heures). c) Surveillance Suivi du verrou : hémocultures à J3 et J5 (régularité à ajuster selon la symptomatologie) d) En pratique : 1 aspirer 1 tube sec de 5 ml de liquide (contenant l ancien verrou) que l on jette 2 rincer avec 7 ml de sérum physiologique 3 injecter directement les 3 ml de l antibiotique 4 fermer la VVC (avec le robinet à 3 voies, un bouchon, etc ) Si c est "le jour d une hémoculture" (J3-J5) : 1 aspirer 1 tube sec de 5 ml de liquide (contenant l ancien verrou) que l on jette 2 prélever 10 ml x 2 à mettre dans les flacons d hémoc. (l hémoculture périphérique devra avoir été faite immédiatement avant), puis Créé en 2009 Page 4 sur 6

5 3 rincer avec 7 ml de sérum physiologique 4 injecter les 3 ml de l antibiotique 5 fermer la VVC (avec le robinet à 3 voies, un bouchon, etc ) e) Evolution : Faire revenir le patient 72 heures avant la prochaine réutilisation du cathéter pour prélever 2 flacons d hémoculture sur cathéter. Vérifier que ces hémocultures restent négatives avant de reprendre une utilisation normale du DIVLD Rester attentif à la moindre fièvre lors de la réutilisation du cathéter. 6. Critères d échec : - Fièvre persistante à 72 heures - Réapparition de la fièvre sans autre foyer infectieux - Bactériémie persistante - Hémocultures sur DIVLD toujours postives Cela impose de retirer le DIVLD. REFERENCES Bibliographiques Composition du groupe de travail NOM CLCC Fonction 01 Créé en 2009 Page 5 sur 6

6 Créé en 2009 Page 6 sur 6

Infections liées aux accès vasculaires Atelier GERICCO avril 2012

Infections liées aux accès vasculaires Atelier GERICCO avril 2012 Infections liées aux accès vasculaires Atelier GERICCO avril 2012 Dr David Boutoille Maladies Infectieuses et Tropicales CHU de Nantes 1 1- Epidémiologie 2 Question-Discussion Le risque infectieux lié

Plus en détail

Prise en charge de l aplasie fébrile. Unité des Grands Enfants Département de Pédiatrie Génétique Médicale CHU MORVAN - BREST

Prise en charge de l aplasie fébrile. Unité des Grands Enfants Département de Pédiatrie Génétique Médicale CHU MORVAN - BREST Prise en charge de l aplasie fébrile Unité des Grands Enfants Département de Pédiatrie Génétique Médicale CHU MORVAN - BREST 1 La préparation Un tableau de prévision des entrants (tableau fiche en T) Un

Plus en détail

Infections sur pace-maker / défibrillateurs implantables: peut-on traiter en gardant le matériel?

Infections sur pace-maker / défibrillateurs implantables: peut-on traiter en gardant le matériel? Infections sur pace-maker / défibrillateurs implantables: peut-on traiter en gardant le matériel? Prof. Pierre Tattevin Maladies Infectieuses et Réanimation Médicale Hôpital Pontchaillou, CHU Rennes, France

Plus en détail

et mupirocine/chlorhexidine

et mupirocine/chlorhexidine Etude de l évolution des résistances bactériennes sous décontamination digestive sélectiveet et mupirocine/chlorhexidine chlorhexidinesur une période de quatre ans en réanimation médicale Mémoire de DESC

Plus en détail

Examen Cytobactériologique des Urines E.C.B.U

Examen Cytobactériologique des Urines E.C.B.U U.E 2.5 Processus Inflammatoires & Infectieux Examen Cytobactériologique des Urines E.C.B.U ESI 2 ème année Groupe 5 Le 07/10/2013 Présentation du Groupe 5 Mario BLANDY Manuela GAMARRA Cécile COQUET Christelle

Plus en détail

Mise en place du contrôle du bon usage des carbapénèmes: expérience d une équipe pluridisciplinaire

Mise en place du contrôle du bon usage des carbapénèmes: expérience d une équipe pluridisciplinaire Mise en place du contrôle du bon usage des carbapénèmes: expérience d une équipe pluridisciplinaire Murielle Galas, Gaëlle Dunoyer, Claude Olive, Rafaëlle Théodose, François Lengellé, Patrick Hochedez,

Plus en détail

Aline Fallet IDE. Réanimation médicale et infectieuse Hôpital Bichat Cl.Bernard

Aline Fallet IDE. Réanimation médicale et infectieuse Hôpital Bichat Cl.Bernard Aline Fallet IDE Réanimation médicale et infectieuse Hôpital Bichat Cl.Bernard L évoca'on d une méningite se fait sur les signes cliniques suivants Céphalées 87% Nausées 74% Raideur de nuque 83% Température

Plus en détail

24 heures avec une gastrostomie

24 heures avec une gastrostomie 24 heures avec une gastrostomie 6 ème Congrès Dysphagie Octobre 2013 Françoise FIEVET Infirmière Stomathérapeute Indications de la gastrostomie bien plus nombreuses que le thème d aujourd hui Patients

Plus en détail

Protocole d Utilisation des Opioïdes Par PCA en HAD

Protocole d Utilisation des Opioïdes Par PCA en HAD Protocole d Utilisation des Opioïdes Par PCA en HAD 1) Objet. Ce protocole a pour objet de décrire les modalités d utilisation des opioïdes injectables en PCA, en traitement symptomatique d une douleur,

Plus en détail

SOINS RESPIRATOIRES. Annie BRENET Isabelle PONCET JUIN 2014

SOINS RESPIRATOIRES. Annie BRENET Isabelle PONCET JUIN 2014 SOINS RESPIRATOIRES Annie BRENET Isabelle PONCET JUIN 2014 I / L oxygénothérapie II / L aérosolthérapie III / L aspiration IV / Les soins de trachéotomie Mars 2012 2 I L oxygénothérapie Définition: L oxygénothérapie

Plus en détail

PROTOCOLE d utilisation de la MORPHINE en PCA, hors traitement postopératoire

PROTOCOLE d utilisation de la MORPHINE en PCA, hors traitement postopératoire Comité de lutte contre la douleur PROTOCOLE d utilisation de la MORPHINE en PCA, hors traitement postopératoire Référence : CLUD 18 Version : 2 Date de diffusion Intranet : 23-10-2007 Objet Ce protocole

Plus en détail

1 Prendre un médicament à l aide d un perfuseur portable

1 Prendre un médicament à l aide d un perfuseur portable Prendre un médicament à l aide d un perfuseur portable Cathéter veineux central avec valve antireflux Vous devez prendre un médicament à l aide d un perfuseur portable. Cette fiche vous explique comment

Plus en détail

*pompe P.C.A.ou A.C.P. : Analgésie contrôlée par le patient

*pompe P.C.A.ou A.C.P. : Analgésie contrôlée par le patient POSE D UNE POMPE P.C.A.* DE MORPHINE SUR VOIE VEINEUSE CENTRALE *pompe P.C.A.ou A.C.P. : Analgésie contrôlée par le patient VERSION N 1 Page 1/13 Date de validation : 20/03/2007 I. Définition Soins infirmiers

Plus en détail

1 Prendre un médicament à l aide d un perfuseur portable

1 Prendre un médicament à l aide d un perfuseur portable Prendre un médicament à l aide d un perfuseur portable Cathéter veineux central sans valve (irrigation avec héparine) Vous devez prendre un médicament à l aide d un perfuseur portable. Cette fiche vous

Plus en détail

Antibioprophylaxie en chirurgie oculaire

Antibioprophylaxie en chirurgie oculaire Recommandations mai 2011 RECOMMANDATIONS Antibioprophylaxie en chirurgie oculaire Sommaire L infection nosocomiale en chirurgie oculaire 2 Objectif de l antibioprophylaxie 2 Patients à risque 3 Recommandations

Plus en détail

RESEAU REGIONAL DOULEUR EN BASSE NORMANDIE

RESEAU REGIONAL DOULEUR EN BASSE NORMANDIE Page 1/9 LE MATERIEL 2 piles 1.5 volts AA Une pompe CADD LEGACY Une sacoche Une clé RESEAU REGIONAL DOULEUR EN BASSE NORMANDIE FICHE TECHNIQUE FT3 09/11/2012 Version 2 Page 2/9 PREPARATION DE LA CASSETTE

Plus en détail

Prophylaxie de l endocardite infectieuse Révision de la conférence de consensus de mars 1992 Recommandations 2002

Prophylaxie de l endocardite infectieuse Révision de la conférence de consensus de mars 1992 Recommandations 2002 Médecine et maladies infectieuses 32 (2002) 533 541 wwwelseviercom/locate/medmal Texte court* Prophylaxie de l endocardite infectieuse Révision de la conférence de consensus de mars 1992 Recommandations

Plus en détail

Hémostase et Endocardite Surveillance des anticoagulants. Docteur Christine BOITEUX

Hémostase et Endocardite Surveillance des anticoagulants. Docteur Christine BOITEUX Hémostase et Endocardite Surveillance des anticoagulants Docteur Christine BOITEUX Théorie Endocardites et anticoagulation POUR Thromboses Emboles septiques CONTRE Favorise emboles septiques et diffusion

Plus en détail

Ministère de la santé, de la jeunesse et des sports. Comité technique des infections nosocomiales et des infections liées aux soins

Ministère de la santé, de la jeunesse et des sports. Comité technique des infections nosocomiales et des infections liées aux soins Ministère de la santé, de la jeunesse et des sports. DIRECTION GENERALE DE LA SANTE DIRECTION DE L HOSPITALISATION ET DE L ORGANISATION DES SOINS Comité technique des infections nosocomiales et des infections

Plus en détail

Infections endovasculaires

Infections endovasculaires Infections endovasculaires O. Leroy Service de Réanimation et Maladies Infectieuses CH Tourcoing 59 Conflits d intérêt Laboratoires Novartis: Orateur Laboratoires Sanofi-Aventis: Orateur, investigateur

Plus en détail

ANTIBIOTHERAPIE PROBABILISTE

ANTIBIOTHERAPIE PROBABILISTE ANTIBIOTHERAPIE PROBABILISTE Dr N. Bercault 2011 Types d'antibiothérapie Prophylactique Pré-emptive Curative Infection Infection Colonisation + Infection + Facteurs de risque + Ponctuelle Plusieurs J Plusieurs

Plus en détail

Perfusion Bonnes pratiques. IFSI - CH Roubaix

Perfusion Bonnes pratiques. IFSI - CH Roubaix Perfusion Bonnes pratiques IFSI - CH Roubaix Marion Coussemacq - 2012 Généralités Définition : Acte infirmier sur prescription médicale consistant à administrer par voie parentérale une préparation injectable

Plus en détail

"Hémocultures positives à l Hôpital Cantonal de Fribourg, 1997-1998 : signification clinique, microbiologie, épidémiologie, traitement et pronostic"

Hémocultures positives à l Hôpital Cantonal de Fribourg, 1997-1998 : signification clinique, microbiologie, épidémiologie, traitement et pronostic UNIVERSITE DE GENEVE FACULTE DE MEDECINE Section de médecine clinique Département de Médecine Interne Thèse préparée sous la direction du Professeur C. Regamey "Hémocultures positives à l Hôpital Cantonal

Plus en détail

L infection urinaire en bactériologie et l ECBU (Examen Cyto-Bactériologique des Urines) Hélène Guillon-Petitprez 23 Octobre 2013

L infection urinaire en bactériologie et l ECBU (Examen Cyto-Bactériologique des Urines) Hélène Guillon-Petitprez 23 Octobre 2013 L infection urinaire en bactériologie et l ECBU (Examen Cyto-Bactériologique des Urines) Hélène Guillon-Petitprez 23 Octobre 2013 Epidémiologie Prévalence +++ chez la femme : au début de la vie sexuelle

Plus en détail

Antibiothérapie probabiliste des états septiques graves

Antibiothérapie probabiliste des états septiques graves Société française d anesthésie et de réanimation en collaboration avec la Société de réanimation de langue française Société de pathologie infectieuse de langue française Société de microbiologie Médecine

Plus en détail

BMR et personnel soignant

BMR et personnel soignant BMR et personnel soignant Dr. ML. LEPORI Service de Santé au Travail CHU BRABOIS NANCY Rappels On appelle infection nosocomiale ou infection hospitalière toute maladie contractée à l hôpital due à des

Plus en détail

Antibiothérapie des Infections urinaires de l enfant

Antibiothérapie des Infections urinaires de l enfant Antibiothérapie des Infections urinaires de l enfant Christine Pietrement 28 mai 2009 Particularités des infections urinaires de l enfant Grande fréquence : < 3mois + fièvre : IU 13% filles, IU 19% garçon

Plus en détail

SERINGUE AUTO-POUSSEUSE DE DOPAMINE

SERINGUE AUTO-POUSSEUSE DE DOPAMINE SERINGUE AUTO-POUSSEUSE DE DOPAMINE Muret Elise Ranson Charlotte Lambinet Denis Jung Emmanuelle Gangloff Sébastien DEFINITIONS LA SERINGUE AUTO-POUSSEUSE est un appareil électrique permettant d administrer

Plus en détail

Mise au point sur le bon usage des aminosides administrés par voie injectable : gentamicine, tobramycine, nétilmicine, amikacine

Mise au point sur le bon usage des aminosides administrés par voie injectable : gentamicine, tobramycine, nétilmicine, amikacine Mise au point mars 2011 MAP Mise au point sur le bon usage des aminosides administrés par voie injectable : gentamicine, tobramycine, nétilmicine, amikacine Sommaire ~ ~ ~ ~ ~ ~ d un traitement par aminosides

Plus en détail

Intérêt diagnostic du dosage de la CRP et de la leucocyte-estérase dans le liquide articulaire d une prothèse de genou infectée

Intérêt diagnostic du dosage de la CRP et de la leucocyte-estérase dans le liquide articulaire d une prothèse de genou infectée Intérêt diagnostic du dosage de la CRP et de la leucocyte-estérase dans le liquide articulaire d une prothèse de genou infectée C. Rondé-Oustau, JY. Jenny,J.Sibilia, J. Gaudias, C. Boéri, M. Antoni Hôpitaux

Plus en détail

PICC LINE. Livret d information, de suivi et de surveillance. Etablissement de référence : Service de soins référent : Médecin référent à l hôpital :

PICC LINE. Livret d information, de suivi et de surveillance. Etablissement de référence : Service de soins référent : Médecin référent à l hôpital : PICC LINE Livret d information, de suivi et de surveillance Etablissement de référence : Service de soins référent : Médecin référent à l hôpital : Infirmier(ère) du domicile : Un cathéter PICC Line a

Plus en détail

Infections sur matériel d assistance circulatoire

Infections sur matériel d assistance circulatoire Symposium Novartis Pharma «De battre mon cœur s est infecté!» 14 JNI - 12 juin 2013 Clermont Ferrand Infections sur matériel d assistance circulatoire Dr Philippe GAUDARD DAR Arnaud de Villeneuve Pôle

Plus en détail

Participation infirmière lors de : LA PONCTION PLEURALE et LA BIOPSIE PLEURALE

Participation infirmière lors de : LA PONCTION PLEURALE et LA BIOPSIE PLEURALE Participation infirmière lors de : LA PONCTION PLEURALE et LA BIOPSIE PLEURALE DEFINITION La ponction pleurale est un acte médicochirurgical consistant à introduire une aiguille dans la cavité pleurale,

Plus en détail

Infections nosocomiales

Infections nosocomiales Infections nosocomiales NOUVELLES RECOMMANDATIONS 2001-2002 NORD-AMÉRICAINES CONCERNANT LA PRÉVENTION DES INFECTIONS SUR CATHÉTER Aux États-Unis, environ 145 millions de cathéters périphériques et 5 millions

Plus en détail

RECOLTE ET TRANSPORT ECHANTILLONS BACTERIO (INTRANET)

RECOLTE ET TRANSPORT ECHANTILLONS BACTERIO (INTRANET) RECOLTE ET TRANSPORT ECHANTILLONS BACTERIO (INTRANET) Version 003 Date de validation 08/05/2013 Type de texte Document de Date de mise en application 08/05/2013 référence Visas Dates Auteur LALI Salah

Plus en détail

Bactériémies associées aux cathéters veineux centraux (BACVC) dans les unités de soins intensifs des hôpitaux canadiens de soins de courte durée

Bactériémies associées aux cathéters veineux centraux (BACVC) dans les unités de soins intensifs des hôpitaux canadiens de soins de courte durée 0 0Bactériémies associées aux cathéters veineux centraux Bactériémies associées aux cathéters veineux centraux (BACVC) dans les unités de soins intensifs des hôpitaux canadiens de soins de courte durée

Plus en détail

CYTO. Mode d emploi pour Cyto-Ad-Wing Z et Connect Z ONCE

CYTO. Mode d emploi pour Cyto-Ad-Wing Z et Connect Z ONCE CYTO Mode d emploi pour Cyto-Ad-Wing Z et CYTO Préparer les cytostatiques Ces instructions sousentendent le respect des règles d hygiène et de sécurité sanitaires. Préparation : Sortir le, le spike CODAN,

Plus en détail

o Non o Non o Oui o Non

o Non o Non o Oui o Non Enquête générale (à remplir une fois) [ ] = plusieurs réponses possibles o = une seule réponse possible Date de votre réponse à ce questionnaire Nombre de lits dans l'unité Connaissez-vous l incidence

Plus en détail

L ACCÈS VEINEUX DE COURTE DURÉE CHEZ L ENFANT ET LE NOUVEAU-NÉ

L ACCÈS VEINEUX DE COURTE DURÉE CHEZ L ENFANT ET LE NOUVEAU-NÉ L ACCÈS VEINEUX DE COURTE DURÉE CHEZ L ENFANT ET LE NOUVEAU-NÉ Plan de la présentation Introduction L enfant Le cathéter court La voie veineuse centrale La voie intra-osseuse Plan de la présentation Le

Plus en détail

- Atelier 3 - Expertise médicale en infectiologie nosocomiale. Joseph Hajjar, Valence ; Françoise Tissot-Guerraz, Lyon ; Jean-Charles Cetre, Lyon

- Atelier 3 - Expertise médicale en infectiologie nosocomiale. Joseph Hajjar, Valence ; Françoise Tissot-Guerraz, Lyon ; Jean-Charles Cetre, Lyon - Atelier 3 - Expertise médicale en infectiologie nosocomiale Joseph Hajjar, Valence ; Françoise Tissot-Guerraz, Lyon ; Jean-Charles Cetre, Lyon EXPERTISE EN IN Dr Joseph Hajjar Inscrit sur la Liste nationale

Plus en détail

Leucémies de l enfant et de l adolescent

Leucémies de l enfant et de l adolescent Janvier 2014 Fiche tumeur Prise en charge des adolescents et jeunes adultes Leucémies de l enfant et de l adolescent GENERALITES COMMENT DIAGNOSTIQUE-T-ON UNE LEUCEMIE AIGUË? COMMENT TRAITE-T-ON UNE LEUCEMIE

Plus en détail

RECOMMANDATIONS POUR LES MANIPULATION SUR CCI

RECOMMANDATIONS POUR LES MANIPULATION SUR CCI RECOMMANDATIONS POUR LES MANIPULATION SUR CCI OBJECTIFS de la formation Rappels de formation Prévenir les complications infectieuses les risques d obstruction ou de rupture du cathéter les AES Faciliter

Plus en détail

Prise en charge des aplasies fébriles

Prise en charge des aplasies fébriles Prise en charge des aplasies fébriles Moins de 500 PNN (ou susceptible de l être dans les 48 heures) Température sup. ou égale à 38 2 fois à au moins 1 heure d intervalle ou sup. ou égale à 38 5 une fois

Plus en détail

L'endocardite bactérienne (80) Professeur Gérald VANZETTO, Professeur Jean-Paul BRION Novembre 2002 (Mise à jour Janvier 2005)

L'endocardite bactérienne (80) Professeur Gérald VANZETTO, Professeur Jean-Paul BRION Novembre 2002 (Mise à jour Janvier 2005) L'endocardite bactérienne (80) Professeur Gérald VANZETTO, Professeur Jean-Paul BRION Novembre 2002 (Mise à jour Janvier 2005) Pré-Requis : Anatomie et physiologie Sémiologie clinique Sémiologie paraclinique

Plus en détail

LES VIGILANCES REGLEMENTAIRES AUX HOSPICES CIVILS DE LYON. Pr Philippe Vanhems Pôle d Activité Médicale Santé, Recherche, Risque et Vigilances

LES VIGILANCES REGLEMENTAIRES AUX HOSPICES CIVILS DE LYON. Pr Philippe Vanhems Pôle d Activité Médicale Santé, Recherche, Risque et Vigilances LES VIGILANCES REGLEMENTAIRES AUX HOSPICES CIVILS DE LYON Pr Philippe Vanhems Pôle d Activité Médicale Santé, Recherche, Risque et Vigilances PAM Santé, Recherche, Risques et Vigilances (S2RV) Créé en

Plus en détail

PROPOSITION DE PROTOCOLES D INSULINOTHÉRAPIE EN GÉRIATRIE

PROPOSITION DE PROTOCOLES D INSULINOTHÉRAPIE EN GÉRIATRIE PROPOSITION DE PROTOCOLES D INSULINOTHÉRAPIE EN GÉRIATRIE Ce document a été élaboré par le groupe de travail "EHPAD" de l'omedit de Haute- Normandie. Il s'agit d'une proposition de protocole d'insulinothérapie

Plus en détail

Antibiothérapie en chirurgie dentaire. Principes généraux. Profil des malades

Antibiothérapie en chirurgie dentaire. Principes généraux. Profil des malades Antibiothérapie en chirurgie dentaire Principes généraux Profil des malades Sujets considérés comme sains Cardiopathies sans risque d endocardite infectieuse Risque A (sujets à risque d infection locale

Plus en détail

Conduite à tenir devant une morsure de chien (213b) Professeur Jacques LEBEAU Novembre 2003 (Mise à jour mars 2005)

Conduite à tenir devant une morsure de chien (213b) Professeur Jacques LEBEAU Novembre 2003 (Mise à jour mars 2005) Conduite à tenir devant une morsure de chien (213b) Professeur Jacques LEBEAU Novembre 2003 (Mise à jour mars 2005) Pré-Requis : Anatomie faciale Principes de traitement des plaies Principes d'antibiothérapie

Plus en détail

Chambres à cathéter implantables

Chambres à cathéter implantables Chambres à cathéter implantables Pas de conflits d intérêt avec le sujet traité APHAL Formation PPH Jeudi 19 mars 2015 Sébastien GEORGET Pharmacie Centre Psychothérapique de Nancy Définition (1) Définition

Plus en détail

Présentation générale du Programme

Présentation générale du Programme Contexte Le Propias fait suite à Plan stratégique national 2009-2013 de prévention des infections associées aux soins Programme national de prévention des infections nosocomiales 2009-2013 (Propin) Programme

Plus en détail

4ème enquête sur la prescription des Antibiotiques SPA 2012 ou SPA-4

4ème enquête sur la prescription des Antibiotiques SPA 2012 ou SPA-4 4ème enquête sur la prescription des Antibiotiques SPA 2012 ou SPA-4 A l'occasion de la Journée Européenne sur les Antibiotiques (European Awareness Day) du 18 novembre 2012, et pour la quatrième année

Plus en détail

Item 158 (Item 89) Infections génitales de l homme. Écoulement urétral EVALUATIONS

Item 158 (Item 89) Infections génitales de l homme. Écoulement urétral EVALUATIONS Item 158 (Item 89) Infections génitales de l homme. Écoulement urétral EVALUATIONS 2014 1 QUESTION 1/5 : Concernant l orchi-épididymite : A - C est une affection souvent sexuellement transmissible chez

Plus en détail

Entérocoque résistant à la Vancomycine Entérocoque résistant au Glycopeptides

Entérocoque résistant à la Vancomycine Entérocoque résistant au Glycopeptides VRE-GRE Entérocoque résistant à la Vancomycine Entérocoque résistant au Glycopeptides Dr.Véronique Erard, HFR Février 2012 Entérocoques Cocci gram positifs Chez l homme: présence Tractus gastro-intestinal

Plus en détail

Laurence LEGOUT, Michel VALETTE, Henri MIGAUD, Luc DUBREUIL, Yazdan YAZDANPANAH et Eric SENNEVILLE

Laurence LEGOUT, Michel VALETTE, Henri MIGAUD, Luc DUBREUIL, Yazdan YAZDANPANAH et Eric SENNEVILLE Laurence LEGOUT, Michel VALETTE, Henri MIGAUD, Luc DUBREUIL, Yazdan YAZDANPANAH et Eric SENNEVILLE Service Régional Universitaires des Maladies Infectieuses et du Voyageur, Hôpital Gustave Dron 59208 TOURCOING

Plus en détail

CLINIQUE DE LA PART-DIEU

CLINIQUE DE LA PART-DIEU ACTIVITE(S) : Médecine Chirurgie Obstétrique () Lutte contre les infections nosocomiales Source : TBIN Reflet global de la lutte contre les infections nosocomiales Score agrégé activités 2012 Cet indicateur

Plus en détail

Aux transmissions ce matin, vous apprenez que :

Aux transmissions ce matin, vous apprenez que : .Situation n 1 Cas clinique Infirmier(e) en pneumologie, vous prenez en charge, ce matin, Monsieur D. âgé de 47 ans, hospitalisé hier après midi pour pneumopathie infectieuse. Aux transmissions ce matin,

Plus en détail

Dermohypodermite non nécrosante (érysipèle) chez un patient de plus de 70 ans

Dermohypodermite non nécrosante (érysipèle) chez un patient de plus de 70 ans SITUATION 10 Dermohypodermite non nécrosante (érysipèle) chez un patient de plus de 70 ans Centre hospitalier universitaire d Angers, service de maladies infectieuses Objectifs institutionnels Uniformiser

Plus en détail

Ordonnance n 1. Ordonnance n 2. Ordonnance n 3. Ordonnance n 4. Ordonnance n 5. Ordonnance n 6. Ordonnance n 7. Ordonnance n 8.

Ordonnance n 1. Ordonnance n 2. Ordonnance n 3. Ordonnance n 4. Ordonnance n 5. Ordonnance n 6. Ordonnance n 7. Ordonnance n 8. SOMMAIRE Ordonnance n 1 Remplacer un traitement antalgique de palier 2 par un antalgique de palier 3 Ordonnance n 2 Interdoses lors d un traitement par sulfate de morphine à Libération Prolongée (LP) Ordonnance

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR A DOMICILE. PAR les infirmières libérales

PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR A DOMICILE. PAR les infirmières libérales PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR A DOMICILE PAR les infirmières libérales Pour un suivi bien orchestré de l hôpital à la ville Prise de conscience par les équipes que tout ne s arrête pas à la porte de l

Plus en détail

Réflexions sur les possibilités de réponse aux demandes des chirurgiens orthopédistes avant arthroplastie

Réflexions sur les possibilités de réponse aux demandes des chirurgiens orthopédistes avant arthroplastie Bull. Acad. Natle Chir. Dent., 2007, 50 113 Commission de l exercice professionnel et Groupe de réflexion Réflexions sur les possibilités de réponse aux demandes des chirurgiens orthopédistes avant arthroplastie

Plus en détail

Foyers Infectieux Dentaires : Conduite à tenir

Foyers Infectieux Dentaires : Conduite à tenir Service d Odontologie Foyers Infectieux Dentaires : Conduite à tenir Dr Laurent Nawrocki MCU-PH J.A.M.A. 25 janvier 2014 Aucun conflit d intérêt Rappels anatomiques 10 10 9 9 8 8 7 7 6 6 5 4 5 4 Cellulite

Plus en détail

Les principes thérapeutiques du choc septique aux urgences

Les principes thérapeutiques du choc septique aux urgences 52 e congrès national d anesthésie et de réanimation. Infirmiers. Infirmier(e)s d urgence 2010 Sfar. Tous droits réservés. Les principes thérapeutiques du choc septique aux urgences F. Fays, P. Hausfater

Plus en détail

Infections sur prothèses vasculaires Le rôle de l infectiologue

Infections sur prothèses vasculaires Le rôle de l infectiologue Infections sur prothèses vasculaires Le rôle de l infectiologue E. Senneville Service Universitaire des Maladies Infectieuses et du Voyageur Hôpital Gustave Dron 59200 Tourcoing CHRU de Lille Liens potentiels

Plus en détail

Tout sur les nouvelles cotations des perfusions

Tout sur les nouvelles cotations des perfusions Tout sur les nouvelles cotations des perfusions L arrêté de modification du livre III de la liste des actes et prestations relatif aux perfusions est paru au Journal officiel du 30 septembre 2014. Dans

Plus en détail

CORRECTION EVALUATION FORMATIVE TEST DE NIVEAU Date : PROMOTION :

CORRECTION EVALUATION FORMATIVE TEST DE NIVEAU Date : PROMOTION : CORRECTION EVALUATION FORMATIVE TEST DE NIVEAU Date : PROMOTION : OJECTIFS : 1/ Evaluer le degré des connaissances acquises nécessaires à l administration des médicaments à diluer. 2/ Evaluer les capacités

Plus en détail

MINISTERE DE LA SANTE ET DES SOLIDARITES DIRECTION GENERALE DE LA SANTE- DDASS DE SEINE MARITIME

MINISTERE DE LA SANTE ET DES SOLIDARITES DIRECTION GENERALE DE LA SANTE- DDASS DE SEINE MARITIME Département des situations d urgence sanitaire Personne chargée du dossier : Evelyne FALIP/Nicole BOHIC Tél : 01 40 56 59 65/02 32 18 31 66 evelyne.falip@sante.gouv.fr MINISTERE DE LA SANTE ET DES SOLIDARITES

Plus en détail

Cas groupés de médiastinites en chirurgie cardiaque : Enquête cas-témoins

Cas groupés de médiastinites en chirurgie cardiaque : Enquête cas-témoins Cas groupés de médiastinites en chirurgie cardiaque : Enquête castémoi Ludovic Lassel, Marion Olivier, Gilles Antoniotti, Anne Carbonne, Pascal Astagneau. CCLIN Paris Nord Qu est ce qu une médiastinite?

Plus en détail

La prise en charge de votre cardiopathie valvulaire

La prise en charge de votre cardiopathie valvulaire G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge de votre cardiopathie valvulaire Vivre avec une cardiopathie valvulaire Décembre 2008 En cas de cardiopathie valvulaire opérée

Plus en détail

Isabelle Pingenot IDE coordination Hôpital Beaujon APHP Catherine Poisson IDE coordination Hôpital Necker APHP

Isabelle Pingenot IDE coordination Hôpital Beaujon APHP Catherine Poisson IDE coordination Hôpital Necker APHP Isabelle Pingenot IDE coordination Hôpital Beaujon APHP Catherine Poisson IDE coordination Hôpital Necker APHP ETP : Population cible et Où? Les programmes d éducation thérapeutique (ETP) en nutrition

Plus en détail

Protocole Réalisation d un prélèvement urinaire pour examen Cytobactériologique - ECBU

Protocole Réalisation d un prélèvement urinaire pour examen Cytobactériologique - ECBU + Hôpital de Soultz N S PT.S.036.1 Protocole Réalisation d un prélèvement urinaire pour examen Cytobactériologique - ECBU SERVICES DESTINATAIRES CLASSEUR 2 : CLASSEUR 3 : CLASSEUR 4 : CLASSEUR 5 : CLASSEUR

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 20 juillet 2005

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 20 juillet 2005 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 20 juillet 2005 1 flacon(s) en verre de 0,5 ml : 557 767-8 3 flacon(s) en verre de 0,5 ml : 557 768-4 12 flacon(s) en verre de 0,5 ml : 557 769-0 6 flacon(s) en verre

Plus en détail

HEMODIAFILTRATION AVEC LE SYSTEME PRISMAFLEX

HEMODIAFILTRATION AVEC LE SYSTEME PRISMAFLEX Service de Néphrologie Avalisation : - Prof. P.Y. Martin Chef de Service Visa - Mme M. G. Droulez IRUS Visa - M P. Cornuau Responsable des soins Visa HEMODIAFILTRATION AVEC LE SYSTEME PRISMAFLEX Cadre

Plus en détail

Nouvelles définitions des infections nosocomiales ce qui a changé. Christine ROBERT Montpellier Joseph HAJJAR - Valence

Nouvelles définitions des infections nosocomiales ce qui a changé. Christine ROBERT Montpellier Joseph HAJJAR - Valence Nouvelles définitions des infections nosocomiales ce qui a changé Christine ROBERT Montpellier Joseph HAJJAR - Valence Il y a 35 ans Circulaire du 18 octobre 1973 CLI Pas de définition de l infection nosocomiale

Plus en détail

C.CLIN-Ouest Bretagne

C.CLIN-Ouest Bretagne C.CLIN-Ouest Bretagne Basse-Normandie Centre Centre de Coordination de la Lutte contre les Infections Nosocomiales (Inter région Ouest) Pays de la Loire St Pierre et Miquelon Résultats de la surveillance

Plus en détail

Immunoglobulines intraveineuses à domicile. Livret Infirmier

Immunoglobulines intraveineuses à domicile. Livret Infirmier Immunoglobulines intraveineuses à domicile Livret Infirmier Copyright Sindefi-SEP 2010 Que sont les immunoglobulines intraveineuses? Les immunoglobulines intraveineuses (IgIV) sont des anticorps normaux

Plus en détail

E04a - Héparines de bas poids moléculaire

E04a - Héparines de bas poids moléculaire E04a - 1 E04a - Héparines de bas poids moléculaire Les héparines de bas poids moléculaire (HBPM) sont un mélange inhomogène de chaînes polysaccharidiques obtenues par fractionnement chimique ou enzymatique

Plus en détail

PRIORITÉ RÉGIONALE 2015

PRIORITÉ RÉGIONALE 2015 PRIORITÉ RÉGIONALE 2015 Staphylococcus Aureus Résistant à la Méticilline SURVEILLANCE DES BACTÉRIÉMIES PRÉVALENCE DES INFECTIONS ÉTUDE DES FACTEURS DE RISQUE DU PORTAGE PROTOCOLE des ENQUÊTES VERSION 5

Plus en détail

PICC* nouveau matériel et nouveaux challenges

PICC* nouveau matériel et nouveaux challenges Séminaire de perfectionnement sur l infection nosocomial 6 Paris 4 novembre 2011 SF2H Cathétérisme veineux central chez l adulte hors réanimation PICC* nouveau matériel et nouveaux challenges * cathéter

Plus en détail

Formation pour les représentants d usagers Sablé sur Sarthe mai 2010

Formation pour les représentants d usagers Sablé sur Sarthe mai 2010 Basse-Normandie Bretagne Centre Pays de la Loire Formation pour les représentants d usagers Sablé sur Sarthe mai 2010 CCLIN Ouest Antenne Régionale Pays de la Loire Visibles au microscope optique (de

Plus en détail

SOINS/SDGURI/PRCD/001 Procédure de sondage urinaire Version 2 : 15/01/2010 p.1/7

SOINS/SDGURI/PRCD/001 Procédure de sondage urinaire Version 2 : 15/01/2010 p.1/7 p.1/7 1. OBJET Description des différentes étapes et des règles d asepsie nécessaires à la réalisation du sondage urinaire qui est un geste invasif. 2. DOMAINE D APPLICATION Ce protocole s applique à tous

Plus en détail

Janvier 2004 ANTIBIO- PROPHYLAXIE ET ENDOSCOPIE DIGESTIVE RECOMMANDATIONS DE LA

Janvier 2004 ANTIBIO- PROPHYLAXIE ET ENDOSCOPIE DIGESTIVE RECOMMANDATIONS DE LA Janvier 2004 RECOMMANDATIONS DE LA ANTIBIO- PROPHYLAXIE ET ENDOSCOPIE DIGESTIVE Marc BARTHET, Bertrand NAPOLEON, Gérard GAY, Thierry PONCHON, Denis SAUTEREAU, Jean-Pierre ARPURT, Christian BOUSTIERE, Jean

Plus en détail

1. QUESTIONNAIRE DÉMOGRAPHIQUE (remplir un questionnaire par établissement / par site pour les hôpitaux multisites) Année 20

1. QUESTIONNAIRE DÉMOGRAPHIQUE (remplir un questionnaire par établissement / par site pour les hôpitaux multisites) Année 20 Surveillances BMR, bactériémies, infections en hémodialyse Hôpitaux, Clinques, CTR, services/centres d hémodialyse Données de surveillance, démographiques et de laboratoire 1. QUESTIONNAIRE DÉMOGRAPHIQUE

Plus en détail

Antibiothérapie en EHPAD

Antibiothérapie en EHPAD OMEDIT IF Plan Antibiothérapie en EHPAD Problématique du bon usage des antibiotiques Présentation du groupe de travail régional Sylvain Diamantis Infectiologue, Melun 9/02/2012 Propositions de recommandations

Plus en détail

Situation Agent Schéma posologique*

Situation Agent Schéma posologique* Le besoin d une antibioprophylaxie pour la prévention d une endocardite infectieuse et d une infection hématogène à la suite d une arthroplastie doit être envisagé sur une base individuelle et en collaboration

Plus en détail

Comprendre et résoudre les problèmes infirmiers de l épuration extra rénale en réanimation

Comprendre et résoudre les problèmes infirmiers de l épuration extra rénale en réanimation Comprendre et résoudre les problèmes infirmiers de l épuration extra rénale en réanimation C.Simonetti M.Castanier (Marseille) A.Moreau (Hospal France) Epuration extra rénale (EER) en réanimation 1. Améliorer

Plus en détail

Mise en œuvre d une politique des anti-infectieux au CHU de Nice. Dr Florence Lieutier, Dr Véronique Mondain

Mise en œuvre d une politique des anti-infectieux au CHU de Nice. Dr Florence Lieutier, Dr Véronique Mondain Mise en œuvre d une politique des anti-infectieux au CHU de Nice Dr Florence Lieutier, Dr Véronique Mondain Constats et contexte Thèse 2004 : 25 à 30% d antibiothérapies inutiles; 25 % d inappropriées

Plus en détail

GUIDE DE PRESCRIPTION ET D UTILISATION DES ANTALGIQUES

GUIDE DE PRESCRIPTION ET D UTILISATION DES ANTALGIQUES GUIDE DE PRESCRIPTION ET D UTILISATION DES ANTALGIQUES PEC Douleur OPC011.00D1 Version 1 du 25.09.08 NOUVEAUTE DE LA VERSION 1 : Création OBJET : Ce guide est un document d information et d aide à : la

Plus en détail

Prévenir et gérer les alarmes en épuration extra-rénale

Prévenir et gérer les alarmes en épuration extra-rénale Prévenir et gérer les alarmes en épuration extra-rénale Drs Clarisse Blayau et Christophe Ridel Urgences néphrologiques et Transplantation rénale Réanimation Fresenius Medical Care Hôpital Tenon L auteur

Plus en détail

Rédaction : Dr LONGUEFOSSE Jean-Louis Président du CLIN Approbation : CLIN

Rédaction : Dr LONGUEFOSSE Jean-Louis Président du CLIN Approbation : CLIN Référence :PT/CLI/004-A Page : Page 1 sur 9 Objet : Préciser les techniques d utilisation des produits antiseptiques Mots clés : Antiseptique / Désinfectant Documents de référence : Critères ANAES : VST

Plus en détail

Les Infections Associées aux Soins

Les Infections Associées aux Soins Les Infections Associées aux Soins Dr Catherine Sartor EOH Conception Assistance Publique Hôpitaux de Marseille Ecole IFSI, Marseille, 12 septembre 2014 Définitions 2007 Infection Nosocomiale (IN) 1999

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 3 septembre 2008

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 3 septembre 2008 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 3 septembre 2008 PRIVIGEN 100 mg/ml, solution pour perfusion Flacon en verre de 50 ml (CIP: 572 790-7 Flacon en verre de 100 ml (CIP: 572 791-3) Flacon en verre de 200

Plus en détail

24/01/ 2014 EQUIPE «REFERENTE» POUR L UTILISATION DES CATHETERS VEINEUX PERIPHERIQUES ET CENTRAUX : QUELLE PLACE POUR L INFIRMIERE?

24/01/ 2014 EQUIPE «REFERENTE» POUR L UTILISATION DES CATHETERS VEINEUX PERIPHERIQUES ET CENTRAUX : QUELLE PLACE POUR L INFIRMIERE? 24/01/ 2014 EQUIPE «REFERENTE» POUR L UTILISATION DES CATHETERS VEINEUX PERIPHERIQUES ET CENTRAUX : QUELLE PLACE POUR L INFIRMIERE? I. Kriegel, C. Thinlot, M. Arsicault, A. Mauduit, M. Varenne, A.-B. Knoche,

Plus en détail

Guide fournisseur "CML" sur les conditions de transports des échantillons.

Guide fournisseur CML sur les conditions de transports des échantillons. 1. Objet et domaine d application Ce mode opératoire décrit comment sont effectués les prélèvements bactériologiques au sein du laboratoire. Il s applique à l ensemble des prélèvements bactériologiques

Plus en détail

Prise en charge des infections urinaires en ville : les nouvelles recommandations

Prise en charge des infections urinaires en ville : les nouvelles recommandations Prise en charge des infections urinaires en ville : les nouvelles recommandations Terminologie (1) On distingue : Infections urinaires simples = sans FdR de complication : Cystites aiguës simples, Pyélonéphrites

Plus en détail

CHRA PR HYG 03 ind 2 ISOLEMENT SEPTIQUE

CHRA PR HYG 03 ind 2 ISOLEMENT SEPTIQUE CHRA PR HYG 03 ind 2 ISOLEMENT SEPTIQUE Date de diffusion : 06/2000 Version : 2 Pages : 5 Rédigée par : M.C. Hum et A. Charvier Vérifiée par : C. Santré Validée par : CLIN Objet : La procédure a pour but

Plus en détail

PROCEDURE DE RECUPERATION EN CAS DE PRESENCE D HUMIDITE A L INTERIEUR D EMBALLAGES DE STERILISATION

PROCEDURE DE RECUPERATION EN CAS DE PRESENCE D HUMIDITE A L INTERIEUR D EMBALLAGES DE STERILISATION PROCEDURE DE RECUPERATION EN CAS DE PRESENCE D HUMIDITE A L INTERIEUR D EMBALLAGES DE STERILISATION Une «procédure de récupération» est une solution de secours proposée par une société savante pour répondre

Plus en détail

La maladie de Lyme chronique existe-t-elle? D. Christmann

La maladie de Lyme chronique existe-t-elle? D. Christmann La maladie de Lyme chronique existe-t-elle? D. Christmann Borréliose de Lyme Borrelia burgdorferi stricto sensu, B. afzelii, B. garinii, B. spielmanii, B. valaisiana Eléments de physiopathologie inoculation

Plus en détail

Le DPC, nouveau format pour la Formation continue des soignants. Hervé Nardias Institut Paoli Calmettes

Le DPC, nouveau format pour la Formation continue des soignants. Hervé Nardias Institut Paoli Calmettes Le DPC, nouveau format pour la Formation continue des soignants Hervé Nardias Institut Paoli Calmettes Définition «Le DPC comporte l analyse par tous les professionnels de santé (PS) de leurs pratiques

Plus en détail

Association marocaine de prévention bucco-dentaire. 2 ème congrès international de prévention bucco-dentaire. 5-6-7 avril 2012

Association marocaine de prévention bucco-dentaire. 2 ème congrès international de prévention bucco-dentaire. 5-6-7 avril 2012 Association marocaine de prévention bucco-dentaire 2 ème congrès international de prévention bucco-dentaire 5-6-7 avril 2012 Auteur: Dr. L. HARFOUCHE Prise en charge des patients porteurs de prothèse articulaire

Plus en détail

C Recommandations pré analytiques générales

C Recommandations pré analytiques générales C Recommandations pré analytiques générales C.1 Liste des analyses à jeun Etat de jeûne L état de jeûne est un des éléments permettant la bonne exécution technique des analyses et une interprétation pertinente

Plus en détail