Les antibiotiques. Fonction de la sensibilité des espèces bactériennes, espèces sensibles, intermédiaires, résistantes.

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les antibiotiques. Fonction de la sensibilité des espèces bactériennes, espèces sensibles, intermédiaires, résistantes."

Transcription

1 Les antibiotiques Généralité Propriété des antibiotiques Les antibiotiques qu'ils soient d'origine naturelle ou synthétique, tuent les bactéries (bactéricides) ou inhibent leur croissance (bactériostatiques). Mode d'action : Activités anti-bactériennes : Bactériostatiques : ralentissent ou arrêt de la multiplication bactériennes. Bactéricides : destruction des bactéries, bactéricides temps dépendant ou concentration dépendante. Spectre d'activité : Fonction de la sensibilité des espèces bactériennes, espèces sensibles, intermédiaires, résistantes. Association d'antibiotique - Élargissement de spectre anti-bactériens. - Augmentation de l'activité. Modalité d'administration Voie orale : moment d'administration par rapport au repas, interaction médicamenteuses, formes en suspension buvable. Voie parentérale. Suivi de traitement Dosage de l'antibiotique : pic (concentration maximal dans le sang) et vallée (concentration minimal dans le sang). Tolérance des antibiotiques. Les pénicillines sont des bétâ-lactamines. Mécanisme d'action et sous famille Effet bactéricide : inhibition de la synthèse de la paroi bactérienne. Pénicillines G et V ; Pénicillines A ; Pénicillines M ; Carboxypénicillines et Uréidopénicillines. Spectre anti-microbien et indications Pénicillines G : Pénicillines G et V Extencilline, Oracilline, inactive sur bacille gram -, infection à streptocoque ( angine, érésipèle, impétigo), syphilis, leptospirose. Pénicillines A : Amoxicilline = Clamoxyl, infection ORL, urinaire, digestive et certaines

2 méningites, antibioprophylaxie ou traitement d'ulcère gastro-duodénaux. Pénicillines M : Cloraxicilline = Bristopen, infection à staphylocoque : cutanée, ostéo-articulaire, pulmonaire, génito-urinaire, endocardite, septicémie. Carboxypénicillines et Uréidopénicillines : Ticarcilline = Ticarpénicillines, infections sévères à germes sensibles, infections polymicrobiennes. Effets indésirables, interaction médicamenteuses et contre indications Réactions allergiques : - Immédiate : bénignes, oedèmes. - Retardées : 8 ème jour. Neurotoxicité : - Convulsion lors de dosage élevé. - Troubles digestifs. - Adaptation de posologie. Association avec des inhibiteurs des bétâ-lactamines Amoxicilline + Acide clavulanique = Augmentin, (risque de diarrhée). Pipéracilline + Tazobactam = Tazocilline. Les Céphalosporines (Peut être utilisé chez la femme enceinte) famille des Bétâ-lactamines. Mécanisme d'action : Action au niveau de la paroi bactérienne, activité bactéricide, temps dépendante. Inactivation possible par des Bétâ-lactaminase (enzyme bactérienne). Céphalosporines de 1 ère génération (C1G) Spectre : limité aux cocci gram + et quelques anti-bactérie. Mauvaise diffusion dans le LCR. Indication : infection : ORL, respiratoire, urinaire, cutanées et germes sensibles. Utilisation : par voie orale. Nombreuses formes: pédiatrique et buvable. Céfactor = Alfactil. Céfadroxil = Oracéfal. Céphalosporines de 2 ième génération (C2G) Spectre : plus étendu parmi les enterobactéries. Indication : antibioprophylaxie chirurgicale, infection ORL et broncho-pulmonaires. Administration per os. Formes injectables antibioprophylaxie. Cérufoxime = Zinnat. Céphalosporines de 3 ième génération (C3G) Meilleure activitée intrinsèque et plus grande stabilité aux Bétâ-lactamases. Spectre : large cocci gram + et -, bacilles gram -. Indication : infection sévère, germes résistants aux autres Bétâ-lactamines, traitement méningite. Monothérapie ou association ( Aminozides ou Fluoroquinolones). C3G orale : infection communautaire récidivantes ( ORL, broncho-pulmonaire, urinaire haute),nombreuses formes : sachet, solution buvable. C3G injectables : Ceftriaxone = Rocefine ; Ceftazidine = Fortum.

3 Céphalosporines de 4 ième génération (C4G) ou à spectre étendu Meilleur stabilité, bonne activitée. Effets indésirables : douleur au point d'injection, thrombophlèbites (perfusion IV courtes), réaction hypersensibilité (10 à 15% d'allergie croisée avec les pénicillines), néphrotoxicité exceptionnelle. Cefepine = Axepim ; Cefpirom = Cefrom. Les Quinolones agent antibactérien de synthèse, bactéricide, concentration dépendants Mécanisme d'action : inhibition de la réplication de l'adn bactérien. Spectre : anti-bactérien et indication. Quinolones urinaires ou de 1 ère génération Indication : infection urinaire basse non compliquée à entérobactéries sensibles. Acide Nalidixique = Negram ; Pipemidique = Pipram fort ; Norfloxacine = Noraxine. Fluoroquinolones ou Quinolones systémiques ou de 2 ième génération Spectre : d'activité renforcée sur les entérobactéries cocci gram et +, bactéries intra-cellulaires. Excellente diffusion tissulaire. Indication : infection urinaire (compliquée), prostatite, MST à gonocoque, diarrhée aiguë bactérienne, pneumonie aiguë communautaire, ostéite, infection sur prothèse, bactériémie état fébrile chez l'immunodéprimé. Quinolones anti-pneumococciques ou de 3ième génération Effets indésirables : Troubles gastro-intestinaux ; Troubles cutanées : problèmes allergiques (prurit, urticaire, oedème de quincke), réaction de photosensibilisation ; Tendinopathie ( surtout Péflacine ) : risque de rupture tendineuse âge > 65 ans ou prise de corticoïdes. Contre indication : Femme enceinte ou allaitant ; Enfant en période de croissance (<15 ans) ; interaction médicamenteuses avec les antivitamines K. Levofloxacine = Tavanic ; Moxifloxacine = Izilox. Les Aminosides antibiotique bactéricide. Mode de prescription : par voie injectable seulement, car ne passe pas la barrière digestive. Le nombre d'injection peut être réduit à une seule, dans certains cas (sujet non neutropénique, à fonction rénale normale, pour les infections à germes gram -, dont le traitement n'excède pas 10 jours). Efficacité et tolérance meilleure. Posologie : Amikacine 15 mg/kg/24heures. Spectre : bactéricide. Effets indésirables : autotoxicité, cumulative et irréversible ; Néphrotoxicité. Interaction médicamenteuses : risque de majoration de la néphrotoxicité en cas d'association : certaines Céphalosporines ; Et Polymyxine, Amphotéricine B, Ciclosporine, Cisplatine, Curares, Diurétique. Contre indication : Allergie ; Myasthénie ; Surveillance de la fonction rénale et auditive. Amikacine = Amiklin ; Gentamicine = Gentalline ; Netilmicine = Netromicine ; Isepamicine = Isepalline.

4 Les Macrolides bloquage de la synthèse protéique bactérienne. Spectre : antibactérien, cocci gram + et germes intra-cellulaires. Indication : infection ORL en 2 ième intention, infection broncho-pulmonaire, infection génito-urinaire, toxoplasmose et ulcère à hélicobacter pylori (association à un autre antibiotique plus antisecrétoire). Posologie : sensibilité à l'acide gastrique (sous forme de sels). Rythme d'administration : en per os, 2 prises/jour, sauf Zithromax. Effets indésirables : troubles digestifs (nausée, vomissement, diarrhée, douleur abdominal) à prendre au moment des repas. Interaction médicamenteuses et contre indication : Dérivés vasoconstricteurs de l'ergot de seigles (risque d'ergotisme et de nécrose vasculaire des extrémités), Seglor, Migwell = contre indication ; Bromocriptine = Parlodel = contre indication ; Cardomazépine, Triazolam, Théophilline -> précaution d'emploi surdosage. Spiramycine = Rovamycine ; Josamycine = Josacine ; Clarithromycine = Zeclar ; Azithromycine = Zithromax. Les Linconamides Spectre : bactérie anaérobie gram -. Indications : infections ostéo-articulaires. Effets indésirables : hématologique, cutanée, digestif. Clindamycine = Dalacine ; Lincomycine = Lincocine. Les Synergistines Indication : infection à staphylocoque cutanée et ostéo-articulaire. Effets indésirables : troubles digestifs fréquent, association avec Ciclosporine à surveiller. Pristinamycine = Pyostacine. Les Glycopeptides inhibition de la synthèse de la paroi bactérienne Spectre : bactéricide lent, temps dépendant. Réduit au bactérie à gram +. Indication : usage hospitalier. Voie parentérale : pour infection sévère à staphylocoque (SARM), endocardite, septicémie, infection osseuse. Teicoplanine réservé aux traitement ambulatoires d'infections chroniques. Voie orale : Vancomycine non résorbée au niveau digestif, traitement des collites pseudomembraneuses à Clostridium difficile. Posologie et administration : Vancomycine : 1gr/12h = 30mg et jusqu'à 60mg/Kg/jour en 4 prises (perfusion d'au moins une heure ou continue, seringue éléctrique). Teicoplanine : ½ vie longue, une administration quotidienne IM uniquement, mais dose de charge pendant 1 à 4 jours, soit 6 mg/kg/12 h, puis 6 mg/kg/24 h. Effets indésirables : phlébite, toxicité rénale et auditive (suivi thérapeutique), Red Man Syndrome (homme rouge) : perfusion trop rapide de vancomycine au point d'injection, suivi thérapeutique : auditif et rénale. Vancomycine = Vancocine ; Teicoplanine = Targocid. Les Tétracyclines agent bactériostatique inhibant la synthèse protéique des bactéries Spectre : antibactérien, infection à germes intracellulaire. Indication : Les MST. Posologie et rythme d'administration : Utilisation per os. Absorption baisse des sels de calcium, de fer, de magnésium. Prise à 2h d'intervalle. Effets secondaire : trouble digestif, photosensibilisation cutanée, trouble vestibulaire (vertige).

5 Contre indication : enfant de moins de 8 ans et femme enceinte. Interaction médicamenteuses : augmentation des effets antivitamine K ( surveillance TP-INR). Doxycycline = Doxy, Monocline ; Minocycline = Mynocine. Autres Fosfomycine = Fosfocine, Monuril. Spectre : staphylocoque. Toujours associé à un autre antibiotique. Risque de surcharge sodée. Acide Fusidique = Fucidine. Spectre : staphylocoque. Rifampicine = Rifadine. Spectre : staphylocoque, streptocoque, BK. Traitement : tuberculose. Prophylaxie : méningite à méningocoque. Linezolide = Zyvoxid. Spectre : Gram +. Posologie : 600 x 2/jour.

PROTOCOLE D ANTIBIOTHERAPIE

PROTOCOLE D ANTIBIOTHERAPIE PROTOCOLE D ANTIBIOTHERAPIE HEBERGEMENT SEPTIQUE CLINIQUE D ORTHOPEDIE- TRAUMATOLOGIE CHRU LILLE Plan 1) règles générales de l antibiothérapie dans le domaine des infections ostéo- articulaires a- prélèvements

Plus en détail

Item 173 : Prescription et surveillance des antibiotiques

Item 173 : Prescription et surveillance des antibiotiques Item 173 : Prescription et surveillance des antibiotiques Date de création du document 2008-2009 Table des matières 1 Pour mieux comprendre... 1 2 Enjeux d'une utilisation des antibiotiques non conforme

Plus en détail

Antibiothérapie en chirurgie dentaire. Principes généraux. Profil des malades

Antibiothérapie en chirurgie dentaire. Principes généraux. Profil des malades Antibiothérapie en chirurgie dentaire Principes généraux Profil des malades Sujets considérés comme sains Cardiopathies sans risque d endocardite infectieuse Risque A (sujets à risque d infection locale

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 14 décembre 2005

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 14 décembre 2005 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 14 décembre 2005 Examen du dossier de la spécialité inscrite pour une durée de cinq ans par arrêté du 18 janvier 2000 (JO du 26 janvier 2000) ZITHROMAX MONODOSE 250 mg,

Plus en détail

Tour d horizon des mécanismes d action des antibiotiques

Tour d horizon des mécanismes d action des antibiotiques Tour d horizon des mécanismes d action des antibiotiques J. Tourret Service de Néphrologie Groupe Hospitalier Pitié Salpêtrière jerome.tourret@psl.aphp.fr Tour d horizon des mécanismes d action des antibiotiques

Plus en détail

Antibiothérapie des Infections urinaires de l enfant

Antibiothérapie des Infections urinaires de l enfant Antibiothérapie des Infections urinaires de l enfant Christine Pietrement 28 mai 2009 Particularités des infections urinaires de l enfant Grande fréquence : < 3mois + fièvre : IU 13% filles, IU 19% garçon

Plus en détail

MECANISMES D ACTION DES ATB BACTERIE

MECANISMES D ACTION DES ATB BACTERIE MECANISMES D ACTION DES ATB BACTERIE I CLASSIFICATION En fonction du mode d action des antibiotiques».inhibition de la synthèse de la paroi bactérienne».inhibition de la synthèse ou du fonctionnement des

Plus en détail

ANTIBIOTHERAPIE PROBABILISTE

ANTIBIOTHERAPIE PROBABILISTE ANTIBIOTHERAPIE PROBABILISTE Dr N. Bercault 2011 Types d'antibiothérapie Prophylactique Pré-emptive Curative Infection Infection Colonisation + Infection + Facteurs de risque + Ponctuelle Plusieurs J Plusieurs

Plus en détail

Entérocoque résistant à la Vancomycine Entérocoque résistant au Glycopeptides

Entérocoque résistant à la Vancomycine Entérocoque résistant au Glycopeptides VRE-GRE Entérocoque résistant à la Vancomycine Entérocoque résistant au Glycopeptides Dr.Véronique Erard, HFR Février 2012 Entérocoques Cocci gram positifs Chez l homme: présence Tractus gastro-intestinal

Plus en détail

Antibiothérapie probabiliste des états septiques graves

Antibiothérapie probabiliste des états septiques graves Société française d anesthésie et de réanimation en collaboration avec la Société de réanimation de langue française Société de pathologie infectieuse de langue française Société de microbiologie Médecine

Plus en détail

Antibioprophylaxie en chirurgie oculaire

Antibioprophylaxie en chirurgie oculaire Recommandations mai 2011 RECOMMANDATIONS Antibioprophylaxie en chirurgie oculaire Sommaire L infection nosocomiale en chirurgie oculaire 2 Objectif de l antibioprophylaxie 2 Patients à risque 3 Recommandations

Plus en détail

Cas clinique infection ORL

Cas clinique infection ORL Cas clinique infection ORL... 1 Infections ORL... 2 Angine à streptocoque béta hémolytique du groupe A (SGA)... 2 Otite moyenne purulente... 3 Sinusites purulentes... 4 Cas cliniques bronchites... 4 Bronchites

Plus en détail

COMITE DE L ANTIBIOGRAMME DE LA SOCIETE FRANCAISE DE MICROBIOLOGIE

COMITE DE L ANTIBIOGRAMME DE LA SOCIETE FRANCAISE DE MICROBIOLOGIE COMITE DE L ANTIBIOGAMME DE LA SOCIETE FANCAISE DE MICOBIOLOGIE Communiqué 2003 (Edition de Janvier 2003) Coordonnateur : Pr C.J. SOUSSY Centre Hospitalier Universitaire Henri Mondor 94010 Créteil Cedex

Plus en détail

Prise en charge des infections urinaires en ville : les nouvelles recommandations

Prise en charge des infections urinaires en ville : les nouvelles recommandations Prise en charge des infections urinaires en ville : les nouvelles recommandations Terminologie (1) On distingue : Infections urinaires simples = sans FdR de complication : Cystites aiguës simples, Pyélonéphrites

Plus en détail

EN URGENCE CHEZ L ADULTE

EN URGENCE CHEZ L ADULTE GROUPE HOSPITALIER COCHIN SAINT-VINCENT DE PAUL LA ROCHE-GUYON COMITÉ LOCAL DE LUTTE CONTRE LES INFECTIONS NOSOCOMIALES 2002, L ANTIBIOGUIDE EN URGENCE CHEZ L ADULTE PHOTO A VENIR ELABORATION DU CLLIN,

Plus en détail

Mise au point sur le bon usage des aminosides administrés par voie injectable : gentamicine, tobramycine, nétilmicine, amikacine

Mise au point sur le bon usage des aminosides administrés par voie injectable : gentamicine, tobramycine, nétilmicine, amikacine Mise au point mars 2011 MAP Mise au point sur le bon usage des aminosides administrés par voie injectable : gentamicine, tobramycine, nétilmicine, amikacine Sommaire ~ ~ ~ ~ ~ ~ d un traitement par aminosides

Plus en détail

du chu de Clermont-ferrand et des établissements de santé de la région auvergne édition 2014

du chu de Clermont-ferrand et des établissements de santé de la région auvergne édition 2014 du chu de Clermont-ferrand et des établissements de santé de la région auvergne 1 édition 2014 Introduction Qu ils soient utilisés pour le traitement des infections ou leur prophylaxie, les antibiotiques

Plus en détail

spores, inactive métaboliquement infection nosocomiale digestive fréquente

spores, inactive métaboliquement infection nosocomiale digestive fréquente Infection digestive à Clostridium difficile Clostridium difficile bacille anaérobie gram+, non invasif spores, inactive métaboliquement (résistance / récidive) pathogénicité liée à la production de deux

Plus en détail

Le Guide des ANTI-INFECTIEUX chez l adulte

Le Guide des ANTI-INFECTIEUX chez l adulte Le Guide des ANTI-INFECTIEUX chez l adulte 2011 Commission des Antibiotiques ommaire Introduction...p 3 Quelques conseils...p 4 Indications d une association d antibiotiques...p 5 Point sur les aminosides...p

Plus en détail

Les infections urinaires

Les infections urinaires Les infections urinaires Dr S. CHADAPAUD CH de Hyères Schémas de l'arbre urinaire L'arbre urinaire féminin L'arbre urinaire masculin 1 1 à 2 % des motifs de consultations d un généraliste Variation selon

Plus en détail

Guide de Bon Usage des Antibiotiques. EPSM Charcot de Caudan Centre hospitalier Port-Louis / Riantec Hôpital local Yves Lanco de Le Palais

Guide de Bon Usage des Antibiotiques. EPSM Charcot de Caudan Centre hospitalier Port-Louis / Riantec Hôpital local Yves Lanco de Le Palais Guide de Bon Usage des Antibiotiques EPSM Charcot de Caudan Centre hospitalier Port-Louis / Riantec Hôpital local Yves Lanco de Le Palais Révision décembre 2010 Sommaire 1) Les membres de la commission

Plus en détail

Christian Chidiac 1 pour le Groupe de Travail de la SPILF

Christian Chidiac 1 pour le Groupe de Travail de la SPILF Mise au point sur le bon usage des fluoroquinolones administrées par voie systémique chez l adulte (ciprofloxacine, lévofloxacine, moxifloxacine, norfloxacine, ofloxacine, péfloxacine). Focus on the good

Plus en détail

DOCUMENTATION TECHNIQUE

DOCUMENTATION TECHNIQUE DOCUMENTATION TECHNIQUE ETUDE DE LA SENSIBILITE AUX ANTIMICROBIENS Lycée des métiers du tertiaire, de la santé et du social - Louise Michel - Grenoble ANTIBIOGRAMME EN MILIEU GELOSE COMITE DE L ANTIBIOGRAMME

Plus en détail

COMITE DE L ANTIBIOGRAMME DE LA SOCIETE FRANCAISE DE MICROBIOLOGIE

COMITE DE L ANTIBIOGRAMME DE LA SOCIETE FRANCAISE DE MICROBIOLOGIE COMITE DE L ANTIBIOGAMME DE LA SOCIETE FANCAISE DE MICOBIOLOGIE ecommandations 2012 (Edition de Janvier 2012) Coordonnateur : Pr C.J. SOUSSY Centre Hospitalier Universitaire Henri Mondor 94010 Créteil

Plus en détail

Médicaments anti-infectieux et Grossesse

Médicaments anti-infectieux et Grossesse Médicaments anti-infectieux et Grossesse Dr Catherine Vauzelle Centre de Référence sur les Agents Tératogènes (CRAT) Hôpital Armand Trousseau www.lecrat.org CEMI 18 Institut Pasteur 15 mars 2013 La nature

Plus en détail

Staphylocoques dorés communautaires résistant à la méticilline (CA-MRSA)

Staphylocoques dorés communautaires résistant à la méticilline (CA-MRSA) Staphylocoques dorés communautaires résistant à la méticilline (CA-MRSA) Recommandations destinées aux médecins du Canton de Genève Mise à jour, septembre 2010 Elaborées par le groupe de travail cantonal

Plus en détail

Journée Régionale d Infectiologie Nancy 11 octobre 2014

Journée Régionale d Infectiologie Nancy 11 octobre 2014 Journée Régionale d Infectiologie Nancy 11 octobre 2014 1 J.Birgé S.Hénard Antibiolor Les recommandations Infections Urinaires Communautaires de la SPILF* (adultes, hors femmes enceintes) 31/5/2014 1.

Plus en détail

RHINO-SINUSITES AIGUES

RHINO-SINUSITES AIGUES RHINO-SINUSITES AIGUES RAPPEL ANATOMIQUE RAPPEL ENDOSCOPIQUE RAPPEL PHYSIOLOGIQUE IMMUNITE LOCALE IgA Cils IMMUNITE LOCALE 1 ostium par sinus 1 ostium : libre dans un méat libre SEMEIOLOGIE DES RHINO-SINUSITES

Plus en détail

INDICATIONS ET MODALITES DE L ANTBIOTHERAPIE DES MENINGITES BACTERIENNES COMMUNAUTAIRES

INDICATIONS ET MODALITES DE L ANTBIOTHERAPIE DES MENINGITES BACTERIENNES COMMUNAUTAIRES INDICATIONS ET MODALITES DE L ANTBIOTHERAPIE DES MENINGITES BACTERIENNES COMMUNAUTAIRES H. GEORGES SERVICE DE REANIMATION. CH TOURCOING Introduction Mortalité à la phase aigue : 20 % exigence dans le choix

Plus en détail

Traitement antibiotique probabiliste des urétrites et cervicites non compliquées

Traitement antibiotique probabiliste des urétrites et cervicites non compliquées Bon usage Mise au point Traitement antibiotique probabiliste des urétrites et cervicites non compliquées Actualisation Octobre 2008 MESSAGES CLÉS L évolution de la résistance du gonocoque aux quinolones

Plus en détail

4ème enquête sur la prescription des Antibiotiques SPA 2012 ou SPA-4

4ème enquête sur la prescription des Antibiotiques SPA 2012 ou SPA-4 4ème enquête sur la prescription des Antibiotiques SPA 2012 ou SPA-4 A l'occasion de la Journée Européenne sur les Antibiotiques (European Awareness Day) du 18 novembre 2012, et pour la quatrième année

Plus en détail

SOMMAIRE 3. CONCENTRATIONS CRITIQUES PK/PD NON RELIEES A UNE ESPECE 23

SOMMAIRE 3. CONCENTRATIONS CRITIQUES PK/PD NON RELIEES A UNE ESPECE 23 SOMMAIE 1. DETEMINATION DE LA SENSIBILITE AUX ANTIBIOTIQUES 3 1. 1. Préparation des milieux utiles aux méthodes CA-SFM / EUCAST pour la diffusion en milieu gélosé et la détermination des CMI par microdilution

Plus en détail

NOTICE : INFORMATIONS DU PATIENT. Keforal 500 mg comprimés pelliculés. Céfalexine monohydratée

NOTICE : INFORMATIONS DU PATIENT. Keforal 500 mg comprimés pelliculés. Céfalexine monohydratée NOTICE : INFORMATIONS DU PATIENT Keforal 500 mg comprimés pelliculés Céfalexine monohydratée Veuillez lire attentivement cette notice avant de prendre ce médicament car elle contient des informations importantes

Plus en détail

Questions que l on se pose. Etat fébrile chez la femme enceinte. Buts du colloque: Vignette 1

Questions que l on se pose. Etat fébrile chez la femme enceinte. Buts du colloque: Vignette 1 Questions que l on se pose Etat fébrile chez la femme enceinte Dr T. Collipal - SMPR Dr S. Harbarth - Maladies Infectieuses Dois-je prendre en charge différemment les infections courantes chez la femme

Plus en détail

RECOMMANDATIONS DE BONNE PRATIQUE PRESCRIPTION DES ANTIBIOTIQUES EN PRATIQUE BUCCO-DENTAIRE RECOMMANDATIONS

RECOMMANDATIONS DE BONNE PRATIQUE PRESCRIPTION DES ANTIBIOTIQUES EN PRATIQUE BUCCO-DENTAIRE RECOMMANDATIONS RECOMMANDATIONS DE BONNE PRATIQUE PRESCRIPTION DES ANTIBIOTIQUES EN PRATIQUE BUCCO-DENTAIRE RECOMMANDATIONS Agence Française de Sécurité Sanitaire des Produits de Santé, Juillet 2011 1 Principaux messages

Plus en détail

Douleur dentaire. LACAVITÉ BUCCALE constitue l habitat naturel de nombreux. est-elle d origine infectieuse?

Douleur dentaire. LACAVITÉ BUCCALE constitue l habitat naturel de nombreux. est-elle d origine infectieuse? L A B O U C H E R É V È L E L E S S E C R E T S D U C O R P S Douleur dentaire est-elle d origine infectieuse? 5 par Michelle Bourassa Simon, 9 ans, se présente au cabinet dentaire mardi en fin de journée.

Plus en détail

1. QU EST-CE QUE Pravastatine Zentiva ET DANS QUELS CAS EST-IL UTILISÉ?

1. QU EST-CE QUE Pravastatine Zentiva ET DANS QUELS CAS EST-IL UTILISÉ? NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR Pravastatine Zentiva Comprimé sécable Pravastatine Zentiva Comprimé Voie orale Voie orale 10 mg 20 mg 40 mg Votre pharmacien vous a délivré un médicament générique.

Plus en détail

Staphylocoques dorés résistant à la méticilline «SARM» Eric Firre Médecine interne/ hygiène hospitalière CHR Citadelle Liège

Staphylocoques dorés résistant à la méticilline «SARM» Eric Firre Médecine interne/ hygiène hospitalière CHR Citadelle Liège Staphylocoques dorés résistant à la méticilline «SARM» Eric Firre Médecine interne/ hygiène hospitalière CHR Citadelle Liège Slide Bart Gordts Slide : Anne SIMON Slide : Marc STRUELENS Slide : Marc STRUELENS

Plus en détail

Bactéries Multi-résistantes (BMR)

Bactéries Multi-résistantes (BMR) L information biomédicale des Laboratoires Oriade - Janvier 2014 Bactéries Multi-résistantes (BMR) Isolées en ville Devant l émergence des bactéries multirésistantes (BMR) isolées en ville, les biologistes

Plus en détail

Item 95 Maladies sexuellement transmissibles : infections urogénitales à gonocoque et Chlamydia trachomatis (en dehors de la maladie de Nicolas-Favre)

Item 95 Maladies sexuellement transmissibles : infections urogénitales à gonocoque et Chlamydia trachomatis (en dehors de la maladie de Nicolas-Favre) Annales de dermatologie et de vénéréologie (2012) 139, A57 A61 Disponible en ligne sur www.sciencedirect.com I. MODULES TRANSDISCIPLINAIRES Module 7 : Santé et environnement, maladies transmissibles Item

Plus en détail

pharmaceutique TARGOCID 200 mg Poudre pour injection voie intramusculaire/voie intraveineuse

pharmaceutique TARGOCID 200 mg Poudre pour injection voie intramusculaire/voie intraveineuse État membre UE/EEE Royaume-Uni Titulaire de l'autorisation de mise sur le marché Aventis Pharma Ltd. (or trading as Marion Merrell or Aventis Pharma) One Onslow Street Guildford Surrey GU1 4YS Royaume-Uni

Plus en détail

L ANGINE. A Epidémiologie :

L ANGINE. A Epidémiologie : L ANGINE L angine est une inflammation aiguë des amygdales d origine essentiellement virale, et secondairement bactérienne. C est les streptocoque ß hémolytique du groupe A, qui est l agent responsable

Plus en détail

Amoxiclav Sandoz 500 mg comprimés pelliculés

Amoxiclav Sandoz 500 mg comprimés pelliculés Notice 1/5 Veuillez lire attentivement l intégralité de cette notice avant d utiliser ce médicament. Gardez cette notice, vous pourriez avoir besoin de la relire. Si vous avez d autres questions, si vous

Plus en détail

ETUDE BACTERIOLOGIQUE DES INFECTIONS URINAIRES A BAMAKO : ORIENTATION PRATIQUE

ETUDE BACTERIOLOGIQUE DES INFECTIONS URINAIRES A BAMAKO : ORIENTATION PRATIQUE ETUDE BACTERIOLOGIQUE DES INFECTIONS URINAIRES A BAMAKO : ORIENTATION PRATIQUE G.H. SOULA*, E. PICHARD**, G.G. SOULA***, A. KODIO* RESUME A partir de l'examen cytobactériologique de 2 000 prélèvements

Plus en détail

Prise en charge des aplasies fébriles

Prise en charge des aplasies fébriles Prise en charge des aplasies fébriles Moins de 500 PNN (ou susceptible de l être dans les 48 heures) Température sup. ou égale à 38 2 fois à au moins 1 heure d intervalle ou sup. ou égale à 38 5 une fois

Plus en détail

Contenu de cette notice:

Contenu de cette notice: Lisez attentivement toute la notice avant de prendre ce médicament. Gardez cette notice, vous pourriez peut-être en avoir encore besoin. Demandez l avis de votre médicin ou de votre pharmacien si vous

Plus en détail

NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR. MINOCIN 100 mg gélules Minocycline

NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR. MINOCIN 100 mg gélules Minocycline NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR MINOCIN 100 mg gélules Minocycline Veuillez lire attentivement notice avant de prendre ce médicament. - Gardez cette notice. Vous pourriez avoir besoin de la relire.

Plus en détail

Laurence LEGOUT, Michel VALETTE, Henri MIGAUD, Luc DUBREUIL, Yazdan YAZDANPANAH et Eric SENNEVILLE

Laurence LEGOUT, Michel VALETTE, Henri MIGAUD, Luc DUBREUIL, Yazdan YAZDANPANAH et Eric SENNEVILLE Laurence LEGOUT, Michel VALETTE, Henri MIGAUD, Luc DUBREUIL, Yazdan YAZDANPANAH et Eric SENNEVILLE Service Régional Universitaires des Maladies Infectieuses et du Voyageur, Hôpital Gustave Dron 59208 TOURCOING

Plus en détail

L'endocardite bactérienne (80) Professeur Gérald VANZETTO, Professeur Jean-Paul BRION Novembre 2002 (Mise à jour Janvier 2005)

L'endocardite bactérienne (80) Professeur Gérald VANZETTO, Professeur Jean-Paul BRION Novembre 2002 (Mise à jour Janvier 2005) L'endocardite bactérienne (80) Professeur Gérald VANZETTO, Professeur Jean-Paul BRION Novembre 2002 (Mise à jour Janvier 2005) Pré-Requis : Anatomie et physiologie Sémiologie clinique Sémiologie paraclinique

Plus en détail

Assurance Maladie Obligatoire Commission de la Transparence des médicaments. Avis 2 23 Octobre 2012

Assurance Maladie Obligatoire Commission de la Transparence des médicaments. Avis 2 23 Octobre 2012 Assurance Maladie Obligatoire Commission de la Transparence des médicaments Avis 2 23 Octobre 2012 Titre I : Nom du médicament, DCI, forme pharmaceutique, dosage, présentation HUMIRA (DCI : Adalimumab

Plus en détail

Foyers Infectieux Dentaires : Conduite à tenir

Foyers Infectieux Dentaires : Conduite à tenir Service d Odontologie Foyers Infectieux Dentaires : Conduite à tenir Dr Laurent Nawrocki MCU-PH J.A.M.A. 25 janvier 2014 Aucun conflit d intérêt Rappels anatomiques 10 10 9 9 8 8 7 7 6 6 5 4 5 4 Cellulite

Plus en détail

Table des matières - 2 -

Table des matières - 2 - Table des matières Table des matières... 1 Définitions... 3 Principaux microorganismes responsables en fonction de la situation clinique... 7 Documentation de l infection aiguë du pied diabétique... 8

Plus en détail

ANTIBIOGRAMME VETERINAIRE DU COMITE DE L ANTIBIOGRAMME DE LA SOCIETE FRANCAISE DE MICROBIOLOGIE

ANTIBIOGRAMME VETERINAIRE DU COMITE DE L ANTIBIOGRAMME DE LA SOCIETE FRANCAISE DE MICROBIOLOGIE 1 ANTIBIOGRAMME VETERINAIRE DU COMITE DE L ANTIBIOGRAMME DE LA SOCIETE FRANCAISE DE MICROBIOLOGIE Membres (2012 2013) MADEC Jean-Yves Coordonnateur, Anses Lyon DECOUSSER Jean-Winoc CHU Antoine Béclère

Plus en détail

Fièvre chez un patient immunodéprimé.

Fièvre chez un patient immunodéprimé. Fièvre chez un patient immunodéprimé. N 187. Fièvre chez un patient immunodéprimé Connaître les situations d'urgence et les grands principes de la prise en charge. Connaître les principes de la prise en

Plus en détail

GUIDE D ANTIBIOTHERAPIE DE PREMIERE INTENTION 2011

GUIDE D ANTIBIOTHERAPIE DE PREMIERE INTENTION 2011 GUIDE D ANTIBIOTHERAPIE DE PREMIERE INTENTION 2011 www.ch-perpignan.fr 20, avenue du Languedoc. BP.49954-66046 PERPIGNAN CEDEX 9 - TEL 04.68.61.66.33 - Mail : ch.perpignan@ch-pepignan.fr N Etablissement

Plus en détail

Mise en place du contrôle du bon usage des carbapénèmes: expérience d une équipe pluridisciplinaire

Mise en place du contrôle du bon usage des carbapénèmes: expérience d une équipe pluridisciplinaire Mise en place du contrôle du bon usage des carbapénèmes: expérience d une équipe pluridisciplinaire Murielle Galas, Gaëlle Dunoyer, Claude Olive, Rafaëlle Théodose, François Lengellé, Patrick Hochedez,

Plus en détail

Chaque comprimé pelliculé contient 500 mg de céfalexine (sous forme de céfalexine monohydratée).

Chaque comprimé pelliculé contient 500 mg de céfalexine (sous forme de céfalexine monohydratée). 1. DENOMINATION DU MEDICAMENT Keforal 500 mg comprimés pelliculés 2. COMPOSITION QUALITATIVE ET QUANTITATIVE Chaque comprimé pelliculé contient 500 mg de céfalexine (sous forme de céfalexine monohydratée).

Plus en détail

Situation Agent Schéma posologique*

Situation Agent Schéma posologique* Le besoin d une antibioprophylaxie pour la prévention d une endocardite infectieuse et d une infection hématogène à la suite d une arthroplastie doit être envisagé sur une base individuelle et en collaboration

Plus en détail

Toutes les remarques visant à améliorer la prochaine édition sont bienvenues et à adresser par e-mail au Dr. B. Delaere.

Toutes les remarques visant à améliorer la prochaine édition sont bienvenues et à adresser par e-mail au Dr. B. Delaere. Ce livret a été rédigé par : Dr. B. Delaere, Maladies Infectieuses freeset 3007 Dr. N. Ausselet, Maladies Infectieuses freeset 3019 Pr. Y. Glupczynski, Laboratoire de Microbiologie freeset 3245 Avec la

Plus en détail

Prof Yves Humblet 22 mai 2014

Prof Yves Humblet 22 mai 2014 Prof Yves Humblet 22 mai 2014 Mr DemS, 56 ans, atteint de cancer de prostate Admis aux urgences pour fièvre à 38 3 au J8 post chimiothérapie Pas de comorbidité, bon EG, pas de frisson, toux grasse Pas

Plus en détail

Partie 1 Unité d'enseignement 2.11.S1 - Pharmacologie générale - 1 re année

Partie 1 Unité d'enseignement 2.11.S1 - Pharmacologie générale - 1 re année Table des matières Introduction Partie 1 Unité d'enseignement 2.11.S1 - Pharmacologie générale - 1 re année Sous-partie 1-1 La pharmacologie générale (Chapitres 1 à 5) Chapitre 1 Introduction à la pharmacologie

Plus en détail

Méningites infectieuses

Méningites infectieuses Méningites infectieuses Etiologies et conduites à tenir Stéphane Erouart MISP Cécile Lecocq IDESP Sommaire Agents causaux Précautions standard Infections invasives à méningocoque Définition Validation

Plus en détail

Borréliose de Lyme : démarches diagnostiques, thérapeutiques et préventives. Paris, 13 décembre 2006

Borréliose de Lyme : démarches diagnostiques, thérapeutiques et préventives. Paris, 13 décembre 2006 Borréliose de Lyme : démarches diagnostiques, thérapeutiques et préventives Paris, 13 décembre 2006 Quatre questions Question 1 - Sur quels éléments cliniques et épidémiologiques faut-il évoquer le diagnostic

Plus en détail

Traitement des infections ostéo-articulaires (IOA) à bacilles Gram négatif hautement résistants

Traitement des infections ostéo-articulaires (IOA) à bacilles Gram négatif hautement résistants 2 ème Congrès National des Centres de référence des Infections Ostéo-articulaires Complexes Lille, 3-4 SEPTEMBRE 2015 Traitement des infections ostéo-articulaires (IOA) à bacilles Gram négatif hautement

Plus en détail

LA PRESCRIPTION DES ANTIBIOTIQUES EN ODONTOLOGIE ET EN STOMATOLOGIE PRESCRIRE MIEUX

LA PRESCRIPTION DES ANTIBIOTIQUES EN ODONTOLOGIE ET EN STOMATOLOGIE PRESCRIRE MIEUX LA PRESCRIPTION DES ANTIBIOTIQUES EN ODONTOLOGIE ET EN STOMATOLOGIE PRESCRIRE MIEUX LE TRAITEMENT CURATIF L'antibiothérapie curative est destinée à traiter une infection bactérienne. Un diagnostic de certitude

Plus en détail

Infections sur matériel d assistance circulatoire

Infections sur matériel d assistance circulatoire Symposium Novartis Pharma «De battre mon cœur s est infecté!» 14 JNI - 12 juin 2013 Clermont Ferrand Infections sur matériel d assistance circulatoire Dr Philippe GAUDARD DAR Arnaud de Villeneuve Pôle

Plus en détail

La maladie de Lyme chronique existe-t-elle? D. Christmann

La maladie de Lyme chronique existe-t-elle? D. Christmann La maladie de Lyme chronique existe-t-elle? D. Christmann Borréliose de Lyme Borrelia burgdorferi stricto sensu, B. afzelii, B. garinii, B. spielmanii, B. valaisiana Eléments de physiopathologie inoculation

Plus en détail

BETA LACTAMASE À SPECTRE ETENDU

BETA LACTAMASE À SPECTRE ETENDU JENCK Sophie Lyon BETA LACTAMASE À SPECTRE ETENDU DEFINITION Hydrolyse du pont amide du cycle Blactame Résistance le plus souvent d origine plasmidique à : - toutes les pénicillines - céphalosporines de

Plus en détail

UROPYRINE 100mg. Contenu de cette notice

UROPYRINE 100mg. Contenu de cette notice UROPYRINE 100mg Veuillez lire attentivement l'intégralité de cette notice avant de prendre ce médicament. Elle contient des informations importantes pour votre Gardez cette notice, vous pourriez avoir

Plus en détail

Les s a n a ti t b i i b o i ti t q i ue u s

Les s a n a ti t b i i b o i ti t q i ue u s Les antibiotiques Définition d un antibiotique Substances capables d inhiber spécifiquement la la croissance de de micro-organismes ou ou de de les les détruire Substances chimiques, produites par par

Plus en détail

IADE IATROCONAZOLE IBODE ICALIN ICATB ICSHA IDE IDENTIFICATION ANTIFONGIGRAMME ANTIVIROGRAMME BIOLOGIE MOLECULAIRE SEROTYPIE IDMIN IDR IMAGERIE

IADE IATROCONAZOLE IBODE ICALIN ICATB ICSHA IDE IDENTIFICATION ANTIFONGIGRAMME ANTIVIROGRAMME BIOLOGIE MOLECULAIRE SEROTYPIE IDMIN IDR IMAGERIE I IADE ANESTHESISTE IATROCONAZOLE AZOLE IBODE ICALIN ICATB ICSHA IDE DE BLOC OPERATOIRE INDICATEUR INDICATEUR INDICATEUR IDENTIFICATION ANALYSE MICROBIOLOGIQUE PRELEVEMENT ANTIBIOTYPIE ANTIFONGIGRAMME

Plus en détail

Infections sur prothèses vasculaires Le rôle de l infectiologue

Infections sur prothèses vasculaires Le rôle de l infectiologue Infections sur prothèses vasculaires Le rôle de l infectiologue E. Senneville Service Universitaire des Maladies Infectieuses et du Voyageur Hôpital Gustave Dron 59200 Tourcoing CHRU de Lille Liens potentiels

Plus en détail

Pratique de l'antibioprophylaxie en chirurgie

Pratique de l'antibioprophylaxie en chirurgie Pratique de l'antibioprophylaxie en chirurgie Date de création du document 2008-2009 Table des matières 1 Principes généraux du choix d'un antibiotique pour l'antibioprophylaxie en chirurgie...1 1. 1 Introduction...

Plus en détail

Antibiothérapie empirique

Antibiothérapie empirique Antibiothérapie empirique Dr Rémy Demeester Service de Médecine Interne Maladies Infectieuses CHU de Charleroi 3 mars 2011 Les Jeudis de Fleurus Table des matières 1. Le diagnostic d une infection bactérienne

Plus en détail

Avis 8 18 Décembre 2012

Avis 8 18 Décembre 2012 Assurance Maladie Obligatoire Commission de la Transparence des médicaments Avis 8 18 Décembre 2012 Titre I : Nom du médicament, DCI, forme pharmaceutique, dosage, présentation ENBREL (DCI : Etanercept

Plus en détail

Le traitement du paludisme d importation de l enfant est une urgence

Le traitement du paludisme d importation de l enfant est une urgence Le traitement du paludisme d importation de l enfant est une urgence Dominique GENDREL Necker-Enfants Malades Traiter en urgence en présence de trophozoïtes Plus de 80% des paludismes d importation en

Plus en détail

Cas clinique ORL n 2

Cas clinique ORL n 2 Cas clinique ORL n 2 Mme B. âgée de 37 ans consulte pour de violentes douleurs de la région sous orbitaire droite majorées lorsqu elle penche la tête en avant. Ces douleurs durent depuis 12 heures environ

Plus en détail

Prescription des antibiotiques en pratique bucco-dentaire

Prescription des antibiotiques en pratique bucco-dentaire RECOMMANDATIONS Prescription des antibiotiques en pratique bucco-dentaire Recommandations juillet 2011 Sommaire Introduction 2 Notion de patient à risque d infection 4 Information et éducation du patient

Plus en détail

Prophylaxie de l endocardite infectieuse Révision de la conférence de consensus de mars 1992 Recommandations 2002

Prophylaxie de l endocardite infectieuse Révision de la conférence de consensus de mars 1992 Recommandations 2002 Médecine et maladies infectieuses 32 (2002) 533 541 wwwelseviercom/locate/medmal Texte court* Prophylaxie de l endocardite infectieuse Révision de la conférence de consensus de mars 1992 Recommandations

Plus en détail

et mupirocine/chlorhexidine

et mupirocine/chlorhexidine Etude de l évolution des résistances bactériennes sous décontamination digestive sélectiveet et mupirocine/chlorhexidine chlorhexidinesur une période de quatre ans en réanimation médicale Mémoire de DESC

Plus en détail

NOTICE NABUCOX 500 mg, comprimé pelliculé Nabumétone

NOTICE NABUCOX 500 mg, comprimé pelliculé Nabumétone NOTICE NABUCOX 500 mg, comprimé pelliculé Nabumétone Veuillez lire attentivement l intégralité de cette notice avant de prendre ce médicament. Gardez cette notice, vous pourriez avoir besoin de la relire.

Plus en détail

Janvier 2004 ANTIBIO- PROPHYLAXIE ET ENDOSCOPIE DIGESTIVE RECOMMANDATIONS DE LA

Janvier 2004 ANTIBIO- PROPHYLAXIE ET ENDOSCOPIE DIGESTIVE RECOMMANDATIONS DE LA Janvier 2004 RECOMMANDATIONS DE LA ANTIBIO- PROPHYLAXIE ET ENDOSCOPIE DIGESTIVE Marc BARTHET, Bertrand NAPOLEON, Gérard GAY, Thierry PONCHON, Denis SAUTEREAU, Jean-Pierre ARPURT, Christian BOUSTIERE, Jean

Plus en détail

SOUTENANCE A CRETEIL ANNEE 2006 N THESE POUR LE DIPLOME D ETAT. DOCTEUR EN MEDECINE Discipline : Médecine Générale -----------------

SOUTENANCE A CRETEIL ANNEE 2006 N THESE POUR LE DIPLOME D ETAT. DOCTEUR EN MEDECINE Discipline : Médecine Générale ----------------- 1 SOUTENANCE A CRETEIL UNIVERSITE PARIS VAL-DE-MARNE FACULTE DE MEDECINE DE CRETEIL *********************** ANNEE 2006 N THESE POUR LE DIPLOME D ETAT DE DOCTEUR EN MEDECINE Discipline : Médecine Générale

Plus en détail

RECOMMANDATIONS DE BONNE PRATIQUE ANTISECRETOIRES GASTRIQUES CHEZ L ENFANT RECOMMANDATIONS

RECOMMANDATIONS DE BONNE PRATIQUE ANTISECRETOIRES GASTRIQUES CHEZ L ENFANT RECOMMANDATIONS RECOMMANDATIONS DE BONNE PRATIQUE ANTISECRETOIRES GASTRIQUES CHEZ L ENFANT RECOMMANDATIONS PRINCIPAUX MESSAGES Les IPP contrôlent mieux l acidité diurne que l acidité nocturne. Ils doivent être administrés

Plus en détail

Prescription des IPP en Gériatrie. Journée interrégionale du DESC de Gériatrie 28 mars 2008 Dr SEITE Florent

Prescription des IPP en Gériatrie. Journée interrégionale du DESC de Gériatrie 28 mars 2008 Dr SEITE Florent Prescription des IPP en Gériatrie Journée interrégionale du DESC de Gériatrie 28 mars 2008 Dr SEITE Florent Inhibiteurs de la pompe à protons Mécanisme d action : Inhibition de H+/K+ ATPase diminution

Plus en détail

Consommation d antibiotiques et résistance aux antibiotiques en France : nécessité d une mobilisation déterminée et durable

Consommation d antibiotiques et résistance aux antibiotiques en France : nécessité d une mobilisation déterminée et durable Maladies infectieuses Maladies chroniques et traumatismes Novembre 2015 Consommation d antibiotiques et résistance aux antibiotiques en France : nécessité d une mobilisation déterminée et durable Bilan

Plus en détail

NOTICE: INFORMATION DE L UTILISATEUR

NOTICE: INFORMATION DE L UTILISATEUR NOTICE: INFORMATION DE L UTILISATEUR LANSOPRAZOLE TEVA 15 mg GÉLULES GASTRO-RÉSISTANTES LANSOPRAZOLE TEVA 30 mg GÉLULES GASTRO-RÉSISTANTES lansoprazole Veuillez lire attentivement cette notice avant de

Plus en détail

Peste bubonique : 60 à 80% Tuberculose : 50 % Fièvre typhoïde : 20-30 %

Peste bubonique : 60 à 80% Tuberculose : 50 % Fièvre typhoïde : 20-30 % Résistance aux antibiotiques : vers une catastrophe écologique et sanitaire Vincent Jarlier Bactériologie-Hygiène Groupe hospitalier Pitié Salpêtrière-Charles Foix, Paris Délégué aux infections nosocomiales

Plus en détail

INFECTIONS URINAIRES DE L ADULTE ET DE L ENFANT

INFECTIONS URINAIRES DE L ADULTE ET DE L ENFANT CHAPITRE 21 Item 157 INFECTIONS URINAIRES DE L ADULTE ET DE L ENFANT UE Ê 6. Maladies transmissibles - Risques sanitaires - Santé au travail N 157. Infections urinaires de l enfant et de l adulte. OBJECTIFS

Plus en détail

NEISSERIA MENINGITIDIS (INFECTIONS INVASIVES A MENINGOCOQUE = IIM)

NEISSERIA MENINGITIDIS (INFECTIONS INVASIVES A MENINGOCOQUE = IIM) Page 1/9 NEISSERIA MENINGITIDIS (INFECTIONS INVASIVES A MENINGOCOQUE = IIM) CE DOCUMENT CONCERNE L'EVALUATION DES RISQUES BIOLOGIQUE EN MILIEU DE SOINS. IL EST COMPLEMENTAIRE DU GUIDE EFICATT DE L'INRS

Plus en détail

Fibrillation atriale chez le sujet âgé

Fibrillation atriale chez le sujet âgé Dr Benoit Blanchard LE HAVRE Le 18 MARS 2014 Fibrillation atriale chez le sujet âgé Le plus fréquent des trouble du rythme cardiaque, 750,000 personnes atteintes de FA en France, 100,000 nouveaux cas chaque

Plus en détail

Formation pour les représentants d usagers Sablé sur Sarthe mai 2010

Formation pour les représentants d usagers Sablé sur Sarthe mai 2010 Basse-Normandie Bretagne Centre Pays de la Loire Formation pour les représentants d usagers Sablé sur Sarthe mai 2010 CCLIN Ouest Antenne Régionale Pays de la Loire Visibles au microscope optique (de

Plus en détail

Réseau Senior 28/11/2008 15:04:01

Réseau Senior 28/11/2008 15:04:01 MRSA Germes Multirésistants Réseau Senior Introduction MRSA L environnement est composé de.. Air Matières organiques inertes ou vivantes Poussières Germes : bactéries, virus, champignons, autres formes.

Plus en détail

INFECTIONS POST- TRAUMATIQUES SUR MATÉRIEL D'OSTÉOSYNTHÈSE. Accidentologie et épidémiologie bactérienne

INFECTIONS POST- TRAUMATIQUES SUR MATÉRIEL D'OSTÉOSYNTHÈSE. Accidentologie et épidémiologie bactérienne INFECTIONS POST- TRAUMATIQUES SUR MATÉRIEL D'OSTÉOSYNTHÈSE Accidentologie et épidémiologie bactérienne SOMMAIRE Accidentologie Qualité de vie Conséquences médico-économiques Particularités épidémiologiques

Plus en détail

Item 158 (Item 89) Infections génitales de l homme. Écoulement urétral EVALUATIONS

Item 158 (Item 89) Infections génitales de l homme. Écoulement urétral EVALUATIONS Item 158 (Item 89) Infections génitales de l homme. Écoulement urétral EVALUATIONS 2014 1 QUESTION 1/5 : Concernant l orchi-épididymite : A - C est une affection souvent sexuellement transmissible chez

Plus en détail

Les Centres de Référence pour les Infections Ostéo-articulaires

Les Centres de Référence pour les Infections Ostéo-articulaires Les Centres de Référence pour les Infections Ostéo-articulaires Brest RENNES Orléans Angers Nantes TOURS Poitiers du Grand Ouest Octobre 2011 Présentation du CRIOGO Les réunions de concertation pluridisciplinaires

Plus en détail

Rapport d expertise. Caractérisation des antibiotiques considérés comme «critiques»

Rapport d expertise. Caractérisation des antibiotiques considérés comme «critiques» Rapport d expertise Caractérisation des antibiotiques considérés comme «critiques» Diffusé en novembre 2013 S o m m a i r e Abréviations I- OBJECTIF DE CE TRAVAIL II-ELEMENTS DE REFLEXION SUR LES REFERENTIELS

Plus en détail

L essentiel. Complément québécois

L essentiel. Complément québécois L essentiel L essentiel L essentiel L essentiel L essentiel L essentiel L essentiel L essentiel L essentiel L essentiel L essentiel L essentiel L essentiel L essentiel L essentiel L essentiel L essentiel

Plus en détail

Les Infections Associées aux Soins

Les Infections Associées aux Soins Les Infections Associées aux Soins Dr Catherine Sartor EOH Conception Assistance Publique Hôpitaux de Marseille Ecole IFSI, Marseille, 12 septembre 2014 Définitions 2007 Infection Nosocomiale (IN) 1999

Plus en détail

MEDICAMENTS en CARDIOLOGIE. ANTICOAGULANTS (2h)

MEDICAMENTS en CARDIOLOGIE. ANTICOAGULANTS (2h) MEDICAMENTS en CARDIOLOGIE ANTICOAGULANTS (2h) PO Inj Hôpital Pasteur Pharmacie CHU Nice Ly-Hor HENG 1 Objectifs de l UE S3 I. Repérer les familles thérapeutiques, leurs moyens d action et leurs indications

Plus en détail