Aspects chimiques et bactériologiques de l anchois (Engraulis encrasicholus) entreposé sous glace et à moyenne température (20-25 C)

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Aspects chimiques et bactériologiques de l anchois (Engraulis encrasicholus) entreposé sous glace et à moyenne température (20-25 C)"

Transcription

1 Aspects chimiques et bactériologiques de l anchois (Engraulis encrasicholus) entreposé sous glace et à moyenne température (20-25 C) N.E. CHAOUQY 1 et A. EL MARRAKCHI 2 * 1 Laboratoire d Analyses et de Recherches Vétérinaires B.P 474 AGADIR, Maroc. 2 Département d HIDAOA. Institut Agronomique et Vétérinaire Hassan II RABAT, Maroc. * auteur chargé de la correspondance : RÉSUMÉ Quatre lots d anchois entreposés sous glace et à moyenne température (20-25 C) ont fait l objet d un suivi organoleptique et analytique (chimique et bactériologique). L effet du sel à 5% a également été étudié. L appréciation organoleptique a permis de définir une durée de conservation de 4 à 6 jours à basse température et de 12 heures à température ambiante. Certains caractères organoleptiques d altération propres à l anchois sont définis. Le suivi chimique montre que les paramètres Azote Basique Volatile Total (ABVT) et triméthylamine (TMA) constituent des indices appropriés pour l évaluation de l altération de l anchois et des normes de contrôle sont proposées. La production d histamine est nettement ralentie par le glaçage et son évolution doit être considérée comme indice sanitaire plutôt que comme paramètre d altération. Les dénombrements bactériens montrent qu aux temps de rejet organoleptique, seul le comptage de la flore halophile modérée atteint le seuil de CFU/g fixé par l ICMSF (International Commission on Microbiological Specifications for Foods) et que la flore productrice d H 2 S ne forme qu une partie (10 à 21%) de la flore totale. Le salage à 5% n a pas d effet sur la durée de conservation de l anchois à basse et moyenne températures. Mots-clés : Anchois - conservation - altération - chimie - bactériologie. SUMMARY Chemical and bacteriological aspect of anchovy (Engraulis encrasicholus) stored in ice and at ambient temperature (20-25 C). By N.E. CHAOUQY and A. EL MARRAKCHI. The storage time of 4 lots of anchovy stored either in ice and at C was determined by sensory, chemical and bacterial analyses. The effect of salt addition (5% salt) was also studied. Sensory analyses revealed that the storage time was between 4 and 6 days at low temperature and 12 hours at ambient temperature. Certain spoilage characteristics particular to anchovy were defined. Total volatiles bases (TVB) and trimethylamine (TMA) tests were found to be appropriate for assessment of anchovy spoilage and criteria for control were proposed. Histamine production was inhibited by the icing process. Monitoring histamine production is more useful as sanitary index rather than spoilage parameter. At time of rejection, only the moderately halophilic flora reached the limit of CFU/g, set by the ICMSF (International Commission on Microbiological Specifications for Foods) and the sulfide producing flora accounted only for 10 to 21% of the total flora. Salting at 5% did not seem to have any effect on the storage time of anchovy at low (in ice) and ambient temperature (20-25 C). Keywords : Anchovy - preservation - spoilage - chemical - bacteria. Introduction L anchois (Engraulis encrasicholus) a occupé la troisième place parmi les poissons pélagiques débarqués en 2002 et sa capture a enregistré un total de tonnes [6]. La destination majeure de ce petit animal pélagique est la transformation en semi-conserves d anchois salés ou marinés. La quasi-totalité de cette production est exportée vers les pays de l Union Européenne et les Etats Unis d Amérique, ce qui lui confère une place importante dans l économie nationale. Les professionnels de la semi-conserve sont confrontés aux problèmes du caractère périssable de l anchois en raison de sa grande fragilité [12, 38]. Ainsi, en 2002, seulement 27,5% du tonnage débarqué était destiné à la salaison, le reste, jugé de mauvaise qualité, est orienté vers la transformation en farine [6]. Par ailleurs, les règles sanitaires des pays importateurs ont imposé aux industriels la mise en place d un système d autocontrôle basé sur le concept HACCP. Cette exigence s est traduite par un besoin en paramètres analytiques d appréciation de la qualité adaptés à l anchois notamment dans la surveillance des points critiques pour la maîtrise des dangers sanitaires. C est dans ce sens que la présente étude se propose de définir les conditions de conservation de l anchois à basse température, d évaluer les paramètres analytiques d appréciation de l altération et de déterminer les paramètres les plus adaptés au jugement de la qualité de conservation de l anchois. De tels outils analytiques sont utilisables aussi bien par les professionnels dans le cadre de l autocontrôle que par les autorités en charge du contrôle officiel. Matériel et méthodes CONDITIONS D ENTREPOSAGE L étude a porté sur l anchois (Engraulis encrasicholus), pêché au large de l Atlantique marocain (région d Agadir) et entreposé sous glace dès capture dans une glacière préalablement désinfectée et débarquée au port d Agadir. Le temps écoulé entre la capture et l arrivée au laboratoire est compris entre 5 et 6 heures. Immédiatement après l arrivée au laboratoire, un premier prélèvement est effectué (jour 0). Le reste de poissons est réparti en deux lots. Un premier lot est divisé en trois parties

2 342 CHAOUQY (N.E.) ET EL MARRAKCHI (A.) dans des caisses en polystyrène désinfectées et perforées pour permettre le drainage l eau résultant de la fonte de la glace et/ou de l exsudation du poisson qui sera récupéré dans une caisse sous-jacente. Au cours de l entreposage, la glace fondue est remplacée afin de respecter le ratio glace/poisson désiré. Les trois caisses se répartissent comme suit : a) Poisson sous glace seule (ratio glace/poisson : 1 / 4 ) b) Poisson sous glace (ratio glace/poisson : 1 / 4 ) associée au sel, le salage étant effectué par saupoudrage du poisson par du sel marin au taux de 5 %. c) Poisson sous sel (5 %). Les trois caisses sont placées dans une chambre froide (+4 C), les prélèvements sont effectués dès le 2, 4, 6, 8,10 et 12 ème jour de conservation. Le deuxième lot, entreposé à température ambiante (20 C à 25 C), est divisé en deux parties comme suit : d) Poisson sous sel (5 %) e) Poisson sans sel Les prélèvements sont réalisés à la 6, 12, 18, 24 et 30 ème heure de conservation. MÉTHODES D ANALYSES Appréciation organoleptique Pendant le stockage, des prélèvements d anchois sont effectués en vue d une évaluation organoleptique selon le barème de cotation de la fraîcheur du poisson défini par le règlement du conseil N 103/76/CEE [3]. Cette appréciation a concerné l observation des caractères relatifs à la peau, les yeux, les branchies, la texture, le péritoine, la colonne vertébrale, l odeur et la couleur, auxquels nous avons ajouté d autres caractères qui sont l adhérence des écailles, l aspect de la tache au niveau de l opercule et l aspect de la paroi abdominale. Cette appréciation organoleptique est effectuée afin de déterminer le temps de rejet organoleptique qui correspond au moment où l anchois n est plus consommable et de mettre en évidence les modifications organoleptiques spécifiques à prendre en compte pour l appréciation de l altération de d anchois. L évaluation de chaque caractère nous a permis également, en lui attribuant une note de 0 à 3, de définir le degré de fraîcheur qui représente la moyenne arithmétique des notes obtenues pour chaque caractère. Selon ce barème de cotation, des notes égales ou supérieures à 2,7 sont attribuées au poisson ne représentant pas de signes d altération, tandis que le poisson qui commence à présenter des signes d altération est coté d une note égale ou supérieure à 2,0 et inférieure à 2,7. La note égale ou supérieure à 1,0 et inférieure à 2,0 correspond au seuil d acceptabilité du poisson pour la consommation humaine. Enfin, le poisson coté d une note inférieure à 1,0 doit être retiré de la consommation humaine [3]. La détermination du degré de fraîcheur nous a permis d étudier l existence éventuelle d une corrélation entre l altération organoleptique et les paramètres analytiques étudiés. Analyses physico-chimiques Elles sont effectuées sur le muscle dorsal après retrait du revêtement cutané et ont concerné : a - La mesure de ph réalisée sur 10 g de muscle homogénéisés dans 50 ml d eau distillée. b - Le dosage de l Azote Basique Volatil Total (ABVT) selon la méthode de référence de la Communauté Economique Européenne [5]. Dans cette méthode, les bases azotées volatiles sont extraites d un échantillon à l aide d une solution d acide perchlorique à 6%. Après alcalinisation, l extrait (50 ml) est soumis à une distillation par la vapeur et les constituants basiques volatils sont absorbés par un récepteur acide (acide borique à 3%). La teneur en ABVT est déterminée après titrage par une solution étalon d acide chlorhydrique à 0,01N. c - Le dosage de la triméthylamine (TMA) par la méthode colorimétrique de Dyer [14] modifiée par Murray et Gibson [32]. Une quantité de 100 g de muscle du poisson est broyée avec 300 ml de l acide trichloracétique à 5%. Une partie de l extrait filtré (4 ml), est traitée en milieu alcalin (KOH à 45%) par du formaldéhyde à 20%, pour éliminer l interférence de la diméthylamine (DMA). La TMA est récupérée dans une phase de toluène et dosée sous forme de picrate dans un spectrocolorimètre à la longueur d onde de 410 nm. d - Le dosage de l histamine est effectuée par la méthode spectrofluorimétrique de LERKE et BELL [28]. L extraction de l histamine est réalisée par une solution d acide trichloracétique à 10%. Après filtration, 0,2 ml du filtrat est transféré dans une colonne chromatographique utilisant la résine amberlite CG-50 type 1, mesh, 75 à 150 µ comme échangeuse d ions conditionnée par le tampon acétate 0,2N (ph = 4,6). Après purification par plusieurs lavages par du tampon acétate, l histamine est éluée par l acide chlorhydrique 0,2 N (20 ml). Deux ml de l éluat sont traités dans un tube où l on ajoute 0,1 ml d orthophtaldéhyde (OPA) (dilué à 1% dans l alcool méthylique) en présence de 1 ml d hydroxyde de sodium 1N. Après formation du complexe fluorophore par dérivation de l histamine par l OPA en milieu alcalin, l acidification immédiate (3,5 minutes) par l acide chlorhydrique 0,7 N (2 ml) rend ce complexe plus fluorescent et plus stable. La fluorescence est mesurée à des longueurs d onde d excitation et d émission respectives de 360 nm et 450 nm dans un délai ne dépassant pas 30 minutes. e - La détermination du taux de chlorure de sodium (NaCl) effectuée selon la méthode de Charpentier-Volhard [7]. Analyses bactériologiques Les échantillons destinés aux analyses bactériologiques sont préparés en homogénéisant 25 g de muscle dorsal, prélevés avec du matériel stérile puis broyés dans 225 ml d eau peptonnée et tamponnée, à l aide d un Stomacher. Le broyat est alors utilisé pour préparer des dilutions décimales successives à partir desquelles les milieux de cultures seront ensemencés. Les conditions de culture des flores bactériennes dénombrées figurent sur le tableau I.

3 QUALITÉS DE L ANCHOIS CONSERVÉ SOUS GLACE ET À C 343 TABLEAU I. Conditions de culture pour le dénombrement bactérien. * : Gélose glucosée biliée au cristal violet et au rouge neutre. ** : Milieu Iron agar préparé à l eau de mer à la place de l eau distillée. TRAITEMENT STATISTIQUE DES DONNÉES L analyse statistique des résultats obtenus à été réalisée par le logiciel STATISTICA [39] suivant le programme ANOVA (p<0,05), afin d analyser la comparaison des moyennes, les écarts types, les différences significatives et les corrélations. Résultats APPRÉCIATION ORGANOLEPTIQUE Le suivi de l évolution des caractères organoleptiques a permis de relever qu au stade initial de stockage (jour 0 = J0), l anchois est caractérisé par son aspect brillant, par la présence d un mucus aqueux et transparent, et par une odeur qui rappelle celle des algues marines. L oeil est convexe, la cornée transparente avec une pupille noire brillante, les branchies de couleur rouge et la chair est ferme et élastique. La paroi abdominale est intacte chez la majorité des individus et une partie des écailles ne sont plus adhérentes au corps. Après ouverture du poisson, la colonne vertébrale apparaît adhérente à la chair et le péritoine est adhérent et intact. Au niveau de l opercule, on note une large tache jaunâtre. Au temps de rejet organoleptique, l anchois présente un aspect moins brillant avec un début du ternissement de la pupille à l exception du poisson entreposé sous sel où la pupille devient rapidement blanchâtre, la cornée opalescente et l œil légèrement affaissé, probablement sous l effet du sel. Les branchies sont légèrement décolorées alors que l odeur est neutre. La chair a perdu légèrement son élasticité, la colonne vertébrale se détache plus au moins facilement sauf pour le poisson entreposé sous sel où elle reste davantage adhérente à la chair qui s explique par la déshydratation partielle du poisson. Le péritoine est peu adhérent. L éclatement de l abdomen est observé chez la majorité des individus. Au niveau de l opercule, la tache jaune commence à disparaître pour être remplacée par une tache rouge brunâtre. A température de réfrigération, la durée de conservation de l anchois sous glace et sous glace associée au sel est de 6 jours, alors qu elle est de 4 jours sous sel seul. Pour l anchois entreposé à température ambiante, la durée de conservation est de 12 heures pour l anchois en présence et en absence du sel. Le degré de fraîcheur est de 3,0 à J0. A température réfrigérée, aux temps de rejet organoleptique, il est de 1,1; 1,1 et 0.9 respectivement pour l anchois entreposé sous glace associée au sel, sous glace seule et sous sel. Pour l anchois entreposé à température ambiante, le degré de fraîcheur est de 1,6 pour l anchois avec sel et de 1,2 pour celui entreposé en l absence du sel. ANALYSES PHYSICO-CHIMIQUES Evolution du ph A J0 (6 à 8 heures après capture), la valeur du ph du muscle est de 6,05 ± 0,14. Aux différents temps de rejet organoleptique, les valeurs notées sont de 6,23 ± 0,11 ; 6,30 ± 0,07 et 6,16 ± 0,09 respectivement pour l anchois sous glace associée au sel, sous glace seule et sous sel (Tableau II). Dans le cas de l anchois entreposé à température ambiante, le ph au temps de rejet est de 6,12 ± 0,12 et 6,12 ± 0,16 respectivement pour l anchois sous sel et en l absence du sel (Tableau III). Evolution de l Azote Basique Volatil Total (ABVT) A J0, la teneur en ABVT enregistrée est de 16,15 ± 1,21 mg N/100 g de muscle (Tableau II). A basse température, l évolution des teneurs en ABVT dépendent du mode de

4 344 CHAOUQY (N.E.) ET EL MARRAKCHI (A.) TABLEAU II. Evolution des paramètres physico-chimiques au cours de l entreposage de l anchois à température réfrigérée. *: Moyenne (Ecart type). GS : Glace associée au sel. G : Glace seule. S : Sel seul. a, b, c, d : Les moyennes de la même ligne qui portent une lettre en commun ne sont pas significativement différentes (p<0,05). A, B,C : Les moyennes de la même colonne qui portent une lettre en commun ne sont pas significativement différentes (p<0,05). Les cases grisées correspondent au temps de rejet organoleptique. stockage. Aux divers temps de rejet organoleptique, les teneurs moyennes obtenues sont de 21,49 ± 1,11; 22,02 ± 4,03 et 32,55 ± 6,40 mg N/100 g respectivement pour le poisson entreposé sous glace associée au sel, sous glace seule et sous sel (tableau II). A température ambiante, les valeurs moyennes obtenues indiquent une évolution similaire, indépendamment de l ajout du sel jusqu à la 18 ème heure de stockage. A la 12 ème heure qui correspond au temps de rejet pour les deux essais, les teneurs moyennes notées sont de 25,41 ± 3,85 mg N/100 g pour les lots sans sel et 25,37 ± 3,35 mg N/100 g pour les lots salés (tableau III). Evolution de la Triméthylamine (TMA) La teneur initiale moyenne (J0) en TMA est de 0,63 ± 0,14 mg N/100 g de muscle (tableau II). A basse température, les teneurs augmentent et atteignent, aux différents temps de rejet organoleptique, les valeurs moyennes de 3,91 ± 0,56; 4,55 ± 0,82 et 5,83 ± 1,32 mg N/100 g respectivement pour les lots sous glace associée au sel, sous glace seule et sous sel seul (tableau II). A température ambiante, les valeurs en TMA notées au temps de rejet organoleptique sont de 2,83 ± 1,11 mg N/100 g et 2,35 ± 0,68 mg N/100 g respectivement pour les échantillons avec et sans sel (tableau III). Evolution de l histamine Quelques heures après capture (J0), la teneur moyenne en histamine dans le muscle de l anchois est de 0,27 ± 0,10 mg/100 g de muscle (tableau II). Au cours de l entreposage sous réfrigération, l accumulation de l histamine dépend du mode de conservation. Aux temps de rejet organoleptique, la teneur moyenne relevée est de 1,86 ± 1,59; 2,24 ± 0,67 et de 2,67 ± 0,96 mg/100 g respectivement pour les lots sous glace associée au sel, sous glace seule et sous sel seul (tableau II). Il faut bien noter que ces teneurs demeurent nettement en deçà de la limite de 10 mg/100 g recommandée par la Communauté Européenne

5 QUALITÉS DE L ANCHOIS CONSERVÉ SOUS GLACE ET À C 345 TABLEAU III. Evolution des paramètres physico-chimiques au cours de l entreposage de l anchois à température ambiante. *: Moyenne (Ecart type). AS :Avec sel. NS : Sans sel. a, b, c, d : Les moyennes de la même ligne qui portent une lettre en commun ne sont pas significativement différentes (p<0,05). A, B : Les moyennes de la même colonne qui portent une lettre en commun ne sont pas significativement différentes (p<0,05). Les cases grisées correspondent au temps de rejet organoleptique. [4]. D ailleurs, cette limite n est jamais dépassée pendant toute la durée de l entreposage pour le lot entreposé sous glace associée au sel et n est atteinte pour les lots conservés sous glace et sous sel qu à partir du 10 ème jour qui correspond à un stade d altération organoleptique très avancée. A température ambiante, les teneurs dépassant la limite réglementaire (10 mg/100 g) sont atteintes rapidement après 18 heures de conservation pour les lots sans sel et après 24 heures pour les lots salés (tableau III). La comparaison des deux lots entreposés à température ambiante montre que l évolution de l histamine est nettement plus rapide dans le lot sans sel (tableau III). Evolution du chlorure de sodium L utilisation du sel se traduit par son accumulation dans le muscle de l anchois indépendamment de la température de stockage. Juste après capture, les teneurs enregistrées sont de 0,15 ± 0,04 g/100 g de muscle (tableau II). Lors de la réfrigération, les teneurs en chlorures augmentent pour atteindre au terme de l entreposage (J12) les valeurs de 1,47 ± 0,45; 0,35 ± 0,07 et 4,5 ± 1,13 g/100 g respectivement pour les lots sous glace avec sel, sous glace seule et sous sel seul (tableau II). ANALYSES BACTÉRIOLOGIQUES Les flores dénombrées concernent la contamination globale évaluée à travers la flore mésophile totale sur Iron agar (FMIA), la flore psychrotrophe sur Iron agar (FPIA) et la flore halophile modérée (FHM), la contamination d intérêt hygiénique appréciée par le comptage des entérobactéries et la flore protéolytique estimée par le dénombrement des colonies noirâtres sur les milieux Iron agar incubés à 25 C pour les mésophiles et à 4-6 C pour les psychrotrophes. Evolution de la contamination globale A J0, les charges bactériennes relevées sont de 1,1x10 3 ; 2,9x10 2 et 1,9x10 3 CFU/g respectivement pour la FMIA, la FPIA et la FHM (tableau IV). Quel que soit le mode d entreposage, aux différents temps de rejet organoleptique, les charges dénombrées sont comprises entre 10 4 à 10 5 CFU/g pour toutes les flores à l exception de la FHM où le seuil de 10 6 CFU/g est atteint (tableaux IV et V). Evolution des entérobactéries A J0, les entérobactéries sont absentes dans 0,1 g de muscle (<10 CFU/g). Au cours de l entreposage de l anchois à température réfrigérée, les charges obtenues aux différents temps de rejet organoleptique sont de 1,8x10 1 ; 4,8x10 1 et

6 346 CHAOUQY (N.E.) ET EL MARRAKCHI (A.) TABLEAU IV. Evolution des flores dénombrées (CFU/g) au cours de l entreposage de l anchois à température réfrigérée. GS : Glace associée au sel. G : Glace seule. S : Sel seul. Les cases grisées correspondent au temps de rejet organoleptique. FMIA : Flore mésophile sur Iron agar, FPIA : Flore psychrotrophe sur Iron agar, FHM : Flore halophile modérée, ENT. : Entérobactéries, FMH 2 S : Flore mésophile productrice de H 2 S, FPH 2 S : Flore psychrotrophe productrice de H 2 S. TABLEAU V. Evolution des flores dénombrées (CFU/g) au cours de l entreposage de l anchois à température ambiante. AS :Avec sel. NS : Sans sel. Les cases grisées correspondent au temps de rejet organoleptique. FMIA : Flore mésophile sur Iron agar, FPIA : Flore psychrotrophe sur Iron agar, FHM : Flore halophile modérée, ENT. : Entérobactéries, FMH 2 S : Flore mésophile productrice de H 2 S, FPH 2 S : Flore psychrotrophe productrice de H 2 S. 1,1x10 2 CFU/g respectivement pour les lots sous glace associée au sel, sous glace seule et sous sel seul (tableau IV). En considérant le mode de conservation, on constate que les entérobactéries ne sont dénombrées qu à partir du 6 èmejour pour les lots sous glace, avec ou sans sel, alors qu elles sont dénombrées à partir du deuxième jour de conservation sous sel sans glace. Evolution de la flore spécifique de l altération Quelques heures après capture (J0), les dénombrements effectués révèlent leur absence dans 0,1 g de muscle de l anchois (< 10 CFU/g) pour les psychrotrophes. Pour les mésophiles, la charge relevée est de CFU/g (tableau IV). L évolution de cette flore, indépendamment des conditions ambiantes de l entreposage montre une progression régulière aussi bien pour les mésophiles que les psychrotrophes. Aux temps de rejet organoleptique, les charges varient de 2, à CFU/g pour la flore mésophile et de 1,3x10 2 à 3,1x10 4 CFU/g pour la flore psychrotrophe (tableaux IV et V). La flore productrice d H 2 S est utilisée comme un indicateur d altération de poisson. Les bactéries mésophiles qui forment cette flore ne représentent en moyenne que 6,4 % de la FMIA à J0. Aux différents temps de rejet organoleptique, elles représentent 10 à 21 % selon le mode de conservation et au terme de l entreposage, la proportion de ces bactéries n atteint que 32%.

7 QUALITÉS DE L ANCHOIS CONSERVÉ SOUS GLACE ET À C 347 Discussion L appréciation organoleptique a permis de définir les temps de rejet organoleptique correspondants à différents modes d entreposage. A basse température, les délais sont de 4 à 6 jours en fonction de l addition de la glace. Des délais comparables sont rapportés pour la sardine [1, 17, 19] et pour le maquereau [10] qui sont capturés et débarqués dans les mêmes conditions que l anchois. Pour la sardine capturée au large des côtes portugaises, la durée de conservation est de 5 jours sous glace [34]. Ces délais courts s expliquent par la forte proportion des bactéries psychrotrophes chez le poisson capturé dans les eaux tempérées ou froides [16, 36]. A température ambiante, la durée de conservation est de 12 heures en présence et en absence de sel. Ces données montrent l inefficacité du salage à 5% à ralentir l altération organoleptique de l anchois. Cette inefficacité est également rapportée par DELVALLE et al. [13] et SORENSEN et MOTTA [38], ayant travaillé respectivement sur l anchois argentin (Engraulis anchoita) et l anchois du Mozambique (Stolephorus sp.). Elle serait due à la lenteur de pénétration du sel dans le muscle particulièrement lors d un stockage à basse température [38]. Par ailleurs, le suivi des taux en chlorure de sodium montre que les teneurs maximales atteintes aux temps de rejet organoleptiques sont de 3,04 g/100 g. Ces teneurs restent insuffisantes pour exercer une inhibition de la flore d altération. Aux différents temps de rejet organoleptique, les valeurs du degré de fraîcheur sont voisines de 1 à l exception du lot conservé sous sel et à température ambiante. Cette différence est attribuée à l influence du sel, plus marquée à température ambiante qu à basse température, sur les modifications de certains caractères organoleptiques relatifs à l aspect général, de l œil et de la chair. Par ailleurs, le suivi organoleptique a permis de relever certains caractères particuliers à l altération de l anchois. Il s agit de la présence de la tache jaune sur l opercule, de l intégrité du péritoine, de l affaissement de l œil et de l adhérence de la colonne vertébrale au muscle (ce dernier caractère n étant pas valable pour l anchois entreposé sous sel). L évolution des teneurs en ABVT et TMA confirme ces observations. En effet, l analyse statistique montre qu il n existe pas de différences significatives (p < 0,05) entre les lots entreposés sous glace associée au sel et ceux stockés sous glace seule. Aux temps de rejet organoleptique, les valeurs enregistrées sont de 21,5 à 22 mg/100 g pour l ABVT et de 3,9 à 4,5 mg/100 g pour la TMA. Le lot salé sans glace se singularise du moment que l accumulation de l ABVT et de la TMA et leur augmentation subséquente dans le muscle sont nettement plus élevées dès le deuxième jour de stockage. Ces résultats montrent à nouveau que le salage à 5% même sous atmosphère réfrigérée est insuffisant pour inhiber la formation des bases azotées volatiles. Ils sont corroborés sur les lots entreposés à température ambiante où, l évolution de la production de l ABVT et de la TMA est identique pour les deux lots, avec et sans sel. Ils montrent aussi l efficacité du glaçage. En effet, la mesure de la température à cœur du poisson montre que des valeurs de 0 C à +1 C sont notées pour les lots sous glace avec ou sans sel, tandis qu elle est de +4 C pour le lot salé sans glace. En considérant le paramètre ABVT, l analyse statistique révèle l absence de différences significatives (p < 0,05) aux différents moments de prélèvement avant le temps de rejet organoleptique. Une telle évolution a également été signalée lors de l étude de la conservation sous glace de la sardine [2, 17, 34], du maquereau [10, 11], de l anchois [13] et de la dorade [8].Ces données montrent que le paramètre ABVT ne peut pas rendre compte de l évolution de la qualité de l anchois pendant les premiers stades d entreposage. Par conséquent, il ne permet pas d établir différentes classes de fraîcheur, mais il peut être retenu comme indice fiable et objectif pour distinguer entre un poisson frais et un poisson altéré du moment que son évolution dans le muscle de l anchois corrèle bien avec l altération organoleptique quelle que soit la température de stockage. A l exception du lot sous sel à température réfrigérée, les teneurs enregistrées sont toujours inférieures ou égales à 25 mg/100 g de muscle aux temps de rejet organoleptique. Ces teneurs constituent des limites proposées pour la sardine [17] et le maquereau [10] capturés dans les eaux marocaines. Il est donc permis de les proposer pour l anchois. L évolution de la TMA rappelle celle de l ABVT et sa corrélation avec l altération organoleptique n est bonne que pour les lots stockés à température ambiante. Ce paramètre a souvent été retenu comme indice d altération chimique de la sardine [2, 17] et du maquereau [10, 21]. Il peut également être retenu pour l anchois et une teneur de 5 mg/100 g peut être proposée comme valeur limite d acceptabilité. La production d histamine est nettement ralentie lorsque le glaçage intervient, mais son accumulation ne corrèle ni avec l altération organoleptique ni avec la formation des bases azotées volatiles. Par contre, dans des conditions de stockage à température ambiante, la corrélation est bonne. Ces résultats s expliquent parce que la flore responsable de l altération est principalement formée par Shewanella putrefaciens et les Pseudomonas qui sont mésophiles psychrotrophes mais pas ou peu histidinolytiques. A basse température, l activité des psychrotrophes est encore rendue possible, il y a donc bien altération organoleptique mais l histamine s accumule dans le muscle à des taux faibles du moment que les entérobactéries, principaux acteurs de la production de cette amine [1, 18, 19, 40, 41] sont inhibées en raison de leur caractère mésophile. L optimum de température pour la production d histamine se situe entre 20 C et 37 C [9, 15, 26, 35, 42]. L efficacité du glaçage dans la maîtrise de la production d histamine a déjà été prouvée sur la sardine [2, 17, 31], le maquereau [10, 29, 31], la bonite [30] et sur d autres espèces [20]. Le moment où intervient le glaçage est capital parce que juste après capture, le muscle de l anchois acquiert des valeurs de ph favorables à la fois à la synthèse de l histidine-décarboxylase d origine bactérienne et à son activité optimale. Le glaçage doit donc intervenir le plus rapidement après capture et un glaçage différé (8 à10 heures après capture) permet en quelques jours d atteindre des seuils critiques par rapport au même poisson soumis à un glaçage à bord [9, 37]. Les charges bactériennes enregistrées par la flore de conta-

8 348 CHAOUQY (N.E.) ET EL MARRAKCHI (A.) mination globale (FMIA, FPIA et FHM) aux différents temps de rejet organoleptique, sont comprises entre 10 4 à 10 5 CFU/g à l exception de la FHM où le seuil de 10 6 CFU/g est atteint. L ICMSF [27] considère le seuil de 5x10 5 CFU/g comme limite d acceptabilité correspondant à un début d altération, lorsque le milieu PCA (Plate Count Agar) est utilisé et incubé à 30 C pendant 72 heures. On voit bien que seul le comptage de la FHM permet d atteindre ce seuil lorsque l altération organoleptique et chimique de l anchois sous glace et sous sel est débutante. Les entérobactéries ne sont dénombrées que tardivement pour les lots sous glace, ce qui confirme leur caractère mésophile. Elles constituent la seule flore qui corrèle bien avec la production d histamine, ce qui est en accord avec leur rôle dans la production de cette amine. La flore spécifique d altération, étudiée à travers le dénombrement de la flore productrice de H 2 S, est pratiquement absente juste après capture et ne représente que 10 à 21% de la flore totale aux temps de rejet organoleptique. Il est actuellement admis que seule une partie de la flore présente est responsable de l altération du poisson [18, 22, 23, 24, 25]. Conclusion La durée de conservation de l anchois est de 4 à 6 jours à basse température en fonction de l utilisation de la glace et/ou du sel, et de 12 heures à température ambiante, indépendamment de l utilisation du sel. Le suivi des teneurs en chlorure de sodium montre, pour les essais conduits avec sel, qu elles atteignent un maximum de 3,04 g/100 g aux différents temps de rejet organoleptique et explique l inefficacité du sel à 5%. Par ailleurs, le salage se traduit par des modifications organoleptiques supplémentaires indésirables susceptibles de fausser l appréciation organoleptique de l altération de l anchois. Toutes ces considérations suggèrent de recommander un glaçage précoce et de surseoir au salage de l anchois avant son usinage. Le suivi organoleptique a permis de mettre en évidence l existence de caractères particuliers qui doivent être pris en considération lors de l appréciation de l altération de l anchois. Il s agit du développement d une tache jaune sur l opercule, de l intégrité du péritoine, de l affaissement de l œil et de l adhérence de la colonne vertébrale au muscle. Aux temps de rejet organoleptique, les paramètres ABVT et TMA ne dépassent pas, pour des essais conduits sous glace, avec ou sans sel, respectivement les valeurs de 25 mg/100 g et 5 mg/100 g du muscle. Ces valeurs peuvent être retenues comme limites d acceptabilité de l anchois en raison de l existence d une corrélation entre l appréciation organoleptique et les indices ABVT et TMA. Bien entendu, ces normes sont proposées compte tenu des techniques d analyse qui sont utilisées. La production d histamine est, jusqu au temps de rejet organoleptique, toujours inférieure à la teneur de 3 mg/100 g de muscle pour les lots entreposés à basse température. Les plus basses accumulations sont notées pour des lots sous glace, avec ou sans sel. Cette lente production est due à l utilisation de la glace qui inhibe la production d histamine à des taux inacceptables et confirme à nouveau l inefficacité du salage à 5%. L absence de corrélation entre l accumulation d histamine et l altération organoleptique d une part, et les dénombrements bactériens (à l exception des entérobactéries) d autre part, explique que le paramètre histamine est beaucoup plus considéré par les hygiénistes comme un indice sanitaire que comme indice d altération. Les charges bactériennes relatives à la FMIA, à la FPIA et à la FHM, obtenues aux temps de rejet organoleptique restent inférieures ou égales aux taux préconisés par l ICMSF (1986). Les entérobactéries, flore d intérêt hygiénique, montrent une sensibilité notable au glaçage par contre le salage à 5% n a qu un effet inhibiteur limité. La flore spécifique d altération, étudiée à travers le dénombrement de la flore productrice d H 2 S, est pratiquement absente quelques heures après capture et ne représente que 10 à 21% de la flore totale aux différents temps de rejet organoleptique et, au maximum, 32% aux stades ultimes de stockage. Cette évolution suggère que seulement une partie de la flore présente est active dans l altération du poisson. Références 1. ABABOUCH L.H., AFILAL M.E., RHAFIRI S., BUSTA F.F. : Identification of histamine-producing bacteria isolated from sardine (Sardina pilchardus) stored in ice and at ambient temperature (25 degree C). Food Microbiol., 1992, 8, ABABOUCH L.H., SOUIBRI L., RHALIBY K., OUAHDI O., BATTAL M., BUSTA F.F. : Quality changes in sardines (Sardina pilchardus) stored in ice and at ambient temperature. Food Microbiol., 1996, 13, ANONYME : Council Regulation No.103/76 freshness ratings, J. 0ff. Eur. Commun., 1976, N L 20 du 18 janvier ANONYME : Directive du Conseil 91/493/CEE du 22 Juillet 1991, fixant les règles sanitaires régissant la production et la mise sur le marché des produits de la pêche. J.Off. Commun. Europ., 1991, N L 268, 24, ANONYME : Décision n 95/149 de la commission du 8 mars 1995 fixant les valeurs limites en Azote Basique Volatil Total (ABVT) pour certaines catégories de produits de la pêche et les méthodes d analyses à utiliser. J. Off. Commun. Europ., 1995, N L 97/ ANONYME : La pêche côtière et artisanale au Maroc, rapport et statistiques 2002, Office National de la Pêche, Maroc, 35 p. 7. AOAC : Official Methods of Analysis, 13th ed., 1980, Association of Official Analytical Chemists, Washington, DC. 289 p. 8. AUBOURG S., MEDINA I., GALLARDO J. : Quality assessment of blue whiting (Micromesistius poutassou) during chilled storage by monitoring lipid damages. J. Agric. Food Chemist., 1998, 46, BEHLING A.R., TAYLOR S.L. : Bacterial histamine production as a function of temperature and time of incubation. J. Food Sci., 1982, 47, BENNOUR M., EL MARRAKCHI A., BOUCHRITI N., HAMAMA A., EL OUADAA M. : Chemical and microbiological assessments of mackerel (Scomber scombrus) stored in ice. J. Food Prot., 1991, 54, BENNOUR M., EL MARRAKCHI A., HASNAOUI H., AMIR M., AYOUBI K. : Effet du glaçage associé au salage sur la conservabilité de la sardine (Sardina pilchardus) et du maquereau (Scomber scombrus). In : Contribution du froid à la préservation de la qualité des fruits, légumes et produits halieutiques. «Actes du Symposium de l Institut International du Froid», 1994, Actes Editions. IAV Hassan II. Rabat, Maroc. 12. CASTANON C.A., BARRAL A.O. : On-board handling and preservation of anchovy (Engraulis anchoita) catches. Rev. Int. Froid, 1990, 13, DELVALLE C.E., FILSINGER B.E., YANNES M.I., SOULE C.L. : Shelf life of brine refrigerated anchovies (Engraulis anchoita) for canning. J. Food. Sci., 1984, 49,

9 QUALITÉS DE L ANCHOIS CONSERVÉ SOUS GLACE ET À C DYER W.J. : Amines in fish muscle. I. Colorimetric determination of TMA as the picrate salt. J. Fish. Res. Bd. Can., 1945, 6, EINTENMILLER R.R., ORR J.H., WALLIS W.W. : Histamine formation in fish, microbiological and biochemical conditions. In «Chemistry and Biochemistry of Marine Food Products», 1982, (Eds. R.E. Martin et Coll), Avi Publishing Co., West port, Connecticut. 16. EL MARRAKCHI A., AZLAF R., BARHOUMI M. : Quelques aspects bactériologiques de la sardine (Sardina pilchardus) récemment capturée et conservée aux températures de réfrigération. Consultation d experts de la FAO sur la technologie du poisson en Afrique. Casablanca, Maroc, FAO. Rapport des Pêches, 1982,N 268, EL MARRAKCHI A., BENNOUR M., BOUCHRITI N., HAMAMA A., TAGAFAIT H. : Sensory, chemical and microbiological assessments of Moroccan sardines (Sardina pilchardus) stored in ice. J. Food Prot., 1990, 53, EL MARRAKCHI A., BOUCHRITI N., BENNOUR M., HAMAMA A., KOUFAIL A. : The bacteriology of Moroccan sardines (Sardina pilchardus) stored in ice. II. Enzymatic properties of the bacterial flora. Microbiol. Alim. Nutr., 1992, 10, EL MARRAKCHI A., BENNOUR M., HAMAMA A., EL KHAI- DAR S. : Bactéries actives dans l altération de la sardine (Sardina pilchardus) entreposée sous glace (0 C) et à température ambiante (25 C). Contribution du froid à la préservation de la qualité des fruits, légumes et produits halieutiques. In «Actes du Symposium de l Institut International de Froid», 1994, Actes Editions. IAV Hassan II. Rabat, Maroc. 20. FERNANDEZ S.J. MACKIE I. : Comparative rates of spoilage of fillets and whole fish during storage of haddock (Melanogrammus aeglefinus) and herring (Clupea harengus) as determined by the formation of non-volatile and volatile amines. Int. J. Food Sci. Technol., 1987, 22, GALLARDO J.M., MONTEMAYOR M.I., PEREZ M.R. : Formacion de histamina en Caballa. (Scomber scombrus) y Listado (Katsuwons pelamis), especies de alto contenideo en histidina libre. Rev. Agroquim. Technol. Aliment., 1983, 23, GENNARI M., TOMASELLI S., COTRONA V. : The microflora of fresh and spoiled sardines (Sardina pilchardus) caught in Adriatic (Mediterranean) sea and stored in ice. Food Microbiol., 1999, 16, GRAM L., TROLLE G., HUSS H.H. : Detection of specific spoilage bacteria from fish stored at low (0 C) and high (20 C) temperatures. Int. J. Food Microbiol., 1987, 4, HERBERT R.A., HENDRIE M.S., GIBSON D.M., SHEWAN J.M. : Bacteria active in the spoilage of certain sea foods. J. Appl. Bacteriol., 1971, 34, HERBERT R.A., SHEWAN J.M.: Roles played by bacterial and autocatalytic enzymes in the production of volatiles su1phides in spoiling North Sea cod (Gadus morhua). J. Sci. Food. Agric., 1976, 27, HWANG D.E., CHANG S.H., SHIAU C.Y., CHENG C.C. : Biogenic amines in the flesh of saltfish (Istiophorus platypterus) responsible of scombroid poisoning. J. Food Sci., 1995, 60, ICMSF : International Commission on Microbial Specifications for Foods. Microorganisms in Foods 2. Sampling for microbiological analysis: Principles and specific applications. 2 nd ed., 1986, Blackwell Scientific Publications. 28. LERKE P., BELL L. : A rapid fluorimetric method for the determination of histamine in canned tuna. J. Food Sci., 1976, 41, MATHEW P.T., RYDER J.M., GOPAKUMAR K. : Changes in K value and biogenic amines. Fish Technol., 2001, 36, MAZORRA-MANZANO M.A., PACHECO-AGUILAR R., DIAZ- ROJAS E.I., LUGO-SANCHEZ H.E. : Post mortem changes in black skipjack muscle during storage in ice. J. Food Sci., 2000, 65, MENDES R. : Changes in biogenic amines of major Portuguese bluefish species during storage at different temperatures. J. Food Bioch., 1999, 23, MURRAY C.K. GIBSON D.D. : An investigation of the method of determination TMA in fish muscle extract by the formation of its picrate salts. Ed. Technol., 1972, 7, NF V : Microbiologie des aliments. Dénombrement des entérobactéries par comptage des colonies à 30 C. Méthode de routine, 1993, Association Française de Normalisation (AFNOR) Paris. 34. NUNES M.L., BATISTA I., MORAO DE CAMPOS R. : Physical, chemical and sensory analysis of sardine (Sardina pilchardus) stored in ice. J. Sci. Food Agric., 1992, 5, SHIN H.K., BEN GIGIREY B., BARROS V.J., PRICE R.J., HAE- JUNG A.N. : Histamine and biogenic amine production by Morganella morganii isolated from temperature abused albacore. J. Food Prot., 2000, 63, SHEWAN J.M. : The bacteriology of fresh and spoiling fish and the biochemical changes induced by bacterial action. Symposium London Tropical Products Institute. Session II, 1977, Paper SMITH J.G., HARDY R., Mc DONALD I., TEMPLETON J.: The storage of herring (Clupea harengus) in ice, refrigerated, seawater and at ambient temperature. Chemical and sensory assessment. J. Sci. Food. Agric., 1980, 31, SORENSEN N.K., MOTTA H. : Storage and processing trials with anchovy (Stolephorus spp.) in Mozambique. Expert consultation of fish technology in Africa-Abidjan Apr FAO, 1989,N 400, STATSOFT : Statistica pour Windows, 1997, StatSoft France -31- cours des juilliottes Maison Alfort. France. 40. TAYLOR S.L., KEEFE T.J., WINDHAM E.S., HOWEL J.F. : Outbreak of histamine poisoning associated with consumption of Swiss cheese. J. Food Prot., 1982, 45, TAYLOR S.L. : Histamine food poisoning toxicology, clinical aspects. Crit. Rev. Toxicol., 1986, 17, VIJAYAN P.K., JOSEPH J., GOPAKUMAR K. : Formation of histamine in flying at ambient temperature and in ice. Fish Technol., 1995, 31,

5. Matériaux en contact avec l eau

5. Matériaux en contact avec l eau Monitoring de la qualité Microbiologique de l eau potable dans les réseaux de distributions Intérêt de l utilisation d un kit de mesure rapide de la flore totale UTLISATIONS 1. Surveillance de Réseau mixte

Plus en détail

Olivier DELATTRE Conseiller en Hygiène Alimentaire Laboratoire LAREBRON (Carso)

Olivier DELATTRE Conseiller en Hygiène Alimentaire Laboratoire LAREBRON (Carso) Olivier DELATTRE Conseiller en Hygiène Alimentaire Laboratoire LAREBRON (Carso) PLAN 1) Le point sur la réglementation en matière de prélèvements et d analyses alimentaires 2) Comment déterminer la durée

Plus en détail

RAPID Salmonella/Gélose 356-3961 356-3963 356-4705

RAPID Salmonella/Gélose 356-3961 356-3963 356-4705 356-3961 356-3963 356-4705 DOMAINE D APPLICATION La gélose RAPID Salmonella est un milieu chromogénique utilisé pour la recherche des Salmonella spp. lors de l'analyse des produits d alimentation humaine

Plus en détail

Sensibilisation des opérateurs à l hygiène des aliments

Sensibilisation des opérateurs à l hygiène des aliments Sensibilisation des opérateurs à l hygiène des aliments Le respect des bonnes pratiques d hygiène de fabrication, par chaque opérateur, constitue le préalable à toute démarche de maîtrise de la sécurité

Plus en détail

CATALOGUE DE PRESTATIONS FORMATION ET CONSEILS

CATALOGUE DE PRESTATIONS FORMATION ET CONSEILS (1/30pages) CATALOGUE DE PRESTATIONS FORMATION ET CONSEILS ANNEE : 2015 Date de mise à jour : 09/03/2015 1 - Microbiologie des eaux - Microbiologie des aliments Formation technique de Microbiologie HYGIÈNE

Plus en détail

Respect des règles d hygiène

Respect des règles d hygiène Respect des règles d hygiène Le respect des bonnes pratiques d hygiène de fabrication, par chaque opérateur, constitue le préalable à toute démarche de maîtrise de la sécurité des aliments. Vérifier les

Plus en détail

Science et technique. La température et la durée de stockage sont des facteurs déterminants. Viande bovine et micro-organisme pathogène

Science et technique. La température et la durée de stockage sont des facteurs déterminants. Viande bovine et micro-organisme pathogène Science et technique Viande bovine et micro-organisme pathogène La température et la durée de stockage sont des facteurs déterminants La contamination des carcasses lors des opérations d abattage et la

Plus en détail

CARACTERISTIQUES GENERALES DES LEVURES DE BOULANGERIE 1

CARACTERISTIQUES GENERALES DES LEVURES DE BOULANGERIE 1 Réf. : 13CSFL35 CARACTERISTIQUES GENERALES DES LEVURES DE BOULANGERIE 1 Mis à jour en Décembre 2012 Préambule Ce document a pour objet de fournir les caractéristiques générales des levures fraîches de

Plus en détail

Développement de la cytométrie en flux pour le suivi microbiologique des vins

Développement de la cytométrie en flux pour le suivi microbiologique des vins Développement de la cytométrie en flux pour le suivi microbiologique des vins 88 Virginie SERPAGGI Laurent MASSINI Patrick VUCHOT Inter Rhône 2260 route du Grès 84100 Orange vserpaggi@inter-rhone. com

Plus en détail

Hygiène des Denrées et des Préparations Culinaires

Hygiène des Denrées et des Préparations Culinaires Hygiène des Denrées et des Préparations Culinaires Objectifs : Citer les traitements thermiques et de conservation, leurs caractéristiques et leurs effets sur la flore microbienne Justifier les modes de

Plus en détail

APPLICATION QMS TACROLIMUS Beckman Coulter AU480 /AU680 /AU5800

APPLICATION QMS TACROLIMUS Beckman Coulter AU480 /AU680 /AU5800 APPLICATION QMS TACROLIMUS Beckman Coulter AU480 /AU680 /AU5800 Réactif Beckman Coulter REF A53727 Le dosage immunologique QMS Tacrolimus est destiné à déterminer la quantité de tacrolimus dans le sang

Plus en détail

Chapitre 7 Les solutions colorées

Chapitre 7 Les solutions colorées Chapitre 7 Les solutions colorées Manuel pages 114 à 127 Choix pédagogiques. Ce chapitre a pour objectif d illustrer les points suivants du programme : - dosage de solutions colorées par étalonnage ; -

Plus en détail

4. Conditionnement et conservation de l échantillon

4. Conditionnement et conservation de l échantillon 1. Objet S-II-3V1 DOSAGE DU MERCURE DANS LES EXTRAITS D EAU RÉGALE Description du dosage du mercure par spectrométrie d absorption atomique de vapeur froide ou par spectrométrie de fluorescence atomique

Plus en détail

Procédure d intervention. Détection de Listeria monocytogenes dans un aliment prêt à manger

Procédure d intervention. Détection de Listeria monocytogenes dans un aliment prêt à manger Procédure d intervention Détection de Listeria monocytogenes dans un aliment prêt à manger TABLE DES MATIÈRES POURQUOI VÉRIFIER LA PRÉSENCE DE LISTERIA MONOCYTOGENES DANS LES ALIMENTS PRÊTS À MANGER...

Plus en détail

Analyses bactériologiques alimentaires

Analyses bactériologiques alimentaires LABORATOIRE DÉPARTEMENTAL D' ANALYSES Analyses bactériologiques alimentaires 1 - Présentation lozere.fr Les analyses consistent à vérifier la conformité des produits alimentaires selon des critères bactériologiques

Plus en détail

Objet : Critères microbiologiques applicables aux auto-contrôles sur les carcasses d'animaux de boucherie. Destinataires d'exécution

Objet : Critères microbiologiques applicables aux auto-contrôles sur les carcasses d'animaux de boucherie. Destinataires d'exécution Ordre de méthode Direction générale de l'alimentation Sous-direction de la sécurité sanitaire des aliments Bureau des établissements d'abattage et de découpe 251 rue de Vaugirard 75 732 PARIS CEDEX 15

Plus en détail

P-15V1 MÉTHODE DE MESURE IN SITU DU ph DE L EAU PAR LA MÉTHODE ELECTROCHIMIQUE

P-15V1 MÉTHODE DE MESURE IN SITU DU ph DE L EAU PAR LA MÉTHODE ELECTROCHIMIQUE P-15V1 MÉTHODE DE MESURE IN SITU DU ph DE L EAU PAR LA MÉTHODE ELECTROCHIMIQUE 1. Domaine d application Cette méthode concerne la mesure du ph dans des solutions aqueuses : - non salines (conductivité

Plus en détail

Méthode automatisée de dosage colorimétrique du dioxyde de soufre total dans les vins

Méthode automatisée de dosage colorimétrique du dioxyde de soufre total dans les vins Méthode automatisée de dosage colorimétrique du dioxyde de soufre total dans les vins Marc DUBERNET* et Françoise GRASSET* Laboratoire DUBERNET - 9, quai d Alsace - 11100 Narbonne France 1. Objet Méthode

Plus en détail

Indicateur d'unité Voyant Marche/Arrêt

Indicateur d'unité Voyant Marche/Arrêt Notice MESURACOLOR Colorimètre à DEL Réf. 22020 Indicateur d'unité Voyant Marche/Arrêt Indicateur Etalonnage Bouton Marche/Arrêt Indicateur de sélection de la longueur d'onde Indicateur de mode chronomètre

Plus en détail

K W = [H 3 O + ] [OH - ] = 10-14 = K a K b à 25 C. [H 3 O + ] = [OH - ] = 10-7 M Solution neutre. [H 3 O + ] > [OH - ] Solution acide

K W = [H 3 O + ] [OH - ] = 10-14 = K a K b à 25 C. [H 3 O + ] = [OH - ] = 10-7 M Solution neutre. [H 3 O + ] > [OH - ] Solution acide La constante d autoprotolyse de l eau, K W, est égale au produit de K a par K b pour un couple acide/base donné : En passant en échelle logarithmique, on voit donc que la somme du pk a et du pk b d un

Plus en détail

Présentation des états financiers 2014 Presentation of the 2014 Financial Statements

Présentation des états financiers 2014 Presentation of the 2014 Financial Statements Présentation des états financiers 2014 Presentation of the 2014 Financial Statements Les faits saillants Highlights L état financier du MAMROT est très complexe et fournit de nombreuses informations. Cette

Plus en détail

TEST ELISA (ENZYME-LINKED IMMUNOSORBENT ASSEY)

TEST ELISA (ENZYME-LINKED IMMUNOSORBENT ASSEY) TEST ELISA (ENZYME-LINKED IMMUNOSORBENT ASSEY) Lise Vézina, technicienne de laboratoire Michel Lacroix, agronome-phytopathologiste Direction de l innovation scientifique et technologique Au Laboratoire

Plus en détail

Ministère des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes

Ministère des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes Ministère des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes Direction générale de la santé Sous-direction «Prévention des risques liés à l environnement et à l alimentation» Bureau «Qualité des

Plus en détail

22/12/11. Plan de la présentation

22/12/11. Plan de la présentation http://www.dda.ulg.ac.be L appréciation quantitative du risque microbiologique et la microbiologie prévisionnelle pour les entreprises. La microbiologie prévisionnelle Deux exemples simples L appréciation

Plus en détail

L Eau Pure, une Énergie Nouvelle Pour l Entreprise.

L Eau Pure, une Énergie Nouvelle Pour l Entreprise. L Eau Pure, une Énergie Nouvelle Pour l Entreprise. Waterlogic, aux Sources de l Excellence Waterlogic, numéro un mondial de la fabrication et de la commercialisation de fontaines à eau branchées sur le

Plus en détail

C. Magdo, Altis Semiconductor (Corbeil-Essonne) > NOTE D APPLICATION N 2

C. Magdo, Altis Semiconductor (Corbeil-Essonne) > NOTE D APPLICATION N 2 C. Magdo, Altis Semiconductor (Corbeil-Essonne) - JANVIER 2008 INTRODUCTION La fabrication de semi-conducteurs nécessite un environnement de production extrêmement stable en température et hygrométrie.

Plus en détail

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices :

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices : Chapitre 02 La lumière des étoiles. I- Lumière monochromatique et lumière polychromatique. )- Expérience de Newton (642 727). 2)- Expérience avec la lumière émise par un Laser. 3)- Radiation et longueur

Plus en détail

33-Dosage des composés phénoliques

33-Dosage des composés phénoliques 33-Dosage des composés phénoliques Attention : cette manip a été utilisée et mise au point pour un diplôme (Kayumba A., 2001) et n a plus été utilisée depuis au sein du labo. I. Principes Les composés

Plus en détail

Qualification sanitaire Catégorie Timing A reproduction Avant chaque mise en place

Qualification sanitaire Catégorie Timing A reproduction Avant chaque mise en place ANNEXE IV : Réalisation de l analyse d hygiène 1 Introduction Une analyse de l hygiène est effectuée afin de vérifier que le nettoyage et la désinfection ont été réalisés de manière efficace. Le tableau

Plus en détail

RÉSOLUTION OIV-OENO 439-2012

RÉSOLUTION OIV-OENO 439-2012 RÉSOLUTION OIV-OENO 439-2012 PRATIQUES OENOLOGIQUES SPECIFIQUES AUX VINS AROMATISES, AUX BOISSONS A BASE DE PRODUIT VITIVINICOLE ET AUX BOISSONS A BASE DE VIN L Assemblée Générale CONSIDERANT la résolution

Plus en détail

GUIDE D ENTRETIEN DE VOTRE SPA A L OXYGENE ACTIF

GUIDE D ENTRETIEN DE VOTRE SPA A L OXYGENE ACTIF Actualisé 22/02/2008 - FL GUIDE D ENTRETIEN DE VOTRE SPA A L OXYGENE ACTIF Un bon entretien de votre spa comporte 2 étapes indissociables : le traitement mécanique et le traitement chimique. TRAITEMENT

Plus en détail

A B C Eau Eau savonneuse Eau + détergent

A B C Eau Eau savonneuse Eau + détergent 1L : Physique et chimie dans la cuisine Chapitre.3 : Chimie et lavage I. Les savons et les détergents synthétiques 1. Propriétés détergentes des savons Le savon est un détergent naturel, les détergents

Plus en détail

MISSION DE L OAV AU SENEGAL (07 au 15 septembre 2004) ----------

MISSION DE L OAV AU SENEGAL (07 au 15 septembre 2004) ---------- Ministère de l Economie Maritime ------------- Direction des Industries de Transformation de la Pêche MISSION DE L OAV AU SENEGAL (07 au 15 septembre 2004) ---------- ACTIONS ENTREPRISES OU A ENTREPRENDRE

Plus en détail

Démonstration par l enseignante ou l enseignant/activité par les élèves Le chou rouge comme indicateur

Démonstration par l enseignante ou l enseignant/activité par les élèves Le chou rouge comme indicateur SNC2D/SNC2P Réactions chimiques/réactions chimiques Démonstration par l enseignante ou l enseignant/activité par les élèves Le chou rouge comme indicateur Sujets propriétés des acides et des bases échelle

Plus en détail

Titre alcalimétrique et titre alcalimétrique complet

Titre alcalimétrique et titre alcalimétrique complet Titre alcalimétrique et titre alcalimétrique complet A Introduction : ) Définitions : Titre Alcalimétrique (T.A.) : F m / L T.A. T.A.C. Définition : C'est le volume d'acide (exprimé en ml) à 0,0 mol.l

Plus en détail

Hygiène alimentaire en restauration collective

Hygiène alimentaire en restauration collective Catalogue de formations 2012 Audit, conseil et formation Hygiène alimentaire en restauration collective Laboratoire Départemental de la Côte-d'Or 1 2 3 4 5 6 7 8 Sommaire Sensibilisation à l hygiène alimentaire

Plus en détail

Les Bonnes Pratiques Hygiéniques dans l Industrie Alimentaire

Les Bonnes Pratiques Hygiéniques dans l Industrie Alimentaire Les Bonnes Pratiques Hygiéniques dans l Industrie Alimentaire 1- Hygiène du personnel Lors de l'embauche à l entreprise, toute personne affectée au travail et à la manipulation des produits est soumise

Plus en détail

AGREGATION DE BIOCHIMIE GENIE BIOLOGIQUE

AGREGATION DE BIOCHIMIE GENIE BIOLOGIQUE AGREGATION DE BIOCHIMIE GENIE BIOLOGIQUE CONCOURS EXTERNE Session 2005 TRAVAUX PRATIQUES DE BIOCHIMIE PHYSIOLOGIE ALCOOL ET FOIE L éthanol, psychotrope puissant, est absorbé passivement dans l intestin

Plus en détail

I. Principe des dosages :

I. Principe des dosages : Dans les cours d'eau, notamment canalisés, et dans les régions densément habitées ou d'agriculture intensive, les nitrites sont souvent un paramètre important de déclassement des cours d'eau. Chez l'homme

Plus en détail

Préparation et conservation de produits alimentaires FICHE TECHNIQUE

Préparation et conservation de produits alimentaires FICHE TECHNIQUE ANSEJ FICHE TECHNIQUE Intitulé du métier ou de l activité : Codification NAA : DA15 20 Codification ONS : 15.13 Codification Artisanat : 02-12-022 Codification CNRC : 107 602 Inscription de l activité

Plus en détail

Exemple de cahier de laboratoire : cas du sujet 2014

Exemple de cahier de laboratoire : cas du sujet 2014 Exemple de cahier de laboratoire : cas du sujet 2014 Commentaires pour l'évaluation Contenu du cahier de laboratoire Problématique : Le glucose est un nutriment particulièrement important pour le sportif.

Plus en détail

Hygiène alimentaire. Introduction

Hygiène alimentaire. Introduction Direction des études Mission Santé-sécurité au travail dans les fonctions publiques (MSSTFP) Hygiène alimentaire Introduction Le temps de travail ne permet pas souvent aux salariés de déjeuner chez eux

Plus en détail

Hygiène alimentaire en restauration collective

Hygiène alimentaire en restauration collective 1 2 3 4 5 6 7 Catalogue 2011 Audit, conseil et formation Hygiène alimentaire en restauration collective Laboratoire Départemental de la Côte-d'Or Sommaire 1 2 3 4 5 6 7 Sensibilisation à l hygiène alimentaire

Plus en détail

EXERCICE II. SYNTHÈSE D UN ANESTHÉSIQUE : LA BENZOCAÏNE (9 points)

EXERCICE II. SYNTHÈSE D UN ANESTHÉSIQUE : LA BENZOCAÏNE (9 points) Bac S 2015 Antilles Guyane http://labolycee.org EXERCICE II. SYNTHÈSE D UN ANESTHÉSIQUE : LA BENZOCAÏNE (9 points) La benzocaïne (4-aminobenzoate d éthyle) est utilisée en médecine comme anesthésique local

Plus en détail

Les piscines à usage collectif Règles sanitaires. à usage collectif

Les piscines à usage collectif Règles sanitaires. à usage collectif Déclaration d ouverture La déclaration d ouverture d une piscine (accompagnée d un dossier justificatif) est à adresser en 3 exemplaires à la mairie d implantation de l établissement et un exemplaire en

Plus en détail

TECHNIQUES: Principes de la chromatographie

TECHNIQUES: Principes de la chromatographie TECHNIQUES: Principes de la chromatographie 1 Définition La chromatographie est une méthode physique de séparation basée sur les différentes affinités d un ou plusieurs composés à l égard de deux phases

Plus en détail

Utilisation de produits sains et sûrs Mise en oeuvre de procédures strictes et rigoureuses

Utilisation de produits sains et sûrs Mise en oeuvre de procédures strictes et rigoureuses INTRODUCTION H.A.C.C.P. ou A.R.M.P.C. L Analyse des risques et maîtrise des points critique La nouvelle réglementation en matière d hygiène (ar. 09 mai 1995 et ar. 29 septembre 1997) oblige les responsables

Plus en détail

Registres de fermentation lente. Critères d inspection

Registres de fermentation lente. Critères d inspection Chapitre 15 - tâches liées traitement non-thermique Chapitre 15 - tâches liées traitement non-thermique Registres de fermentation lente 1.15.0.3204 Registres de fermentation lente Registres Un échantillon

Plus en détail

APPLICATION QMS AMIKACINE Système intégré Ortho Clinical Diagnostics VITROS 5600, systèmes de chimie VITROS 5,1 FS et 4600

APPLICATION QMS AMIKACINE Système intégré Ortho Clinical Diagnostics VITROS 5600, systèmes de chimie VITROS 5,1 FS et 4600 Microgenics Corporation Entreprise de Thermo Fisher Scientific APPLICATION QMS AMIKACINE Système intégré Ortho Clinical Diagnostics VITROS 5600, systèmes de chimie VITROS 5,1 FS et 4600 Réf. 0373910 Destiné

Plus en détail

CODEX ŒNOLOGIQUE INTERNATIONAL. SUCRE DE RAISIN (MOUTS DE RAISIN CONCENTRES RECTIFIES) (Oeno 47/2000, Oeno 419A-2011, Oeno 419B-2012)

CODEX ŒNOLOGIQUE INTERNATIONAL. SUCRE DE RAISIN (MOUTS DE RAISIN CONCENTRES RECTIFIES) (Oeno 47/2000, Oeno 419A-2011, Oeno 419B-2012) SUCRE DE RAISIN (MOUTS DE RAISIN CONCENTRES RECTIFIES) (Oeno 47/2000, Oeno 419A-2011, Oeno 419B-2012) 1. OBJET, ORIGINE ET DOMAINE D APPLICATION Le sucre de raisin est obtenu exclusivement à partir du

Plus en détail

Calcaire ou eau agressive en AEP : comment y remédier?

Calcaire ou eau agressive en AEP : comment y remédier? Calcaire ou eau agressive en AEP : comment y remédier? Les solutions techniques Principes et critères de choix Par Sébastien LIBOZ - Hydrogéologue Calcaire ou eau agressive en AEP : comment y remédier?

Plus en détail

METHODES DE SEPARATION DE PROTEINES : PURIFICATION DE LA GST PAR AFFINITE AU GLUTATHION

METHODES DE SEPARATION DE PROTEINES : PURIFICATION DE LA GST PAR AFFINITE AU GLUTATHION Laboratoire de Physiologie Végétale Université de Neuchâtel (2005) Travaux pratiques METHODES DE SEPARATION DE PROTEINES : PURIFICATION DE LA PAR AFFINITE AU GLUTATHION INTRODUCTION: Les protéines tiennent

Plus en détail

FEDERATION INTERNATIONALE DE L AUTOMOBILE. Norme 8861-2000

FEDERATION INTERNATIONALE DE L AUTOMOBILE. Norme 8861-2000 FEDERATION INTERNATIONALE DE L AUTOMOBILE Norme 8861-2000 NORME FIA CONCERNANT LA PERFORMANCE DES DISPOSITIFS D'ABSORPTION D'ÉNERGIE À L'INTÉRIEUR DES BARRIÈRES DE PNEUS DE FORMULE UN Ce cahier des charges

Plus en détail

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE Série : Sciences et Technologies de Laboratoire Spécialité : Biotechnologies SESSION 2015 Sous-épreuve écrite de Biotechnologies Coefficient de la sous-épreuve : 4 Ce sujet est

Plus en détail

Mesure du ph en milieu littoral

Mesure du ph en milieu littoral Page 1 / 5 Version : 2015 Date de création : 22 octobre 2007 Date de dernière modification : 22 février 2013 Mesure du ph en milieu littoral Rédigé par : Thierry Cariou Visé par : Nicole Garcia, responsable

Plus en détail

STATISTIQUES DE LA PÊCHERIE THONIERE IVOIRIENNE DURANT LA PERIODE EN 2012

STATISTIQUES DE LA PÊCHERIE THONIERE IVOIRIENNE DURANT LA PERIODE EN 2012 SCRS/213/167 Collect. Vol. Sci. Pap. ICCAT, 7(6): 281-285 (214) STATISTIQUES DE LA PÊCHERIE THONIERE IVOIRIENNE DURANT LA PERIODE EN 212 Amandè M.J. 1, Konan K.J. 1, Diaha N.C. 1 et Tamégnon A. SUMMARY

Plus en détail

TRAVAUX PRATIQUESDE BIOCHIMIE L1

TRAVAUX PRATIQUESDE BIOCHIMIE L1 TRAVAUX PRATIQUESDE BICHIMIE L1 PRINTEMPS 2011 Les acides aminés : chromatographie sur couche mince courbe de titrage Etude d une enzyme : la phosphatase alcaline QUELQUES RECMMANDATINS IMPRTANTES Le port

Plus en détail

Type d aliments Conditions particulières Microbes potentiels ou altérations

Type d aliments Conditions particulières Microbes potentiels ou altérations ++ FA1 CHARCUTERIES RISQUES POTENTIELS Conditions particulières Microbes potentiels ou 1.1. Charcuteries fraîches - Pâtés - Jambons cuits - Saucisses Toutes charcuteries humides et peu salées : toutes

Plus en détail

SP. 3. Concentration molaire exercices. Savoir son cours. Concentrations : Classement. Concentration encore. Dilution :

SP. 3. Concentration molaire exercices. Savoir son cours. Concentrations : Classement. Concentration encore. Dilution : SP. 3 Concentration molaire exercices Savoir son cours Concentrations : Calculer les concentrations molaires en soluté apporté des solutions désinfectantes suivantes : a) Une solution de 2,0 L contenant

Plus en détail

Référence : V/L n 401/MRAI/DC/SGM/DOPR/SA du 30 mars 2009. Faisant suite à la correspondance sous référence relative à la collecte

Référence : V/L n 401/MRAI/DC/SGM/DOPR/SA du 30 mars 2009. Faisant suite à la correspondance sous référence relative à la collecte REPUBLIQUE DU BENIN Cotonou, le 1 i MAI 2009 MINISTERE DE LA REFORME ADMINISTRATIVE ET INSTITUTIONNELLE DIRECTION DES PROGRAMMES DE REFORME ADMINISTRATIVE Le Directeur des Programmes de Réforme Administrative

Plus en détail

AVIS 1 / 21. Afssa Saisine n 2007-SA-0174 Saisine liée n 2006-SA-0215. Maisons-Alfort, le 13 mars 2008

AVIS 1 / 21. Afssa Saisine n 2007-SA-0174 Saisine liée n 2006-SA-0215. Maisons-Alfort, le 13 mars 2008 Maisons-Alfort, le 13 mars 2008 AVIS LA DIRECTRICE GÉNÉRALE de l Agence française de sécurité sanitaire des aliments concernant les références applicables aux denrées alimentaires en tant que critères

Plus en détail

HACCP et sécurité sanitaire des aliments

HACCP et sécurité sanitaire des aliments HACCP et sécurité sanitaire des aliments 1. A votre avis, comment cet accident aurait-il pu être évité? En identifiant les risques alimentaires potentiels liés à l activité de conserverie artisanale et

Plus en détail

www.mesureo.com A N A L Y S E U R E N L I G N E D A G V D E S B I C A R B O N A T E S D E L A L C A L I N I T E

www.mesureo.com A N A L Y S E U R E N L I G N E D A G V D E S B I C A R B O N A T E S D E L A L C A L I N I T E www.mesureo.com A N A L Y S E U R E N L I G N E D A G V D E S B I C A R B O N A T E S D E L A L C A L I N I T E Solutions pour l analyse de l eau en ligne AnaSense Analyseur en ligne d AGV, des bicarbonates

Plus en détail

Paquet hygiène en restauration

Paquet hygiène en restauration Paquet hygiène en restauration Échange de pratiques pour faciliter l application de la réglementation 30 janvier 2012 DDCSPP 87 1 Olivier TRARIEUX Technicien du Ministère de l Agriculture de l Alimentation,

Plus en détail

PROPOSITION TECHNIQUE ET FINANCIERE

PROPOSITION TECHNIQUE ET FINANCIERE Avenue des Etangs Narbonne, F-11100, France Votre correspondant : Romain CRESSON INRA Transfert Environnement Avenue des Etangs Narbonne, F-11100, France Tel: +33 (0)4 68 46 64 32 Fax: +33 (0)4 68 42 51

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL SUR LE PRIX ET LA QUALITE DES SERVICES DE L EAU ET L ASSAINISSEMENT AU TITRE DE L ANNEE 2010

RAPPORT ANNUEL SUR LE PRIX ET LA QUALITE DES SERVICES DE L EAU ET L ASSAINISSEMENT AU TITRE DE L ANNEE 2010 RAPPORT ANNUEL SUR LE PRIX ET LA QUALITE DES SERVICES DE L EAU ET L ASSAINISSEMENT AU TITRE DE L ANNEE 2010 La SEVESC assure les services de l eau et de l assainissement de collectivités des départements

Plus en détail

Matériel de laboratoire

Matériel de laboratoire Matériel de laboratoire MATERIAUX UTILISE... 1 L'APPAREILLAGE DE LABORATOIRE... 1 a) Les récipients à réaction... 2 b) La verrerie Graduée... 2 MATERIEL DE FILTRATION... 6 FILTRATION SOUS VIDE AVEC UN

Plus en détail

AT/ TD n 8 Détermination de l action des agents anti-microbien sur Escherichia coli

AT/ TD n 8 Détermination de l action des agents anti-microbien sur Escherichia coli AT/ TD n 8 Détermination de l action des agents anti-microbien sur Escherichia coli Contexte de la situation et activités à réaliser Afin d étudier l action de différents agents antibactérien sur l espèce

Plus en détail

EXERCICE I : Où il est question de lumière (8 points) PARTIE A. Figure 2

EXERCICE I : Où il est question de lumière (8 points) PARTIE A. Figure 2 EXERCICE I : Où il est question de lumière (8 points) PARTIE A 1. Figure 2 D On observe sur l'écran un étalement du faisceau laser, perpendiculaire à la direction du fil, constitué d'une tache centrale

Plus en détail

β-galactosidase A.2.1) à 37 C, en tampon phosphate de sodium 0,1 mol/l ph 7 plus 2-mercaptoéthanol 1 mmol/l et MgCl 2 1 mmol/l (tampon P)

β-galactosidase A.2.1) à 37 C, en tampon phosphate de sodium 0,1 mol/l ph 7 plus 2-mercaptoéthanol 1 mmol/l et MgCl 2 1 mmol/l (tampon P) bioch/enzymo/tp-betagal-initiation-michaelis.odt JF Perrin maj sept 2008-sept 2012 page 1/6 Etude de la β-galactosidase de E. Coli : mise en évidence d'un comportement Michaélien lors de l'hydrolyse du

Plus en détail

Les méthodes potentiométriques

Les méthodes potentiométriques Le ph-mètre (réf :Skoog, West, Holler, Section 19-A. p 412) Les méthodes potentiométriques 2 e partie Erreur dans la mesure d une tension à l aide d un ph-mètre (ionomètre) Maintenant que nous avons explorés

Plus en détail

QUELLES APPLICATIONS INDUSTRIELLES POUR LA MICROBIOLOGIE PREVISIONNELLE

QUELLES APPLICATIONS INDUSTRIELLES POUR LA MICROBIOLOGIE PREVISIONNELLE QUELLES APPLICATIONS INDUSTRIELLES POUR LA MICROBIOLOGIE PREVISIONNELLE ELLOUZE M IFIP, 7, Avenue du Général de Gaulle 94704 Maisons-Alfort. Présentation et historique La microbiologie prévisionnelle est

Plus en détail

Nos Métiers. Historique. Notre Vision. Notre Mission

Nos Métiers. Historique. Notre Vision. Notre Mission Historique 1958 : Création de la SMMO : Minoterie de blé tendre à Oujda. Première minoterie cotée en bourse entre 1972 et 1980. 1989 : Création de la société COPATES ; première unité industrielle de production

Plus en détail

Test d immunofluorescence (IF)

Test d immunofluorescence (IF) Test d immunofluorescence (IF) 1.1 Prélèvement du cerveau et échantillonnage Avant toute manipulation, il est fondamental de s assurer que tout le personnel en contact avec un échantillon suspect soit

Plus en détail

Laboratoires Dubernet

Laboratoires Dubernet Laboratoires Dubernet SARL au capital de 10 000 RCS NARBONNE 452341837 Œnologie Conseil Vinification Elevage Analyse Analyse fine Audit Expertise Le traitement thermique des vins Article produit par Marc

Plus en détail

pka D UN INDICATEUR COLORE

pka D UN INDICATEUR COLORE TP SPETROPHOTOMETRIE Lycée F.BUISSON PTSI pka D UN INDIATEUR OLORE ) Principes de la spectrophotométrie La spectrophotométrie est une technique d analyse qualitative et quantitative, de substances absorbant

Plus en détail

L analyse métagénomique ciblée au service de la microbiologie des aliments : applications concrètes

L analyse métagénomique ciblée au service de la microbiologie des aliments : applications concrètes L analyse métagénomique ciblée au service de la microbiologie des aliments : applications concrètes Bernard Taminiau, Carine Nezer, Laurent Delhalle, Ysabelle Adolphe, Pedro Imazaki, Amélie Darcis, Antoine

Plus en détail

Contexte réglementaire en hygiène alimentaire

Contexte réglementaire en hygiène alimentaire Contexte réglementaire en hygiène alimentaire 1 Réforme de la législation communautaire pour la restauration collective Approche traditionnelle = obligation de moyens Réglementation Arrêté Ministériel

Plus en détail

Chimie Analytique II. Microscopie à force atomique

Chimie Analytique II. Microscopie à force atomique Chimie Analytique II Microscopie à force atomique Daniel Abegg Nicolas Calo Emvuli Mazamay Pedro Surriabre Université de Genève, Science II, Laboratoire 144 Groupe 4 29 décembre 2008 Résumé Les résultats

Plus en détail

1.2. REALISATION DES OPERATIONS DE PRELEVEMENTS ET D ANALYSES

1.2. REALISATION DES OPERATIONS DE PRELEVEMENTS ET D ANALYSES AVANT-PROPOS Le présent document a été réalisé par ASCONIT Consultants, pour le compte du Conseil Général de Haute-Savoie (CG74) dans le cadre du programme 2007-2008 du suivi de la qualité des eaux des

Plus en détail

Facteurs de variabilité de la qualité des eaux-de

Facteurs de variabilité de la qualité des eaux-de Facteurs de variabilité de la qualité des eaux-de de-vie nouvelles Bernard GALY Station Viticole du Bureau National Interprofessionnel du Cognac Entretiens cidricoles SIVAL Jeudi 19 janvier 2012 Contexte

Plus en détail

Essais inter-laboratoires. Informations techniques

Essais inter-laboratoires. Informations techniques Essais inter-laboratoires Analyses de riz Informations techniques - Nombre d'essais sur une période de 1 an : 3 échantillons expédiés par courrier, respectivement aux mois de juin, octobre et février.

Plus en détail

Travaux pratiques de pâtisserie CFA Avignon http://cfa84patis.free.fr

Travaux pratiques de pâtisserie CFA Avignon http://cfa84patis.free.fr Brioche Farine de force type 45 500g Sel 10g Sucre 50g Levure 25g Œufs 7 Eau pour délayer la levure beurre 300g Pétrir doucement en hydratant la pâte petit à petit Eviter de chauffer la pâte en pétrissant

Plus en détail

ACIDES BASES. Chap.5 SPIESS

ACIDES BASES. Chap.5 SPIESS ACIDES BASES «Je ne crois pas que l on me conteste que l acide n ait des pointes Il ne faut que le goûter pour tomber dans ce sentiment car il fait des picotements sur la langue.» Notion d activité et

Plus en détail

Résumé. Déterminer la cause d un problème sur l IC Il y a un certain nombre de facteurs qui peuvent influencer négativement l IC d un troupeau :

Résumé. Déterminer la cause d un problème sur l IC Il y a un certain nombre de facteurs qui peuvent influencer négativement l IC d un troupeau : Optimisation de l indice de consommation du poulet de chair ROSS Cet article a été écrit spécifiquement pour les producteurs d Amérique Latine. Cependant, les recommandations données peuvent être utiles

Plus en détail

RESOLUTION ECO 3/2004 NIVEAU DE BASE REQUIS POUR LES FORMATIONS DIPLOMANTES DES PROFESSIONNELS IMPLIQUES DANS LES PRATIQUES ŒNOLOGIQUES

RESOLUTION ECO 3/2004 NIVEAU DE BASE REQUIS POUR LES FORMATIONS DIPLOMANTES DES PROFESSIONNELS IMPLIQUES DANS LES PRATIQUES ŒNOLOGIQUES NIVEAU DE BASE REQUIS POUR LES FORMATIONS DIPLOMANTES DES PROFESSIONNELS IMPLIQUES DANS LES PRATIQUES ŒNOLOGIQUES L ASSEMBLEE GENERALE, sur proposition de la Commission III «Economie», à partir des travaux

Plus en détail

FICHE 1 Fiche à destination des enseignants

FICHE 1 Fiche à destination des enseignants FICHE 1 Fiche à destination des enseignants 1S 8 (b) Un entretien d embauche autour de l eau de Dakin Type d'activité Activité expérimentale avec démarche d investigation Dans cette version, l élève est

Plus en détail

Maitrise des dangers en restauration collective

Maitrise des dangers en restauration collective PREFECTURE DE LA LOIRE ATLANTIQUE Maitrise des dangers en restauration collective DDPP44 26 NOVEMBRE 2013 --- La DDSV n'existe plus! RGPP: Directions Départementales Interministérielles Depuis le 1er janvier

Plus en détail

Acides et bases. Acides et bases Page 1 sur 6

Acides et bases. Acides et bases Page 1 sur 6 Acides et bases Acides et bases Page 1 sur 6 Introduction Sont réputés acides et bases au sens des règles de sécurité en vigueur en Suisse, les solides ou liquides qui ont une réaction acide ou alcaline

Plus en détail

Note de Synthèse. FABRICATION DE CONSERVES ALIMENTAIRES Cadre législatif et réglementaire Descriptif du procédé de fabrication

Note de Synthèse. FABRICATION DE CONSERVES ALIMENTAIRES Cadre législatif et réglementaire Descriptif du procédé de fabrication Diplôme Universitaire Gardien de Refuge de Montagne Note de Synthèse FABRICATION DE CONSERVES ALIMENTAIRES Cadre législatif et réglementaire Descriptif du procédé de fabrication Laborde Paul DU Gardien

Plus en détail

Carbone. Carbone. Paramètres : Carbone

Carbone. Carbone. Paramètres : Carbone Carbone Carbone Carbone En dehors des nombreux procédés qui ont déjà largement progressé en matière d élimination de l azote et des phosphates, la fonction principale d une station d épuration réside dans

Plus en détail

3. METHODES ALTERNATIVES

3. METHODES ALTERNATIVES POURQUOI? Inconvénients des méthodes classiques Besoins: Rapidité Précision Faible coût Spécificité Principe des méthodes alternatives: pas de mise en culture LES ACTIVITES ENZYMATIQUES PHOSPHATASES 4-paranitrophényl

Plus en détail

Colle époxydique multi usages, à 2 composants

Colle époxydique multi usages, à 2 composants Notice Produit Edition 20 01 2014 Numéro 9.11 Version n 2013-310 01 04 02 03 001 0 000144 Colle époxydique multi usages, à 2 composants Description est une colle structurale thixotrope à 2 composants,

Plus en détail

PICT DOSAGE DES ANTICOAGULANTS 1. PEFAKIT PICT. Dosage chronométrique. PEFAKIT PiCT. PEFAKIT PiCT Calibrateur HNF. PEFAKIT PiCT Contrôles HNF

PICT DOSAGE DES ANTICOAGULANTS 1. PEFAKIT PICT. Dosage chronométrique. PEFAKIT PiCT. PEFAKIT PiCT Calibrateur HNF. PEFAKIT PiCT Contrôles HNF Dosage chronométrique PICT 1. PEFAKIT PICT Nombre de tests 8-505-01 coffret 80 3 flacons d activateur (2 ml) 3 flacons de réactif Start (2 ml) Mesure des anticoagulants par méthode chronométrique. 1 2

Plus en détail

Bandes en polyuréthane HP avec conformité HACCP

Bandes en polyuréthane HP avec conformité HACCP Bandes en polyuréthane HP avec conformité HACCP 2 Bandes en polyuréthane HP avec conformité HACCP Les bandes transporteuses et de process CHIORINO en POLYURÉTHANE HP sont des produits leaders pour lʼindustrie

Plus en détail

RÈGLEMENT (CE) N o 2406/96 DU CONSEIL du 26 novembre 1996 fixant des normes communes de commercialisation pour certains produits de la pêche

RÈGLEMENT (CE) N o 2406/96 DU CONSEIL du 26 novembre 1996 fixant des normes communes de commercialisation pour certains produits de la pêche 1996R2406 FR 02.06.2005 004.001 1 Ce document constitue un outil de documentation et n'engage pas la responsabilité des institutions B RÈGLEMENT (CE) N o 2406/96 DU CONSEIL du 26 novembre 1996 fixant des

Plus en détail

Qui sommes-nous? 7 500 prélèvements

Qui sommes-nous? 7 500 prélèvements Qui sommes-nous? Le laboratoire départemental d analyses de l Eure est un service du Conseil général totalement dédié à la recherche de pathogènes, de résidus chimiques et de polluants présents dans les

Plus en détail

Paraméthoxyphénol. Identité chimique. Applications. Evaluation des dangers, Exposition et Recommandations pour la gestion des risques

Paraméthoxyphénol. Identité chimique. Applications. Evaluation des dangers, Exposition et Recommandations pour la gestion des risques Résumé Sécurité GPS Contacts Identité chimique Paraméthoxyphénol Désignation commerciale Paraméthoxyphénol Numéro CAS 150 76 5 Nom chimique (IUPAC) 4 methoxyphenol Formule chimique C7H8O2 Synonymes EMHQ,

Plus en détail

La qualité totale CONTENU DU MODULE

La qualité totale CONTENU DU MODULE La qualité totale CONTENU DU MODULE 1. Introduction 2. Les différentes notions et composantes de la qualité 2.1. La qualité peut avoir plusieurs sens 2.2. Les constituants de la qualité totale 3. Les intérêts

Plus en détail

Feuille 6 : Tests. Peut-on dire que l usine a respecté ses engagements? Faire un test d hypothèses pour y répondre.

Feuille 6 : Tests. Peut-on dire que l usine a respecté ses engagements? Faire un test d hypothèses pour y répondre. Université de Nantes Année 2013-2014 L3 Maths-Eco Feuille 6 : Tests Exercice 1 On cherche à connaître la température d ébullition µ, en degrés Celsius, d un certain liquide. On effectue 16 expériences

Plus en détail