Aspects chimiques et bactériologiques de l anchois (Engraulis encrasicholus) entreposé sous glace et à moyenne température (20-25 C)

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Aspects chimiques et bactériologiques de l anchois (Engraulis encrasicholus) entreposé sous glace et à moyenne température (20-25 C)"

Transcription

1 Aspects chimiques et bactériologiques de l anchois (Engraulis encrasicholus) entreposé sous glace et à moyenne température (20-25 C) N.E. CHAOUQY 1 et A. EL MARRAKCHI 2 * 1 Laboratoire d Analyses et de Recherches Vétérinaires B.P 474 AGADIR, Maroc. 2 Département d HIDAOA. Institut Agronomique et Vétérinaire Hassan II RABAT, Maroc. * auteur chargé de la correspondance : RÉSUMÉ Quatre lots d anchois entreposés sous glace et à moyenne température (20-25 C) ont fait l objet d un suivi organoleptique et analytique (chimique et bactériologique). L effet du sel à 5% a également été étudié. L appréciation organoleptique a permis de définir une durée de conservation de 4 à 6 jours à basse température et de 12 heures à température ambiante. Certains caractères organoleptiques d altération propres à l anchois sont définis. Le suivi chimique montre que les paramètres Azote Basique Volatile Total (ABVT) et triméthylamine (TMA) constituent des indices appropriés pour l évaluation de l altération de l anchois et des normes de contrôle sont proposées. La production d histamine est nettement ralentie par le glaçage et son évolution doit être considérée comme indice sanitaire plutôt que comme paramètre d altération. Les dénombrements bactériens montrent qu aux temps de rejet organoleptique, seul le comptage de la flore halophile modérée atteint le seuil de CFU/g fixé par l ICMSF (International Commission on Microbiological Specifications for Foods) et que la flore productrice d H 2 S ne forme qu une partie (10 à 21%) de la flore totale. Le salage à 5% n a pas d effet sur la durée de conservation de l anchois à basse et moyenne températures. Mots-clés : Anchois - conservation - altération - chimie - bactériologie. SUMMARY Chemical and bacteriological aspect of anchovy (Engraulis encrasicholus) stored in ice and at ambient temperature (20-25 C). By N.E. CHAOUQY and A. EL MARRAKCHI. The storage time of 4 lots of anchovy stored either in ice and at C was determined by sensory, chemical and bacterial analyses. The effect of salt addition (5% salt) was also studied. Sensory analyses revealed that the storage time was between 4 and 6 days at low temperature and 12 hours at ambient temperature. Certain spoilage characteristics particular to anchovy were defined. Total volatiles bases (TVB) and trimethylamine (TMA) tests were found to be appropriate for assessment of anchovy spoilage and criteria for control were proposed. Histamine production was inhibited by the icing process. Monitoring histamine production is more useful as sanitary index rather than spoilage parameter. At time of rejection, only the moderately halophilic flora reached the limit of CFU/g, set by the ICMSF (International Commission on Microbiological Specifications for Foods) and the sulfide producing flora accounted only for 10 to 21% of the total flora. Salting at 5% did not seem to have any effect on the storage time of anchovy at low (in ice) and ambient temperature (20-25 C). Keywords : Anchovy - preservation - spoilage - chemical - bacteria. Introduction L anchois (Engraulis encrasicholus) a occupé la troisième place parmi les poissons pélagiques débarqués en 2002 et sa capture a enregistré un total de tonnes [6]. La destination majeure de ce petit animal pélagique est la transformation en semi-conserves d anchois salés ou marinés. La quasi-totalité de cette production est exportée vers les pays de l Union Européenne et les Etats Unis d Amérique, ce qui lui confère une place importante dans l économie nationale. Les professionnels de la semi-conserve sont confrontés aux problèmes du caractère périssable de l anchois en raison de sa grande fragilité [12, 38]. Ainsi, en 2002, seulement 27,5% du tonnage débarqué était destiné à la salaison, le reste, jugé de mauvaise qualité, est orienté vers la transformation en farine [6]. Par ailleurs, les règles sanitaires des pays importateurs ont imposé aux industriels la mise en place d un système d autocontrôle basé sur le concept HACCP. Cette exigence s est traduite par un besoin en paramètres analytiques d appréciation de la qualité adaptés à l anchois notamment dans la surveillance des points critiques pour la maîtrise des dangers sanitaires. C est dans ce sens que la présente étude se propose de définir les conditions de conservation de l anchois à basse température, d évaluer les paramètres analytiques d appréciation de l altération et de déterminer les paramètres les plus adaptés au jugement de la qualité de conservation de l anchois. De tels outils analytiques sont utilisables aussi bien par les professionnels dans le cadre de l autocontrôle que par les autorités en charge du contrôle officiel. Matériel et méthodes CONDITIONS D ENTREPOSAGE L étude a porté sur l anchois (Engraulis encrasicholus), pêché au large de l Atlantique marocain (région d Agadir) et entreposé sous glace dès capture dans une glacière préalablement désinfectée et débarquée au port d Agadir. Le temps écoulé entre la capture et l arrivée au laboratoire est compris entre 5 et 6 heures. Immédiatement après l arrivée au laboratoire, un premier prélèvement est effectué (jour 0). Le reste de poissons est réparti en deux lots. Un premier lot est divisé en trois parties

2 342 CHAOUQY (N.E.) ET EL MARRAKCHI (A.) dans des caisses en polystyrène désinfectées et perforées pour permettre le drainage l eau résultant de la fonte de la glace et/ou de l exsudation du poisson qui sera récupéré dans une caisse sous-jacente. Au cours de l entreposage, la glace fondue est remplacée afin de respecter le ratio glace/poisson désiré. Les trois caisses se répartissent comme suit : a) Poisson sous glace seule (ratio glace/poisson : 1 / 4 ) b) Poisson sous glace (ratio glace/poisson : 1 / 4 ) associée au sel, le salage étant effectué par saupoudrage du poisson par du sel marin au taux de 5 %. c) Poisson sous sel (5 %). Les trois caisses sont placées dans une chambre froide (+4 C), les prélèvements sont effectués dès le 2, 4, 6, 8,10 et 12 ème jour de conservation. Le deuxième lot, entreposé à température ambiante (20 C à 25 C), est divisé en deux parties comme suit : d) Poisson sous sel (5 %) e) Poisson sans sel Les prélèvements sont réalisés à la 6, 12, 18, 24 et 30 ème heure de conservation. MÉTHODES D ANALYSES Appréciation organoleptique Pendant le stockage, des prélèvements d anchois sont effectués en vue d une évaluation organoleptique selon le barème de cotation de la fraîcheur du poisson défini par le règlement du conseil N 103/76/CEE [3]. Cette appréciation a concerné l observation des caractères relatifs à la peau, les yeux, les branchies, la texture, le péritoine, la colonne vertébrale, l odeur et la couleur, auxquels nous avons ajouté d autres caractères qui sont l adhérence des écailles, l aspect de la tache au niveau de l opercule et l aspect de la paroi abdominale. Cette appréciation organoleptique est effectuée afin de déterminer le temps de rejet organoleptique qui correspond au moment où l anchois n est plus consommable et de mettre en évidence les modifications organoleptiques spécifiques à prendre en compte pour l appréciation de l altération de d anchois. L évaluation de chaque caractère nous a permis également, en lui attribuant une note de 0 à 3, de définir le degré de fraîcheur qui représente la moyenne arithmétique des notes obtenues pour chaque caractère. Selon ce barème de cotation, des notes égales ou supérieures à 2,7 sont attribuées au poisson ne représentant pas de signes d altération, tandis que le poisson qui commence à présenter des signes d altération est coté d une note égale ou supérieure à 2,0 et inférieure à 2,7. La note égale ou supérieure à 1,0 et inférieure à 2,0 correspond au seuil d acceptabilité du poisson pour la consommation humaine. Enfin, le poisson coté d une note inférieure à 1,0 doit être retiré de la consommation humaine [3]. La détermination du degré de fraîcheur nous a permis d étudier l existence éventuelle d une corrélation entre l altération organoleptique et les paramètres analytiques étudiés. Analyses physico-chimiques Elles sont effectuées sur le muscle dorsal après retrait du revêtement cutané et ont concerné : a - La mesure de ph réalisée sur 10 g de muscle homogénéisés dans 50 ml d eau distillée. b - Le dosage de l Azote Basique Volatil Total (ABVT) selon la méthode de référence de la Communauté Economique Européenne [5]. Dans cette méthode, les bases azotées volatiles sont extraites d un échantillon à l aide d une solution d acide perchlorique à 6%. Après alcalinisation, l extrait (50 ml) est soumis à une distillation par la vapeur et les constituants basiques volatils sont absorbés par un récepteur acide (acide borique à 3%). La teneur en ABVT est déterminée après titrage par une solution étalon d acide chlorhydrique à 0,01N. c - Le dosage de la triméthylamine (TMA) par la méthode colorimétrique de Dyer [14] modifiée par Murray et Gibson [32]. Une quantité de 100 g de muscle du poisson est broyée avec 300 ml de l acide trichloracétique à 5%. Une partie de l extrait filtré (4 ml), est traitée en milieu alcalin (KOH à 45%) par du formaldéhyde à 20%, pour éliminer l interférence de la diméthylamine (DMA). La TMA est récupérée dans une phase de toluène et dosée sous forme de picrate dans un spectrocolorimètre à la longueur d onde de 410 nm. d - Le dosage de l histamine est effectuée par la méthode spectrofluorimétrique de LERKE et BELL [28]. L extraction de l histamine est réalisée par une solution d acide trichloracétique à 10%. Après filtration, 0,2 ml du filtrat est transféré dans une colonne chromatographique utilisant la résine amberlite CG-50 type 1, mesh, 75 à 150 µ comme échangeuse d ions conditionnée par le tampon acétate 0,2N (ph = 4,6). Après purification par plusieurs lavages par du tampon acétate, l histamine est éluée par l acide chlorhydrique 0,2 N (20 ml). Deux ml de l éluat sont traités dans un tube où l on ajoute 0,1 ml d orthophtaldéhyde (OPA) (dilué à 1% dans l alcool méthylique) en présence de 1 ml d hydroxyde de sodium 1N. Après formation du complexe fluorophore par dérivation de l histamine par l OPA en milieu alcalin, l acidification immédiate (3,5 minutes) par l acide chlorhydrique 0,7 N (2 ml) rend ce complexe plus fluorescent et plus stable. La fluorescence est mesurée à des longueurs d onde d excitation et d émission respectives de 360 nm et 450 nm dans un délai ne dépassant pas 30 minutes. e - La détermination du taux de chlorure de sodium (NaCl) effectuée selon la méthode de Charpentier-Volhard [7]. Analyses bactériologiques Les échantillons destinés aux analyses bactériologiques sont préparés en homogénéisant 25 g de muscle dorsal, prélevés avec du matériel stérile puis broyés dans 225 ml d eau peptonnée et tamponnée, à l aide d un Stomacher. Le broyat est alors utilisé pour préparer des dilutions décimales successives à partir desquelles les milieux de cultures seront ensemencés. Les conditions de culture des flores bactériennes dénombrées figurent sur le tableau I.

3 QUALITÉS DE L ANCHOIS CONSERVÉ SOUS GLACE ET À C 343 TABLEAU I. Conditions de culture pour le dénombrement bactérien. * : Gélose glucosée biliée au cristal violet et au rouge neutre. ** : Milieu Iron agar préparé à l eau de mer à la place de l eau distillée. TRAITEMENT STATISTIQUE DES DONNÉES L analyse statistique des résultats obtenus à été réalisée par le logiciel STATISTICA [39] suivant le programme ANOVA (p<0,05), afin d analyser la comparaison des moyennes, les écarts types, les différences significatives et les corrélations. Résultats APPRÉCIATION ORGANOLEPTIQUE Le suivi de l évolution des caractères organoleptiques a permis de relever qu au stade initial de stockage (jour 0 = J0), l anchois est caractérisé par son aspect brillant, par la présence d un mucus aqueux et transparent, et par une odeur qui rappelle celle des algues marines. L oeil est convexe, la cornée transparente avec une pupille noire brillante, les branchies de couleur rouge et la chair est ferme et élastique. La paroi abdominale est intacte chez la majorité des individus et une partie des écailles ne sont plus adhérentes au corps. Après ouverture du poisson, la colonne vertébrale apparaît adhérente à la chair et le péritoine est adhérent et intact. Au niveau de l opercule, on note une large tache jaunâtre. Au temps de rejet organoleptique, l anchois présente un aspect moins brillant avec un début du ternissement de la pupille à l exception du poisson entreposé sous sel où la pupille devient rapidement blanchâtre, la cornée opalescente et l œil légèrement affaissé, probablement sous l effet du sel. Les branchies sont légèrement décolorées alors que l odeur est neutre. La chair a perdu légèrement son élasticité, la colonne vertébrale se détache plus au moins facilement sauf pour le poisson entreposé sous sel où elle reste davantage adhérente à la chair qui s explique par la déshydratation partielle du poisson. Le péritoine est peu adhérent. L éclatement de l abdomen est observé chez la majorité des individus. Au niveau de l opercule, la tache jaune commence à disparaître pour être remplacée par une tache rouge brunâtre. A température de réfrigération, la durée de conservation de l anchois sous glace et sous glace associée au sel est de 6 jours, alors qu elle est de 4 jours sous sel seul. Pour l anchois entreposé à température ambiante, la durée de conservation est de 12 heures pour l anchois en présence et en absence du sel. Le degré de fraîcheur est de 3,0 à J0. A température réfrigérée, aux temps de rejet organoleptique, il est de 1,1; 1,1 et 0.9 respectivement pour l anchois entreposé sous glace associée au sel, sous glace seule et sous sel. Pour l anchois entreposé à température ambiante, le degré de fraîcheur est de 1,6 pour l anchois avec sel et de 1,2 pour celui entreposé en l absence du sel. ANALYSES PHYSICO-CHIMIQUES Evolution du ph A J0 (6 à 8 heures après capture), la valeur du ph du muscle est de 6,05 ± 0,14. Aux différents temps de rejet organoleptique, les valeurs notées sont de 6,23 ± 0,11 ; 6,30 ± 0,07 et 6,16 ± 0,09 respectivement pour l anchois sous glace associée au sel, sous glace seule et sous sel (Tableau II). Dans le cas de l anchois entreposé à température ambiante, le ph au temps de rejet est de 6,12 ± 0,12 et 6,12 ± 0,16 respectivement pour l anchois sous sel et en l absence du sel (Tableau III). Evolution de l Azote Basique Volatil Total (ABVT) A J0, la teneur en ABVT enregistrée est de 16,15 ± 1,21 mg N/100 g de muscle (Tableau II). A basse température, l évolution des teneurs en ABVT dépendent du mode de

4 344 CHAOUQY (N.E.) ET EL MARRAKCHI (A.) TABLEAU II. Evolution des paramètres physico-chimiques au cours de l entreposage de l anchois à température réfrigérée. *: Moyenne (Ecart type). GS : Glace associée au sel. G : Glace seule. S : Sel seul. a, b, c, d : Les moyennes de la même ligne qui portent une lettre en commun ne sont pas significativement différentes (p<0,05). A, B,C : Les moyennes de la même colonne qui portent une lettre en commun ne sont pas significativement différentes (p<0,05). Les cases grisées correspondent au temps de rejet organoleptique. stockage. Aux divers temps de rejet organoleptique, les teneurs moyennes obtenues sont de 21,49 ± 1,11; 22,02 ± 4,03 et 32,55 ± 6,40 mg N/100 g respectivement pour le poisson entreposé sous glace associée au sel, sous glace seule et sous sel (tableau II). A température ambiante, les valeurs moyennes obtenues indiquent une évolution similaire, indépendamment de l ajout du sel jusqu à la 18 ème heure de stockage. A la 12 ème heure qui correspond au temps de rejet pour les deux essais, les teneurs moyennes notées sont de 25,41 ± 3,85 mg N/100 g pour les lots sans sel et 25,37 ± 3,35 mg N/100 g pour les lots salés (tableau III). Evolution de la Triméthylamine (TMA) La teneur initiale moyenne (J0) en TMA est de 0,63 ± 0,14 mg N/100 g de muscle (tableau II). A basse température, les teneurs augmentent et atteignent, aux différents temps de rejet organoleptique, les valeurs moyennes de 3,91 ± 0,56; 4,55 ± 0,82 et 5,83 ± 1,32 mg N/100 g respectivement pour les lots sous glace associée au sel, sous glace seule et sous sel seul (tableau II). A température ambiante, les valeurs en TMA notées au temps de rejet organoleptique sont de 2,83 ± 1,11 mg N/100 g et 2,35 ± 0,68 mg N/100 g respectivement pour les échantillons avec et sans sel (tableau III). Evolution de l histamine Quelques heures après capture (J0), la teneur moyenne en histamine dans le muscle de l anchois est de 0,27 ± 0,10 mg/100 g de muscle (tableau II). Au cours de l entreposage sous réfrigération, l accumulation de l histamine dépend du mode de conservation. Aux temps de rejet organoleptique, la teneur moyenne relevée est de 1,86 ± 1,59; 2,24 ± 0,67 et de 2,67 ± 0,96 mg/100 g respectivement pour les lots sous glace associée au sel, sous glace seule et sous sel seul (tableau II). Il faut bien noter que ces teneurs demeurent nettement en deçà de la limite de 10 mg/100 g recommandée par la Communauté Européenne

5 QUALITÉS DE L ANCHOIS CONSERVÉ SOUS GLACE ET À C 345 TABLEAU III. Evolution des paramètres physico-chimiques au cours de l entreposage de l anchois à température ambiante. *: Moyenne (Ecart type). AS :Avec sel. NS : Sans sel. a, b, c, d : Les moyennes de la même ligne qui portent une lettre en commun ne sont pas significativement différentes (p<0,05). A, B : Les moyennes de la même colonne qui portent une lettre en commun ne sont pas significativement différentes (p<0,05). Les cases grisées correspondent au temps de rejet organoleptique. [4]. D ailleurs, cette limite n est jamais dépassée pendant toute la durée de l entreposage pour le lot entreposé sous glace associée au sel et n est atteinte pour les lots conservés sous glace et sous sel qu à partir du 10 ème jour qui correspond à un stade d altération organoleptique très avancée. A température ambiante, les teneurs dépassant la limite réglementaire (10 mg/100 g) sont atteintes rapidement après 18 heures de conservation pour les lots sans sel et après 24 heures pour les lots salés (tableau III). La comparaison des deux lots entreposés à température ambiante montre que l évolution de l histamine est nettement plus rapide dans le lot sans sel (tableau III). Evolution du chlorure de sodium L utilisation du sel se traduit par son accumulation dans le muscle de l anchois indépendamment de la température de stockage. Juste après capture, les teneurs enregistrées sont de 0,15 ± 0,04 g/100 g de muscle (tableau II). Lors de la réfrigération, les teneurs en chlorures augmentent pour atteindre au terme de l entreposage (J12) les valeurs de 1,47 ± 0,45; 0,35 ± 0,07 et 4,5 ± 1,13 g/100 g respectivement pour les lots sous glace avec sel, sous glace seule et sous sel seul (tableau II). ANALYSES BACTÉRIOLOGIQUES Les flores dénombrées concernent la contamination globale évaluée à travers la flore mésophile totale sur Iron agar (FMIA), la flore psychrotrophe sur Iron agar (FPIA) et la flore halophile modérée (FHM), la contamination d intérêt hygiénique appréciée par le comptage des entérobactéries et la flore protéolytique estimée par le dénombrement des colonies noirâtres sur les milieux Iron agar incubés à 25 C pour les mésophiles et à 4-6 C pour les psychrotrophes. Evolution de la contamination globale A J0, les charges bactériennes relevées sont de 1,1x10 3 ; 2,9x10 2 et 1,9x10 3 CFU/g respectivement pour la FMIA, la FPIA et la FHM (tableau IV). Quel que soit le mode d entreposage, aux différents temps de rejet organoleptique, les charges dénombrées sont comprises entre 10 4 à 10 5 CFU/g pour toutes les flores à l exception de la FHM où le seuil de 10 6 CFU/g est atteint (tableaux IV et V). Evolution des entérobactéries A J0, les entérobactéries sont absentes dans 0,1 g de muscle (<10 CFU/g). Au cours de l entreposage de l anchois à température réfrigérée, les charges obtenues aux différents temps de rejet organoleptique sont de 1,8x10 1 ; 4,8x10 1 et

6 346 CHAOUQY (N.E.) ET EL MARRAKCHI (A.) TABLEAU IV. Evolution des flores dénombrées (CFU/g) au cours de l entreposage de l anchois à température réfrigérée. GS : Glace associée au sel. G : Glace seule. S : Sel seul. Les cases grisées correspondent au temps de rejet organoleptique. FMIA : Flore mésophile sur Iron agar, FPIA : Flore psychrotrophe sur Iron agar, FHM : Flore halophile modérée, ENT. : Entérobactéries, FMH 2 S : Flore mésophile productrice de H 2 S, FPH 2 S : Flore psychrotrophe productrice de H 2 S. TABLEAU V. Evolution des flores dénombrées (CFU/g) au cours de l entreposage de l anchois à température ambiante. AS :Avec sel. NS : Sans sel. Les cases grisées correspondent au temps de rejet organoleptique. FMIA : Flore mésophile sur Iron agar, FPIA : Flore psychrotrophe sur Iron agar, FHM : Flore halophile modérée, ENT. : Entérobactéries, FMH 2 S : Flore mésophile productrice de H 2 S, FPH 2 S : Flore psychrotrophe productrice de H 2 S. 1,1x10 2 CFU/g respectivement pour les lots sous glace associée au sel, sous glace seule et sous sel seul (tableau IV). En considérant le mode de conservation, on constate que les entérobactéries ne sont dénombrées qu à partir du 6 èmejour pour les lots sous glace, avec ou sans sel, alors qu elles sont dénombrées à partir du deuxième jour de conservation sous sel sans glace. Evolution de la flore spécifique de l altération Quelques heures après capture (J0), les dénombrements effectués révèlent leur absence dans 0,1 g de muscle de l anchois (< 10 CFU/g) pour les psychrotrophes. Pour les mésophiles, la charge relevée est de CFU/g (tableau IV). L évolution de cette flore, indépendamment des conditions ambiantes de l entreposage montre une progression régulière aussi bien pour les mésophiles que les psychrotrophes. Aux temps de rejet organoleptique, les charges varient de 2, à CFU/g pour la flore mésophile et de 1,3x10 2 à 3,1x10 4 CFU/g pour la flore psychrotrophe (tableaux IV et V). La flore productrice d H 2 S est utilisée comme un indicateur d altération de poisson. Les bactéries mésophiles qui forment cette flore ne représentent en moyenne que 6,4 % de la FMIA à J0. Aux différents temps de rejet organoleptique, elles représentent 10 à 21 % selon le mode de conservation et au terme de l entreposage, la proportion de ces bactéries n atteint que 32%.

7 QUALITÉS DE L ANCHOIS CONSERVÉ SOUS GLACE ET À C 347 Discussion L appréciation organoleptique a permis de définir les temps de rejet organoleptique correspondants à différents modes d entreposage. A basse température, les délais sont de 4 à 6 jours en fonction de l addition de la glace. Des délais comparables sont rapportés pour la sardine [1, 17, 19] et pour le maquereau [10] qui sont capturés et débarqués dans les mêmes conditions que l anchois. Pour la sardine capturée au large des côtes portugaises, la durée de conservation est de 5 jours sous glace [34]. Ces délais courts s expliquent par la forte proportion des bactéries psychrotrophes chez le poisson capturé dans les eaux tempérées ou froides [16, 36]. A température ambiante, la durée de conservation est de 12 heures en présence et en absence de sel. Ces données montrent l inefficacité du salage à 5% à ralentir l altération organoleptique de l anchois. Cette inefficacité est également rapportée par DELVALLE et al. [13] et SORENSEN et MOTTA [38], ayant travaillé respectivement sur l anchois argentin (Engraulis anchoita) et l anchois du Mozambique (Stolephorus sp.). Elle serait due à la lenteur de pénétration du sel dans le muscle particulièrement lors d un stockage à basse température [38]. Par ailleurs, le suivi des taux en chlorure de sodium montre que les teneurs maximales atteintes aux temps de rejet organoleptiques sont de 3,04 g/100 g. Ces teneurs restent insuffisantes pour exercer une inhibition de la flore d altération. Aux différents temps de rejet organoleptique, les valeurs du degré de fraîcheur sont voisines de 1 à l exception du lot conservé sous sel et à température ambiante. Cette différence est attribuée à l influence du sel, plus marquée à température ambiante qu à basse température, sur les modifications de certains caractères organoleptiques relatifs à l aspect général, de l œil et de la chair. Par ailleurs, le suivi organoleptique a permis de relever certains caractères particuliers à l altération de l anchois. Il s agit de la présence de la tache jaune sur l opercule, de l intégrité du péritoine, de l affaissement de l œil et de l adhérence de la colonne vertébrale au muscle (ce dernier caractère n étant pas valable pour l anchois entreposé sous sel). L évolution des teneurs en ABVT et TMA confirme ces observations. En effet, l analyse statistique montre qu il n existe pas de différences significatives (p < 0,05) entre les lots entreposés sous glace associée au sel et ceux stockés sous glace seule. Aux temps de rejet organoleptique, les valeurs enregistrées sont de 21,5 à 22 mg/100 g pour l ABVT et de 3,9 à 4,5 mg/100 g pour la TMA. Le lot salé sans glace se singularise du moment que l accumulation de l ABVT et de la TMA et leur augmentation subséquente dans le muscle sont nettement plus élevées dès le deuxième jour de stockage. Ces résultats montrent à nouveau que le salage à 5% même sous atmosphère réfrigérée est insuffisant pour inhiber la formation des bases azotées volatiles. Ils sont corroborés sur les lots entreposés à température ambiante où, l évolution de la production de l ABVT et de la TMA est identique pour les deux lots, avec et sans sel. Ils montrent aussi l efficacité du glaçage. En effet, la mesure de la température à cœur du poisson montre que des valeurs de 0 C à +1 C sont notées pour les lots sous glace avec ou sans sel, tandis qu elle est de +4 C pour le lot salé sans glace. En considérant le paramètre ABVT, l analyse statistique révèle l absence de différences significatives (p < 0,05) aux différents moments de prélèvement avant le temps de rejet organoleptique. Une telle évolution a également été signalée lors de l étude de la conservation sous glace de la sardine [2, 17, 34], du maquereau [10, 11], de l anchois [13] et de la dorade [8].Ces données montrent que le paramètre ABVT ne peut pas rendre compte de l évolution de la qualité de l anchois pendant les premiers stades d entreposage. Par conséquent, il ne permet pas d établir différentes classes de fraîcheur, mais il peut être retenu comme indice fiable et objectif pour distinguer entre un poisson frais et un poisson altéré du moment que son évolution dans le muscle de l anchois corrèle bien avec l altération organoleptique quelle que soit la température de stockage. A l exception du lot sous sel à température réfrigérée, les teneurs enregistrées sont toujours inférieures ou égales à 25 mg/100 g de muscle aux temps de rejet organoleptique. Ces teneurs constituent des limites proposées pour la sardine [17] et le maquereau [10] capturés dans les eaux marocaines. Il est donc permis de les proposer pour l anchois. L évolution de la TMA rappelle celle de l ABVT et sa corrélation avec l altération organoleptique n est bonne que pour les lots stockés à température ambiante. Ce paramètre a souvent été retenu comme indice d altération chimique de la sardine [2, 17] et du maquereau [10, 21]. Il peut également être retenu pour l anchois et une teneur de 5 mg/100 g peut être proposée comme valeur limite d acceptabilité. La production d histamine est nettement ralentie lorsque le glaçage intervient, mais son accumulation ne corrèle ni avec l altération organoleptique ni avec la formation des bases azotées volatiles. Par contre, dans des conditions de stockage à température ambiante, la corrélation est bonne. Ces résultats s expliquent parce que la flore responsable de l altération est principalement formée par Shewanella putrefaciens et les Pseudomonas qui sont mésophiles psychrotrophes mais pas ou peu histidinolytiques. A basse température, l activité des psychrotrophes est encore rendue possible, il y a donc bien altération organoleptique mais l histamine s accumule dans le muscle à des taux faibles du moment que les entérobactéries, principaux acteurs de la production de cette amine [1, 18, 19, 40, 41] sont inhibées en raison de leur caractère mésophile. L optimum de température pour la production d histamine se situe entre 20 C et 37 C [9, 15, 26, 35, 42]. L efficacité du glaçage dans la maîtrise de la production d histamine a déjà été prouvée sur la sardine [2, 17, 31], le maquereau [10, 29, 31], la bonite [30] et sur d autres espèces [20]. Le moment où intervient le glaçage est capital parce que juste après capture, le muscle de l anchois acquiert des valeurs de ph favorables à la fois à la synthèse de l histidine-décarboxylase d origine bactérienne et à son activité optimale. Le glaçage doit donc intervenir le plus rapidement après capture et un glaçage différé (8 à10 heures après capture) permet en quelques jours d atteindre des seuils critiques par rapport au même poisson soumis à un glaçage à bord [9, 37]. Les charges bactériennes enregistrées par la flore de conta-

8 348 CHAOUQY (N.E.) ET EL MARRAKCHI (A.) mination globale (FMIA, FPIA et FHM) aux différents temps de rejet organoleptique, sont comprises entre 10 4 à 10 5 CFU/g à l exception de la FHM où le seuil de 10 6 CFU/g est atteint. L ICMSF [27] considère le seuil de 5x10 5 CFU/g comme limite d acceptabilité correspondant à un début d altération, lorsque le milieu PCA (Plate Count Agar) est utilisé et incubé à 30 C pendant 72 heures. On voit bien que seul le comptage de la FHM permet d atteindre ce seuil lorsque l altération organoleptique et chimique de l anchois sous glace et sous sel est débutante. Les entérobactéries ne sont dénombrées que tardivement pour les lots sous glace, ce qui confirme leur caractère mésophile. Elles constituent la seule flore qui corrèle bien avec la production d histamine, ce qui est en accord avec leur rôle dans la production de cette amine. La flore spécifique d altération, étudiée à travers le dénombrement de la flore productrice de H 2 S, est pratiquement absente juste après capture et ne représente que 10 à 21% de la flore totale aux temps de rejet organoleptique. Il est actuellement admis que seule une partie de la flore présente est responsable de l altération du poisson [18, 22, 23, 24, 25]. Conclusion La durée de conservation de l anchois est de 4 à 6 jours à basse température en fonction de l utilisation de la glace et/ou du sel, et de 12 heures à température ambiante, indépendamment de l utilisation du sel. Le suivi des teneurs en chlorure de sodium montre, pour les essais conduits avec sel, qu elles atteignent un maximum de 3,04 g/100 g aux différents temps de rejet organoleptique et explique l inefficacité du sel à 5%. Par ailleurs, le salage se traduit par des modifications organoleptiques supplémentaires indésirables susceptibles de fausser l appréciation organoleptique de l altération de l anchois. Toutes ces considérations suggèrent de recommander un glaçage précoce et de surseoir au salage de l anchois avant son usinage. Le suivi organoleptique a permis de mettre en évidence l existence de caractères particuliers qui doivent être pris en considération lors de l appréciation de l altération de l anchois. Il s agit du développement d une tache jaune sur l opercule, de l intégrité du péritoine, de l affaissement de l œil et de l adhérence de la colonne vertébrale au muscle. Aux temps de rejet organoleptique, les paramètres ABVT et TMA ne dépassent pas, pour des essais conduits sous glace, avec ou sans sel, respectivement les valeurs de 25 mg/100 g et 5 mg/100 g du muscle. Ces valeurs peuvent être retenues comme limites d acceptabilité de l anchois en raison de l existence d une corrélation entre l appréciation organoleptique et les indices ABVT et TMA. Bien entendu, ces normes sont proposées compte tenu des techniques d analyse qui sont utilisées. La production d histamine est, jusqu au temps de rejet organoleptique, toujours inférieure à la teneur de 3 mg/100 g de muscle pour les lots entreposés à basse température. Les plus basses accumulations sont notées pour des lots sous glace, avec ou sans sel. Cette lente production est due à l utilisation de la glace qui inhibe la production d histamine à des taux inacceptables et confirme à nouveau l inefficacité du salage à 5%. L absence de corrélation entre l accumulation d histamine et l altération organoleptique d une part, et les dénombrements bactériens (à l exception des entérobactéries) d autre part, explique que le paramètre histamine est beaucoup plus considéré par les hygiénistes comme un indice sanitaire que comme indice d altération. Les charges bactériennes relatives à la FMIA, à la FPIA et à la FHM, obtenues aux temps de rejet organoleptique restent inférieures ou égales aux taux préconisés par l ICMSF (1986). Les entérobactéries, flore d intérêt hygiénique, montrent une sensibilité notable au glaçage par contre le salage à 5% n a qu un effet inhibiteur limité. La flore spécifique d altération, étudiée à travers le dénombrement de la flore productrice d H 2 S, est pratiquement absente quelques heures après capture et ne représente que 10 à 21% de la flore totale aux différents temps de rejet organoleptique et, au maximum, 32% aux stades ultimes de stockage. Cette évolution suggère que seulement une partie de la flore présente est active dans l altération du poisson. Références 1. ABABOUCH L.H., AFILAL M.E., RHAFIRI S., BUSTA F.F. : Identification of histamine-producing bacteria isolated from sardine (Sardina pilchardus) stored in ice and at ambient temperature (25 degree C). Food Microbiol., 1992, 8, ABABOUCH L.H., SOUIBRI L., RHALIBY K., OUAHDI O., BATTAL M., BUSTA F.F. : Quality changes in sardines (Sardina pilchardus) stored in ice and at ambient temperature. Food Microbiol., 1996, 13, ANONYME : Council Regulation No.103/76 freshness ratings, J. 0ff. Eur. Commun., 1976, N L 20 du 18 janvier ANONYME : Directive du Conseil 91/493/CEE du 22 Juillet 1991, fixant les règles sanitaires régissant la production et la mise sur le marché des produits de la pêche. J.Off. Commun. Europ., 1991, N L 268, 24, ANONYME : Décision n 95/149 de la commission du 8 mars 1995 fixant les valeurs limites en Azote Basique Volatil Total (ABVT) pour certaines catégories de produits de la pêche et les méthodes d analyses à utiliser. J. Off. Commun. Europ., 1995, N L 97/ ANONYME : La pêche côtière et artisanale au Maroc, rapport et statistiques 2002, Office National de la Pêche, Maroc, 35 p. 7. AOAC : Official Methods of Analysis, 13th ed., 1980, Association of Official Analytical Chemists, Washington, DC. 289 p. 8. AUBOURG S., MEDINA I., GALLARDO J. : Quality assessment of blue whiting (Micromesistius poutassou) during chilled storage by monitoring lipid damages. J. Agric. Food Chemist., 1998, 46, BEHLING A.R., TAYLOR S.L. : Bacterial histamine production as a function of temperature and time of incubation. J. Food Sci., 1982, 47, BENNOUR M., EL MARRAKCHI A., BOUCHRITI N., HAMAMA A., EL OUADAA M. : Chemical and microbiological assessments of mackerel (Scomber scombrus) stored in ice. J. Food Prot., 1991, 54, BENNOUR M., EL MARRAKCHI A., HASNAOUI H., AMIR M., AYOUBI K. : Effet du glaçage associé au salage sur la conservabilité de la sardine (Sardina pilchardus) et du maquereau (Scomber scombrus). In : Contribution du froid à la préservation de la qualité des fruits, légumes et produits halieutiques. «Actes du Symposium de l Institut International du Froid», 1994, Actes Editions. IAV Hassan II. Rabat, Maroc. 12. CASTANON C.A., BARRAL A.O. : On-board handling and preservation of anchovy (Engraulis anchoita) catches. Rev. Int. Froid, 1990, 13, DELVALLE C.E., FILSINGER B.E., YANNES M.I., SOULE C.L. : Shelf life of brine refrigerated anchovies (Engraulis anchoita) for canning. J. Food. Sci., 1984, 49,

9 QUALITÉS DE L ANCHOIS CONSERVÉ SOUS GLACE ET À C DYER W.J. : Amines in fish muscle. I. Colorimetric determination of TMA as the picrate salt. J. Fish. Res. Bd. Can., 1945, 6, EINTENMILLER R.R., ORR J.H., WALLIS W.W. : Histamine formation in fish, microbiological and biochemical conditions. In «Chemistry and Biochemistry of Marine Food Products», 1982, (Eds. R.E. Martin et Coll), Avi Publishing Co., West port, Connecticut. 16. EL MARRAKCHI A., AZLAF R., BARHOUMI M. : Quelques aspects bactériologiques de la sardine (Sardina pilchardus) récemment capturée et conservée aux températures de réfrigération. Consultation d experts de la FAO sur la technologie du poisson en Afrique. Casablanca, Maroc, FAO. Rapport des Pêches, 1982,N 268, EL MARRAKCHI A., BENNOUR M., BOUCHRITI N., HAMAMA A., TAGAFAIT H. : Sensory, chemical and microbiological assessments of Moroccan sardines (Sardina pilchardus) stored in ice. J. Food Prot., 1990, 53, EL MARRAKCHI A., BOUCHRITI N., BENNOUR M., HAMAMA A., KOUFAIL A. : The bacteriology of Moroccan sardines (Sardina pilchardus) stored in ice. II. Enzymatic properties of the bacterial flora. Microbiol. Alim. Nutr., 1992, 10, EL MARRAKCHI A., BENNOUR M., HAMAMA A., EL KHAI- DAR S. : Bactéries actives dans l altération de la sardine (Sardina pilchardus) entreposée sous glace (0 C) et à température ambiante (25 C). Contribution du froid à la préservation de la qualité des fruits, légumes et produits halieutiques. In «Actes du Symposium de l Institut International de Froid», 1994, Actes Editions. IAV Hassan II. Rabat, Maroc. 20. FERNANDEZ S.J. MACKIE I. : Comparative rates of spoilage of fillets and whole fish during storage of haddock (Melanogrammus aeglefinus) and herring (Clupea harengus) as determined by the formation of non-volatile and volatile amines. Int. J. Food Sci. Technol., 1987, 22, GALLARDO J.M., MONTEMAYOR M.I., PEREZ M.R. : Formacion de histamina en Caballa. (Scomber scombrus) y Listado (Katsuwons pelamis), especies de alto contenideo en histidina libre. Rev. Agroquim. Technol. Aliment., 1983, 23, GENNARI M., TOMASELLI S., COTRONA V. : The microflora of fresh and spoiled sardines (Sardina pilchardus) caught in Adriatic (Mediterranean) sea and stored in ice. Food Microbiol., 1999, 16, GRAM L., TROLLE G., HUSS H.H. : Detection of specific spoilage bacteria from fish stored at low (0 C) and high (20 C) temperatures. Int. J. Food Microbiol., 1987, 4, HERBERT R.A., HENDRIE M.S., GIBSON D.M., SHEWAN J.M. : Bacteria active in the spoilage of certain sea foods. J. Appl. Bacteriol., 1971, 34, HERBERT R.A., SHEWAN J.M.: Roles played by bacterial and autocatalytic enzymes in the production of volatiles su1phides in spoiling North Sea cod (Gadus morhua). J. Sci. Food. Agric., 1976, 27, HWANG D.E., CHANG S.H., SHIAU C.Y., CHENG C.C. : Biogenic amines in the flesh of saltfish (Istiophorus platypterus) responsible of scombroid poisoning. J. Food Sci., 1995, 60, ICMSF : International Commission on Microbial Specifications for Foods. Microorganisms in Foods 2. Sampling for microbiological analysis: Principles and specific applications. 2 nd ed., 1986, Blackwell Scientific Publications. 28. LERKE P., BELL L. : A rapid fluorimetric method for the determination of histamine in canned tuna. J. Food Sci., 1976, 41, MATHEW P.T., RYDER J.M., GOPAKUMAR K. : Changes in K value and biogenic amines. Fish Technol., 2001, 36, MAZORRA-MANZANO M.A., PACHECO-AGUILAR R., DIAZ- ROJAS E.I., LUGO-SANCHEZ H.E. : Post mortem changes in black skipjack muscle during storage in ice. J. Food Sci., 2000, 65, MENDES R. : Changes in biogenic amines of major Portuguese bluefish species during storage at different temperatures. J. Food Bioch., 1999, 23, MURRAY C.K. GIBSON D.D. : An investigation of the method of determination TMA in fish muscle extract by the formation of its picrate salts. Ed. Technol., 1972, 7, NF V : Microbiologie des aliments. Dénombrement des entérobactéries par comptage des colonies à 30 C. Méthode de routine, 1993, Association Française de Normalisation (AFNOR) Paris. 34. NUNES M.L., BATISTA I., MORAO DE CAMPOS R. : Physical, chemical and sensory analysis of sardine (Sardina pilchardus) stored in ice. J. Sci. Food Agric., 1992, 5, SHIN H.K., BEN GIGIREY B., BARROS V.J., PRICE R.J., HAE- JUNG A.N. : Histamine and biogenic amine production by Morganella morganii isolated from temperature abused albacore. J. Food Prot., 2000, 63, SHEWAN J.M. : The bacteriology of fresh and spoiling fish and the biochemical changes induced by bacterial action. Symposium London Tropical Products Institute. Session II, 1977, Paper SMITH J.G., HARDY R., Mc DONALD I., TEMPLETON J.: The storage of herring (Clupea harengus) in ice, refrigerated, seawater and at ambient temperature. Chemical and sensory assessment. J. Sci. Food. Agric., 1980, 31, SORENSEN N.K., MOTTA H. : Storage and processing trials with anchovy (Stolephorus spp.) in Mozambique. Expert consultation of fish technology in Africa-Abidjan Apr FAO, 1989,N 400, STATSOFT : Statistica pour Windows, 1997, StatSoft France -31- cours des juilliottes Maison Alfort. France. 40. TAYLOR S.L., KEEFE T.J., WINDHAM E.S., HOWEL J.F. : Outbreak of histamine poisoning associated with consumption of Swiss cheese. J. Food Prot., 1982, 45, TAYLOR S.L. : Histamine food poisoning toxicology, clinical aspects. Crit. Rev. Toxicol., 1986, 17, VIJAYAN P.K., JOSEPH J., GOPAKUMAR K. : Formation of histamine in flying at ambient temperature and in ice. Fish Technol., 1995, 31,

Qualité bactériologique des poulets fermiers Label Rouge :

Qualité bactériologique des poulets fermiers Label Rouge : TECHNIQUE Qualité bactériologique des poulets fermiers Label Rouge : bilan de 16 ans de surveillance par la filière RÉSUMÉ Sous l égide du SYNALAF, une surveillance de la qualité microbiologique des poulets

Plus en détail

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE Série : Sciences et Technologies de Laboratoire Spécialité : Biotechnologies SESSION 2013 Evaluation des compétences expérimentales Fiches techniques : DOSSIER TECHNIQUE - Fiche

Plus en détail

Science et technique. Qualité, DLC et challenges tests. Viande hachée artisanale

Science et technique. Qualité, DLC et challenges tests. Viande hachée artisanale CHRISTIEANS.qxd 15/11/2005 10:44 Page 163 Qualité, DLC et challenges tests Durant les trois dernières décennies, l industrie de la viande fraîche a beaucoup changé ainsi que le comportement des consommateurs.

Plus en détail

Sensibilisation des opérateurs à l hygiène des aliments

Sensibilisation des opérateurs à l hygiène des aliments Sensibilisation des opérateurs à l hygiène des aliments Le respect des bonnes pratiques d hygiène de fabrication, par chaque opérateur, constitue le préalable à toute démarche de maîtrise de la sécurité

Plus en détail

VALIDATIERAPPORT RAPPORT DE VALIDATION

VALIDATIERAPPORT RAPPORT DE VALIDATION VALIDATIERAPPORT RAPPORT DE VALIDATION Analysemethode Méthode d analyse Techniek Technique Matrix / matrixgroep Matrice / Groupe de matrices Datum laatste aanpassing / Date de la dernière adaption Dénombrement

Plus en détail

Méthode automatisée de dosage colorimétrique du dioxyde de soufre total dans les vins

Méthode automatisée de dosage colorimétrique du dioxyde de soufre total dans les vins Méthode automatisée de dosage colorimétrique du dioxyde de soufre total dans les vins Marc DUBERNET* et Françoise GRASSET* Laboratoire DUBERNET - 9, quai d Alsace - 11100 Narbonne France 1. Objet Méthode

Plus en détail

P-15V1 MÉTHODE DE MESURE IN SITU DU ph DE L EAU PAR LA MÉTHODE ELECTROCHIMIQUE

P-15V1 MÉTHODE DE MESURE IN SITU DU ph DE L EAU PAR LA MÉTHODE ELECTROCHIMIQUE P-15V1 MÉTHODE DE MESURE IN SITU DU ph DE L EAU PAR LA MÉTHODE ELECTROCHIMIQUE 1. Domaine d application Cette méthode concerne la mesure du ph dans des solutions aqueuses : - non salines (conductivité

Plus en détail

Ministère des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes

Ministère des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes Ministère des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes Direction générale de la santé Sous-direction «Prévention des risques liés à l environnement et à l alimentation» Bureau «Qualité des

Plus en détail

Respect des règles d hygiène

Respect des règles d hygiène Respect des règles d hygiène Le respect des bonnes pratiques d hygiène de fabrication, par chaque opérateur, constitue le préalable à toute démarche de maîtrise de la sécurité des aliments. Vérifier les

Plus en détail

CATALOGUE DE PRESTATIONS FORMATION ET CONSEILS

CATALOGUE DE PRESTATIONS FORMATION ET CONSEILS (1/30pages) CATALOGUE DE PRESTATIONS FORMATION ET CONSEILS ANNEE : 2015 Date de mise à jour : 09/03/2015 1 - Microbiologie des eaux - Microbiologie des aliments Formation technique de Microbiologie HYGIÈNE

Plus en détail

Séchage des salles et vide sanitaire

Séchage des salles et vide sanitaire Séchage des salles et vide sanitaire L intérêt du vide sanitaire et sa durée sont aujourd hui controversés. Son rôle est de détruire les micro-organismes persistant après la désinfection en les plaçant

Plus en détail

OPTIONS DE GESTION DU RISQUE Listeria monocytogenes ET STRATEGIES DE REDUCTION. Situation actuelle des critères microbiologiques au niveau européen

OPTIONS DE GESTION DU RISQUE Listeria monocytogenes ET STRATEGIES DE REDUCTION. Situation actuelle des critères microbiologiques au niveau européen ASEPT, 5 ème Conférence Internationale, 17-18 mars 2004, Laval OPTIONS DE GESTION DU RISQUE Listeria monocytogenes ET STRATEGIES DE REDUCTION Situation actuelle des critères microbiologiques au niveau

Plus en détail

«Une eau, trois possibilités!»

«Une eau, trois possibilités!» «Une eau, trois possibilités!» Edith ANTONOT (edith.antonot@ac-nancy-metz.fr) Cette séance de travaux pratiques a été réalisée avec des étudiants de BTS chimie première année en décembre 2013. Elle fait

Plus en détail

Un guide concis de contrôle de qualité des médicaments

Un guide concis de contrôle de qualité des médicaments Un guide concis de contrôle de qualité des médicaments 1 2 Sommaire 1. Inspection visuelle (p.4) 2. Tests de réactions colorées (p.7) 2.1. Préparation d un comprime pour un test de réaction colorée (p.10)

Plus en détail

Sulfate SO 4. Potassium K + b) Indiquer pour chacune des eaux minérales la masse de son résidu à sec, indiquée sur son étiquette.

Sulfate SO 4. Potassium K + b) Indiquer pour chacune des eaux minérales la masse de son résidu à sec, indiquée sur son étiquette. 2 nde : Sciences et laboratoires (SL) Activité : Etude qualitative d une eau minérale Objectif : Comparer les résultats expérimentaux observés avec les valeurs données sur les étiquettes de quelques eaux

Plus en détail

MC11 Mélanges d acides et de bases ; solutions tampons

MC11 Mélanges d acides et de bases ; solutions tampons MC11 Mélanges d acides et de bases ; solutions tampons Les définitions d acidité et de basicité ont beaucoup évoluées depuis leur apparition. Aujourd hui, on retient deux définitions valables. Celle donnée

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social ECE/TRANS/WP.11/2013/8 Distr. générale 17 juillet 2013 Français Original: russe Commission économique pour l Europe Comité des transports intérieurs Groupe de

Plus en détail

Hygiène des Denrées et des Préparations Culinaires

Hygiène des Denrées et des Préparations Culinaires Hygiène des Denrées et des Préparations Culinaires Objectifs : Citer les traitements thermiques et de conservation, leurs caractéristiques et leurs effets sur la flore microbienne Justifier les modes de

Plus en détail

Français Exigences de sécurité alimentaire

Français Exigences de sécurité alimentaire Français Exigences de sécurité alimentaire Mars 2013 Ce document est organisé en chapitres du cours en ligne sur la sécurité alimentaire. Il indique les différences entre le contenu du cours et les exigences

Plus en détail

Génétique kits. Kit de précipitation de l ADN. Réf : 117 029. Français p 1. Version : 8003

Génétique kits. Kit de précipitation de l ADN. Réf : 117 029. Français p 1. Version : 8003 kits Français p 1 Kit de précipitation de l ADN Version : 8003 1 Composition Quantité nécessaire pour 25 tests. - 25 ml de solution d ADN (de saumon) à 1mg/mL (tampon Tris-HCI 0,010 M, ph 8,0 en présence

Plus en détail

ALIMENTS INFANTILES DE DIVERSIFICATION

ALIMENTS INFANTILES DE DIVERSIFICATION ALIMENTS INFANTILES DE DIVERSIFICATION Première caractérisation du secteur (données 2012) SYNTHESE Etude du secteur des sauces condimentaires-oqali Données 2011-Edition 2013 EDITION 2014 Synthèse de l

Plus en détail

Maîtrise du niveau de contamination des carcasses en fin de chaîne : intérêt de l acide lactique

Maîtrise du niveau de contamination des carcasses en fin de chaîne : intérêt de l acide lactique Maîtrise du niveau de contamination des carcasses en fin de chaîne : intérêt de l acide lactique D epuis 1994, la mise en place de la méthode HACCP, des bonnes pratiques d hygiène et des contrôles microbiologiques

Plus en détail

1 Contrôle au laboratoire de la pasteurisation du lait

1 Contrôle au laboratoire de la pasteurisation du lait Exploitation d informations scientifiques et présentation d un travail de synthèse Durée : 1,5 h (préparation 1 h et soutenance orale 30 minutes) 1 Etude de la fabrication du Saint-Nectaire Les différentes

Plus en détail

NORME CODEX POUR LES CONCENTRÉS DE TOMATE TRAITÉS (CODEX STAN 57-1981)

NORME CODEX POUR LES CONCENTRÉS DE TOMATE TRAITÉS (CODEX STAN 57-1981) CODEX STAN 57 Page 1 de 1 NORME CODEX POUR LES CONCENTRÉS DE TOMATE TRAITÉS 1 CHAMP D APPLICATION (CODEX STAN 57-1981) La présente norme s applique au produit tel qu il est défini à la section 2 ci-dessous,

Plus en détail

Ressources pour le lycée général et technologique

Ressources pour le lycée général et technologique éduscol Ressources pour le lycée général et technologique Baccalauréat sciences et technologies de laboratoire Sujet zéro Option biotechnologies Évaluation des compétences expérimentales Contrôle de l

Plus en détail

Royaume du Maroc Ministère de l Agriculture et de la Pêche Maritime. Département de la Pêche Maritime

Royaume du Maroc Ministère de l Agriculture et de la Pêche Maritime. Département de la Pêche Maritime Royaume du Maroc Ministère de l Agriculture et de la Pêche Maritime Département de la Pêche Maritime 1 Guide de bonnes pratiques d hygiène et d application de l HACCP Vol 10 Production de farines et huiles

Plus en détail

AVIS de l Agence nationale de sécurité sanitaire de l alimentation, de l environnement et du travail

AVIS de l Agence nationale de sécurité sanitaire de l alimentation, de l environnement et du travail Le directeur général Maisons-Alfort, le 25 juillet 2012 AVIS de l Agence nationale de sécurité sanitaire de l alimentation, de l environnement et du travail relatif à «une demande d'autorisation d'essais

Plus en détail

Etude du séchage par infrarouge de feuilles d olivier d origine tunisienne

Etude du séchage par infrarouge de feuilles d olivier d origine tunisienne Revue des Energies Renouvelables SMSTS 08 Alger (2008) 111 116 Etude du séchage par infrarouge de feuilles d olivier d origine tunisienne Partie 2: Influence du séchage et du blanchiment sur les composés

Plus en détail

PREFET DE L YONNE NOTE D INFORMATION SUR L HYGIENE EN RESTAURATION. e-mail : ddcspp@yonne.gouv.fr

PREFET DE L YONNE NOTE D INFORMATION SUR L HYGIENE EN RESTAURATION. e-mail : ddcspp@yonne.gouv.fr PREFET DE L YONNE Direction Départementale de la Cohésion Sociale et de la Protection des Populations Pôle Alimentation 3 rue Jehan Pinard B.P. 19 89010 Auxerre Cedex Tél. : 03 86 72 69 57 Fax : 03 86

Plus en détail

Le système HACCP. www.halal-institute.org. Page 1. 66, avenue des Champs Elysées LO41-75008 Paris Tél. : (33) 979940077 - Fax : (33) 974533739

Le système HACCP. www.halal-institute.org. Page 1. 66, avenue des Champs Elysées LO41-75008 Paris Tél. : (33) 979940077 - Fax : (33) 974533739 Page 1 www.halal-institute.org Le système HACCP 66, avenue des Champs Elysées LO41-75008 Paris Tél. : (33) 979940077 - Fax : (33) 974533739 HACCP = Hazard Analysis Critical Control Point (analyse des dangers

Plus en détail

Réunion du Comité d'évaluation et d'unification des méthodes d'analyses et d'essais

Réunion du Comité d'évaluation et d'unification des méthodes d'analyses et d'essais DIRECTION GÉNÉRALE DU CONTRÔLE ECONOMIQUE ET DE LA RÉPRESSION DES FRAUDES Direction des Laboratoires d Analyses et d Essais de la Qualité Réunion du Comité d'évaluation et d'unification des méthodes d'analyses

Plus en détail

Répertoire. pour l. Evaluation Qualité. des. Produits de la Pêche. et la. Normalisation Criée. Grilles de Cotation

Répertoire. pour l. Evaluation Qualité. des. Produits de la Pêche. et la. Normalisation Criée. Grilles de Cotation Répertoire pour l Evaluation Qualité des Produits de la Pêche et la Normalisation Criée Grilles de Cotation GRILLES DE COTATION DES PRINCIPALES ESPECES DE BASSE-NORMANDIE Présentation générale Ce document

Plus en détail

METHODOLOGIE DE DETERMINATION DES DELAIS DE PEREMPTION DES REACTIFS, SOLVANTS ET SOLUTIONS TITREES

METHODOLOGIE DE DETERMINATION DES DELAIS DE PEREMPTION DES REACTIFS, SOLVANTS ET SOLUTIONS TITREES JEUDI LANCEMENT DE LA SECTION REGIONALE SFSTP NORD METHODOLOGIE DE DETERMINATION DES DELAIS DE PEREMPTION DES REACTIFS, SOLVANTS ET SOLUTIONS TITREES Eliane Bauthier-Loiseau SFSTP /TechnologieServier INTRODUCTION

Plus en détail

Quatre principaux facteurs qui peuvent faire varier l oxygène dissous :

Quatre principaux facteurs qui peuvent faire varier l oxygène dissous : L oxygène dissous Pourquoi l'oxygène dissous est-il important? L air que nous respirons contient de l oxygène (O 2 ), c est bien connu. Il y en a aussi dans les cours d eau, suite au contact entre l air

Plus en détail

ALIMENTAIRE : TECHNIQUES DE PRELEVEMENT ET TRANSPORT DES ECHANTILLONS

ALIMENTAIRE : TECHNIQUES DE PRELEVEMENT ET TRANSPORT DES ECHANTILLONS Service : Microbiologie Méthode technique ALIMENTAIRE : TECHNIQUES DE PRELEVEMENT ET TRANSPORT DES ECHANTILLONS Mise en service de la première version : Mise en application de cette version : Rédaction

Plus en détail

Olivier DELATTRE Conseiller en Hygiène Alimentaire Laboratoire LAREBRON (Carso)

Olivier DELATTRE Conseiller en Hygiène Alimentaire Laboratoire LAREBRON (Carso) Olivier DELATTRE Conseiller en Hygiène Alimentaire Laboratoire LAREBRON (Carso) PLAN 1) Le point sur la réglementation en matière de prélèvements et d analyses alimentaires 2) Comment déterminer la durée

Plus en détail

BOUCHON DE LIÈGE ET TRANSFERT D OXYGÈNE DANS LES VINS. INNOVATIONS DANS LE DOMAINE DU BOUCHON DE LIÈGE. Paulo Lopes

BOUCHON DE LIÈGE ET TRANSFERT D OXYGÈNE DANS LES VINS. INNOVATIONS DANS LE DOMAINE DU BOUCHON DE LIÈGE. Paulo Lopes BOUCHON DE LIÈGE ET TRANSFERT D OXYGÈNE DANS LES VINS. INNOVATIONS DANS LE DOMAINE DU BOUCHON DE LIÈGE Paulo Lopes IMPACT DU BOUCHON SUR LA QUALITÉ DES VINS EN BOUTEILLE reduction Surmaturation oxydation

Plus en détail

K W = [H 3 O + ] [OH - ] = 10-14 = K a K b à 25 C. [H 3 O + ] = [OH - ] = 10-7 M Solution neutre. [H 3 O + ] > [OH - ] Solution acide

K W = [H 3 O + ] [OH - ] = 10-14 = K a K b à 25 C. [H 3 O + ] = [OH - ] = 10-7 M Solution neutre. [H 3 O + ] > [OH - ] Solution acide La constante d autoprotolyse de l eau, K W, est égale au produit de K a par K b pour un couple acide/base donné : En passant en échelle logarithmique, on voit donc que la somme du pk a et du pk b d un

Plus en détail

AMBASSADE DE FRANCE AUX ÉTATS-UNIS SERVICE ÉCONOMIQUE REGIONAL DE WASHINGTON

AMBASSADE DE FRANCE AUX ÉTATS-UNIS SERVICE ÉCONOMIQUE REGIONAL DE WASHINGTON Washington, le 5 février 2014 Objet : Mise en application de la loi de modernisation de sécurité sanitaire des aliments (FSMA - Food Safety Modernization Act) Détermination des aliments considérés à haut

Plus en détail

Vincent BOUDY. Praticien hospitalier maître de Conférence Universitaire PHARMACIEN RESPONSABLE Etablissement pharmaceutique des hôpitaux de l AP-HP

Vincent BOUDY. Praticien hospitalier maître de Conférence Universitaire PHARMACIEN RESPONSABLE Etablissement pharmaceutique des hôpitaux de l AP-HP Vincent BOUDY Praticien hospitalier maître de Conférence Universitaire PHARMACIEN RESPONSABLE Etablissement pharmaceutique des hôpitaux de l AP-HP Agence générale des équipements & produits de santé -

Plus en détail

4. Conditionnement et conservation de l échantillon

4. Conditionnement et conservation de l échantillon 1. Objet S-II-3V1 DOSAGE DU MERCURE DANS LES EXTRAITS D EAU RÉGALE Description du dosage du mercure par spectrométrie d absorption atomique de vapeur froide ou par spectrométrie de fluorescence atomique

Plus en détail

SAQ Event : Jeudi 23 Septembre 2010. Swiss Association for Quality Sections Genève-Vaud

SAQ Event : Jeudi 23 Septembre 2010. Swiss Association for Quality Sections Genève-Vaud SAQ Event : Jeudi 23 Septembre 2010 Swiss Association for Quality Sections Genève-Vaud HACCP : Un système de management de la sécurité alimentaire HACCP : un système pour le management de la sécurité alimentaire,

Plus en détail

Dureté de l eau et son traitement

Dureté de l eau et son traitement I - Introduction : Dureté de l eau et son traitement L eau bien que sans danger n est pas chimiquement pure. Après son évaporation, il reste des sels minéraux dont certains rendent l eau dure. Ces sels

Plus en détail

Science et technique. Écosystèmes microbiens des saucissons et de l environnement. Saucissons secs fermiers du Massif central

Science et technique. Écosystèmes microbiens des saucissons et de l environnement. Saucissons secs fermiers du Massif central LEBERT.qxd 19/1/7 15:3 Page 15 Écosystèmes microbiens des saucissons et de l environnement La France a produit 1 tonnes de produits fermentés séchés en. Cette production peut être industrielle ou fermière.

Plus en détail

l arrêté du 29 septembre 1997

l arrêté du 29 septembre 1997 FRANCAISE Texte de base : l arrêté du 29 septembre 1997 fixant les conditions d hygiène applicables dans les établissements de restauration collective à caractère social. Son contenu s articule autour

Plus en détail

1. Le commerce mondial d anchois

1. Le commerce mondial d anchois 1 1. Le commerce mondial d anchois 1.1 Introduction La famille des engraulidés (anchois) comprend un seul genre (Engraulis) et sept espèces de petits poissons pélagiques. Ces poissons se rencontrent dans

Plus en détail

La vérification du plan de maîtrise sanitaire : Les autocontrôles et les analyses microbiologiques

La vérification du plan de maîtrise sanitaire : Les autocontrôles et les analyses microbiologiques Note d information 22/11/2011 La vérification du plan de maîtrise sanitaire : Les autocontrôles et les analyses microbiologiques 1. De l élaboration d un Plan de maîtrise sanitaire Les producteurs, responsables

Plus en détail

Objectif : Effectuer le traitement chimique d une solution dont la composition est représentative de déchets de travaux pratiques.

Objectif : Effectuer le traitement chimique d une solution dont la composition est représentative de déchets de travaux pratiques. OLYMPIADES DE LA CHIMIE 005 EPREUVE PRATIQUE DES ELIMINATOIRES REGIONALES POITOU-CHARENTES le février 005 Traitement de déchets minéraux "D'après la préparation aux olympiades de l'académie de Nancy-Metz

Plus en détail

Essais inter-laboratoires. Informations techniques

Essais inter-laboratoires. Informations techniques Essais inter-laboratoires Analyses de riz Informations techniques - Nombre d'essais sur une période de 1 an : 3 échantillons expédiés par courrier, respectivement aux mois de juin, octobre et février.

Plus en détail

ANALYSES MICROBIOLOGIQUES ALIMENTAIRES

ANALYSES MICROBIOLOGIQUES ALIMENTAIRES ANALYSES MICROBIOLOGIQUES ALIMENTAIRES Page 2 sur 9 SOMMAIRE CADRE REGLEMENTAIRE DES ANALYSES MICROBIOLOGIQUES ALIMENTAIRES... 3 MODALITES D EXECUTION DE LA PRESTATION... 4 A. Le laboratoire d analyse...

Plus en détail

Conservation des grains de céréales et des farines

Conservation des grains de céréales et des farines Les calculatrices sont autorisées conformément à la circulaire no 99-186 du 16 novembre 1999. La clarté du raisonnement et la qualité de la rédaction interviennent dans l appréciation des copies. Conservation

Plus en détail

ANALYSE DE L HYDRATATION DE LA PEAU AVEC LE SPECTROPHOTOMETRE PROCHE INFRAROUGE PORTABLE LABSPEC PRO

ANALYSE DE L HYDRATATION DE LA PEAU AVEC LE SPECTROPHOTOMETRE PROCHE INFRAROUGE PORTABLE LABSPEC PRO ANALYSE DE L HYDRATATION DE LA PEAU AVEC LE SPECTROPHOTOMETRE PROCHE INFRAROUGE PORTABLE LABSPEC PRO Présentation Introduction I. Matériel et Méthode II. Résultats III. Discussion Comparaison avec d autres

Plus en détail

5. Matériaux en contact avec l eau

5. Matériaux en contact avec l eau Monitoring de la qualité Microbiologique de l eau potable dans les réseaux de distributions Intérêt de l utilisation d un kit de mesure rapide de la flore totale UTLISATIONS 1. Surveillance de Réseau mixte

Plus en détail

PRINCIPES POUR L ANALYSE DES RISQUES LIÉS AUX ALIMENTS DÉRIVÉS DES BIOTECHNOLOGIES MODERNES

PRINCIPES POUR L ANALYSE DES RISQUES LIÉS AUX ALIMENTS DÉRIVÉS DES BIOTECHNOLOGIES MODERNES -1- PRINCIPES POUR L ANALYSE DES RISQUES LIÉS AUX ALIMENTS DÉRIVÉS DES BIOTECHNOLOGIES MODERNES SECTION 1 INTRODUCTION CAC/GL 44-2003 1. Pour de nombreux aliments, le niveau de sécurité sanitaire généralement

Plus en détail

4. Application du système HACCP pour l assurance de la salubrité et de la qualité des anchois salés

4. Application du système HACCP pour l assurance de la salubrité et de la qualité des anchois salés 55 4. Application du système HACCP pour l assurance de la salubrité et de la qualité des anchois salés Le système HACCP Analyse des risques points critiques pour leur maîtrise, est un système qui définit,

Plus en détail

EUROPEAN UNION SCIENCE OLYMPIAD. Livret réponses TEST 1. AVRIL 13 th, 2010. pays: BELGIUM

EUROPEAN UNION SCIENCE OLYMPIAD. Livret réponses TEST 1. AVRIL 13 th, 2010. pays: BELGIUM EUROPEAN UNION SCIENCE OLYMPIAD Livret réponses TEST 1 AVRIL 13 th, 2010 pays: BELGIUM Team: _B Noms et signatures 1 Tache 1 humidité relative de l air 1.1: Le point de rosée ( condesation) est à (indiquer

Plus en détail

Centre d expertise en analyse environnementale du Québec

Centre d expertise en analyse environnementale du Québec Centre d expertise en analyse environnementale du Québec Programme d accréditation des laboratoires d analyse PROTOCOLE POUR LA VALIDATION D UNE MÉTHODE D ANALYSE EN CHIMIE DR-12-VMC Édition : 6 mars 2015

Plus en détail

Critères pour les méthodes de quantification des résidus potentiellement allergéniques de protéines de collage dans le vin (OIV-Oeno 427-2010)

Critères pour les méthodes de quantification des résidus potentiellement allergéniques de protéines de collage dans le vin (OIV-Oeno 427-2010) Méthode OIV- -MA-AS315-23 Type de méthode : critères Critères pour les méthodes de quantification des résidus potentiellement allergéniques de protéines de collage (OIV-Oeno 427-2010) 1 Définitions des

Plus en détail

I - LES EAUX DE CONSOMMATION

I - LES EAUX DE CONSOMMATION THEME N 2 : ALIMENTATION ET ENVIRONNEMENT Ce thème est une approche à la fois individuelle et globale des problèmes de l'alimentation des hommes sur la planète. Ce thème doit permettre de poser scientifiquement

Plus en détail

Ecole nationale supérieure du tourisme. La méthode HACCP. Module : nutrition. Etudiante : ABOUTITE Yasmine

Ecole nationale supérieure du tourisme. La méthode HACCP. Module : nutrition. Etudiante : ABOUTITE Yasmine Ecole nationale supérieure du tourisme La méthode HACCP Module : nutrition Etudiante : ABOUTITE Yasmine 2009 Sommaire : I/ définition de l abréviation HACCP II/ la signification du HACCP III/ l historique

Plus en détail

Petrifilm. Test pour la numération des E. coli et Coliformes. Guide d Interprétation

Petrifilm. Test pour la numération des E. coli et Coliformes. Guide d Interprétation Guide d Interprétation Petrifilm Test pour la numération des E. coli et Coliformes Ce document est destiné à vous apporter une aide pour l interprétation des résultats obtenus à partir du test M Petrifilm

Plus en détail

Lot Quality Assurance Sampling. Elise Naoufal EVARISQ 15 septembre 2011

Lot Quality Assurance Sampling. Elise Naoufal EVARISQ 15 septembre 2011 Lot Quality Assurance Sampling LQAS Elise Naoufal EVARISQ 15 septembre 2011 1 LQAS Une question d efficacité? LQAS et santé Méthode et Fondements théoriques Détermination du couple (n,d n,d) Conclusion

Plus en détail

Proposition de " Critères Microbiologiques " pour. Préambule

Proposition de  Critères Microbiologiques  pour. Préambule Proposition de " Critères Microbiologiques " pour Listeria monocytogenes dans les aliments Préambule Composants à prendre en compte pour définir un critère : Les différents composants entrant dans la définition

Plus en détail

Produits de la Mer : Produits, Agréage, Préparation des commandes. Catalogue de formation. Partenaire-conseil de la distribution

Produits de la Mer : Produits, Agréage, Préparation des commandes. Catalogue de formation. Partenaire-conseil de la distribution DÉPARTEMENT MERCHANDISING ET DISTRIBUTION Partenaire-conseil de la distribution Conseil - Etudes - Ingénierie - Formation Produits de la Mer : Produits, Agréage, Préparation des commandes Catalogue de

Plus en détail

Tests paramétriques de comparaison de 2 moyennes Exercices commentés José LABARERE

Tests paramétriques de comparaison de 2 moyennes Exercices commentés José LABARERE Chapitre 5 UE4 : Biostatistiques Tests paramétriques de comparaison de 2 moyennes Exercices commentés José LABARERE Année universitaire 2010/2011 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés.

Plus en détail

Robert Lapalme EnviroLac Février 2011

Robert Lapalme EnviroLac Février 2011 PROGRAMME DE SUIVI ENVIRONNEMENTAL DU LAC-LA-TORTUE POUR LA SAISON 2010 RAPPORT D ANALYSE DES RÉSULTATS Préparé pour La Ville de Shawinigan Et L association de protection environnementale du Lac à la Tortue

Plus en détail

APTITUDE DE LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE À DÉTECTER LES FISSURES ET NIDS D ABIELLE DANS LE BÉTON

APTITUDE DE LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE À DÉTECTER LES FISSURES ET NIDS D ABIELLE DANS LE BÉTON APTITUDE DE LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE À DÉTECTER LES FISSURES ET NIDS D ABIELLE DANS LE BÉTON J. RHAZI, S. NAAR Groupe de Recherche sur l Auscultation et l Instrumentation Département de génie civil

Plus en détail

Didactique Kit de chimie

Didactique Kit de chimie Kit de chimie Français p 1 Version : 1110 1 Description 1.1 Généralités Le kit effet d un azurant sur le coton permet la mise en œuvre d une réaction photochimique en utilisant un azurant optique. Cette

Plus en détail

Qualité de l eau. I. Analyse qualitative d une eau. 1. Test de mises en évidences de quelques ions :

Qualité de l eau. I. Analyse qualitative d une eau. 1. Test de mises en évidences de quelques ions : 1 Qualité de l eau L eau potable est le produit alimentaire le plus surveillé. Les normes de qualité de l eau potable définies par le ministère de la Santé et le Parlement Européen sont très rigoureuses.

Plus en détail

Exercice I: solution tampon (7 points)

Exercice I: solution tampon (7 points) Classes : SG Année scolaire : 2010/2011 Matière : Chimie Cette épreuve est constituée de trois exercices. Elle comporte trois pages numérotées de 1 à 3. L usage d une calculatrice non programmable est

Plus en détail

RAPID Salmonella/Gélose 356-3961 356-3963 356-4705

RAPID Salmonella/Gélose 356-3961 356-3963 356-4705 356-3961 356-3963 356-4705 DOMAINE D APPLICATION La gélose RAPID Salmonella est un milieu chromogénique utilisé pour la recherche des Salmonella spp. lors de l'analyse des produits d alimentation humaine

Plus en détail

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices :

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices : Chapitre 02 La lumière des étoiles. I- Lumière monochromatique et lumière polychromatique. )- Expérience de Newton (642 727). 2)- Expérience avec la lumière émise par un Laser. 3)- Radiation et longueur

Plus en détail

parle-t-on de l HACCP? Directive CEE 93/43 hygiène des aliments janvier 1996 principes fondamentaux de la méthode HACCP

parle-t-on de l HACCP? Directive CEE 93/43 hygiène des aliments janvier 1996 principes fondamentaux de la méthode HACCP HACCP parle-t-on de l HACCP? La réglementation en matière d hygiène alimentaire a considérablement évolué ces dernières années. La compétence des professionnels dans le choix des moyens à mettre en œuvre

Plus en détail

Université Paris 12 IUP SIAL Mlle ROUX 17/11/03 NOVELLO Célia TAP Julien

Université Paris 12 IUP SIAL Mlle ROUX 17/11/03 NOVELLO Célia TAP Julien Université Paris 12 IUP SIAL Mlle ROUX 17/11/03 NOVELLO Célia TAP Julien TP de microbiologie : ANALYSES PLATS CUISINES I. Introduction Le but de ce TP est d analyser un plat cuisiné, le hachis Parmentier,

Plus en détail

Summary. Introduction. VII e Congrès International des terroirs viticoles / VII th International terroir Congress

Summary. Introduction. VII e Congrès International des terroirs viticoles / VII th International terroir Congress Effet du climat viticole sur la perception sensorielle du vin. Eléments méthodologiques pour une modélisation au niveau mondial Viticultural climate effect on the sensorial perception of wines. Methodological

Plus en détail

FORMATION ASSURANCE QUALITÉ & CONTRÔLE DES MÉDICAMENTS

FORMATION ASSURANCE QUALITÉ & CONTRÔLE DES MÉDICAMENTS FORMATION ASSURANCE QUALITÉ & CONTRÔLE DES MÉDICAMENTS 26-29/11/2007 - Rabat, Maroc Dr Pierre Leveau Responsable de l Unité Qualité et Environnement pierre.leveau@edqm.eu MODULE: Maîtrise des résultats

Plus en détail

L Eau Pure, une Énergie Nouvelle Pour l Entreprise.

L Eau Pure, une Énergie Nouvelle Pour l Entreprise. L Eau Pure, une Énergie Nouvelle Pour l Entreprise. Waterlogic, aux Sources de l Excellence Waterlogic, numéro un mondial de la fabrication et de la commercialisation de fontaines à eau branchées sur le

Plus en détail

C5 Synthè sès èn chimiè organiquè

C5 Synthè sès èn chimiè organiquè Synthè sès èn chimiè organiquè Une synthèse chimique est un enchaînement de réactions chimiques mis en œuvre pour l obtention d un ou plusieurs produits finaux. Ce processus en chimie va permettre de créer

Plus en détail

Note explicative CHIMIE INORGANIQUE AVEYRON LABO

Note explicative CHIMIE INORGANIQUE AVEYRON LABO CHIMIE INORGANIQUE Note explicative Les délais indiqués sont, à titre indicatif. Ils peuvent varier en fonction de l activité du laboratoire. Les délais indiqués correspondent aux délais analytiques incompressibles.

Plus en détail

CODE D USAGES EN MATIERE D HYGIENE POUR LE TRANSPORT DES PRODUITS ALIMENTAIRES EN VRAC ET DES PRODUITS ALIMENTAIRES SEMI-EMBALLES CAC/RCP 47-2001

CODE D USAGES EN MATIERE D HYGIENE POUR LE TRANSPORT DES PRODUITS ALIMENTAIRES EN VRAC ET DES PRODUITS ALIMENTAIRES SEMI-EMBALLES CAC/RCP 47-2001 CAC/RCP 47-2001 Page 1 de 7 CODE D USAGES EN MATIERE D HYGIENE POUR LE TRANSPORT DES PRODUITS ALIMENTAIRES EN VRAC ET DES PRODUITS ALIMENTAIRES SEMI-EMBALLES CAC/RCP 47-2001 INTRODUCTION...2 SECTION I

Plus en détail

Expérience # 7 Identification des composés d un mélange

Expérience # 7 Identification des composés d un mélange Expérience # 7 1. But Le but de l expérience consiste à isoler chacun des composés d un mélange par les techniques de purification connues, à prouver la pureté de chacun et à déterminer la nature des composés

Plus en détail

NORME CAMEROUNAISE NC 235 : 2005 06

NORME CAMEROUNAISE NC 235 : 2005 06 NC 235 : 2005 06 REPUBLIQUE DU CAMEROUN REPUBLIC OF CAMEROON Paix Travail Patrie Peace Work Fatherland ========= ========= MINISTERE DE L INDUSTRIE, DES MINES ET DU MINISTRY OF INDUSTRY, MINES AND DEVELOPPEMENT

Plus en détail

5. Information et accès aux moyens de paiement

5. Information et accès aux moyens de paiement 5. Information et accès aux moyens de paiement Cette dernière partie mobilise des méthodes d analyse des données, permettant de mieux comprendre comment s articulent d une part l accès aux différents services

Plus en détail

CONTRÔLE DE LA QUALITE ANALYTIQUE AU LABO. Août 2009 Hilde De Boeck

CONTRÔLE DE LA QUALITE ANALYTIQUE AU LABO. Août 2009 Hilde De Boeck CONTRÔLE DE LA QUALITE ANALYTIQUE AU LABO Août 2009 Hilde De Boeck SOMMAIRE 1. Introduction 2. Mise en œuvre d un CQI 3. Préparation d un échantillon CQI 4. Calcule des valeurs cibles 5. Réalisation du

Plus en détail

Indicateur n 2-3 : Suivi de la prestation de compensation du handicap (PCH)

Indicateur n 2-3 : Suivi de la prestation de compensation du handicap (PCH) Programme «Invalidité et dispositifs gérés par la CNSA» - Partie II «Objectifs / résultats» Objectif n 2 : répondre au besoin d autonomie des personnes handicapées Indicateur n 2-3 : Suivi de la prestation

Plus en détail

Accident de la centrale nucléaire Fukushima Dai-Ichi - Décontamination et gestion des déchets - Point de la situation en mars 2015

Accident de la centrale nucléaire Fukushima Dai-Ichi - Décontamination et gestion des déchets - Point de la situation en mars 2015 9 mars 2015 Accident de la centrale nucléaire Fukushima Dai-Ichi - Décontamination et gestion des déchets - Point de la situation en mars 2015 L accident de la centrale de Fukushima Dai-Ichi (F-1), survenu

Plus en détail

CARTOGRAPHIE. des moyens de paiement scripturaux. Bilan de la collecte 2014 (données 2013)

CARTOGRAPHIE. des moyens de paiement scripturaux. Bilan de la collecte 2014 (données 2013) 213 CARTOGRAPHIE des moyens de paiement scripturaux Bilan de la collecte 214 (données 213) Banque de France 39, rue Croix-des-Petits-Champs 751 PARIS Directeur de la publication : Denis Beau, directeur

Plus en détail

Les vitamines. Définition. Classification et fonction

Les vitamines. Définition. Classification et fonction Les vitamines Définition Les vitamines sont des nutriments organiques essentiels qui, contrairement à d autres nutriments (glucides, lipides, protéines), n apportent ni énergie ni éléments de croissance.

Plus en détail

1. IDENTIFICATION DE LA SUBSTANCE/PREPARATION ET DE LA SOCIETE/ENTREPRISE

1. IDENTIFICATION DE LA SUBSTANCE/PREPARATION ET DE LA SOCIETE/ENTREPRISE Page : 1/8 1. IDENTIFICATION DE LA SUBSTANCE/PREPARATION ET DE LA SOCIETE/ENTREPRISE Identification de la préparation Utilisation de la préparation Identification de la Société / Entreprise Adresse : Eosine

Plus en détail

DS n 8 Physique & Chimie

DS n 8 Physique & Chimie DS n 8 Physique & Chimie CONTROLE DE QUALITE D UN LAIT D APRES PONDICHERY 2014 (+ LIBAN 2014) [7 PTS] Le lait de vache est un liquide biologique de densité 1,03. Il est constitué de 87 % d'eau, 4,7 % de

Plus en détail

Présentation de la consolidation

Présentation de la consolidation Chapitre I Présentation de la consolidation Établir les comptes consolidés d un groupe consiste à présenter son patrimoine, sa situation financière et les résultats de l ensemble des entités qui le constituent

Plus en détail

S O 2H O S SO 3H O. une solution de thiosulfate de sodium de concentration en ion thiosulfate [S 2

S O 2H O S SO 3H O. une solution de thiosulfate de sodium de concentration en ion thiosulfate [S 2 PARTIE 3 : Réactions chimiques et milieux biologiques TP 15 La chimie des facteurs cinétiques OBJECTIFS : Mettre en œuvre une démarche expérimentale pour mettre en évidence quelques paramètres influençant

Plus en détail

Journée d information & d échanges des fontainiers. La désinfection de l eau

Journée d information & d échanges des fontainiers. La désinfection de l eau Journée d information & d échanges des fontainiers La désinfection de l eau La désinfection de l eau Le but de la désinfection La désinfection par le Chlore Les méthodes Le dosage Mesurer la teneur en

Plus en détail

Les communautés de nématodes en tant que bioindicateurs potentiels de la santé des sols urbain

Les communautés de nématodes en tant que bioindicateurs potentiels de la santé des sols urbain Les communautés de nématodes en tant que bioindicateurs potentiels de la santé des sols urbain Rochat Guy* *Laboratoires Biologie du sol et Sol & végétation, Institut de Biologie, Université de Neuchâtel

Plus en détail

Les méthodes potentiométriques

Les méthodes potentiométriques Le ph-mètre (réf :Skoog, West, Holler, Section 19-A. p 412) Les méthodes potentiométriques 2 e partie Erreur dans la mesure d une tension à l aide d un ph-mètre (ionomètre) Maintenant que nous avons explorés

Plus en détail

Validation de méthode Dosage de métaux (Cr, Cd, Pb, Ni) sous forme d aérosol dans un échantillon d air

Validation de méthode Dosage de métaux (Cr, Cd, Pb, Ni) sous forme d aérosol dans un échantillon d air Jean de Boutiny M1 STEM Validation de méthode Dosage de métaux (Cr, Cd, Pb, Ni) sous forme d aérosol dans un échantillon d air Maître de stage : Jean-Ulrich Mullot Tuteurs de stage : Aurélie Gollion, Lucien

Plus en détail

CONSEIL OLEICOLE INTERNATIONAL

CONSEIL OLEICOLE INTERNATIONAL CONSEIL OLEICOLE INTERNATIONAL COI/T.20/Doc. nº 11/Rév.2 2001 FRANÇAIS Original: ESPAGNOL Príncipe de Vergara, 154 28002 Madrid Espagne. Tel.: +34 915 903 638 Fax: +34 915 631 263 - e-mail: iooc@internationaloliveoil.org

Plus en détail

VALIDATIERAPPORT RAPPORT DE VALIDATION

VALIDATIERAPPORT RAPPORT DE VALIDATION VALIDATIERAPPORT RAPPORT DE VALIDATION Analysemethode Méthode d analyse Techniek Technique Matrix / matrixgroep Matrice / Groupe de matrices Datum laatste aanpassing / Date de la dernière adaptation Dénombrement

Plus en détail

2.0 Interprétation des cotes d évaluation des risques relatifs aux produits

2.0 Interprétation des cotes d évaluation des risques relatifs aux produits 2.0 Interprétation des cotes d évaluation des risques relatifs aux produits L interprétation des cotes attribuées dans le cadre des évaluations des risques relatifs aux produits décrite plus loin repose

Plus en détail

Chromatographie gazeuse

Chromatographie gazeuse 2012 Chromatographie gazeuse Assisstant : Bastien NEEL Group 1 : Romain LAVERRIERE (romainl0@etu.unige.ch) Tatiana PACHOVA (pachova0@etu.unige.ch) Table of content: 1 Résumé... 3 2 Introduction... 3 3

Plus en détail