Les chiffres du MEDEF Octobre Analyse de la compétitivité des entreprises françaises. Les chiffres du MEDEF octobre

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les chiffres du MEDEF Octobre Analyse de la compétitivité des entreprises françaises. Les chiffres du MEDEF octobre"

Transcription

1 Les chiffres du MEDEF Octobre 216 Analyse de la compétitivité des entreprises françaises Les chiffres du MEDEF octobre 216 1

2 SOMMAIRE I - PARTS DE MARCHÉ 1 - Poids de la France dans les exportations mondiales P3 2 Evolution des parts de marché entre 2 et 215 P3 3 Poids de la France dans les exportations de la zone euro P4 II - PROFITABILITÉ DES ENTREPRISES 1 Marges des sociétés en France P5 2 Marges comparées P5 3 Investissements et capacité d autofinancement des entreprises en France P6 4 Taux d autofinancement P6 III - PRÉLÈVEMENTS OBLIGATOIRES SUR LES ENTREPRISES 1 Niveau comparé des prélèvements fiscaux et sociaux sur les entreprises P7 2 Contribution des entreprises aux recettes publiques fiscales et sociales P7 3 - Prélèvements sur les facteurs de production et sur la consommation P8 IV - COÛT DE LA MAIN D ŒUVRE 1 Coût horaire de la main d œuvre P9 2 Evolution comparée du coût horaire de la main d œuvre P9 3 Evolution comparée du coût horaire de la main d œuvre dans les grands secteurs P1 4 Charges annexes au salaire P1 5 Evolution comparée du coût salarial unitaire dans l ensemble de l économie P11 V - PARTAGE DE LA VALEUR AJOUTÉE DES ENTREPRISES 1 Rémunérations chargées P12 2 Salaires bruts versés P12 3 Partage de la valeur ajoutée depuis le début de la crise P13 VI EFFORT DE RECHERCHE ET DÉVELOPPEMENT DES ENTREPRISES 1 Dépenses de recherche et développement privées rapportées au PIB P Dépenses de recherche et développement privées rapportées aux marges des sociétés P14 VII FINANCES PUBLIQUES 1 Dépenses publiques P15 2 Prélèvements obligatoires P15 3 Déficit total P16 4 Déficit primaire P16 5 Déficit structurel P17 6 Dette publique P17 Les chiffres du MEDEF octobre 216 2

3 1. Parts de marché 1 Part de la France dans les exportations mondiales 5, 4,5 4,7 Exportations françaises/exportations mondiales (marchandises, %) 4, 3,5 3, 3,1 Sources : FMI, Douanes 2 Evolution des parts dans les exportations mondiales entre 2 et ,8 Evolution de la part de chaque pays dans les exportations mondiales de marchandises entre 2 et 215 (%) ,5-5 -5,2-6,6-14,2-24,9-34,9-4,5 Sources : FMI, douanes nationales Les chiffres du MEDEF octobre 216 3

4 3 Poids de la France dans les exportations de la Zone Euro Part de la France dans les exportations de la zone euro (%) 17,5 16,9 Services 15 15, Biens 13,3 Sources: Eurostat, Comptes Nationaux Part de la France dans les exportations de biens et services de la zone euro (%) 17, ,7 Sources: Eurostat, Comptes Nationaux Les chiffres du MEDEF octobre 216 4

5 2. Profitabilité des entreprises 1 Marges des sociétés en France 34 Excédent brut d'exploitation/valeur ajoutée (%, sociétés non financières) , , Source : Comptes de la Nation - INSEE (système européen de comptes 21) 2 Marges comparées Excédent brut d'exploitation / valeur ajoutée (%, sociétés non financières, 215) ,6 41,7 41,7 41,7 41,3 41, 4,9 4,6 4,4 38,6 35,6 31,4 *214 Source : Eurostat Les chiffres du MEDEF octobre 216 5

6 3 Investissements et capacité d autofinancement des entreprises en France 24 % de la valeur ajoutée (sociétés non financières) ,9 19,6 22,9 Investissements 19,7 Autofinancement Source : Comptes de la Nation INSEE 4 Taux d autofinancement 96 Epargne brute/investissements (%, sociétés non financières) ,3 86,3 Source : Comptes de la Nation INSEE Les chiffres du MEDEF octobre 216 6

7 3. Prélèvements obligatoires sur les entreprises 1 Niveau comparé des prélèvements fiscaux et sociaux sur les entreprises 3 Prélèvements fiscaux et sociaux / valeur ajoutée (%, sociétés non financières et sociétés financières, 215) 25 23,8 23,4 22,3 Cotisations sociales Impôts nets de subventions ,6 16,3 13,7 9,7 19,3 17,9 7,7 3, 16,6 16,5 16,2 15,3 14,3 6,6 13,6 6,7 5,1 7, 3,8 3,8 3,4 14,6 16,2 11,3 9,9 11,4 11,5 9,2 1,6 1,2 9,2 8,7 5,7 5,3 3,5 3,3 *214 Source : Eurostat 2 Contribution des entreprises aux recettes publiques fiscales et sociales Part des prélèvements fiscaux et sociaux sur les entreprises dans les prélèvements publics totaux (% du PIB, 214) 3,2 3,1 27,9 26,9 26,1 25,6 23,1 22, ,3 1 5 (*) 213 Sources : Eurostat Statistiques des recettes publiques, (OCDE) Les chiffres du MEDEF octobre 216 7

8 3 Prélèvements sur les facteurs de production et sur la consommation ,5 38,5 37,8 Taux implicites de prélèvements en 212 (prélèvements / assiette effective, %) 46,9 France Zone euro Allemagne ,2 19,8 19,3 19,8 1 nd Travail (1) Capital (2) Consommation (3) Source: Eurostat, "Taxation trends in the European Union", édition 214 (1) cotisations sociales employeurs et employés, différents impôts et taxes sur les salaires et la main d'œuvre (formation, apprentissage, versement transport pour la France) (2) Taxes sur le patrimoine financier et non financier, sur les revenus du capital (dividendes, intérêts, loyers, etc) et sur les assurances (3) TVA, TIPP, taxes sur les alcools, etc Les chiffres du MEDEF octobre 216 8

9 4. Coût de la main d œuvre 1 Coût horaire de la main d œuvre en Coût horaire de la main d'oeuvre dans le secteur marchand non agricole (euros par heure, 215) 43,5 43,1 41,3 36,1 33,8 33,6 33,5 33,5 29,9 29,1 27,7 26,1 21,1 15,8 13,1 1,4 Source : Eurostat 2 Evolution comparée du coût horaire de la main d œuvre Evolution du coût horaire de la main d'oeuvre dans le secteur marchand non agricole (euros courants) France Allemagne 36,1 33, , ,4 22 Source : Eurostat Les chiffres du MEDEF octobre 216 9

10 3 Evolution relative du coût horaire de la main d œuvre dans les grands secteurs d activité ,6 92,7 Evolution relative du coût horaire de la main d'oeuvre en France (base 1 = Allemagne) 95,4 84,3 113,9 116,1 16,7 96, SECTEUR PRIVE Industrie manufacturière Construction Commerces et services marchands Source : Eurostat 4 Charges annexes au salaire ,8 46,9 44,4 Charges annexes au salaire (% des salaires et traitements bruts, 215) 38,8 36,1 35,4 34,6 3,1 27,9 27,8 27,4 2 19,3 18,1 15,6 1 Source: Eurostat NB: Selon la définition d'eurostat, la coût horaire de la main d'œuvre "comprend la rémunération des employés, avec les salaires et traitements bruts en espèces et en nature, les cotisations patronales de sécurité sociale, les frais de formation professionnelle, les autres dépenses, telles que les coûts de recrutement et les vêtements de travail, et les taxes sur l'emploi considérées comme coûts de main d'œuvre déduction faite des subventions reçues". Les chiffres du MEDEF octobre 216 1

11 5 Evolution comparée du coût salarial unitaire dans l ensemble de l économie Coût salarial unitaire (1 = 2, ensemble de l'économie) Italie Espagne France Pays-Bas Allemagne 9 Royaume-Uni 8 Source: Eurostat Les chiffres du MEDEF octobre

12 5. Partage de la valeur ajoutée des entreprises 1 Rémunérations chargées 67 Rémunérations (y compris cotisations employeurs)/valeur ajoutée (%, sociétés non financières) 66 65, ,3 63,1 62 Source : Comptes de la Nation INSEE 2 Salaires et traitements bruts versés 51 Salaires et traitements bruts versés / valeur ajoutée (%, sociétés non financières) 5 49, ,3 47,8 Source : Comptes de la Nation INSEE Les chiffres du MEDEF octobre

13 3 Partage de la valeur ajoutée depuis le début de la crise ,3 Valeur ajoutée Evolution entre 27 et 215 (% en euros courants, sociétés non financières) +16,3 Rémunérations chargées +4,6 +4,8 Marge brute Profit net distribuable* Source : Comptes de la Nation INSEE / *épargne brute + distribution nette Les chiffres du MEDEF octobre

14 6. Effort de recherche et de développement des entreprises 1 Dépenses de recherche et développement privées rapportées au PIB Dépenses de R&D intra-muros / PIB (sociétés non financières, %) 2 1,9 1,8 1,7 1,6 Allemagne 1,85 1,5 1,4 1,3 1,2 1,1 1,27 1,7 France 1,23 1 Source : Eurostat 2 Dépenses de recherche et développement privées rapportées aux marges des sociétés Dépenses de R&D intras-muros / EBE (sociétés non financières, %) 8,5 8, France 8,2 7,8 7,5 Allemagne 7, 6,9 6,5 6,3 6, Source : Eurostat Les chiffres du MEDEF octobre

15 7. Finances publiques 1 Dépenses publiques 7 Total des dépenses publiques (% du PIB, 216 prévision) 58,3 6 56,2 53,7 51,4 5,7 49,7 48, 5 46,6 44,3 44,3 42, ,5 2 1 Source: Commission européenne (Spring forecast mai 216) 2 Prélèvements obligatoires 5 4 Prélèvements publics fiscaux et sociaux (% du PIB, 214) 45,2 44,7 43,9 43,6 43, 36,7 36,1 35,9 34,4 33,2 32,6 29, (*) 213 Source : OCDE, Statistiques des recettes publiques (édition 215) Les chiffres du MEDEF octobre

16 3 Déficit total Déficit total des finances publiques (% du PIB, 216 prévision) +,2-1,2-1,5-1,7-1,9-2,4-2,5-2,7-2,8-3,1-3,4-3,9 Source: Commission européenne (Spring forecast mai 216) 4 Déficit primaire (1) +3 Déficit primaire* des finances publiques (% du PIB, 216 prévision) +2 +1,8 +1,7 +1,6 +1,6 +1 +,9 +,8 +, ,1 -,5-1,1-1,4-1,5-3 * Déficit total - intérêts de la dette Source: Commission européenne (Spring forecast mai 216) Les chiffres du MEDEF octobre

17 5 Déficit structurel Déficit structurel des finances publiques (% du PIB, 216 prévision) +,4 -, -,9-1,3-1,5-1,6-1,7-2, -2,2-2,3-2,4-3,1 Source: Commission européenne (Spring forecast mai 216) 6 Dette publique ,8 132,7 126, Dette publique (% du PIB, 216 prévision) 16,4 1,3 96,4 92,2 89,1 84,9 8 68,6 65,2 64,9 4 Source: Commission européenne (Spring forecast mai 216) Les chiffres du MEDEF octobre

La situation financière des SNF françaises Quelques éléments de diagnostic élaborés à partir des comptes nationaux

La situation financière des SNF françaises Quelques éléments de diagnostic élaborés à partir des comptes nationaux La situation financière des SNF françaises Quelques éléments de diagnostic élaborés à partir des comptes nationaux 21 novembre 2014 Gilbert Cette 1. Définitions et sources Valeur ajoutée aux coûts des

Plus en détail

Compétitivité française : Quelques constats

Compétitivité française : Quelques constats Compétitivité française : Quelques constats Gilbert Cette Banque de France et Université d Aix-Marseille Gilbert Cette 1 Sommaire 1.1 Dégradation alarmante 1.2 Dégradation stoppée 1.3 En particulier vis-à-vis

Plus en détail

Les comptes nationaux et le SEC 2010

Les comptes nationaux et le SEC 2010 Les comptes nationaux et le SEC 2010 7 ème séminaire de la Banque nationale de Belgique pour enseignants en économie du secondaire Bruxelles, le 22 octobre 2014 Catherine RIGO Plan de l exposé Introduction

Plus en détail

Observation et Conjoncture Économique. Économie Nationale approche par les revenus

Observation et Conjoncture Économique. Économie Nationale approche par les revenus Observation et Conjoncture Économique Économie Nationale approche par les revenus qu est ce que le Revenu? La rémunération des facteurs de production? Le capital Le travail La consommation intermédiaire

Plus en détail

DES PAROLES ET DES ACTES : LES 4 MENSONGES DE MONSIEUR LENGLET

DES PAROLES ET DES ACTES : LES 4 MENSONGES DE MONSIEUR LENGLET Cette fiche élaborée par la commission économie du Parti de Gauche révèle les 4 "erreurs" fondamentales issues de l'argumentaire que Monsieur Lenglet a opposé à Jean-Luc Mélenchon lors de l'émission des

Plus en détail

Dépenses nationales totales 3.0 3.4 2.3

Dépenses nationales totales 3.0 3.4 2.3 Chiffres clés pour l'économie belge Pourcentages de variation en volume - sauf indications contraires Dépenses de consommation finale des particuliers 2.0 2.6 1.4 Dépenses de consommation finale des pouvoirs

Plus en détail

Tableau de bord mensuel du GFI

Tableau de bord mensuel du GFI Tableau de bord mensuel du GFI 1- Croissance... 1 2- Activité industrielle... 2 3- Enquêtes de conjoncture... 3 4- Echanges extérieurs... 4 5- Demande intérieure... 5 6- Investissement... 6 7- Coûts salariaux...

Plus en détail

3. Agrégats, ratios et équilibres macroéconomiques

3. Agrégats, ratios et équilibres macroéconomiques 3. Agrégats, ratios et équilibres macroéconomiques Le calcul du PIB (1) PIB : Résultat final de l activité de production des unités productrices résidentes 3 façons de le mesurer : Par la production Par

Plus en détail

Tableau de bord mensuel du GFI

Tableau de bord mensuel du GFI Tableau de bord mensuel du GFI 1- Croissance... 1 2- Activité industrielle... 2 3- Enquêtes de conjoncture... 3 4- Echanges extérieurs... 4 5- Demande intérieure... 5 6- Investissement... 6 7- Coûts salariaux...

Plus en détail

Les difficultés des réformes structurelles

Les difficultés des réformes structurelles mars N (mis à jour le novembre ) Les difficultés des réformes structurelles On conseille systématiquement aux pays européens de mettre en place des politiques de réformes structurelles : flexibilité accrue

Plus en détail

CHAPITRE VI - LES SOLDES COMPTABLES ET LES INDICATEURS DE REVENU

CHAPITRE VI - LES SOLDES COMPTABLES ET LES INDICATEURS DE REVENU CHAPITRE VI - LES SOLDES COMPTABLES ET LES INDICATEURS DE REVENU 1. Le compte de production... 129 2. Le compte d exploitation... 129 3. Le compte de revenu d entreprise... 130 4. Les indicateurs de revenu

Plus en détail

DEVOIR N 1 économie générale

DEVOIR N 1 économie générale PROGRAMME : DEVOIR N 1 économie générale L économie et son domaine Le circuit économique comme méthode d'analyse La production marchande et non marchande Le travail Le capital et le progrès technique Le

Plus en détail

La France en Europe. éléments de comparaison à partir d études institutionnelles récentes 06_2009 1/10

La France en Europe. éléments de comparaison à partir d études institutionnelles récentes 06_2009 1/10 1/10 Les déterminants de l économie font l objet de comparaisons internationales régulières par des institutions indépendantes et des entreprises de conseil. Ces études apportent un éclairage intéressant

Plus en détail

ÉVALUATION DE L IMPACT ÉCONOMIQUE DU CRÉDIT D IMPÔT POUR LA COMPÉTITIVITÉ ET L EMPLOI (CICE) 1

ÉVALUATION DE L IMPACT ÉCONOMIQUE DU CRÉDIT D IMPÔT POUR LA COMPÉTITIVITÉ ET L EMPLOI (CICE) 1 ÉVALUATION DE L IMPACT ÉCONOMIQUE DU CRÉDIT D IMPÔT POUR LA COMPÉTITIVITÉ ET L EMPLOI (CICE) 1 Mathieu Plane OFCE À la suite de la remise au Premier ministre du Rapport Gallois, le gouvernement a décidé,

Plus en détail

La crise des dettes souveraines*

La crise des dettes souveraines* La crise des dettes souveraines* ANTON BRENDER, FLORENCE PISANI & EMILE GAGNA (*) La découverte 1. Table des matières I Dette souveraine, dette privée II D une crise à l autre III Le piège japonais IV

Plus en détail

Tableau de bord mensuel du GFI

Tableau de bord mensuel du GFI Tableau de bord mensuel du GFI 1- Taux de change... page 1 2- Taux d intérêt... 2 3- Crédits aux sociétés non financières... 3 4- Matières premières et pétrole... 4 5- Croissance... 5 6- Activité industrielle...

Plus en détail

Tableau de bord. Issu du dialogue économique entre les organisations syndicales et le MEDEF

Tableau de bord. Issu du dialogue économique entre les organisations syndicales et le MEDEF Tableau de bord Issu du dialogue économique entre les organisations syndicales et le MEDEF Septembre 2009 Sommaire Introduction...4 1 Marché du travail et emploi...7 1-1 Emploi...8 1-2 Coût du travail...14

Plus en détail

LA BALANCE DES PAIEMENTS ET SON

LA BALANCE DES PAIEMENTS ET SON COMMENT S OPÈRE LE FINANCEMENT de L ÉCONOMIE MONDIALE? LA BALANCE DES PAIEMENTS ET SON INTERPRÉTATION ÉCONOMIQUE A. QU EST-CE QU UNE BALANCE DES PAIEMENTS B. LA BALANCE DES TRANSACTIONS COURANTES C. LA

Plus en détail

10 raisons d investir en France Juillet 2012

10 raisons d investir en France Juillet 2012 10 raisons d investir en France Juillet 2012 1 La France : Une puissance économique de rang mondial 2 ème puissance économique de l Union européenne. Source : FMI, 2012 6 ème exportateur mondial de biens

Plus en détail

composition de la consommation marchande des FranÇais entre 1960 et 2010

composition de la consommation marchande des FranÇais entre 1960 et 2010 Données actualisées 1 composition de la consommation marchande des FranÇais entre 1960 et 2010 En pourcentage Nature de la dépense 1960 2010 Produits alimentaires et produits non alcoolisés 26,5 13,3 Boissons

Plus en détail

Réunions publiques janvier 2013. Présentation du Débat d Orientation Budgétaire

Réunions publiques janvier 2013. Présentation du Débat d Orientation Budgétaire Réunions publiques janvier 2013 Présentation du Débat d Orientation Budgétaire 7 février 2011 LE CONTEXTE Une économie mondiale très ralentie En zone Euro : des incertitudes autour de la crise de la dette

Plus en détail

11. Données Macroéconomiques

11. Données Macroéconomiques 11. Données Macroéconomiques 1. Une entreprise agricole produit du blé et des tomates. Elle vend pour 3 de blé à un moulin qui, par la suite, le revend sous forme de farine pour 6 à un fabricant de tagliatelles.

Plus en détail

RAPPORT ÉCONOMIQUE, SOCIAL, ET FINANCIER

RAPPORT ÉCONOMIQUE, SOCIAL, ET FINANCIER PROJET DE LOI DE FINANCES POUR 2014 RAPPORT ÉCONOMIQUE, SOCIAL, ET FINANCIER Tome II Annexe Statistique Sommaire I. Production et formation du revenu... 7 II. Structure de la demande intérieure...17 III.

Plus en détail

2. Présentation de la comptabilité nationale

2. Présentation de la comptabilité nationale 2. Présentation de la comptabilité nationale Introduction (1) Comptabilité nationale : Système Européen des Comptes (SEC 95) => Technique de synthèse statistique représentation quantifiée de l économie

Plus en détail

LA CONNAISSANCE DES COMPTES FINANCIERS ET NON FINANCIERS DES ACTEURS FINANCIERS

LA CONNAISSANCE DES COMPTES FINANCIERS ET NON FINANCIERS DES ACTEURS FINANCIERS LA CONNAISSANCE DES COMPTES FINANCIERS ET NON FINANCIERS DES ACTEURS FINANCIERS Fabrice LENGLART INSEE Comptes nationaux Bruno LONGET - Banque de France - SESOF CNIS 22 juin 2009 Plan I Place des activités

Plus en détail

Les perspectives économiques

Les perspectives économiques Les perspectives économiques Les petits-déjeuners du maire Chambre de commerce d Ottawa / Ottawa Business Journal Ottawa (Ontario) Le 27 avril 2012 Mark Carney Mark Carney Gouverneur Ordre du jour Trois

Plus en détail

PLAN DE FINANCEMENT. ECART = Total Ressources - Total Besoins 0 0 0 0 TOTAL DES RESSOURCES 0 0 0 0 CAF

PLAN DE FINANCEMENT. ECART = Total Ressources - Total Besoins 0 0 0 0 TOTAL DES RESSOURCES 0 0 0 0 CAF PLAN DE FINANCEMENT BESOINS (durables) DEBUT ACTIVITE 1ère ANNEE 2ème ANNEE 3ème ANNEE IMMOBILISATIONS INCORPORELLES Frais d'immatriculation Frais honoraires Brevets Licences Logiciels Droit au Bail Achat

Plus en détail

BASE DE DONNEES - MONDE

BASE DE DONNEES - MONDE BASE DE DONNEES - MONDE SOMMAIRE Partie I Monnaies Partie II Epargne/Finances Partie III Démographie Partie IV Finances publiques Partie V Matières premières Partie I - Monnaies Cours de change euro/dollar

Plus en détail

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Eco-Fiche Janvier 2013 BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Retour sur l année 2012 : l atonie En 2012, le Produit Intérieur Brut (PIB) s est élevé à 1 802,1 milliards d euros, soit

Plus en détail

POURQUOI INVESTIR EN FRANCE

POURQUOI INVESTIR EN FRANCE POURQUOI INVESTIR EN FRANCE UN PAYS SITUÉ AU CŒUR DU MARCHÉ EUROPÉEN AVEC UNE PORTE D ACCÈS À LA ZONE EMEA 10 L ESSENTIEL EN POINTS 1 UNE PUISSANCE ÉCONOMIQUE DE RANG MONDIAL La France est la 2 e puissance

Plus en détail

ELEMENTS DE COMPTABILITE NATIONALE

ELEMENTS DE COMPTABILITE NATIONALE ELEMENTS DE COMPTABILITE NATIONALE Cours de M. Di Roberto Université Victor Segalen Bordeaux 2 Bibliographie Ce cours s inspire largement des ouvrages essentiels suivants. Merci à leurs auteurs. BOSSERELLE

Plus en détail

Comité Directeur Confédéral Intervention économique. 16 mars 2011

Comité Directeur Confédéral Intervention économique. 16 mars 2011 Comité Directeur Confédéral Intervention économique 16 mars 2011 En 2010, le déficit budgétaire s est élevé à 148,8 milliards d euros Déficit public en 2010 s est élevé à 7,7 % du PIB Dette publique en

Plus en détail

ENSAE, 1A Maths. Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr. Septembre 2010

ENSAE, 1A Maths. Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr. Septembre 2010 Initiation à l économie ENSAE, 1A Maths Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr Septembre 2010 Les ménages (1/2) Les ressources des ménages La consommation L épargne Les ménages comme agents économiques

Plus en détail

Les politiques de réduction du coût salarial en Belgique

Les politiques de réduction du coût salarial en Belgique Les politiques de réduction du coût salarial en Belgique Mars 2015 Luc Masure Plan de la présentation 1. Le Bureau fédéral du Plan 2. Cadre historique de la politique salariale et des dispositifs d exonération

Plus en détail

PROJECTIONS MACROÉCONOMIQUES FRANCE

PROJECTIONS MACROÉCONOMIQUES FRANCE PROJECTIONS MACROÉCONOMIQUES FRANCE Juin 5 Selon les projections macroéconomiques pour la France effectuées dans le cadre de l Eurosystème, après trois années de croissance atone, le PIB croîtrait en moyenne

Plus en détail

Pacte de croissance N-VA RESUME

Pacte de croissance N-VA RESUME N-VA Pacte de croissance N-VA Service d études N-VA Le 12 juin 2012 RESUME A travers ce pacte de croissance, la N-VA souhaite émettre des propositions destinées à résoudre de manière énergique les problèmes

Plus en détail

Investir au Maroc: Contrôle des changes et environnement fiscal

Investir au Maroc: Contrôle des changes et environnement fiscal Abdelwaret KABBAJ Expert-comptable diplômé en France Fondateur du cabinet Kabbaj Erradi advisory firm: Conseil en fiscalité des entreprises et des individus Formations fiscales Marocaines et internationales

Plus en détail

LA DÉRIVE DES DETTES PUBLIQUES. EN QUESTIONS

LA DÉRIVE DES DETTES PUBLIQUES. EN QUESTIONS LA DÉRIVE DES DETTES PUBLIQUES. EN QUESTIONS Académie d Orléans 20 novembre 2012 Jean-Paul POLLIN Université d Orléans 1 Observons tout d abord l évolution des taux d endettement public dans quelques pays

Plus en détail

Document. de travail n 32. Audit de la situation des entreprises françaises

Document. de travail n 32. Audit de la situation des entreprises françaises Document de travail n 32 Audit de la situation des entreprises françaises juillet 2012 Ce document de travail a été réalisé sous la direction de Michel DiDieR, Président et Denis FeRRAND, Directeur Général

Plus en détail

ENTRAINEMENT A L EXAMEN 1/Les déséquilibres des finances publiques

ENTRAINEMENT A L EXAMEN 1/Les déséquilibres des finances publiques ENTRAINEMENT A L EXAMEN 1/Les déséquilibres des finances publiques NOTE SUR LES DESEQUILIBRES DES FINANCES PUBLIQUES 1. Les facteurs d aggravation de la dette La dette publique en France s est fortement

Plus en détail

La fiscalité en France. Pour mieux comprendre les enjeux budgétaires

La fiscalité en France. Pour mieux comprendre les enjeux budgétaires La fiscalité en France Pour mieux comprendre les enjeux budgétaires Les types d impôts On distingue deux types d impôts. Les impôts progressifs : leur taux s'élève avec la base d'imposition (le revenu

Plus en détail

Chapitre 3. La répartition

Chapitre 3. La répartition Chapitre 3. La répartition 1. La répartition de la valeur ajoutée La valeur ajoutée (1) Valeur ajoutée : solde du compte de production = > VA = P CI = > Richesse effectivement créée par les organisations

Plus en détail

Compte de résultat de l exercice N en CHARGES TOTAL PRODUITS TOTAL

Compte de résultat de l exercice N en CHARGES TOTAL PRODUITS TOTAL L entreprise PODENSAC ( SARL au capital de 13 000 ), fabriquant de produits exotiques, est actuellement en pleine croissance. Elle vient de réaliser de nouveaux investissements qui lui permettront d augmenter

Plus en détail

Etude de quelques grandeurs et leur calcul 1 Les principaux secteurs institutionnels

Etude de quelques grandeurs et leur calcul 1 Les principaux secteurs institutionnels Etude de quelques grandeurs et leur calcul 1 Les principaux secteurs institutionnels 1.3 Le PIB 1.3.1 L'approche en termes de circuit Le PIB permet de synthétiser en un seul chiffre la valeur d'ensemble

Plus en détail

Evaluation de l impact à court terme de l application du " Gentelmen Agreement " sur l économie marocaine

Evaluation de l impact à court terme de l application du  Gentelmen Agreement  sur l économie marocaine Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Evaluation de l impact à court terme de l application du " Gentelmen Agreement " sur l économie marocaine Octobre 1996 Document de travail

Plus en détail

Les opérations et autres flux

Les opérations et autres flux Les opérations et autres flux Les nomenclatures présentées ici sont celles du Système européen des comptes 2010 (SEC 2010). Nomenclature des opérations Opérations sur produits (biens et services) (P) P.1

Plus en détail

Partie 2 Entreprises et production

Partie 2 Entreprises et production CONCEPTION ET MISE EN PAGE : PAUL MILAN Partie 2 Entreprises et production Introduction La production est réalisée par des organisations de nature très différente et aux objectifs très variés, mais toutes

Plus en détail

La séquence des comptes

La séquence des comptes La séquence des comptes Comptes des institutions sans but lucratif au service des ménages I: Compte de production P.2 Consommation intermédiaire B.1b Valeur ajoutée brute P.51c Consommation de capital

Plus en détail

RAPPORT TECHNIQUE CCE 2014-2415

RAPPORT TECHNIQUE CCE 2014-2415 RAPPORT TECHNIQUE CCE 2014-2415 CCE 2014-2415 Rapport technique 2014 22 décembre 2014 2 CCE 2014-2415 3 CCE 2014-2415 Le tableau 1 présente les principaux indicateurs du contexte macro-économique belge

Plus en détail

Nécessité d un «électrochoc» fiscal

Nécessité d un «électrochoc» fiscal Les Analyses du Centre Jean Gol Nécessité d un «électrochoc» fiscal Janvier 2014 Administrateur délégué : Richard Miller Directrice : Laurence Glautier Directeur scientifique : Corentin de Salle Les analyses

Plus en détail

193/2014-15 décembre 2014. Coûts horaires de la main-d'œuvre dans les États membres de l'ue28, 2012 (en euros)

193/2014-15 décembre 2014. Coûts horaires de la main-d'œuvre dans les États membres de l'ue28, 2012 (en euros) 193/2014-15 décembre 2014 Enquête 2012 sur les coûts de la main-d œuvre dans l UE28 Coûts de la main-d'œuvre les plus élevés dans le secteur financier et des assurances Le triple de ceux du secteur de

Plus en détail

INTRODUCTION A LA MACROECONOMIE Séance de travaux dirigés n 4 Construction des comptes de secteur

INTRODUCTION A LA MACROECONOMIE Séance de travaux dirigés n 4 Construction des comptes de secteur Université Montesquieu Bordeaux IV 1 ère année Licence AES Année universitaire 2012-2013 INTRODUCTION A LA MACROECONOMIE Séance de travaux dirigés n 4 Construction des comptes de secteur Questions préliminaires

Plus en détail

Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunions des 16, 19 et 26 juin 2014 à Digne-les-Bains, Castellane, Barcelonnette et Forcalquier

Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunions des 16, 19 et 26 juin 2014 à Digne-les-Bains, Castellane, Barcelonnette et Forcalquier Pacte de responsabilité et de solidarité Réunions des 16, 19 et 26 juin 2014 à Digne-les-Bains, Castellane, Barcelonnette et Forcalquier 1 2 INTERVENTION DE MONSIEUR MICHEL JOUVENOT DIRECTEUR DE LA BANQUE

Plus en détail

Le coût de la main-d œuvre : comparaison européenne 1996-2008

Le coût de la main-d œuvre : comparaison européenne 1996-2008 Le coût de la main-d œuvre : comparaison européenne - Bertrand Marc, Laurence Rioux* En, malgré un lent processus de convergence à l échelle européenne, le coût horaire de la main-d œuvre reste fortement

Plus en détail

La Recherche et Développement dans les comptes nationaux en base 2010

La Recherche et Développement dans les comptes nationaux en base 2010 La Recherche et Développement dans les comptes nationaux en base 2010 Thierry Méot Section comptes et synthèses des services La base 2010 : la mise en œuvre des règles du SEC 2010 Le système européen des

Plus en détail

APPROCHE DE L ECONOMIE PAR LA PRODUCTION

APPROCHE DE L ECONOMIE PAR LA PRODUCTION APPROCHE DE L ECONOMIE PAR LA PRODUCTION Totalité des produits = Totalité des Revenus = Totalité des Dépenses DEPENSE Achats de biens et services Revenus primaires REVENU PRODUCTION redistribution des

Plus en détail

Compétitivité et attractivité de la France Note de synthèse

Compétitivité et attractivité de la France Note de synthèse 10 décembre 2012 Compétitivité et attractivité de la France Note de synthèse Le présent document expose les conclusions du groupe de travail «Compétitivité et attractivité de la France». Le constat : comme

Plus en détail

RETRAITES : Y A-T-IL UNE SOLUTION IDÉALE EN EUROPE POUR UN AVENIR?

RETRAITES : Y A-T-IL UNE SOLUTION IDÉALE EN EUROPE POUR UN AVENIR? RETRAITES : Y A-T-IL UNE SOLUTION IDÉALE EN EUROPE POUR UN AVENIR? Une question européenne mais traitée dans chaque Etat membre L avenir des systèmes de retraite et ses conséquences sur la zone euro, internationalise

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL LA BALANCE DES PAIEMENTS ET LA POSITION EXTÉRIEURE DE LA FRANCE

RAPPORT ANNUEL LA BALANCE DES PAIEMENTS ET LA POSITION EXTÉRIEURE DE LA FRANCE 2013 RAPPORT ANNUEL LA BALANCE DES PAIEMENTS ET LA POSITION EXTÉRIEURE DE LA FRANCE ISSN 0292-6733 BANQUE DE FRANCE DIRECTION GÉNÉRALE DES STATISTIQUES Direction de la Balance des paiements Direction des

Plus en détail

PRESENTATION GENERALE DU PROJET

PRESENTATION GENERALE DU PROJET PRESENTATION GENERALE DU PROJET Le Chef d entreprise L entreprise Nom : Adresse commerciale : Prénom : Activité : Adresse : Forme juridique : Tél : Fax : Date de création : Chiffre d affaires : AN 1 :

Plus en détail

OCDE - MINEFI 9 octobre 2006 Jean-Paul Betbèze Chef-Economiste

OCDE - MINEFI 9 octobre 2006 Jean-Paul Betbèze Chef-Economiste Un rôle particulier pour les PME? OCDE - MINEFI 9 octobre 2006 Jean-Paul Betbèze Chef-Economiste Où donc est notre croissance? Chine Inde 2230 Mds 780 Mds :+293 :+110 Croissance 9.0% 6.5% Etats-Unis 12486

Plus en détail

ECONOMIE GENERALE ET STATISTIQUE. 2ème Bac Sciences Economiques

ECONOMIE GENERALE ET STATISTIQUE. 2ème Bac Sciences Economiques Economie Générale et Statistique ECONOMIE GENERALE ET STATISTIQUE 2ème Bac Sciences Economiques Première partie: Les concepts économiques de base 3- Les agrégats de la comptabilité nationale 27/10/2014

Plus en détail

Diplôme de Comptabilité et de Gestion. D é c r e t N 2 0 0 6-1 7 0 6 d u 2 2 d é c e m b r e 2 0 0 6 - A r r ê t é d u 8 m a r s 2 0 1 0

Diplôme de Comptabilité et de Gestion. D é c r e t N 2 0 0 6-1 7 0 6 d u 2 2 d é c e m b r e 2 0 0 6 - A r r ê t é d u 8 m a r s 2 0 1 0 Diplôme de Comptabilité et de Gestion DCG D é c r e t N 2 0 0 6-1 7 0 6 d u 2 2 d é c e m b r e 2 0 0 6 - A r r ê t é d u 8 m a r s 2 0 1 0 Validation des Acquis de l Expérience VAE R é f é r e n t i e

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS. Texte n DGI 2011/31 Note commune N 22/ 2011

BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS. Texte n DGI 2011/31 Note commune N 22/ 2011 BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS DIFFUSION GENERALE Documents Administratifs N 2011/35/09 0.1.0.0.1.2. (IMPOTS) Texte n DGI 2011/31 Note commune N 22/ 2011 OBJET : Régime fiscal des sociétés

Plus en détail

Procédure des déséquilibres macroéconomiques: Bilan approfondi pour le Luxembourg

Procédure des déséquilibres macroéconomiques: Bilan approfondi pour le Luxembourg Procédure des déséquilibres macroéconomiques: Bilan approfondi pour le Luxembourg Commentaires de la Chambre des salariés 25 février 2014 Semestre européen Arsenal de six résolutions législatives («six

Plus en détail

TABLE DES MATIERES PREFACE

TABLE DES MATIERES PREFACE TABLE DES MATIERES PREFACE, par Françoise Thys-Clément... 7 PREMIERE PARTIE : L impôt et la politique fiscale : approche empirique et théorique... 13 CHAPITRE 1 : L impôt en Belgique... 15 1.1 Les principes

Plus en détail

LE COMMERCE EXTÉRIEUR CHINOIS DEPUIS LA CRISE: QUEL RÉÉQUILIBRAGE?

LE COMMERCE EXTÉRIEUR CHINOIS DEPUIS LA CRISE: QUEL RÉÉQUILIBRAGE? LE COMMERCE EXTÉRIEUR CHINOIS DEPUIS LA CRISE: QUEL RÉÉQUILIBRAGE? Françoise Lemoine & Deniz Ünal CEPII Quel impact de l expansion chinoise sur l économie mondiale? Rencontres économiques, 18 septembre

Plus en détail

LES ETI EN CHIFFRES MAI 2015

LES ETI EN CHIFFRES MAI 2015 LES ETI EN CHIFFRES MAI 2015 UN ÉCOSYSTÈME ADVERSE NOS 4600 ETI SUBISSENT UNE PRESSION FISCALE SANS ÉQUIVALENT EN EUROPE PRÉLÈVEMENTS OBLIGATOIRES SUR LES ENTREPRISES (Observatoire européen de la fiscalité

Plus en détail

La situation économique

La situation économique La situation économique Assemblée Générale U.N.M.I Le 2 octobre 2013 J-F BOUILLON Directeur Associé La situation économique en 2013 3 AG UNMI 2 Octobre 2013 La croissance Les chiffres des principaux pays

Plus en détail

Qu est-ce que la compétitivité?

Qu est-ce que la compétitivité? Qu est-ce que la compétitivité? Le but de ce dossier pédagogique est d expliquer la notion de compétitivité d une entreprise, d un secteur ou d un territoire. Ce concept est délicat à appréhender car il

Plus en détail

2014-2015. Perspectives économiques

2014-2015. Perspectives économiques 2014-2015 Perspectives économiques Publié par : Ministère des Finances Province du Nouveau-Brunswick Case postale 6000 Fredericton (Nouveau-Brunswick) E3B 5H1 Canada Internet : www.gnb.ca/0024/index-f.asp

Plus en détail

Les prélèvements fiscaux et sociaux : l exception française

Les prélèvements fiscaux et sociaux : l exception française Les prélèvements fiscaux et sociaux : l exception française Enquête comparative sur le coût des prélèvements fiscaux et sociaux Membre du réseau Ernst & Young Global Limited Méthodologie Enquête comparative

Plus en détail

L économie française dans l Europe du tout-compétitivité

L économie française dans l Europe du tout-compétitivité L économie française dans l Europe du tout-compétitivité Michel Husson Fédération CGT des services d études Journée «Compétitivité», 11 décembre 2014 La compétitivité : définition et mesures Capacité (d

Plus en détail

L équilibre Ressources Emplois de biens et services schématisé par une balance

L équilibre Ressources Emplois de biens et services schématisé par une balance IV) l équilibre ressources - emplois et son interprétation Cet article fait suite à ceux du 19 janvier et du 18 février 2013. Il en est le complément logique sur les fondamentaux macro- économiques d un

Plus en détail

LES FICHES ARGU DU GROUPE SOCIALISTE, RÉPUBLICAIN ET CITOYEN LE COLLECTIF BUDGÉTAIRE 12 JUILLET 2012

LES FICHES ARGU DU GROUPE SOCIALISTE, RÉPUBLICAIN ET CITOYEN LE COLLECTIF BUDGÉTAIRE 12 JUILLET 2012 LES FICHES ARGU DU GROUPE SOCIALISTE, RÉPUBLICAIN ET CITOYEN LE COLLECTIF BUDGÉTAIRE 12 JUILLET 2012 FICHE N 1 UN COLLECTIF BUDGÉTAIRE POUR REDRESSER NOS FINANCES PUBLIQUES L e projet de loi de Finances

Plus en détail

Définitions des principales variables diffusées

Définitions des principales variables diffusées Définitions des principales variables diffusées Achats de carburants : achats de carburants (essence, super, gazole, GPL, kérosène, fuel, biocarburants, additifs) destinés à faire fonctionner les moyens

Plus en détail

Les questions relatives aux finances publiques, longtemps réservées aux spécialistes, sont

Les questions relatives aux finances publiques, longtemps réservées aux spécialistes, sont CHAPITRE 1 LES FACTEURS STRUCTURELS DE LA HAUSSE DE L ENDETTEMENT PUBLIC DANS LES PAYS AVANCÉS Les questions relatives aux finances publiques, longtemps réservées aux spécialistes, sont revenues au cœur

Plus en détail

AJAR 4 décembre 2012 Panorama fiscal 2012-2013

AJAR 4 décembre 2012 Panorama fiscal 2012-2013 PLAN Loi de Finances rectificative du 14 mars 2012 (1 ère LFR) Loi de Finances rectificative du 16 août 2012 (2 ème LFR) Loi de Finances rectificative de décembre 2012 (3 ème LFR) Doctrine et jurisprudence

Plus en détail

ACTUALITÉ La AVRIL 2014

ACTUALITÉ La AVRIL 2014 La vie économique et sociale UN PACTE DE RESPONSABILITÉ ÉTALÉ DANS LE TEMPS, Paris, 8 avril 2014 CONJONCTURE INTERNATIONALE Performances inégales CONJONCTURE FRANÇAISE Soutien nécessaire à l industrie

Plus en détail

RESUME ENTREPRISE FRANCHE D EXPORTATION ET DISPOSITIFS INCITATIFS DU CGI

RESUME ENTREPRISE FRANCHE D EXPORTATION ET DISPOSITIFS INCITATIFS DU CGI RESUME ENTREPRISE FRANCHE D EXPORTATION ET DISPOSITIFS INCITATIFS DU CGI Révision : 26/02/13 Impression : 23/04/13 RESUME ENTREPRISE FRANCHE D EXPORTATON ET DISPOSITIFS INCITATIFS DU CGI Révision : 26/02/13

Plus en détail

PRÉLÈVEMENTS SUR LE TRAVAIL : l exception française?

PRÉLÈVEMENTS SUR LE TRAVAIL : l exception française? PRÉLÈVEMENTS SUR LE TRAVAIL : l exception française? Comparaison dans 8 pays européens Pour un couple avec 2 enfants Pour un célibataire 12 septembre 2014 METHODOLOGIE Objectif Evaluer la pression des

Plus en détail

Institut National de la Statistique - Annuaire Statistique du Cameroun 2010. Chapitre 26 : LE CAMEROUN DANS LA ZONE CEMAC

Institut National de la Statistique - Annuaire Statistique du Cameroun 2010. Chapitre 26 : LE CAMEROUN DANS LA ZONE CEMAC Institut National de la Statistique - Annuaire Statistique du Cameroun 2010 Chapitre 26 : LE CAMEROUN DANS LA ZONE CEMAC 1. Présentation... 328 2. Méthodologie... 328 3. Définitions... 328 4. Sources de

Plus en détail

OBSERVATOIRE DE L EPARGNE EUROPEENNE

OBSERVATOIRE DE L EPARGNE EUROPEENNE Conférence de presse du 22 juin 2001 Fiscalité des produits d épargne: une comparaison internationale Il n existe pas de véritable point de vue européen en matière de fiscalité des produits d épargne.

Plus en détail

LE FINANCEMENT DES ENTREPRISES

LE FINANCEMENT DES ENTREPRISES le Financement des entreprises, un soutien indispensable à l économie parlons de la banque... LE FINANCEMENT DES ENTREPRISES UN SOUTIEN INDISPENSABLE À L ÉCONOMIE Mars 2014 Retrouvez les chiffres actualisés

Plus en détail

10 QUESTIONS AUTOUR DE LA CRISE DE LA DETTE DANS LA ZONE EURO

10 QUESTIONS AUTOUR DE LA CRISE DE LA DETTE DANS LA ZONE EURO 10 QUESTIONS AUTOUR DE LA CRISE DE LA DETTE DANS LA ZONE EURO 1) Qu est ce qu une dette souveraine? A) A l origine de la dette: les déficits publics B) Quelle dette prendre en compte: la dette brute ou

Plus en détail

Mesures patrimoniales du projet de loi de finances pour 2014

Mesures patrimoniales du projet de loi de finances pour 2014 Mesures patrimoniales du projet de loi de finances pour 2014 INTRODUCTION : Le projet de loi de finances est bâti sur une prévision de croissance de +0,1 % en 2013 et de +0,9 % en 2014. Cette dernière

Plus en détail

mais on suppose maintenant que ses préférences sont représentées par la fonction

mais on suppose maintenant que ses préférences sont représentées par la fonction Ecole Nationale de la Statistique et de l Administration Economique 2ème année, 1er semestre, 2007/2008 Examen de Macroéconomie Stéphane Gauthier 2 heures, sans document ni calculatrice 1. Questions de

Plus en détail

Les salaires et le coût du travail dans l Union européenne et les pays candidats. Vincent Marcus*

Les salaires et le coût du travail dans l Union européenne et les pays candidats. Vincent Marcus* Les salaires et le coût du travail dans l Union européenne et les pays candidats Vincent Marcus* En 2003, le salaire brut annuel moyen d un travailleur à temps complet de l industrie ou des services s

Plus en détail

Présenté par Michel Sapin, Ministre des finances et des comptes publics. Christian Eckert, Secrétaire d État chargé du budget

Présenté par Michel Sapin, Ministre des finances et des comptes publics. Christian Eckert, Secrétaire d État chargé du budget Présenté par Michel Sapin, Ministre des finances et des comptes publics Christian Eckert, Secrétaire d État chargé du budget 1 Une reprise de l activité qu il faut conforter La reprise est en cours : +1,0%

Plus en détail

Prospective financière Saint-Etienne Métropole 2011 2014. Dossier de presse Conseil de Communauté Jeudi 24 juin 2010

Prospective financière Saint-Etienne Métropole 2011 2014. Dossier de presse Conseil de Communauté Jeudi 24 juin 2010 Prospective financière Saint-Etienne Métropole 2011 2014 Dossier de presse Conseil de Communauté Jeudi 24 juin 2010 COMPTE ADMINISTRATIF 2009 Des résultas de gestion satisfaisants mais une marge de manœuvre

Plus en détail

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc Note d information au public (NIP) n 08/91 POUR DIFFUSION IMMÉDIATE Le 23 juillet 2008 Fonds monétaire international 700 19 e rue, NW Washington, D. C. 20431 USA Le FMI conclut les consultations de 2008

Plus en détail

PIB = somme des valeurs ajoutées + impôts sur les produits subventions à l importation

PIB = somme des valeurs ajoutées + impôts sur les produits subventions à l importation CHAPITRE 3 : LE PIB PLAN I/ définition du PIB Le PIB se définit selon 3 optiques. 1. PIB selon l optique de la production 2. PIB selon l optique de la demande 3. PIB selon l optique des revenus II/ Le

Plus en détail

Quelles semblent être les meilleures stratégies pour réduire le chômage? Un hommage au vice et à la patience

Quelles semblent être les meilleures stratégies pour réduire le chômage? Un hommage au vice et à la patience 3 mars 6 N 6-134 Quelles semblent être les meilleures stratégies pour réduire le chômage? Un hommage au vice et à la patience On sait que les pays ont des stratégies de croissance très différentes : développement

Plus en détail

DIFFUSEUR DE PRESSE. Création et diffusion Tous droits réservés, reproduction interdite sans autorisation de l auteur Mise à jour : 15/09/2014 1

DIFFUSEUR DE PRESSE. Création et diffusion Tous droits réservés, reproduction interdite sans autorisation de l auteur Mise à jour : 15/09/2014 1 DIFFUSEUR DE PRESSE SOMMAIRE LE MARCHÉ DU DIFFUSEUR DE PRESSE... 2 LA RÉGLEMENTATION DU DIFFUSEUR DE PRESSE... 5 L'ACTIVITÉ DU DIFFUSEUR DE PRESSE... 7 LES POINTS DE VIGILANCE DU DIFFUSEUR DE PRESSE...

Plus en détail

Université de Technologie de Compiègne. 27 mars 2013. Aurélien DUMAINE, Marie KAZÉRONI GE22 1 / 10

Université de Technologie de Compiègne. 27 mars 2013. Aurélien DUMAINE, Marie KAZÉRONI GE22 1 / 10 Exposé Aurélien DUMAINE Marie KAZÉRONI Université de Technologie de Compiègne 27 mars 2013 Aurélien DUMAINE, Marie KAZÉRONI GE22 1 / 10 Étude de documents Documents 12 et 13 page 41 Thématique Le commerce

Plus en détail

LES ARGUS 2012 du Nouveau Centre

LES ARGUS 2012 du Nouveau Centre LES ARGUS 2012 du Nouveau Centre N 43 Matraquage fiscal Aucune réponse pour la compétitivité et l'emploi! Vendredi 28 septembre 2012, le gouvernement a présenté son budget 2013, qui va à l encontre de

Plus en détail

Comment résister aux vents contraires qui freinent l activité économique au Canada

Comment résister aux vents contraires qui freinent l activité économique au Canada Comment résister aux vents contraires qui freinent l activité économique au Canada Chambre de commerce du Grand Moncton Moncton (Nouveau-Brunswick) 21 novembre 2012 Tim Lane Sous-gouverneur Banque du Canada

Plus en détail

TRAVAIL TEMPORAIRE SOMMAIRE

TRAVAIL TEMPORAIRE SOMMAIRE TRAVAIL TEMPORAIRE SOMMAIRE LE MARCHÉ DU TRAVAIL TEMPORAIRE... 2 LA RÉGLEMENTATION DU TRAVAIL TEMPORAIRE... 5 L'ACTIVITÉ DU TRAVAIL TEMPORAIRE... 7 LES POINTS DE VIGILANCE DU TRAVAIL TEMPORAIRE... 9 EN

Plus en détail