Florent IMBERTY Razel

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Florent IMBERTY Razel"

Transcription

1 Florent IMBERTY Razel 1 / 20

2 Sommaire Les types de dalles couverts par les Eurocodes Matériaux, durabilité, enrobages Les paramètres essentiels du calcul Maîtrise de la fissuration Résistance en fatigue Connexion Précontrainte Dispositions constructives Dalles coulées en place Dalles préfabriquées 2 / 20

3 Domaine d application de l EC4 Types de dalles couverts par l EN : Dalles coulées en place Dalles préfabriquées (pleine hauteur ou hauteur partielle) Dalles béton armé ou précontraintes Dalles nervurées transversalement Dalles mixtes (bac acier) Type de précontrainte : Précontrainte par dénivellations d appui imposées Précontrainte par câbles 3 / 20

4 Domaine d application de l EC4 Type de connexion Goujons à tête soudés (texte européen) Connecteurs en cornière (annexe nationale) Connecteurs répartis (règles détaillées) ou en groupe (principes) Connexion par adhérence/frottement (poutrelles enrobées) Autres connexions possibles sous réserve de validation par essai + modèle conceptuel 4 / 20

5 Matériaux de la dalle Caractéristiques du béton : 20 f ck 60 MPa (validité comportement mixte) Module E cm selon EN1992, fonction du type de granulats Retrait, fluage selon EN1992 (pas de valeur forfaitaire) Caractéristiques des armatures passives : 400 f sk 600 MPa (EC2) Module E s = E a = MPa (simplification) Ductilité classe B ou C selon EN tableau C.1 pour toutes les armatures tendues : sections de classe 1 ou 2 [EN (5)] [EN (101)P] Ductilité classe A autorisée pour les aciers d effort tranchant 5 / 20

6 Durabilité - Formulation Formulation béton selon en NF EN Résistance minimale pour XC4 : f ck 25 MPa Nouveau fascicule 65 CCTG : f ck 30 MPa Enrobages aciers passifs selon NF EN 1992 Enrobage minimum d adhérence : c min,b = φ Enrobage minimum de durabilité : c min,dur Tolérance de positionnement des armatures : c dev 6 / 20

7 Durabilité - Formulation Attention aux augmentations d enrobages par rapport au BAEL (+5 à 10mm / face en moyenne) : Conséquences sur l épaisseur des dalles (en particulier OA à pièces de pont) Bien maîtriser le positionnement des armatures pour réduire c dev (5mm) BHP => possibilité de réduire de 5mm Une approche performancielle permet de limiter les enrobages (cf nouveau CCTG 65) [...] Cependant la qualité supérieure du béton vers laquelle tendent les présentes spécifications est de nature, dans certain cas, à autoriser une réduction de la classe d enrobage[...] 7 / 20

8 Enrobage des armatures Cas d un béton coulé en place au contact d autres éléments en béton (ex : enrobage à l about des plots de bétonnage) EN (9) Enrobage = enrobage minimum vis-à-vis de l adhérence seule (φ), à condition que : surface rugueuse exposition environnement extérieur < 28 j 8 / 20

9 Ferraillage de la dalle Les vérifications selon l EC4 : ELS : maîtrise de la fissuration sous ELS fréquent ELS : non plastification sous ELS caractéristique ELS : ferraillage minimum forfaitaire ELU : ferraillage de résistance ELU : ferraillage minimum pour les sections justifiées en plasticité Résistance en fatigue des armatures de la dalle 9 / 20

10 Maîtrise de la fissuration Dalles de pont mixtes : comportement particulier Fissuration traversante Retrait gêné Augmentation des contraintes dues à l effet de rigidité du béton tendu entre les fissures Modèle de calcul d ouvertures de fissures spécifique EC4 Pas de révolution par rapport à la pratique française (guide Sétra sur la maîtrise de la fissuration des dalles) 10 / 20

11 Maîtrise de la fissuration Limites d ouvertures en flexion d ensemble (EC4+AN) 0,3 mm sous ELS fréquent en environnement XC4 0,2 mm sous ELS fréquent en environnement XS, XD Limites d ouvertures en flexion locale (EC2+AN) 0,3 mm sous ELS fréquent en environnement XC4 0,2 mm sous ELS fréquent en environnement XS, XD Cumul local / global : à préciser. Exemple : Vérification ouverture fissure «séparée» Vérification ELS caractéristique et ELU «combiné» [NF EN (1) et 7.2.1(8)] Critère important pour les ouvrages à pièces de pont 11 / 20

12 Précontrainte Attention à ne pas surestimer les effets favorables de la précontrainte par dénivellation d appui Attendre 14 jours [EN (3)] Calcul avec un coefficient d équivalence «plus que long terme» n L = n 0 (1+1,5ϕ 0 ) Largeur participante : calculée avec L e = entre points de moment nul pour le cas de charge considéré γ = 1,0 aux ELU L e 12 / 20

13 Retrait thermique Important pour les ponts mixtes à dalle coulée en place Valeur T = 20 C [EN (6)] Ramenée à (h c -15)/2 dans l AN (h c = hauteur moyenne dalle en cm) Attention aux dalles h c 35cm : utiliser un ciment à faible exothermie Formulation de béton et mise en œuvre adaptée, compromis compacité / retrait / température 13 / 20

14 Résistance en fatigue Fissures traversantes => fatigue dans le sens longitudinal Ouvrages à entretoises : fatigue dans le sens transversal sous flexion locale => Attention à la position des voies lentes par rapport aux poutres principales Ouvrages à pièces de pont : cumul fatigue flexion générale + locale 14 / 20

15 Connexion Classification de la semelle comprimée connectée : EN (1) et (2) Toujours Classe 1 si maintien suffisamment efficace : entraxe connecteurs s 22 t f ε distance nette minimale au bord de la semelle : e D 15 t f ε Sinon : classe semelle calculée selon EN (en particulier en construction avant prise béton!) Espacement des connecteurs Espacement minimum : s 5d dans le sens du cisaillement s 2,5d dans le sens transversal à celui du cisaillement pour des dalles pleines, s 4d pour des dalles nervurées 15 / 20

16 Connexion Espacement des connecteurs (suite) Connecteurs répartis : Entraxe s min (800 mm ; 4 h c ) (h c épaisseur dalle) Connecteurs en groupe : (4) Pas de règles générales. Porter attention : au flux non uniforme de cisaillement longitudinal, à une plus grande possibilité de glissement et de séparation verticale entre la dalle et l'élément en acier, au voilement de la semelle en acier, à la résistance locale de la dalle aux efforts concentrés induits par les connecteurs, à la possibilité de bon bétonnage des poches de connexion 16 / 20

17 Dalles préfabriquées Justification des surfaces de reprise Selon EN Nécessité de caractériser la rugosité de l interface : Lisse Rugueuse Avec indentations 17 / 20

18 Phasage de construction Tenir compte du phasage de bétonnage pour l évaluation des contraintes Phaser pour limiter les tractions dans la dalle Limiter les charges de chantier Éviter les cycles de construction trop rapides : EN (3) : f cm (t) 20 MPa 18 / 20

19 Dispositions constructives Protection anti-corrosion de la charpente : Dalles coulées en place EN (1) : retour de 50 mm Cas particulier des poutrelles enrobées : protection de toute la semelle inférieure, faces sup et inf et tranches [EN (4)] Dalles préfabriquées Sans scellement => protection anticorrosion de toute la semelle (sauf couche esthétique) Avec scellement : retour de 50 mm 19 / 20

20 Dispositions constructives EC2 Rayon minimum de courbure des barres Peut déterminer la largeur des semelles de pièces de pont dans le cas d utilisation de dalles préfabriquées Recouvrement des armatures Nécessité d avoir des armatures transversales en parement extérieur dans les zones de recouvrement d aciers HA20 Ces aciers doivent être des cadres, étriers ou épingles si recouvrements > 50% (cas des dalles préfa) Mesures compensatoires possibles : Essayer de limiter à HA16 les aciers en nappe extérieure Alterner les recouvrements Prévoir des aciers transversaux de petit diamètre dans les zones de recouvrement (respecter l enrobage!) 20 / 20

AFGC délégation Rhône-Alpes. LE PONT SCHUMAN : un 14eme Ouvrage sur la Saône à Lyon. Les études du Génie-Civil

AFGC délégation Rhône-Alpes. LE PONT SCHUMAN : un 14eme Ouvrage sur la Saône à Lyon. Les études du Génie-Civil AFGC délégation Rhône-Alpes LE PONT SCHUMAN : un 14eme Ouvrage sur la Saône à Lyon Les études du Génie-Civil AFGC Délégation Rhône Alpes 19 juin 2014 Par Franck DUBOIS BET Vinci Construction France STRUCTURES

Plus en détail

RN1569 Déviation de Miramas Construction de l'oa16 15/01/2015

RN1569 Déviation de Miramas Construction de l'oa16 15/01/2015 RN1569 Déviation de Miramas Construction de l'oa16 Sommaire Données générales et contraintes Caractéristiques de l'ouvrage Les études de projet Quelques photos du chantier 2 Données générales et contraintes

Plus en détail

Concevoir, construire et gérer des structures durables en béton

Concevoir, construire et gérer des structures durables en béton Concevoir, construire et gérer des structures durables en béton Approche performantielle et évolutions normatives Normes de dimensionnement : les Eurocodes «béton» Arnold BALLIERE 28 novembre 2013 CETE

Plus en détail

Logiciels Ouvrages d Art. Retrait et auto contraintes Janvier 2014

Logiciels Ouvrages d Art. Retrait et auto contraintes Janvier 2014 Logiciels Ouvrages d Art Retrait et auto contraintes Janvier 2014 SOMMAIRE Calcul du retrait et du gradient thermique... Remarques :... Retrait du béton...4 Calcul du retrait à la mise en service...4 Calcul

Plus en détail

Norme NF EN 206-1 et DTU 21

Norme NF EN 206-1 et DTU 21 Norme NF EN 206-1 et DTU 21 La norme NF EN 206-1, avec son annexe nationale, devient la base normative pour tous les bétons de structure. Introduction La norme européenne NF EN 206-1 remplace la norme

Plus en détail

DISPOSITIONS GÉNÉRALES

DISPOSITIONS GÉNÉRALES DISPOSITIONS GÉNÉRALES ÉTAIEMENT 2 MANUTENTION La manutention manuelle est aisée en raison de la légèreté des poutrelles FILIGRANE. Toutefois, en cas de manutention par grue avec élingues ou palonnier,

Plus en détail

Recommandation pour la maitrise de la fissuration - Thermo-Hydro-Mécanique

Recommandation pour la maitrise de la fissuration - Thermo-Hydro-Mécanique Recommandation pour la maitrise de la fissuration - Thermo-Hydro-Mécanique Francis Barré Géodynamique & Structure Ferraillage minimum des pièces épaisses (Chap 6) Hydratation à jeune âge Séchage du béton

Plus en détail

Communauté d Agglomération Arc de Seine. Programme de l aménagement des espaces publics du quartier de Meudon Val Fleury

Communauté d Agglomération Arc de Seine. Programme de l aménagement des espaces publics du quartier de Meudon Val Fleury setec organisation Communauté d Agglomération Arc de Seine Programme de l aménagement des espaces publics du quartier de Meudon Val Fleury Annexe 6b Solutions techniques n 1 et n 2 relat ives à la future

Plus en détail

Prise en compte des Eurocodes dans le dimensionnement d ouvrages d art courant en béton armé. Comparaison avec «l ancienne» réglementation.

Prise en compte des Eurocodes dans le dimensionnement d ouvrages d art courant en béton armé. Comparaison avec «l ancienne» réglementation. Prise en compte des Eurocodes dans le dimensionnement d ouvrages d art courant en béton armé. Comparaison avec «l ancienne» réglementation. Projet de Fin d Etude Auteur : GODARD Sandy Elève ingénieur en

Plus en détail

LE GÉNIE PARASISMIQUE

LE GÉNIE PARASISMIQUE LE GÉNIE PARASISMIQUE Concevoir et construire un bâtiment pour qu il résiste aux séismes 1 Présentation de l intervenant Activité : Implantation : B.E.T. structures : Ingénierie générale du bâtiment. Siège

Plus en détail

CALCUL D UNE POUTRE MIXTE ACIER-BÉTON PARTIELLEMENT ENROBÉE COMPTE TENU D UNE EXIGENCE DE RÉSISTANCE R90 AU FEU ISO

CALCUL D UNE POUTRE MIXTE ACIER-BÉTON PARTIELLEMENT ENROBÉE COMPTE TENU D UNE EXIGENCE DE RÉSISTANCE R90 AU FEU ISO Revue Construction Métallique Référence CALCUL D UNE POUTRE MIXTE ACIER-BÉTON PARTIELLEMENT ENROBÉE COMPTE TENU D UNE EXIGENCE DE RÉSISTANCE R90 AU FEU ISO par J. MATHIEU 1 Les symboles qui ne sont pas

Plus en détail

8.5 Les murs coupe-feu en béton

8.5 Les murs coupe-feu en béton 8.5 Les murs coupe-feu en béton bâtiments d activité de commerce et de stockage Entrepôt de stockage de matières plastiques dans l Ain. Un mur séparatif coupe-feu aurait permis d arrêt de la propagation

Plus en détail

CHAPITRE 2 LES PLANCHERS

CHAPITRE 2 LES PLANCHERS 1 CHAPITRE 2 LES PLANCHERS TABLE DES MATIÈRES Pages 1. GÉNÉRALITÉS 2 1.1. OBJET 2 1.2. TYPES DE PLANCHERS 2 2. DALLES PLEINES 3 2.1. DALLES PLEINES SUR APPUIS CONTINUS 3 2.2. DALLES PLEINES SUR APPUIS

Plus en détail

LES DIFFERENTS PLANCHERS

LES DIFFERENTS PLANCHERS LES DIFFERENTS PLANCHERS 1. FONCTIONS: 1.1. Stabilité mécanique : Les planchers sont calculés pour supporter les charges et les transmettre aux éléments porteurs sur les lesquels ils reposent (poutres,

Plus en détail

PCB 20 Plancher collaborant. Fiche technique Avis technique CSTB N 3/11-678

PCB 20 Plancher collaborant. Fiche technique Avis technique CSTB N 3/11-678 Plancher collaborant Fiche technique Avis technique CSTB N 3/11-678 V1/2011 caractéristiques du profil DÉTAIL GÉOMÉTRIQUE DU 22 728 104 épaisseur (mm) 0,5 0,7 poids (dan/m 2 ) 5,3 7,4 APPLICATION CONSEILLÉE

Plus en détail

Le Seacbois L E S E A C B O I S. Seacbois

Le Seacbois L E S E A C B O I S. Seacbois Le L E S E A C B O I S Chapitre I : Chapitre II : Chapitre III : Chapitre IV : CARACTERISTIQUES GENERALES POSSIBILITES DE MONTAGE LA MISE EN OEUVRE LIMITES DE PORTEE 35 Le C H A P I T R E I : CARACTERISTIQUES

Plus en détail

Projet de Fin d Etudes

Projet de Fin d Etudes LAUTERBOURG Spécialité GENIE CIVIL Projet de Fin d Etudes ENCADRANTS : KEUSCH Pierre (EIFFEL) ZINK Philippe (INSA) ELEVE : WOLFF Thomas Elève en 5ème année de spécialité Génie Civil SOMMAIRE REMERCIEMENTS...3

Plus en détail

Introduction au béton armé selon l Eurocode 2

Introduction au béton armé selon l Eurocode 2 Jean-Louis Granju Introduction au béton armé selon l Eurocode 2 Afnor et Groupe Eyrolles, 2012 ISBN Afnor : 978-2-12-465375-1 ISBN Eyrolles : 978-2-212-13528-2 Le béton armé : comment ça marche? 25 soudure

Plus en détail

Maisons sur vide sanitaire

Maisons sur vide sanitaire Maisons sur vide sanitaire Henri Renaud Groupe Eyrolles 2008, ISBN : 978-2-212-12195-7 Sommaire Chapitre 2 Procédés de construction d un vide sanitaire 1. Vide sanitaire traditionnel réalisé avec des murs

Plus en détail

Cours de béton armé Comportement du béton en flexion simple

Cours de béton armé Comportement du béton en flexion simple Cours de béton armé Comportement du béton en flexion simple BAC3 - HEMES -Gramme 1 Dr Ir P. Boeraeve - Unité 9 Construction - 2007 Conventions/notations Signes : + compression - traction Min Maj NOM 2

Plus en détail

Chapitre 12. Bâtiments à ossature mixte en zone sismique.

Chapitre 12. Bâtiments à ossature mixte en zone sismique. 12.1 Chapitre 12. Bâtiments à ossature mixte en zone sismique. 12.1. Introduction. Il existe des solutions mixtes acier-béton très diverses dans le domaine du bâtiment. A côté des classiques ossatures

Plus en détail

GLOSSAIRE DU BÉTON ARMÉ

GLOSSAIRE DU BÉTON ARMÉ GLOSSAIRE DU BÉTON ARMÉ Accessoires Articles, à l'exception des barres d'armature; par exemple, les supports de barre. Adhérence Force de liaison entre l'acier d'armature et le béton. Armature en cisaillement

Plus en détail

>I Maçonnerie I Escaliers

>I Maçonnerie I Escaliers ESCALIERS >I Maçonnerie I Sommaire Terminologie Textes de référence Mise en œuvre Conception Finition Produits Cahier des Clauses Techniques Particulières g Terminologie n Ouvrage de circulation verticale

Plus en détail

CHAPITRE 1 LE TREILLIS SOUDÉ GÉNÉRALITÉS TABLE DES MATIÈRES Pages 1. LE TREILLIS SOUDÉ 8

CHAPITRE 1 LE TREILLIS SOUDÉ GÉNÉRALITÉS TABLE DES MATIÈRES Pages 1. LE TREILLIS SOUDÉ 8 7 CHAPITRE 1 LE TREILLIS SOUDÉ GÉNÉRALITÉS TABLE DES MATIÈRES Pages 1. LE TREILLIS SOUDÉ 8 1.1. LES AVANTAGES DU TREILLIS SOUDÉ 8 1.2. CARACTÉRISTIQUES DU TREILLIS SOUDÉ 9 1.2,1. NORMALISATION 9 1.2,2.

Plus en détail

Béton armé et précontraint I VERIFICATIONS E.L.S. E.N.P.C. module B.A.E.P.1. Jean Marc JAEGER Setec TPI. ENPC Module BAEP1 Séance 3 1

Béton armé et précontraint I VERIFICATIONS E.L.S. E.N.P.C. module B.A.E.P.1. Jean Marc JAEGER Setec TPI. ENPC Module BAEP1 Séance 3 1 Béton armé et précontraint I VERIFICATIONS E.L.S. Jean Marc JAEGER Setec TPI E.N.P.C. module B.A.E.P.1 ENPC Module BAEP1 Séance 3 1 ENPC Module BAEP1 Séance 3 2 3. ETATS LIMITES DE SERVICE : Définition

Plus en détail

LES FAÇADES ET ÉLÉMENTS ARCHITECTURAUX EN BETON

LES FAÇADES ET ÉLÉMENTS ARCHITECTURAUX EN BETON LES FAÇADES ET ÉLÉMENTS ARCHITECTURAUX EN BETON Les produits préfabriqués de façade et éléments architecturaux en béton sont généralement constitués de grands panneaux ou voiles en béton, de largeurs courantes

Plus en détail

Produits préfabriqués lourds

Produits préfabriqués lourds Fiche Prévention - E4 F 13 14 Produits préfabriqués lourds Manutention, stockage et transport Les produits préfabriqués lourds sont nombreux et communément utilisés sur les chantiers de gros œuvre. Parmi

Plus en détail

Liste minimale des éléments habituellement demandés par le Groupe Spécialisé

Liste minimale des éléments habituellement demandés par le Groupe Spécialisé Document entériné par le Groupe Spécialisé n 3 le 15 janvier 2013 Liste minimale des éléments habituellement demandés par le Groupe Spécialisé Groupe Spécialisé n 3 «Structures, planchers et autres composants

Plus en détail

Tablier. métallique. Une division du Groupe Canam

Tablier. métallique. Une division du Groupe Canam Tablier métallique Une division du Groupe Canam TABLE DES MATIÈRES PAGE NOS SERVICES... 4 NOTES SUR LES TABLEAUX DE CHARGE... 5 P-3615 & P-3606 DIMENSIONS & PROPRIÉTÉS PHYSIQUES... 6 TABLEAUX DES CHARGES

Plus en détail

10 LA PROTECTION CONTRE L INCENDIE

10 LA PROTECTION CONTRE L INCENDIE 10 LA PROTECTION CONTRE L INCENDIE Les exigences réglementaires de protection contre l incendie sont établies en fonction des types de bâtiment et de leur taille, sachant que la fumée est le risque majeur

Plus en détail

Annule et remplace l édition de 1984 parue dans la livraison 257 des Cahiers du CSTB de mars 1985, cahier 1985. et autres composants structuraux

Annule et remplace l édition de 1984 parue dans la livraison 257 des Cahiers du CSTB de mars 1985, cahier 1985. et autres composants structuraux Groupe spécialisé n 3 Structures, planchers et autres composants structuraux Annule et remplace l édition de 1984 parue dans la livraison 257 des Cahiers du CSTB de mars 1985, cahier 1985 Secrétariat de

Plus en détail

NORME BETON AUTOPLAÇANT LA NORME BETON AUTOPLAÇANT

NORME BETON AUTOPLAÇANT LA NORME BETON AUTOPLAÇANT LA NORME BETON AUTOPLAÇANT 1 Le BETON AUTOPLAÇANT fait l objet de règles complémentaires dans la norme NF EN 206-9 Cette norme précise les règles qui s appliquent au BAP en complément des règles communes

Plus en détail

ArcelorMittal Construction Belgium. Arval Plancher collaborant Cofrastra 70

ArcelorMittal Construction Belgium. Arval Plancher collaborant Cofrastra 70 ArcelorMittal Construction Belgium Arval Plancher collaborant Cofrastra 7 PANCHERS COABORANTS COFRASTRA 7 CARACTÉRISTIQUES GÉOMÉTRIQUES Face prélaquée d Épaisseur de la dalle de à cm 7 8 96 7 7 APPICATIONS

Plus en détail

Le Plancher Nouvelle Génération

Le Plancher Nouvelle Génération Le Plancher Nouvelle Génération ISOLTOP ZAC du Plan 191 Avenue du counoise 84320 Entraigues sur la sorgue Tel : 04 90 23 52 42 Fax : 04 90 23 51 83 contact@isoltop.com www.isoltop.com Version 5 1 Bien

Plus en détail

LES PLANCHERS. Université Joseph Fourier Grenoble

LES PLANCHERS. Université Joseph Fourier Grenoble LES PLANCHERS L3 GCI Université Joseph Fourier Grenoble Plancher en dalle pleine matériel d'étaiement dense coûteux en matériel, en main d'oeuvre et en temps (cf.cours précédent) Structure monolithique

Plus en détail

Systèmes de levage et de fixation

Systèmes de levage et de fixation Systèmes de levage et de fixation ocal Presence Global Competence Sommaire 01. rtéon: présentation de la société 04 02. Système de levage artéon 06 03. Système de levage par ancres plates 14 04. Système

Plus en détail

des giratoires en béton

des giratoires en béton Chapitre Réalisation des giratoires en béton.1 Les giratoires en béton à dalles courtes.1.1 Les joints et leur calepinage.2 Les giratoires à dalles courtes goujonnées.3 Les giratoires en béton armé continu.

Plus en détail

Solutions de toitures-terrasses en maçonnerie avec étanchéité sur support isolant rigide

Solutions de toitures-terrasses en maçonnerie avec étanchéité sur support isolant rigide F-a5 4 e édition Octobre 2011 Solutions de toitures-terrasses en maçonnerie avec étanchéité sur support isolant rigide Fesco, Fesco S, Kooltherm K4, Retrofit, Retrofit S, sous-couches PUR, PSE 1b 2b 2c

Plus en détail

N09 Viaduc de Chillon

N09 Viaduc de Chillon Département fédéral de l'environnement, des transports, de l'énergie et de la communication DETEC Office fédéral des routes N09 Viaduc de Chillon Solution innovante en relation avec la RAG Conférence JERI

Plus en détail

Avis Technique 14/12-1797*V1

Avis Technique 14/12-1797*V1 Avis Technique 14/12-1797*V1 Edition intégrant un modificatif Annule et remplace l Avis Technique 14/12-1797 Système mis en œuvre en structure Plancher chauffant hydraulique Hydraulic heating underfloor

Plus en détail

Construire des Ouvrages d'art en Béton Établissement des plans de contrôle Application à un cas concret : Le viaduc de Taulhac RN88

Construire des Ouvrages d'art en Béton Établissement des plans de contrôle Application à un cas concret : Le viaduc de Taulhac RN88 Construire des Ouvrages d'art en Béton Établissement des plans de contrôle Application à un cas concret : Le viaduc de Taulhac RN88 P.Dantec (consultant expert) Ch.Peyral (DIRMC) PLAN Enjeux et risques

Plus en détail

CHAPITRE 6 LES DALLAGES. TABLE DES MATIÈRES Pages 1. GÉNÉRALITÉS 318

CHAPITRE 6 LES DALLAGES. TABLE DES MATIÈRES Pages 1. GÉNÉRALITÉS 318 CHAPITRE 6 LES DALLAGES TABLE DES MATIÈRES Pages 1. GÉNÉRALITÉS 318 1.1 CONSTITUTION D UN DALLAGE 318 1.2 PRÉPARATION DU SUPPORT 319 1.3 DALLAGE 319 1.4 COUCHE D USURE 324 1.5 REVÊTEMENT 324 1.6 CONCEPTION

Plus en détail

RÈGLES DE DIMENSIONNEMENT ET DE CONSTRUCTION POUR LES LOGEMENTS EN MAÇONNERIE CHAÎNEE

RÈGLES DE DIMENSIONNEMENT ET DE CONSTRUCTION POUR LES LOGEMENTS EN MAÇONNERIE CHAÎNEE Guy Nordenson and Associates RÈGLES DE DIMENSIONNEMENT ET DE CONSTRUCTION POUR LES LOGEMENTS EN MAÇONNERIE CHAÎNEE Build Change, Programme d Assistance Technique à la Reconstruction de Logements suite

Plus en détail

RELEVE D ETAT DU PONT DES GRANDS-CRÊTS. On a procédé une auscultation visuelle entre le 23 et le 29 mars 2007.

RELEVE D ETAT DU PONT DES GRANDS-CRÊTS. On a procédé une auscultation visuelle entre le 23 et le 29 mars 2007. RELEVE D ETAT DU PONT DES GRANDS-CRÊTS On a procédé une auscultation visuelle entre le 23 et le 29 mars 2007. Pour mieux comprendre les résultats ici une petit plan où il y a signalées les différentes

Plus en détail

Résistance au feu de construction et systèmes porteurs en béton et en acier

Résistance au feu de construction et systèmes porteurs en béton et en acier Résistance au feu de construction et systèmes porteurs en béton et en acier Cours pour experts cantonaux en protection incendie Module B Renzo Bianchi Bianchi Conseils S.à.r.l. Berthoud Table des matières

Plus en détail

ETAT DE L ART DES PONTS MÉTALLIQUES ET MIXTES EN FRANCE

ETAT DE L ART DES PONTS MÉTALLIQUES ET MIXTES EN FRANCE Ponts métalliques de petites et moyennes portées : les dernières innovations, résultats Préco+ Paris, 24 octobre 2012 ETAT DE L ART DES PONTS MÉTALLIQUES ET MIXTES EN FRANCE Laurence Davaine Ingérop Expertises

Plus en détail

Actions dues au trafic Tram-Train

Actions dues au trafic Tram-Train Actions dues au trafic Tram-Train La conception des infrastructures à construire pour la circulation des tram-trains requiert la modélisation des différents cas de charges induits par ce type de trafic.

Plus en détail

éseaux olyéthylène 1

éseaux olyéthylène 1 éseaux olyéthylène 1 Le présent manuel rappelle les règles essentielles de la mise en oeuvre des tubes en polyéthylène utilisés pour les réseaux d'eau potable ou autres fluides. Le but est d'attirer l'attention

Plus en détail

ETUDE D UN BATIMENT EN BETON : LES BUREAUX E.D.F. A TALENCE

ETUDE D UN BATIMENT EN BETON : LES BUREAUX E.D.F. A TALENCE 1 ENSA Paris-Val de Seine Yvon LESCOUARC H ETUDE D UN BATIMENT EN BETON : LES BUREAUX E.D.F. A TALENCE Architecte : Norman FOSTER 2 LES BUREAUX EDF A TALENCE Ce bâtiment de bureaux conçu par l'agence de

Plus en détail

NOTIONS DE DIMENSIONNEMENT ET D AVANT PROJET DE BATIMENT

NOTIONS DE DIMENSIONNEMENT ET D AVANT PROJET DE BATIMENT NOTIONS DE DIMENSIONNEMENT ET D AVANT PROJET DE BATIMENT Sommaire 1 PREAMBULE... 3 1.1 Les actions... 3 1.1.1 Normes de référence concernant les actions... 3 1.1.2 Charges permanentes... 3 1.1.3 Charges

Plus en détail

Règlement pour construire une école 4 salles de classe

Règlement pour construire une école 4 salles de classe inter aide Lancem ent et suivi de pro grammes concrets d e développement Règlement pour construire une école 4 salles de classe Ce document présente 9 étapes pour réussir la construction --------- Dimensions

Plus en détail

Le chantier compte 4 étapes :

Le chantier compte 4 étapes : 02 Bien mettre en place le 03 béton désactivé La technique du béton désactivé consiste à mettre en valeur les granulats en éliminant la couche superficielle du mortier en surface. Un chantier de béton

Plus en détail

Description des essais et instrumentation

Description des essais et instrumentation Description des essais et instrumentation Louis Demilecamps Hervé Lançon Xavier Bourbon CEOS.fr - Journée de restitution (Paris) PROGRAMME EXPÉRIMENTAL Tests de flexion sur blocs parallélépipédiques (RL)

Plus en détail

LES PLANCHERS. Les planchers préfabriqués et les dallages

LES PLANCHERS. Les planchers préfabriqués et les dallages Les planchers préfabriqués et les dallages fig. 4.1 désignations des planchers Le plancher : ouvrage horizontal constituant une séparation entre deux niveaux d une habitation. Selon les matériaux employés

Plus en détail

2.1 - DURABILITE - CLASSE D EXPOSITION

2.1 - DURABILITE - CLASSE D EXPOSITION 2.1 - DURABILITE - CLASSE D EXPOSITION Désignation de la classe Description de l'environnement 1 - Aucun risque de corrosion ni d'attaque Béton non armé et sans pièces métalliques noyées : toutes expositions,

Plus en détail

Guide de pose du bloc traditionnel courant en béton (50 x 20 x 19)

Guide de pose du bloc traditionnel courant en béton (50 x 20 x 19) Marque de qualité identifiant les produits adaptés à notre environnement climatique Guide de pose du bloc traditionnel courant en béton (50 x 20 x 19) Recommandations, conseils d utilisation et de mise

Plus en détail

GUIDE DE DISPOSITIONS CONSTRUCTIVES POUR LE BATI NEUF SITUE EN ZONE D ALEA DE TYPE FONTIS DE NIVEAU FAIBLE

GUIDE DE DISPOSITIONS CONSTRUCTIVES POUR LE BATI NEUF SITUE EN ZONE D ALEA DE TYPE FONTIS DE NIVEAU FAIBLE GUIDE DE DISPOSITIONS CONSTRUCTIVES POUR LE BATI NEUF SITUE EN ZONE D ALEA DE TYPE FONTIS DE NIVEAU FAIBLE Document établi par : CSTB 84, avenue Jean Jaurès Champs-sur-Marne F-77447 Marne-la-Vallée Cedex

Plus en détail

Procédés barrières adhérents pour sol sur support humide ou exposé à des reprises d humidité

Procédés barrières adhérents pour sol sur support humide ou exposé à des reprises d humidité Commission chargée de formuler des Avis Techniques --------------------------------------------------------------- Groupe Spécialisé n 12 Revêtements de sol et produits connexes Procédés barrières adhérents

Plus en détail

Version 1. Demandeur de l étude : VM - BETON SERVICES 51 Boulevard des Marchandises 85260 L'HERBERGEMENT. Auteur * Approbateur Vérificateur(s)

Version 1. Demandeur de l étude : VM - BETON SERVICES 51 Boulevard des Marchandises 85260 L'HERBERGEMENT. Auteur * Approbateur Vérificateur(s) Département Enveloppe et Revêtements Division HygroThermique des Ouvrages N affaire : 12-007 Le 10 avril 2012 Réf. DER/HTO 2012-093-BB/LS CALCUL DES COEFFICIENTS DE TRANSMISSION SURFACIQUE UP ET DES COEFFICIENTS

Plus en détail

www.bacacier.com PCB Plancher collaborant Système de plancher mixte acier/béton V1/2013-1-

www.bacacier.com PCB Plancher collaborant Système de plancher mixte acier/béton V1/2013-1- www.bacacier.com PCB Plancher collaborant Système de plancher mixte acier/béton V1/2013-1- SYSTEME D EMBOITEMENT SOMMAIRE PCB Plancher collaborant Recommandations sur chantiers 3 Règles de poses 5 Coffrage

Plus en détail

Les premiers BP fibrés en France à la SNCF

Les premiers BP fibrés en France à la SNCF Les premiers BP fibrés en France à la SNCF Historique G. Rivallain INTRODUCTION Après VIERZY en 1972 et les recommandations ministérielles de 1973 : vaste campagne de réhabilitations d OA chantiers lourds

Plus en détail

Installez votre paroi remplie Zenturo et Zenturo Super pour un beau mur décoratif

Installez votre paroi remplie Zenturo et Zenturo Super pour un beau mur décoratif Installez votre paroi remplie Zenturo et Zenturo Super pour un beau mur décoratif Lors de l installation de la clôture Zenturo ou Zenturo Super en tant que mur décoratif, vous devez tenir compte de quelques

Plus en détail

Marchés publics de travaux CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES GÉNÉRALES. Fascicule n 62 - Titre I - Section I

Marchés publics de travaux CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES GÉNÉRALES. Fascicule n 62 - Titre I - Section I Ministère de l Equipement, des Transports et du Logement Secrétariat d Etat au Logement Secrétariat d Etat au Tourisme Direction des Affaires Economiques et Internationales BULLETIN Officiel Marchés publics

Plus en détail

Cours de Structures en béton

Cours de Structures en béton Cours de Structures en béton Chapitre 12 DETAILS DE CONSTRUCTION Section 12.3 Les murs 12.3.1 Le mur extérieur en béton armé 12.3.2 Le mur extérieur en maçonnerie traditionnelle 12.3.3 Le mur extérieur

Plus en détail

Guide à l'intention du client : Valeur économique de la construction en acier pour les bâtiments commerciaux

Guide à l'intention du client : Valeur économique de la construction en acier pour les bâtiments commerciaux Guide à l'intention du client : Valeur économique de la construction en acier pour Ce guide présente de manière concise les avantages de l'acier dans la construction de bâtiments commerciaux, à la fois

Plus en détail

DALLES COFFRANTES ISOLANTES POUR CONSTRUCTION PASSIVE ET POSITIVE

DALLES COFFRANTES ISOLANTES POUR CONSTRUCTION PASSIVE ET POSITIVE ISOLATION THERMIQUE EXCEPTIONNELLE Leader des matériaux de construction à haute performance BARRIÈRE THERMIQUE SIMPLICITÉ DE POSE SURCHARGE JUSQU À 1 000 KG / M 2 ET + PORTÉE LIBRE DE 8 M ET + ÉTUDES ET

Plus en détail

PATHOLOGIE DES BALCONS

PATHOLOGIE DES BALCONS PATHOLOGIE DES BALCONS Un balcon est une «plateforme à hauteur de plancher, formant saillie sur une façade, et fermée par une balustrade ou un garde-corps, qui sont généralement en métal ou en béton. C

Plus en détail

Evolutions de la pose. en 2010. Nous vous accompagnons dans le changement! www.desmortiersdesidees.com

Evolutions de la pose. en 2010. Nous vous accompagnons dans le changement! www.desmortiersdesidees.com Evolutions de la pose collée DE carrelage en 2010 Nous vous accompagnons dans le changement! www.desmortiersdesidees.com Trois nouveaux textes de mise en œuvre relatifs à la pose collée de carrelage sont

Plus en détail

Groupe Spécialisé n 3. Structures, planchers et autres composants structuraux. Vu pour enregistrement le 16 mai 2008

Groupe Spécialisé n 3. Structures, planchers et autres composants structuraux. Vu pour enregistrement le 16 mai 2008 Avis Technique 3/07-551 ouvrage en béton armé étanche Système ZEMENTOL Titulaire : ZEMENTOL France Sarl 32 rue Roger Frémeaux FR-68420 Voegtlinshoffen Tél. : 03 89 86 45 40 Fax : 03 89 49 21 81 Commission

Plus en détail

HILTI ENGINEERING SERVICE NEWSLETTER DES INGÉNIEURS

HILTI ENGINEERING SERVICE NEWSLETTER DES INGÉNIEURS Edition 1-02/2014 HILTI ENGINEERING SERVICE NEWSLETTER DES INGÉNIEURS Hilti. Performance. Fiabilité. Séminaire Dimensionnement et installation de barres d armature dans le béton à Batibouw Hilti est un

Plus en détail

Rédaction des prescriptions béton Application à un cas concret via le logiciel Pétra. A. Ballière (DLL-DOA) B. Clément (DLA) B.

Rédaction des prescriptions béton Application à un cas concret via le logiciel Pétra. A. Ballière (DLL-DOA) B. Clément (DLA) B. Rédaction des prescriptions béton Application à un cas concret via le logiciel Pétra A. Ballière (DLL-DOA) B. Clément (DLA) B. Boulet (DLCF) SOMMAIRE 1. Introduction générale - Détermination des enrobages

Plus en détail

Arval. Planchers collaborants. Cofraplus 60

Arval. Planchers collaborants. Cofraplus 60 Cofraplus 6 es photos : Image de synthèse (a Tour) Sport City Tower, Doha (Qatar) Architecte : Concept Architect Hadi Simaan, Floride (USA) Structure : Arup, ondres (Royaume-Uni) Au milieu, à droite Parking

Plus en détail

POUTRELLES EN BÉTON L AVIS DE L EXPERT

POUTRELLES EN BÉTON L AVIS DE L EXPERT Pour s affranchir de la nature du sol : argileux, sujet aux gonflements, dilatations, retraits Consulter impérativement le PPRn (plan de Prévention des Risques naturels) en mairie. Pour pouvoir s adapter

Plus en détail

P. VALLON - Retraitement en place à froid - Juillet 2009

P. VALLON - Retraitement en place à froid - Juillet 2009 à é Ministère de l'écologie, de l'énergie, du Développement durable et de l'aménagement du territoire P. VALLON - Retraitement en place à froid - Juillet 2009 WWW.developpement-durable.gouv.fr Constitution

Plus en détail

Le pavillon. 2.1 Désignation des conduits. Canalisations et conduits. 1. Qu est-ce qu une canalisation

Le pavillon. 2.1 Désignation des conduits. Canalisations et conduits. 1. Qu est-ce qu une canalisation PAGE 1 DE 6 Objectif: Exploiter les documents techniques. Identifier le type de conduit et de canalisation à utiliser pour une installation ou un équipement. Savoir technologique visé : S3-3 Canalisations

Plus en détail

Construire en zone sismique - Conception et bonnes pratiques

Construire en zone sismique - Conception et bonnes pratiques La construction face au risque sismique Nouvelle réglementation Auch 27 novembre 2012 Construire en zone sismique - Conception et bonnes pratiques Albane RAMBAUD Sandrine MARNAC CETE du Sud Ouest / DALET

Plus en détail

Ressaisie DTRF. Page laissée intentionnellement blanche

Ressaisie DTRF. Page laissée intentionnellement blanche Page laissée intentionnellement blanche - III - TABLE DES MATIÈRES Pages Circulaire n 93-87 du 7 décembre 1993 relative aux mesures d application aux ouvrages relevant du ministère de l Équipement, des

Plus en détail

BASES DU BÉTON ARMÉ. BTS Bâtiment 1 ère année 1

BASES DU BÉTON ARMÉ. BTS Bâtiment 1 ère année 1 BASES DU BÉTON ARMÉ Le béton est un mélange dans des proportions préétablies de liant (ciment), avec des granulats (sable, gravier, pierrailles) et de l'eau. Le béton armé peut être défini comme l'enrobage

Plus en détail

Isolation sous chape P 30. Isolants sous chape ou dallage à base de : 1 KNAUF Therm. 2 KNAUF XTherm. 3 KNAUF Thane 24 4 POLYFOAM

Isolation sous chape P 30. Isolants sous chape ou dallage à base de : 1 KNAUF Therm. 2 KNAUF XTherm. 3 KNAUF Thane 24 4 POLYFOAM 1 2 3 4 Isolation sous chape P 30 Isolants sous chape ou dallage à base de : 1 KNAUF Therm 2 KNAUF XTherm 3 KNAUF Thane 24 4 POLYFOAM Les isolants : KNAUF Therm (PSE, polystyrène expansé) KNAUF XTherm

Plus en détail

A.P.D. 06-17. C.C.T.P. Lot 02 - Charpente métallique BUREAU D'ETUDES EXTENSION ET REAMENAGEMENT DU RESTAURANT ADMINISTRATIF DE LA DELEGATION

A.P.D. 06-17. C.C.T.P. Lot 02 - Charpente métallique BUREAU D'ETUDES EXTENSION ET REAMENAGEMENT DU RESTAURANT ADMINISTRATIF DE LA DELEGATION EXTENSION ET REAMENAGEMENT DU RESTAURANT ADMINISTRATIF DE LA DELEGATION Allée de la Boétie 33400 TALENCE LOT : BUREAU D'ETUDES DOSSIER N PHASE DATE : 06-17 AVRIL 2007 A.P.D. Lot 02 - Charpente métallique

Plus en détail

Jean-Marc Schaffner Ateliers SCHAFFNER. Laure Delaporte ConstruirAcier. Jérémy Trouart Union des Métalliers

Jean-Marc Schaffner Ateliers SCHAFFNER. Laure Delaporte ConstruirAcier. Jérémy Trouart Union des Métalliers Jean-Marc Schaffner Ateliers SCHAFFNER Laure Delaporte ConstruirAcier Jérémy Trouart Union des Métalliers Jean-Marc SCHAFFNER des Ateliers SCHAFFNER chef de file du GT4 Jérémy TROUART de l Union des Métalliers

Plus en détail

Document Technique d Application BERLIMUR

Document Technique d Application BERLIMUR Document Technique d Application Référence Avis Technique 3/14-767 Annule et remplace l Avis Technique 3/10-657 Mur à coffrage intégré une face Incorporated shuttering wall one side Wand mit integrierter

Plus en détail

Dossier de présentation Technique et Economique Des structures VOLTABRI

Dossier de présentation Technique et Economique Des structures VOLTABRI Dossier de présentation Technique et Economique Des structures VOLTABRI Exemples de projet Page 1 sur 29 A. Présentation Technique :... 3 I. Système intégré :... 3 1. Voltajoint et Voltajoint éco :...

Plus en détail

Exemple d application du EN 1993-1-2 : Poutre fléchie avec section tubulaire reconstituée

Exemple d application du EN 1993-1-2 : Poutre fléchie avec section tubulaire reconstituée Exemple d application du EN 1993-1-2 : Poutre fléchie avec section tubulaire reconstituée P. Schaumann, T. Trautmann University of Hannover Institute for Steel Construction, Hannover, Germany 1 OBJECTIF

Plus en détail

LES TERRASSEMENTS ET LES FONDATIONS

LES TERRASSEMENTS ET LES FONDATIONS Les terrassements Le terrassement : désigne l ensemble des opérations de mise en forme d un terrain liées à l édification d une construction (nivellement du sol, fouille pour l exécution des fondations,

Plus en détail

Chapitre n 3: Les escaliers

Chapitre n 3: Les escaliers Capitre n 3: Les escaliers I. généralités : Collet Mur d'éciffre Palier intermédiaire Palier Cage d escaliers Ligne de foulée à Emmarcement 0.5 m du collet Contre-marce palier Palier L g Mur d'éciffre

Plus en détail

Section : GENIE CIVIL

Section : GENIE CIVIL MINISTERE DE L EDUCATION NATIONALE, DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE Direction des personnels enseignants CONCOURS D ACCES AU CORPS DES PROFESSEURS DE LYCEE PROFESSIONNEL CONCOURS EXTERNE

Plus en détail

[Colonnes mixtes acier-béton préfabriquées ORSO-V] Colonnes ORSO-V pour exigences statiques les plus élevées et dimensionnement efficace.

[Colonnes mixtes acier-béton préfabriquées ORSO-V] Colonnes ORSO-V pour exigences statiques les plus élevées et dimensionnement efficace. Journal pour la clientèle de F.J. Aschwanden SA Septembre 2010 [Colonnes mixtes acier-béton préfabriquées ORSO-V] Colonnes ORSO-V pour exigences statiques les plus élevées et dimensionnement efficace.

Plus en détail

Phase avant-projet : Stratégie de sécurité-incendie pour bâtiments multi-étagés à usage résidentiel et commercial

Phase avant-projet : Stratégie de sécurité-incendie pour bâtiments multi-étagés à usage résidentiel et commercial Phase avant-projet : Stratégie de sécurité-incendie pour bâtiments multi-étagés à Schématise les principaux impératifs pratiques pour la sécurité-incendie et les moyens d'évacuation. Introduit l'ingénierie

Plus en détail

Grégoire réinvente les blocs-baies

Grégoire réinvente les blocs-baies Grégoire réinvente les blocs-baies ...SANS! COFFRE Parti d une "idée simple" (pour supprimer le coffre d un bloc-baie, il suffit d intégrer son volet roulant dans la maçonnerie) INTÉGRAL de Grégoire a

Plus en détail

Ministère des Travaux Publics Transports et Communications (MTPTC) Conception et réalisation QUELQUES REGLES POUR CONSTRUIRE DES MAISONS PLUS SOLIDES

Ministère des Travaux Publics Transports et Communications (MTPTC) Conception et réalisation QUELQUES REGLES POUR CONSTRUIRE DES MAISONS PLUS SOLIDES (MTPTC) Validation Conception et réalisation QUELQUES REGLES POUR CONSTRUIRE DES MAISONS PLUS SOLIDES où peut-on construire une maison? 2 NON NON NON ne pas construire sous une falaise ne pas construire

Plus en détail

Corniches. Cahier des charges et de mise en œuvre SOMMAIRE

Corniches. Cahier des charges et de mise en œuvre SOMMAIRE Corniches Cahier des charges et de mise en œuvre SOMMAIRE Définition... Gamme... Caractéristiques des produits...2 Domaine d'utilisation...2 Mise en œuvre...3, 4, 5 Contrôle qualité...6 Références...7

Plus en détail

Présentations GTF. Point de vue d un utilisateur final. Durée de vie des ouvrages : Approche Prédictive, PerformantielLE et probabiliste

Présentations GTF. Point de vue d un utilisateur final. Durée de vie des ouvrages : Approche Prédictive, PerformantielLE et probabiliste Présentations GTF Présenté par : Georges NAHAS Organismes : Institut de Radioprotection et de Sûreté Nucléaire (IRSN) Paris 26 mai 2009 Introduction Le vieillissement des ouvrages de génie civil et plus

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE : GARAGES PREFABRIQUES MONOCOQUES

FICHE TECHNIQUE : GARAGES PREFABRIQUES MONOCOQUES FICHE TECHNIQUE : MONOCOQUES propose un large choix de garages préfabriqués monocoques en béton, garantie pour vous de trouver celui qui correspond parfaitement aux exigences techniques de votre projet.

Plus en détail

Equipements de sécurité des pilotes

Equipements de sécurité des pilotes Equipements de sécurité des pilotes Conformément à la disposition adoptée par le Comité Directeur du 7 février 2008 sur proposition de la Commission Technique, le plan de renforcement des équipements de

Plus en détail

ÉLÉMENTS D'ISOLATION ACOUSTIQUE HALFEN ISI 10-F BÉTON

ÉLÉMENTS D'ISOLATION ACOUSTIQUE HALFEN ISI 10-F BÉTON ÉLÉMENTS D'ISOLATION ACOUSTIQUE HALFEN ISI 10-F BÉTON SOMMAIRE Pages L'acoustique dans le bâtiment : amortissement des bruits d'impact dans les escaliers 3 Méthodes de mesure et de justification Gamme

Plus en détail

L isolation extérieure dès le gros œuvre

L isolation extérieure dès le gros œuvre L isolation extérieure dès le gros œuvre L ISOLATION PAR L EXTERIEUR : SA SUPERIORITE SUR L ISOLATION PAR L INTERIEUR RTh est un nouveau procédé de maçonnerie spécialement conçu pour l isolation par l

Plus en détail

>I Maçonnerie I ESCALIERS MAISON INDIVIDUELLE

>I Maçonnerie I ESCALIERS MAISON INDIVIDUELLE ESCALIERS >I Maçonnerie I Sommaire Terminologie Textes de référence Mise en œuvre Conception Finition Produits Cahier des Clauses Techniques Particulières Terminologie Ouvrage de circulation verticale

Plus en détail

Cahier des Charges Béton Imprimé : 10 cm à couler sur une fondation en béton

Cahier des Charges Béton Imprimé : 10 cm à couler sur une fondation en béton 1. Béton Cahier des Charges Béton Imprimé : 10 cm à couler sur une fondation en béton 1.1 Définition Le béton imprimé est principalement caractérisé par un traitement de surface spécifique qui est une

Plus en détail

Prescriptions techniques Réseaux de collecte des eaux usées et branchements particuliers

Prescriptions techniques Réseaux de collecte des eaux usées et branchements particuliers Prescriptions techniques Réseaux de collecte des eaux usées et branchements particuliers Les prescriptions ci-après ne sont pas exhaustives. En tout état de cause, pour obtenir le certificat de conformité

Plus en détail