TRADUIRE LA RECHERCHE EN PRATIQUE. L EMDR avec le chagrin : réflexions sur l étude de 2001 de Ginny Sprang

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "TRADUIRE LA RECHERCHE EN PRATIQUE. L EMDR avec le chagrin : réflexions sur l étude de 2001 de Ginny Sprang"

Transcription

1 TRADUIRE LA RECHERCHE EN PRATIQUE L EMDR avec le chagrin : réflexions sur l étude de 2001 de Ginny Sprang Katy Murray Olympia, Washington, Etats-Unis Traduire la recherche en pratique constitue une nouvelle rubrique régulière du journal dans laquelle des cliniciens font part d exemples de cas cliniques qui soutiennent, exposent en détail ou illustrent les résultats d une étude de recherche donnée. Chaque article commence par résumer l étude en question pour ensuite apporter la description par le clinicien de son application des procédures EMDR (désensibilisation et retraitement par les mouvements oculaires) standard auprès de la population ou pour le problème traité dans l étude. Cette rubrique est éditée par la fondation EMDR Research (recherche en EMDR) dans le but de fournir un lien entre la recherche et la pratique et de rendre pertinents les résultats de la recherche par rapports aux pratiques quotidiennes des thérapeutes. Dans la rubrique de ce numéro, Katy Murray se réfère à l étude de Sprang (2001) qui a évalué le traitement EMDR du deuil complexe ; elle décrit comment elle a employé l EMDR dans trois cas difficiles une mère faisant le deuil de son fils jeune adulte, une femme en lutte avec la perte de sa mère à cause de la maladie d Alzheimer et une jeune mère dont le fils est mort-né. Les exemples de cas sont suivis d une discussion complète. Mots-clés : EMDR ; chagrin ; deuil ; rejoindre la recherche ; pratique Résumé de Sprang (2001) 1 Objectif : le but de cette recherche était de déterminer les effets différentiels du traitement d un ensemble de symptômes incluant le chagrin, l état de stress posttraumatique (ESPT), l anxiété et l estime de soi, par la comparaison de l EMDR (désensibilisation et retraitement par les mouvements oculaires) avec les traitements de deuil guidé (DG). Méthode : Vingt-trois patients EMDR et 27 patients DG ont complété des évaluations portant sur les symptômes psychosociaux et comportementaux de la perte d un être cher avant et après le traitement et lors d un suivi après 9 mois. Résultats : sur les cinq mesures psychosociales de la détresse, quatre (anxiété d état, échelle de l impact de l événement, index d estime de soi et ESPT) se sont avérées considérablement modifiées selon le type de traitement apporté, les patients EMDR rapportant la diminution la plus importante des symptômes ESPT. Les données des mesures comportementales ont révélé des résultats similaires. Traduire la recherche en pratique : commentaires de Katy Murray Le chagrin fait partie de la vie. Quand devrions-nous offrir un traitement EMDR à nos patients endeuillés? L étude de 2001 de Sprang auprès de 50 individus souffrant d une perte traumatique fournit des données qui soutiennent les déclarations de Shapiro selon This article originally appeared as Murray, K. (2012). EMDR With Grief: Reflections on Ginny Sprang s 2001 Study. Journal of EMDR Practice and Research, 6(4), Translated by Jenny Ann Rydberg. 1 Référence de l article original de recherche : Sprang, G. (2001). The use of eye movement desensitization and reprocessing (EMDR) in the treatment of traumatic stress and complicated mourning: Psychological and behavioral outcomes. Research on Social Work Practice, 11(3), E24 Journal of EMDR Practice and Research, Volume 7, Number 2, EMDR International Association

2 lesquelles l EMDR peut apporter une résolution efficiente des symptômes de stress traumatique qui interfèrent avec les processus de deuil normaux ainsi qu une capacité de remémoration positive accrue concernant le défunt (Shapiro, 1995, 2001 ; Sprang, 2001). Après avoir lu cette recherche voici près de 10 ans, j ai commencé à introduire l EMDR beaucoup plus tôt dans le traitement de mes patients endeuillés. Les résultats de recherche m ont donné confiance en l idée que l EMDR pouvait favoriser le deuil normal en réduisant les symptômes de stress post-traumatique après une perte tout en augmentant le rappel de souvenirs positifs de la personne aimée. L étude de Sprang (2001) compare deux approches destinées à traiter les aspects traumatiques de la perte : l EMDR et le DG (Mawson, Marks, Ramm & Stern, 1981). Sprang annonce que si les deux approches étaient efficaces, le groupe traité en EMDR a manifesté une amélioration significativement plus rapide sur les mesures standardisées de l anxiété et du stress post-traumatique ainsi qu une diminution plus rapide de la reviviscence, des intrusions, de la rumination et des cauchemars en moins de séances que les patients traités en DG (6,19 versus 10,68 séances). Cependant, l EMDR a conduit à une augmentation initiale des symptômes de reviviscence avant leur élimination rapide en comparaison du groupe DG. L EMDR menait à un accroissement très rapide et systématique du rappel de souvenirs positifs de la personne aimée, tandis que l intervention DG ne montrait aucun changement du rappel de souvenirs positifs prétraitement/post-traitement. C était cet effet extraordinaire du retraitement EMDR qui a retenu mon attention. Le retraitement EMDR de la perte traumatique semblait ôter les obstacles empêchant de penser à, d évoquer, de se rappeler le défunt et d éprouver des émotions à son sujet, conduisant à un accès à des souvenirs positifs, affectivement évocateurs, de la personne aimée. Comment pouvais-je ne pas le proposer à mes patients? Dans ma pratique clinique, j ai observé que les symptômes intrusifs de reviviscence et le défaut d accès à des souvenirs positifs éprouvés émotionnellement, parallèlement aux histoires non réglées en lien avec d autres souvenirs non traités du défunt, constituent les symptômes les plus perturbants pour les patients après un décès. Les souvenirs douloureux et perturbants bloquant l accès à des souvenirs positifs chaleureux, mes patients évoquent souvent un vide écrasant dans leur cœur à l endroit précédemment occupé par la personne aimée. Avant l utilisation de l EMDR, je constatais que mon mélange éclectique d interventions pouvait lentement réduire les souvenirs perturbants, mais seul le temps permettait d accéder à des souvenirs positifs évocateurs de la personne aimée. La résolution du deuil exigeait beaucoup de temps. Après avoir lu l étude de Sprang (2001) qui apportait des données solides soutenant les descriptions de Shapiro de résultats positifs dans des cas de chagrin excessif (Shapiro, 2001, pp ), je me sentais davantage confiante pour offrir l EMDR plus tôt dans le traitement de mes patients endeuillés. En reconnaissant que le traitement ne vise pas à supprimer le chagrin normal, je me centrais sur les symptômes de stress post-traumatique, incluant les souvenirs, les images, les conversations et les rêves perturbants dont la personne endeuillée ne parvient pas à se défaire et qui interfèrent avec le processus de deuil adaptatif normal. La perte par le suicide : Ma tristesse est tout ce qui me reste de lui Faith, une mère célibataire de trois enfants, âgée de 40 ans, est venue me voir 3 mois après que son fils Billy, 20 ans, ait été tué par balle. L enquête de la police a conclu qu il s agissait d un suicide mais elle ne parvenait pas à envisager la possibilité que son fils ait pu s enlever la vie, préférant croire qu il s agissait d un accident ou d un homicide. Faith est venue en thérapie après que le choc initial soit passé, alors qu elle commençait à éprouver les ravages de sa perte. Chaque fois qu elle pensait à Billy ou que quelque chose le lui rappelait, l horreur de la manière dont sa mort a pu se produire se rejouait en boucle continue dans son esprit et dans son cœur. Après quatre séances de recueil d informations, de planification du traitement, de stabilisation et de renforcement des ressources, j ai présenté l EMDR à Faith comme une manière de résoudre les aspects traumatiques de la perte, pour qu elle puisse se souvenir de son fils au-delà du trauma de son décès et devenir capable de tolérer son chagrin. Elle a donné son accord. Au cours du retraitement de la première cible le moment où elle a appris le décès de son fils Faith a pu accepter la réalité plausible que Billy s est suicidé. Pendant les séances de retraitement, elle était surprise de voir diminuer son niveau de perturbation. Je faisais attention de distinguer ce que nous mesurions avec l échelle d unités de perturbation subjective (SUD), en clarifiant que nous mesurions à quel point le souvenir était perturbant, plutôt que la mesure dans laquelle la perte de son fils la perturbait, en demandant : Quand vous faites venir ce souvenir en particulier (le moment où vous appris la mort de votre fils), dans quelle Journal of EMDR Practice and Research, Volume 7, Number 2, 2013 EMDR With Grief E25

3 mesure est-il perturbant pour vous maintenant sur une échelle de 0 à 10, où 0 est aucune perturbation quand vous y pensez à cet instant et 10 le plus haut niveau de perturbation que vous puissiez imaginer? Lors de la troisième séance de retraitement de 90 minutes, le niveau du SUD s est arrêté à 2. Ne me sentant pas à l aise avec la question habituelle : Qu est-ce qui l empêche d être à zéro?, j ai demandé : Qu estce qui le maintient à 2?. Faith a répondu : Ma tristesse est tout ce qui me reste de lui. Si je perds ma douleur, j aurai perdu Billy complètement. Franchement, je me suis dit que cela pouvait être ce que nous concevons comme écologiquement valide, considérant à quel point cette perte était récente ; mais ne voulant pas restreindre les possibilités pour ma patiente, j ai suivi les procédures standard de la phase 4 (désensibilisation) et je lui ai dit : Continuez avec ça. Pendant la série suivante, Faith est passé de sanglots intenses à un apaisement de sa respiration et puis à l esquisse d un sourire. A la fin de la série, elle a déclaré : Billy était mon clown, mon blagueur, il me faisait rire. Il détesterait que je ne garde de lui que la tristesse et la douleur. Les séries suivantes ont conduit à l émergence de souvenirs positifs de Billy intensément éprouvés et à un SUD de moins que la moitié. Au cours de la phase 5 (installation), Faith a commencé à croire : Il fera toujours partie de moi. Je le porterai toujours dans mon cœur. Elle ressentait une sensation agréable dans ses épaules comme les ailes d un aigle c est Billy! Elle a décrit la relation de son fils avec les aigles et les dernières fois qu elle avait vu de tels oiseaux majestueux depuis le décès de Billy. Faith pouvait penser à, parler de, ressentir et se souvenir de son fils. Elle a continué à décrire l émergence spontanée de rappels de souvenirs positifs de son fils et a évolué normalement dans son deuil. Elle était reconnaissante d avoir ces souvenirs puissants qui la soutenaient à travers son chagrin et qui maintenant un sentiment de proximité avec son fils. Images intrusives de la mort : Je peux enfin faire mon deuil. J ai retrouvé mes souvenirs. Karen, une professionnelle de 55 ans, a traversé le pays pour accompagner sa mère pendant les dernières semaines de sa vie. Atteinte d un stade avancé de la maladie d Alzheimer, sa mère était incapable de reconnaître les soins et le dévouement de sa fille. J avais apporté un suivi à Karen avant son voyage sur la côte est ; elle connaissait le traitement EMDR et avait démontré une grande force du moi, des sources de soutien internes et externes, ainsi qu une bonne tolérance aux affects. Elle est revenue en thérapie deux semaines après le décès de sa mère, tourmentée par des souvenirs sensoriels vifs et horribles des derniers jours qui se rejouaient dans son esprit dès qu elle pensait à sa mère. Karen a déclaré : J ai perdu ma mère à l Alzheimer il y a bien longtemps il ne me restait que des souvenirs, mais maintenant il ne me reste même plus ça c est trop douloureux de penser à elle maintenant. J ai proposé d utiliser immédiatement l EMDR pour tenter de diminuer l interférence des souvenirs traumatiques avec le deuil normal. Elle hésitait à essayer l EMDR, disant : Je ne peux pas vous décrire ces images elles sont tout simplement trop horribles pour les dire tout haut. Je lui ai promis qu elle n avait pas besoin de vraiment décrire l image mais que j avais simplement besoin de savoir qu elle avait une image à l esprit au début du retraitement. Nous avons utilisé le protocole des événements traumatiques récents. Les images et les cauchemars qui tourmentaient Karen depuis le décès de sa mère ont diminué après la première séance de retraitement et elle a constaté qu elle se rappelait spontanément des souvenirs positifs de sa mère, oubliés depuis longtemps, pendant et entre les séances. Elle était étonnée car les souvenirs positifs lui semblaient plus vifs et plus réels maintenant que quand sa mère était encore en vie. A la troisième séance, le SUD est descendu à zéro ; la cognition positive (CP) je peux faire face était à 7 ; et toutes les intrusions, tous les cauchemars et tous les symptômes de reviviscence avaient disparu. Karen a déclaré : Je sens que je peux enfin faire mon deuil. J ai retrouvé les souvenirs de ma maman. Enfant mort-né : de J ai détruit mon bébé à J étais une mère parfaitement aimante pour cet enfant C est le premier cas de deuil traumatique que j ai rencontré après ma formation initiale en EMDR et qui m a convaincue de l importance d offrir un soulagement aux personnes souffrant d une perte dès qu elles ont été stabilisées et commencent à éprouver des émotions. J avais travaillé avec Jamie à divers moments depuis qu elle avait une vingtaine d années. Elle est revenue en thérapie 3 ans après la perte de son fils, Bart, mort-né. Je venais de me former en EMDR quelques mois auparavant ; si j avais été émue par la description du Dr Shapiro, lors de la formation et dans ses écrits (Shapiro, 1995, 2001), de cas où la douleur du chagrin avait pu être réduite, la simple idée de suggérer que cette étrange méthode thérapeutique pouvait diminuer la souffrance de Jamie me E26 Journal of EMDR Practice and Research, Volume 7, Number 2, 2013 Murray

4 semblait presque insultante. Je craignais qu elle eût l impression que je minimisais sa perte. Je n ai pas proposé l EMDR parmi les options thérapeutiques mais ai plutôt utilisé ma panoplie habituelle d approches, en suivant mon idée préconçue qu il y a des pertes dont on ne se remet pas on apprend simplement à les accepter. Je ne sais pas si ce que je lui ai proposé a pu réduire sa souffrance, mais je ne crois pas qu elle s attendait à ce que quelque chose puisse l aider. Sept ans plus tard, Jamie est revenue en thérapie suite au diagnostic d un cancer du sein de stade III à l âge de 41 ans. J avais alors beaucoup plus confiance en l efficacité de l EMDR, ayant vécu d innombrables expériences validant l affirmation de Shapiro que le retraitement EMDR n enlève pas les émotions ou les réactions saines mais favorise plutôt la guérison et la croissance. J ai proposé l EMDR pour aider Jamie avec ses peurs d un retour du cancer, et même si elle demeurait sceptique, elle était prête à essayer. C est au cours du retraitement EMDR de l expérience du cancer du sein de Jamie qu a émergé l accouchement traumatique de son fils mort-né, Bart. La colère de Jamie envers son oncologue et son chirurgien a fait le lien avec une image de sa cicatrice de mastectomie puis avec la cicatrice de sa césarienne, pour continuer vers d autres souvenirs physiques associés dans le même réseau. Le souvenir de la chirurgie du cancer du sein s est résolu au cours de cette séance de retraitement, incluant la disparition des sensations fantômes du sein qu elle n avait jamais avouées à quiconque. Lors de séances ultérieures, nous avons ciblé d autres souvenirs en lien avec son expérience du cancer. L EMDR permettait de réduire les symptômes de stress traumatique associés avec le diagnostic et le traitement du cancer, incluant la diminution des peurs paralysantes d une rechute qui inhibaient sa capacité à pleinement apprécier et participer à sa vie. Plusieurs mois plus tard, nous avancions dans le traitement EMDR et travaillions sur des déclencheurs présents de la peur d un retour du cancer. Jamie est arrivée en séance en avouant qu elle se sentait déprimée mais elle ne l attribuait pas aux déclencheurs liés au cancer du sein, déclarant : Je me sens toujours mal à l automne, c est la période où j ai perdu Bart. Nous avons décidé de cible la mise au monde de son fils. C est la phase 3 (évaluation) du souvenir de la naissance qui m a le plus profondément appris les raisons pour lesquelles il ne faut hésiter à utiliser l EMDR après une perte traumatique. L image était l expression sur le visage de l infirmière en me réveillant de la chirurgie, bébé va bien?, Le bébé n a pas survécu. La cognition négative a évolué depuis j ai détruit mon bébé ; j ai échoué ; je ne l ai pas mis au monde en toute sécurité! vers je suis une perdante. Quand nous avons commencé à explorer une croyance sur soi positive préférée, Jamie a dit qu elle aimerait être capable de savoir que c est vrai que j ai perdu ce bébé, mais il était parfait comme il était, et j étais une mère parfaitement aimante pour cet enfant. Jamie s est ensuite exclamée : Si j avais pu le croire (la CP), je n aurais pas eu de cancer pour me confirmer que j étais une perdante! Je pouvais voir à ce moment-là que les pensées et émotions de son accouchement d un enfant mortné, stockées dans un état gelé, avaient été activées au moment du diagnostic de son cancer du sein et expliquaient son sentiment inébranlable subséquent d une mort imminente à cause du cancer. Si nous avions traité la mort traumatique de son fils des années auparavant, le diagnostic de cancer du sein et son traitement auraient pu être vécus autrement. En deux séances de retraitement EMDR, la perturbation s est résorbée à mesure que Jamie passait des horreurs de se réveiller et de réaliser que son bébé était mort à une réécriture spontanée de l expérience dans laquelle elle s imaginait libérée de la sédation qui interférait avec sa capacité de dire au revoir à son fils. Elle a fait l expérience d être présente et aimante attentive aux rituels d adieu avant que son fils ne lui soit enlevé. A la fin du retraitement, le souvenir n était plus perturbant. Elle ressentait la CP comme complètement vraie et Jamie a déclaré : C est une forme d expérience de parentage. C est valide, complet, c est à moi. Le scan corporel a révélé : Je ressens de l amour maternel dans mon cœur et dans mes bras je ne ressens plus l impression de bras vides. La vérification du déclencheur présent n a pas révélé de perturbation ; et quand elle a été invitée à imaginer son anniversaire à venir, elle a décrit sa conscience de pouvoir à nouveau apprécier l air du mois de novembre, comme elle l avait fait dans son enfance. Maintenant ils vont ensemble : l automne et les bras pleins sont reliés à l anniversaire de Bart. C est aussi bon maintenant que c était douloureux auparavant. Discussion Bien que je sois arrivée à reconnaître la valeur de l intervention précoce en EMDR dans les cas de deuil, une pratique prudente implique d admettre qu il ne faut pas entamer les phases de retraitement trop tôt. Solomon et Rando (2007) conseillent Journal of EMDR Practice and Research, Volume 7, Number 2, 2013 EMDR With Grief E27

5 d éviter de retraiter de manière prématurée lorsque l engourdissement, le déni ou la dissociation protègent activement la personne endeuillée de la réalité envahissante de la perte à la suite immédiate du décès. Ils préconisent de considérer l EMDR lorsque l impact émotionnel commence à se faire ressentir, quand le patient possède une tolérance des affects suffisante pour gérer les émotions qui pourront émerger, et que le patient est suffisamment stabilisé intérieurement et extérieurement (Solomon & Rando, 2007, 112). Avec ces patients, j ai observé que le développement et installation de ressources (Korn & Leeds, 2002) et d autres interventions de la phase 2 sont essentiels à la préparation au retraitement de souvenirs de perte traumatique. En plus du texte de Sprang (2001), d autres recherches, articles et rapports ont été publiés, apportant des éclairages et des conseils sur le traitement du chagrin complexe par l utilisation de l EMDR, incluant le texte de Lazrove décrit dans Shapiro et Forrest (1997), Solomon et Shapiro (1997), Shapiro (2001), Kimiko (2010) et Hornsveld et al. (2010). L article de Solomon et Rando (2007), Utilization of EMDR in the Treatment of Grief and Mourning, [L utilisation de l EMDR dans le traitement du chagrin et du deuil] intègre l EMDR aux six processus du chagrin et du deuil décrits en premier par Rando en Ils illustrent à travers des exemples de cas poignants les interventions EMDR employées au cours de chacun des processus du chagrin et du deuil, tout en ciblant des souvenirs passés, des déclencheurs présents et en développant des modèles futurs positifs. L expérience clinique, la recherche de Sprang (2001) et les travaux d autres personnes m ont enseigné que l EMDR constitue une intervention élégante après une perte et que nous devrions permettre à nos patients de choisir s ils souhaitent être soulagés de ce qui pourrait empêcher un deuil naturel. La souffrance du chagrin s accompagne de remémorations, de prises de conscience et d une vaste gamme d émotions, comprenant des souvenirs précieux de nos êtres chers. Une fois réactivé par l EMDR, le système de traitement adaptatif de l information libère et métabolise les aspects traumatiques du souvenir de la perte et permet des connexions authentiques à des souvenirs positifs ce qui constitue une composante essentielle de la résolution du deuil. Avec la résolution, nos patients deviennent capables d apprécier pleinement les souvenirs positifs de la personne aimée permettant ainsi la transformation de la souffrance du chagrin en une relation interne continue et durable avec les personnes décédées. Références Hornsveld, H. K., Landwehr, F., Stein. W., Stomp, M. P. H., Smeets, M. A. M. & van den Hout, M. A. (2010). Emotionality of loss-related memories is reduced after recall plus eye movements but not after recall plus music or recall only. Journal of EMDR Practice and Research, 3(4), Kimiko, S. (2010). The effect of PTSD treatments after stillbirth: Eye movement desensitization and reprocessing (EMDR) combined with hypnotherapy. Journal of Psychosomatic Obstetrics and Gynecology, 31(98), X. Korn, D., & Leeds, A. (2002). Preliminary evidence of efficacy for EMDR resource development and installation in the stabilization phase of treatment of complex posttraumatic stress disorder. Journal of Clinical Psychology, 58(12), Mawson, D., Marks, I., Ramm, L., & Stern, R. (1981). Guided mourning for morbid grief: A controlled study. British Journal of Psychiatry, 138, Rando, T. A. (1993). Treatment of complicated mourning. Champaign, IL: Research Press. Shapiro, F. (1995). Eye movement desensitization and reprocessing: Basic principles, protocols and procedures (1re éd.). New York: Guilford Press Shapiro, F. (2001). Eye movement desensitization and reprocessing: Basic principles, protocols and procedures (2e éd.). New York, NY: Guilford Press. Shapiro, F., & Forrest, M. (1997). EMDR: The breakthrough therapy for overcoming anxiety, stress and trauma. New York, NY: Basic Books. Solomon, R. M., & Rando, T. (2007). Utilization of EMDR in the treatment of grief and mourning. Journal of EMDR Practice and Research, 1(2), Solomon, R. M., & Shapiro, F. (1997). Eye movement desensitization and reprocessing: An effective therapeutic tool for trauma and grief. In C. Figley, B. Bride, & M. Nicholas (Eds.), Death and trauma (pp ). Washington, DC: Taylor and Francis. Sprang, G. (2001). The use of eye movement desensitization and reprocessing (EMDR) in the treatment of traumatic stress and complicated mourning: Psychological and behavioral outcomes. Research on Social Work Practice, 11(3), Téléchargé depuis Toute correspondance concernant cet article peut être adressée à Katy Murray, 3627 Ensign Road NE, Suite B, Olympia, WA 98506, Etats-Unis. Courriel : La Fondation EMDR Research encourage toute contribution à la rubrique Transformer la recherche en pratique. Contact : Katy Murray, EMDR Research Foundation, 5806 Mesa Drive, Suite 360, Austin, TX 78731, Etats-Unis. Courriel : ou researchfoundation.org E28 Journal of EMDR Practice and Research, Volume 7, Number 2, 2013 Murray

EMDR Une nouvelle approche psychothérapeutique. Dr Marie Manuello Clinique Lyon Lumière - Clinéa Meyzieu

EMDR Une nouvelle approche psychothérapeutique. Dr Marie Manuello Clinique Lyon Lumière - Clinéa Meyzieu EMDR Une nouvelle approche psychothérapeutique Dr Marie Manuello Clinique Lyon Lumière - Clinéa Meyzieu Le 29 septembre 2012 Introduction EMDR Eye Movement Desensitization and Reprocessing Thérapeutique

Plus en détail

EMDR. (Eye-Movement Desensitization and Reprocessing)

EMDR. (Eye-Movement Desensitization and Reprocessing) EMDR (Eye-Movement Desensitization and Reprocessing) L EMDR est une méthode psychothérapeutique tout particulièrement efficace. Elle est la seule, avec les thérapies comportementales et cognitives, dont

Plus en détail

D r Roger Saint-Laurent Psychologue clinicien

D r Roger Saint-Laurent Psychologue clinicien D r Roger Saint-Laurent Psychologue clinicien www.drsaintlaurent.com Questions courantes au sujet de l EMDR L EMDR, de quoi s agit-il? L EMDR (Eye Movement Desensitization and Reprocessing), appelée en

Plus en détail

Intervenir en contexte de deuil périnatal: préserver et soutenir le devenir parent

Intervenir en contexte de deuil périnatal: préserver et soutenir le devenir parent Intervenir en contexte de deuil périnatal: préserver et soutenir le devenir parent Julie Émond, Bac. Sc. Inf Infirmière clinicienne en santé mentale jeunesse CSSSL Thérapeute conjugale et familiale (en

Plus en détail

L ART-THÉRAPIE EN SOINS PALLIATIFS!

L ART-THÉRAPIE EN SOINS PALLIATIFS! A L OCCASION DE LA 9 ÈME JOURNÉE MONDIALE DES SOINS PALLIATIFS! VENDREDI 24 OCTOBRE 2014 ENS LYON! L ART-THÉRAPIE EN SOINS PALLIATIFS! UNE PLACE ORIGINALE DANS L ÉQUIPE DE SOINS! Cédric LEFEVRE! Art-thérapeute

Plus en détail

Premier Colloque francophone de pratiques en thérapie comportementale et cognitive 2015

Premier Colloque francophone de pratiques en thérapie comportementale et cognitive 2015 Conférence : Perdre un proche dans des circonstances tragiques : interventions thérapeutiques ciblant le deuil traumatique donnée par Pascale Brillon 30 mai 2015 Dès les premiers instants de la conférence,

Plus en détail

L accompagnement des victimes souffrant de stress post-traumatique. Une formation de 2 jours avec Pascale Brillon, Ph.D.

L accompagnement des victimes souffrant de stress post-traumatique. Une formation de 2 jours avec Pascale Brillon, Ph.D. L accompagnement des victimes souffrant de Une formation de 2 jours avec Pascale Brillon, Ph.D. Dre Pascale Brillon, Ph.D. est psychologue, directrice de l Institut Alpha de Montréal et se spécialise dans

Plus en détail

Document de référence. Comprendre et vivre le deuil

Document de référence. Comprendre et vivre le deuil Document de référence Comprendre et vivre le deuil Table des matières Introduction 2 Définition 2 Mythes 2 Étapes et symptômes 2 Différencier deuil et dépression 3 Comment surmonter un deuil 3 Quand le

Plus en détail

Présenté par Marie Josée Perron. Refaire l histoire de la relation avec la personne qui n est plus. Page 1

Présenté par Marie Josée Perron. Refaire l histoire de la relation avec la personne qui n est plus. Page 1 Présenté par Marie Josée Perron Refaire l histoire de la relation avec la personne qui n est plus Rencontre Rencontre V V et et VI VI Page 1 Objectifs spécifiques : Saisir l importance des bénéfices reliés

Plus en détail

Je suis en deuil à la suite d un sinistre

Je suis en deuil à la suite d un sinistre Je suis en deuil à la suite d un sinistre Un sinistre constitue une réalité particulière et inhabituelle en raison de son caractère soudain et imprévisible ainsi que par l ampleur des pertes qu il a causées.

Plus en détail

Le mourir et le deuil : l accompagnement des personnes atteintes de déficience intellectuelle

Le mourir et le deuil : l accompagnement des personnes atteintes de déficience intellectuelle Le mourir et le deuil : l accompagnement des personnes atteintes de déficience intellectuelle Histoire de Jean et de Vincent Rareté de la littérature Mêmes phases de deuil que toute personne dite normale

Plus en détail

Collection Médecine Une production de l UFR de Médecine & du CEMU Université de Caen Basse-Normandie

Collection Médecine Une production de l UFR de Médecine & du CEMU Université de Caen Basse-Normandie Collection Médecine Une production de l UFR de Médecine & du CEMU Université de Caen Basse-Normandie Troubles de l attachement et prématurité Dr Christine Albert La théorie de l attachement aujourd hui.1

Plus en détail

Fatigue et dépression chez le patient atteint d un cancer

Fatigue et dépression chez le patient atteint d un cancer Fatigue et dépression chez le patient atteint d un cancer Anne Brédart Unité de Psycho-Oncologie Institut Curie, Paris Régionales de Cancérologie, Paris, 24 novembre 2004 L expérience de la fatigue en

Plus en détail

LES THÉRAPIES DE PLEINE CONSCIENCE

LES THÉRAPIES DE PLEINE CONSCIENCE LES THÉRAPIES DE PLEINE CONSCIENCE LE PROGRAMME MBSR : INTÉRET DANS LE SEVRAGE TABAGIQUE Amandine Bonnet Psychologue de la santé, psychothérapeute Instructrice MBSR / MBCT - Membre de l ADM bonnet.amandine@ymail.com

Plus en détail

LA VIE APRES LE TRAUMA : ACCEPTATION ET COMPASSION (ACT) DANS LE TRAITEMENT DU TRAUMA ATELIER DE 2 JOURS

LA VIE APRES LE TRAUMA : ACCEPTATION ET COMPASSION (ACT) DANS LE TRAITEMENT DU TRAUMA ATELIER DE 2 JOURS LA VIE APRES LE TRAUMA : ACCEPTATION ET COMPASSION (ACT) DANS LE TRAITEMENT DU TRAUMA ATELIER DE 2 JOURS Atelier présenté en anglais Traduction simultanée disponible en français Reconnaissance de l Ordre

Plus en détail

Comment mettre en place des interventions de postvention en milieu scolaire

Comment mettre en place des interventions de postvention en milieu scolaire Comment mettre en place des interventions de postvention en milieu scolaire Monique Séguin Ph.D. Université du Québec en Outaouais Groupe McGill de recherche sur le suicide Françoise Roy Association Québécoise

Plus en détail

Gérer le deuil et la souffrance/ Managing Grief and Suffering

Gérer le deuil et la souffrance/ Managing Grief and Suffering Gérer le deuil et la souffrance/ Managing Grief and Suffering Par/by Carmen Bouchard Travailleuse Sociale PEM Bathurst Social Worker EMP Bathurst Avril/April April 2010 Facteurs importants à considérer

Plus en détail

Vivre le deuil. Mes meilleurs moments : Ce qui me manque le plus :

Vivre le deuil. Mes meilleurs moments : Ce qui me manque le plus : Vivre le deuil Mentionnons d'abord que si vous êtes en état de deuil, rien ne sert d'éviter la tristesse. Cette tristesse est ce qui vous permettra d'accepter la réalité de la perte de ce qui vous était

Plus en détail

Phobie sociale et hypnothérapie. H y p n o t h é r a p i e. Article de Jean Touati, hypnothérapeute

Phobie sociale et hypnothérapie. H y p n o t h é r a p i e. Article de Jean Touati, hypnothérapeute Phobie sociale et hypnothérapie Article de Jean Touati, hypnothérapeute Août 2007 Compte tenu des règles déontologiques de respect du secret professionnel et de réserve vis-à-vis des patients, les prénoms

Plus en détail

Le modèle psychanalytique. Le modèle humaniste

Le modèle psychanalytique. Le modèle humaniste Le modèle psychanalytique Le modèle humaniste «Le deuil est régulièrement la réaction à la perte d une personne aimée ou d une abstraction mise à sa place, la patrie, la liberté, un idéal etc. L action

Plus en détail

Retentissement psychique de la maladie grave. Dr Vianney Mourman EMSP GH Lariboisière Fernand Widal

Retentissement psychique de la maladie grave. Dr Vianney Mourman EMSP GH Lariboisière Fernand Widal Retentissement psychique de la maladie grave Dr Vianney Mourman EMSP GH Lariboisière Fernand Widal Définition de la souffrance psychique : se sentir mal Sentiment pénible, désagréable de la pensée Expression

Plus en détail

ARTICLE 12 - BROCHURE 15

ARTICLE 12 - BROCHURE 15 Décembre 2007 ARTICLE 12 - BROCHURE 15 Conférence sur le Deuil par Florence RINGLET* Namur le 03 octobre 2007 Compte-rendu de Rose-Marie LAFFINEUR, infirmière au Centre PMS de la Communauté germanophone

Plus en détail

Contrer les effets des traumatismes relationnels en contexte de protection de la jeunesse: Programme ETRE

Contrer les effets des traumatismes relationnels en contexte de protection de la jeunesse: Programme ETRE Contrer les effets des traumatismes relationnels en contexte de protection de la jeunesse: Programme ETRE Marie-Pier Nadeau Noël, Étudiante au doctorat en psychologie, UQTR Louise S. Éthier Professeure

Plus en détail

Le CBSM outil éducatif intégré pour une participation active du patient douloureux chronique à sa prise en charge

Le CBSM outil éducatif intégré pour une participation active du patient douloureux chronique à sa prise en charge Le CBSM (Cognitive Behavioral Stress Management) outil éducatif intégré pour une participation active du patient douloureux chronique à sa prise en charge Dominique GILLET - Sophie HERITIER Unité d Evaluation

Plus en détail

ESTIME DE SOI. Quelques repères théoriques

ESTIME DE SOI. Quelques repères théoriques ESTIME DE SOI L école n est pas une nécessité naturelle pour l enfant mais il y trouve une aide et une compréhension du monde qui l entoure et des réponses aux questions qui naissent en lui. Cependant

Plus en détail

Chemin de la Prairie Lausanne.

Chemin de la Prairie Lausanne. Chemin de la Prairie 34 1007 Lausanne www.malleyprairie.ch www.violencequefaire.ch L accueil à MalleyPrairie L accueil des enfants au CMP fait l objet d une attention toute particulière Les enfants exposés

Plus en détail

1. Exemples d apprentissage par habituation

1. Exemples d apprentissage par habituation HABITUATION Plan du cours 1. Exemples d apprentissage par habituation 2. Définition de l habituation 3. Phénomènes associés à l habituation 4. Les paramètres de l habituation 5. Utilisation de l habituation

Plus en détail

Le deuil des grands-parents après le décès d un enfant

Le deuil des grands-parents après le décès d un enfant Le deuil des grands-parents après le décès d un enfant Claude Cyr, MD Sophie Lessard, MD Steve Balkou, M. Ps. Avril 2006 Plan de la présentation Une histoire Une étude Objectifs Méthodologie Résultats

Plus en détail

3 ème Rencontre Régionale d Oncogénétique

3 ème Rencontre Régionale d Oncogénétique 3 ème Rencontre Régionale d Oncogénétique Niort, le 12 février 2015 3ème Rencontre Régionale d Oncogénétique «Indications de la chirurgie prophylactique dans les formes familiales de cancers du sein et

Plus en détail

Magalie Bonnet Laboratoire de psychologie Université de Franche-Comté

Magalie Bonnet Laboratoire de psychologie Université de Franche-Comté Magalie Bonnet Laboratoire de psychologie Université de Franche-Comté Intérêt pratique et éthique de la notion d attachement Intérêt conceptuel : des enjeux épistémologiques majeurs Intérêt méthodologique

Plus en détail

Jeu de hasard en ligne : Case Study

Jeu de hasard en ligne : Case Study Journée d étude sur les jeux de hasard en ligne Octobre 2013 Jeu de hasard en ligne : Case Study Mélanie Saeremans Clinique Du Jeu et Autres Addictions Comportementales Jeu excessif? - Comportement de

Plus en détail

accouchement-bébé- évie.

accouchement-bébé- évie. ss Question qui nous concerne directement: «néonatologie» évoque : accouchement-bébé- évie. Réalité : confrontation fréquente à la mort vécu douloureux pour l équipe. L évolution de notre pratique soignante

Plus en détail

Accueillir la mort. Le travail de deuil.

Accueillir la mort. Le travail de deuil. Accueillir la mort Le travail de deuil. Qu est-ce-que le deuil. Le deuil correspond aux réactions d une personne à la perte d un être cher. Il revêt différents aspects : - c est un ressenti physique. -

Plus en détail

Se libérer de ses blocages

Se libérer de ses blocages Sarah Famery Se libérer de ses blocages Deuxième édition 2006, 2011 ISBN : 978-2-212-54809-9 Table des matières Sommaire...................................................5 Avertissement................................................7

Plus en détail

8.3 LE RÔLE DU STRESS DANS L EXPÉRIENCE DES FAMILLES. Le stress et l individu Le stress et la famille. Favoriser les bons rapports avec les familles

8.3 LE RÔLE DU STRESS DANS L EXPÉRIENCE DES FAMILLES. Le stress et l individu Le stress et la famille. Favoriser les bons rapports avec les familles 8.3 Favoriser les bons rapports avec les familles LE RÔLE DU STRESS DANS L EXPÉRIENCE DES FAMILLES Le stress et l individu Le stress et la famille Au cœur du soutien : Guide d action pour les travailleurs

Plus en détail

Le traitement hypnotique du syndrome de l intestin irritable

Le traitement hypnotique du syndrome de l intestin irritable Le traitement hypnotique du syndrome de l intestin irritable Denis Houde, Ph.D., Psychologue clinicien denis.houde@cogicor.com L hypnose est souvent associée à un spectacle divertissant dans lequel un

Plus en détail

Plan. I Définition II Cognition et douleur III Facteurs associés. Douleur et Cognition. Christine Moroni

Plan. I Définition II Cognition et douleur III Facteurs associés. Douleur et Cognition. Christine Moroni Plan Douleur et Cognition Christine Moroni http://nca.recherche.univ-lille3.fr/ Douleur : expérience émotionnelle et sensorielle désagréable associée à une lésion tissulaire réelle ou potentielle ou décrite

Plus en détail

LES FACTEURS DE RISQUE ET DE

LES FACTEURS DE RISQUE ET DE LES FACTEURS DE RISQUE ET DE PROTECTION EN PRÉVENTION DU SUICIDE: QUELLES SONT LES PARTICULARITÉS DE LA CLIENTÈLE AÎNÉE ET COMMENT LES UTILISER POUR GUIDER NOTRE INTERVENTION Karine Dufour, superviseure

Plus en détail

Le rôle du gestionnaire et du syndicat lors du retour au travail d un employé vivant un deuil périnatal

Le rôle du gestionnaire et du syndicat lors du retour au travail d un employé vivant un deuil périnatal Le rôle du gestionnaire et du syndicat lors du retour au travail d un employé vivant un deuil périnatal Présenté par Geneviève Lavigueur Candidate à la maîtrise en gestion des personnes en milieu de travail

Plus en détail

Traumatisé? Stressé? Résistant? Lumière sur le stress post-traumatique. Stéphane Guay, Ph. D. Caroline Berthiaume, Ph. D.

Traumatisé? Stressé? Résistant? Lumière sur le stress post-traumatique. Stéphane Guay, Ph. D. Caroline Berthiaume, Ph. D. Traumatisé? Stressé? Résistant? Lumière sur le stress post-traumatique Stéphane Guay, Ph. D. Caroline Berthiaume, Ph. D. 1) Traumatisé vs stressé Du pareil au même? Événements de vie stressants /100 Décès

Plus en détail

Survivre à la violence: Réapprendre à vivre et à faire confiance

Survivre à la violence: Réapprendre à vivre et à faire confiance Survivre à la violence: Réapprendre à vivre et à faire confiance Pascale Brillon, Ph.D. Psychologue Hôpital du Sacré-Coeur de Montréal 1 Qu est-ce qu un événement traumatique? 1. Qu est-ce qu un trauma?

Plus en détail

Préfaces 11 Préface Erik de Soir 11 Préface Frédéric Daubechies 13 Préface Patrick Van den Steene 15

Préfaces 11 Préface Erik de Soir 11 Préface Frédéric Daubechies 13 Préface Patrick Van den Steene 15 Table des matières Préfaces 11 Préface Erik de Soir 11 Préface Frédéric Daubechies 13 Préface Patrick Van den Steene 15 Introduction 17 1 Le stress comme tension optimale 17 2 Dans le bon vieux temps,

Plus en détail

LA COURBE DU CHANGEMENT

LA COURBE DU CHANGEMENT LA COURBE DU CHANGEMENT 24/05/2016 Stéphanie PALLUAT pour PLANIT ACTION PLUS Elisabeth Kübler-Ross ( 1926 Zurich /Suisse 2004) psychiatre et psychologue Pionnière de l approche des «soins palliatifs» pour

Plus en détail

COMMENT SAVOIR SI L ON SOUFFRE DE TOC?

COMMENT SAVOIR SI L ON SOUFFRE DE TOC? COMMENT SAVOIR SI L ON SOUFFRE DE TOC? Qui est touché par les TOC? Une proportion de 2 à 3 % de la population serait atteinte de troubles obsessionnels compulsifs. Chez deux tiers des patients, la maladie

Plus en détail

Thérapie Fondée Sur la Compassion

Thérapie Fondée Sur la Compassion Compassionate Mind Foundation France Institut de Thérapie basée sur la Pleine Conscience et la Compassion Thérapie Fondée Sur la Compassion Pr Pascal Delamillieure Dr Francis Gheysen Pr Paul GILBERT Compassion

Plus en détail

prière du cœur pour surmonter l épreuve d abus sexuel ancienne victime pour ma prière de coeur, qui m aidera à me mettre en présence de toi

prière du cœur pour surmonter l épreuve d abus sexuel ancienne victime pour ma prière de coeur, qui m aidera à me mettre en présence de toi prière du cœur pour surmonter l épreuve d abus sexuel ancienne victime Merci Seigneur pour ma prière de coeur, qui m aidera à me mettre en présence de toi pour ce cheminement, tout en silence, intérieurement

Plus en détail

Le stress et votre coeur. Le Programme de réadaptation cardiaque Journée éducative

Le stress et votre coeur. Le Programme de réadaptation cardiaque Journée éducative Le stress et votre coeur Le Programme de réadaptation cardiaque Journée éducative Les sujets actuels Qu est-ce que le stress? Comment savoir si vous êtes stressé? Comment le stress est-il relié à la maladie

Plus en détail

Bases théoriques de la relation d aide

Bases théoriques de la relation d aide Bases théoriques de la relation d aide UE 4.2 S3 Soins relationnels Promotion 2012-2015 mercredi 18 septembre 13 1 1. La relation d aide: origine et développement 2. Définition de la relation d aide 3.

Plus en détail

Atelier thématique : TSPT 1(semaine 1) Les symptômes du TSPT

Atelier thématique : TSPT 1(semaine 1) Les symptômes du TSPT Atelier thématique : TSPT 1(semaine 1) Les symptômes du TSPT Amener les clients à identifier et comprendre les trois principaux groupes de symptômes du TSPT. Amener les clients à faire la distinction entre

Plus en détail

ACCUEIL ET ACCOMPAGNEMENT DES FAMILLES. Christelle Rosenstrauch. Psychologue Delphine Garrigue. Médecin Anesthésiste Pôle urgence CHRU Lille

ACCUEIL ET ACCOMPAGNEMENT DES FAMILLES. Christelle Rosenstrauch. Psychologue Delphine Garrigue. Médecin Anesthésiste Pôle urgence CHRU Lille ACCUEIL ET ACCOMPAGNEMENT DES FAMILLES Christelle Rosenstrauch. Psychologue Delphine Garrigue. Médecin Anesthésiste Pôle urgence CHRU Lille 1 Savoir être, Savoir dire, Savoir faire. La communication! On

Plus en détail

Outil d observation, d évaluation et de structuration d activités de groupe OOESAG FICHE 2

Outil d observation, d évaluation et de structuration d activités de groupe OOESAG FICHE 2 1 Outil d observation, d évaluation et de structuration d activités de groupe OOESAG FICHE 2 Présentation et mode d emploi de l outil FICHE 1 : description du groupe FICHE 2 : suivi du groupe Date : Cliquez

Plus en détail

Intérêt des Art-thérapies pour les patients à profil complexe en Hôpital de jour SSR

Intérêt des Art-thérapies pour les patients à profil complexe en Hôpital de jour SSR Intérêt des Art-thérapies pour les patients à profil complexe en Hôpital de jour SSR Élisabeth Damoiseau ( Musicothérapeute) Dr Florence Bonté ( Gériatre) Hôpital de Jour Psychogériatrique Centre Paris

Plus en détail

Trouble bipolaire module 2 Toulouse Docteur Christine MIRABEL Service du Professeur ROUILLON 100 rue de la Santé PARIS

Trouble bipolaire module 2 Toulouse Docteur Christine MIRABEL Service du Professeur ROUILLON 100 rue de la Santé PARIS Trouble bipolaire module 2 Toulouse 2008 Docteur Christine MIRABEL Service du Professeur ROUILLON 100 rue de la Santé 75014 PARIS Partie 1 Les programmes TCC spécifiques au trouble bipolaire TABLEAU COMPARATIF

Plus en détail

Apport de l Art-Thérapie dans l offre de soins des patients métastatiques atteints de cancer du poumon

Apport de l Art-Thérapie dans l offre de soins des patients métastatiques atteints de cancer du poumon Apport de l Art-Thérapie dans l offre de soins des patients métastatiques atteints de cancer du poumon Réseau régional de cancérologie Rencontre sur l art thérapie en oncologie 17 avril 2014 Bénédicte

Plus en détail

ALCOOL / DROGUES / JEUX DE HASARD ET D ARGENT RESTE EN CONTRÔLE ACTIVITÉ POUR LES GROUPES DE JEUNES SEMAINE DE PRÉVENTION DE LA TOXICOMANIE

ALCOOL / DROGUES / JEUX DE HASARD ET D ARGENT RESTE EN CONTRÔLE ACTIVITÉ POUR LES GROUPES DE JEUNES SEMAINE DE PRÉVENTION DE LA TOXICOMANIE ALCOOL / DROGUES / JEUX DE HASARD ET D ARGENT RESTE EN CONTRÔLE SEMAINE DE PRÉVENTION DE LA TOXICOMANIE ACTIVITÉ POUR LES GROUPES DE JEUNES DE 13 À 16 ANS ÉNONCÉ 1 Pour mieux affirmer qui on est, bien

Plus en détail

Prévenir les troubles du comportement alimentaire

Prévenir les troubles du comportement alimentaire Prévenir les troubles du comportement alimentaire Rébecca SHANKLAND Psychologue-Chargée de prévention Maître de Conférences Université de Grenoble 1. Aux origines de la prévention des TCA 1.1. Des messages

Plus en détail

Adaptations et applications de la thérapie d acceptation et d engagement en psychopathologie de l enfant et de l adolescent

Adaptations et applications de la thérapie d acceptation et d engagement en psychopathologie de l enfant et de l adolescent Adaptations et applications de la thérapie d acceptation et d engagement en psychopathologie de l enfant et de l adolescent Mehdi LIRATNI Docteur en Psychologie Psychologue Université Lyon II Laboratoire

Plus en détail

BURN-OUT PREVENTION ET PRISE EN CHARGE

BURN-OUT PREVENTION ET PRISE EN CHARGE BURN-OUT PREVENTION ET PRISE EN CHARGE PRISE EN CHARGE DU BURN-OUT QU EST-CE QUE LE BURN-OUT? DÉFINITIONS Définition plus complète de Christina Maslach en 1976 : «Le burn-out est un syndrome de détresse

Plus en détail

Yves Gros-Louis, psychologue. Centre Psycho-Solutions,

Yves Gros-Louis, psychologue. Centre Psycho-Solutions, Yves Gros-Louis, psychologue Centre Psycho-Solutions, centre@psycho-solutions.qc.ca http://www.psycho-solutions.qc.ca Titre de la formation : Approche narrative / Introduction Problématique : Les intervenants

Plus en détail

Concept de soins palliatifs pour le home Oasis SA

Concept de soins palliatifs pour le home Oasis SA www.home-oasis.ch Concept de soins palliatifs pour le home Oasis SA But Le but du concept est d offrir à tous nos résidents une qualité de vie qui soit la meilleure possible en soulageant les douleurs

Plus en détail

Abondance par la nature

Abondance par la nature Abondance par la nature www.abondanceparlanature.com Affirmations d Abondance Par : Sylvie Vallée 1. Chaque jour, dans tous les aspects de ma vie, je deviens de mieux en mieux. 2. Je suis libre d être

Plus en détail

pathologie létale, poursuivre sa grossesse. Le point de vue de «l usager» Mai Roncq

pathologie létale, poursuivre sa grossesse. Le point de vue de «l usager» Mai Roncq Après un diagnostic anténatal d une pathologie létale, poursuivre sa grossesse. Le point de vue de «l usager» Mai 2010 - Roncq IdM1 Quelques pistes de réflexions, autour des poursuites de grossesse : 1.

Plus en détail

Prise en charge psychologique des porteurs de DAI. Laure SOROKA, Psychologue Clinicienne Centre Hospitalier de Haguenau Pôle Cardio Neuro-Vasculaire

Prise en charge psychologique des porteurs de DAI. Laure SOROKA, Psychologue Clinicienne Centre Hospitalier de Haguenau Pôle Cardio Neuro-Vasculaire Prise en charge psychologique des porteurs de DAI Laure SOROKA, Psychologue Clinicienne Centre Hospitalier de Haguenau Pôle Cardio Neuro-Vasculaire Prise en charge psychologique des porteurs de D.A.I I.

Plus en détail

L art de la suggestion en thérapie

L art de la suggestion en thérapie L art de la suggestion en thérapie Laura Neulat Docteur en Psychologie lauraneulat@gmail.com Paris Congrès International Hypnose et Douleur Emergences - Quiberon Mai 2012 Hypnose, méditation guidée, relaxation,

Plus en détail

Observations en classe

Observations en classe Durée Environ 60 minutes Regroupements Travail individuel; groupes de deux; petits groupes de quatre participants Ressources requises Feuille de conseils pour l observation en classe (gabarit 1) Feuille

Plus en détail

Le Soutien Social 54

Le Soutien Social 54 Le Soutien Social 54 Coping et soutien social Evénement négatif Amis, Époux, Proches,Organisations, Institutions, etc Entourage social Quotidien Confort Attention Estime Aide de qualité Bien être psychologique

Plus en détail

ACCOMPAGNER DANS LES SOINS DE FIN DE VIE À DOMICILE Perceptions de proches aidants

ACCOMPAGNER DANS LES SOINS DE FIN DE VIE À DOMICILE Perceptions de proches aidants 1 ACCOMPAGNER DANS LES SOINS DE FIN DE VIE À DOMICILE Perceptions de proches aidants Sabrina Lessard et Bernard-Simon Leclerc CSSS de Bordeaux-Cartierville Saint-Laurent CAU Chaire de la famille Blanchard

Plus en détail

Stratégies d exposition graduelle

Stratégies d exposition graduelle Stratégies d exposition graduelle Rick Noble Agent de relations humaines Département de psychiatrie, Hôpital de Montréal pour enfants Divulgation du présentateur de conflit d intérêt potentiel Présentateur

Plus en détail

traumatique et toxicomanie: problèmes et pistes de solution

traumatique et toxicomanie: problèmes et pistes de solution État de stress post-traumatique traumatique et toxicomanie: problèmes et pistes de solution par Hélène Simoneau, Ph.D. Centre Dollard-Cormier- Institut universitaire sur les dépendances Geneviève Gauthier,

Plus en détail

La thérapie familiale systémique dans la prise en charge de la douleur chronique

La thérapie familiale systémique dans la prise en charge de la douleur chronique La thérapie familiale systémique dans la prise en charge de la douleur chronique R. Baraka, D.Benmoussa,Y.Taleb,H.Takirate,L.Mejrebe B. GRIENE Consultation douleur CPMC La douleur un phénomène universel

Plus en détail

«Assez c est assez!» L influence des parents dans la réécriture du guide Mieux vivre avec notre enfant

«Assez c est assez!» L influence des parents dans la réécriture du guide Mieux vivre avec notre enfant «Assez c est assez!» L influence des parents dans la réécriture du guide Mieux vivre avec notre enfant Enfanter le monde Chantale Audet Institut national de santé publique du Québec 25 novembre 2010 Objectif

Plus en détail

Sandra VERGOBY. Les Dessous. de la. Grossesse

Sandra VERGOBY. Les Dessous. de la. Grossesse Sandra VERGOBY Les Dessous de la Grossesse 2 2 Préface Aujourd hui, à l heure où je commence cet ouvrage, J ai un bébé de neuf mois et demi. (Il aura deux ans lorsque je l aurai terminé ). J ai décidé

Plus en détail

Les fonctions du superviseur

Les fonctions du superviseur Partir du bon pied pour un superviseur implique tout d abord de connaitre certains des principes de base et de s entendre sur une terminologie commune quant aux différentes composantes inhérentes à la

Plus en détail

La souffrance comme justification à une «aide médicale à mourir»

La souffrance comme justification à une «aide médicale à mourir» La souffrance comme justification à une «aide médicale à mourir» 10 e Institut d été du Centre de recherche et d intervention sur le suicide et l euthanasie (CRISE) Université du Québec à Montréal (UQÀM)

Plus en détail

Ateliers d art-thérapie. En milieux scolaires et structures spécialisées pour enfants.

Ateliers d art-thérapie. En milieux scolaires et structures spécialisées pour enfants. Association, loi 1901 - «Arc en Ciel en Soit» 31600 MURET arcencielensoit@gmail.com Mathilde DELAVENNE 05-81-60-48-92 / 06-74-04-09-56 Ateliers d art-thérapie. En milieux scolaires et structures spécialisées

Plus en détail

A vous qui avez vecu la guerre

A vous qui avez vecu la guerre A vous qui avez vecu la guerre SÉQUELLES DE LA GUERRE ET RÉADAPTATION Toute personne ayant vécu des expériences de guerre particulièrement dramatiques, sera d une façon ou d une autre, marquée par les

Plus en détail

Mon carnet de deuil. Un précieux compagnon pour mieux traverser votre chemin de deuil

Mon carnet de deuil. Un précieux compagnon pour mieux traverser votre chemin de deuil Mon carnet de deuil Un précieux compagnon pour mieux traverser votre chemin de deuil Un petit mot d introduction Le deuil est un long et épuisant chemin. Néanmoins, aussi difficile que cela puisse paraître,

Plus en détail

L ACTIVITÉ PHYSIQUE AMÉLIORE-T-ELLE LES SYMPTÔMES CHEZ LES PATIENTS ATTEINTS DE FIBROMYALGIE?

L ACTIVITÉ PHYSIQUE AMÉLIORE-T-ELLE LES SYMPTÔMES CHEZ LES PATIENTS ATTEINTS DE FIBROMYALGIE? L ACTIVITÉ PHYSIQUE AMÉLIORE-T-ELLE LES SYMPTÔMES CHEZ LES PATIENTS ATTEINTS DE FIBROMYALGIE? PAR EMANUELLE BOULET DUPUIS ET KAROL-ANN DUPONT RÉSIDENTES 1 UMF SHAWINIGAN 30 mai 2014 Supervisé par: Dr Frédéric

Plus en détail

L ANNONCE D UNE MAUVAISE NOUVELLE. Dr Philippe 36 La Gourmandine 18 octobre 2012

L ANNONCE D UNE MAUVAISE NOUVELLE. Dr Philippe 36 La Gourmandine 18 octobre 2012 L ANNONCE D UNE MAUVAISE NOUVELLE Dr Philippe COLOMBAT @FMC 36 La Gourmandine 18 octobre 2012 Les enjeux de l annonce «Annoncer à qqn qui n a pas envie de l entendre qqch qu on n a pas envie de lui dire»

Plus en détail

La honte dans les affections de la peau

La honte dans les affections de la peau La honte dans les affections de la peau Entretien avec Auriane Yus, étudiante en Psychologie à Paris Descartes. Auriane Yus : Je travaille sur l importance de la honte dans les affections de la peau. C

Plus en détail

Thérapie familiale et pratique systémique

Thérapie familiale et pratique systémique Thérapie familiale et pratique systémique INTRODUCTION Ce texte donne une vue d ensemble de l approche thérapeutique appelée thérapie familiale et pratique systémique. Il intéressera toute personne désireuse

Plus en détail

Prendre soin par le toucher massage une autre réponse face à la souffrance physique et psychique.

Prendre soin par le toucher massage une autre réponse face à la souffrance physique et psychique. Chaque toucher n a de valeur que par l interprétation qu on lui accorde. Prendre soin par le toucher massage une autre réponse face à la souffrance physique et psychique. INTRODUCTION Comment apporter

Plus en détail

LE TRAUMATISME PSYCHIQUE

LE TRAUMATISME PSYCHIQUE Chapitre 1 LE TRAUMATISME PSYCHIQUE STRESS ET TRAUMA Le mot «traumatisme», apparu à la fin du XIX e siècle, fut forgé à partir du grec trauma («blessure») pour nommer un phénomène psychique qui n avait

Plus en détail

«Dans la monographie précédente, nous avons

«Dans la monographie précédente, nous avons Les Rose-Croix lèvent le secret À propos de la vie «Dans la monographie précédente, nous avons examiné les quatre caractéristiques de la vie, et nous avons vu que tous les êtres vivants naissent, se développent,

Plus en détail

La maladie d alzheimer: Difficultés pour les proches et les soignants Par Lambeau Jean-luc du GHdc

La maladie d alzheimer: Difficultés pour les proches et les soignants Par Lambeau Jean-luc du GHdc La maladie d alzheimer: Difficultés pour les proches et les soignants Par Lambeau Jean-luc du GHdc La maladie d alzheimer 1 personne sur 4 après 80 ans Altération de la mémoire Perturbations émotionnelles

Plus en détail

Principes de base de La therapie familiale stratégique

Principes de base de La therapie familiale stratégique Roselyne Kattar Psychologue et coach http://www.coaching-kattar.com 1 Principes de base de La therapie familiale stratégique La thérapie familiale stratégique : La thérapie familiale stratégique se concentre

Plus en détail

LA PEUR DE LA RÉCIDIVE DU

LA PEUR DE LA RÉCIDIVE DU LA PEUR DE LA RÉCIDIVE DU CANCER: COMMENT VIVRE AVEC UNE ÉPÉE DE DAMOCLÈS AU-DESSUS DE LA TÊTE? Aude Caplette-Gingras, Ph.D., psychologue spécialisée en oncologie, Centre des maladies du sein Deschênes-Fabia,

Plus en détail

L annonce du décès. en situation d urgence. Stéphanie Tomé, psychologue clinicienne

L annonce du décès. en situation d urgence. Stéphanie Tomé, psychologue clinicienne L annonce du décès en situation d urgence Stéphanie Tomé, psychologue clinicienne Arrêt irréversible des fonctions vitales La mort Rupture brutale de la relation La mort fait partie de la vie Humanité

Plus en détail

Hypnose et algodystrophie de la main. Dr Arnaud BOUZINAC 9 ème congrès «Hypnose et Douleur» Saint-Malo, le 6 mai 2016

Hypnose et algodystrophie de la main. Dr Arnaud BOUZINAC 9 ème congrès «Hypnose et Douleur» Saint-Malo, le 6 mai 2016 Hypnose et algodystrophie de la main Dr Arnaud BOUZINAC 9 ème congrès «Hypnose et Douleur» Saint-Malo, le 6 mai 2016 Syndrome Douloureux Régional Complexe L International Association for Study of Pain

Plus en détail

Médecins, oncologues, étudiants en médecine. Comprendre ce que ressent un patient face à la maladie

Médecins, oncologues, étudiants en médecine. Comprendre ce que ressent un patient face à la maladie FICHE ENSEIGNANT Code : Thématique : Santé Auteur : Delphine Ripaud (France) En partenariat avec. Une chaîne du groupe France Médias Monde CANCER DU SEIN : TÉMOIGNAGE D UNE RESCAPÉE Public : Niveau CECR

Plus en détail

NOURRIR L ÂMEL. suffisamment? Colloque annuel en soins palliatifs 15 juin 2007

NOURRIR L ÂMEL. suffisamment? Colloque annuel en soins palliatifs 15 juin 2007 NOURRIR L ÂMEL y pense-t-on suffisamment? Line Asselin M.Sc inf et psychothérapeute Colloque annuel Association Montérégienne en soins palliatifs 15 juin 2007 Le sujet du nourrir l âme Y pense-t-on suffisamment

Plus en détail

SERVICE DE PSYCHIATRIE ADULTE. SECTION «K. Jaspers» - VOLETS AMBULATOIRE ET HOSPITALIER INVENTAIRE DES GROUPES THERAPEUTIQUES

SERVICE DE PSYCHIATRIE ADULTE. SECTION «K. Jaspers» - VOLETS AMBULATOIRE ET HOSPITALIER INVENTAIRE DES GROUPES THERAPEUTIQUES SERVICE DE PSYCHIATRIE ADULTE SECTION «K. Jaspers» - VOLETS AMBULATOIRE ET HOSPITALIER INVENTAIRE DES GROUPES THERAPEUTIQUES Mise à jour du 19.05.2015 GLOSSAIRE DESCRIPTIFS DETAILLES DES GROUPES 2 5 GROUPE

Plus en détail

Les liens familiaux à l épreuve de la dépression

Les liens familiaux à l épreuve de la dépression Les liens familiaux à l épreuve de la dépression Régis Bigot 4 septembre 27 Le «baromètre des solidarités familiales en France» (enquête réalisée par le CREDOC à la demande de La Fondation Caisses d Epargne

Plus en détail

But de la présentation

But de la présentation Le guide d intervention : L attachement au cœur du développement de l enfant de 0 à 2 ans Services intégrés en périnatalité et pour la petite enfance (MSSS, 2004) Johanne Laverdure, coordonnatrice scientifique

Plus en détail

Impact de l explosion de l usine AZF sur la santé mentale des élèves

Impact de l explosion de l usine AZF sur la santé mentale des élèves Impact de l explosion de l usine AZF sur la santé mentale des élèves toulousains : Synthèse de 2 enquêtes conduites en milieu scolaire en 2002 Dr Emmanuelle Godeau 1,2 1 Service médical - Rectorat de Toulouse

Plus en détail

«Les traumas psychiques»

«Les traumas psychiques» «Les traumas psychiques» Après un choc traumatogène, comment accompagner les personnes touchées et prévenir le syndrome de stress post-traumatique? Conférence Débat du 16 octobre 2012 APIRAF Définition

Plus en détail

Des soins de confort et de réconfort

Des soins de confort et de réconfort Des soins de confort et de réconfort Le Centre mère-enfant du CHU de Québec possède une vocation prioritaire en pédiatrie et en périnatalité. Il offre à la population l avantage d une expertise médicale

Plus en détail

Intervention collective. Quelques rappels Par Sylvie Dubord Août 2008

Intervention collective. Quelques rappels Par Sylvie Dubord Août 2008 Intervention collective Quelques rappels Par Sylvie Dubord Août 2008 Objectifs de la rencontre: A. Rafraîchir les notions associées à l intervention collective B. Réfléchir ensemble à ce que vous pourriez

Plus en détail

Mise en place de l Espace du corps à Dessine-moi un mouton 14/11/2014

Mise en place de l Espace du corps à Dessine-moi un mouton 14/11/2014 Mise en place de l Espace du corps à Dessine-moi un mouton 14/11/2014 Corps et maladie chronique 2 Maladie chronique selon l OMS : «maladie ou affection de longue durée, qui évolue avec le temps et souvent

Plus en détail

Hellen K. Hornsveld Jan. H. Houtveen Max Vroomen Immanuel Kapteijn Dorienke Aalbers Marcel A. van den Hout Université d Utrecht, Pays-Bas

Hellen K. Hornsveld Jan. H. Houtveen Max Vroomen Immanuel Kapteijn Dorienke Aalbers Marcel A. van den Hout Université d Utrecht, Pays-Bas Evaluation de l effet des mouvements oculaires sur les souvenirs positifs tels que ceux utilisés dans le Développement et installation des ressources Hellen K. Hornsveld Jan. H. Houtveen Max Vroomen Immanuel

Plus en détail