Interview de M.Karim Djoudi, Ministre des Finances

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Interview de M.Karim Djoudi, Ministre des Finances"

Transcription

1 Interview de M.Karim Djoudi, Ministre des Finances [Aps 12/4/11] ALGER-Voici le texte intégral de l'interview accordée par M.Karim Djoudi ministre des finances à l'aps: Question - Au moment où toutes les banques et les bureaux de Poste du pays connaissent un manque de liquidités même pour payer de petites sommes (salaires et retraites des travailleurs) un nouveau billet de banque d'une valeur de DA sera émis par la Banque d'algérie. Est-ce que vous ne craignez pas un risque d'une dépréciation du dinar ou d'une forte inflation à travers cette opération qui intervient dans un contexte international favorable à une inflation "importée"? Réponse-Je vous remercie de m avoir invité. Permettez-moi de vous dire, à ce propos, que l émission d un nouveau billet de banque n influe nullement sur le niveau de la masse monétaire mais uniquement sur la composition de la monnaie fiduciaire. La même quantité de monnaie fiduciaire sera redistribuée dans un assortiment différent de billets avec une proportion moindre de petites coupures. L avantage de ce procédé est d orienter les besoins de thésaurisation vers les billets de 2000 DA délaissant les coupures inférieures aux besoins de circulation monétaire. L insuffisance de billets dans les bureaux de poste est le corolaire d une arithmétique entre les approvisionnements de la Banque d Algérie, institution émettrice de la monnaie, et la demande formulée au niveau des guichets postaux, laquelle a très fortement augmenté durant les 6 derniers mois en liaison avec les récentes augmentations de salaires des employés des différents corps de la Fonction Publique et les rappels massifs qui y sont attachés. Pour satisfaire rapidement la demande de billets, la banque centrale vient d avoir recours à la création d un nouveau billet de banque d une valeur de 2000 dinars. Cette réponse permet à la l institut d émission de satisfaire plus rapidement la demande de billets que s il devait livrer cette même quantité de monnaie selon les mêmes coupures. Elle permet aussi de compléter la gamme des besoins attachés à la monnaie fiduciaire puisque cette nouvelle monnaie va exister concomitamment avec les autres billets de 100, 200, 500 et 1000 dinars. Certes, l augmentation de la demande interne de consommation résultant du versement des salaires au titre des régimes indemnitaires et statuts particuliers avec rappel sur 2008, 2009 et 2010, suppose un risque inflationniste. Cependant, les risques d inflation associés seront fortement atténués par les opportunités d épargne soutenues par l Etat pour l accès au logement et à l investissement productif. C est grâce à un effet de stérilisation d une partie de cette ressource que nous pouvons escompter un taux d inflation contenu aux environs de 4%. Question - Le système de paiement algérien se caractérise par une faible utilisation des moyens scripturaux, quels sont les efforts consentis par votre département pour des solutions alternatives au cash? Réponse-Cette situation illustre l impératif de la mise en œuvre d une démarche d encadrement de la circulation fiduciaire qui doit être partie intégrante de la modernisation des systèmes de paiement et de l assainissement des pratiques commerciales dans un contexte où la monnaie fiduciaire garde son statut d instrument de paiement privilégié en Algérie. La tension sur les liquidités est vécue avec une plus grande acuité par les usagers des services postaux auprès des guichets d Algérie Poste en raison notamment de la spécificité de celle-ci en tant que canal d acheminement privilégiée et dominant des salaires de la fonction publique ainsi que d autres secteurs et de l organisation centralisée du Système d Information d Algérie Poste qui autorise la consultation du solde, et donc le retrait, à partir de n importe lequel des guichets disséminés au sein des agences AP sur tout le territoire national. A l effet de traiter cette question un Groupe de Travail mis en place sous l égide du Ministère des Finances et avec la participation de la Banque d Algérie et du Ministère de la Poste et des Technologies de l Information et de la Communication a préconisé des mesures urgentes pour d abord réduire rapidement la tension actuelle sur les liquidités au niveau d Algérie Poste, et ensuite développer des instruments de paiement alternatifs au cash. Concernant les innovations introduites au titre du système de paiement, je rappelle qu il traite déjà les chèques, les virements, les effets de commerce, les cartes bancaires selon une moyenne de opérations électroniques par jour. Je cite également le lancement de la carte nationale de paiement et de retrait interbancaire (carte CIB) dans le cadre d une opération pilote à Alger et sa généralisation progressive. Cette carte à puce est simultanément une carte de retrait et de paiement avec un caractère interbancaire dont Algérie Poste. Avec plus de 6 millions de cartes de retrait, les actions visant à substituer la carte de retrait au chèque de retrait se poursuivent. Toutefois, la volumétrie des paiements par carte reste modeste et appelle de ce fait des actions fortes de développement notamment la nécessité d un déploiement plus intense de TPE auprès des commerçants en corrélation avec une densification des porteurs de carte, ce développement de la monétique reste fortement conditionné par l acceptation de ce moyen de transaction. Le Système de Paiement de Masse a relevé le défi de la télé compensation des virements de salaire pour faire face à la fermeture décidée pour le 1er Janvier 2010 des chambres de compensation manuelle aux virements de salaire. La télé compensation des virements de salaire a ainsi donc introduit dans le processus de paiement électronique un nouvel acteur à savoir les entreprises qui se sont bien approprié les dispositifs d Echanges de Données Informatisées (EDI) mis à leur disposition par leurs banques.

2 Les actions en cours concernent la dématérialisation totale des effets de commerce pour éliminer définitivement le rejet pour papier non parvenu à l échéance de paiement, l'exploitation des EDI et le recours à la carte bancaire pour supporter respectivement le développement du prélèvement et le lancement du commerce électronique, notamment la promotion de l usage de la carte monétique en tant qu instrument de paiement auprès des grands facturiers publics en règlement des factures de redevances téléphoniques, de consommation d eau, d électricité et de gaz. La possibilité d utiliser la carte CIB et la carte d AP pour achat de carburant au niveau des stations de services de NAFTAL ainsi que pour le paiement de titres de transport (SNCF, AIR ALGERIE, ). La télé déclaration fiscale adossée à un paiement pour éviter aux contribuables les déplacements périodiques pour le règlement de leurs impôts et taxes. Les objectifs d évolution à moyen terme consistent à développer le recours aux instruments de paiements (IP) au détriment de la monnaie fiduciaire. Ceci suppose un fort développement de la monnaie scripturale et une plus grande bancarisation de l économie. Le Décret exécutif, à l entrée en vigueur repoussée pour des raisons conjoncturelles, fixant le seuil applicable aux paiements devant être effectués par les moyens de paiement à travers les circuits bancaires et financiers contribuera à cette bancarisation, à équilibrer le recours aux différents instruments de paiement avec l objectif de restreindre notablement la place du chèque qui occupe une position trop dominante. Après la stabilisation des instruments de base et une sécurisation des échanges des banques avec leurs clientèles, nous envisageons de nouveaux modes de paiement qui apparaissent depuis quelques années et qui vont tous dans le sens d'une plus forte dématérialisation de la monnaie à savoir le e-paiement, la carte pré payée ou (Porte - Monnaie Électronique), le m-paiement ou paiement à l aide du téléphone mobile et le E- banking (ou la banque à domicile). Toutes ces innovations supposent une bancarisation accrue de l économie et pour laquelle le Trésor Public (Impôts, Douanes, Domaine, ) et les Grandes Entreprises (NAFTAL, AIR ALGERIE, SONELGAZ, SNCF, ) seront mobilisés pour inciter les particuliers et les opérateurs économiques à utiliser les instruments de paiement de base et de leur proposer, dans les conditions de sécurité et de qualité requises par le SPM, de nouveaux moyens de paiement offrant plus de confort et de gain de temps de sorte à mettre le système bancaire et financiers aux standards internationaux. Question - Sous l égide du Ministère des Finances, la profession comptable s organise et s opère mais suscite à la fois craintes et satisfecit ; comment voyez vous son évolution dans le cadre des nouveaux textes et qu apportera t elle de nouveau aux professionnels? Réponse-Tout d abord permettez-moi de rappeler que le nouveau système comptable financier est venu à la demande de la majorité des opérateurs économiques et des professionnels de la comptabilité si l on tient compte du questionnaire-sondage qui leur a été adressé en 2001 par le Conseil National de la Comptabilité. Tous ceux qui répondu au questionnaire ont souligné la nécessité d actualiser le Plan Comptable National de 1975 qui ne pouvait prendre en charge un nombre important d opérations économiques et financières nées des mutations économiques profondes en Algérie depuis presque trente années. Pour son application, des délais raisonnables ont été accordés soit depuis la promulgation de la loi en novembre 2007 jusqu à janvier 2010, temps largement nécessaire pour la formation des préparateurs des nouveaux états financiers ainsi que le développement des logiciels prenant en compte toutes les nouveautés introduites par le nouveau système comptable financier. Mieux encore, l administration fiscale a prorogé le délai de dépôt des déclarations du bénéfice fiscal pour permettre aux contribuables de mieux cerner la nouvelle liasse fiscale. Par ailleurs, un questionnaire a été adressé à tous les opérateurs économiques, tous secteurs confondus pour recenser les difficultés qu ils peuvent avoir rencontré dans l application du nouveau système comptable financier ; à cet effet, une cellule d écoute est installée au niveau du Conseil National de la Comptabilité pour répondre à toutes les questions des opérateurs. Lors des débats sur la loi relative au nouveau système comptable financier au Parlement, un très grand nombre de députés et sénateurs, voyant l importance que revêt ce nouveau système ont demandé que soit révisée la loi relative à la profession comptable pour lui donner une meilleur garantie quant à la prise en charge de la nouvelle philosophie comptable qui requiert une formation adéquate en conséquence et que la signature du professionnel soit reconnue compte tenu de son niveau de formation, du respect de la déontologie, de la garantie de qualité des travaux d audit qu il engage pour donner sont avis averti sur la sincérité et la régularité des états financiers et donneront une confiance certaine à leurs utilisateurs (actionnaires, banquiers, administration fiscale, assureurs, et autres organismes de contrôle comme la COSOB, la Commission Bancaire, etc.). Je rappelle aussi que depuis 2002, il ne s est déroulé malheureusement aucun examen à l intention des jeunes stagiaires finalistes pour l obtention du diplôme d expert comptable. Cette situation ne pouvait plus durer, c est pourquoi la nouvelle loi vient à point nommé pour remédier à cette défaillance. D autre part, la profession était jusque là régie par la loi de 1991 qui, à l époque, consacrait l autorégulation de la profession, mais depuis, des évènements sont intervenus dans le monde et notamment les scandales financiers, ont fait que l autorégulation a été retirée à la profession et des organes de supervision publique de la profession de l audit ont été créé aux Etats-Unis, en Europe, en Asie et partout ailleurs et dont la composition n inclut pas les professionnels. Ces organes de supervision publique de la profession sont chargés notamment de l octroi de l agrément, du contrôle de la qualité des travaux d audit, de la formation et de la formation continue ainsi que de la discipline et du respect des règles d éthique. La Conseil National de la Comptabilité joue donc ce rôle d organe de supervision

3 publique de la profession incluant aussi dans sa composition les professionnels élus des différents corps pour les faire participer dans toutes les activités du Conseil. Les Commissions relatives à l octroi de l agrément, de la formation, de la discipline et du contrôle qualité comportent elles aussi en dans leur composition des professionnels et donc ils ne sont pas exclus des travaux et des prises de décisions des commissions. Pour revenir à votre question, les quelques professionnels qui revendiquent l abrogation de la loi ne veulent pas de cette régulation partagée pour des raisons que je ne comprends pas. Question - Les personnels du ministère des finances attendent leurs nouveaux statuts ; quels sont les éléments d amélioration contenus dans ces statuts et qu apporteraient-ils de nouveau, d abord, pour les travailleurs, ensuite, pour l administration? Réponse-D abord, je salue cette avancée, pour moi et pour mes collègues mais je loue aussi l effort considérable des pouvoirs publics pour permettre aux personnels des finances d accéder à de meilleures conditions. En effet, les statuts particuliers des fonctionnaires relevant des administrations du Budget, des Impôts, du Domaine National, de la Conservation Foncière et du Cadastre et celle du Trésor, de la Comptabilité, des Assurances et des Douanes, s inscrivent dans la logique de modernisation de l administration publique consacrée par le Statut Général de la Fonction Publique, et leur conception a tenu compte des principaux enjeux et défis auxquels l Administration des Finances doit faire face ainsi que des évolutions ayant marqué ses missions, son organisation et son fonctionnement. Ces statuts consacrent le principe de la formation spécialisée pour l accès aux différents grades par la voie externe et de la formation préalable pour tout recrutement par voie de concours sur épreuves ou se caractérisant par un changement de groupe. Concernant les dispositions transitoires, ces statuts particuliers prévoient, pour chaque administration du Ministère des Finances, l intégration, sous conditions, des fonctionnaires appartenant aux corps communs exerçant réellement les mêmes tâches et ayant les mêmes responsabilités que celles dévolues aux fonctionnaires appartenant aux corps spécifiques. Cette mesure va permettre un rétablissement dans la proportion rationnelle des effectifs des deux corps (corps communs et corps spécifiques), compte tenu de la spécificité technique de l Administration des Finances et ainsi, une prise en charge efficiente de ses missions. L incidence financière qui sera engendrée de la mise en œuvre de ces statuts particuliers est évaluée pour l administration du Budget à 16 Millions de Dinars/an pour un effectif global d environ 1450 fonctionnaires, pour l administration fiscale à 389 Millions de Dinars/an pour un effectif global d environ 9600 fonctionnaires, pour l administration du Domaine National, de la Conservation Foncière et du Cadastre, à 83.5 Millions de Dinars/an pour un effectif global d environ 5900 fonctionnaires, et pour l administration du Trésor, de la Comptabilité, des Assurances et des Douanes à 172 Millions de Dinars/an pour un effectif global d environ 4600 fonctionnaires. Pour ce qui est des régimes indemnitaires, ils consacrent le principe d assurer une cohérence d ensemble entre les différentes administrations du Ministère des Finances pour aboutir à des régimes indemnitaires équitables et ainsi réduire les écarts flagrants existants. Ainsi, l harmonie opérée fait ressortir pour l ensemble des régies du Ministère des Finances, en plus d une prime de rendement, deux indemnités spécifiques au taux de 65 % pour les grades appartenant à la catégorie 12 et plus et de 55 % pour les grades appartenant à la catégorie 10 et moins. Le taux moyen d augmentation de la rémunération globale brute sera de l ordre de 56 %. Les fonctionnaires exerçants des activités liées à la caisse auprès de la Direction Générale de la Comptabilité, de la Direction Générale des Impôts et de la Direction Générale du Domaine National, bénéficient d une indemnité fixée en montant et par niveau de caisse entre 4000 DA et 6000 DA, cette indemnité est étendue aussi aux responsables des caisses. Par ailleurs, l administration des douanes qui revêt un caractère spécifique compte tenu de la nature de ses missions, ainsi que de l astreinte et du risque encouru par ses agents dans l exercice de leurs missions, propose un régime indemnitaire particulier destiné à rémunérer les sujétions particulières propre aux corps des douanes. Le taux moyen d augmentation de la rémunération globale brute accordé à cette administration est de l ordre de %. Question - Plusieurs mesures ont été prises par l'etat depuis le début de l'année afin de soutenir le pouvoir d'achat du citoyen suite à la forte hausse des prix des produits de première nécessité. Quel est le coût financier de ces opérations: soutien des prix de l'huile et du sucre et manque à gagner pour les impôts et les douanes? Réponse-Le Gouvernement a toujours eu la préoccupation de préserver le pouvoir d achat des ménages à travers, entre autres, le soutien budgétaire des prix de produits alimentaires dominants dans la structure du modèle de consommation. Antérieurement à 2011, les prix du blé dur et tendre et de la poudre de lait étaient soutenus par le budget de l Etat. En 2011, le soutien budgétaire est élargi au sucre et à l huile alimentaire, suite aux fortes variations à la hausse de leurs prix internationaux. Cette année, le soutien des prix des blés, de la poudre de lait sera renforcé pour deux raison principales. D une part, il s agira d accroitre les quantités de blé tendre, notamment pour un meilleur approvisionnement des minoteries en vue d augmenter l offre de produits finis et éviter d éventuels comportements spéculatifs qui viendraient compromettre les objectifs visés à travers le soutien des prix. D autre part, il s agira de faire face à l augmentation des prix internationaux.

4 La facture budgétaire pour le soutien des prix, se situe aux alentours de 270 milliards de DA. Pour le sucre et l huile alimentaire, les prix plafonds sont respectivement de 90 DA le kilogramme de sucre et 600 DA les 5 litres d huile alimentaire. Pour la seule année 2011, la compensation du différentiel de prix de ces deux produits est estimée à 5 milliards de DA, auquel s ajoute la suspension des droits de douanes et de la TVA. Question - Le Conseil des ministres a pris lors de ces deux dernières réunions des décisions importantes visant à relancer l'investissement et surtout l'emploi. Comment s'attelle votre département à mettre en œuvre ces décisions notamment à travers la mobilisation du secteur bancaire pour financer ces projets destinés à créer de l'emploi? Réponse-Les mesures prises par le Conseil des Ministres représentent un pas décisif dans l évolution de la politique économique dans notre pays et ce, que ce soit pour la croissance, l emploi ou la satisfaction des besoins de la population notamment des jeunes. Les institutions du secteur des Finances qui sont au cœur des dispositifs mis en place, ont été d abord parties prenantes dans la conception, l évaluation et la mise en œuvre de ces mesures. Ainsi en plus du traditionnel accompagnement de chacun des départements concernés par ces dispositifs (emploi, la solidarité, agriculture, habitat ) au cours duquel nous étudions l impact et les équilibres budgétaires et déployons les instruments financiers nécessaires, nous avons mis en place une série de nouveaux instruments de financement de l économie dont la portée va au-delà de la conjoncture actuelle dans la mesure où ces nouveaux instruments permettent à l Etat d intervenir pour soutenir le financement de l investissement dans les entreprises, seules porteuses de croissance, d emploi et de revenus durables. Concernant les grands projets, une ligne de crédit à long terme renouvelable de 100 Mds de dinars à été mise en place au profit des banques pour les soutenir dans leurs opérations de financement de projets importants. En matière d équipement des entreprises, des filiales de leasing ont été créées par les banques publiques pour soutenir l investissement dans les entreprises. Les 3 filiales qui ont été créées permettront aux entreprises d acquérir les équipements nécessaires au développement de leurs activités et de les financer sans mobiliser de nouvelles ressources financières. A cette occasion, l activité de leasing sera encadrée par la fixation d un seuil de taux de loyer à ne pas dépasser dans le crédit-bail et l élargissement des activités de la SRH au leasing immobilier. Concernant les PME, des fonds d investissement pour les 48 wilayas ont été créées pour soutenir leurs investissements. Ces fonds, gérés par des sociétés publiques de capital investissement permettront de renforcer les fonds propres des entreprises et d améliorer la recevabilité par les banques de leurs demandes de crédit. En matière de financement de l agriculture, un dispositif de garantie des crédits accordés aux agriculteurs est mis en place à travers la création d un fonds doté de 20 milliards de dinars dont la gestion est confiée à la CGCI-PME. Ce dispositif permettra de solvabiliser la demande de financement des agriculteurs qui pourront ainsi mobiliser plus de fonds pour financer le développement de leurs activités. Je vous ai cité ici les nouveaux et grands dispositifs mis en place pour soutenir le développement des activités productives et l emploi durable qui en résultent. A cela il faudra adjoindre le renforcement des dispositifs existants qui seront dotés de plus de ressources : Dispositifs d aide à la création d entreprises (ANSEJ, ANGEM, CNAC) et dispositifs de soutien à l emploi et aux emplois d attente. Additivement au financement traité sous ces divers aspects, il importe de mentionner que l entreprise qui investit est dorénavant soutenue par une série d autres mesures liées à l implantation des projets et conduisant à la mise à disposition sous forme de concession à redevance soutenue de nouveaux espaces industriels. Ces dispositions essentielles qui accompagnent l entreprise et réduisent ses coûts, permettront d accroitre les investissements Question - Les chiffres de l'investissement en Algérie durant ces deux dernières années et surtout ceux de 2010 montrent une très forte baisse des investissements nationaux et étrangers. Quelles sont, selon vous, les raisons de cette baisse et peut-on aller vers un allègement des procédures régissant l'investissement à l'instar de la règle 49/51% pour l'investissement étranger? Réponse-Si l on se réfère aux crédits distribués par les banques à leurs entreprises clientes, on remarque qu en 2010, ces crédits ont progressé de 16% pour les entreprises privées et de 18% pour les entreprises publiques ; ce niveau de variation place l Algérie dans le périmètre des pays émergents à croissance de crédit rapide. Concernant les investissements étrangers directs nets, le compte capital de 2010 affiche un montant de 3.49 milliards de dollars contre 3.45 milliards de dollars en 2009, 2.33 milliards de dollars 2008 et 1.37 milliards de dollars En tout état de cause, le gouvernement a pris des mesures à l intention de l entreprise visant l amélioration de son environnement, d abord, par une baisse de la pression fiscale et parafiscale, ensuite, par une simplification des procédures de taxation. Aussi, le développement infrastructurel à travers les programmes d investissements publics, avec un rééquilibrage territorial se traduira par un redéploiement spatial de l activité économique, facteur de baisse de la pression sur le foncier industriel dans les régions littorales du pays. A cela s ajoutent, la création de caisses de garanties des crédits bancaires aux PME, des garanties ayant un statut de garantie d Etat, le renforcement du capital des banques pour accroitre leurs capacités d engagement, dans un contexte d internalisation du financement de l économie, la création du fonds d investissement, un fonds intervenant dans le financement de projets structurants et dans la participation

5 au capital d entreprises de production de biens et de services (Le capital est de ce fonds s élève à 150 milliards de DA) et la création de fonds d investissements locaux, au nombre de 48, avec un capital de 1 milliard de DA chacun. Question - Quelles sont les grandes lignes et les principales dispositions prévues dans le texte de la loi de finances complémentaire pour 2011? Ya-t-il des mesures pour encourager la consommation à travers un retour conditionné du crédit automobile par exemple? Réponse-La loi de finances complémentaire pour 2011 s inscrit dans un contexte particulier par rapport aux lois de finances complémentaires précédentes. Un contexte économico-social caractérisé par la hausse à l internationale des prix des différents produits et par la mise en œuvre des différents statuts professionnels des secteurs. Pour répondre à l exigence internationale (prix des produits) et aux sollicitations socioprofessionnelles, l Etat algérien a pris plusieurs décisions visant l atténuation de l incidence financière des produits importés pour éviter les surcoûts à la consommation, et le renforcement des différents dispositifs d amélioration des conditions de vie et de création d emploi. Ces décisions sont traduites dans le cadre de la loi de finances complémentaire pour 2011, à travers des mesures qui ont pour finalité de pérenniser l aide de l Etat qui subventionne une large partie des produits de consommation et qui prend en charge les dépenses liées à la création et au maintien de l emploi. Ces mesures s articulent en fait autour de grands axes qui accordent une priorité particulière au soutien des prix à la consommation de plusieurs produits vitaux pour la vie quotidienne des citoyens par la baisse de la pression fiscale et la facilitation de l impôt. Par ailleurs, un autre train de mesures est pris dans le sens de la création et du maintien de l emploi à travers la défiscalisation au titre des premières années d activités et l instauration d une imposition progressive- c'est-à-dire modérée- à l issue des périodes d exonérations. La micro entreprise étant au cœur des préoccupations car constituant un vecteur primordial pour la création de la richesse et de l emploi bénéficie également d un soutien supplémentaire à travers la généralisation des incitations fiscales à tous les dispositifs de création de l emploi en leur octroyant un régime d imposition très assoupli après expiration des périodes d exonération à travers la mise en application de progressivité en terme de paiement de l impôt. S ajoute à ces facilitations d autres mesures simplifiant l accès au foncier industriel et agricole devant résorber une marge importante du taux de chômage. La suspension du crédit à la consommation s est imposée par le souci de sauvegarde et d orientation de l épargne des petites bourses, notamment pour leur éviter un surendettement les mettant dans des situations indélicates de ne plus pouvoir honorer les engagements qu elles ont souscrits. A cet égard, la crise financière internationale a démontré d une manière très claire, les difficultés auxquelles ont été confrontés les ménages dans ces pays qui se sont engagés dans un cercle vicieux d endettement, ayant causé la dislocation de certains rapports même familiaux. Par ailleurs, cette suspension a été dictée par le devoir des pouvoirs publics de protéger l économie et la production nationales, sources de création de richesses et d emplois. Il s agit aussi de favoriser plus particulièrement la création de nouvelles industries, dont certaines branches stimulées antérieurement, il faut le reconnaitre, dans le cadre des dispositifs de soutien à la consommation n étaient pas très appropriées en termes de création de richesse nationale. Une telle décision, ne peut être que légitime et fondée, car elle puise ses fondements dans la rationalité économique et je rappelle à ce propos que beaucoup d économies dans des pays développés et émergents orientent leurs efforts vers les vrais vecteurs de relance et d épanouissement des activités économiques, aux lieu et place de l encouragement des activités purement commerciales ne générant ni un transfert technologique ni un développement durable. Faut-il rappeler, que la législation algérienne accorde des avantages supplémentaires pour toute société se lançant dans des activités industrielles naissantes qui stimuler la production nationale ou même l exportation comme par exemple l industrie automobile. [Aps 12/4/11] APS Tous droits réservés Algérie Presse Service- Avenue des frères Bouadou- Bir Mourad Rais- Alger, Algérie - Tel (0) Fax (0) (0) e.mail webmaster: commerciale:

Focus sur les politiques publiques de l épargne en France

Focus sur les politiques publiques de l épargne en France Focus sur les politiques publiques de l épargne en France T. Mosquera Yon Banque de France 1 En France, les pouvoirs publics ont, dès 1818, souhaité mettre en place des dispositifs visant à encourager

Plus en détail

LES RELATIONS ENTRE LE TRESOR PUBLIC ET LA BCEAO

LES RELATIONS ENTRE LE TRESOR PUBLIC ET LA BCEAO LES RELATIONS ENTRE LE TRESOR PUBLIC ET LA BCEAO La BCEAO dispose dans chaque Etat membre de l UEMOA, d une agence nationale et des agences auxiliaires. L agence nationale du Niger comprend trois représentations

Plus en détail

Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines

Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines Symposium des Gouverneurs sur le thème «Inclusion financière

Plus en détail

INDICATIONS COMPLÉMENTAIRES

INDICATIONS COMPLÉMENTAIRES eduscol Sciences économiques et sociales - Première ES Science économique 4. La monnaie et le financement Ressources pour le lycée général et technologique Fiche 4.3 : Qui crée la monnaie? INDICATIONS

Plus en détail

Indicateurs macroéconomiques

Indicateurs macroéconomiques DEVELOPPEMENT DE L INVESTISSEMENT EN ALGERIE Atelier 2 Alger, le 11 Mai 2011 Indicateurs macroéconomiques Au vu des caractéristiques suivantes de l économie algérienne dépendante des hydrocarbures (Statistiques

Plus en détail

TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014

TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014 TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014 Mars 2015 1/12 D ANS une conjoncture internationale marquée par une reprise globale fragile, une divergence accrue de croissance

Plus en détail

La crise mondiale et ses effets sur le Maroc : Quels enseignements?

La crise mondiale et ses effets sur le Maroc : Quels enseignements? La crise mondiale et ses effets sur le Maroc : Quels enseignements? Intervention de M hammed GRINE Membre du Bureau Politique du Parti du progrès et du Socialisme du Maroc Le Parti du Progrès et du Socialisme

Plus en détail

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Eco-Fiche Janvier 2013 BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Retour sur l année 2012 : l atonie En 2012, le Produit Intérieur Brut (PIB) s est élevé à 1 802,1 milliards d euros, soit

Plus en détail

Le Groupe Crédit Mutuel en 2007 (1) La dynamique du développement et le 3 e résultat des banques françaises

Le Groupe Crédit Mutuel en 2007 (1) La dynamique du développement et le 3 e résultat des banques françaises 27 mars 2008 Le Groupe Crédit Mutuel en 2007 (1) La dynamique du développement et le 3 e résultat des banques françaises Résultat net part du groupe : 2 730 M Produit net bancaire : 10 568 M Coefficient

Plus en détail

Tendances financières et monétaires au premier semestre 2015

Tendances financières et monétaires au premier semestre 2015 Septembre 2015 Tendances financières et monétaires au premier semestre 2015 L objet de cette revue est de présenter les principaux éléments qui caractérisent l évolution de la situation de la position

Plus en détail

Université d Oran / Faculté des Sciences Commerciales Spécialité : 4 eme. Fiche N 2 : Banque et Monnaie

Université d Oran / Faculté des Sciences Commerciales Spécialité : 4 eme. Fiche N 2 : Banque et Monnaie Université d Oran / Faculté des Sciences Commerciales Spécialité : 4 eme Finance / Module : Les Techniques Bancaires Fiche N 2 : Banque et Monnaie I)- Principes Généraux : 1)- Définition du Terme Monnaie

Plus en détail

DEVOIR N 1 économie générale

DEVOIR N 1 économie générale PROGRAMME : DEVOIR N 1 économie générale L économie et son domaine Le circuit économique comme méthode d'analyse La production marchande et non marchande Le travail Le capital et le progrès technique Le

Plus en détail

Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie

Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie Intervention de Mohammed Laksaci Gouverneur de la Banque d Algérie 21 e Conférence des Gouverneurs

Plus en détail

Chapitre 3. La répartition

Chapitre 3. La répartition Chapitre 3. La répartition 1. La répartition de la valeur ajoutée La valeur ajoutée (1) Valeur ajoutée : solde du compte de production = > VA = P CI = > Richesse effectivement créée par les organisations

Plus en détail

www.economie.gouv.fr Paris, le 26 août 2013

www.economie.gouv.fr Paris, le 26 août 2013 PIERRE MOSCOVICI MINISTRE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES www.economie.gouv.fr Paris, le 26 août 2013 Discours de Pierre MOSCOVICI, Ministre de l Economie et des Finances *** Déplacement à Lannion - Conférence

Plus en détail

Royaume du Maroc. L'impact de la baisse des taux d'intérêt : les mécanismes de transmission et les enseignements d'une simulation

Royaume du Maroc. L'impact de la baisse des taux d'intérêt : les mécanismes de transmission et les enseignements d'une simulation Royaume du Maroc L'impact de la baisse des taux d'intérêt : les mécanismes de transmission et les enseignements d'une simulation Constituant une sélection mensuelle des travaux menés par les cadres de

Plus en détail

FISCALITE DES PARTICULIERS ET DU PATRIMOINE

FISCALITE DES PARTICULIERS ET DU PATRIMOINE FISCALITE DES PARTICULIERS ET DU PATRIMOINE BAREME TRAITEMENTS ET SALAIRES PEA Fin du gel du barème : Revalorisation de 0,8% de l ensemble des tranches applicables aux revenus de 2013. Plafonnement du

Plus en détail

instruments de paiement échangés à travers les circuits bancaires

instruments de paiement échangés à travers les circuits bancaires instruments de paiement échangés à travers les circuits bancaires Statistiques arrêtées à fin 2013 SOMMAIRE PRÉAMBULE 5 Partie I : Evolution des paiements de masse 6 I. Echanges EN INTERbancaire 7 1.

Plus en détail

Études. Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 2002

Études. Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 2002 Les crédits immobiliers consentis aux ménages en La production de crédits nouveaux à l habitat, en croissance quasi continue depuis 1996 1, a atteint un niveau historiquement élevé en, avec des taux de

Plus en détail

2014-2015. Perspectives économiques

2014-2015. Perspectives économiques 2014-2015 Perspectives économiques Publié par : Ministère des Finances Province du Nouveau-Brunswick Case postale 6000 Fredericton (Nouveau-Brunswick) E3B 5H1 Canada Internet : www.gnb.ca/0024/index-f.asp

Plus en détail

Thème 2 : la monnaie et les banques : le carburant de notre économie

Thème 2 : la monnaie et les banques : le carburant de notre économie Thème 2 : la monnaie et les banques : le carburant de notre économie L activité économique repose sur trois rouages : Monnaie besoins production répartition consommation Échanges Marché 2 «La monnaie n

Plus en détail

Débat participatif. La vie chère. «Les Français n ont pas seulement le sentiment, mais la démonstration, que leur pouvoir d achat baisse»

Débat participatif. La vie chère. «Les Français n ont pas seulement le sentiment, mais la démonstration, que leur pouvoir d achat baisse» Débat participatif La vie chère «Les Français n ont pas seulement le sentiment, mais la démonstration, que leur pouvoir d achat baisse» Ségolène ROYAL Les enjeux de notre débat : Réconcilier les Français

Plus en détail

Italie. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010

Italie. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/bank_country-200-fr Italie Merci de citer ce chapitre comme suit

Plus en détail

Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires 2015 23 juillet 2015

Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires 2015 23 juillet 2015 Sommaire de gestion Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires 2015 23 juillet 2015 L'Association canadienne du commerce des valeurs mobilières (ACCVM) est reconnaissante

Plus en détail

b ) La Banque Centrale Bilan de BC banques commerciales)

b ) La Banque Centrale Bilan de BC banques commerciales) b ) La Banque Centrale Notre système bancaire se complexifie puisqu il se trouve maintenant composer d une multitude de banques commerciales et d une Banque Centrale. La Banque Centrale est au cœur de

Plus en détail

Préambule Autodiagnostic 1) QRU - La Banque centrale est : 2) QRU - L encadrement du crédit était une technique :

Préambule Autodiagnostic 1) QRU - La Banque centrale est : 2) QRU - L encadrement du crédit était une technique : Préambule Nous vous proposons en préambule d estimer votre niveau de connaissances bancaires et financières en répondant à cet auto diagnostic. Que celui-ci vous soit prétexte à valider et à approfondir

Plus en détail

Les dépenses et la dette des ménages

Les dépenses et la dette des ménages Les dépenses et la dette des ménages Les dépenses des ménages représentent près de 65 % 1 du total des dépenses au Canada et elles jouent donc un rôle moteur très important dans l économie. Les ménages

Plus en détail

1. Définition des composantes de la trésorerie

1. Définition des composantes de la trésorerie Avis n 2015-06 du 3 juillet 2015 relatif à la norme 10 «Les composantes de la trésorerie» du Recueil des normes comptables de l Etat Le Conseil de normalisation des comptes publics a adopté le 3 juillet

Plus en détail

CAMPAGNE NATIONALE DE SENSIBILISATION «Pour un meilleur partenariat Banques/Petites et moyennes entreprises au service du Développement Humain»

CAMPAGNE NATIONALE DE SENSIBILISATION «Pour un meilleur partenariat Banques/Petites et moyennes entreprises au service du Développement Humain» CAMPAGNE NATIONALE DE SENSIBILISATION «Pour un meilleur partenariat Banques/Petites et moyennes entreprises au service du Développement Humain» ALLOCUTION INAUGURALE DE MONSIEUR ABDELLATIF JOUAHRI GOUVERNEUR

Plus en détail

Montant maximum : 2 400 au taux d intérêt annuel fixe de 3% Les frais de dossier représentent 3 % du capital prêté et seront déduits du capital versé

Montant maximum : 2 400 au taux d intérêt annuel fixe de 3% Les frais de dossier représentent 3 % du capital prêté et seront déduits du capital versé DEMANDE DE PRÊT «AMELIORATION DU CADRE DE VIE» Montant maximum : 2 400 au taux d intérêt annuel fixe de 3% Les frais de dossier représentent 3 % du capital prêté et seront déduits du capital versé Bénéficiaires

Plus en détail

Initiative populaire «Pour une monnaie à l abri des crises : émission monétaire uniquement par la Banque nationale! (Initiative Monnaie pleine)»

Initiative populaire «Pour une monnaie à l abri des crises : émission monétaire uniquement par la Banque nationale! (Initiative Monnaie pleine)» COMITÉ DU 2 JUILLET 204 Berne, le 26 juin 204/5 décembre 204 Annexe 20 DL traduction ultérieure au Comité le texte allemand fait foi. Initiative populaire «Pour une monnaie à l abri des crises : émission

Plus en détail

Évolution de l épargne réglementée depuis la généralisation de la distribution du livret A

Évolution de l épargne réglementée depuis la généralisation de la distribution du livret A Évolution de l épargne réglementée depuis la généralisation de la distribution du livret A Antoine MÉRIEUX Secrétaire général de l Observatoire de l épargne réglementée Alice de CHARETTE Direction des

Plus en détail

Arrérages : Sommes d argent versées périodiquement à une personne au titre d une rente ou d une pension.

Arrérages : Sommes d argent versées périodiquement à une personne au titre d une rente ou d une pension. GLOSSAIRE DES PRINCIPAUX TERMES UTILISÉS 1 EN MATIÈRE DE PRODUITS FINANCIERS Action : Titre représentant une part du capital d une société (cotée ou non cotée en Bourse). Il s agit d un titre de propriété

Plus en détail

Cession de la clientèle des cabinets libéraux : les facteurs clés d une transmission réussie

Cession de la clientèle des cabinets libéraux : les facteurs clés d une transmission réussie Cession de la clientèle des cabinets libéraux : les facteurs clés d une transmission réussie Les pouvoirs publics ont attiré notre attention sur les enjeux de la transmission des entreprises, plus de 100

Plus en détail

ANNEXE I C - REGIME-CADRE D INTERVENTION PUBLIQUE EN FAVEUR DE FONDS DE GARANTIE N 449-2000

ANNEXE I C - REGIME-CADRE D INTERVENTION PUBLIQUE EN FAVEUR DE FONDS DE GARANTIE N 449-2000 ANNEXE I C - REGIME-CADRE D INTERVENTION PUBLIQUE EN FAVEUR DE FONDS DE GARANTIE N 449-2000 Introduction: La Commission européenne a adopté le 8 mai 2001 le régime d aide cadre en faveur de fonds de garantie,

Plus en détail

La Banque de France. 1- Les activités de la Banque de France p. 3. 2- Le système européen de banques centrales (SEBC) p. 4

La Banque de France. 1- Les activités de la Banque de France p. 3. 2- Le système européen de banques centrales (SEBC) p. 4 La Banque de France Sommaire 1- Les activités de la Banque de France p. 3 2- Le système européen de banques centrales (SEBC) p. 4 3- Les activités de la Banque et son organisation territoriale p. 5 4-

Plus en détail

LE NOUVEAU CODE DES INVESTISSSEMENTS

LE NOUVEAU CODE DES INVESTISSSEMENTS LE NOUVEAU CODE DES INVESTISSSEMENTS I) CONTEXTE II) LES GRANDS CHANGEMENTS III) DISPOSITIF DE GESTION DU CODE REGIMES: BENEFICE DES AVANTAGES PLUS FAVORABLES MECANISME DE CONTRÔLE ET DE SUIVI EVALUATI

Plus en détail

MONTGERON TOUT CE QUE VOUS DEVEZ SAVOIR SUR LA SITUATION FINANCIÈRE DE LA VILLE DE

MONTGERON TOUT CE QUE VOUS DEVEZ SAVOIR SUR LA SITUATION FINANCIÈRE DE LA VILLE DE TOUT CE QUE VOUS DEVEZ SAVOIR SUR LA SITUATION FINANCIÈRE DE LA VILLE DE MONTGERON FISCALITÉ, ENDETTEMENT, FONCTIONNEMENT, INVESTISSEMENT, ÉQUIPEMENTS PUBLICS, ÉPARGNE, CRÉDIT, SERVICES PUBLICS CHIFFRES

Plus en détail

Promotion des investissements au Maroc

Promotion des investissements au Maroc Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Promotion des investissements au Maroc Mai 1996 Document de travail n 08 Promotion des investissements au Maroc Mai 1996 L objet de la

Plus en détail

Mobiliser l épargne pour l investissement productif. Pistes de réflexion stratégique en matière de fiscalité de l épargne individuelle

Mobiliser l épargne pour l investissement productif. Pistes de réflexion stratégique en matière de fiscalité de l épargne individuelle Mobiliser l épargne pour l investissement productif Pistes de réflexion stratégique en matière de fiscalité de l épargne individuelle 18 Juin 2014 1. Introduction La frilosité de l épargnant belge suite

Plus en détail

Ainsi, les utilisateurs auront à leur disposition une série cohérente et complète portant sur la période 1974 à 2013.

Ainsi, les utilisateurs auront à leur disposition une série cohérente et complète portant sur la période 1974 à 2013. N 688 Les Tableaux Economiques d Ensemble 2002 à 2013 Introduction Nous mettons à la disposition des divers utilisateurs une nouvelle série de Tableaux Economiques d Ensemble (TEE) pour les années 2002

Plus en détail

SOUTIEN EXCEPTIONNEL A L ACTIVITE

SOUTIEN EXCEPTIONNEL A L ACTIVITE CIACT du 2 février 2009 «Plan de relance de l économie» - B - SOUTIEN EXCEPTIONNEL A L ACTIVITE ECONOMIQUE ET A L EMPLOI Enveloppes du plan de relance de l économie : 600 M pour le financement des PME

Plus en détail

I. Gouvernance 1/8. B- Comité Direction Générale

I. Gouvernance 1/8. B- Comité Direction Générale Rémunération au titre de l exercice 2012 des collaborateurs dont les activités professionnelles ont une incidence significative sur le profil de risque du Groupe Les principes de rémunération du Groupe

Plus en détail

PLACEMENTS FINANCIERS DES MENAGES à Août 2012: DES EXCEDENTS EN FORT RETRAIT MALGRE LA MONTEE DES PRODUITS BANCAIRES ET DEFISCALISES

PLACEMENTS FINANCIERS DES MENAGES à Août 2012: DES EXCEDENTS EN FORT RETRAIT MALGRE LA MONTEE DES PRODUITS BANCAIRES ET DEFISCALISES 1 Numéro 190, novembre 2012 Une collecte nette globale historiquement basse depuis 2000, du fait d une baisse drastique de la collecte nette en assurancevie, et malgré des excédents sur les produits bancaires

Plus en détail

LA LOLF - Les trois comptabilités

LA LOLF - Les trois comptabilités LA LOLF - Les trois comptabilités Suivre l autorisation et l exécution budgétaire Assurer la transparence de la situation financière de l Etat Mesurer le coût de chaque politique publique Comptabilité

Plus en détail

Troisième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 28 juillet 2009 Rabat

Troisième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 28 juillet 2009 Rabat Troisième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 28 juillet 2009 Rabat Allocution de Monsieur Abdellatif JOUAHRI Gouverneur de Bank Al-Maghrib Monsieur le Ministre, Messieurs les Secrétaires

Plus en détail

CONSEILS DES GOUVERNEURS ASSEMBLEE ANNUELLE 1999 WASHINGTON, D.C.

CONSEILS DES GOUVERNEURS ASSEMBLEE ANNUELLE 1999 WASHINGTON, D.C. CONSEILS DES GOUVERNEURS ASSEMBLEE ANNUELLE 1999 WASHINGTON, D.C. J GROUPE DE LA BANQUE MONDIALE BANQUE INTERNATIONALE POUR LA RECONSTRUCTION ET LE DEVELOPPEMENT SOCIETE FINANCIERE INTERNATIONALE ASSOCIATION

Plus en détail

L obligation de négocier sur la pénibilité dans les entreprises. Premiers éléments de bilan. Direction générale du travail

L obligation de négocier sur la pénibilité dans les entreprises. Premiers éléments de bilan. Direction générale du travail CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 21 novembre 2012 à 14 h 30 «Pénibilité. Transition emploi-retraite. Elaboration de cas-types pour les projections.» Document N 6 Document de travail,

Plus en détail

Emploi, dépenses de santé, et modes de financement

Emploi, dépenses de santé, et modes de financement 1 Dix ans après ou presque. La proposition de réforme qui suit a été faite initialement dans L erreur européenne (Grasset 1998, ch.4), puis reprise dans divers articles, sans aucun succès auprès des décideurs

Plus en détail

Protection de la vie privée des membres du personnel à l égard des traitements de données à caractère personnel

Protection de la vie privée des membres du personnel à l égard des traitements de données à caractère personnel U N I V E R S I T É L I B R E D E B R U X E L L E S, U N I V E R S I T É D ' E U R O P E Protection de la vie privée des membres du personnel à l égard des traitements de données à caractère personnel

Plus en détail

BILAN 31/12/2010 31/12/2009 ETAT DES SOLDES DE GESTION COMPTE DE PRODUITS ET CHARGES. TABLEAU DES FLUX DE TRESORERIE (en milliers MAD) 31/12/2010

BILAN 31/12/2010 31/12/2009 ETAT DES SOLDES DE GESTION COMPTE DE PRODUITS ET CHARGES. TABLEAU DES FLUX DE TRESORERIE (en milliers MAD) 31/12/2010 BILAN ENGAGEMENTS DONNES Engagements de financement donnés en faveur d'établissements de crédit et assimilés Engagements de financement donnés en faveur de la clientèle Engagements de garantie d'ordre

Plus en détail

2. Présentation de la comptabilité nationale

2. Présentation de la comptabilité nationale 2. Présentation de la comptabilité nationale Introduction (1) Comptabilité nationale : Système Européen des Comptes (SEC 95) => Technique de synthèse statistique représentation quantifiée de l économie

Plus en détail

Demande de Prise en charge Fonds de solidarité Carrefour Market

Demande de Prise en charge Fonds de solidarité Carrefour Market Demande de Prise en charge Fonds de solidarité Carrefour Market Le document doit être rempli intégralement et accompagné de pièces justificatives. Dans le cas contraire, la demande ne pourra pas être traitée.

Plus en détail

Le revenu et le pouvoir d achat

Le revenu et le pouvoir d achat Le revenu et le pouvoir d achat Le revenu & le pouvoir d achat Le revenu d une personne est la somme d argent perçue en contrepartie du travail fourni, de ses placements, d un service rendu ou d une situation

Plus en détail

CHAPITRE VI : MODERNISATION DE L'INFRASTRUCTURE DES SYSTEMES DE PAIEMENT

CHAPITRE VI : MODERNISATION DE L'INFRASTRUCTURE DES SYSTEMES DE PAIEMENT CHAPITRE VI : MODERNISATION DE L'INFRASTRUCTURE DES SYSTEMES DE PAIEMENT Après une phase de diagnostic et d'études, la Banque d'algérie et les banques de la place ont entrepris, à partir de 2003 et d'une

Plus en détail

4. LE PORTEFEUILLE-TITRES DES ÉTABLISSEMENTS DE CRÉDIT ET LES RISQUES LIÉS À SON ÉVOLUTION

4. LE PORTEFEUILLE-TITRES DES ÉTABLISSEMENTS DE CRÉDIT ET LES RISQUES LIÉS À SON ÉVOLUTION 4. LE PORTEFEUILLE-TITRES DES ÉTABLISSEMENTS DE CRÉDIT ET LES RISQUES LIÉS À SON ÉVOLUTION L ensemble du portefeuille-titres 34 des établissements de la place a connu une croissance très importante au

Plus en détail

Turquie. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010

Turquie. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/bank_country-200-fr Turquie Merci de citer ce chapitre comme

Plus en détail

Charte du management des risques du groupe La Poste

Charte du management des risques du groupe La Poste Direction de l'audit et des Risques du Groupe Direction des Risques du Groupe Destinataires Tous services Contact Béatrice MICHEL Tél : 01 55 44 15 06 Fax : E-mail : beatrice.michel@laposte.fr Date de

Plus en détail

Mesures patrimoniales du projet de loi de finances pour 2014

Mesures patrimoniales du projet de loi de finances pour 2014 Mesures patrimoniales du projet de loi de finances pour 2014 INTRODUCTION : Le projet de loi de finances est bâti sur une prévision de croissance de +0,1 % en 2013 et de +0,9 % en 2014. Cette dernière

Plus en détail

PACTE DE RESPONSABILITÉ

PACTE DE RESPONSABILITÉ PACTE DE RESPONSABILITÉ ET DE SOLIDARITÉ Loi de finances rectificative pour 2014 Loi de financement rectificative de la sécurité sociale pour 2014 10 septembre 2014 1 LES PRINCIPALES MESURES SOCIALES DU

Plus en détail

DELIBERATION N 2015-35 DU 25 MARS 2015 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AVIS FAVORABLE A LA MISE EN ŒUVRE DU

DELIBERATION N 2015-35 DU 25 MARS 2015 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AVIS FAVORABLE A LA MISE EN ŒUVRE DU DELIBERATION N 2015-35 DU 25 MARS 2015 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AVIS FAVORABLE A LA MISE EN ŒUVRE DU TRAITEMENT AUTOMATISE D INFORMATIONS NOMINATIVES AYANT POUR

Plus en détail

ENQUÊTE SUR LES TAUX DES CRÉDITS AU LOGEMENT ANNÉE 1994

ENQUÊTE SUR LES TAUX DES CRÉDITS AU LOGEMENT ANNÉE 1994 ENQUÊTE SUR LES TAUX DES CRÉDITS AU LOGEMENT ANNÉE 1994 L année 1994 a été marquée par la poursuite de la baisse des taux d intérêt, mais à un rythme plus modéré et de manière moins continue qu en 1993

Plus en détail

Bulletin du FMI. France : de bons progrès mais il reste à consolider la crédibilité

Bulletin du FMI. France : de bons progrès mais il reste à consolider la crédibilité Bulletin du FMI BILAN DE SANTÉ ÉCONOMIQUE France : de bons progrès mais il reste à consolider la crédibilité Kevin C. Cheng et Erik de Vrijer Département Europe du FMI 27 juillet 2011 Vendanges dans le

Plus en détail

GROUPE. Comptes consolidés. Au 31décembre 2013

GROUPE. Comptes consolidés. Au 31décembre 2013 GROUPE Comptes consolidés Au 31décembre 2013 1 SOMMAIRE SOMMAIRE... 2 BILAN CONSOLIDE... 3 COMPTE DE RESULTAT... 4 TABLEAU DES FLUX DE TRESORERIE... 5 PRINCIPES ET METHODES... 6 PRINCIPES ET METHODES DE

Plus en détail

Économie Chapitre 6 La répartition des richesses. I) Les objectifs et les instruments de la redistribution

Économie Chapitre 6 La répartition des richesses. I) Les objectifs et les instruments de la redistribution Revenu du travail et du capital = Revenus bruts (répartition primaire du revenu) cf. Ch 5 Revenus bruts cotisations sociales impôts + prestations = Revenu disponible (répartition secondaire du revenu,

Plus en détail

Réponse des autorités françaises à la consultation de la Commission européenne sur l accès à un compte de paiement de base

Réponse des autorités françaises à la consultation de la Commission européenne sur l accès à un compte de paiement de base Novembre 2010 Réponse des autorités françaises à la consultation de la Commission européenne sur l accès à un compte de paiement de base La France partage pleinement le souci de la Commission européenne

Plus en détail

LA LETTRE DES ADHÉRENTS

LA LETTRE DES ADHÉRENTS LA LETTRE DES ADHÉRENTS NUMÉRO SPÉCIAL LOI DE FINANCES - 15 JANVIER 2014 N 2/2014 LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2013 INTRODUCTION La loi de finances rectificative pour 2013, définitivement adoptée

Plus en détail

Principales conditions tarifaires. en vigueur au 1 er janvier 2014. Entreprises

Principales conditions tarifaires. en vigueur au 1 er janvier 2014. Entreprises Principales conditions tarifaires en vigueur au 1 er janvier 2014 Entreprises Sommaire Banque au quotidien... p. 3 Tenue de compte... p. 3 Relevés de comptes... p. 3 Autres services... p. 3 Banque à distance...

Plus en détail

Sénégal. Textes d application de la loi relative à la promotion de la bancarisation

Sénégal. Textes d application de la loi relative à la promotion de la bancarisation Textes d application de la loi relative à la promotion de la bancarisation 1. Instruction n 1 du 8 mai 2004 relative à la promotion des moyens de paiements scripturaux et à la détermination des intérêts

Plus en détail

ETATS FINANCIERS ARRETES AU 30 JUIN 2015

ETATS FINANCIERS ARRETES AU 30 JUIN 2015 ETATS FINANCIERS ARRETES AU 30 JUIN 2015 Pages Bilan 2 Etat des engagements hors bilan 3 Etat de résultat 4 Etat des flux de trésorerie 5 Notes aux états financiers 6 Bilan Arrêté au 30 JUIN 2015 (Unité

Plus en détail

Transparence budgétaire : Les meilleures pratiques de l OCDE

Transparence budgétaire : Les meilleures pratiques de l OCDE Transparence budgétaire : Les meilleures pratiques de l OCDE OECD, 2002. Software: 1987-1996, Acrobat is a trademark of ADOBE. All rights reserved. OECD grants you the right to use one copy of this Program

Plus en détail

Réduire les coûts des transferts d argent des migrants et optimiser leur impact sur le développement :

Réduire les coûts des transferts d argent des migrants et optimiser leur impact sur le développement : Réduire les coûts des transferts d argent des migrants et optimiser leur impact sur le développement : Outils et produits financiers pour le Maghreb et la Zone franc RÉSUMÉ EXÉCUTIF Naceur Bourenane Saïd

Plus en détail

CHAPITRE 2 LA MONNAIE

CHAPITRE 2 LA MONNAIE CHAPITRE 2 LA MONNAIE L économie de troc est une économie dont l échange est simple, elle montre vite ses limites car elle a du mal à donner une valeur à un bien, elle oblige le déplacement de deux échangistes

Plus en détail

1 CHAMP D APPLICATION

1 CHAMP D APPLICATION INVESTISSEMENTS D AVENIR REGLEMENT RELATIF AUX MODALITES D ATTRIBUTION DES AIDES AU TITRE DES APPELS «Valorisation Instituts Carnot» 1 CHAMP D APPLICATION Le présent règlement concerne les aides accordées

Plus en détail

«Les aides financières à la création et au développement d entreprises»

«Les aides financières à la création et au développement d entreprises» «Les aides financières à la création et au développement d entreprises» par Dominique DETHY Responsable PME-Service Union des Classes Moyennes 1 Les aides financières à la préparation du projet Les aides

Plus en détail

3 SYSTEMES DE PAIEMENT ET CIRCULATION FIDUCIAIRE

3 SYSTEMES DE PAIEMENT ET CIRCULATION FIDUCIAIRE 3 SYSTEMES DE PAIEMENT ET CIRCULATION FIDUCIAIRE 3-1. SYSTEMES ET MOYENS DE PAIEMENT 1/6/213 Les systèmes de paiement en Tunisie s articulent autour de 2 types : - systèmes de paiement net ou de compensation

Plus en détail

Les évolutions du financement de la sécurité sociale

Les évolutions du financement de la sécurité sociale Les évolutions du financement de la sécurité sociale A la différence de l assurance chômage et des retraites complémentaires, l évolution du financement de la sécurité sociale est marquée par une forte

Plus en détail

La gestion du compte de l État

La gestion du compte de l État FINANCES PUBLIQUES TRÉSORERIE Nouvelle convention MINÉFI/Banque de France La gestion du compte de l État Article d Olivier Cuny, administrateur civil à l Agence France Trésor, en collaboration avec Dominique

Plus en détail

Quatrième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 06 juillet 2010 Rabat

Quatrième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 06 juillet 2010 Rabat Quatrième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 06 juillet 2010 Rabat Allocution de Monsieur Abdellatif JOUAHRI Gouverneur de Bank Al-Maghrib Messieurs les Secrétaires Généraux, Messieurs

Plus en détail

Encourager l épargne retraite Les dix propositions de la FAIDER Mai 2010

Encourager l épargne retraite Les dix propositions de la FAIDER Mai 2010 Encourager l épargne retraite Les dix propositions de la FAIDER Mai 2010 Le système français des retraites a déjà subi de nombreuses modifications depuis près de 20 ans, dans le but de le consolider face

Plus en détail

PARTIE 2 : LES POLITIQUES ÉCONOMIQUES CONJONCTURELLES

PARTIE 2 : LES POLITIQUES ÉCONOMIQUES CONJONCTURELLES SO00BM24 Introduction aux politiques économiques PARTIE 2 : LES POLITIQUES ÉCONOMIQUES CONJONCTURELLES CHAPITRE 2 : LA POLITIQUE MONETAIRE I. Préambules sur la Monnaie II. 1. La création monétaire A. Comment

Plus en détail

Norme comptable internationale 20 Comptabilisation des subventions publiques et informations à fournir sur l aide publique 1

Norme comptable internationale 20 Comptabilisation des subventions publiques et informations à fournir sur l aide publique 1 Norme comptable internationale 20 Comptabilisation des subventions publiques et informations à fournir sur l aide publique 1 Champ d application 1 La présente norme doit être appliquée à la comptabilisation

Plus en détail

MISE À JOUR ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE DE L AUTOMNE 2014 QUÉBEC

MISE À JOUR ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE DE L AUTOMNE 2014 QUÉBEC MISE À JOUR ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE DE L AUTOMNE 2014 QUÉBEC Le 2 décembre 2014 TABLE DES MATIÈRES Introduction Mesures de relance économique Mesures visant l atteinte et le maintien de l équilibre budgétaire

Plus en détail

Hotel Sheraton, Oran du 2 au 4 Novembre 2010. Septembre 2010

Hotel Sheraton, Oran du 2 au 4 Novembre 2010. Septembre 2010 Hotel Sheraton, Oran du 2 au 4 Novembre 2010 Septembre 2010 EPIC issu de la réforme du secteur des Postes et Télécommunications (loi 03-2000 du 05 août 2000) Algérie-Poste a été créé par décret 02/43 du

Plus en détail

FIBROSE KYSTIQUE CANADA

FIBROSE KYSTIQUE CANADA États financiers de FIBROSE KYSTIQUE CANADA KPMG s.r.l./s.e.n.c.r.l. Téléphone (416) 228-7000 Yonge Corporate Centre Télécopieur (416) 228-7123 4100, rue Yonge, Bureau 200 Internet www.kpmg.ca Toronto

Plus en détail

Crédit Agricole Toulouse 31. Activités & Résultats de l exercice 2013

Crédit Agricole Toulouse 31. Activités & Résultats de l exercice 2013 Communiqué de presse régional L essentiel Crédit Agricole Toulouse 31 Activités & Résultats de l exercice 2013 Toulouse, le 7 février 2014 Une ETI coopérative de Banque, Assurances et Immobilier qui accompagne

Plus en détail

Montant maximum : 2 000 - sans intérêts Les frais de dossier représentent 1,5 % du capital prêté et seront déduits du capital versé

Montant maximum : 2 000 - sans intérêts Les frais de dossier représentent 1,5 % du capital prêté et seront déduits du capital versé DEMANDE DE «PRÊT SOCIAL» Montant maximum : 2 000 - sans intérêts Les frais de dossier représentent 1,5 % du capital prêté et seront déduits du capital versé Bénéficiaires : agents de droit public rémunérés

Plus en détail

CARTOGRAPHIE. des moyens de paiement scripturaux. Bilan de la collecte 2014 (données 2013)

CARTOGRAPHIE. des moyens de paiement scripturaux. Bilan de la collecte 2014 (données 2013) 213 CARTOGRAPHIE des moyens de paiement scripturaux Bilan de la collecte 214 (données 213) Banque de France 39, rue Croix-des-Petits-Champs 751 PARIS Directeur de la publication : Denis Beau, directeur

Plus en détail

Banque Zag. Troisième pilier de Bâle II et III Exigences de divulgation. 31 décembre 2013

Banque Zag. Troisième pilier de Bâle II et III Exigences de divulgation. 31 décembre 2013 Banque Zag Troisième pilier de Bâle II et III Exigences de divulgation 31 décembre 2013 Le présent document présente les informations au titre du troisième pilier que la Banque Zag (la «Banque») doit communiquer

Plus en détail

Encourager les systèmes de pensions complémentaires

Encourager les systèmes de pensions complémentaires Conférence de presse Luxembourg, le 25 septembre 2013 Le secteur financier constitue la pierre angulaire de l économie luxembourgeoise. Il doit cependant faire face à de nombreux défis. Par conséquent,

Plus en détail

États-Unis. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010

États-Unis. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/bank_country-200-fr États-Unis Merci de citer ce chapitre comme

Plus en détail

PARTI PRIS Notes d analyse

PARTI PRIS Notes d analyse PARTI PRIS Notes d analyse (i) «Parti pris» est une note d analyse sur une question importante ayant trait aux enjeux actuels de l économie nationale, aux problèmes liés aux politiques économiques, aux

Plus en détail

Danemark. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010

Danemark. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/bank_country-200-fr Danemark Merci de citer ce chapitre comme

Plus en détail

Les classifications professionnelles ont été révisées à compter du 1 er avril 2007

Les classifications professionnelles ont été révisées à compter du 1 er avril 2007 Les classifications professionnelles ont été révisées à compter du 1 er avril 2007 Après de longues négociations avec les syndicats de salariés, les classifications professionnelles ont été révisées afin

Plus en détail

FAITS MARQUANTS DU 1 er TRIMESTRE 2008

FAITS MARQUANTS DU 1 er TRIMESTRE 2008 SOMMAIRE Faits marquants du 1 er trimestre 2008 2 Analyse de la production Locindus au 31 mars 2008 3 Analyse des activités 4 Analyse des comptes de résultats 5 Finance et trésorerie 7 Comptes consolidés

Plus en détail

Le Conseil Municipal,

Le Conseil Municipal, MF/EG SEANCE DU 16 SEPTEMBRE 2002 2002/1561 - PRÉSENTATION DU RAPPORT ANNUEL 2001 DE LA CAISSE DE CRÉDIT MUNICIPAL DE LYON (DIRECTION DES FINANCES) Le Conseil Municipal, Vu le rapport en date du 20 août

Plus en détail

Tableau récapitulatif des mesures prises dans le contexte du plan de conjoncture

Tableau récapitulatif des mesures prises dans le contexte du plan de conjoncture Tableau récapitulatif des mesures prises dans le contexte du plan de conjoncture Soutien du pouvoir d'achat par des mesures ciblées Impact de la mesure en 009 en mio Adaptation du barème d impôt à l inflation

Plus en détail

M E T H O D E «Dossier statistique de la situation. I Les sources d information. des entreprises en 2013»

M E T H O D E «Dossier statistique de la situation. I Les sources d information. des entreprises en 2013» M E T H O D E «Dossier statistique de la situation des entreprises en 2013» Ce dossier présente les informations chiffrées disponibles à partir de l exploitation des données comptables du fichier FIBEN

Plus en détail

Les crédits nouveaux à l habitat des ménages : les tendances à mi 2014

Les crédits nouveaux à l habitat des ménages : les tendances à mi 2014 Les crédits nouveaux à l habitat des ménages : les tendances à mi 214 Gwenaëlle FEGAR Direction des Statistiques monétaires et financières Service d Analyse des financements nationaux Après une forte progression

Plus en détail