Regard sur les listes d'attente: la priorisation des références en ergothérapie à domicile

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Regard sur les listes d'attente: la priorisation des références en ergothérapie à domicile"

Transcription

1 Regard sur les listes d'attente: la priorisation des références en ergothérapie à domicile Midi InterActions CSSS de Bordeaux-Cartierville-Saint-Laurent 22 avril 2015 Marie-Hélène Raymond, erg., M. Sc. Candidate au doctorat Sous la direction de Debbie Feldman et Louise Demers Université de Montréal

2 Plan de la présentation 1. Brève présentation du projet de recherche 2. La priorisation au sein des listes d attente Avantages et limites Recommandations pratiques 3. Discussion et échange

3 1. PROJET DE RECHERCHE Source:

4 Volet 1: Sondage des pratiques Sondage auprès de la personne qui gère la liste d attente en ergothérapie au soutien à domicile ( ) 2 sources d information: Entrevue téléphonique Outil de priorisation des demandes 55 des 94 CSSS ont participé

5 Principaux résultats Tous les milieu sondés priorisent les références Temps d attente très variables, selon les CSSS et selon les niveaux de priorité Références urgentes: 2 jours (varie entre 0 et 10 jours) Références de priorité élevée: 4 semaines (varie entre 0 et 50 semaines) La plus ancienne référence de la liste d attente: 18 mois (varie entre 2 mois et 9 ans) Critères de priorisation:

6 Volet 2: Sondage d opinion En cours But: comparer leurs opinions sur l importance relative des principaux critères de priorisation utilisés en ergothérapie à domicile Sondage postal et en personne auprès de 3 groupes: Ergothérapeutes en soutien à domicile Personnes âgées Personnes ayant une déficience motrice Résultats: à venir

7 Laquelle de ces deux personnes devrait être vue en premier par l ergothérapeute à domicile? q cette personne qui : ou q cette personne qui : A fait quelques chutes à la maison N a pas fait de chutes à la maison Peut entrer et sortir du domicile sans difficulté Ne peut pas entrer ou sortir de son domicile à cause de l escalier Peut prendre sa douche sans difficulté Peut prendre sa douche sans difficulté Est en liste d attente en ergothérapie depuis Est en liste d attente en ergothérapie depuis 2 mois 18 mois

8 2. La Priorisation au sein des listes d attente Avantages Limites 9 recommandations

9 Avantages de la priorisation Buts: Minimiser les conséquences négatives de l attente (vs. diminuer les listes d attente) Efficacité: Diminue le temps d attente pour les clients considérés prioritaires Généralement reconnu comme «bonne pratique», éthiquement acceptable Pratique très répandue

10 Limites de la priorisation Critères de priorisation variables d un milieu à l autre En ergothérapie à domicile au Québec: 48 catégories de critères de priorisation, dont seulement 9 présents dans au moins la moitié des outils: plaies de pression aidants soins palliatifs demande de quadriporteur demande de Programme d adaptation de domicile (PAD) chutes problème AVQ risque pour la sécurité sortie d hôpital nécessitant la visite de l ergothérapeute Différentes sous-catégories de critères (chutes fréquentes, chutes récentes, chutes avec blessures.)

11 Limites de la priorisation Outils de priorisation maison non standardisés Outils disponibles dans la littérature: Peu précis Problèmes de fidélité (taux d accord entre les évaluateurs env. 70%) Problèmes de validité (parfois «mal priorisés»)

12 Limites de la priorisation Décision subjective, affectée par: expérience, valeurs, pression des autres, etc. Les problèmes sont de priorité variable d un client à l autre Niveau de priorité n est pas une vérité absolue La priorisation prend du temps Pas toujours reliée aux temps d attente Dépend du processus de sélection des références après la priorisation Crée une «culture de l attente»

13 Recommandations pour la priorisation 1. Obtenir les bonnes informations sur le client Formulaires précis par profession plutôt que génériques Pour éviter de devoir systématiquement relancer le référent Listes d attente moins longues dans les programmes où on relance PARFOIS le référent, vs. ceux où on relance SOUVENT le référent pour infos supplémentaires 2. Système de priorisation simple Utiliser l outil de priorisation comme guide Le moins de catégories possible Prend moins de temps Évite une fausse impression de precision du jugement

14 Recommandations pour la priorisation 3. Priorisation par un intervenant de la profession demandée Utilisation implicite du raisonnement clinique Peut consulter autres intervenants au besoin Gravité du problème Conséquences de l attente Interventions possibles Potentiel de bénéficier Ressources requises Ressources disponibles

15 Recommandations pour la priorisation 4. Intervenir autant que possible au moment de la référence (à distance) Recommandations écrites ou téléphoniques, références ailleurs, prêts d équipement, etc. Peut prévenir détérioration Rentable en termes d accès aux services 5. Prendre conscience des critères de priorité «cachés» Raisons émotives: fondées ou non? Plus difficile en groupe

16 Recommandations pour la priorisation 6. Porter attention aux clients «non prioritaires» Diverses stratégies possibles pour les clients non prioritaires: Attendre qu il n y ait personne dans des categories plus prioritaires sur la liste d attente Utilisation de balises de temps d attente maximal Effort informel Autres stratégies

17 Temps d attente maximal (mois) 6. Clients «non prioritaires» (suite) Groupe 1: Attendre (n=16) Groupe 2: Balise respectée (n=12) Groupe 3: Efforts informels (n=12) Groupe 4: Autres stratégies (n=15) Stratégies de gestion des clients non prioritaires

18 6. Clients «non prioritaires» (suite) Utilisation de balises (temps d attente maximal garanti) Approche controversée: Peut être efficace Balises doivent être réalistes, sinon, sont abandonnées Peut causer dilemmes éthiques (priorisation administrative plutôt que clinique) Peut causer préjudice aux clients plus prioritaires, nécessite jugement clinique ++

19 Recommandations pour la priorisation 7. Analyse critique de la liste d attente Distribution des clients par niveau de priorité. Exemple: P 4 P1 P2 P 3 Pertinence du P4?

20 7. Analyse critique de la liste d attente (suite) Exemple: Temps d attente par niveau de priorité. Target wait time Balise Pertinence du P4??

21 Prérequis: bon outil de suivi de la liste d attente. Exemple: # de dossier Nom des usagers Date de la demande ou d'inscriptiion PAD Date de prise en charge Intervenants Profils Programme clientèle Cas Facteurs de priorisation Critères Priorité Attente (sem) # DI - DP - TED Régulier 1 d 1 1 # DI - DP - TED Régulier 2 b 2 18 # DI - DP - TED Régulier 2 b 2 17 # DI - DP - TED Régulier 2 b 2 16 # DI - DP - TED Régulier 2 b 2 13 # DI - DP - TED Régulier 2 b 2 13 # PALV - domicile Régulier 2 a 2 12 # PALV-RPA Régulier 2 b 2 11 # PALV - domicile Régulier 2 a 2 11 # DI - DP - TED Régulier 2 b 2 11 # PALV - domicile Régulier 2 a 2 10 # DI - DP - TED Régulier 2 a 2 8 # DI - DP - TED Régulier 2 b 2 7 # PALV - domicile Régulier 2 b 2 6 # DI - DP - TED Régulier 2 c 2 6 # PALV - domicile Régulier 2 b 2 5 # DI - DP - TED Régulier 2 a 2 4 # DI - DP - TED Régulier 2 b 2 4 # DI - DP - TED Régulier 2 b 2 3 # DI - DP - TED Régulier 3 a 3 29 # PALV - domicile Régulier 3 c # DI - DP - TED Régulier 3 a 3 25 # PALV - domicile Régulier 3 a 3 25

22 Recommandations pour la priorisation 8. Étude des demandes annulées Nombre? Permet d ajuster notre perception de la longueur des listes d attente Dans une étude récente en ergothérapie à domicile au Québec, 29% des demandes de la liste d attente ont été annulées. Causes des annulations? Demandes qui se résolvent souvent sans intervention: retirer de l offre de services? Demandes où l on arrive «trop tard»: à prioriser davantage?

23 Recommandations pour la priorisation 9. La priorisation n est pas tout! La priorisation des demandes est une méthode de gestion des listes d attente qui est importante mais qui a des limites Demeurer critique et utiliser d autres méthodes aussi: Prévention, promotion de la santé Approches d auto-gestion pour les maladies chroniques Patients-partenaires Substitution de personnel Etc.

24 Remerciements The Canadian Occupational Therapy Foundation Les 55 CSSS ayant participé au Volet 1 Les 700 personnes ayant participé au Volet 2

25 Pour en savoir plus Rehab and Community Care Magazine, Été 2014, p. 8-10: Articles scientifiques: Raymond, M.H., Feldman, D., Prud homme, M.P., Demers, L. (2013) Who s next? Referral prioritization criteria for home care occupational therapy. International Journal of Therapy and Rehabilitation, 20(12), Raymond, M.H., Demers, L., Feldman, D. (2015) Waiting list management practices for home-care occupational therapy in the province of Quebec, Canada. Health & Social Care in the Community, Early Online, DOI: /hsc

26 Discussion et échange

Onzième colloque annuel de la Société québécoise d évaluation de programme La pratique de l évaluation de programme: quoi de neuf depuis 10 ans?

Onzième colloque annuel de la Société québécoise d évaluation de programme La pratique de l évaluation de programme: quoi de neuf depuis 10 ans? Onzième colloque annuel de la Société québécoise d évaluation de programme La pratique de l évaluation de programme: quoi de neuf depuis 10 ans? L évaluation formative d une intervention interdisciplinaire

Plus en détail

FEUILLE DE RENSEIGNEMENTS

FEUILLE DE RENSEIGNEMENTS FEUILLE DE RENSEIGNEMENTS Ministère de la Santé et des Soins de longue durée La présente feuille de renseignements fournit de l information de base aux fournisseurs de services de santé ainsi qu au grand

Plus en détail

FOTO - L OMNIBUS MENSUEL DE CROP LE NOUVEAU CROP-EXPRESS

FOTO - L OMNIBUS MENSUEL DE CROP LE NOUVEAU CROP-EXPRESS FOTO - L OMNIBUS MENSUEL DE CROP LE NOUVEAU CROP-EXPRESS 550, RUE SHERBROOKE OUEST MONTRÉAL (QUÉBEC) H3A 1B9 BUREAU 900 TOUR EST T 514 849-8086, POSTE 3064 Réflexions méthodologiques Depuis des années,

Plus en détail

L évaluation des besoins des personnes atteintes de cancer et de leurs proches par les infirmières pivots en oncologie (IPOs)

L évaluation des besoins des personnes atteintes de cancer et de leurs proches par les infirmières pivots en oncologie (IPOs) L évaluation des besoins des personnes atteintes de cancer et de leurs proches par les infirmières pivots en oncologie (IPOs) Brigitte Fournier, IPO Clinique d oncologie ambulatoire M.Sc. Infirmières (candidate)

Plus en détail

«Qui sont les étudiantes du programme de formation francophone d infirmières praticiennes?»

«Qui sont les étudiantes du programme de formation francophone d infirmières praticiennes?» Article «Qui sont les étudiantes du programme de formation francophone d infirmières praticiennes?» Suzanne Caty, Isabelle Michel, Raymond Pong et Dianne Stewart Reflets : revue d'intervention sociale

Plus en détail

TRAVAUX DU GROUPE GUINEE/CONAKRY ET BISSAO

TRAVAUX DU GROUPE GUINEE/CONAKRY ET BISSAO TRAVAUX DU GROUPE GUINEE/CONAKRY ET BISSAO PLAN DE PRESENTATION BREVE PRESENTATION DES DEUX PAYS - GUINEE/CONAKRY GUINEE BISSAO Population = 7 156 406hbts dont 51% de femmes et 46% de jeunes, - 1 200 000

Plus en détail

Opinion des Québécois quant à l autonomie des directeurs et directrices d écoles

Opinion des Québécois quant à l autonomie des directeurs et directrices d écoles Institut Économique de Montréal Rapport de recherche Octobre 2007 Opinion des Québécois quant à l autonomie des directeurs et directrices d écoles Octobre 2007 13026-016 507, Place d Armes, bureau 700,

Plus en détail

La perception des Canadiens à l égard de certaines professions

La perception des Canadiens à l égard de certaines professions PRESSE CANADIENNE / LÉGER MARKETING La perception des Canadiens à l égard de certaines professions Rapport 507, place d Armes, bureau 700, Montréal (Québec) H2Y 2W8 Tél. : 514-982-2464 Télec. : 514-987-1960

Plus en détail

Section narrative du plan d'amélioration de la qualité (PAQ) pour les organismes de soins de santé de l'ontario

Section narrative du plan d'amélioration de la qualité (PAQ) pour les organismes de soins de santé de l'ontario Section narrative du plan d'amélioration de la qualité (PAQ) pour les organismes de soins de santé de l'ontario Centre d accès aux soins communautaires du Nord-Est Approuvé par le conseil d administration

Plus en détail

Bourses d admission. Donateurs et Faculté de droit

Bourses d admission. Donateurs et Faculté de droit Bourses d admission Donateurs et Faculté de droit Mise à jour : Mars 2015 1 Table des matières Bourse d admission 1er cycle... 3 Bourse d admission à la maîtrise... 3 Bourse d admission (période d octroi

Plus en détail

Mission Conseiller les pouvoirs publics, au travers de ses analyses et études scientifiques,

Mission Conseiller les pouvoirs publics, au travers de ses analyses et études scientifiques, KCE: c est quoi? Un organisme fédéral d'intérêt public autonome («semi» gouvernemental ) Sous la tutelle du Ministre de la Santé publique et des Affaires sociales Créé en 2002 et actif depuis mi 2003 Une

Plus en détail

DESCRIPTION DE FONCTIONS AGENT D INTERVENTION SOCIO-PROFESSIONNEL

DESCRIPTION DE FONCTIONS AGENT D INTERVENTION SOCIO-PROFESSIONNEL DESCRIPTION DE FONCTIONS AGENT D INTERVENTION SOCIO-PROFESSIONNEL Description sommaire Sous l encadrement clinique de la chef d équipe SI et dans un contexte interdisciplinaire, la titulaire du poste assume

Plus en détail

Faculté des sciences infirmières

Faculté des sciences infirmières Faculté des sciences Le Baccalauréat en sciences est offert selon divers parcours en fonction des études antérieures. Certains programmes sont également offerts au campus de l UdeM à Laval : Le programme

Plus en détail

Directives canadiennes sur la formation clinique en ergothérapie (DCFCE)

Directives canadiennes sur la formation clinique en ergothérapie (DCFCE) Comité des coordonnateurs universitaires de la formation clinique de l Association canadienne des programmes universitaires en ergothérapie Directives canadiennes sur la formation clinique en ergothérapie

Plus en détail

Activité des programmes de médicaments

Activité des programmes de médicaments Chapitre 4 Section 4.05 Ministère de la Santé et des Soins de longue durée Activité des programmes de médicaments Suivi des vérifications de l optimisation des ressources, section 3.05 du Rapport annuel

Plus en détail

OFFICE DE LA PROTECTION DU CONSOMMATEUR

OFFICE DE LA PROTECTION DU CONSOMMATEUR OFFICE DE LA PROTECTION DU CONSOMMATEUR Rapport de sondage Présenté à : Monsieur André Lortie Service des communications Office de la protection du consommateur Évaluation de l impact de la brochure «Vos

Plus en détail

Le bilan comparatif des médicaments (BCM): où en sommes-nous?

Le bilan comparatif des médicaments (BCM): où en sommes-nous? Promouvoir l utilisation sécuritaire des médicaments Le bilan comparatif des médicaments (BCM): où en sommes-nous? My-Lan Pham-Dang, MSc. Formatrice ISMP Canada 10 juin 2010 Hôpital Général Juif Institute

Plus en détail

STAGES PROFESSIONNELS

STAGES PROFESSIONNELS Études de cycles supérieurs Département de psychologie Coordination des stages STAGES PROFESSIONNELS OBJECTIFS DES STAGES PROFESSIONNELS L'objectif général des stages professionnels est de promouvoir le

Plus en détail

La facturation à l acte

La facturation à l acte La facturation à l acte Michel Desrosiers, m.d., ll.b. Direction des Affaires professionnelles FMOQ La facturation à l acte Services assurés RAMQ Services assurés CSST Services «assurés» hors province

Plus en détail

Programme de réhabilitation respiratoire

Programme de réhabilitation respiratoire Programme de réhabilitation respiratoire Dr Jean-Marc Perruchini Service de Réhabilitation R respiratoire, Clinique de Médecine Physique Les Rosiers 45, Bd Henri Bazin, 21002 DIJON Cedex Mle Carine Lopez

Plus en détail

Vers une assurance publique pour les soins de longue durée: Premier essai au Québec

Vers une assurance publique pour les soins de longue durée: Premier essai au Québec Vers une assurance publique pour les soins de longue durée: Premier essai au Québec Réjean Hébert, MD MPhil Affiliated with the Vieillissement de la population Pandémie de maladies chroniques Transformation

Plus en détail

MAXIMISEZ VOS DOLLARS MARKETING

MAXIMISEZ VOS DOLLARS MARKETING CONFÉRENCE MAXIMISEZ VOS DOLLARS MARKETING MANUEL DU PARTICIPANT Conférencier : Ronald Martineau, Conseiller stratégique, TAO Design & Marketing Collège de l immobilier du Québec 600, chemin du Golf, Île

Plus en détail

Étude auprès de la génération X. Le paiement virtuel et la gestion des finances personnelles

Étude auprès de la génération X. Le paiement virtuel et la gestion des finances personnelles Étude auprès de la génération X Le paiement virtuel et la gestion des finances Rapport Présenté à Madame Martine Robergeau Agente de Développement et des Communications 11 octobre 2011 Réf. : 1855_201109/EL/cp

Plus en détail

Présenté au conseil d administration Le 10 novembre 2008. TABLEAU DE BORD DE GESTION pour le conseil d administration

Présenté au conseil d administration Le 10 novembre 2008. TABLEAU DE BORD DE GESTION pour le conseil d administration Présenté au conseil d administration Le 10 novembre 2008 TABLEAU DE BORD pour le conseil d administration INTRODUCTION L augmentation de la population âgée vulnérable, l augmentation incontournable des

Plus en détail

SUBVENTION TD POUR L EXCELLENCE DES SOINS ET SERVICES AUX USAGERS DU CSSS PIERRE-BOUCHER

SUBVENTION TD POUR L EXCELLENCE DES SOINS ET SERVICES AUX USAGERS DU CSSS PIERRE-BOUCHER SUBVENTION TD POUR L EXCELLENCE DES SOINS ET SERVICES AUX USAGERS DU CSSS PIERRE-BOUCHER CONVENTION DE DONATION Le Groupe Banque TD appuie et promeut la qualité et la sécurité des soins et services offerts

Plus en détail

Faculté des sciences infirmières

Faculté des sciences infirmières Faculté des sciences Le Baccalauréat en sciences est offert selon divers parcours en fonction des études antérieures : Le programme 1-630-1-1 : un parcours à l intention des titulaires d un DEC en formation

Plus en détail

POLITIQUE DE REMBOURSEMENT DES FRAIS DE DÉPLACEMENT ET DE SÉJOUR

POLITIQUE DE REMBOURSEMENT DES FRAIS DE DÉPLACEMENT ET DE SÉJOUR POLITIQUE DE REMBOURSEMENT DES FRAIS DE DÉPLACEMENT ET DE SÉJOUR ADOPTÉE PAR LE CONSEIL D ADMINISTRATION LE 14 FÉVRIER 2012 Production : Denis Bernier Directeur des services administratifs Collaboration

Plus en détail

PLAN D ACTION DE LA TABLE RONDE SUR LA SÉCURITÉ DES SOINS À DOMICILE. Produit Février 2015

PLAN D ACTION DE LA TABLE RONDE SUR LA SÉCURITÉ DES SOINS À DOMICILE. Produit Février 2015 Produit Février 2015 Il faut un système intégré pour obtenir une sécurité intégrée. Il s en serait fallu de si peu pour que JJ passe un dernier Noël à la maison! Un peu plus de temps pour une conversation

Plus en détail

PROPOSITION DE PROJET DE RECHERCHE

PROPOSITION DE PROJET DE RECHERCHE PROPOSITION DE PROJET DE RECHERCHE Cas UBISOFT Présenté à L ASSOCIATION DE LA RECHERCHE ET DE L INTELLIGENCE MARKETING EN COLLABORATION AVEC UBISOFT, MICHEL PAUZÉ ET ASSOCIÉS INC ET TNS CANADIAN FACTS.

Plus en détail

Direction de l'hébergement. Tous les services en CLSC

Direction de l'hébergement. Tous les services en CLSC Direction de l'hébergement ADMISSIONS ET TAUX D'OCCUPATION Centre d'hébergement Quatre-Saisons 34 28 90,20% 99,47% Centre d'hébergement Quatre-Temps 168 190 99,40% 98,45% Centre d'hébergement Saint-Michel

Plus en détail

LES ÉVALUATIONS RELIÉES À L IDENTIFICATION DES TROUBLES ACTIVITÉS 3.6.1 3.6.2 3.6.3

LES ÉVALUATIONS RELIÉES À L IDENTIFICATION DES TROUBLES ACTIVITÉS 3.6.1 3.6.2 3.6.3 Des compétences professionnelles partagées en santé mentale et en relations humaines: la personne au premier plan LES ÉVALUATIONS RELIÉES À L IDENTIFICATION DES TROUBLES ACTIVITÉS 3.6.1 3.6.2 3.6.3 LES

Plus en détail

Demande de délivrance ou de modification d une licence d entrepreneur. Guide d utilisation

Demande de délivrance ou de modification d une licence d entrepreneur. Guide d utilisation S il s agit d une demande de délivrance, consultez le document Pour bien démarrer votre entreprise en plomberie et chauffage (fourni avec ce guide) pour ne rien oublier de certaines démarches qui, selon

Plus en détail

APPEL DE CANDIDATURES - PROGRAMME DE BOURSES 2014

APPEL DE CANDIDATURES - PROGRAMME DE BOURSES 2014 APPEL DE CANDIDATURES - PROGRAMME DE BOURSES 2014 Dans le cadre du projet «Développement de capacités d enseignement et de recherche en bioéthique francophone», financé par l Agence universitaire de la

Plus en détail

DFD DU PROCESSUS DE VENTES. fichier des membres, specs de transfert 4.0. Données sur un groupe Effectuer les campagnes de génération de prospect 6.

DFD DU PROCESSUS DE VENTES. fichier des membres, specs de transfert 4.0. Données sur un groupe Effectuer les campagnes de génération de prospect 6. DFD DU PROCESSUS DE VENTES fichier des membres s Telemagic 1.0 2.0 GROUPE/ ASSOCIATION fichier des membres Acquérir les disquettes des groupes/associations fichier des membres, specs de transfert Traiter

Plus en détail

Canadian Occupational Therapy University Programs

Canadian Occupational Therapy University Programs Canadian Occupational Therapy Programs Prepared by the Association of Canadian Occupational Therapy Programs (ACOTUP) This is a summary prepared by the Association of Canadian Occupational Therapy Programmes

Plus en détail

DEMANDE D ADMISSIBILITÉ EN VERTU DE L ARRANGEMENT EN VUE DE LA RECONNAISSANCE MUTUELLE DES QUALIFICATIONS PROFESSIONNELLES -

DEMANDE D ADMISSIBILITÉ EN VERTU DE L ARRANGEMENT EN VUE DE LA RECONNAISSANCE MUTUELLE DES QUALIFICATIONS PROFESSIONNELLES - 5, Place Marie, bureau 800, Montréal (Québec) H3B 2G2 T. 514 288.3256 1 800 363.4688 Télec. 514 843.8375 www.cpaquebec.ca DOCUMENT A DEMANDE D ADMISSIBILITÉ EN VERTU DE L ARRANGEMENT EN VUE DE LA RECONNAISSANCE

Plus en détail

Comment peut-il vous aider? Ludres 20 mars 2010

Comment peut-il vous aider? Ludres 20 mars 2010 Comment peut-il vous aider? Ludres 20 mars 2010 Les objectifs des réseaux de santé Mettre le patient au centre et non la maladie Améliorer la qualité des soins Optimiser les moyens humains et financiers

Plus en détail

LE COMPTE À REBOURS A COMMENCÉ. Si vous avez suivi votre formation à l extérieur de l Ontario, consultez la section Déménager en Ontario.

LE COMPTE À REBOURS A COMMENCÉ. Si vous avez suivi votre formation à l extérieur de l Ontario, consultez la section Déménager en Ontario. LE COMPTE À REBOURS a COMMENCÉ LE COMPTE À REBOURS A COMMENCÉ Après de nombreuses années de formation, le moment est enfin venu de planifier votre avenir. Mais avant de commencer à exercer, vous aurez

Plus en détail

MODÈLE CROP DE CALIBRATION DES PANELS WEB

MODÈLE CROP DE CALIBRATION DES PANELS WEB MODÈLE CROP DE CALIBRATION DES PANELS WEB 550, RUE SHERBROOKE OUEST MONTRÉAL (QUÉBEC) H3A 1B9 BUREAU 900 TOUR EST T 514 849-8086, POSTE 3064 WWW.CROP.CA Le Protocole CROP de calibration des panels en ligne

Plus en détail

URGENT: RAPPEL VOLONTAIRE DES SCALPELS DE SÉCURITÉ LESTÉS ANSELL SANDEL

URGENT: RAPPEL VOLONTAIRE DES SCALPELS DE SÉCURITÉ LESTÉS ANSELL SANDEL URGENT: RAPPEL VOLONTAIRE DES SCALPELS DE SÉCURITÉ LESTÉS ANSELL SANDEL Le 13 novembre 2013 Cher client, La mission d est d améliorer la sécurité et le bien-être des professionnels de la santé et des patients

Plus en détail

La transformation du travail au quotidien suite à l implantation d un nouveau logiciel de gestion

La transformation du travail au quotidien suite à l implantation d un nouveau logiciel de gestion La transformation du travail au quotidien suite à l implantation d un nouveau logiciel de gestion Pierre-Sébastien Fournier Sylvie Montreuil Maude Villeneuve Jean-Pierre Brun Un facteur de risque Intensification

Plus en détail

Tableau 3.1 certificats en sciences infirmières Inscriptions (automne) Laval 1 UdeM 2 UdeS 3 UQAC 4 UQAR 5 UQAT 6 UQO 7 UQTR 8 Total 1986 956 14 96 215 94 22 192 1589 1987 841 18 91 192 59 23 201 1425

Plus en détail

STATUT D ASSOCIÉ DE RECHERCHE

STATUT D ASSOCIÉ DE RECHERCHE www.crchum.com STATUT D ASSOCIÉ DE RECHERCHE Présenté au comité scientifique Le 21 octobre 2014 Pavillon R 900, rue Saint-Denis Montréal (Québec) H2X 0A9 Pavillon S 850, rue Saint-Denis Montréal (Québec)

Plus en détail

PROJET DE FORMATION À LA COLLABORATION INTERPROFESSIONNELLE AU DÉPARTEMENT DE RADIOLOGIE DU CHUM (CENTRE HOSPITALIER DE L UNIVERSITÉ DE MONTRÉAL)

PROJET DE FORMATION À LA COLLABORATION INTERPROFESSIONNELLE AU DÉPARTEMENT DE RADIOLOGIE DU CHUM (CENTRE HOSPITALIER DE L UNIVERSITÉ DE MONTRÉAL) PROJET DE FORMATION À LA COLLABORATION INTERPROFESSIONNELLE AU DÉPARTEMENT DE RADIOLOGIE DU CHUM (CENTRE HOSPITALIER DE L UNIVERSITÉ DE MONTRÉAL) Sophie Tremblay-Paquet, MD Résidente en Radiologie Diagnostique,

Plus en détail

FORMATION THÉORIQUE. Trait d Union TM

FORMATION THÉORIQUE. Trait d Union TM TM FORMATION THÉORIQUE Laurier Fortin, titulaire de la chaire CSRS Marie-France Bradley, Amélie Plante et Marielle Thibaudeau, psychoéducatrices et professionnelles de recherche PLAN DE LA PRÉSENTATION

Plus en détail

Déclaration de principe de l AIAANB Obligation de rendre compte

Déclaration de principe de l AIAANB Obligation de rendre compte Obligation de rendre compte Éclaircir des questions pertinentes pour la profession des soins Rappeler aux IAA leur obligation de respecter le Code de déontologie et les Normes de Informer les autres membres

Plus en détail

Bourse d études supérieures CORAMH

Bourse d études supérieures CORAMH Bourse d études supérieures CORAMH La Corporation de recherche et d'action sur les maladies héréditaires (CORAMH) est un organisme régional sans but lucratif qui œuvre dans le domaine des maladies héréditaires

Plus en détail

Prophagia - Consultation publique sur es conditions de vie des aînés. 1. Qui sommes-nous?

Prophagia - Consultation publique sur es conditions de vie des aînés. 1. Qui sommes-nous? Consultation publique sur les conditions de vie des aînés La dénutrition subséquente à la dysphagie chez nos aînés, un fléau occulte et ignoré Mémoire présenté par Thérèse Dufresne, Dt.P. et Prophagia

Plus en détail

Visioconférence internationale. en santé mentale

Visioconférence internationale. en santé mentale Pratiques infirmières avancées en santé mentale, où en sommes-nous? Visioconférence internationale en santé mentale 30 novembre 2011 Europe (France et Suisse) : 15 h à 17 h 15 Québec : 9 h à 11 h 15 organisée

Plus en détail

RÈGLEMENT FACULTAIRE SUR LA RECONNAISSANCE DES ACQUIS. Faculté des lettres et sciences humaines

RÈGLEMENT FACULTAIRE SUR LA RECONNAISSANCE DES ACQUIS. Faculté des lettres et sciences humaines RÈGLEMENT FACULTAIRE SUR LA RECONNAISSANCE DES ACQUIS Faculté des lettres et sciences humaines PRÉAMBULE Ce règlement facultaire sur la reconnaissance des acquis s inscrit dans le cadre de la Politique

Plus en détail

L accès aux services de physiothérapie

L accès aux services de physiothérapie L accès aux services de physiothérapie Dans le document de consultation Garantir l accès : un défi d équité, d efficience et de qualité, publié en février 2006, le ministre de la Santé et des Services

Plus en détail

CONDITIONS POUR LE PRÊT D ÉQUIPEMENT AU SERVICE DES AIDES TECHNIQUES

CONDITIONS POUR LE PRÊT D ÉQUIPEMENT AU SERVICE DES AIDES TECHNIQUES CONDITIONS POUR LE PRÊT D ÉQUIPEMENT AU SERVICE DES AIDES TECHNIQUES Publication initiale mise en vigueur : 9 septembre 2014 Destinataires : Clientèle, intervenants du Service des aides techniques, intervenants

Plus en détail

Quelques conseils pour le choix des indicateurs

Quelques conseils pour le choix des indicateurs IDENTIFIER LES INDICATEURS ET LES CIBLES Pourquoi se doter d indicateurs de suivi Étant donné l aspect dynamique du contexte dans lequel s inscrit votre projet, il est important de mesurer de façon continue

Plus en détail

Encourager le développement des compétences dans les petites et moyennes entreprises

Encourager le développement des compétences dans les petites et moyennes entreprises Encourager le développement des compétences dans les petites et moyennes entreprises Jean-Pierre Voyer, SRSA Table ronde Canada-Québec sur les PME et le développement des compétences, Montréal, 24 février

Plus en détail

FEUILLET-RESSOURCES SERVICE DE TÉLÉSURVEILLANCE (SYSTÈME D ALERTE MÉDICALE)

FEUILLET-RESSOURCES SERVICE DE TÉLÉSURVEILLANCE (SYSTÈME D ALERTE MÉDICALE) FEUILLET-RESSOURCES SERVICE DE TÉLÉSURVEILLANCE (SYSTÈME D ALERTE MÉDICALE) Un système de télésurveillance est généralement relié à une centrale 24/7. C est un système téléphonique muni d'un haut-parleur

Plus en détail

L'ATTRIBUTION DES LITS ELECTRIQUES 3 FONCTIONS : LES DIMENSIONS, UN ÉLÉMENT ESSENTIEL À CONSIDÉRER

L'ATTRIBUTION DES LITS ELECTRIQUES 3 FONCTIONS : LES DIMENSIONS, UN ÉLÉMENT ESSENTIEL À CONSIDÉRER L'ATTRIBUTION DES LITS ELECTRIQUES 3 FONCTIONS : LES DIMENSIONS, UN ÉLÉMENT ESSENTIEL À CONSIDÉRER Nicole O'Dowd, erg. (2006) ; Mise à jour par les ergothérapeutes de l ÉCAT, février 2011 Selon le guide

Plus en détail

La télésanté clinique au Québec: un regard éthique par la CEST

La télésanté clinique au Québec: un regard éthique par la CEST La télésanté clinique au Québec: un regard éthique par la CEST Dominic Cliche Conseiller en éthique Commission de l éthique en science et en technologie 18 mars 2015 Midi conférence de l Institut d éthique

Plus en détail

Informations mémoires FSM

Informations mémoires FSM Faculté des Sciences de la Motricité Informations mémoires FSM Prof Detrembleur Prof Mahaudens 1 Dépôt projet de mémoire le 17/2/2015 au secrétariat avant 12h30 ( http://www.uclouvain.be/419258.html )

Plus en détail

Améliorer l efficacité de votre fonction RH

Améliorer l efficacité de votre fonction RH Améliorer l efficacité de votre fonction RH Des tendances accentuées par un environnement économique et social en constante évolution La fonction RH doit répondre à des exigences croissantes en termes

Plus en détail

Réseau infirmier : vers une plateforme collaborative d échanges des savoirs suite des travaux issus de la 4 ième Journée partenariat

Réseau infirmier : vers une plateforme collaborative d échanges des savoirs suite des travaux issus de la 4 ième Journée partenariat Réseau infirmier : vers une plateforme collaborative d échanges des savoirs suite des travaux issus de la 4 ième Journée partenariat Robin Dumais, MSI, coordonnateur des ressources documentaires et informationnelles

Plus en détail

Évaluation d un projet pilote visant à promouvoir l utilisation correcte des sièges d auto pour enfants dans deux régions du Québec

Évaluation d un projet pilote visant à promouvoir l utilisation correcte des sièges d auto pour enfants dans deux régions du Québec Évaluation d un projet pilote visant à promouvoir l utilisation correcte des sièges d auto pour enfants dans deux régions du Québec INSTITUT NATIONAL DE SANTÉ PUBLIQUE DU QUÉBEC Rapport d évaluation Évaluation

Plus en détail

L autogestion de son quotidien au moyen des applications mobiles : un projet de développement des connaissances entre usagers et intervenants

L autogestion de son quotidien au moyen des applications mobiles : un projet de développement des connaissances entre usagers et intervenants L autogestion de son quotidien au moyen des applications mobiles : un projet de développement des connaissances entre usagers et intervenants Isabelle Forget, ergothérapeute au CIUSSS Centre Sud de l Île

Plus en détail

Assistance à maîtrise d ouvrage renforcée dans le cadre de la perte d autonomie et du maintien à domicile. www.pact-habitat.org

Assistance à maîtrise d ouvrage renforcée dans le cadre de la perte d autonomie et du maintien à domicile. www.pact-habitat.org Assistance à maîtrise d ouvrage renforcée dans le cadre de la perte d autonomie et du maintien à domicile 1 LES CHAMPS D INTERVENTION DU PACT DE L YONNE L appui à la réhabilitation et à l adaptation du

Plus en détail

Vous êtes médecin traitant?

Vous êtes médecin traitant? Programme Vous êtes médecin traitant? Que représente ce programme... - pour vous? - pour votre patient? Saviez-vous que...? Chaque année, plus de 30 000 personnes remplissent une demande d indemnité suite

Plus en détail

LE CRLB-VIRTUEL un projet novateur alliant le Web 2.0, la téléréadaptation et les services à distance

LE CRLB-VIRTUEL un projet novateur alliant le Web 2.0, la téléréadaptation et les services à distance LE CRLB-VIRTUEL un projet novateur alliant le Web 2.0, la téléréadaptation et les services à distance Brigitte Fillion, chargée de projet, CRLB-Virtuel François Thibault, coordonnateur clinique, Programme

Plus en détail

Le Système. QuickWrite. Cautionnements commerciaux. Guide d utilisateur. Utilisez la page de défilement pour en connaître davantage...

Le Système. QuickWrite. Cautionnements commerciaux. Guide d utilisateur. Utilisez la page de défilement pour en connaître davantage... Guide d utilisateur Pour commencer avec Le système y D abord, branchez-vous à la section COURTIERS en cliquant sur CONNEXION y Entrez votre adresse courriel et votre mot de passe, puis cliquez sur CONNEXION

Plus en détail

FORMULAIRE DE NOMINATION POUR LE PRIX INNOVATION MARKETING

FORMULAIRE DE NOMINATION POUR LE PRIX INNOVATION MARKETING FORMULAIRE DE NOMINATION POUR LE PRIX INNOVATION MARKETING Le prix INNOVATION MARKETING honorera une personne, un organisme, un regroupement ou une municipalité qui aura mené une campagne de promotion

Plus en détail

Sommaire. Rentabilité du retour d une franchise de baseball de la Ligue majeure de baseball à Montréal (les «Expos»)

Sommaire. Rentabilité du retour d une franchise de baseball de la Ligue majeure de baseball à Montréal (les «Expos») Sommaire Rentabilité du retour d une franchise de baseball de la Ligue majeure de baseball à Montréal (les «Expos») Novembre 2013 Table des matières 1. CONTEXTE ET OBJECTIFS... 3 2. MÉTHODES DE RECHERCHE...

Plus en détail

Le tableau de bord en prévention et contrôle des infections nosocomiales : préambule

Le tableau de bord en prévention et contrôle des infections nosocomiales : préambule Le tableau de bord en prévention et contrôle des infections nosocomiales : préambule Madeleine Tremblay Direction de la protection Direction générale de santé publique 20 novembre 2008 1 Le tableau de

Plus en détail

REMPLISSEZ CE FORMULAIRE À L ENCRE ET EN MAJUSCULES. Personne physique. N de licence ou de dossier

REMPLISSEZ CE FORMULAIRE À L ENCRE ET EN MAJUSCULES. Personne physique. N de licence ou de dossier REMPLISSEZ E FORMULIRE À L ENRE ET EN MJUSULES. emande d une licence d entrepreneur Personne physique Type de demande élivrance d une licence Modification d une licence : 1. Identification de l entreprise

Plus en détail

Conseiller implantation de logiciel Milieu de la santé Supérieur immédiat : Vice-président opérations

Conseiller implantation de logiciel Milieu de la santé Supérieur immédiat : Vice-président opérations Poste En bref : En tant que Conseiller implantation de logiciel chez Gestion Portail Santé, vous pourrez contribuer à la croissance d une entreprise reconnue pour moderniser les résidences de personnes

Plus en détail

Dr Julie Dauphin, Ph.D. Psychologue clinicienne

Dr Julie Dauphin, Ph.D. Psychologue clinicienne CHAMPS D EXPERTISE Dr Julie Dauphin, Ph.D. Psychologue clinicienne Hôpital Louis- H. Lafontaine Institut Universitaire en santé mentale Programme des troubles psychotiques - Clinique Sherbrooke 7401 Hochelaga

Plus en détail

médicale canadienne, l Institut canadien d information sur la santé, Santé Canada et le Collège royal des médecins et chirurgiens du Canada.

médicale canadienne, l Institut canadien d information sur la santé, Santé Canada et le Collège royal des médecins et chirurgiens du Canada. DEPUIS PLUSIEURS ANNÉES, la Fédération des médecins omnipraticiens du Québec (FMOQ) interroge ses membres sur plusieurs aspects touchant leur pratique professionnelle à l aide de sondages, de groupes de

Plus en détail

SOUMISSION DE LA CHAMBRE DE LA SÉCURITÉ FINANCIÈRE

SOUMISSION DE LA CHAMBRE DE LA SÉCURITÉ FINANCIÈRE SOUMISSION DE LA CHAMBRE DE LA SÉCURITÉ FINANCIÈRE AU CONSEIL CANADIEN DES RESPONSABLES DE LA RÉGLEMENTATION D ASSURANCE ET LES ORGANISMES DE RÉGLEMENTATION DES SERVICES D ASSURANCE AU CANADA (CISRO) COMITÉ

Plus en détail

ORDONNANCE COLLECTIVE : Ajustement des doses d insuline Série : 2000 N 2076

ORDONNANCE COLLECTIVE : Ajustement des doses d insuline Série : 2000 N 2076 ORDONNANCE COLLECTIVE : Ajustement des doses d insuline Série : 2000 N 2076 Sommaire : Ajustement des doses d insuline au centre de jour de diabétologie pour les usagers dont les glycémies sont à l extérieur

Plus en détail

Page 1 de 5. Bill Rostek Director Procurement Directeur des achats

Page 1 de 5. Bill Rostek Director Procurement Directeur des achats La Société canadienne de la Croix-Rouge est à la recherche d un professionnel très motivé et axé sur les résultats qui sera chargé de fournir des conseils stratégiques et techniques en matière de chaîne

Plus en détail

Poste à temps plein permanent Selon l échelle salariale de la CDRHPNQ en vigueur

Poste à temps plein permanent Selon l échelle salariale de la CDRHPNQ en vigueur AFFICHAGE DE POSTE 2 e affichage Titre du poste : Département : Gestionnaire : Lieu de travail : Catégorie : Salaire : Employés sous gestion : Priorité d embauche : Directeur des Services de soutien Services

Plus en détail

MANUEL DE GESTION TITRE : PLANIFICATION ET SUIVI DES MESURES DE CONTRÔLE

MANUEL DE GESTION TITRE : PLANIFICATION ET SUIVI DES MESURES DE CONTRÔLE DSC-DIR-04-01 MANUEL DE GESTION TITRE : PLANIFICATION ET SUIVI DES MESURES DE CONTRÔLE TYPE DE DOCUMENT : DIRECTIVE Expéditeur : Directrice des services à la clientèle Destinataires : Tout le personnel

Plus en détail

SOINS DE PREMIÈRE LIGNE

SOINS DE PREMIÈRE LIGNE AGRÉMENT DES PROGRAMMES DE FORMATION D INFIRMIÈRE PRATICIENNE SPÉCIALISÉE (IPS) SOINS DE PREMIÈRE LIGNE QUESTIONNAIRE PRÉPARATOIRE À LA VISITE D AGRÉMENT DU PROGRAMME SEPTEMBRE 2011 Ordre des infirmières

Plus en détail

Ordre des ergothérapeutes de l Ontario. Votre guide d auto-évaluation

Ordre des ergothérapeutes de l Ontario. Votre guide d auto-évaluation Ordre des ergothérapeutes de l Ontario Votre guide d auto-évaluation Comme les autres volets du Programme d'assurance de la qualité, l'outil d'auto-évaluation se fonde sur les principes de l'apprentissage

Plus en détail

Simulation en santé. Outil de gestion des risques. Avril 2014. Dr MC Moll 1

Simulation en santé. Outil de gestion des risques. Avril 2014. Dr MC Moll 1 C E N T R E H O S P I T A L I E R U N I V E R S I T A I R E D ' A N G E R S Simulation en santé Outil de gestion des risques 1 La Simulation : définition 2 Le terme «simulation en santé» correspond à l

Plus en détail

Résultats du sondage sur la collaboration entre les CSSS et la première ligne médicale hors établissement

Résultats du sondage sur la collaboration entre les CSSS et la première ligne médicale hors établissement Résultats du sondage sur la collaboration entre les CSSS et la première ligne médicale hors établissement Janvier 2015 Contributions Équipe de travail Réal Cloutier, Hôpital Rivière-des-Prairies Louise

Plus en détail

Management Summary Synthèse de l étude «Gestion des risques cliniques dans les hôpitaux suisses»

Management Summary Synthèse de l étude «Gestion des risques cliniques dans les hôpitaux suisses» Management Summary Synthèse de l étude «Gestion des risques cliniques dans les hôpitaux suisses» Ce Management Summary offre un aperçu des résultats de la première étude nationale sur la gestion des risques

Plus en détail

PROGRAMME D ACTIVITÉS 2009-2010 (REPAR)

PROGRAMME D ACTIVITÉS 2009-2010 (REPAR) PROGRAMME D ACTIVITÉS 2009-2010 Réseau provincial de recherche en adaptation-réadaptation (REPAR) Fonds de la recherche en Santé du Québec (FRSQ) Les demandes doivent être reçues sur le site Web du REPAR

Plus en détail

LES RENCONTRES DE LA COMMUNICATION HOSPITALIÈRE

LES RENCONTRES DE LA COMMUNICATION HOSPITALIÈRE LES LA COMMUNICATION HOSPITALIÈRE Mieux référencer son site @ et développer son visitorat. Paris, les 27 et 28 mars 2012 Qu est-ce que le référencement? Ensemble des techniques qui consistent à posi3onner

Plus en détail

Attentes économiques et éléments de mesure pour les projets d intégration clinique.

Attentes économiques et éléments de mesure pour les projets d intégration clinique. Attentes économiques et éléments de mesure pour les projets d intégration clinique. Jean Lachaine, professeur agrégé, Faculté de pharmacie, Université de Montréal Pourquoi avoir des critères économiques

Plus en détail

Gabie Paré Jean-Marc Sauvé SECRÉTAIRE DE ORDRE DU JOUR

Gabie Paré Jean-Marc Sauvé SECRÉTAIRE DE ORDRE DU JOUR PROCÈS-VERBAL DE LA SÉANCE ORDINAIRE DU CONSEIL D'ADMINISTRATION DE L AGENCE DE LA SANTÉ ET DES SERVICES SOCIAUX DE L OUTAOUAIS TENUE LE JEUDI 26 FÉVRIER 2009 À 18 HEURES PRÉSENCES : ABSENCES : PERSONNES-

Plus en détail

Besoins des intervenants en santé publique concernant la prévention des TMS

Besoins des intervenants en santé publique concernant la prévention des TMS Besoins des intervenants en santé publique concernant la prévention des TMS Résultats d un sondage auprès des représentants régionaux en ergonomie Louis Gilbert, DSP de Québec Susan Stock, DSP de Montréal-Centre

Plus en détail

FEUILLET-RESSOURCES SERVICE DE TÉLÉSURVEILLANCE (SYSTÈME D ALERTE MÉDICALE)

FEUILLET-RESSOURCES SERVICE DE TÉLÉSURVEILLANCE (SYSTÈME D ALERTE MÉDICALE) FEUILLET-RESSOURCES SERVICE DE TÉLÉSURVEILLANCE (SYSTÈME D ALERTE MÉDICALE) Un système de télésurveillance est généralement relié à une centrale 24/7. C est un système téléphonique muni d'un haut-parleur

Plus en détail

DP: N 18980 Contact IFOP : Damien Philippot. pour

DP: N 18980 Contact IFOP : Damien Philippot. pour DP: N 18980 Contact IFOP : Damien Philippot pour Perceptions et attentes des recruteurs sur les formations en management Vague 4 Résultats détaillés Novembre 2010 Sommaire Pages - 1 - La méthodologie...

Plus en détail

Programme d'accès AUX SERVICES DE SANTÉ ET AUX SERVICES SOCIAUX EN LANGUE ANGLAISE DE LA RÉGION DE LAVAL

Programme d'accès AUX SERVICES DE SANTÉ ET AUX SERVICES SOCIAUX EN LANGUE ANGLAISE DE LA RÉGION DE LAVAL Programme d'accès AUX SERVICES DE SANTÉ ET AUX SERVICES SOCIAUX EN LANGUE ANGLAISE DE LA RÉGION DE LAVAL 2012 2015 UNE CONTRIBUTION À LA PERSONNALISATION DES SOINS ET DES SERVICES PROGRAMME D ACCÈS AUX

Plus en détail

READOM. Colloque vieillissement et santé 11 juin 2013

READOM. Colloque vieillissement et santé 11 juin 2013 READOM Colloque vieillissement et santé 11 juin 2013 REAGER-READOM Constat àfin 2011 Manque chronique de lit B (30 lits en moyenne) Durée moyenne d attente : 10 jours Risque de déconditionnement en soins

Plus en détail

Mardi 15 octobre 2013 00h00

Mardi 15 octobre 2013 00h00 Communiqué de presse Sondage CSA - Europ Assistance 7 ème baromètre Santé & Société Les opinions des Américains sur leurs systèmes de santé se dégradent tandis que celles des Européens restent très hétérogènes

Plus en détail

Renforcez votre entreprise grâce à l expertise d Applied

Renforcez votre entreprise grâce à l expertise d Applied : : A P P L I E D S U P P O R T : : Renforcez votre entreprise grâce à l expertise d Applied Maximisez votre investissement technologique LE SUCCÈS DE VOTRE ENTREPRISE DÉPEND DE LA PERFORMANCE DE VOS CAPACITÉS

Plus en détail

Portrait des indicateurs du tableau de bord stratégique

Portrait des indicateurs du tableau de bord stratégique Perte d autonomie liée au vieillissement (PALV) Portrait des indicateurs du tableau de bord stratégique FAITS SAILLANTS DE LA MISE À JOUR DES INDICATEURS PALV DEPUIS 2005 2006 Secteur de la gestion de

Plus en détail

Mesurer le succès Service Desk Guide d évaluation pour les moyennes entreprises :

Mesurer le succès Service Desk Guide d évaluation pour les moyennes entreprises : LIVRE BLANC SUR LES MEILLEURES PRATIQUES Mesurer le succès Service Desk Guide d évaluation pour les moyennes entreprises : Choisir la meilleure solution de support technique et améliorer le retour sur

Plus en détail

Le registre de déclaration des mesures de contrôle : une contrainte ou un levier

Le registre de déclaration des mesures de contrôle : une contrainte ou un levier Le registre de déclaration des mesures de contrôle : une contrainte ou un levier Andrée Desmarais Conseillère clinicienne en soins infirmiers 17 e Colloque de l Ordre régional des infirmières et infirmiers

Plus en détail

comité d éthique de santé publique Avis sur l étude clinique sur l état de santé buccodentaire des élèves québécois du primaire

comité d éthique de santé publique Avis sur l étude clinique sur l état de santé buccodentaire des élèves québécois du primaire comité d éthique de santé publique Avis sur l étude clinique sur l état de santé buccodentaire des élèves québécois du primaire AUTEUR Comité d éthique de santé publique RÉDACTEURS Michel Désy France Filiatrault

Plus en détail

La réinsertion sociale. Pour que la rue ait une issue...

La réinsertion sociale. Pour que la rue ait une issue... La réinsertion sociale Pour que la rue ait une issue... La philosophie d intervention du service de réinsertion sociale de la Maison du Père repose sur une approche de réduction des méfaits. Elle prône,

Plus en détail

Plan de communication et Web marketing

Plan de communication et Web marketing Plan de communication et Web marketing 2030, boul. Pie-IX, bureau 430 Montréal (Québec) H1V 2C8 Pie-IX Téléphone 514 254-7131 poste 4811 Courriel sfc@cmaisonneuve.qc.ca Notre site Web : http://fc.cmaisonneuve.qc.ca/

Plus en détail