VACCINATIONS. Amboise, le 10 septembre Claire Hassen-Khodja, Interne de Santé Publique au CHU de Tours

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "VACCINATIONS. Amboise, le 10 septembre Claire Hassen-Khodja, Interne de Santé Publique au CHU de Tours"

Transcription

1 VACCINATIONS Amboise, le 10 septembre 2012 Claire Hassen-Khodja, Interne de Santé Publique au CHU de Tours

2 Historique Première vaccination humaine avec un virus atténué : contre la rage en juillet 1885

3 Principes et objectifs de la vaccination Préparation antigénique Production d'anticorps Protection active spécifique Prévention Éradication de la variole depuis 1977

4 Principes et objectifs de la vaccination Prévention individuelle exemple : tétanos Prévention collective +++ exemple : rougeole

5 Immunité Naturelle : Contacts itératifs Exemples : coqueluche, rougeole Amélioration de l hygiène, augmentation de la couverture vaccinale risquent de diminuer les occasions de stimuler l immunité naturelle Epidémies chez sujets âgés non ou mal vaccinés Entretien : Exemple : tétanos, diphtérie Rappels

6 Un vaccin comprend Le microorganisme Une partie du microorganisme Le microorganisme atténué Une anatoxine dont la toxicité a été détruite Un agent de conservation ou un antibiotique Des stabilisants Un adjuvant qui stimule la réponse immunitaire = Médicament biologique Stockage entre 4 et 10 C

7 Les types de vaccins Vaccins vivant atténués capables de se multiplier infection a minima exemples : rougeole, oreillons, rubéole Vaccins inactivés incapables de se multiplier plusieurs injections et rappels nécessaires exemple : poliomyélite

8 Vaccinations obligatoires Diphtérie Tétanos Poliomyélite DT Polio 3 injections à 2, 3 et 4 mois 1 rappel avant 18 mois avant l entrée en collectivité obligations pour certaines catégories de professionnels en 2007, levée de l obligation de vaccination par le BCG

9 Vaccinations recommandées Coqueluche Rougeole + Oreillons + Rubéole Haemophilus influenzae type b (Hib) Hépatite B Pneumocoque Papillomavirus humain Méningocoque C

10 Recommandations particulières : Risque accru de complications ou d exposition Pneumocoque et grippe : maladies chroniques et personnes âgées Tuberculose : enfants résidant en Île-de-France, Guyane et Mayotte ; enfants originaires ou dont les parents sont originaires de pays à forte incidence de tuberculose ou ayant des antécédents familiaux de tuberculose Hépatite A : mucoviscidose, pathologie hépatobiliaire, établissements et services pour l enfance et la jeunesse handicapée, pays haute endémicité, homosexuels masculins Varicelle : personnes sans antécédent, avec une sérologie négative et en contact étroit avec des personnes immunodéprimées ; enfants receveurs d une greffe

11 Recommandations particulières : Exposition à des risques biologiques particuliers Coqueluche Grippe Hépatite A Hépatite B Leptospirose Rage Rougeole Varicelle

12 Recommandations particulières : Voyages à l étranger Encéphalite japonaise Encéphalite à tiques d Europe Fièvre jaune Hépatite A Méningocoque A, C, Y, W135 Rage

13 Recommandations particulières : Cas contact Méningocoque A, C, Y, W135 Rougeole Hépatite A Coqueluche

14

15

16 Nouvelles recommandations vaccinales 2012 Grippe saisonnière : Femme enceinte, personne obèse avec IMC 40 kg/m2. Nouveau vaccin (vivant atténué) administré par voie nasale (enfants et adolescents, âgés de 24 mois à 17 ans révolus et éligibles à la vaccination du fait d une pathologie sous-jacente, en priorité lors de la première vaccination contre la grippe.)

17 Diphtérie Corynebacterium diphteriae Transmission aérienne Atteinte ORL Angine peu fébrile, ± dysphagique Pâleur Adénopathies sous-maxillaires Fausses membranes Atteintes cardiaques et neurologiques Traitement : Antibiothérapie Sérothérapie Isolement respiratoire Mise à jour du statut vaccinal Maladie à déclaration obligatoire

18 Tétanos Clostridium tetani Bactérie commensale du tube digestif des animaux Persiste dans les déjections animales, reste très longtemps dans le sol Femmes 70 ans, blessure souillée par de la terre Atteinte neuromusculaire Hospi. en réa. mortalité élevée Vaccin protège pendant environ 10 ans Rappel nécessaire tous les 10 ans

19 Hépatite B Forme chronique Cirrhose Cancer du foie Forme aiguë Hépatite fulminante Transmission : Sexuelle Sanguine (toxicomanie) Mère-enfant à l accouchement Altération de l état général, ictère, douleurs abdominales, nausées et vomissements Maladie à déclaration obligatoire

20 Rougeole Contagieuse +++ Transmission par voie aérienne Insuffisance de la couverture vaccinale Insuffisance du rattrapage vaccinal épidémie Complications plus fréquentes chez < 1 an et > 20 ans : pneumonie chez l enfant encéphalite chez l adulte Principale cause de décès par maladie à prévention vaccinale! 2 doses pour une protection efficace Tableau clinique : fièvre, catarrhe oculo-respiratoire, malaise général, éruption maculopapuleuse Confirmation biologique sur prélèvement de sang Maladie à déclaration obligatoire

Vaccination des voyageurs dont la sérologie VIH est positive.

Vaccination des voyageurs dont la sérologie VIH est positive. Vaccination des voyageurs dont la sérologie VIH est positive. Pr Jean Beytout Service des maladies infectieuses et tropicales CHU de Clermont-Ferrand. Comité Technique des Vaccinations Conclusion Le principal

Plus en détail

VIII/ Sujets à risque

VIII/ Sujets à risque 17 novembre 2010 VIII/ Sujets à risque DCEM III Docteur Nicolas HOGU Docteur Sébastien PILLET DERMG Université de Nice Sophia Antipolis PLAN Tuberculose Coqueluche Pneumocoque Méningocoque Hépatite A Hépatite

Plus en détail

Vaccins et grossesse Vaccins et immunité. Dr Odile Launay. Centre d Investigation Clinique de vaccinologie Cochin-Pasteur, Hôpital Cochin

Vaccins et grossesse Vaccins et immunité. Dr Odile Launay. Centre d Investigation Clinique de vaccinologie Cochin-Pasteur, Hôpital Cochin Vaccins et grossesse Vaccins et immunité Dr Odile Launay Centre d Investigation Clinique de vaccinologie Cochin-Pasteur, Hôpital Cochin Atelier Vaccins, GERES, 18 mai 2011 COCHIN SAINT-VINCENT DE PAUL

Plus en détail

LE GUIDE CALENDRIER VACCINAL

LE GUIDE CALENDRIER VACCINAL LE GUIDE CALENDRIER VACCINAL DES ADOLESCENTS ET DES ADULTES MIS À JOUR EN MARS 2011 313-52711-B État des données : mars 2011 Ce guide calendrier vaccinal comporte le carnet de vaccination. SOMMAIRE LA

Plus en détail

313-40013-B MIS À JOUR EN MARS 2013

313-40013-B MIS À JOUR EN MARS 2013 313-40013-B MIS À JOUR EN MARS 2013 SOMMAIRE 1 - La vaccination, comment ça marche? 3, 4 et 5 2 - Les vaccins détériorent-ils LA protection naturelle contre les maladies? 6 3 - Avec autant de vaccins,

Plus en détail

Vaccinations - Rédaction Dr BOUTON

Vaccinations - Rédaction Dr BOUTON 20-14 Vaccinations - Rédaction Dr BOUTON Chaque personnel navigant est responsable de la mise à jour des ses vaccins. 1 - VACCINATION OBLIGATOIRE La vaccination contre la fièvre jaune (vaccination anti-amarile)

Plus en détail

RATTRAPAGE DES VACCINATIONS CHEZ L ENFANT ET L ADULTE

RATTRAPAGE DES VACCINATIONS CHEZ L ENFANT ET L ADULTE RATTRAPAGE DES VACCINATIONS CHEZ L ENFANT ET L ADULTE De très nombreuses raisons peuvent conduire un enfant ou un adulte à être en retard par rapport au calendrier vaccinal idéal. Parmi ces raisons, la

Plus en détail

LA VACCINATION, Le vaccin DCaT-Polio. Entre 4 et 6 ans. Ce vaccin protège contre :

LA VACCINATION, Le vaccin DCaT-Polio. Entre 4 et 6 ans. Ce vaccin protège contre : LA VACCINATION, UNE BONNE PROTECTION En faisant vacciner votre enfant, vous lui offrez la meilleure protection contre certaines maladies graves. Comment agissent les vaccins? Les vaccins amènent nos cellules

Plus en détail

Prévenir... par la vaccination

Prévenir... par la vaccination Prévenir... par la vaccination 6 La vaccination...... Soit c est OBLIGATOIRE (2)... Les vaccinations obligatoires pour l ensemble de la population et dont les lois sont inscrites dans le Code de la Santé

Plus en détail

Quel est le risque infectieux?

Quel est le risque infectieux? Conflits d intérêts de l orateur (en rapport avec le thème de la conférence) Participation à des actions de formation organisés par des industriels (symposium, congrès, ateliers): Oui Immunosuppresseurs

Plus en détail

Introduction. Sommaire. Quelques définitions

Introduction. Sommaire. Quelques définitions Le Guide : Vaccination et Travail Association Interprofessionnelle de Santé au Travail Sommaire Introduction page 3 Quelques définitions Risques infectieux et vaccination page 4 les agents responsables

Plus en détail

Quelles sont les maladies contre lesquelles mon enfant devrait recevoir une protection?

Quelles sont les maladies contre lesquelles mon enfant devrait recevoir une protection? Qu est-ce que l immunisation? L immunisation est un processus qui permet au corps de lutter contre les maladies causées par certains virus et bactéries. L un des moyens d être immunisé est de recevoir

Plus en détail

Vaccinations et milieu professionnel. Vaccinations obligatoires et vaccinations recommandées

Vaccinations et milieu professionnel. Vaccinations obligatoires et vaccinations recommandées Vaccinations et milieu professionnel Vaccinations obligatoires et vaccinations recommandées 1 Certaines activités professionnelles font courir un risque de maladie infectieuse, comme l'hépatite ou la tuberculose.

Plus en détail

Vaccinations, voyages et personnes âgées

Vaccinations, voyages et personnes âgées Vaccinations, voyages et personnes âgées Pr Eric Caumes Maladies infectieuses et tropicales Hop Pitié-Salpêtrière Paris www.medecine-voyages.org La médecine des voyages peut être défini comme l art de

Plus en détail

Semaine de la vaccination du 20 au 25 avril 2015

Semaine de la vaccination du 20 au 25 avril 2015 Semaine de la vaccination du 20 au 25 avril 2015 Dossier de presse LA VACCINATION AU COURS DE LA VIE : Conseils et réponses aux questions du quotidien, pour être à jour CONTACTS PRESSE INPES Inpes : Sandra

Plus en détail

Vaccination : êtes-vous à jour?

Vaccination : êtes-vous à jour? 2015 calendrier simplifié Vaccination : êtes-vous à jour? des vaccinations Âge approprié nce ssa Nai ois 2m ois 4m ois 11 m is mo 12 is mo 18 16- ns 6a ans 13 11- ans 14 ans 25 45 ans et + ans 65 BCG Diphtérie-TétanosPoliomyélite

Plus en détail

CartoVaccins. Haute-Vienne. Quelles couvertures vaccinales Rougeole et Grippe. en Haute-Vienne

CartoVaccins. Haute-Vienne. Quelles couvertures vaccinales Rougeole et Grippe. en Haute-Vienne CartoVaccins Haute-Vienne Quelles couvertures vaccinales Rougeole et Grippe en Haute-Vienne Quelle couverture vaccinale contre la Rougeole en Haute-Vienne > Contexte > Résultats Depuis le 1 er janvier

Plus en détail

Adolescents Adultes Observations (voir détails dans les notes)

Adolescents Adultes Observations (voir détails dans les notes) (mise à jour: 27 février 2015) Tableau 1: Vaccination systématique recommandée - Résumé des notes d information de l OMS Antigène Enfants (voir details tableau 2) Recommandations pour tous les programmes

Plus en détail

Service d ambulance. Normes. de soins aux patients. et de transport

Service d ambulance. Normes. de soins aux patients. et de transport Service d ambulance Normes de soins aux patients et de transport Ministère de la Santé et des Soins de longue durée Direction des services de santé d urgence Avril 2000 (Mise à jour : octobre 2002) Soins

Plus en détail

Vaccinations et milieu professionnel

Vaccinations et milieu professionnel La place de la vaccination dans la prévention des risques infectieux La prévention des risques infectieux au travail ne se réduit pas à la protection vaccinale. La vaccination s inscrit comme une des mesures

Plus en détail

La vaccination chez l enfant

La vaccination chez l enfant Conseil santé La vaccination chez l enfant www.omnimut.be La vaccination chez l enfant La vaccination chez l enfant Nous ne les voyons pas, mais ils sont bien là! De nombreux virus et bactéries peuvent

Plus en détail

La vaccination des personnes âgées

La vaccination des personnes âgées La vaccination des personnes âgées et les recommandations du calendrier vaccinal 2009 concernant les personnels et les résidents des EHPAD. Journée du CCLIN Paris Nord du 6 mai 2009 Dr Albert SCEMAMA Vaccination

Plus en détail

Votre passeport vers une meilleure prévention des infections Pour vous, pour la vie

Votre passeport vers une meilleure prévention des infections Pour vous, pour la vie LA VACCINATION POST-GREFFE DE CELLULES HÉMATO-POÏÉTIQUES Votre passeport vers une meilleure prévention des infections Pour vous, pour la vie Pourquoi me faire vacciner suite à une greffe de cellules hématopoïétiques

Plus en détail

Vaccination et tuberculose en Gériatrie. Unité de Prévention et de Dépistage: Centre de vaccination et centre de lutte anti tuberculeuse CH Montauban

Vaccination et tuberculose en Gériatrie. Unité de Prévention et de Dépistage: Centre de vaccination et centre de lutte anti tuberculeuse CH Montauban Vaccination et tuberculose en Gériatrie Unité de Prévention et de Dépistage: Centre de vaccination et centre de lutte anti tuberculeuse CH Montauban VACCINATIONS 2 Personnes âgées et vaccinations Avec

Plus en détail

Le 4 février 2013 DES ENFANTS EN SANTÉ ET EN SÉCURITÉ Un manuel sur la santé et la sécurité destiné aux fournisseurs de services de garde

Le 4 février 2013 DES ENFANTS EN SANTÉ ET EN SÉCURITÉ Un manuel sur la santé et la sécurité destiné aux fournisseurs de services de garde Section 3 : Parfois, s occuper de la paperasse semble être complètement au bas de votre liste de priorités. Quand il y a déjà à peine suffisamment d heures dans la journée à passer avec les enfants, les

Plus en détail

La vaccination pour les adultes Comment savoir de quels vaccins j ai besoin? i m m u n i z e. c a

La vaccination pour les adultes Comment savoir de quels vaccins j ai besoin? i m m u n i z e. c a La vaccination pour les adultes Comment savoir de quels vaccins j ai besoin? i m m u n i z e. c a Comment savoir de quels vaccins j ai besoin? La vaccination n est pas seulement pour les enfants. Les adultes

Plus en détail

Calendrier vaccinal et recommandations vaccinales 2013

Calendrier vaccinal et recommandations vaccinales 2013 Calendrier vaccinal et recommandations vaccinales 2013 du ministère des Affaires sociales et de la Santé, selon l avis du Haut Conseil de la santé publique MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ

Plus en détail

IMMUNOLOGIE DES VACCINS

IMMUNOLOGIE DES VACCINS FICHE TECHNIQUE avril 2009 Voir en complément : Les principaux vaccins : Indications et modalités d utilisation La vaccination, deuxième partie, mai 2009 LA VACCINATION 1 re partie : Principes généraux

Plus en détail

PARTAGER NOTRE PASSION. Livret de présentation de la vaccination et de nos vaccins

PARTAGER NOTRE PASSION. Livret de présentation de la vaccination et de nos vaccins PARTAGER NOTRE PASSION Livret de présentation de la vaccination et de nos vaccins PARTAGER NOTRE PASSION LIVRET DE PRÉSENTATION DE LA VACCINATION ET DE NOS VACCINS Ces hommes qui ont fait l histoire de

Plus en détail

Des réponses. Vaccination

Des réponses. Vaccination Des réponses à vos questions sur la Vaccination Vacciner permet de réduire considérablement le nombre de malades et de décès par maladies infectieuses. C est un geste médical à part entière, sur lequel

Plus en détail

Dépister oui! Qui? Pourquoi? V Baclet SUMIV/CIDDIST CH Tourcoing 22 octobre 2013 Journée régionale, prévention VIH, hépatites IST (COREVIH)

Dépister oui! Qui? Pourquoi? V Baclet SUMIV/CIDDIST CH Tourcoing 22 octobre 2013 Journée régionale, prévention VIH, hépatites IST (COREVIH) Dépister oui! Qui? Pourquoi? V Baclet SUMIV/CIDDIST CH Tourcoing 22 octobre 2013 Journée régionale, prévention VIH, hépatites IST (COREVIH) * Qu est ce qu une IST? Infection Sexuellement Transmissible

Plus en détail

INFORMATIONS pour le médecin qui contrôle et complète le formulaire

INFORMATIONS pour le médecin qui contrôle et complète le formulaire Vaccination des étudiants du Baccalauréat en Médecine de Lausanne INFORMATIONS pour le médecin qui contrôle et complète le formulaire La vaccination du personnel de santé est recommandée par l Office fédéral

Plus en détail

Ukraine - Informations générales

Ukraine - Informations générales Ukraine - Informations générales Langue: ukrainien, russe, turco-tatar, roumain, hongrois, bulgare, polonais, allemand, slovaque, biélorusse et grec. Régime politique: république unitaire à régime présidentiel

Plus en détail

j accompagne Les premiers pas

j accompagne Les premiers pas j accompagne Les premiers pas DE mon ENFANT Votre enfant est né Depuis la naissance de votre enfant, rien n est plus important que de le voir grandir. Afin de prendre soin de sa santé, l Assurance Maladie

Plus en détail

(mise à jour le 27 février 2015) Tableau 2 : Vaccination Systématique Recommandée pour les enfants - Résumé des notes d information de l OMS

(mise à jour le 27 février 2015) Tableau 2 : Vaccination Systématique Recommandée pour les enfants - Résumé des notes d information de l OMS (mise à jour le 27 février 2015) Tableau 2 : Vaccination Systématique Recommandée pour les enfants - Résumé des notes d information de l OMS Antigène Recommandations pour tous les enfants BCG 1 Hépatite

Plus en détail

Club Santé. «Vaccination : quelle évolution pour une meilleure prévention?» Dimanche 16 octobre 2005

Club Santé. «Vaccination : quelle évolution pour une meilleure prévention?» Dimanche 16 octobre 2005 Club Santé «Vaccination : quelle évolution pour une meilleure prévention?» Dimanche 16 octobre 2005 Contacts Presse : Florence PARIS Fanny ALLAIRE Tél : 01.39.17.90.85 Fax : 01.39.17.86.56 Adresses e-mail

Plus en détail

Évolution des pratiques vaccinales : 3. vaccination après la grossesse

Évolution des pratiques vaccinales : 3. vaccination après la grossesse Évolution des pratiques vaccinales : 3. vaccination après la grossesse Professeur Emmanuel Grimprel Service de Pédiatrie Générale, Hôpital Trousseau, Paris Université Pierre et Marie Curie, Paris Déclaration

Plus en détail

Les vaccinations du personnel hospitalier

Les vaccinations du personnel hospitalier Les vaccinations du personnel hospitalier Isabelle Buisson-Vallès Service de médecine du travail du personnel hospitalier Pr Brochard - CHU de Bordeaux 7ème JNI - Bordeaux 9 juin 2006 Introduction La majorité

Plus en détail

L INPES et la prévention des Maladies Infectieuses

L INPES et la prévention des Maladies Infectieuses 1 L INPES et la prévention des Maladies Infectieuses Institut National de Prévention et d Éducation pour la Santé 2 Établissement public sous tutelle du ministère de la santé 2002, succède au Comité Français

Plus en détail

Collectivités de jeunes enfants et maladies

Collectivités de jeunes enfants et maladies Guide pratique Collectivités de jeunes enfants et maladies infectieuses 2009 Avant-propos Ce guide est le fruit d une collaboration entre le Ministère de la Santé, la Société Française de Pédiatrie et

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS SANTÉ SANTÉ PUBLIQUE

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS SANTÉ SANTÉ PUBLIQUE SANTÉ SANTÉ PUBLIQUE Protection sanitaire, maladies, toxicomanie, épidémiologie, vaccination, hygiène Calendrier des vaccinations et recommandations vaccinales 2009 selon l avis du Haut Conseil de la santé

Plus en détail

Questionnaire Médical

Questionnaire Médical Nom et prénom(s) de l élève: Date de naissance: Questionnaire Médical Ce formulaire est à compléter, avant de commencer l année scolaire, pour les nouveaux élèves ainsi que pour les élèves poursuivant

Plus en détail

La vaccination, une bonne protection

La vaccination, une bonne protection Vaccin contre l hépatite A et l hépatite B La personne qui reçoit ce vaccin se protège contre l hépatite A, l hépatite B et leurs complications. L hépatite A et l hépatite B sont des infections du foie

Plus en détail

Document actualisé en 09/2013 par le Service Médical des Élèves - DSDEN31-Toulouse

Document actualisé en 09/2013 par le Service Médical des Élèves - DSDEN31-Toulouse CONDUITES A TENIR EN CAS DE MALADIES TRANSMISSIBLES DANS UNE COLLECTIVITE D ENFANTS d après le rapport du Haut Conseil de la Santé Publique (28/09/12) 1/9 L application des mesures d hygiène en collectivité

Plus en détail

j accompagne Les premiers pas

j accompagne Les premiers pas j accompagne Les premiers pas DE mon ENFANT Votre enfant est né Depuis la naissance de votre enfant, rien n est plus important que de le voir grandir. Afin de prendre soin de sa santé, l Assurance Maladie

Plus en détail

Adolescents, jeunes adultes : à vos carnets de santé!

Adolescents, jeunes adultes : à vos carnets de santé! DOSSIER DE PRESSE 8 e Semaine Européenne de la Vaccination du mardi 22 au samedi 26 avril 2014 Adolescents, jeunes adultes : à vos carnets de santé! CONTACT PRESSE Sébastien PAGEAU 04.67.07.20.14 sebastien.pageau@ars.sante.fr

Plus en détail

DOSSIER D IMMUNISATION Université McGill/ Hôpitaux d enseignement universitaire de McGill

DOSSIER D IMMUNISATION Université McGill/ Hôpitaux d enseignement universitaire de McGill DOSSIER D IMMUNISATION Université McGill/ Hôpitaux d enseignement universitaire de McGill S.V.P. Remplir en lettres moulées Renseignements personnels Nom: Prénom : Adresse (numéro, rue, app.) : Municipalité/Province/État/Pays:

Plus en détail

Fiche sanitaire de liaison

Fiche sanitaire de liaison Fiche sanitaire de liaison Votre enfant : NOM : PRENOM : Age : Né(e) le : A : VACCINATIONS (Remplir à partir du carnet de santé et joindre les photocopies des pages correspondantes aux vaccinations). Vaccination

Plus en détail

LA VACCINATION. Faculté de médecine H. BASTARAUD- 19 juin 2014

LA VACCINATION. Faculté de médecine H. BASTARAUD- 19 juin 2014 LA VACCINATION Faculté de médecine H. BASTARAUD- 19 juin 2014 PRÉ TEST FACULTÉ DE MÉDECINE H. BASTARAUD - 19/06/2014 2 Vrai Faux Le premier rappel penta- ou hexavalent chez le nourrisson est désormais

Plus en détail

Projet de grossesse : informations, messages de prévention, examens à proposer

Projet de grossesse : informations, messages de prévention, examens à proposer DOCUMENT D INFORMATION POUR LES PROFESSIONNELS Projet de grossesse : informations, messages de prévention, examens à proposer Septembre 2009 DÉFINITION ET OBJECTIF Dès lors qu ils expriment un projet de

Plus en détail

Techniques émergentes en microbiologie clinique: conséquences sur l organisation des laboratoires

Techniques émergentes en microbiologie clinique: conséquences sur l organisation des laboratoires Techniques émergentes en microbiologie clinique: conséquences sur l organisation des laboratoires Alain Bonnin, Frédéric Dalle, Coralie L Ollivier - Laboratoire de Parasitologie-Mycologie, CHU de Dijon

Plus en détail

LA VACCINATION PROFESSIONNELLE

LA VACCINATION PROFESSIONNELLE F I C H E P R E V E N T I O N N 1 1 «H Y G I E N E S E C U R I T E» LA VACCINATION PROFESSIONNELLE INTRODUCTION La vaccination en milieu professionnel a un intérêt individuel dans le sens où elle protège

Plus en détail

Ce sont les mêmes : Virus A (H1N1) est stable.

Ce sont les mêmes : Virus A (H1N1) est stable. SAISON 2011/2012 Quels virus en 2011/2012 Ce sont les mêmes : Virus A (H1N1) Virus A (H3N2) Virus B Virus A (H1N1) est stable. Les 3 types de virus de la grippe Virus grippal Type A Type B Type C Espèces

Plus en détail

Direction générale de la santé Comité technique des vaccinations. Guide des vaccinations

Direction générale de la santé Comité technique des vaccinations. Guide des vaccinations Direction générale de la santé Comité technique des vaccinations Guide des vaccinations Édition 2006 Guide des vaccinations Édition 2006 Guide des vaccinations Édition 2006 Direction générale de la santé

Plus en détail

Calendrier des vaccinations et recommandations vaccinales 2015 PROTÉGEONS-NOUS, VACCINONS-NOUS.

Calendrier des vaccinations et recommandations vaccinales 2015 PROTÉGEONS-NOUS, VACCINONS-NOUS. Calendrier des vaccinations et recommandations vaccinales 2015 PROTÉGEONS-NOUS, VACCINONS-NOUS. Sommaire 1. Points-clés sur les nouvelles recommandations 4 2. Recommandations 5 Vaccination des personnes

Plus en détail

Grippe A(H1NI) : situation, transmission, prévention, prise en charge

Grippe A(H1NI) : situation, transmission, prévention, prise en charge Grippe A(H1NI) : situation, transmission, prévention, prise en charge Formation des personnels SMIT, UHLIN, Médecine du travail, Qualité et gestion des risques Hôpital Bichat - Claude Bernard, septembre

Plus en détail

Vous recevez une interne du service de maternité. 1 Confirmer le diagnostic (définition de cas)

Vous recevez une interne du service de maternité. 1 Confirmer le diagnostic (définition de cas) Vous recevez une interne du service de maternité La Coqueluche Elle vous dit tousser depuis 15 jours. Devant l absence de fièvre elle ne s est pas arrêtée et elle n a pas pris de précautions particulières.

Plus en détail

J accompagne les. de mon enfant / 0 à 3 ans

J accompagne les. de mon enfant / 0 à 3 ans J accompagne les de mon enfant / 0 à 3 ans enfantné Votre est Depuis la naissance de votre enfant, rien n est plus important que de le voir grandir. Afin de prendre soin de sa santé, l Assurance Maladie

Plus en détail

Vaccination contre la grippe saisonnière

Vaccination contre la grippe saisonnière le point sur risques infectieux > Vaccinations Vaccination contre la grippe saisonnière Questions / Réponses - Professionnels de santé Document élaboré le 14 octobre 2014 1 - Quand a lieu la campagne de

Plus en détail

Guide des vaccinations Édition 2012. Direction générale de la santé Comité technique des vaccinations

Guide des vaccinations Édition 2012. Direction générale de la santé Comité technique des vaccinations Guide des vaccinations Édition 2012 Direction générale de la santé Comité technique des vaccinations 293 Vaccinations pour les personnels de santé INTRODUCTION La vaccination des personnels de santé a

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 8 septembre 2010

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 8 septembre 2010 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 8 septembre 2010 VAQTA 50 U/ml, suspension injectable en seringue préremplie. Vaccin de l'hépatite A, inactivé, adsorbé B/ 1 seringue préremplie en verre de 1 ml (CPI

Plus en détail

Sommaire. Introduction...P3. La vaccination en questions.. P4. Les vaccins recommandés...p8

Sommaire. Introduction...P3. La vaccination en questions.. P4. Les vaccins recommandés...p8 Dossier de presse 1 Sommaire Introduction....P3 La vaccination en questions.. P4 Les vaccins recommandés...p8 Rougeole-Oreillons-Rubéole....P8 Méningite C...P10 Hépatite B..P11 Diphtérie-Tétanos-Coqueluche-Polio

Plus en détail

Vaccinations : amélioration de la couverture vaccinale

Vaccinations : amélioration de la couverture vaccinale Document élaboré par un groupe de travail pluri professionnel avec la participation de la HAS Protocoles pluridisciplinaires de soins de santé primaire en maisons de santé, pôles de santé et centres de

Plus en détail

STAGE DE NATATION. Perfectionnement A GRAND-COURONNE. Comité Ile de France de Natation. (Bassin de 50m couvert) Du 6 au 10 juillet 2015

STAGE DE NATATION. Perfectionnement A GRAND-COURONNE. Comité Ile de France de Natation. (Bassin de 50m couvert) Du 6 au 10 juillet 2015 Comité Ile de France de Natation STAGE DE NATATION Perfectionnement A GRAND-COURONNE (Bassin de 50m couvert) Du 6 au 10 juillet 2015 Ouvert aux 11 / 13 ans - Licencié(e)s FFN 340 Transport compris - Départ

Plus en détail

PROGRAMME NATIONAL DE VACCINATION

PROGRAMME NATIONAL DE VACCINATION LE PROGRAMME NATIONAL DE VACCINATION REPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTERE DE LA SANTE PUBLIQUE Direction des Soins de Santé de Base PROGRAMME NATIONAL DE VACCINATION Manuel à l Usage des Professionnels de la

Plus en détail

Maladies d enfance. Ce que vous devez savoir et ce que vous pouvez faire.

Maladies d enfance. Ce que vous devez savoir et ce que vous pouvez faire. Maladies d enfance Ce que vous devez savoir et ce que vous pouvez faire. Contenu De quoi s agit-il? p 1 Comment peut-on y remédier? p 2 Ces maladies sont-elles évitables? p 3 L entourage peut-il être protégé?

Plus en détail

Institut WanXiang Historique de santé du patient

Institut WanXiang Historique de santé du patient Institut WanXiang Historique de santé du patient Merci de remplir ce questionnaire aussi complètement que possible et d indiquer les zones d incompréhension avec un point d'interrogation. En plus de toutes

Plus en détail

Vaccinologie et Stratégie de Développement des Vaccins

Vaccinologie et Stratégie de Développement des Vaccins Vaccinologie et Stratégie de Développement des Vaccins Vaccinologie 1977 - Terme utilisé par Jonas Salk. 1983 - Rassemble tous les aspects des vaccinations : biologiques, immunologiques et cliniques ainsi

Plus en détail

SURVEILLANCE DES SALARIES MANIPULANT DES DENREES ALIMENTAIRES

SURVEILLANCE DES SALARIES MANIPULANT DES DENREES ALIMENTAIRES SURVEILLANCE DES SALARIES MANIPULANT DES DENREES ALIMENTAIRES Dr Virginie NAEL Service de Santé au travail du personnel hospitalier CHU Nantes 44èmes journées FMC ANMTEPH / SOHF - Lausanne - Septembre

Plus en détail

Inscription les zandolis 2014/2015

Inscription les zandolis 2014/2015 PHOTO Inscription les zandolis 2014/2015 Nom de l enfant : Prénom : Date et lieu de naissance :../ /... FORFAITS AU CHOIX Forfait 4 mercredis après midi 1 Demi-journée 13h / 18h 72 euros 20 euros Les tarifs

Plus en détail

REPOBLIKAN'I MADAGASIKARA Fitiavana-Tanindrazana-Fandrosoana

REPOBLIKAN'I MADAGASIKARA Fitiavana-Tanindrazana-Fandrosoana REPOBLIKAN'I MADAGASIKARA Fitiavana-Tanindrazana-Fandrosoana ----------------------- MINISTERE DE LA SANTE PUBLIQUE PROGRAMME NATIONAL DE LUTTE CONTRE LE SIDA DOSSIER MEDICAL (Femme Enceinte) Code d identification

Plus en détail

Médecin coordinateur. RTE Réseau de Transport d Electricité Tour Initiale 1 Terrasse Bellini 92919 LA DEFENSE CEDEX. philippe.havette@wanadoo.

Médecin coordinateur. RTE Réseau de Transport d Electricité Tour Initiale 1 Terrasse Bellini 92919 LA DEFENSE CEDEX. philippe.havette@wanadoo. Dr. Philippe HAVETTE Médecin coordinateur RTE Réseau de Transport d Electricité Tour Initiale 1 Terrasse Bellini 92919 LA DEFENSE CEDEX philippe.havette@wanadoo.fr PLAN LES DIFFERENTS SEJOURS A L ETRANGER

Plus en détail

Vaccination des personnes immunodéprimées ou aspléniques

Vaccination des personnes immunodéprimées ou aspléniques Vaccination des personnes immunodéprimées ou aspléniques Recommandations Collection Avis et Rapports 2 e édition Vaccination des personnes immunodéprimées ou aspléniques Recommandations La vaccination

Plus en détail

France - Paris - Informations Générales

France - Paris - Informations Générales France - Paris - Informations Générales Capitale: Paris Langue: français. Régime politique: République démocratique parlementaire à régime présidentiel. Habitants: 65 249 000 Décalage horaire: GMT +1 Indicatif

Plus en détail

DOSSIER DE RENSEIGNEMENTS

DOSSIER DE RENSEIGNEMENTS DOSSIER DE RENSEIGNEMENTS Tout dossier incomplet ne sera accepté Séjour : Séjour vacances hiver à Saint Jean d Aulps Dates : du 13 au 21 avril 2013 L ENFANT Fille Garçon PRE Date de naissance RESPONSABLE

Plus en détail

Le don de moelle osseuse :

Le don de moelle osseuse : DON DE MOELLE OSSEUSE Le don de moelle osseuse : se décider aujourd hui, s engager pour longtemps LA MOELLE OSSEUSE ET SA GREFFE La moelle osseuse C est le tissu mou dans le centre du corps des os qui

Plus en détail

HEPATITES VIRALES 22/09/09. Infectieux. Mme Daumas

HEPATITES VIRALES 22/09/09. Infectieux. Mme Daumas HEPATITES VIRALES 22/09/09 Mme Daumas Infectieux Introduction I. Hépatite aigu II. Hépatite chronique III. Les différents types d hépatites A. Hépatite A 1. Prévention de la transmission 2. Vaccination

Plus en détail

Tout savoir sur la vaccination de 0 à 6 ans. Mikalou se fait vacciner

Tout savoir sur la vaccination de 0 à 6 ans. Mikalou se fait vacciner Tout savoir sur la vaccination de 0 à 6 ans Mikalou se fait vacciner Récit Mikalou n a peur de rien Dans le jardin, Mikalou s assoit sur la balançoire. Il n est pas une poule mouillée, et pourtant, il

Plus en détail

La maladie de Lyme chronique existe-t-elle? D. Christmann

La maladie de Lyme chronique existe-t-elle? D. Christmann La maladie de Lyme chronique existe-t-elle? D. Christmann Borréliose de Lyme Borrelia burgdorferi stricto sensu, B. afzelii, B. garinii, B. spielmanii, B. valaisiana Eléments de physiopathologie inoculation

Plus en détail

ASSURÉS. Vous accompagner... la maternité. naissance

ASSURÉS. Vous accompagner... la maternité. naissance ASSURÉS Vous accompagner... la maternité naissance Sommaire Prendre soin de vous.... p.4 Les premiers pas de bébé dans la vie... p.7 Calendrier des vaccinations... p.9 Les maux fréquents de bébé... p.10

Plus en détail

L assurance maternité des femmes chefs d entreprises et des conjointes collaboratrices. Édition 2015

L assurance maternité des femmes chefs d entreprises et des conjointes collaboratrices. Édition 2015 1 L assurance maternité des femmes chefs d entreprises et des conjointes collaboratrices Édition 2015 L ASSURANCE MATERNITÉ Sommaire Les prestations maternité 3 Cas particuliers 8 Le congé paternité 11

Plus en détail

Module 7 Programme étendu de vaccination (PEV)

Module 7 Programme étendu de vaccination (PEV) Module 7 Programme étendu de vaccination (PEV) (avec notamment la surveillance de la vitamine A, de l'anatoxine tétanique et de la croissance) TABLE DES MATIÈRES 7.1 Quels sont les outils utilisés pour

Plus en détail

LA CONSULTATION DU VOYAGE

LA CONSULTATION DU VOYAGE LA CONSULTATION DU VOYAGE Le fond 5 chantiers communs principaux info générales : du bonheur de voyager! + principaux risques + principaux conseils prévention paludisme vaccinations prévention turista

Plus en détail

Maladies infectieuses - Coqueluche

Maladies infectieuses - Coqueluche Maladies infectieuses - Coqueluche Document d info La coqueluche 1 Introduction La coqueluche est une maladie aiguë et contagieuse des voies respiratoires provoquée par la bactérie Bordetella pertussis.

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE. Le collège de la Haute Autorité de Santé ayant valablement délibéré en sa séance du 29 mai 2013,

REPUBLIQUE FRANCAISE. Le collège de la Haute Autorité de Santé ayant valablement délibéré en sa séance du 29 mai 2013, REPUBLIQUE FRANCAISE AVIS N 2013.0051/AC/SEVAM du 29 mai 2013 du collège de la Haute Autorité de Santé relatif au protocole de coopération 048 «Consultation, décision et prescription de vaccination pour

Plus en détail

DOSSIER D INSCRIPTION

DOSSIER D INSCRIPTION DOSSIER D INSCRIPTION AUX ACCUEILS PERISCOLAIRES DE LA COMMUNAUTE DE COMMUNES AGLY-FENOUILLEDES NAP ALSH DES MERCREDIS APRES-MIDI ALAE RESTAURATION SCOLAIRE Nom de l enfant :... Prénom :... Date de naissance

Plus en détail

SPECIMEN IDS GUIDE DE MONTAGE. Pages Intérieures. pour Carnets de Correspondance. SARL IDS 4099, La Lauragaise BP 67125-31670 LABEGE

SPECIMEN IDS GUIDE DE MONTAGE. Pages Intérieures. pour Carnets de Correspondance. SARL IDS 4099, La Lauragaise BP 67125-31670 LABEGE GUIDE DE MONTAGE pour Carnets de Correspondance Pages Intérieures SARL 4099, La Lauragaise BP 67125-31670 LABEGE e-mail : ids.doc@wanadoo.fr Tél. 05.61.00.07.32 - Fax. 05.62.88.31.68 M.A.J : 2008 : 29/03-1

Plus en détail

Grand froid : Soyons tous vigilants

Grand froid : Soyons tous vigilants Dossier de presse Mercredi 21 novembre 2012 Grand froid : Soyons tous vigilants Le grand froid, le vent glacé, la neige sont des risques météorologiques à ne pas négliger. Ils peuvent être dommageables

Plus en détail

Consultation II Lira District Questions et Réponses

Consultation II Lira District Questions et Réponses Consultation II Lira District Questions et Réponses Les questions suivantes ont été demandées à la population de Moroto County au cours des interviews à domicile. Dans la deuxième consultation, les participants

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 10 mars 2010

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 10 mars 2010 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 10 mars 2010 PREVENAR 13 0,5 ml, suspension injectable vaccin pneumococcique polyosidique conjugué (13-valent, adsorbé) Boîte de 1 seringue pré-remplie avec aiguille

Plus en détail

L assurance maternité des femmes chefs d entreprises et des conjointes collaboratrices. Édition 2013

L assurance maternité des femmes chefs d entreprises et des conjointes collaboratrices. Édition 2013 1 L assurance maternité des femmes chefs d entreprises et des conjointes collaboratrices Édition 2013 L assurance maternité Sommaire Les prestations maternité 3 Cas particuliers 8 Le congé paternité 11

Plus en détail

Ligne directrice de la campagne «Vaccins à jour?»

Ligne directrice de la campagne «Vaccins à jour?» Société Vaudoise de Pharmacie Ligne directrice de la campagne «Vaccins à jour?» Intérêt de la vaccination? Les maladies infectieuses pour lesquelles il existe des vaccins peuvent être dangereuses, c est-à

Plus en détail

Vivre en santé après le traitement pour un cancer pédiatrique

Vivre en santé après le traitement pour un cancer pédiatrique PRÉCAUTIONS POUR LES INDIVIDUS SANS RATE FONCTIONNELLE La rate, c est quoi? La rate est un organe situé du coté gauche, vers le haut de l abdomen, sous les côtes, derrière l estomac. Une rate normale a

Plus en détail

CENTRE DE LOISIRS SANS HEBERGEMENT PERISCOLAIRE DOSSIER D INSCRIPTION L ENFANT NOM : Prénom : Etablissement scolaire fréquenté :

CENTRE DE LOISIRS SANS HEBERGEMENT PERISCOLAIRE DOSSIER D INSCRIPTION L ENFANT NOM : Prénom : Etablissement scolaire fréquenté : Ville de Port de Bouc AASEC Centre social Lucia Tichadou CENTRE DE LOISIRS SANS HEBERGEMENT PERISCOLAIRE DOSSIER D INSCRIPTION N de Sécurité Sociale.. N CAF (Obligatoire).. Nom et N Contrat d Assurance

Plus en détail

DOSSIER D INSCRIPTION 2014-2015

DOSSIER D INSCRIPTION 2014-2015 A nous retourner dûment complété et signé DOSSIER D INSCRIPTION 2014-2015 RESTAURATION SCOLAIRE et/ou ACCUEILS DE LOISIRS ASSOCIES A L ECOLE (ALAE) DES ENFANTS DU PRIMAIRE (Maternelle et Elémentaire) Nom

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Lundi 21 septembre 2015. www.immuniser-lyon.org

DOSSIER DE PRESSE. Lundi 21 septembre 2015. www.immuniser-lyon.org DOSSIER DE PRESSE Lundi 2 septembre 205 SOMMAIRE Genèse du projet : une initiative pionnière et innovante 2 Pourquoi une campagne de sensibilisation aux vaccins? 4 Zoom sur la grippe - Trois questions

Plus en détail

Les vaccinations en milieu professionnel

Les vaccinations en milieu professionnel Les vaccinations en milieu professionnel Mise à jour Août 2008 Dans le cadre de la prévention du risque biologique, le code du travail précise, aux articles R.4421-1 et suivants, la démarche d'analyse

Plus en détail

L Ecole Koenig Kindergarten

L Ecole Koenig Kindergarten L Ecole Koenig Kindergarten Stages de vacances 2014-15 Formulaires d'inscription Prénom: RENSEIGNEMENTS SUR LA FAMILLE: Parent 1: Parent 2: Prénom : Prénom: Tél. Maison: Tél. Maison: Tél. Travail: Tél.

Plus en détail

Sommaire. Sommaire des dossiers et Cas cliniques... Sommaire des conférences de consensus... Dossiers cliniques... 1

Sommaire. Sommaire des dossiers et Cas cliniques... Sommaire des conférences de consensus... Dossiers cliniques... 1 Sommaire Préface... V Avant-propos... VII Sommaire des dossiers et Cas cliniques... Sommaire des conférences de consensus... X XI Programme de pédiatrie... XIII Liste des abréviations... XVII Dossiers

Plus en détail