Enseignement des sciences : vaincre la désaffection

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Enseignement des sciences : vaincre la désaffection"

Transcription

1 enjeu d avenir Enseignement des sciences : vaincre la désaffection Il existe aujourd hui un large consensus à l effet que la science est partie intégrante de la culture. Mais peut-on en dire autant à Maurice? Avonsnous une démarche scientifique dans notre vie de tous les jours et vis-àvis des problèmes auxquels nous faisons face? Nous sommes très fiers, à Maurice, du niveau très élevé d alphabétisation. Mais qu en est-il du niveau scientifique du Mauricien? La science a été longtemps associée à la connaissance, à la volonté de connaître, ces nouvelles connaissances étant générées par la recherche. La science est maintenant de plus en plus associée au progrès et à la richesse économique, la transformation de la connaissance en progrès économique se faisant par le biais de l innovation. La science est jugée à sa capacité à produire de l utile. Des indicateurs bien précis et bien établis tels que le nombre de publications scientifiques et le nombre de brevets par million d habitants permettent de juger du niveau scientifique d un pays. Selon les chiffres de 2001 de la Commission Européenne, le trio scandinave Suède-Danemark- Finlande occupe les toutes premières places du classement mondial pour ce qui est des publications alors que les Etats-Unis se retrouve tête de liste pour les brevets, cela étant synonyme d une très grande capacité à innover. Alors que la société a le plus besoin de la science et des scientifiques, l on note une désaffection pour les sciences. Est-ce un problème mauricien? Quelle est la situation au niveau mondial? La problématique de la science et de l école paraît universelle. Ainsi, un sondage réalisé en Europe impute cette désaffection aux raisons suivantes : cours peu attrayants (59,5%) ; science trop dure (55%) ; pas intéressé par les sciences (50,2%) ; salaires pas très attrayants (41,8%) ; image négative de la science (31,4%). Des études montrent que l enseignement des sciences, tel qu il est pratiqué, ne permet non seulement pas d acquérir l esprit et la culture scientifiques mais favorise l élitisme, d où cette formule : «Nos enfants ont non seulement la tête bien vide, mais aussi mal faite». De surcroît, à Maurice, le problème est accentué en raison a) du problème des langues et b) de la disparité dans la formation des maîtres au niveau secondaire. Ceux-ci provenant de divers pays et dans la grande majorité n ayant pas été formé au préalable pour le professorat ; c) la quasiabsence de formation continue des maîtres. Dans un rapport, la Banque Mondiale note : «Il n existe à présent aucune vérification indépendante du niveau des enseignants du secondaire»,

2 cela comparé aux standards de l OCDE que la majorité des pays d Asie ont adoptés. Quelles sont donc ces valeurs que transmet la science? Elles ont trait bien-sûr à l acquisition des connaissances mais aussi à la formation de l esprit et on peut les sérier comme suit : a) la curiosité engageant à connaître et à comprendre ; 2) la capacité de formaliser ; 3) l esprit critique et rationnel ; 4) le sens de l observation et de l investigation ; 5) la capacité d argumenter et la rigueur ; 6) l expression écrite et orale ; 7) le goût du travail bien fait ; 8) la confiance en soi ; 9) l esprit d initiative ; 10) l autonomie ; 11) l honnêteté ; 12) la liberté de pensée et la capacité d être au-dessus des intérêts de groupe (lobby). Et aussi, comme le dit le prix Nobel de Physique Pierre-Gilles de Gennes : «La capacité à ne pas se laisser enfermer dans les certitudes, mais d apprendre à douter». L enseignement des sciences Toutes les études sont unanimes pour souligner l échec relativement important de l enseignement des sciences. Il serait donc illusoire de prétendre trouver facilement des solutions communes à tous les pays. Les résultats récents en didactique des sciences ont mis e n évidence que tout apprentissage ne pouvait s effectuer sans la participation active des apprenants et qu il faut donc prendre en compte leurs conceptions. Le développement des sciences passe aussi par une maîtrise du langage de la part des enfants. On note à Maurice que l enseignement des sciences privilégie une accumulation des connaissances axée sur la mémorisation plutôt qu une démarche intellectuelle. On ne peut continuer encore longtemps à imposer des programmes scolaires surchargés, aux contenus parfois incohérents, figés dans le temps et souvent en déphasage par rapport aux nécessités actuelles! Par conséquent, avant de pouvoir aborder les nouvelles méthodes et nouvelles approches, encore faudrait-il se poser les questions suivantes : 1) Quels sont les principaux objectifs d un enseignement scientifique? 2) Que faut-il enseigner aux enfants (au primaire)? 3) Quelle méthode d enseignement serait la plus efficace? 4) Quels savoirs sont nécessaires? 5) Quelles connaissances seront opératoires dans 20 ou 50 ans? 6) Comment gérer l augmentation considérable du flux de connaissance? On observe un accroissement exponentiel des savoirs. Par exemple, ils ont été multipliés par deux en huit ans en chimie.

3 Si nous souhaitons un renouveau des objectifs de l enseignement scientifique, il nous faut accepter de dépasser le traditionnel programme de notions encyclopédiques. Cela se fera à trois niveaux. Au niveau conceptuel, il existe des préalables pour une attitude scientifique. Cela implique une maîtrise des démarches d investigation (démarche expérimentale et maîtrise de l information) Au niveau contextuel, en vue du développement d une expérience actuelle, il s agit d intégrer au mieux l individu à son milieu de vie, immédiat ou social, avec lequel il est en interaction. La divulgation du savoir moderne est à repenser. Celle -ci doit se prolonger sur les outils récents : ordinateur, four à micro-ondes etc. Au niveau culturel, il est souhaitable de rechercher une organisation du savoir autour de concepts structurants, ce qui implique de ne pas négliger l enseignement de l histoire et de la philosophie des sciences, de même qu entrevoir ce que l état de la connaissance provoque dans le champ de la réflexion épistémologique. Enseignement supérieur Toute politique de renforcement de la formation scientifique dans l enseignement supérieur est étroitement liée à la préparation des élèves aux niveaux inférieurs. En contre-partie, on ne peut pas dire que l enseignement supérieur prépare les étudiants pour l enseignement secondaire. Les contenus disciplinaires sont le plus souvent différents des notions abordées dans les programmes du secondaire. Après tout, l enseignement des sciences au secondaire ne doit en aucune façon être un condensé des notions abordées à l université, d où l importance d une formation en didactique des sciences. André Giordan et Yves Girault rappellent ceci : «Nous avons demandé aux étudiants en maîtrise de didactique des sciences (donc futurs professeurs de l enseignement secondaire) de regrouper sur une semaine l ensemble des articles scientifiques qu ils pourraient trouver dans les journaux non spécialisés. Ce simple exercice, disent-ils, permet de souligner le désarroi de certains étudiant, ayant obtenu des résultats très brillants dans le cursus universitaire scientifique, mais qui n avaient aucun regard critique sur le discours scientifique et sur sa production.» La formation des maîtres est à revoir de fond en comble à Maurice. Regardons d un peu plus près la situation à l université de Maurice J y déplore l absence d un département de didactique et, à plus forte raison, de didactique des sciences. Le travail expérimental occupe une place très importante, c est le cas tout au moins en chimie. Outre les travaux pratiques obligatoires (4 modules de 45 heures sur 2 ans), les étudiants reçoivent une initiation à la

4 recherche au travers d un projet expérimental au cours de leur dernière année d étude (2 jours par semaine durant toute l année). Au cours de ce projet, les étudiants sont amenés à travailler en binômes pour favoriser les discussions et pour leur permettre de développer l esprit d équipe. Durant leur formation, les étudiants sont appelés à travailler sur un sujet scientifique de leur choix, à rédiger un rapport et à le présenter à tout le groupe. Exemples étrangers Nous évoquions plus haut la performances des pays scandinaves et celles des États-Unis. La corrélation entre les potentiels scientifiques de ces pays et leur pratiques éducatives devraient nous inspirer à Maurice. Voyons d abord les caractéristiques de la Suède : Ecole obligatoire (compulsory school) de 7 à 16 ans : 12% du programme couvre les sciences et la technologie. Pas d examens, l accent étant mis sur l acquisition de la connaissance plus que sur la mémorisation de faits ; Ecole secondaire (upper secondary) de 16 à 19 ans : enseignements des sciences (plusieurs niveaux) à tous les élèves qu ils suivent la filière scientifique ou sociale ; Cours de rattrapage (bridging courses) en sciences pour permettre au plus grand nombre de suivre les filières scientifiques à l université. Voyons à présent l approche adoptée aux États-Unis : Dès le plus jeune âge, l accent est mis sur des projets scientifiques individuels ; Ecole d été en sciences organisée par l université (exemple : Centre for Talented Youth à la John Hopkins University) Les élèves du secondaire travaillent sur des projets scientifiques sur plusieurs semaines (en dehors des heures de classe). Ce sont les élèves eux-mêmes qui décident de leurs projets pour promouvoir l esprit de créativité. Quelques autres idées que l on pourrait développer à Maurice pour promouvoir les sciences : Projections de films scientifiques suivies de débats (sur le modèle des dossiers de l écran) Projet expérimental Le développement ne dépend pas seulement de quelques spécialistes scientifiques à formation de haut niveau, mais aussi de l existence d une main -d œuvre de niveau intermédiaire correctement formée et d une population possédant les rudiments de la culture scientifique. L enseignement scientifique et technique doit intégrer dans sa perspective

5 l idée des métiers. Qu il permette à ceux qui souhaitent ou doivent quitter tôt les études de le faire en un projet positif et non dans un sentiment d échec! Voici quelques mois, dans un article d opinion, un journaliste mauricien évoquait ce qui, selon lui, pouvait être les prémisses d un bon enseignement des sciences. Cela paraissait fort juste et cela indique bien que cette réflexion n est pas réservée aux chercheurs et scientifiques mais qu elle devrait être une préoccupation de tout citoyen. Dr Dhanjay Jhurry

Français langue seconde : français de base

Français langue seconde : français de base Français langue seconde : français de base 1 Programme d études et guide d enseignement 2 3 4 Ministère de l Éducation Educational Programs & Services C.P. 6000 2005 Ministère de l Éducation Educational

Plus en détail

Les nouveaux concours de recrutement de professeurs

Les nouveaux concours de recrutement de professeurs Les nouveaux concours de recrutement de professeurs Afin de mieux répondre aux besoins du ministère de l Education Nationale, le processus de recrutement des enseignants est réformé, dans le premier degré

Plus en détail

Une transformation s impose : changeons d attitude

Une transformation s impose : changeons d attitude Une transformation s impose : changeons d attitude Colloque sur le marché des hôpitaux et du réseau de la santé au Québec 27 mai 2009 Aujourd hui, au Canada Le Canada dépense plus pour les soins de santé

Plus en détail

PROBLEMATIQUE DE L ASSURANCE

PROBLEMATIQUE DE L ASSURANCE PROBLEMATIQUE DE L ASSURANCE Août 2003 80, rue Paradis 13006 Marseille 04 91 33 39 86 : 04 91 54 15 09 v.c.m@wanadoo.fr CONTEXTE DU DEBAT En premier lieu, il faut procéder à un certain nombres de rappels

Plus en détail

Portrait du conférencier

Portrait du conférencier Portrait du conférencier Stéphane Paquin est professeur titulaire à l École nationale d administration publique. Il est également le titulaire de la Chaire de recherche du Canada en économie politique

Plus en détail

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Les projets académiques 2003-2006 (prorogé jusqu en 2007) et 2007-2010 étaient organisés autour des quatre mêmes priorités

Plus en détail

ANNEXE IV DEFINITION DES EPREUVES

ANNEXE IV DEFINITION DES EPREUVES ANNEXE IV DEFINITION DES EPREUVES EP1 : TECHNIQUES ESTHETIQUES Epreuve pratique et écrite - Coefficient : 7 - Durée : 3h 30 + coefficient 1 pour l évaluation de la VSP L attestation de formation à l utilisation

Plus en détail

PROJET EDUCATIF 1/ INTRODUCTION AU PROJET EDUCATIF : BUT, PUBLIC VISE ET DUREE DU PROJET

PROJET EDUCATIF 1/ INTRODUCTION AU PROJET EDUCATIF : BUT, PUBLIC VISE ET DUREE DU PROJET PROJET EDUCATIF 1/ INTRODUCTION AU PROJET EDUCATIF : BUT, PUBLIC VISE ET DUREE DU PROJET 2/LES INTENTIONS EDUCATIVES 3/ LES VALEURS PRINCIPALES 4/ LES ACTEURS EDUCATIFS, LEUR CHAMPS D INTERVENTION ET LES

Plus en détail

BTS (brevet de technicien supérieur) DUT (diplôme universitaire de technologie) Filière santé (médecine, pharmacie, sage-femme, dentaire)

BTS (brevet de technicien supérieur) DUT (diplôme universitaire de technologie) Filière santé (médecine, pharmacie, sage-femme, dentaire) Un BTS ou un DUT, une prépa ou une université, ou bien une école spécialisée? Choisir son orientation après le bac n'est pas toujours facile. Pour vous aider à y voir plus clair, nous vous proposons quelques

Plus en détail

Une discipline scolaire

Une discipline scolaire Les éléments constitutifs d une discipline scolaire Selon Michel Develay, De l apprentissage à l enseignement, Paris ESF éditeur, 1992, 2004 6, p. 32, «une discipline scolaire peut être définie par objets

Plus en détail

CHARTE DES PROGRAMMES

CHARTE DES PROGRAMMES CHARTE DES PROGRAMMES Charte relative à l élaboration, à la mise en œuvre et au suivi des programmes d enseignement ainsi qu aux modalités d évaluation des élèves dans l enseignement scolaire CONSEIL SUPÉRIEUR

Plus en détail

Spécialité auxiliaire en prothèse dentaire du brevet d études professionnelles. ANNEXE IIb DEFINITION DES EPREUVES

Spécialité auxiliaire en prothèse dentaire du brevet d études professionnelles. ANNEXE IIb DEFINITION DES EPREUVES ANNEXE IIb DEFINITION DES EPREUVES 51 Epreuve EP1 : ANALYSE ET COMMUNICATION TECHNOLOGIQUES UP1 Coefficient 4 Finalité et objectifs de l épreuve L épreuve vise à évaluer la capacité du candidat à mobiliser

Plus en détail

L enseignement secondaire au Canada Guide de transfert des élèves Québec

L enseignement secondaire au Canada Guide de transfert des élèves Québec L enseignement secondaire au Canada Guide de transfert des élèves Québec Partie 1: Informations sur les études secondaires 1. Introduction En 1998, le Québec a entrepris la révision de son système éducatif

Plus en détail

Le système didactique

Le système didactique Le système didactique Introduction à la didactique Karine Robinault Master Didactiques et Interactions Octobre 2006 «didactique» En tant qu adjectif, désigne ce qui a rapport à l enseignement, ou qui vise

Plus en détail

REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA

REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA Regards sur l éducation est un rapport annuel publié par l Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) et portant sur

Plus en détail

ENSEIGNEMENT DE LA STATISTIQUE À DISTANCE : L EXPÉRIENCE

ENSEIGNEMENT DE LA STATISTIQUE À DISTANCE : L EXPÉRIENCE ENSEIGNEMENT DE LA STATISTIQUE À DISTANCE : L EXPÉRIENCE DU M2 STATISTIQUE & ECONOMÉTRIE Yves Aragon & Thibault Laurent & Anne Ruiz-Gazen GREMAQ, Université des Sciences Sociales 21 Allée de Brienne 31000

Plus en détail

SOMMAIRE ENSEIGNER : UNE AMBITION POUR SOI, UNE AMBITION POUR LA FRANCE CONCOURS DE RECRUTEMENT 2014 : LES RÉPONSES À VOS QUESTIONS

SOMMAIRE ENSEIGNER : UNE AMBITION POUR SOI, UNE AMBITION POUR LA FRANCE CONCOURS DE RECRUTEMENT 2014 : LES RÉPONSES À VOS QUESTIONS SOMMAIRE ENSEIGNER : UNE AMBITION POUR SOI, UNE AMBITION POUR LA FRANCE DEVENIR ENSEIGNANT : LES NOUVEAUTÉS ENQUÊTE : LES FRANÇAIS ET LE MÉTIER D ENSEIGNANT CONCOURS DE RECRUTEMENT 2014 : LES RÉPONSES

Plus en détail

Consultation 2014-2015

Consultation 2014-2015 Consultation 2014-2015 Synthèse des résultats de la consultation nationale sur le projet de socle commun de connaissances, de compétences et de culture MINISTÈRE DE L ÉDUCATION NATIONALE, DE L ENSEIGNEMENT

Plus en détail

L'accompagnement en sciences et technologie à l'école primaire L'ASTEP dans le département du Morbihan

L'accompagnement en sciences et technologie à l'école primaire L'ASTEP dans le département du Morbihan L'accompagnement en sciences et technologie à l'école primaire L'ASTEP dans le département du Morbihan 2011-2012 accompagnement en classe co intervention enseignant étudiant guide de présentation à l'usage

Plus en détail

da dt db dt da dt db dt

da dt db dt da dt db dt 10.5 et 10.6 Origines de la f.é.m. uite Comme nous l avons vu à plusieurs reprises, la loi d uction de Faraday décrit les différentes manières de produire une f.é.m uite. N d N( Acosθ + da cosθ dθ Asinθ

Plus en détail

RÉSUMÉ DES NORMES ET MODALITÉS D ÉVALUATION AU SECONDAIRE

RÉSUMÉ DES NORMES ET MODALITÉS D ÉVALUATION AU SECONDAIRE , chemin de la côte Saint-Antoine Westmount, Québec, HY H7 Téléphone () 96-70 RÉSUMÉ DES NORMES ET MODALITÉS D ÉVALUATION AU SECONDAIRE À TRANSMETTRE AU PARENTS Année scolaire 0-0 Document adapté par Tammy

Plus en détail

La littératie numérique est-elle vraiment une littératie? Pour quelle raison se soucie-t-on de la définition de la littératie numérique?

La littératie numérique est-elle vraiment une littératie? Pour quelle raison se soucie-t-on de la définition de la littératie numérique? Tiré de Adult Literacy Education, un article de blogue écrit par David J. Rosen, D.Ed. http://davidjrosen.wordpress.com/2013/01 TEACH Magazine, disponible en version imprimée et numérique, est la plus

Plus en détail

Synthèse «Le Plus Grand Produit»

Synthèse «Le Plus Grand Produit» Introduction et Objectifs Synthèse «Le Plus Grand Produit» Le document suivant est extrait d un ensemble de ressources plus vastes construites par un groupe de recherche INRP-IREM-IUFM-LEPS. La problématique

Plus en détail

Bilan de la destination des finissants 2013-2014

Bilan de la destination des finissants 2013-2014 Service d orientation scolaire et professionnelle École secondaire Mont-Royal Bilan de la destination des finissants 2013-2014 École secondaire Mont-Royal Pour l année scolaire 2013-2014, il y avait 131

Plus en détail

Directive 05_04 Prise en compte des études déjà effectuées

Directive 05_04 Prise en compte des études déjà effectuées Haute école pédagogique Comité de Direction Avenue de Cour CH 04 Lausanne www.hepl.ch Directives du Comité de direction Chapitre 05 : Filières de formation Directive 05_04 Prise en compte des études déjà

Plus en détail

Neuf arguments en faveur de la formation, de l accueil et de l éducation de la petite enfance

Neuf arguments en faveur de la formation, de l accueil et de l éducation de la petite enfance POURQUOI IL EST JUDICIEUX D INVESTIR DANS L ENCOURAGEMENT PRECOCE Neuf arguments en faveur de la formation, de l accueil et de l éducation de la petite enfance Argumentaire destiné aux villes participant

Plus en détail

AVANTAGES ABC COURS - Pas de frais d inscription - Déduction Fiscale ou Crédit d impôt de 50 % - Evaluation Gratuite à Domicile

AVANTAGES ABC COURS - Pas de frais d inscription - Déduction Fiscale ou Crédit d impôt de 50 % - Evaluation Gratuite à Domicile AVANTAGES ABC COURS - Pas de frais d inscription - Déduction Fiscale ou Crédit d impôt de 50 % - Evaluation Gratuite à Domicile SOUTIEN SCOLAIRE ET COURS PARTICULIERS CONTACT ABC COURS : A DOMICILE ABC

Plus en détail

Préparation d une maturité avec mention bilingue français-allemand ou français-anglais

Préparation d une maturité avec mention bilingue français-allemand ou français-anglais Préparation d une maturité avec mention bilingue français-allemand ou français-anglais Dans les écoles de maturité des gymnases du canton de Vaud Edition 2014 Département de la formation, de la jeunesse

Plus en détail

RESSOURCES PÉDAGOGIQUES

RESSOURCES PÉDAGOGIQUES S ABONNER D LE MONDE ENTIER, C EST FACILE par l intermédiaire de votre délégué local, dont les coordonnées figurent ci-dessous. Seul votre délégué local vous permet de bénéficier des tarifs les plus avantageux

Plus en détail

REGLEMENT PARTICULIER DES ETUDES

REGLEMENT PARTICULIER DES ETUDES Erg-ESA (Ecole de Recherche Graphique)& ESA-Saint-Luc Bruxelles REGLEMENT PARTICULIER DES ETUDES de l agrégation de l enseignement secondaire supérieur pour le domaine des arts plastiques, visuels et de

Plus en détail

Après la classe de seconde

Après la classe de seconde Compte- rendu de la réunion d orientation du 19 février 2015 M. Ritter Après la classe de seconde Pour tout renseignement complémentaire, n hésitez pas à contacter M. Ritter : pritter@lfjtokyo.org et le

Plus en détail

LUNDI DE LA SORBONNE : 22 novembre 2010 LES DOUBLES CURSUS : QUELS OBJECTIFS, QUELS ENJEUX?

LUNDI DE LA SORBONNE : 22 novembre 2010 LES DOUBLES CURSUS : QUELS OBJECTIFS, QUELS ENJEUX? LUNDI DE LA SORBONNE : 22 novembre 2010 LES DOUBLES CURSUS : QUELS OBJECTIFS, QUELS ENJEUX? 1) MASS Paris I/IEP : Pascal Goudrel (Paris I Panthéon Sorbonne), directeur de recherche. Mathématiques appliquées

Plus en détail

VOTE ÉLECTRONIQUE ET PARTICIPATION POLITIQUE EN BELGIQUE PRÉSENTATION DES RÉSULTATS PRÉLIMINAIRES DE RECHERCHE

VOTE ÉLECTRONIQUE ET PARTICIPATION POLITIQUE EN BELGIQUE PRÉSENTATION DES RÉSULTATS PRÉLIMINAIRES DE RECHERCHE VOTE ÉLECTRONIQUE ET PARTICIPATION POLITIQUE EN BELGIQUE PRÉSENTATION DES RÉSULTATS PRÉLIMINAIRES DE RECHERCHE RECHERCHE DANS LE CADRE DU PROGRAMME " COHÉSION SOCIALE " DU SPP POLITIQUE SCIENTIFIQUE Coordinateur

Plus en détail

RÉSULTAT DISCIPLINAIRE RÈGLE DE RÉUSSITE DISCIPLINAIRE Programme de formation de l école québécoise Secondaire - 1 er cycle

RÉSULTAT DISCIPLINAIRE RÈGLE DE RÉUSSITE DISCIPLINAIRE Programme de formation de l école québécoise Secondaire - 1 er cycle RÉSULTAT DISCIPLINAIRE RÈGLE DE RÉUSSITE DISCIPLINAIRE Programme de formation de l école québécoise Secondaire - er cycle Direction générale de la formation des jeunes Octobre 006 Introduction Dans le

Plus en détail

QUELLE EST LA SUPERFICIE DE TON ETABLISSEMENT?

QUELLE EST LA SUPERFICIE DE TON ETABLISSEMENT? QUELLE EST LA SUPERFICIE DE TON ETABLISSEMENT? FICHE PROFESSEUR NIVEAUX ET OBJECTIFS PEDAGOGIQUES 6 e : mise en œuvre des notions de périmètre et d aire 5 e : réactivation des notions précédentes. MODALITES

Plus en détail

Directives relatives au travail de maturité

Directives relatives au travail de maturité Directives relatives au travail de maturité Afin de permettre une meilleure lecture, seule la forme masculine est utilisée ci-après. 1. Dispositions légales Les textes suivants constituent la base légale

Plus en détail

INTERVENTION AU COLLOQUE PRINTEMPS DE LA RECHERCHE A NANTES, 16 MAI 2013

INTERVENTION AU COLLOQUE PRINTEMPS DE LA RECHERCHE A NANTES, 16 MAI 2013 INTERVENTION AU COLLOQUE PRINTEMPS DE LA RECHERCHE A NANTES, 16 MAI 2013 Bonjour, je m appelle Gavin Killip, chercheur de l universite d Oxford. C est un grand honneur de faire cette intervention pour

Plus en détail

Sondage sur les bulletins scolaires de la province Résumé des résultats

Sondage sur les bulletins scolaires de la province Résumé des résultats Sondage sur les bulletins scolaires de la province Résumé des résultats Présenté à la ministre de l Éducation et du Développement de la petite enfance par le Comité d examen des bulletins scolaires de

Plus en détail

Le Bureau d intégrité de la CTB : règles de fonctionnement

Le Bureau d intégrité de la CTB : règles de fonctionnement 1 Le Bureau d intégrité de la CTB : règles de fonctionnement I. Introduction Financée principalement par l État belge et exerçant des tâches de service public, la Coopération Technique Belge se doit de

Plus en détail

Quelles semblent être les meilleures stratégies pour réduire le chômage? Un hommage au vice et à la patience

Quelles semblent être les meilleures stratégies pour réduire le chômage? Un hommage au vice et à la patience 3 mars 6 N 6-134 Quelles semblent être les meilleures stratégies pour réduire le chômage? Un hommage au vice et à la patience On sait que les pays ont des stratégies de croissance très différentes : développement

Plus en détail

Projet d établissement

Projet d établissement Projet d établissement Le Lycée Expérimental de Saint-Nazaire est un établissement public assurant une formation de second cycle de l enseignement secondaire. Il regroupe des enseignants volontaires qui

Plus en détail

Philosophie. Parcours d études proposés à l Institut Catholique de Paris Métiers associés

Philosophie. Parcours d études proposés à l Institut Catholique de Paris Métiers associés Institut Catholique de Paris Service Communication Fiche Filière / parcours Philosophie Parcours d études proposés à l Institut Catholique de Paris Métiers associés Collection «Orientation à l ICP : Fiches

Plus en détail

Expérimentation : 2nde - PFEG : Construction collaborative de synthèses de cours

Expérimentation : 2nde - PFEG : Construction collaborative de synthèses de cours Sophie Dupaquier Lycée Jean Moulin (Torcy - 77) Expérimentation : 2nde - PFEG : Construction collaborative de synthèses de cours Lycée : Jean Moulin (Torcy - 77) Classe : Seconde, regroupement d élèves

Plus en détail

PROJET ISN : Conduite du projet INFORMATIQUE ET SCIENCES DU NUMERIQUE. Année 2013-2014. besoin défini dans des délais fixés.» Terminale Scientifique

PROJET ISN : Conduite du projet INFORMATIQUE ET SCIENCES DU NUMERIQUE. Année 2013-2014. besoin défini dans des délais fixés.» Terminale Scientifique PROJET ISN : INFORMATIQUE ET SCIENCES DU NUMERIQUE Année 2013-2014 Conduite du projet Projet : «On appelle projet l'ensemble des actions à entreprendre afin de répondre à un besoin défini dans des délais

Plus en détail

1) Crèche ( 0 à 3 ans) Avant 3 ans, les parents peuvent amener leurs enfants au Jardin d'enfants.

1) Crèche ( 0 à 3 ans) Avant 3 ans, les parents peuvent amener leurs enfants au Jardin d'enfants. Stage Bourses Individuelles Comenius «Situer les enseignements dans l espace européen» Rapport de stage FOURNET Raymond Ecole élémentaire Andilly Classe cycle 3 Stage de langues du 25/05/2009 au 12/06/2009

Plus en détail

BASSE-NORMANDIE RELATIF A LA LUTTE CONTRE L ILLETTRISME ET A L ACCES AUX COMPETENCES DE BASE PREFECTURE DE REGION BASSE-NORMANDIE

BASSE-NORMANDIE RELATIF A LA LUTTE CONTRE L ILLETTRISME ET A L ACCES AUX COMPETENCES DE BASE PREFECTURE DE REGION BASSE-NORMANDIE PROTOCOLE D ACCORD ETAT- REGION BASSE-NORMANDIE RELATIF A LA LUTTE CONTRE L ILLETTRISME ET A L ACCES AUX COMPETENCES DE BASE PREFECTURE DE REGION BASSE-NORMANDIE LE 20 MARS 2007 PROTOCOLE D ACCORD ETAT-

Plus en détail

Objectif pédagogique de le séance

Objectif pédagogique de le séance Objectif pédagogique de le séance Connaître les conditions et les démarches à suivre pour obtenir un permis d enseigner du ministère de l Éducation du Québec au niveau : primaire, secondaire ou professionnel.

Plus en détail

Un cours d introduction à la démarche mathématique. Martine De Vleeschouwer, Suzanne Thiry

Un cours d introduction à la démarche mathématique. Martine De Vleeschouwer, Suzanne Thiry Aide à la transition dans une formation universitaire d un mathématicien en Belgique Un cours d introduction à la démarche mathématique Martine De Vleeschouwer, Suzanne Thiry Université de Namur, Unité

Plus en détail

HISTORIQUE ET EVOLUTION DU METIER D ENSEIGNANT

HISTORIQUE ET EVOLUTION DU METIER D ENSEIGNANT INTRODUCTION L école primaire est le lieu les professeurs des écoles exercent leur métier. L école primaire comporte l école maternelle et l école élémentaire. Elle est le lieu des premiers apprentissages,

Plus en détail

L ITI montre le chemin en dentisterie implantaire.

L ITI montre le chemin en dentisterie implantaire. L ITI montre le chemin en dentisterie implantaire. «Une organisation dédiée à l avancée des connaissances et au partage de l expertise.» Professeur Dr. Daniel Buser Président de l ITI Dr. Stephen Chen

Plus en détail

CHARTE DYSLEXIE. en faveur des élèves du secondaire présentant des troubles spécifiques du langage écrit. Collège Grégoire de Tours Marlenheim 2012

CHARTE DYSLEXIE. en faveur des élèves du secondaire présentant des troubles spécifiques du langage écrit. Collège Grégoire de Tours Marlenheim 2012 CHARTE DYSLEXIE en faveur des élèves du secondaire présentant des troubles spécifiques du langage écrit Collège Grégoire de Tours Marlenheim 2012 Préambule Les élèves présentant des troubles du langage

Plus en détail

APPRENDRE LA CHIMIE EN ZEP

APPRENDRE LA CHIMIE EN ZEP Résumé du rapport de recherche destiné au Centre Alain Savary, INRP APPRENDRE LA CHIMIE EN ZEP Martine Méheut, Olivier Prézeau INRP, Centre Alain Savary Apprendre la chimie en ZEP Résumé 1 Dans une perspective

Plus en détail

Quel est le temps de travail des enseignants?

Quel est le temps de travail des enseignants? Quel est le temps de travail des enseignants? Dans les établissements publics, les enseignants donnent, en moyenne et par an, 779 heures de cours dans l enseignement primaire, 701 heures de cours dans

Plus en détail

Les formations à l université Stendhal

Les formations à l université Stendhal Les formations à l université Stendhal Une palette innovante et diversifiée L université Stendhal propose une palette diversifiée de formations à travers ses 5 Unités de formation et de recherche (UFR)

Plus en détail

Où? > UFR Droit, Economie et Administration, à Metz > UFR Droit, Sciences Economiques et Gestion, à Nancy

Où? > UFR Droit, Economie et Administration, à Metz > UFR Droit, Sciences Economiques et Gestion, à Nancy DOMAINE DROIT, ECONOMIE, GESTION LICENCE MENTION DROIT Parcours (dès la L1) : Droit Classique (Nancy et Metz) Droit langue anglaise : droit des pays de Common Law (Nancy) Droit français Droit allemand

Plus en détail

info@diasporaburundaise-belgique.org 23 juli 2013 PROJET DE RELEVE DU NIVEAU DES ELEVES DU CYCLE SUPÉRIEUR DU SECONDAIRE.

info@diasporaburundaise-belgique.org 23 juli 2013 PROJET DE RELEVE DU NIVEAU DES ELEVES DU CYCLE SUPÉRIEUR DU SECONDAIRE. PROJET DE RELEVE DU NIVEAU DES ELEVES DU CYCLE SUPÉRIEUR DU SECONDAIRE. 1. Introduction Plusieurs événements importants ont marqué le monde au cours de ces vingt dernières années : la mondialisation, l

Plus en détail

W. Zacharia TIEMTORE, Docteur en Sciences de l éducation Courriel: zacharia.tiemtore@uhb.fr. Rennes, 5 et 6 juin 2007. http://www.marsouin.

W. Zacharia TIEMTORE, Docteur en Sciences de l éducation Courriel: zacharia.tiemtore@uhb.fr. Rennes, 5 et 6 juin 2007. http://www.marsouin. LES ENSEIGNANTS STAGIAIRES ET INTERNET EN AFRIQUE SUBSAHARIENNE : QUELLES PRATIQUES ET QUELS USAGES? LE CAS DE L UNIVERSITÉ DE KOUDOUGOU AU BURKINA FASO. W. Zacharia TIEMTORE, Docteur en Sciences de l

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence

Rapport d évaluation de la licence Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence Science politique de l Université Paris 1 - Panthéon Sorbonne Vague D 2014-2018 Campagne d évaluation 2012-2013 Section des Formations

Plus en détail

ERASMUS + PROGRAMME DE FORMATION ISFEC AQUITAINE 2015-2016

ERASMUS + PROGRAMME DE FORMATION ISFEC AQUITAINE 2015-2016 PROGRAMME ERASMUS PLUS PROGRAMME DE FORMATION ISFEC AQUITAINE Enseignement, Education, Formation Cultures, Laïcité, Religions ERASMUS + PROGRAMME DE FORMATION ISFEC AQUITAINE 2015-2016 Institut Supérieur

Plus en détail

LICENCE MENTION LANGUES, LITTERATURES ET CIVILISATIONS ETRANGERES SPECIALITE ANGLAIS

LICENCE MENTION LANGUES, LITTERATURES ET CIVILISATIONS ETRANGERES SPECIALITE ANGLAIS > NOTES : Service d orientation et d insertion professionnelle de l Université de Lorraine soip-contact@univ-lorraine.fr / www.univ-lorraine.fr/orientation Metz : 0 87 1 50 40 / Nancy : 0 54 50 7 80 Infos

Plus en détail

Pourquoi et comment les collectivités locales associent d autres acteurs à la définition et à la mise en œuvre d actions publiques?

Pourquoi et comment les collectivités locales associent d autres acteurs à la définition et à la mise en œuvre d actions publiques? Pourquoi et comment les collectivités locales associent d autres acteurs à la définition et à la mise en œuvre d actions publiques? Rencontre professionnelle 4 Ont participé à cet atelier : David ALCAUD,

Plus en détail

Le CNRS : une grande diversité de métiers

Le CNRS : une grande diversité de métiers - Septembre 2004 Le CNRS : une grande diversité de métiers Une grande variété de métiers sont exercés dans les unités de recherche et de services du CNRS. Le CNRS compte 25 283 agents : 11 349 chercheurs,

Plus en détail

Systèmes d éducation et d accueil des jeunes enfants : questions de tradition et de gouvernance

Systèmes d éducation et d accueil des jeunes enfants : questions de tradition et de gouvernance SERVICES À LA PETITE ENFANCE - ÉDUCATION ET ACCUEIL DES JEUNES ENFANTS Systèmes d éducation et d accueil des jeunes enfants : questions de tradition et de gouvernance John Bennett, M.Éd., Ph.D. Avril 2011,,

Plus en détail

Licence bi-disciplinaire anglais scandinave

Licence bi-disciplinaire anglais scandinave Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence bi-disciplinaire anglais scandinave Université Lumière - Lyon 2 Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le HCERES, 1 Didier

Plus en détail

Prix des actifs et politique monétaire

Prix des actifs et politique monétaire Prix des actifs et politique monétaire André ICARD Conférence prononcée lors des premières doctoriales MACROFI Poitiers 6 Avril 2006 1 Introduction Les succès dans la lutte contre l inflation ont influencé

Plus en détail

Dominique Gravel, Professeur, Département de biologie, chimie et géographie

Dominique Gravel, Professeur, Département de biologie, chimie et géographie BOURSES EN RECHERCHE DU FRQNT Maîtrise et doctorat Dominique Gravel, Professeur, Département de biologie, chimie et géographie Chaire Écologie Écosystèmes Continentaux 1. Règles des programmes 2. Formulaire

Plus en détail

Circulaire n 108. OBJET: Régulation des travaux à domicile dans l enseignement fondamental

Circulaire n 108. OBJET: Régulation des travaux à domicile dans l enseignement fondamental Bruxelles, le 13 mai 2002 Circulaire n 108 OBJET: Régulation des travaux à domicile dans l enseignement fondamental En sa séance du 27 mars 2001, le Parlement de la Communauté française a adopté le décret

Plus en détail

2. Bilan de la session 2013

2. Bilan de la session 2013 RAPPORT DE JURY DE L EXAMEN DE CERTIFICATION COMPLEMENTAIRE DNL ANGLAIS SESSION 2013 1. Cadre réglementaire 1.1. Textes réglementaires L examen visant l attribution d une certification complémentaire est

Plus en détail

LYCEE GRANDMONT Avenue de Sévigné 37000 TOURS Tel : 02.47.48.78.78 Fax : 02.47.48.78.79 Site : www.grandmont.fr

LYCEE GRANDMONT Avenue de Sévigné 37000 TOURS Tel : 02.47.48.78.78 Fax : 02.47.48.78.79 Site : www.grandmont.fr LYCEE GRANDMONT Avenue de Sévigné 37000 TOURS Tel : 02.47.48.78.78 Fax : 02.47.48.78.79 Site : www.grandmont.fr Dans un parc de 17 ha 2160 élèves 560 internes 9 sections post-bac 21 classes de terminale

Plus en détail

La Formation des Enseignants. Contribution dans le cadre de la concertation «Refondons l Ecole»

La Formation des Enseignants. Contribution dans le cadre de la concertation «Refondons l Ecole» La Formation des Enseignants Contribution dans le cadre de la concertation «Refondons l Ecole» 1 Avant-propos Le président de la République a fait de la refondation de l Ecole une priorité de son action.

Plus en détail

Symposium international

Symposium international Symposium international sur l interculturalisme DIALOGUE QUÉBEC-EUROPE Montréal Du 25 au 27 mai 2011 Interculturalisme et perspectives de l éducation à mieux vivre ensemble Contribution au chapitre 8 :

Plus en détail

Master Anglais Spécialité, métiers de l enseignement et de la formation (MEF)

Master Anglais Spécialité, métiers de l enseignement et de la formation (MEF) Spécialité, métiers de l enseignement et de la formation (MEF) PRESENTATION UNIVERSITE DU MAINE - Le Mans - Laval Site web : http://www.univ-lemans.fr Lieu de formation : UFR Lettres, Langues et Sciences

Plus en détail

RECHERCHER ET TROUVER DE L'INFORMATION SCIENTIFIQUE DANS LES BIBLIOTHEQUES

RECHERCHER ET TROUVER DE L'INFORMATION SCIENTIFIQUE DANS LES BIBLIOTHEQUES RECHERCHER ET TROUVER DE L'INFORMATION SCIENTIFIQUE DANS LES BIBLIOTHEQUES Licence BUPMC 2013-2014 Plan de la séance I. Présentation des bibliothèques II. La recherche d information : une méthode III.

Plus en détail

USAIN BOLT. Table des matières. Tâche complexe produite par l académie de Clermont-Ferrand. Juin 2012. Fiche professeur... 2. Fiche élève 1...

USAIN BOLT. Table des matières. Tâche complexe produite par l académie de Clermont-Ferrand. Juin 2012. Fiche professeur... 2. Fiche élève 1... USAIN BOLT Table des matières Fiche professeur... 2 Fiche élève 1... 5 Fiche élève 2... 6 Narration de séances et productions d élèves... 7 1 Fiche professeur USAIN BOLT Niveaux et objectifs pédagogiques

Plus en détail

ANALYSES TEMPORELLE ET SPECTRALE APPAREILS USUELS

ANALYSES TEMPORELLE ET SPECTRALE APPAREILS USUELS Charges non linéaires BUT : - Observer le courant i ( t ) absorbé par différentes charges non linéaires alimentées par une tension monophasée 230 V / 50 Hz - Relever le Taux de distorsion harmonique du

Plus en détail

Psychologie Sociale. La psychosociologie étudie les situations sur le terrain.

Psychologie Sociale. La psychosociologie étudie les situations sur le terrain. Psychologie Sociale Nous confondons souvent la psychologie sociale et la psychosociologie. La psychologie sociale et la psychosociologie sont différenciées par la méthode. La psychologie sociale exerce,

Plus en détail

Procès-verbal du Conseil de la Municipalité de St-Herménégilde

Procès-verbal du Conseil de la Municipalité de St-Herménégilde Province de Québec Municipalité Procès-verbal de la session régulière du conseil municipal, tenue à l'hôtel de ville 776, rue principale, le 13 janvier 2014, à 19h30, présidée par le Maire, Gérard Duteau,

Plus en détail

Le rôle de l observateur. Evaluation, co-évaluation et autoévaluation de la discussion, en cours de philosophie

Le rôle de l observateur. Evaluation, co-évaluation et autoévaluation de la discussion, en cours de philosophie Le rôle de l observateur. Evaluation, co-évaluation et autoévaluation de la discussion, en cours de philosophie Nathalie Frieden, natalia.frieden@unifr.ch, université de Fribourg, Suisse Résumé : L expérience

Plus en détail

STAGES EN ETABLISSEMENT SCOLAIRE ET ENSEIGNEMENTS D ACCOMPAGNEMENT MASTER MEEF SECOND DEGRE, DISCIPLINES GENERALES.

STAGES EN ETABLISSEMENT SCOLAIRE ET ENSEIGNEMENTS D ACCOMPAGNEMENT MASTER MEEF SECOND DEGRE, DISCIPLINES GENERALES. STAGES EN ETABLISSEMENT SCOLAIRE ET ENSEIGNEMENTS D ACCOMPAGNEMENT MASTER MEEF SECOND DEGRE, DISCIPLINES GENERALES. I. Stages de M1. A. Calendrier et description. Le stage se décompose en deux parties,

Plus en détail

UNION EUROPÉENNE Tableau comparatif des régimes de retraite de base

UNION EUROPÉENNE Tableau comparatif des régimes de retraite de base UNION EUROPÉENNE Tableau comparatif des régimes de retraite de base PAYS Durée minimale OUVERTURE DE DROIT Age normal de liquidation à la retraite DUREE DE VALIDATION MAXIMALE CALCUL DE PENSION ALLEMAGNE

Plus en détail

CATALOGUE FORMATIONS

CATALOGUE FORMATIONS CATALOGUE DE FORMATIONS 2015 Association Départementale des Pupilles de l Enseignement Public de l Essonne 16 rue Thibaud de Champagne 91090 Tel : 01 69 11 23 83 Fax : 01 60 86 16 36 Site : www.adpep91.org

Plus en détail

«Co-enseigner pour faire progresser

«Co-enseigner pour faire progresser «Co-enseigner pour faire progresser tous les élèves» Formation Maîtres supplémentaires Circonscriptions de Décines, Meyzieu, Vaulx en Velin B. Parrini, A. Sanial-Lanternier, F. Delay-Goyet 28 novembre

Plus en détail

6 ème FONCTIONS. Pratiquer une démarche scientifique et technologique. Capacités

6 ème FONCTIONS. Pratiquer une démarche scientifique et technologique. Capacités 6 ème FONCTIONS Les exercices de ce chapitre permettent de travailler des compétences scientifiques du socle commun. Pratiquer une démarche scientifique et technologique Capacités Rechercher, extraire

Plus en détail

l éducation de demain Lundi 5 octobre 2015 UNESCO Paris 7 place de Fontenoy, Paris 7

l éducation de demain Lundi 5 octobre 2015 UNESCO Paris 7 place de Fontenoy, Paris 7 l éducation de demain Lundi 5 octobre 2015 UNESCO Paris 7 place de Fontenoy, Paris 7 Introduction TEDxChampsÉlyséesED est au service de la réflexion sur l éducation et se veut être un espace d inspiration

Plus en détail

ACCOMPAGNER L INNOVATION www.parlonsentreprise.com

ACCOMPAGNER L INNOVATION www.parlonsentreprise.com ACCOMPAGNER L INNOVATION www.parlonsentreprise.com Sommaire INTRODUCTION ET DEFINITIONS Soutenir la recherche et developpement : une volonte politique La mission de l Expert-Comptable Table ronde 2 Une

Plus en détail

LICENCE 3 ème ANNEE MENTION ADMINISTRATION PUBLIQUE

LICENCE 3 ème ANNEE MENTION ADMINISTRATION PUBLIQUE DOMAINE DROIT, ECONOMIE, GESTION LICENCE 3 ème ANNEE MENTION ADMINISTRATION PUBLIQUE Parcours (à partir de la L3) : Culture politique (Nancy) Métiers du secteur public (Metz ou Nancy) Où? > Institut de

Plus en détail

CENTRE SCOLAIRE SAINT-FRANÇOIS-XAVIER. Bienvenue. Rue de Rome, 18 4800 Verviers 087.393939 - SFXun.secondaire@edpnet.be

CENTRE SCOLAIRE SAINT-FRANÇOIS-XAVIER. Bienvenue. Rue de Rome, 18 4800 Verviers 087.393939 - SFXun.secondaire@edpnet.be CENTRE SCOLAIRE SAINT-FRANÇOIS-XAVIER Bienvenue Rue de Rome, 18 4800 Verviers 087.393939 - SFXun.secondaire@edpnet.be UNE ECOLE VERTE AU CŒUR DE LA VILLE Située rue de Rome, au cœur de la ville de Verviers,

Plus en détail

LICENCE PROFESSIONNELLE ACTIVITES SPORTIVES. Développement social et médiation par le sport

LICENCE PROFESSIONNELLE ACTIVITES SPORTIVES. Développement social et médiation par le sport UNIVERSITE ORLEANS 2012 2013 LICENCE PROFESSIONNELLE ACTIVITES SPORTIVES Développement social et médiation par le sport Lieu de la formation : 2 allée du Château BP 6237 45062 ORLEANS CEDEX 2 Tél : 02

Plus en détail

DÉFINITION DU DOMAINE D ÉVALUATION. Cours Démocratie et droit de vote SCH-1101-1. Programme d études Vie sociale et politique

DÉFINITION DU DOMAINE D ÉVALUATION. Cours Démocratie et droit de vote SCH-1101-1. Programme d études Vie sociale et politique DÉFINITION DU DOMAINE D ÉVALUATION Cours Démocratie et droit de vote SCH-1101-1 Programme d études Vie sociale et politique Novembre 2008 Éléments de la définition du domaine d évaluation La définition

Plus en détail

Management de l Innovation

Management de l Innovation Management de l Innovation Mention du Master Sciences et Technologies de l Université Pierre et Marie Curie Directeur du Département de Formation : Patrick Brézillon Contact secrétariat : 01 44 39 08 69

Plus en détail

MEEF langues (parcours anglais, allemand, espagnol)

MEEF langues (parcours anglais, allemand, espagnol) Impression à partir du site https://offredeformation.picardie.fr le 14/11/2015. Fiche formation Master - Métiers de l'éducation, de l'enseignement et de la formation - Professeur de langue étrangère (1ère

Plus en détail

C est quoi la Bourse?

C est quoi la Bourse? C est quoi la Bourse? Florin Duma Résumé La Bourse est la plus importante institution dans le marche du capital, concentrant dans le meme espace la demande et l offre des valeurs mobilieres negociees d

Plus en détail

Master Droit 1 ère année Règlement des études

Master Droit 1 ère année Règlement des études PRES Université Lille Nord de France Faculté de Droit de Boulogne sur Mer Centre universitaire Saint Louis 21, rue Saint Louis BP 774 62327 Boulogne sur Mer Master Droit 1 ère année Règlement des études

Plus en détail

TRAVERSIÈRE ÉCOLE. jury & admission JURY CENTRAL & ADMISSION À L UNIVERSITÉ I SOUTIEN SCOLAIRE

TRAVERSIÈRE ÉCOLE. jury & admission JURY CENTRAL & ADMISSION À L UNIVERSITÉ I SOUTIEN SCOLAIRE ÉCOLE TRAVERSIÈRE JURY CENTRAL & ADMISSION À L UNIVERSITÉ I SOUTIEN SCOLAIRE jury & admission Ecole Traversière asbl Place de l Université 25-1348 Louvain-la-Neuve - Tél.: 010/246.369 www.traversiere.be

Plus en détail

Normes de référence. Comparaison. Commande cognitive Sentiments épistémiques Incarnés dépendants de l activité

Normes de référence. Comparaison. Commande cognitive Sentiments épistémiques Incarnés dépendants de l activité Séminaire Sciences Cognitives et Education 20 Novembre 2012 Collège de France L importance de la Métacognition: Joëlle Proust Institut Jean-Nicod, Paris jproust@ehess.fr http://joelleproust.org.fr Plan

Plus en détail

Anand Rumajogee Distance Education and Open Learning Division, Tertiary Education Commission of Mauritius. Définition de FAD

Anand Rumajogee Distance Education and Open Learning Division, Tertiary Education Commission of Mauritius. Définition de FAD Comment se jouent les rapports entre universités et État dans les pays de tradition anglo-saxonne où fonctionnent plusieurs réseaux d'enseignement à distance en relation avec des institutions extérieures

Plus en détail

Vacataires dans nos services

Vacataires dans nos services TRAVAIL AFFAIRES SOCIALES TRA AFFAIR 12, bd de Bonne Nouvelle 75010 PARIS tel : 01 44 79 31 65, 69 Fax : 01 44 79 31 72 site internet : www.sud-travail-affaires-sociales.org site intranet: www.intracom.travail.gouv.fr

Plus en détail

Séminaire LIDILEM. vendredi 25 juin 2010 ET LA RECHERCHE ACTUELLE

Séminaire LIDILEM. vendredi 25 juin 2010 ET LA RECHERCHE ACTUELLE Séminaire LIDILEM vendredi 25 juin 2010 LE MÉTIER DE CHERCHEUR ET LA RECHERCHE ACTUELLE Salle Jacques Cartier Maison des Langues et des Cultures Organisatrices : Cristelle Cavalla & Françoise Raby Thierry

Plus en détail