Bénéficier d une information métier toujours actualisée

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Bénéficier d une information métier toujours actualisée"

Transcription

1 Bénéficier d une information métier toujours actualisée En plus des solutions techniques, Schneider Electric vous accompagne, vous conseille, vous informe sur toutes les évolutions et toutes les tendances qui impactent la filière électrique. K2

2 ormes, conseils et services ormes et labels Réglementation Thermique RT2012 K2 orme F C K4 orme F C K6 Diagnostic électrique K15 Mise en sécurité K16 Certification F K19 Conseils techniques et exemples d'application Caractéristiques complémentaires Labels Promotelec Tableau électrique du logement Opale, DuoLine Répartiteur et connecteur DuoLine Distri'clic XE, R'clic XE Câblage des parafoudres PF'clic, iprc, ipri Tableau de communication LexCom Home Système de gestion de l'énergie Wiser, Odace Unica Radio, Odace + Applications de contrôle-commande gestion de l'éclairage, programmation, télécommande Photovoltaïque connecté au réseau Conext RL et TL Photovoltaïque pour auto-consommation et sites isolés Conext SW et XW Bornes de charge pour véhicules électriques EVlink Variateurs, télévariateurs charges admissibles Degré de protection IP, IK, AF Couples de serrage K20 K22 K28 K29 K30 K34 K40 K46 K83 K52 K54 K56 K58 Filiation K59 230/240 V, 400/415 V Déclassement en température Télérupteurs et contacteurs choix en fonction du type de charge Onduleurs Back UPS, Smart UPS, Symmetra Canalis description, applications et méthode de choix Prises industrielles normes et caractéristiques Transformateurs et autotransformateurs BT/BT coordination avec disjoncteurs K62 K64 K67 K68 K72 K74 Services Formations K76 Annexes Carnet d'adresses K80 Conditions générales de vente K81 Mise à jour 01/2014 K1

3 ormes et labels RT2012 Afin d améliorer la performance énergétique du bâtiment, la RT2012 aborde de façon précise les principaux usages du bâtiment. Elle stipule un certain nombre de règles nécessitant des changements à la fois dans la conception et dans la construction des bâtiments ainsi que la mise en œuvre d équipements visant à réduire les consommations d énergie Consommation maximale (Cepmax) par zone géographique (zones climatiques en vigueur dans la RT 2012) Chauffage Rafraichissement (confort d été) Optimisation des performances des parois vitrées et des occultants (art. 6, 7, 21) Les parois vitrées sont les seuls éléments d un bâtiment qui permettent la transmission des apports solaires, qu ils soient énergétiques ou lumineux. Il convient de prendre en compte certaines contraintes : optimiser la performance des parois vitrées pour diminuer leurs déperditions, se protéger des apports solaires pour assurer le confort thermique et lumineux des occupants. Seuls des systèmes mobiles permettent d assurer la variabilité des performances des parois vitrées. Ces protections mobiles peuvent être commandées : en mode manuel : par organe de commande manuel, système de motorisation avec ou sans télécommande, système de motorisation avec système de centralisation en mode automatique : complètement automatique (horloge, capteur) ou avec dérogation pour l utilisateur, avec ou sans système de détection de présence. Pilotage du chauffage en fonction des besoins (art. 24) Dans les bâtiments ou parties de bâtiments à usage d habitation, une installation de chauffage comporte, par local desservi, un ou plusieurs dispositifs d arrêt manuel et de réglage automatique en fonction de la température intérieure de ce local. Toutefois lorsque le chauffage est assuré par un plancher chauffant à eau chaude fonctionnant à basse température ou par un appareil indépendant de chauffage à bois, ce dispositif peut être commun à des locaux d une surface habitable totale maximum de 100 m 2. Pilotage du chauffage selon les besoins (art. 34) Dans les bâtiments ou parties de bâtiment à usage autre que d habitation, une installation de chauffage comporte, par local desservi, un ou plusieurs dispositifs d arrêt manuel et de réglage automatique en fonction de la température intérieure du local. Toutefois, lorsque l intégralité du chauffage est assurée par un plancher à eau chaude fonctionnant à basse température ou par air insuffl é ou par un appareil indépendant de chauffage à bois, ce dispositif peut être commun à des locaux de SUrt* totale maximum de 100 m 2. Diversité des allures de chauffage (art. 35) Dans les cas de bâtiments ou parties de bâtiments à usage autre que d habitation, toute installation de chauffage desservant des locaux à occupation discontinue comporte un dispositif de commande manuelle et de programmation automatique, au moins par une horloge, permettant : une fourniture de chaleur selon les quatre allures suivantes : confort, réduit, hors gel, arrêt une commutation automatique entre ces allures. Lors d une commutation entre deux allures, la puissance de chauffage est nulle ou maximum de façon à minimiser la durée des phases de transition. Un tel dispositif ne peut être commun qu à des locaux dont les horaires d occupation sont similaires. Un même dispositif peut desservir au plus une SUrt de m². Eau chaude sanitaire Mise en œuvre de systèmes innovants (art. 16) En raison de la baisse très signifi cative des consommations liées au chauffage, l eau chaude sanitaire devient le premier poste énergivore du bâtiment résidentiel : 25 à 30 kwhep/m²/an Pour optimiser les consommations d énergie liées à l eau chaude sanitaire, la RT2012 préconise : la généralisation du chauffe-eau thermodynamique ou la mise en œuvre de capteurs solaires thermiques (au minimum 2 m²) respectant une orientation au sud et une inclinaison entre 20 et 60 ou le raccordement à un réseau de chaleur alimenté à plus de 50% par une énergie renouvelable ou de récupération ou la production d eau chaude sanitaire par une chaudière à micro-génération à combustible liquide ou gazeux. K2

4 Eclairage Isolation / étanchéité Exigence de surface minimale de parois vitrées (art. 20) Pour les bâtiments ou parties de bâtiments à usage d habitation, la surface totale des baies, mesurée en tableau, est supérieure ou égale à 1/6 de la surface habitable. Mise en place de système automatique de détection de présence (art. 27) Pour les parties communes internes horizontales et verticales : Tout local comporte un dispositif automatique permettant, lorsqu il est inoccupé, l extinction des sources de lumière ou l abaissement de l éclairement à un minimum réglementaire. De plus, lorsque le local a accès à la lumière naturelle, il intègre un dispositif permettant une extinction automatique du système d éclairage dès que l éclairement naturel est suffi sant. Un même dispositif dessert au plus : une surface maximale de 100 m² 3 niveaux pour les circulations verticales Installation de détecteurs de présence dans les parkings (art. 28) Les parcs de stationnement couverts ou semi-couverts comportent : soit un dispositif automatique permettant l extinction des sources de lumière artifi cielle pendant les périodes d inoccupation, soit un dispositif permettant d abaisser le niveau d éclairement au niveau minimum réglementaire pendant les périodes d inoccupation. Pilotage de l éclairage de chaque local selon les besoins (art. 37) Dans les bâtiments à usage autre que d habitation, tout local est équipé d un dispositif d allumage et d extinction de l éclairage manuel ou automatique en fonction de la présence. Centralisation des commandes d éclairage depuis un poste de supervision (art. 38) Dans les bâtiments à usage autre que d habitation, tout local, dont la commande de l éclairage est du ressort de son personnel de gestion, y compris durant les périodes d occupation, comporte un dispositif permettant l allumage et l extinction de l éclairage. Si ce dispositif n est pas situé dans le local considéré, il permet de visualiser l éclairage dans ce local depuis le lieu de la commande. Implantation de détecteurs de présence, de mouvement, de luminosité (art. 39) Dans les circulations et parties communes verticales ou horizontales de bâtiments ou parties de bâtiment à usage autre que d habitation, tout local comporte un dispositif automatique permettant, lorsque le local est inoccupé, l extinction des sources de lumière ou l abaissement de l éclairement à un niveau minimum réglementaire. De plus, lorsque le local a accès à l éclairage naturel, il intègre un dispositif permettant l extinction automatique du système d éclairage dès que l éclairement naturel est suffisant. Un même dispositif dessert au plus : une SUrt maximale de 100 m² et un seul niveau pour les circulations horizontales et parties communes intérieures 3 niveaux pour les circulations verticales. Installation de détecteurs de présence dans les parkings (art. 40) Dans les bâtiments à usage autre que d habitation, les parcs de stationnement couverts ou semi-couverts comportent : soit un dispositif permettant d abaisser le niveau d éclairement au niveau minimum réglementaire pendant les périodes d inoccupation soit un dispositif automatique permettant l extinction des sources de lumière artifi cielle pendant les périodes d inoccupation, si aucune réglementation n impose un niveau minimal. Un même dispositif ne dessert qu un seul niveau et au plus une surface de 500 m². Segmentation de l installation d éclairage pour profiter de la lumière naturelle (art. 41) Dans les bâtiments ou parties de bâtiments à usage autre que d habitation, les points éclairés artifi ciellement qui sont placés à moins de 5 m d une baie sont commandés séparément des autres points d éclairage dès que la puissance totale installée est supérieure à 200 W. Obligation de test de perméabilité à l air (art.17) La RT2012 impose le traitement de la perméabilité à l air des logements. Deux cas de fi gure sont possibles : soit le bâtiment a fait l objet d une mesure de la perméabilité à l air, réalisée par un opérateur autorisé par le ministère en charge de la construction et selon les conditions défi nies par ce même ministère. La perméabilité mesurée doit alors être inférieure à : - 0,6 m 3 /h/m 2 de parois déperditives hors plancher bas en maison individuelle - 1 m 3 /h/m 2 de parois déperditives hors plancher bas en immeuble collectif d habitation. soit le bâtiment a fait l objet de l application d une démarche qualité agréée par le ministère en charge de la construction. Concrètement, cette option concerne les bâtiments résidentiels ayant subi de grosses rénovations nécessitant un permis de construire. Dans ce cas, ce sont alors les méthodes constructives appliquées qui permettent de valider l étanchéité. Modalités d application de cette exigence : en maison individuelle, les deux options sont possibles en immeuble collectif, la mesure de perméabilité à l air est obligatoire jusqu au 1 er janvier Au-delà de cette date, les deux options seront possibles. Comptage La mesure des consommations d énergie : un incontournable (art. 23) La RT2012 impose la mise en œuvre de systèmes permettant de mesurer ou d estimer la consommation d énergie de chaque logement. L information devra être délivrée : a minima mensuellement, dans le volume habitable, par type d énergie, à minima selon la répartition suivante : - chauffage, - refroidissement, - production d eau chaude sanitaire, - réseau de prises électriques, - autres. répartition basée soit sur des données mesurées, soit sur des données estimées. Totalement nouvelle, cette exigence de mesure des consommations énergétiques et d information des occupants a pour objectif de les sensibiliser sur leurs pratiques et, ainsi, de les inciter à modifi er leurs comportements. La mesure par usage devrait notamment les alerter sur les consommations liées aux usages domestiques (appareils de cuisson, électroménager, multimédia, etc.) qui devraient devancer les postes jusqu alors les plus énergivores : chauffage, climatisation, eau chaude, éclairage et auxiliaires. K3

5 ormes et labels orme F C Le branchement selon la norme F C Cette norme traite de la conception et de la réalisation des installations de branchement à basse tension comprises entre le point de raccordement au réseau et le point de livraison aux utilisateurs. Elle s applique aux branchements individuels et aux branchements collectifs (branchements comportant plusieurs points de livraison). Elle permet de concevoir des installations de branchement jusqu à 400 A, en assurant à tout moment la sécurité des personnes et la conservation des biens. Pour la défi nition des matériels qui constituent un branchement, il faut se reporter aux spécifi cations techniques du gestionnaire du réseau de distribution. Point de raccordement au réseau Coupe-circuit individuel kwh D Point de livraison bornes aval D AGCP Branchement à puissance surveillée de 36 à 250 ka Pour les branchements à puissance surveillée, au-delà de 36 kva, un appareil de mesure surveille la puissance appelée au point de livraison et le gestionnaire de réseaux enregistre tout dépassement de la puissance souscrite. Liaison au réseau Dérivation individuelle F C F C F C Réseau Branchement Installation client D : Equipement assurant le sectionnement et la coupure visible (interrupteur) AGCP : Appareil général de commande et de protection (disjoncteur abonné) Le point de livraison correspond aux bornes aval du dispositif de sectionnement placé chez l utilisateur. Ce dispositif de sectionnement à coupure visible, est destiné à pouvoir séparer du réseau l appareil général de commande et de protection de l utilisateur. Le sectionnement peut être assuré par un sectionneur combiné à un disjoncteur, par un disjoncteur débrochable ou par un interrupteur-sectionneur distinct de l appareil général de commande et de protection. Point de livraison (PDL) Le PDL est un point important car toute la contractualisation avec le gestionnaire du réseau se fait à cet emplacement. Il s agit du raccordement avec l installation de l utilisateur situé soit : p pour les branchements à puissance limitée aux bornes aval de l appareil général de commande et de protection (AGCP), p pour les branchements à puissance surveillée aux bornes aval de l appareil de sectionnement à coupure visible. Le point de livraison est aussi appelé : p point de soutirage pour les installations consommatrices, p point d injection pour les installations productrices. En amont de ce point de livraison, la norme F C entre en application, sachant que la conformité de l ouvrage à cette norme relève de la responsabilité du distributeur. En aval de ce point de livraison, les installations du client doivent être conformes à la norme F C Paliers Au-delà de 36 kva, le dimensionnement des dérivations individuelles est déterminé suivant trois paliers en fonction des puissances souscrites : p de 36 kva à 59 kva : dimensionner pour 100 A, p de 60 kva à 119 kva : dimensionner pour 200 A, p de 120 kva à 250 kva : dimensionner pour 400 A. Les installations de branchement sont donc construites pour transiter le maximum de puissance du palier choisi. Le choix du matériel et des câbles qui en découle permet d optimiser le coût de l installation en fonction de la puissance demandée. Tout le matériel en amont du point de livraison est alors respectivement dimensionné pour 100 A, 200 A, ou 400 A, y compris le dispositif de sectionnement à coupure visible. En revanche il faut redimensionner l installation lorsqu une augmentation de puissance nécessite un passage au palier supérieur. K4

6 Sectionnement à coupure visible Avec le branchement à puissance surveillée le sectionnement à coupure visible est obligatoire, que le coffret de comptage ou de couplage soit situé en limite de propriété ou chez le client utilisateur. Compact IV C est un interrupteur à coupure visible qui assure cette fonction et dont le calibre est au minimum égal au palier. Cet interrupteur a pour principales caractéristiques : p sa conformité aux normes CEI et , p et la coupure visible. Si le coffret est situé en limite de propriété, l appareil pour être accessible par l utilisateur est placé dans ses locaux. Si le coffret est situé chez le client, cet appareil est placé soit dans ce coffret, soit dans l armoire de distribution BT. Poste HTA / BT Tableau BT L1 Courant de court-circuit Le dimensionnement d une protection nécessite de connaître le courant maximal de court-circuit de l installation. Pour cela, il est nécessaire de demander au service local de distribution les informations nécessaires à son calcul, sinon il faut utiliser les informations fournies par la F C Le calcul des courants de court-circuit se fait en ayant en référence les différentes liaisons décrites dans la fi gure ci-contre. p Caractéristiques fournies par le gestionnaire de réseau. Le calcul de l Icc max nécessite les caractéristiques suivantes : _ puissance et tension de court-circuit du transformateur, _ longueurs, sections et natures des canalisations L1, L2, L3. ota : Pour la liaison L4, longueur, nature et section sont à déterminer par l installateur. L4 L2 Bâtiment 1 Point de pénétration du bâtiment à alimenter Point de sortie Point de livraison L2 L3 L3 Bâtiment 2 p Caractéristiques non fournies, application de la F C Pour le cas où le gestionnaire de réseau n est pas en mesure de fournir tous les éléments, la F C prescrit, par défaut, les données suivantes : _ puissance du transformateur : kva ; _ tension de court-circuit : 6% ; _ liaison L1 : longueur 6 m, en aluminium, 4 câbles de section 240 mm² en parallèle par phase ; _ liaison L2 : longueur 15 m, câbles en aluminium de section 240 mm² ; _ liaison L3 : longueur 0 m ; _ liaison L4 : longueur, nature et section déterminées par l installateur. Pour le calcul du courant de court-circuit la résistivité à utiliser est celle à 20 C. Toutes ces données conduisent, quelque soit la puissance souscrite, à un courant de court-circuit maximal présumé IK3 de 20 ka (calculé avec le logiciel Ecodial). C est avec ce courant présumé au point de sortie du poste HTA/BT, à l extrémité du câble L2, qu est dimensionné l AGCP. L1: Canalisation BT entre le transformateur et le tableau BT L2 : Canalisation entre le tableau BT et le point de sortie du poste HTA/BT L3 : Canalisation entre le point de sortie du poste HTA/BT et le point de pénétration du bâtiment à alimenter L4 : Canalisation entre le point de pénétration du bâtiment à alimenter et le point de livraison de la propriété à alimenter Pour ne pas surdimensionner l installation, il convient de prendre en compte les longueurs L3 et L4 et ainsi d optimiser le choix du matériel basse tension, notamment des disjoncteurs de protection défi nis selon l Icc au point de livraison. La technique de fi liation (utilisation du pouvoir de limitation des disjoncteurs) offre une solution économique supplémentaire puisqu elle permet en aval de l AGCP de placer des disjoncteurs de plus faible pouvoir de coupure. ota : La fi liation ne peut être réalisée qu en mettant en oeuvre des combinaisons de disjoncteurs testées par leurs fabricants. K5

7 ormes et labels orme F C L équipement minimal Séjour Les dispositions relatives à l'accessibilité aux personnes handicapées sont repérées par la couleur rouge Points d'éclairage page 8 points maxi par 1 point d éclairage par tranche de 300 VA pour les spots et bandeaux 2 circuits mini pour les logements > 35 m 2 Dispositif DCL page K13 Prises de courant page décompte du nombre de socle page nombre de socles maxi par circuit et protection associée page hauteur y 1,30 m Prises de communication page téléphonie, réseau informatique (avec partage de l'accès internet éventuel), télévision Lorsque la cuisine est ouverte sur le séjour, la surface du séjour est égale à la surface totale moins 8 m 2 Cuisine au plafond Commande d'éclairage entre 0,90 et 1,30 m mini avec 1 par tranche de 4 m 2 (ex : 7 pour séjour 27m à proximité immédiate de la commande d'éclairage (peut être comptabilisé dans les personnalisation possible pour séjour > 40 m 2, avec 1 mini de 10 à proximité de la prise TV et d au moins une prise de à une hauteur y 1,30 m - au plafond Commande d'éclairage entre 0,90 et 1,30 m dont 4 au dessus du plan de à proximité immédiate de la commande d'éclairage (peut-être comptabilisé dans les 6) Salle de bain - Circulation, WC et autres locaux 1 au plafond ou en Commande d'éclairage entre 0,90 et 1,30 m 1 au plafond ou en Commande d'éclairage entre 0,90 et 1,30 m 1 + autorisée dans volume 3 et hors interdite au + 1 dans la pièce entre 0,90 et 1,30 m, à proximité immédiate de la commande d'éclairage si cette dernière est à l'intérieur obligatoire dans circulations et locaux > 4 m non obligatoire pour WC et annexes non attenantes (garage, abris de jardin, etc.) - Chambre 1 dans les 1 à proximité immédiate de la commande d'éclairage au plafond Commande d'éclairage entre 0,90 et 1,30 m 3 + installation en + 1 à proximité immédiate de la commande d'éclairage à proximité d au moins une prise de à une hauteur y 1,30 m 1 par entrée principale ou de 1 recommandé à proximité du 20 lux minimum pour les commande repérée par voyant - - K6

8 Prises télévision page si les prises de communication n assurent pas la diffusion de la télévision à une hauteur y 1,30 m 4 circuits spécialisés pour gros électroménagers page K12 Circuits spécialisés pour chacune des applications suivantes lorsqu elles sont prévues page chauffe-eau chaudière et ses chauffage salle de bain pompe à chaleur ou climatisation pour le lave-linge, le VMC si non collective le lave-vaisselle, le circuits extérieurs (alimentant une ou plusieurs utilisations non ou le four attenantes au bâtiment. Exemple : éclairage, portail pour le lave-linge et le sèche linge alarmes _ à proximité des arrivées et évacuations d contrôle _ dans le volume 3 uniquement s'ils sont dans la salle de lorsque l emplacement du congélateur est défi ni, prévoir piscine circuit spécialisé avec 1 dispositif différentiel 30 ma spécifi que, volets roulants électriques préférence à immunité renforcée (exemple : D clic Vigi tableau A une hauteur y 1,30 m autre prise télévision en plus de celle du séjour 2 si > 100 m 1 si y 100 m 0 admis si y 35 m à une hauteur y 1,30 m. 1 ou pour la cuisinière ou la plaque de cuisson (32 A mono ou 20 A Socle de prise à une hauteur y 1,30 m 1 ou ou alimentation socle de prise à une hauteur y 1,30 conditions d'installation du chauffe-eau dans la salle de bain page K14 Les DAAF communicants et la borne de recharge pour véhicules électriques nécessitent la mise en œuvre de circuits spécialisés. - orme F C Guide 2012 orme F C Guide 2012 Disponible sur : K7

9 ormes et labels orme F C Les prescriptions complémentaires relatives à l'accessibilité aux personnes handicapées sont repérées par le pictogramme suivant Sont prises en compte toutes les situations de handicaps Défi cience motrice et Troubles de la vision et Troubles de l audition et Mémoire, troubles psychiques et mentaux Les autres textes qui influent sur le métier de l'électricien Réglementation thermique 2012 La RT 2012, applicable le 1 er janvier 2013 pour le résidentiel, impose l atteinte de plusieurs niveaux de performances : TIC, BBio, Cepmax. Elle impose également des moyens permettant d informer les occupants des logements sur leur consommation notamment en affi chant dans le volume habitable la consommation de 5 usages production d eau chaude réseau prises autres... Décret n et Arrêté du 20 février 2012 relatifs aux articles concernés du code de la construction et de l habitation Installations dédiées à la recharge des véhicules électriques ou hybrides rechargeables dans les bâtiments Le décret n fixe les dispositions nécessaires à l installation d équipements électriques permettant la recharge des véhicules électriques et hybrides dans les parcs de stationnement des bâtiments d habitation et de Les dispositions du décret s appliquent aux bâtiments neufs dont la demande de permis de construire est déposée à partir du 1 er juillet 2012 et aux bâtiments existants à compter du 1 er janvier Sont concernées, les habitations de plus de deux logements (ainsi que les bâtiments tertiaires) disposant de places de stationnement d'accès sécurisé (garages privatifs, parkings clos et couverts, etc.) Loi n et décret n Installation de détecteurs de fumée dans tous les lieux d'habitation L'installation d'au moins 1 détecteur de fumée normalisé dans chaque logement individuel ou collectif sera rendu obligatoire à partir du 8 mars Amendement F Modifi cation de la norme de décembre 2002 et sa mise à jour de juin Reprise des fi ches d interprétation publiées jusqu au 1er décembre 2007 : F1 F2 F3 F5 F6 F7 F8 F9 Dispositions réglementaires relatives à l'accessibilité aux personnes handicapées ( ) Les locaux concernés L'obligation d'accessibilité porte sur tous les bâtiments d'habitation collectifs : _ logements _ parties communes (circulations intérieures et extérieures, locaux collectifs, ascenseurs, les maisons individuelles construites pour être louées ou mises à disposition ou pour être les locaux collectifs des ensembles résidentiels comprenant plusieurs maisons individuelles groupées. Les pièces concernées Certaines dispositions sont spécifi ques à "l'unité de vie des logements". Cette unité est généralement constituée des pièces suivantes la le une un et une salle d'eau. Date de mise en application Les dispositions à prendre pour l'accessibilité aux personnes handicapées sont applicables aux installations dont la demande de permis de construire a été déposée à compter du 1er janvier Amendement F Reprise de la fi che d'interprétation F4 publiée en mars Révision de la partie concernant les locaux contenant une baignoire ou une Prise en compte des douches préfabriquées, des douches à jets pulsés, des baignoires Redéfi nition des volumes au-dessus des volumes 1 et Généralisation de la distance de 1,20 m pour le volume 1 dans le cas des douches avec ou sans Révision du degré de protection (de IPX3 à l IPX4) pour les matériels placés en volume Levé de la dérogation concernant le degré de protection de la prise Possibilité d installer 1 DCL en volume Raccordement des chauffe-eau en volume Chauffage électrique dans le sol et les Emplacement de la boîte de connexion de la liaison équipotentielle supplémentaire pouvant être sur une paroi commune dans un local adjacent. Amendement F C15-100/A3 Révision de la partie concernant les locaux d'habitation et les parties communes des immeubles collectifs d'habitation. Les dispositions du présent amendement sont applicables aux ouvrages dont la date de dépôt de demande de permis de construire, ou à défaut la date de déclaration préalable de construction, ou à défaut la date de signature du marché, ou encore à défaut la date d'accusé de réception de commande est postérieure au 31 juillet Des précisions pour l'application des règles relatives : _ aux points d'éclairage _ au décomptage des socles de prise de courant _ aux circuits de communication _ au tableau de Intégration de la fi che d'interprétation F10 publiée en janvier 2008 fi xant les prescriptions particulières pour l'accessibilité aux personnes handicapées à ses locaux. Cette fi che reste applicable jusqu'au 31 juillet Amendement F C15-100/A4 n Partie (Salles d eau) Révision de l article page Modifi cation du paragraphe concernant le volume 1 pour prendre en compte les douches comportant un receveur de longueur supérieure à 1,2 Ajout d'un paragraphe et d'une fi gure pour prendre en compte les parois fi xes non jointives avec le sol ou un mur. Partie (Locaux d habitation) Révision de l article section des conducteurs page Ajout d'articles pour préciser la section minimale des conducteurs alimentant le tableau de répartition principal dans le cas de branchement à puissance limitée. K8 /1

10 @ En noir : En bleu : recommandations et commentaires Gaine Technique Logement Généralité : _ la GTL regroupe en un seul emplacement toutes les arrivées et tous les départs des réseaux de puissance et de communication. _ elle doit permettre des extensions de l'installation électrique aussi aisées que possible et faciliter les interventions en toute sécurité. _ elle est prescrite pour tous les locaux d habitation (individuel ou collectif). _ en réhabilitation, la GTL est exigée dans le cas d une rénovation totale avec redistribution des cloisons des locaux d'habitation ,2 m mini Cas d'une GTL encastrée Le bac d encastrement regroupe le panneau de contrôle, les tableaux de répartition, le tableau de communication et la domotique Les parties hautes et basse doivent être démontables avec une séparation claire des différents circuits. Coupure d'urgence 0,6 m mini Le dispositif général de commande et de protection (AGCP) prévu à l'origine de l'installation peut assurer les fonctions de coupure d'urgence s'il est situé : _ à l'intérieur des locaux d'habitation et au niveau d'accès de l'unité de vie, _ dans 1 garage ou 1 local annexe avec 1 accès direct entre ce local et le Dans cas contraire, 1 autre dispositif à action directe assurant les fonctions de coupure en charge et sectionnement doit être placé à l'intérieur du logement et au niveau d'accès de l'unité de vie. Hauteur des différents composants Dispositif coupure d'urgence : l'organe de manoeuvre doit être situé entre 0,90 m et 1,30 m au-dessus du sol fi Tableau de répartition : les organes de manoeuvre des appareillages sont situés entre 0,75 m et 1,30 m au-dessus du sol fi Tableau de communication : les socles des prises de communication requérant un accès en usage normal et les socles de prises de courant sont placés à 1 hauteur maximale de 1,30 m. Tableau de contrôle Le panneau de contrôle supporte l'appareil général de commande et de protection (AGCP) et le compteur électrique. Canalisation Le cheminement des réseaux de puissance et de communication doit se faire dans des conduits ou compartiments de goulottes distincts. Emplacement : la GTL doit être située au niveau d'accès de l'unité de vie et directement accessible depuis Destination : _ la GTL doit contenir : le panneau de contrôle (s'il est placé à l intérieur du logement) le tableau de répartition principal le tableau de communication 2 socles PC 16 A 250 V 2P+T, protégés par un circuit dédié pour alimenter des appareils de communication placés dans la GTL les autres applications de communication si prévues (TV, satellite, ) les canalisations de puissance, de communication et de branchements et éventuellement un équipement multiservices à l habitat (domotique), une protection Réalisation : la GTL a des dimensions intérieures minimales suivantes : largeur 60 cm, profondeur 20 cm et hauteur du sol au plafond. 1 Coupure d'urgence (1) 2 3 Appareillage dans coffret de répartition (1) Socles de prise du tableau de communication : socles de prises de courant Tableau de répartition Réserve minimale de 20%. Tableau de communication Le tableau de communication doit être placé dans la Le tableau de communication reçoit au moins : _ le point de livraison des opérateurs de télécommunications (DTI) ainsi qu un répartiteur équipé de socles RJ45 _ les socles RJ45 connectés aux câbles de communication alimentant les socles des prises terminales _ le répartiteur passif de télédiffusion, le cas échéant _ une barrette de Dans le cas de solution automatique, certains de ces éléments peuvent être partiellement ou totalement Une longueur de 100 mm de railpour permettre la mise en oeuvre du DTI optique, lorsque le raccordement par fi bre optique est Moyennant l adaptation de ses dimensions, le tableau de communication peut également recevoir : _ les autres matériels pour les applications de la diffusion de télévision terrestre et/ou satellitaire (répartiteurs, amplifi cateurs d appartement, alimentations du préamplifi cateur d antenne, etc.) _ les autres matériels pour les applications de communication (routeur, modem, "box", concentrateur, Un Dispositif de Terminaison Intérieur (DTI) ou équivalent matérialise la limite de responsabilité entre le réseau de l opérateur et les installations internes des Ce DTI permet de réaliser un point de coupure et de tester la continuité du réseau de l opérateur. F C ( Si le câble de branchement est placé dans un compartiment de goulotte, ce compartiment doit être muni d'un dispositif de fermeture indépendant des autres compartiments. Hauteurs Prescription générales entre 1 et 1,80 m (1,30 m dans locaux pour personnes âgées) entre 1 m (0,50 dans le cas de GTL fermée) et 1,80 socles RJ45 (brassage manuel) au minimum 0,05 m (1) hauteur de l'organe de manœuvre. (2) axe des socles. entre 0,90 et 1,30 m entre 0,75 et 1,30 m - entre 0,05 et 1,30 m K9

11 ormes et labels orme F C (suite) Les installations concernées La nouvelle norme F C s applique aux bâtiments aux installations neuves des bâtiments existants : _ rénovation totale _ modifi cations, extensions (et parties existantes concernées) : conditions > 25 (AQ2) Carte des niveaux kérauniques (k) DOM-TOM : Guyane, Martinique, Guadeloupe : k = 40 (AQ2) Réunion : k = 20 (AQ1) St-Pierre et Miquelon : k = 1 (AQ1) Schéma et identification des circuits Schémas ( ) établir un schéma, diagramme ou tableau à destination de l un schéma unifi laire doit comporter les éléments ci-dessous : _ nature et type des dispositifs de protection et de commande _ courant de réglage et sensibilité des dispositifs de protection et de commande _ puissance prévisionnelle _ nature des canalisations pour circuits extérieurs _ nombre et section des conducteurs _ application (éclairage, prises ) _ local desservi (chambre 1, cuisine ). Identification des circuits ( ) chaque circuit doit être repéré par une indication appropriée, correspondant aux besoins de l usager et du ce repérage doit rester visible après l installation du tableau. Repérage des circuits au tableau locaux + pictogrammes ou autres indications appropriées K a 2b Protection contre la foudre Mise en œuvre des parafoudres Les densités de foudroiement supérieures aux conditions AQ2 sont données ci-contre. Tableau 771D : conditions de mise en œuvre des parafoudres caractéristiques et alimentation du bâtiment densité de foudroiement (g) niveau kéraunique (k) g i 2,5 g > 2,5 k i 25 (AQ1) k > 25 (AQ2) bâtiment équipé d un paratonnerre obligatoire (2) (3) obligatoire (2) (3) alimentation BT par une ligne entièrement non obligatoire (5) obligatoire (6) ou partiellement aérienne (4) alimentation BT par une ligne entièrement souterraine non obligatoire (5) non obligatoire (5) l indisponibilité de l installation et/ou des selon analyse obligatoire matériels concerne la sécurité des personnes (1) du risque (1) C est le cas par exemple : - de certaines installations où une médicalisation à domicile est présente, - d installations comportant des Systèmes de Sécurité Incendie, d alarmes techniques, d alarmes sociales, etc. (2) Dans le cas des bâtiments intégrant le poste de transformation, si la prise de terre du neutre du transformateur est confondue avec la prise de terre des masses interconnectée à la prise de terre du paratonnerre, la mise en œuvre de parafoudres n est pas obligatoire. (3) Dans le cas d immeubles équipés de paratonnerre et comportant plusieurs installations privatives, le parafoudre de type 1 ne pouvant être mis en œuvre à l origine de l installation est remplacé par des parafoudres de type 2 (/n u 5 ka) placés à l origine de chacune des installations privatives. (4) Les lignes aériennes constituées de conducteurs isolés avec écran métallique relié à la terre sont à considérer comme équivalentes à des câbles souterrains. (5) L utilisation de parafoudre peut également être nécessaire pour la protection de matériels électriques ou électroniques dont le coût et l indisponibilité peuvent être critique dans l installation comme indiqué par l analyse du risque. (6) Toutefois, l absence d un parafoudre est admise si elle est justifi ée par l analyse du risque défi nie dans le guide UTE C (6.2.2). Circuit de communication ( ) Recommandation d installation d un parafoudre sur le circuit de communication lorsqu un parafoudre est mis en œuvre sur le circuit de puissance. Protection différentielle 30 ma Tous les circuits de l installation doivent être protégés par un dispositif différentiel résiduel (DDR) 30 ma le nombre, le type et le courant assigné sont donnés dans le tableau 771E ces dispositifs doivent être placés à l'origine de tous les circuits. Tableau 771E - Choix des interrupteurs différentiels surface des locaux branchement monophasé de puissance i 18 kva, d habitation avec ou sans chauffage électrique nombre, type et courant assigné minimal In des interrupteurs différentiels 30 ma type AC type A surface i 35 m 2 1 x 25 A + 1 x 40 A (1) 35 m 2 < surface i 100 m 2 2 x 40 A (2) + 1 x 40 A (1) surface > 100 m 2 3 x 40 A (2) + 1 x 40 A (1) (1) L'interrupteur différentiel 40 A de type A doit protéger les circuits suivants le circuit spécialisé de la cuisinière ou de la plaque de le circuit spécialisé du lave-linge. ota : ces équipements, peuvent, en cas de défaut, produire des courants comportant des composantes continues. Dans ce cas, le DDR de type A, conçu pour détecter ces courants, assure la et éventuellement deux circuits non spécialisés (éclairage ou prise de courant). (2) Lorsque des circuits de chauffage et de chauffe-eau électriques, dont la somme des puissances est supérieure à 8 kva, sont placés en aval d'un même interrpteur différentiel, remplacer un interrupteur différentiel 40 A de type AC par un interrupteur différentiel 63 A de type AC. Dans le cas où l'interrupteur différentiel de type A est amené à protéger un ou deux circuits spécialisés supplémentaires, son courant assigné doit être égal à 63 A. Architecture - Répartition des circuits ( ) les circuits sont à répartir judicieusement en aval des 30 recommandation de protéger par des 30 ma différents les circuits d'éclairage et les prises de courant d'une même pièce. Chauffage électrique avec fil pilote ( ) l'ensemble des circuits de chaufffage, y compris le fi l pilote, est placé sous un même 30 ma. Circuits extérieurs ( ) la protection des circuits extérieurs, alimentant des applications extérieures non fi xées au bâtiment, doit être distincte de celle des circuits intérieurs. Planchers chauffants pour les planchers chauffants, quel que soit le type de câble chauffant, la protection doit être assurée par DDR y 30 ma, chaque DDR étant prévu pour une puissance assignée des éléments chauffants au plus égale à 13 kw (400 V) ou 7,5 kw (230 V) (tableau 771E). En rénovation en rénovation totale, lorsque les éléments chauffants sont conservés, ils doivent être protégés de la façon suivante : _ dans la salle de bain, protection par DDR y 30 ma quel que soit le type de câble chauffant, _ pour les autre locaux, lorsque le câble possède une armature métallique reliée à la terre un DDR y 500 ma est admis et dans le cas contraire la protection par DDR y 30 ma s'impose ( ).

12 Section des conducteurs, calibres des protections Section des conducteurs d alimentation et protection contre les surintensités ( , et ) nature du circuit éclairage point d éclairage ou prise commandée section mini. des conducteurs courant assigné maximal du dispositif de protection cuivre (mm 2 ) disjoncteur fusible 1,5 v 16 A 10 A prises de courant 16 A circuit avec 5 socles max. 1,5 v 16 A non autorisé circuit avec 8 socles max. 2,5 v 20 A 16 A circuits spécialisés (lave-linge, sèche-linge, four ) 2,5 v 20 A 16 A volets roulants 1,5 v 16 A 10 A VMC - 1,5 v 2 A non autorisé cas particuliers 1,5 v jusqu à 16 A pilotage chauffe-eau cuisson chauffage 230 V autres circuits tableau divisionnaire circuit d asservissement tarifaire fi l pilote, gestionnaire d énergie chauffe-eau électrique non instantané 1,5 v 2 A non autorisé 2,5 v 20 A 16 A plaque de cuisson, monophasé 6 v 32 A 32 A cuisinière triphasé 2,5 v 20 A 16 A émetteurs muraux 2250 W 1,5 v - 10 A (convecteurs 3500 W 1,5 v 16 A - 2,5 v - 16 A panneaux radiants 4500 W 2,5 v 20 A - 4 v - 20 A 5750 W 4 v 25 A - 6 v - 25 A 7250 W 6 v 32 A - plancher à accumulation ou direct équipé de câbles autorégulants (longueur maxi des conducteurs d alimentation des tableaux de répartition divisionnaire pour une chute de tension de 2%) 1700 W 1,5 v 16 A non autorisé 3400 W 2,5 v 25 A 4200 W 4 v 32 A 5400 W 6 v 40 A 7500 W 10 v 50 A 1,5 v 16 A 10 A 2,5 v 20 A 16 A 4 v 25 A 20 A 6 v 32 A 32 A 1,5 v 16 A (9 m) 10 A (15 m) 2,5 v 16 A (16 m) 10 A (25 m) 20 A (12 m) 16 A (16 m) 4 v 16 A (25 m) 10 A (40 m) 20 A (20 m) 16 A (25 m) 25 A (16 m) 20 A (20 m) 6 v 16 A (62 m) 10 A (100 m) 20 A (50 m) 16 A (62 m) 25 A (40 m) 20 A (50 m) 32 A (31 m) 32 A (31 m) Section des conducteurs d alimentation du tableau de répartition principal dans le cas de branchement à puissance limitée ( ) n Tableau de répartition accolé au panneau de contrôle ( ) panneau de contrôle tableau de répartition principal conducteurs de la dérivation individuelle origine de l installation (bornes aval de l AGCP) conducteurs d alimentation du tableau de répartition pricipal courant assigné de l'agcp (disjoncteur de branchement) 30 A 10 mm 2 45 A 10 mm 2 60 A 16 mm 2 90 A 25 mm 2 Section minimale des conducteurs en cuivre Tableau de répartition éloigné du panneau de contrôle ( ) panneau de contrôle chute de tension maximale ΔU = 2 % origine de l installation (bornes aval de l AGCP) conducteurs d alimentation du tableau de répartition pricipal Section des conducteurs en cuivre longueurs maximales selon le courant assigné de l'agcp pour une chute de tension de 2 % (1) 30 A (2) 45 A 60 A (2) 90 A 10 mm 2 33 m 22 m interdit interdit 16 mm 2 53 m 36 m 27 m interdit 25 mm 2 83 m 56 m 42 m 28 m 35 mm m 78 m 58 m 39 m 50 mm m 111 m 83 m 56 m 70 mm m 156 m 117 m 78 m 95 mm m 211 m 158 m 106 m 120 mm m 267 m 200 m 133 m (1) Pour une chute de tension de 1 %, les longueurs sont à diviser par 2. (2) Dans le cas d'une alimentation triphasée, les longueurs sont à multiplier par 2. tableau de répartition principal /1 K11

13 D'clic ID'clic 1 30mA 2 TypeAC D'clic D'clic D'clic ormes et labels orme F C (suite) Circuits spécialisés Chaque gros électroménager doit être alimenté par un circuit spécialisé. Au moins 4 circuits spécialisés doivent être prévus ( ). 1 circuit 1 circuit alimentation cuisinière ou plaque cuisson seule sur boîte de connexion ou prise 32 A mono ou 20 A tri. 3 circuits avec socle prise de courant 16 Pour alimentation d appareils du type lave-linge, lave-vaisselle, sèche-linge, four indépendant, Lorsque l emplacement du congélateur est défi ni, il convient de 1 circuit spécialisé avec 1 dispositif différentiel 30 ma spécifi que à ce circuit, de préférence à immunité renforcée (possibilité d alimentation par transformateur de séparation). Autres D autres circuits spécialisés sont à mettre en œuvre si les applications sont prévues ( ) : _ chauffe-eau, chaudière et ses auxiliaires, pompe à chaleur, climatisation, _ appareil de chauffage électrique _ appareil de chauffage salle de bains (par exemple sèche-serviette), _ piscine, _ circuits extérieurs (alimentation d une ou plusieurs utilisations non attenantes au bâtiment, par ex. éclairage jardin, portail automatique, etc.), _ alarmes, contrôles, _ VMC lorsqu elle n est pas collective, etc. _ volets roulants électriques, _ tableaux divisionnaires. Prises de communication ombre minimal de prises de communication Au moins 1 socle par pièce principale dont 1 près de la prise télévision quand elle existe dans la Minimum de 2 socles pour les logements de 2 pièces et Ils est admis d'équiper, d'un minimum de 2 socles, les logements de 3 pièces et plus, à la condition que chaque pièce principale soit au moins desservie depuis le tableau de communication, par un câble de communication mis en attente dans une boîte. Type de prise de communication ( fi che d'interprétation UTE F6 de juin Depuis du 1er janvier 2008, date de dépôt de demande de permis de construire : _ tous les socles de prise de communication sont de type "RJ45", _ les socles de prise téléphonique "en T" ne sont plus autorisés. ombre minimal de prises télévision Lorsque les réseaux de communication n assurent pas la fonction de distribution de la télévision, l équipement minimum consiste en la pose de : _ au moins 2 prises télévisons dans les logements de surface y à 100 m 2, _ au moins 3 prises télévisons dans les logements de surface > à 100 m 2, _ 1 prise télévision est admise dans les logements de surface y à 35 m 2. Installation ( et Chaque socle doit être desservi par 1 canalisation provenant du tableau de communication de la Gaine Technique Logement Fixation à griffes non Pour les prises mixtes (BT + communication), une cloison doit séparer les 2 socles. L intervention sur un des socles doit pouvoir être effectuée sans intervention sur l autre. Prises de communication et télévision non admises dans les volumes 0, 1 et 2 des locaux contenant 1 baignoire ou 1 douche. L'axe des socles doit être situé à une hauteur inférieure ou égale à 1,30 m du sol. Il est recommandé de repérer les socles de prises commandées. Chauffage électrique Fil pilote Le sectionnement du fi l pilote doit être Sectionnement réalisé à l origine de chacun des circuits de chauffage par dispositif associé au dispositif de protection. Ph Ph Possibilité d avoir le sectionnement : _ soit en association avec un interrupteur général de chauffage, _ soit par un dispositif indépendant, le dispositif de protection dédié à la gestion d énergie pouvant remplir cette Si sectionnement indépendant, obligation de marquage "Attention fi l pilote à sectionner" : _ sur tableau de répartition, _ à l intérieur de la boîte de connexion de l équipement de chauffage. disjoncteur D'clic 2 A Fil pilote à sectionner gestionnaire d'énergie FIP0 fil pilote fil pilote fil pilote Emplacement des dispositifs de commande Tous les dispositifs manuels de commande fonctionnelle doivent être situés à une hauteur comprise entre 0,90 et 1,30 m du Sont concernés entre autre les thermostats en ambiance. K12

14 Éclairage ombre minimal de circuits d éclairage Au moins 2 circuits pour logements de S > 35 m 2. ombre de points d éclairage alimentés par un même circuit Il est limité à Spots ou bandeaux lumineux = 1 point d éclairage par tranche de 300 VA dans la même pièce. Protection des circuits d éclairage ( Tableau Circuit 1,5 mm 2 : disjoncteur 16 A ou fusible 10 A. Installation d appareillage manuel de commande Placé près d 1 porte généralement, à portée de la main, du côté de l Hauteur comprise entre 0,90 m et 1,30 m, au-dessus du sol fi ni. Commande couloirs et circulations Par dispositif de commande manuel placé à moins d 1 m de chaque accès, si ce dispositif ne comporte pas de voyant à moins de 2 m de chaque accès, si ce dispositif comporte 1 voyant Par système automatique (détection de présence). Prises de courant commandées Chaque socle est compté comme 1 point Alimentation par les circuits Courant nominal socle = 16 Recommandation de repérage des socles. ombre de socles de prise de courant commandés et dispositif de commande 2 socles au plus placés dans la même pièce : utilisation d un Plus de 2 socles : utilisation de télérupteur, contacteur ou similaire. Emplacement des dispositifs de commande Tous les dispositifs manuels de commande fonctionnelle doivent être situés à une hauteur comprise entre 0,90 et 1,30 m du Sont concernés les interrupteurs de commande Un dispositif de commande d'éclairage doit être situé en entrée à l'intérieur de chaque pièce. Dans le cas des locaux contenant une baignoire ou une douche, le dispositif de commande manuelle peut, pour respecter les règles liées aux volumes, être disposé à l'extérieur. Escaliers ( et Un dispositif d'éclairage doit permettre, lorsque l'éclairement naturel n'est pas suffi sant, d'assurer une valeur d'éclairement mesurée au sol d'au moins 20 lux en tout point du Ce dispositif d'éclairage peut être à commande manuelle ou Dans les logements réalisés sur plusieurs niveaux, tout escalier doit comporter 1 dispositif d'éclairage artifi ciel supprimant toute zone d'ombre, commandé aux différents niveaux desservis. Cheminements extérieurs Les dispositifs de commande et de service situés sur les cheminements extérieurs accessibles doivent être repérables grâce notamment à 1 éclairage particulier ou 1 contraste Sont visés notamment les systèmes de contrôle d'accès ou de communication entre visiteurs et 1 voyant répond à cette exigence. Locaux et équipements collectifs (partie 7-771, annexe D) Les équipements et dispositifs de commande d éclairage et les systèmes de contrôle d accès ou de communication entre visiteurs et occupants, doivent être repérées par un témoin situés à plus de 0,40 m d un angle rentrant de parois ou de tout autre obstacle à l approche d un fauteuil situés à une hauteur comprise entre 0,90 m et 1,30 m. Prises de courant Installation des prises de Installation de façon à ce que l axe des alvéoles soit au moins à 50 mm au-dessus du sol fi ni pour les socles < 32 A et 120 mm au moins pour les socles 32 A. L'axe des socles doit être situé à une hauteur inférieure ou égale à 1,30 mdu sol, à l'exception du socle dédié à la hotte. ( ). Fixation des prises de courant Fixation par griffes interdite depuis le 1 er juin Au moins 1 socle prise de courant 16 A doit être placé à proximité de chaque prise de communication ou de télévision. Pour chaque pièce de l'unité de vie du logement défi nie en un socle de prise de courant 16 A 2P+T supplémentaire et non commandé doit être disposé à proximité immédiate du dispositif de commande d'éclairage, à l'exception du séjour et de la cuisine pour lesquels cette prise peut ne pas être supplémentaire. ( ). Limitation du nombre de socles prises de courant 16 A, non spécialisées dans 1 même circuit 5 prises, si conducteurs 1,5 mm 8 prises, si conducteurs 2,5 mm 2. Protection circuits prises de courant ( Tableau Conducteurs 1,5 mm 2 = disjoncteur 16 A (fusible non Conducteurs 2,5 mm 2 = disjoncteur 20 A ou fusible 16 A. Décompte des socles de prises de courant montées dans 1 même boîtier Ensemble de 1 ou 2 socles par boîtier = 1 Ensemble de 3 ou 4 socles par boîtier = 2 Ensemble > à 4 socles par boîtier = 3 Il est recommandé de repérer les socles de prises commandées. Boîtes de connexion et dispositifs connexion luminaires Boîte de connexion Obligatoire si la canalisation est on obligatoire si la canalisation est en saillie et si le matériel est pourvu de bornes de raccordement réseau (par exemple hublot, etc.). Boîte de connexion pour alimentation des points d Si la fi xation est dans un plafond, elle doit être prévue pour la suspension de luminaire avec une charge d un minimum de 25 Fixation de la boîte à la structure du bâtiment. DCL Obligatoire en présence d une boîte de connexion. Champ d application Luminaire de courant nominal y 6 A. Conséquences dans le DCL obligatoire dans tous les Cas des locaux recevant une baignoire ou une douche : _ dans les volumes 0 et 1, l'installation d'un socle DCL est interdite, _ dans le volume 2, lorsque le socle DCL n'est pas connecté et recouvert par un luminaire adapté aux exigences de ce volume, ce socle DCL peut être laissé en attente. Dans ce cas, il doit répondre à l'exigence IP X4 de ce volume. Un socle DCL muni d'un dispositif d'obturation lui conférant ce degré de protection répond à cette prescription. K13

15 ormes et labels orme F C (suite) Locaux contenant une baignoire ou une douche Les règles de cette partie sont basées sur les 2 principes suivants limitation du matériel électrique situé à proximité de la baignoire ou du bac à égalisation des potentiels de tous les éléments conducteurs et masses simultanément accessibles. Volumes volume 0 volume 1 volume 2 volume 3 Degré de protection IPX7 IPX4 IPX4 IPX1 prises de courant (1) interdit interdit interdit autorisé (installation au sol interdite) luminaires (1) interdit sauf TBTS 12 V avec transfo autorisé si classe 2 autorisé appareils de chauffage (1) hors volume 1 ou 2 socle DCL (1) interdit interdit autorisé si IP X4 autorisé chauffe-eau (1) à accumulation interdit type horizontal admis (2) autorisé 230 V admis(2) installé le plus haut possible instantané interdit autorisé (2) autorisé Dérogation : peut être alimenté directement par un câble, sans interposition d une boîte de connexion lave-linge, sèche-linge (1) interdit interdit interdit autorisé boîte de connexion interdit interdit admis pour alimenter appareils autorisé d utilisation si disposée derrière ces derniers élément électrique chauffant interdit interdit autorisé si recouvert d un grillage métallique noyé dans le sol (ou comportant un revêtement métal) mis à la terre et relié à la liaison équipotentiel interdit sous condition autorisé (1) doit être protégé par un dispositif différentiel au plus égal à 30 ma (2) si les dimensions de la salle d eau ne permettent pas de le placer dans le volume 3 ou hors volume. Baignoire Baignoire avec paroi fixe Baignoire Faux plafond dans les volumes 1, 2 ou un faux plafond non démontable est assimilable à un plafond et limite de fait le local (l'espace au-dessus ne fait plus partie du un faux plafond démontable à l aide d un outil limite les volumes 1, 2 et 3, le volume au-dessus du faux plafond des volumes 1 et 2 est un volume 3 à concurrence de 3 un faux plafond ajouré ou démontable sans l aide d outils ne limite pas les volumes. Volume 0 Volume 1 Volume 2 Douche avec receveur (sans cabine) 2,40 m 0,60 m 1,20 m Volume 3 Volume 0 Volume 1 Volume 2 Douche avec receveur encastré (avec une paroi) 2,40 m 0,60 m 1,20 m Volume 3 Volume 0 Volume 1 Volume 2 (3) Par rapport au sol fi ni ou au fond de la baignoire si celui-ci est situé au-dessus du sol fi ni Douche avec receveur en saillie 3,00 m 2,25 m plafond hors volume ,25 m (4) (3) Volume 3 Espace situé au-dessous de la baignoire ou de la douche et sur leurs côtés. Cet espace est assimilé au volume 3 s il est fermé et accessible par une trappe prévue à cet usage et pouvant être ouverte seulement à l aide d un outil. Dans le cas contraire, les règles du volume 1 s appliquent à cet espace. Toutefois, dans les deux cas, le degré de protection minimal IPx3 est requis. hors volume hors volume 0 Douche sans receveur (sans cabine) Douche sans receveur (avec cabine) (4) Par rapport au sol fi ni ou au fond du receveur si celui-ci est situé à plus de 15 cm du sol fi ni 2,40 m 0,60 m 1,20 m Volume 1 Volume 2 2,40 m 0,60 m Volume 1 Volume 2 Douche avec receveur encastré n Douche avec receveur > 1,2 m sans cabine n Volume 3 Volume 3 hors volume hors volume K14 /1

16 Diagnostic électrique Mise en conformité ou mise en sécurité Diagnostic électrique Le diagnostic électrique vient compléter le dispositif réglementaire existant. Lors de la vente d un logement, le dispositif réglementaire comporte désormais sept états des lieux obligatoires regroupés dans le dossier de diagnostic technique immobilier : - le constat de risque d exposition au plomb, - la mention de présence ou d absence de matériaux ou produits contenant de l amiante, - l état relatif à la présence de termites, - l ERT (Etat des Risques aturels et Technologiques), - le DPE (Diagnostic Performance Energétique), - l état de l installation intérieure de gaz, - le diagnostic électrique. Dans quel but? Introduit par la loi EL n du 13 juillet 2006, le diagnostic électrique a pour but d établir si une installation électrique comporte des défauts de nature à représenter un danger potentiel d électrisation, d électrocution ou d incendie. Quand? Le diagnostic électrique est exigé en cas de vente de tout ou partie d'un immeuble à usage d'habitation dont l'installation électrique a plus de 15 ans (appartement ou maison). Son entrée en vigueur a été fi xée par décret (1) le 1 er janvier (1) décret n du 22 avril 2008 et les deux arrêtés du 8 juillet Le diagnostic électrique a pour objet d'identifi er par des contrôles visuels, des essais et des mesures, les défauts susceptibles de compromettre la sécurité des Il s'effectue sans déplacement des meubles, ni démontage de l'installation électrique, à l'exception du capot du tableau Il ne concerne que les parties visibles et visitables de l'installation au moment de sa réalisation. Par Le diagnostic électrique est réalisé par un diagnostiqueur qualifi é et certifi é (cf. arrêté du 8 juillet Le diagnostiqueur doit présenter un certifi cat de compétence : _ délivré par organisme certifi cateur accrédité, _ basé sur examen de connaissances théoriques et pratiques, _ surveillé par évaluation de suivi à mi-parcours, _ valable 5 ans (re-certifi cation requise au-delà). Pour quels Le diagnostic électrique est limité à l ensemble de l installation privative des locaux à usage d habitation et ses dépendances, ainsi qu'à l'installation électrique de la piscine Il se s'applique pas aux parties communes des immeubles collectifs d'habitation. Pour vérifier Basé sur un référentiel d'inspection défi ni par la norme XP C16-600, le diagnostic électrique couvre 4 domaines clés : _ l alimentation : présence et accessibilité de l'agcp (appareil général de commande et de protection), généralement le disjoncteur de branchement, _ la mise à la terre et le tableau électrique : présence d'au moins une protection différentielle à l'origine de l'installation électrique, appropriée aux conditions de mise à la terre, sur chaque circuit, une protection contre les surintensités adaptée à la section des conducteurs, _ la salle d'eau : présence d'une liaison équipotentielle supplémentaire respect des zones de sécurité, _ l installation dans les différentes pièces : protection des conducteurs par des conduits, moulures ou plinthes, absence de risque de contacts directs et de matériels proscrits. Pour quelle Etat des lieux de l'installation, le diagnostic électrique, n'est pas un contrôle de conformité vis-à-vis de la réglementation en Le rapport de diagnostic électrique informe le propriétaire sur l'état de l'installation, qui, seul décide des suites à donner : _ vente du logement en l'état, _ ou réalisation de travaux pour sécuriser et valoriser le En tout état de cause, le diagnostiqueur a une obligation d information au donneur d ordre. Il doit clairement : _ signaler et localiser les anomalies, _ donner des explications sur la nature des anomalies relevées, _ alerter sur la nature des risques encourus en cas d utilisation de l installation (électrisation, électrocution, incendie), _ conseiller de faire réaliser, dans les meilleurs délais et par un installateur électricien qualifi é, les travaux nécessaires à la levée des anomalies constatées. Mise en conformité ou mise en sécurité La mise en sécurité est bien différente de la mise en conformité : - la mise en sécurité consiste à respecter les dispositions minimales en éliminant les risques identifi és sur l'installation par la mise en œuvre des matériels et des circuits rendus nécessaires. - la mise en conformité permet de rendre une installation conforme à la norme F C en vigueur comme exigé dans un logement neuf ou rénové. Pour quels travaux? Création, rénovation totale, extension, modifi cation d'une installation Elimination des risques sur une installation existante sans modifi cation (notamment suite à un diagnostic électrique) Quoi faire? Mise en conformité à la F C Dispositions minimales de mise en sécurité Où trouver de l'information? Guide "orme F C " page K8 Guide "Diagnostic électrique, mise en sécurité" page K16 K15

17 ormes et labels Mise en sécurité Qu'est ce que La mise en sécurité consiste en la mise hors danger de l'installation Il s'agit de traiter les anomalies mises en évidence par le diagnostic électrique. Les travaux de mise en sécurité peuvent être engagés par : _ le vendeur d'un logement qui souhaite valoriser son bien avant la transaction, _ l'acquéreur pour disposer d'une installation garantissant sa sécurité, _ le propriétaire souhaitant louer un logement, dans le cadre de l'obligation qui lui incombe de mise à disposition d'une installation assurant la sécurité des occupants. Des anomalies repérées aux solutions à mettre en œuvre Points contrôlés par le diagnostic électrique Présence d un appareil général de commande et de protection de l installation facilement accessible Disjoncteur de L'AGCP, en principe le disjoncteur de branchement, doit être accessible à l'intérieur du logement pour permettre d'interrompre, en cas d'urgence, en un lieu unique, connu et accessible, la totalité de la fourniture de l'alimentation Il doit être installé à une hauteur égale au plus à 1,8 m du sol (recommandation d'une hauteur comprise entre 0,9 et 1,3 m pour respecter la réglementation relative aux personnes Il ne doit admettre qu'un seul conducteur par borne. Présence, à l origine de l installation, d au moins un dispositif de protection différentielle de sensibilité appropriée aux conditions de mise à la terre Dispositif de protection Associé à un réseau de terre, ce dispositif (interrupteur différentiel ou disjoncteur différentiel) permet de protéger les personnes contre les risques de choc électrique lors d'un défaut d'isolement sur le matériel Il assure la coupure automatique du circuit ou du matériel concerné. Choix des interrupteurs différentiels 30 ma page K18 Présence, sur chaque circuit, d'au moins un dispositif de protection contre les surintensités, adapté à la section des conducteurs Les disjoncteurs divisionnaires ou coupe-circuits à cartouche fusible, à l'origine de chaque circuit, permettent de protéger les conducteurs et câbles électriques contre les échauffements anormaux dus aux surcharges ou Lorsqu'il existe plusieurs tableaux, la section des câbles d'alimentation de chaque tableau doit être en adéquation avec le calibre du dispositif de protection placé en amont. Choix des disjoncteurs page K18 Présence d une liaison équipotentielle Liaison équipotentielle Cette liaison met au même potentiel toutes les masses des matériels électriques et éléments conducteurs d'une salle En cas de défaut, la différence de potentiel est quasi nulle, il n'y a pas de risque d'électrocution. Exemple de liaison équipotentielle supplémentaire page Respect des règles liées aux zones dans chaque local contenant une baignoire ou une douche Respect des Plusieurs zones de sécurité limitent l'installation de matériels électriques à proximité de la baignoire ou de la douche. Zones de sécurité page K18 Matériel autorisé selon les zones page K18 Absence de tout risque de contact direct avec des éléments sous tension pouvant entraîner l électrocution, et de tout matériel vétuste ou inadapté à l usage Conducteurs protégés par des conduits, moulures ou plinthes en matière isolante K16

18 Les travaux de mise en sécurité se limitent aux traitements des points d'insécurité, sans aucune modifi cation de la structure de l'installation existante, ni de ses performances. Et après les L'électricien peut faire appel au Consuel pour faire certifi er les travaux réalisés et obtenir l'attestation Ce document offi ciel a valeur de diagnostic électrique dans le cas de transaction immobilière s'il a été établi depuis moins 3 ans. Risques Son absence, son inaccessibilité ou un appareil inadapté ne permettent pas d'assurer la fonction de coupure d'urgence en cas de danger, d'incendie, ou d'intervention sur l'installation électrique. Les solutions Schneider Installation d'un DB90 ou déplacement du disjoncteur de branchement réf. page Risque de choc électrique (électrisation, voire électrocution) suite à un contact avec des masses métalliques mises anormalement sous Installation de ID'clic ou d'un DB90 réf. pages E5 à L'absence de ces dispositifs ou une protection inadaptée peut être à l'origine Installation de D'clic réf. pages E7 et En cas d'absence d'un conducteur reliant tous les éléments métalliques d'une salle d'eau, il y a risque d'électrocution au contact d'une de ces parties métalliques mise accidentellement sous tension. Réalisation d'une liaison Le non-respect des zones de sécurité peut être la cause d'une électrisation voire d'une La réduction de la résistance électrique du corps humain mouillé ou immergé aggrave les risques électriques. Mise en sécurité des équipements électriques dans les locaux contenant une baignoire ou une Les matériels électriques dont des parties nues sous tension sont accessibles (matériels électriques anciens, fi ls électriques dénudés, bornes de connexion non placées dans une boîte équipée d'un capot, matériels électriques cassés, ) présentent d'importants risques d'électrisation, voire Les matériels électriques vétustes ou inadaptés à l'usage n'assurent pas une protection satisfaisante contre l'accès aux parties nues sous tension ou ne possèdent plus un niveau isolement suffi sant. Lorsqu'ils ne sont pas adaptés à l'usage que l'on veut en faire, ils deviennent très dangereux lors de leur utilisation. Dans les deux cas, ces matériels présentent d'important risques d'électrisation, voire Remplacement des appareillages défectueux ou inapropriés réf. chapitre Conducteurs protégés par des conduits, moulures ou plinthes en matière isolante réf. page C96 K17

19 ormes et labels Mise en sécurité (suite) Interrupteurs différentiels 30 ma Choix du calibre Cas 1 : inter. dif. en tête d'installation Type de disjoncteur de branchement nombre minimum et calibre de l'id'clic ou ID monophasé 10/30 A ou 15/45 1 x 40 (1) ou 1 x 63 A A 30/60 A 1 x 63 A 60/90 A 3 x 40 A ou 2 x 63 A triphasé 10/30 A 1 x 25 (1) ou 1 x 40 A (1) Si le logement ne comporte pas de chauffage électrique ni de circuit 32 A Cas 2 : inter. dif. dédié(s) aux circuits des socles de prise de courant et aux circuits de la salle d'eau Surface du logement nombre mini et calibre de l'id'clic y 35 m 2 1 x 25 A 35 m 2 < surface y 100 m 2 1 x 40 A > 100 m 2 2 x 40 A (1) (1) Lorsque l'installation est protégée par un disjoncteur de branchement différentiel 15/45 A, il est admis de mettre en œuvre un seul interrupteur différentiel 40 A. Cas 3 : inter. dif. ne protègeant qu'une partie de l'installation autre que le cas 2 Le calibre doit être soit au moins égal au dispositif de protection contre les surintensités placé directement en soit au moins égal à la somme des courants des dispositifs de protection contre les surintensités placés en aval. Choix du Les circuits alimentant le lave-linge et les appareils de cuisson doivent être protégés par un dispositif différentiel 30 ma de type A pour prendre en compte les courants de défaut à composante continue générés par ces En conséquence tout ajout ou remplacement d'un dispositif différentiel sur ces circuits doit tenir compte de cette disposition,et lorsque l'installation est protégée par un seul dispositif placé en tête, il doit être de type A. Disjoncteurs (choix du calibre) Anciens conducteurs Courant assigné maximale (calibre) (diamètre ou section normalisée) disjoncteur divisionnaire coupe-circuit à cartouche domestique 12/10 mm 10 A interdit 1,5 mm 2 16 A 10 A 16/10 mm 16 A 10 A 2,5 mm 2 20 A (1) 16 A (1) 20/10 mm 20 A 16 A 4 mm 2 25 A (1) 20 A (1) 5,5 mm 2 32 A 25 A 6 mm 2 32 A (1) 32 A ota : Les conducteurs de 9/10 mm et 10/10 mm n'existant qu'en isolation textile, ne peuvent pas être conservés. (1) Si le dispositif de protection est déjà installé, il est admis d'avoir le calibre immédiatement supérieur (20 A pour 16 A, 25 A pour 20 A, 32 A pour 25 A et 40 A pour 32 A) Zones de sécurité plafond Matériel autorisé selon les zones degré minimal du matériel électrique socle de prise de courant non équipé d'une broche de terre zone 0 zone 1 zone 2 zone 3 IPX7 IPX4 IPX3 IPX1 interdit socle de prise de courant interdit avec broche de terre prise rasoir interdit autorisé (1) matériel et appareillage TBTS admis si y 12 V CA (2) (3) admis si y 12 V CA (2) admis si y 12 V CA (2) autorisé si protégé par 30 ma admis si y 50 V CA AGCP et tableau de répartition interdit autorisé (4) appareillage alimenté en BT avec interdit autorisé (1) capot en matière isolante canalisation électrique apparente contenant des conducteurs, câble avec revêtement métallique interdit conducteurs électriques sous interdit interdit (5) conduits, goulottes ou plinthes apparents en matière isolante matériel de classe 0 interdit matériel de classe I interdit autorisé si protégé par 30 ma matériel de classe II et pour les interdit autorisé (6) luminaires Cas particulier du chauffe-eau instantané ou à accumulation type de conduites d'eau zone 1 zones 2 et 3 raccordées au chauffe-eau métalliques autorisé (7) autorisé (7) isolantes interdit autorisé (7) (1) IP 20 admis (2) Les transformateurs de sécurité doivent se trouver en dehors des zones 0, 1 et 2, hormis ceux placés dans les meubles prévus pour être installés dans la zone 2. (3) L'appareillage n'est pas admis dans la zone 0. (4) Le matériel avec enveloppe métallique est interdit. (5) Les conducteurs placés sous conduit isolant d'un seul tenant et sans accessoires sont admis. (6) Le matériel est admis (7) La masse du chauffe-eau est reliée à la liaison équipotentielle supplémentaire locale. Protection du circuit d alimentation par ID'clic 30 ma. Exemple de liaison équipotentielle supplémentaire en salle d'eau Si huisseries métalliques hors zone Si baignoire métallique zone 3 zone 2 zone 1 2,25 m 2,25 m 0,40 m 0,60 m zone 0 base : fond de la baignoire ou de la douche Connexion Si vidange métallique base : sol de la salle d eau Fermé ou non, l espace sous la baignoire est considéré comme étant hors zone. Le degré de protection IPX3 est requis K18

20 ormes et labels Certification F Pourquoi acheter un produit certifié La marque F vous garantit la qualité et la sécurité des produits et services que vous Les produits et leurs sites de production, ainsi que les services F sont contrôlés régulièrement. Ceci pour vous assurer un niveau de qualité constant. L'ensemble des références certifi ées F sont listées dans l'index page 12 Comment est obtenue la marque C est le fabricant qui en fait la AFOR Certifi cation délègue les opérations de certifi cation à des organismes mandatés selon leur domaines de compétance. Le LCIE (Laboratoire Central des Industries Electriques)a la charge des appareillages électriques. Il s assure que le produit et l usine de production passent avec succès les essais et les vérifi cations décrits dans le cahier des AFOR Certifi cation délivre ou non la certifi cation F et donne le droit au fabricant d utiliser le logo F, preuve que la certifi cation a été Une fois la certifi cation attribuée, deux niveaux de contrôles permettent de s assurer que le produit marqué F mérite toujours le label : _ le fabricant doit contrôler régulièrement la conformité du produit qu il fabrique, _ AFOR Certifi cation fait des visites d inspection et prélève des produits certifi és sur les lieux de fabrication et dans le commerce pour faire réaliser des essais de Si le produit n est plus conforme aux caractéristiques fi xées, AFOR Certifi cation retire la certifi cation et le droit d usage de la marque F. Le fabricant ne peut alors plus utiliser le logo Toute utilisation abusive du logo F fait l objet de poursuite et est punie par la loi. Qu'est-ce que la marque Signe de reconnaissance, la marque F est le fruit d une démarche volontaire de professionnels décidés à prendre de réels engagements vis-à-vis de leurs clients. Elle offre une garantie de la qualité et de la sécurité des produits sur lesquels elle est Pour être certifi és F, les produits doivent respecter des cahiers des charges Ces documents, élaborés en concertation avec les fabricants, les distributeurs, les associations de consommateurs, les laboratoires et les pouvoirs publics, sont basés sur les normes françaises, européennes et internationales et imposent dans certains cas des critères de qualité, de fi abilité, de performance renforcés. Pourquoi une La certifi cation délivrée par un organisme reconnu, indépendant et compétent (AFOR Certifi cation), est la preuve qu un service, un produit ou un système est conforme à des exigences défi nies dans une norme, un référentiel ou un cahier des Délivrée pour une durée moyenne de 3 ans, elle est régulièrement contrôlée par un tiers pour assurer une qualité constante du service ou du produit certifi Toute entreprise, organisation ou administration peut demander à faire certifi er ses services, ses produits ou son système qualité. C est une démarche AFOR Certifi cation (fi liale du Groupe AFOR) est l organisme certifi cateur, accrédité par le COFRAC (comité français d accréditation) qui délivre la marque F pour les produits et services depuis 1939, et la marque AFAQ, créée en 1989, pour les La marque F est reconnue par 85% des Français selon une étude IPSOS réalisée en avril K19

Généralités sur la nouvelle Norme Electrique NF C 15-100 :

Généralités sur la nouvelle Norme Electrique NF C 15-100 : Généralités sur la nouvelle Norme Electrique NF C 15-100 : 1) Section des conducteurs, calibres des protections : Nature du circuit Eclairage, volets roulants, prises commandées Section minimale des conducteurs

Plus en détail

Normes, conseils et services. K4 K6 K16 K17 K18 K21 K22 Exemples d'application. K36 K38 K40 Conseils techniques

Normes, conseils et services. K4 K6 K16 K17 K18 K21 K22 Exemples d'application. K36 K38 K40 Conseils techniques ormes, conseils et services orme et labels Règlementation Thermique RT202 K2 orme F C 400 orme F C 500 Véhicules électriques Diagnostic électrique Mise en sécurité Certification F Labels Promotelec K4

Plus en détail

K4 K14 K16 K20 Exemples d'application. K24 K30 K34 K36 Conseils techniques. K45 K46 K48 K50 K52 K55 K56 Services. K58 Annexes

K4 K14 K16 K20 Exemples d'application. K24 K30 K34 K36 Conseils techniques. K45 K46 K48 K50 K52 K55 K56 Services. K58 Annexes ormes, conseils et services ormes et labels orme F C 4-00 K2 orme F C 5-00 Diagnostic électrique Mise en sécurité Labels Promotelec K4 K4 K6 K20 Exemples d'application Gaine technique logement K22 Tableaux

Plus en détail

Les évolutions de la norme NF C 15-100 dans l habitat

Les évolutions de la norme NF C 15-100 dans l habitat Les évolutions de la norme NF C 15-100 dans l habitat Ce document présente les principales évolutions normatives dans les locaux d habitation. Vous y trouverez également trois schémas de principe conformes

Plus en détail

LA NORME NF C 15-100 INSTALLATION ELECTRIQUE

LA NORME NF C 15-100 INSTALLATION ELECTRIQUE LA NORME NF C 15-100 INSTALLATION ELECTRIQUE La norme NF C 15-100 - (Extraction) Depuis le 31 mai 2003, date de dépôt des permis de construire faisant foi, les ouvrages doivent respecter les articles de

Plus en détail

4 Exemples de mise en œuvre

4 Exemples de mise en œuvre EDF Exemples de mise en œuvre 5 exemples de composition d'une gaine technique logement. Concevoir une GTL Solution encastrée Solution en saillie Tous les tableaux sont installés sur une goulotte. Solution

Plus en détail

L électricité d une habitation

L électricité d une habitation Maison : http://www.ttechno.fr/capet/appeda VUE 3D de la maison http://www.lyceejoliotcurie77.fr/ 1 Sommaire automatique http://www.lyceejoliotcurie77.fr/ 2 Le tableau électrique : Les règles s appliquant

Plus en détail

> Guide pratique. de l installation électrique. fficacité nergétique

> Guide pratique. de l installation électrique. fficacité nergétique > Guide pratique de l installation électrique fficacité nergétique Cher client, Nous vous remercions d'avoir équipé votre logement de matériel Schneider Electric. Société Française, leader sur le marché

Plus en détail

Norme NF C 15-100. Guide. 4 ème édition. Building a New Electric World*

Norme NF C 15-100. Guide. 4 ème édition. Building a New Electric World* orme F C 5-00 Guide 2005 4 ème édition Building a ew Electric World* Sommaire L essentiel de la norme F C 5-00 Les principaux changements... 2 L équipement minimal... 4 page La norme pièce par pièce Séjour...

Plus en détail

@ Concevoir une GTL... 30 @ Logement. 35 m 2...32 > >

@ Concevoir une GTL... 30 @ Logement. 35 m 2...32 > > Sommaire Nota bene @ Ce présent guide se limite aux prescriptions des locaux privatifs à usage d habitation (partie 7-77 de la norme). @ Pour les installations électriques des parties communes des bâtiments

Plus en détail

Infrastructures de recharge pour véhicules électriques

Infrastructures de recharge pour véhicules électriques Infrastructures de recharge pour véhicules électriques (irve) recueil pratique éditorial Ce recueil a été rédigé par les professionnels de la filière électrique, pour aider les installateurs à proposer

Plus en détail

Cahier technique. Appareillage bâtiment

Cahier technique. Appareillage bâtiment Cahier technique Appareillage bâtiment La norme NF C15-100 page 2 Le branchement individuel (suivant principe NF C14-100) Le branchement collectif page 6 page 5 Les dommages dûs à la foudre page 7 Normes

Plus en détail

L installation électrique dans l habitat : mode d emploi

L installation électrique dans l habitat : mode d emploi 08 L installation électrique dans l habitat : mode d emploi 29 22 56 59 80 76 02 60 50 14 27 95 51 61 78 77 91 10 53 28 35 72 45 89 2 44 49 37 41 18 58 71 85 79 36 86 03 23 17 87 63 42 69 16 19 24 15 43

Plus en détail

VEHICULES ELECTRIQUES La réglementation applicable aux IRVE (Infrastructure de Recharge pour Véhicules Electriques) CONSUEL - CAPEB 30 octobre 2012

VEHICULES ELECTRIQUES La réglementation applicable aux IRVE (Infrastructure de Recharge pour Véhicules Electriques) CONSUEL - CAPEB 30 octobre 2012 VEHICULES ELECTRIQUES La réglementation applicable aux IRVE (Infrastructure de Recharge pour Véhicules Electriques) CONSUEL - CAPEB 30 octobre 2012 IRVE Définition 2 CONSUEL - CAPEB 30 octobre 2012 Le

Plus en détail

L installation électrique dans l habitat : mode d emploi. Guide normatif et réglementaire

L installation électrique dans l habitat : mode d emploi. Guide normatif et réglementaire L installation électrique dans l habitat : mode d emploi Guide normatif et réglementaire Introduction Ce guide résume les dispositions normatives et réglementaires concernant les installations électriques

Plus en détail

CONSTITUTION DU TABLEAU DE REPARTITION

CONSTITUTION DU TABLEAU DE REPARTITION CONSTITUTION DU TABLEAU DE REPARTITION La liaison entre le coffret d extérieur (en limite de propriété, accessible depuis le domaine public) et le panneau de contrôle situé dans la gaine technique de logement

Plus en détail

L installation électrique dans l habitat : mode d emploi

L installation électrique dans l habitat : mode d emploi 08 Hager Tehalit Systèmes SAS 132, Boulevard d Europe BP 78 F-67212 Obernai Cedex www.hager.fr L installation électrique dans l habitat : mode d emploi 29 22 56 59 80 76 02 60 50 14 27 95 51 61 78 77 91

Plus en détail

Mémento de schémas électriques 2

Mémento de schémas électriques 2 COUV Les cahiers du bricolage : Mémento de schémas électriques 2 Version ebook - livre électronique 2005 David Fedullo, Thierry Gallauziaux Tous droits réservés - Reproduction, adaptation, traduction interdite

Plus en détail

Installation électrique du logement

Installation électrique du logement FICHE TECHNIQUE Installation électrique du logement 2 CONNAÎTRE > Courant électrique > Fourniture du courant, abonnement > Eléments constitutifs d une installation électrique d habitation > Compteur de

Plus en détail

Partie nouvelle d un bâtiment existant (extension)

Partie nouvelle d un bâtiment existant (extension) Fiche d application : Partie nouvelle d un bâtiment existant (extension) Date Elaboration de la fiche Version 8 juillet 2013 1 Préambule Cette fiche d application précise les modalités de prise en compte

Plus en détail

Le guide de l électricien

Le guide de l électricien Jacques HOLVECK Le guide de l électricien Groupe Eyrolles, 2006, ISBN : 2-212-11575-X Sommaire Introduction........................................................1 1. Conception et structure d'une installation...................

Plus en détail

Cahier des Clauses Techniques Particulières Solutions pour logements et lieux d image

Cahier des Clauses Techniques Particulières Solutions pour logements et lieux d image Cahier des Clauses Techniques Particulières Solutions pour logements et lieux d image 1. Lot n 1 : Electricité... 2 1.1 Description des ouvrages... 2 1.2 Gaine technique logement... 3 1.3 Distribution...

Plus en détail

Tous droits réservés - Reproduction, adaptation, traduction interdite sans autorisation écrite préalable expresse des auteurs.

Tous droits réservés - Reproduction, adaptation, traduction interdite sans autorisation écrite préalable expresse des auteurs. COUV 2010 Les cahiers du bricolage : Mémento de schémas électriques 2 Version ebook - livre électronique 2005-2012 David Fedullo, Thierry Gallauziaux Tous droits réservés - Reproduction, adaptation, traduction

Plus en détail

de faible capacité (inférieure ou égale à 75 litres) doivent être certifiés et porter la marque NF électricité performance.

de faible capacité (inférieure ou égale à 75 litres) doivent être certifiés et porter la marque NF électricité performance. 9.5. PRODUCTION D EAU CHAUDE sanitaire Les équipements doivent être dimensionnés au plus juste en fonction du projet et une étude de faisabilité doit être réalisée pour les bâtiments collectifs d habitation

Plus en détail

Coffret de communication sans brassage - Coffret basic Références

Coffret de communication sans brassage - Coffret basic Références Coffret de communication sans brassage - Coffret basic Références Caractéristiques ABS/PC autoextinguible RAL 9010 Conforme à la norme NF C 61-910 Coffret Basic sans porte Références de commande Désignation

Plus en détail

MISE À LA TERRE POUR LA SÉCURITÉ ÉLECTRIQUE

MISE À LA TERRE POUR LA SÉCURITÉ ÉLECTRIQUE Les informations techniques PROMOTELEC MISE À LA TERRE POUR LA SÉCURITÉ ÉLECTRIQUE La sécurité des personnes contre un défaut d isolement survenant dans un matériel doit être assurée. En effet, un défaut

Plus en détail

Contrôle d'une habitation particulière par le consuel

Contrôle d'une habitation particulière par le consuel Object 2 Object 1 Contrôle d'une habitation particulière par le consuel Le consuel est un organisme qui a pour mission de vérifier que votre installation électrique est conforme à la norme en vigueur (nfc

Plus en détail

MISE À LA TERRE POUR LA SÉCURITÉ ÉLECTRIQUE

MISE À LA TERRE POUR LA SÉCURITÉ ÉLECTRIQUE Les informations techniques PROMOTELEC MISE À LA TERRE POUR LA SÉCURITÉ ÉLECTRIQUE 1 La sécurité des personnes contre un défaut d isolement survenant dans un matériel doit être assurée. En effet, un défaut

Plus en détail

L'habitat communicant

L'habitat communicant L'habitat résidentiel intègre de plus en plus, dans son infrastructure, les réseaux de communication (téléphone, Internet, multimédia), au même titre que le réseau électrique Le terme VDI (Voix, Données,

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE. Installations photovoltaïques raccordées au réseau public de distribution

GUIDE PRATIQUE. Installations photovoltaïques raccordées au réseau public de distribution UTE C 15-712-1 Juillet 2010 UNION TECHNIQUE DE L'ELECTRICITE INSTALLATIONS ELECTRIQUES A BASSE TENSION GUIDE PRATIQUE Installations photovoltaïques raccordées au réseau public de distribution Photovoltaic

Plus en détail

Prescriptions techniques et de construction pour les locaux à compteurs

Prescriptions techniques et de construction pour les locaux à compteurs Prescriptions techniques et de construction pour les locaux à compteurs Référence: SIB10 CCLB 110 Date : 22/10/2010 Page 1/9 Table des matières 1 PRELIMINAIRES... 3 2 ABREVIATIONS... 3 3 ACCESSIBILITE

Plus en détail

INSTALLER UN CHAUFFAGE ELECTRIQUE. Construire Aménager Décorer Jardiner CONSEIL. Castorama

INSTALLER UN CHAUFFAGE ELECTRIQUE. Construire Aménager Décorer Jardiner CONSEIL. Castorama 80.04 INSTALLER UN CHAUFFAGE ELECTRIQUE CONSEIL Castorama Memo page 2&3 L alimentation electrique page 4&5 Emplacement et branchement pages 6 Fixation et entretien pages 7 page 1/7 MEMO Ce mémo vous permet

Plus en détail

Fiches Techniques Bâtiment

Fiches Techniques Bâtiment Fiches Techniques Bâtiment Bâti Comment faire des économies? Aide Les déperditions par le bâti comptent jusqu à 50% de la consommation énergétique des bâtiments. La performance énergétique est donc une

Plus en détail

Les schémas électriques normalisés

Les schémas électriques normalisés On distingue 4 types de schémas I)- Schéma développé : Les schémas électriques normalisés C'est le schéma qui permet de comprendre facilement le fonctionnement d'une installation électrique. Il ne tient

Plus en détail

ETAT DE L INSTALLATION INTERIEURE D ELECTRICITE

ETAT DE L INSTALLATION INTERIEURE D ELECTRICITE ETAT DE L INSTALLATION INTERIEURE D ELECTRICITE En application de l arrêté du 4 avril 2011 et de la norme XP C16-600 Réf dossier n 100512.4204 A Désignation du ou des immeubles bâti(s) LOCALISATION DU

Plus en détail

DIAGNOSTIC DE L ETAT DES INSTALLATIONS INTERIEURES D ELECTRICITE DES IMMEUBLES A USAGE D HABITATION

DIAGNOSTIC DE L ETAT DES INSTALLATIONS INTERIEURES D ELECTRICITE DES IMMEUBLES A USAGE D HABITATION DIAGNOSTIC DE L ETAT DES INSTALLATIONS INTERIEURES D ELECTRICITE DES IMMEUBLES A USAGE D HABITATION Conformément au Code de la Construction et de l Habitation : articlel134, la LOI n 2006-872 du 13 juillet

Plus en détail

40 ECO-CONSEILS 7 fiches pour une consommation annuelle d énergie plus légère.

40 ECO-CONSEILS 7 fiches pour une consommation annuelle d énergie plus légère. «Consommer moins en consommant mieux» 40 ECO-CONSEILS 7 fiches pour une consommation annuelle d énergie plus légère. Maîtriser notre consommation en électricité, c est nous engager à adopter des gestes

Plus en détail

Fiche d application. 7 octobre 2013 1.0

Fiche d application. 7 octobre 2013 1.0 MINISTÈRE DE L ÉGALITÉ DES TERRITOIRES ET DU LOGEMENT MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DE L ÉNERGIE Diagnostic de Performance Energétique Fiche d application Date Version 7 octobre

Plus en détail

L'accessibilité des bâtiments d'habitations collectifs neufs

L'accessibilité des bâtiments d'habitations collectifs neufs L'accessibilité des bâtiments d'habitations collectifs neufs (Arrêté du 1 août 2006 modifié par l'arrêté du 30 novembre 2007) Direction Départementale de l'équipement des Hautes-Alpes - SAUL/HG - 05/11/09

Plus en détail

en toute sécurité Votre habitation La sécurité repose sur

en toute sécurité Votre habitation La sécurité repose sur ma solution TRANQUILLITÉ LA SÉCURITÉ ÉLECTRIQUE Votre habitation en toute sécurité Pour vivre en toute sérénité et vous protéger contre tous risques électriques, votre installation doit respecter quelques

Plus en détail

Qu est-ce qu un raccordement?

Qu est-ce qu un raccordement? mars 2012 La prestation de raccordement : vue d ensemble pages 4/5 Votre demande de raccordement page 6 La proposition de raccordement d ERDF page 7 modalités de paiement prix du branchement Les travaux

Plus en détail

Nouveau règlement Accessibilité Handicapés

Nouveau règlement Accessibilité Handicapés Nouveau règlement Accessibilité Handicapés 1 Les principaux points à retenir en synthèse Prise en compte de tous les handicaps notamment physique, cognitif, mental ou psychique Exigences de performance

Plus en détail

Etablissement Recevant du Public (ERP) de 5 ème catégorie avec locaux à sommeil

Etablissement Recevant du Public (ERP) de 5 ème catégorie avec locaux à sommeil Notice de sécurité Etablissement Recevant du Public (ERP) de 5 ème catégorie avec locaux à sommeil Cette notice a été établie à l'attention des exploitants d Etablissements Recevant du Public (ERP), afin

Plus en détail

LOGEMENT INDIVIDUEL 1ER SEUIL DE BONIFICATION (2 500 PAR LOGEMENT)

LOGEMENT INDIVIDUEL 1ER SEUIL DE BONIFICATION (2 500 PAR LOGEMENT) LOGEMENT INDIVIDUEL 1ER SEUIL DE BONIFICATION (2 500 PAR LOGEMENT) Portes avec ouverture vers l'extérieur Portes : pose de poignées droites recourbées vers l'intérieur (en forme de "bec de canard") Éviter

Plus en détail

ETAT DE L'INSTALLATION INTERIEURE D'ELECTRICITE

ETAT DE L'INSTALLATION INTERIEURE D'ELECTRICITE 250 834 RCS Limoges31/12/2013XFR 0050627LI et XFR0048625FI09A BATIMENT C 1 AVENUE NEIL ARMSTRONG 33700 MERIGNAC Tel : Fax : A ETAT DE L'INSTALLATION INTERIEURE D'ELECTRICITE Articles L 134-7 et R 134-10

Plus en détail

Bâtiments existants. 1 - Définitions et principes. Réglementation. RT «globale» et «élément par élément» pour le bâtiment existant

Bâtiments existants. 1 - Définitions et principes. Réglementation. RT «globale» et «élément par élément» pour le bâtiment existant te c que hni Règlementation Thermique (RT) Fiche 1 - Définitions et principes Depuis 2007, la Réglementation Thermique touche aussi le parc immobilier existant. Elle concerne 31,5 millions de logements

Plus en détail

LES RESEAUX DE COMMUNICATION

LES RESEAUX DE COMMUNICATION 1 LES RESEAUX DE COMMUNICATION L arrivée d internet, des chaînes numériques et d autres technologies numériques dans l habitat ont fait évoluer nos habitudes. Comment accéder à ces données? Quelles sont

Plus en détail

Communauté de communes du Pays de St Gilles Croix de Vie BP 30669 GIVRAND 85808 ST GILLES CROIX DE VIE

Communauté de communes du Pays de St Gilles Croix de Vie BP 30669 GIVRAND 85808 ST GILLES CROIX DE VIE Communauté de communes du Pays de St Gilles Croix de Vie BP 30669 GIVRAND 85808 ST GILLES CROIX DE VIE EXTENSION DU SIEGE ADMINISTRATIF (Modification de l existant et extension) CADRE DE BORDEREAU DE DECOMPOSITION

Plus en détail

tebis au cœur de l installation

tebis au cœur de l installation Le tertiaire Hager, l autre savoir-faire Complexe multi-activités tebis au cœur de l installation En 2008, la municipalité de Dachstein a ouvert un complexe multi-activités à la fois polyvalent et fonctionnel.

Plus en détail

LE CHAUFFAGE. Peu d entretien. Entretien. fréquent. Peu d entretien. Pas d entretien. Pas d entretien. Entretien. fréquent. Peu d entretien.

LE CHAUFFAGE. Peu d entretien. Entretien. fréquent. Peu d entretien. Pas d entretien. Pas d entretien. Entretien. fréquent. Peu d entretien. LE CHAUFFAGE 1. LE CHAUFFAGE ELECTRIQUE Le chauffage électrique direct ne devrait être utilisé que dans les locaux dont l isolation thermique est particulièrement efficace. En effet il faut savoir que

Plus en détail

Guide pour le Raccordement des Logements Neufs à la Fibre Optique. Novembre 2011

Guide pour le Raccordement des Logements Neufs à la Fibre Optique. Novembre 2011 Guide pour le Raccordement des Logements Neufs à la Fibre Optique Novembre 2011 Préambule Ce document est destiné à la Filière, c est à dire les installateurs, prescripteurs, promoteurs, opérateurs, fabricants,

Plus en détail

Version du 1 er septembre 2011

Version du 1 er septembre 2011 Régie du Syndicat Electrique Intercommunal du Pays Chartrain Version du 1 er septembre 2011 Barème pour la facturation du raccordement au réseau public de distribution d électricité GRD RSEIPC 01/09/11

Plus en détail

Barème de facturation des raccordements au réseau public de distribution d électricité concédé à la SICAE-VS

Barème de facturation des raccordements au réseau public de distribution d électricité concédé à la SICAE-VS Barème de facturation des raccordements au réseau public de distribution d électricité concédé à la SICAE-VS Version Date d application HISTORIQUE DU DOCUMENT Nature de la modification Annule et remplace

Plus en détail

Conception de bâtiments d habitation adaptés aux personnes âgées Aide-mémoire

Conception de bâtiments d habitation adaptés aux personnes âgées Aide-mémoire Octobre 2009 Conception de bâtiments d habitation adaptés aux personnes âgées Aide-mémoire L intégration de personnes âgées ou souffrant d un handicap est une tâche importante de notre société. Les personnes

Plus en détail

ETAT DE L INSTALLATION INTERIEURE D ELECTRICITE

ETAT DE L INSTALLATION INTERIEURE D ELECTRICITE SARL CLAUDE MOREAU 401 rue de Bordeaux 16000 ANGOULEME Tél. : 05 45 94 10 94 - Fax : 05 45 94 66 57 http://www.claude-moreau-diagnostic.com ETAT DE L INSTALLATION INTERIEURE D ELECTRICITE Date de la mission

Plus en détail

Critères d éligibilité techniques spécifiques à chaque équipement

Critères d éligibilité techniques spécifiques à chaque équipement Critères d éligibilité techniques spécifiques à chaque équipement Chaudières à basse température, individuelles ou collectives Les chaudières basse température ne sont plus éligibles au dispositif du crédit

Plus en détail

Données administratives. Rue : Rue d'ougrée N : 211 Boîte : 011 CP : 4031 Localité : Angleur Type de bâtiment :

Données administratives. Rue : Rue d'ougrée N : 211 Boîte : 011 CP : 4031 Localité : Angleur Type de bâtiment : CP : 4031 Localité : Angleur Type de bâtiment : Appartement Permis de bâtir/d urbanisme/unique obtenu le : Numéro de référence du permis : Construction : avant 1971 ou inconnu Version du protocole: 17/07/2013

Plus en détail

Référentiel Handicap. Référentiel Handicap. 2 e seuil de bonification. Logement collectif neuf. Logement individuel neuf

Référentiel Handicap. Référentiel Handicap. 2 e seuil de bonification. Logement collectif neuf. Logement individuel neuf 2 e seuil de bonification page 1/5 identification du/des logement(s) concerné(s) Nom du bailleur Nom de l opération Logement individuel neuf Adresse de l opération Référence du/des logement(s) concerné(s)

Plus en détail

Réalisation d ouvrages collectifs tertiaires et commerciaux

Réalisation d ouvrages collectifs tertiaires et commerciaux Toute reproduction ou représentation intégrale ou partielle, par quelque procédé que ce soit, des pages publiées dans les guides SéQuélec, faite sans l'autorisation du comité est illicite et constitue

Plus en détail

IRVE et Hybrides Rechargeables dans les ERP et les IGH - Cahier des Charges de la Commission Centrale de Sécurité (Ministère de l Intérieur) SOMMAIRE

IRVE et Hybrides Rechargeables dans les ERP et les IGH - Cahier des Charges de la Commission Centrale de Sécurité (Ministère de l Intérieur) SOMMAIRE NOTEC N 544 L E S N O T E S T E C H N I Q U E S DE LA F F I E 1 5 J A N V I E R 2 0 1 3 IRVE et Hybrides Rechargeables dans les ERP et les IGH - Cahier des Charges de la Commission Centrale de Sécurité

Plus en détail

Bien concevoir son projet de SALLE DE BAINS

Bien concevoir son projet de SALLE DE BAINS Bien concevoir son projet de SALLE DE BAINS Une salle de bains bien pensée...... Lapeyre vous aide à la réaliser Un projet bien préparé, c est la clé de la réussite. Avant de rencontrer un conseiller LAPEYRE,

Plus en détail

Télécommunications Réseaux

Télécommunications Réseaux SIVODAC GAMME de SYSTEMES ELECTRONIQUES NUMERIQUES Utilisation d équipements industriels ou domestiques des champs : Audiovisuel Multimédia Télécommunications Réseaux Electrodomestique Domotique Dont on

Plus en détail

1. Les différents types de postes de livraison On peut classer les postes HTA/BT en deux catégories.

1. Les différents types de postes de livraison On peut classer les postes HTA/BT en deux catégories. 2 Les postes HTA/BT Dès que la puissance demandée atteint 50 kva, les entreprises industrielles ou tertiaires sont alimentées en haute tension 20 kv (HTA). L étendue de leur site fait qu elles sont généralement

Plus en détail

Réussir son installation domotique et multimédia

Réussir son installation domotique et multimédia La maison communicante Réussir son installation domotique et multimédia François-Xavier Jeuland Avec la contribution de Olivier Salvatori 2 e édition Groupe Eyrolles, 2005, 2008, ISBN : 978-2-212-12153-7

Plus en détail

ENTREPRISE D ELECTRICITE GENERALE RÉNOVATION, MISE AUX NORMES, MISE EN SÉCURITÉ

ENTREPRISE D ELECTRICITE GENERALE RÉNOVATION, MISE AUX NORMES, MISE EN SÉCURITÉ ENTREPRISE D ELECTRICITE GENERALE RÉNOVATION, MISE AUX NORMES, MISE EN SÉCURITÉ 14 a v e n u e d u G a l. d e G a u l l e. 9 2 3 6 0 M E U D O N L A F O R E T h t t p : / / w w w. l y s - e l e c. c o

Plus en détail

accessibilité des maisons individuelles neuves

accessibilité des maisons individuelles neuves accessibilité des maisons individuelles neuves Conseil d Architecture, d urbanisme et de l environnement du Gard 2012 Depuis la loi de Février 2005, toutes les constructions neuves de type logement individuel

Plus en détail

Le tableau suivant représente les principaux symboles utilisés pour les appareils de chauffage, de cuisson

Le tableau suivant représente les principaux symboles utilisés pour les appareils de chauffage, de cuisson Le tableau suivant représente les principaux symboles utilisés pour les appareils de chauffage, de cuisson Principaux symboles d appareils thermiques utilisés pour différents schémas Page 1/11 I) Les radiateurs

Plus en détail

SOMMAIRE. Qu est-ce que le compteur électronique... page 1. Comment consulter les informations... page 1. Les différentes options tarifaires...

SOMMAIRE. Qu est-ce que le compteur électronique... page 1. Comment consulter les informations... page 1. Les différentes options tarifaires... Edition Édition 2008 Juillet 2000 SOMMAIRE Qu est-ce que le compteur électronique... page 1 Comment consulter les informations... page 1 Les différentes options tarifaires... page 1 a)option base... page

Plus en détail

La Gestion Technique de Bâtiment Pour des bâtiments intelligents

La Gestion Technique de Bâtiment Pour des bâtiments intelligents La Gestion Technique de Bâtiment Pour des bâtiments intelligents Un levier important de la réduction des consommations d un bâtiment est la bonne gestion de ses équipements. En effet, la façon dont un

Plus en détail

ÉTABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC (ERP) INSTALLATIONS OUVERTES AU PUBLIC (IOP) NOTICE D ACCESSIBILITÉ AUX PERSONNES HANDICAPÉES

ÉTABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC (ERP) INSTALLATIONS OUVERTES AU PUBLIC (IOP) NOTICE D ACCESSIBILITÉ AUX PERSONNES HANDICAPÉES ÉTABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC (ERP) INSTALLATIONS OUVERTES AU PUBLIC (IOP) NOTICE D ACCESSIBILITÉ AUX PERSONNES HANDICAPÉES Textes de référence : Champ d application : Code de la Construction et de

Plus en détail

Dynatherm Pour répondre à TOUS LES BESOINS, et plus encore, il suffit d 1 accumulateur

Dynatherm Pour répondre à TOUS LES BESOINS, et plus encore, il suffit d 1 accumulateur NOUVEAU Jusqu à 40 % d économies! Radiateur à accumulation dynamique Dynatherm Pour répondre à TOUS LES BESOINS, et plus encore, il suffit d 1 accumulateur et d 1 des 4 Kits au choix. = Complet Pratique

Plus en détail

Conditions Particulières

Conditions Particulières Le 18 février 2015 Modèle de Convention d exploitation pour un Site de consommation raccordé au Réseau Public de Distribution HTA ou HTB Conditions Particulières Résumé La Convention de Conduite et d Exploitation

Plus en détail

FRANCE : Towards Nearly Zero Energy Building

FRANCE : Towards Nearly Zero Energy Building FRANCE : Towards Nearly Zero Energy Building Bruxelles - 13 avril 2011 David JUIN Chef de projet réglementation thermique Ministère de l écologie, du développement durable, des transports et du logement

Plus en détail

Un savoir-faire reconnu et certifié. L entreprise. Nos métiers. Applications. Notre valeur ajoutée. Un savoir-faire technique et humain

Un savoir-faire reconnu et certifié. L entreprise. Nos métiers. Applications. Notre valeur ajoutée. Un savoir-faire technique et humain Des produits des solutions L entreprise Depuis 40 ans, SEIFEL est fabricant d enveloppes techniques permettant la distribution, la protection et le comptage des énergies et des fluides. Nos métiers Transformation

Plus en détail

Attestation de Conformité CONSUEL

Attestation de Conformité CONSUEL Toute reproduction ou représentation intégrale ou partielle, par quelque procédé que ce soit, des pages publiées dans les guides SéQuélec, faite sans l'autorisation du comité est illicite et constitue

Plus en détail

SOMMAIRE 1 PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT...1 2 UTILISATION DE L'ACCUMULATEUR...2 3 RACCORDEMENTS ELECTRIQUES...3 3.3 BORNIER DE RACCORDEMENT...

SOMMAIRE 1 PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT...1 2 UTILISATION DE L'ACCUMULATEUR...2 3 RACCORDEMENTS ELECTRIQUES...3 3.3 BORNIER DE RACCORDEMENT... SOMMAIRE 1 PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT...1 2 UTILISATION DE L'ACCUMULATEUR...2 3 RACCORDEMENTS ECTRIQUES...3 3.1 RECOMMANDATIONS (à lire attentivement)...3 3.2 SECTION DES CABS ET CALIBRAGE DES DISJONCTEURS...3

Plus en détail

Cahier des Clauses Techniques Particulières Solutions pour les locaux industriels

Cahier des Clauses Techniques Particulières Solutions pour les locaux industriels Cahier des Clauses Techniques Particulières Solutions pour les locaux industriels 1. Lot n 1 : Electricité 2 1.1 Description des ouvrages... 2 1.2 Tableau général basse tension... 3 1.3 Tableaux divisionnaires

Plus en détail

VEFA ETAT DES LIEUX REMISE DES CLEFS

VEFA ETAT DES LIEUX REMISE DES CLEFS VEFA ETAT DES LIEUX REMISE DES CLEFS INTRODUCTION Ce document est une check-list des choses à vérifier lorsque l on reçoit un appartement en VEFA (donc sur plan). AFFAIRES A APPORTER : 1stylo 1bloc dur

Plus en détail

Données administratives. Rue : Avenue Henri Wautier N : 9A Boîte : CP : 1480 Localité : Saintes(Tubize) Type de bâtiment :

Données administratives. Rue : Avenue Henri Wautier N : 9A Boîte : CP : 1480 Localité : Saintes(Tubize) Type de bâtiment : CP : 1480 Localité : Saintes(Tubize) Type de bâtiment : Maison unifamiliale Permis de bâtir/d urbanisme/unique obtenu le : 27/05/2005 Numéro de référence du permis : PU 2005/067 Construction : 2006 Version

Plus en détail

Le SQUARE DES AGES, un nouveau concept d habitat sénior

Le SQUARE DES AGES, un nouveau concept d habitat sénior Un habitat adapté, évolutif et intégrant les technologies de l information et de la communication pour l autonomie tout au long de la vie. Espace d accueil, d information et de conseils en aides techniques

Plus en détail

Coffrets de communication THome Box NFC 15-100

Coffrets de communication THome Box NFC 15-100 Coffrets de communication THome Box NFC 5-00 ( T ( TV X ( BOX 04/204 www.tonna.com NFC 5-00 & coffret de communication La norme NFC 5-00 (A3) impose dans tous les logements neufs l intallation d un coffret

Plus en détail

SAINT QUENTIN - Aménagement d'une crèche Cadre de bordereau - Lot n 5 : Courants Forts et Faibles

SAINT QUENTIN - Aménagement d'une crèche Cadre de bordereau - Lot n 5 : Courants Forts et Faibles SAINT QENTIN - Aménagement d'une crèche N DESIGNATION D MATERIEL té Qté ELECTRICITE / CORANTS FORTS ET FAIBLES CORANTS FORTS NITAIRE 1 RESEA DE TERRE Prise de terre Piquet de terre en acier cuivre Barrette

Plus en détail

Rapport de l Etat de l Installation Intérieure d Electricité

Rapport de l Etat de l Installation Intérieure d Electricité Rapport de l Etat de l Installation Intérieure d Electricité Numéro de dossier : Norme méthodologique employée : Date du repérage : Heure d arrivée : Durée du repérage : 02249-AGRASC-10-13 AFNOR XP C 16-600

Plus en détail

Gestionnaires d énergie 1 à 2 zones pour chauffage électrique Fil Pilote

Gestionnaires d énergie 1 à 2 zones pour chauffage électrique Fil Pilote 1 à 2 zones pour chauffage électrique Fil Pilote CALYBOX 10/20/110/120/120 WT - Simples d'utilisation - Possibilité de verrouiller les programmes - Design 1 ou 2 zones de programmation journalière ou hebdomadaire

Plus en détail

Mesure tension arrivée EDF. Mesure tension point le plus éloigné. Plans armoires. Contrôle des serrages armoires. Mise en services des horloges

Mesure tension arrivée EDF. Mesure tension point le plus éloigné. Plans armoires. Contrôle des serrages armoires. Mise en services des horloges COURANTS FORTS Mesure terre principale ( indiquer valeur) Contrôle des laisons équipotentielles et continuité de terre Contôles ou mesure isolement (indiquer la valeur) Mesure tension arrivée EDF Mesure

Plus en détail

Raccordement d immeubles à appartements

Raccordement d immeubles à appartements Raccordement d immeubles à appartements TGC-RES-SDU-2014/09 1 Raccordement d immeubles à appartements Le raccordement d un immeuble à appartements au réseau de Proximus est un incontournable. Cette démarche

Plus en détail

S20 - Minimixt. EnSEMBlE de BRAnChEMEnT ET de COMPTAGE électricité

S20 - Minimixt. EnSEMBlE de BRAnChEMEnT ET de COMPTAGE électricité S20 - Minimixt EnSEMBlE de BRAnChEMEnT ET de COMPTAGE électricité Gamme de coffrets de branchement électrique permettant la coupure et la protection du branchement client Disponibles en version téléreport

Plus en détail

Proposition technique et financière pour Le raccordement Sur le réseau public de distribution électricité Raccordement de puissance < kva

Proposition technique et financière pour Le raccordement Sur le réseau public de distribution électricité Raccordement de puissance < kva Proposition technique et financière pour Le raccordement Sur le réseau public de distribution électricité Raccordement de puissance < kva Numéro d affaire : Etablie entre : Vialis, Gestionnaire de Réseau

Plus en détail

Les solutions LexCom Home permettent de distribuer dans un logement toutes les fonctionnalités offertes par les outils multimédia.

Les solutions LexCom Home permettent de distribuer dans un logement toutes les fonctionnalités offertes par les outils multimédia. Les solutions LexCom Home permettent de distribuer dans un logement toutes les fonctionnalités offertes par les outils multimédia. Téléphone, et internet deviennent accessibles dans toutes les pièces,

Plus en détail

Données administratives. Rue : Rue Bois du Foyau N : 6 Boîte : CP : 1440 Localité : Braine-le-Château Type de bâtiment :

Données administratives. Rue : Rue Bois du Foyau N : 6 Boîte : CP : 1440 Localité : Braine-le-Château Type de bâtiment : CP : 1440 Localité : Braine-le-Château Type de bâtiment : Maison unifamiliale Permis de bâtir/d urbanisme/unique obtenu le : 24/06/1992 Numéro de référence du permis : 92/39 Construction : 1993 Version

Plus en détail

Table des matières générale 1)

Table des matières générale 1) 1) page 1 1) 0 CLAUSES COMMUNES Chap. 1 Clauses communes à tous les lots 1/1 Définition de l opération Réglementations Lots 1/2 Spécifications communes à tous les lots 1 PLOMBERIE INSTALLATIONS SANITAIRES

Plus en détail

& la rt 2012. la réponse aux exigences réglementaires

& la rt 2012. la réponse aux exigences réglementaires les fenêtres aluminium MILLET & la rt 0 la réponse aux exigences réglementaires La Réglementation Thermique 0 s applique d ores et déjà pour les bâtiments neufs du secteur tertiaire, public et les bâtiments

Plus en détail

TOUT SAVOIR SUR LE CHAUFFAGE

TOUT SAVOIR SUR LE CHAUFFAGE DÉCO Ambiance automnale pour décor original Rangements, mobilier, cloisons, peinture AMÉNAGER LES PETITS ESPACES Incendie, cambriolage ON S'ALARME! BÉTON, CUIVRE, ZINC, ALU, BOIS Rénovation durable du

Plus en détail

«La Palmeraie» 1279 avenue de la Résistance 83000 TOULON. Descriptif commercial sommaire

«La Palmeraie» 1279 avenue de la Résistance 83000 TOULON. Descriptif commercial sommaire «La Palmeraie» 1279 avenue de la Résistance 83000 TOULON Descriptif commercial sommaire A) CARACTERISTIQUES GENERALES 1. Gros Œuvre Infrastructure : - Implantation. - Fouilles en rigoles pour fondations.

Plus en détail

Coffrets de communication LexCom Home

Coffrets de communication LexCom Home Coffrets de communication LexCom Home Guide de l'utilisateur mai 2012 Sommaire Introduction... 2 Quelle version de coffret est installé chez moi?... 3 Version grade 1 avec fond métallique... 4 Version

Plus en détail

Votre automate GSM fiable et discret

Votre automate GSM fiable et discret Installation facile, programmation rapide! Votre automate GSM fiable et discret GD-04 est un automate GSM. Il envoie des SMS, appelle, met en marche, arrête, surveille. Il ne sait pas parler mais pourtant

Plus en détail

Barème pour la facturation des raccordements au réseau public de distribution d électricité concédé à ERDF

Barème pour la facturation des raccordements au réseau public de distribution d électricité concédé à ERDF Direction technique Barème pour la facturation des raccordements au réseau public de distribution d électricité concédé à ERDF Identification : ERDF-PRO-RAC_03E Version : V.3 Nombre de pages : 65 Version

Plus en détail

V D I.(Voix Donnée Image)

V D I.(Voix Donnée Image) V D I.(Voix Donnée Image) Objectifs: Définir les principes de la VDI. Énoncer et définir les principes de mise en oeuvre A - La VDI. 1-Introduction. Le premier réseau courant faible fut sans aucun doute

Plus en détail

BARÈME DES CONTRIBUTIONS POUR LES RACCORDEMENTS AU RÉSEAU PUBLIC DE DISTRIBUTION D ÉNERGIE ÉLECTRIQUE

BARÈME DES CONTRIBUTIONS POUR LES RACCORDEMENTS AU RÉSEAU PUBLIC DE DISTRIBUTION D ÉNERGIE ÉLECTRIQUE BARÈME DES CONTRIBUTIONS POUR LES RACCORDEMENTS AU RÉSEAU PUBLIC DE DISTRIBUTION D ÉNERGIE ÉLECTRIQUE Suivi des modifications V 1.2 28/12/07 Barème de facturation envoyé à la Commission de Régulation de

Plus en détail