L'interdisciplinarité dans l'enseignement général

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L'interdisciplinarité dans l'enseignement général"

Transcription

1 L'interdisciplinarité dans l'enseignement général Division des sciences de l'éducation, des contenus et des méthodes Mai 1986

2 L' interdisciplinarité dans l'enseignement général Étude de Louis D'Hainaut à la suite d'un Colloque international sur l'interdisciplinarité dans l'enseignement général organisé à la Maison de l'unesco au 1er au 5 juillet 1985 Mai 1986 Unesco

3 ED-86/WS/78

4 (i) TABLE DES MATIERES 1. Avant-propos Le cadre et le sujet... 2 Pages 2.1 Les fondements l'interdisciplinarité Les concepts d'interdisciplinarité Les modes d'interdisciplinarité Définition d'un enseignement interdisciplinaire Synthèse et conclusion L'interdisciplinarité d'un point de vue pédagogique Le problème Les modes de présentation et d organisation des contenus Les niveaux d'intervention Les secteurs Le Colloque Cadre et justification du Colloque L'organisation du Colloque Objectifs proposés aux participants Synthèse des débats Orientations pour les Etats membres quant à la valeur de l'interdisciplinarité dans l'enseignement général Suggestions et propositions d'action Questions fondamentales Pourquoi l'interdisciplinarité dans l'enseignement général? Quels sont les domaines privilégiés? L'interdisciplinarité entraîne-t-elle un accroissement du coût de l'éducation Quelles sont les difficultés? Comment procéder?... 61

5 (ii) pages 6. Annexes Liste des participants Liste des documents et étude de cas Bibliographie... 98

6 ED-86/WS/78 1. AVANT-PROPOS Du 1er au 5 juillet 1985 s'est tenu, à la Maison de l'unesco à Paris, un Colloque international sur l'interdisciplinarité dans l'enseignement général, c'est-à-dire, selon la terminologie adoptée à l'unesco, "l'enseignement depuis l'école maternelle jusqu'au niveau préuniversitaire et qui ne vise aucune spécialisation en vue de l'exercice d'une profession déterminée". A l'occasion de ce Colloque, le Secrétariat de l'unesco a demandé au rapporteur de faire une mise au point sur l'interdisciplinarité dans l'enseignement général pour poser le problème dans son cadre conceptuel et intégrer les enseignements du Colloque, mais aussi de séminaires antérieurs organisés par l'unesco dans différentes régions du monde. C'est cette mise au point qui est présentée ici. Elle comporte essentiellement quatre volets : - dans le premier, l'auteur situe l'interdisciplinarité dans son cadre général, d'une part, et dans le contexte de l'éducation, de l'autre ; - le deuxième volet est constitué des résumés d'un ensemble d'études de cas préparées pour le Colloque et qui font le point sur les pro jets d'enseignement interdisciplinaire dans une vingtaine de pays membres ; - le troisième volet est un compte rendu du Colloque international de Paris, de ses débats et de ses conclusions ; - le dernier volet de l'étude est une synthèse de réponses données à quelques questions pratiques fondamentales par les participants du Colloque international de Paris et des séminaires régionaux orga nises par l'unesco ou de celles qui se dégagent de la réflexion sur les problèmes et de l'expérience acquise. 2. LE CADRE ET LE SUJET 2.1 Les fondements de l interdisciplinarité 1. L'évolution de la connaissance et de sa découverte Le XIXe siècle et le début du XXe ont été marqués par l'approfondissement, la diversification et la spécialisation de plus en plus étroite des domaines de la pensée. On a vu naître de multiples disciplines qui s'enrichissaient presque indépendamment les unes des autres et se divisaient parfois en sous-disciplines nettement cloisonnées. Au XXe siècle, particulièrement dans sa seconde moitié, les découvertes unificatrices de la science, déjà amorcées au siècle précédent, le développement de l'épistémologie et la rupture des frontières imposée par la complexité des domaines ont de plus en plus amené les hommes de sciences et les philosophes de la connaissance à considérer l'unité essentielle des divers domaines et objets de la science. Cette croyance en l'unité ontologique des sciences est devenue une conviction de plus en plus profonde qui constitue le fondement épistémologique de l'interdisciplinarité/l. 1. Voir à ce sujet Smirnov (1983).

7 ED-86/WS/78 - page 2 Notre siècle a vu apparaître des domaines nouveaux qui ne s inscrivent pas dans les disciplines traditionnelles mais les concernent et contribuent à les faire éclater : la théorie de l'information, qui concerne aussi bien la thermodynamique et la biologie fondamentale que les télécommunications, en est un exemple. De nombreux problèmes de la science moderne se situent aux frontières et chevauchent plusieurs disciplines : c'est le cas de la biochimie et déjà, à la fin du XIXe siècle, on s'était vu forcé de parler de physico-chimie. Ce mouvement d'intégration n'a fait que s'accentuer. Un autre mode d'interdisciplinarité s'est également développé spontanément ces dernières années : il s'agit de l'utilisation des méthodes propres à une discipline dans une autre discipline. C'est ainsi que les sciences humaines ont de plus en plus recours à la méthode expérimentale et ont emprunté à la recherche en agriculture des modèles de conception et d'analyse de plans expérimentaux. On constate aussi, comme le souligne M. Malitza (1977), que "l'évolution des préoccupations humaines est à l'origine de nouveaux regroupements du champ déjà exploré, et que l'expérience toujours renouvelée donne naissance à de nouvelles entités hybrides qui, pour être comprises, nécessitent une mise au point simultanée de l'examen de différentes disciplines, ainsi que l'élaboration de nouveaux concepts...". Ce décloisonnement et cette réorganisation des disciplines conduisent aujourd'hui à des intégrations de ce qui, hier encore, semblait incompatible et suggère ce que I. Prigogine et I. Stengers (1973) appellent une "nouvelle alliance entre les sciences naturelles et les sciences humaines". La découverte, qui était il y a un siècle l'oeuvre du savant isolé, est de plus en plus le résultat du travail d'équipes de chercheurs appartenant souvent à des disciplines différentes, à tel point que certains n'hésitent pas à penser, comme Smirnov (1977, p. 53) que "l'interdisciplinarité est actuellement un des problèmes théoriques et pratiques les plus essentiels pour le progrès de la science". La collaboration des chercheurs et la rencontre, voire l'intégration, des disciplines et des méthodes de travail et de recherche exigent que des spécialistes de domaines différents puissent s'interpeller, dialoguer et se comprendre. Cette nécessité favorise la naissance de terrains communs, de zones d'interface entre les disciplines et contribue à la construction de l'interdisciplinarité. Le progrès des sciences humaines a aussi beaucoup contribué au développement de l'interdisciplinarité car elles ont dû emprunter à d'autres disciplines certaines de leurs théories ou de leurs instruments (par exemple : la théorie des jeux, l'analyse factorielle, le concept de rétroaction) et la complexité de leur objet les oblige à avoir recours simultanément à plusieurs disciplines/l. Bien entendu, la poussée actuelle de l'interdisciplinarité ne signifie pas que les disciplines perdent leur importance dans la recherche et dans l'organisation du savoir ou vont être abandonnées au profit d'autres perspectives. La réalité est que d'autres voies plus complexes, plus unificatrices et plus transversales s'ajoutent aux disciplines dans la découverte, la structuration et la compréhension des faits et des relations qui peuvent faire l'objet de la connaissance. 1. Voir à ce sujet : L. Apostel (1983).

8 ED-86/WS/78 - page 3 2. Les problèmes du monde contemporain Le monde d'aujourd'hui doit faire face à des problèmes majeurs par leur dimension et la gravité de leurs conséquences. La famine et le dénuement de populations entières, le niveau atteint par la croissance démographique exponentielle, la menace de guerre nucléaire et la dégradation de l'environnement sont des problèmes que la morale, la science et l'éducation ne peuvent plus ignorer ou laisser sans solution. Tous les hommes de bonne volonté en sont conscients. Or, ces problèmes ne se situent pas à l'intérieur d'une discipline et leur solution exige des démarches interdisciplinaires et des collaborations entre spécialistes de disciplines différentes. I1 en va d'ailleurs de même de beaucoup de problèmes humains ou sociaux ; leur complexité est telle qu'ils mettent en interaction des aspects très différents de la connaissance et de sa découverte. Par exemple, bien souvent le problème de la lutte contre la maladie exige des recherches physiologiques, des investigations chimiques ou pharmaceutiques, des études médicales cliniques, des études statistiques ou épidémiologiques et des actions éducatives dans la population ; il peut en outre avoir des implications économiques et sociales importantes. La science du siècle dernier était adaptée à la résolution de problèmes relativement simples se situant dans un champ de relations homogènes qui pouvaient s'inscrire dans une discipline. Aujourd'hui, une caractéristique essentielle des problèmes est leur grande complexité. Le monde contemporain pose des problèmes où interviennent des facteurs en nombre considérable, où le social s'imbrique dans le technique, où les interactions sont abondantes, multiples et essentielles, où la précision se mêle à des larges incertitudes, où le champ de relation est hétérogène. De tels problèmes ont imposé des perspectives et des démarches plus globales et dépassant le cadre d'une seule discipline. Notre siècle est aussi celui de révolutions technologiques qui changent la face du monde à peu près toutes les décennies. Les nouvelles technologies ont obligé à poser les problèmes de manière différente et ont introduit des démarches communes dans leurs solutions. Ainsi, l'expansion extraordinaire de l'informatique dans tous les secteurs de la vie scientifique, technique, pratique et même culturelle a contribué à faire apparaître, dans des domaines différents, des problèmes posés dans des termes semblables. Enfin, la récente accession à l'indépendance de nombreux peuples a placé leurs dirigeants devant des problèmes difficiles et simultanés. Les nouveaux Etats ont dû maîtriser des changements très profonds et concomitants aux niveaux social, politique, économique, culturel et démographique. La solution de ces problèmes liés appelle de toute évidende une démarche inter-disciplinaire. 3. La conception de l'homme La manière actuelle de concevoir l'homme est plus en rapport avec une perspective interdisciplinaire des problèmes et de leur solution. Dans les âges passés, on considérait que les hommes, à l'exception d'un petit nombre de privilégiés, occupaient une place étroite et confinée dans le tissu social. Une vue limitée des problèmes, juste nécessaire pour leur permettre d'accomplir leur travail, était suffisante et un élargissement de leur horizon ou une mise en relation des facteurs - surtout des facteurs sociaux avec les problèmes traités étaient considérés comme inopportuns. C'est ce qui fort dire

9 ED-86/WS/78 - page 4 ailleurs à l'auteur de ce rapport (d'hainaut, 1979, p. 208) : "Il est indéniable, en effet, que le cloisonnement des disciplines concordait avec le cloisonnement social... L'esprit de caste n'admettant guère le partage, il n'est pas étonnant que le cloisonnement soit devenu de plus en plus étroit, d'autant qu'il était favorisé par la croissance vertigineuse des connaissances." Aujourd'hui, au contraire, la majorité a adopté un idéal de l'homme bien intégré dans son environnement social et dans son milieu. Cette intégration exige non seulement une ouverture sur les problèmes contemporains mais aussi la capacité de mettre en relation le social, l'économique et le politique, de percevoir les interactions entre le technique, l'économie et le social, de mettre en rapport la science et la morale et d'utiliser cette connaissance globale du milieu et de ses problèmes pour agir et participer à la construction de la cité. Cette perspective intégrante de l'homme est d'autant plus normale et plus nécessaire que les médias répandent une quantité énorme d'informations que le citoyen doit pouvoir comprendre, évaluer et utiliser dans la construction de ses cadres de référence et dans sa participation à la vie sociale. Les conceptions actuelles tendent à restituer à l'homme son unité. Les divisions internes de la psychologie et la conception cloisonnée des rôles de l'homme avaient, jusqu'à la moitié de ce siècle, conduit à séparer dans la personne le cognitif, l'affectif et les conduites. Or, plus s'approfondit la connaissance de la psychologie, plus s'effacent les frontières entre ces domaines et plus s'accentuent leurs relations. Dans cet ordre d'idées, la recherche sur l'apprentissage a largement démontré l'imbrication étroite des différentes composantes de la personnalité (cognitive, affective, sensorimotrice) et leur participation intimement liée dans la construction des savoirs, savoir-faire et savoir-être. 4. Le rôle et la conception de l'éducation De plus en plus, on considère que "l'éducation n'a de valeur que dans la mesure où elle rencontre les besoins des apprenants ou bien possède quelque utilité sociale' (APEID, 1982, p. 6). La connaissance pour elle-même qui était une des justifications de l'enseignement n'est plus guère admise aujourd'hui. "On réalise de plus en plus que si l'éducation veut avoir un sens, elle doit aider les apprenants à trouver des réponses à des problèmes de vie réelle qui les concernent (idem). On l'a souvent dit, mais on l'a encore peu pratiqué : l'éducation doit préparer à la vie/l. Or, comme nous venons de le voir, la vie et ses problèmes actuels ne sont pas cloisonnés en disciplines et doivent être abordes par des démarches interdisciplinaires car, comme le fait remarquer P. Hughes dans une étude de cas préparatoire au séminaire, "un argument essentiel en faveur de l'interdisciplinarité est que les disciplines ne nous donnent pas (et ne nous donneront jamais) une image complète des choses si nous les considérons isolément. C'est en s'articulant entre elles, en s'intégrant, qu'elles jouent le rôle les plus efficace". En outre, comme le fait remarquer G. Vaideanu dans une étude en cours de publication, "percevoir l'unité et la diversité ou la spécificité des choses représente une finalité de l'apprentissage, qui correspond à un besoin de l'apprenant et à une réalité à découvrir". 1. J.J. Rousseau disait déjà "Vivre, c'est le métier que je veux apprendre à Emile".

10 ED-86/WS/78 - page 5 Autrefois, en dehors de la formation professionnelle, la satisfaction des besoins économiques et sociaux de la collectivité n'était pas une finalité prioritaire de l'éducation mais en était plutôt une heureuse retombée naturelle. Aujourd'hui, particulièrement dans les pays en développement, l'éducation est considérée comme un facteur essentiel de la prospérité collective et de l'équilibre social/l. C'est pourquoi l'éducation moderne prépare plus à résoudre des problèmes qu'elle ne communique un savoir pour lui-même. Elle est de plus en plus orientée vers la satisfaction des besoins individuels et collectifs par l'acquisition de savoirs instrumentaux, de savoir-faire et de savoir-être pertinents par rapport à ces besoins. Dans cette perspective, l'organisation de la connaissance qu'offrent les disciplines perd de son importance vis-à-vis de la structuration des savoirs qui permettra à l'élève de mieux les intégrer et les mettre en oeuvre. Comme les problèmes de vie et les compétences utiles du point de w e social ou économique ne s'inscrivent pas nécessairement dans le cadre d'une discipline, l'éducation tend naturellement à abandonner le découpage en disciplines qui constituait l'essentiel de sa structure depuis des siècles. 2.2 Les concepts d'interdisciplinarité 1. Définition générale Le mot 'interdisciplinarité" n'est pas de ceux qui, comme les termes scientifiques, sont définis d'une manière unique et universellement acceptée. Le contenu du concept est susceptible d'interprétations différentes et on a vu apparaître dans les textes consacrés à ce sujet un grand nombre de termes qui introduisent des nuances dans les interprétations mais qui, malheureusement, ne se situent pas toujours dans la même dimension et sont parfois contradictoires. Un Colloque sur l'interdisciplinarité court donc le risque d'être une de ces réunions que stigmatisait Bachelard dans un ouvrage célèbre/2 et qui se terminent sans que tous soient d'accord sur la nature même de l'objet des échanges. I1 était donc essentiel de proposer au départ une définition susceptible d'être acceptée par les participants. Cette définition, citée dans les termes de référence du Colloque est celle qui se trouve dans le Rapport du Directeur général de l'unesco au Conseil exécutif sur la préparation du Plan à moyen terme pour (113 EX/4, par. 426). Elle s'exprime ainsi : "Le concept d'interdisciplinarité se situant sur le plan épistémologique, on peut considérer qu'il se réfère à la coopération de disciplines diverses, qui contribuent à une réalisation commune et qui, par leur association, permettent l'émergence et le progrès de nouveaux savoirs." 1. Il y a près de deux siècles, Condorcet et Lakanal considéraient cependant déjà que l'éducation devait servir, non seulement au développement et au perfectionnement des personnes, mais aussi à la croissance et à l'amélioration de toute la société ; ils s'accordaient aussi sur la nécessité d'adapter l'éducation aux besoins de la vie. Mais c'est seulement aujourd'hui qu'on commence à mettre réellement en oeuvre ces orientations. 2. Bachelard, G. La formation de l'esprit scientifique. Paris : Librairie philosophique, J. Vrin, 1967.

11 ED-86/WS/78 - page 6 2. Définitions par rapport au niveau d'intégration des disciplines Cette définition, très générale, permettait de délimiter le cadre global des échanges. I1 était cependant utile aussi d'aller plus loin dans la précision, de manière, d'une part à pouvoir plus finement caractériser les différentes actions interdisciplinaires, objets des discussions, et aussi de façon que chaque participant puisse situer les conceptions en cause par rapport à ses propres cadres de références et aux différentes façons généralement admises de concevoir l'interdisciplinarité. C'est la raison pour laquelle le Secrétariat de l'unesco a chargé G. Vaideanu de faire une étude préalable des concepts fondamentaux de l'interdisciplinarité. Dans ce document, l'auteur "s'est efforcé de regrouper plusieurs définitions et interprétations... qui ont été données par des spécialistes lors de diverses réunions". Des nombreuses classifications de l'interdisciplinarité, C. Vaideanu a repris celle qui avait été retenue au symposium de Bucarest/l et qui est basée sur le niveau d'intégration des disciplines dans la recherche ou dans l'enseignement. Dans ce modèle, on considère que l'interdisciplinarité est d'autant mieux atteinte que les disciplines sont plus intégrées et qu'une discipline ne domine pas une autre dans le processus d'intégration. Cette classification est la suivante : A. La transdisciplinarité est un état d'équilibre total entre l'influence de toutes les disciplines en cause, au niveau le plus élevé de coordination. Dans le sens où ce mot est employé ici, la coordination implique des contacts ou une communication optimisés. La portée et la qualité de la coopération sont telles qu'une nouvelle discipline peut Etre créée du point de vue analytique et social. I1 paraît important, lorsque l'on considère le succès ou l'échec relatif de l'interdisciplinarité au cours des dix ou vingt dernières années, de ne pas oublier que de telles disciplines ont effectivement fait leur apparition. B. L'interdisciplinarité va moins loin que la transdisciplinarité pour ce qui est de la coordination ou de la communication croisée. En revanche, l'équilibre entre l'influence des disciplines en cause est maintenu. L'impact total des éléments quantitatifs et qualitatifs n'est pas suffisant pour créer une nouvelle discipline. On peut discerner certains éléments analytiques qui pourraient être utiles pour amorcer un tel processus. C. La disciplinarité croisée diffère quantitativement et qualitativement de l'interdisciplinarité. Sur le plan qualitatif, la possibilité d'influences équilibrées a disparu : l'une des disciplines domine les autres. Par ailleurs, le degré de communication s'affaiblit jusqu'à un point où l'on ne peut plus guère parler d'un système de coordination mutuellement accepté. La discipline prédominante est celle qui détermine toutes les prémices importantes. Certains enseignants et, plus rarement, certains chercheurs considèrent que l'interdisciplinarité est le meilleur compromis possible, compte tenu des circonstances. 1. Unesco-Cepes, Interdisciplinarity in higher éducation, Bucarest, 1983, p. 22.

12 ED-86/WS/78 - page 7 D. La pluridisciplinarité est caractérisée par le fait que la communication s'exerce entre divers milieux ou disciplines, mais que les contacts tendent à être plus faibles ou plus sporadiques que dans la disciplinarité croisée. Un avantage de la pluridisciplinarité est que la communication est symétrique et non pas asymétrique comme dans la disciplinarité croisée. L'aspect qualitatif s'améliore dans la mesure où l'influence sur un projet d'enseignement ou de recherche déterminé s'exerce de façon plus équilibrée. E. La multidisciplinarité est la forme la moins développée d'interdisciplinarité. La communication entre les divers milieux est réduite au minimum. Cependant, il est fréquent que les projets d'enseignement ou de recherche se chevauchent ou soient complémentaires. Ils peuvent donc offrir un terrain qui se révélera propice à l'établissement de liens, tandis que les milieux constituent un potentiel inexploité susceptible d'être ultérieurement mobilisé pour une finalité commune. Il pourrait donc être utile, dans un premier temps, de juxtaposer certains éléments de diverses disciplines afin de mettre en lumière leurs aspects communs"/l. Les participants au Colloque de Bucarest, qui devaient aborder des questions variées et complexes d'enseignement et de recherche au niveau supérieur, ont jugé utile d'introduire cette classification dans leurs échanges, en complément de la clarification de termes qui leur avait été proposée par l'unesco dans le plan de travail. Cependant, lorsqu'on étudie l'interdisciplinarité dans l'enseignement général, la classification des termes proposée dans le plan de travail nous paraît largement suffisante et, à ce niveau, est sans doute plus opératoire. On y précise que : "La multidisciplinarité est la simple juxtaposition de disciplines différentes sans relations apparentes entre elles. La pluridisciplinarité est la juxtaposition de disciplines supposées être mises plus ou moins en relation. L'interdisciplinarité est une forme de coopération entre disciplines différentes a propos de problèmes dont la complexité est telle qu'ils peuvent seulement être traités par la convergence et la combinaison prudente de différents points de vue. La transdisciplinarité fait référence à un système axiomatique général ou à une théorie qui permet de rassembler un groupe de disciplines." 1. Dans cette conception, la multidisciplinarité est une forme, mais à l'échelon le plus bas, d'intégration des disciplines. C'est aussi la conception de Piaget (1972, p. 141) qui considère que : "Le palier inférieur pourrait être nommé multidisciplinaire et se rencontre lorsque la solution d'un problème requiert des informations empruntées à deux ou plusieurs disciplines ou secteurs de la connaissance, mais sans que les disciplines mises à contribution par celle qui les utilise soient modifiées ou enrichies pour autant."

13 ED-86/WS/78 - page 8 Dans cette conception, contrairement à celle du Colloque de Bucarest et celle de Piaget, la multidisciplinarité n'est pas une forme d'intégration des disciplines et il ne reste que trois niveaux qui ont été repris dans un fascicule publié par l'unesco en 1985/1 : - la pluridisciplinarité qui appelle seulement l'intervention de plusieurs disciplines et se limite souvent à leur juxtaposition ; - l'interdisciplinarité qui suppose une bonne connaissance des concepts entre disciplines et qui repose essentiellement sur une approche systémique ; - la trandisciplinarité, encore plus ambitieuse, qui suppose une unification conceptuelle entre disciplines. C'est cette manière de distinguer les différents niveaux d'interdisciplinarité qui a été proposée aux participants du séminaire sur l'interdisciplinarité dans l'enseignement général (Ordre du jour annoté, p. 1). Elle s'est révélée adéquate pour clarifier les débats. 2.3 Les modes d'interdisciplinarité Les définitions précédentes se rapportent à la nature même de l'interdisciplinarité et différencient des niveaux d'intégration des disciplines. Une autre façon d'envisager les différents aspects de l'interdisciplinarité est d'adopter comme critère le mode d'intégration, c'est-à-dire la manière (et non le niveau) dont les disciplines seront intégrées par rapport aux problèmes à résoudre. Cette conception, qui nous paraît très opératoire et utile dans la réflexion sur l'enseignement et la recherche, a été mise au point par un groupe de chercheurs du Centre de recherche interdisciplinaire de Bielefeld (G.C. Huerkamp et al., 1978) et présentée au Colloque CEPES-Unesco de Bucarest. Elle comporte quatre catégories dont les caractéristiques sont résumées de la manière suivante par G. Vaideanu dans son étude préparatoire au Colloque de Paris/2 : "1. L'interdisciplinarité de disciplines voisines On pourrait regrouper sous cette rubrique les cas dans lesquels deux domaines scientifiques deviennent si étroitement imbriqués qu'il y a une zone de chevauchement où les deux disciplines peuvent faire intervenir les méthodes et les concepts qui leur sont propres. 2. L'interdisciplinarité des problèmes Par opposition au type précédent d'interdisciplinarité, celui-ci pourrait s'appliquer à certains groupes de problèmes qui ne peuvent s'inscrire dans le champ d'une discipline déterminée et dont les dimensions sont si nombreuses qu'ils ne peuvent être traités en ne recourant qu'à une seule discipline. La collaboration de plusieurs disciplines devient donc de toute évidence souhaitable. 1. De Felice J., Giordan A. et Souchon C. (1985) L'approche interdisciplinaire en éducation relative à l'environnement. Série "éducation environnementale". Paris : Unesco, p On pourra trouver le texte proposé au Colloque de Bucarest par W. Vosskamp, directeur du Centre de recherche interdisciplinaire de Bielefeld dans le rapport "Interdisciplinarity in Higher Education". Bucarest : CEPES/Unesco, 1983, p. 24 et 25.

14 ED-86/WS/78 - page 9 3. L'interdisciplinarité des méthodes C'est surtout lorsque des méthodes propres à une discipline peuvent également être appliquées aux fins de la recherche dans d'autres disciplines que l'on a des chances d'avoir affaire à ce type d'interdisciplinarité. Une difficulté a toutefois été mentionnée : peut-on parler d'interdiæciplinarité lorsqu'une discipline utilise une science auxiliaire (les statistiques par exemple) sans que cette dernière en tire le moindre profit? Ou doit-on s'attendre à ce que les deux disciplines bénéficient réciproquement l'une de l'autre, comme c'est par exemple le cas pour la théorie des jeux et son application à la biologie du développement. Jusqu'à présent, la théorie des jeux a en effet été utile aux chercheurs en biologie du développement, tandis que les spécialistes de cette théorie, se trouvant confrontés à de nouveaux problèmes, ont pu concevoir de nouvelles idées. 4. L'interdisciplinarité des concepts Ce type d'interdisciplinarité est caractéristique des situations dans lesquelles des modèles et des concepts élaborés à l'intérieur d'une discipline sont ensuite appliqués pour compléter la recherche dans une autre discipline ou même remplacer des modèles et des concepts existants. La question de savoir si l'on peut parler d'interdisciplinarité lorsque les avantages des méthodes appliquées sont unilatéraux pourrait également être posée au sujet des concepts, bien que dans la pratique peu de concepts puissent être transférés sous leur forme initiale. Après modification, un. concept donné pourrait donner une impulsion à la discipline dont il découle. L'application de concepts propres à d'autres domaines ou disciplines ne doit pas cependant être une excuse pour dissimuler des idées insuffisamment élaborées ou mal étayées. Le choix des projets devrait être subordonné à des descriptifs détaillés cernant les concepts en cause et indiquant les raisons pour lesquelles ils sont intéressants et peuvent être transférés." (Fin de citation). Cette classification et les précédentes ne sont pas de même nature mais ont des rapports : par exemple, l'interdisciplinarité des concepts dans la mesure où elle aboutit a des conceptions plus larges et des modèles plus généraux, peut se situer au niveau de la transdisciplinarité ; il en va de même de l'interdisciplinarité des méthodes lorsque celles-ci ne sont pas seulement empruntées à une discipline et appliquées dans l'autre mais au contraire, lorsque la méthode possède une logique qui n'est pas liée à une discipline. Par exemple, la méthode expérimentale pourrait se situer à un niveau transdisciplinaire. 2.4 Définition d'un enseignement interdisciplinaire Les définitions et caractérisations de l'interdisciplinarité que nous venons de citer sont de nature épistémologique et concernent essentiellement l'organisation du savoir, de la recherche et de la résolution de problèmes. Ces conceptions de l'interdisciplinarité ne sont pas particulièrement orientées vers les problèmes d'enseignement et si elles concernent aussi ces problèmes, c'est parce que l'enseignement est intimement lié à la découverte et à l'organisation du savoir.

15 ED-86/WS/78 - page 10 Il ne faut donc pas confondre ou opposer, comme on le fait parfois, la caractérisation de l'interdisciplinarité d'un point de vue épistémologique et général, d'une part, et l'interdisciplinarité conçue comme voie, méthode ou organisation de l'enseignement, de l'autre. Cette dernière conception n'est, bien entendu, qu'un aspect de la première mais le point de vue où on se place est très différent car il est plus orienté vers l'action et la méthodologie que vers la réflexion épistémologique. 1. Le curriculum intégré Une façon de concevoir l'interdisciplinarité qu'on retrouve souvent dans les projets, les réformes et les débats relatifs à l'enseignement général est le "curriculum intégré" ou les "programmes d'études intégrés" appelée aussi "l'intégration des matières et, parfois dans un sens plus restreint, "sciences intégrées". A la rencontre organisée par l'unesco sur ce sujet à Bangkok en 1981, on a défini que "l'on employait le terme "intégration du curriculum" pour désigner la combinaison de deux sujets ou plus pour former un domaine signifiant d'acquisition du savoir qui devrait contribuer à une intégration effective, chez la personne qui apprend, du vécu de son apprentissage" (APEID, 1982, p. 10). Les auteurs du rapport soulignent à ce propos que la simple combinaison de matières ne conduit pas nécessairement à l'intégration recherchée et que l'intégration du curriculum vise à combiner des situations d'apprentissage qui ont une réalité et un sens pour ceux qui apprennent. Ils ajoutent que "dans un sens plus large, l'expression "démarche intégrée" (integrated approach) se réfère à une méthode d'enseignement dans laquelle les enfants travaillent sur un thème, un sujet, une activité ou un problème de vie réel où le travail implique des compétences en rapport avec plus d'une discipline ou d'une matière scolaire. Dans un curriculum intégré, on ignore les frontières entre les matières et on se base aussi bien sur l'exploration naturelle et spontanée des enfants que sur des activités et un vécu qui ne respectent pas les divisions des matières. Autrement dit, le curriculum intégré implique une organisation du contenu et du processus d'enseignement-apprentissage autour de thèmes, d'activités, de problèmes ou de processus qui exigent un apprentissage interdisciplinaire". Cette définition du curriculum intégré est multidimensionnelle : elle se réfère à un moyen (placer l'élève dans des situations signifiantes non délimitées par les frontières des disciplines) et à un résultat espéré (l'intégration effective, par le vécu de ce qui est appris) ; elle semble ainsi supposer que l'un implique nécessairement l'autre. Pour ce qui est du moyen proposé, il ne s'agit pas à proprement parler d'une définition de l'interdisciplinarité mais d'une modalité. Quant à l'autre aspect de la définition, il ne concerne plus les rapports entre les disciplines mais la manière dont le contenu de celles-ci est organisé dans les structures cognitives de celui que se l'approprie. Il est donc bien difficile de relier cette définition aux précédentes : elle est d'une autre nature. Cependant, d'un point de w e pratique, on peut admettre que le curriculum intégré, s'il atteint le résultat espéré, se situe au niveau de l'interdisciplinarité et s'il ne réalise pas l'intégration cognitive escomptée, se situe au niveau de la pluridisciplinarité. Dans l'étude de cas australienne, P. Hughes/l propose quatre modalités d'intégration du curriculum en utilisant une classification semblable à celle de Pring (1971). 1. Hughes P. Interdisciplinarity in general éducation : an australien case study. International Symposium on Interdisciplinarity in General Education ED/CONF-805/REF-1. Paris : Unesco, 1985, p

16 ED-86/WS/78 - page 11 (a) L'interdisciplinarité par la mise en relation des matières I1 existe de nombreux moyens de mettre en relation des matières. Dans l'étude de cas rapportée par P. Hughes, on a considéré les matières (appelées "domaines de vécu et d'apprentissage") comme une dimension d'un ensemble tridimensionnel où les autres dimensions sont les processus d'apprentissage et l'environnement pédagogique. (b) L interdisciplinarité par des thèmes, des sujets ou des idées Dans cette perspective, on utilise le thème comme élément organisateur ou intégrateur et on peut s'en servir pour montrer comment des disciplines différentes s'articulent dans l'analyse et l'explication du thème. Ainsi, on assure une base interdisciplinaire et on renforce en même temps la compréhension des disciplines elles-mêmes car elles interviennent successivement ou en réunion pour traiter le thème ou le sujet donne. (c) L'interdisciplinarité dans la pensée pratique Les domaines principaux de la vie quotidienne ne s'insèrent pas dans les matières scolaires traditionnelles ; les demandes sociales et individuelles mettent pourtant leur importance en évidence. Ici, la démarche ne sera pas interdisciplinaire au sens d'une intégration de disciplines différentes mais plutôt dans le fait qu'elle consiste à aider l'élève à développer la capacité d'agir efficacement dans un domaine particulier (qui ne relève pas d'une discipline déterminée). L'éducation civique en est un exemple. (d) L'interdisciplinarité dans les investigations de l'élève en fonction de ses propres centres d'intérêt Un autre type de démarche consiste à baser l'enseignement sur des investigations de l'élève en fonction de ses propres centres d'intérêt. Cette démarche, par sa nature même, ne peut pas s'inscrire dans les limites d'une discipline car un domaine d'investigation n'y sera pas nécessairement confiné s'il est délimité par les intérêts d'un élève. Ce sera une démarche interdisciplinaire où l'on mettra en oeuvre différentes disciplines pertinentes pour éclairer et structurer l'investigation. Il n'est guère aisé, voire pertinent, de relier ces différentes modalités d'enseignement dans une perspective interdisciplinaire avec les niveaux de l'interdisciplinarité conçue d'un point de vue général. Dans l'ensemble, on peut cependant dire que ces démarches pédagogiques se situent au niveau de la pluridisciplinarité avec une tendance plus ou moins accentuée vers le niveau proprement interdisciplinaire, particulièrement dans le premier et le quatrième type de démarche où l'intégration des disciplines s'effectue dans la propre construction du savoir de l'apprenant. On peut aussi rapprocher ces démarches des modalités d'interdisciplinarité citées plus haut et définies par Huerkamp et al. (1978) : dans l'ensemble, ces démarches se rapprochent surtout, par leur nature, de "l'interdisciplinarité de disciplines voisines" et de "l'interdisciplinarité des problèmes" ; dans certains aspects, par exemple l'application de la méthode expérimentale comme réponse au problème posé par l'enseignant ou l'élève lui-même dans de multiples situations, touche aussi à l'interdisciplinarité des méthodes.

17 ED-86/WS/78 - page La démarche transdisciplinaire instrumentale L'intégration de l'enseignement peut aussi se réaliser par une démarche pédagogique qui consiste à utiliser les mêmes concepts pour analyser des problèmes à l'intérieur de disciplines différentes ou des thèmes et des situations de nature pluridisciplinaire. Par exemple, un concept tel que celui de 'transformation" est utile dans de nombreuses disciplines et dans des situations pluridisciplinaires ; il peut servir à l élève d'instrument pour analyser un problème d'une manière non liée à la discipline et par conséquent plus transférable. Lorsque l'élève a identifié une transformation, il pourra toujours, quelle que soit la situation, se poser des questions telles que : Qu'est-ce qui se transforme?" "Qu'est-ce qui ne se transforme pas? "Comment la transformation s'effectue-t-elle?"... Dans beaucoup de cas, des questions telles que "Quelles sont les phases de la transformation?" "Quelle est la vitesse de la transformation?" "Qu'est-ce qui affecte la vitesse de la transformation?" seront aussi pertinentes. On peut trouver de nombreux concepts qui n'appartiennent pas à une discipline en particulier et qui peuvent servir à l'élève pour organiser la découverte et l'acquisition du savoir dans des disciplines différentes ou des situations pluridisciplinaires. Cette conception de l'interdisciplinarité a été mise au point par d'hainaut (1980) pour l'unesco en Côte d'ivoire et désignée sous le nom de "transdisciplinarité instrumentale" et reprise par différents auteurs (Manzat et Inoescu-Zanetti en l981). G. Vaideanu qui avait essayé d'utiliser des concepts communs dans l'éducation esthétique, dès le début des années 60, expérimente actuellement la démarche telle qu'elle a été définie dans Ebauche d'un guide pour la transdisciplinarité instrumentale" (Cf. Etude de cas : Roumanie) ; une recherche de ce type a été réalisée en Belgique en 1983 (Lecocq) et on retrouve des idées analogues dans les travaux de R. Semeraro (Cf. Etude de cas : Italie). Ce type de démarche interdisciplinaire est une tentative d'aller au-delà des disciplines et s'appuie d'ailleurs, du point de w e épistémologique, sur une théorie à caractère unificateur, la théorie des systèmes. Du point de w e du niveau d'intégration, elle se situe donc en principe au niveau de la transdisciplinarité. Cependant, il s'agit d'une tentative modeste de dépassement des particularités des disciplines dans l'enseignement et l'apprentissage et non de la "superconstruction théorique intégrative que certains voient dans la transdisciplinarité. Si on prend le préfixe "trans" dans le sens de "à travers", il s'agit cependant bien de transdisciplinarité car par cette démarche, on inculque à l'élève une méthode valable à travers les disciplines qui ne sont pas réunies dans une situation : l'unité est dans la démarche de l'élève, dans l'instrument de pensée qu'il utilise. Du point de vue des modalités, la démarche transdisciplinaire instrumentale se situe évidemment dans l'interdisciplinarité des méthodes et l'interdisciplinarité des concepts. 3. La transdisciplinarité comportementale Une autre façon de concevoir un enseignement qui ne soit plus intérieur à une discipline est d'axer l'action éducative sur l'apprentissage de démarches très générales de la pensée et de l'action. Ces démarches peuvent être choisies de manière à être applicables dans un grand nombre de situations relevant de disciplines différentes ou de plusieurs disciplines à la fois. Par exemple, des démarches telles que choisir, mettre en oeuvre des modèles, décider, concevoir un plan d'action évaluer... sont pertinentes par rapport à de très nombreuses situations, en particulier des situations de vie, et peuvent faire

18 ED-86/WS/78 - page 13 l'objet d'un apprentissage systématique dans des contextes appartenant à des disciplines différentes ou à plusieurs disciplines à la fois. Quelle que soit la situation, le choix rationnel, par exemple, comporte un certain nombre de démarches que l'on peut apprendre aux élèves de manière systématique dans des contextes variés. Cette façon de procéder qui consiste à rechercher, à analyser et à enseigner des démarches générales susceptibles d'être appliquées dans un grand nombre de situations différentes a été proposée par l'auteur de ce rapport sous le nom de "transdisciplinarité comportementale' (d'hainaut 1977, 1980) et a été reprise dans l'ouvrage de l'unesco 'Programmes d'études et éducation permanente" (1979, p ). On peut y trouver un inventaire des principales démarches qui peuvent faire l'objet d'un enseignement interdisciplinaire systématique ; chaque démarche globale (telle que choisir, évaluer...) est décomposée en démarches partielles (telles que "réunir les éléments parmi lesquels on pourra choisir", "réunir l'information sur les critères de choix"...). L'enseignant dispose ainsi d'un axe et d'une progression pour établir les objectifs partiels de son enseignement et concevoir les situations d'apprentissage. Dans cette conception de l'interdisciplinarité, on recherche des démarches ou des opérations communes à des disciplines ou des situations variées, la différence résidant dans l'opérateur à mettre en oeuvre (par exemple, les critères de choix). I1 s'agit donc d'une forme de transdisciplinarité en ce sens qu'on va au-delà des disciplines ; celles-ci ne déterminent pas l'essentiel pour l'apprentissage, la nature de la démarche, et ne fournissent que l'instrument avec lequel l'élève exécute cette démarche. Cet instrument peut d'ailleurs ne pas être lié à une seule discipline. Bien entendu, dans son essence, cette forme de transdisciplinarité est modeste et n'a rien de commun avec une théorie qui transcenderait les disciplines. Son nom provient du fait que, comme la précédente, c'est une modalité plus "transversale de l'interdisciplinarité. 2.5 Synthèse et conclusion Les différentes définitions de l'interdisciplinarité que nous venons de passer en revue, sans Etre exhaustives reflètent l'essentiel des positions de la plupart des auteurs et chercheurs/1, qui ont traité le sujet. On peut en retenir qu'il faut bien distinguer entre : - la définition générale de l'interdisciplinarité à partir du niveau d'intégration des disciplines ; - la définition de modalités générales d'interdisciplinarité ; - la définition de modalités d'enseignement interdisciplinaires. D'un point de vue pratique, on peut se limiter à trois niveaux d'intégration des disciplines : - la pluridisciplinarité( mise en relation de disciplines autour d un problème) ; 1. En particulier Jantsch, Moroni, Gusdorf, Burton et Piaget.

19 ED-86/WS/78 - page 14 - l'interdisciplinarité proprement dite (combinaison ou intégration de disciplines dans la résolution de problèmes) ; - la transdisciplinarité (harmonisation conceptuelle des disciplines). Les modalités générales de l'interdisciplinarité qu'il peut être utile de considérer dans un contexte de recherche ou d'enseignement sont : - l'interdisciplinarité de disciplines voisines ; - l'interdisciplinarité des problèmes ; - l'interdisciplinarité des méthodes ; - l'interdisciplinarité des concepts. Il est essentiel de bien distinguer : - l'interdisciplinarité en général qui est un mode de conception, d'organisation et d'exploitation de la connaissance dans la recherche et dans la construction de la science ; - l'enseignement interdisciplinaire qui est une démarche de communication de savoirs, de savoir-faire et de savoir-être selon une stratégie qui ne se limite pas à la progression à l'intérieur d'une seule discipline ou de plusieurs disciplines considérées indépendamment les unes des autres. Un enseignement interdisciplinaire vise à établir un curriculum intégré, c'est-à-dire une organisation de l'action éducative où l'apprenant est placé dans des situations signifiantes et exerce des activités qui exigent des compétences en rapport avec plus d'une matière scolaire et arrive à une intégration effective du vécu de son apprentissage. L'intégration du curriculum peut se réaliser selon plusieurs voies qui ne s'excluent pas, mais au contraire se complètent : - la mise en relation des matières scolaires ; - l'étude de thèmes qui ne sont pas limités à une discipline ou qui constituent des problèmes de vie ; - l'encouragement des investigations (spontanées) de l'élève en fonction de ses intérêts personnels ; - l'approche transdisciplinaire instrumentale, c'est-à-d i r e l'enseignement de concepts et de méthodes communs opératoires dans des situations relevant de disciplines différentes ou n'appartenant pas à une discipline particulière ; - l'approche transdisciplinaire comportementale, c'est-à-d i r e l'enseignement et le transfert systématique de démarches de pensée ou d'action à un large éventail de situations.

20 ED-86/WS/78 - page 15 D'un point de vue pratique, on peut considérer qu'il y a interdisciplinarité dans l'élaboration des programmes scolaires et/ou le processus d'enseignement-apprentissage lorsque une ou plusieurs des conditions suivantes sont remplies : - on identifie, on définit et on enseigne des concepts fondamentaux communs à un certain nombre de disciplines ; - on identifie et on enseigne dans une perspective de transfert des démarches de pensées ou d'action, des méthodes ou des procédures ; - on amplifie ou l'on systématise les rencontres et les interactions entre les disciplines, en particulier à l'occasion de l'étude de thèmes pluridisciplinaires ou par la mise en relation de contenus relevant de disciplines différentes ; - on réunit les professeurs en équipe de travail avec le souci d'effacer ou de dépasser progressivement les frontières entre les disciplines-; - on articule de manière systématique le scolaire et le non-scolaire en prolongeant les activités apprises à l'école par des activités qui s'exercent dans le cadre du milieu de vie ou tout au moins hors de l'école (classes de nature, cercles scientifiques ou culturels, concours, activités sociales...). 3. L'INTERDISCIPLINARITE D'UN POINT DE VUE PEDAGOGIQUE 3.1 Le problème Partout dans le monde, on s'accorde à regretter la trop grande distance entre l'école et la vie et on constate que l'éducation n'est pas assez orientée vers les problèmes des hommes et des collectivités. L'organisation de l'enseignement en disciplines cloisonnées centrées sur leurs propres objectifs contribue à isoler l'école de la réalité sociale et économique. L'expérience montre en outre qu'en général l'élève moyen n'est pas capable de transférer de lui-même ce qu'il a appris dans une discipline à des situations de vie ou même à des problèmes scolaires qui relèvent d'une autre discipline. D'un point de vue pédagogique, un enseignement compartimenté en disciplines est en contradiction avec les démarches naturelles de l'élève qui explore son milieu et, par là, est souvent moins motivant pour l'élève s'il n'a pas résolu de s'engager dans la discipline qui fait l'objet du cours. On a donc recherché de nouveaux modes de présentation du savoir et d'organisation des connaissances qui s affranchissent des limites et des cloisonnements imposés par les disciplines. Dans la première moitié de notre siècle, des pédagogues de l'enseignement primaire ont mis au point des méthodes qui brisaient la compartimentation des disciplines et proposaient à l'élève son milieu comme objet d'apprentissage et sa propre démarche de découverte comme moyen d'appropriation du savoir. Dans la seconde moitié du siècle, le mouvement s'est étendu à l'enseignement secondaire général mais son application a été moins répandue, moins large et moins systématique et les avis sont partages sur l'opportunité de rompre avec la tradition d'enseignement organisé selon les disciplines.

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

5.1.1 La procédure pour la description d'une situation-problème

5.1.1 La procédure pour la description d'une situation-problème 5 LE CHOIX DES PARTIES DE COURS : UNE PROGRESSION DES APPRENTISSAGES Éléments du cinquième chapitre 5.1 La description de la situation-problème finale 5.1.1 La procédure pour la description d'une situation-problème

Plus en détail

Nous concluons au travers de quatre axes principaux qui ont guidé la. 1) La théorie du regret de Loomes et Sugden comme théorie de la décision

Nous concluons au travers de quatre axes principaux qui ont guidé la. 1) La théorie du regret de Loomes et Sugden comme théorie de la décision Conclusion générale Nous concluons au travers de quatre axes principaux qui ont guidé la rédaction de cette thèse. 1) La théorie du regret de Loomes et Sugden comme théorie de la décision rationnelle compatible

Plus en détail

GERER DES PROBLEMES. Marc Thiébaud. Novembre 2005

GERER DES PROBLEMES. Marc Thiébaud. Novembre 2005 www.forres.ch Séminaire de base GERER DES PROBLEMES Marc Thiébaud Novembre 2005 «Un problème, c'est un défi à surmonter. Mais c'est surtout un défi que l'on se crée, car il n'est pas simplement posé, il

Plus en détail

L Approche programme

L Approche programme L Approche programme Margot Phaneuf, inf., Ph.D. mai 2003 Révision oct. 2012 Qu'est-ce que c'est? Le programme en soins infirmiers repose fondamentalement sur une organisation par programme. C est une

Plus en détail

POLITIQUE RELATIVE À L'ÉVALUATION DES APPRENTISSAGES ET AU CLASSEMENT DES ÉLÈVES DU SECTEUR DES JEUNES (préscolaire primaire secondaire)

POLITIQUE RELATIVE À L'ÉVALUATION DES APPRENTISSAGES ET AU CLASSEMENT DES ÉLÈVES DU SECTEUR DES JEUNES (préscolaire primaire secondaire) COMMISSION SCOLAIRE DE LA RÉGION-DE-SHERBROOKE Service des ressources pédagogiques POLITIQUE RELATIVE À L'ÉVALUATION DES APPRENTISSAGES ET AU CLASSEMENT DES ÉLÈVES DU SECTEUR DES JEUNES (préscolaire primaire

Plus en détail

Pédagogie du projet?

Pédagogie du projet? Pédagogie du projet? Toute pédagogie qui place l intérêt des apprenants comme levier des conduites éducatives est appelée «pédagogie fonctionnelle». Ainsi, la pédagogie du projet peut rentrer dans cette

Plus en détail

Aperçu et raison d être du programme d études

Aperçu et raison d être du programme d études Section I Section I - Aperçu et raison d être du programme Aperçu et raison d être du programme d études Contexte Le cours Carrière et vie 2231 s inspire, du point de vue conceptuel, philosophique et pratique,

Plus en détail

G R E C A U Rapport sur le mémoire de thèse de doctorat ENSA de Toulouse, INSA, école doctorale MEGeP, Spécialité Génie Civil, En co-tutelle avec l'université de Laval, Québec, Canada présenté par Catherine

Plus en détail

Types de REA produites dans le cadre de la séquence pédagogique

Types de REA produites dans le cadre de la séquence pédagogique Scénario pédagogique APPRENDRE À ENSEIGNER AUTREMENT Description générale du scénario Titre Les bases de données relationnelles Résumé Dans le cadre d'un cours à distance, la visioconférence est une REA

Plus en détail

COMPÉTENCES, ÉLÉMENTS DE COMPÉTENCES ET RESSOURCES À MOBILISER POUR LE DESS, LA MAÎTRISE PROFESSIONNELLE, LA MAÎTRISE RECHERCHE ET LE DOCTORAT

COMPÉTENCES, ÉLÉMENTS DE COMPÉTENCES ET RESSOURCES À MOBILISER POUR LE DESS, LA MAÎTRISE PROFESSIONNELLE, LA MAÎTRISE RECHERCHE ET LE DOCTORAT Direction des affaires académiques et internationales Études supérieures COMPÉTENCES, ÉLÉMENTS DE COMPÉTENCES ET RESSOURCES À MOBILISER POUR LE DESS, LA MAÎTRISE PROFESSIONNELLE, LA MAÎTRISE RECHERCHE

Plus en détail

EVALUATION FINALE CVE/071. Projet d appui au Programme national d Emploi et de Formation professionnelle

EVALUATION FINALE CVE/071. Projet d appui au Programme national d Emploi et de Formation professionnelle EVALUATION FINALE CVE/071 Projet d appui au Programme national d Emploi et de Formation professionnelle FICHE SYNTHÉTIQUE Pays Titre long du projet Titre court du projet Code LuxDev Cap-Vert Projet d appui

Plus en détail

Daylight. Management des projets, facteur humain et réussite des projets interactifs

Daylight. Management des projets, facteur humain et réussite des projets interactifs Daylight Management des projets, facteur humain et réussite des projets interactifs Daylight 2004 Management des projets, facteur humain et réussite de projets interactifs 1/5 Synthèse La prise en compte

Plus en détail

SOMMAIRE OBJET ET CHAMP D'APPLICATION DE LA NORME... 1-4 INTRODUCTION... 5-11 DATE D'APPLICATION... 12

SOMMAIRE OBJET ET CHAMP D'APPLICATION DE LA NORME... 1-4 INTRODUCTION... 5-11 DATE D'APPLICATION... 12 IES 3 SOMMAIRE Paragraphes OBJET ET CHAMP D'APPLICATION DE LA NORME... 1-4 INTRODUCTION... 5-11 DATE D'APPLICATION... 12 DES PROFESSIONNELS COMPTABLES... 13-18 ENSEIGNEMENT GENERAL... 19 24 Novembre 2006

Plus en détail

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes :

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes : CONCLUSIONS L application de la PNL à l entreprise est confrontée aux besoins des leaders d équipe, tels que: la gestion de son propre développement, du stress, la résolution des problèmes tels que les

Plus en détail

SÉMINAIRE 2 : point de vue des IA-IPR

SÉMINAIRE 2 : point de vue des IA-IPR SÉMINAIRE 2 : point de vue des IA-IPR Les séminaires et la continuité à assurer Il est essentiel qu au terme de chaque séminaire, le bilan établi et mis en ligne soit examiné dans chaque lycée par l ensemble

Plus en détail

Cahier des charges du stage d observation et de pratique accompagnée pour les étudiants inscrits en 1 ère année de Master MEEF 2 nd degré

Cahier des charges du stage d observation et de pratique accompagnée pour les étudiants inscrits en 1 ère année de Master MEEF 2 nd degré Cahier des charges du stage d observation et de pratique accompagnée pour les étudiants inscrits en 1 ère année de Master MEEF 2 nd degré à destination des chefs d établissements, des formateurs, des professeurs

Plus en détail

SOCA-D-544 : Diagnostic et gestion de projets

SOCA-D-544 : Diagnostic et gestion de projets SOCA-D-544 : Diagnostic et gestion de projets Secteur non-marchand Professeure : Síle O Dorchai Année académique 2014-2015 1 Qu est-ce qu un projet? Comment le concevoir? Comment l organiser et le réaliser?

Plus en détail

GUIDE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES (CP) POUR LE 3 ème STAGE

GUIDE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES (CP) POUR LE 3 ème STAGE 1 GUIDE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES (CP) POUR LE 3 ème DOMAINES: FONDEMENTS COMPÉTENCE 1: Agir en tant que professionnelle ou professionnel héritier, critique et interprète d

Plus en détail

Comment organiser une séance d EPS

Comment organiser une séance d EPS Comment organiser une séance d EPS Ce qui est important pour l élève c est de : - comprendre quand il réussit quelle procédure reproductible a été utilisée et isolée pour cette procédure - apprendre pour

Plus en détail

AEC en Techniques d éducation à l enfance

AEC en Techniques d éducation à l enfance (JEE.0K) 322-101-MV Introduction à la profession Ce cours permet à l étudiant d explorer la profession d éducatrice à l enfance dans son ensemble et de bien cerner le contexte des services de garde au

Plus en détail

GESTION PERSONNELLE NIVEAU TROIS ÉCOLE SECONDAIRE

GESTION PERSONNELLE NIVEAU TROIS ÉCOLE SECONDAIRE Nom : Date : GESTION PERSONNELLE NIVEAU TROIS ÉCOLE SECONDAIRE Compétence 1 : Bâtir et maintenir une image de soi positive Niveau trois : Développer des habiletés afin de maintenir une image de soi positive

Plus en détail

STAF17 - REALISATION D'UN DISPOSITIF DE FORMATION ENTIEREMENT OU PARTIELLEMENT A DISTANCE

STAF17 - REALISATION D'UN DISPOSITIF DE FORMATION ENTIEREMENT OU PARTIELLEMENT A DISTANCE STAF 2001-2002 STAF17 - REALISATION D'UN DISPOSITIF DE FORMATION ENTIEREMENT OU PARTIELLEMENT A DISTANCE Présentation du cours Responsable : Daniel Peraya Assistante : Nathalie Deschryver TABLE DES MATIERES

Plus en détail

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité 1 Le droit à l éducation est un droit fondamental dans notre société. Cette exigence démocratique d une meilleure formation générale et d un haut niveau de qualification pour tous correspond aux besoins

Plus en détail

Formation des formateurs en entreprise

Formation des formateurs en entreprise en entreprise Le (CQFA) du Cégep de Chicoutimi et le Service de formation continue de l'université du Québec à Chicoutimi (UQAC) unissent leurs efforts et leur expertise respective pour offrir aux organisations

Plus en détail

démarrer à la maison Pédagogie et organisation

démarrer à la maison Pédagogie et organisation démarrer L ecole à la maison Pédagogie et organisation Table des matières Le livre est disponible sur le site http://ecole-vivante.com ISBN 978-2-9515625-7-8 EAN 9782951562578 Cliquez sur les n de pages

Plus en détail

DÉPARTEMENT DE MÉDECINE SOCIALE ET PRÉVENTIVE UNIVERSITÉ DE MONTRÉAL DESCRIPTION DE COURS

DÉPARTEMENT DE MÉDECINE SOCIALE ET PRÉVENTIVE UNIVERSITÉ DE MONTRÉAL DESCRIPTION DE COURS DÉPARTEMENT DE MÉDECINE SOCIALE ET PRÉVENTIVE UNIVERSITÉ DE MONTRÉAL DESCRIPTION DE COURS SIGLE : MSO 6039 TITRE : Sc. humaines/sociales en santé publique BRÈVE DESCRIPTION : Introduction aux concepts

Plus en détail

LE PROBLÈME DE RECHERCHE ET LA PROBLÉMATIQUE

LE PROBLÈME DE RECHERCHE ET LA PROBLÉMATIQUE LE PROBLÈME DE RECHERCHE ET LA PROBLÉMATIQUE Un problème de recherche est l écart qui existe entre ce que nous savons et ce que nous voudrions savoir à propos d un phénomène donné. Tout problème de recherche

Plus en détail

RÈGLES POUR LE PASSAGE D UNE CLASSE À L AUTRE AU PRIMAIRE ET POUR LE CLASSEMENT DES ÉLÈVES

RÈGLES POUR LE PASSAGE D UNE CLASSE À L AUTRE AU PRIMAIRE ET POUR LE CLASSEMENT DES ÉLÈVES RÈGLES POUR LE PASSAGE D UNE CLASSE À L AUTRE AU PRIMAIRE ET POUR LE CLASSEMENT DES ÉLÈVES Présentées au conseil d établissement de l école Notre-Dame-du-Rosaire lors de la séance ordinaire du 9 juin 2014.

Plus en détail

3 Les premiers résultats des plans d'actions

3 Les premiers résultats des plans d'actions 3 Les premiers résultats des plans d'actions Les résultats que nous avons obtenus en ce qui concerne les plans d'action, résultent de l'analyse de 48 entreprises seulement. Revenons sur notre échantillon.

Plus en détail

Professionnelle. Construire un lien entre théorie et pratique

Professionnelle. Construire un lien entre théorie et pratique A.F.P. Ateliers de Formation Professionnelle Construire un lien entre théorie et pratique Plan de la présentation 1. Les A.F.P. Une nouveauté dans la réforme de la formation initiale des enseignants 2.

Plus en détail

Savoir déléguer CADRES DE SANTE

Savoir déléguer CADRES DE SANTE Savoir déléguer CADRES DE SANTE Le 3 avril 2015 Walter DALLE VEDOVE Qu est-ce que déléguer? Nous avons vu que le manager: répartit le travail entre ses subordonnés coordonne les activités (dans son équipe

Plus en détail

L'approche-programme, c'est quoi?

L'approche-programme, c'est quoi? Cégep de Rivière-du-Loup DEMI-JOURNÉE PÉDAGOGIQUE 16 OCTOBRE 2002 MOT DE BIENVENUE L'approche-programme, c'est quoi? L'objectif de cette demi-journée pédagogique vous a été présenté dans la lettre d'invitation

Plus en détail

3-La théorie de Vygotsky Lev S. VYGOTSKY (1896-1934)

3-La théorie de Vygotsky Lev S. VYGOTSKY (1896-1934) 3-La théorie de Vygotsky Lev S. VYGOTSKY (1896-1934) Psychologue russe contemporain de Piaget, a également élaboré une théorie interactionniste de l'apprentissage, sage, mais qui insiste sur tout sur la

Plus en détail

Plan d'actions communes inter-instituts

Plan d'actions communes inter-instituts Plan d'actions communes inter-instituts AFSSET, INERIS, INRETS, InVS, IRSN "Les instituts d'expertise nationaux face aux évolutions de la gouvernance des activités et situations à risques pour l'homme

Plus en détail

Rapport synthétique. Une formation en communication de crise pour les autorités locales

Rapport synthétique. Une formation en communication de crise pour les autorités locales Rapport synthétique Une formation en communication de crise pour les autorités locales Ce rapport est la synthèse d une réflexion sur les sessions de formation en communication de crise qui ont été organisées

Plus en détail

Lecture critique et pratique de la médecine

Lecture critique et pratique de la médecine 1-00.qxp 24/04/2006 11:23 Page 13 Lecture critique appliquée à la médecine vasculaireecture critique et pratique de la médecine Lecture critique et pratique de la médecine Introduction Si la médecine ne

Plus en détail

INFORMATION DE BASE PILIER 1 DÉVELOPPER ET METTRE EN OEUVRE UN SYSTÈME DE GESTION DE LA SÉCURITÉ (SGS)

INFORMATION DE BASE PILIER 1 DÉVELOPPER ET METTRE EN OEUVRE UN SYSTÈME DE GESTION DE LA SÉCURITÉ (SGS) INFORMATION DE BASE PILIER 1 DÉVELOPPER ET METTRE EN OEUVRE UN SYSTÈME DE GESTION DE LA SÉCURITÉ (SGS) 1. QU ENTEND-T- ON PAR GESTION DE LA SECURITE ET SYSTEME DE GESTION DE LA SECURITE? La gestion de

Plus en détail

Parcours. Année scolaire 2006-2007. Programme de DANSE (506.A0)

Parcours. Année scolaire 2006-2007. Programme de DANSE (506.A0) Année scolaire 2006-2007 Parcours Programme de DANSE (506.A0) Marlène Parent, conseillère pédagogique Local 1001-4, poste tél. 243 (Courriel : parentm@cdrummond.qc.ca) Département de Danse, local 1908,

Plus en détail

Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle

Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle ANNEXE 2006-CA505-09-R5077 Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle Décanat des études de premier cycle Février 2006 Énoncé de politique l Université s engage à soutenir l étudiant dans

Plus en détail

Apprendre en stage. Présentation aux référents 02.09.2010. C. MASIAS-VALDES Ch. BORALEY

Apprendre en stage. Présentation aux référents 02.09.2010. C. MASIAS-VALDES Ch. BORALEY Apprendre en stage Présentation aux référents 02.09.2010 C. MASIAS-VALDES Ch. BORALEY Et pour commencer De quoi un étudiant a-t-il besoin pour apprendre en stage? Contenu de la présentation Introduction

Plus en détail

PROJET ÉDUCATIF ÉCOLE ASSOMPTION

PROJET ÉDUCATIF ÉCOLE ASSOMPTION PROJET ÉDUCATIF ÉCOLE ASSOMPTION Titre de notre projet : L'estime de soi la clé de la réussite de nos jeunes (adultes en devenir). L'école Assomption se familiarise avec le concept de l'estime de soi.

Plus en détail

Ministère de l Education Nationale

Ministère de l Education Nationale Ministère de l Education Nationale BREVETS D ETUDES PROFESSIONNELLES Document d accompagnement des programmes de VIE SOCIALE ET PROFESSIONNELLE - 1 - Direction des lycées et collèges Sous-direction des

Plus en détail

L ÉVALUATION DES COMPÉTENCES DISCIPLINAIRES ET LA PLACE DES CONNAISSANCES

L ÉVALUATION DES COMPÉTENCES DISCIPLINAIRES ET LA PLACE DES CONNAISSANCES L ÉVALUATION DES COMPÉTENCES DISCIPLINAIRES ET LA PLACE DES CONNAISSANCES Questions et éléments de réponse Principales références dans les encadrements ministériels Questions Éléments de réponse 1) L

Plus en détail

Avenant n 3 1955-06-16. Crée(e) par Avenant n 3 1955-06-16 en vigueur le 1er juillet 1955 étendu par arrêté du 13 novembre 1956 JONC 12 décembre 1956

Avenant n 3 1955-06-16. Crée(e) par Avenant n 3 1955-06-16 en vigueur le 1er juillet 1955 étendu par arrêté du 13 novembre 1956 JONC 12 décembre 1956 Brochure JO 3108 Chimie Avenant n 3 1955-06-16 Crée(e) par Avenant n 3 1955-06-16 en vigueur le 1er juillet 1955 étendu par arrêté du 13 novembre 1956 JONC 12 décembre 1956 INGENIEURS ET CADRES, ANNEXE

Plus en détail

Bachelier - AESI en sciences

Bachelier - AESI en sciences Haute Ecole Léonard de Vinci Programme du Bachelier - AESI en sciences Année académique 2015-2016 Contenu 1. Identification de la formation... 2 2. Référentiel de compétences... 3 3. Profil d enseignement...

Plus en détail

LICENCE D'HISTOIRE REFERENTIEL

LICENCE D'HISTOIRE REFERENTIEL LICENCE D'HISTOIRE REFERENTIEL I LES OBJECTIFS DE LA FORMATION 1. Objectifs généraux La licence d histoire est un enseignement généraliste et théorique fondé sur la recherche, qui peut faire place à des

Plus en détail

COMPETENCES TERMINALES ET SAVOIRS REQUIS EN SCIENCES ECONOMIQUES SCIENCES SOCIALES HUMANITES GENERALES ET TECHNOLOGIQUES

COMPETENCES TERMINALES ET SAVOIRS REQUIS EN SCIENCES ECONOMIQUES SCIENCES SOCIALES HUMANITES GENERALES ET TECHNOLOGIQUES Ministère de la Communauté française COMPETENCES TERMINALES ET SAVOIRS REQUIS EN SCIENCES ECONOMIQUES ET SCIENCES SOCIALES 2000 TABLE DES MATIÈRES Sciences économiques Compétences Objets pour l'enseignement

Plus en détail

DEVELOPPER LES COMPETENCES D après Human ressource strategy par James W. Walker

DEVELOPPER LES COMPETENCES D après Human ressource strategy par James W. Walker DEVELOPPER LES COMPETENCES D après Human ressource strategy par James W. Walker DEVELOPPER LES COMPETENCES DES SALARIES DESCRIPTIF Pour les années 90, la formation et l'enseignement seront essentiels.

Plus en détail

Service d accompagnement pédagogique de l Université Sorbonne Paris Cité

Service d accompagnement pédagogique de l Université Sorbonne Paris Cité Service d accompagnement pédagogique de l Université Sorbonne Paris Cité CATALOGUE DE FORMATION POUR LES ENSEIGNANTS DE USPC 2014-2015 Le service SAPIENS créé en janvier 2014 propose durant l année 2014-2015

Plus en détail

Entreprises et ménages

Entreprises et ménages Entreprises et ménages Producteurs et consommateurs Les agents économiques sont classés dans les comptes nationaux en fonction de leur rôle dans le processus de création, de répartition et de destruction

Plus en détail

Structure défendue par H. Fayol, qui met en avant l'unité de commandement : chaque individu n'a qu'un seul supérieur.

Structure défendue par H. Fayol, qui met en avant l'unité de commandement : chaque individu n'a qu'un seul supérieur. Structure défendue par H. Fayol, qui met en avant l'unité de commandement : chaque individu n'a qu'un seul supérieur. Découpage des activités (et donc des responsabilités) par fonctions, par unités de

Plus en détail

2'223 4'257 (2'734 Équivalent temps plein ETP) 1'935 4'514 (3'210 ETP) 37'126. 1 540 Compris dans l'enseignement obligatoire Enseignement spécialisé

2'223 4'257 (2'734 Équivalent temps plein ETP) 1'935 4'514 (3'210 ETP) 37'126. 1 540 Compris dans l'enseignement obligatoire Enseignement spécialisé af DE VAUD Département de la formation et de la jeunesse DFJ Projet : «Ecole et informatique» 1 Introduction Près de deux décennies après l introduction des premiers ordinateurs dans l École obligatoire,

Plus en détail

LA BIBLIOTHÈQUE DE L'ÉCOLE : TÂCHES ET COMPÉTENCES

LA BIBLIOTHÈQUE DE L'ÉCOLE : TÂCHES ET COMPÉTENCES LA BIBLIOTHÈQUE DE L'ÉCOLE : TÂCHES ET COMPÉTENCES Présentation «Les bibliothèques scolaires sont plus indispensables que jamais. Les écoles québécoises doivent reconnaître l'enjeu stratégique et l'importance

Plus en détail

Des compétences de base aux compétences clés

Des compétences de base aux compétences clés Des compétences de base aux compétences clés 2006, l Europe propose un cadre de référence qui définit les compétences clés pour l éducation et la formation tout au long de la vie. Reconnaissant que l'europe

Plus en détail

Règlement de stage BA en Sciences de l'éducation (domaine I)

Règlement de stage BA en Sciences de l'éducation (domaine I) UNIVERSITE DE FRIBOURG SUISSE dès AA 2006-2007 DEPARTEMENT DES SCIENCES DE L'EDUCATION Rue P.-A. de Faucigny 2 CH - 1700 Fribourg Règlement de stage BA en Sciences de l'éducation (domaine I) I OBJECTIFS

Plus en détail

Commission des Outils d évaluation pour les Humanités générales et technologiques. Présentation générale des outils

Commission des Outils d évaluation pour les Humanités générales et technologiques. Présentation générale des outils Commission des Outils d évaluation pour les Humanités générales et technologiques Présentation générale des outils 1. Généralités 1.1. Cadre institutionnel Le décret du 24 juillet 1997 sur les missions

Plus en détail

Le maître propose aux enfants de former librement des petits groupes de travail. Les groupes se constituent par affinités entre élèves.

Le maître propose aux enfants de former librement des petits groupes de travail. Les groupes se constituent par affinités entre élèves. LE TRAVAIL DE GROUPE I. Introduction 1. L apport de R. Cousinet Roger Cousinet (1881/1973), instituteur puis inspecteur primaire, initie le travail libre par groupes en 1920. Les travaux de recherche effectués

Plus en détail

Conseil et formation

Conseil et formation Conseil et formation Pour répondre efficacement aux sollicitations de nos clients, nous avons bâti une relation «cousue-main» avec une équipe de consultants expérimentés indépendants dont la richesse se

Plus en détail

Enseignements primaire et secondaire

Enseignements primaire et secondaire Enseignements primaire et secondaire Formation des enseignants Dossier suivi par Max Gratadour Conseiller du Recteur Doyen des Inspecteurs de l Education nationale Référentiel des compétences professionnelles

Plus en détail

Enseignement au cycle primaire (première partie)

Enseignement au cycle primaire (première partie) Ligne directrice du cours menant à une qualification additionnelle Enseignement au cycle primaire (première partie) Annexe D Règlement 184/97 Qualifications requises pour enseigner Normes d exercice de

Plus en détail

Service pédagogique A Paris le 23 09 2004 -- N 2920

Service pédagogique A Paris le 23 09 2004 -- N 2920 1 Service pédagogique A Paris le 23 09 2004 -- N 2920 La Directrice de l'agence pour l'enseignement français à l'étranger à Mesdames et Messieurs les Chefs des Postes diplomatiques et consulaires à l'attention

Plus en détail

Avis n 2012 05 du 18 octobre 2012 relatif aux changements de méthodes comptables, changements d estimations comptables et corrections d erreurs

Avis n 2012 05 du 18 octobre 2012 relatif aux changements de méthodes comptables, changements d estimations comptables et corrections d erreurs Avis n 2012 05 du 18 octobre 2012 relatif aux changements de méthodes comptables, changements d estimations comptables et corrections d erreurs Sommaire 1. CHAMP D APPLICATION... 2 2. CHANGEMENTS DE METHODES

Plus en détail

Le Programme de formation. Le premier cycle du primaire. Information aux parents

Le Programme de formation. Le premier cycle du primaire. Information aux parents Le Programme de formation Le premier cycle du primaire Information aux parents Septembre 2000 En septembre prochain, votre enfant sera au premier cycle du primaire, c'est-à-dire qu'il ou elle entrera en

Plus en détail

Norme d'audit suisse: Audit réalisé dans l environnement de la technologie de l information et de la communication (NAS 401)

Norme d'audit suisse: Audit réalisé dans l environnement de la technologie de l information et de la communication (NAS 401) Norme d'audit suisse: Audit réalisé dans l environnement de la technologie de l information et de la communication (NAS 401) "Préface explicative" Chiffre Cette NAS donne des instructions sur un audit

Plus en détail

F.U.N.D.P. Département Education et Technologie

F.U.N.D.P. Département Education et Technologie F.U.N.D.P. Département Education et Technologie au 1er degré 1997 Sous la direction de Jean Donnay & Marc Romainville Département Education et Technologie Facultés Universitaires Notre-Dame de la Paix

Plus en détail

Finalités de l ouvrage

Finalités de l ouvrage Introduction Il est commun de souligner que la fonction ressources humaines a subi des évolutions rapides et profondes depuis les années qui ont suivi la seconde guerre mondiale. Le rôle du DRH n a cessé

Plus en détail

Annexe 1 : TABLEAUX DES FONCTIONS ETAM

Annexe 1 : TABLEAUX DES FONCTIONS ETAM Annexe 1 : TABLEAUX DES FONCTIONS ETAM FONCTION D EXECUTION POSITION 1..1 et 1.. L exercice de la fonction consiste, à partir d instructions définissant les séquences successives des travaux à accomplir,

Plus en détail

La culture : quatrième pilier du développement durable

La culture : quatrième pilier du développement durable La culture : quatrième pilier du développement durable S'appuyant sur le travail mené de longue date par la Commission de culture de CGLU, sur la Déclaration universelle de l'unesco sur la diversité culturelle

Plus en détail

Evaluation de votre conférence de méthode ou cours-séminaire

Evaluation de votre conférence de méthode ou cours-séminaire Enseignement : INTRODUCTION A LA SOCIOLOGIE 2 : CONCEPTS, METHODES, ET ENJEU ACTUELS Excellent Bon Moyen Insuffisant Comment évaluez-vous la préparation et l'organisation des séances? 6 (30%) 11 (55%)

Plus en détail

Etude relative aux rapports des présidents sur les procédures de contrôle interne et de gestion des risques pour l exercice 2011

Etude relative aux rapports des présidents sur les procédures de contrôle interne et de gestion des risques pour l exercice 2011 Etude relative aux rapports des présidents sur les procédures de contrôle interne et de gestion des risques pour l exercice 2011 SOMMAIRE Synthèse et Conclusion... 1 Introduction... 4 1. La description

Plus en détail

École Nationale de Protection judiciaire de la jeunesse

École Nationale de Protection judiciaire de la jeunesse École Nationale de Protection judiciaire de la jeunesse Formation préparatoire à la prise de fonction RUE 7ème promotion Présentation du dispositif de formation ENPJJ 16, rue du Curoir-BP 90114 59052 ROUBAIX

Plus en détail

Bachelier en Biologie médicale

Bachelier en Biologie médicale Haute Ecole Léonard de Vinci Programme du Bachelier en Biologie médicale Année académique 2014-2015 Contenu 1. Identification de la formation... 2 2. Référentiel de compétences... 3 3. Profil d enseignement...

Plus en détail

ANNEXE 2 : Liste des questions entre le directeur et l étudiant

ANNEXE 2 : Liste des questions entre le directeur et l étudiant ANNEXE 2 : Liste des questions entre le directeur et l étudiant LES QUESTIONS PROPRES À L ÉTUDIANT 4 Ai-je bien identifié mes besoins de formation et d'encadrement et les objectifs que je désire atteindre

Plus en détail

Guide pour aider à l évaluation des actions de formation

Guide pour aider à l évaluation des actions de formation Guide pour aider à l évaluation des actions de formation Pourquoi évaluer? L évaluation constitue la dernière étape du service d ingénierie que le conseiller de l AGEFOS PME Bretagne peut apporter à l

Plus en détail

CONSEIL & FORMATION EN MANGEMENT ET RESSOURCES HUMAINES. Du sens pour progresser et réussir ensemble. Coaching individuel

CONSEIL & FORMATION EN MANGEMENT ET RESSOURCES HUMAINES. Du sens pour progresser et réussir ensemble. Coaching individuel Coaching individuel 1 LE COACHING : une démarche, un processus et une méthodologie UNE DEMARCHE : D accompagnement des personnes dans un contexte professionnel visant à favoriser l efficacité et la meilleure

Plus en détail

CÉLÉBRATION DU 12 ANNIVERSAIRE DE SA CRÉATION CARTHAGÈNE 2003-2015

CÉLÉBRATION DU 12 ANNIVERSAIRE DE SA CRÉATION CARTHAGÈNE 2003-2015 II COLLOQUE SUR L INTERDISCIPLINARITÉ DANS LA FORMATION DU PROFESSEUR DE LANGUES ÉTRANGÈRES (CIFLEX) 19-21 mars 2015 PROGRAMME DE LICENCE EN LANGUES MODERNES, OPTIONS ANGLAIS ET FRANÇAIS CÉLÉBRATION DU

Plus en détail

le Plan d Etudes Romand de l école obligatoire de notre région,

le Plan d Etudes Romand de l école obligatoire de notre région, le Plan d Etudes Romand de l école obligatoire de notre région, un projet global de formation de l'élève basé sur la Déclaration politique du 30 janvier 2003, la description de ce que les élèves doivent

Plus en détail

- Conceptualisation de la démarche de recherche documentaire (transférabilité de cette méthode. Profession

- Conceptualisation de la démarche de recherche documentaire (transférabilité de cette méthode. Profession COMPETENCE : RECHERCHE DOCUMENTAIRE FICHE EDUSCOL (Non) Nature de l activité : Travail méthodologique : Savoir faire transférable : Acquérir la méthode de recherche documentaire transposable dans toutes

Plus en détail

Annexe V ANNEXE CONCERNANT LA MISE EN ŒUVRE AU NIVEAU RÉGIONAL POUR L'EUROPE CENTRALE ET ORIENTALE. Article premier OBJET.

Annexe V ANNEXE CONCERNANT LA MISE EN ŒUVRE AU NIVEAU RÉGIONAL POUR L'EUROPE CENTRALE ET ORIENTALE. Article premier OBJET. Annexe V ANNEXE CONCERNANT LA MISE EN ŒUVRE AU NIVEAU RÉGIONAL POUR L'EUROPE CENTRALE ET ORIENTALE Article premier OBJET La présente annexe a pour objet de donner des lignes directrices et d'indiquer les

Plus en détail

EDUCATEUR: APPROCHE CONCEPTUELLE 2

EDUCATEUR: APPROCHE CONCEPTUELLE 2 MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE ADMINISTRATION GENERALE DE L'ENSEIGNEMENT ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ENSEIGNEMENT DE PROMOTION SOCIALE DE REGIME 1 DOSSIER PEDAGOGIQUE UNITE DE FORMATION EDUCATEUR:

Plus en détail

LOGICIELS D'AIDE À L'ÉCRITURE DE CONTES APPROCHE DIDACTIQUE

LOGICIELS D'AIDE À L'ÉCRITURE DE CONTES APPROCHE DIDACTIQUE 133 LES : APPROCHE DIDACTIQUE Face aux divers logiciels d'enseignement, on se trouve actuellement face à une difficulté qui s'explique par l'évolution des logiciels. Les premiers didacticiels, mimant en

Plus en détail

Congrès ACFAS 7 mai 2013 Résumé des discussions du World Café. Thème 1 : Comment intégrer le développement durable dans un cours postsecondaire?

Congrès ACFAS 7 mai 2013 Résumé des discussions du World Café. Thème 1 : Comment intégrer le développement durable dans un cours postsecondaire? Congrès ACFAS 7 mai 2013 Résumé des discussions du World Café Thème 1 : Comment intégrer le développement durable dans un cours postsecondaire? Cette question s inscrit dans le contexte où plusieurs acteurs

Plus en détail

Rallyes et défis maths. expérimenter pour permettre d apprendre à tous

Rallyes et défis maths. expérimenter pour permettre d apprendre à tous Rallyes et défis maths expérimenter pour permettre d apprendre à tous 1 - L activité mathématique dans un rallye - Une démarche d apprentissage avant tout - Expérimenter en maths - Modalités de mise en

Plus en détail

Atelier M25 «Ressources pour l'aide individualisée en mathématiques en classe de seconde» Auteure : Marie-Hélène Hinault

Atelier M25 «Ressources pour l'aide individualisée en mathématiques en classe de seconde» Auteure : Marie-Hélène Hinault Atelier M25 «Ressources pour l'aide individualisée en mathématiques en classe de seconde» Auteure : Marie-Hélène Hinault Cet atelier avait pour but de présenter le travail d'un groupe de l'irem de Rennes

Plus en détail

Formation à la gestion des banques céréalières

Formation à la gestion des banques céréalières Formation à la gestion des banques céréalières Organisation interne - PROGRAMME ~CSOQ~~ Appui associatif et coopératif aux initiatives de développement à la base Bureau international du Travail or,.lliutltlll

Plus en détail

Blog dans l enseignement des langues vivantes (BLOGS)

Blog dans l enseignement des langues vivantes (BLOGS) Blog dans l enseignement des langues vivantes (BLOGS) Une plate-forme d'écriture coopérative en ligne pour l'apprentissage des langues Description de projet Mise à jour le 29 novembre 2006 Coordinateur:

Plus en détail

EDUCATEUR SPECIALISE ANNEXE 1 : REFERENTIEL PROFESSIONNEL

EDUCATEUR SPECIALISE ANNEXE 1 : REFERENTIEL PROFESSIONNEL 1.1 DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION L éducateur spécialisé, dans le cadre des politiques partenariales de prévention, de protection et d insertion, aide au développement de

Plus en détail

ORIENTATIONS POUR L ANIMATION FRATERNELLE 1

ORIENTATIONS POUR L ANIMATION FRATERNELLE 1 ORIENTATIONS POUR L ANIMATION FRATERNELLE 1 1. INTRODUCTION L OFS, en vertu de sa propre vocation, doit veiller à partager sa propre expérience de vie évangélique avec les jeunes qui se sentent attirés

Plus en détail

ARCHIVÉ - Vérification des transactions réalisées par carte d achat en 2008-2009

ARCHIVÉ - Vérification des transactions réalisées par carte d achat en 2008-2009 C O N S E I L N A T I O N A L D E R E C H E R C H E S C A N A D A ARCHIVÉ - Vérification des transactions réalisées par carte d achat en 2008-2009 Ce fichier PDF a été archivé dans le Web. Contenu archivé

Plus en détail

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP)

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) F CDIP/14/5 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 8 SEPTEMBRE 2014 Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) Quatorzième session Genève, 10 14 novembre 2014 RÉSUMÉ DU RAPPORT D ÉVALUATION DU

Plus en détail

Évaluation du Plan stratégique de développement

Évaluation du Plan stratégique de développement C.A. 08.11.26.10 Évaluation du Plan stratégique de développement Devis d évaluation Document soumis au comité d évaluation lors de la deuxième rencontre le 7 novembre 2008 Table des matières 1. Introduction...2

Plus en détail

OUTILS D'ÉVALUATION DE LOGICIELS ÉDUCATIFS

OUTILS D'ÉVALUATION DE LOGICIELS ÉDUCATIFS 131 OUTILS D' ÉDUCATIFS Philippe DESSUS, Pascal MARQUET MOTS-CLÉS Typologie des logiciels d'eao, Processus d'apprentissage, Mesure des performances didactiques. RÉSUMÉ A travers l'eao, l'informatique tente

Plus en détail

L innovation dans l entreprise numérique

L innovation dans l entreprise numérique L innovation dans l entreprise numérique Toutes les entreprises ne sont pas à l aise avec les nouvelles configurations en matière d innovation, notamment avec le concept d innovation ouverte. L idée de

Plus en détail

Groupe de Recherche Hypermédia et proportionnalité

Groupe de Recherche Hypermédia et proportionnalité Groupe de Recherche Hypermédia et proportionnalité 3. Comment analyser les caractéristiques d une base de problèmes pour l'enseignement de la proportionnalité? Après avoir arrêté le thème et le niveau

Plus en détail

Le Projet éducatif du Réseau officiel subventionné

Le Projet éducatif du Réseau officiel subventionné Le Projet éducatif du Réseau officiel subventionné "S'il n'y avait pas l'enfant à élever, à protéger, à instruire et à transformer en homme pour demain, l'homme d'aujourd'hui deviendrait un non-sens et

Plus en détail

I. La compétence professionnelle au cœur des situations professionnelles. a. Définition de la compétence professionnelle

I. La compétence professionnelle au cœur des situations professionnelles. a. Définition de la compétence professionnelle Développer des compétences professionnelles du BTS Assistant de Manager en séance d Activités Professionnelles de Synthèse (APS) Par Elodie SERGENT (relecture Maguy Perea) Le BTS assistant de manager forme

Plus en détail

Journal officiel de l'union européenne. (Actes préparatoires) COMITÉ DES RÉGIONS

Journal officiel de l'union européenne. (Actes préparatoires) COMITÉ DES RÉGIONS 16.5.2006 C 115/1 II (Actes préparatoires) COMITÉ DES RÉGIONS 62 ème SESSION PLÉNIÈRE DES 16 ET 17 NOVEMBRE 2005 Avis du Comité des régions sur la «Communication de la Commission Une politique de cohésion

Plus en détail

Elaborer un projet d action

Elaborer un projet d action FICHE PRATI QUE Elaborer un projet d action Un projet n est pas le fruit du hasard mais le résultat d une situation que l on juge insatisfaisante et que l on souhaite changer. On pourrait dans ce sens

Plus en détail