PET/CT et Sarcoïdose. Daniel O Slosman

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "PET/CT et Sarcoïdose. Daniel O Slosman"

Transcription

1 PET/CT et Sarcoïdose Daniel O Slosman

2 Objectifs (PET-FDG) Rappel technique (SPECT vs. PET) Rappel biologique (Radiotraceurs et FDG) Investigations scintigraphiques (Ga-67 vs autres) Utilité clinique du PET FDG Domaines particuliers (cardiaque, oculaire, neurologique)

3 L examen scintigraphique Administration Médicament Acquisition Scanner Reconstruction Image: i (q/u)

4 L examen scintigraphique L imagerie de Médecine Nucléaire Imagerie planaire = 2D = RX standard Tomoscintigraphie (SPECT) Tomoscintigraphie (PET) 3D = CT

5 L examen scintigraphique Planaire vs SPECT vs PET vs PET/CT

6 Radiopharmaceutique Les radiopharmaceutiques (traceurs biologiques marqués radioactivement) Gallium-67 citrate Octréotide Indium-111 (HIG, Leuco, MIBG,...) Fluorodeoxyglucose F-18 (Cho, FLT, FMT,...)

7 Etat de la revue Du Gallium-67 au FDG Plus de 200 manuscrits (Ga-67 & Sarcoïdose) Plus de 50 manuscrits (FDG & Sarcoïdose) Quelques aspects à souligner

8 McKusick KA, JAMA, Accumulation pulmonaire de Ga-67 dans la sarcoïdose. Line RP, ARRD, N=41, GA-67 (+) dans 65 % des cas, intensité sans relation avec sévérité clinique mais bonne corrélation avec la numération lymphocytaire (lymphocyte-t) obtenue par BAL (p<0.0001,r=0.67). Alberts C, EJNM, N=38, Ga-67 (+) dans 84 % des cas, intensité sans relation avec sévérité clinique mais régression sous corticottt. Beaumont D, EJNM, Ga-67 (+) chez 3 patients RX thorax N mais maladie prouvée par biopsie. Gupta RG, Radiology, N=54, Corrélation avec le status clinique? Très sensible (97 %) mais peu spécifique (29 %). Baughman RP, ARRD, N=16, Ga-67/ACE/BAL pré-corticottt et capacité vitale début/fin TTT : Ga-67 et Lymphocyte T4 BAL prédicteur de l efficacité mais pas ACE Hollinger WM, ARRD, N=21, Ga-67/ACE/BAL/score clinique pré-corticottt et capacité vitale début/fin TTT : tout s améliore avec TTT mais seul % lymphocyte initial dans BAL est un prédicteur de l efficacité.

9 Gallium-67 citrate Alberts C, EJNM, 1981

10 Gallium-67 citrate Line RP, ARRD, 1981: Because 67Ga scans are noninvasive, simple to perform, and widely available, they should prove useful to stage the activity of sarcoidosis and to make decisions regarding therapy directed against the alveolitis of the disease. Israel HL, ARRD, N=172 sarcoïdose / 224 patients avec Ga-67, rétrospectif. GA-67 utile mais application limitée aux atteintes extra-pulmonaires et aux cas cliniques douteux pour lesquels la valeur prédictive positive évite des biopsies inutiles. Marqueur inapproprié ou performance technique insuffisante?

11 Autres radiopharma? La valeur étalon (Ga-67 citrate) Vanhagen PM, EJNM, N=20 avec maladie granulomateuse (dont 13 avec sarcoïdose), Octréotide Indium-111 tous positifs. Kwekkeboom DG, EJNM, N=46, Octréotide Indium-111 tous positifs, très sensibles (6 patients avec RX thorax normale). Pas de corrélation avec degrés de sévérité clinique. Lebtahi R, JNM, N=18 patients avec sarcoïdose : Ga-67 (+)16/18 patients (89 %) et identification de 64/99 sites (65 %). Octréo (+) 18/18 et identification de 82/99 sites (83 %). Octréotide > Ga-67. Octréotide Indium-111 plus sensible, mais? il n y a pas eu de percée réelle clinique du Ga-67, que faudrait-il pour amener le succès à l octréoscan ( ni simple ni bon marché)?

12 Autres radiopharma Ga-67 citrate Octréotide In-111 Lebtahi R, JNM, 2001

13 Autres radiopharma? Le FDG (FluoroDeoxyGlucose F-18 PET) Slosman DO, Nucl Med Com, Série Ca Pulm & FP (mal. granulom.) Slosman DO, J Thoracic Imaging, Observation FP granulome plasmocytaire Brudin LH, EJNM, Observation de 7 cas de sarcoïdose PET FDG (+) / souligne l intérêt des mesures quantitatives PET. Lewis PJ, JNM, Observation de 2 cas de sarcoïdose PET FDG (+). Nishiyama Y, JNM, Collectif de 18 patients Ga-67 & FDG PET : performance identique pulmonaire mais PET FDG plus exact pour les lésions sous-diaphragmatiques. FDG = traceur métabolique sensible mais non spécifique, meilleur que le Ga-67, mais que faudrait-il pour amener le succès au FDG PET scan? ( pas technique simple couteux encore peu disponible)

14 Gallium-67 citrate Ga-67 citrate FDG PET Nishiyama, JNM, 2006

15 Etat de la revue Plus de 200 manuscrits (Ga-67 & Sarcoïdose) Plus de 50 manuscrits (FDG & Sarcoïdose) Le Citrate de Ga-67 reflète l activité de la maladie Incorporation cellulaire dans les monocytes / macrophages et le substrat péri-lésionnel Le PET FDG exprime l activité métabolique tissulaire Incorporation cellulaire dans le tissus inflammatoire

16 Mme. Al.C. (1988)

17 Mme. Al.C. (1988) Arc lat 3e côte D D6 corps vert. D7 corps vert. L2 corps vert. L4 corps vert. Art. S-Iliaque G

18 Mme. Al.C. (1988) Arc lat 3e côte D D6 corps vert. D7 corps vert. L2 corps vert. L4 corps vert. Art. S-Iliaque G Toit du cotyle G

19 Bénéfice pour le patient? Imagerie Diagnostic Décision TTT Diagnostic Imagerie Valeur prédictive TTT Diagnostic Décision TTT Imagerie Monitoring TTT

20 Quel impact sur la décision thérapeutique? Teirstein AS, Chest, 2007 (Mount Sinai Center, NY) Etude rétrospective portant sur 137 patients / 188 PET FDG scans (51 PET scans répétés après au moins 3 mois de corticottt) Méthode exemplaire : PET/CT et seuil diagnostic visuel & SUVmax >2.0 Objectif -1-: Identifier des sites appropriés pour les biopsies Objectif -2-: Evaluer l adéquation à déterminer l activité de la maladie

21 Quel impact sur la décision thérapeutique? SUV compris entre : 2.0 et 15.8 Majorité > 3.0 Teirstein AS, Chest, 2007 (Mount Sinai Center, NY)

22 Quel impact sur la décision thérapeutique? 20 patients (15 % collectif) = PET utile pour identifier nouveaux sites non connus (biopsie diag. c/o 5 pat.). - 4 gg. médiastin - 5 gg. périphérique - 3 atteintes pulmonaires - 2 atteintes cutanées - 2 atteintes musculaires - 4 atteintes osseuses Teirstein AS, Chest, 2007 (Mount Sinai Center, NY)

23 Quel impact sur la décision thérapeutique? 11 patients avec évolution favorable (PET + Clinique) RX Initiale PET Initial +3 Mois CorticoTTT Teirstein AS, Chest, 2007 (Mount Sinai Center, NY)

24 Quel impact sur la décision thérapeutique? Corrélation PET versus RX thorax dans le contexte de la présence ou de l absence initiale d une atteinte pulmonaire 20 / 24 PET(+) = stade II ou III 24 / 49 PET(-) = stade 0 ou I 19 PET(-) & stade 4 = stop ou pas TTT Teirstein AS, Chest, 2007 (Mount Sinai Center, NY)

25 Quel impact sur la décision thérapeutique? Oui FDG PET scan représente une cartographie de l activité de la maladie Oriente une éventuelle biopsie à but diagnostique ( +/- ) FDG PET pourrait influencer la décision thérapeutique PET (-) = pas de TTT mais PET(+) pas assez spécifique pour introduire / maintenir TTT

26 Quel impact sur la décision thérapeutique? Conclusions à reconfirmer. Etude rétrospective (Biais de sélection : atteinte cardiaque suspectée c/o 88 patients) Résultats présentés pour l atteinte pulmonaire sont peu documentés et on ne sait pas quelle est la part du résultat PET dans la décision de non TTT ou d intérruption de TTT (ni combien étaient déjà sous traitement et depuis quand?) Teirstein AS, Chest, 2007 (Mount Sinai Center, NY)

27 Quel impact sur la décision thérapeutique? Etude rétrospective portant sur 12 / 19 patients (Sarcoïdose réfractaire) Traitement Anti-TNFα : Infliximab 5mg/kg sem. 0, +2, +6, +12, +18, +24. PET/cor.att.Cesium-137 pré-/post-ttt Evaluation clinique & para-clinique (sace, sil-2r, VC, DLCO) Objectif : Existe-t-il une corrélation entre les paramètres standards et le PET-FDG pour évaluer la réponse thérapeutique à 6 cures d Infliximab Keijsers RGM, Sarc. Vasc. & Dif. Lung Dis., 2008

28 Quel impact sur la décision thérapeutique? Keijsers RGM, Sarc. Vasc. & Dif. Lung Dis., 2008

29 Keijsers RGM, Sarc. Vasc. & Dif. Lung Dis., 2008

30 Quel impact sur la décision thérapeutique? Keijsers RGM, Sarc. Vasc. & Dif. Lung Dis., 2008

31 Quel impact sur la décision thérapeutique? Patient 3 Patient 12 Keijsers RGM, Sarc. Vasc. & Dif. Lung Dis., 2008

32 Quel impact sur la décision thérapeutique? moy SUVmax = -55% moy ACE -39%, 6/12 pat. N base-line). moy sil-2r -47%. moy VC +5.4% & moy DLCO +3.3%. (Mais 6 pat. avec discordance VC & DLCO). RX: - Stade RX inchangé. - 6 patients (amélioration clinique et fonctions pulm) sans changements RX. Keijsers RGM, Sarc. Vasc. & Dif. Lung Dis., 2008

33 Quel impact sur la décision thérapeutique? Oui Mesure de l incorporation de FDG par PET scan = reflet de l activité de la maladie ( +/- ) FDG PET pourrait influencer la décision thérapeutique PET sans changement = augmentation de dose administrée TTT (7.5 mg/kg) Keijsers RGM, Sarc. Vasc. & Dif. Lung Dis., 2008

34 Quel impact sur la décision thérapeutique? Conclusions sub-optimales. Etude rétrospective (Nombre limité de patients) Analyse du PET scan SUV discutable (1 point unique) Keijsers RGM, Sarc. Vasc. & Dif. Lung Dis., 2008

35 Adéquation clinique PET/CT justifié pour des cas spécifiques orienter une biopsie bilan d extension PET/CT pour l aspect TTT en attente de données supplémentaires OPAS: PAS DE REMBOURSEMENT

36 Situations particulières Neurosarcoïdose Sarcoïdose opthalmique Sarcoïdose cardiaque OPAS: PAS DE REMBOURSEMENT

37 Situations particulières Neurosarcoïdose Dubey NRS, J Neurol Sci 2002 Aide N, Br J Radiol 2007 Sarcoïdose opthalmique Tannen BL, Occul Imunol Inflamm, 2008 Shulman JP, Occul Imunol Inflamm, 2009 Observations de cas : plus-value du FDG PET.

38 Sarcoïdose cardiaque Ga-67 planaire Ga-67 / Tl-201 SPECT Kurata C, Clin Nucl Med, 1990 Tawarahara KC, Am Heart J, 1992 Ga-67 / Tl-201 SPECT FDG PET Okumara W, Nip Kak, 1999 Yamagishi H, J Nucl Med, 2003 Okumura W, J Nucl Med, 2004 Ishimaru S, Eur H J, 2005 Miwa S, Sarc Vasc Dif Lung Dis, 2007

39 Sarcoïdose cardiaque Gadolinium-enhanced IRM Chandra M, CHEST, 1996 Tadamura E, AJR, 2005 Smedema JP, CHEST 2005 (1) Smedema JP, CHEST 2005 (2) Smedema JP, J Am Coll Cardiol 2005 Smedema JP, AJR 2006 Kiuchi S, Int J Cardiovasc Imaging, 2007 Ichinose A, AJR, 2008 versus FDG PET Smedema JP, Edito J Nucl Med 2004 Mehta D, CHEST 2008 Matho F, J Cardiol, 2008 Ohira H, EJNMMI 2008

40 Sarcoïdose cardiaque Gadolinium-enhanced IRM versus FDG PET Ohira H, EJNMMI 2008 (21 patients) SB% MRI FDG PET (87.5% versus 75.0%) SP% MRI > FDG PET (76.9% versus 38.5%) Que voit-on? Quel gold-standard? Quelle est l évolution naturelle? PET: incorporation dans les cellules inflammatoires (microangiopathie focale?) MRI: œdème / augmentation focale de l espace extra-cellulaire

41 Sarcoïdose et PET FDG Travaux prometeurs pour suggérer : L utilisation du PET FDG dans le diagnostic et bilan d extension Pourrait être utile dans la prise en charge thérapeutique dans un contexte spécifique Le diagnostic de l atteinte cardiaque et son contrôle d évolution reste à débattre.

Pierre OLIVIER - Médecine Nucléaire

Pierre OLIVIER - Médecine Nucléaire Diplôme Universitaire Corrélations anatomo-physio-pathologiques en imagerie thoracique 25 mai 2011 Imagerie TEP et pathologie tumorale bronchique Pierre OLIVIER - Médecine Nucléaire Détection en coincidence

Plus en détail

mise au point - LES CRITERES DE LUGANO - Marie Luporsi IHN médecine nucléaire

mise au point - LES CRITERES DE LUGANO - Marie Luporsi IHN médecine nucléaire mise au point - LES CRITERES DE LUGANO - Marie Luporsi IHN médecine nucléaire Plus de 25 sous types de lymphomes: 65% de lymphomes agressifs 35% de lymphomes indolents Age moyen au diagnostic pour LMNH:

Plus en détail

Les radiopharmaceutiques: exemple de l oncologie

Les radiopharmaceutiques: exemple de l oncologie Les radiopharmaceutiques: exemple de l oncologie Françoise Kraeber-Bodéré, Nantes SAB October 16, 2006 1 Principe de l imagerie en Médecine nucléaire Détection de la distribution spatiale et temporelle

Plus en détail

Dr David LUSSATO Dr Mathieu QUENEAU. 14 Octobre 2010

Dr David LUSSATO Dr Mathieu QUENEAU. 14 Octobre 2010 Dr David LUSSATO Dr Mathieu QUENEAU 14 Octobre 2010 Indication (B2) - Suspicion de récidive locale ou métastatique Bourguet P, Hitzel A, Houvenaeghel G, Vinatier D, Bosquet L, Bonichon F,Corone C, Giard-Lefevre

Plus en détail

F-FDG TEP-TDM et CANCER du SEIN: Performances et limites dans le staging initial

F-FDG TEP-TDM et CANCER du SEIN: Performances et limites dans le staging initial 18 F-FDG TEP-TDM et CANCER du SEIN: Performances et limites dans le staging initial Dr. Elif Hindié, Dr. Anne-Laure Cazeau, Dr. Jean-Baptiste Pinaquy - Bordeaux Dr. David Groheux - Hôpital Saint-Louis

Plus en détail

PET- SCAN ou TEP. Son intérêt actuel en Cancérologie thoracique Professeur D. ANTHOINE CHU de NANCY et Docteur F. VAYLET Hôpital du Val-de-Grâce

PET- SCAN ou TEP. Son intérêt actuel en Cancérologie thoracique Professeur D. ANTHOINE CHU de NANCY et Docteur F. VAYLET Hôpital du Val-de-Grâce PET- SCAN ou TEP Son intérêt actuel en Cancérologie thoracique Professeur D. ANTHOINE CHU de NANCY et Docteur F. VAYLET Hôpital du Val-de-Grâce (certains de ces clichés proviennent de la monographie Astrazeneca

Plus en détail

Quantification en tomographie d émission

Quantification en tomographie d émission Quantification en tomographie d émission Irène Buvat Imagerie et Modélisation en Neurobiologie et Cancérologie UMR 8165 CNRS - Paris 7 - Paris 11 buvat@imnc.in2p3.fr http://www.guillemet.org/irene Séminaire

Plus en détail

Evaluation précoce de la chimiothérapie néo-adjuvante par IRM. P Taourel, E Pages, C Alili (CHU Montpellier)

Evaluation précoce de la chimiothérapie néo-adjuvante par IRM. P Taourel, E Pages, C Alili (CHU Montpellier) Evaluation précoce de la chimiothérapie néo-adjuvante par IRM P Taourel, E Pages, C Alili (CHU Montpellier) Pourquoi? Prise en charge personnalisée du cancer du sein Morbidité et coût d une chimiothérapie

Plus en détail

Le principe de la TEP

Le principe de la TEP couplée TDM Le principe de la TEP C est un atome contenant un positon supplémentaire, libéré dans l organisme lors de la désintégration.il se désintègre selon une radioactivité beta+ Lorsque le positron

Plus en détail

Apport de l imagerie médicale fonctionnelle dans le diagnostic du nodule pulmonaire

Apport de l imagerie médicale fonctionnelle dans le diagnostic du nodule pulmonaire Apport de l imagerie médicale fonctionnelle dans le diagnostic du nodule pulmonaire Dr Camilo Garcia Service de Médecine Nucléaire Inst. J. Bordet Université Libre de Bruxelles Belgique Conflits d intérêt

Plus en détail

UE2 CANCEROLOGIE Place de la Médecine Nucléaire

UE2 CANCEROLOGIE Place de la Médecine Nucléaire UE2 CANCEROLOGIE Place de la Médecine Nucléaire Imagerie Imagerie de Gamma Caméra Tomographie d émission monophotoniqueou TEMP: radiopharmaceutiqueémetteurs de rayonnement Gamma Imagerie de Caméra TEP

Plus en détail

L apport d une nouvelle technologie: tomographie d émission par positrons

L apport d une nouvelle technologie: tomographie d émission par positrons L apport d une nouvelle technologie: tomographie d émission par positrons François Bénard, MD, FRCPC Clinicien-chercheur, Centre de recherche clinique Centre hospitalier universitaire de Sherbrooke Professeur

Plus en détail

Imagerie des cancers bronchiques

Imagerie des cancers bronchiques Imagerie des cancers bronchiques Quoi de neuf en 2012? V Servois - Institut Curie Paris AFCOR 2012 Objectif du staging Rôles - Sélectionner les candidats à la chirurgie - Planifier l intervention - Planifier

Plus en détail

La Tomographie par Emission de Positons. Dr A Devillers, Dr L Le Dortz,

La Tomographie par Emission de Positons. Dr A Devillers, Dr L Le Dortz, La Tomographie par Emission de Positons Dr A Devillers, Dr L Le Dortz, Qu est ce que la TEP? Plateau technique de médecine nucléaire Technique d imagerie médicale fonctionnelle métabolique PET scan : terme

Plus en détail

Intérêt du Pet Scan dans le cancer du rectum. DESC Brest 19 juin 2014 Giretti Giovanni

Intérêt du Pet Scan dans le cancer du rectum. DESC Brest 19 juin 2014 Giretti Giovanni Intérêt du Pet Scan dans le cancer du rectum DESC Brest 19 juin 2014 Giretti Giovanni Introduction Technique d imagerie médicale fonctionnelle et métabolique alliant l information fonctionnelle du TEP

Plus en détail

Le PET Scan modifie t il le traitement des métastases des CCR?

Le PET Scan modifie t il le traitement des métastases des CCR? Le PET Scan modifie t il le traitement des métastases des CCR? 7 ième Journée scientifique Annuelle 31/ 05/ 2014 Clinique Atlas Dr ALJ AMINA Médecin Nucléaire IMAGERIE EN CANCEROLOGIE - La place de l imagerie

Plus en détail

Christelle Tychyj, CHLS

Christelle Tychyj, CHLS Christelle Tychyj, CHLS Estimation du VOLUME TUMORAL sur des critères morphologiques +++ qui ont fait lobjet de consensus internationnaux RECIST 1.1 tumeurs solides CHESON lymphomes Essais thérapeutiques

Plus en détail

N1: ganglions métastatiques hilaires ou péri-bronchiques homolatéraux

N1: ganglions métastatiques hilaires ou péri-bronchiques homolatéraux Bilan d extension ganglionnaire du cancer bronchique B Padovani, D Ducreux, S Stolear, A Ocelli, E Giordana, L Mondot, S Chanalet, CP Raffaelli, P Carrier Extension ganglionnaire Élément essentiel de l

Plus en détail

Techniques d imagerie et Recherche

Techniques d imagerie et Recherche Techniques d imagerie et Recherche Jean-Christophe Ferré, PH 1- Unité de Neuroradiologie, Département de Radiologie et Imagerie Médicale, CHU RENNES 2- Unité/ Projet Visages U746 INSERM/ INRIA, IRISA,

Plus en détail

Imagerie du myelome mutiple: utilite de l IRM et du PET- SCANNER. Bhasker Koppula, Justin Kaputch et Christopher J.Hanrahan

Imagerie du myelome mutiple: utilite de l IRM et du PET- SCANNER. Bhasker Koppula, Justin Kaputch et Christopher J.Hanrahan Imagerie du myelome mutiple: utilite de l IRM et du PET- SCANNER Bhasker Koppula, Justin Kaputch et Christopher J.Hanrahan introduction Le myélome multiple est une affection hématologique caractérisée

Plus en détail

Bases physiques de l imagerie en

Bases physiques de l imagerie en Bases physiques de l imagerie en Médecine Nucléaire (MN) Pr. Malika ÇAOUI Service de Médecine Nucléaire CHU International Cheikh Zaid Faculté de Médecine et de Pharmacie - Rabat- 02/12/2010 Pr. Malika

Plus en détail

TEP ET CANCER BRONCHIQUE. INTERVALLE DE CONFIANCE DES DE PNEUMOLOGIE. 15 octobre 2011 Inter région Languedoc Roussillon - PACA

TEP ET CANCER BRONCHIQUE. INTERVALLE DE CONFIANCE DES DE PNEUMOLOGIE. 15 octobre 2011 Inter région Languedoc Roussillon - PACA TEP ET CANCER BRONCHIQUE INTERVALLE DE CONFIANCE DES DE PNEUMOLOGIE. 15 octobre 2011 Inter région Languedoc Roussillon PACA JeanLouis Pujol et Denis MarianoGoulart Faculté de médecine et CHRU de Montpellier

Plus en détail

TEP au 18F-FDG et bilan d extension d dans le cancer du sein

TEP au 18F-FDG et bilan d extension d dans le cancer du sein TEP au 18F-FDG et bilan d extension d initial dans le cancer du sein Eric ZERBIB Médecine Nucléaire, CIMEN Centre Chirurgical Val d! Or, 92210 Saint-Cloud, Eric.zerbib zerbib@cimen.fr atiente de 64 ans

Plus en détail

Radiopharmaceutiques : diagnostic et applications

Radiopharmaceutiques : diagnostic et applications Radiopharmaceutiques : diagnostic et applications Les traceurs en oncologie Cible moléculaire Radiopharmaceutique 90 Y 90 Y Gamma: Scinti/SPECT-CT Récepteur: SMS Antigène: ACE Transporteur: GLUT1 90 Y

Plus en détail

Docteur Antoine MONET Centre d Imagerie Fonctionnelle Clinique Saint Augustin - Bordeaux. Jeudi 25 Septembre 2008

Docteur Antoine MONET Centre d Imagerie Fonctionnelle Clinique Saint Augustin - Bordeaux. Jeudi 25 Septembre 2008 Docteur Antoine MONET Centre d Imagerie Fonctionnelle Clinique Saint Augustin - Bordeaux Jeudi 25 Septembre 2008 Indications oncologiques Indications issues des SOR (standards, options et recommandations).

Plus en détail

Intérêt de la TEP-FDG dans les cancers de l ovaire

Intérêt de la TEP-FDG dans les cancers de l ovaire Intérêt de la TEP-FDG dans les cancers de l ovaire T. Mognetti et F. Giammarile Introduction La TEP-FDG (Tomographie par Émission de Positons après injection de 18 F- Fluoro-2-Déoxy-Glucose) est un des

Plus en détail

Marion GILBERT Simon CHAUVEAU. DES pneumologie 11 avril 2014

Marion GILBERT Simon CHAUVEAU. DES pneumologie 11 avril 2014 Marion GILBERT Simon CHAUVEAU DES pneumologie 11 avril 2014 Contexte Dépistage du cancer poumon : Santé publique Par scanner injecté (low dose) : Baisse de la mortalité (-20%) : NLSTrial (USA) 2011: «The

Plus en détail

Radiographie, quels risques pour le patient?

Radiographie, quels risques pour le patient? Radiographie, quels risques pour le patient? Qu est-ce qu un rayon X? Quel est le risque? Quels outils pour vous aider? Les rayons X sont des rayonnements électromagnétiques ionisants; ils peuvent traverser

Plus en détail

Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur la scintigraphie osseuse et le TEP-SCAN

Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur la scintigraphie osseuse et le TEP-SCAN Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur la scintigraphie osseuse et le TEP-SCAN Docteur Antoine MONET Centre d Imagerie Fonctionnelle Clinique Saint Augustin Jeudi 25 Septembre 2008 Un peu d histoire

Plus en détail

Médecine Nucléaire : PET-scan et imagerie hybride

Médecine Nucléaire : PET-scan et imagerie hybride Médecine Nucléaire : PET-scan et imagerie hybride Benjamin GEISSLER Centre d d Imagerie Nucléaire St-Etienne, Roanne, Le Puy en Velay 1967 2007 Principes Spécialit cialité médicale (1950) Radiologie Radiothérapie

Plus en détail

TEP / TDM et Cancer du poumon (non à petites cellules) J.Ph Chaborel - M. Bondouy Ph Florentz - B. Serrano F. Fincker M Gray E Kahyat

TEP / TDM et Cancer du poumon (non à petites cellules) J.Ph Chaborel - M. Bondouy Ph Florentz - B. Serrano F. Fincker M Gray E Kahyat TEP / TDM et Cancer du poumon (non à petites cellules) J.Ph Chaborel - M. Bondouy Ph Florentz - B. Serrano F. Fincker M Gray E Kahyat Mougins - Jeudi 16 juin 2011 Plan TEP-FDG! Principe! Différentes générations

Plus en détail

PATHOLOGIES OSSEUSES : L'APPORT DE LA SCINTIGRAPHIE;

PATHOLOGIES OSSEUSES : L'APPORT DE LA SCINTIGRAPHIE; PATHOLOGIES OSSEUSES : L'APPORT DE LA SCINTIGRAPHIE; Dans la grande majorité des situations de suspicion de pathologie osseuse bénigne, l exploration radiologique conventionnelle constitue l examen de

Plus en détail

COLLOQUE MEDICO-CHIRURGICAL HOPITAL PRIVE DE LA LOIRE

COLLOQUE MEDICO-CHIRURGICAL HOPITAL PRIVE DE LA LOIRE COLLOQUE MEDICO-CHIRURGICAL HOPITAL PRIVE DE LA LOIRE IMAGERIE EN CANCÉROLOGIE : UN ARSENAL COMPLET À L HPL Benjamin GEISSLER (1), Didier LIEUX (2) (1) Centre d Imagerie Nucléaire (2) Centre d Imagerie

Plus en détail

Présentation de cas clinique. Agapitou Eleni 16.03.2012

Présentation de cas clinique. Agapitou Eleni 16.03.2012 Présentation de cas clinique Agapitou Eleni 16.03.2012 Anamnèse Patiente de 87 ans, résidente en EMS. Anamnèse actuelle: Depuis 3 semaines: - BEG. -Douleurs abdominales diffuses. -Pas d état fébrile, elle

Plus en détail

Radio-pharmaceutiques TEP

Radio-pharmaceutiques TEP Médecine Nucléaire diagnostique: imagerie fonctionnelle par scintigraphie de positons et rayonnements γ Service de Médecine Nucléaire, juin 2005 Franz Buchegger, PD Le radio-pharmaceutique Le radio-pharmaceutique

Plus en détail

Epidémiologie et diagnostic des artérites àcellules géantes

Epidémiologie et diagnostic des artérites àcellules géantes 75 ème Journée Française de Médecine : Vascularites Epidémiologie et diagnostic des artérites àcellules géantes Alfred Mahr Service de médecine interne Hôpital Saint-Louis alfred.mahr@sls.aphp.fr Epidémiologie

Plus en détail

Myélome Lymphomes Leucémies Myélodysplasie

Myélome Lymphomes Leucémies Myélodysplasie Biologie: Sang Moelle osseuse Système lymphatique Traitements: Chimiothérapie Radiothérapie Chirurgie Immunothérapie Thérapie ciblée Greffe de la moelle osseuse Soins de support / soins palliatifs Myélome

Plus en détail

QUANTIFICATION DES EXAMENS ONCOLOGIQUES AU FLUORO-DÉOXYGLUCOSE EN TOMOGRAPHIE PAR ÉMISSION DE POSITONS

QUANTIFICATION DES EXAMENS ONCOLOGIQUES AU FLUORO-DÉOXYGLUCOSE EN TOMOGRAPHIE PAR ÉMISSION DE POSITONS Journées Jeunes Chercheurs d Aussois d - Décembre D 2003 U494 QUANTIFICATION DES EXAMENS ONCOLOGIQUES AU FLUORO-DÉOXYGLUCOSE OXYGLUCOSE EN TOMOGRAPHIE PAR ÉMISSION DE POSITONS Juliette FEUARDENT Thèse

Plus en détail

Syndrome Cave Supérieur: Prise en charge. Patrick BAGAN Chirurgie Thoracique et Vasculaire Hôpital Victor Dupouy, Argenteuil

Syndrome Cave Supérieur: Prise en charge. Patrick BAGAN Chirurgie Thoracique et Vasculaire Hôpital Victor Dupouy, Argenteuil Syndrome Cave Supérieur: Prise en charge Patrick BAGAN Chirurgie Thoracique et Vasculaire Hôpital Victor Dupouy, Argenteuil Medical Observations and Inquiries, 1757; Vol 1, pp 323-357 Symptômes observés

Plus en détail

APPLICATION DES RECOMMANDATIONS DE LA HAUTE AUTORITE DE SANTE POUR LA PRESCRIPTION DES RADIOGRAPHIES THORACIQUES AU SERVICE D ACCUEIL DES URGENCES

APPLICATION DES RECOMMANDATIONS DE LA HAUTE AUTORITE DE SANTE POUR LA PRESCRIPTION DES RADIOGRAPHIES THORACIQUES AU SERVICE D ACCUEIL DES URGENCES APPLICATION DES RECOMMANDATIONS DE LA HAUTE AUTORITE DE SANTE POUR LA PRESCRIPTION DES RADIOGRAPHIES THORACIQUES AU SERVICE D ACCUEIL DES URGENCES Tiphaine Cassan, Dr Romain Vialle, Pr Jean-Pierre Tasu,

Plus en détail

LA DYSPLASIE FIBREUSE : DE QUOI S AGIT-IL?

LA DYSPLASIE FIBREUSE : DE QUOI S AGIT-IL? LA DYSPLASIE FIBREUSE : DE QUOI S AGIT-IL? La dysplasie fibreuse des os (DF) est une maladie osseuse rare pouvant atteindre tous les os. Le nombre d os concernés est très variable : un seul os, deux, trois

Plus en détail

Cancer du sein. Du CA15-3 à la tomographie à émission de positons.

Cancer du sein. Du CA15-3 à la tomographie à émission de positons. Cancer du sein. Du CA15-3 à la tomographie à émission de positons. Un taux de récidive de 30% dans les dix premières années chez des patientes en rémission complète après un traitement curatif, requiert

Plus en détail

conférence internationale de l ACOMEN Les limites du SUV Irène Buvat U678 INSERM, Paris buvat@imed.jussieu.fr ACOMEN - Irène Buvat - 11 mai 2007-1

conférence internationale de l ACOMEN Les limites du SUV Irène Buvat U678 INSERM, Paris buvat@imed.jussieu.fr ACOMEN - Irène Buvat - 11 mai 2007-1 9 ème conférence internationale de l ACOMEN Les limites du SUV Irène Buvat U678 INSERM, Paris buvat@imed.jussieu.fr ACOMEN - Irène Buvat - 11 mai 2007-1 Le SUV (Standardized Uptake Value) Index caractérisant

Plus en détail

Le cyclotron Arronax et la médecine nucléaire

Le cyclotron Arronax et la médecine nucléaire Le cyclotron Arronax et la médecine nucléaire Jean-François Chatal Université de Nantes et GIP Arronax 1934: découverte de la radioactivité artificielle Naissance de la médecine nucléaire Un radiopharmaceutique

Plus en détail

Quantification en TEP/TDM Faut-il faire confiance aux SUV?

Quantification en TEP/TDM Faut-il faire confiance aux SUV? Réunion APRAMEN Quantification en TEP/TDM Faut-il faire confiance aux SUV? Irène Buvat U678 INSERM, Paris buvat@imed.jussieu.fr http://www.guillemet.org/irene APRAMEN - Irène Buvat - 14 novembre 2006-1

Plus en détail

L IRM dans le bilan d extension du cancer de l endomètre:

L IRM dans le bilan d extension du cancer de l endomètre: Cafcim 10 décembre 2011 Centre Hospitalier de la côte Basque L IRM dans le bilan d extension du cancer de l endomètre: Lin et al. 3T diffusion. Radiology 2009 Dr. Christophe MAUREL Plan: Quelques Rappels

Plus en détail

BILAN D EXTENSION ET SUIVI DANS LE TRAITEMENT DES LYMPHOMES

BILAN D EXTENSION ET SUIVI DANS LE TRAITEMENT DES LYMPHOMES BILAN D EXTENSION ET SUIVI DANS LE TRAITEMENT DES LYMPHOMES Fourati.H, Feki.W, Hentati.Y, Kaddour.I, Mdhaffar.M*, Daoud.E, Mnif.Z Service d Imagerie médicale CHU Hédi Chaker Sfax, Tunisie *Service d Hématologie

Plus en détail

Maladie de Blau/Sarcoïdose juvénile

Maladie de Blau/Sarcoïdose juvénile Pædiatric Rheumatology InterNational Trials Organisation Maladie de Blau/Sarcoïdose juvénile De quoi s agit-il? Le syndrome de Blau est une maladie génétique. Les patients souffrent d une combinaison entre

Plus en détail

DIAGNOSTIC ET BILAN D EXTENSION DU CANCER DU TESTICULE A. TOUIMER M. BOUBRIT IMAGERIE MEDICALE CHU BENI MESSOUS

DIAGNOSTIC ET BILAN D EXTENSION DU CANCER DU TESTICULE A. TOUIMER M. BOUBRIT IMAGERIE MEDICALE CHU BENI MESSOUS DIAGNOSTIC ET BILAN D EXTENSION DU CANCER DU TESTICULE A. TOUIMER M. BOUBRIT IMAGERIE MEDICALE CHU BENI MESSOUS INTRODUCTION Rare Tumeurs germinales (95%) -TG séminomateuse (35-45ans) -TG non séminomateuse

Plus en détail

De pistage et suivi des nodules pulmonaires. Dr Catherine LAMBLIN, pneumologue, Lille Dr Dominique BLANC, me decin nucle aire, Lille

De pistage et suivi des nodules pulmonaires. Dr Catherine LAMBLIN, pneumologue, Lille Dr Dominique BLANC, me decin nucle aire, Lille De pistage et suivi des nodules pulmonaires Dr Catherine LAMBLIN, pneumologue, Lille Dr Dominique BLANC, me decin nucle aire, Lille Inte re t du de pistage Cancer du poumon = 1e re cause de mortalite par

Plus en détail

Cas clinique Sein N 1 M. ESPIE

Cas clinique Sein N 1 M. ESPIE Cas clinique Sein N 1 M. ESPIE Cas clinique Patiente âgée de 46 ans Antécédents familiaux: Mère décédée d un cancer du sein à l âge de 41 ans (2 ans post-diagnostic) Grand-mère: cancer du sein à 45 ans,

Plus en détail

PLACE DE L IRM DANS LE BILAN D EXTENSION DU CANCER DU RECTUM. Professeur Paul LEGMANN Radiologie A - Cochin Paris

PLACE DE L IRM DANS LE BILAN D EXTENSION DU CANCER DU RECTUM. Professeur Paul LEGMANN Radiologie A - Cochin Paris PLACE DE L IRM DANS LE BILAN D EXTENSION DU CANCER DU RECTUM Professeur Paul LEGMANN Radiologie A - Cochin Paris Cancer du rectum France : 15000 décès/an : 1ère cause. Pronostic souvent réservé Métastases

Plus en détail

L IRM pas à pas Un module d enseignement interactif des bases physiques de l Imagerie par Résonance Magnétique. http://www.e-mri.

L IRM pas à pas Un module d enseignement interactif des bases physiques de l Imagerie par Résonance Magnétique. http://www.e-mri. L IRM pas à pas Un module d enseignement interactif des bases physiques de l Imagerie par Résonance Magnétique http://www.e-mri.org D HOA, A MICHEAU, G GAHIDE, E LE BARS, C CYTEVAL, M ZANCA, P DUJOLS,

Plus en détail

Grossesse et exposition aux RX : réalité des risques et conduite à tenir

Grossesse et exposition aux RX : réalité des risques et conduite à tenir Grossesse et exposition aux RX : réalité des risques et conduite à tenir Préambule nformation insuffisante ustification Activités médicales Activités industrielles Objectifs Effets des rayons X sur la

Plus en détail

TEP / TDM : Quelles indications en gynécologie - Ganglion sentinelle. J.Ph Chaborel - M. Bondouy Ph Florentz - B. Serrano F. Fincker M Gray E Kahyat

TEP / TDM : Quelles indications en gynécologie - Ganglion sentinelle. J.Ph Chaborel - M. Bondouy Ph Florentz - B. Serrano F. Fincker M Gray E Kahyat TEP / TDM : Quelles indications en gynécologie - Ganglion sentinelle J.Ph Chaborel - M. Bondouy Ph Florentz - B. Serrano F. Fincker M Gray E Kahyat Mougins - Jeudi 20 septembre 2012 2009 : TEP-TDM à temps

Plus en détail

Association lymphome malin-traitement par Interféron-α- sarcoïdose

Association lymphome malin-traitement par Interféron-α- sarcoïdose Association lymphome malin-traitement par Interféron-α- sarcoïdose Auteurs Cendrine Godet (*) Jean-Pierre Frat (**) Cédric Landron (*) Lydia Roy (***) Paul Ardilouze (****) Jean-Pierre Tasu (****) (*)

Plus en détail

EP au 18FDG et ancers ronchiques

EP au 18FDG et ancers ronchiques EP au 18FDG et ancers ronchiques ric ZERBIB IMEN, entre Chirurgical Val d! Or, 2210 Saint-Cloud ric.zerbib zerbib@cimen.fr Principe de l imagerie l TEP 18 F : isotope radioactif produit par un cyclotron

Plus en détail

( à propos de 30 cas) N.Boudjouraf. M.M. Makhloufi. A. Chamia Service de chirurgie orthopédique, CHU de Batna

( à propos de 30 cas) N.Boudjouraf. M.M. Makhloufi. A. Chamia Service de chirurgie orthopédique, CHU de Batna Apport de la biopsie par voie postérieure transpédiculaire dans le diagnostic de la spondylodiscite tuberculeuse dorsale et lombaire avec enquête bactériologique négative ( à propos de 30 cas) N.Boudjouraf.

Plus en détail

TNE digestives Bilan diagnostique

TNE digestives Bilan diagnostique Alger 3è CIC 23 février 2013 TNE digestives Bilan diagnostique Emmanuel Mitry Département d oncologie médicale Institut Curie Mme X, 56 ans Adressée pour suspicion de tumeur endocrine du grêle avec - Diarrhée

Plus en détail

Sarcome d Ewing intra-osseux: une approche innovatrice de reconstruction

Sarcome d Ewing intra-osseux: une approche innovatrice de reconstruction Sarcome d Ewing intra-osseux: une approche innovatrice de reconstruction Nader Khaouam MD Laurie Archambault 28 mars 2014 Présentation du cas H - 20 ans, monteur et soudeur d acier Aucun antécédent X 2

Plus en détail

Le rôle du généraliste dans le suivi du cancer du sein. Pr. Yves Aubard

Le rôle du généraliste dans le suivi du cancer du sein. Pr. Yves Aubard Le rôle du généraliste dans le suivi du cancer du sein Pr. Yves Aubard Les objectifs généraux de la surveillance Dépistage D un rechute locale ou régionale D un cancer du sein controlatéral D une métastase

Plus en détail

Recommanda)ons+ECCO+ Nouveautés+2014?+

Recommanda)ons+ECCO+ Nouveautés+2014?+ Recommanda)ons+ECCO+ Nouveautés+2014?+ - Enfants! - Adolescents! - Grossesse! Recommanda)ons+à+part+en)ère++ Maladie+de+Crohn++ GT1+:+diagnos)c+et+classifica)on++ L imagerie en coupe (IRM/scanner) et

Plus en détail

Complications neuro-vasculaires et AVC du Diabétique D R G I L J M H I A L A V E R A N, M A R S E I L L E

Complications neuro-vasculaires et AVC du Diabétique D R G I L J M H I A L A V E R A N, M A R S E I L L E Complications neuro-vasculaires et AVC du Diabétique D R G I L J M H I A L A V E R A N, M A R S E I L L E Généralités 20% de diabétiques parmi les AVC x 2 à lui seul le risque d AVC Encore plus chez les

Plus en détail

L imagerie dans le dépistage du. cancer du poumon :

L imagerie dans le dépistage du. cancer du poumon : L imagerie dans le dépistage du cancer du poumon : où en sommes-nous? Louise Samson, MD, FRCPC, et Marie-Pierre Cordeau, MD, FRCPC Présenté à la Journée d imagerie en radiologie et en médecine nucléaire

Plus en détail

Quel apport de l imagerie dans les traitements anti-angiogéniques?

Quel apport de l imagerie dans les traitements anti-angiogéniques? Quel apport de l imagerie dans les traitements anti-angiogéniques? L Fournier, D Balvay, CA Cuénod Service de radiologie, Hôpital Européen Georges Pompidou Laboratoire de Recherche en Imagerie, Equipe

Plus en détail

Sommaire : LES CANCERS DU SEIN. 1-Qu est- ce qu un cancer? 2-Qu est -ce qu un cancer du sein? 3- Les facteurs de risque.

Sommaire : LES CANCERS DU SEIN. 1-Qu est- ce qu un cancer? 2-Qu est -ce qu un cancer du sein? 3- Les facteurs de risque. LES CANCERS DU SEIN Ne donnez pas votre sein au cancer! Sommaire : 1-Qu est- ce qu un cancer? 2-Qu est -ce qu un cancer du sein? 3- Les facteurs de risque. 4-Le dépistage : Les symptômes. Ce dépliant est

Plus en détail

Cholangite Sclérosante Primitive

Cholangite Sclérosante Primitive Cholangite Sclérosante Primitive C. Corpechot Centre de Référence des Maladies Inflammatoires des Voies Biliaires Hôpital Saint- Antoine, APHP, Paris Evaluer la progression de l hépatopathie Dépister les

Plus en détail

La justification de la radioprotection pour l imagerie médicale chez les patients de plus de 50 ans

La justification de la radioprotection pour l imagerie médicale chez les patients de plus de 50 ans La justification de la radioprotection pour l imagerie médicale chez les patients de plus de 50 ans Professeur Michel Bourguignon Commissaire de l Autorité de Sûreté Nucléaire Professeur de biophysique

Plus en détail

Rapport de mobilité Dr François CORNELIS. Institution d origine : Memorial Sloan Kettering Cancer Center

Rapport de mobilité Dr François CORNELIS. Institution d origine : Memorial Sloan Kettering Cancer Center Rapport de mobilité Dr François CORNELIS Période : Septembre 2013- Août 2014 Lieu : Institution d origine : Memorial Sloan Kettering Cancer Center CHU de Bordeaux Radiology Department Service d imagerie

Plus en détail

C BASTIANI, E BONNARD, L MONDOT, T BENZAKEN, D DUCREUX, B PADOVANI CHU de NICE - Hôpital Pasteur

C BASTIANI, E BONNARD, L MONDOT, T BENZAKEN, D DUCREUX, B PADOVANI CHU de NICE - Hôpital Pasteur C BASTIANI, E BONNARD, L MONDOT, T BENZAKEN, D DUCREUX, B PADOVANI CHU de NICE - Hôpital Pasteur POUMON ET TABAC Le tabac est responsable sur le plan pulmonaire de: Pathologies obstructives chroniques

Plus en détail

Compte rendu d hospitalisation hépatite C. À partir de la IIème année MG, IIIème années MD et Pharmacie

Compte rendu d hospitalisation hépatite C. À partir de la IIème année MG, IIIème années MD et Pharmacie Compte rendu d hospitalisation hépatite C À partir de la IIème année MG, IIIème années MD et Pharmacie ASSISTANCE PUBLIQUE HOPITAUX DE PARIS HOPITAL DU BON SECOURS Service d HEPATHOLOGIE du Professeur

Plus en détail

Document d information dans le cadre de l installation d un cyclotron. à Saint-Louis

Document d information dans le cadre de l installation d un cyclotron. à Saint-Louis Document d information dans le cadre de l installation d un cyclotron à Saint-Louis Cancers & imagerie médicale Un progrès majeur pour une meilleure prise en charge des patients. Accroitre les possibilités

Plus en détail

IRM du cancer de la prostate. François CORNUD, Paris

IRM du cancer de la prostate. François CORNUD, Paris IRM du cancer de la prostate François CORNUD, Paris IRM du CaP en 2009 1990-2000 : détection des T3 occultes 2000-2010 : évolution technologique IRM fonctionnelle : localiser la tumeur lympho-irm : méts

Plus en détail

Les MICI en 2015. Rouen, le 25 septembre 2015

Les MICI en 2015. Rouen, le 25 septembre 2015 Les MICI en 2015 Rouen, le 25 septembre 2015 La poursuite de l augmentation d incidence chez les adolescents Faire le diagnostic de MICI en 2015 1- Délai incompressible avec une médiane à 2,5 mois depuis

Plus en détail

Nouvelles caméras CZT cardiaques: une seconde vie pour le thallium 201?

Nouvelles caméras CZT cardiaques: une seconde vie pour le thallium 201? Symposium Covidien, Nice, 10 mai 2010 Nouvelles caméras CZT cardiaques: une seconde vie pour le thallium 201? Bernard Songy Centre Cardiologique du Nord St-Denis Thallium 201: Le thallium 201 présente

Plus en détail

EFFICACITÉ ET TOLÉRANCE DE LA BIOTHÉRAPIE CHEZ 53 MALADES ATTEINTS DE POLYARTHRITE RHUMATOÏDE

EFFICACITÉ ET TOLÉRANCE DE LA BIOTHÉRAPIE CHEZ 53 MALADES ATTEINTS DE POLYARTHRITE RHUMATOÏDE 2Oéme Congrès de la Société Algérienne de Médecine Interne Alger 16-18 2014 EFFICACITÉ ET TOLÉRANCE DE LA BIOTHÉRAPIE CHEZ 53 MALADES ATTEINTS DE POLYARTHRITE RHUMATOÏDE Auteurs : S.BOUGHANDJIOUA, S. ALI

Plus en détail

2/3 3/27/2013. DIUE / Capacité d'angiologie / DESC Médecine Vasculaire UFR Médecine Montpellier-Nîmes

2/3 3/27/2013. DIUE / Capacité d'angiologie / DESC Médecine Vasculaire UFR Médecine Montpellier-Nîmes Méthodologie, évaluation des paramètres hémodynamiques VSM = 104+/-25 cm/sec RRA = 1,19+/-0,36 VSM = 93 +/-19 cm/sec RRA = 1,08 +/- 0, 34 Echo Doppler des Artères Rénales Jean Pierre Laroche (Avignon,

Plus en détail

J. Goupil (1), A. Fohlen (1), V. Le Pennec (1), O. Lepage (2), M. Hamon (2), M. Hamon-Kérautret (1)

J. Goupil (1), A. Fohlen (1), V. Le Pennec (1), O. Lepage (2), M. Hamon (2), M. Hamon-Kérautret (1) J. Goupil (1), A. Fohlen (1), V. Le Pennec (1), O. Lepage (2), M. Hamon (2), M. Hamon-Kérautret (1) (1) Pôle d Imagerie, service de Radiologie, CHU Caen (2) Pôle Cardio-thoracique, service de Chirurgie

Plus en détail

Fibrillation atriale cause de l accident vasculaire cérébral: comment la détecter?

Fibrillation atriale cause de l accident vasculaire cérébral: comment la détecter? Fibrillation atriale cause de l accident vasculaire cérébral: comment la détecter? Paul Milliez, MD, PhD Service de Cardiologie CHU Cote de Nacre, Caen Définition arythmie emboligène. Arythmie caractérisée

Plus en détail

Scanner et IRM. JN Dacher, Rouen. Séminaire Bordeaux-Mérignac, 2008

Scanner et IRM. JN Dacher, Rouen. Séminaire Bordeaux-Mérignac, 2008 Scanner et IRM JN Dacher, Rouen Séminaire Bordeaux-Mérignac, 2008 Scanner cardiovasculaire EP, AAT, AAA, dissection Le scanner devient rapidement un examen de référence dans le bilan diagnostique et le

Plus en détail

Épidémiologie des maladies interstitielles diffuses

Épidémiologie des maladies interstitielles diffuses Épidémiologie des maladies interstitielles diffuses 3 à 5/100 000 habitants Augmente avec l age 175 /100 000 >70 ans Notre file active toutes les maladies interstitielles confondues plus de 120 patients

Plus en détail

Prise en charge du myélome multiple (hors traitement symptomatique) B. Demoré Avril 2011 (MAJ)

Prise en charge du myélome multiple (hors traitement symptomatique) B. Demoré Avril 2011 (MAJ) Prise en charge du myélome multiple (hors traitement symptomatique) B. Demoré Avril 2011 (MAJ) 1 Définition Hémopathie maligne grave d étiologie inconnue caractérisée par la prolifération de plasmocytes

Plus en détail

Peut-on faire des tests thérapeutiques par anti TNF dans la SA? A Saraux Service de rhumatologie CHU de la Cavale Blanche Brest

Peut-on faire des tests thérapeutiques par anti TNF dans la SA? A Saraux Service de rhumatologie CHU de la Cavale Blanche Brest Peut-on faire des tests thérapeutiques par anti TNF dans la SA? A Saraux Service de rhumatologie CHU de la Cavale Blanche Brest Plan Se pose-t-on souvent la question du test? Le test est-il pertinent?

Plus en détail

Gynécologue et médecin de famille

Gynécologue et médecin de famille Gynécologue et médecin de famille Tous les deux ans dès 50 ans, les femmes sont invitées à faire une mammographie de dépistage dans le cadre d un programme lorsque leur canton ou région en dispose. Le

Plus en détail

Cas clinique cancer du poumon

Cas clinique cancer du poumon 10 e Forum National de l Omnipraticien El Hamma, Alger 21 & 22 Mai 2014 Cas clinique cancer du poumon Dr F.Ait Daoud Pr.H.Mahfouf SOMUR.EPH ROUIBA Homme 59 ans, sans antécédents pathologiques particuliers,

Plus en détail

La Tomodensitométrie. S Willoteaux, F Thouveny, A Bouvier, C Nedelcu, C Aubé CHU d Angers

La Tomodensitométrie. S Willoteaux, F Thouveny, A Bouvier, C Nedelcu, C Aubé CHU d Angers La Tomodensitométrie Principes / Techniques S Willoteaux, F Thouveny, A Bouvier, C Nedelcu, C Aubé CHU d Angers Question Vous relisez avec votre senior l acquisition abdominopelvienne réalisée en garde

Plus en détail

Comment évaluer les méthodes de détermination de volumes métaboliquement actifs en Tomographie par Emission de Positons (TEP)?

Comment évaluer les méthodes de détermination de volumes métaboliquement actifs en Tomographie par Emission de Positons (TEP)? Comment évaluer les méthodes de détermination de volumes métaboliquement actifs en Tomographie par Emission de Positons (TEP)? Irène Buvat Imagerie et Modélisation en Neurobiologie et Cancérologie UMR

Plus en détail

Prise en charge de l embolie pulmonaire

Prise en charge de l embolie pulmonaire Prise en charge de l embolie pulmonaire Dr Serge Motte Liège 06.12.14 - Laack TA et Goyal DG, Emerg Med Clin N Am 2004; 961-983 2 PLAN Diagnostic Prise en charge: Phase aiguë: analyse de gravité Choix

Plus en détail

Nouvelle version du Guide du bon usage des examens d'imagerie médicale

Nouvelle version du Guide du bon usage des examens d'imagerie médicale 1 er février 2013 Nouvelle version du Guide du bon usage des examens d'imagerie médicale Limiter l exposition des patients aux rayonnements ionisants Améliorer la qualité des soins Promouvoir l interdisciplinarité

Plus en détail

I Identification du bénéficiaire (nom, prénom, N d affiliation à l O.A.) : II Eléments à attester par un médecin spécialiste en rhumatologie :

I Identification du bénéficiaire (nom, prénom, N d affiliation à l O.A.) : II Eléments à attester par un médecin spécialiste en rhumatologie : ANNEXE A : Formulaire de première demande Formulaire de première demande de remboursement de la spécialité HUMIRA pour une spondylarthrite axiale sévère sans signes radiographiques de spondylarthrite ankylosante

Plus en détail

Perspectives sur les défis du sevrage ventilatoire

Perspectives sur les défis du sevrage ventilatoire 1 de 5 Perspectives sur les défis du sevrage ventilatoire Si vous préférez obtenir cet article en version pdf, cliquez ici,.s il vous plaît. Le sevrage de la ventilation mécanique est un moment important

Plus en détail

N 92. Rachialgie. Les dix commandements [N 92] 5. Diagnostiquer une rachialgie. Argumenter l attitude thérapeutique et planifier le suivi du patient.

N 92. Rachialgie. Les dix commandements [N 92] 5. Diagnostiquer une rachialgie. Argumenter l attitude thérapeutique et planifier le suivi du patient. N 92. Rachialgie Diagnostiquer une rachialgie. Argumenter l attitude thérapeutique et planifier le suivi du patient. Statistiques ECN Question déjà tombée 3 fois. En quelques mots-clés Commune/symptomatique

Plus en détail

Polyarthrite rhumatoïde (PR) : prise en charge en phase d état (Septembre 2007)

Polyarthrite rhumatoïde (PR) : prise en charge en phase d état (Septembre 2007) SYNTHESE DE RECOMMANDATIONS PROFESSIONNELLES Polyarthrite rhumatoïde (PR) : prise en charge en phase d état (Septembre 2007) OBJECTIFS DES RECOMMANDATIONS : Avoir un impact sur la prise en charge quotidienne

Plus en détail

Sujets présentés par le Professeur Olivier CUSSENOT

Sujets présentés par le Professeur Olivier CUSSENOT ANAMACaP Association Nationale des Malades du Cancer de la Prostate 17, bis Avenue Poincaré. 57400 SARREBOURG Sujets présentés par le Professeur Olivier CUSSENOT Place des nouvelles techniques d imagerie

Plus en détail

CANCER DU SEIN QUELLES MODALITÉS DE DÉPISTAGE, POUR QUELLES FEMMES?

CANCER DU SEIN QUELLES MODALITÉS DE DÉPISTAGE, POUR QUELLES FEMMES? CANCER DU SEIN QUELLES MODALITÉS DE DÉPISTAGE, POUR QUELLES FEMMES? Chaque année, près de 49 000 cas de cancer du sein sont détectés et 11 900 femmes décèdent des suites de cette maladie. Pourtant, détecté

Plus en détail

Imagerie des tumeurs endocrines Le point de vue de l imagerie moléculaire

Imagerie des tumeurs endocrines Le point de vue de l imagerie moléculaire 4ème Journée inter-régionale RENATEN Centre / Poitou-Charente Imagerie des tumeurs endocrines Le point de vue de l imagerie moléculaire Maria João Santiago-Ribeiro CHRU Tours Université François Rabelais

Plus en détail

- Ostéolyse mitée du cotyle avec réaction périostée - Volumineuse masse des parties molles en regard - Nodule pulmonaire sous pleural - Respect de l

- Ostéolyse mitée du cotyle avec réaction périostée - Volumineuse masse des parties molles en regard - Nodule pulmonaire sous pleural - Respect de l Jeune homme 17 ans,douleurs de la hanche gauche, d'allure inflammatoire, évoluant depuis plusieurs mois Quels sont les éléments sémiologiques significatifs à retenir sur les examens pratiqués Meyer JB

Plus en détail

Chapitre 4 Cycle cellulaire. Le cycle cellulaire comprend 2 périodes : L interphase, constituée de 3 phases :

Chapitre 4 Cycle cellulaire. Le cycle cellulaire comprend 2 périodes : L interphase, constituée de 3 phases : SYNTHESE Chapitre 4 Cycle cellulaire Le cycle cellulaire comprend 2 périodes : L interphase, constituée de 3 phases : G1 : phase de croissance cellulaire et d activités métaboliques normales. S : phase

Plus en détail

Référentiel des compétences nécessaires pour exercer la biologie médicale

Référentiel des compétences nécessaires pour exercer la biologie médicale Référentiel des compétences nécessaires pour exercer la biologie médicale Préambule Le biologiste médical, un professionnel de santé Le biologiste médical, médecin ou pharmacien, est un professionnel de

Plus en détail

Dépistage, caractérisation, bilan d'extension

Dépistage, caractérisation, bilan d'extension UE : Biopathologie moléculaire, cellulaire et tissulaire Imagerie des cancers Date : 08/02/12 Promo : PCEM2 Plage horaire : 16h-17h Enseignant : Pr. Trillaud. H Ronéistes : ASSIER Cécilia ceciliaassier@gmail.com

Plus en détail