L évolution du pouvoir d achat immobilier selon l âge des ménages. Paris et 12 communes d Ile-de-France

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L évolution du pouvoir d achat immobilier selon l âge des ménages. Paris et 12 communes d Ile-de-France"

Transcription

1 c re di tfo nc i e r.c o m U N E É T U D E I S S U E D U PA R T E N A R I AT C H A I R E V I L L E E T I M M O B I L I E R E N T R E L U N I V E R S I T É PA R I S - D A U P H I N E E T L E C R É D I T F O N C I E R L évolution du pouvoir d achat immobilier selon l âge des ménages Paris et 12 communes d Ile-de-France JANVIER

2 Cette étude a été publiée en deux parties : L évolution du pouvoir d achat immobilier selon l âge des ménages Paris et 12 métropoles régionales L évolution du pouvoir d achat immobilier selon l âge des ménages Paris et 12 communes d Ile-de-France Partie 1 : Décembre 2014 Partie 2 : Cette étude a été conduite sous la direction de : - Kevin Beaubrun-Diant pour l Université Paris-Dauphine ; - Nicolas Pécourt pour le Crédit Foncier. Crédit Foncier / Université Paris-Dauphine

3 sommaire PAGE 02 PAGE 04 synthèse méthodologie PAGE 05 1 ère Partie une baisse générale du Pouvoir d achat immobilier de 1998 à 2010 PAGE 06 PAGE 08 PAGE 10 PAGE 11 PAGE 12 PAGE 13 PAGE 14 PAGE 15 PAGE 16 PAGE 17 PAGE 18 PAGE 19 PAGE 20 PAGE 21 PAGE 22 PAGE 23 PAGE 24 2 ème Partie évolutions selon les tranches d âge capacim ville Par ville les ans les ans capacim Paris capacim argenteuil capacim boulogne-billancourt capacim cergy capacim créteil capacim évry capacim fontainebleau capacim massy capacim meaux capacim neuilly-sur-seine capacim saint-denis capacim versailles capacim vincennes Crédit Foncier / Université Paris-Dauphine 1

4 synthèse Pouvoir d achat immobilier des ménages français : une baisse disparate selon les âges Réalisée par l Université Paris-Dauphine et le Crédit Foncier, cette étude est consacrée à l évolution du pouvoir d achat immobilier selon l âge des ménages, à Paris et en Ile-de-France. Trois années d observation (correspondant à l enquête patrimoine de l INSEE) ont été retenues : 1998, 2004 et La mesure utilisée est celle du baromètre Capacim (CAPacité AChat IMmobilier). Développé depuis plusieurs années par l Université Paris-Dauphine et le Crédit Foncier, Capacim met en perspective l offre et la demande qualifiées en fonction de la structure des ménages (les besoins d un célibataire ne sont pas ceux d une famille avec trois enfants), des revenus et du patrimoine, puis analysées ville par ville en rapport au prix des différents types de biens sur le marché de l ancien. Cette méthode permet de calculer le pourcentage de ménages capables d acheter un bien immobilier pour se loger et adapté à leurs besoins (i.e. à la structure familiale). Paris et douze communes d Ile-de-France sont examinées à la loupe dans cette étude : Argenteuil, Boulogne-Billancourt, Cergy, Créteil, Evry, Fontainebleau, Massy, Meaux, Neuilly-sur-Seine, Saint-Denis, Versailles et Vincennes. 1) UN POUVOIR D ACHAT IMMOBILIER EN FORTE BAISSE ENTRE 1998 ET 2010 Sans surprise, sous l effet de la hausse des prix immobiliers, le pouvoir d achat des ménages a diminué. Cette baisse s inscrit entre 39 % à Paris et 12 % à Fontainebleau en douze ans. Plus précisément, toutes générations confondues, 44 % des ménages étaient en capacité d acheter un bien immobilier correspondant à leurs besoins à Paris en 1998 contre 27 % douze ans plus tard en Cette proportion de ménages en capacité de se loger passe également : - de 64 % (1998) à 57 % (2010) à Fontainebleau, de 73 % (1998) à 62 % (2010) à Saint-Denis et de 47 % (1998) à 39 % (2010) à Versailles, villes où la baisse de pouvoir d achat immobilier est la plus faible ; - de 49 % (1998) à 34 % (2010) à Vincennes, de 45 % (1998) à 31 % (2010) à Boulogne-Billancourt et de 75 % (1998) à 56 % (2010) à Argenteuil, villes où la baisse de pouvoir d achat immobilier est la plus élevée parmi les douze communes d Ile-de-France étudiées. 2) DE FORTS CLIVAGES GÉNÉRATIONNELS Corrélativement à cette baisse globale, il faut noter de très forts clivages entre générations. - Les quinquagénaires disposent en Ile-de-France du pouvoir d achat immobilier le plus important, ce qui correspond naturellement à une tranche d âge où les revenus et le patrimoine sont significativement plus élevés. En 2010, les deux tiers d entre eux en moyenne pouvaient acheter un bien immobilier correspondant à leurs besoins dans une des douze communes d Ile-de-France étudiées et la moitié (51 %) à Paris. - Pour les mêmes raisons (détention d un patrimoine immobilier notamment), ce sont ensuite les sexagénaires qui ont le plus de facilités à acheter un bien immobilier correspondant à leurs besoins ; lesquels sont également pour eux moins importants puisque les enfants ont quitté le domicile familial. - Si on fait abstraction des moins de 30 ans, dont les conditions financières sont par définition beaucoup plus faibles (salaires plus bas et absence d un patrimoine pouvant servir d apport), ce sont les trentenaires qui connaissent le plus de difficultés pour acquérir un bien immobilier correspondant à leurs besoins. En 2010, un tiers en moyenne des ans pouvaient acquérir un bien immobilier correspondant à leurs besoins dans une des douze communes d Ile-de-France étudiées et moins d un sur quatorze (7%) à Paris. Crédit Foncier / Université Paris-Dauphine 2

5 3) QUI S ACCENTUENT ENTRE 1998 ET 2010, AU DÉTRIMENT DES PLUS JEUNES Ces clivages générationnels se sont accentués de 1998 à En douze ans, le pouvoir d achat immobilier des ans a été divisé par trois en moyenne dans les douze villes d Ile-de-France étudiées, et est devenu quasiment nul à Paris (1 % en 2010). A l inverse, les plus de 65 ans ont perdu de 1998 à 2010 en moyenne seulement un dixième de leur pouvoir d achat immobilier dans les principales villes d Ile-de-France et un quart à Paris. En effet, ceux qui étaient déjà propriétaires en 1998, année caractérisée par un bas de cycle des prix immobiliers, ont bénéficié ensuite d une revalorisation de leur patrimoine immobilier. La valeur de leur patrimoine suivant l évolution des prix, leur capacité à acheter un nouveau bien immobilier pour se loger est donc restée importante. En revanche, ceux qui ne sont pas devenus propriétaires avant la hausse des années 2000 (les moins de 50 ans en 2010 avaient moins de 38 ans en 1998) ont de plus en plus de difficultés à le devenir. Dans les grandes villes où les prix ont fortement augmenté, la perte de pouvoir d achat immobilier est ainsi accentuée pour les générations les plus jeunes : - à Paris, la baisse de pouvoir d achat est de 34 % pour les ans, 51 % pour les ans, 65 % pour les ans, 71 % pour les ans, etc. - à Vincennes, la baisse de pouvoir d achat est de 26 % pour les ans, 40 % pour les ans, 55 % pour les ans, 62 % pour les ans, etc. Dans ces villes, beaucoup de ceux qui ne sont pas devenus propriétaires avant la forte hausse des prix ont peu de chance de le devenir. C est ce que montre l indicateur Capacim appliqué aux seuls primo-accédants : - à Paris, la proportion de ménages locataires en capacité d acheter un bien immobilier correspondant à leurs besoins s inscrit entre 1 % pour les ans (8 % lorsque les ans sont déjà propriétaires) à seulement 11 % pour les ans (65 % lorsque les ans sont déjà propriétaires) ; - à Vincennes, la proportion de ménages locataires en capacité d acheter un bien immobilier correspondant à leurs besoins s inscrit entre 1 % pour les ans (13 % lorsque les ans sont déjà propriétaires) à seulement 14 % pour les ans (76 % lorsque les ans sont déjà propriétaires). A l inverse dans les agglomérations où la hausse des prix a été nettement moins importante (Fontainebleau, Saint-Denis, Versailles et Cergy) la perte de pouvoir d achat immobilier touche de façon moins inégalitaire les générations. La forte hausse des prix immobiliers observée durant la première décennie des années 2000 a donc eu pour effet d accroître les disparités entre les générations dans les grandes villes d Ile-de-France. Crédit Foncier / Université Paris-Dauphine 3

6 méthodologie Réalisée en partenariat par l Université Paris-Dauphine et le Crédit Foncier, cette étude est consacrée à l évolution du pouvoir d achat immobilier par âge au cours des dernières années. L âge constitue en effet un déterminant important de la position d un ménage sur le marché immobilier. Trois années ont été observées et analysées : 1998, 2004 et Ce sont les années de référence retenues par l INSEE pour son enquête sur le patrimoine des Français et dont les données étaient nécessaires pour calculer le pouvoir d achat immobilier. La période étudiée par cette étude s inscrit par ailleurs quasiment entre un bas (1998) et un haut (2010) de cycle de prix immobiliers. Depuis 2010, et comme l a montré la dernière étude conjointe de l Université Paris-Dauphine et du Crédit Foncier (réalisée en septembre 2013), le pouvoir d achat immobilier est resté -à l exception de Paris- relativement stable ; l effet de la très forte baisse des taux d intérêt observé depuis lors a en effet eu un impact suffisant pour compenser la dégradation des conditions économiques des ménages. Les résultats obtenus seront détaillés sous deux angles : par âge selon des tranches de cinq ans (pour chaque ville étudiée, le pouvoir d achat immobilier des ans, ans, ans,, ans, plus de 65 ans est ainsi mesuré en 1998, 2004 puis en 2010) et par génération selon des années de naissance également regroupées par intervalle de cinq ans : le pouvoir d achat immobilier des personnes nées de 1928 à 1932, puis de 1933 à 1937,, de 1984 à 1998 a été également mesuré. La mesure du pouvoir d achat immobilier utilisée dans cette étude est celle du baromètre Capacim développé en partenariat depuis plusieurs années par l Université Paris-Dauphine et le Crédit Foncier. Capacim repose sur une analyse approfondie et une mise en perspective de l offre et de la demande : - la demande est notamment qualifiée en fonction de la structure des ménages (les besoins d un célibataire ne sont pas ceux d une famille avec trois enfants), des revenus et du patrimoine ; - puis analysée ville par ville par rapport aux prix des différents types de biens correspondants aux besoins des ménages, c est-à-dire un logement adapté la structure familiale. Cette méthode permet de calculer le pourcentage de ménages capables d acheter un bien immobilier pour se loger et adapté à leurs besoins (i.e. à la structure familiale). Un taux de 44 % à Paris en 1998 signifie qu à cette date 44 % de l ensemble des ménages étaient en capacité d acheter un bien immobilier correspondant à leurs besoins : un studio ou T1/T2 pour un célibataire ou un T4/T5 pour une famille avec trois enfants par exemple. Pour les besoins de l exercice, la population de référence est la population française prise dans son ensemble ; à noter pour cette étude un changement de méthodologie par rapport aux précédentes études Capacim pour lesquelles la population de référence était celle de la région administrative de la ville concernée. L éligibilité d un ménage est jugée par la confrontation du montant maximum empruntable à la valeur nominale du bien «idéal» pour ce ménage. Au préalable, pour chaque ménage, sa situation sur le marché du travail (actif occupé et nature du contrat de travail) détermine son accès à un prêt bancaire. Ses revenus combinés au niveau des taux de crédit immobiliers fixes, déterminent sa capacité de remboursement, tandis que son patrimoine financier et immobilier détermine son apport personnel. Sur la base d un horizon de remboursement fixé par hypothèse, à 15 ans, les capacités d achat sont évaluées individuellement. Dans la suite, est mesurée la capacité d acquisition de logements anciens en retenant uniquement les appartements. Dans chaque ville, les prix individuels du parc d appartements différentiés selon le type, sont comparés aux capacités d achat individuelles de chaque catégorie de ménages. Crédit Foncier / Université Paris-Dauphine 4

7 1 ère Partie : une baisse générale du Pouvoir d achat immobilier de 1998 à 2010 De manière générale, on observe une diminution significative du pouvoir d achat immobilier des ménages entre 1998 et 2010 : - En 1998, en moyenne, six ménages sur dix (de 75 % à Argenteuil à 27 % à Neuilly-sur-Seine) étaient en mesure d acquérir un bien immobilier correspondant à leurs besoins dans une des douze communes d Ile-de-France étudiées ; douze ans plus tard, en 2010, ils sont généralement cinq ménages sur dix (de 62 % à Saint-Denis à 21 % à Neuilly-sur-Seine) à pouvoir le faire. - A l extérieur du périphérique, c est à Vincennes que la chute du pouvoir d achat immobilier des ménages est la plus forte (de 49 % en 1998 à 34 % en 2010) et à Fontainebleau la moins marquée (de 64 % en 1998 à 57 % en 2010). - A Paris la chute du pouvoir d achat immobilier des ménages est très significative : en 1998, un peu moins de la moitié (44 %) des ménages étaient en capacité d acheter un bien immobilier correspondant à leurs besoins dans la capitale française ; ils ne représentent qu un peu plus du quart de la population (27 %) en CAPACIM toutes générations confondues Evolution du pouvoir d achat de 1998 à 2010 VILLES VILLES En points En % Paris 44 % 32 % 27 % Saint-Denis 73% 69% 62% Cergy 72% 63% 59% Meaux 73% 67% 58% Evry 71% 67% 57% Fontainebleau 64% 58% 57% Argenteuil 75% 56% Massy 61% 54% 50% Créteil 61% 55% 48% Versailles 47% 38% 39% Vincennes 49% 38% 34% Boulogne-Billancourt 45% 33% 31% Neuilly-sur-Seine 27% 20% 21% Paris - 17 pts - 39 % Saint-Denis - 11 pts - 15 % Cergy - 13 pts - 18 % Meaux - 15 pts - 21 % Evry - 14 pts - 19 % Fontainebleau - 7 pts - 12 % Argenteuil - 19 pts - 26 % Massy - 11 pts - 19 % Créteil - 13 pts - 20 % Versailles - 8 pts - 18 % Vincennes - 15 pts - 31 % Boulogne-Billancourt - 14 pts - 31 % Neuilly-sur-Seine - 6 pts - 24 % Cette baisse du pouvoir d achat immobilier de 1998 à 2010 s explique essentiellement par la hausse des prix immobiliers, ainsi que l effet de la crise au cours des dernières années. Cette hausse des prix immobiliers ne s est pas accompagnée d une augmentation identique des salaires même si la hausse de la durée des crédits et la baisse des taux d intérêt ont contribué à accroître la solvabilité des ménages pendant la même période. Crédit Foncier / Université Paris-Dauphine 5

8 2 ème Partie : évolutions selon les tranches d âge 80 % 79% 78% 70 % 70% 69% 63% 60 % 50 % 54% 55% 57% 53% 58% 52% 49% 40 % 30 % 20 % 10 % 2% 0 % 0,4% 28% 11% 3% 3% 13% 13% 4% 19% 7% >65 ans 38% 20% 35% 40% 36% n Saint-Denis n Fontainebleau n Cergy n Meaux 34% n Argenteuil n Evry n Massy n Créteil n Versailles n Vincennes n Boulogne- Billancourt n Paris n Neuillysur-Seine LES TRANCHES D ÂGE DONT LE POUVOIR D ACHAT EST LE PLUS ÉLEVÉ Quelle que soit l année d observation (1998, 2004 ou 2010), ce sont les quinquagénaires qui disposent en France du pouvoir d achat immobilier le plus important. Cela correspond naturellement à une tranche d âge où revenus et patrimoine sont significativement plus élevés. Sur l ensemble du territoire, les quinquagénaires ont donc plus de facilité à acquérir un bien immobilier correspondant à leurs besoins : - Les quinquagénaires affichaient en 2010 un patrimoine moyen net par ménage égal à euros, supérieur de 32 % à la moyenne observée en France toutes générations confondues ( euros). - Ils sont également pour trois quarts d entre eux (73 % en 2010) déjà propriétaires ; la hausse des prix de l immobilier a donc un plus faible impact sur leur pouvoir d achat immobilier puisqu elle se répercute directement dans leur patrimoine au travers du ou des biens déjà détenus. - Les salaires des quinquagénaires sont également parmi les plus élevés. Les ans disposaient en 2010 d un des scores les plus élevés dans les douze communes d Ile-de-France étudiées : 79 % à Saint-Denis, 75 % à Cergy, Fontainebleau et Meaux, 74 % à Argenteuil et Evry, 69 % à Massy, 68 % à Créteil, 59% à Versailles, 53 % à Vincennes, 50 % à Boulogne-Billancourt et 35 % à Neuilly-sur-Seine. A Paris en 2010, 45 % des ans étaient en capacité d acheter un bien immobilier correspondant à leurs besoins. Pour les mêmes raisons (détention d un patrimoine immobilier notamment), ce sont ensuite les sexagénaires qui ont le plus de facilités à acheter un bien immobilier correspondant à leurs besoins. Leurs besoins de logement deviennent également moins importants puisque les enfants de ces ménages ont quitté le domicile familial. Cela contribue à améliorer leur pouvoir d achat immobilier et à compenser pour partie la diminution de revenus enregistrée généralement à partir de cet âge. Crédit Foncier / Université Paris-Dauphine 6

9 LES TRANCHES D ÂGE DONT LE POUVOIR D ACHAT EST LE MOINS ÉLEVÉ Si on fait abstraction des moins de 30 ans, dont les conditions financières sont par définition beaucoup plus faibles (salaires plus faibles et absence d un patrimoine pouvant servir d apport), ce sont les trentenaires qui connaissent aujourd hui le plus de difficultés. Les ans sont en particulier nettement à la peine. En 2010, en moyenne un tiers des ans étaient en capacité d acheter un bien immobilier correspondant à leurs besoins dans une des communes d Ile-de-France (de 3 % à Neuilly-sur-Seine à 55 % à Saint-Denis), et moins d un sur quatorze (7 %) à Paris! LES ÉVOLUTIONS PAR ÂGE ENTRE 1998 ET 2010 Si, entre 1998 et 2010, le pouvoir d achat immobilier moyen a baissé de façon générale, il est surtout intéressant de noter que cette baisse est très inégalitaire entre les générations. Cette baisse est beaucoup plus accentuée pour les tranches d âge les plus jeunes. En douze ans, le pouvoir d achat immobilier des ans a été divisé par trois en moyenne dans les principales communes d Ile-de-France et est devenu quasiment nul à Paris : Capacim, y était en moyenne égal à 20 % en 1998, a ainsi chuté à 1 % en 2010! A l autre extrême de la population, cette baisse est beaucoup moins importante : les plus de 65 ans ont perdu en douze ans en moyenne un dixième de leur pouvoir d achat immobilier dans les principales communes d Ile-de-France et un quart de leur pouvoir d achat immobilier à Paris (Capacim y était en moyenne égal à 57 % en 1998, puis à 43 % en 2010). La principale explication réside dans le fait que ceux qui étaient déjà propriétaires en 1998 ont vu par la suite leur patrimoine immobilier se valoriser du fait de la hausse des prix. Leur capacité à acheter un nouveau bien immobilier pour se loger (achat par exemple d un appartement avec une ou deux pièces en plus pour accompagner l arrivée d enfants dans le foyer ; ou à l inverse achat d un logement à la surface plus petite à partir de 60 ans) est donc restée importante. En revanche, ceux qui ne sont pas devenus propriétaires avant la hausse des prix intervenue au cours des années 2000 (les moins de 50 ans en 2010 avaient moins de 38 ans en 1998) ont de plus en plus de difficultés à acheter un bien correspondant à leurs besoins. Ce phénomène est particulièrement observable dans certaines grandes villes où les prix ont fortement évolué à la hausse : - à Paris, la baisse de pouvoir d achat est de 34 % pour les ans, de 51 % pour les ans, 65 % pour les ans, 71 % pour les ans, etc. - à Neuilly-sur-Seine, la baisse de pouvoir d achat est de 32 % pour les ans, de 44 % pour les ans, 57 % pour les ans, 69 % pour les ans, etc. - à Boulogne-Billancourt, la baisse de pouvoir d achat est de 28 % pour les ans, de 42 % pour les ans, 57 % pour les ans, 62 % pour les ans, etc. CAPACIM ans ans Cœfficient Neuilly s/seine multiplicateur % 51 % x 3, % 35 % x 11,2 A Neuilly-sur-Seine, en 1998 les ans avaient une capacité d achat immobilier (51 %) égale au triple (x 3,4) de celle des ans (15 %). Cet écart s est considérablement accru dans le temps : en 2010 la capacité d achat immobilier des ans (35 %), bien qu en baisse, est désormais plus de 11 fois supérieure à celle des ans (3 %)! A l inverse dans les agglomérations où la hausse des prix a été nettement moins importante la perte de pouvoir d achat immobilier touche de façon moins inégalitaire les générations. A Fontainebleau, la baisse de capacité d achat immobilier entre 1998 et 2010 est égale à 10 % pour les ans contre 24 % pour les ans. CAPACIM ans ans Cœfficient Fontainebleau multiplicateur % 83 % x 1, % 75 % x 1,6 Crédit Foncier / Université Paris-Dauphine 7

10 capacim ville Par ville Paris et 12 communes d ile-de-france Crédit Foncier / Université Paris-Dauphine 8

11 comment lire les graphiques des Pages suivantes Capitale de la France, Paris est la première ville française en nombre d habitants ( en 2011 ; source INSEE). Générations n 1928 n 1933 n n 1948 n 1953 n 1958 n 1963 n 1968 n 1973 n 1978 n 1984 Les ans avaient une capacité d achat sur Paris de : - 32 % en % en % en 2010 Courbe du pouvoir d achat immobilier en 2010 Sur Paris : - La génération 1948 qui avait entre 45 et 50 ans en 1998 détenait une capacité d achat de 56%. - Cette même génération en 2004, âgée de 50 à 55 ans, avait également une capacité d achat de 56 %. - En 2010, 51 % de la génération de 1948, alors âgée de 55 à 60 ans, étaient en capacité d acheter un bien correspondant à leurs besoins. Courbe du pouvoir d achat immobilier en 2004 Courbe du pouvoir d achat immobilier en 1998 Crédit Foncier / Université Paris-Dauphine 9

12 évolution du Pouvoir d achat immobilier entre des ans Saint-Denis 55% Neuilly-sur-Seine 15% 3% Boulogne-Billancourt 32% 10% Paris 32% 7% Vincennes 37% 13% Créteil 57% 32% Cergy 52% Argenteuil 79% 46% Saint-Denis 76% Meaux 50% Neuilly-sur-Seine Paris Boulogne-Billancourt Vincennes Versailles 35% 19% 57% Créteil Massy 35% Evry 49% Fontainebleau 59% 45% Légende : CAPACIM 1998 CAPACIM 2010 Note de lecture pour exemple : Paris n 32% 7% A Paris en 1998, 32 % des ménages entre 30 et 35 ans étaient en mesure d acquérir un bien immobilier correspondant à leurs besoins. Ils n étaient plus que 7 % en Crédit Foncier / Université Paris-Dauphine 10

13 évolution du Pouvoir d achat immobilier entre des ans Saint-Denis 88% 79% Neuilly-sur-Seine 51% 35% Boulogne-Billancourt 50% Paris 45% Vincennes 72% 53% Créteil 81% 87% Cergy 75% Argenteuil 89% Saint-Denis 88% Meaux 75% Neuilly-sur-Seine Paris Boulogne-Billancourt Vincennes Versailles 70% 59% 81% Créteil Massy 69% 87% Evry Fontainebleau 83% 75% Légende : CAPACIM 1998 CAPACIM 2010 Note de lecture pour exemple : Paris n 45% A Paris en 1998, 68 % des ménages entre 50 et 55 ans étaient en mesure d acquérir un bien immobilier correspondant à leurs besoins. Ils n étaient plus que 45 % en Crédit Foncier / Université Paris-Dauphine 11

14 Paris Capitale de la France, Paris est la première ville française en nombre d habitants ( en 2011 ; source INSEE). Evolutions observées par âge à Paris CAPACIM POPULATION GLOBALE % 32 % 27 % 69% 56% 56% 61% 59% 57% % 3% 1% 40% 17% 6% 32% 14% 7% 27% 14% 8% 33% 18% 12% >65 ans Générations n 1928 n 1933 n n 1948 n 1953 n 1958 n 1963 n 1968 n 1973 n 1978 n 1984 De 1998 à 2010, à Paris, le pouvoir d achat immobilier de chaque tranche d âge a fortement diminué : - En 1998, 32 % des ménages entre 30 et 35 ans étaient en mesure d acquérir un bien immobilier correspondant à leurs besoins ; ils n étaient plus que 14 % en 2004, puis seulement 7 % en 2010, soit une division par 4,6 de la population éligible en douze ans. La baisse est encore plus brutale pour les ans, dont le pouvoir d achat passe de 40 % à 6 % soit une division par près de sept en douze ans! - En 1998, 68 % des ménages entre 50 et 55 ans étaient en mesure d acquérir un bien immobilier correspondant à leurs besoins ; ils n étaient plus que 56 % en 2004, puis 45 % en Paris se distingue par de véritables clivages selon les tranches d âge : - Jusqu à l âge de 45 ans, l achat d un bien immobilier pour se loger constitue désormais une exception : moins d une personne sur quatorze pour les trentenaires et moins d une personne sur huit pour ceux âgés entre 40 et 45 ans étaient en mesure de le faire en Le pouvoir d achat double pour les ménages entre 45 et 50 ans, bien qu à un niveau encore très faible puisqu il concerne un peu plus d une personne sur quatre (27 %) en Ce n est qu à partir de 50 ans qu une personne sur deux (ou presque) est en mesure de se loger à Paris : 45 % pour les ans, 51 % pour les ans, 46 % pour les ans. La hausse significative des prix immobiliers dans les villes les plus importantes a eu pour effet d accroître la capacité d achat entre ceux qui sont déjà propriétaires (secundo-accédants) et ceux qui ne le sont pas encore (primoaccédants). A Paris, 41 % des ans qui sont déjà propriétaires peuvent acheter un nouveau bien pour se loger contre seulement 7 % pour ceux qui sont encore locataires. CAPACIM >65 Général* 1% 6% 7% 8% 12% 27% 45% 51% 46% 43% Primo-accédant* 1% 5% 4% 4% 4% 7% 11% 10% 7% 5% (locataire) Secundo-accédant* 8% 11% 12% 12% 18% 41% 65% 73% 61% 56% (déjà propriétaire) * Population française Crédit Foncier / Université Paris-Dauphine 12 36% 27% 45% 51% 46% 43% 44% 43%

15 argenteuil Sous-préfecture du département du Val-d Oise, Argenteuil est la quatrième commune d Ile-de-France en nombre d habitants ( en 2011 ; source INSEE). Evolutions observées par âge à Argenteuil CAPACIM POPULATION GLOBALE % 68 % 56 % 76% 66% 79% 82% 70% 85% 89% 82% 89% 86% 86% 84% 76% 69% 73% 67% 44% % 14% % 46% 51% 58% 69% 66% 65% Générations n 1928 n 1933 n n 1948 n 1953 n 1958 n 1963 n 1968 n 1973 n 1978 n >65 ans De 1998 à 2010, à Argenteuil, le pouvoir d achat immobilier de chaque tranche d âge a fortement diminué : - En 1998, 79 % des ménages entre 30 et 35 ans étaient en mesure d acquérir un bien immobilier correspondant à leurs besoins ; ils n étaient plus que 68 % en 2004, puis 46 % en En 1998, 89 % des ménages entre 50 et 55 ans étaient en mesure d acquérir un bien immobilier correspondant à leurs besoins ; ils étaient 86 % en 2004, puis 74 % en En 1998, la capacité d achat immobilière des ans (89 %) était de 1,1 fois supérieure à celle des ans (79 %). Douze ans plus tard, l écart générationnel s est accru : en 2010, la capacité d achat immobilière des ans (74 %) était en effet de 1,6 fois supérieure à celle des ans (46 %). La hausse significative des prix immobiliers dans les villes les plus importantes a eu pour effet d accroître la capacité d achat entre ceux qui sont déjà propriétaires (secundo-accédants) et ceux qui ne le sont pas encore (primoaccédants). A Argenteuil, 76 % des ans qui sont déjà propriétaires peuvent acheter un nouveau bien pour se loger contre seulement 26 % pour ceux qui sont encore locataires. CAPACIM >65 Général* 14% 40% 46% 51% 58% 69% 66% 65% Primo-accédant* 12% 32% 31% 26% 25% 33% 35% 30% 14% 9% (locataire) Secundo-accédant* 45% 67% 76% 86% 94% 97% 96% 86% 84% (déjà propriétaire) * Population française Crédit Foncier / Université Paris-Dauphine 13

16 boulogne-billancourt Sous-préfecture du département des Hauts-de-Seine, Boulogne-Billancourt est la deuxième commune d Ile-de France en nombre d habitants ( en 2011 ; source INSEE). Evolutions observées par âge à Boulogne-Billancourt CAPACIM POPULATION GLOBALE % 33 % 31 % 69% 60% 58% 62% 58% 55% 18% % % 39% 18% 8% 32% 16% 10% 29% 16% 11% 36% 21% 16% 40% 34% 50% 55% 44% 49% 44% 46% Générations n 1928 n 1933 n n 1948 n 1953 n 1958 n 1963 n 1968 n 1973 n 1978 n >65 ans De 1998 à 2010, à Boulogne-Billancourt, le pouvoir d achat immobilier de chaque tranche d âge a fortement diminué : - En 1998, 32 % des ménages entre 30 et 35 ans étaient en mesure d acquérir un bien immobilier correspondant à leurs besoins ; ils n étaient plus que 16 % en 2004, puis 10 % en En 1998, 68 % des ménages entre 50 et 55 ans étaient en mesure d acquérir un bien immobilier correspondant à leurs besoins ; ils n étaient plus que 58 % en 2004, puis 50 % en En 1998, la capacité d achat immobilière des ans (68 %) était de 2,1 fois supérieure à celle des ans (32 %). Douze ans plus tard, l écart générationnel s est accru : en 2010, la capacité d achat immobilière des ans (50 %) était en effet de 4,9 fois supérieure à celle des ans (10 %). En Ile-de-France, c est à Boulogne-Billancourt (-30,9 % entre 1998 et 2010) que la baisse du pouvoir d achat immobilier des ménages est la plus forte. La hausse significative des prix immobiliers dans les villes les plus importantes a eu pour effet d accroître la capacité d achat entre ceux qui sont déjà propriétaires (secundo-accédants) et ceux qui ne le sont pas encore (primoaccédants). A Boulogne-Billancourt, 17 % des ans qui sont déjà propriétaires peuvent acheter un nouveau bien pour se loger contre seulement 5 % pour ceux qui sont encore locataires. CAPACIM >65 Général* 1% 8% 10% 11% 16% 34% 50% 55% 49% 46% Primo-accédant* 1% 6% 6% 5% 5% 9% 12% 11% 8% 6% (locataire) Secundo-accédant* 10% 15% 16% 17% 25% 52% 72% 78% 65% 60 % (déjà propriétaire) * Population française Crédit Foncier / Université Paris-Dauphine 14

17 cergy Préfecture du département du Val-d Oise, Cergy comptait habitants en 2011 (source INSEE). Evolutions observées par âge à Cergy CAPACIM POPULATION GLOBALE % 63 % 59 % 39% % % 70% 59% 45% 62% 52% 78% 64% 57% 82% 69% 63% 87% 78% 72% 87% 83% 75% 84% 75% 81% 73% 66% 65% 69% 64% 65% Générations n 1928 n 1933 n n 1948 n 1953 n 1958 n 1963 n 1968 n 1973 n 1978 n >65 ans De 1998 à 2010, à Cergy, le pouvoir d achat immobilier de chaque tranche d âge a diminué : - En 1998, 74 % des ménages entre 30 et 35 ans étaient en mesure d acquérir un bien immobilier correspondant à leurs besoins ; ils n étaient plus que 62 % en 2004, puis 52 % en En 1998, 87 % des ménages entre 50 et 55 ans étaient en mesure d acquérir un bien immobilier correspondant à leurs besoins ; ils étaient 83 % en 2004, puis 75 % en En 1998, la capacité d achat immobilière des ans (87 %) était de 1,2 fois supérieure à celle des ans (74 %). Douze ans plus tard, l écart générationnel s est accru : en 2010, la capacité d achat immobilière des ans (75 %) était en effet de 1,5 fois supérieure à celle des ans (52 %). La hausse significative des prix immobiliers dans les villes les plus importantes a eu pour effet d accroître la capacité d achat entre ceux qui sont déjà propriétaires (secundo-accédants) et ceux qui ne le sont pas encore (primoaccédants). A Cergy, 84 % des ans qui sont déjà propriétaires peuvent acheter un nouveau bien pour se loger contre seulement 31 % pour ceux qui sont encore locataires. CAPACIM >65 Général* 16% 45% 52% 57% 63% 72% 75% 75% 66% 65% Primo-accédant* 15% 36% 35% 31% 30% 37% 38% 33% 15% 10% (locataire) Secundo-accédant* 46% 73% 76% 84% 91% 97% 98% 96% 86% 84% (déjà propriétaire) * Population française Crédit Foncier / Université Paris-Dauphine 15

18 créteil Préfecture du département du Val-de-Marne, Créteil est la sixième commune de la région Ile-de-France en nombre d habitants ( en 2011 ; source INSEE). Evolutions observées par âge à Créteil CAPACIM POPULATION GLOBALE % 55 % 48 % 79% 81% 79% 28% % 4% % 44% 25% 57% 46% 32% 58% 50% 38% 65% 57% 47% 70% 63% 78% 76% 67% 61% 59% 63% 59% Générations n 1928 n 1933 n n 1948 n 1953 n 1958 n 1963 n 1968 n 1973 n 1978 n >65 ans De 1998 à 2010, à Créteil, le pouvoir d achat immobilier de chaque tranche d âge a fortement diminué : - En 1998, 57 % des ménages entre 30 et 35 ans étaient en mesure d acquérir un bien immobilier correspondant à leurs besoins ; ils n étaient plus que 46 % en 2004, puis 32 % en En 1998, 81 % des ménages entre 50 et 55 ans étaient en mesure d acquérir un bien immobilier correspondant à leurs besoins ; ils étaient 78 % en 2004, puis 68 % en En 1998, la capacité d achat immobilière des ans (81 %) était de 1,4 fois supérieure à celle des ans (57 %). Douze ans plus tard, l écart générationnel s est accru : en 2010, la capacité d achat immobilière des ans (68 %) était en effet de 2,1 fois supérieure à celle des ans (32 %). La hausse significative des prix immobiliers dans les villes les plus importantes a eu pour effet d accroître la capacité d achat entre ceux qui sont déjà propriétaires (secundo-accédants) et ceux qui ne le sont pas encore (primoaccédants). A Créteil, 60 % des ans qui sont déjà propriétaires peuvent acheter un nouveau bien pour se loger contre seulement 15 % pour ceux qui sont encore locataires. CAPACIM >65 Général* 4% 25% 32% 38% 47% 63% 61% 59% Primo-accédant* 2% 17% 17% 15% 15% 23% 24% 20% 11% 7% (locataire) Secundo-accédant* 26% 50% 54% 60% 75% 90% 94% 93% 81% 77% (déjà propriétaire) * Population française Crédit Foncier / Université Paris-Dauphine 16

19 évry Préfecture du département de l Essonne, Evry comptait habitants en 2011 (source INSEE). Evolutions observées par âge à Evry CAPACIM POPULATION GLOBALE % 67 % 57 % 38% % % 70% 65% 41% 49% 77% 72% 56% 81% 76% 62% 87% 82% 71% 87% 84% 86% 83% 72% 66% 65% 66% Générations n 1928 n 1933 n n 1948 n 1953 n 1958 n 1963 n 1968 n 1973 n 1978 n >65 ans De 1998 à 2010, à Evry, le pouvoir d achat immobilier de chaque tranche d âge a diminué : - En 1998, 74 % des ménages entre 30 et 35 ans étaient en mesure d acquérir un bien immobilier correspondant à leurs besoins ; ils n étaient plus que 68 % en 2004, puis 49 % en En 1998, 87 % des ménages entre 50 et 55 ans étaient en mesure d acquérir un bien immobilier correspondant à leurs besoins ; ils étaient 86 % en 2004, puis 74 % en En 1998, la capacité d achat immobilière des ans (87 %) était de 1,2 fois supérieure à celle des ans (74 %). Douze ans plus tard, l écart générationnel s est accru : en 2010, la capacité d achat immobilière des ans (74 %) était en effet de 1,5 fois supérieure à celle des ans (49 %). La hausse significative des prix immobiliers dans les villes les plus importantes a eu pour effet d accroître la capacité d achat entre ceux qui sont déjà propriétaires (secundo-accédants) et ceux qui ne le sont pas encore (primoaccédants). A Evry, 85 % des ans qui sont déjà propriétaires peuvent acheter un nouveau bien pour se loger contre seulement 27 % pour ceux qui sont encore locataires. CAPACIM >65 Général* 13% 41% 49% 56% 62% 71% 66% 65% Primo-accédant* 11% 31% 31% 27% 27% 34% 35% 29% 15% 10% (locataire) Secundo-accédant* 47% 72% 77% 85% 91% 96% 98% 96% 86% 84% (déjà propriétaire) * Population française Crédit Foncier / Université Paris-Dauphine 17

20 fontainebleau Sous-préfecture du département de Seine-et-Marne, Fontainebleau comptait habitants en 2011 (source INSEE). CAPACIM POPULATION GLOBALE Evolutions observées par âge à Fontainebleau 64 % 58 % 57 % 80% 83% 82% 72% 81% 80% 72% 38% % 20% % 59% 54% 49% 46% 45% 59% 50% 47% 66% 57% 54% 69% 75% 75% 69% 65% 67% 64% 66% Générations n 1928 n 1933 n n 1948 n 1953 n 1958 n 1963 n 1968 n 1973 n 1978 n >65 ans De 1998 à 2010, à Fontainebleau, le pouvoir d achat immobilier de chaque tranche d âge a diminué : - En 1998, 59 % des ménages entre 30 et 35 ans étaient en mesure d acquérir un bien immobilier correspondant à leurs besoins ; ils n étaient plus que 49 % en 2004, puis 45 % en En 1998, 83 % des ménages entre 50 et 55 ans étaient en mesure d acquérir un bien immobilier correspondant à leurs besoins ; ils étaient 81 % en 2004, puis 75 % en En 1998, la capacité d achat immobilière des ans (83 %) était de 1,4 fois supérieure à celle des ans (59 %). Douze ans plus tard, l écart générationnel s est accru : en 2010, la capacité d achat immobilière des ans (75 %) était en effet de 1,6 fois supérieure à celle des ans (45 %). C est à Saint-Denis (-15,4 % entre 1998 et 2010) et Fontainebleau (-12,3 %) que la baisse du pouvoir d achat immobilier des ménages est la plus modérée parmi les communes d Ile-de France. La hausse significative des prix immobiliers dans les villes les plus importantes a eu pour effet d accroître la capacité d achat entre ceux qui sont déjà propriétaires (secundo-accédants) et ceux qui ne le sont pas encore (primoaccédants). A Fontainebleau, 65 % des ans qui sont déjà propriétaires peuvent acheter un nouveau bien pour se loger contre seulement 29 % pour ceux qui sont encore locataires. CAPACIM >65 Général* 20% 46% 45% 47% 54% 69% 75% 75% 67% 66% Primo-accédant* 19% 39% 35% 29% 28% 36% 39% 33% 16% 11% (locataire) Secundo-accédant* 48% 65% 60% 65% 77% 91% 96% 96% 87% 85% (déjà propriétaire) * Population française Crédit Foncier / Université Paris-Dauphine 18

21 massy Troisième commune du département de l Essonne, Massy comptait habitants en 2011 (source INSEE). Evolutions observées par âge à Massy CAPACIM POPULATION GLOBALE % 54 % 50 % 79% 81% 78% 56% 43% % 18% 26% % 57% 46% 35% 60% 41% 51% 67% 57% 50% 70% 64% 78% 69% 76% 66% 57% 62% 63% 58% 60% Générations n 1928 n 1933 n n 1948 n 1953 n 1958 n 1963 n 1968 n 1973 n 1978 n >65 ans De 1998 à 2010, à Massy, le pouvoir d achat immobilier de chaque tranche d âge a diminué : - En 1998, 57 % des ménages entre 30 et 35 ans étaient en mesure d acquérir un bien immobilier correspondant à leurs besoins ; ils n étaient plus que 46 % en 2004, puis 35 % en En 1998, 81 % des ménages entre 50 et 55 ans étaient en mesure d acquérir un bien immobilier correspondant à leurs besoins ; ils étaient 78 % en 2004, puis 69 % en En 1998, la capacité d achat immobilière des ans (81 %) était de 1,4 fois supérieure à celle des ans (57 %). Douze ans plus tard, l écart générationnel s est accru : en 2010, la capacité d achat immobilière des ans (69 %) était en effet de 2 fois supérieure à celle des ans (35 %). La hausse significative des prix immobiliers dans les villes les plus importantes a eu pour effet d accroître la capacité d achat entre ceux qui sont déjà propriétaires (secundo-accédants) et ceux qui ne le sont pas encore (primoaccédants). A Massy, 66 % des ans qui sont déjà propriétaires peuvent acheter un nouveau bien pour se loger contre seulement 16 % pour ceux qui sont encore locataires. CAPACIM >65 Général* 4% 26% 35% 41% 50% 64% 69% 62% 60% Primo-accédant* 3% 18% 18% 16% 16% 24% 25% 21% 11% 8% (locataire) Secundo-accédant* 26% 54% 59% 66% 79% 91% 95% 93% 81% 78% (déjà propriétaire) * Population française Crédit Foncier / Université Paris-Dauphine 19

22 meaux Sous-préfecture du département de Seine-et-Marne, Meaux est la deuxième commune du département en nombre d habitants ( en 2011 ; source INSEE). Evolutions observées par âge à Meaux CAPACIM POPULATION GLOBALE % 67 % 58 % 40% % % 72% 63% 41% 76% 67% 50% 81% 70% 56% 83% 75% 62% 88% 81% 71% 88% 85% 75% 85% 83% 66% 67% 70% 64% 66% Générations n 1928 n 1933 n n 1948 n 1953 n 1958 n 1963 n 1968 n 1973 n 1978 n >65 ans De 1998 à 2010, à Meaux, le pouvoir d achat immobilier de chaque tranche d âge a fortement diminué : - En 1998, 76 % des ménages entre 30 et 35 ans étaient en mesure d acquérir un bien immobilier correspondant à leurs besoins ; ils n étaient plus que 67 % en 2004, puis 50 % en En 1998, 88 % des ménages entre 50 et 55 ans étaient en mesure d acquérir un bien immobilier correspondant à leurs besoins ; ils étaient 85 % en 2004, puis 75 % en En 1998, la capacité d achat immobilière des ans (88 %) était de 1,2 fois supérieure à celle des ans (76 %). Douze ans plus tard, l écart générationnel s est accru : en 2010, la capacité d achat immobilière des ans (75 %) était en effet de 1,5 fois supérieure à celle des ans (50 %). La hausse significative des prix immobiliers dans les villes les plus importantes a eu pour effet d accroître la capacité d achat entre ceux qui sont déjà propriétaires (secundo-accédants) et ceux qui ne le sont pas encore (primoaccédants). A Meaux, 83 % des ans qui sont déjà propriétaires peuvent acheter un nouveau bien pour se loger contre seulement 29 % pour ceux qui sont encore locataires. CAPACIM >65 Général* 14% 41% 50% 56% 62% 71% 75% 66% 64% Primo-accédant* 12% 32% 32% 29% 28% 35% 36% 31% 14% 9% (locataire) Secundo-accédant* 47% 71% 75% 83% 91% 96% 98% 96% 86% 83% (déjà propriétaire) * Population française Crédit Foncier / Université Paris-Dauphine 20

23 neuilly-sur-seine Commune du département des Hauts-de-Seine, Neuilly-sur-Seine comptait habitants en 2011 (source INSEE). Evolutions observées par âge à Neuilly-sur-Seine CAPACIM POPULATION GLOBALE % 20 % 21 % 51% 51% 46% 3% % ,4% 15% 15% 6% 6% 3% 3% 13% 6% 4% 17% 9% 7% 36% 24% 20% 41% 35% 40% 40% 36% 30% 39% 34% 29% Générations n 1928 n 1933 n n 1948 n 1953 n 1958 n 1963 n 1968 n 1973 n 1978 n >65 ans De 1998 à 2010, à Neuilly-sur-Seine, le pouvoir d achat immobilier de chaque tranche d âge a fortement diminué : - En 1998, 15 % des ménages entre 30 et 35 ans étaient en mesure d acquérir un bien immobilier correspondant à leurs besoins ; ils n étaient plus que 6 % en 2004, puis 3 % en En 1998, 51 % des ménages entre 50 et 55 ans étaient en mesure d acquérir un bien immobilier correspondant à leurs besoins ; ils n étaient plus que 41 % en 2004, puis 35 % en En 1998, la capacité d achat immobilière des ans (51 %) était de 3,4 fois supérieure à celle des ans (15 %). Douze ans plus tard, l écart générationnel s est accru : en 2010, la capacité d achat immobilière des ans (35 %) était en effet de 11,2 fois supérieure à celle des ans (3 %). La hausse significative des prix immobiliers dans les villes les plus importantes a eu pour effet d accroître la capacité d achat entre ceux qui sont déjà propriétaires (secundo-accédants) et ceux qui ne le sont pas encore (primoaccédants). A Neuilly-sur-Seine, 6 % des ans qui sont déjà propriétaires peuvent acheter un nouveau bien pour se loger contre seulement 2 % pour ceux qui sont encore locataires. CAPACIM >65 Général* 0,4% 3% 3% 4% 7% 20% 35% 40% 36% 34% Primo-accédant* 0,3% 2% 2% 2% 2% 4% 7% 7% 5% 4% (locataire) Secundo-accédant* 1% 5% 5% 6% 12% 31% 51% 58% 48% 44% (déjà propriétaire) * Population française Crédit Foncier / Université Paris-Dauphine 21

24 saint-denis Sous-préfecture du département de la Seine-Saint-Denis, Saint-Denis est la troisième ville d Ile-de-France en nombre d habitants ( en 2011 ; source INSEE). Evolutions observées par âge à Saint-Denis CAPACIM POPULATION GLOBALE % 69 % 62 % 87% 88% 86% 44% % 28% % 55% 75% 57% 79% 82% 73% 63% 86% 79% 85% 78% 77% 70% 71% 69% 70% Générations n 1928 n 1933 n n 1948 n 1953 n 1958 n 1963 n 1968 n 1973 n 1978 n >65 ans De 1998 à 2010, à Saint-Denis, le pouvoir d achat immobilier de chaque tranche d âge a diminué : - En 1998, 74 % des ménages entre 30 et 35 ans étaient en mesure d acquérir un bien immobilier correspondant à leurs besoins ; ils n étaient plus que 68 % en 2004, puis 55 % en En 1998, 88 % des ménages entre 50 et 55 ans étaient en mesure d acquérir un bien immobilier correspondant à leurs besoins ; ils étaient 86 % en 2004, puis 79 % en En 1998, la capacité d achat immobilière des ans (88 %) était de 1,2 fois supérieure à celle des ans (74 %). Douze ans plus tard, l écart générationnel s est accru : en 2010, la capacité d achat immobilière des ans (79 %) était en effet de 1,4 fois supérieure à celle des ans (55 %). C est à Saint-Denis (-15,4 % entre 1998 et 2010) et Fontainebleau (-12,3 %) que la baisse du pouvoir d achat immobilier des ménages est la plus modérée parmi les communes d Ile-de-France. La hausse significative des prix immobiliers dans les villes les plus importantes a eu pour effet d accroître la capacité d achat entre ceux qui sont déjà propriétaires (secundo-accédants) et ceux qui ne le sont pas encore (primoaccédants). A Saint-Denis, 78 % des ans qui sont déjà propriétaires peuvent acheter un nouveau bien pour se loger contre seulement 36 % pour ceux qui sont encore locataires. CAPACIM >65 Général* 28% 54% 55% 57% 63% 79% 78% 70% 69% Primo-accédant* 26% 47% 42% 36% 35% 43% 47% 40% 20% 13% (locataire) Secundo-accédant* 59% 76% 75% 78% 86% 95% 98% 97% 90% 88% (déjà propriétaire) * Population française Crédit Foncier / Université Paris-Dauphine 22

25 versailles Préfecture du département des Yvelines, Versailles comptait habitants en 2011 (source INSEE). Evolutions observées par âge à Versailles CAPACIM POPULATION GLOBALE % 38 % 39 % 70% 71% 62% 64% 67% 63% 60% 57% 46% 59% 56% 50% 20% % % 41% 26% 17% 35% 23% 19% 32% 21% 19% 40% 27% 25% 49% 55% Générations n 1928 n 1933 n n 1948 n 1953 n 1958 n 1963 n 1968 n 1973 n 1978 n >65 ans De 1998 à 2010, à Versailles, le pouvoir d achat immobilier de chaque tranche d âge a diminué : - En 1998, 35 % des ménages entre 30 et 35 ans étaient en mesure d acquérir un bien immobilier correspondant à leurs besoins ; ils n étaient plus que 23 % en 2004, puis 19 % en En 1998, 70 % des ménages entre 50 et 55 ans étaient en mesure d acquérir un bien immobilier correspondant à leurs besoins ; ils étaient 64 % en 2004, puis 59 % en En 1998, la capacité d achat immobilière des ans (70 %) était de 2 fois supérieure à celle des ans (35 %). Douze ans plus tard, l écart générationnel s est accru : en 2010, la capacité d achat immobilière des ans (59 %) était en effet de 3,1 fois supérieure à celle des ans (19 %). La hausse significative des prix immobiliers dans les villes les plus importantes a eu pour effet d accroître la capacité d achat entre ceux qui sont déjà propriétaires (secundo-accédants) et ceux qui ne le sont pas encore (primoaccédants). A Versailles, 28 % des ans qui sont déjà propriétaires peuvent acheter un nouveau bien pour se loger contre seulement 9 % pour ceux qui sont encore locataires. CAPACIM >65 Général* 3% 17% 19% 19% 25% 46% 59% 63% 56% 55% Primo-accédant* 2% 12% 12% 9% 9% 15% 18% 16% 9% 7% (locataire) Secundo-accédant* 18% 32% 29% 28% 39% 67% 83% 87% 75% 71% (déjà propriétaire) * Population française Crédit Foncier / Université Paris-Dauphine 23

26 vincennes Commune du département du Val-de-Marne, Vincennes comptait habitants en 2011 (source INSEE). Evolutions observées par âge à Vincennes CAPACIM POPULATION GLOBALE % 38 % 34 % 72% 73% 64% 63% 66% 62% 59% 25% % 2% % 26% 11% 37% 22% 13% 34% 20% 13% 42% 26% 19% 45% 53% 38% 58% 52% 48% 49% Générations n 1928 n 1933 n n 1948 n 1953 n 1958 n 1963 n 1968 n 1973 n 1978 n >65 ans De 1998 à 2010, à Vincennes, le pouvoir d achat immobilier de chaque tranche d âge a fortement diminué : - En 1998, 37 % des ménages entre 30 et 35 ans étaient en mesure d acquérir un bien immobilier correspondant à leurs besoins ; ils n étaient plus que 22 % en 2004, puis 13 % en En 1998, 72 % des ménages entre 50 et 55 ans étaient en mesure d acquérir un bien immobilier correspondant à leurs besoins ; ils n étaient plus que 63 % en 2004, puis 53 % en En 1998, la capacité d achat immobilière des ans (72 %) était de 1,9 fois supérieure à celle des ans (37 %). Douze ans plus tard, l écart générationnel s est accru : en 2010, la capacité d achat immobilière des ans (53 %) était en effet de 4 fois supérieure à celle des ans (13 %). Après Boulogne-Billancourt (-30,9 % entre 1998 et 2010), c est à Vincennes (-31,5 %) que la baisse du pouvoir d achat immobilier des ménages est la plus forte. La hausse significative des prix immobiliers dans les villes les plus importantes a eu pour effet d accroître la capacité d achat entre ceux qui sont déjà propriétaires (secundo-accédants) et ceux qui ne le sont pas encore (primoaccédants). A Vincennes, 20 % des ans qui sont déjà propriétaires peuvent acheter un nouveau bien pour se loger contre seulement 6 % pour ceux qui sont encore locataires. CAPACIM >65 Général* 2% 11% 13% 13% 19% 38% 53% 58% 52% 49% Primo-accédant* 1% 9% 8% 6% 7% 11% 14% 13% 8% 6% (locataire) Secundo-accédant* 13% 19% 21% 20% 29% 57% 76% 81% 69% 64% (déjà propriétaire) * Population française Crédit Foncier / Université Paris-Dauphine 24

L évolution du pouvoir d achat immobilier selon l âge des ménages

L évolution du pouvoir d achat immobilier selon l âge des ménages c re di tfo nc i e r.c o m U N E É T U D E I S S U E D U PA R T E N A R I AT C H A I R E V I L L E E T I M M O B I L I E R E N T R E L U N I V E R S I T É PA R I S - D A U P H I N E E T L E C R É D I T

Plus en détail

Communiqué de presse. Paris, le 1 er août 2013. Le pouvoir d achat immobilier a continué de progresser au 1 er trimestre 2013

Communiqué de presse. Paris, le 1 er août 2013. Le pouvoir d achat immobilier a continué de progresser au 1 er trimestre 2013 Communiqué de presse Paris, le 1 er août 2013 Le pouvoir d achat immobilier a continué de progresser au 1 er trimestre 2013 Le baromètre trimestriel Capacim (CAPacité d AChat IMmobilier) permet de mesurer

Plus en détail

La capacité d achat immobilier en Île-de-France :

La capacité d achat immobilier en Île-de-France : La capacité d achat immobilier en Île-de-France : Évaluation dynamique et disparités géographiques Kevin Beaubrun-Diant Juillet 2010 2 La capacité d achat immobilier en Île-de-France Introduction La compréhension

Plus en détail

Le baromètre. Dauphine-Crédit Foncier. de l immobilier résidentiel. Tendance globale

Le baromètre. Dauphine-Crédit Foncier. de l immobilier résidentiel. Tendance globale Le baromètre Dauphine-Crédit Foncier de l immobilier résidentiel Tendance globale N. 3 Juin 2011 Kevin Beaubrun-Diant, co-responsable de la chaire «Ville et Immobilier», Université Paris-Dauphine. Cette

Plus en détail

2007 / 2012. Crise économique et pouvoir d achat immobilier des ménages : quels enseignements?

2007 / 2012. Crise économique et pouvoir d achat immobilier des ménages : quels enseignements? 2007 / 2012 Crise économique et pouvoir d achat immobilier des ménages : quels enseignements? Une étude issue du partenariat Chaire Ville et Immobilier entre l Université Dauphine et le Crédit Foncier

Plus en détail

L OBSERVATEUR DE L IMMOBILIER DU CRÉDIT FONCIER Nº 78

L OBSERVATEUR DE L IMMOBILIER DU CRÉDIT FONCIER Nº 78 L OBSERVATEUR DE L IMMOBILIER DU CRÉDIT FONCIER Nº 78 15 n 78 ACTUALITÉS L IMPACT DU PTZ+ SUR LA SOLVABILITÉ DES MÉNAGES Kevin E. Beaubrun-Diant, Maître de Conférences, co-responsable de la Chaire «Ville

Plus en détail

Parcours d acquisition de la résidence principale : du rêve à la réalité. Une étude du Crédit Foncier

Parcours d acquisition de la résidence principale : du rêve à la réalité. Une étude du Crédit Foncier Parcours d acquisition de la résidence principale : du rêve à la réalité Une étude du Crédit Foncier synthèse En avant-première du Salon National de l Immobilier (3-6 avril 2014, Paris), le Crédit Foncier

Plus en détail

TABLE RONDE 1 L évolution du marché du logement dans le Grand Nancy

TABLE RONDE 1 L évolution du marché du logement dans le Grand Nancy TABLE RONDE 1 L évolution du marché du logement dans le Grand Nancy Bilan 2014 Perspectives 2015 et 2016 TABLE RONDE 1 Funmi AMINU, Directeur d études à l Aduan Gilles BOCHU, Vice-président de la FNAIM

Plus en détail

Patrimoine Immobilier Finance Retraite

Patrimoine Immobilier Finance Retraite Patrimoine Immobilier Finance Retraite Numéro 47 Février 2013 EDITO Situation du marché immobilier d habitation L heure de vérité Le mois dernier, nous nous interrogions sur les hypothèses de croissance

Plus en détail

Le déclenchement de la crise économique en 2008, au-delà de ses effets sur l emploi,

Le déclenchement de la crise économique en 2008, au-delà de ses effets sur l emploi, n 3 mai 2012 Le mot de l Observatoire Cette nouvelle livraison de la Lettre de l ONPES aborde un sujet souvent commenté : celui du logement des ménages pauvres et modestes. Cependant, l auteur de cette

Plus en détail

Les chiffres du marché locatif privé en 2013 en Ile-de-France charges comprises

Les chiffres du marché locatif privé en 2013 en Ile-de-France charges comprises Communiqué de presse Le 3 avril 2014 Les chiffres du marché locatif privé en 2013 en Ile-de-France charges comprises Depuis 2005, LocService.fr met en relation les locataires et les propriétaires pour

Plus en détail

23ème rapport annuel de L OBSERVATOIRE DES CREDITS AUX MENAGES

23ème rapport annuel de L OBSERVATOIRE DES CREDITS AUX MENAGES 23ème rapport annuel de L OBSERVATOIRE DES CREDITS AUX MENAGES présenté par Michel MOUILLART Professeur d Economie à l Université Paris Ouest - Mercredi 6 avril 2011-1 La diffusion des crédits recule toujours

Plus en détail

Parcours d acquisition de la résidence principale :

Parcours d acquisition de la résidence principale : www.creditfoncier.com U N E É T U D E D U C R É D I T F O N C I E R Parcours d acquisition de la résidence principale : du rêve à la réalité JUIN 2015 sommaire PAGE 02 synthèse PAGE 04 Du rêve à la réalité

Plus en détail

Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes

Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes Revenus Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes Marie-Émilie Clerc, Pierre Lamarche* Entre 2005 et 2011, l endettement des ménages a fortement augmenté, essentiellement du fait de la hausse

Plus en détail

Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes?

Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes? 1 Numéro 200, juin 2013 Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes? I) Un taux de détention en baisse La détention au plus bas historique A la fin de l année 2012, seulement 48,6%

Plus en détail

Au 31 décembre 2009, 296 000

Au 31 décembre 2009, 296 000 10 Approche territoriale Différents profils de familles pauvres selon le nombre d enfants et l activité des parents En IledeFrance, un enfant de moins de 18 ans sur cinq vit en situation de pauvreté. Un

Plus en détail

Marchés immobiliers en régions. Rennes - 4 mars 2015

Marchés immobiliers en régions. Rennes - 4 mars 2015 Marchés immobiliers en régions Rennes - 4 mars 2015 Plan de la présentation Présentation du tour de France de l immobilier Marché du crédit Marchés résidentiels en 2014 et 2015 Marchés de l immobilier

Plus en détail

1. Apocalypse : No! Baisse modérée des prix de l immobilier et nombre de ventes en hausse 04

1. Apocalypse : No! Baisse modérée des prix de l immobilier et nombre de ventes en hausse 04 7 janvier 2013 Sommaire Que s est-il passé au 1 er semestre 2013? 1. Apocalypse : No! Baisse modérée des prix de l immobilier et nombre de ventes en hausse 04 2. Tableaux synthétiques 08 3. France 14

Plus en détail

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 2 ème Trimestre 2014

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 2 ème Trimestre 2014 Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 2 ème Trimestre 2014 I. L ensemble des marchés I.1. L environnement des marchés : les conditions de

Plus en détail

LOGEMENT : L ÉVOLUTION DU POUVOIR D ACHAT DES PRIMO-ACCÉDANTS

LOGEMENT : L ÉVOLUTION DU POUVOIR D ACHAT DES PRIMO-ACCÉDANTS LOGEMENT LOGEMENT : L ÉVOLUTION DU POUVOIR D ACHAT DES PRIMO-ACCÉDANTS Le «pouvoir d achat immobilier» des ménages est un concept important pour l analyse des marchés du logement. Dans cet article, Ingrid

Plus en détail

L'Ile-de-France, Amour et désamour.

L'Ile-de-France, Amour et désamour. L'Ile-de-France, Amour et désamour. 1 Dans quelles régions souhaite-t-on rester? Dans quelles régions souhaite-t-on partir? Lille Nantes Lyon Strasbourg Parmi les régions où l on souhaite rester le plus,

Plus en détail

Les marchés de l'immobilier résidentiel entre crise du logement et crise de la construction

Les marchés de l'immobilier résidentiel entre crise du logement et crise de la construction Les marchés de l'immobilier résidentiel entre crise du logement et crise de la construction Jean-Claude Driant Lab Urba Université Paris Est Séminaire du GERI Mobilitas - le 26 mars 2015 Crise du logement?

Plus en détail

Le parc locatif privé. Logements - Occupants - Loyers. en Loire-Atlantique en 2007. Synthèse

Le parc locatif privé. Logements - Occupants - Loyers. en Loire-Atlantique en 2007. Synthèse Le parc locatif privé en Loire-Atlantique en 2007 Logements - Occupants - Loyers Synthèse Sommaire Comparaisons nationales page 4 Les caractéristiques du parc locatif privé en Loire-Atlantique page 6 Les

Plus en détail

Les conditions de logement des ménages à bas revenus en 2010

Les conditions de logement des ménages à bas revenus en 2010 COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE n 291 Février 212 Les conditions de logement des ménages à bas revenus en 21 OBSERVATION ET STATISTIQUES LOGEMENT - CONSTRUCTION En 21, le parc social loge

Plus en détail

Crédit immobilier Bilan 2013, perspectives 2014

Crédit immobilier Bilan 2013, perspectives 2014 Dossier semestriel Crédit immobilier Bilan 2013, perspectives 2014 BILAN DE L ANNÉE 2013 : Evolution mensuelle des taux en 2013 : baisse de 0,10% du taux d intérêt sur 20 ans Evolution des taux depuis

Plus en détail

Un autre regard sur l emprunteur. Résidence principale, primo-accédants et secundo-accédants : qui sont-ils, qu achètent-ils?

Un autre regard sur l emprunteur. Résidence principale, primo-accédants et secundo-accédants : qui sont-ils, qu achètent-ils? Un autre regard sur l emprunteur. Résidence principale, primo-accédants et secundo-accédants : qui sont-ils, qu achètent-ils? 09/02/2015 1 Introduction L emprunteur immobilier «type» n existe pas, il est

Plus en détail

Impact du coût du logement sur le budget des ménages selon leur niveau de vie en 1996 et en 2006

Impact du coût du logement sur le budget des ménages selon leur niveau de vie en 1996 et en 2006 La Note de l Observatoire de l Habitat N 11 Impact du coût du logement sur le budget des ménages selon leur niveau de vie en 1996 et en 2006 Introduction 1 Entre 1996 et 2006, le coût des logements s est

Plus en détail

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 1 er Trimestre 2013

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 1 er Trimestre 2013 Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 1 er Trimestre 2013 I. L ensemble des marchés I.1. L environnement des marchés : les conditions de

Plus en détail

Le marché immobilier résidentiel ancien en Ile-de-France

Le marché immobilier résidentiel ancien en Ile-de-France Le marché immobilier résidentiel ancien en Ile-de-France Dossier de presse 28 mai 2015 Sommaire Communiqué de presse 3 Les chiffres en Ile-de-France 5 Paris 7 Petite Couronne 12 Grande Couronne 15 Synthèse

Plus en détail

Dossier n 24 L E S L OGEMENTS LOCAT I F S N E U FS?

Dossier n 24 L E S L OGEMENTS LOCAT I F S N E U FS? P É R I SSOL, BESSON, ROBIEN QUE SONT DEVENUS L E S L OGEMENTS LOCAT I F S N E U FS? 79 80 Dossier n 24 Introduction Cette partie résume une étude de l OLAP réalisée en 2010 pour la DRIHL (Direction Régionale

Plus en détail

L Observatoire du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Octobre 2009

L Observatoire du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Octobre 2009 L Tableau de bord mensuel Octobre 2009 Avertissement : les indications mensuelles reprises dans le «Tableau de bord» ne deviennent définitives qu avec la publication des résultats trimestriels : exemple

Plus en détail

La construction de logements neufs dans l agglomération nantaise et l aire urbaine. Analyses 2001-2007

La construction de logements neufs dans l agglomération nantaise et l aire urbaine. Analyses 2001-2007 La construction de logements neufs dans l agglomération nantaise et l aire urbaine Analyses 2001-2007 Nantes Métropole et l aire urbaine de Nantes Nantes Métropole - AURAN Le contexte général Une année

Plus en détail

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 3 ème Trimestre 2014

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 3 ème Trimestre 2014 Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 3 ème Trimestre 2014 I. L ensemble des marchés I.1. L environnement des marchés : les conditions de

Plus en détail

Le baromètre. Dauphine-Crédit Foncier. Tendance globale. Paris. de l immobilier résidentiel

Le baromètre. Dauphine-Crédit Foncier. Tendance globale. Paris. de l immobilier résidentiel Le baromètre Dauphine-Crédit Foncier de l immobilier résidentiel Tendance globale N. 1 Janvier 2011 Kevin Beaubrun-Diant, co-responsable de la chaire «Ville et Immobilier», Université Paris-Dauphine. Au

Plus en détail

Panorama du Crédit à la Consommation de SOFINCO. Les Jeunes & le Crédit à la Consommation

Panorama du Crédit à la Consommation de SOFINCO. Les Jeunes & le Crédit à la Consommation Panorama du Crédit à la Consommation de SOFINCO Les Jeunes & le Crédit à la Consommation Étude de SOFINCO Novembre 2008 Synthèse Avec 14 millions d individus, les 18-34 ans représentent 28% de la population

Plus en détail

Enquête auprès de 4 générations de primo-accédants ayant souscrit un prêt au Crédit Foncier de France

Enquête auprès de 4 générations de primo-accédants ayant souscrit un prêt au Crédit Foncier de France Enquête auprès de 4 générations de primo-accédants ayant souscrit un prêt au Crédit Foncier de France Rapport rédigé par : Jean-Daniel Lévy, Directeur du Département Opinion & Corporate Marion Desreumaux,

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. POUVOIR D ACHAT IMMOBILIER : Les réalités du marché. Les indicateurs uniques Bipe/Empruntis.com

DOSSIER DE PRESSE. POUVOIR D ACHAT IMMOBILIER : Les réalités du marché. Les indicateurs uniques Bipe/Empruntis.com DOSSIER DE PRESSE POUVOIR D ACHAT IMMOBILIER : Les réalités du marché Les indicateurs uniques Bipe/Empruntis.com Contact presse : mael.resch@empruntis.com 01.55.80.58.66 1 I. Le Marché de l immobilier

Plus en détail

Marché immobilier résidentiel français 8 premiers mois de 2015 : analyse et perspectives. Conférence de presse Jeudi 3 septembre 2015

Marché immobilier résidentiel français 8 premiers mois de 2015 : analyse et perspectives. Conférence de presse Jeudi 3 septembre 2015 Marché immobilier résidentiel français 8 premiers mois de 2015 : analyse et perspectives Conférence de presse Jeudi 3 septembre 2015 Le marché immobilier vu par MeilleursAgents 1. Les prix a. Nos prévisions

Plus en détail

Les tendances récentes de l accession à la propriété des jeunes en France d après l Observatoire du Financement du Logement. Jeudi 10 Novembre 2011

Les tendances récentes de l accession à la propriété des jeunes en France d après l Observatoire du Financement du Logement. Jeudi 10 Novembre 2011 Les tendances récentes de l accession à la propriété des jeunes en France d après l Observatoire du Financement du Logement Jeudi 10 Novembre 2011 L Observatoire du Financement du Logement de CSA en quelques

Plus en détail

Abordabilité : les propriétés au Québec sont-elles vraiment devenues inaccessibles?

Abordabilité : les propriétés au Québec sont-elles vraiment devenues inaccessibles? Abordabilité : les propriétés au Québec sont-elles vraiment devenues inaccessibles? Pour plusieurs, la hausse spectaculaire du prix des propriétés au Québec depuis quelques années (le prix moyen d une

Plus en détail

L ACCESSION SOCIALE À LA PROPRIÉTÉ EN 2009. Stabilisation? Effet d aubaine? Ou amorce d une reprise durable du marché de la primo accession?

L ACCESSION SOCIALE À LA PROPRIÉTÉ EN 2009. Stabilisation? Effet d aubaine? Ou amorce d une reprise durable du marché de la primo accession? L L ACCESSION SOCIALE À LA PROPRIÉTÉ H DANS L HÉRAULT EN 2009 Stabilisation? Effet d aubaine? Ou amorce d une reprise durable du marché de la primo accession? Cette note a pour objectif de faire ressortir

Plus en détail

B. L ATTRACTIVITÉ DU BASSIN HAVRAIS EN QUESTION

B. L ATTRACTIVITÉ DU BASSIN HAVRAIS EN QUESTION B. L ATTRACTIVITÉ DU BASSIN HAVRAIS EN QUESTION Un niveau de fécondité élevé Le recul démographique du bassin havrais ne s explique pas par un manque de vitalité de sa démographie «naturelle». En effet,

Plus en détail

Etude Empruntis. Comment a évolué le pouvoir d achat immobilier des Français?

Etude Empruntis. Comment a évolué le pouvoir d achat immobilier des Français? Etude Empruntis Comment a évolué le pouvoir d achat immobilier des Français? La situation du crédit Les taux fixes : du jamais vu depuis 1945... 5,00 4,50 4,00 Baromètre Empruntis Taux fixes à 15 ans 3,50

Plus en détail

Enquête globale transport

Enquête globale transport Enquête globale transport N 15 Janvier 2013 La mobilité en Île-de-France Modes La voiture L EGT 2010 marque une rupture de tendance importante par rapport aux enquêtes précédentes, en ce qui concerne les

Plus en détail

Marchés immobiliers en régions. Marseille 9 avril 2015

Marchés immobiliers en régions. Marseille 9 avril 2015 Marchés immobiliers en régions Marseille 9 avril 2015 Le tour de France de l immobilier par le Crédit Foncier Plan de la présentation Le baromètre Crédit Foncier/CSA sur le moral des professionnels de

Plus en détail

Sujet. Quelle politique du logement?

Sujet. Quelle politique du logement? Concours B/L 2010 ECONOMIE EPREUVE COMMUNE SUR DOSSIER : ORAL Jury : Gaël Giraud et Pierre-Cyrille Hautcœur Sujet Quelle politique du logement? Dossier documentaire Document 1 : La politique du logement

Plus en détail

Le Crédit Foncier a interrogé 2 180 de ses clients propriétaires sur leurs motivations d achat à l origine et leurs intentions de mobilité.

Le Crédit Foncier a interrogé 2 180 de ses clients propriétaires sur leurs motivations d achat à l origine et leurs intentions de mobilité. COMMUNIQUE DE PRESSE Paris, le 29 avril 2013 Une enquête clients du Crédit Foncier souligne un fort attachement à la résidence principale et une faible aspiration des propriétaires à la mobilité Le Crédit

Plus en détail

LE PASS-TRAVAUX. Edition 2008. Le prêt PASS-TRAVAUX concerne principalement les propriétaires, seuls 2% des bénéficiaires étaient locataires en 2007.

LE PASS-TRAVAUX. Edition 2008. Le prêt PASS-TRAVAUX concerne principalement les propriétaires, seuls 2% des bénéficiaires étaient locataires en 2007. Edition 2008 LE PASS-TRAVAUX Le prêt PASS-TRAVAUX concerne principalement les propriétaires, seuls 2% des bénéficiaires étaient locataires en 2007. A la demande de l ANPEEC, MV2 Conseil a réalisé, en 2007,

Plus en détail

Panorama du marché hôtelier parisien

Panorama du marché hôtelier parisien OFFICE DU TOURISME ET DES CONGRÈS DE PARIS, AOUT 215 1 Sommaire Introduction..... 3 1. Evolution du nombre d hôtels à Paris par catégorie depuis 199.. 4 Un besoin de chambres supplémentaires en 22...5

Plus en détail

Population LA VILLE ET L HOMME

Population LA VILLE ET L HOMME Saint-Jean-de-la-Ruelle constate aujourd hui une diminution de sa population. Ce phénomène est le résultat conjugué d un solde migratoire négatif la croissance urbaine touche à présent les communes les

Plus en détail

Ministère de l Emploi, du Travail et de la Cohésion Sociale. Ministre délégué au Logement et à la Ville

Ministère de l Emploi, du Travail et de la Cohésion Sociale. Ministre délégué au Logement et à la Ville Ministère de l Emploi, du Travail et de la Cohésion Sociale Ministre délégué au Logement et à la Ville Paris, le 9 novembre 2004 Ministère de l Emploi, du Travail et de la Cohésion Sociale Ministre délégué

Plus en détail

Crédit immobilier. > Bilan d activité 2012 : une excellente année malgré un contexte économique difficile > Perspectives 2013 > À propos de ACE crédit

Crédit immobilier. > Bilan d activité 2012 : une excellente année malgré un contexte économique difficile > Perspectives 2013 > À propos de ACE crédit Crédit immobilier BAROMETRE DES TAUX DU MOIS DE MARS 2013 EVOLUTION DES TAUX DEPUIS 10 ANS LE PORTRAIT-ROBOT DE L EMPRUNTEUR EN ILE-DE-FRANCE ET EN PROVINCE QUELLES PERSPECTIVES POUR LES MOIS A VENIR?

Plus en détail

CLUB NOTARIAL IMMOBILIER. Année 2012 : Quel bilan pour l immobilier résidentiel et d entreprise en Ile-de-France? 28 février 2013

CLUB NOTARIAL IMMOBILIER. Année 2012 : Quel bilan pour l immobilier résidentiel et d entreprise en Ile-de-France? 28 février 2013 CLUB NOTARIAL IMMOBILIER Année 2012 : Quel bilan pour l immobilier résidentiel et d entreprise en Ile-de-France? 28 février 2013 Ouverture des travaux Christian BÉNASSE Président de la Chambre des Notaires

Plus en détail

Quelle efficacité du diagnostic électrique obligatoire? Rapport d étude 2012 réalisé par TNS Sofres

Quelle efficacité du diagnostic électrique obligatoire? Rapport d étude 2012 réalisé par TNS Sofres Quelle efficacité du diagnostic électrique obligatoire? Rapport d étude 2012 réalisé par TNS Sofres Cliquez Sommaire pour modifier le style du titre 1. Contexte et objectifs 2. Principaux enseignements

Plus en détail

CRÉDIT IMMOBILIER BILAN 2012, PERSPECTIVES 2013

CRÉDIT IMMOBILIER BILAN 2012, PERSPECTIVES 2013 Dossier semestriel CRÉDIT IMMOBILIER BILAN 2012, PERSPECTIVES 2013 BILAN DE L ANNÉE 2012 : Évolution mensuelle des taux en 2012 : baisse de 0,8 % du taux d intérêt sur 20 ans Évolution des taux depuis

Plus en détail

L OBSERVATOIRE DE L ENDETTEMENT DES MENAGES

L OBSERVATOIRE DE L ENDETTEMENT DES MENAGES 18ème rapport annuel de L OBSERVATOIRE DE L ENDETTEMENT DES MENAGES présenté par le professeur Michel Mouillart - Mercredi 12 avril 2006-1 Accueil de Monsieur Pierre Cortesse, Président du Conseil Scientifique

Plus en détail

Aides nationales et objectif localisé : l exemple de la majoration du PTZ en ZUS ANIL, septembre 2006 Habitat Actualité n 98

Aides nationales et objectif localisé : l exemple de la majoration du PTZ en ZUS ANIL, septembre 2006 Habitat Actualité n 98 Aides nationales et objectif localisé : l exemple de la majoration du PTZ en ZUS ANIL, septembre 2006 Habitat Actualité n 98 Les aides nationales ont souvent d autant plus de succès qu elles sont moins

Plus en détail

L Observatoire Crédit Logement/CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Septembre 2014

L Observatoire Crédit Logement/CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Septembre 2014 L Observatoire Crédit Logement/CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Septembre 2014 Avertissement : les indicateurs mensuels repris dans le «Tableau de bord» ne deviennent

Plus en détail

BAROMÈTRE «CE QUE PENSENT LES FRANCILIENS» POUR LE JOURNAL ÎLE DE FRANCE

BAROMÈTRE «CE QUE PENSENT LES FRANCILIENS» POUR LE JOURNAL ÎLE DE FRANCE BAROMÈTRE «CE QUE PENSENT LES FRANCILIENS» POUR LE JOURNAL ÎLE DE FRANCE OCTOBRE 2011 Institut Viavoice 9 rue Huysmans 75006 Paris Tél : 01 40 54 13 90 www.institut-viavoice.com Synthèse des enseignements

Plus en détail

Les Franciliens et le logement dans leur région

Les Franciliens et le logement dans leur région Les Franciliens et le logement dans leur région Rapport rédigé par : Jean-Daniel Lévy, Directeur du Département Politique Opinion Magalie Gérard, Directrice de clientèle au Département Politique Opinion

Plus en détail

Marchés immobiliers en régions. Lille - 31 mars 2015

Marchés immobiliers en régions. Lille - 31 mars 2015 Marchés immobiliers en régions Lille - 31 mars 2015 Le tour de France de l immobilier par le Crédit Foncier Plan de la présentation Le baromètre Crédit Foncier/CSA sur le moral des professionnels de l

Plus en détail

La primo accession à la propriété en Lot-et-Garonne (avec PTZ) de 2002 à nos jours

La primo accession à la propriété en Lot-et-Garonne (avec PTZ) de 2002 à nos jours La primo accession à la propriété (avec PTZ) de 22 à nos jours ADIL 47 Etude réalisée en avril 213 par l ADIL 47 1 Historique de l accession aidée Depuis 1995 (en substitution des prêts PAP), le Prêt à

Plus en détail

Depuis 2005 et l extension à l ancien sans travaux, le prêt à 0% connaît un succès sans précédent, alors que l ancien dispositif s essoufflait.

Depuis 2005 et l extension à l ancien sans travaux, le prêt à 0% connaît un succès sans précédent, alors que l ancien dispositif s essoufflait. Préambule Évoquée de façon générale dans la note de cadrage initiale (étude n 1 «L Habitat dans l Allier Constats et Enjeux» mars 2007), l accession sociale à la propriété (ou l accession aidée) fait ici

Plus en détail

LES FACTEURS DE FRAGILITE DES MENAGES

LES FACTEURS DE FRAGILITE DES MENAGES Enquête complémentaire mentaire de mars 2009 LES FACTEURS DE FRAGILITE DES MENAGES présentée par Michel MOUILLART Professeur d Economie à l Université de Paris X - Nanterre - Mercredi 22 juillet 2009 -

Plus en détail

Les marchés européens du crédit immobilier en 2013. Une étude du Crédit Foncier

Les marchés européens du crédit immobilier en 2013. Une étude du Crédit Foncier Les marchés européens du crédit immobilier en 2013 Une étude du Crédit Foncier rappel méthodologique Cette étude porte sur les marchés du crédit immobilier en au 31 décembre 2013. Pour faciliter la lecture

Plus en détail

Le 3 ème trimestre 2014 et les tendances récentes

Le 3 ème trimestre 2014 et les tendances récentes Le 3 ème trimestre 2014 et les tendances récentes Le tableau de bord trimestriel Les marchés du neuf et de l ancien au 3 ème trimestre 2014 Les données caractéristiques selon le type de marché Au 3 ème

Plus en détail

OBSERVATOIRE DU REGROUPEMENT DE CREDITS - Sondage PollingVox pour Bourse des Crédits -

OBSERVATOIRE DU REGROUPEMENT DE CREDITS - Sondage PollingVox pour Bourse des Crédits - OBSERVATOIRE DU REGROUPEMENT DE CREDITS - Sondage PollingVox pour Bourse des Crédits - PollingVox 67, rue Saint-Jacques 75005 Paris pollingvox.com SOMMAIRE Note technique... 3 Synthèse des résultats...

Plus en détail

Evolution du nombre de logements neufs et anciens acquis à l'aide d'un PTZ en Isère entre 1999 et 2009

Evolution du nombre de logements neufs et anciens acquis à l'aide d'un PTZ en Isère entre 1999 et 2009 L accession à la propriété en Isère aidée par un PTZ L accession à la propriété en Isère aidée par un PTZ ADIL DE L ISERE 2 boulevard Maréchal Joffre 38000 GRENOBLE 04 76 53 37 30 Page 1 Une hausse de

Plus en détail

> Le taux de chômage annuel moyen à Paris (7,4%) est l un des plus élevé d Ile-de-France (6,6%).

> Le taux de chômage annuel moyen à Paris (7,4%) est l un des plus élevé d Ile-de-France (6,6%). Contexte socio-économique Revenus > Les revenus fiscaux médians sont plus élevés à (23 408 ) qu en (20 575 ) et en (17 497 ), mais les différences à sont particulièrement marquées entre les plus riches

Plus en détail

Les jeunes et l accès au logement

Les jeunes et l accès au logement Contacts CSA Pôle Opinion-Corporate : Jérôme SAINTE-MARIE Directeur du Pôle / jerome.sainte-marie@csa.eu / 01 44 94 59 10-11 Yves-Marie CANN Directeur d études / yves-marie.cann@csa.eu / 01 44 94 34 14

Plus en détail

L Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Février 2014

L Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Février 2014 L Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Février 2014 Avertissement : les indicateurs mensuels repris dans le «Tableau de bord» ne deviennent

Plus en détail

L OBSERVATOIRE DES CREDITS AUX MENAGES

L OBSERVATOIRE DES CREDITS AUX MENAGES 22ème rapport annuel de L OBSERVATOIRE DES CREDITS AUX MENAGES présenté par Michel MOUILLART Professeur d Economie à l Université de Paris X - Nanterre - Mardi 16 mars 2010 - Les faits marquants en 2009

Plus en détail

LA CRÉATION D ENTREPRISE

LA CRÉATION D ENTREPRISE FOCUS études septembre 2012 LA CRÉATION D ENTREPRISE en Seine-et-Marne information économique Depuis 2009, la crise économique mondiale et la création du statut d auto-entrepreneur ont profondément bouleversé

Plus en détail

NOTE DE SYNTHESE L INVESTISSEMENT LOCATIF PRIVE EN ILE-DE- FRANCE : ESSAI D EVALUATION

NOTE DE SYNTHESE L INVESTISSEMENT LOCATIF PRIVE EN ILE-DE- FRANCE : ESSAI D EVALUATION NOTE DE SYNTHESE L INVESTISSEMENT LOCATIF PRIVE EN ILE-DE- FRANCE : ESSAI D EVALUATION Mai 2008 Hélène Fouquet ADIL 75 Etude réalisée par l ADIL 75 pour la DRE. Mieux connaître l investissement locatif

Plus en détail

Les travaux d entretien et d amélioration 2

Les travaux d entretien et d amélioration 2 Les travaux d entretien et d amélioration 2 Aux dépenses courantes de logement que les ménages doivent supporter (loyers, remboursements d emprunts, énergie), viennent s ajouter les coûts des travaux d

Plus en détail

Endettement des jeunes adultes

Endettement des jeunes adultes Département fédéral de l'intérieur DFI Office fédéral de la statistique OFS 20 Situation économique et sociale de la population Neuchâtel, Août 2012 Endettement des jeunes adultes Analyses complémentaires

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE Point presse conjoncture Jeudi 6 février 2014

DOSSIER DE PRESSE Point presse conjoncture Jeudi 6 février 2014 DOSSIER DE PRESSE Point presse conjoncture Jeudi 6 février 2014 Contact presse Isabelle Muller 06 73 79 49 34 1 Sommaire Bilan 2013 : un marché en forte dépression Perspectives 2014 : malgré des blocages

Plus en détail

Données sur l évolution des loyers

Données sur l évolution des loyers Données sur l évolution des loyers rrapport sur la situation du logement en France Données sur l évolution des loyers 2010 OLAP «évolution des loyers du secteur privé dans l agglomération parisienne» rrapport

Plus en détail

ENQUÊTE SUR L OCCUPATION

ENQUÊTE SUR L OCCUPATION ENQUÊTE SUR L OCCUPATION DU PARC SOCIAL EN RÉGION NORD-PAS-DE-CALAIS 15 octobre 2015 Le cadre réglementaire Une enquête triennale rendue obligatoire en 1996 Les renseignements doivent être transmis pour

Plus en détail

Le marché du logement neuf en IledeFrance

Le marché du logement neuf en IledeFrance Note de conjoncture annuelle Observatoire du Logement Neuf des ADIL d IledeFrance Etude sur la Commercialisation des Logements neufs par les Agences d Information de la Région IledeFrance ECLAIR Le marché

Plus en détail

Le marché du logement neuf en Ile-de-France

Le marché du logement neuf en Ile-de-France Observatoire du Logement Neuf des ADIL d Ile-de-France Note de conjoncture 1 er trimestre 2015 Étude sur la Commercialisation des Logements neufs par les Agences d Information de la Région Ile-de-France

Plus en détail

Evolution des risques sur les crédits à l habitat

Evolution des risques sur les crédits à l habitat Evolution des risques sur les crédits à l habitat n 5 février 2012 1/17 SOMMAIRE 1. PRINCIPALES CARACTÉRISTIQUES DE LA PRODUCTION... 4 2. ANALYSE DÉTAILLÉE DES INDICATEURS DE RISQUE... 8 2.1 Montant moyen

Plus en détail

Les évolutions de pouvoir d achat des retraités depuis 1992 à partir des cas types du COR. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Les évolutions de pouvoir d achat des retraités depuis 1992 à partir des cas types du COR. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 14 octobre 2015 à 9 h 30 «Le pouvoir d achat des retraités» Document n 3 Document de travail, n engage pas le Conseil Les évolutions de pouvoir d

Plus en détail

Le patrimoine des ménages retraités : résultats actualisés. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Le patrimoine des ménages retraités : résultats actualisés. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 08 juillet 2015 à 9 h 30 «Le patrimoine des retraités et l épargne retraite» Document N 2 bis Document de travail, n engage pas le Conseil Le patrimoine

Plus en détail

ENQUÊTE AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ

ENQUÊTE AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ 2015 ENQUÊTE AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ La clé qui ouvre de nouvelles portes AU CŒUR DE L HABITATION ENQUÊTE 2015 AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ ENQUÊTE 2015 AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ

Plus en détail

Les marchés immobiliers

Les marchés immobiliers Éditorial de Me ROBIN Laurent Les marchés immobiliers Président de la Chambre interdépartementale des notaires des, des et des Comme chaque année, la Chambre des Notaires de PAU présente une analyse du

Plus en détail

Prix de l Immobilier constatés à la mise en vente en Février 2014

Prix de l Immobilier constatés à la mise en vente en Février 2014 Prix de l Immobilier constatés à la mise en vente en Les prix de l immobilier n augmenteront pas au second trimestre 2014 Notre indice SeLoger des prix affichés de mise en vente est stable depuis le mois

Plus en détail

La mobilité résidentielle : parcours dominants et tendances nouvelles

La mobilité résidentielle : parcours dominants et tendances nouvelles 6 La mobilité résidentielle : parcours dominants et tendances nouvelles Orha Nord-Pas-de-Calais 54 Les Cahiers de l Orha - Avril 24 La mobilité résidentielle : parcours dominants et tendances nouvelles

Plus en détail

Les marchés immobiliers

Les marchés immobiliers Éditorial de Me FEUILLETTE Frédérick Les marchés immobiliers Président de la Chambre interdépartementale des notaires des, des et des Pyrénées-Atlantiques Aborder l évolution du marché immobilier est un

Plus en détail

ANIL HABITAT ACTUALITE. Les logements en copropriété. Mai. Jean Bosvieux

ANIL HABITAT ACTUALITE. Les logements en copropriété. Mai. Jean Bosvieux Mai ANIL 2010 HABITAT ACTUALITE Les logements en copropriété Jean Bosvieux L enquête logement de l INSEE ne s intéresse pas aux copropriétés en tant qu unités statistiques ; cependant, elle repère et décrit

Plus en détail

L accession sociale à la propriété

L accession sociale à la propriété creditfoncier.com U N E É T U D E D U C R É D I T F O N C I E R L accession sociale à la propriété OCTOBRE 2015 SOMMAIRE PAGE 02 PAGE 04 synthèse en 10 chiffres l accession sociale à la propriété OPÉRATIONS

Plus en détail

L analyse des marchés immobiliers par Crédit Foncier Immobilier sur les 9 premiers mois de 2013

L analyse des marchés immobiliers par Crédit Foncier Immobilier sur les 9 premiers mois de 2013 Paris, le 15 octobre 2013 COMMUNIQUE DE PRESSE L analyse des marchés immobiliers par Crédit Foncier Immobilier sur les 9 premiers mois de 2013 Un marché immobilier résidentiel caractérisé par une baisse

Plus en détail

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 1 er Trimestre 2015

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 1 er Trimestre 2015 Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 1 er Trimestre 2015 I. L ensemble des marchés I.1. L environnement des marchés : les conditions de

Plus en détail

Le 4 ème trimestre 2014 et les tendances récentes

Le 4 ème trimestre 2014 et les tendances récentes Le 4 ème trimestre 2014 et les tendances récentes Le tableau de bord trimestriel Le bilan de l année 2014 Les taux des crédits immobiliers aux particuliers ENSEMBLE DES MARCHÉS - Prêts bancaires (taux

Plus en détail

DONNEES SUR LA CREATION D'ENTREPRISES EN SEINE-SAINT-DENIS. (source : Insee) PÔLE VEILLE ECONOMIQUE

DONNEES SUR LA CREATION D'ENTREPRISES EN SEINE-SAINT-DENIS. (source : Insee) PÔLE VEILLE ECONOMIQUE DONNEES SUR LA CREATION D'ENTREPRISES EN SEINE-SAINT-DENIS (source : Insee) PÔLE VEILLE ECONOMIQUE Direction du Développement Économique, de l Emploi, de la Formation Professionnelle et de l'innovation

Plus en détail

Marchés immobiliers en régions. Paris - 24 mars 2015

Marchés immobiliers en régions. Paris - 24 mars 2015 Marchés immobiliers en régions Paris - 24 mars 2015 Le tour de France de l immobilier par le Crédit Foncier Plan de la présentation Le baromètre Crédit Foncier/CSA sur le moral des professionnels de l

Plus en détail

Rencontre Conjoncture ORF

Rencontre Conjoncture ORF Rencontre Conjoncture ORF Maître Jérôme CAURO, Chambre des Notaires Paris Ile-de-France Juin 2013 SOMMAIRE 1- Point conjoncture Logement Ile-de-France 2- Le foncier en Ile-de-France LOGEMENTS : VOLUME

Plus en détail

2015 ENQUÊTE AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES

2015 ENQUÊTE AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES 2015 ENQUÊTE AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES La clé qui ouvre de nouvelles portes AU CŒUR DE L HABITATION ENQUÊTE 2015 AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES ENQUÊTE 2015 AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES

Plus en détail

Panorama du Crédit à la Consommation de SOFINCO. Investissement Immobilier & Crédit à la Consommation

Panorama du Crédit à la Consommation de SOFINCO. Investissement Immobilier & Crédit à la Consommation Panorama du Crédit à la Consommation de SOFINCO Investissement Immobilier & Crédit à la Consommation Étude de SOFINCO Décembre 2008 Synthèse Cette étude souligne les effets positifs de l investissement

Plus en détail

note information N 12 Février 2003 1981, 1990 ET 1999, TROIS DATES IMPORTANTES DANS LE DEVELOPPEMENT DES ZEP

note information N 12 Février 2003 1981, 1990 ET 1999, TROIS DATES IMPORTANTES DANS LE DEVELOPPEMENT DES ZEP note d information N 12 Février 23 LES ZONES D EDUCATION PRIORITAIRE DANS L ACADEMIE DE VERSAILLES Premier volet : Quelques repères statistiques Mise en place à partir de 1981 pour lutter contre l échec

Plus en détail