M22 C > Planning Enseignants : Nicolas REMY & Bruno Burlat

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "M22 C > Planning Enseignants : Nicolas REMY & Bruno Burlat"

Transcription

1 M22 C > Planning Enseignants : Nicolas REMY & Bruno Burlat Cours Cours 0 : lundi 16 Février 2004 de 8h à 10h Cours 1 : Mardi 17 Février 2004 de 10h à 12h Cours 2 : lundi 23 Fé vrier de 10h à 12h Cours 3 : Mardi 24 Février 2004 de 16h à 18h Cours 4 : Lundi 1er Mars 2004 de 8h à 10h Journ ée de Visite à Lyon le 9 Mars : programme en cours : Cité Internationale (salle des maquettes?), Jardins de poche (?), Lyon, la nuit - illuminations Cours 5 : Lundi 22 Mars 2004 de 8h à 10h TD & Options (avec B. Burlat) TD : Maison individuelle ( planning en cours) Option Projets Urbains (1 par groupe) Lundi 19 Avril Mardi 27 Avril Lundi 4 Mai Examen Lundi 29 Mars matin M22 C > Maîtrise des ambiances thermiques Cours 1- Rappels :. Les mouvements solaires et les protections d été - Aspects thermiques. Définitions : λ, R, U, Φ,. Stratégies thermiques. Inertie thermique 2- Conductance totale d un édifice 3- RT Comportement dynamique d un édifice 5- Applications aux différents climats 6- Thermique des espaces publics TD - Options (avec B. Burlat) TD Maison individuelle Options Projets Urbains 1

2 M22 C > Maîtrise des ambiances thermiques Sources documentaires. références bibliographiques. Site web de l EAG : Sites internet (cf site web + références) M22C > Cours 1 > Rappels 1 - Ensoleillement. aspects géométriques. aspects du rayonnement. aspects énergétiques 2- Modes de propagation de la chaleur. Définitions : Flux, λ, R, conduction, U. Calculs de U et de R. Ponts thermiques. Convection 4- Stratégies du Chaud et du froid 5- Inertie thermique 2

3 1 - Ensoleillement : Aspects Géométriques Cf. Lavigne et al. 1 - Ensoleillement : Aspects Géométriques Cf. Energy Conscious Design Fig 1 : courses du soleil - Hiver / Été Fig 2 : Position du soleil dans le ciel Saisons inversées sur les deux hémisphères Eté (Hémisphère Nord) quand la distance Terre / Soleil est la plus grande mais les rayons les + chauds 3

4 1 - Ensoleillement : Aspects Géométriques h ou γ : hauteur du soleil Angle le rayon solaire et sa projection sur le plan horizontal du lieu solaire α : azimut Angle entre l axe NS et la projection du rayon solaire sur le plan horizontal Cf. Energy Conscious Design => Courbe apparente de la course du soleil selon la latitude (diagramme polaires et cylindriques) 1 - Ensoleillement : Aspects du Rayonnement La lumière longueur d onde d un rayonnement électromagnétique soleil U.V. 0,38-0,78 µm I.R λ en µm VISIBLE 4

5 1 - Ensoleillement : Aspects du Rayonnement Solaire incident 0,2 < λ < 2,6 µm 2 Solaire diffus (émis par la voûte céleste) 1 Solaire direct ozone λ > 0,28 µm - Diffusion Moléculaire - Absorption par aérosols - Absorption gazeuse 3 Solaire réfléchi («albedo») Rayonnement Global % UV 51% Visible 43% IR 1 - Ensoleillement : Aspects Énergétiques Ciel Clair Tables d ensoleillement maximal : densité de flux lumineux qui atteint un plan Facteur de Link : Link ++ Clarté du Ciel -- Quantité d énergie -- Énergie effectivement reçue Au sol, à 12h, perpendiculaire au soleil Valeurs moyennes - Ordre de Grandeur hiver Ciel clair 700 W.m- 2 Ciel trouble 400 W.m W.m W.m 2 (Cte solaire) Le 21 Juin à 12h [45 ] été W.m- 2 W.m W.m 2 5

6 1 - Ensoleillement : Aspects Énergétiques Cf. Energy Conscious Design 1 - Ensoleillement : Aspects Énergétiques Remarque : En été, la quantité d énergie solaire reçue est plus important sur une surface horizontale que verticale même orientée Sud En hiver, la quantité d énergie solaire reçue est plus importante sur une surface verticale orientée Sud que horizontale 6

7 1 - Ensoleillement : Aspects Énergétiques Latitude 45. Orientation Nord : jamais de soleil direct. Orientation Sud : Apports énergétiques importants pour les surfaces verticales en hiver Moins de risques de surchauffe en été car hauteur du soleil haute (protection réduites) R- des orientations Sud-Est et Sud-Ouest recevront un rayonnement réduit de 20% pendant l été. 1 - Ensoleillement : Aspects Énergétiques Latitude 45. Orientation Ouest : Le soleil donne en fin de journée sur une façade surchauffée quand la température est élevée. Le soleil est dans un plan perpendiculaire à la façade lorsque sa hauteur est d environ 30 risque de surchauffe. Orientation Est : idem que «Ouest» le phénomène de surchauffe est moins fort - Toiture : Attention, c est la partie la plus exposée en été : 2hrs à + de 55 7

8 1 - Ensoleillement : Aspects Énergétiques Audience (CERMA) - Info Solaire - Info Recepteur Solaire - Ecran Solaire - Lames parallèles Solaires - Diagramme Solaire (Flash) 2 :Les 3 modes de propagation de la chaleur Oliva J.P. 8

9 2 - Les 3 modes de propagation de la chaleur Température exprime un état et un potentiel, cad une capacité à provoquer un transfert de quantité de chaleur C est la chaleur qui pénètre, sort d un édifice et qui intéresse l architecture, on parle de quantité de chaleur La chaleur se compte, se transfère et se facture (chaud vers le froid) La température se mesure mais ne saurait se vendre. Conduction solides pas de transport de matière. Convection fluides (eau, air, gaz) transport de matière. Rayonnement 2- Les 3 modes de propagation de la chaleur Définitions Flux thermique ou flux de chaleur : quantité de chaleur passant au travers de 1m 2 de surface pendant 1s, notée :. φ en Watt / m2 (densité de flux). Φ lorsqu on considère l ensemble d une surface S en Watts. 9

10 2 - Les 3 modes de propagation de la chaleur Conductivité thermique λ - Propriété des corps à transmettre la chaleur par conduction. - λ est exprimé en W/m. C Définitions J.P. Isola λ est grand, le matériau est conducteur - λ est petit le matériau est isolant [λ augmente si Tpte augmente et si humidité augmente] 2 - Les 3 modes de propagation de la chaleur Conduction thermique Définitions J.P. Isola φ = λ. t / e en W/m. C 10

11 2 -Les 3 modes de propagation de la chaleur Résistance thermique R (capacité à résister à un flux) - Caractérise la résistance d une paroi au passage d un flux thermique (de la chaleur) - R dépend de λ et de l épaisseur du matériau R s exprime en m 2. C/W ou m 2.K/W Définitions <- e -> Plus R est grand et plus le matériau est isolant R = e / λ en m 2. C/W - r est utilisé pour une surface entière en C/W ou K/W 2- Les 3 modes de propagation de la chaleur Conductance U Définitions (anciennement K - capacité à conduire un flux) ŸPour caractériser une paroi, on utilise l inverse de la Résistance R, c.a.d la conductance U - U = 1/ R = λ / e - U s exprime en W/ m 2. C ou W/ m 2.K - Plus U est petit et plus le matériau est isolant - u est utilisé pour une surface entière en W/ C ou W/ K 11

12 2 -Les 3 modes de propagation de la chaleur Formules de Calculs Matériaux disposés en «s é rie» (on ajoute les résistances) R totale = Σ R i 1/U totale = Σ (1/U i ) Matériaux disposés en «parallèle» (on ajoute les conductances) U totale = Σ U i 1/R totale = Σ (1/Ri i ) Les ponts thermiques Les flux thermiques traversent aussi des singularités dans le bâtiments : tableaux des fenêtres, ponts thermiques, etc On définit alors ψ linéique, ou coefficient de transmission linéique car ces singularités sont présentes sur une longueur spécifique et notée l n ψt = Σ ψn. ln en W/K ou W/ C J.P. Oliva 12

13 2 -Les 3 modes de propagation de la chaleur Résistance thermique R exemple1 : paroi en contact avec l extérieur Définitions <- e -> Résistances - mur en blocs béton sable et gravillon, épaisseur 20cm 0,19 -lame d air de 5cm 0,16 - mur brique creuses de 7,5cm 0,16 - enduit ciment de 1cm sur blocs creux 0,008 - enduit plâtre de 1cm sur briques creuses 0,03 - résistance superficielle (1/hi) intérieure et extérieure (1/he) 0,17 R totale= 0,718 C.m2/W (U=1,39 W/m2. C) 2 -Les 3 modes de propagation de la chaleur Résistance thermique R (exemple2 : plafond structure bois) Définitions <- e -> Résistances - ensemble structure + isolant 3,212 - parement plâtre cartonné 1,3 cm 0,03 -résistance superficielle (1/hi) intérieure et extérieure (1/he) 0,18 R totale= 3,422 C.m2/W (U=0,29 W/m2. C) 13

14 2 -Les 3 modes de propagation de la chaleur Définitions Résistance thermique R exemple 3 : plancher surélevé ventilé au-dessous constitué de : <- e -> Résistances - dalle préfabriquée de hourdis béton épaisseur 16 0,13 - dalle de répartition béton plein 4cm 0,02 - isolant collé sous plancher λ = 0,04 épaisseur de 6 cm 1,5 (R= E/λ) - plâtre cartonné 1,3 cm de protection isolant 0,03 - carrelage collé épaisseur 1cm 0,06 -résistance superficielle (1/hi) intérieure et extérieure (1/he) 0,22 R totale= 1,96 C.m2/W (U=0,51 W/m2. C) 2 -Les 3 modes de propagation de la chaleur Définitions Conclusions - R importante ou U faible ssi présence d isolant - les résistances superficielles ne sont pas négligeables <- e -> - une lame d air a une influence non négligeable mais tres faible par rapport à une couche d isolant - les couches minérales telles qu enduits, placoplâtre, carrelage ré sistances négligeables - Les meilleures U pour des parois de faibles épaisseur s obtiennent avec du bois intégrant un isolant (le bois est mauvais conducteur) parois très isolées < U < paroi unique sans isolant 0,15 W/m2.C < U < 3 W/m2. C 14

15 2 -Les 3 modes de propagation de la chaleur Convection libre et (forcée) ŸLorsqu un fluide (air) est en contact avec une paroi, il existe un échange de flux thermique (du plus chaud au plus froid) ŸLa densité de flux correspondante est donc : φ = U c. t en W/m. C avec Uc = conduction par convection pour 1m 2 3-Les stratégies thermiques Stratégie du chaud > Hiver 15

16 3-Les stratégies thermiques Stratégie du Froid > Eté 4 - Isolation et Inertie Thermique La cave - inertie thermique très grande - Variation grandes de T C ext mais T C int quasi constante La serre - inertie thermique presque nulle - Variation grandes de T C ext implique des variations importantes de T C int sans chauffage ni climatisation sans chauffage ni climatisation 16

17 4 - Isolation et Inertie Thermique L inertie thermique (d absorption) Faible inertie par une isolation placée à l intérieur Forte inertie par une isolation placée à l extérieur (mur en maçonnerie) 4 - Isolation et Inertie Thermique L inertie thermique (d absorption) - se définit comme la capacité d un matériau à accumuler puis à restituer un flux thermique (de la chaleur) - l inertie thermique dépend de 3 facteurs. La conductivité thermique «λ». La chaleur spécifique «c». La masse volumique du matériau «ρ» Pour quantifier l inertie, on introduit le paramètre de capacité thermique S S = ρ.c en j/kg. C Polystyrène 21 Laine de verre 99 Air 1256 Liège Pierre Naturelle Béton Bois O 17

18 4- Isolation et Inertie Thermique L inertie thermique (d absorption). La capacité thermique d une paroi est surtout utile que si elle est placée à l intérieur du bâtiment et isolée des conditions climatiques extérieures. Construire en forte inertie c est donc utiliser des matériaux lourds à l intérieur de l habitat afin de stocker la chaleur solaire et atténuer les variations de température interne. A l inverse une maison à faible inertie montera vite en température au moindre rayon de soleil sans la possibilité de stocker la chaleur solaire. Les écarts de température internes seront importants. Les risques de surchauffe élevés.. Une forte inertie est surtout utilise en cas d occupation permanente. Une faible inertie peut-être intéressante pour des locaux à usages intermittents. 18

Séminaire Relations et Soutenabilité (Vincent Rigassi, Jean-Marc Huygen, Heinrich Thielmann, Anne Chatelut, Andelkader Ben Saci + invités)

Séminaire Relations et Soutenabilité (Vincent Rigassi, Jean-Marc Huygen, Heinrich Thielmann, Anne Chatelut, Andelkader Ben Saci + invités) M1CV2 > Confort thermique et lumineux Enseignants : Nicolas REMY et Jean-Baptiste VIALE Cours Cours 1 et 2 : Mardi 12 Octobre de 8h à 12h Cours 3 et 4 : Mardi 26 Ocotbre de 8h à 12h Cours 5 : Mardi 16

Plus en détail

L inertie thermique : est la capacité d un matériau à stocker l énergie, traduite par sa capacité thermique.

L inertie thermique : est la capacité d un matériau à stocker l énergie, traduite par sa capacité thermique. L inertie thermique : est la capacité d un matériau à stocker l énergie, traduite par sa capacité thermique. Plus l inertie est élevée et plus le matériau restitue des quantités importantes de chaleur

Plus en détail

CONFORT THERMIQUE. 1/ La chaudière et la cheminée fonctionnent 2/ La chaudière et la cheminée ne fonctionnent pas

CONFORT THERMIQUE. 1/ La chaudière et la cheminée fonctionnent 2/ La chaudière et la cheminée ne fonctionnent pas CONFORT THERMIQUE I. Pourquoi isolons-nous? 1/ La chaudière et la cheminée fonctionnent 2/ La chaudière et la cheminée ne fonctionnent pas - La température ambiante est agréable - La température ambiante

Plus en détail

Thermique et matériaux

Thermique et matériaux Thermique et matériaux 1. Variété et performance des matériaux 3. Aperçu de la logique HQE Sources : Oliva Jean-Pierre (2001). L'isolation écologique, Mens : Éd. Terre vivante. 1. Variété et performance

Plus en détail

LES PRINCIPES DE LA THERMIQUE

LES PRINCIPES DE LA THERMIQUE LES PRINCIPES DE LA THERMIQUE 1- Introduction : isolation d une maison Après avoir regardé la vidéo «bien isoler sa maison», répondre aux questions suivantes : Depuis 2011, qu impose la réglementation

Plus en détail

Pourquoi le métal semble-t-il plus froid que le bois? ( CME4)

Pourquoi le métal semble-t-il plus froid que le bois? ( CME4) Équilibre thermique des matériaux Conduction thermique Capacité thermique massique d un matériau Quantité de chaleur La résistance thermique d un matériau Pourquoi le métal semble-t-il plus froid que le

Plus en détail

Première 1er 2ème 3ème COMPORTEMENT THERMIQUE DES EXERCICES NIVEAU 1 1 / 7. Enseignement transversal LES TRANSFERTS THERMIQUES EXERCICES.

Première 1er 2ème 3ème COMPORTEMENT THERMIQUE DES EXERCICES NIVEAU 1 1 / 7. Enseignement transversal LES TRANSFERTS THERMIQUES EXERCICES. 1 / 7 NIVEAU 1 Exercice 1 Soit un vitrage simple d épaisseur 5 mm, de coefficient de conductibilité λ = 1,15 W/m C. La température de surface du vitrage intérieure est 22 C, la température de surface du

Plus en détail

L énergie Maîtriser les déperditions énergétiques dans un bâtiment

L énergie Maîtriser les déperditions énergétiques dans un bâtiment L énergie Maîtriser les déperditions énergétiques dans un bâtiment Travaux Dirigés 02 Comment bien isoler une maison? Bien isoler sa maison avec Fred et Jamy Filière Scientifique - Option Sciences de l

Plus en détail

Plan de la séance. L5C : Environnement thermique et maîtrise énergétique. Cours n 04 > Bases physiques (II)

Plan de la séance. L5C : Environnement thermique et maîtrise énergétique. Cours n 04 > Bases physiques (II) L5C : Environnement thermique et maîtrise énergétique Cours n 04 > Bases physiques (II) Brises soleils coulissants (Architecte Bruno Burlat) Nicolas.Tixier@grenoble.archi.fr! Les illustrations de ces cours

Plus en détail

Lycée Professionnel Le Chesnois Bains les Bains

Lycée Professionnel Le Chesnois Bains les Bains Quelques exemples choisis de conductivité thermique b - La résistance thermique : R La capacité d'un matériau à résister au froid et au chaud est appelée ou R. Cet indicateur exprime la capacité d'un matériau

Plus en détail

COEFFICIENT DE TRANSFERT THERMIQUE

COEFFICIENT DE TRANSFERT THERMIQUE FICHE CALCUL CALCUL DES CHARGES S Version 00-203 Page / 6 RESISTANCE La résistance thermique notée «R» est la capacité d un matériau de résister au passage de la chaleur (flux thermique ), de l extérieur

Plus en détail

Plan de la séance. L5C : Environnement thermique et maîtrise énergétique. Cours n 03 > Bases physiques (I)

Plan de la séance. L5C : Environnement thermique et maîtrise énergétique. Cours n 03 > Bases physiques (I) L5C : Environnement thermique et maîtrise énergétique Cours n 03 > Bases physiques (I) Salle de test à l échelle 1 > CSTB Nantes http://aerodynamique.cstb.fr Nicolas.Tixier@grenoble.archi.fr! Les illustrations

Plus en détail

TECHNIQUE DU FROID ET DU CONDITIONNEMENT DE L AIR. Séance : Bilan thermique d une chambre froide Date :

TECHNIQUE DU FROID ET DU CONDITIONNEMENT DE L AIR. Séance : Bilan thermique d une chambre froide Date : TECHNIQUE DU FROID ET DU CONDITIONNEMENT DE L AIR Tâche T1.2 : Analyser les plans d une installation Compétence C1.1 : Collecter, identifier, lister, relever des données Thème : S4 : Approche scientifique

Plus en détail

L énergie thermique. Φ.R th S. λ = ,75 =23,7 C =T 1 = ( 1 3 0,8 + 1

L énergie thermique. Φ.R th S. λ = ,75 =23,7 C =T 1 = ( 1 3 0,8 + 1 Exercice 1 L énergie thermique Soit un vitrage simple d épaisseur 5 mm, de coefficient de conductibilité = 1,15 W/(m.K) La température de surface du vitrage intérieure est 22 C, la température de surface

Plus en détail

Matinée A. Le Grenelle de l environnement B. Les grandeurs caractéristiques C. Le confort D. Les déperditions thermiques Après midi E.

Matinée A. Le Grenelle de l environnement B. Les grandeurs caractéristiques C. Le confort D. Les déperditions thermiques Après midi E. Matinée A. Le Grenelle de l environnement B. Les grandeurs caractéristiques C. Le confort D. Les déperditions thermiques Après midi E. Applications sur un pavillon F. Exemples de mises en évidence 1 Ne

Plus en détail

Paramètres influent le transfert de chaleur et le besoin en. énergie

Paramètres influent le transfert de chaleur et le besoin en. énergie Paramètres ayant une influence sur le transfert de chaleur et/ou le besoin en énergie Le thème traité : quels sont les paramètres ayant une influence sur le transfert de chaleur et/ou le besoin en énergie

Plus en détail

K ISOL Revêtement céramique de DJP Energy. DJP Energy SAS Capital de rue des Carmes CAEN

K ISOL Revêtement céramique de DJP Energy. DJP Energy SAS Capital de rue des Carmes CAEN K ISOL Revêtement céramique de DJP Energy Capital de 2 015 300 6 rue des Carmes 14000 CAEN www.djpenergy.com Les céramiques : un isolant remarquable Les céramiques sont utilisées comme réfractaire dans

Plus en détail

CALCUL DE PONTS THERMIQUES DE LIAISON AVEC FACADE F4

CALCUL DE PONTS THERMIQUES DE LIAISON AVEC FACADE F4 Département Enveloppe et Revêtements Division HygroThermique des Ouvrages N affaire : 10-099 Le 26 avril 2011 Réf. DER/HTO 2011-100-AD/LS CALCUL DE PONTS THERMIQUES DE LIAISON AVEC FACADE F4 Version 1

Plus en détail

BUREAU D ÉTUDES CANTY

BUREAU D ÉTUDES CANTY La performance du détail 20 Réf. PHPP Réf. RT 2012 Ψ = 0,079 W/m.K (réf. RT 2012) Ψ = -0,044 W/m.K (réf. PHPP) Calcul réalisé selon les normes NF EN ISO 10211 et NF EN ISO 10077-2, les Règles Th-Bât 2012

Plus en détail

Réseau SCEREN. Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la. Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel.

Réseau SCEREN. Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la. Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Campagne 2013 Ce fichier numérique ne peut être reproduit, représenté, adapté

Plus en détail

Approfondissement Energétique des bâtiments et confort Département Génie Civil Ecole des Ponts ParisTech. Bruno PEUPORTIER ParisTech

Approfondissement Energétique des bâtiments et confort Département Génie Civil Ecole des Ponts ParisTech. Bruno PEUPORTIER ParisTech Approfondissement Energétique des bâtiments et confort Département Génie Civil Ecole des Ponts ParisTech Thermique, 2 Rayonnement Bruno PEUPORTIER ParisTech Définitions 1 1 Flux entre deux surfaces 2 Corps

Plus en détail

CALCUL DES COEFFICIENTS DE PONTS THERMIQUES DE PLANCHER INTEGRANT DES MODENATURES. Société : NMC

CALCUL DES COEFFICIENTS DE PONTS THERMIQUES DE PLANCHER INTEGRANT DES MODENATURES. Société : NMC CALCUL DES COEFFICIENTS DE PONTS THERMIQUES DE PLANCHER INTEGRANT DES MODENATURES Société : NMC DÉPARTEMENT ENVELOPPE ET REVÊTEMENTS Service DER Division HTO DER/HTO 2010-112-BB/LS Date Le 12 Avril 2010

Plus en détail

L énergie s exprime en joules (J)

L énergie s exprime en joules (J) I Les différents types d énergie L énergie peut prendre plusieurs formes : Ici on trouve l énergie cinétique, l énergie calorifique et l énergie lumineuse. Ici on trouve l énergie de changement d état,

Plus en détail

Transferts d énergie thermique

Transferts d énergie thermique Transferts d énergie thermique Notions et contenus Transferts d énergie entre systèmes macroscopiques Notions de système et d énergie interne. Interprétation microscopique. Capacité thermique. Transferts

Plus en détail

AMCO 1901 : exercices de thermique

AMCO 1901 : exercices de thermique AMCO 1901 : exercices de thermique Matériaux [W/mK],e[m] qt= k. (Tint- Text) [w/m2] Parois k = 1/RT [W/K] Ri, Re, Ra, Rvitrages RT = R [K/W] Bâtiment ks = aj kj Aj + ki li [W/K] Aj. niveau d'isolation

Plus en détail

DEVELOPPER UNE ARCHITECTURE BIOCLIMATIQUE MEDITERRANEENNE INERTIE THERMIQUE INERTIE THERMIQUE DANS LE BATIMENT. Principe

DEVELOPPER UNE ARCHITECTURE BIOCLIMATIQUE MEDITERRANEENNE INERTIE THERMIQUE INERTIE THERMIQUE DANS LE BATIMENT. Principe DANS LE BATIMENT Principe L'inertie thermique d un bâtiment est sa capacité à stocker et à déstocker de l énergie thermique dans sa structure, quelle que soit la saison. Elle est caractérisée par sa capacité

Plus en détail

Physique du Bâtiment Caractéristiques thermi -ques dynamiques

Physique du Bâtiment Caractéristiques thermi -ques dynamiques Déphasage et amortissement Définitions Thermique dynamique Etude thermique dans laquelle les paramètres de calcul sont variables. Par exemple : les températures extérieure (données météorologiques) et

Plus en détail

Isolation thermique par l extérieur

Isolation thermique par l extérieur Isolation thermique par l extérieur 8 Diathonite Evolution est un enduit idéal pour réaliser une isolation thermique par l extérieur sur tous les types de maçonnerie. 1 2 3 4 1. Diathonite Finition / Plasterpaint

Plus en détail

4) proposer une solution constructive appropriée.

4) proposer une solution constructive appropriée. Architecture 2 ème année / Bachelor Physique du bâtiment III Corrigé Série 2 Bilan thermique net d un mur pourvu d une isolation translucide 1) mur ancien (orientation sud) Umur = 1.1 W/m 2 K a = 0.6 2)

Plus en détail

Parois opaques (isolation thermique extérieure, intérieure, répartie lourde ou légère)

Parois opaques (isolation thermique extérieure, intérieure, répartie lourde ou légère) Parois opaques (isolation thermique extérieure, intérieure, répartie lourde ou légère) Durée du thème : 30 minutes FEEBAT Module 1+2 - Isolation thermique 1 Pour réduire les consommations d énergie Pour

Plus en détail

DETERMINATION DES COEFFICIENTS THERMIQUES (UP ET PSI) DES BLOCS DE COFFRAGE ISOLANT ISOLASUP EVOLUTION POUR UN AVIS TECHNIQUE

DETERMINATION DES COEFFICIENTS THERMIQUES (UP ET PSI) DES BLOCS DE COFFRAGE ISOLANT ISOLASUP EVOLUTION POUR UN AVIS TECHNIQUE Direction Isolation et Revêtements Division HygroThermique des Ouvrages N affaire : 13-098 Le 21 juillet 2014 Réf. DIR/HTO 2014-154-KZ/LS- N SAP 70042372 DETERMINATION DES COEFFICIENTS THERMIQUES (UP ET

Plus en détail

15/05/2012 Etude réalisée sous ABATIA 1/9

15/05/2012 Etude réalisée sous ABATIA 1/9 Projet Nom Petit collectif Nom de la variante SHON 900 Haut. sous plafond 2.8 Détails du site Latitude 45.57 Longitude 5.91 Station météo Chambéry Catalogue des parois Nom Type Positionnement Composition

Plus en détail

L énergie interne U d un système macroscopique résulte de contributions microscopiques.

L énergie interne U d un système macroscopique résulte de contributions microscopiques. LES TRANSFERTS THERMIQUES Energie interne L énergie interne U d un système macroscopique résulte de contributions microscopiques. Les particules qui constituent le système sont en mouvement perpétuel :

Plus en détail

Aides pour mieux comprendre l'isolation thermique du batiment.

Aides pour mieux comprendre l'isolation thermique du batiment. Aides pour mieux comprendre l'isolation thermique du batiment. Information sur les mots-clés dans le domaine de l'isolation thermique des batiments La conductivité thermique ou Lambda La conductivité thermique

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable : Rénovation passive à haute performance energétique : détails techniques

Formation Bâtiment Durable : Rénovation passive à haute performance energétique : détails techniques Formation Bâtiment Durable : Rénovation passive à haute performance energétique : détails techniques Bruxelles Environnement EXEMPLE DE RÉNOVATION ÉNERGÉTIQUE ET DURABLE: BATEX [120] RUE DU VERGER Thomas

Plus en détail

Paramètres influent le transfert de chaleur et le besoin en. énergie

Paramètres influent le transfert de chaleur et le besoin en. énergie Paramètres ayant une influence sur le transfert de chaleur et/ou le besoin en énergie Le thème traité : quels sont les paramètres ayant une influence sur le transfert de chaleur et/ou le besoin en énergie

Plus en détail

Dans cette zone appelée couche limite, la température de l'air ainsi que sa vitesse varient rapidement en fonction de la distance à la paroi.

Dans cette zone appelée couche limite, la température de l'air ainsi que sa vitesse varient rapidement en fonction de la distance à la paroi. 3 L'air en tant qu'isolant L'air immobile possède une conductivité thermique très faible (λ = 0.024 W/mK). Cette propriété est utilisée dans tous les matériaux isolants dont la fonction principale est

Plus en détail

Température résultante d hiver (d après DTU) [ C]

Température résultante d hiver (d après DTU) [ C] Température résultante d hiver (d après DTU) [ C] Température résultante d été [ C] à titre indicatif Habitation Salle de séjour 18 23 à 25 Salle à manger 18 23 à 25 Cuisine 18 23 à 25 Salon 18 23 à 25

Plus en détail

Transferts de chaleur. Marie Pierrot Lycée du Rempart

Transferts de chaleur. Marie Pierrot Lycée du Rempart Transferts de chaleur 1 Température et chaleur La température : C'est une grandeur physique qui caractérise le degrés d'agitation thermique des particules constituant la matière. Elle se mesure à l'aide

Plus en détail

Plateforme Formation et Evaluation. Besoins de chauffage

Plateforme Formation et Evaluation. Besoins de chauffage Plateforme Formation et Evaluation Besoins de chauffage 1 Besoins de chauffage Déperditions Apports solaires Apports internes Contenu Méthode simplifiée de calcul des besoins de chauffage 2 1. Les déperditions

Plus en détail

Module L03 : TRANSFERTS THERMIQUES Corrigés des exercices posés en partiels

Module L03 : TRANSFERTS THERMIQUES Corrigés des exercices posés en partiels Module L03 : TRANSFERTS THERMIQUES Corrigés des exercices posés en partiels 1 Contrôle de température lors de travaux 1.1 Dimensionnement du chauffage 1.2 Température de surface 1.3 Consommation énergétique

Plus en détail

ATELIER. Communauté d agglomération des Portes de l Eure. Rénovation énergétique. 15 décembre ALEC27 - CAUE27

ATELIER. Communauté d agglomération des Portes de l Eure. Rénovation énergétique. 15 décembre ALEC27 - CAUE27 Communauté d agglomération des Portes de l Eure Conseil d Architecture, d Urbanisme et d Environnement de l Eure ATELIER Rénovation énergétique 15 décembre 2015 - ALEC27 - CAUE27 SOMMAIRE TYPOLOGIES DE

Plus en détail

CONCEPTION CLIMATIQUE

CONCEPTION CLIMATIQUE CONCEPTION CLIMATIQUE Selon les cours de Nicolas TIXIER Attention : l'ensemble de ce cours s'applique à des logiques d'habitat en climat tempéré (froid l'hiver / chaud l'été) - La notion de confort - Pour

Plus en détail

Le verre et le rayonnement solaire

Le verre et le rayonnement solaire Rayonnement Composition du rayonnement Le rayonnement qui atteint la terre est composé d environ 3% d ultraviolets (UV), 55% d infrarouges (IR) et 42% de lumière visible. Ces trois parties du rayonnement

Plus en détail

8 EXIGENCES POUR LE RAPPORT DONNÉES À INTRODUIRE DONNÉES À EXTRAIRE...19

8 EXIGENCES POUR LE RAPPORT DONNÉES À INTRODUIRE DONNÉES À EXTRAIRE...19 Annexe 8 Les règles de calcul pour la détermination des coefficients de transmission thermique linéaires et ponctuels des nœuds constructifs Calculs numériques validés TABLE DES MATIÈRES 1 INTRODUCTION...

Plus en détail

- Calcul : δ air / coefficient μ avec pour unité : mg/(m.h.pa) ou g/(m.h.mmhg)

- Calcul : δ air / coefficient μ avec pour unité : mg/(m.h.pa) ou g/(m.h.mmhg) Perméabilité à la vapeur d eau d un matériau (δ) : C est le rapport de la quantité de vapeur d eau traversant un matériau par unité d épaisseur; par unité de temps et par unité de différence de pression

Plus en détail

Rappels fondamentaux Thermique des composants d enveloppe

Rappels fondamentaux Thermique des composants d enveloppe Présentation de M. Mohamed ABDESSELAM - SOLENER - Mercredi de l info du 25 mars 2009 - cd2e Rappels fondamentaux Thermique des composants d enveloppe Sommaire : - Pertes thermiques d un mur - Déperditions

Plus en détail

Calcul de ponts thermiques et détermination du risque de condensation

Calcul de ponts thermiques et détermination du risque de condensation Calcul de ponts thermiques et détermination du risque de condensation Direction Date 10/03/2016 Chef de projet Laurent Mazié Référence rapport ET 16/037 N version 1 Chargés d études Rémi Wrona Diffusion

Plus en détail

Cours de Structures en béton

Cours de Structures en béton Cours de Structures en béton Chapitre 12 DETAILS DE CONSTRUCTION Section 12.8 Les revêtements 12.8.1 Les revêtements de sol 12.8.2 Les revêtements de mur 12.8.3 Les revêtements de plafond 12.8.4 Les revêtements

Plus en détail

40 I Caractéristiques du verre et expressions clés du domaine de la physique Financial Center, Abu Dhabi, UAE

40 I Caractéristiques du verre et expressions clés du domaine de la physique Financial Center, Abu Dhabi, UAE 40 I Caractéristiques du verre et expressions clés du domaine de la physique Financial Center, Abu Dhabi, UAE 4 Caractéristiques du verre et expressions clés du domaine de la physique 4.1 Le verre et le

Plus en détail

SCA2626 Météorologie générale HIVER Examen #1

SCA2626 Météorologie générale HIVER Examen #1 Examen #1 Durée : h. Pondération : Questions de 1 à 0 : points chaque (total 40 points) Exercices : 0 points chaque (total 60 points) Questions 1. à 17 : Choisissez la bonne réponse Questions 18 à 0 :

Plus en détail

Réduction des pertes énergétiques en toiture. Nom : Prénom : Classe : Date :

Réduction des pertes énergétiques en toiture. Nom : Prénom : Classe : Date : STI DD AC CI Contraintes envir. et énergétiques S.T.A. SAVOIRS TECHNOLOGIQUES ASSOCIES CI 2 Efficacité Énergétique 2 Outils Méthodes Analyse Description des systèmes 2.3.5 Comportement énergétiques des

Plus en détail

Quelle est la différence entre la méthode TH-C-E et TH-C-E ex?

Quelle est la différence entre la méthode TH-C-E et TH-C-E ex? Glossaire BBC-Effinergie Qu est-ce que la méthode TH-C-E? La méthode de calcul utilisée par les certificateurs du label BBC-Effinergie, est la méthode réglementaire française TH-C-E établie par le CSTB.

Plus en détail

Convection thermique

Convection thermique Convection thermique I. Introduction Le transfert thermique s effectue spontanément dès qu il existe une différence de température entre deux points d un système ou de deux systèmes différents en absence

Plus en détail

PERFORMANCE ÉNERGÉTIQUE DES BÂTIMENTS

PERFORMANCE ÉNERGÉTIQUE DES BÂTIMENTS 7. SURCHAUFFE PERFORMANCE ÉNERGÉTIQUE DES BÂTIMENTS R BSE Procédure... 7.1 R Critère de surchauffe - du 1 er mai 2010 au 31 décembre 2013... 7.2 R Critère de surchauffe à partir du 1 er janvier 2014...

Plus en détail

Les noeuds constructifs

Les noeuds constructifs Les noeuds constructifs Journée d étude PEB Passif 2015 CCB-C 30 mai 2013 Antoine Tilmans Laboratoire Caractéristiques énergétiques CSTC Avec le support de la guidance technologique écoconstruction et

Plus en détail

Les dalles actives. ASTECH Genève. TABS (Thermally Activated Building System) Présenté par JM Billette (Tobler System)

Les dalles actives. ASTECH Genève. TABS (Thermally Activated Building System) Présenté par JM Billette (Tobler System) TABS (Thermally Activated Building System) ASTECH Genève Présenté par JM Billette (Tobler System) 1 Présentation! Introduction.! Conception et dimensionnement.! Mise en oeuvre.! Echanges thermiques - performances.!

Plus en détail

C.M.E 41 Pourquoi le métal semble-t-il plus froid que le bois?

C.M.E 41 Pourquoi le métal semble-t-il plus froid que le bois? C.M.E 41 Pourquoi le métal semble-t-il plus froid que le bois? I) Pourquoi le métal semble-t-il plus froid que le bois? 1) Objet chaud, objet froid : nos sensations sont-elles fiables? A température ambiante,

Plus en détail

Règles Th-U. Parois vitrées. Fascicule 3/5 SOMMAIRE

Règles Th-U. Parois vitrées. Fascicule 3/5 SOMMAIRE Règles Th-U Ex Fascicule 3 : Parois vitrées - Sommaire I Règles Th-U Fascicule 3/5 Parois vitrées SOMMAIRE Chapitre I : Introduction... 1 Chapitre II : Méthode générale de calcul... 2 2.1 Parois vitrées...

Plus en détail

Influence de l inertie

Influence de l inertie Annexe II Influence de l inertie en immeuble collectif A - Préliminaire B - Hypothèses C - Simulations Étude réalisée pour CIMBÉTON par le cabinet TRIBU Énergie (2007) 53 Sommaire A - Préliminaire 55 1.

Plus en détail

Transfert d'humidité à travers les parois Note de synthèse Mur brique rénovation Extension d'un groupe scolaire WORMHOUT

Transfert d'humidité à travers les parois Note de synthèse Mur brique rénovation Extension d'un groupe scolaire WORMHOUT Transfert d'humidité à travers les parois Note de synthèse Mur brique rénovation Extension d'un groupe scolaire WORMHOUT Page 1/7 Transfert d'humidité à travers les parois : Note de synthèse Paroi Simulée

Plus en détail

SOMMAIRE NOTIONS FONDAMENTALES 1

SOMMAIRE NOTIONS FONDAMENTALES 1 SOMMAIRE NOTIONS FONDAMENTALES 1 OBJECTIFS POURSUIVIS 1 NOTION DE TEMPERATURE 2 NOTION DE CHALEUR 3 DÉFINITIONS 3 ECHANGE DE CHALEUR À TRAVERS UNE SURFACE 3 UNITÉS SI ET UNITÉS PRATIQUES 4 EXEMPLES DE

Plus en détail

Calcul du facteur solaire de combinaisons protection solaire - vitrage

Calcul du facteur solaire de combinaisons protection solaire - vitrage Division Energie et Bâtiment Calcul du facteur solaire de combinaisons protection solaire - vitrage Comparaison des méthodes normalisées simplifiée et détaillée Auteurs : Guillaume Lethé, Gilles Flamant

Plus en détail

METHODE «SIMPLIFIEE» à partir de la méthode CARRIER

METHODE «SIMPLIFIEE» à partir de la méthode CARRIER METHODE «SIMPLIFIEE» à partir de la méthode CARRIER Le calcul des apports par ensoleillement d un bâtiment, prend en compte : - la transmission de chaleur à travers les parois opaques et les vitrages -

Plus en détail

Bureau national pour accréditation de Lituanie

Bureau national pour accréditation de Lituanie INSTITUT DE CONSTRUCTION ET D ARCHITECTURE AUPRES L UNIVERSITE TECHNOLOGIQUE DE KAUNAS (KTU) LABORATOIRE DE LA PHYSIQUE THERMIQUE DE LA CONSTRUCTION Bureau national pour accréditation de Lituanie ESSAIS

Plus en détail

LA PROPAGATION DE LA CHALEUR A TRAVERS UNE PAROI. 1 - La résistance thermique d'échange superficiel (Rsi et Rse)

LA PROPAGATION DE LA CHALEUR A TRAVERS UNE PAROI. 1 - La résistance thermique d'échange superficiel (Rsi et Rse) LA POPAGATION DE LA HALE A TAVES NE PAOI ne paroi séparant deux ambiances de températures différentes, constitue un obstacle plus ou moins efficace, au flux de chaleur qui va s'établir de la chaude vers

Plus en détail

Les propriétés physico-chimiques des matériaux de construction

Les propriétés physico-chimiques des matériaux de construction Christian Lemaitre Les propriétés physico-chimiques des matériaux de construction Matière & matériaux Propriétés rhéologiques & mécaniques Sécurité & réglementation Comportement thermique, hygroscopique,

Plus en détail

Thème : Le bâtiment à énergie positive Classe : Tle S Pays ou ville : Antilles-Guyane sept 2014

Thème : Le bâtiment à énergie positive Classe : Tle S Pays ou ville : Antilles-Guyane sept 2014 Thème : Le bâtiment à énergie positive Classe : Tle S Pays ou ville : Antilles-Guyane sept 2014 DOC 1 : Consommation d énergie et de développement urbain La consommation d énergie par habitant est liée

Plus en détail

LES CONSTITUANTS DE LA BAIE DE FENÊTRE : LES PROTECTIONS

LES CONSTITUANTS DE LA BAIE DE FENÊTRE : LES PROTECTIONS LES CONSTITUANTS DE LA BAIE DE FENÊTRE : LES LES DIFFÉRENTS TYPES DE PROTECTION LES SOLAIRES PRINCIPE ET EFFICACITÉ Les objectifs Les caractéristiques LES ET L URE Limiter les surchauffes Diminuer les

Plus en détail

I. APPROCHE SUCCINCTE DES 3 MODES DE TRANSFERTS THERMIQUES.

I. APPROCHE SUCCINCTE DES 3 MODES DE TRANSFERTS THERMIQUES. Fiches professeur Transferts thermiques : conduction, convection, rayonnement. Flux thermique, résistance thermique. Caractéristiques thermiques des matériaux. I. APPROCHE SUCCINCTE DES 3 MODES DE TRANSFERTS

Plus en détail

Les différents types de capteurs solaires

Les différents types de capteurs solaires Les différents types de capteurs solaires 1 Différents capteurs Chauffage des piscines Moquette solaire pour le chauffage des piscines. Un capteur simple adapté au basses températures, résistant et peu

Plus en détail

LA MÉTHODE GLASER : CALCUL DE LA CONDENSATION DANS LES PAROIS

LA MÉTHODE GLASER : CALCUL DE LA CONDENSATION DANS LES PAROIS LA MÉTHODE GLASER : CALCUL DE LA CONDENSATION DANS LES PAROIS Document mis à jour le 15 décembre 2016 B.B.S. Slama service technique : 04.73.34.73.20 sav@bbs-logiciels.com www.bbs-logiciels.com Calcul

Plus en détail

22 PROPAGATION DU SON

22 PROPAGATION DU SON 22 PROPAGATION DU SON Compléments scientifiques et techniques 1. L isolation acoustique Elle consiste à diminuer les bruits provenant de l extérieur. Pour les bruits aériens L isolation dépend des matériaux.

Plus en détail

Utilisation des Matériaux à Changement de Phase (MCP) en climatisation passive et chauffage d intersaison

Utilisation des Matériaux à Changement de Phase (MCP) en climatisation passive et chauffage d intersaison Utilisation des Matériaux à Changement de Phase (MCP) en climatisation passive et chauffage d intersaison Contrat ADEME - PUCA N 04 04 C 0073 Notifié le 28/12/2004 D. QUENARD H. SALLEE K. JOHANNES A. HUSAUNNDEE

Plus en détail

BESOINS ENERGETIQUE. L énergie finale est l énergie dont l utilisateur va se servir pour répondre à ses besoins.

BESOINS ENERGETIQUE. L énergie finale est l énergie dont l utilisateur va se servir pour répondre à ses besoins. I Besoins en énergie finale Etat des lieux L énergie finale est l énergie dont l utilisateur va se servir pour répondre à ses besoins. I.1 Quelle est l énergie finale la plus consommée? Les besoins en

Plus en détail

Coefficient de transmission surfacique en partie courante (Uc) 6. Coefficient de transmission surfacique global (Up) 7

Coefficient de transmission surfacique en partie courante (Uc) 6. Coefficient de transmission surfacique global (Up) 7 THERMIQUE Sommaire Sommaire 2 Récapitulatif général des valeurs 3 Introduction et hypothèses de calcul 4 Nature des matériaux, conductivité thermique et conditions aux limites 5 Performances Thermiques

Plus en détail

Q1) Q2) Q3) Compétences travaillées : Q4) Q5) Q6)

Q1) Q2) Q3) Compétences travaillées :  Q4) Q5) Q6) Q1) En quelle unité exprime-t-on la consommation d énergie dans le DPE? Comment la convertir dans l unité d énergie du système international (usi)? En kilowattheure : 1 kwh = 10 3 Wh et 1 Wh = 3600 J Q2)

Plus en détail

Le soleil, corps chaud à une température de plus de 6000K, émet une énergie sous forme d'un rayonnement électromagnétique. Les longueurs d'onde de ce

Le soleil, corps chaud à une température de plus de 6000K, émet une énergie sous forme d'un rayonnement électromagnétique. Les longueurs d'onde de ce Le soleil, corps chaud à une température de plus de 6000K, émet une énergie sous forme d'un rayonnement électromagnétique. Les longueurs d'onde de ce type de rayonnement dépendent de la température. En

Plus en détail

a. Déterminer la résistance électrique et thermique du dispositif. de la tige à 15 cm de son extrémité froide. EXERCICE 2

a. Déterminer la résistance électrique et thermique du dispositif. de la tige à 15 cm de son extrémité froide. EXERCICE 2 1 EXERCICE 1 1. On considère une tige en aluminium de longueur = 50 cm, de section S = 2 cm 2 possédant une conductivité thermique λ = 239 W m -1 K -1 et une résistivité électrique de 2,65µ Ω. cm. Cette

Plus en détail

Transferts de masse Transferts de chaleur dans les bâtiments

Transferts de masse Transferts de chaleur dans les bâtiments Transferts de masse Transferts de chaleur dans les bâtiments Monika Woloszyn CETHIL UMR 5008, Université Lyon 1 GAT Habitat Poitier 2009 1 Objectif Transferts de masse : état de l art et futur Introduction

Plus en détail

ETUDE D UN BATIMENT HQE

ETUDE D UN BATIMENT HQE PARTIE D ETUDE D UN BATIMENT HQE Site NATURAGORA D1 - La démarche HQE D2 - Etude de la cible n 10, Confort visuel : éclairage artificiel satisfaisant et en appoint de l éclairage extérieur D3 - Etude technico-économique

Plus en détail

CHAPITRE 1 : ENERGIE SOLAIRE ET HABITAT

CHAPITRE 1 : ENERGIE SOLAIRE ET HABITAT CHAPITRE 1 : ENERGIE SOLAIRE ET HABITAT 1. Conversion thermique de l énergie solaire L énergie solaire reçue par rayonnement peut être convertie en énergie thermique. Cette conversion est mise en œuvre,

Plus en détail

Titre: Energétique Etu #1

Titre: Energétique Etu #1 Titre: Energétique Etu 2015-2016 #1 Auteur: Patrice Nortier Objectif de l'exercice : Cours : Energétique Code : 3FMT1026 Durée : 1h30 Évaluer les compétences acquises, Promotion : 2018 essentiellement

Plus en détail

Ministère de l égalité des territoires et du logement Ministère de l'écologie, du développement durable et de l énergie

Ministère de l égalité des territoires et du logement Ministère de l'écologie, du développement durable et de l énergie Réglementations Thermique Acoustique Aération Départements d Outre-Mer Version 1.1 Fiche d application Thermique Protection contre les rayonnements solaires BÂTIMENTS D HABITATION NEUFS Ministère de l'écologie,

Plus en détail

G.V. 1 J-M R. D-BTP 2006

G.V. 1 J-M R. D-BTP 2006 G.V. J-M R. D-BTP 2006 1 Définition globale du coefficient GV Calcul du coefficient GVréf Calcul des déperditions par les parois Calcul des déperditions par renouvellement d air 2 Définition globale du

Plus en détail

UEK: concepts et critères environnementaux master semestre 2 SOLAIRE PASSIF

UEK: concepts et critères environnementaux master semestre 2 SOLAIRE PASSIF SOLAIRE PASSIF Nous avons dans notre projet, tenté de perfectionner les apports que le solair passif peuvent permettre dans le logement. Sur le site de la Fermenta à Payerne, nous nous sommes plus particulièrement

Plus en détail

DOSSIER INSTALLATION SOLAIRE

DOSSIER INSTALLATION SOLAIRE DOSSIER INSTALLATION SOLAIRE TECHNOLOGIES DES CAPTEURS SOLAIRE THERMIQUE EFFICACITE DU CAPTEUR SOLAIRE EN FONCTION DU SOLEIL LE CAPTEUR PLAN VITRE LE CAPTEUR A TUBES SOUS VIDE LE CAPTEUR «MOQUETTE SOLAIRE»

Plus en détail

Table 1 Métaux λ e W/mK

Table 1 Métaux λ e W/mK Données Valeurs λ par défaut (1) MÉTAUX Matériau Table 1 Métaux Chaleur massique c J/kgK Plomb 35 35 130 11 300 Cuivre 380 380 380 8 900 Acier 50 50 450 7 900 Aluminium 99% 160 160 880 2 800 Fonte 50 50

Plus en détail

TOUTE LA LUMIÈRE SUR LE RAYONNEMENT SOLAIRE

TOUTE LA LUMIÈRE SUR LE RAYONNEMENT SOLAIRE TOUTE LA LUMIÈRE SUR LE RAYONNEMENT SOLAIRE Comment maîtriser la lumière et la chaleur? SAINT-GOBAIN GLASS CLIMATE The future of habitat. Since 1665. Comment maîtriser la lumière et la chaleur? Notions

Plus en détail

Plafond Rayonnant Plâtre

Plafond Rayonnant Plâtre Plafond Rayonnant Plâtre Confort Par le principe du rayonnement, les masses d air ne sont pas chauffées, seuls les surfaces, les objets et les personnes le sont. Il en résulte une chaleur douce et une

Plus en détail

Th-U. Fascicule 5/5 PONTS THERMIQUES. Version de février 2001

Th-U. Fascicule 5/5 PONTS THERMIQUES. Version de février 2001 Enveloppes légères et transferts Hygrothermique des ouvrages Th-U Fascicule 5/5 PONTS THERMIQUES Version de février 2001 Auteur : S. FARKH PARIS - MARNE-LA-VALLEE - GRENOBLE - NANTES - SOPHIA ANTIPOLIS

Plus en détail

9.1 La thermique. Les besoins énergétiques d un logement

9.1 La thermique. Les besoins énergétiques d un logement 9.1 La thermique Protéger les bâtiments contre les variations thermiques, et plus particulièrement contre le froid, est une nécessité qui s est affinée au fil des années avec l exigence de confort de leurs

Plus en détail

Première STI2D /STL Tronc commun Exercices Isolation thermique

Première STI2D /STL Tronc commun Exercices Isolation thermique Première STI2D /STL Tronc commun Exercices Isolation thermique Classe : Première Enseignement : Sciences physiques THEME du programme : HABITAT / VÊTEMENT et REVÊTEMENT Résumé du contenu de la ressource.

Plus en détail

PHYSIQUE DE LA CHALEUR

PHYSIQUE DE LA CHALEUR UN NIVERSITE DE BISK KRA FACUL LTE DES SSCIENCES ET DE LA A TECHNO OLOGIE DEPART TEMENT D D ARCHIT TECTURE Master I: Architecture et Environnement Matière: Sciences Pour L architecture COURS N 01 Première

Plus en détail

Publié sur Knauf Bâtiment (http://www.knauf-batiment.fr) S00001501 Le produit : présentation XTherm ULTRA 32 est un complexe de doublage qui combine les performances thermiques des polystyrènes expansés

Plus en détail

Eléments d armature thermo-isolants ARBO Physique du bâtiment prise en compte des ponts thermiques dans le calcul

Eléments d armature thermo-isolants ARBO Physique du bâtiment prise en compte des ponts thermiques dans le calcul [exposés] Eléments d armature thermo-isolants ARBO Physique du bâtiment prise en compte des ponts thermiques dans le calcul CH-3250 Lyss Switzerland Phone 032 387 95 95 Fax 032 387 95 99 E-Mail info@aschwanden.com

Plus en détail

Qualité architecturale et solutions constructives pour un logement optimisé

Qualité architecturale et solutions constructives pour un logement optimisé Qualité architecturale et solutions constructives Logements optimisés CQFD : Coûts, Qualité, Fiabilité, Délais ANNEXES Troisième session 1 2 octobre 2009 Sommaire Annexes Annexe 1 : Benne de bétonnage

Plus en détail

Bétons isolants structurels (B.I.S)

Bétons isolants structurels (B.I.S) Bétons isolants structurels (B.I.S) NORME NF EN 206-1/ CN Présentation UMGO 11 Juillet 2014 SNBPE Rhône Alpes 1 Le Béton en France: 39 millions de m3 4 100 millions HT de Chiffre d Affaires 1 816 Centrales

Plus en détail

Chapitre décembre 2015

Chapitre décembre 2015 Chapitre 4 Groupe scolaire La Sagesse Lycée qualifiante 21 décembre 2015 1 (2015-2016) 1ere Bac SM Sommaire 1 2 3 2 (2015-2016) 1ere Bac SM Sommaire 1 2 3 2 (2015-2016) 1ere Bac SM Sommaire 1 2 3 2 (2015-2016)

Plus en détail