Laurent LHÉRIAU. Agence Française de Développement Département de la Recherche

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Laurent LHÉRIAU. Agence Française de Développement Département de la Recherche"

Transcription

1 Précis de réglementation de la microfinance Laurent LHÉRIAU Agence Française de Développement Département de la Recherche AFD 2009

2 2 Avertissement Les analyses et conclusions de ce document sont formulées sous la responsabilité de ses auteurs. Elles ne reflètent pas nécessairement le point de vue officiel de l Agence Française de Développement ou des institutions partenaires. Directeur de la publication : Jean-Michel SEVERINO Directeur de la rédaction : Robert PECCOUD Précis de réglementation de la microfinance AFD 2009

3 L auteur Laurent Lhériau est docteur en Droit, spécialiste en réglementation financière. Il est chargé de cours à l'université de Nancy, au CESAG (Dakar) et au Programme de formation à la microfinance Boulder. 3 Sa thèse de doctorat porte sur «le droit des systèmes financiers décentralisés dans l'union économique et monétaire ouest-africaine UEMOA» (université d'amiens, 2003). Il a contribué à la réflexion sur l'amélioration des réglementations des systèmes financiers inclusifs de la plupart des pays francophones, pour le compte d'agences de développement, d'autorités monétaires et d'institutions financières. AFD 2009 Précis de réglementation de la microfinance

4 ..

5 Sommaire AVANT-PROPOS À LA 2 e ÉDITION...11 LEXIQUE TERMINOLOGIQUE...13 SYNTHÈSE...23 Problématique La structuration du secteur Le droit financier La réglementation financière La réglementation fiscalo-douanière Le droit des opérations et la microfinance Microfinance et liaisons avec d autres secteurs...32 PROBLÉMATIQUE...35 Qu est-ce que la microfinance?...35 Diversité des paysages financiers nationaux et frontière banque/microfinance..40 PARTIE I STRUCTURATION DU SECTEUR ET ARTICULATION ENTRE RÉGLEMENTATIONS FINANCIÈRES Qu est-ce que le droit de la microfinance? Spécificités liées à des éléments objectifs Spécificités liées à des problèmes de moyens Spécificités liées à des problèmes de gouvernance au sein des IMF mutualistes et autogérées Diversité des approches réglementaires et typologie des réglementations L approche mutualiste et décentralisée des réglementations intégrées des Coopec (groupe 1) AFD 2009 Précis de réglementation de la microfinance

6 Sommaire 2.2. Les réglementations retenant une approche sectorielle de l activité de microfinance (groupe 2) Les réglementations mixtes, articulant loi bancaire et réglementation dérogatoire (groupe 3) La microfinance en tant qu activité bancaire résiduelle (groupe 4) L articulation du secteur et la traduction réglementaire de la notion de système financier inclusif Constat statistique de l influence de la réglementation sur la géométrie du secteur Développement de la diversité institutionnelle et systèmes financiers inclusifs PARTIE II DROIT FINANCIER, GOUVERNANCE ET SUPERVISION Autorisations d exercer et opérations autorisées Banques Conditions d agrément Dispositifs d incitation à la microfinance : regards sur la France, les États-Unis et l Afrique du Sud Établissements financiers/sociétés de financement Institutions financières spécialisées Intermédiaires en opérations de banque Institutions financières mutualistes Institutions de microfinance non mutualistes Micro-IMF et IMF de «niche» Établissements de paiement et/ou de monnaie électronique Conclusions Organisation et forme juridique L organisation mutualiste Les schémas institutionnels des mouvements mutualistes Les caisses locales Les structures de réseau : union, fédération, confédération L organe financier de réseau ou «caisse centrale» Banque coopérative Société coopérative multisociétaire Précis de réglementation de la microfinance AFD 2009

7 Sommaire 2.2. Les structures non participatives : sociétés de capitaux et quasi-fondations Les médiateurs financiers : IOB, société de caution mutuelle et AMC Une SA intermédiaire, filiale partielle d une banque Une association ou fondation, intermédiaire «neutre» entre le monde bancaire et la micro-entreprise La société coopérative ou la société de caution mutuelle, autogérée par ses bénéficiaires La supervision du secteur Problématique générale, «suivi» et «supervision» Les autorités de surveillance et de supervision Les autorités déléguées PARTIE III LA RÉGLEMENTATION FINANCIÈRE Les normes de gestion et de transparence financière Principes généraux L encadrement des taux d intérêt débiteurs et créditeurs Fondements philosophiques, religieux et politiques du commerce de l argent Évolution du droit positif La gestion de la masse monétaire et les réserves obligatoires Éléments de droit comptable Notions de court, moyen et long termes Le débat sur la comptabilisation et le provisionnement des créances «en souffrance» Comptabilisation des parts sociales des sociétés coopératives et prise en compte dans les fonds propres Les obligations déclaratives Le contrôle interne et la certification des comptes Les normes prudentielles Éventail des normes prudentielles La solvabilité La division des risques Les grands risques AFD 2009 Précis de réglementation de la microfinance

8 Sommaire Risques sur dirigeants, personnel et associés La liquidité La transformation des ressources Le financement des immobilisations Les participations et la diversification des activités «Qualité du portefeuille» et orientation de l activité Mise en réserve Les cas particuliers Les IOB Les IMF «de niche» Les micro-imf Les structures faîtières et les «caisses centrales» des réseaux mutualistes PARTIE IV LA RÉGLEMENTATION FISCALO-DOUANIÈRE Problématique fiscale Fiscalité et équilibre financier : quels impôts pour quels impacts? La fiscalité comme outil de politique économique Éventail des fiscalités en microfinance La fiscalité des IFM ou Coopec La fiscalité du secteur associatif et des fondations La fiscalité des sociétés de capitaux La fiscalité des IOB La fiscalité «interbancaire» Les incitations fiscales temporaires pour création ou extension d activité Quelques conclusions sur la fiscalité PARTIE V LE DROIT DES OPÉRATIONS ET LA MICROFINANCE Libre propos sur le statut de la femme en microfinance Le droit des garanties Un état de l utilisation des sûretés Pistes de réflexion Précis de réglementation de la microfinance AFD 2009

9 Sommaire 3. Le droit des voies d exécution Droit et pratique des voies d exécution Pistes de réflexion Les transferts de fonds Les bases de données sur la clientèle Un outil de fichage d informations de plus en plus nécessaire en microfinance Les acteurs en présence Les éléments de droit à traiter Les modèles institutionnels Les normes antiblanchiment TIC et banque à distance PARTIE VI MICROFINANCE ET LIAISONS AVEC D AUTRES COMPARTIMENTS DU SECTEUR FINANCIER L accès aux marchés financiers Une insertion progressive dans les marchés financiers L accès au marché interbancaire Les produits et conditions d accès aux marchés financiers : caractéristiques dans l UEMOA et au Maroc Microfinance et micro-assurance Schémas institutionnels possibles Ébauche d une doctrine internationale Premières réglementations sur la micro-assurance ANNEXES Annexe État comparatif des plus importantes IMF par pays Annexe Bibliographie Algérie Bolivie Burundi Cambodge AFD 2009 Précis de réglementation de la microfinance

10 Sommaire Cémac Comores Djibouti France Guinée Maroc Madagascar Mauritanie Ouganda RDC Rwanda Tunisie UMOA UEMOA AUTRES DOCUMENTS ET ÉTUDES EN LIEN AVEC LA RÉGLEMENTATION SÉLECTION DE LIENS INTERNET PERTINENTS Précis de réglementation de la microfinance AFD 2009

11 Avant-propos à la 2 e édition Cette deuxième édition du Précis, presque quatre ans après la première, répond à une double nécessité 1. La première tient à l évolution des réglementations applicables à la microfinance et au secteur bancaire dans plusieurs pays et zones visés par le Précis qui, dans le cas de réformes majeures, rendait la première édition obsolète 2. La seconde est liée à l obligation de tenir compte de l évolution du secteur de la microfinance et des innovations, tant financières que techniques et juridiques, que sont principalement l accès aux marchés financiers nonobstant la crise financière globale, la microbancassurance, le développement et l utilisation de bases de données sur la clientèle, l exploitation des «nouvelles» technologies de l information et de la communication, les transferts de fonds et l irruption des normes antiblanchiment dans le secteur. Le Précis s enrichit donc de développements dans ces thématiques périphériques et/ou innovantes de la microfinance, regroupés pour l essentiel dans les parties V et VI. Ces innovations posent de nouveaux défis aux juristes, aux institutions de microfinance et aux superviseurs. Dans un contexte marqué par la crise financière globale, il pourra fournir un certain nombre de repères rappelant les fondamentaux de la supervision de ce secteur de la banque de détail qu est la microfinance. 11 Sans prétendre effectuer un inventaire systématique des questions réglementaires en la matière dans chacun des pays couverts par le Précis, ces nouveaux développements posent les analyses illustrées de quelques exemples et fournissent les éléments juridiques permettant au lecteur intéressé de poursuivre la recherche dans la réglementation du pays qui l intéresse. Enfin, cette nouvelle édition du Précis intègre davantage certains éléments de la doctrine internationale en matière de régulation et de supervision de la microfinance et du secteur financier 3. AFD 2009 Précis de réglementation de la microfinance

12 Avant-propos Notes 1. Outre l épuisement du tirage initial qui imposait au moins une réimpression. 2. Notamment au sein de l UEMOA (Union économique et monétaire ouest-africaine), la république de Guinée, Madagascar et la Mauritanie. À cela il convient d ajouter deux nouveaux pays (Burundi et Rwanda). 3. En particulier en provenance du CGAP (Groupe consultatif d assistance aux pauvres), de l AICA (Association internationale des contrôleurs d assurance), de l IASB (International Accounting Standards Board) et de la BRI (Banque des règlements internationaux, comité de Bâle). 12 Précis de réglementation de la microfinance AFD 2009

13 Lexique terminologique AARCEC Appui à l application de la réglementation des coopératives d épargne et de crédit ABSA Action à bon de souscription d actions ACDI Agence canadienne de développement international ACEP Alliance du crédit et d épargne pour la production (Sénégal) ADIE Association pour le droit à l initiative économique (France) AEF Afrique équatoriale française AFD Agence française de développement AICA Association internationale des contrôleurs d assurance AITEC Acción Internacional Técnica (Bolivie) Alafia Association professionnelle des IMF du Bénin AMC Association de microcrédit AMF Association de microfinance AMO Assurance maladie obligatoire ANCEC Association nationale des caisses d épargne et de crédit (Djibouti) AOF Afrique occidentale française APEX Structure de refinancement sectoriel en microfinance : à ne pas confondre avec les unions et les fédérations de réseaux mutualistes et leurs «caisses centrales bancaires» privatives ASBL Association sans but lucratif ATOMBS Appui technique aux opérations mutualistes bancaires (Sénégal) AUCM Acte uniforme relatif au droit des sociétés coopératives et des mutuelles (Ohada) AUS Acte uniforme relatif au droit des sûretés (Ohada) BAfD Banque africaine de développement BAM Bank Al-Maghrib (Banque centrale du royaume du Maroc) BancoSol Banco Solidario SA (Bolivie) BBBEE Broad-Based Black Economic Empowerment (Afrique du Sud programme d émancipation économique des populations noires) BCC Banque centrale du Congo (RDC) BCD Banque centrale de Djibouti 13 AFD 2009 Précis de réglementation de la microfinance

14 Lexique terminologique 14 BCEAO BCM BCRG BDS BEAC BEFI BEI BIC BIFR BIMAO BIT BMS BNDA BNDE BNR BOAD BRI BRI BRS BRVM BT BTS Cadeco CAECE Camccul Capaf CARG CB CCA CCA CCFD CCMAO Banque centrale des États d Afrique de l Ouest Banque centrale de Mauritanie Banque centrale de la république de Guinée Business Development Services (services d appui aux entreprises) Banque des États de l Afrique centrale Bons des établissements financiers Banque européenne d investissement Bénéfices industriels et commerciaux Bons des institutions financières régionales Banque des institutions mutualistes d Afrique de l Ouest Bureau international du travail Banque malienne de solidarité Banque nationale de développement agricole (Côte d Ivoire, Sénégal) Banque nationale pour le développement économique (Burundi) Banque nationale du Rwanda Banque ouest-africaine de développement Banque des règlements internationaux (sise à Bâle, Suisse) Bank Rakyat Indonesia (Indonésie) Banque régionale de solidarité Bourse régionale des valeurs mobilières de l UEMOA (sise à Abidjan, Côte d Ivoire) Bons du trésor Banque tunisienne des solidarités Caisse d épargne du Congo (RDC) Caisses associatives d épargne et de crédit des entrepreneurs et commerçants du Mali Cameroon Credit Cooperative Union League Programme de renforcement des capacités des institutions de microfinance en Afrique francophone Crédit agricole et rural de Guinée Commission bancaire : selon les pays ou les zones, Cobac Chambre de compensation automatisée Crédit communautaire d Afrique Comité catholique contre la faim et pour le développement Confédération des caisses mutualistes d Afrique de l Ouest Précis de réglementation de la microfinance AFD 2009

15 Lexique terminologique CD Certificat de dépôts CDC Caisse des dépôts et consignations (France) CDG Caisse de dépôts et de gestion (Maroc) CDL Créances douteuses, litigieuses et contentieuses CDS Crédit du Sahel CDVM Conseil déontologique des valeurs mobilières (Maroc) CEC Caisse d épargne et de crédit Cecam Caisse d épargne et de crédit agricole mutualiste (Madagascar) CECD Caisses d épargne et de crédit de Djibouti : IMF à classer dans les institutions financières mutualistes (IFM) CEDEAO Communauté économique des États de l Afrique de l Ouest : regroupe 15 pays (Bénin, Burkina Faso, Cap-Vert, Côte d Ivoire, Gambie, Ghana, Guinée, Guinée-Bissau, Liberia, Mali, Niger, Nigeria, Sénégal, Sierra Leone, Togo) dont les huit de l UEMOA. Cémac Communauté économique et monétaire des États d Afrique centrale : regroupe six pays (Cameroun, Gabon, Guinée équatoriale, République centrafricaine, république du Congo, Tchad) Cencep Centre national des caisses d épargne et de prévoyance (France) Centif Cellule nationale de traitement des informations financières (France) Cerudeb Centenary Rural Development Bank (Ouganda) Cerudet Centenary Rural Development Trust (Ouganda) CFCE Contribution forfaitaire à charge de l employeur CGAP Groupe consultatif d assistance aux pauvres CGI Code général des impôts CICM Centre international du crédit mutuel CIF Confédération des institutions financières CIMA Conférence interafricaine des marchés d assurance CIPRES Conférence interafricaine de la prévoyance sociale CL Caisse locale CMC Caisse mutuelle centrale (république du Congo) CMCA Crédit mutuel de Centrafrique CMG Crédit mutuel de Guinée CMLT Commercial Microfinance Limited (Ouganda) CMS Crédit mutuel du Sénégal CMU Couverture maladie universelle 15 AFD 2009 Précis de réglementation de la microfinance

16 Lexique terminologique 16 CNCA Cobac Comofi Coopec CRCAM CREP CREPMF CRG CSBF CTRN CVECA DAT DAV DEC DECF DESCF DID DND DPECF DSFD DSIF ECCS EME EMF EMT EP EPIC FCP FBPMC Fececam FenaCoopec Caisse nationale du Crédit agricole Commission bancaire de l Afrique centrale Code monétaire et financier (France) Coopérative d épargne et de crédit : terminologie couramment utilisée pour désigner les IFM Caisses régionales du Crédit agricole mutuel (Bénin) Caisse rurale d épargne de prêt (Côte d Ivoire) Conseil régional de l épargne publique et des marchés financiers de l UEMOA Crédit rural de Guinée Commission de supervision bancaire et financière (Madagascar) Conseil transitoire de redressement national (république de Guinée) Caisses villageoises d épargne et de crédit autogérées : mouvements mutualistes «alternatifs» fondés sur la cohésion sociale villageoise et les mécanismes de droit coutumier, notamment les chefferies villageoises Dépôts à terme Dépôts à vue Diplôme d expertise comptable Diplôme d études comptables et financières Diplôme d études supérieures comptables et financières Développement international Desjardins Donnée non disponible Diplôme préparatoire aux études comptables et financières Département des systèmes financiers décentralisés (BCEAO) Direction de la supervision des intermédiaires financiers (France) Établissement de crédit à caractère spécial Établissement de monnaie électronique Établissement de microfinance (Cémac) Ennatien Moulethan Tchonebat (crédit rural Cambodge) Établissement de paiement Établissement public industriel et commercial Fonds communs de placement Fondation des banques populaires pour le microcrédit (Maroc) Fédération des caisses d épargne et de crédit agricole mutuel (Bénin) Fédération nationale des Coopec (Côte d Ivoire) Précis de réglementation de la microfinance AFD 2009

17 Lexique terminologique FENU FFP FIDA FPCT FPN FSC FSCC FSD Fucec GAB GABAC GAFI GEC-CCM GIABA GIC GIE GMP Gret GRSM IARD IASB IFD IFI IFM IFRIC IFS IGR IMA Fonds d équipement des Nations unies Fonds financier privé : spécialisé en microfinance (Bolivie) Fonds international pour le développement agricole Fonds de placements collectifs en titrisation Fonds patrimoniaux nets ou fonds propres nets Financial Sector Charter (Afrique du Sud) Financial Sector Charter Council (Afrique du Sud) Fonds social de développement (Djibouti) Fédération des unions de caisses d épargne et de crédit (Togo) Guichet automatique bancaire Groupe d action contre le blanchiment en Afrique centrale Groupe d action financière contre le blanchiment et le financement du terrorisme Groupement d épargne et de crédit à caractère coopératif ou mutualiste (UEMOA) Groupe intergouvernemental d action contre le blanchiment de l argent en Afrique : organisme mis en place à l échelle de la CEDEAO Groupement d intérêt commun Groupement d intérêt économique Gestion des moyens de paiement Groupe de recherches et d échanges technologiques Groupe de réflexion stratégique sur la microfinance (Djibouti) Incendie, accidents et risques divers (assurance) International Accounting Standards Board Institution financière décentralisée Institution financière internationale : bi- ou multilatérale, d aide publique au développement (Banque mondiale ) Institution financière mutualiste : terme générique pour désigner les mouvements ou réseaux mutualistes et coopératifs bancaires (IMCEC, Coopec ) Comité d interprétation des normes internationales d information financière Institution financière spécialisée Impôt général sur le revenu Institution de micro-assurance 17 AFD 2009 Précis de réglementation de la microfinance

18 Lexique terminologique 18 IMCEC Institution mutualiste ou coopérative d épargne et de crédit (UMOA, Mauritanie) IMI Internationale Micro Investitionen AG IMF Institution de microfinance : dans certains pays, on parle d EMF ou de SFD INSEE Institut national de la statistique et des études économiques (France) IOB Intermédiaire en opération de banque IRAM Institut de recherche et d applications des méthodes de développement IRC impôt sur les revenus des créances IRPP Impôt sur le revenu des personnes physiques (dans certains pays, IGR) IRVM Impôt sur les revenus des valeurs mobilières IS Impôt sur les sociétés IUTS Impôt unique sur les traitements et salaires KfW Kreditanstalt für Wiederaufbau (Allemagne) LAB-CFT Lutte antiblanchiment et contre le financement du terrorisme (parfois appelée LBC-FT) LBC-FT Lutte contre le blanchiment des capitaux et le financement du terrorisme LPS Lettre de politique sectorielle LSM Living Standards Measure (Afrique du Sud) MDI Microfinance Deposit-taking Institution (Ouganda) Mecre Mutuelle d épargne et de crédit (RDC) MENA Moyen-Orient et Afrique du Nord MIX Microfinance Information Exchange MRDM Mission pour la réglementation et le développement de la microfinance Mucodec Mutuelles congolaises d épargne et de crédit (république du Congo) Parmec Programme d appui à la réglementation des mutuelles d épargne et de crédit dans l UEMOA. Par extension, la réglementation (loi, décret) qui en est issue OBSA Obligation à bon de souscription d actions OFR Organe financier de réseau : caisse centrale des mouvements mutualistes dans l UEMOA constituée sous forme de société coopérative, en application de la loi dite «loi Parmec» Ohada Organisation pour l harmonisation en Afrique du droit des affaires : regroupe les pays membres de la Cémac et de l UEMOA plus la Guinée et les Comores. Un processus d adhésion de la RDC est en cours Précis de réglementation de la microfinance AFD 2009

19 Lexique terminologique OIDD Organisation internationale de droit du développement (Rome, Italie) ONG Organisation non gouvernementale ONU Organisation des Nations unies OPCVM Organisme de placement collectif en valeurs mobilières OTIV Ombona Tahiry Ifampisamborana Vola ou épargne mutuelle pour le crédit (Madagascar) PADME Projet d appui au développement des micro-entreprises (Bénin) PAPME Agence pour la promotion et l appui aux petites et moyennes entreprises (Bénin) Pamecas Partenariat pour la mobilisation de l épargne et du crédit au Sénégal PDMM Projet de développement de la microfinance et de la micro-entreprise (Djibouti) PED Pays en développement PMA Pays les moins avancés PME Porte-monnaie électronique PNUD Programme des Nations unies pour le développement PPE Personne politiquement exposée (LAB-CFT) PPTE Initiative pour les pays pauvres très endettés PRI Pays à revenu intermédiaire Prodem Fundación para Promoción y el Desarrollo de la Microempresa (Bolivie) Proparco Société de promotion et de participation pour la coopération économique Ramed Régime d assistance médicale RCA République centrafricaine RCCM Registre du commerce et du crédit mobilier RCPB Réseau des caisses populaires du Burkina Faso RDC République démocratique du Congo ROA Return On Assets (rendement de l actif) ROE Return On Equity (rendement des capitaux propres) SA Société anonyme SARL Société à responsabilité limitée SBA Small Business Administration (États-Unis : agence fédérale indépendante ayant pour but de faire appliquer la loi en faveur des petites et moyennes entreprises américaines Small Business Act) SCA Société en commandite par action SCI Société civile immobilière 19 AFD 2009 Précis de réglementation de la microfinance

20 Lexique terminologique 20 SCIC SCM SEEP SEPA SEWA SICA SIDI SIG SIPEM Sogesol SFD SFI SFP-CE SNMF SPRL STA TAEG TAF TCM TCN TDM TEG TIC TOB TPE TPE TPS TPV TVA PME UBPR UE Umac Société coopérative d intérêt collectif (France) Société coopérative multisociétaire Small Enterprise Education and Promotion Network Single Euro Payments Area (espace unique de paiement en euros) Self-Employed Women s Association (syndicat des femmes travailleurs indépendants, Inde, créé en 1972) Société d intérêt collectif agricole (France) Société d investissement et de développement international Système d information et de gestion Société d investissement pour la promotion des entreprises à Madagascar Société générale de solidarité (Haïti) Système financier décentralisé (terme utilisé dans l UEMOA) Société financière internationale (Banque mondiale) Services financiers postaux et caisses d épargne liées Stratégie nationale de microfinance Société privée à responsabilité limitée Société de transfert d argent Taux annuel effectif global Taxe sur les activités financières Taux créditeur minimum Titre de créance négociable Taux débiteur maximum Taux effectif global (on emploie parfois TAEG) Technologies de l information et de la communication Taxe sur les opérations bancaires Très petite entreprise Terminal de paiement électronique Taxe sur les prestations de services Terminal point de vente Taxe sur la valeur ajoutée Petite et moyenne entreprise Union des banques populaires du Rwanda Union européenne Union monétaire de l Afrique centrale Précis de réglementation de la microfinance AFD 2009

21 Lexique terminologique UMOA UEMOA Union monétaire ouest-africaine Union économique et monétaire ouest-africaine : regroupe huit pays (Bénin, Burkina Faso, Côte d Ivoire, Guinée-Bissau, Mali, Niger, Sénégal, Togo) 21 AFD 2009 Précis de réglementation de la microfinance

22 .

23 Synthèse Problématique 1. La microfinance peut être définie de plusieurs manières. Dans tous les cas, elle part d un constat : celui de la dépendance des populations non bancarisées envers les usuriers et prêteurs sur gages dont le but, sous couvert de respectabilité sociale, n en demeure pas moins l accaparement maximal des biens du débiteur. Les taux d intérêt pratiqués sont de l ordre de 120 % par an, avec des maximum constatés de 100 % par mois. Avec les siècles, trois grands types de systèmes financiers populaires se sont développés. Le plus rustique et le plus ancien, d inspiration catholique, est le mont-depiété, système de prêt sur gage pratiquant un taux d intérêt minimal, destiné uniquement à couvrir les frais de gestion de l entreprise. Le premier mont-de-piété a été créé en Italie en Il existe encore aujourd hui en France par le biais des caisses de crédit municipal, qui détiennent le monopole des prêts sur gages corporels. 23 À partir de la seconde moitié du XIX e siècle, à l initiative de notables et parfois avec le soutien de l État, un véritable mouvement de bancarisation de masse fait son apparition, avec les systèmes de crédit mutuel/de coopératives d épargne et de crédit (Coopec). Pour des raisons financières autant que morales, ces systèmes, initiés au départ avec le crédit notamment aux ruraux pauvres ont rapidement mis l accent sur la primauté de l épargne individuelle et collective sur le crédit. Dans les années 1970 et au début des années 1980, simultanément au Bangladesh et en Bolivie, puis dans divers pays en développement (PED), de nouveaux systèmes ont été créés pour lutter contre les mêmes pratiques des usuriers afin de sortir les plus pauvres de la misère. Fondés sur le microcrédit destiné aux activités productives, AFD 2009 Précis de réglementation de la microfinance

24 Synthèse garantis par un système de caution solidaire, ces nouveaux systèmes ont ensuite développé tous types de services financiers, dont la collecte de l épargne, tout en maintenant la priorité du crédit productif sur la thésaurisation. Les concepts modernes de «microcrédit» et de «microfinance» étaient nés, de même que celui d «institution de microfinance» (IMF). 2. Aujourd hui, la frontière de la microfinance est variable car elle dépend de l état de développement du système financier du pays considéré, le critère le plus objectif étant le nombre de guichets d agences bancaires par habitant. Dans les PED, où 1 à 20 % de la population disposent d un compte bancaire, la microfinance a pour objectif la bancarisation progressive des exclus du système et la fourniture de tous types de services financiers (épargne, crédit, moyens de paiement, virements de fonds, voire bancassurance). À l opposé, en France et dans d autres pays bancarisés, la microfinance se résume pratiquement à l octroi de microcrédits productifs à des populations cibles identifiées selon des critères objectifs (chômeurs, titulaires de minima sociaux, etc.) ou à quelques services financiers liés au crédit (prêt sur gage et restructuration de la dette de particuliers surendettés). 1. La structuration du secteur Le droit de la microfinance résulte de la prise en compte des spécificités techniques, économiques et sociales de cette activité financière alternative, orientée vers les classes populaires voire les plus pauvres d entre les pauvres totalement ou partiellement «non bancables», «non finançables», «non solvables» et, en tout cas, «hors cible commerciale» du système bancaire que l on qualifiera de «classique». Parce que sa clientèle cible et ses opérations sont spécifiques, non dans leur nature mais dans leur montant, la microfinance justifie des adaptations des normes financières internationales de plus en plus focalisées sur les grands risques, notamment ceux liés aux marchés financiers. Cette spécificité a amené les autorités monétaires à réfléchir à l adaptation des catégories existantes d établissements de crédit, voire à la création de nouvelles catégories d intermédiaires financiers bancaires et non bancaires. Précis de réglementation de la microfinance AFD 2009

25 Synthèse L approche retenue par les autorités compétentes varie selon les pays, en fonction de l histoire du système financier et du contexte social et politique local. On constate cependant au final une certaine convergence des catégories d intermédiaires financiers. 2. Le droit financier 4. Dans la plupart des pays, les intermédiaires financiers agréés comprennent les neuf catégories traditionnelles suivantes : 1) banque ; 2) établissement financier ; 3) institution financière spécialisée (IFS) ; 4) intermédiaire en opérations de banque (IOB) ; 5) institution financière mutualiste (IFM). Selon les cas, celles-ci peuvent être dénommées «coopérative d épargne et de crédit», «institution mutualiste ou coopérative d épargne et de crédit» (IMCEC, Union monétaire ouest-africaine [UMOA]) ou devenir des banques coopératives (France, Maroc). Pour pallier l insuffisance des possibilités, les réglementations financières ont créé à partir de la fin de la décennie 1980 de nouvelles catégories d intermédiaires financiers dédiés à la microfinance : 25 6) IMF non mutualiste ; 7) micro-imf, le plus souvent à caractère mutualiste ; 8) association de microcrédit (AMC) de «niche». Enfin, suivant la révolution des technologies de l information et de la communication (TIC), se développent progressivement de nouvelles catégories spécialisées dans la monnaie électrique et les paiements : les établissements de monnaie électronique (EME) et les établissements de paiement (EP) (9 e catégorie). La diversité des autorisations d exercer envisageables offre en général aux IMF toute latitude pour arbitrer au mieux en fonction des différentes structures institutionnelles AFD 2009 Précis de réglementation de la microfinance

Précis de réglementation de la microfinance. Tome I : Le droit financier et la microfinance

Précis de réglementation de la microfinance. Tome I : Le droit financier et la microfinance Précis de réglementation de la microfinance Tome I : Le droit financier et la microfinance AGENCE FRANÇAISE DE DÉVELOPPEMENT, 2005 5 rue Roland Barthes - 75598 Paris cedex 12 Tél : 33 (1) 53 44 31 31 -

Plus en détail

ETUDE SUR LA FISCALITÉ SUPPORTÉE PAR

ETUDE SUR LA FISCALITÉ SUPPORTÉE PAR BANQUE CENTRALE DES ETATS DE L AFRIQUE DE L OUEST (BCEAO) Avenue Abdoulaye FADIGA BP 3108 Dakar - Sénégal ETUDE SUR LA FISCALITÉ SUPPORTÉE PAR LES SYSTÈMES FINANCIERS DÉCENTRALISÉS DE L UEMOA RAPPORT DE

Plus en détail

Présenté par OUEDRAOGO Adolphe Chef de Brigade de la CIMA. DAKAR, les 3-4 et 5 novembre 2009

Présenté par OUEDRAOGO Adolphe Chef de Brigade de la CIMA. DAKAR, les 3-4 et 5 novembre 2009 EXPERIENCE SENEGALAISE DE LA MICROASSURANCE: DEFIS ET OPPORTUNITES Présenté par OUEDRAOGO Adolphe Chef de Brigade de la CIMA DAKAR, les 3-4 et 5 novembre 2009 2 INTRODUCTION Le thème sera abordé en cinq

Plus en détail

L AFD et LA MICROFINANCE

L AFD et LA MICROFINANCE AFD André Pouillès-Duplaix L AFD et LA MICROFINANCE Plus de vingt ans d expérience Encourager l extension géographique et la diversification des services de microfinance en République Démocratique du Congo

Plus en détail

INTÉGRATION DES SERVICES FINANCIERS DANS LES STRATÉGIES DE LUTTE CONTRE LA PAUVRETÉ Un aperçu Général --------

INTÉGRATION DES SERVICES FINANCIERS DANS LES STRATÉGIES DE LUTTE CONTRE LA PAUVRETÉ Un aperçu Général -------- INTÉGRATION DES SERVICES FINANCIERS DANS LES STRATÉGIES DE LUTTE CONTRE LA PAUVRETÉ Un aperçu Général -------- Colloque UEMOA-CRDI, du 08-10 Décembre 2009, Ouagadougou Samuel T. KABORE; Dieudonné OUEDRAOGO,

Plus en détail

PRESENTATION AFD- juin 2004

PRESENTATION AFD- juin 2004 PRESENTATION AFD- juin 2004 Présentation de FINADEV Bénin- Groupe FINANCIAL AFD Paris - juin 2004 1 1. PRESENTATION GENERALE Si vous le permettez, avant de vous exposer la situation de FINADEV BENIN, première

Plus en détail

Evolution de la réglementation de la microfinance. Présentation des intervenants :

Evolution de la réglementation de la microfinance. Présentation des intervenants : La réglementation de la microfinance : entre protection des clients et développement des IMF Evènement co-organisé par le Club Microfinance Paris, Convergences et la Fondation Grameen Crédit Agricole Présentation

Plus en détail

Djimadoum MANDEKOR Directeur du Crédit, des Marchés de Capitaux et du Contrôle Bancaire-BEAC

Djimadoum MANDEKOR Directeur du Crédit, des Marchés de Capitaux et du Contrôle Bancaire-BEAC REGULER L ECONOMIE SOUS-REGIONALE : QUELS PRODUITS FINANCIERS ADAPTES POUR REDUIRE LA SITUATION DE SURLIQUIDITE ET DRAINER L EPARGNE INTERIEURE? FONDS SOUVERAINS, OPCVM,. Djimadoum MANDEKOR Directeur du

Plus en détail

Le cadre juridique et fiscal des relations d affaires franco-africaines: un atout pour les entrepreneurs?

Le cadre juridique et fiscal des relations d affaires franco-africaines: un atout pour les entrepreneurs? Le cadre juridique et fiscal des relations d affaires franco-africaines: un atout pour les entrepreneurs? Me Pierre MARLY Avocat CMS Bureau Francis Lefebvre E-mail : pierre.marly@cms-bfl.com 1 - Le cadre

Plus en détail

MISELINI FINANCEMENT DE LA GOMME ARABIQUE. Bamako, du 11 au 13 mai 2010. Boubacar DIAKITE

MISELINI FINANCEMENT DE LA GOMME ARABIQUE. Bamako, du 11 au 13 mai 2010. Boubacar DIAKITE MISELINI FINANCEMENT DE LA GOMME ARABIQUE. Bamako, du 11 au 13 mai 2010 Boubacar DIAKITE Contexte de création des IMFs. Extrême pauvreté de certaines couches de la population active, Banque: une activité

Plus en détail

Précis de réglementation de la microfinance. Tome II : Le droit technique de la microfinance

Précis de réglementation de la microfinance. Tome II : Le droit technique de la microfinance Précis de réglementation de la microfinance Tome II : Le droit technique de la microfinance AGENCE FRANÇAISE DE DÉVELOPPEMENT, 2005 5 rue Roland Barthes 75598 Paris cedex 12 Tél : 33 (1) 53 44 31 31 Fax

Plus en détail

Réduire les coûts des transferts d argent des migrants et optimiser leur impact sur le développement :

Réduire les coûts des transferts d argent des migrants et optimiser leur impact sur le développement : Réduire les coûts des transferts d argent des migrants et optimiser leur impact sur le développement : Outils et produits financiers pour le Maghreb et la Zone franc RÉSUMÉ EXÉCUTIF Naceur Bourenane Saïd

Plus en détail

Compte-rendu de la conférence débat du 7 octobre 2004 à L ENA : «Espoirs et limites de la microfinance en Afrique»

Compte-rendu de la conférence débat du 7 octobre 2004 à L ENA : «Espoirs et limites de la microfinance en Afrique» Justine BERTHEAU Compte-rendu de la conférence débat du 7 octobre 2004 à L ENA : «Espoirs et limites de la microfinance en Afrique» Intervenants : - Yann Gauthier, directeur du Centre International du

Plus en détail

CRISES BANCAIRES ET POLITIQUE DE RESTRUCTURATION

CRISES BANCAIRES ET POLITIQUE DE RESTRUCTURATION CRISES BANCAIRES ET POLITIQUE DE RESTRUCTURATION LA CRISE DES ANNEES 1980 DU SYSTEME BANCAIRE DE L UMOA : ORIGINES ET REPONSES INSTITUTIONNELLES INTRODUCTION Système bancaire= Institution ou Corps organique

Plus en détail

INSTRUCTION N 002 RELATIVE AUX NORMES PRUDENTIELLES DES COOPERATIVES D EPARGNE ET DE CREDIT AINSI QUE DES INSTITUTIONS DE MICRO FINANCE

INSTRUCTION N 002 RELATIVE AUX NORMES PRUDENTIELLES DES COOPERATIVES D EPARGNE ET DE CREDIT AINSI QUE DES INSTITUTIONS DE MICRO FINANCE INSTRUCTION N 002 RELATIVE AUX NORMES PRUDENTIELLES DES COOPERATIVES D EPARGNE ET DE CREDIT AINSI QUE DES INSTITUTIONS DE MICRO FINANCE La Banque Centrale du Congo, Vu la loi n 005/2002 du 07 mai 2002

Plus en détail

Paribas dans les régions d Amérique latine, d Asie et d Europe de l Est. 1. Les initiatives microfinance des banques représentées

Paribas dans les régions d Amérique latine, d Asie et d Europe de l Est. 1. Les initiatives microfinance des banques représentées Microfinance à l international et les banques : Engagement sociétal ou pur Business? Evènement co-organisé par le Groupe Solidarité d HEC Alumni et le Club Microfinance Paris Rappel du thème : L Engagement

Plus en détail

Population : 20.3 millions Taux de croissance PIB: 9,4% (2013)

Population : 20.3 millions Taux de croissance PIB: 9,4% (2013) Disclaimer : Cette fiche pays ne constitue qu un outil de base destiné à présenter aux lecteurs une synthèse globale des régimes juridiques et fiscaux des entreprises d investissement à capital fixe. Elle

Plus en détail

des sûretés Jean-Jacques LECAT Avocat Associé E-mail : jean-jacques.lecat@cms-bfl.com Pierre Marly Avocat Associé E-mail : pierre.marly@cms-bfl.

des sûretés Jean-Jacques LECAT Avocat Associé E-mail : jean-jacques.lecat@cms-bfl.com Pierre Marly Avocat Associé E-mail : pierre.marly@cms-bfl. Le nouveau droit OHADA des sûretés Jean-Jacques LECAT Avocat Associé E-mail : jean-jacques.lecat@cms-bfl.com Pierre Marly Avocat Associé E-mail : pierre.marly@cms-bfl.com Juin 2011 Sommaire Introduction

Plus en détail

CONVENTION régissant l Union Monétaire de l Afrique Centrale (UMAC).

CONVENTION régissant l Union Monétaire de l Afrique Centrale (UMAC). CONVENTION régissant l Union Monétaire de l Afrique Centrale (UMAC). PRÉAMBULE Le Gouvernement de la République du Cameroun ; Le Gouvernement de la République Centrafricaine ; Le Gouvernement de la République

Plus en détail

7 ème partie du rapport

7 ème partie du rapport 3 6 ème partie du rapport SOMMAIRE DU TOME II Avertissement : De très nombreuses modifications purement formelles ont été apportées au texte adopté par le Sénat, sans avoir fait l objet d amendements en

Plus en détail

Au service des prêteurs d espoir

Au service des prêteurs d espoir Au service des prêteurs d espoir GRAMEEN ET CREDIT AGRICOLE s allient pour lutter contre la pauvreté Fondée en 1983 par Muhammad Yunus, la Grameen Bank (banque des villages) a développé au Bangladesh le

Plus en détail

Présenté par Jean Claude Ngbwa, Secrétaire Général de la CIMA. DAKAR, les 3-4 et 5 novembre 2009

Présenté par Jean Claude Ngbwa, Secrétaire Général de la CIMA. DAKAR, les 3-4 et 5 novembre 2009 PERSPECTIVES DES MARCHES D ASSURANCES AFRICAINS Présenté par Jean Claude Ngbwa, Secrétaire Général de la CIMA DAKAR, les 3-4 et 5 novembre 2009 2 INTRODUCTION Le thème qui nous a été confié porte sur les

Plus en détail

INSTRUCTION N 009 AUX COOPERATIVES D EPARGNE ET DE CREDIT ET AUX INSTITUTIONS DE MICRO FINANCE RELATIVE A LA TRANSMISSION DES SITUATIONS PERIODIQUES

INSTRUCTION N 009 AUX COOPERATIVES D EPARGNE ET DE CREDIT ET AUX INSTITUTIONS DE MICRO FINANCE RELATIVE A LA TRANSMISSION DES SITUATIONS PERIODIQUES INSTRUCTION N 009 AUX COOPERATIVES D EPARGNE ET DE CREDIT ET AUX INSTITUTIONS DE MICRO FINANCE RELATIVE A LA TRANSMISSION DES SITUATIONS PERIODIQUES La Banque Centrale du Congo, Vu la Loi n 005/2002 du

Plus en détail

Réduire les coûts des transferts d argent des migrants et optimiser leur impact sur le développement :

Réduire les coûts des transferts d argent des migrants et optimiser leur impact sur le développement : Réduire les coûts des transferts d argent des migrants et optimiser leur impact sur le développement : Outils et produits financiers pour le Maghreb et la Zone franc RAPPORT Naceur Bourenane Saïd Bourjij

Plus en détail

Intégration du Marché des Capitaux pour le Marché d Investissement Commun de la CEDEAO Jonathan Aremu Ph.D Consultant, ECIM Introduction ti Il y a un certain nombre de raisons bien connues pour lesquelles

Plus en détail

NOTRE SOUTIEN AU DéVELOPPEMENT DES PETITES ET MOYENNES ENTREPRISES DANS L UEMOA

NOTRE SOUTIEN AU DéVELOPPEMENT DES PETITES ET MOYENNES ENTREPRISES DANS L UEMOA NOTRE SOUTIEN AU DéVELOPPEMENT DES PETITES ET MOYENNES ENTREPRISES DANS L UEMOA NOTRE SOUTIEN AU DéVELOPPEMENT DES PETITES ET MOYENNES ENTREPRISES DANS L UEMOA MFW4A La finance au service de l afrique

Plus en détail

Docteur Bendeddouche Badis Ministère de l Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique Directeur EP SNV

Docteur Bendeddouche Badis Ministère de l Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique Directeur EP SNV Docteur Bendeddouche Badis Ministère de l Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique Directeur EP SNV 1 CONTEXTE EN ALGERIE Recrudescence des TIA HACCP obligatoire depuis 2010 Mise à niveau

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE des opérateurs privés. Edition 2014 BANQUE OUEST AFRICAINE DE DÉVELOPPEMENT

GUIDE PRATIQUE des opérateurs privés. Edition 2014 BANQUE OUEST AFRICAINE DE DÉVELOPPEMENT GUIDE PRATIQUE des opérateurs privés Edition 2014 BANQUE OUEST AFRICAINE DE DÉVELOPPEMENT BOAD - Guide pratique GUIDE PRATIQUE DESTINE AUX OPERATEURS ECONOMIQUES PRIVES 1. PRESENTATION La Banque Ouest

Plus en détail

GUILLAUME GILKES PRINCIPALES QUALIFICATIONS

GUILLAUME GILKES PRINCIPALES QUALIFICATIONS GUILLAUME GILKES ESSEC MBA, Actuaire 10 ans d expérience dans le conseil, la formation et la gestion de projet à l international : Actuariat : protection sociale, assurance, finance Stratégie : étude de

Plus en détail

INDICATEUR (vs. Afrique) Création d'entreprise 12 jours (27,3j) 117 173 56. Transfert de Propriété 120 jours (57,2j) 165 163-2

INDICATEUR (vs. Afrique) Création d'entreprise 12 jours (27,3j) 117 173 56. Transfert de Propriété 120 jours (57,2j) 165 163-2 Disclaimer : Cette fiche pays ne constitue qu un outil de base destiné à présenter aux lecteurs une synthèse globale des régimes juridiques et fiscaux des entreprises d investissement à capital fixe. Elle

Plus en détail

Conférence du 14 juin 2012

Conférence du 14 juin 2012 Soutenu par : Conférence du 14 juin 2012 «Mobile banking : les premiers succès et les défis du futur» Présentation Le mobile banking est un formidable vecteur d inclusion financière. Des offres de mobile

Plus en détail

Connaissances et compétences requises : coordonnées géographiques, réflexion critique, recherche de documentation, rédaction, support cartographique.

Connaissances et compétences requises : coordonnées géographiques, réflexion critique, recherche de documentation, rédaction, support cartographique. Activité : «Mais où est donc..?» Afrique Géographie : problématique de la faim. Age : 10-13 ans Outil pédagogique développé par l équipe jeunesse du PAM. Résumé Connaissances et compétences requises :

Plus en détail

Le Conseil Municipal,

Le Conseil Municipal, MF/EG SEANCE DU 16 SEPTEMBRE 2002 2002/1561 - PRÉSENTATION DU RAPPORT ANNUEL 2001 DE LA CAISSE DE CRÉDIT MUNICIPAL DE LYON (DIRECTION DES FINANCES) Le Conseil Municipal, Vu le rapport en date du 20 août

Plus en détail

MICRO FINANCE ET LUTTE CONTRE LA PAUVRETÉ. Présenté par Mme VANHOOREBEKE Oumou Sidibé

MICRO FINANCE ET LUTTE CONTRE LA PAUVRETÉ. Présenté par Mme VANHOOREBEKE Oumou Sidibé MICRO FINANCE ET LUTTE CONTRE LA PAUVRETÉ Présenté par Mme VANHOOREBEKE Oumou Sidibé Directrice Générale de NYESIGISO Réseau des Caisses d Épargne et de Crédit du Mali La micro finance dans le cadre de

Plus en détail

Site web: http : // www.usenghor-francophonie.org/senghoriens/association/aidus.htm STATUTS PREAMBULE

Site web: http : // www.usenghor-francophonie.org/senghoriens/association/aidus.htm STATUTS PREAMBULE 1 Site web: http : // www.usenghor-francophonie.org/senghoriens/association/aidus.htm STATUTS PREAMBULE 2 1. Fidèles aux principes de fraternité et de solidarité entre les peuples, tel que stipulés dans

Plus en détail

LES SOCIETES DE GESTION DE PATRIMOINE FAMILIAL

LES SOCIETES DE GESTION DE PATRIMOINE FAMILIAL LES SOCIETES DE GESTION DE PATRIMOINE FAMILIAL (SPF) www.bdo.lu 2 Les Sociétés de Gestion de Patrimoine Familial (SPF) TABLE DES MATIERES AVANT-PROPOS 3 1. INTRODUCTION 4 2. ACTIVITES D UNE SPF 2.1 Activités

Plus en détail

LE REFINANCEMENT PAR LE MARCHE HYPOTHECAIRE

LE REFINANCEMENT PAR LE MARCHE HYPOTHECAIRE LE REFINANCEMENT PAR LE MARCHE HYPOTHECAIRE J O U R N É E S A J B E F N I A M E Y M A I 2 0 1 2 P R É S E N T É P A R M R D A O B A B A ( F G H M. S A / M A L I ) Préambule L objectif de la présente communication

Plus en détail

Banque de Détail à l International - BHFM. Zoom sur la microfinance à la Société Générale

Banque de Détail à l International - BHFM. Zoom sur la microfinance à la Société Générale Banque de Détail à l International - BHFM Zoom sur la microfinance à la Société Générale JUIN 2007 LA SOCIETE GENERALE Un Groupe solide et performant Chiffres clés fin 2006 : Notations : 59 milliards EUR

Plus en détail

SIDI SOLIDARITE INTERNATIONALE POUR LE DEVELOPPEMENT ET L INVESTISSEMENT

SIDI SOLIDARITE INTERNATIONALE POUR LE DEVELOPPEMENT ET L INVESTISSEMENT SIDI SOLIDARITE INTERNATIONALE POUR LE DEVELOPPEMENT ET L INVESTISSEMENT La mobilisation de l'épargne solidaire au Nord pour l offre de services financiers de proximité au Sud Anne-sophie Bougouin - Chargée

Plus en détail

Atelier sur le Financement de la Filière Coton en Côte d'ivoire: Création d'un Fonds de Garantie

Atelier sur le Financement de la Filière Coton en Côte d'ivoire: Création d'un Fonds de Garantie Atelier sur le Financement de la Filière Coton en Côte d'ivoire: Création d'un Fonds de Garantie René AZOKLY/ Président du Fonds International de Garantie Les Fonds de Garantie en Afrique de l'ouest: Particularités,

Plus en détail

L importance de la monnaie dans l économie

L importance de la monnaie dans l économie L importance de la monnaie dans l économie Classes préparatoires au Diplôme de Comptabilité et Gestion UE 13 Relations professionnelles Etude réalisée par : Marina Robert Simon Bocquet Rémi Mousseeff Etudiants

Plus en détail

I. La loi bancaire de 1984. II. III. Les acteurs du système bancaire et financier. Les marchés français des capitaux. Le système bancaire et financier

I. La loi bancaire de 1984. II. III. Les acteurs du système bancaire et financier. Les marchés français des capitaux. Le système bancaire et financier Le système bancaire et financier français I. La loi bancaire de 1984. II. III. Les acteurs du système bancaire et financier. Les marchés français des capitaux. January the 6th 2009 1 I. La loi bancaire

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE SELECTION D UNE SOCIETE DE MAINTENANCE ELECTRIQUE & PRESTATAIRE DE MOYENS TECHNIQUES

TERMES DE REFERENCE SELECTION D UNE SOCIETE DE MAINTENANCE ELECTRIQUE & PRESTATAIRE DE MOYENS TECHNIQUES TERMES DE REFERENCE SELECTION D UNE SOCIETE DE MAINTENANCE ELECTRIQUE & PRESTATAIRE DE MOYENS TECHNIQUES Avril 2015 «GIM-UEMOA» GIE au capital de 9 528 790 000 F CFA RCCM : SN-DKR-2004-B-8649 NINEA : 24209832

Plus en détail

Désignation d organisations non gouvernementales aux fins de l article 77 du Règlement intérieur du Conseil

Désignation d organisations non gouvernementales aux fins de l article 77 du Règlement intérieur du Conseil Nations Unies Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement Distr. restreinte 2 octobre 2013 Original: français TD/B/EX(58)/R.1 Conseil du commerce et du développement Cinquante-huitième

Plus en détail

LES RELATIONS ENTRE LE TRESOR PUBLIC ET LA BCEAO

LES RELATIONS ENTRE LE TRESOR PUBLIC ET LA BCEAO LES RELATIONS ENTRE LE TRESOR PUBLIC ET LA BCEAO La BCEAO dispose dans chaque Etat membre de l UEMOA, d une agence nationale et des agences auxiliaires. L agence nationale du Niger comprend trois représentations

Plus en détail

En collaboration avec

En collaboration avec En collaboration avec Termes de Référence de l atelier National de partage et d élaboration du cadre stratégique de l Observatoire de la société civile sur la Gouvernance des Terres et des Ressources Naturelles.

Plus en détail

Systèmes de protection des dépôts dans les pays membres du Comité de Bâle

Systèmes de protection des dépôts dans les pays membres du Comité de Bâle Systèmes de protection des dépôts dans les pays membres du Comité de Bâle (Juin 1998) Introduction Le Comité de Bâle n a pas publié de recommandations sur les systèmes de protection des dépôts en ce qui

Plus en détail

«L'IMPORTANCE D'UN CODE DE PROTECTION DES CONSOMMATEURS ET DE REGLES DE CONDUITE STANDARDS

«L'IMPORTANCE D'UN CODE DE PROTECTION DES CONSOMMATEURS ET DE REGLES DE CONDUITE STANDARDS PROMOTION DE LA CAPACITE FINANCIERE ET DE LA PROTECTION DES CONSOMMATEURS EN AFRIQUE : UNE AVANCEE EN FAVEUR DE L'INCLUSION FINANCIERE EN AFRIQUE (ACCRA, les 8 et 9 septembre 2009 ) «L'IMPORTANCE D'UN

Plus en détail

Note Simplifiée. UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE ---------------- La Commission ------------

Note Simplifiée. UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE ---------------- La Commission ------------ UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE ---------------- La Commission ------------ PROJET D APPUI A L EXTENSION DE LA COUVERTURE DU RISQUE MALADIE DANS LES PAYS MEMBRES DE L UEMOA Note Simplifiée

Plus en détail

REFERENCES PROFESSIONNELLES

REFERENCES PROFESSIONNELLES Expertise Microfinance LOUGA/MONTAGNE NORD, IMMMEUBLE IBRA NDIAYE TEL: 77 569 39 09/77 560 29 54 Mail : ascodevlg@gmail.com /ascodev@orange.sn REFERENCES PROFESSIONNELLES PRESENTATION DES SERVICES DE LA

Plus en détail

UNION MONETAIRE OUEST AFRICAINE BANQUE CENTRALE DES ETATS DE L'AFRIQUE DE L'OUEST

UNION MONETAIRE OUEST AFRICAINE BANQUE CENTRALE DES ETATS DE L'AFRIQUE DE L'OUEST UNION MONETAIRE OUEST AFRICAINE BANQUE CENTRALE DES ETATS DE L'AFRIQUE DE L'OUEST DISPOSITIF PRUDENTIEL APPLICABLE AUX BANQUES ET AUX ETABLISSEMENTS FINANCIERS DE L UNION MONETAIRE OUEST AFRICAINE (UMOA)

Plus en détail

REGLEMENT ET CRITERES DU CONCOURS DE PROJETS 4.2 PROGRAMME DE PETITES INITIATIVES (PPI)

REGLEMENT ET CRITERES DU CONCOURS DE PROJETS 4.2 PROGRAMME DE PETITES INITIATIVES (PPI) REGLEMENT ET CRITERES DU CONCOURS DE PROJETS 4.2 PROGRAMME DE PETITES INITIATIVES (PPI) 1. PRESENTATION DU PROGRAMME Le Fonds Français pour l Environnement Mondial (FFEM) lance une quatrième phase du Programme

Plus en détail

Supervision des banques marocaines panafricaines

Supervision des banques marocaines panafricaines Supervision des banques marocaines panafricaines Mme Hiba ZAHOUI, Directeur Adjoint de la Supervision Bancaire Conférence Banque de France FERDI : Réussir l intégration financière en Afrique - 27 Mai 2014

Plus en détail

BOAD en Bref. Edition 2014 BANQUE OUEST AFRICAINE DE DÉVELOPPEMENT

BOAD en Bref. Edition 2014 BANQUE OUEST AFRICAINE DE DÉVELOPPEMENT BOAD en Bref Edition 2014 BANQUE OUEST AFRICAINE DE DÉVELOPPEMENT LA BANQUE OUEST AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT EN BREF 1. CRÉATION ET OBJET La Banque Ouest Africaine de Développement (BOAD) est l institution

Plus en détail

CONVENTION REGISSANT L UNION MONETAIRE DE L AFRIQUE CENTRALE (U.M.A.C.)

CONVENTION REGISSANT L UNION MONETAIRE DE L AFRIQUE CENTRALE (U.M.A.C.) 1 CONVENTION REGISSANT L UNION MONETAIRE DE L AFRIQUE CENTRALE (U.M.A.C.) Le Gouvernement de la République du Cameroun, Le Gouvernement de la République Centrafricaine, Le Gouvernement de la République

Plus en détail

2ème. Rencontre annuelle des bailleurs de fonds de la micro finance au Maroc

2ème. Rencontre annuelle des bailleurs de fonds de la micro finance au Maroc 2ème Rencontre annuelle des bailleurs de fonds de la micro finance au Maroc DÉVELOPPEMENT DES NOUVEAUX PRODUITS & TRANSPARENCE FINANCIÈRE : PRINCIPAUX LEVIERS DE DÉVELOPPEMENT DE LA MICRO FINANCE LA 2ÈME

Plus en détail

Attijariwafa bank : un Groupe au service d une Afrique qui avance

Attijariwafa bank : un Groupe au service d une Afrique qui avance Attijariwafa bank : un Groupe au service d une Afrique qui avance En bref : Président Directeur Général: Mohamed EL KETTANI Siège Social : 2. Bd Moulay Youssef - BP: 11141 20000 Casablanca - Maroc Capital:

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE POUR L ELABORATION D UNE STRATEGIE DE MOBILISATION DE RESSOURCES ET DES PROCEDURES Y RELATIVES POUR LA BIDC

TERMES DE REFERENCE POUR L ELABORATION D UNE STRATEGIE DE MOBILISATION DE RESSOURCES ET DES PROCEDURES Y RELATIVES POUR LA BIDC TERMES DE REFERENCE POUR L ELABORATION D UNE STRATEGIE DE MOBILISATION DE RESSOURCES ET DES PROCEDURES Y RELATIVES POUR LA BIDC Avril 2014 TDR pour l élaboration d une stratégie de mobilisation de ressources

Plus en détail

INSTRUCTION N 017-12-2010 RELATIVE A L'ORGANISATION DU CONTRÔLE INTERNE AU SEIN DES SYSTEMES FINANCIERS DECENTRALISES

INSTRUCTION N 017-12-2010 RELATIVE A L'ORGANISATION DU CONTRÔLE INTERNE AU SEIN DES SYSTEMES FINANCIERS DECENTRALISES INSTRUCTION N 017-12-2010 RELATIVE A L'ORGANISATION DU CONTRÔLE INTERNE AU SEIN DES SYSTEMES FINANCIERS DECENTRALISES Le Gouverneur de la Banque Centrale des Etats de l'afrique de l'ouest, Vu le Traité

Plus en détail

La micro-finance: une opportunité pour l amélioration des moyens d existence des communautés de pêche artisanale

La micro-finance: une opportunité pour l amélioration des moyens d existence des communautés de pêche artisanale Bulletin 11 Publications - Bulletins La micro-finance: une opportunité pour l amélioration des moyens d existence des communautés de pêche artisanale A. Cissé, UCN Sénégal D. Sarr, UCN Sénégal M. Kébé,

Plus en détail

NOMINATION OBLIGATOIRE DU COMMISSAIRE AUX COMPTES (tableau de synthèse)

NOMINATION OBLIGATOIRE DU COMMISSAIRE AUX COMPTES (tableau de synthèse) NOMINATION OBLIGATOIRE DU COMMISSAIRE AUX COMPTES (tableau de synthèse) Entités Textes applicables Organes compétents (en cours de vie sociale) Observations Administrateurs et mandataires judiciaires C.

Plus en détail

L Economie Sociale et Solidaire

L Economie Sociale et Solidaire 1 L Economie Sociale et Solidaire L ESS EST UNE ÉCONOMIE QUI SE VEUT ÊTRE DIFFÉRENTE DE L ÉCONOMIE CLASSIQUE. DES PRINCIPES FONDAMENTAUX ONT ÉTÉ DÉFINIS ET CONSTITUENT LES PILIERS DE CE SECTEUR. 2 LES

Plus en détail

La FAFEC «Gnèna-Yèter», la «Banque» des Femmes rurales du Nord de la Côte d Ivoire

La FAFEC «Gnèna-Yèter», la «Banque» des Femmes rurales du Nord de la Côte d Ivoire La FAFEC «Gnèna-Yèter», la «Banque» des Femmes rurales du Nord de la Côte d Ivoire BIM n 136 - Mercredi 24 Octobre 2001 Bénédicte Laurent, FIDES Un BIM du mercredi qui nous vient de loin : nous avons demandé

Plus en détail

RENFORCEMENT DE LA SÛRETÉ MARITIME AFRIQUE DE L OUEST ET DU CENTRE

RENFORCEMENT DE LA SÛRETÉ MARITIME AFRIQUE DE L OUEST ET DU CENTRE RENFORCEMENT DE LA SÛRETÉ MARITIME AFRIQUE DE L OUEST ET DU CENTRE Renforcement de la sûreté maritime en Afrique de l Ouest et du Centre: Réseau intégré de garde-côtes L OMI a mis au point, avec l aide

Plus en détail

Attijariwafa bank Présentation. Conseil d administration. Chiffres-clés Consolidés / IFRS. Réseau et effectifs Décembre 2014

Attijariwafa bank Présentation. Conseil d administration. Chiffres-clés Consolidés / IFRS. Réseau et effectifs Décembre 2014 Février 2015 Attijariwafa bank Présentation Attijariwafa bank est le premier groupe bancaire et financier du Maghreb et de l UEMOA (Union Économique et Monétaire Ouest Africaine) et acteur de référence

Plus en détail

Mobiliser les banques pour l Inclusion Financière en Afrique. La démarche de l AFD

Mobiliser les banques pour l Inclusion Financière en Afrique. La démarche de l AFD Mobiliser les banques pour l Inclusion Financière en Afrique La démarche de l AFD Positionnement AFD et Proparco Rôle moteur des politiques publiques Sensibilisation + R&D Démonstration Industrialisation

Plus en détail

Atelier sur la stratégie de compétitivité et du Développement du Secteur Privé. Mécanismes de financement de l entreprise en Tunisie

Atelier sur la stratégie de compétitivité et du Développement du Secteur Privé. Mécanismes de financement de l entreprise en Tunisie République Tunisienne Ministère des Finances Atelier sur la stratégie de compétitivité et du Développement du Secteur Privé Mécanismes de financement de l entreprise en Tunisie Zouari Maher Directeur de

Plus en détail

CURRICULUM VITAE. 26 mai 1963 à Diourbel (Sénégal) Directeur Général de GMC www.gmcconseils.com

CURRICULUM VITAE. 26 mai 1963 à Diourbel (Sénégal) Directeur Général de GMC www.gmcconseils.com CURRICULUM VITAE NOM GAYE PRENOM Magaye NE LE 26 mai 1963 à Diourbel (Sénégal) NATIONALITE Sénégalaise SITUATION DE FAMILLE Marié ADRESSE Cices foire n 232 Dakar Sénégal TELEPHONE Bureau 221 77 245 07

Plus en détail

Couverture du risque maladie dans les pays en développement: qui doit payer? (Paris, 7 mai 2008)

Couverture du risque maladie dans les pays en développement: qui doit payer? (Paris, 7 mai 2008) Couverture du risque maladie dans les pays en développement: qui doit payer? (Paris, 7 mai 2008) Excellences, Chers collègues, Mesdames et Messieurs, Chers amis, Quelles méthodes, quels instruments pour

Plus en détail

INDICATIONS COMPLÉMENTAIRES

INDICATIONS COMPLÉMENTAIRES eduscol Sciences économiques et sociales - Première ES Science économique 4. La monnaie et le financement Ressources pour le lycée général et technologique Fiche 4.3 : Qui crée la monnaie? INDICATIONS

Plus en détail

Classement Doing Business (Les performances du Sénégal)

Classement Doing Business (Les performances du Sénégal) Classement Doing Business (Les performances du ) Secrétariat du Conseil Présidentiel de l Investissement 52-54, rue Mohamed V, BP 430, CP 18524, Dakar Tél. (221) 338.49.05.55 - Fax (221) 338.23.94.89 Email

Plus en détail

Mali : les mutuelles, leur gouvernance et le règlement de la mutualité sociale de l UEMOA. Babassa DJIKINE Président Union Technique de la Mutualité

Mali : les mutuelles, leur gouvernance et le règlement de la mutualité sociale de l UEMOA. Babassa DJIKINE Président Union Technique de la Mutualité Mali : les mutuelles, leur gouvernance et le règlement de la mutualité sociale de l UEMOA Babassa DJIKINE Président Union Technique de la Mutualité 1 Plan de Présentation Présentation du Réglément UEMOA

Plus en détail

amplifier le financement des entreprises et structures de l Économie sociale et solidaire

amplifier le financement des entreprises et structures de l Économie sociale et solidaire 1 amplifier le financement des entreprises et structures de l Économie sociale et solidaire 1 - Amplifier le financement des entreprises et structures de l Économie sociale et solidaire Les entreprises

Plus en détail

Banque Zag. Troisième pilier de Bâle II et III Exigences de divulgation. 31 décembre 2013

Banque Zag. Troisième pilier de Bâle II et III Exigences de divulgation. 31 décembre 2013 Banque Zag Troisième pilier de Bâle II et III Exigences de divulgation 31 décembre 2013 Le présent document présente les informations au titre du troisième pilier que la Banque Zag (la «Banque») doit communiquer

Plus en détail

Promotion des investissements au Maroc

Promotion des investissements au Maroc Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Promotion des investissements au Maroc Mai 1996 Document de travail n 08 Promotion des investissements au Maroc Mai 1996 L objet de la

Plus en détail

ROYAUME-UNI. La protection sociale en Europe ROYAUME-UNI 1

ROYAUME-UNI. La protection sociale en Europe ROYAUME-UNI 1 ROYAUME-UNI Les dépenses de protection sociale au Royaume-Uni représentent 26,8% du PIB. Le système britannique est de logique beveridgienne. La principale réforme récente concerne le système de retraite

Plus en détail

CHAPITRE 9 LE SYSTÈME BANCAIRE

CHAPITRE 9 LE SYSTÈME BANCAIRE CHAPITRE 9 LE SYSTÈME BANCAIRE 9.1 LE SYSTÈME BANCAIRE AMÉRICAIN Contrairement aux banques de plusieurs pays, les banques américaines ne sont ni détenues ni gérées par le gouvernement. Elles offrent des

Plus en détail

LA MICROFINANCE EN AFRIQUE DE L OUEST : HISTOIRES ET INNOVATIONS

LA MICROFINANCE EN AFRIQUE DE L OUEST : HISTOIRES ET INNOVATIONS Luxembourg, le 02 juin 2008 LA MICROFINANCE EN AFRIQUE DE L OUEST : HISTOIRES ET INNOVATIONS Le texte suivant est un extrait du livre «La microfinance en Afrique de l Ouest : histoires et innovations»

Plus en détail

GUIDE DE L OPERATEUR PRIVE POUR LE FINANCEMENT DIRECT

GUIDE DE L OPERATEUR PRIVE POUR LE FINANCEMENT DIRECT GUIDE DE L OPERATEUR PRIVE POUR LE FINANCEMENT DIRECT Le présent guide a pour vocation, de fournir aux entreprises, aux PME/PMI, aux Etats, aux collectivités locales et aux entreprises publiques (dans

Plus en détail

HISTORIQUE ET PRESENTATION DU CADRE JURIDIQUE DES SFD DANS LA ZONE UMOA

HISTORIQUE ET PRESENTATION DU CADRE JURIDIQUE DES SFD DANS LA ZONE UMOA HISTORIQUE ET PRESENTATION DU CADRE JURIDIQUE DES SFD DANS LA ZONE UMOA -> Existence préalable de textes régissant les coopératives et mutuelles de façon générale, incluant celles faisant des opérations

Plus en détail

Etude réglementaire et des partenariats possibles dans la valorisation de l épargne des migrants pour le développement

Etude réglementaire et des partenariats possibles dans la valorisation de l épargne des migrants pour le développement Etude réglementaire et des partenariats possibles dans la valorisation de l épargne des migrants pour le développement Cadre et options réglementaires pour des IMF souhaitant proposer une offre de produits

Plus en détail

Les grandes réalisations sont la somme de toutes les petites

Les grandes réalisations sont la somme de toutes les petites ÉPARGNE SALARIALE SOLIDAIRE Les grandes réalisations sont la somme de toutes les petites BANQUE DE FINANCEMENT & D INVESTISSEMENT / ÉPARGNE / SERVICES FINANCIERS SPÉCIALISÉS Avec un encours de 3,15 milliards

Plus en détail

ETUDE SUR L OFFRE DES SERVICES FINANCIERS A DISTANCE DANS L UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE (UEMOA)

ETUDE SUR L OFFRE DES SERVICES FINANCIERS A DISTANCE DANS L UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE (UEMOA) ETUDE SUR L OFFRE DES SERVICES FINANCIERS A DISTANCE DANS L UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE (UEMOA) Juin 2012 1 Sommaire INTRODUCTION... 6 I - PRESENTATION DE L UEMOA... 9 I.1 - PRESENTATION

Plus en détail

Microfinance : l intervention des banques françaises à l étranger

Microfinance : l intervention des banques françaises à l étranger Microfinance : l intervention des banques françaises à l étranger Association Epargne Sans Frontière (ESF), Octobre 2009 Agence Française de Développement Département de la Recherche AFD 2009 Microfinance

Plus en détail

AP A R P E R F E F ju j i u n n 20 2 1 0 1 1 1

AP A R P E R F E F ju j i u n n 20 2 1 0 1 1 1 APREF juin 2011 1 Pourquoi la micro-assurance? Lien fort et évident entre pauvreté et vulnérabilité Si quelqu un est protégé contre les risques de base pour lui et sa famille, il est plus enclin à prendre

Plus en détail

CONVENTION PORTANT CREATION D UNE COMMISSION BANCAIRE DE L AFRIQUE CENTRALE

CONVENTION PORTANT CREATION D UNE COMMISSION BANCAIRE DE L AFRIQUE CENTRALE CONVENTION PORTANT CREATION D UNE COMMISSION BANCAIRE DE L AFRIQUE CENTRALE Sur recommandation du Comité Monétaire institué par la Convention de Coopération du 22 novembre 1972, Le Gouvernement de la République

Plus en détail

Table des matieres LARCIER

Table des matieres LARCIER Table des matieres Table des matieres 559 Pages Dédicace............................................................ 5 Remerciements... 7 Préface... 11 Principales abréviations... 15 Sommaire... 23 Introduction

Plus en détail

Économie, connaiss.de base Réponse 1. Économie, connaiss.de base Question 1 Affaires bancaires. Économie, connaiss.

Économie, connaiss.de base Réponse 1. Économie, connaiss.de base Question 1 Affaires bancaires. Économie, connaiss. Économie, connaiss.de base Question 1 Économie, connaiss.de base Réponse 1 Quels sont les six types de banques les plus importants? les grandes banques les banques cantonales les banques régionales/caisses

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE. La microfinance : un outil important de réinsertion sociale en Belgique depuis 10 ans

COMMUNIQUÉ DE PRESSE. La microfinance : un outil important de réinsertion sociale en Belgique depuis 10 ans COMMUNIQUÉ DE PRESSE 14,7% de la population belge sous le seuil de pauvreté 1 La microfinance : un outil important de réinsertion sociale en Belgique depuis 10 ans Forte hausse des demandes de microcrédits

Plus en détail

Focus sur les politiques publiques de l épargne en France

Focus sur les politiques publiques de l épargne en France Focus sur les politiques publiques de l épargne en France T. Mosquera Yon Banque de France 1 En France, les pouvoirs publics ont, dès 1818, souhaité mettre en place des dispositifs visant à encourager

Plus en détail

Les caractéristiques du secteur bancaire français

Les caractéristiques du secteur bancaire français Les caractéristiques du secteur bancaire français Fiche 1 Objectifs Découvrir le poids du secteur bancaire en France et ses intervenants Prérequis Aucun Mots-clefs Produit intérieur brut (PIB), organismes

Plus en détail

COUVERTURE ENEAU POTABLE

COUVERTURE ENEAU POTABLE COUVERTURE ENEAU POTABLE En 2002, 83 % de la population mondiale près de 5,2 milliards d individus bénéficiaient d un approvisionnement en eau potable amélioré. Cela comprend l eau courante et le raccordement

Plus en détail

Note à Messieurs les : Objet : Lignes directrices sur les mesures de vigilance à l égard de la clientèle

Note à Messieurs les : Objet : Lignes directrices sur les mesures de vigilance à l égard de la clientèle Alger, le 08 février 2015 Note à Messieurs les : - Présidents des Conseils d Administration ; - Présidents Directeurs Généraux ; - Directeurs Généraux ; - Présidents des Directoires ; - Directeur Général

Plus en détail

Gérer les faillites d institutions de microfinance collectrices d épargne : l expérience des autorités de supervision en Afrique

Gérer les faillites d institutions de microfinance collectrices d épargne : l expérience des autorités de supervision en Afrique Public Disclosure Authorized Note d information Public Disclosure Authorized Public Disclosure Authorized Public Disclosure Authorized N o 91 Décembre 2013 Corinne Riquet et Christine Poursat Gérer les

Plus en détail

Qui sommes-nous? Nos atouts

Qui sommes-nous? Nos atouts Présentation de la société Qui sommes-nous? BFI est spécialisée depuis 1994 dans l édition et l intégration de solutions destinées aux banques et institutions financières. Bien implantée sur le marché

Plus en détail

Travailleurs migrants et transferts de fonds vers l Afrique

Travailleurs migrants et transferts de fonds vers l Afrique Travailleurs migrants et transferts de fonds vers l Afrique Oeuvrer pour que les populations rurales pauvres se libèrent de la pauvreté 100 Marchés, environnement porteur et perspectives des transferts

Plus en détail

Coup de projecteur : Transferts d'argent des migrants et produits financiers associés

Coup de projecteur : Transferts d'argent des migrants et produits financiers associés Coup de projecteur : Transferts d'argent des migrants et produits financiers associés BIM n - 19 février 2008 Ce BIM est réalisé en partenariat avec le Portail francophone de la microfinance : www.lamicrofinance.org.

Plus en détail

Note par pays sur le programme de technologie

Note par pays sur le programme de technologie Note par pays sur le programme de technologie Union Economique et Monétaire Ouest-Africaine (UEMOA) West African Economic and Monetary Union (UEMOA) Juin 2011 1 Vue d ensemble 1 Population 95 millions

Plus en détail

Institut National de la Statistique - Annuaire Statistique du Cameroun 2010. Chapitre 26 : LE CAMEROUN DANS LA ZONE CEMAC

Institut National de la Statistique - Annuaire Statistique du Cameroun 2010. Chapitre 26 : LE CAMEROUN DANS LA ZONE CEMAC Institut National de la Statistique - Annuaire Statistique du Cameroun 2010 Chapitre 26 : LE CAMEROUN DANS LA ZONE CEMAC 1. Présentation... 328 2. Méthodologie... 328 3. Définitions... 328 4. Sources de

Plus en détail

Asset Management. A Commitment to Excellence

Asset Management. A Commitment to Excellence Asset Management A Commitment to Excellence L ambition que nous poursuivons et que nous partageons avec nos partenaires et clients s enracine profondément dans la culture d un groupe qui met l excellence

Plus en détail