Séminaire sur le financement et la gestion de la couverture médicale de base

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Séminaire sur le financement et la gestion de la couverture médicale de base"

Transcription

1 Séminaire sur le financement et la gestion de la couverture médicale de base RABAT 8 et 9 octobre 2004 ATELIER 2 REGULATION et ENCADREMENT du système de couverture médicale : approche et mécanismes

2 par BELGIQUE MICHEL VIGNEUL Inspecteur d actuariat MAROC INAMI ANAM Loi relative à l assurance obligatoire soins de santé et indemnités coordonnée le 14 juillet Loi n portant code de la couverture médicale de base (3 octobre 2002)

3 Postulats Imposer une décision sans l accord du secteur concerné risque de rendre l application de la mesure in opérationnelle sur le terrain (rôle des commissions de convention) Implémenter un dossier pour sa pertinence/nécessité médicale au niveau de la population sans se soucier de son coût financier est un risque majeur pour la survie à terme d un système de soins de santé (rôle d un organe de contrôle budgétaire) Approuver individuellement les dossiers des différents secteurs sans les resituer dans le cadre d une politique nationale des soins de santé risque de se traduire par une inefficacité de celle-ci (rôle d une structure de concertation élargie aux différents partenaires du système de soins de santé) Sur base de ces AVIS la décision finale revient à l autorité de tutelle

4 Préliminaires Existence d une instance centrale de gestion (INAMI), sorte d arbitre administratif neutre du système des soins de santé REGULATION et ENCADREMENT d un système d enregistrement et de tarification des soins remboursés - Nomenclature [chaque prestation avec un libellé, des conditions d application, des tarifs (honoraires et remboursements)] - Médicaments [liste des produits, des tarifs (prix et remboursements)] - Hôpitaux (forfait par journée d entretien) d un flux statistique informatisé et mensuel des données comptabilisées des soins remboursés entre les organismes assureurs et l instance centrale de gestion (Documents C et N) de commissions de conventions (Commissions de conventions ou d accords) sous-secteurs (prestataires)/ organismes assureurs d une instance de contrôle budgétaire (Commission de contrôle budgétaire) d une structure de concertation élargie aux différents partenaires du système de soins de santé (Comité de l assurance ; Conseil général)

5 Plan de l exposé REGULATION et ENCADREMENT des coûts de l assurance maladie de base? 1. Elaboration d un budget global des soins de santé 2. Comptabilisation régulière des dépenses 3. Existence de structures et d indicateurs pour le suivi des dépenses 4. Mécanismes régissant l introduction des nouveaux dossiers 5. Mécanismes déclenchant l application d économies

6 1. Elaboration d un budget global des soins de santé Utilisation d une méthode qui est identique chaque année et dont les grands principes sont contenus dans des textes légaux qui repose sur des calculs techniques (actuariat INAMI) qui tient compte de l avis des partenaires du système (état, les prestataires de soins, les gestionnaires de structures de soins, les mutualités, les employeurs, les syndicats, ) *ce budget doit être financé par des ressources suffisantes ; *la trésorerie doit permettre l injection des moyens nécessaires pour faire face aux dépenses du système. [ATELIER 1] Simplifier la procédure décisionnelle, une seule structure de concertation élargie aux différents partenaires du système de soins de santé

7 calculs TECHNIQUES ECONOMIES POSITIVES PROCEDURE 2005 techniques corrections corrections corrections initiaux masse d'index autorité autorité autorité FINAL (milliers ) prix 2004 de tutelle de tutelle de tutelle L I B E L L E 1. Honoraires médicaux Honoraires des praticiens de l'art dentaire Fournitures pharmaceutiques Honoraires des praticiens de l'art infirmier Frais spécifiques services de soins à domicile Soins par kinésithérapeutes Soins par bandagistes et orthopédistes Implants Soins par opticiens Soins par audiciens Accouchements par accoucheuses Prix de la journée d'entretien - Hôpital Hôpital militaire - prix all-in Dialyse MRS-MRPA Soins de santé mentale Fin de carrière Rééducation fonctionnelle et professionnelle Fonds spécial Logopédie Centre-médico-pédiatrique Autre placement et frais de déplacement Régularisations + refacturation Du maximum à facturer Patients chroniques Soins palliatifs Soins palliatifs (patient) Tissus humains Soutien aux soins multidisciplinaires, première ligne AUTRES T O T A L

8 2. Comptabilisation régulière des dépenses Avant d entreprendre de réguler les dépenses, et d extrapoler l avenir, on doit s assurer que lors de l analyse on dispose des données complètes du système en vitesse de croisière Pour satisfaire ce préalable il est nécessaire d imposer des méthodes (acceptation des factures) et des rythmes de comptabilisation, des délais de remboursement à toutes les mutualités/organe gestionnaire [ATELIER 3] Mais il est également nécessaire pour l instance centrale de gestion (actuariat -INAMI) de contrôler et d analyser ce flux comptable dans le but de : Corriger des erreurs de comptabilisation (imputations, remboursements, ) Déceler systématiquement des retards comptables, des non-respects de la législation (délais, ) Responsabilisation financière des organes gestionnaires

9 3. Existence d indicateurs pour le suivi des dépenses Elaboration de plusieurs indicateurs par rapport aux objectifs partiels [établir des normes globales à partir desquelles un risque de dépassement significatif annuel est probable] à des sous-secteurs au sein des objectifs partiels [l évolution du sous-secteur au sein du secteur est supérieure/inférieure aux calculs techniques de base] à une évolution historique de certains codes de la nomenclature au sein de ces sous-secteurs [repérer par exemple les codes qui ont en termes de dépenses une évolution constante ou exponentielle non tolérable (de base supérieure à un) pour l objectif budgétaire partiel sachant que les prévisions budgétaires ont été réalisées de manière linéaire mais aussi ceux qui ont une évolution exponentielle (de base inférieure à un)] aux dossiers nouvellement introduits [contrôler si l impact initialement calculé est respecté]

10 Remarques Ces indicateurs doivent repérer aussi bien les évolutions croissantes que les évolutions décroissantes anormales et doivent s accompagner d une analyse : Si les dépenses diminuent pour certains codes de la nomenclature ne sont-ils pas occupés à se reporter sur d autres codes [établir des liens au sein de la nomenclature]? Si un dossier a au cours de son exécution un coût inférieur à son estimation de base n est-ce pas parce que la comptabilisation des factures relatives à ce dossier rencontrent quelques difficultés sur le terrain et que l effet double va se reporter l année suivante?

11 3. Existence de structures pour le suivi des dépenses Existence de structures d analyse Les commissions de convention [les gestionnaires de dépenses/consommation (actuariat - INAMI) qui analysent, à un rythme régulier, avec les prestataires de soins et les mutualités les dépenses afin d y découvrir les tendances et leurs implications] La cellule de contrôle budgétaire [elle analyse les dépenses et la consommation, au même rythme que dans les commissions de convention, en vue de déterminer les risques éventuels de dépassement au niveau du budget global des soins de santé mais aussi des objectifs budgétaires partiels] La cellule de contrôle budgétaire doit être exclusivement technique et disposer de ses techniciens (autres que actuariat ) et devenir ainsi un observatoire de l ensemble du système permettant aux décideurs d imposer des économies, de ne pas implémenter des dossiers au montage financier hasardeux.

12 4. Mécanismes régissant l introduction des nouveaux dossiers Un dossier de base établi par la commission de convention (médical et budgétaire) Un avis d une cellule à compétence médicale (sur la qualité du dossier, pertinence à répondre à un besoin en soin de santé) Un avis de la cellule de contrôle budgétaire (sur la méthode d estimation, la compatibilité avec l objectif budgétaire, l évolution des dépenses du sous-secteur) Décision finale via la structure de concertation élargie aux différents partenaires du système de soins de santé Une maîtrise plus facile des dépenses pourrait commencer par fixer un seul moment-clé dans l année (JANVIER par exemple) pour l introduction des nouveaux dossiers. Eviter qu une décision soit prise sur un dossier en l absence d un avis budgétaire (même si l impact est estimé nul).

13 5. Mécanismes régissant le déclenchement des économies En cas de dépassement significatif de l objectif budgétaire global dans quels secteurs imposer des économies : les secteurs qui ont le plus de poids dans le budget? répercussion sur la qualité des soins? responsabilisation des prestataires? hôpitaux 32% OB 2003 médecins 31% autres 3% paramédicaux 13% dentistes 3% médicaments 18%

14 L organe de contrôle budgétaire doit : travailler en collaboration avec les commissions de conventions et les gestionnaires (actuariat - INAMI) car les indicateurs n expliquent pas les tendances observées, ils les repèrent avertir les décideurs du risque de dépassement significatif d un objectif budgétaire partiel dans le cadre d un dépassement budgétaire global L autorité de tutelle ne doit pas prendre des mesures de correction à tout moment mais pouvoir en prendre efficacement quand cela s avère nécessaire [TARIFS] Doit veiller à ce que l effort des mesures de correction ne se reportent pas sur le PATIENT [quote-part personnelle pourcentuelle ; suppléments] Un seul moment pour prendre des économies effectives, lors de la fixation de l objectif budgétaire de l année suivante, décision politique. Des mesures de correction automatique peuvent également être envisagées (médicaments ; enveloppes de biologie clinique ; fixation de capacité maximum de facturation ; ).

15 dépenses OB Dépenses soins de santé/objectif budgétaire milliers

16 Soins de santé effectifs population (A) milliers dépenses par habitant coût 1.105, , , , ,07 % évolution 13,23 7,19 2,36 8,03 (B) Etat dépenses % rapport(a)/(b) 25,93 29,43 31,62 32,51 35,31 Maîtrise des dépenses défi impossible à relever?

17 FIN

par Michel VIGNEUL Conseiller actuaire Manager de projets COOPAMI Bruxelles 27 novembre 2012

par Michel VIGNEUL Conseiller actuaire Manager de projets COOPAMI Bruxelles 27 novembre 2012 www.inami.be www.coopami.org Financement et maîtrise des dépenses de remboursement des soins de santé par l assurance maladie obligatoire par Michel VIGNEUL Conseiller actuaire Manager de projets COOPAMI

Plus en détail

Hanoï 6 novembre 2012. par Michel VIGNEUL Conseiller actuaire Manager de projets

Hanoï 6 novembre 2012. par Michel VIGNEUL Conseiller actuaire Manager de projets Hanoï 6 novembre 2012 par Michel VIGNEUL Conseiller actuaire Manager de projets STRUCTURE de l exposé INTRODUCTION 1.Le fonctionnement du système 2.Le financement du système 3.La gestion du système QUESTIONS

Plus en détail

STRUCTURE ORGANISATIONNELLE DE L ASSURANCE MALADIE (le cas de la Belgique)

STRUCTURE ORGANISATIONNELLE DE L ASSURANCE MALADIE (le cas de la Belgique) STRUCTURE ORGANISATIONNELLE DE L ASSURANCE MALADIE (le cas de la Belgique) par Michel VIGNEUL Conseiller Manager de projets COOPAMI Bruxelles 5 décembre 2012 La présentation qui va suivre : 1. est basée

Plus en détail

Tableaux de bord de gestion du risque Rapport d audit permanent

Tableaux de bord de gestion du risque Rapport d audit permanent www.coopami.org Tableaux de bord de gestion du risque Rapport d audit permanent TUNIS 17 décembre 2013 Michel Vigneul Conseiller Actuaire La bonne gestion financière d un système d assurance de soins de

Plus en détail

Le Data WareHouse à l INAMI Exploitation des données

Le Data WareHouse à l INAMI Exploitation des données www.coopami.org Le Data WareHouse à l INAMI Exploitation des données TUNIS 17 décembre 2013 Michel Vigneul Conseiller Actuaire PLAN de l exposé : Partie 1 : Contexte général du système de remboursement

Plus en détail

Système d information Exploitation des bases de données Rapport d audit permanent

Système d information Exploitation des bases de données Rapport d audit permanent www.coopami.org Système d information Exploitation des bases de données Rapport d audit permanent BRUXELLES 24 octobre 2013 Michel Vigneul Conseiller Actuaire PARTIE 1 Système d information Qu est-ce qu

Plus en détail

Principales caractéristiques du système de santé en Belgique. Thomas Rousseau 27 novembre 2012

Principales caractéristiques du système de santé en Belgique. Thomas Rousseau 27 novembre 2012 Principales caractéristiques du système de santé en Belgique Thomas Rousseau 27 novembre 2012 Sécurité sociale Introduction: De quoi vais je parler? Exposé: Seulement sur la sécurité sociale au sens strict!

Plus en détail

Principales caractéristiques du système de santé belge (niveau fédéral) Michel VIGNEUL 4 novembre 2013

Principales caractéristiques du système de santé belge (niveau fédéral) Michel VIGNEUL 4 novembre 2013 Principales caractéristiques du système de santé belge (niveau fédéral) Michel VIGNEUL 4 novembre 2013 LE SYSTEME DES SOINS DE SANTE EN BELGIQUE 1. LA PROTECTION SOCIALE BELGE 2. LE FONCTIONNEMENT QUOTIDIEN

Plus en détail

Le financement de l assurance maladie obligatoire en Belgique. Thomas Rousseau Michel Vigneul 25 novembre 2014

Le financement de l assurance maladie obligatoire en Belgique. Thomas Rousseau Michel Vigneul 25 novembre 2014 Le financement de l assurance maladie obligatoire en Belgique Thomas Rousseau Michel Vigneul 25 novembre 2014 Introduction Le budget des soins de santé 2014 30.929.434.000 EUR ou 115.342.568.408 PEN Remboursement

Plus en détail

L assurance soins de santé en Belgique : une introduction. Thomas Rousseau 12 juin 2014

L assurance soins de santé en Belgique : une introduction. Thomas Rousseau 12 juin 2014 L assurance soins de santé en Belgique : une introduction Thomas Rousseau 12 juin 2014 Introduction L assurance maladie obligatoire L assurance soins de santé L assurance indemnités (maladie, accident,

Plus en détail

LA DRC EST À VOTRE DISPOSITION POUR REPONDRE A VOS QUESTIONS L ASSURANCE MALADIE OBLIGATOIRE DE BASE

LA DRC EST À VOTRE DISPOSITION POUR REPONDRE A VOS QUESTIONS L ASSURANCE MALADIE OBLIGATOIRE DE BASE LA DRC EST À VOTRE DISPOSITION POUR REPONDRE A VOS QUESTIONS L ASSURANCE MALADIE OBLIGATOIRE DE BASE LES QUESTIONS ESSENTIELLES POUR UN PROFESSIONNEL DE LA SANTE DANS LE SECTEUR PUBLIC Q 1- Qu est ce que

Plus en détail

dans le système de protection sociale les pays en développement? IMT ANVERS 17 janvier 2011

dans le système de protection sociale les pays en développement? IMT ANVERS 17 janvier 2011 www.inami.be www.coopami.org L assurance maladie obligatoire dans le système de protection sociale en Belgique. Quels enseignements peut on en tirer pour les pays en développement? IMT ANVERS 17 janvier

Plus en détail

PASSE, PRESENT ET AVENIR DE L ASSURANCE MALADIE. Professeur A. De Wever ULB, 31 mai 2013.

PASSE, PRESENT ET AVENIR DE L ASSURANCE MALADIE. Professeur A. De Wever ULB, 31 mai 2013. PASSE, PRESENT ET AVENIR DE L ASSURANCE MALADIE Professeur A. De Wever ULB, 31 mai 2013. PLAN I. Histoire des mutuelles II. Sécurité sociale III. Financement IV. Avenir I. HISTOIRE DES MUTUELLES Avant

Plus en détail

L assurance maladie belge. Dr.Jan Van Emelen Directeur Innovation 08.11.2012 Bucharest

L assurance maladie belge. Dr.Jan Van Emelen Directeur Innovation 08.11.2012 Bucharest L assurance maladie belge. Dr.Jan Van Emelen Directeur Innovation 08.11.2012 Bucharest Agenda Introduction 1. La gestion paritaire des soins de santé 2. Les mutualités (Organismes Assureurs) 3. Analyse

Plus en détail

La régionalisation, mutation vers un système d assistance sociale complétée par des piliers privés?

La régionalisation, mutation vers un système d assistance sociale complétée par des piliers privés? La régionalisation, mutation vers un système d assistance sociale complétée par des piliers privés? Jean Hermesse Secrétaire général des Mutualités Chrétiennes Solvay Brussels, MMISS, 13/01/2014 Plan 1.

Plus en détail

TITRE II CONDITIONS PARTICULIERES DE LA NOTICE D INFORMATION INSTITUT MAX VON LAUE PAUL LANGEVIN

TITRE II CONDITIONS PARTICULIERES DE LA NOTICE D INFORMATION INSTITUT MAX VON LAUE PAUL LANGEVIN TITRE II CONDITIONS PARTICULIERES DE LA NOTICE D INFORMATION INSTITUT MAX VON LAUE PAUL LANGEVIN Préretraités Retraités Licenciés Ayants droit de participant retraité décédé pour une durée maximale de

Plus en détail

ssentielis santé ... assurez votre santé pour l essentiel et réalisez jusqu à 50 % d économies* [ COMPLÉMENTAIRE SANTÉ ] PARTICULIERS

ssentielis santé ... assurez votre santé pour l essentiel et réalisez jusqu à 50 % d économies* [ COMPLÉMENTAIRE SANTÉ ] PARTICULIERS [ COMPLÉMENTAIRE SANTÉ ] PARTICULIERS ssentielis santé... assurez votre santé pour l essentiel et réalisez jusqu à 50 % d économies* * Selon étude effectuée en septembre 2010, sur la base des tarifs TTC

Plus en détail

LE SYSTEME DES SOINS DE SANTE EN BELGIQUE. Jo De Cock Administrateur général Institut national d assurance maladie-invalidité

LE SYSTEME DES SOINS DE SANTE EN BELGIQUE. Jo De Cock Administrateur général Institut national d assurance maladie-invalidité LE SYSTEME DES SOINS DE SANTE EN BELGIQUE Jo De Cock Administrateur général Institut national d assurance maladie-invalidité 09 juin 2011 2 SOMMAIRE I. Introduction II. III. IV. Système de santé: objectifs

Plus en détail

Le système d information (bases de données) l évaluation de la qualité des soins.

Le système d information (bases de données) l évaluation de la qualité des soins. www.inami.be www.coopami.org Le système d information (bases de données) l évaluation de la qualité des soins. Nouakchott 3 février 2011 Michel Vigneul Cellule Expertise&COOPAMI Se doter d un système d

Plus en détail

3 e symposium international

3 e symposium international 3 e symposium international de l Association internationale des Acheteurs et Approvisionneurs publics et privés de la Santé Bruxelles, les 18 et 19 octobre 2012 Les Achats: Du support à la coordination

Plus en détail

La tarification des actes médicaux

La tarification des actes médicaux www.coopami.org FORMATION en gestion de l assurance maladie La tarification des actes médicaux Caisse Nationale d Assurance Maladie et de Garantie Sociale (CNAMGS) Libreville 12 juin 2013 Michel Vigneul

Plus en détail

SISD Luxembourg. Service intégré de Soins à Domicile en Province de Luxembourg N INAMI : 947-033-75-002 PLAN DE SOINS

SISD Luxembourg. Service intégré de Soins à Domicile en Province de Luxembourg N INAMI : 947-033-75-002 PLAN DE SOINS Service intégré de Soins à Domicile N INAMI : 947-033-75-002 PLAN DE SOINS Le plan de soins est établi dans le cadre de la concertation multidisciplinaire en date du... concernant le patient mentionné

Plus en détail

Grille «Identito-vigilance» pour l auto-évaluation dans le cadre du contrat 2013

Grille «Identito-vigilance» pour l auto-évaluation dans le cadre du contrat 2013 Grille «Identito-vigilance» pour l auto-évaluation dans le cadre du contrat 2013 Les questions sont rés en différentes rubriques se rapportant au thème identito-vigilance. Il est prévu que les différents

Plus en détail

Manuel d'administration Financière du Personnel Livre 3 Chapitre 1 : Demande de remboursement des frais médicaux Table des matières Bases légales

Manuel d'administration Financière du Personnel Livre 3 Chapitre 1 : Demande de remboursement des frais médicaux Table des matières Bases légales Manuel d'administration Financière du Personnel Fin Version 08-05-2007 Livre 3 Chapitre 1 : Demande de remboursement des frais médicaux Table des matières 1 Bases légales 2 Les ayants-droit 3 Frais médicaux

Plus en détail

Financement de l assurance maladie obligatoire en Belgique (les différents régimes). La question de l assurance complémentaire.

Financement de l assurance maladie obligatoire en Belgique (les différents régimes). La question de l assurance complémentaire. www.inami.be www.coopami.org Financement de l assurance maladie obligatoire en Belgique (les différents régimes). La question de l assurance complémentaire. Nouakchott 31 janvier 2011 Michel Vigneul Cellule

Plus en détail

ZOOM ETUDES Les études paramédicales. Auditorium de l Institut Français du Bénin 9 novembre 2013

ZOOM ETUDES Les études paramédicales. Auditorium de l Institut Français du Bénin 9 novembre 2013 ZOOM ETUDES Les études paramédicales Auditorium de l Institut Français du Bénin 9 novembre 2013 L enseignement supérieur français - santé Études de médecine, pharmacie et odontologie : Universités en partenariat

Plus en détail

Chiffres. a s s u r a n c e s pour et par le secteur des soins de santé. Evolution membres-assurés (sociétaires)

Chiffres. a s s u r a n c e s pour et par le secteur des soins de santé. Evolution membres-assurés (sociétaires) Chiffres 29 a s s u r a n c e s Evolution membres-assurés (sociétaires) 3 25 2 15 1 5 24 25 26 27 28 29 11.873 13.39 14.3 15.712 19.727 21.486 24.47 3.754 Depuis, le nombre de sociétaires a augmenté de

Plus en détail

Haïti, Projet d appui technique en Haïti (PATH) Houcine AKHNIF & Lucien ALBERT Avril 2015

Haïti, Projet d appui technique en Haïti (PATH) Houcine AKHNIF & Lucien ALBERT Avril 2015 ETUDE DES COÛTS DES ACTES MEDICAUX EN HAÏTI: Résultats préliminaires et perspectives d utilisation dans la prise de décision Haïti, Projet d appui technique en Haïti (PATH) Houcine AKHNIF & Lucien ALBERT

Plus en détail

Les indicateurs de l Observatoire Wallon de la Santé. Consommation et offre de soins

Les indicateurs de l Observatoire Wallon de la Santé. Consommation et offre de soins Les indicateurs de l Observatoire Wallon de la Santé Consommation et offre de soins 1 Sommaire CONTACT AVEC UN DENTISTE 3 RECOURS AUX SOINS INFIRMIERS À DOMICILE 7 CONTACT AVEC UN MÉDECIN GÉNÉRALISTE..

Plus en détail

Les prévisions budgétaires en matère d assurance maladie.

Les prévisions budgétaires en matère d assurance maladie. www.inami.be www.coopami.org Les prévisions budgétaires en matère d assurance maladie. Atelier Rabat 25 mars 2011 Michel Vigneul /Conseiller Actuaire CelluleExperTse&COOPAMI PLAN de l atelier Contexte

Plus en détail

ACTIVITES DE L INFIRMIERE COORDINATRICE A DOMICILE

ACTIVITES DE L INFIRMIERE COORDINATRICE A DOMICILE RESSIAD Touraine Groupe de Recherche et d Etudes des Services Soins Infirmiers A Domicile ACTIVITES DE L INFIRMIERE COORDINATRICE A DOMICILE FONCTION DE L INFIRMIERE COORDINATRICE Définition : Activité

Plus en détail

Guide pratique assurance complémentaire Frais de Santé APPN OPTION 3

Guide pratique assurance complémentaire Frais de Santé APPN OPTION 3 Guide pratique assurance complémentaire Frais de Santé APPN OPTION 3 Janvier 2009 Ce guide pratique a pour but de faciliter vos démarches auprès de nos services de gestion en vous indiquant : les différentes

Plus en détail

GRILLES DE GARANTIES ET COTISATIONS. Documentation non contractuelle 1 / 9

GRILLES DE GARANTIES ET COTISATIONS. Documentation non contractuelle 1 / 9 CONTRAT COLLECTIF DE A ADHESION ADAPEI 35 LES PAPILLONS BLANCS D ILLE ET VILAINE RENNES (35) CONTRAT K106 / L052 GRILLES DE GARANTIES ET COTISATIONS Documentation non contractuelle 1 / 9 LES PRESTATIONS

Plus en détail

VOTRE REGIME DE FRAIS DE SANTE. en vigueur au 1 er Janvier 2012. Ensemble du Personnel

VOTRE REGIME DE FRAIS DE SANTE. en vigueur au 1 er Janvier 2012. Ensemble du Personnel VOTRE REGIME DE FRAIS DE SANTE en vigueur au 1 er Janvier 2012 Ensemble du Personnel Le présent livret a pour objet de vous aider dans vos démarches administratives liées à votre régime frais de santé.

Plus en détail

La Faculté de Médecine et de Pharmacie de Casablanca se présente. Jamal Tabarak Secrétaire général

La Faculté de Médecine et de Pharmacie de Casablanca se présente. Jamal Tabarak Secrétaire général La Faculté de Médecine et de Pharmacie de Casablanca se présente Jamal Tabarak Secrétaire général Indépendance : 1956 Le Maroc c est : 14 universités 05 Facultés de Médecine et de Pharmacie 1962 : Rabat

Plus en détail

MÉMORANDUM. À l occasion des élections parlementaires fédérales du 25 mai 2014

MÉMORANDUM. À l occasion des élections parlementaires fédérales du 25 mai 2014 MÉMORANDUM À l occasion des élections parlementaires fédérales du 25 mai 2014 Avant-propos Notre système de soins de santé est de qualité, accessible à tous et financièrement relativement abordable. Ces

Plus en détail

L Institut national d assurance maladie-invalidité. Son organisation, ses missions et son rôle dans la sécurité sociale

L Institut national d assurance maladie-invalidité. Son organisation, ses missions et son rôle dans la sécurité sociale L Institut national d assurance maladie-invalidité Son organisation, ses missions et son rôle dans la sécurité sociale 6 Juillet 2015 1. INTRODUCTION Les principales caractéristiques du système de soins

Plus en détail

Activités. Boîte à idées pour remplir la fiche de poste * Direction. Animation d équipe et organisation du travail. Conduite de projets

Activités. Boîte à idées pour remplir la fiche de poste * Direction. Animation d équipe et organisation du travail. Conduite de projets Boîte à idées pour remplir la fiche de poste * Activités 1. 1. Pilotage, management Direction Informer et aider les élus à la décision Définir (ou participer à la définition de) la stratégie de la direction

Plus en détail

[ COMPLÉMENTAIRE SANTÉ ] PARTICULIERS. esponsabilis santé. ... une solution économique et protectrice. L assurance n est plus ce qu elle était.

[ COMPLÉMENTAIRE SANTÉ ] PARTICULIERS. esponsabilis santé. ... une solution économique et protectrice. L assurance n est plus ce qu elle était. [ COMPLÉMENTAIRE SANTÉ ] PARTICULIERS esponsabilis santé... une solution économique et protectrice L assurance n est plus ce qu elle était. [ responsabilis SANTÉ ] Responsabilis Santé, la complémentaire

Plus en détail

l'assurance Maladie des salariés sécurité sociale caisse nationale

l'assurance Maladie des salariés sécurité sociale caisse nationale l'assurance Maladie des salariés sécurité sociale caisse nationale &LUFXODLUH&1$076 Date : 12/05/2000 Origine : DDRI ENSM AC Réf. : DDRI n 66/2000 ENSM n 28/2000 AC n 24/2000 n / MMES et MM les Directeurs

Plus en détail

Le financement des soins de santé en France

Le financement des soins de santé en France Le financement des soins de santé en France Présenté par Hans-Martin Späth Maître de Conférences en Economie de la Santé Département pharmaceutique de Santé Publique Plan La protection sociale en France

Plus en détail

Mécanismes et règles pour assurer la bonne gouvernance des mutualités en Belgique

Mécanismes et règles pour assurer la bonne gouvernance des mutualités en Belgique Mécanismes et règles pour assurer la bonne gouvernance des mutualités en Belgique Jean Hermesse Secrétaire général des Mutualités Chrétiennes Casablanca Plan 1. Organisation des soins de santé en Belgique

Plus en détail

C O M P L E M E N T D E L A C O N V E N T I O N C O N S T I T U T I V E D U R É S E A U R E G I O N A L D E C A N C É R O L O G I E O N C O R U N

C O M P L E M E N T D E L A C O N V E N T I O N C O N S T I T U T I V E D U R É S E A U R E G I O N A L D E C A N C É R O L O G I E O N C O R U N C O M P L E M E N T D E L A C O N V E N T I O N C O N S T I T U T I V E D U R É S E A U R E G I O N A L D E C A N C É R O L O G I E O N C O R U N Le présent document complète la Convention initiale ainsi

Plus en détail

Le Développement de la Chirurgie Ambulatoire au Liban. Mohamad- Ali Hamandi BSN, MPH, HA

Le Développement de la Chirurgie Ambulatoire au Liban. Mohamad- Ali Hamandi BSN, MPH, HA Le Développement de la Chirurgie Ambulatoire au Liban Mohamad- Ali Hamandi BSN, MPH, HA 1 Historique En l an 1900, un anesthésiologiste américain, Ralph Waters, avait une clinique d anesthésie externe

Plus en détail

1- Organisation des services de la Comptabilité

1- Organisation des services de la Comptabilité 1 04 Février 2013 2 3 1- Organisation des services de la Comptabilité Les services de la comptabilité comportent : La DGC composée de 05 Directions et d une inspection; L Agence Centrale Comptable du Trésor;

Plus en détail

Balinéa Santé 2005. La complémentaire santé de toutes les attentes. Santé. Toutes Cibles. assurances. Vos Garanties - 2005

Balinéa Santé 2005. La complémentaire santé de toutes les attentes. Santé. Toutes Cibles. assurances. Vos Garanties - 2005 P R É V O Y A N C E ( ) Toutes Cibles Vos Garanties - 6 niveaux de garanties + renfort optique et dentaire Tiers payant étendu Aucun questionnaire médical Garantie viagère immédiate un contrat assuré par

Plus en détail

Mission Conseiller les pouvoirs publics, au travers de ses analyses et études scientifiques,

Mission Conseiller les pouvoirs publics, au travers de ses analyses et études scientifiques, KCE: c est quoi? Un organisme fédéral d'intérêt public autonome («semi» gouvernemental ) Sous la tutelle du Ministre de la Santé publique et des Affaires sociales Créé en 2002 et actif depuis mi 2003 Une

Plus en détail

Estimation et maîtrise des dépenses de soins de santé

Estimation et maîtrise des dépenses de soins de santé COUR DES COMPTES Estimation et maîtrise des dépenses de soins de santé Audit de suivi Rapport de la Cour des comptes transmis à la Chambre des représentants Bruxelles, juin 2011 cour des comptes Estimation

Plus en détail

Présentation LTD3. Brochure d information généralistes

Présentation LTD3. Brochure d information généralistes Brochure d information généralistes Présentation LTD3 Office National de Tarification secteur médical Plus de 25 ans d expérience Situé à Hasselt Traitement administratif des prestations Clients : - Médecins-généralistes

Plus en détail

COMMENTAIRES RELATIFS AUX AVIS 7 ET 8 DE LA COMMISSION «NORMES EN MATIERE DE TELEMATIQUE AU SERVICE DES SOINS DE SANTE»

COMMENTAIRES RELATIFS AUX AVIS 7 ET 8 DE LA COMMISSION «NORMES EN MATIERE DE TELEMATIQUE AU SERVICE DES SOINS DE SANTE» SPF SANTE PUBLIQUE, Bruxelles, le 10/11/2005 SECURITE DE LA CHAINE ALIMENTAIRE ET ENVIRONNEMENT --- Direction générale de l Organisation des Etablissements de Soins --- CONSEIL NATIONAL DES ETABLISSEMENTS

Plus en détail

Homologation des logiciels de gestion de dossiers patients en Logopédie

Homologation des logiciels de gestion de dossiers patients en Logopédie SPF Santé publique, Sécurité de la Chaîne alimentaire et Environnement Cellule Informatique, Télématique et Communication dans le secteur des Soins de Santé Eurostation Bloc II 1ere étage. bureau 1D01H

Plus en détail

Congrès belgo-vietnamien de médecine générale médecine familiale

Congrès belgo-vietnamien de médecine générale médecine familiale Congrès belgo-vietnamien de médecine générale médecine familiale 1-2 novembre 2005 Financement solidaire et équitable des soins de santé en Belgique : entre Bismarck et Beveridge Prof. Marc VANMEERBEEK

Plus en détail

SPF SANTE PUBLIQUE, Bruxelles, le 10/09/2009 SECURITE DE LA CHAINE ALIMENTAIRE ET ENVIRONNEMENT

SPF SANTE PUBLIQUE, Bruxelles, le 10/09/2009 SECURITE DE LA CHAINE ALIMENTAIRE ET ENVIRONNEMENT SPF SANTE PUBLIQUE, Bruxelles, le 10/09/2009 SECURITE DE LA CHAINE ALIMENTAIRE ET ENVIRONNEMENT --- Direction générale de l Organisation des Etablissements de Soins --- CONSEIL NATIONAL DES ETABLISSEMENTS

Plus en détail

COMPRENDRE VOTRE FACTURE D HOSPITALISATION

COMPRENDRE VOTRE FACTURE D HOSPITALISATION VOTRE HOSPITALISATION AU CHwapi COMPRENDRE VOTRE FACTURE D HOSPITALISATION Juillet 2014 www.chwapi.be Composé de quatre sites hospitaliers et d une polyclinique, le CHwapi est l une des plus importantes

Plus en détail

[ COMPLÉMENTAIRE SANTÉ ] amille & santé. ... la complémentaire santé conçue pour toutes les familles. L assurance n est plus ce qu elle était.

[ COMPLÉMENTAIRE SANTÉ ] amille & santé. ... la complémentaire santé conçue pour toutes les familles. L assurance n est plus ce qu elle était. [ COMPLÉMENTAIRE SANTÉ ] PARTICULIERS amille & santé... la complémentaire santé conçue pour toutes les familles L assurance n est plus ce qu elle était. [ famille & SANTÉ ] Famille & Santé, toutes les

Plus en détail

SANTÉ 2012 LES PROPOSITIONS DE LA MUTUALITÉ FRANÇAISE. Face au problème de l accès aux soins, des solutions existent.

SANTÉ 2012 LES PROPOSITIONS DE LA MUTUALITÉ FRANÇAISE. Face au problème de l accès aux soins, des solutions existent. SANTÉ 2012 LES PROPOSITIONS DE LA MUTUALITÉ FRANÇAISE Face au problème de l accès aux soins, des solutions existent. Dans la France de 2012, de plus en plus de Français doivent renoncer à des soins ou

Plus en détail

INTRODUCTION. La concertation en assurance soins de santé obligatoire

INTRODUCTION. La concertation en assurance soins de santé obligatoire INTRODUCTION Le service des soins de santé de l INAMI gère l'assurance soins de santé organise la concertation entre les différents partenaires : plus de 80 organes 2 LES PARTENAIRES DE L INAMI Organismes

Plus en détail

LE FINANCEMENT DES HOPITAUX EN BELGIQUE. Prof. G. DURANT

LE FINANCEMENT DES HOPITAUX EN BELGIQUE. Prof. G. DURANT LE FINANCEMENT DES HOPITAUX EN BELGIQUE Prof. G. DURANT La Belgique (11 millions d habitants) est un pays fédéral. Le financement est organisé au niveau national sauf le financement des infrastructures

Plus en détail

I N A M I Institut National d'assurance Maladie Invalidité

I N A M I Institut National d'assurance Maladie Invalidité I N A M I Institut National d'assurance Maladie Invalidité CIRCULAIRE AUX KINESITHERAPEUTES 2008/1 SOINS DE SANTE Correspondant : Tél. : 02/739.74.79 E-mail : kine@inami.fgov.be Website : www.inami.be

Plus en détail

Activité des programmes de médicaments

Activité des programmes de médicaments Chapitre 4 Section 4.05 Ministère de la Santé et des Soins de longue durée Activité des programmes de médicaments Suivi des vérifications de l optimisation des ressources, section 3.05 du Rapport annuel

Plus en détail

BP 2006. Fiche financière de dépenses ENFANCE. Mis à jour le 03/02/2006 à 09:44. Libellé programme. Gest recettes enfance

BP 2006. Fiche financière de dépenses ENFANCE. Mis à jour le 03/02/2006 à 09:44. Libellé programme. Gest recettes enfance BP 2006 Mis à jour le 03/02/2006 à 09:44 Fiche financière de dépenses ENFANCE Opération opération Section Code NA Nature analytique Imputation BP 2006 1999P041 Gest recettes 1999P041O001 Recettes et annulations

Plus en détail

Exploitation d un système Utilisation d un tableur Excel

Exploitation d un système Utilisation d un tableur Excel www.coopami.org FINANCEMENT et GESTION des systèmes d assurance maladie MODULE 2 Exploitation d un système Utilisation d un tableur Excel Formation pour les acteurs travaillant sur le financement de la

Plus en détail

Exigences sociétales et modèle économique

Exigences sociétales et modèle économique Colloque 22 mai Exigences sociétales et modèle économique Alexandre GRENIER Directeur URPS médecins 22 mai 2014 1 Exigences sociétales et modèle économique Les exigences sociétales: Une offre de soins

Plus en détail

I N A M I Institut National d'assurance Maladie Invalidité

I N A M I Institut National d'assurance Maladie Invalidité I N A M I Institut National d'assurance Maladie Invalidité Lettre-circulaire aux maisons médicales qui ont adhéré au système du paiement forfaitaire de certaines prestations SERVICE DES SOINS DE SANTE

Plus en détail

La mutualisation des soins de santé

La mutualisation des soins de santé La mutualisation des soins de santé ATELIER LEGISLATION CIMED KINSHASA du 12 au 14 février 2009 1 Présentation générale du système des soins de santé belge Michel VIGNEUL Attaché actuaire INAMI - COOPAMI

Plus en détail

EHPAD «Théodore ARNAULT» 10, rue Condorcet - B.P. 19-86110 MIREBEAU Tél. : 05.49.50.40.51 / Fax : 05.49.60.75.01

EHPAD «Théodore ARNAULT» 10, rue Condorcet - B.P. 19-86110 MIREBEAU Tél. : 05.49.50.40.51 / Fax : 05.49.60.75.01 EHPAD «Théodore ARNAULT» (Etablissement Hébergeant des Personnes Agées Dépendantes) Contrat de séjour «Hébergement temporaire» EHPAD «Théodore ARNAULT» 10, rue Condorcet - B.P. 19-86110 MIREBEAU Tél. :

Plus en détail

La protection sociale en santé au Togo. BIGNANDI Palakimyém Directeur Général de la Protection Sociale Kpalimé, 07 mai 2014

La protection sociale en santé au Togo. BIGNANDI Palakimyém Directeur Général de la Protection Sociale Kpalimé, 07 mai 2014 La protection sociale en santé au Togo BIGNANDI Palakimyém Directeur Général de la Protection Sociale Kpalimé, 07 mai 2014 Plan Introduction Structures de gestion du risque maladie Mode d adhésion Cadre

Plus en détail

EN FAIRE PLUS POUR PRENDRE SOIN DE VOUS. Santé

EN FAIRE PLUS POUR PRENDRE SOIN DE VOUS. Santé EN FAIRE PLUS POUR PRENDRE SOIN DE VOUS Ma complémentaire Santé PEPS INDIVIDUEL PRENDRE SOIN DE VOTRE SANTÉ ET DE VOTRE BIEN-ÊTRE, C EST NOTRE AMBITION Prendre soin de votre santé, c est vous proposer

Plus en détail

LES RENCONTRES DU MANAGEMENT DE PÔLES LA DELEGATION DE GESTION EN MATIERE DE RESOURCES HUMAINES AU CHU DE TOULOUSE

LES RENCONTRES DU MANAGEMENT DE PÔLES LA DELEGATION DE GESTION EN MATIERE DE RESOURCES HUMAINES AU CHU DE TOULOUSE LES RENCONTRES DU MANAGEMENT DE PÔLES LA DELEGATION DE GESTION EN MATIERE DE RESOURCES HUMAINES AU CHU DE TOULOUSE Mylène COULAUD cadre supérieur de santé Olivier RASTOUIL directeur des ressources humaines

Plus en détail

Présentation générale du système des soins de santé belge

Présentation générale du système des soins de santé belge Présentation générale du système des soins de santé belge Benoît COLLIN Administrateur-Général Adjoint INAMI Institut National d Assurance Maladie - Invalidité 1 SOMMAIRE L INAMI : un des acteurs du système

Plus en détail

VOUS BÉNÉFICIEZ DE LA CMU-C

VOUS BÉNÉFICIEZ DE LA CMU-C LA CMU-C EST VALABLE CHEZ TOUS LES PROFESSIONNELS DE SANTÉ. En cas de refus de soins, contactez : votre organisme d assurance maladie ; le conseil départemental de l Ordre des médecins : www.conseil-national.medecin.fr

Plus en détail

Royaume du Maroc Ministère de la Santé. règlement Intérieur des ôpitaux

Royaume du Maroc Ministère de la Santé. règlement Intérieur des ôpitaux Royaume du Maroc Ministère de la Santé règlement Intérieur des ôpitaux Ce Document reprend l intégralité des dispositions de l arrêté du Ministère de la Santé N 456-11 du 2 Rajeb 1431 (6 juillet 2010)

Plus en détail

Tarifs de l hôpital universitaire pédiatrique de Bâle (UKBB)

Tarifs de l hôpital universitaire pédiatrique de Bâle (UKBB) Tarifs de l hôpital universitaire pédiatrique de Bâle (UKBB) valable à partir du 1 er janvier 2014 1 Introduction... 2 2 Traitements ambulatoires... 3 2.1 Interventions chirurgicales... 3 2.2 Diagnostics

Plus en détail

QUESTIONNAIRE : L ACCES AUX SOINS

QUESTIONNAIRE : L ACCES AUX SOINS QUESTIONNAIRE : L ACCES AUX SOINS Sexe : Age : 1. Soins de ville : Consultez-vous un médecin généraliste : Jamais Pour des vaccinations ou certificats médicaux Pour des visites de prévention Uniquement

Plus en détail

Les tarifs des prestations dentaires étaient déjà indexés linéairement de 1,577% le 1er janvier 2012.

Les tarifs des prestations dentaires étaient déjà indexés linéairement de 1,577% le 1er janvier 2012. I.N.A.M.I. Institut National d'assurance Maladie-Invalidité Soins de Santé Circulaire OA n 2012/168 du 26 avril 2012 3910/1091 En vigueur à partir du 1 mai 2012 Tarifs; soins dentaires;. Les tarifs des

Plus en détail

par les hôpitaux et les établissements médico-sociaux dans l assurance-maladie

par les hôpitaux et les établissements médico-sociaux dans l assurance-maladie Ordonnance sur le calcul des coûts et le classement des prestations par les hôpitaux et les établissements médico-sociaux dans l assurance-maladie (OCP) Modification du 22 octobre 2008 Le Conseil fédéral

Plus en détail

Depuis l'an 2000, le Ministère de la Santé Publique (MSP) a mis en place une procédure d accréditation pour améliorer la qualité des services

Depuis l'an 2000, le Ministère de la Santé Publique (MSP) a mis en place une procédure d accréditation pour améliorer la qualité des services Depuis l'an 2000, le Ministère de la Santé Publique (MSP) a mis en place une procédure d accréditation pour améliorer la qualité des services hospitaliers. Ce projet d amélioration de la qualité porte

Plus en détail

Séminaire des chefs de centre

Séminaire des chefs de centre Hammamet Juin 2014 www.cnam.nat.tn Séminaire des chefs de centre Tableau de bord de gestion à mettre à la disposition d un chef de centre Achref GHORBEL Direction de Coordination Régionale Email: achref.ghorbel@cnam.nat.tn

Plus en détail

REGLEMENT DE FONCTIONNEMENT

REGLEMENT DE FONCTIONNEMENT Handicap, Dépendance, Invalidité REGLEMENT DE FONCTIONNEMENT HANDIVIE 1 Boulevard de Compostelle - 13012 Marseille : 04 91 44 07 73 - : 09 70 62 08 48 ssiad-handivie@wanadoo.fr TABLE DES MATIERES I.LE

Plus en détail

MANUEL QUALITE DE LA PRISE EN CHARGE MEDICAMENTEUSE. Etablissement

MANUEL QUALITE DE LA PRISE EN CHARGE MEDICAMENTEUSE. Etablissement MANUEL QUALITE DE LA PRISE EN CHARGE MEDICAMENTEUSE Etablissement Rédacteurs Manuel qualité de la prise en charge médicamenteuse Référence : Validation du contenu Approbation de la forme Autorisation de

Plus en détail

STACCINI Pascal UFR Médecine Nice Université Nice-Sophia Antipolis

STACCINI Pascal UFR Médecine Nice Université Nice-Sophia Antipolis 3.2 : S initier à l organisation, la mise en œuvre et l utilisation d un système d information Chapitre 3 : Systèmes d information Systèmes d information hospitaliers (S.I.H.) STACCINI Pascal UFR Médecine

Plus en détail

Résumé des prestations

Résumé des prestations Résumé des prestations Un tableau simple pour vous aider à choisir le niveau de couverture qui correspond à vos besoins Plan Santé International healthcare Choisissez le niveau de couverture qui vous convient:

Plus en détail

M/Mme... né(e) le... /... /... à... ci-après dénommé(e) le résident,

M/Mme... né(e) le... /... /... à... ci-après dénommé(e) le résident, CONVENTION DISPOSITIONS GENERALES L'association sans but lucratif FAC SIMILITER, ayant son siège rue Langeveld 151 à 1180 Bruxelles, gérant la maison de repos et de soins NAZARETH, Chaussée de Waterloo

Plus en détail

Compte rendu AG loi santé et contexte

Compte rendu AG loi santé et contexte Compte rendu AG loi santé et contexte Rappel : convention des CD avec la SS (87% des dentistes sont conventionnés) tarif opposables (soins, détartrage, caries, ) Les honoraires sont fixés par l AM, sans

Plus en détail

ASSURANCE MALADIE OBLIGATOIRE DE BASE

ASSURANCE MALADIE OBLIGATOIRE DE BASE ASSURANCE MALADIE OBLIGATOIRE DE BASE Convention nationale Entre Les Organismes Gestionnaires Et Les Chirurgiens Dentistes CONVENTION NATIONALE Etablie sous l égide de l Agence Nationale de l Assurance

Plus en détail

La gouvernance se fonde sur des règles nouvelles du jeu collectif, avec une vision plus horizontale du management.

La gouvernance se fonde sur des règles nouvelles du jeu collectif, avec une vision plus horizontale du management. La fonction de directeur des soins dans la nouvelle gouvernance : Introduction La mise en œuvre de la nouvelle gouvernance dans les établissements de santé constitue un sujet de préoccupation et d interrogation

Plus en détail

Tout savoir sur l'assurance santé

Tout savoir sur l'assurance santé Tout savoir sur l'assurance santé Protéger votre santé avec Generali Il est important que vous ayez les moyens de rester en bonne santé. Or les frais de santé en France sont de plus en plus élevés. Disposer

Plus en détail

RESOLUTION ADOPTEE LE 14 JUIN 2003 CONGRES DE TOULOUSE

RESOLUTION ADOPTEE LE 14 JUIN 2003 CONGRES DE TOULOUSE RESOLUTION ADOPTEE LE 14 JUIN 2003 CONGRES DE TOULOUSE 12/14 JUIN 2003 25 MESURES POUR REDUIRE LES INEGALITES DE SANTE Le système de santé est confronté à une crise d une gravité sans précédent, dont la

Plus en détail

Déclarations européennes de la pharmacie hospitalière

Déclarations européennes de la pharmacie hospitalière Déclarations européennes de la pharmacie hospitalière Les pages qui suivent constituent les Déclarations européennes de la pharmacie hospitalière. Elles représentent l expression consensuelle de ce que

Plus en détail

REGIME «PLUS» TARIFS 2013. Part salarié : 36 50 Part employeur : 19 Supplément conjoint : 15 REMBOURSEMENTS 2013

REGIME «PLUS» TARIFS 2013. Part salarié : 36 50 Part employeur : 19 Supplément conjoint : 15 REMBOURSEMENTS 2013 REGIME «PLUS» TARIFS 2013 Part salarié : 36 50 Part employeur : 19 Supplément conjoint : 15 REMBOURSEMENTS 2013 N.B : Ces remboursements s ajoutent à ceux de la sécurité sociale. HOSPITALISATION Hospitalisation

Plus en détail

Banque Carrefour de la Sécurité Sociale

Banque Carrefour de la Sécurité Sociale Ce document vous est offert par la Banque Carrefour de la sécurité sociale. Il peut être diffusé librement, à condition de mentionner la source et l URL Banque Carrefour de la Sécurité Sociale Chaussée

Plus en détail

santé le parcours de soins Mémento

santé le parcours de soins Mémento santé le parcours de soins Mémento Informations pratiques Qu est-ce que le parcours de soins? Le parcours de soins est un circuit que vous devez respecter pour bénéficier d un suivi médical coordonné,

Plus en détail

Votre régime frais de santé au 1 er juillet 2013 (mise à jour juillet 2013)

Votre régime frais de santé au 1 er juillet 2013 (mise à jour juillet 2013) Votre régime frais de santé au 1 er juillet 2013 (mise à jour juillet 2013) Personnel non cadre Le présent livret a pour objet de vous aider dans vos démarches administratives liées à votre régime frais

Plus en détail

Une assurance complémentaire santé immédiate et sans limite d âge

Une assurance complémentaire santé immédiate et sans limite d âge Santé Une assurance complémentaire santé immédiate et sans limite d âge Esprit Vitalité Pas de questionnaire médical, des forfaits adaptés. Une cagnotte en cas d hospitalisation. Chez AXA, notre volonté

Plus en détail

AVIS RELATIF A L APPLICATION DE L ART. 97ter DE LA LOI SUR LES HOPITAUX

AVIS RELATIF A L APPLICATION DE L ART. 97ter DE LA LOI SUR LES HOPITAUX SPF SANTE PUBLIQUE, Bruxelles, le 08/09/2005 SECURITE DE LA CHAINE ALIMENTAIRE ET ENVIRONNEMENT --- Direction générale de l Organisation des Etablissements de Soins --- CONSEIL NATIONAL DES ETABLISSEMENTS

Plus en détail

AVANT : Bien préparer son hospitalisation 3

AVANT : Bien préparer son hospitalisation 3 L hospitalisation : avant, pendant, après Simplifiez-vous la vie! 2015 MUTU TIENN E La solidarité, c est bon pour la santé. MUTU TIE M U T U NNE TIENN E La solidarité, c est bon pour la santé. La solidarité,

Plus en détail

F. BILLION-REY V. LACROIX

F. BILLION-REY V. LACROIX Centre Hospitalier de Lons le Saunier Service Pharmacie et Stérilisation Centrale Plaidoyer pour le développement de la Pharmacie Clinique au Centre Hospitalier de Lons le Saunier F. BILLI-REY V. LACRIX

Plus en détail

Information supplémentaire concernant l enregistrement du personnel - Synthèse et FAQ

Information supplémentaire concernant l enregistrement du personnel - Synthèse et FAQ Information supplémentaire concernant l enregistrement du personnel - Synthèse et FAQ 1. Synthèse Objectif : du personnel EMPLOPER recenser le nombre d ETP (rémunérés et disponibles) et le nombre de personnes,

Plus en détail

Grille «Safe Surgery» pour l auto-évaluation dans le cadre du contrat 2013

Grille «Safe Surgery» pour l auto-évaluation dans le cadre du contrat 2013 Grille «Safe Surgery» pour l auto-évaluation dans le cadre du contrat 2013 Les questions sont rés en différentes rubriques se rapportant au thème Safe. Il est prévu que les différents partenaires de l

Plus en détail

PARTIE I - Données de cadrage. Sous-indicateur n 9-1 : Nombre de consultations de médecins par habitant, perspective internationale

PARTIE I - Données de cadrage. Sous-indicateur n 9-1 : Nombre de consultations de médecins par habitant, perspective internationale Indicateur n 9 : Consommation de soins par habitant Sous-indicateur n 9-1 : Nombre de consultations de médecins par habitant, perspective internationale Le nombre moyen de consultations médicales par habitant

Plus en détail