ÉTUDE BDC LES CINQ FACTEURS CLÉS ET LES CINQ PIÈGES À ÉVITER POUR RÉUSSIR EN AFFAIRES

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "ÉTUDE BDC LES CINQ FACTEURS CLÉS ET LES CINQ PIÈGES À ÉVITER POUR RÉUSSIR EN AFFAIRES"

Transcription

1 ÉTUDE BDC LES CINQ FACTEURS CLÉS ET LES CINQ PIÈGES À ÉVITER POUR RÉUSSIR EN AFFAIRES Seaine de la PME BDC 2014

2 Résué Introduction Les cinq facteurs clés pour réussir en affaires Facteur clé n o 1 : Innover ne pas se reposer sur ses lauriers Facteur clé n o 2 : Deander des conseils à l externe Facteur clé n o 3 : Avoir un plan solide et esurer ses progrès Facteur clé n o 4 : Ebaucher les eilleurs et savoir les obiliser l argent ne suffit pas Facteur clé n o 5 : Développer des liens solides avec ses principaux fournisseurs Les cinq pièges à éviter pour réussir en affaires Piège n o 1 : Dépendre d une clientèle trop peu diversifiée Piège n o 2 : Sous-estier l iportance d une gestion des finances efficace Piège n o 3 : Attendre qu il soit trop tard avant de préparer un plan d urgence Piège n o 4 : Ignorer les tendances du arché Piège n o 5 : Tarder à deander de l aide Conclusion Références Annexe A Méthodologie Annexe B Questionnaire La présente recherche a été produite par l équipe de Recherche et d analyse éconoique du service du Marketing et des Affaires publiques. Le lecteur est l unique responsable de l usage qu il fait de ces inforations Banque de développeent du Canada INFO BDC bdc.ca

3 RÉSUMÉ En quoi les entreprises canadiennes qui réussissent le ieux agissent elles différeent des autres? Pourquoi des entreprises prospères éprouvent-elles des difficultés financières qui, si rien n est fait, peuvent les ener à la faillite? L objectif du présent rapport est de répondre à ces questions. LES CINQ FACTEURS CLÉS Pour coprendre les principaux facteurs de réussite des entreprises, un sondage BDC/ Nielsen a été réalisé auprès de PME canadiennes. Des entreprises appartenant à un échantillon représentatif de tous les secteurs ont été sélectionnées pour éviter tout biais dans la représentation des secteurs d activité (entre la haute technologie et la fabrication, par exeple). Les répondants ont ensuite été divisés en deux groupes. Le groupe des entreprises «qui réussissent le ieux» coprenait la tranche de 20 % des entreprises de chaque secteur qui ont affiché les eilleurs résultats pour ce qui est des revenus totaux et de la croissance des revenus, des bénéfices et du nobre d eployés au cours des trois années précédentes. La tranche de 80 % restante constituait le groupe de «toutes les autres entreprises». À la suite de la coparaison des réponses des deux groupes à des questions portant sur les pratiques d affaires et la position concurrentielle, une corrélation statistique a été constatée entre le succès d une entreprise et ces cinq facteurs clés : > Facteur clé n o 1 : Innover ne pas se reposer sur ses lauriers > Facteur clé n o 2 : Deander des conseils à l externe > Facteur clé n o 3 : Avoir un plan solide et esurer ses progrès > Facteur clé n o 4 : Ebaucher les eilleurs et savoir les obiliser l argent ne suffit pas > Facteur clé n o 5 : Développer des liens solides avec ses principaux fournisseurs LES CINQ PIÈGES À ÉVITER De nobreuses entreprises aîtrisent la gestion de leurs activités quotidiennes, ais finissent quand êe par éprouver des difficultés financières. Pour coprendre pourquoi, nous avons étudié attentiveent 118 entreprises bien établies faisant partie du portefeuille de BDC qui ont éprouvé des difficultés financières. En oyenne, elles affichaient des revenus annuels de 7,8 illions de dollars, coptaient 56 eployés et exerçaient leurs activités depuis plus de 20 ans. Notre analyse nous a peris de cerner ces cinq pièges à éviter : > Piège n o 1 : Dépendre d une clientèle trop peu diversifiée > Piège n o 2 : Sous-estier l iportance d une gestion des finances efficace > Piège n o 3 : Attendre qu il soit trop tard avant de préparer un plan d urgence > Piège n o 4 : Ignorer les tendances du arché > Piège n o 5 : Tarder à deander de l aide Tous les facteurs clés de succès et tous les pièges à éviter sont illustrés par une étude de cas portant sur une entreprise canadienne prospère. Pour chaque facteur clé et chaque piège, des stratégies élaborées avec BDC Consultation sont égaleent suggérées pour les PME. Nos conclusions font en partie écho à celles d une iportante étude de Statistique Canada, publiée il y a 20 ans, selon laquelle l innovation est le principal facteur de réussite des entreprises. Le ilieu des affaires a évolué au fil du teps, ais la nécessité d innover deeure. Tous les entrepreneurs peuvent ettre en application les facteurs clés de succès et éviter les pièges que nous avons repérés. Cependant, coe toujours, il faut faire des efforts et surveiller les progrès fréqueent pour obtenir des résultats. La réussite en affaires n est pas un sprint ; c est une course d endurance. En ettant en application ces cinq facteurs clés de succès et en évitant ces cinq pièges, les entrepreneurs iront loin, une étape à la fois. bdc.ca BANQUE DE DÉVELOPPEMENT DU CANADA Seaine de la PME BDC 2014 PAGE 1

4 INTRODUCTION Quels facteurs font en sorte que les entreprises qui réussissent le ieux au Canada se déarquent des autres? Que font-elles différeent? Possèdent-elles des qualités uniques qui leur perettent de gagner des parts de arché et d accroître leur rentabilité? Le présent rapport tente de répondre à ces questions en s appuyant sur des études existantes et en coparant les pratiques adoptées par un groupe d entreprises de preier plan à celles d entreprises oins prospères. Il exaine égaleent quelques-uns des facteurs les plus courants qui expliquent pourquoi des entreprises ayant souvent connu du succès par le passé ont pu en arriver à éprouver des difficultés financières. Ce rapport s appuie sur deux études. Pour déteriner les facteurs qui distinguent les entreprises chefs de file des entreprises oins prospères, un sondage BDC/Nielsen a été réalisé 1 auprès de petites et oyennes entreprises (PME) de partout au Canada. Les questions posées portaient principaleent sur les pratiques d affaires adoptées par les entreprises ayant participé au sondage et la esure dans laquelle certaines activités ont été effectuées. Dans plusieurs cas, les répondants devaient déteriner où se situait leur entreprise par rapport à ses principaux concurrents (par exeple à l égard des pratiques de réunération des eployés). Ils ont égaleent été interrogés sur la perforance financière de leur entreprise au cours des trois années précédentes. Afin de cerner les facteurs de succès tous secteurs d activité confondus, les répondants ont été divisés en deux groupes. Le groupe des entreprises «qui réussissent le ieux» inclut le preier cinquièe (20 %) des entreprises de chaque secteur d activité, selon un indice général du succès calculé en fonction des revenus totaux et de la croissance des revenus, des bénéfices et du nobre d eployés au cours des trois dernières années 2. Les 80 % restants ont constitué le groupe de «toutes les autres entreprises». Nous avons ensuite coparé les réponses des deux groupes aux questions touchant les pratiques d affaires et la position concurrentielle, et nous avons regroupé la plupart des résultats statistiqueent significatifs 3 pour foruler cinq facteurs de succès d application générale. En plus de coparer les entreprises dans la tranche supérieure de 20 % de chacun des secteurs d activité et celles dans la tranche inférieure de 80 %, nous avons coparé les réponses des entreprises dans la tranche inférieure de 20 % de chacun des secteurs avec celles qui se trouvent dans la tranche supérieure de 20 % et la tranche édiane de 60 %. Coe on pouvait s y attendre, les entreprises dans la tranche inférieure de 20 % ont obtenu les oins bons résultats sur chacun de nos facteurs clés de succès ou ont donné des réponses qui n étaient pas statistiqueent différentes de celle des entreprises dans la tranche édiane de 60 %. Ce rapport ne présente que les résultats de la coparaison entre les entreprises de la tranche supérieure de 20 % et celles de la tranche de 80 % restante. Nos résultats pour les entreprises dans la tranche inférieure de 20 % appuient toutefois l hypothèse que chacun des cinq facteurs clés contribue dans une certaine esure à favoriser le succès des entreprises dans tous les secteurs. 1 Les questions du sondage ont été rédigées à la suite d un exaen des publications d affaires et éconoiques pertinentes, ainsi que de plus d une vingtaine d entretiens détaillés avec des entrepreneurs et des professionnels des affaires, qui ont peris de ieux coprendre certains des facteurs qui contribuent au succès d une entreprise. 2 Cette étude se fonde exclusiveent sur la croissance de l eploi et sur la perforance financière (plus particulièreent, la part de arché et la croissance de la part de arché). Elle ne tient pas copte des caractéristiques qualitatives qui pourraient raisonnableent être associées au succès d une entreprise. La perforance financière présente l avantage d être une esure facileent identifiable et quantifiable du succès d une entreprise ; il s agit égaleent de la esure de succès la plus souvent utilisée dans les publications (p. ex., Baldwin et coll et Nohria et coll. 2003). 3 Par statistiqueent significatifs, nous entendons un niveau d au oins 5 %, d après un test t bilatéral ou un test X 2 de Pearson (selon que la question était de nature quantitative ou qualitative). bdc.ca BANQUE DE DÉVELOPPEMENT DU CANADA Seaine de la PME BDC 2014 PAGE 2

5 Les entreprises analysées étaient pour la plupart bien établies ; en oyenne, elles avaient des revenus totaux de 7,8 M $ Les cinq pièges à éviter ont été établis par suite d une analyse détaillée des circonstances qui ont aené 118 entreprises à éprouver des difficultés financières et incité BDC à les transférer teporaireent, dans certains cas à son service des coptes spéciaux ou à son unité d intervention en restructuration. Des études antérieures 4 ont porté sur les caractéristiques des dirigeants qui ont le plus souvent ené les entreprises à la faillite. La présente étude visait plutôt à cerner les facteurs et les événeents les plus courants expliquant les difficultés financières êe teporaires des entreprises. Les entreprises analysées étaient pour la plupart bien établies ; en oyenne, elles avaient des revenus totaux de 7,8 illions de dollars, coptaient 56 eployés et leur année de fondation était Les conclusions de cette étude sont divisées en deux parties. La preière présente les cinq facteurs clés pour réussir en affaires selon les résultats du sondage. Chacun de ces facteurs clés coprend une étude de cas portant sur une PME canadienne prospère et des suggestions de stratégies à l intention des PME, élaborées en collaboration avec BDC Consultation. La deuxièe partie présente les cinq pièges établis à éviter sur le chein de la réussite. Chacun des pièges coprend aussi une étude de cas d une entreprise prospère, ainsi que des recoandations de stratégies pour éviter ces écueils. UN SONDAGE BDC/NIELSEN a été réalisé auprès de PME de partout au Canada. 4 Par exeple, Baldwin et coll bdc.ca BANQUE DE DÉVELOPPEMENT DU CANADA Seaine de la PME BDC 2014 PAGE 3

6 PARTIE I LES CINQ FACTEURS CLÉS POUR RÉUSSIR EN AFFAIRES Facteur clé n o 1 Les entreprises qui réussissent le ieux sont beaucoup plus susceptibles d offrir les plus récents produits et services et de le faire au oyen des dernières technologies. Elles consacrent aussi plus de teps et de ressources à déteriner ce qu elles pourraient aéliorer pour devancer la concurrence. INNOVER NE PAS SE REPOSER SUR SES LAURIERS L innovation est essentielle. En effet, le sondage BDC/Nielsen révèle qu un vaste éventail de facteurs liés à l innovation contribue à distinguer les entreprises qui réussissent le ieux de toutes les autres (tous secteurs d activité confondus). Fait intéressant, cette constatation est siilaire à celle de la dernière étude coparable sur la perforance des PME, qui utilisait des données des années Les résultats cobinés de ces deux études suggèrent que, êe si le contexte coercial ondial a radicaleent changé au cours de la dernière génération, la relation positive entre l innovation et la perforance financière des entreprises deeure une constante. Quels types d innovation en particulier ont la plus grande incidence sur la perforance d une entreprise? Trois résultats significatifs sont ressortis dans tous les secteurs. Les entreprises qui réussissent le ieux : > ont coercialisé de nouveaux produits et services plus souvent ; > ont adopté les nouvelles technologies plus rapideent ; > ont été plus nobreuses que les entreprises de l autre groupe à affirer que les pratiques liées à l innovation de l aélioration des processus et de l efficacité internes à l adaptation du odèle d affaires sont essentielles à leur succès. Nouveaux produits et services Le tiers des entreprises qui réussissent le ieux ont déclaré que plus de 20 % des produits et services qu elles offrent n existaient pas il y a cinq ans, tandis qu une seule entreprise sur 10 n a proposé aucun nouveau produit ou service. En revanche, seuleent une entreprise sur cinq pari toutes les autres entreprises a indiqué que plus de 20 % des produits et services qu elle offre n existaient pas il y a cinq ans, et elles sont aussi nobreuses à n offrir aucun nouveau produit ou service (voir le graphique 1). 5 Voir Baldwin bdc.ca BANQUE DE DÉVELOPPEMENT DU CANADA Seaine de la PME BDC 2014 PAGE 4

7 7/10 des entreprises qui réussissent le ieux ont indiqué qu elles étaient les preières ou pari les preières à adopter de nouvelles technologies. Nouvelles technologies Sept des entreprises qui réussissent le ieux sur 10 ont indiqué qu elles étaient les preières ou pari les preières à adopter de nouvelles technologies, alors que seuleent la oitié de toutes les autres entreprises ont répondu la êe chose (voir le graphique 2). Une étude récente enée au Royaue Uni a d ailleurs déontré que l epresseent à adopter de nouvelles technologies était une caractéristique que l on retrouvait chez les entreprises qui avaient un plan d affaires ; et le fait d avoir un plan d affaires était associé à un éventail de caractéristiques innovantes présentes chez les entrepreneurs 6. Innovations fréquentes Interrogées au sujet des innovations qu elles ont concrèteent ises en œuvre, les entreprises qui réussissent le ieux ont répondu avoir innové davantage que leurs hoologues pour ce qui est de rendre leurs processus internes plus efficaces, de développer de nouveaux produits et services, d adapter leur odèle d affaires (p. ex., ise en place de nouveaux odes de facturation) et de trouver de nouveaux canaux de arketing (voir le graphique 3). Bref, les entreprises qui réussissent le ieux sont beaucoup plus susceptibles d offrir les plus récents produits et services et de le faire au oyen des dernières technologies. Elles consacrent aussi plus de teps et de ressources à déteriner ce qu elles pourraient aéliorer pour devancer la concurrence. Graphique 1 : Propension * des entreprises à offrir de nouveaux produits et services Entreprises qui réussissent le ieux Toutes les autres entreprises 21,6 % 33,5 % 0 % 25 % 50 % 75 % 100 % Proportion du groupe pour qui au oins 20 % des produits et services offerts étaient nouveaux * Les chiffres sont arrondis à une déciale près dans tous les graphiques Graphique 2 : Pourcentage des entreprises qui sont les preières ou pari les preières à adopter de nouvelles technologies Entreprises qui réussissent le ieux Toutes les autres entreprises 21,4 % 48,7 % 11,7 % 39,2 % 0 % 25 % 50 % 75 % 100 % Preières à adopter de nouvelles technologies Pari les preières à adopter de nouvelles technologies 6 Voir Blackburn et coll bdc.ca BANQUE DE DÉVELOPPEMENT DU CANADA Seaine de la PME BDC 2014 PAGE 5

8 Graphique 3 : Différences entre les innovations ises en œuvre par les entreprises Innovation en atière de processus (p. ex., éthodes de distribution nouvelles ou aéliorées) Entreprises qui réussissent le ieux Toutes les autres entreprises 0 2,5 5 7,5 10 6,0 6,9 Innovation en atière de arketing (p. ex., canaux de arketing nouveaux ou aéliorés) Entreprises qui réussissent le ieux Toutes les autres entreprises 0 2,5 5 7,5 10 6,3 7,1 Innovation dans le odèle d affaires (p. ex., structure de facturation nouvelle ou aéliorée) Entreprises qui réussissent le ieux Toutes les autres entreprises 5,4 0 2,5 5 7,5 10 6,3 Innovation en atière de produits et services (p. ex., produits ou services nouveaux ou aéliorés) Entreprises qui réussissent le ieux Toutes les autres entreprises 0 2,5 5 7,5 10 7,1 7,8 Degré d iportance sur une échelle de 0 à 10 (réponse oyenne) bdc.ca BANQUE DE DÉVELOPPEMENT DU CANADA Seaine de la PME BDC 2014 PAGE 6

9 Innovation continue à Cinespace Studios qui caractérise de nobreux secteurs d activité, est oniprésente dans celui de la télévision et du cinéa. Pour réussir à long tere, les L innovation, entreprises de ce secteur doivent continuelleent repousser les frontières de la créativité. Nul ne le sait ieux que Ji Mirkopoulos, vice-président de Cinespace Studios, une entreprise torontoise qui loue des studios et fournit des services pour diverses productions cinéatographiques et télévisuelles du Canada et des États-Unis. D ailleurs, Cinespace a adapté un grand nobre de ses produits et services au cours des dernières années, que ce soit pour ieux servir ses clients ou pour suivre l évolution des technologies et du secteur. «Pour nous, l innovation continue est d une iportance cruciale, indique M. Mirkopoulos. Notre secteur d activité est hauteent concurrentiel, et le contexte coercial change constaent.» À titre d exeple de l innovation progressive et constante de l entreprise, Cinespace a élaboré il y a quelques années des odèles tarifaires réservés aux productions cinéatographiques et télévisuelles nationales. Résultat? Ces odèles, en réduisant les coûts initiaux pour les petites aisons de production, ont ené au développeent de relations d affaires fructueuses et durables. «Ces entreprises ont pu produire des œuvres de plus grande qualité et accroître leur copétitivité à l échelle ondiale, ce qui a renforcé leur potentiel d exportation et les a rendues plus solides financièreent, explique M. Mirkopoulos. Pour notre part, nous profitons de la loyauté des clients qui réussissent et qui font de nouveau affaire avec nous pour la production de nouvelles saisons ou de nouveaux projets.» M. Mirkopoulos précise que la stratégie de son entreprise en atière d innovation est constituée de deux volets, dont le preier est la participation du client. «Si notre entreprise continue à faire les bons choix sur le plan de l innovation, c est parce que nous connaissons nos clients et savons ce qu ils recherchent.» Le second volet consiste à établir des partenariats avec des universités et des collèges techniques locaux. «Ces partenariats ont peris à Cinespace d innover de deux façons. Preièreent, ils nous ont aidés à forer notre prochaine génération d eployés ; deuxièeent, ils ont eu une incidence extrêeent positive sur nos initiatives de recherche et développeent. Ce odèle nous convient parfaiteent.» Pour en savoir plus sur Cinespace Studios, visitez le site Stratégies pour les PME L innovation est en fait un état d esprit. Quand vous élaborez une stratégie d innovation pour votre entreprise, tenez copte de ce qui suit. > L innovation exige du leadership, des ressources huaines et du capital. Vous devez être le chapion de l aélioration des éthodes de travail au sein de votre entreprise. Vous devriez égaleent envisager de ettre des fonds de côté pour financer vos nouvelles idées. Rappelez vous que la concurrence ne reste pas les bras croisés. Il vous en coûte donc plus cher de ne rien faire que de ettre en œuvre une stratégie d innovation. > Exploitez la créativité de vos eployés, fournisseurs, clients et partenaires. Ils connaissent très bien votre entreprise et votre secteur d activité, et ils sont souvent votre eilleure source d idées. Innover, c est parfois sipleent changer un processus, adapter un produit à un nouveau arché ou explorer de nouvelles façons d atteindre les clients. > Ne cherchez pas trop loin. Concentrez-vous sur les aéliorations progressives et continues. bdc.ca BANQUE DE DÉVELOPPEMENT DU CANADA Seaine de la PME BDC 2014 PAGE 7

10 Facteur clé n o 2 L utilisation de écanises forels, coe les coités consultatifs, est 34 % plus courante chez les entreprises qui réussissent le ieux que chez les autres. DEMANDER DES CONSEILS À L EXTERNE Les entrepreneurs devraient-ils obtenir des conseils externes pour axiiser leurs chances de succès? Après tout, la réussite d une entreprise doit s appuyer sur une vision à long tere, en particulier lorsqu il s agit de suronter des obstacles. Il peut toutefois être difficile pour une seule personne (ou êe pour un groupe au sein d une êe entreprise) de toujours prendre les bonnes décisions stratégiques afin d assurer la prospérité de l entreprise à long tere. Autreent dit, il est pratiqueent ipossible pour un ou plusieurs gestionnaires de savoir exacteent quoi faire en toute circonstance. Une étude récente 7 sur les coités consultatifs a déontré que les PME qui disposent de tels coités connaissent beaucoup plus de succès que celles qui n en ont pas, avec des ventes par travailleur de 18 % supérieures, en oyenne. Les coités consultatifs ont égaleent été associés à une croissance accrue de la part de arché, la croissance oyenne des ventes ayant en effet été trois fois plus élevée après la création d un coité consultatif. Le sondage BDC/Nielsen coportait deux questions visant à explorer la relation entre le type de conseils externes obtenus par les entreprises et leur perforance financière au cours des trois dernières années. La preière question portait sur l utilisation de écanises consultatifs forels, par exeple le recours à des coités consultatifs ou à des consultants externes, et la deuxièe, sur les écanises consultatifs inforels, coe le réseautage. Selon les réponses à ces deux questions, on constate que les entreprises qui réussissent le ieux sont plus susceptibles de deander des conseils à l externe au oyen de écanises consultatifs tant forels qu inforels. Le recours à un écanise forel seble toutefois avoir plus d incidence sur le succès d une entreprise. Sur une échelle de 0 à 10, l utilisation de écanises forels coe les coités consultatifs est environ 34 % plus courante chez les entreprises qui réussissent le ieux que chez les autres entreprises (voir le graphique 4) ; le recours à des écanises inforels coe le réseautage n était toutefois que de 12 % plus fréquent chez les preières que chez les deuxièes. En outre, oins de 20 % des entreprises qui réussissent le ieux ont indiqué n avoir jaais recouru à un écanise consultatif forel, contre près du tiers des entreprises de l autre groupe. Graphique 4 : Recours à des écanises consultatifs forels Entreprises qui réussissent le ieux Toutes les autres entreprises 3,3 4,4 0 2,5 5 7,5 10 Réponse oyenne sur 10 7 Voir BDC 2014a. bdc.ca BANQUE DE DÉVELOPPEMENT DU CANADA Seaine de la PME BDC 2014 PAGE 8

11 Coités consultatifs : un «énore» facteur de succès pour International Yacht Training Worldwide L entreprise International Yacht Training Worldwide (IYT) de Kelowna, en Colobie-Britannique, qui offre une certification aritie reconnue internationaleent par l interédiaire de 200 écoles partenaires réparties dans 47 pays, est un chef de file ondial dans son secteur. Le directeur général d IYT, Mark Fry (un capitaine à la retraite), attribue une grande part du succès de son entreprise à son coité consultatif, foré d un ancien airal de la Marine canadienne, d un ancien diploate et d un ancien spécialiste des stratégies de arketing et de arque coptant plus de 30 ans d expérience. «Chacun des ebres du coité consultatif nous fait bénéficier de l expérience de toute une vie», explique M. Fry, en ajoutant que les connaissances et les réseaux que possèdent les ebres d un coité consultatif surpassent de loin ce qu un entrepreneur seul pourrait espérer obiliser par lui êe. Dans le cas d IYT, le coité consultatif s est avéré particulièreent utile à l expansion internationale de l entreprise. «Lorsqu on envisage une expansion à l échelle internationale, on peut tourner en rond longteps avant de trouver la bonne personne à qui parler. Un coité consultatif qui possède les bonnes connaissances et une expérience appropriée peut perettre d éconoiser énoréent de teps et d énergie», affire M. Fry. Outre les conseils et les contacts, les coités consultatifs peuvent offrir d autres avantages, coe un apport créatif par exeple pour le arketing et l iage de arque dans le cas d IYT. «Notre slogan, entionne M. Fry, est le suivant : IYT offre plus de cours de navigation approuvés par plus de gouverneents, dans plus d écoles, de pays et de langues que toute autre organisation au onde. C est à la suggestion de notre spécialiste du arketing que nous avons décidé d adopter cette forule qui nous distingue et représente réelleent qui nous soes.» M. Fry croit que les PME qui cherchent à créer un coité consultatif doivent s assurer de recruter des ebres provenant de différents horizons pour couvrir tous les aspects de l entreprise. «Nous avons choisi les trois personnes qui étaient selon nous les plus aptes à aener notre entreprise dans la bonne direction», indique-t-il. Pour en savoir plus sur International Yacht Training Worldwide, visitez le site Stratégies pour les PME Envisagez la création d un coité consultatif en prenant ce qui suit en considération. > Les ebres du coité consultatif doivent être indépendants. Ils doivent se sentir libres d offrir un point de vue différent ou de reettre en question les opinions, les stratégies et les décisions de la direction. > Les ebres du coité consultatif doivent provenir de différents secteurs du onde des affaires, et idéaleent posséder des connaissances copléentaires aux vôtres. Le plus souvent, on préférera que les ebres possèdent des copétences dans les doaines suivants : coptabilité, finances, arketing, ventes, ressources huaines et exploitation tous essentiels à la gestion d une entreprise. Une connaissance approfondie du secteur d activité constitue égaleent un atout précieux. Pour forer votre coité, vous ou un consultant externe pouvez recruter des partenaires d affaires ou des cadres à la retraite. Ces derniers sont souvent disposés à agir coe entors et peuvent ettre à profit leur vaste expérience dans divers doaines des affaires. > Le coité doit se réunir régulièreent au oins tous les triestres et de façon structurée. Des ordres du jour et des docuents doivent être préparés et envoyés à l avance, et des procès-verbaux doivent être rédigés. Vous devez être tenu responsable de la ise en œuvre des objectifs convenus et rendre copte de votre progression au coité. bdc.ca BANQUE DE DÉVELOPPEMENT DU CANADA Seaine de la PME BDC 2014 PAGE 9

12 Facteur clé n o 3 Le succès d une entreprise passe inévitableent par l élaboration d un plan concret à oyen tere et l utilisation de diverses esures de la perforance. AVOIR UN PLAN SOLIDE ET MESURER SES PROGRÈS Où les entrepreneurs veulent-ils que leur entreprise soit dans cinq ans? La question est siple, ais il est plus copliqué d y répondre et d atteindre cet objectif. Les résultats du sondage révèlent que le succès d une entreprise passe inévitableent par l élaboration d un plan concret à oyen tere et l utilisation de diverses esures de la perforance. Les entreprises qui réussissent le ieux ont été netteent plus susceptibles que leurs hoologues de répondre qu elles avaient réfléchi sérieuseent à la direction qu elles voulaient prendre, élaboré un plan et surveillé activeent leur progrès. Le sondage coprenait deux questions sur la planification et le suivi de la perforance. On a d abord deandé aux entreprises si elles avaient élaboré un plan d affaires à oyen tere coportant des objectifs précis. Plus de 70 % des entreprises qui réussissent le ieux disposaient d un plan de ce genre, et près du tiers ont indiqué avoir une feuille de route détaillée pour leur croissance future (voir le graphique 5). Moins de la oitié des entreprises de l autre groupe ont quant à elles répondu posséder un plan d affaires de haut niveau à oyen tere, et seuleent 13 % avaient une feuille de route détaillée. Une autre différence arquée est aussi ressortie en ce qui concerne le suivi de la perforance. La plupart des entreprises ont affiré disposer d au oins une ou deux esures de la perforance. Toutefois, 65 % des entreprises qui réussissent le ieux ont indiqué disposer d au oins trois de ces esures, contre à peine plus de 40 % des autres entreprises. Les entreprises qui réussissent le ieux ont aussi été deux fois plus susceptibles de répondre qu elles disposaient d au oins six esures, et deux fois oins susceptibles d indiquer qu elles n en avaient aucune (voir le graphique 6). Graphique 5 : Pourcentage des entreprises qui disposent d une feuille de route pour leur croissance future Entreprises qui réussissent le ieux Toutes les autres entreprises 23,8 % 47,1 % 13,3 % 32,9 % 0 % 25 % 50 % 75 % 100 % Disposent d une feuille de route détaillée Disposent d une feuille de route de haut niveau Graphique 6 : Pourcentage des entreprises qui disposent d au oins trois esures de la perforance Entreprises qui réussissent le ieux Toutes les autres entreprises 30,0 % 35,0 % 15,1% 26,8 % 0 % 25 % 50 % 75 % 100 % Disposent d au oins 6 esures de la perforance Disposent de 3 à 5 esures de la perforance bdc.ca BANQUE DE DÉVELOPPEMENT DU CANADA Seaine de la PME BDC 2014 PAGE 10

La planification en cas d inaptitude. Vous avez le pouvoir d agir!

La planification en cas d inaptitude. Vous avez le pouvoir d agir! La planification en cas d inaptitude. Vous avez le pouvoir d agir! Août 2015 Jaie Golobek Directeur gestionnaire, Planification fiscale et successorale Services consultatifs de gestion de patrioine CIBC

Plus en détail

Votre Club,à votre manière! Personnalisez vos réunions de club

Votre Club,à votre manière! Personnalisez vos réunions de club Votre Club,à votre anière! Personnalisez vos réunions de club Votre Club, à votre anière! Personnalisez vos réunions de club Est-ce que vos réunions de club sont tout ce qu elles peuvent être? Il est facile

Plus en détail

2.1 Comment fonctionne un site?

2.1 Comment fonctionne un site? Coent fonctionne un site? Dans ce chapitre, nous allons étudier la liste des logiciels nécessaires à la création d un site ainsi que les principes de base indispensables à son bon fonctionneent. 2.1 Coent

Plus en détail

Octobre 2010 INDICE S&P/TSX 60 VIX MÉTHODE DE CALCUL DE L INDICE

Octobre 2010 INDICE S&P/TSX 60 VIX MÉTHODE DE CALCUL DE L INDICE Octobre 00 IDICE S&P/SX 60 VIX MÉHODE DE CALCUL DE L IDICE able des atières Introduction 3 Aperçu 3 Construction de l indice 4 Méthodes utilisées 4 Établisseent de la valeur du VIX à partir des options

Plus en détail

Modèle de questionnaire pour les employés

Modèle de questionnaire pour les employés Outil pratique n 3 Modèle de questionnaire pour les eployés Vos habitudes de déplaceents 1. Pari les sites suivant, cochez votre lieu de travail principal: (1 seul réponse possible) No du site A No du

Plus en détail

Les Ateliers XS. Des formations courtes, personnalisées et opérationnelles pour vous lancer rapidement sur le Web!

Les Ateliers XS. Des formations courtes, personnalisées et opérationnelles pour vous lancer rapidement sur le Web! Les Ateliers XS Des forations courtes, personnalisées et opérationnelles pour vous lancer rapideent sur le Web! «J entends et j oublie ; je vois et je e souviens ; je fais et je coprends» Confucius 1 Pourquoi

Plus en détail

La détérioration des termes de l échange 1 Bernard Conte 2002

La détérioration des termes de l échange 1 Bernard Conte 2002 La détérioration des teres de l échange des pays du Sud Bernard Conte el : conte@u-bordeau4.fr site web : http://conte.u-bordeau4.fr Les pays du Sud seraient inéluctableent frappés par la détérioration

Plus en détail

Principes et mise en œuvre

Principes et mise en œuvre A Principes et ise en œuvre 1 DÉFINITIONS ET MÉTHODES A 1.1 Définitions D après l Afnor (FD X 60-000), «la aintenance est l enseble de toutes les actions techniques, adinistratives et de anageent durant

Plus en détail

DOSSIER SUR LE SECTEUR DES NOMS DE DOMAINE VOLUME 11 - NUMÉRO 4 - JANVIER 2015

DOSSIER SUR LE SECTEUR DES NOMS DE DOMAINE VOLUME 11 - NUMÉRO 4 - JANVIER 2015 DOSSIER SUR LE SECTEUR DES NOMS DE DOMAINE VOLUME 11 - NUMÉRO - JANVIER 2015 RAPPORT DE VERISIGN SUR LES NOMS DE DOMAINE LEADER MONDIAL DU SECTEUR DES NOMS DE DOMAINE ET DE LA SÉCURITÉ D'INTERNET, VERISIGN

Plus en détail

DÉCLARATION SYNDICALE INTERNATIONALE DE WASHINGTON NOVEMBRE 2008

DÉCLARATION SYNDICALE INTERNATIONALE DE WASHINGTON NOVEMBRE 2008 DÉCLARATION SYNDICALE INTERNATIONALE POUR LE SOMMET DE CRISE DU G20 DÉCLARATION SYNDICALE INTERNATIONALE DE WASHINGTON NOVEMBRE 2008 I. Résué 1 II. Une relance coordonnée pour l éconoie réelle 4 III. Re-régleenter

Plus en détail

Guide pour la Gestion des Déchets Post-Catastrophe

Guide pour la Gestion des Déchets Post-Catastrophe BUREAU DES NATIONS UNIES POUR LA COORDINATION DES AFFAIRES HUMANITAIRES JOINT UNEP/OCHA ENVIRONMENT UNIT Guide pour la Gestion des Déchets Post-Catastrophe Edition 2 Publié en Suisse, Décebre 2013 par

Plus en détail

L indice des prix à la consommation

L indice des prix à la consommation L indice des prix à la consoation Base 2004 Direction générale Statistique et Inforation éconoique 2007 L indice des prix à la consoation Base 2004 = 100 La Direction générale Statistique et Inforation

Plus en détail

Le portail APB. www.admission-postbac.fr. Le portail ABP est un site internet qui vous permet de :

Le portail APB. www.admission-postbac.fr. Le portail ABP est un site internet qui vous permet de : Le portail APB www.adission-postbac.fr Le portail ABP est un site internet qui vous peret de : vous INFORMER sur les différentes forations possibles, Ouvrir VOTRE dossier, saisir vos vœux de poursuites

Plus en détail

innovation / construction / territoire Crèche modulaire-bois La Rose des Vents GAILLAC (81) COMMUNAUTÉ DE COMMUNES

innovation / construction / territoire Crèche modulaire-bois La Rose des Vents GAILLAC (81) COMMUNAUTÉ DE COMMUNES innovation / construction / territoire Crèche odulaire-bois La Rose des Vents GAILLAC (81) COMMUNAUTÉ DE COMMUNES Présentation de la crèche éco-responsable et odulaire de la Rose des vents à Gaillac La

Plus en détail

LES CHIFFRES SIGNIFICATIFS ET LES INCERTITUDES

LES CHIFFRES SIGNIFICATIFS ET LES INCERTITUDES Une prédiction de certains écoloistes : Les poissons devraient avoir disparu en 048! LES CHIFFRES SIGNIFICATIFS ET LES INCERTITUDES Les rèles suivantes s appliquent pour tous les calculs ipliquant des

Plus en détail

Arrondissage des résultats de mesure. Nombre de chiffres significatifs

Arrondissage des résultats de mesure. Nombre de chiffres significatifs BUREAU NATIONAL DE MÉTROLOGIE COMMISSARIAT À L'ÉNERGIE ATOMIQUE LABORATOIRE NATIONAL HENRI BECQUEREL Note technique LNHB/04-13 Arrondissage des résultats de esure Nobre de chiffres significatifs M.M. Bé,

Plus en détail

Coordination SAVARA - Présentation des labels - 201 4

Coordination SAVARA - Présentation des labels - 201 4 L a c h a rt e d e S A V A RA L e s l a b e l s S A V A RA A d h é re r a u ré s e a u L e c a h i e r d e s c h a rg e s 1 C h a rt e L e p ri n c i p e Le dynaise et le développeent rapide de la vie

Plus en détail

Université de Thessalie Département d Aménagement, D Urbanisme et Développement Régional

Université de Thessalie Département d Aménagement, D Urbanisme et Développement Régional Université de Thessalie Départeent d Aénageent, D Urbanise et Développeent Régional Enseignant : As. Pr. Marie-Noelle Duquenne II. Les Méthodes de Classification Ces éthodes ont pour objectif de parvenir

Plus en détail

Guide de planification de la transition d entreprise

Guide de planification de la transition d entreprise Guide de planification de la transition d entreprise Votre conseiller de confiance Depuis plus de 100 ans, des générations de Canadiens comptent sur le savoir-faire des conseillers PME CIBC pour gérer

Plus en détail

SOMMAIRE. FÉVRIER 2013 RESSOURCES HUMAINES ÉTUDE POINTS DE VUE BDC Recherche et intelligence de marché de BDC TABLE DES MATIÈRES

SOMMAIRE. FÉVRIER 2013 RESSOURCES HUMAINES ÉTUDE POINTS DE VUE BDC Recherche et intelligence de marché de BDC TABLE DES MATIÈRES FÉVRIER 2013 RESSOURCES HUMAINES ÉTUDE POINTS DE VUE BDC Recherche et intelligence de marché de BDC TABLE DES MATIÈRES Faits saillants du sondage 2 Contexte et méthode de sondage 3 Profil des répondants

Plus en détail

Voyez la réponse à cette question dans ce chapitre. www.alternativesjournal.ca/people-and-profiles/web-exclusive-ela-alumni-make-splash

Voyez la réponse à cette question dans ce chapitre. www.alternativesjournal.ca/people-and-profiles/web-exclusive-ela-alumni-make-splash Une personne de 60 kg est à gauche d un canoë de 5 de long et ayant une asse de 90 kg. Il se déplace ensuite pour aller à droite du canoë. Dans les deux cas, il est à 60 c de l extréité du canoë. De cobien

Plus en détail

Le Centre de Tri. Projet d espace de coworking à Bègles 21 janvier 2011

Le Centre de Tri. Projet d espace de coworking à Bègles 21 janvier 2011 Le Centre de Tri Projet d espace de coworking à Bègles 21 janvier 2011 Contexte 2 Objectifs 4 Projet 6 Lieu 8 Équipe projet 11 S o a i r Équipe d aniation Prograation Modèle éconoique Budget prévisionnel

Plus en détail

«Stratégies d investissement dans les obligations canadiennes et américaines»

«Stratégies d investissement dans les obligations canadiennes et américaines» Note «Stratégies d investisseent dans les obligations canadiennes et aéricaines» Nabil T. Khoury L'Actualité éconoique, vol. 53, n 1, 1977, p. 106-113. Pour citer cette note, utiliser l'inforation suivante

Plus en détail

GarageBand Premiers contacts Comprend une présentation complète des fenêtres GarageBand, ainsi que des leçons pas à pas conçues pour vous aider à

GarageBand Premiers contacts Comprend une présentation complète des fenêtres GarageBand, ainsi que des leçons pas à pas conçues pour vous aider à GarageBand Preiers contacts Coprend une présentation coplète des fenêtres GarageBand, ainsi que des leçons pas à pas conçues pour vous aider à utiliser GarageBand 1 Table des atières Préface 7 Preiers

Plus en détail

Le rôle du courtier principal

Le rôle du courtier principal AIMA CANADA SÉRIE DE DOCUMENTS STRATÉGIQUES Le rôle du courtier principal Le courtier principal (ou courtier de premier ordre) offre aux gestionnaires de fonds de couverture des services de base qui donnent

Plus en détail

Ingénieur informatique

Ingénieur informatique Ingénieur inforatique Par la voie de l apprentissage F Perraud POLYTECH Lyon Directeur M P. Fournier Départeent Inforatique Responsable Me C. Gertosio 1 Plan de la présentation 1. Qui soes nous? 2. L apprentissage

Plus en détail

Conduite CASAFLEX pour chauffage de proximité et à distance. La qualité pour assurer l avenir

Conduite CASAFLEX pour chauffage de proximité et à distance. La qualité pour assurer l avenir Conduite CASAFLEX pour chauffage de proxiité et à distance La qualité pour assurer l avenir U EA NOUV U EA Con ne opti cteur is é NOUV Conduite CASAFLEX pour chauffage de proxiité et à distance pour systèes

Plus en détail

INTRODUCTION. OCTOBRE 2012 «BILAN DE SANTÉ» Prise VI ÉTUDE POINTS DE VUE BDC Recherche et intelligence de marché de BDC TABLE DES MATIÈRES

INTRODUCTION. OCTOBRE 2012 «BILAN DE SANTÉ» Prise VI ÉTUDE POINTS DE VUE BDC Recherche et intelligence de marché de BDC TABLE DES MATIÈRES OCTOBRE 2012 «BILAN DE SANTÉ» Prise VI ÉTUDE POINTS DE VUE BDC Recherche et intelligence de marché de BDC TABLE DES MATIÈRES Faits saillants du sondage 2 Méthode de sondage 3 Profil des répondants 3 Santé

Plus en détail

Séminaire Francilien de Sûreté de Fonctionnement - 22 février 2013

Séminaire Francilien de Sûreté de Fonctionnement - 22 février 2013 Séinaire Francilien de Sûreté de Fonctionneent - 22 février 2013 Les défaillances de cause coune Doinique VASSEUR EDF R&D Claart Plan Introduction Quelques odèles possibles Les principes de l estiation

Plus en détail

PLAN DE CONTROLE DE L INDICATION GEOGRAPHIQUE PROTEGEE THÉZAC-PERRICARD

PLAN DE CONTROLE DE L INDICATION GEOGRAPHIQUE PROTEGEE THÉZAC-PERRICARD IP THÉZAC-PERRICARD Référence : PC/THÉZAC-PERRICARD/P300 PLAN DE CONTROLE Indice n 0 Page 1 sur 25 PLAN DE CONTROLE DE L INDICATION EORAPHIQUE PROTEEE THÉZAC-PERRICARD Docuent de référence : Cahier des

Plus en détail

Utiliser Internet Explorer

Utiliser Internet Explorer 5 Utiliser Internet Explorer 5 Utiliser Internet Explorer Internet Explorer est le plus utilisé et le plus répandu des navigateurs web. En effet, Internet Explorer, couraent appelé IE, est le navigateur

Plus en détail

Première S2 Chapitre 20 : probabilités. Page n 1 2007 2008

Première S2 Chapitre 20 : probabilités. Page n 1 2007 2008 Preière S2 Chapitre 20 : probabilités. Page n De tous teps, les hoes se sont intéressés aux jeux de hasard. La théorie des probabilités est une branche des athéatiques née de l'étude des jeux de hasard

Plus en détail

Solution Examen final

Solution Examen final Solution Eaen inal Intellience Artiicielle II I-7587 Jeudi 29 avril 2004 De 8h30 à h20 en salles L-255 out docuent est peris. Le nobre de points accordés à chacune des questions est inscrit entre parenthèses.

Plus en détail

Etude salaires : le marketing s'en sort bien

Etude salaires : le marketing s'en sort bien Page 1/5 Etude salaires : le arketing s'en sort bien Public- le i:» 12 2013 pai ('ATI IF RI M; UFrRTFHISi Selon l'étude Maesina Marketing Search/Aon Hewitt, les arketers ont vu leur réunération progresser

Plus en détail

SOMMAIRE. AVRIL 2013 TECHNOLOGIE ÉTUDE POINTS DE VUE BDC Recherche et intelligence de marché de BDC TABLE DES MATIÈRES

SOMMAIRE. AVRIL 2013 TECHNOLOGIE ÉTUDE POINTS DE VUE BDC Recherche et intelligence de marché de BDC TABLE DES MATIÈRES AVRIL 2013 TECHNOLOGIE ÉTUDE POINTS DE VUE BDC Recherche et intelligence de marché de BDC TABLE DES MATIÈRES Faits saillants du sondage 2 Contexte et méthode de sondage 3 Profil des répondants 3 Investissements

Plus en détail

«Des places de jeux pour tous» Formulaire de demande

«Des places de jeux pour tous» Formulaire de demande «Des places de jeux pour tous» Forulaire de deande Ce questionnaire infore quant à la place de jeu en projet et ne constitue pas une grille d évaluation. Les renseigneents doivent donner une ipression

Plus en détail

Décentralisation et politique des territoires

Décentralisation et politique des territoires paléonto indu ingén bi hisré écolo biolo gratuité psycholo sociologi éner botanique architecture zoo athéa physique usage éconoie astronoie édec université agroali i t évaluation fréqu référe qua Obse

Plus en détail

Panel Points de vue de BDC :

Panel Points de vue de BDC : Panel Points de vue de BDC : professionnels Février 2010 1 Faits saillants La plupart des panélistes (83 %) ont déclaré que l ajout de produits/services à l offre de BDC aurait une incidence POSITIVE sur

Plus en détail

Convention entre : Le Syndicat intercommunal pour l'assainissement de la Région de Pontoise Et La Communauté d'agglomération de Cergy-Pontoise

Convention entre : Le Syndicat intercommunal pour l'assainissement de la Région de Pontoise Et La Communauté d'agglomération de Cergy-Pontoise ANNEXE A LA DELIBERATION DU CONSEIL DU 29 MARS 211 Convention entre : Le Syndicat intercounal pour l'assainisseent de la Région de Pontoise Et La Counauté d'aggloération de Cergy-Pontoise Etude en-vue

Plus en détail

Lyon. HUB numérique. * Accro à Lyon

Lyon. HUB numérique. * Accro à Lyon HUB nuérique * Accro à tout Le nuérique 04 08 10 12 14 16 18 Posté par Laurent et Olivier de la Clergerie. Fabrice Lacroix, 44 ans. Teinté d innovation et d entrepreneuriat, le parcours de Fabrice épouse

Plus en détail

CHAPITRE VII - LE COMPTE DE CAPITAL FIXE

CHAPITRE VII - LE COMPTE DE CAPITAL FIXE CHAPITRE VII - LE COMPTE DE CAPITAL FIXE 1. La foration brute de capital fixe... 135 2. La consoation de capital fixe et les autres postes du copte de capital fixe.. 139 Le copte spécifique de l agriculture

Plus en détail

Gérer les excédents de trésorerie Épargnes et placements

Gérer les excédents de trésorerie Épargnes et placements Gérer les excédents de trésorerie Épargnes et placements SÉRIE PARTENAIRES EN AFFAIRES Établir un plan Mettre votre plan à exécution Penser à long terme SÉRIE PARTENAIRES EN AFFAIRES Votre argent doit

Plus en détail

nova La solution pour les techniques du bâtiment.

nova La solution pour les techniques du bâtiment. nova La solution pour les techniques du bâtient. Chères lectrices, chers lecteurs, Seul ce qui est utile au client a une raison d être sur le arché. Depuis plus de 25 ans, la philosophie de Plancal est

Plus en détail

Correction du «Brevet Blanc» de mathématiques Lundi 26 mars 2012

Correction du «Brevet Blanc» de mathématiques Lundi 26 mars 2012 orrection du «revet lanc» de athéatiques Lundi 26 ars 2012 TIVITÉS NUMÉRIQUES (12 points) Exercice 1 Pour chaque ligne du tableau ci-dessous, choisir et entourer la bonne réponse pari les trois proposées.

Plus en détail

nova LA SOLUTION POUR LES TECHNIQUES DU BÂTIMENT.

nova LA SOLUTION POUR LES TECHNIQUES DU BÂTIMENT. nova LA SOLUTION POUR LES TECHNIQUES DU BÂTIMENT. Chères lectrices, chers lecteurs, Seul ce qui est utile au client a une raison d être sur le arché. Depuis plus de 25 ans, la philosophie de Plancal est

Plus en détail

Mécanique : Cinématique du point. Chapitre 1 : Position. Vitesse. Accélération

Mécanique : Cinématique du point. Chapitre 1 : Position. Vitesse. Accélération 2 e B et C 1 Position. Vitesse. Accélération 1 Mécanique : Cinéatique du point La écanique est le doaine de tout ce qui produit ou transet un ouveent, une force, une déforation : achines, oteurs, véhicules,

Plus en détail

MODULE 4 - Exploitation

MODULE 4 - Exploitation - Introduction 54 Résultats visés... 54 Compétences en recherche 55 Notes à l intention du formateur 56 Production 57 Stocks... 57 Planification 59 Frais d administration. 59 Ressources humaines.. 60 Distribution

Plus en détail

SOMMAIRE. DÉCEMBRE 2012 FLUX DE TRAVAIL ET OPTIMISATION ÉTUDE POINTS DE VUE BDC Recherche et intelligence de marché de BDC TABLE DES MATIÈRES

SOMMAIRE. DÉCEMBRE 2012 FLUX DE TRAVAIL ET OPTIMISATION ÉTUDE POINTS DE VUE BDC Recherche et intelligence de marché de BDC TABLE DES MATIÈRES DÉCEMBRE 2012 FLUX DE TRAVAIL ET OPTIMISATION ÉTUDE POINTS DE VUE BDC Recherche et intelligence de marché de BDC TABLE DES MATIÈRES Faits saillants du sondage 2 Contexte et méthode de sondage 4 Profil

Plus en détail

Mesdames et messieurs, chers actionnaires,

Mesdames et messieurs, chers actionnaires, Allocution de monsieur Réal Raymond président et chef de la direction de la Banque Nationale du Canada Fairmont Le Reine Elizabeth Montréal, le 8 mars 2006 Mesdames et messieurs, chers actionnaires, Permettez-moi

Plus en détail

e-commerce+ Passez au e-commerce pour simplifier vos process de vente! RENCONTREZ-NOUS Salon E-commerce 23-25 septembre - Paris

e-commerce+ Passez au e-commerce pour simplifier vos process de vente! RENCONTREZ-NOUS Salon E-commerce 23-25 septembre - Paris e-coerce+ agazine d inforation d Octave N 11 Juin 2014 TO Passez au e-coerce pour siplifier vos process de vente! RENCONTREZ-NOUS Salon E-coerce 23-25 septebre - Paris Salon #vad.conext 21-23 octobre -

Plus en détail

Mémoire prébudgétaire présenté par Imagine Canada. au Comité permanent des finances. de la Chambre des communes

Mémoire prébudgétaire présenté par Imagine Canada. au Comité permanent des finances. de la Chambre des communes Mémoire prébudgétaire présenté par Imagine Canada au Comité permanent des finances de la Chambre des communes Novembre 2013 Recommandations Au nom des organismes de bienfaisance canadiens, Imagine Canada

Plus en détail

GRAFCET. 1- Structure générale. CPGE / Sciences Industrielles pour l Ingénieur C60 Cours GRAFCET. Divergence en OU

GRAFCET. 1- Structure générale. CPGE / Sciences Industrielles pour l Ingénieur C60 Cours GRAFCET. Divergence en OU C60 GRAFCET 1- Structure générale Etape initiale : généraleent associée à une attente ou à une ise en réérence de la partie opérative Réceptivité : cobinaison d inorations reçues par la partie coande et

Plus en détail

La métrologie du ph au LNE : état de l art et perspectives. Metrology of ph at LNE: state of the art and perspectives

La métrologie du ph au LNE : état de l art et perspectives. Metrology of ph at LNE: state of the art and perspectives La étrologie du p au LNE : état de l art et perspectives Metrology of p at LNE: state of the art and perspectives Rachel CAMPION et Cédric RIVIER Laboratoire national de étrologie et d essais (LNE), rue

Plus en détail

Classification supervisée multi-étiquette en actes de dialogue : analyse discriminante et transformations de Schoenberg

Classification supervisée multi-étiquette en actes de dialogue : analyse discriminante et transformations de Schoenberg Classification supervisée ulti-étiquette en actes de dialogue : analyse discriinante et transforations de Schoenberg Christelle Cocco 1 1 Université de Lausanne christelle.cocco@unil.ch Abstract This work

Plus en détail

Géocomposites TERRADRAIN

Géocomposites TERRADRAIN Géocoposites TERRADRAIN Soaire 2 Introduction 3 Certifications 4 Qu est-ce que TERRADRAIN? 5 Pourquoi utiliser TERRADRAIN? 5 Graphiques coparatifs 6 TERRADRAIN M 7 TERRADRAIN W 8 TWINDRAIN 9 Tableau des

Plus en détail

Aperçu. Livret sur les POR. Une mise-à-jour sur le bilan comparatif des médicaments dans le programme d agr. agrément Qmentum

Aperçu. Livret sur les POR. Une mise-à-jour sur le bilan comparatif des médicaments dans le programme d agr. agrément Qmentum Une ise-à-jour sur le bilan coparatif des édicaents dans le prograe d agr agréent Qentu Greg Kennedy 8 novebre 2011 Aperçu Bilan coparatif des édicaents en Qentu Mise à jour sur le prograe et attentes

Plus en détail

Finances et trésorerie : Étude Points de vue de BDC

Finances et trésorerie : Étude Points de vue de BDC Finances et trésorerie : Étude Points de vue de BDC Décembre 2011 Intelligence de marchés (Marketing) à BDC Sommaire Financement collectif Processus de planification Dette et incertitude économique Moins

Plus en détail

2014 Sondage d AGF sur les perspectives des investisseurs. Revoir la notion des placements

2014 Sondage d AGF sur les perspectives des investisseurs. Revoir la notion des placements 2014 Sondage d AGF sur les perspectives des investisseurs Revoir la notion des placements Un message de Blake C. Goldring, m.s.m., ll.d., cfa PRÉSIDENT DU CONSEIL ET CHEF DE LA DIRECTION, LA SOCIÉTÉ DE

Plus en détail

L esprit d initiative : Un outil important

L esprit d initiative : Un outil important !!""####$ www.ingredientslaitiers.ca L esprit d initiative : Un outil important Innover, investir, moderniser Voilà comment les transformateurs laitiers et les fabricants d aliments finis peuvent conserver

Plus en détail

La mémoire C HAPITRE S EPT. 7.1 Qu est-ce que la mémoire? 166. 7.2 L utilisation de la mémoire à court terme 169

La mémoire C HAPITRE S EPT. 7.1 Qu est-ce que la mémoire? 166. 7.2 L utilisation de la mémoire à court terme 169 La éoire C HAPITRE S EPT 7.1 Qu est-ce que la éoire? 166 Les types de éoires 166 Vue d enseble des processus éoriels 168 7.2 L utilisation de la éoire à court tere 169 La éoire iconique 169 La éoire à

Plus en détail

Tolérance aux fautes-2 Serveurs à haute disponibilité

Tolérance aux fautes-2 Serveurs à haute disponibilité École Doctorale de Grenoble Master 2 Recherche Systèes et Logiciel Disponibilité des s Tolérance aux fautes-2 Serveurs à haute disponibilité Sacha Krakowiak Université Joseph Fourier Projet Sardes (INRIA

Plus en détail

L interchange. Ce que c est. Comment ça fonctionne. Et pourquoi c est fondamental pour le système des paiements Visa.

L interchange. Ce que c est. Comment ça fonctionne. Et pourquoi c est fondamental pour le système des paiements Visa. L interchange Ce que c est. Comment ça fonctionne. Et pourquoi c est fondamental pour le système des paiements Visa. Il n y a pas si longtemps, les consommateurs n avaient d autre choix que d utiliser

Plus en détail

RÉGIMES DE RETRAITE DANS LE SECTEUR BÉNÉVOLE ET COMMUNAUTAIRE NOTIONS DE BASE AUX FINS DE DISCUSSION

RÉGIMES DE RETRAITE DANS LE SECTEUR BÉNÉVOLE ET COMMUNAUTAIRE NOTIONS DE BASE AUX FINS DE DISCUSSION RÉGIMES DE RETRAITE DANS LE SECTEUR BÉNÉVOLE ET COMMUNAUTAIRE NOTIONS DE BASE AUX FINS DE DISCUSSION Contexte L accès à une prestation de retraite ou de pension pour les employés des organismes du secteur

Plus en détail

SOUMISSION DE LA PART DE HONDA CANADA INC. ET DES SERVICES FINACIERS HONDA INC. AU MINISTÈRE DES FINANCES CONCERNANT LA LOCATION-BAIL DE VÉHICULES

SOUMISSION DE LA PART DE HONDA CANADA INC. ET DES SERVICES FINACIERS HONDA INC. AU MINISTÈRE DES FINANCES CONCERNANT LA LOCATION-BAIL DE VÉHICULES SOUMISSION DE LA PART DE HONDA CANADA INC. ET DES SERVICES FINACIERS HONDA INC. AU MINISTÈRE DES FINANCES CONCERNANT LA LOCATION-BAIL DE VÉHICULES INTRODUCTION Honda Canada Inc. et les Services Financiers

Plus en détail

Hausse du crédit bancaire aux entreprises au Canada

Hausse du crédit bancaire aux entreprises au Canada Hausse du crédit bancaire aux entreprises au Canada Juillet 3 Aperçu Des données récemment publiées, recueillies par Prêts bancaires aux entreprises Autorisations et en-cours (Figure ), l Association des

Plus en détail

Financer la croissance des PME

Financer la croissance des PME Financer la croissance des PME Allocution de Marion G. Wrobel Vice-président, Politiques et opérations Association des banquiers canadiens (ABC) Prononcée devant le Comité sénatorial permanent des banques

Plus en détail

Projet d'installation photovoltaïque

Projet d'installation photovoltaïque RETScreen International est un logiciel noralisé et intégré d'analyse de projets d'énergies renouvelables. Cet outil fournit une platefore coune perettant à la fois l'aide à la décision et le renforceent

Plus en détail

Travaux pratiques Informatique

Travaux pratiques Informatique Preière S Travaux pratiques Inforatique. Questions ouvertes - : Lieu de points - : Distance iniale - : Fonctions inconnues -4 : Médianes? -5 : Droites d un triangle -6 : S-TS banque exos /04-7 : Cercle

Plus en détail

4e Partie: Le rôle des réseaux de groupes associatifs

4e Partie: Le rôle des réseaux de groupes associatifs 4e Partie: Le rôle des réseaux de groupes associatifs Un réseau de groupes associatifs (RGA) est une fédération informelle réunissant un certain nombre de groupes qui veulent s entraider dans des domaines

Plus en détail

Cinq stratégies pour faire face aux marchés difficiles

Cinq stratégies pour faire face aux marchés difficiles Quand les marchés sont volatils, il est tout à fait normal de s inquiéter de l incidence sur votre portefeuille. Et quand vous vous inquiétez, vous voulez agir. Cinq stratégies pour faire face aux marchés

Plus en détail

MODULE 2 - Profil de l entreprise

MODULE 2 - Profil de l entreprise - Introduction. 23 Résultats visés... 24 Notes à l intention du formateur.. 24 Les cinq questions : comment y répondre? 25 Qui.. 25 Quoi. 25 Pourquoi.. 26 Où... 26 Quand 27 Énoncés de vision et de mission.

Plus en détail

5 La résistance électrique

5 La résistance électrique 5 La résistance électrique 5.1 La nature de la résistance électrique Expérience : Appliquons une tension U à un fil de cuivre de longueur et de diaètre connus et esurons l intensité du courant I. Ensuite,

Plus en détail

STRATÉGIE DE LA COPROPRIÉTÉ. Aidez les propriétaires d entreprise à protéger leur avoir commercial et personnel tout en maximisant leur épargne!

STRATÉGIE DE LA COPROPRIÉTÉ. Aidez les propriétaires d entreprise à protéger leur avoir commercial et personnel tout en maximisant leur épargne! STRATÉGIE DE LA COPROPRIÉTÉ Aidez les propriétaires d entreprise à protéger leur avoir commercial et personnel tout en maximisant leur épargne! La situation Jacques Robichaud et Richard Larivée sont actionnaires

Plus en détail

Une programmation opératoire robuste

Une programmation opératoire robuste Une prograation opératoire robuste Sondes HAMMAMI Maître Assistante, ESTI, Laboratoire d Autoatique de Grenoble ENSIEG - deddes2002@yahoo.fr Pierre LADET Professeur, Laboratoire d Autoatique de Grenoble

Plus en détail

Voici le résumé des mesures favorisant les entreprises manufacturières. Le détail suivra à la page suivante.

Voici le résumé des mesures favorisant les entreprises manufacturières. Le détail suivra à la page suivante. Budget fédéral 2015 Le 21 avril 2015, le gouvernement du Canada a déposé son budget 2015-2016. Parmi les nouvelles mesures annoncées, certaines sont favorables aux entreprises manufacturières, donc aux

Plus en détail

LA RECHERCHE, LA FORMATION ET L INNOVATION POUR UNE ÉCONOMIE DU XXI e SIÈCLE CONCURRENTIELLE

LA RECHERCHE, LA FORMATION ET L INNOVATION POUR UNE ÉCONOMIE DU XXI e SIÈCLE CONCURRENTIELLE LA RECHERCHE, LA FORMATION ET L INNOVATION POUR UNE ÉCONOMIE DU XXI e SIÈCLE CONCURRENTIELLE Une présentation au Comité permanent des finances de Recherches en sciences et en génie Canada (CRSNG) Octobre

Plus en détail

Le talent redéfini en fonction de l économie mondiale. Points de vue sur la situation des talents en finances au Canada. kpmg.ca/lafonctionfinances

Le talent redéfini en fonction de l économie mondiale. Points de vue sur la situation des talents en finances au Canada. kpmg.ca/lafonctionfinances Le talent redéfini en fonction de l économie mondiale Points de vue sur la situation des talents en finances au Canada kpmg.ca/lafonctionfinances Le talent redéfini en fonction de l économie mondiale

Plus en détail

August 2014. ASSOCIATION CANADIENNE DE LA CONSTRUCTION MÉMOIRE PRÉBUDGÉTAIRE 2015 Comité permanent des finances

August 2014. ASSOCIATION CANADIENNE DE LA CONSTRUCTION MÉMOIRE PRÉBUDGÉTAIRE 2015 Comité permanent des finances August 2014 ASSOCIATION CANADIENNE DE LA CONSTRUCTION MÉMOIRE PRÉBUDGÉTAIRE 2015 Comité permanent des finances Résumé L Association canadienne de la construction (ACC) représente 20 000 entreprises membres

Plus en détail

Tirer parti des renseignements sur les clients : leçons tirées des réalisations en matière de services bancaires au consommateur

Tirer parti des renseignements sur les clients : leçons tirées des réalisations en matière de services bancaires au consommateur La force de l engagement MD ÉTUDE TECHNIQUE Tirer parti des renseignements sur les clients : leçons tirées des réalisations en matière de services bancaires au consommateur Les entreprises de commerce

Plus en détail

Les bases de données. Historique

Les bases de données. Historique 1 Les bases de données Aujourd hui indispensables dans tous les systèes de gestion de l inforation, les bases de données sont une évolution logique de l augentation de la deande de stockage de données.

Plus en détail

Enquête sur les perspectives des entreprises

Enquête sur les perspectives des entreprises Enquête sur les perspectives des entreprises Résultats de l enquête de l hiver 213-214 Vol. 1.4 13 janvier 214 Des signaux positifs ressortent de l enquête menée cet hiver, notamment en ce qui concerne

Plus en détail

NOTICE EXPLICATIVE DE LA DECLARATION TRIMESTRIELLE DES SALAIRES

NOTICE EXPLICATIVE DE LA DECLARATION TRIMESTRIELLE DES SALAIRES Madae, Monsieur, Pour vous aider à bien copléter cet iprié, nous vous invitons à lire attentiveent la présente notice. La lecture de votre déclaration de ain d'œuvre est autoatisée, aussi nous vous recoandons

Plus en détail

Consultations du Ministère des Finances du Canada : Maintenir la solidité du système de revenu de retraite du Canada

Consultations du Ministère des Finances du Canada : Maintenir la solidité du système de revenu de retraite du Canada Consultations du Ministère des Finances du Canada : Maintenir la solidité du système de revenu de retraite du Canada Commentaires du Conseil du patronat du Québec Mai 2010 Maintenir la solidité du système

Plus en détail

Nobody s Unpredictable

Nobody s Unpredictable Connaissance qu a le public de la Banque du Canada (Comparaison des résultats de l enquête téléphonique et de l enquête en ligne) Enquête de décembre 2010 commandée par la Banque du Canada Nobody s Unpredictable

Plus en détail

Bienvenue. J ai le grand plaisir aujourd hui d approfondir un sujet que nous avons commencé à explorer l année dernière. L an passé, Manuvie s est

Bienvenue. J ai le grand plaisir aujourd hui d approfondir un sujet que nous avons commencé à explorer l année dernière. L an passé, Manuvie s est Bienvenue. J ai le grand plaisir aujourd hui d approfondir un sujet que nous avons commencé à explorer l année dernière. L an passé, Manuvie s est penchée ce que nous pourrions faire pour aider nos clients

Plus en détail

Recruter Chercher Intégrer Évaluer les coûts Retenir Soutien additionnel

Recruter Chercher Intégrer Évaluer les coûts Retenir Soutien additionnel Recruter Chercher Intégrer Évaluer les coûts Retenir Soutien additionnel OBJECTIFS Les Clés du recrutement d Emploi-Québec de l Île-de-Montréal ont pour objectif de renforcer la capacité des PME à élaborer,

Plus en détail

Financement d une entreprise étrangère qui exerce des activités au Canada

Financement d une entreprise étrangère qui exerce des activités au Canada Financement d une entreprise étrangère qui exerce des activités au Canada Le Canada offre des occasions d affaire à ceux qui souhaitent financer une entreprise étrangère au pays et présente tout un éventail

Plus en détail

2006/5A. La réforme de l'indice avec 2004 comme année de base. Sommaire de l'économie belge 2004-2005. 10 ème année

2006/5A. La réforme de l'indice avec 2004 comme année de base. Sommaire de l'économie belge 2004-2005. 10 ème année 2006/5A La réfore de l'indice avec 2004 coe année de base Soaire de l'éconoie belge 2004-2005 La réfore de l'indice avec 2004 coe année de base Par: Jurgen Van den Hove et François Valenduc, Unité Prix

Plus en détail

S associer à un fournisseur de services pour la gestion de la rémunération globale Terry Lister Services-conseils en affaires, IBM

S associer à un fournisseur de services pour la gestion de la rémunération globale Terry Lister Services-conseils en affaires, IBM CHAPITRE 8 l S associer à un fournisseur de services pour la gestion de la rémunération globale Terry Lister Services-conseils en affaires, IBM évolution des attentes ne cesse de pousser les entreprises

Plus en détail

Les nombres pairs sont donnés par

Les nombres pairs sont donnés par 9 8 97 89 79 7 9 7 7 7 7 7 67 9 7 99 9 9 9 6 79 67 97 9... 9 87 7 9 9 6 9 7 9 6 7 9 9 67 97 99 8 7 6 7 9 7 9 7 89 79 69 79 8 8 9 7 7 77 9 8 7 67 7 7 6 7 9 Forules pour les nobres preiers JEAN-PAUL DELAHAYE

Plus en détail

Six pattes pour gravir le podium

Six pattes pour gravir le podium OLYMPIADES DE SCIENCES DE L INGÉNIEUR 11 Si pattes pour gravir le podiu Christian Garreau [1] Pour la preière finale nationale des Olypiades, le ercredi 11 ai 11 sur le site de PSA à Poissy, le preier

Plus en détail

Sondage réalisé par American Express MD auprès des entreprises de taille moyenne

Sondage réalisé par American Express MD auprès des entreprises de taille moyenne Sondage réalisé par American Express MD auprès des entreprises de taille moyenne Les décideurs financiers des entreprises de taille moyenne du Canada ont un point de vue éclairé quant à la conjoncture

Plus en détail

L investissement en fonction du passif : qu en est-il de son usage à travers le monde?

L investissement en fonction du passif : qu en est-il de son usage à travers le monde? GROUPE DE RECHERCHE SUR LES PRATIQUES DE GESTION DES RÉGIMES DE RETRAITE L investissement en fonction du passif : qu en est-il de son usage à travers le monde? SOMMAIRE Le Groupe de recherche sur les pratiques

Plus en détail

Retrouvez des informations sur cet ouvrage!

Retrouvez des informations sur cet ouvrage! Copyright 2009 Micro Application 20-22, rue des Petits-Hôtels 75010 PARIS 1 re Edition - Novebre 2009 Auteur Eric VIEGNES Toute représentation ou reproduction, intégrale ou partielle, faite sans le consenteent

Plus en détail

Communiqué de presse Le 28 janvier 2013

Communiqué de presse Le 28 janvier 2013 Communiqué de presse Le 28 janvier 2013 Les entreprises belges renforcent la collaboration entre leur fonction Finance et d autres départements Elles s inscrivent dans la tendance européenne, mais ne font

Plus en détail

Isolation Etanchéité Haute performance des toitures et terrasse longue durée des toitures terrasses (sous Avis Technique CSTB)

Isolation Etanchéité Haute performance des toitures et terrasse longue durée des toitures terrasses (sous Avis Technique CSTB) XPS XPS XPS HR L XPS HR L - XPS N III L XPS N V L ROULEAU TYVEK SPECIFIQUE Procédé Procédé toiture toiture inversée inversée : Solution R Max Isolation Etanchéité Haute perforance s toitures et terrasse

Plus en détail

Mémoire soumis au COMITÉ PERMANENT DES FINANCES DE LA CHAMBRE DES COMMUNES SUR L EMPLOI CHEZ LES JEUNES AU CANADA AVRIL 2014

Mémoire soumis au COMITÉ PERMANENT DES FINANCES DE LA CHAMBRE DES COMMUNES SUR L EMPLOI CHEZ LES JEUNES AU CANADA AVRIL 2014 Mémoire soumis au COMITÉ PERMANENT DES FINANCES DE LA CHAMBRE DES COMMUNES SUR L EMPLOI CHEZ LES JEUNES AU CANADA AVRIL 2014 D ici au 1 er juillet 2017, un million de Canadiens obtiendront leur premier

Plus en détail

Comprendre le financement des placements par emprunt PRÊTS PLACEMENT

Comprendre le financement des placements par emprunt PRÊTS PLACEMENT Comprendre le financement des placements par emprunt PRÊTS PLACEMENT 1 Comprendre le financement des placements par emprunt Le financement des placements par emprunt consiste simplement à emprunter pour

Plus en détail

Fonds équilibré à rendement stratégique Manuvie

Fonds équilibré à rendement stratégique Manuvie Fonds équilibré à rendement stratégique Manuvie Les épargnants d aujourd hui ont deux défis à relever : se procurer un revenu malgré la faiblesse des taux d intérêt et trouver des placements pour faire

Plus en détail