Ventilation Non Invasive et Oedeme aigu du poumon. Frédéric ric Vargas Service de Réanimation Bordeaux

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Ventilation Non Invasive et Oedeme aigu du poumon. Frédéric ric Vargas Service de Réanimation Bordeaux"

Transcription

1 Ventilation Non Invasive et Oedeme aigu du poumon Frédéric ric Vargas Service de Réanimation R Bordeaux

2 La VNI au cours de l OAPl cardiogénique débute avec.un aspirateur

3 The «pulmonary plus pressure machine» Pression Max = 16 cmh20

4 Ventilation Non Invasive Une technique de plus en plus utilisée % * NIV Esteban et al. AJRCCM 2007

5 Conférence de consensus commune Intérêt certain Il faut faire (G1+) Décompensation de BPCO OAP cardiogénique

6 VNI et Œdème aigu du poumon CPAP VS-AI-PEP

7 VNI et œdème aigu du poumon Les données physiologiques

8 Effet de la VNI sur les paramètres hémodynamiquesh Bendjelid Chest 2005

9 2002 Effet de la VNI sur les paramètres respiratoires

10 Effet de la VNI sur les paramètres respiratoires L Her E: AJRCCM 2005

11 Effet de la VNI sur les paramètres respiratoires Sur la dyspnée E. L Her AJRCCM 2005

12 Effets physiologiques de la VNI En Résumé Effets Hémodynamiques Diminution Précharge et Postcharge Augmentation QC et FEVG Diminution de la tachycardie Effets Respiratoires Amélioration des GDS Diminution du Shunt Diminution du Travail Ventilatoire

13 VNI et Œdème aigu du poumon Les données cliniques

14 VNI et œdème aigu du poumon Étude clinique CPAP études contrôlées Treatment of severe cardiogenic pulmonary edema with continuous Positive airway pressure delivered by face mask Bersten AD, Holt AW, Vedig AE, Skowronski GA, Baggoley CJ N Engl J Med 1991; 26: patients CPAP à 10 cmh2o intubation (0%) 20 patients O2 MHC intubation (35%) P < 0.05 Groupe VNI Amélioration plus rapide Mortalité =

15 VNI et œdème aigu du poumon Étude clinique VS AI PEP Non-invasive pressure support ventilation versus conventional oxygen therapy in acute cardiogenic pulmonary oedema: a randomised trial J Masip, A J Betbesé, J Páez, F Vecilla, R Cañizares, J Padró, M A Paz, J de Otero, J Ballús Lancet 2000; 356: patients VS AI-PEP 15/5 intubation (1 patients) 18 patients O2 MHC intubation (6 patients) P < 0.05 Amélioration plus rapide Mortalité = Durée d hospitalisation =

16 (65) (65) 2003 Amélioration clinique et biologique plus rapide dans le groupe VNI Taux d intubation et mortalité similaires Réduction intubation dans le groupe des patients hypercapniques

17 Patients âgés Score d autonomie Maximal Détresse respiratoire Sévère Hypoxique Hypercapnie FR

18 2004 Amélioration clinique plus rapide Moins d intubation Diminution initiale de la mortalité Mortalité hospitalière identique

19 VNI et Œdème aigu du poumon Les données cliniques..en résumr sumé Amélioration clinique plus rapide Amélioration plus rapide des échanges gazeux Réduction de l intubation? Pas de réduction de la mortalité

20 VNI et œdème aigu du poumon CPAP vs VS AI PEP..

21 2004 CPAP = VS-AI AI-PEP Moins d intubation d dans le groupe VNI Amélioration clinique plus rapide Mortalité hospitalière =

22 CPAP = VS AI PEP CPAP = VS AI PEP Intubation Mortalité Amélioration clinique Durée hospitalisation Patients hypercapniques

23 2010 CPAP = NIPSV CPAP = NIPSV Mortalité Intubation Pas plus d IDM Y compris chez les patients hypercapniques Amélioration clinique plus rapide pour NIPSV

24 VNI et œdème aigu du poumon CPAP vs VS AI PEP..en RésumR sumé CPAP = VS AI PEP

25 VNI et œdème aigu du poumon Particularités? indications privilégi giées de la CPAP ou de la VS-AI AI-PEP?

26 2005

27 2009 Intubation = Mortalité = Résolution clinique de l l IRA =

28 VNI et œdème aigu du poumon Quand la débuter d?

29 2007 =

30

31 110 patients randomisés Groupe A (n = 52) Bolus nitrés (forte dose) Diurétiques (faible dose) Groupe B (n = 52) Nitrés faible dose Diurétiques (forte dose)

32 VNI et œdème aigu du poumon Quand la débuter d? Précocement Associé à un traitement médical optimal Respect des contre indications

33 VNI et Œdème aigu du poumon Effets délétères d de la VNI?

34 JACC 2000 Patients 20 Groupe Nitrés 20 Groupe VNI Intubation p < 0,05 16 Groupe VNI 4 Groupe Nitrés Mortalité Groupe VNI = 2 Groupe Nitrés = 0 Infarctus p <0,05 Groupe VNI = 11 Groupe Nitrés = 2

35 JACC 2000 Grande différence de traitement Groupe VNI pas de traitement médical optimal Pseudo ventilation!!!

36 Crit Care Med 1997

37 2003

38 2004 Mais les patients admis pour syndrome coronarien aigu étaient exclus exclus.

39 Chest 2007 AMI = 26,4% AMI = 16% P = NS

40 VNI et Œdème aigu du poumon Effets délétères d de la VNI?? En RésumR sumé NON

41 VNI et œdème aigu du poumon Conclusion

42 2008

43 2008

44 2009

La ventilation non invasive aux soins intensifs

La ventilation non invasive aux soins intensifs La ventilation non invasive aux soins intensifs Martin Lessard MD Service de soins intensifs, CHA Division de soins intensifs adultes Université Laval 3 mars 2011 BiPAP (Bi-level Positive Airway Pressure)

Plus en détail

VENTILATION MECANIQUE DE L ASTHME AIGU GRAVE. Ducos Guillaume DESC Réanimation Médicale Mars 2009

VENTILATION MECANIQUE DE L ASTHME AIGU GRAVE. Ducos Guillaume DESC Réanimation Médicale Mars 2009 VENTILATION MECANIQUE DE L ASTHME AIGU GRAVE Ducos Guillaume DESC Réanimation Médicale Mars 2009 EPIDEMIOLOGIE En France 3-4 millions d asthmatiques 50 000 à 100000 AAG services d urgence 8000 à 16 000

Plus en détail

Le patient oncologique au soins intensifs. Détresse respiratoire et support ventilatoire. AP Meert. Institut Jules Bordet.

Le patient oncologique au soins intensifs. Détresse respiratoire et support ventilatoire. AP Meert. Institut Jules Bordet. Le patient oncologique au soins intensifs. Détresse respiratoire et support ventilatoire. AP Meert. Institut Jules Bordet. Epidémiologie Etiologies Diagnostic Causes d IRA selon le délai dans les hémopathies

Plus en détail

Sébastien Ninite Infirmier Chef de Service CHU de Charleroi

Sébastien Ninite Infirmier Chef de Service CHU de Charleroi Sébastien Ninite Infirmier Chef de Service CHU de Charleroi Dr Patrick Biston, médecin chef de service des soins intensifs du CHU Charleroi A l équipe médico-infirmière des soins intensifs du CHU de Charleroi

Plus en détail

NAVA pourquoi pas. Stéphane Delisle RRT, PhD, FCCM Mohamed Ait Si M Hamed, inh. BSc.

NAVA pourquoi pas. Stéphane Delisle RRT, PhD, FCCM Mohamed Ait Si M Hamed, inh. BSc. NAVA pourquoi pas Stéphane Delisle RRT, PhD, FCCM Mohamed Ait Si M Hamed, inh. BSc. 7e Symposium en thérapie respiratoire HSCM 1 décembre 2012 Le mode NAVA o Neurally Adjusted Ventilatory Assist Neuro-Asservissement

Plus en détail

MEDUMAT Standard 2 Des perspectives visiblement nouvelles

MEDUMAT Standard 2 Des perspectives visiblement nouvelles MEDUMAT Standard 2 Des perspectives visiblement nouvelles MEDUMAT Standard 2 Une nouvelle vision en matière de ventilation d urgence et de transport moderne MEDUMAT Standard² : sécurité maximale dans l

Plus en détail

Perspectives sur les défis du sevrage ventilatoire

Perspectives sur les défis du sevrage ventilatoire 1 de 5 Perspectives sur les défis du sevrage ventilatoire Si vous préférez obtenir cet article en version pdf, cliquez ici,.s il vous plaît. Le sevrage de la ventilation mécanique est un moment important

Plus en détail

Groupe 1 somnovni 12/12/14

Groupe 1 somnovni 12/12/14 Recommandations HAS 2014! Pas encore parues indications VNI! Indication VNI en cas d une hypoventilation alveolaire = Hypercapnie : " PtCO2 nocturne > 50 mmhg " Et/ou d une PaCO2 diurne > 45 mmhg! Cas

Plus en détail

2. DEFINITION DES TRANSFERTS INTER-ETABLISSEMENTS DE SANTE

2. DEFINITION DES TRANSFERTS INTER-ETABLISSEMENTS DE SANTE URGENCES CARDIOLOGIQUES : ALTERNATIVES A LA MEDICALISATION DES TRANSFERTS SECONDAIRES Valérie DEBIERRE *, Antoine ANDRE, Frédéric BERTHIER *, Denis BARON * * SAMU 44 - CHU, BP 1005, 44093 NANTES Cedex

Plus en détail

INSUFFISANCE CARDIAQUE DROITE Dr Dassier HEGP

INSUFFISANCE CARDIAQUE DROITE Dr Dassier HEGP INSUFFISANCE CARDIAQUE DROITE Dr Dassier HEGP I Définition L'insuffisance cardiaque droite (IVD) se traduit par une augmentation des pressions de remplissage télédiastolique du ventricule droit (VD). Le

Plus en détail

L'insuffisance cardiaque et les soins infirmiers

L'insuffisance cardiaque et les soins infirmiers L'insuffisance cardiaque et les soins infirmiers Karine Leroy IDE Emmanuelle Desmalles IDE Introduction L insuffisance cardiaque est une pathologie de plus en plus fréquente, c'est l'aboutissement de la

Plus en détail

CARDIOLOGIE & GAZ ARTÉRIEL 101

CARDIOLOGIE & GAZ ARTÉRIEL 101 CARDIOLOGIE & GAZ ARTÉRIEL 101 D interpréter un gaz artériel/veineux; Connaître les éléments qui font varier un gaz artériel/veineux; Connaître les interventions de bases qui visent à corriger les déséquilibres

Plus en détail

Item 226 : Asthme de l enfant et de l adulte. Maladies et grands syndromes

Item 226 : Asthme de l enfant et de l adulte. Maladies et grands syndromes Item 226 : Asthme de l enfant et de l adulte. Maladies et grands syndromes Collège National des Enseignants de Réanimation Médicale Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...3 SPECIFIQUE

Plus en détail

Broncho-pneumopathie chronique obstructive (BPCO) Nathalie Rozensztajn CCA service de pneumologie Hôpital Tenon

Broncho-pneumopathie chronique obstructive (BPCO) Nathalie Rozensztajn CCA service de pneumologie Hôpital Tenon Broncho-pneumopathie chronique obstructive (BPCO) Nathalie Rozensztajn CCA service de pneumologie Hôpital Tenon Définitions Définitions Bronchite chronique Toux + expectoration 3 mois/an 2 ans Emphysème

Plus en détail

Prise en charge infirmière D un polytraumatisé

Prise en charge infirmière D un polytraumatisé D un polytraumatisé v Pose d un collier cervical v Déshabillage avec découpage des vêtements si nécessaire v Pose de l 02 au masque v Prise des constantes (TA, pls, saturation, score de glasgow) v Evaluation

Plus en détail

A. ANDRO 1, C. MESTON 2, N. MORVAN 3

A. ANDRO 1, C. MESTON 2, N. MORVAN 3 Chapitre 121 La ventilation non invasive (VNI) de l enfant A. ANDRO 1, C. MESTON 2, N. MORVAN 3 1. Définition La VNI se définit comme une technique destinée à augmenter la ventilation alvéolaire sans utiliser

Plus en détail

Rapid response team (Equipe mobile d urgence)

Rapid response team (Equipe mobile d urgence) Rapid response team (Equipe mobile d urgence) D. Benoit, MD, PhD Department of Intensive Care Medicine Ghent University Hospital Chaine de survie intra hospitalière Intervention précoce avant l admission

Plus en détail

Troubles du Rythme Cardiaque. Cours DCEM II 7 septembre 2012

Troubles du Rythme Cardiaque. Cours DCEM II 7 septembre 2012 Troubles du Rythme Cardiaque Cours DCEM II 7 septembre 2012 L activité électrique cardiaque ECG normal: rythme sinusal Fibrillation atriale Trouble du rythme le plus fréquent Incidence et prévalence en

Plus en détail

URGENCES. Les prises en charge spécifiques de la noyade. Chapitre 100. 1. Définition de la noyade par l OMS. 2. Épidémiologie

URGENCES. Les prises en charge spécifiques de la noyade. Chapitre 100. 1. Définition de la noyade par l OMS. 2. Épidémiologie Chapitre 100 Les prises en charge spécifiques de la noyade E. MATHON 1, J.-C. AYMARD 2, M. KRETLY 3, J. LEVRAUT 4 1. Définition de la noyade par l OMS D après l OMS, «la noyade est une insuffisance respiratoire

Plus en détail

The 2016 SPECTRUM study. Severe hypoxemia : prevalence, TReatment and outcome in 2016. De l hypoxémie au SDRA : quelle prévalence en 2016?

The 2016 SPECTRUM study. Severe hypoxemia : prevalence, TReatment and outcome in 2016. De l hypoxémie au SDRA : quelle prévalence en 2016? Logo The 2016 SPECTRUM study Severe hypoxemia : prevalence, TReatment and outcome in 2016 De l hypoxémie au SDRA : quelle prévalence en 2016? Protocole d étude Version 2.5 du 25 juillet 2015 Société de

Plus en détail

Faculté de Médecine - Nice Sophia Antipolis - UFR de Médecine Centre Hospitalier Universitaire de Nice

Faculté de Médecine - Nice Sophia Antipolis - UFR de Médecine Centre Hospitalier Universitaire de Nice DIPLOME UNIVERSITAIRE DE SOINS INFIRMIERS EN REANIMATION Faculté de Médecine - Nice Sophia Antipolis - UFR de Médecine Centre Hospitalier Universitaire de Nice Comité pédagogique : Pr C Ichai, Dr JC Orban,

Plus en détail

CHIRURGIE DE L EMPHYSL

CHIRURGIE DE L EMPHYSL CHIRURGIE DE L EMPHYSL EMPHYSÈMEME Bulle géante g sur «poumon sain» bullectomie Emphysème me bulleux compressif résection-capitonnagescapitonnages Emphysème me non bulleux distendu réduction de volume

Plus en détail

o Non o Non o Oui o Non

o Non o Non o Oui o Non Enquête générale (à remplir une fois) [ ] = plusieurs réponses possibles o = une seule réponse possible Date de votre réponse à ce questionnaire Nombre de lits dans l'unité Connaissez-vous l incidence

Plus en détail

Vous intervenez en équipage SMUR sur un accident de la voie publique : à votre arrivée sur les lieux, vous trouvez un homme d environ 30 ans au sol à

Vous intervenez en équipage SMUR sur un accident de la voie publique : à votre arrivée sur les lieux, vous trouvez un homme d environ 30 ans au sol à Vous intervenez en équipage SMUR sur un accident de la voie publique : à votre arrivée sur les lieux, vous trouvez un homme d environ 30 ans au sol à plat dos, inconscient Glasgow 3, à 20 mètres d une

Plus en détail

L auteur déclare n avoir aucun conflit d intérêt avec cette présentation

L auteur déclare n avoir aucun conflit d intérêt avec cette présentation Atelier VO2 Alain COHEN SOLAL «Biomarkersand HeartFailure»INSERM U942 Research Unit Lariboisière Hospital, Cardiology Department Paris Diderot University L auteur déclare n avoir aucun conflit d intérêt

Plus en détail

N. LODÉ 1, N. PINTO DA COSTA 2

N. LODÉ 1, N. PINTO DA COSTA 2 Chapitre21 Monitorage requis et objectifs visés N. LODÉ 1, N. PINTO DA COSTA 2 Très utilisée en néonatalogie, la VNI est de pratique plus récente et en plein essor dans l insuffisance respiratoire aiguë

Plus en détail

Référentiel de compétences et d aptitudes du masseur kinésithérapeute de réanimation (MKREA) en secteur adulte

Référentiel de compétences et d aptitudes du masseur kinésithérapeute de réanimation (MKREA) en secteur adulte Réanimation DOI 10.1007/s13546-011-0243-1 RÉFÉRENTIEL / GUIDELINES Référentiel de compétences et d aptitudes du masseur kinésithérapeute de réanimation (MKREA) en secteur adulte Guide to skills and abilities

Plus en détail

Evaluation péri-opératoire de la tolérance à l effort chez le patient cancéreux. Anne FREYNET Masseur-kinésithérapeute CHU Bordeaux

Evaluation péri-opératoire de la tolérance à l effort chez le patient cancéreux. Anne FREYNET Masseur-kinésithérapeute CHU Bordeaux Evaluation péri-opératoire de la tolérance à l effort chez le patient cancéreux Anne FREYNET Masseur-kinésithérapeute CHU Bordeaux Je déclare n avoir aucun conflit d intérêt en lien avec cette présentation

Plus en détail

Avis 2 avril 2014. Laboratoire SERVIER. Périndopril arginine / indapamide. C09BA04 (inhibiteur de l enzyme de conversion et diurétique)

Avis 2 avril 2014. Laboratoire SERVIER. Périndopril arginine / indapamide. C09BA04 (inhibiteur de l enzyme de conversion et diurétique) COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 2 avril 2014 PRETERAX 2,5 mg / 0,625 mg, comprimé pelliculé Boîte de 30 (CIP : 34009 378 232 2 7) Boîte de 90 (CIP : 34009 378 234 5 6) BIPRETERAX 5 mg / 1,25 mg, comprimé

Plus en détail

ALK et cancers broncho-pulmonaires. Laurence Bigay-Gamé Unité d oncologie thoracique Hôpital Larrey, Toulouse

ALK et cancers broncho-pulmonaires. Laurence Bigay-Gamé Unité d oncologie thoracique Hôpital Larrey, Toulouse ALK et cancers broncho-pulmonaires Laurence Bigay-Gamé Unité d oncologie thoracique Hôpital Larrey, Toulouse Toulouse, le 19 Février 2013 Adénocarcinomes : Lung Cancer Mutation Consortium Identification

Plus en détail

COLLEGE DE MEDECINE D URGENCE DE BOURGOGNE

COLLEGE DE MEDECINE D URGENCE DE BOURGOGNE N de version : 02 Date d'application : 08/02/07 Ré f.: CMUB - 009 Pagination : 1/8 pages COLLEGE DE MEDECINE D URGENCE DE BOURGOGNE Procédure N 009 Rédacteurs Dr H. ROY, SAMU 21 Date 13/05/00 MAJ le 08/02/2007

Plus en détail

Le sevrage de la trachéotomie

Le sevrage de la trachéotomie Le sevrage de la trachéotomie Journée de formation «infirmière» et «kinésithérapeute» SKR. Maison de la réanimation Paris 01 / 06 / 2012 Dr G.Beduneau Réanimation Médicale CHU ROUEN gaetan.beduneau@chu-rouen.fr

Plus en détail

PPC fixe convient à la majorité des patients pour le traitement au long cours à domicile

PPC fixe convient à la majorité des patients pour le traitement au long cours à domicile Contenu PPC fixe convient à la majorité des patients pour le traitement au long cours à domicile D autres modalités thérapeutiques ont pour objectif une amélioration de l observance PPC autopilotées BiPAP/Biflex/Autobiflex

Plus en détail

Insuffisance respiratoire chronique et insuffisance respiratoire aiguë. E Orvoën-Frija Pitié-Salpêtrière

Insuffisance respiratoire chronique et insuffisance respiratoire aiguë. E Orvoën-Frija Pitié-Salpêtrière Insuffisance respiratoire chronique et insuffisance respiratoire aiguë E Orvoën-Frija Pitié-Salpêtrière Capacité de gérontologie Cours du 2 février 2011 Définitions : IRC Insuffisance respiratoire chronique(irc):

Plus en détail

Ne perdez pas l avenir de vue

Ne perdez pas l avenir de vue Ne perdez pas l avenir de vue B. Braun Space GlucoseControl Innovation Les défis actuels Besoin d insulinothérapie intensive en soins intensifs Les patients très malades développent une hyperglycémie induite

Plus en détail

Programme national d assistance ventilatoire à domicile PNAVD (CUSM) INFORMATIONS REQUISES POUR DEMANDES D ADMISSION AU PNAVD (CUSM)

Programme national d assistance ventilatoire à domicile PNAVD (CUSM) INFORMATIONS REQUISES POUR DEMANDES D ADMISSION AU PNAVD (CUSM) INFORMATIONS REQUISES POUR DEMANDES D ADMISSION AU PNAVD (CUSM) Dans le but d accélérer le traitement d une demande de consultation PNAVD, plusieurs informations doivent nous être acheminées. Pour connaître

Plus en détail

XXI e CONFÉRENCE DE CONSENSUS EN RÉANIMATION ET EN MÉDECINE D URGENCE

XXI e CONFÉRENCE DE CONSENSUS EN RÉANIMATION ET EN MÉDECINE D URGENCE Réanimation 2001 ; 10 : 697-8 2001 Éditions scientifiques et médicales Elsevier SAS. Tous droits réservés S1624069301001979/FLA CONFÉRENCE DE CONSENSUS SOCIÉTÉ DE RÉANIMATION DE LANGUE FRANÇAISE XXI e

Plus en détail

Savoir positiver toutes ces actions

Savoir positiver toutes ces actions Réadaptation post infarctus du sportif J.C. Verdier Institut Cœur effort Santé Paris Mise à jour le 11 /07/2010 OBJECTIFS DE LA READAPTATION Objectifs médicaux Objectifs psychologiques Capacité physique

Plus en détail

Spirométrie. De quoi s agit-il? Aspects pratiques. Description

Spirométrie. De quoi s agit-il? Aspects pratiques. Description Spirométrie De quoi s agitil? La spirométrie est un examen indolore, très reproductible et fort simple qui reste le principal test de fonction respiratoire. C est un outil essentiel du suivi de la mucoviscidose

Plus en détail

Faut-il administrer de la Protéine C activée e (PCA) aux patients atteints de choc septique? CONTRE

Faut-il administrer de la Protéine C activée e (PCA) aux patients atteints de choc septique? CONTRE Faut-il administrer de la Protéine C activée e (PCA) aux patients atteints de choc septique? CONTRE SAINT-LEGER MélanieM Réunion inter-régionale de Réanimation R MédicaleM PLAN Efficacité & essais cliniques

Plus en détail

Stratégies ventilatoires au cours du SDRA

Stratégies ventilatoires au cours du SDRA Stratégies ventilatoires au cours du SDRA DESC Réanimation Médicale Lyon 26 Janvier 2010 C. Guérin Réanimation Médicale, Hôpital de la Croix-Rousse Université de Lyon Inserm 630 LYON, France 1 Introduction

Plus en détail

Épidémiologie des ARRETS CARDIO-RESPIRATOIRES

Épidémiologie des ARRETS CARDIO-RESPIRATOIRES Épidémiologie des ARRETS CARDIO-RESPIRATOIRES Maladies cardiovasculaires : 1 ère causes de mortalité avant 75 ans Un tiers des IDM meurent avant d atteindre l hôpital Rythme initial pré-hospitalier : FV/TV

Plus en détail

Programme Scientifique

Programme Scientifique Programme Scientifique Samedi 05 octobre 07h45 Accueil des participants 08h30 Ouverture du congrès en présence de Monsieur le Maire de Gruissan Séances Plénières Auditorium 09h00 / 09h45 Gestion du polytraumatisé

Plus en détail

Summary of the main changes in the Resuscitation Guidelines

Summary of the main changes in the Resuscitation Guidelines Summary of the main changes in the Resuscitation Guidelines ERC 2010-2015 Benoît Claessens & Pierre MOLS Service des urgences et du SMUR CHU Saint-Pierre Emergency Medical System Centre 112 RCP DEA Centre

Plus en détail

Hyperglycémie nocturne dans le diabète de type 2 associée au syndrome d apnée du sommeil.

Hyperglycémie nocturne dans le diabète de type 2 associée au syndrome d apnée du sommeil. Hyperglycémie nocturne dans le diabète de type 2 associée au syndrome d apnée du sommeil. S.Fendri, D.Rose,S.Myambu,S.Jeanne,JDLalau Diab Res Clin Pract, Doi :10.1016/j.diabres.2010.09.O29 Relation SAS

Plus en détail

Circulaire pour les codeuses et codeurs

Circulaire pour les codeuses et codeurs 14 Santé Nr. 9 février 2011 Circulaire pour les codeuses et codeurs A) La ventilation mécanique : règle valable au 1.1.2011 En vue de l établissement des règles de la ventilation invasive pour 2012, nous

Plus en détail

Prise en charge de l embolie pulmonaire

Prise en charge de l embolie pulmonaire Prise en charge de l embolie pulmonaire Dr Serge Motte Liège 06.12.14 - Laack TA et Goyal DG, Emerg Med Clin N Am 2004; 961-983 2 PLAN Diagnostic Prise en charge: Phase aiguë: analyse de gravité Choix

Plus en détail

Etude pilote d un régulateur pneumatique continu de la pression des ballonnets des sondes

Etude pilote d un régulateur pneumatique continu de la pression des ballonnets des sondes Etude pilote d un régulateur pneumatique continu de la pression des ballonnets des sondes d intubation endotrachéale chez l enfant. Gaëlle Vottier 1,3 (Sous la direction du Pr Stéphane Dauger 1,3 ) (En

Plus en détail

Réanimation Cardio-pulmonaire Recommandations ERC 2010 ALS. Blaise Degueldre

Réanimation Cardio-pulmonaire Recommandations ERC 2010 ALS. Blaise Degueldre Réanimation Cardio-pulmonaire Recommandations ERC 2010 ALS Blaise Degueldre Objectifs du cours Le participant sera capable de : Effectuer une reconnaissance précoce et un appel à l aide, De réaliser une

Plus en détail

La surveillance neurologique en réanimation médicale

La surveillance neurologique en réanimation médicale CONGRES ANNUEL DU CIRNE «L approche neurologique en réanimation» 11 OCTOBRE 2013 La surveillance neurologique en réanimation médicale Réanimation Médicale HCC Aurélie Baudesson Aurore Bihin Delphine Rué

Plus en détail

Cancer et dyspnée: comment peut-on soulager? Dr Lise Tremblay 10 mai 2010

Cancer et dyspnée: comment peut-on soulager? Dr Lise Tremblay 10 mai 2010 Cancer et dyspnée: comment peut-on soulager? Dr Lise Tremblay 10 mai 2010 Objectifs Comprendre la physiopathologie de la dyspnée Connaître les traitements disponibles pour soulager la dyspnée Définir la

Plus en détail

FIBRILLATIONATRIALE ET ANTICOAGULANTS CHEZ LE SUJET AGE

FIBRILLATIONATRIALE ET ANTICOAGULANTS CHEZ LE SUJET AGE DU de gériatrie g Jeudi 13 mars 2014 FIBRILLATIONATRIALE ET ANTICOAGULANTS CHEZ LE SUJET AGE Dr Stéphane Boulé Hôpital Cardiologique CHRU de Lille Epidémiologie -Pathologie fréquente 1 à 2% de la population

Plus en détail

Les arythmies Attitude thérapeutique en urgence

Les arythmies Attitude thérapeutique en urgence Les arythmies Attitude thérapeutique en urgence 16/05/2008 Dr Bernard Jadoul 1 Comment est le patient? Recherche de signes cliniques de gravité: Bas débit cardiaque (pâleur, sudations, extrémités froides,

Plus en détail

Ventilation mécanique à domicile

Ventilation mécanique à domicile RÉVISION DE CATÉGORIES HOMOGÈNES DE DISPOSITIFS MÉDICAUX Ventilation mécanique à domicile Dispositifs médicaux et prestations associées pour traitement de l insuffisance respiratoire Date de validation

Plus en détail

Traitement anti-thrombotique suivant la pose d une enprothèse coronarienne chez les patients déjà anticoagulés

Traitement anti-thrombotique suivant la pose d une enprothèse coronarienne chez les patients déjà anticoagulés Traitement anti-thrombotique suivant la pose d une enprothèse coronarienne chez les patients déjà anticoagulés Dr Louis-Philippe Hubert, R1 médecine de famille UMF La Sarre 29 mai 2015 Plan Définition

Plus en détail

Thérapeutique anti-vhc et travail maritime. O. Farret HIA Bégin

Thérapeutique anti-vhc et travail maritime. O. Farret HIA Bégin Thérapeutique anti-vhc et travail maritime O. Farret HIA Bégin Introduction «L hépatite C est une maladie le plus souvent mineure, mais potentiellement cancérigène, qu on peut ne pas traiter et surveiller

Plus en détail

CHARIOT D URGENCE POURQUOI?

CHARIOT D URGENCE POURQUOI? CHARIOT D URGENCE POURQUOI? Harmoniser en quantité et qualité les chariots d'urgence vitale et les procédures. Optimiser la prise en charge de l'urgence vitale sur l'ensemble des secteurs du CHRU, porter

Plus en détail

Dr Pierre-François Lesault Hôpital Privé de l Estuaire Le Havre

Dr Pierre-François Lesault Hôpital Privé de l Estuaire Le Havre Dr Pierre-François Lesault Hôpital Privé de l Estuaire Le Havre «Il faut toujours prendre le maximum de risques avec le maximum de précautions» R. Kipling??? Geste d angioplastie en 2014 plus de limites

Plus en détail

Liens d intérêt. Aucun

Liens d intérêt. Aucun U961 Traitement des TVP àla phase aiguëen 2012 Stéphane ZUILY MCU-PH Unité de Médecine Vasculaire CHU de Nancy Centre de compétence régional maladies vasculaires rares Université de Lorraine INSERM U961

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DE L ARRÊT CARDIO RESPIRATOIRE AVANT L ARRIVEE DU MEDECIN REANIMATEUR. ARCO 2009-2011 Blois, Chartres, Dreux, Orléans, Saint Malo 1

PRISE EN CHARGE DE L ARRÊT CARDIO RESPIRATOIRE AVANT L ARRIVEE DU MEDECIN REANIMATEUR. ARCO 2009-2011 Blois, Chartres, Dreux, Orléans, Saint Malo 1 PRISE EN CHARGE DE L ARRÊT CARDIO RESPIRATOIRE AVANT L ARRIVEE DU MEDECIN REANIMATEUR ARCO 2009-2011 1 INTRODUCTION Première rencontre en octobre 2009 dans le cadre de l A.R.C.O. Après intervention du

Plus en détail

Traitement de l hépatite C: données récentes

Traitement de l hépatite C: données récentes Traitement de l hépatite C: données récentes J.-P. BRONOWICKI (Vandœuvre-lès-Nancy) Tirés à part : Jean-Pierre Bronowicki Service d Hépatogastroentérologie, CHU de Nancy, 54500 Vandœuvre-lès-Nancy. Le

Plus en détail

PanGas Healthcare Du diagnostic à la thérapie

PanGas Healthcare Du diagnostic à la thérapie PanGas Healthcare Du diagnostic à la thérapie PanGas Healthcare Des solutions convaincantes, du diagnostic à la thérapie Depuis plus de 100 ans, PanGas développe des solutions innovantes reposant sur l

Plus en détail

ETAT DE MAL EPILEPTIQUE. Dr Sylviane Peudenier, CHU BREST

ETAT DE MAL EPILEPTIQUE. Dr Sylviane Peudenier, CHU BREST ETAT DE MAL EPILEPTIQUE Dr Sylviane Peudenier, CHU BREST Définitions Crise d'épilepsie: - Décharge brutale, hypersynchrone et rythmée d'un groupe de neurones hyperexcitables. - Expression clinique variable:

Plus en détail

8/28/2013. L inhalothérapie aux soins critiques. Objectifs. Rôles de l inhalothérapeute. Objectifs

8/28/2013. L inhalothérapie aux soins critiques. Objectifs. Rôles de l inhalothérapeute. Objectifs Objectifs Connaître le rôle de l inhalothérapeute dans les unités de soins critiques Connaître les dispositifs d oxygénation et d humidification Connaître les modes et principes de la ventilation (invasive,

Plus en détail

État caractérisé par une dilatation anormale des espaces aériens au delà de la

État caractérisé par une dilatation anormale des espaces aériens au delà de la Emphysèmes Excès d air Emphysème et dyspnée. Définition: État caractérisé par une dilatation anormale des espaces aériens au delà de la bronchiole terminale, accompagnée d une destruction des cloisons

Plus en détail

Orthèse Narval O.R.M. L orthèse innovante et confortable dans le traitement du SAOS

Orthèse Narval O.R.M. L orthèse innovante et confortable dans le traitement du SAOS rthèse Narval.R.M. L orthèse innovante et confortable dans le traitement du SAS Traitement du SAS par orthèse Narval.R.M. Entre 19 et 27% 1-2 des patients apnéiques traités par pression positive continue

Plus en détail

Traitement non médicamenteux de l insuffisance cardiaque

Traitement non médicamenteux de l insuffisance cardiaque Traitement non médicamenteux de l insuffisance cardiaque C Decoene Praticien hospitalier CHRU LILLE Christophe.decoene@chru-lille.fr Introduction L insuffisance cardiaque est un syndrome clinique constitué

Plus en détail

SURVEILLANCE, EFFETS SECONDAIRES, SEVRAGE DE LA SEDATION

SURVEILLANCE, EFFETS SECONDAIRES, SEVRAGE DE LA SEDATION Session ide Géraldine POUTISSOU, Nadia BOUAMARIA, Christelle MIENNE (Pole de Neurochirugie Secteur de Réanimation CHRU de Lille) Surveillance, effets secondaires, sevrage de la sédation SURVEILLANCE, EFFETS

Plus en détail

Les catécholamines Principales propriétés Exemples concrets d utilisation

Les catécholamines Principales propriétés Exemples concrets d utilisation Les catécholamines Principales propriétés Exemples concrets d utilisation Dr Christophe Faisy, Dr Brice Lortat-Jacob (Paris) Dr Christophe Lenclud (Mantes-La-Jolie) Dr Vincent Hubert (Amiens) Plan 1. Introduction

Plus en détail

Syndrome Cave Supérieur: Prise en charge. Patrick BAGAN Chirurgie Thoracique et Vasculaire Hôpital Victor Dupouy, Argenteuil

Syndrome Cave Supérieur: Prise en charge. Patrick BAGAN Chirurgie Thoracique et Vasculaire Hôpital Victor Dupouy, Argenteuil Syndrome Cave Supérieur: Prise en charge Patrick BAGAN Chirurgie Thoracique et Vasculaire Hôpital Victor Dupouy, Argenteuil Medical Observations and Inquiries, 1757; Vol 1, pp 323-357 Symptômes observés

Plus en détail

PRISE EN CHARGE INFIRMIERE D UN TRAUMATISE CRANIEN GRAVE. PIEL Christelle BOUVIER Sylvain CH. Ploërmel

PRISE EN CHARGE INFIRMIERE D UN TRAUMATISE CRANIEN GRAVE. PIEL Christelle BOUVIER Sylvain CH. Ploërmel PRISE EN CHARGE INFIRMIERE D UN TRAUMATISE CRANIEN GRAVE DU PREHOSPITALIER AU DECHOCAGE PIEL Christelle BOUVIER Sylvain CH. Ploërmel 1 ère JPMU Décembre 2007 QU EST CE QU UN TRAUMATISE CRANIEN GRAVE (TCG)

Plus en détail

INTERFERON Traitement adjuvant du mélanome à haut risque de récidive. Dr Ingrid KUPFER-BESSAGUET Dermatologue CH de quimper

INTERFERON Traitement adjuvant du mélanome à haut risque de récidive. Dr Ingrid KUPFER-BESSAGUET Dermatologue CH de quimper INTERFERON Traitement adjuvant du mélanome à haut risque de récidive Dr Ingrid KUPFER-BESSAGUET Dermatologue CH de quimper Pourquoi proposer un TTT adjuvant? Probabilité de survie à 10 ans en fonction

Plus en détail

TRAITEMENT DE LA CRISE D ASTHME DU NOURRISSON. Caroline Thumerelle Hôpital Jeanne de Flandre CHRU Lille

TRAITEMENT DE LA CRISE D ASTHME DU NOURRISSON. Caroline Thumerelle Hôpital Jeanne de Flandre CHRU Lille TRAITEMENT DE LA CRISE D ASTHME DU NOURRISSON Caroline Thumerelle Hôpital Jeanne de Flandre CHRU Lille FACTEURS D ÉXACERBATION DE L ASTHME VIRUS ++++ Allergènes Stress, hypersécrétion Pollution atmosphérique

Plus en détail

FIBRILLATION ATRIALE ET ANTICOAGULANTS CHEZ LE SUJET AGE. Dr Charlotte Potelle Hôpital Cardiologique CHRU de Lille

FIBRILLATION ATRIALE ET ANTICOAGULANTS CHEZ LE SUJET AGE. Dr Charlotte Potelle Hôpital Cardiologique CHRU de Lille DU de gériatrie Jeudi 20 novembre 2014 FIBRILLATION ATRIALE ET ANTICOAGULANTS CHEZ LE SUJET AGE Dr Charlotte Potelle Hôpital Cardiologique CHRU de Lille -Pathologie fréquente 1 à 2% de la population générale

Plus en détail

Les principes thérapeutiques du choc septique aux urgences

Les principes thérapeutiques du choc septique aux urgences 52 e congrès national d anesthésie et de réanimation. Infirmiers. Infirmier(e)s d urgence 2010 Sfar. Tous droits réservés. Les principes thérapeutiques du choc septique aux urgences F. Fays, P. Hausfater

Plus en détail

Dr. GOUZI. Faculté de Médecine Montpellier-Nîmes. (Mise ligne 31/08/10 LIPCOM-RM) 2 ème cycle DCEM1 MIA IRC Année Universitaire 2010-2011

Dr. GOUZI. Faculté de Médecine Montpellier-Nîmes. (Mise ligne 31/08/10 LIPCOM-RM) 2 ème cycle DCEM1 MIA IRC Année Universitaire 2010-2011 PLAN DEFINITION ETAT DES LIEUX ET STRATEGIE DE PRISE EN CHARGE INSUFFISANCE RESPIRATOIRE CHRONIQUE + Oxygénothérapie PHYSIOPATHOLOGIE Altération des échanges gazeux vs hypoventilation alvéolaire TRAITEMENT

Plus en détail

Rythmologie cardiaque : comment explorer puis traiter? Pierre Mélon Service de Cardiologie CHU de Liège

Rythmologie cardiaque : comment explorer puis traiter? Pierre Mélon Service de Cardiologie CHU de Liège Rythmologie cardiaque : comment explorer puis traiter? Pierre Mélon Service de Cardiologie CHU de Liège Définition Une arythmie est définie comme une anomalie de fréquence, une irrégularité de rythme ou

Plus en détail

l insuffisance cardiaque par télésurveillance Suivi de Contre Dr JF AUPETIT C H St Joseph. St Luc - Lyon

l insuffisance cardiaque par télésurveillance Suivi de Contre Dr JF AUPETIT C H St Joseph. St Luc - Lyon Suivi de l insuffisance cardiaque par télésurveillance Contre Dr JF AUPETIT C H St Joseph. St Luc - Lyon APPAC Biarritz - 6 juin 2014 Insuffisance cardiaque / Télésurveillance IC du sujet âgé : une épidémie

Plus en détail

PHYSIOPATHOLOGIE ET TRAITEMENT

PHYSIOPATHOLOGIE ET TRAITEMENT PHYSIOPATHOLOGIE ET TRAITEMENT DE L INSUFFISANCE CARDIAQUE EN 2013 Demba LAM, Georges CLOATRE, Jean-Marie Donnadieu Service de Cardiologie du CMCK Samedi 9 mars 2013 Insuffisance cardiaque: définition

Plus en détail

TRAITEMENT DE LA MPOC. Présenté par : Gilles Côté, M.D.

TRAITEMENT DE LA MPOC. Présenté par : Gilles Côté, M.D. TRAITEMENT DE LA MPOC Présenté par : Gilles Côté, M.D. Département clinique de médecine générale Avril 2001 TRAITEMENT DE LA MPOC I- INTERPRÉTATION DES TESTS DE FONCTION RESPIRATOIRE II- PRISE EN CHARGE

Plus en détail

C.A.T. devant des troubles de la conscience chez le diabétique

C.A.T. devant des troubles de la conscience chez le diabétique C.A.T. devant des troubles de la conscience chez le diabétique Dr P. ASSOUAKON SAMU EPU les jeudis du samu 27 Mai 2004 1 PLAN Introduction Généralités Régulation et prise en charge SMUR Prise en charge

Plus en détail

et mupirocine/chlorhexidine

et mupirocine/chlorhexidine Etude de l évolution des résistances bactériennes sous décontamination digestive sélectiveet et mupirocine/chlorhexidine chlorhexidinesur une période de quatre ans en réanimation médicale Mémoire de DESC

Plus en détail

Monitorage du CO 2 expiré Capnometry

Monitorage du CO 2 expiré Capnometry Réanimation 13 (2004) 62 70 www.elsevier.com/locate/reaurg Mise au point Monitorage du CO 2 expiré Capnometry C. Soltner, J. Huztinger, L. Beydon * Département d anesthésie réanimation, CHU d Angers, 49000

Plus en détail

TRAITEMENT AU LONG COURS DE L ASTHME DE L ENFANT

TRAITEMENT AU LONG COURS DE L ASTHME DE L ENFANT TRAITEMENT AU LONG COURS DE L ASTHME DE L ENFANT Pr. Amine EL HASSANI MG Maroc. Rabat 29.5.2011 PROBLEMATIQUES Littérature Française Anglaise Etudes non Comparables Définition: Preschool Recurrent Wheeze

Plus en détail

Programme de réhabilitation respiratoire

Programme de réhabilitation respiratoire Programme de réhabilitation respiratoire Dr Jean-Marc Perruchini Service de Réhabilitation R respiratoire, Clinique de Médecine Physique Les Rosiers 45, Bd Henri Bazin, 21002 DIJON Cedex Mle Carine Lopez

Plus en détail

Choc septique et cortico-surr. -surrénale

Choc septique et cortico-surr. -surrénale Choc septique et cortico-surr -surrénale Du concept au traitement François Fourrier EA 2689 Université de Lille 2 Réanimation polyvalente CHRU Lille Le concept biochimique Les voies métaboliques des stéroïdes

Plus en détail

recommandations pour les médecins de famille

recommandations pour les médecins de famille BPCO: recommandations pour les médecins de famille BPCO: recommandations pour les médecins de famille Dr. med. Werner Karrer, Prof. Dr. med. Jörg D. Leuppi Les médecins de famille jouent un rôle central

Plus en détail

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS Pr. Alessandra Bura-Rivière, Service de Médecine Vasculaire Hôpital Rangueil, 1 avenue Jean Poulhès, 31059 Toulouse cedex 9 INTRODUCTION Depuis plus de cinquante ans, les héparines

Plus en détail

L USIC du futur les USIC ont-elles un avenir?

L USIC du futur les USIC ont-elles un avenir? L USIC du futur les USIC ont-elles un avenir? Eric Bonnefoy Unité de Soins Intensifs de Cardiologie Hospices Civils de Lyon UMR 5558 - Université Lyon 1 Groupe Urgences et Soins Intensifs de Cardiologie

Plus en détail

Relais de la perfusion de Catécholamines : Quelles solutions?

Relais de la perfusion de Catécholamines : Quelles solutions? Relais de la perfusion de Catécholamines : Quelles solutions? Laurent ARGAUD Réanimation Médicale Groupement Hospitalier Edouard Herriot laurent.argaud@chu-lyon.fr Incidents lors des relais de seringues

Plus en détail

Voyages et Sports Loisirs

Voyages et Sports Loisirs Voyages et Sports Loisirs Dr Stéphane DOUTRELEAU Service de Physiologie et d Explorations Fonctionnelles CHU Strasbourg Déclaration de Relations Professionnelles - Disclosure Statement of Financial Interest

Plus en détail

Traitement de l'insuffisance cardiaque aiguë

Traitement de l'insuffisance cardiaque aiguë Traitement de l'insuffisance cardiaque aiguë J.-L. Gérard, J.L. Hanouz Département d'anesthésie-réanimation chirurgicale et de médecine d'urgence, CHU Côte-de-Nacre, 14033 Caen cedex, France Consensus

Plus en détail

Défibrillation semi-automatique dans les lieux publics: de l idée à sa réalisation pratique

Défibrillation semi-automatique dans les lieux publics: de l idée à sa réalisation pratique Défibrillation semi-automatique dans les lieux publics: de l idée à sa réalisation pratique Défibrillation dans lieux publics est-ce que ça marche et qui doit la pratiquer? Les 4 niveaux d accès public

Plus en détail

Cancer bronchique et séjour en soins intensifs: comment les vivre?

Cancer bronchique et séjour en soins intensifs: comment les vivre? Cancer bronchique et séjour en soins intensifs: comment les vivre? Cas clinique #1 Cas clinique Patient de 78 ans Marié, trois enfants dont un médecin Vivant à domicile Professeur Tabac 80 paquets/année,

Plus en détail

Tabagisme en période péri-opératoire

Tabagisme en période péri-opératoire Tabagisme en période péri-opératoire Conférence d experts d SFAR-OFT-AFC septembre 2005 B. Dureuil Département d Anesthésie-Réanimation-SAMU CHU Rouen Le «classique» : effets respiratoires du tabagisme

Plus en détail

URGENCES MEDICO- CHIRURGICALES. Dr Aline SANTIN S.A.U. Henri Mondor

URGENCES MEDICO- CHIRURGICALES. Dr Aline SANTIN S.A.U. Henri Mondor URGENCES MEDICO- CHIRURGICALES Dr Aline SANTIN S.A.U. Henri Mondor Coup d envoi Définition de l urgence Fonction des personnes : Pour les patients : «ça ne va pas», «il n est pas comme d habitude», «il

Plus en détail

Quand doit-on passer d une PPC à une VNI???

Quand doit-on passer d une PPC à une VNI??? Quand doit-on passer d une PPC à une VNI??? 2émes Journées Pratiques Respiration Sommeil 24 et 25 Septembre 2010, Montpellier Dr L. LEROUSSEAU Service de pneumologie, CHG d Antibes Juan les Pins Dr D.

Plus en détail

Des bronches à l appropriation

Des bronches à l appropriation Histoire de la réhabilitation r respiratoire : Des bronches à l appropriation En hommage au Professeur Christian Préfaut Pr. Grégory Ninot Directeur, laboratoire EA4206 Conduites Addictives, de Performance

Plus en détail

Choc Hémorragique. - Quels objectifs tensionnels? - Indications des produits sanguins et dérivés du sang

Choc Hémorragique. - Quels objectifs tensionnels? - Indications des produits sanguins et dérivés du sang Choc Hémorragique - Quels objectifs tensionnels? - Indications des produits sanguins et dérivés du sang DESC Réanimation Médicale 13/03/08 J.Rousset et D.Salvan Toulouse Situation fréquente et grave 1

Plus en détail