V. Quelques équations diophantiennes

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "V. Quelques équations diophantiennes"

Transcription

1 V. Quelques équations diophantiennes V. Quelques équations diophantiennes Philippe TILLEUIL Le Monde Perdu S.B.P.M. 27 août / 37

2 V. Quelques équations diophantiennes L équation du premier degré I. L équation du premier degré On considère l équation a 1 x 1 + a 2 x a n x n = b avec a i Z (1 i n) et b Z. Il s agit d en déterminer toutes les solutions dans Z. Il y a deux principes généraux. Cette équation est résoluble dans Z si et seulement si b est divisible par P.G.C.D. ( (a i ) 1 i n ) Cela équivaut exactement à : b I ( (a i ) 1 i n ) Philippe TILLEUIL Le Monde Perdu S.B.P.M. 27 août / 37

3 V. Quelques équations diophantiennes L équation du premier degré Toute solution est somme d une solution particulière de a 1 x 1 + a 2 x a n x n = b et d une solution de a 1 x 1 + a 2 x a n x n = 0 C est clair, puisque si (α i ) 1 i n et (β i ) 1 i n sont tels que a 1 α 1 + a 2 α a n α n = b a 1 β 1 + a 2 β a n β n = b on a alors a 1 (β 1 α 1 ) + a 2 (β 2 α 2 ) + + a n (β n α n ) = 0 Philippe TILLEUIL Le Monde Perdu S.B.P.M. 27 août / 37

4 V. Quelques équations diophantiennes L équation du premier degré Question Résoudre dans Z l équation 3x + 4y = 17 Solution. Comme P.G.C.D.(3, 4) = 1, on trouve facilement une solution particulière de 3x + 4y = 1 : ( x 0, y 0 ) = ( 1, 1) On en déduit une solution particulière de 3x + 4y = 17 : (x 0, y 0 ) = ( 1 17, 1 17) = ( 17, 17) Philippe TILLEUIL Le Monde Perdu S.B.P.M. 27 août / 37

5 V. Quelques équations diophantiennes L équation du premier degré D autre part, toujours à cause de P.G.C.D.(3, 4) = 1, toutes les solutions de 3x + 4y = 0 sont données par : (x, y) {(4t, 3t)} t Z L ensemble de toutes les solutions entières de 3x + 4y = 17 est donc donné par : (x, y) {( t, 17 3t)} t Z Philippe TILLEUIL Le Monde Perdu S.B.P.M. 27 août / 37

6 V. Quelques équations diophantiennes L équation du premier degré Question Résoudre dans Z l équation 42x + 10y + 15z = 7 Solution. Une solution particulière de 42x + 10y + 15z = 7 est donnée par : (x 0, y 0, z 0, ) = (1, 2, 1) N.B. Une méthode pour trouver une solution particulière consiste à fixer d abord une valeur de z de telle sorte que P.G.C.D.(42, 10) = 2 soit un diviseur de 7 15z. Il reste ensuite à résoudre l équation à deux inconnues correspondante, par exemple à l aide de l algorithme d Euclide pour le calcul du P.G.C.D. de deux nombres. Philippe TILLEUIL Le Monde Perdu S.B.P.M. 27 août / 37

7 V. Quelques équations diophantiennes L équation du premier degré Il s agit maintenant de trouver toutes les solutions entières de 42x + 10y + 15z = 0 ou 42x + 10y = 15z Comme P.G.C.D.(2, 15) = 1, l équation 2 (21x + 5y) = 15z implique qu il doit exister z Z tel que z = 2 z. On se ramène ainsi à déterminer toutes les solutions entières de 21x + 5y = 15z Comme P.G.C.D.(21, 5) = 1, on trouve toutes ces solutions comme dans la question précédente : (x, y) {( 15z + 5t, 60z 21t)} t Z Toutes les solutions entières de 42x + 10y + 15z = 0 sont donc données par : (x, y, z) {( 15s + 5t, 60s 21t, 2s)} s,t Z Philippe TILLEUIL Le Monde Perdu S.B.P.M. 27 août / 37

8 V. Quelques équations diophantiennes L équation du premier degré Finalement, l ensemble de toutes les solutions entières de l équation 42x + 10y + 15z = 7 est donné par (x, y, z) {(1 15s + 5t, s 21t, 1 + 2s)} s,t Z N.B. Evidemment, les équations qu on vient d obtenir sont aussi des équations paramétriques entières d un plan «entier», c est-à-dire d un plan possédant des points dont les coordonnées sont toutes entières. Mais l ensemble des points du plan 42x + 10y + 16z = 7 dont les coordonnées sont toutes entières, est vide. On peut aussi écrire les solutions de l équation 42x + 10y + 15z = 0 sous la forme x = 15s + 5t = 5 ( 3s + t) y = 60s 21t = 3 (20s 7t) z = 2s = 2 s qui met en évidence que P.G.C.D.(10, 15) = 5, P.G.C.D.(42, 15) = 3 et P.G.C.D.(42, 10) = 2. Philippe TILLEUIL Le Monde Perdu S.B.P.M. 27 août / 37

9 V. Quelques équations diophantiennes L équation de tous les cercles II. L équation de tous les cercles C est un exemple très classique, et qui met en scène les principales étapes de la résolution d une équation diophantienne du second degré. *Question* Résoudre dans Z l équation x 2 + y 2 = z 2 Solution. Si z = 0, c est facile! On peut donc supposer z 0. Comme l équation est homogène : résoudre résoudre x 2 + y 2 = z 2 X 2 + Y 2 = 1 dans Z dans Q Philippe TILLEUIL Le Monde Perdu S.B.P.M. 27 août / 37

10 V. Quelques équations diophantiennes L équation de tous les cercles L équation X 2 + Y 2 = 1 possède au moins une solution rationnelle : (X ; Y ) = (1; 0). M : (a, b) est une so- la droite d AM a un lution rationnelle de = cœfficient angulaire X 2 + Y 2 = 1 rationnel Philippe TILLEUIL Le Monde Perdu S.B.P.M. 27 août / 37

11 V. Quelques équations diophantiennes L équation de tous les cercles... Et la réciproque est vraie!!! Pour le prouver, on cherche les solutions du système : { X 2 + Y 2 = 1 Y = m(x 1)) Cela revient à déterminer les racines de l équation du second degré : ( m ) X 2 2m 2 X + m 2 1 = 0 Or, une de ces racines doit être 1, et le produit des racines égale m 2 1 m C est donc aussi la valeur de l autre racine! La valeur correspondante de Y est alors : ( m 2 ) 1 m m = m m = 2m m Philippe TILLEUIL Le Monde Perdu S.B.P.M. 27 août / 37

12 V. Quelques équations diophantiennes L équation de tous les cercles L ensemble de toutes les solutions rationnelles de X 2 + Y 2 = 1 est donc donné par { m 2 } 1 (X ; Y ) m ; 2m m m Q L ensemble de toutes les solutions entières de x 2 + y 2 = z 2 est alors donné par (x; y; z) { n(p 2 q 2 ) ; 2npq ; n(p 2 + q 2 ) } n,p,q Z La méthode précédente est appelée la méthode de la sécante. Philippe TILLEUIL Le Monde Perdu S.B.P.M. 27 août / 37

13 N.B. V. Quelques équations diophantiennes L équation de tous les cercles Pour l essentiel, on a ainsi montré qu il existe une infinité d angles dont le sinus et le cosinus sont des nombres rationnels. Mais il est (très!) difficile d en citer (... qui soient non multiples entiers de π 2 ). Avec m := tan θ, on peut résoudre X 2 + Y 2 = 1 dans Q trigonométriquement : 2θ θ a = cos (π + 2θ) = cos 2θ = 1 tan2 θ 1 + tan 2 θ = 1 m2 1 + m 2 b = sin (π + 2θ) = sin 2θ = 2 tan θ 1 + tan 2 θ = 2m 1 + m 2 La structure du groupe des points rationnels sur le cercle de rayon 1 est remarquable... Philippe TILLEUIL Le Monde Perdu S.B.P.M. 27 août / 37

14 V. Quelques équations diophantiennes Les coniques centrées III. Les coniques centrées Il s agit de résoudre en nombres entiers, ou en nombres rationnels, les équations du second degré du type avec A, B et C Z, et C 0. AX 2 + BY 2 = C On fait toujours les hypothèses suivantes : A, B et C sont sans facteurs carrés. P.G.C.D.(A, B) = P.G.C.D.(A, C) = P.G.C.D.(B, C) = 1. Les équations ne sont pas du type X 2 ± BY 2 = 1 ou ±AX 2 + Y 2 = 1 (mais on fera une petite exception... ) Philippe TILLEUIL Le Monde Perdu S.B.P.M. 27 août / 37

15 V. Quelques équations diophantiennes Les coniques centrées 1. Les principes de résolution Déterminer une condition nécessaire et suffisante pour que l équation admette au moins une solution (rationnelle... ) Appliquer la méthode de la sécante pour en déduire toutes les solutions rationnelles. S il y a des solutions entières, elles sont parmi les solutions rationnelles (... mais il reste à les isoler... ) Philippe TILLEUIL Le Monde Perdu S.B.P.M. 27 août / 37

16 2. Un exemple V. Quelques équations diophantiennes Les coniques centrées *Question* Résoudre l équation X 2 + 2Y 2 = 5 dans Q, ou, de manière équivalente, résoudre l équation x 2 + 2y 2 = 5z 2 dans Z. Solution. Par «descente» on montre qu il n y a /emphpas de solutions entières de x 2 + 2y 2 = 5z 2. En réduisant modulo 5, on déduit de x 2 + 2y 2 0 (mod 5) que x et y 0 (mod 5), et donc qu il existe u et v Z tels que { x = 5 u y = 5 v On tire alors de x 2 + 2y 2 = 5z 2 qu il existe t Z avec z = 5 t. Il s agit alors de résoudre u 2 + 2v 2 = 5t 2 avec u < x, v < y et z < t,... Philippe TILLEUIL Le Monde Perdu S.B.P.M. 27 août / 37

17 V. Quelques équations diophantiennes Les coniques centrées 3. Des conditions nécessaires... et suffisantes Supposons qu il existe une solution dans Z de Ax 2 + By 2 = Cz 2. Alors il existe aussi une solution dans Z/C Z de Ax 2 + By 2 0 (mod C) Comme P.G.C.D.(A, C) = 1, on en déduit une solution dans Z/C Z de A 2 x 2 + ABy 2 0 (mod C) Enfin, les hypothèses faites impliquent aussi que P.G.C.D.(y, C) = 1, donc y 2 est inversible dans Z/C Z, et il existe donc u Z/C Z tel que : u 2 AB (mod C) Philippe TILLEUIL Le Monde Perdu S.B.P.M. 27 août / 37

18 V. Quelques équations diophantiennes Les coniques centrées On montre pareillement qu il existe une solution (resp. dans Z/B Z et Z/A Z) aux congruences v 2 AC (mod B) et w 2 BC (mod A) En résumé : s il existe une solution entière de l équation Ax 2 + By 2 = Cz 2, alors il existe aussi des solutions (dans les anneaux convenables) aux congruences u 2 AB (mod C) v 2 AC (mod B) w 2 BC (mod A) Philippe TILLEUIL Le Monde Perdu S.B.P.M. 27 août / 37

19 V. Quelques équations diophantiennes Les coniques centrées Ces conditions nécessaires sont aussi suffisantes ; c est un théorème dû à A.-M. Legendre ( ). Théorème Avec les hypothèses signalées plus haut, l équation Ax 2 + By 2 = Cz 2 admet une solution dans les entiers si et seulement si les trois congruences u 2 AB (mod C) v 2 AC (mod B) w 2 BC (mod A) admettent des solutions dans les anneaux correspondants. Philippe TILLEUIL Le Monde Perdu S.B.P.M. 27 août / 37

20 V. Quelques équations diophantiennes Les coniques centrées 4. Encore un exemple Question Résoudre l équation 41X Y 2 = 1 dans Q. Solution. On applique le théorème de Legendre à l équation 41x y 2 = z 2 Il n y a que deux congruences à résoudre : { u 2 41 (mod 31) v 2 31 (mod 41) (la première peut être remplacée par u 2 10 (mod 31)). Bien sûr, on peut résoudre ces congruences brutalement : u = 14 et v = 20. Philippe TILLEUIL Le Monde Perdu S.B.P.M. 27 août / 37

21 V. Quelques équations diophantiennes Les coniques centrées Une solution entière de 41x y 2 = z 2 est donnée par : (x, y, z) = (3, 1, 20) On en déduit une solution rationnelle de 41X Y 2 = 1 : ( 3 (X, Y ) = 20, 1 ) 20 On en déduit l ensemble de toutes les solutions rationnelles de l équation 41X Y 2 = 1 : { 93m 2 } 62m 123 (X, Y ) 20(31m 2, 31m2 246m ) 20(31m ) m Q Evidemment, l équation 41X Y 2 = 1 n a aucune solution entière! Philippe TILLEUIL Le Monde Perdu S.B.P.M. 27 août / 37

22 V. Quelques équations diophantiennes Les coniques centrées N.B. La loi de réciprocité quadratique permet de se passer de la résolution explicite des congruences dans le théorème de Legendre. Comme 31 et 41 sont premiers, cette loi permet d abord de vérifier que les congruences en question sont simultanément solubles ou insolubles : ( ) ( ) = ( 1) = Et on calcule ensuite ( ) 10 = 31 ( ) ( ) 5 2 = = (+1) (+1) = Philippe TILLEUIL Le Monde Perdu S.B.P.M. 27 août / 37

23 V. Quelques équations diophantiennes Les coniques centrées 5. Un autre exemple, classique... Et même si on avait prévu de ne pas s y intéresser... Question Résoudre l équation X 2 7Y 2 = 1 dans Q, et même dans Z. Solution. La méthode de la sécante s applique telle quelle, au départ de la solution évidente (X, Y ) = (1, 0). On trouve comme ensemble de solutions rationnelles : { 7m 2 } + 1 (X, Y ) 7m 2 1, 2m 7m 2 1 m Q Philippe TILLEUIL Le Monde Perdu S.B.P.M. 27 août / 37

24 V. Quelques équations diophantiennes Les coniques centrées Si D est un entier naturel sans facteurs carrés, l équation X 2 DY 2 = 1 est l équation de Pell. Théorème Si D est un entier naturel sans facteurs carrés, l équation X 2 DY 2 = 1 admet une infinité de solutions entières. Plus précisément, il existe une solution entière (X 1, Y 1 ) de cette équation avec Y 1 0 et, quel que soit n N, le couple de nombres entiers (X n, Y n ) défini par : ( X 1 + Y 1 D) n =: Xn + Y n D est toujours une solution de X 2 DY 2 = 1. Philippe TILLEUIL Le Monde Perdu S.B.P.M. 27 août / 37

25 V. Quelques équations diophantiennes Les coniques centrées Le développement en fraction continuée de D permet de déterminer la solution (X 1, Y 1 ) utilisée dans le théorème. Plus précisément, si on note l la longueur de la période du développement en fraction continuée de D, et si R i = P i Q i est la i ème réduite (irréductible) de ce développement, alors : si l est pair : si l est impair : (X 1, Y 1 ) = (P l 1, Q l 1 ) (X 1, Y 1 ) = (P 2l 1, Q 2l 1 ) Philippe TILLEUIL Le Monde Perdu S.B.P.M. 27 août / 37

26 V. Quelques équations diophantiennes Les coniques centrées Par exemple, si D = 7, on a : [ ] 7 = 2; 1, 1, 1, 4 }{{},... Donc l = 4. On calcule R 4 1 = R 3 = 8 3, d où (X 1, Y 1 ) = (8, 3) Voici les premières valeurs obtenues comme solutions entières de X 2 7Y 2 = 1 : n X n Y n Philippe TILLEUIL Le Monde Perdu S.B.P.M. 27 août / 37

27 V. Quelques équations diophantiennes Les coniques centrées N.B. Les conditions, ou congruences, du théorème de Legendre sont toujours vérifiées pour l équation de Pell, puisqu elles se réduisent à u 2 1 (mod D) On tire immédiatement du théorème concernant l équation de Pell que, pour k Z 0, si l équation x 2 Dy 2 = k admet une solution entière, alors elle en admet une infinité! On en verra un exemple dans la question suivante. Philippe TILLEUIL Le Monde Perdu S.B.P.M. 27 août / 37

28 V. Quelques équations diophantiennes Les coniques centrées 6. Un exemple un peu plus corsé Question Résoudre l équation 2X 2 2XY 7Y 2 = 17 dans Q, et même dans Z. Solution. On considère l équation équivalente 4X 2 4XY 14Y 2 = 34 pour la réduire à (2X Y ) 2 15Y 2 = 34 On applique le théorème de Legendre à l équation x 2 15y 2 = 34z 2. Il n y a que deux congruences à résoudre : { u 2 15 (mod 34) v 2 34 (mod 15) (la seconde peut être remplacée par v 2 4 (mod 15)). On obtient par exemple : u = 7 et v = 2. Philippe TILLEUIL Le Monde Perdu S.B.P.M. 27 août / 37

29 V. Quelques équations diophantiennes Les coniques centrées Une solution entière de x 2 15y 2 = 34z 2 est donnée par : (x, y, z) = (7, 1, 1) On en déduit une solution rationnelle de (2X Y ) 2 15Y 2 = 34 : ( 7 (2X Y, Y ) = 1, 1 ) = (7, 1) 1 D où (X, Y ) = (4, 1) qui se trouve être aussi une solution entière! On en déduit l ensemble de toutes les solutions rationnelles de l équation 2X 2 2XY 7Y 2 = 17 : { 2 (14m 2 } 7m 3) (X, Y ) 7m 2, 15m2 + 16m 2 + 2m 2 7m 2 + 2m 2 m Q Philippe TILLEUIL Le Monde Perdu S.B.P.M. 27 août / 37

30 V. Quelques équations diophantiennes Les coniques centrées N.B. Il existe une infinité de solutions entières de l équation 2X 2 2XY 7Y 2 = 17. Pour le voir, il suffit de combiner les résultats que l on vient d obtenir avec ceux de la question précédente concernant l équation de Pell. Plus précisément, pour n N on définit les nombres u n et v n Z par : u n v n 15 := (7 ) ( 15 4 ) n 15 On obtient ainsi un ensemble infini de solutions entières de l équation u 2 15v 2 = 34. Un ensemble infini de solutions entières de l équation 2X 2 2XY 7Y 2 = 17 s en déduit pourvu qu on sache toujours résoudre le système { 2X Y = un Y = v n ce qui revient à montrer que, quel que soit n N : u n + v n est toujours pair. Or, les formules de récurrence : { un = 4u n v n 1 impliquent v n = u n 1 + 4v n 1 u n + v n = 5u n v n 1 = 4u n v n 1 + (u n 1 + v n 1) Dès lors,... Par exemple, pour n = 5, on trouve X = et Y = Philippe TILLEUIL Le Monde Perdu S.B.P.M. 27 août / 37

31 V. Quelques équations diophantiennes Une autre courbe... IV. Une autre courbe... La méthode de la sécante fonctionne pour d autres courbes que celles du second degré, pourvu qu on l adapte. *Question* Résoudre l équation Y 2 = X 3 17X dans Q. Solution. L ensemble des points du plan dont les coordonnées vérifient cette équation est la réunion du graphique de deux fonctions (algébriques scolaires) : f 1 (x) = x 3 17x et f 2 (x) = x 3 17x Philippe TILLEUIL Le Monde Perdu S.B.P.M. 27 août / 37

32 V. Quelques équations diophantiennes Une autre courbe... ( 1; 4) ( 4; 2) Y 2 = X 3 17X ( 4; 2) ( 1; 4) Philippe TILLEUIL Le Monde Perdu S.B.P.M. 27 août / 37

33 V. Quelques équations diophantiennes Une autre courbe... L équation possède des solutions rationnelles (et même entières) telles que ( 1; ±4) ou ( 4; ±2). Une droite du type Y = mx + p coupe en général la courbe considérée en 3 points. Toute droite passant par deux points à coordonnées rationnelles possède une équation à cœfficients rationnels. Le raisonnement utilisé dans la méthode de la sécante (avec le produit des racines de l équation aux abscisses) implique qu une droite passant par deux points à coordonnées rationnelles a nécessairement son troisième point d intersection avec la courbe qui sera lui aussi à coordonnées rationnelles. Par un raisonnement analogue, toute tangente à cette courbe en un point à coordonnées rationnelles a nécessairement son troisième point d intersection avec la courbe qui sera lui aussi à coordonnées rationnelles. Ces constructions permettent d obtenir des solutions rationnelles de l équation Y 2 = X 3 17X. Philippe TILLEUIL Le Monde Perdu S.B.P.M. 27 août / 37

34 V. Quelques équations diophantiennes Une autre courbe... Exemple. La construction par tangente au départ du point ( 1; 4). Le cœfficient angulaire de cette tangente est calculé à partir de 2y y = 3x 2 17 d où y ( 1,4) = 3x y = 14 ( 1,4) 8 Il reste alors à résoudre le système { y 2 = x 3 17x = 7 4 y = 7 4 (x + 1) + 4 L équation aux abscisses qui en résulte : 0 = 16x 3 49x 2 146x 81 = (x + 1) 2 (16x 81) donne x = , d où y = 64. Philippe TILLEUIL Le Monde Perdu S.B.P.M. 27 août / 37

35 V. Quelques équations diophantiennes Une autre courbe... ( 1; 4) ( ; 423 ) 64 Philippe TILLEUIL Le Monde Perdu S.B.P.M. 27 août / 37

36 V. Quelques équations diophantiennes Une autre courbe... Exemple. La construction par tangente au départ d un point de coordonnées rationnelles (a; b). Le cœfficient angulaire de cette tangente est calculé à partir de y (a,b) = 3x y = 3a2 17 (a,b) 2b Il reste alors à résoudre le système { y 2 = x 3 17x y = 3a2 17 2b (x a) + b On en déduit les coordonnées (rationnelles) du troisième point d intersection : ( (34a ) + b 2 2 ( 1156a + 85b 2 a 2 b 2) ( 34a + b 2) ) (x, y) =, 2ab 8a 2 b 3 Une telle construction au départ du point ( 4; 2) fournit le point de coordonnées ( ; ) 64. Etc. Philippe TILLEUIL Le Monde Perdu S.B.P.M. 27 août / 37

37 V. Quelques équations diophantiennes Une autre courbe... La courbe représentée par l équation Y 2 = X 3 17X est un exemple de ce qu on appelle une courbe elliptique (non singulière). Le résultat suivant règle la question de la quantité des points à coordonnées entières sur une telle courbe. Théorème Si la courbe d équation AX 3 + BX 2 Y + CXY 2 + DY 3 + EX 2 + FXY + GY 2 + HX + KY + L = 0 à cœfficients entiers, est non singulière, alors elle possède un nombre fini de points à coordonnées entières. La démonstration est difficile, et due à C. L. Siegel ( ). N.B. La courbe Y 2 X 3 = 0 possède évidemment une infinité de points à coordonnées entières! Philippe TILLEUIL Le Monde Perdu S.B.P.M. 27 août / 37

pgcd, ppcm dans Z, théorème de Bézout. Applications

pgcd, ppcm dans Z, théorème de Bézout. Applications 7 pgcd, ppcm dans Z, théorème de Bézout. Applications Le théorème de division euclidienne et les sous-groupes de (Z, +) sont supposés connus. Pour tout entier relatif n, on note : nz = {n q q Z} l ensemble

Plus en détail

Exo7. Arithmétique dans Z. 1 Divisibilité, division euclidienne

Exo7. Arithmétique dans Z. 1 Divisibilité, division euclidienne Exo7 Arithmétique dans Z 1 Divisibilité, division euclidienne Exercice 1 Sachant que l on a 96842 = 256 375+842, déterminer, sans faire la division, le reste de la division du nombre 96842 par chacun des

Plus en détail

Olympiades Françaises de Mathématiques Envoi Numéro 3 Corrigé

Olympiades Françaises de Mathématiques Envoi Numéro 3 Corrigé Olympiades Françaises de Mathématiques 2012-2013 Envoi Numéro 3 Corrigé 1 Exercices Juniors Exercice 1. On appelle diviseur propre d un entier n un diviseur positif de n qui est différent de 1 et de n.

Plus en détail

Deux éléments quelconques de Z sont comparables (l ordre est total). C est-à-dire que pour n, m dans Z on a soit n m soit m n.

Deux éléments quelconques de Z sont comparables (l ordre est total). C est-à-dire que pour n, m dans Z on a soit n m soit m n. 6 Arithmétique dans Z 6.1 L anneau Z des entiers relatifs On désigne par Z l ensemble des entiers relatifs, soit : Z = {, n,, 2, 1, 0, 1, 2,, n, }. On note Z l ensemble Z privé de 0. On rappelle que l

Plus en détail

Exercices du chapitre 4 avec corrigé succinct

Exercices du chapitre 4 avec corrigé succinct Exercices du chapitre 4 avec corrigé succinct Exercice IV.1 Ch4-Exercice1 Montrer que l intersection d un nombre fini de voisinages de a est un voisinage de a. Soient (V k=1,...,p ) p voisinages de a.

Plus en détail

Bibliothèque d exercices L1 Feuille n 6. Arithmétique dans Z

Bibliothèque d exercices L1 Feuille n 6. Arithmétique dans Z Bibliothèque d exercices Énoncés L1 Feuille n 6 Arithmétique dans Z 1 Divisibilité, division euclidienne Exercice 1 Combien 15! admet-il de diviseurs? Exercice 2 Trouver le reste de la division par 13

Plus en détail

Ex 1 : Montrer que pour tout entier naturel n, 9 divise 10 n 1. En déduire que pour tout entier naturel n, 9 ne divise pas 10 n + 1.

Ex 1 : Montrer que pour tout entier naturel n, 9 divise 10 n 1. En déduire que pour tout entier naturel n, 9 ne divise pas 10 n + 1. Fiches méthodes arithmétique Comment traiter un problème de divisibilité? Méthode : Pour les problèmes de divisibilité dans N ou dans Z, on se ramène à la définition de la divisibilité : b divise a signifie

Plus en détail

Etude des fonctions usuelles

Etude des fonctions usuelles Etude des fonctions usuelles 1. Introduction Soit f une fonction réelle de la variable réelle, on a vu que ces fonctions sont souvent définies par des formules, c est-à-dire définies par des epressions

Plus en détail

On appelle H la projection orthogonale de A sur la droite (BC).

On appelle H la projection orthogonale de A sur la droite (BC). Première S 2010-2011 Exercices sur le produit scalaire, équations de droite et de cercles Exercice 1 : Distance d'un point à une droite. On se donne une droite ( ) dont l'équation cartésienne est de la

Plus en détail

2 Plus grand commun diviseur

2 Plus grand commun diviseur 2 Plus grand commun diviseur PGCD DE DEUX ENTIERS NATURELS Définition Soit deux nombres entiers naturels a et b non nuls. Un nombre entier naturel δ qui divise chacun de ces nombres est appelé diviseur

Plus en détail

Définition Soient a et b deux entiers non tous nuls. Le plus grand diviseur commun à a et b est le PGCD de a et b. On le note PGCD (a ; b) ou a b.

Définition Soient a et b deux entiers non tous nuls. Le plus grand diviseur commun à a et b est le PGCD de a et b. On le note PGCD (a ; b) ou a b. PGCD de deux entiers naturels Diviseurs communs à deux entiers naturels Soient a et b deux entiers naturels non tous les deux nuls. L ensemble des diviseurs communs à a et b est une partie de Z non vide

Plus en détail

1 Équations cartésiennes, équations polaires d un ensemble de points

1 Équations cartésiennes, équations polaires d un ensemble de points Plans, cercles, droites et sphères Ce chapitre aborde les objets fondamentaux utilisés en géométrie : droites et cercles dans le plan, plans, droites et sphères dans l espace. Les objectifs du chapitre

Plus en détail

Angles orientés et coordonnées polaires

Angles orientés et coordonnées polaires 1 Angles orientés et coordonnées polaires Table des matières 1 Angles orientés 1.1 Définition................................. 1. Mesure d un angle orienté........................ 1. Propriétés.................................

Plus en détail

Terminale S Chapitre 1 : Fonctions, variations et limites Page 1 sur 12

Terminale S Chapitre 1 : Fonctions, variations et limites Page 1 sur 12 Terminale S Chapitre : Fonctions, variations et ites Page sur I) Dérivation Ce que dit le programme : Nouveautés par rapport à la première : Dérivée de la composée et écriture différentielle (pour la physique)

Plus en détail

La division euclidienne est la division avec reste des entiers naturels. On rappelle ce qui la caractérise.

La division euclidienne est la division avec reste des entiers naturels. On rappelle ce qui la caractérise. Chapitre 1 Arithmétique Ce texte est une liste d exercices avec un résumé succinct des principaux résultats et définitions du cours. Il ne remplace donc pas le cours! Pour le contenu du chapitre Arithmétique,

Plus en détail

Arithmétique modulaire pour la cryptographie

Arithmétique modulaire pour la cryptographie Université de Limoges, XLIM-DMI, 123, Av. Albert Thomas 87060 Limoges Cedex France 05.55.45.73.10 pierre-louis.cayrel@xlim.fr Licence professionnelle Administrateur de Réseaux et de Bases de Données IUT

Plus en détail

Les fonctions réciproques

Les fonctions réciproques DOCUMENT 28 Les fonctions réciproques 1. Introduction et définition Pour tout ensemble E, il existe une loi de composition naturelle sur l ensemble des applications de E dans E qui est la composition des

Plus en détail

Pour démarrer la classe de seconde. Paul Milan

Pour démarrer la classe de seconde. Paul Milan Pour démarrer la classe de seconde Tout ce qu il faut savoir Paul Milan DERNIÈRE IMPRESSION LE 1 juin 014 à 1:7 Table des matières 1 Calcul 1 Calcul sur les fractions................................ Calcul

Plus en détail

Divisibilité et congruences

Divisibilité et congruences CHAPITRE Divisibilité et congruences SÉQUENCE Divisibilité et division euclidienne (page 8) RÉSOLUTION DE PROBLÈMES Problème A. a) Le numéro du premier samedi 0 est 7 ; celui du deuxième samedi est 4 ;

Plus en détail

Arithmétique. Divisibilité dans Z. 1) Diviseurs et multiples

Arithmétique. Divisibilité dans Z. 1) Diviseurs et multiples Arithmétique I Divisibilité dans Z 1) Diviseurs et multiples Exercice 1 : trouver tous les diviseurs des nombres 20, 36, 80, 120, 150, 157, 185, 230, 700, 1440 et 2048 Exercice 2 : un nombre entier est

Plus en détail

1 Introduction. 2 Où chercher les solutions?

1 Introduction. 2 Où chercher les solutions? 1 Introduction Une équation algébrique est une équation mettant en jeu une inconnue x qui n intervient que par ses puissances. Par exemple, les équation x 2 +5x = 7 et x 6 = x 5 +1 sont algébriques, mais

Plus en détail

Division euclidienne dans Z

Division euclidienne dans Z 23 Division euclidienne dans Z 23.1 L anneau Z des entiers relatifs On désigne par Z l ensemble des entiers relatifs, soit : Z {, n,, 2, 1, 0, 1, 2,, n, }. On note Z l ensemble Z privé de 0. On rappelle

Plus en détail

Géométrie dans l espace

Géométrie dans l espace Géométrie dans l espace I Modes de repérage dans l espace 1 I.A Coordonnées cartésiennes...................... 1 I.B Coordonnées cylindriques...................... 2 I.C Coordonnées sphériques.......................

Plus en détail

CHAPITRE IV : GÉOMÉTRIE ANALYTIQUE ET DROITES

CHAPITRE IV : GÉOMÉTRIE ANALYTIQUE ET DROITES CHAPITRE IV : GÉOMÉTRIE ANALYTIQUE ET DROITES Configurations du plan Le théorème de Pythagore s applique à un triangle rectangle ; le théorème de Thalès, à une figure qui comprend des droites parallèles

Plus en détail

Congruences. DOMAINE : Arithmétique. NIVEAU : Débutants STAGE : Montpellier 2014 CONTENU : Cours et exercices

Congruences. DOMAINE : Arithmétique. NIVEAU : Débutants STAGE : Montpellier 2014 CONTENU : Cours et exercices DOMAINE : Arithmétique AUTEUR : Nicolas SÉGARRA NIVEAU : Débutants STAGE : Montpellier 014 CONTENU : Cours et exercices Congruences Commençons par trois exercices permettant de rappeler ce qui a été vu

Plus en détail

Terminale S Spécialité Cours : PGCD - Théorème de Bézout. Théorème de Gauss.

Terminale S Spécialité Cours : PGCD - Théorème de Bézout. Théorème de Gauss. A la fin de ce chapitre vous devez être capable de : connaître l identité et le théorème de Bézout. savoir calculer les coefficients de Bézout par «descente» ou par remontée de l algorithme d Euclide.

Plus en détail

arxiv:alg-geom/ v1 16 Jun 1992

arxiv:alg-geom/ v1 16 Jun 1992 arxiv:alg-geom/9206007v1 16 Jun 1992 Géométrie algébrique/ Algebraic geometry. Rang de courbes elliptiques d invariant donné. Jean-François Mestre. Résumé.- Nous montrons qu il existe une infinité de courbes

Plus en détail

Mise à niveau en mathématiques Licences de mathématiques et d informatique. 25 août 2014

Mise à niveau en mathématiques Licences de mathématiques et d informatique. 25 août 2014 Mise à niveau en mathématiques Licences de mathématiques et d informatique 25 août 2014 1 1 Calculs dans R 1.1 Fractions Eercice 1 Pour a = 4/9 et b = 5/12, calculer a + b, a b, ab et a/b. On donnera le

Plus en détail

Exercice I.1 Montrer que la somme de vecteurs et le produit d un vecteur par un nombre réel donnent à IR 3 une structure d espace vectoriel sur IR.

Exercice I.1 Montrer que la somme de vecteurs et le produit d un vecteur par un nombre réel donnent à IR 3 une structure d espace vectoriel sur IR. Exercices avec corrigé succinct du chapitre 1 (Remarque : les références ne sont pas gérées dans ce document, par contre les quelques?? qui apparaissent dans ce texte sont bien définis dans la version

Plus en détail

QU EST-CE QU UNE ÉQUATION?

QU EST-CE QU UNE ÉQUATION? QU EST-CE QU UNE ÉQUATION? GILLES LACHAUD paru dans Notions, Encyclopædia Universalis, 2004 Une équation est une égalité entre deux expressions mathématiques. C est donc une formule, une relation de la

Plus en détail

FICHE METHODE sur les EQUATIONS de DEGRE DEUX I) A quoi sert une équation de degré 2?

FICHE METHODE sur les EQUATIONS de DEGRE DEUX I) A quoi sert une équation de degré 2? FICHE METHODE sur les EQUATIONS de DEGRE DEUX I) A quoi sert une équation de degré 2? Exemples : 1 Je veux une piscine carrée d aire égale à 40m²! Quelle doit-être la mesure du coté du carré? x² = 40 2

Plus en détail

Exercices 1. Entiers, rationnels et réels. Rappels algébriques sur les nombres et initiation à l Arithmétique des entiers.

Exercices 1. Entiers, rationnels et réels. Rappels algébriques sur les nombres et initiation à l Arithmétique des entiers. Exercices 1 Entiers, rationnels et réels Rappels algébriques sur les nombres et initiation à l Arithmétique des entiers. 1 Entiers, rationnels et réels..............................................................

Plus en détail

Produit scalaire de deux vecteurs de l espace. 1 Rappels sur le produit scalaire de deux vecteurs du plan

Produit scalaire de deux vecteurs de l espace. 1 Rappels sur le produit scalaire de deux vecteurs du plan Produit scalaire de deux vecteurs de l espace 1 Rappels sur le produit scalaire de deux vecteurs du plan 1.1 Définition Soit u et v deux vecteurs du plan. Si u = 0 ou v = 0, alors u v = 0 (Attention! On

Plus en détail

FONCTIONS NUMÉRIQUES : DÉRIVATION

FONCTIONS NUMÉRIQUES : DÉRIVATION FONCTIONS NUMÉRIQUES : DÉRIVATION Ph DEPRESLE 30 septembre 05 Table des matières Dérivée en un point Continuité et dérivabilité 3 Fonction dérivée 4 Sens de variation d une fonction dérivable 3 5 Dérivées

Plus en détail

TS - Maths - Révisions Nombres complexes

TS - Maths - Révisions Nombres complexes TS - Maths - Révisions Nombres complexes Exercice 1 LIBAN 01 On considère la suite de nombres complexes z n définie par z 0 = i et pour tout entier naturel n : z n+1 = 1 + iz n. Les parties A et B peuvent

Plus en détail

1.1 Définition. 1.2 Déterminer la forme canonique. 1.3 Remarques importantes

1.1 Définition. 1.2 Déterminer la forme canonique. 1.3 Remarques importantes 1. Fonction du second degré 1.1 Définition Une fonction f définie sur R dont l expression peut se mettre sous la forme = ax 2 +bx +c (où a, b et c sont des réels avec a non nul) est une fonction du second

Plus en détail

Troisièmes : formulaire de révision pour le brevet et la seconde. Cours disponibles sur le net :

Troisièmes : formulaire de révision pour le brevet et la seconde. Cours disponibles sur le net : Troisièmes : formulaire de révision pour le brevet et la seconde. Cours disponibles sur le net : http://titaile.free.fr (sans le www) I. Calcul. Revoir impérativement «développer, factoriser, résoudre

Plus en détail

1 Calcul vectoriel. 2 Vecteurs colinéaires. 1.1 coordonnées d un vecteur dans un repère. 1.2 Caractérisation du milieu d un segment

1 Calcul vectoriel. 2 Vecteurs colinéaires. 1.1 coordonnées d un vecteur dans un repère. 1.2 Caractérisation du milieu d un segment Chapitre : Géométrie plane 1 Calcul vectoriel 1.1 coordonnées d un vecteur dans un repère Définition 1. Soit #» u un vecteur du plan. Pour tout point O du plan, il existe un unique point M tel que OM #»

Plus en détail

Terminale S Chapitre 1 : Fonctions, variations et limites Page 1 sur 11

Terminale S Chapitre 1 : Fonctions, variations et limites Page 1 sur 11 Terminale S Chapitre : Fonctions, variations et ites Page sur I) Dérivation ) Définition et interprétation géométrique : Soient f une fonction définie sur un intervalle I de R et a I. La fonction est dérivable

Plus en détail

P R O D U I T S C A L A I R E.

P R O D U I T S C A L A I R E. ère S 00/005 Produit scalaire J TAUZIEDE P R O D U I T S C A L A I R E I- DEFINITION ET PREMIERES PROPRIETES ) Produit scalaire de deux vecteurs colinéaires Définition Soit u et v deux vecteurs colinéaires

Plus en détail

Exercices d arithmétiques

Exercices d arithmétiques Exercices d arithmétiques 18 janvier 2014 Exercice 1. 1. Montrer que si n est somme des carrés de deux entiers consécutifs alors 2n 1 est le carré d un entier. 2. Montrer que si 2n 1 est le carré d un

Plus en détail

Corrigé du baccalauréat S Métropole La Réunion 20 juin 2016

Corrigé du baccalauréat S Métropole La Réunion 20 juin 2016 Corrigé du baccalauréat S Métropole La Réunion juin 6 A. P. M. E. P. EXERCICE Commun à tous les candidats 6 POINTS Partie A. Utilisons un arbre pondéré :.8 S : A S Les hypothèses s écrivent : ( ) P(A)=,4

Plus en détail

Corrigé du baccalauréat S Asie 18 juin 2008

Corrigé du baccalauréat S Asie 18 juin 2008 Corrigé du baccalauréat S Asie 8 juin 28 www.mathoman.com Exercice Commun à tous les candidats A - Vrai ou faux? Dans l espace soient P, P 2 et P 3 trois plans distincts et D une droite. ) Si P P 2 et

Plus en détail

Polynômes et fractions rationnelles Trinômes du second degré

Polynômes et fractions rationnelles Trinômes du second degré Polynômes et fractions rationnelles Trinômes du second degré 1 Rappels 1. Carré d une somme : 2. Carré d une différence : 3. Différence de deux carrés : Pour tous réels a et b, a + b) 2 =........ Pour

Plus en détail

Chapitre 7 : Exercices d approfondissement

Chapitre 7 : Exercices d approfondissement Chapitre 7 : Exercices d approfondissement Corrigés des exercices du chapitre 7 Exercice I Dans chaque cas, on va travailler avec la forme la plus adaptée aux données. Ici, on connaît le sommet S (3 ;

Plus en détail

ARITHMETIQUE. Exercice 4 :

ARITHMETIQUE. Exercice 4 : ARITHMETIQUE Exercice 1 : Étant donnés cinq nombres entiers consécutifs, on trouve toujours parmi eux (vrai ou faux et pourquoi) : 1. au moins deux multiples de 2. 2. au plus trois nombres pairs. 3. au

Plus en détail

FONCTIONS POLYNÔMES et SECOND DEGRE

FONCTIONS POLYNÔMES et SECOND DEGRE FONCTIONS POLYNÔMES et SECOND DEGRE I/ Fonctions polynômes et rationnelles a- Fonctions polynômes Une fonction polynôme (ou plus simplement un polynôme) est une fonction définie sur R par: f (x) = a n

Plus en détail

Cours : Théorème de Bézout. Théorème de Gauss. Ainsi, au moins l un des deux nombres a ou b est non nul, par exemple a.

Cours : Théorème de Bézout. Théorème de Gauss. Ainsi, au moins l un des deux nombres a ou b est non nul, par exemple a. A la fin de ce chapitre vous devez être capable de : connaître l identité et le théorème de Bézout. savoir calculer les coefficients de Bézout par «descente» ou par remontée de l algorithme d Euclide.

Plus en détail

Corrigé du bac blanc TS 2008

Corrigé du bac blanc TS 2008 Corrigé du bac blanc TS 008 Exercice Conjectures D après la figure donnée sur le sujet, il semble que : f est strictement croissante sur [ 3; ], la courbe représentative de f est en dessous de l axe x

Plus en détail

pour toi, élève de l enseignement secondaire qui souhaites te préparer avec sérieux pour des études scientifiques,

pour toi, élève de l enseignement secondaire qui souhaites te préparer avec sérieux pour des études scientifiques, Pour toi, étudiant de er BAC Sciences qui prends conscience de certains oublis ou de points de matière de l enseignement secondaire que tu ne maîtrises pas suffisamment et qui souhaites y remédier, pour

Plus en détail

EXERCICES SUR L ORDRE EN ARITHMÉTIQUE

EXERCICES SUR L ORDRE EN ARITHMÉTIQUE EXERCICES SUR L ORDRE EN ARITHMÉTIQUE Igor Kortchemski N.B. Certains exercices utilisent le théorème Lifting the exponent (LTE). - Rappels de cours - On considère a Z et n 1 des entiers premiers entre

Plus en détail

Corrigé du baccalauréat S Centres étrangers 16 juin 2011

Corrigé du baccalauréat S Centres étrangers 16 juin 2011 Corrigé du baccalauréat S Centres étrangers 6 juin EXERCICE Commun à tous les candidats 4 points. a. A O A A 4 A 6 A 5 A A On a a a a,5, puis a,75, a 4,65 a 5,6875 et a 6,6565 b. c. Puisque le point A

Plus en détail

Calcul littéral, équations, inéquations

Calcul littéral, équations, inéquations Calcul littéral, équations, inéquations 1) Calcul littéral a. Égalités des expressions littérales Des expressions sont littérales quand elles sont écrites avec des lettres. Elles sont égales quand elles

Plus en détail

Renforcer ses compétences en mathématiques Devoir n 1

Renforcer ses compétences en mathématiques Devoir n 1 Renforcer ses compétences en mathématiques Devoir n 1 I. Conseils pour mieux réussir Le devoir 1 porte sur les notions des chapitres I, II, III, IV et V. EXERCICE 1 Voir la division euclidienne. Il peut

Plus en détail

H = H = H =30 7 F = 15 F = F = F = F = F = 23 5

H = H = H =30 7 F = 15 F = F = F = F = F = 23 5 BREVET BLANC de MATHEMATIQUES Classe de troisième Correction des exercices 1. Racines carrées Connaître les règles de calcul avec des racines carrées Savoir effectuer un produit ou un quotient avec des

Plus en détail

Géométrie analytique dans l espace

Géométrie analytique dans l espace Généralités Points coplanaires Quatre points de l espace sont dits coplanaires s ils appartiennent à un même plan (rappel : 3 points d un plan sont dits alignés s ils appartiennent à une même droite) Vecteurs

Plus en détail

Correction du Brevet blanc n 2.

Correction du Brevet blanc n 2. Correction du Brevet blanc n. Exercice : 8 + ) a) Calculer le nombre : A =. +,5 b) Pour calculer le nombre A, un élève a tapé sur sa calculatrice la succession de touches ci-dessous : 8 + +. 5 = Expliquer

Plus en détail

Exo7. Polynômes. 1 Opérations sur les polynômes. 2 Division, pgcd. Corrections de Léa Blanc-Centi.

Exo7. Polynômes. 1 Opérations sur les polynômes. 2 Division, pgcd. Corrections de Léa Blanc-Centi. Exo7 Polynômes Corrections de Léa Blanc-Centi. 1 Opérations sur les polynômes Exercice 1 Trouver le polynôme P de degré inférieur ou égal à 3 tel que : P(0) = 1 et P(1) = 0 et P( 1) = 2 et P(2) = 4. [000427]

Plus en détail

Analyse 1 re année IUT GEA Notes de cours

Analyse 1 re année IUT GEA Notes de cours Analyse re année IUT GEA Notes de cours Jean-Marie Favreau Année 200 20 Remarque : l introduction de ce cours, présentée en quelques minutes, de manière interactive, permet de placer quelques rappels simples,

Plus en détail

ELEMENTS D ARITHMETIQUE DANS L ENSEMBLE DES ENTIERS NATURELS

ELEMENTS D ARITHMETIQUE DANS L ENSEMBLE DES ENTIERS NATURELS ELEMENTS D ARITHMETIQUE DANS L ENSEMBLE DES ENTIERS NATURELS I. Multiples et diviseurs 1. Multiples d un nombre entier naturel Définition Un nombre entier naturel a est multiple d un nombre entier naturel

Plus en détail

Chapitre 5. Lois de composition internes - Relations

Chapitre 5. Lois de composition internes - Relations Chapitre 5 Lois de composition internes - Relations 1. Lois de composition internes 1.1. Définition et exemples Définition 5.1 Soit E un ensemble. Une loi de composition interne sur E est une application

Plus en détail

Contrôle continu d Outils Mathématiques pour Scientifiques

Contrôle continu d Outils Mathématiques pour Scientifiques Contrôle continu d Outils Mathématiques pour Scientifiques (LM 130) (6 novembre 010 durée : h) Les calculatrices et les documents ne sont pas autorisés pages imprimées Les différents exercices sont indépendants

Plus en détail

Déterminez l'ensemble des x entiers relatifs tels que : x 2 + 3x soit divisible par 7.

Déterminez l'ensemble des x entiers relatifs tels que : x 2 + 3x soit divisible par 7. Exercice 1: Trouvez, suivant les valeurs de l'entier naturel n, le reste de la division euclidienne de 3 n par 8. Quel est l'ensemble des entiers naturels n tels que le nombre 3 n.n - 9n + 2 soit divisible

Plus en détail

NOMBRES COMPLEXES ET TRIGONOMÉTRIE

NOMBRES COMPLEXES ET TRIGONOMÉTRIE CHAPITRE 2 NOMBRES COMPLEXES ET TRIGONOMÉTRIE 1 Rappels de trigonométrie tanα sinα π 2 M(α) π α cosα 0 3π 2 Figure 2.1 Sinus, cosinus, tangente Définition 2.1 La tangente d un nombre réel x, notée tan

Plus en détail

Argument d un nombre complexe

Argument d un nombre complexe Argument d un nombre complexe Dans ce chapître, nous allons introduire les éléments indispensables à la résolution de notre grand problème : montrer la clôture algébrique de C, c està-dire le fait que

Plus en détail

Chapitre 8 : Nombres complexes QCM Pour bien commencer (cf. p. 280 du manuel)

Chapitre 8 : Nombres complexes QCM Pour bien commencer (cf. p. 280 du manuel) Chapitre 8 : Nombres complexes QCM Pour bien commencer (cf. p. 80 du manuel) Pour chaque question, il y a une ou plusieurs bonnes réponses. Exercice n 1 La mesure principale de l angle A 1 π. B 1π est

Plus en détail

Brevet : le minimum vital à connaître

Brevet : le minimum vital à connaître Brevet : le minimum vital à connaître Thème Cours Exemples Calcul Fractions Puissances Règles de priorité: On commence par les parenthèses, puis les multiplications ou division et enfin les additions ou

Plus en détail

Rappels de 3eme. A Factorisation et developpement. 1/ Somme produit. 2/ Développements

Rappels de 3eme. A Factorisation et developpement. 1/ Somme produit. 2/ Développements A Factorisation et developpement Rappels de 3eme 1/ Somme produit Un calcul est appelé somme si la dernière opération à effectuer est une addition. Chacun des nombres qui composent cette addition est appelé

Plus en détail

LEÇON N 14 : Congruences dans Z. Anneau Z/nZ Congruences dans Z (n N, n 2)

LEÇON N 14 : Congruences dans Z. Anneau Z/nZ Congruences dans Z (n N, n 2) LEÇON N 14 : Congruences dans Z. Anneau Z/nZ. Pré-requis : Relation d équivalence ; Définitions d un groupe, d un anneau, d un corps ; Division euclidienne dans Z, notation d un cardinal ( ) ; Nombres

Plus en détail

Terminale S Spécialité

Terminale S Spécialité A la fin de ce chapitre vous devez être capable de : savoir déterminer si un entier est premier en utilisant le nombre minimal de divisions par la suite des nombres premiers. savoir décomposer un entier

Plus en détail

(Q) non vide et majorée, alors il existe dans R un plus petit majorant de A, appelé la borne CHAPITRE 1 R, BORNE SUPÉRIEURE ET CONSÉQUENCES

(Q) non vide et majorée, alors il existe dans R un plus petit majorant de A, appelé la borne CHAPITRE 1 R, BORNE SUPÉRIEURE ET CONSÉQUENCES CHAPITRE 1 R, BORNE SUPÉRIEURE ET CONSÉQUENCES 1.1. Propriétés de R On suppose connus N = {0, 1, 2, 3,...}, l anneau des entiers Z = {..., 2, 1, 0, 1, 2,...} et le corps des rationnels Q = { a a, b Z,

Plus en détail

MATHS MPSI MÉTHODES EXERCICES PROBLÈMES VUIBERT

MATHS MPSI MÉTHODES EXERCICES PROBLÈMES VUIBERT VUIBERT MÉTHODES EXERCICES PROBLÈMES MATHS MPSI Tout le programme Rappels de cours Conseils de méthode Exercices guidés Exercices d approfondissement Problèmes de synthèse Tous les corrigés détaillés A.

Plus en détail

Chapitre 7. Les nombres complexes. Objectifs du chapitre : item références auto évaluation. forme algébrique d un nombre complexe

Chapitre 7. Les nombres complexes. Objectifs du chapitre : item références auto évaluation. forme algébrique d un nombre complexe Chapitre 7 Les nombres complexes Objectifs du chapitre : item références auto évaluation forme algébrique d un nombre complexe résolution d équation du second degré dans C forme exponentielle d un nombre

Plus en détail

Exercices du chapitre 8 avec corrigé succinct

Exercices du chapitre 8 avec corrigé succinct Exercices du chapitre 8 avec corrigé succinct Exercice VIII.1 Ch-Exercice7 Soient les deux lois définies sur R de la manière suivante. Étant donnés deux couples (x, y) et (x, y ) de R, on pose : (x, y)

Plus en détail

Coniques. Ellipses. Définition monofocale. Hyperboles. Paraboles. Equations polaires

Coniques. Ellipses. Définition monofocale. Hyperboles. Paraboles. Equations polaires [http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 4 septembre 06 Enoncés Coniques Ellipses Définition monofocale Exercice [ 099 ] [Correction] Soit D une droite du plan P et F un point non situé sur D. (a) Justifier

Plus en détail

PGCD et PPCM de deux entiers :

PGCD et PPCM de deux entiers : PGCD et PPCM de deux entiers : Table des matières I Plus grand commun diviseur de deux entiers :................................ 1 II Détermination du PGCD par l algorithme d Euclide............................

Plus en détail

SYSTÈME D ÉQUATIONS DU PREMIER DEGRÉ A PLUSIEURS INCONNUES

SYSTÈME D ÉQUATIONS DU PREMIER DEGRÉ A PLUSIEURS INCONNUES SYSTÈME D ÉQUATIONS DU PREMIER DEGRÉ A PLUSIEURS INCONNUES GÉNÉRALITÉS Considérons une équation à deus inconnues x et y : x 2y + 1 = 0. Si on remplace x par 1, et y par 2, on obtient une égalité numérique

Plus en détail

On considère l'application T dans le plan qui, à un point M(x ; y), associe le point M ' (x' ; y') définie par le { ( 2)+1=3 , M 3 1 2= 1.

On considère l'application T dans le plan qui, à un point M(x ; y), associe le point M ' (x' ; y') définie par le { ( 2)+1=3 , M 3 1 2= 1. Classe: TS spé Maths Bac blanc spécialité jeudi 7 février 04 Partie I- Matrices et systèmes. Le plan est muni d'un repère orthonormal (O; u, v. On considère l'application T dans le plan qui, à un point

Plus en détail

Géométrie dans l espace. Complément au chapitre «géométrie élémentaire du plan et de l espace»

Géométrie dans l espace. Complément au chapitre «géométrie élémentaire du plan et de l espace» Chapitre 9 truc Géométrie dans l espace Complément au chapitre «géométrie élémentaire du plan et de l espace» Prérequis On suppose ici connue toute la géométrie de collège et de lycée, en particulier les

Plus en détail

Constructions élémentaires Constructions élémentaires Les corps Exercice 1 Nombres constructibles et corps Les problèmes grecs

Constructions élémentaires Constructions élémentaires Les corps Exercice 1 Nombres constructibles et corps Les problèmes grecs Éléments de géométrie Arnaud Bodin, avril 2012 Exercices La règle et le compas 1 Constructions élémentaires Exercice 1 (Constructions élémentaires) 1. À l aide du théorème de Pythagore, construire successivement

Plus en détail

Outils mathématiques. TD1 Exercices de logique

Outils mathématiques. TD1 Exercices de logique TD1 Exercices de logique Exercice 1. Considérons les deux affirmations suivantes P 1 : «Les basketteurs de ce tournoi mesurent tous au moins deux mètres de haut.» P 2 : «Un au moins de ces basketteurs

Plus en détail

Les nombres complexes

Les nombres complexes Les nombres complexes 8 novembre 009 Table des matières Définitions Forme algébrique Représentation graphique Opérations sur les nombres complexes Addition et multiplication Inverse d un nombre complexe

Plus en détail

Trigonométrie. 1 Une nouvelle unité de mesure des angles. 2 Rappel - Trigonométrie dans le triangle rectangle. 2.1 Rappels sur le triangle rectangle

Trigonométrie. 1 Une nouvelle unité de mesure des angles. 2 Rappel - Trigonométrie dans le triangle rectangle. 2.1 Rappels sur le triangle rectangle Trigonométrie 1 Une nouvelle unité de mesure des angles On considère un cercle de centre O et de rayon r. B θ r A Exercice 1. 1. Quelle est la circonférence de ce cercle? L aire du disque associé? O. Exprimer,

Plus en détail

Correction du baccalauréat S Polynésie 10 juin 2010

Correction du baccalauréat S Polynésie 10 juin 2010 Correction du baccalauréat S Polynésie 0 juin 00 Exercice Commun à tous les candidats. Le plan complexe est rapporté à un repère orthonormal direct O, u, ) v. 5 points Prérequis Partie A - Restitution

Plus en détail

ARITHMÉTIQUE ET GROUPES Année TD1: Les nombres complexes. Exercice 1. Montrer que (1 + 2i)(2 3i)(2 + i)(3 2i) est un nombre réel.

ARITHMÉTIQUE ET GROUPES Année TD1: Les nombres complexes. Exercice 1. Montrer que (1 + 2i)(2 3i)(2 + i)(3 2i) est un nombre réel. TD1: Les nombres complexes Exercice 1. Montrer que (1 + 2i)(2 3i)(2 + i)(3 2i) est un nombre réel. Exercice 2. Soit j = 1 2 + i 3 2. a) Calculer j, j 2, j 3, j n, avec n N, 1 + j + j 2. b) Dans le plan

Plus en détail

1 Arithmétique : nombres premiers et division euclidienne

1 Arithmétique : nombres premiers et division euclidienne 1 Arithmétique : nombres premiers et division euclidienne 1. MULTIPLES ET DIVISEURS D'UN ENTIER 1.1. Définition Soit a et b deux entiers relatifs. Dire que b divise a signifie qu'il existe un entier relatif

Plus en détail

Chapitre 6. Fonctions trigonométriques

Chapitre 6. Fonctions trigonométriques Chapitre 6 Fonctions trigonométriques Corrigés des exercices-tests Vrai La hauteur issue de M dans le triangle OIM est également médiane Donc le triangle OIM est isocèle en M Étant aussi isocèle en O,

Plus en détail

PROGRESSION 3ème PGCD. vocabulaire. Détermination du PGCD. Rappel sur le calcul numérique: calcul de base

PROGRESSION 3ème PGCD. vocabulaire. Détermination du PGCD. Rappel sur le calcul numérique: calcul de base PROGRESSION 3ème Algèbre PGCD Je sais Ne sais pas vocabulaire + Connaître la définition et donner un multiple, un diviseur d'un nombre, + divisibilité savoir si un nombre est divisible par 2 3 5 9 10 (rappel

Plus en détail

Exercices ouverts en TS

Exercices ouverts en TS Exercices ouverts en TS Exercice : Exemple historique! Thème : Divers. Origine : n 0 de la banque 2004 d exercice TS. SoitΓun cercle de rayon 4 cm. Quelle est l aire maximale d un rectangle dont les sommets

Plus en détail

LYCEE MICHEL-RODANGE LUXEMBOURG PROGRAMMES DE MATHEMATIQUES POUR LE CYCLE MOYEN

LYCEE MICHEL-RODANGE LUXEMBOURG PROGRAMMES DE MATHEMATIQUES POUR LE CYCLE MOYEN LYCEE MICHEL-RODANGE LUXEMBOURG PROGRAMMES DE MATHEMATIQUES POUR LE CYCLE MOYEN Introduction. page 2 Classe de cinquième page 3 Classe de quatrième page 7-1 - INTRODUCTION D une manière générale on mettra

Plus en détail

Soutien illimité 7j/7 en maths: Coach, profs, exercices & annales, cours. Sujet de Bac 2010 Maths S Obligatoire & Spécialité - Polynésie

Soutien illimité 7j/7 en maths: Coach, profs, exercices & annales, cours. Sujet de Bac 2010 Maths S Obligatoire & Spécialité - Polynésie Sujet de Bac 2010 Maths S Obligatoire & Spécialité - Polynésie EXERCICE 1 : 5 points Le plan complexe est rapporté à un repère orthonormal direct (0; u, v). Partie A : Restitution organisée de connaissances

Plus en détail

La division euclidienne

La division euclidienne DOCUMENT 2 La division euclidienne La division euclidienne joue un role central en arithmétique. Comme c est l un des tous premiers résultats que l on démontre, il est important de savoir exactement ce

Plus en détail

les racines carrées :

les racines carrées : les racines carrées : 1) Introduction : il existe un et un seul nombre positif dont le carré est 4 c est 2. il existe un et un seul nombre positif dont le carré est 9, c est 3. Existe il un nombre positif

Plus en détail

Fonctions trigonométriques

Fonctions trigonométriques Fonctions trigonométriques Jérôme Germoni Novembre 2 Première étude : par équation différentielle.. Définition On s inspire de la définition de l exponentielle vue en terminale. Théorème (admis) Il existe

Plus en détail

Terminale S Chapitre 2 «Fonctions : limites, continuité et dérivabilité» Page 1. si pour tout M > 0, on a f x < M "pour x assez grand"

Terminale S Chapitre 2 «Fonctions : limites, continuité et dérivabilité» Page 1. si pour tout M > 0, on a f x < M pour x assez grand Terminale S Capitre «Fonctions : ites, continuité et dérivabilité» Page I) Limites ) Limites à l infini a) Limite finie Définition : Etant donnée une fonction f et un réel α, on dira quelle tend vers α

Plus en détail

Mathématiques. Fonctions : domaine, opérations, parité, périodicité, extrema, fonctions élémentaires

Mathématiques. Fonctions : domaine, opérations, parité, périodicité, extrema, fonctions élémentaires Mathématiques Fonctions : domaine, opérations, parité, périodicité, extrema, fonctions élémentaires Pierre Mathonet Département de Mathématique Faculté des Sciences Liège, printemps 06 Relations entre

Plus en détail

Factorisation des entiers à l aide des courbes elliptiques.

Factorisation des entiers à l aide des courbes elliptiques. Factorisation des entiers à l aide des courbes elliptiques. Florian CARO et Alexandre POPIER Table des matières I Définition des courbes elliptiques 1 I.1 Courbe elliptique sur un corps..........................

Plus en détail

Chapitre 1 - L algèbre de base

Chapitre 1 - L algèbre de base Mathématique d appoint 4 e édition Table des matières Chapitre 1 - L algèbre de base 1.1 Les ensembles de nombres 1.2 Les intervalles 1.3 Les relations entre deux ensembles 1.4 Les opérations sur les ensembles

Plus en détail

Bac S Corrigé de l épreuve de mathématiques de Métropole

Bac S Corrigé de l épreuve de mathématiques de Métropole Bac S 11 - Métropole Bac S 11 - Corrigé de l épreuve de mathématiques de Métropole http://blogdemaths.wordpress.com Exercice 1 : Comme demandé dans l énoncé, tous les résultats sont donnés sous forme décimale,

Plus en détail

Limites, continuité, dérivabilité

Limites, continuité, dérivabilité Limites, continuité, dérivabilité (3) () Analyse 1 / 47 Plan 1 Un peu de vocabulaire 2 Limites 3 Opérations sur les limites 4 Relations de comparaison locale, notations de Landau 5 Continuité 6 Fonctions

Plus en détail