BTP Secteur du bâtiment. Étude et analyse Regard d Experts. Édition 2014

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "BTP 2014 1. Secteur du bâtiment. Étude et analyse Regard d Experts. Édition 2014"

Transcription

1 BTP 01 1 Secteur du bâtiment Étude et analyse Regard d Experts Édition 01

2 Éditorial La 1 e édition KPMG des Moyennes Professionnelles du Bâtiment paraît dans un contexte économique fragilisé, où pour la première fois depuis de nombreuses années, les activités du bâtiment amorcent une décroissance. Les analyses économiques et financières sont issues d une base de données en observation depuis près de dix ans. Ainsi, par notre expertise chaque année, nous traduisons ce capital en une synthèse explorant le passé et le présent. Croissance, performance économique et structure financière sont les points clés qui sous-tendent le degré de santé d un secteur. Cependant, si cette année, la croissance du secteur n est pas au rendez-vous, la maîtrise des coûts et le pilotage par les chefs d entreprises sont restés les piliers fondamentaux de la performance préservant ainsi leur structure financière. Pour appréhender les enjeux et les leviers de ce secteur, nous avons également sollicité un panel de chefs d entreprises qui ont pu exprimer leurs perspectives et anticiper leurs décisions pour les mois à venir. Leurs conclusions et leurs orientations restent prudentes. Pour certains, les leviers de la croissance se trouvent dans la qualification RGE, pour d autres dans l attente d un assouplissement des règles sociales et pour d autres encore, dans des mesures fiscales plus incitatives. Plus que jamais KPMG est aux côtés des chefs d entreprises et des acteurs économiques du bâtiment, pour les conseiller et les accompagner dans un contexte où les enjeux de la croissance et de la performance imposent exigences professionnelles et pro-activité. Très bonne lecture à chacun. Annie Chauzu, Associée KPMG, Responsable du réseau Bâtiment

3 Sommaire Éditorial p. 0 Structure de l échantillon p. 06 Synthèse des analyses p. 08 Tendances et Perspectives p Activité p. 1. Marge sur matière p Frais de personnel p. 15. Valeur ajoutée p Résultat net p Structure financière p. Synthèse des ratios p. 6 Votre actualité vue par nos experts p. 30 KPMG, partenaire des entrepreneurs du Bâtiment vous accompagne partout en France p. 3 KPMG en un regard p. 33

4 6 BTP 01 BTP 01 7 Structure de l échantillon L étude est réalisée à partir d un échantillon d entreprises clientes de KPMG, réparties sur l ensemble du territoire. Les caractéristiques de cet échantillon sont les suivantes : Entreprises en activité, dont l effectif est inférieur à salariés, Entreprises soumises à l I.S. pour 76 % de l échantillon, et entreprises soumises à l I.R. pour %, Entreprises représentatives des secteurs clés du bâtiment : (3 % de l échantillon), Aménagement/Finitions (17 % de l échantillon), Couverture-Plomberie/Sanitaire-Électricité (35 % de l échantillon), (16 % de l échantillon). L étude porte sur un échantillon de entreprises en activité au 31 décembre 013. Il est stable par rapport à l étude KPMG 013. Légendes Améngts/ Finitions Couv.-Plomb./ Sanit.- Élec. Menuiserie/ Serrurerie Total = Entreprises Répartition sectorielle de l échantillon % et I.R. Couv.-Plomb./Sanit.- Élec. = I.S I.R TOTAL Source : KPMG - Données I.S. 76 % Codes NAF 3 % 16 % 35 % Couv.-Plomb./Sanit. - Élec. I.R. % zoom IFOP 3 chefs d entreprises interrogés Entreprises de 1 à 9 salariés Septembre Z 3.31Z 3.1A 3.3A 3.11Z 3.3C 3.1B 3.3B 3.1A 3.33Z 3.A 3.1B 3.3Z 3.9A 3.13Z 3.39Z 3.91A 1.0A 3.91B 1.0B 3.99A 3.99C 3.B Structure de l échantillon entreprises

5 8 BTP 01 BTP 01 9 Synthèse des analyses Introduction L étude BTP est réalisée à partir d un échantillon de entreprises clientes de KPMG (entreprises de moins de salariés). Pour la synthèse de l analyse, on se focalisera sur les entreprises soumises à l I.S. représentant 76 % de l échantillon et qui, économiquement, affichent une homogénéité de structure et de comportement d entreprise. Échantillon d entreprises Taux de croissance Taux de marge sur matières ,18 % 0,61 % - 1,0 % - 1,5 % 76,55 % 77,03 % 6,7 % 61,63 % Poids du coût salarial 35,63 %, % 38, % 33,8 % Évolution des frais de personnel Production individuelle Efficience économique Valeur ajoutée/ travaux propres - 0,1 % 0,1 % 0,1 % - 0,09 % 9 K 6 K 7 K 9 K 10 K 91 K 109 K 1 K 3,03 %,69 %, %,97 % Résultat Net 1,53 %,08 %,03 %, % Afin de mieux connaître l évolution de ses clients du secteur du bâtiment, KPMG procède régulièrement à un baromètre IFOP. Ainsi, environ 0 chefs d entreprises (structures de 1 à salariés) ont été interviewés sur la période du 15 au septembre 01. Les conclusions de l enquête ont fait l objet d un communiqué de presse dès la parution des résultats. Elles donnent, en complément, une perspective sur 01, confirmant ainsi les indicateurs de notre étude. 1. Activité : amorce de la décroissance Le secteur du Bâtiment amorce une décroissance certaine. 3 secteurs sur présentent un taux de décroissance supérieur à 1 point : : -1,5 %, : -1,18 %, Couverture-Plomberie/Sanitaire-Électricité : -1,0 %, Seul le secteur Aménagement/Finitions présenterait une croissance atone à +0,61 %. Ces résultats confirment les tendances du marché dont de nombreux clignotants sont au rouge : Régression des mises en chantiers du segment non-résidentiel de -,5 % à fin 013, logements sociaux financés mais seulement mis en chantiers soit -10 %, Tous les métiers du bâtiment sont impactés par la baisse d activité et l indice BT01 début 01 atteint -0, %. Selon le baromètre IFOP, il sera difficile pour les chefs d entreprises de mieux valoriser leur prix, alors que c'est un facteur qui pourrait favoriser la croissance : 6 % d entre eux maintiendront leur prix, 6 % (contre % il y a un an) seront contraints de les baisser pour gagner des marchés, Seulement 8 % d entre eux vendront au juste prix dans les mois à venir, % ne se prononcent pas. L année 013 fut une année difficile, 01 en est le prolongement. Des perspectives offertes soit par une organisation de la profession (qualification RGE), soit par les orientations législatives (loi Alur, Rénovation énergétique, Modernisation de la construction), pourraient favoriser la relance du secteur. 17 % des entreprises interviewées ont finalisé la démarche de qualification RGE (Reconnu Garant Environnement), 1 % sont en cours de démarche et 11 % l envisagent. Nous constatons que pour plus de la moitié d entre elles, cette démarche n est pas intégrée dans leur stratégie et pourtant celles qui ont obtenu cette qualification (ou celles qui sont en cours d obtention), en reconnaissent les effets sur la fidélisation clients, et sur la conquête clients, grâce à une différenciation vis-à-vis des concurrents. Pour plus de /3 des entreprises du panel, les 3 leviers principaux qui permettraient de redynamiser le secteur du bâtiment seraient : un assouplissement des règles sociales, des mesures fiscales incitatives et une relance des investissements dans les grands chantiers publics.

6 10 BTP 01. Matériaux et marge Sur l échantillon étudié, la marge sur matière tous secteurs confondus reste inchangée. La stabilité, voire parfois un effritement du prix des matériaux comme l acier, certains dérivés pétroliers ou agrégats divers ont favorisé ce résultat. La poursuite de la gestion pertinente des matériaux sur les chantiers (meilleur suivi grâce à la technologie, formations sur les nouveaux matériaux ) renforce la stabilité de la marge sur les matériaux. 3. Frais de personnel Selon l étude KPMG, les chefs d entreprises ont adapté le niveau de ressources humaines au niveau d activité. On constate une stabilité, voire une régression pour le et l Aménagement/Finitions, ainsi qu une politique salariale prudente, dont les principaux objectifs restent la fidélisation des compétences clés porteuses de performance. Ainsi, malgré des indicateurs d activité peu favorables, la productivité reste stable et conforme, induisant une valeur ajoutée par effectif en parfaite adéquation avec celle de l an passé. Selon le baromètre IFOP, seul 9 % des chefs d entreprises envisagent d embaucher (ce taux est toutefois de 18 % dans le secteur, et de 3 % dans le secteur du ). La nature de l embauche, lorsqu elle s avère effective, s oriente à / en CDD ou CDI.. Rentabilité et Trésorerie Selon l enquête KPMG, la valeur ajoutée sur travaux propres (c est-à-dire, celle issue des travaux produits hors sous-traitance, et réalisés par l entreprise, évalués au prix de vente accepté par le client) est en régression de plus d un point pour les secteurs Gros-Oeuvre et Aménagement/Finitions et reste stable pour les autres secteurs. Cette dégradation est la conséquence de la décroissance du secteur et le premier signe d une activité qui s essouffle d un point de vue économique. Pour autant, le résultat net de tous les secteurs se maintient démontrant que les chefs d entreprises agissent sur les frais fixes et de structure. Le secteur du bâtiment reste un secteur où le pilotage financier de l entreprise est prudent. Toutefois, un secteur en décroissance ne pourra pas maintenir ses résultats si les carnets de commandes ne se développent pas. Le CICE (Crédit d Impôt pour la Compétitivité et l Emploi) a probablement favorisé le maintien du taux du résultat net et les chefs d entreprises, dans cette année très difficile, en ont d ailleurs intégré quelques éléments positifs, même s ils s interrogent sur les effets pérennes de ce mécanisme. Les fonds CICE, selon la finalité du dispositif, auraient dû se traduire par des embauches ou des investissements ; les chefs d entreprises ont pour la plupart, reporté de telles décisions. Par le maintien du résultat net et par quelques avantages complémentaires de financement, l autonomie financière de l'ensemble des secteurs ne présente pas de décrochage important. Selon le baromètre IFOP, plus d un tiers des chefs d entreprises estime que leur trésorerie va se détériorer dans les six prochains mois et plus particulièrement, dans le secteur du. Ce taux a progressé de cinq points par rapport à l an passé. % des dirigeants pensent maintenir une stabilité de trésorerie, les autres se projettent dans une amélioration qu ils qualifient de peu importante. À la lecture de l enquête KPMG et du baromètre IFOP, les entreprises du bâtiment semblent résister à la crise mais avec des secteurs en décroissance. Elles devront s organiser et s adapter encore plus que d habitude aux diverses propositions gouvernementales dont les effets ne pourront être immédiats.

7 1 BTP 01 BTP Taux de croissance de l'activité - 10 Tendances & Perspectives 8 6 Taux de croissance de l activité (en %) Taux de croissance de l'activité Activité : amorce de la décroissance Le chiffre d affaires du secteur du bâtiment se définit par "les travaux propres", il tient donc compte de la variation des en-cours de chantiers. La croissance de l activité mesure l évolution des travaux propres d une période à l autre. On constate ainsi : Pour les entreprises soumises à l I.S. (qui représentent 76 % de l échantillon, soit environ 0 entreprises) un taux de décroissance supérieur à 1 %, excepté pour le secteur Aménagement/ Finitions dont l activité reste stable. Depuis 009, année de décrochage de la croissance pour les quatre secteurs clés, le taux d activité n a cessé de ralentir pour aboutir fin 013 à une nette décroissance (-1,18 % pour le, -1,5 % pour la et -1,0 % pour la Couverture/Sanitaire). Pour les entreprises imposées à l I.R., les taux de croissance sont positifs et varient entre 1 % et %. Ce type d entreprise plus flexible a dû probablement répondre à des chantiers très locaux et de nécessité. L indice Bâtiment BT01 tous corps d état et celui de l Entretien/Rénovation BT publiés en avril 01 pour la période 013 sont respectivement de +0,57 % et +0,55 %. Mais ces mêmes indices deviennent -0, % et -0,33 % en juillet 01 pour la période arrêtée en mars Couv.-Plomb./Sanit.-Élec. -6 Taux de croissance de l'activité - 10 Couv.-Plomb./Sanit.-Élec. 8 6 Taux de croissance de l'activité Couv.-Plomb./Sanit.- Élec. Source : KPMG - Données 013 5, 7, 5,6 6,65 -, -0,95 3,7 1,33-1,18,18 5,63,6,6-1,9 0,5 0,10 1,0 0,61 5,15 7,0 5,05 8,3 0,00 0,00 1,6 1,08-1,0 3,10 5,66,31 5,33-0,17 0,05 1,38 0,06-1,5 5,3 8,39 8,3 6,7-3,9-0,33 5,51 0,71,39 5,38 6,8 7,3,1 0,05 1,6 1,1-0,36-0,98 6,63 7,79 9,0 5,76,38 0,1 0,00-1,65 1,0 5,06 7,6 7,5 1,91-1,7,05 1,86 0,39,0 zoom IFOP Pour relancer l activité du bâtiment et redynamiser les marchés, les chefs d entreprises attendent un assouplissement des règles sociales et des mesures fiscales plus incitatives. Pour autant, 1/3 d entre eux a privilégié l obtention de la qualification RGE, ce qui permet au dirigeant de mieux fidéliser sa clientèle et d afficher une différenciation plus marquée vis-à-vis de ses concurrents. 89 % des chefs d entreprises maintiendront leur prix de vente ou seront contraints de les ajuster. 38 % des chefs d entreprises ont pour priorité le développement de leur carnet de commandes. Pour les entreprises soumises à l'i.s. 3 secteurs sur en décroissance -1,18 % -1,0 % -1,5 %

8 1 BTP 01 BTP Marge sur matière : stabilité globale pour tous les secteurs Les trois principaux paramètres impactant la marge d activité de l entreprise du bâtiment sont : Les matériaux, Les frais de personnel directement liés aux chantiers, Le coût des matériels utilisés. Le taux de marge exprime la marge sur les matériaux utilisés dans la production et, a contrario, le poids des matériaux et son évolution dans l activité produite. En 013, on constate globalement une stabilité de la marge sur matière pour tous les secteurs et tous les types d entreprise. On peut noter toutefois quelques exceptions à cette conclusion : Augmentation de la marge sur matière dans le secteur du (76,55 % en 013 contre 75,8 % en 01) et dans le secteur de la (61,63 % en 013 contre,8 % en 01), Une régression de la marge sur matière dans le secteur Aménagement/Finitions de plus d un point pour les entreprises soumises à l I.R. Taux de marge sur matières - L indice matériel IM (représentatif de l indicateur synthétique des prix des produits acier du bâtiment) paru en mars 01 affiche une légère régression de -0,56 % à fin octobre Frais de personnel : adaptation prudente L étude du coût du personnel combine plusieurs angles d analyse pour un diagnostic de gestion, de rentabilité et d impact sur la valeur ajoutée de l entreprise. Les principaux ratios de l étude permettent une analyse selon : L approche rentabilité : par le calcul du poids des coûts salariaux et de leur évolution impactant la marge de l entreprise, L approche productivité : par l identification de la production individuelle et de son évolution Poids du coût salarial dans les travaux produits et vendus : Stabilité Le poids du coût salarial dans les travaux produits et vendus apparaît relativement stable quel que soit le secteur du bâtiment. Par exemple, pour une entreprise soumise à l I.S., la part du coût salarial dans les travaux représente : Pour le : 35,63 % en 013 contre 35,53 % en 01, Pour l Aménagement/Finitions :, % en 013 contre,83 % en 01, Pour la Couverture-Plomberie/Sanitaire-Électricité : 38,5 % en 013 contre 38 % en 01, Pour la : 33,8 % en 013 contre 3,9 % en 01. L entreprise, dans une période incertaine, gère au plus serré les coûts salariaux en limitant les embauches ou en adaptant l effectif aux demandes du marché. Poids des charges de personnel dans l activité Taux Taux de de marge sur matières sur - Entreprises matières I.S. (en %) Poids des charges de personnel dans l activité (en %) Poids des charges de personnel dans l activité ,70 77,61 77,9 76,88 77,8 75,95 75,88 75,8 76,55 79,11 76,39 77,15 77,68 79,08 75,97 77,5 77,9 77,03 67, 65, 65,18 6,98 66,19 65,10 6,76 6,7 6, ,67 35,6 35,6 3, 36,95 38,39 36,78 35,53 35,63,58 6,1 5,00 3, 5,56 5,05 6,6,83, 39,00 39,33 38,5 36,5 37,88 37,75 37,73 38,00 38,5 65,00 63,98 63,10 6,3 6,96 61,98 61,6,8 61, ,7 36,5 36,15 36,8 37,13 35,75 35,07 3,9 33,8 Taux de marge sur matières - Poids des charges de personnel dans l activité Taux de marge sur matières , 7,01 75,1 73,90 7,68 73,75 73,1 7,03 7,7 77,77 77,18 77,8 75, 76,79 75,6 76, 77,15 75,9 6,79 6,1 6,1 61,6 61,76 61, 63,35 6,1 6, Poids des charges de personnel dans l activité ,98 31,0 30,87 30,66 30,89 3,1 31, 3,11 31,5 7,8 9,5 9,70 9, 3,8 3,17 3,3 35,83 36,1,98 5,78,56 5,00 5,83 6,33 6,73 8,7 7, , 6,5 6,70 63, 65,83 6,96 61,35 6,59 6,53 Couv.-Plomb./Sanit.- Élec. Source : KPMG - Données ,7,9 6,1,9 8,00 8,61 7,7 8,07 8,8 Couv.-Plomb./Sanit.- Élec. Source : KPMG - Données

9 16 BTP 01 BTP Variation frais de personnel Variation frais de personnel - Variation des frais de personnel (en %) 3 Variation frais de personnel Variation frais de personnel Indice de variation des frais de personnel : Légère régression Pour les 0 entreprises de l échantillon soumises à l I.S., l indice de variation des frais de personnel avoisine zéro (+0,1 % pour l Aménagement/Finitions et Couverture/Sanitaire mais -0,1 % pour le et -0,09 % pour ). Ces entreprises en régression d activité ont probablement freiné les embauches, procédé à l élaboration de contrats plus précaires, ou encore généré un plan plus rigoureux d un point de vue social. L indice, depuis 009, ne cesse de se dégrader. En 013, l indice a chuté drastiquement de presque points dans tous les secteurs du bâtiment pour ce type d entreprise. Pour les entreprises artisanales soumises à l I.R., eu égard au taux de croissance d activité signalé sur cet échantillon, ces entreprises ont embauché. Ainsi, l augmentation de l indice des frais de personnel pour ce type d entreprise est en corrélation avec le taux d augmentation de l activité. L indice du coût horaire du travail du secteur de la construction (ICHT-F) affiche un taux de -0,5 % en décembre 013 (globalement conforme à celui de l échantillon observé). Le SMIC horaire affiche une évolution de +1,06 % au 1 er janvier 01 et le plafond de la sécurité sociale de +1,39 % pour l année 01. Couv.-Plomb./Sanit.- Élec.,77 6,78 5,99 3,5 0,77 0,00 0,93, -0,1,83 6,73 7,0 1,77 1,89 1,9 0,7 1,86 0,1 5,8 5,90 5,1,79 1,88 0,00,10,5 0,1,07,83, 5,69 1,31 1,87 0,89 1,76-0,09 5,78 8,3 10,66 8,61 1,9,79 5, 1,5 3,6 7,81 5,87 9,9 8,51 3,70,79 0,36 3,06 1,56 9, 9,19 9, 7, 6,,31 3,30,6,6 8,78 9,61 9,76 6,3,7 5,81,16 1,,18 Source : KPMG - Données Production individuelle et productivité : Stabilité Tous les secteurs et tous les types d entreprises confondus, la production individuelle reste très stable. Elle a fortement augmenté à partir de 009. À ce jour, on peut considérer que la production individuelle a atteint son maximum. Au-delà, la qualité de la production et la sécurité du personnel sur les chantiers pourraient être impactées au détriment de la satisfaction des clients. Ainsi, on note que la production 013 en K est de : 10 K par effectif et par an pour le (identique à l an passé), 91 K par effectif et par an pour l Aménagement/Finitions (identique à l an passé), 109 K par effectif et par an pour la Couverture/Sanitaire (en légère progression par rapport à l an passé : 107 K ), 1 K par effectif et par an pour la (identique à l'an passé). 3.. Efficience économique : Stabilité Le ratio valeur ajoutée/effectif mesure la capacité par salarié à produire de la richesse économique. Il traduit plus globalement l efficacité du personnel productif. En 013, chaque effectif de production a dégagé économiquement dans les structures I.S. : 9 K dans le (identique à l an passé), 6 K dans l Aménagement/Finitions (1 K supplémentaire par effectif par rapport à l an passé : 5 K ), 7 K dans le secteur Couverture/Sanitaire (identique à l an passé), 9 K dans le secteur (identique à l an passé). Les seules évolutions favorables à observer concernent les entreprises soumises à l I.R. du secteur de l Aménagement/Finitions et celles de la Couverture/Sanitaire qui présentent les ratios respectifs de 51 K contre 6 K et 5 K contre 51 K. Pour ces entreprises, leur politique d embauche est plus opportuniste car elle est en lien avec l activité. La stabilité de ces ratios au fil des dernières années démontre un rendement économique optimisé du personnel de production. zoom IFOP Les chefs d entreprises du bâtiment restent très prudents quant à l embauche, eu égard aux incertitudes de relance de ce secteur : 97 % des dirigeants du secteur du et 9 % des dirigeants du secteur de l Aménagement/Finitions n envisagent aucune embauche dans les six mois à venir. Cependant, les acteurs du secteur de la semblent plus optimistes puisque 18 % d entre eux prévoient d embaucher selon leurs besoins, à part égale entre CDD et CDI. Production individuelle maintenue 10 K I.S. I.R. 91 K 91 K 88 K 109 K 1 K 11 K 118 K

10 18 BTP 01 BTP Production individuelle Production individuelle (en K ) Production individuelle Production individuelle Production individuelle Valeur ajoutée / Effectif en ke - Valeur ajoutée / Effectif (en K ) Couv.-Plomb./Sanit.- Élec. Source : KPMG - Données 013. Valeur ajoutée : stabilité compromise La valeur ajoutée de l entreprise mesure le poids économique réel de l entreprise. Elle traduit la richesse qu elle répartit : Au personnel, sous forme de salaire, À l état, sous forme d impôts et de taxes, Aux apporteurs de fonds de l entreprise, notamment, sous forme de dividendes. La valeur ajoutée est calculée en neutralisant le coût des matériaux et toutes les charges identifiées par les biens et services extérieurs à l entreprise et consommées pour son fonctionnement. Rapporté au montant des «travaux propres» de l entreprise, le taux de valeur ajoutée traduit par son évolution, la capacité de l entreprise à produire de la richesse économique. Le taux de valeur ajoutée/travaux propres en 013 est : En régression dans les secteurs et Aménagement/Finitions de presque 1 point et quelle que soit la structure (I.S. ou I.R.). Depuis plusieurs années, ce taux perd des points de richesse économique ; cette dégradation est la conséquence d une croissance atone voire en régression, d une efficacité des moyens de production ayant atteint un niveau plafond et d un taux de marge sur matière qui s est stabilisé. En stabilité ou en légère amélioration pour les secteurs Couverture/Sanitaire et. Ces entreprises ont su à la fois gérer la productivité du personnel (en légère augmentation) et adapter leurs moyens à l activité. Les entreprises soumises à l I.S. ont perdu environ points de taux de valeur ajoutée produite par leur activité : les incidences de cette régression sur le personnel, les impôts, les intérêts bancaires et la rémunération des actionnaires ne sont pas précisément connues ; mais une baisse globale du ratio impacte souvent ces quatre composantes. Valeur ajoutée / Effectif en ke Valeur ajoutée / Effectif en ke - 55 Valeur ajoutée / Effectif en ke zoom IFOP % des chefs d entreprises attendent des mesures fiscales incitatives. Régression de la Valeur Ajoutée produite -1,06 pt I.S. I.R. -0,75 pt 5 Couv.-Plomb./Sanit.- Élec. Source : KPMG - Données 013-0,66 pt -0, pt

11 0 BTP 01 BTP 01 1 Taux de VA / Travaux propres - Taux de valeur ajoutée / Travaux propres (en %) Taux de VA / Travaux propres Taux de VA / Travaux propres - Taux de VA / Travaux propres - 6,0 8,15 7,9 7,97 6,9 7,37,97,09 3,03 5,70 55,1 5, 53,31 5,87 5,9 5,13 51,35,69 8,9 7,81 7,85 5,6 6, 5,,98,38, 5,57 6,10 5,,17 3,7 3,78, 39,77,97 5,7 5,1 5,67,73,98 51,38,3 9, 8,85 57,8 57,5 58,6 56,5 56,89 56,88 56,93 58,15 57,55 7,0 7, 6,,89 6,1 6,68 7,6 5,88 6,38 6,3 6,31 6,56 5,06 5,3 6,38,1,3,57 Couv.-Plomb./Sanit.- Élec. Source : KPMG - Données Résultat net Le résultat net de l entreprise exprime à la fois ce qu elle peut distribuer à ses actionnaires, voire à ses salariés (par le biais de la participation aux bénéfices), mais également la possibilité pour elle, de prévoir de nouveaux investissements pour attaquer les nouveaux marchés et se différencier. En 013, malgré des signes de décroissance, les taux de résultat semblent se maintenir par rapport à l'an passé : Pour les entreprises soumises à l I.S., le taux de résultat net varie de 1,5 % à, %. Ces entreprises ont perdu en 5 ans plus d un point de rentabilité, Pour les entreprises soumises à l I.R., le taux de résultat net varie de 9 % à 15 % selon les secteurs d activité. Le plus fort étant attribué au secteur de l Aménagement/Finitions Résultats sur activité - Résultat sur activité (en %) Résultats sur activité -,86 3,13 3,5,65,71 1,9,19 1,65 1,53,89 3,39 3,07 3,3 3,5,30 1,51 1,83,08 3,,87 3,37,98,01,86,3,39,03 1 3,16 3,09 3,7 3,06,,1,08 1,81, Résultats sur activité Résultats sur activité ,17 10,7 10,6 6,9 9,3 1,30 9,87 9,78 9,1 18,73 18,06 18,6 1,16 16,6 17,9 17,37 15,63 15,01 15,78 1,5 1, 1, 13,8 1,61 13,81 1,17 13, Couv.-Plomb./Sanit.- Élec. 5 1,9 1, 13,59 9,06 1,1 1,01 10,39 10,1 9,61 Source : KPMG - Données 013 Le taux de résultat net se maintient par rapport à l'an passé. On note cependant une érosion constante depuis 5 ans.

12 BTP 01 BTP 01 3 Financement stable Structure financière : solidité maintenue Financement La solidité financière de l entreprise est la résultante d une structure favorable composée du fonds de roulement, du besoin en fonds de roulement et de la résultante, à savoir la trésorerie. Le fonds de roulement est l excédent financier issu des financements stables de l entreprise sur les biens stables d investissement. Il est aussi la marge de sécurité dont dispose le chef d entreprise pour faire face à ses besoins nés de l exploitation, nommés besoin en fonds de roulement (BFR). Le BFR exprime le besoin de financement pour financer "stock" ou "travaux en cours", ainsi que l écart entre la variation de l en-cours clients et le crédit fournisseurs. La trésorerie est la résultante de la différence entre le fonds de roulement et le besoin en fonds de roulement Évolution du fonds de roulement Le ratio Financements stables (capital, fonds propres et emprunt long terme) sur Biens stables (immobilisations), au-delà de 100, met en évidence une solidité et une structure financière rassurante. Cet indice sous-tend la confiance des apporteurs et des banques, et la constitution de fonds propres en lien avec les résultats obtenus antérieurs et non distribués, en corrélation avec les choix de l investissement réalisé pour gagner des marchés rentables. Pour les entreprises soumises à l I.S., le ratio est au-delà de. Il s est renforcé par rapport à l an passé (sauf pour le ). Cela signifie une grande prudence de gestion des dirigeants qui n ont que peu investi afin de maintenir un équilibre financier : : 35 contre l an passé, Aménagement/Finitions : 73 contre 70 l an passé, Couverture/Sanitaire : 76 contre 66 l an passé, : 7 contre 7 identique à l an passé. Pour les entreprises soumises à l I.R., la conclusion est similaire excepté pour le secteur Aménagement/Finitions qui est passé sous la barre de 100 et qui évolue vers une structure financière fragilisée (ratio de 89 contre 1 l an passé). Pour ce secteur et cette structure, de nombreux paramètres sont en régression et dénotent une difficulté présente et à venir. 300 Financements stables / Biens stables stable Financement stable - Financement stable - zoom IFOP La situation financière des entreprises ne s est pas réellement dégradée et le pourcentage des chefs d entreprises indiquant une trésorerie positive a progressé par rapport à l an passé : ils étaient 8 % dans ce cas, ils sont plus de 3 % à ce jour. Cependant, ils sont moins confiants pour les mois à venir, et près d un tiers d entre eux anticipe une dégradation financière des liquidités, plus particulièrement dans le secteur du. Plus d un dirigeant sur deux espère tout de même maintenir son niveau de trésorerie. Couv.-Plomb./Sanit.- Élec. 39,06 66,08 57, 6,0 56, 3,6 1,96,55 35,35 85, 56,69 85,5 71,9 75,8 6,00 70,66 70, 73,79 36,37 96,83 3,18 336,17 303,35 69,01 7,7 66,7 76, 75,00 88,68 98,1 307,63 6, 71,89 61,19 73,89 7,07 17,79 168,8 18,11 157,03 1,7 137,99 138,07 135,78 13,1 189,61 166,30 1,3 171,83 16,78 1,97 1,71 1,05 89,9 1,70 7, 30,31 9,39,73 19,7 1,7 06,13 06,33 188,8 183,9 1, 05,55 191,10 157,70 175,3 1,1 13,81 Source : KPMG - Données 013 En septembre 01, 3 % des entreprises présentent une trésorerie positive. % des entreprises présentent une trésorerie stable.

13 BTP 01. Autonomie Financière L'Autonomie Financière est mesurée par le ratio Capitaux propres/capitaux permanents. Un ratio évalué à 100 démontre une autonomie financière maximale. Pour l échantillon en présence (entreprises soumises à l'i.s.), le ratio d'autonomie Financière de tous les secteurs et tous les types de structures confondus varie de 86 à 91 et ne présente aucun décrochage important. Ainsi, l autonomie financière est maintenue malgré l activité plutôt en berne. Cela démontre la volonté des dirigeants à rester autonome financièrement afin d optimiser leurs prises de décisions. Autonomie financière Autonomie Financière 95 Autonomie financière ,00 88,6 86,06 86,3 88,6 85,78 8, 8,36 86,0 89,35 88,87 90,8 87,79 88, 91,11 88,79 89,61 90,93 91,0 90,81 90,7 87,9 89,69 86,78 87,38 88,93 88,3 89,5 88,51 88,3 89,19 83,18 85,97 85,99 87,85 89,77 Autonomie financière Autonomie financière Couv.-Plomb./Sanit.- Élec. 83,35 8,16 81,5 75,38,0 78,85 7,3 83,8 8, 86,1 8,3 83,36 90,66 87,9 85,81 90,6 93,7 91,68 85,6 83, 8, 8,0 8,76 85,3 85,1 8,9 86,10 75,83 8,5 8,03 77,56 81,09 75,63 86,0 81,01 86,01 Source : KPMG - Données 013 La moitié des chefs d entreprises projette une trésorerie stable dans les 6 prochains mois. Près d un tiers d entre eux projette une détérioration de leur trésorerie et plus particulièrement dans le secteur du.

14 6 BTP 01 BTP 01 7 Synthèse des ratios Secteur Secteur Total Libellé Total Libellé Nombre de dossiers dans l échantillon Nombre de dossiers dans l échantillon AC01 Taux de variation des travaux propres 5, 7, 5,6 6,65 -, -0,95 3,7 1,33-1,18 AC01 Taux de variation des travaux propres 5,3 8,39 8,3 6,7-3,9-0,33 5,51 0,71,39 AC0 Taux de marge globale 77,70 77,61 77,9 76,88 77,8 75,95 75,88 75,8 76,55 AC0 Taux de marge globale 76, 7,01 75,1 73,90 7,68 73,75 73,1 7,03 7,7 AC03 Taux de variation de la marge globale 5,51 8,3 5,33 5,09-3, -0,8,7 1,8-1, AC03 Taux de variation de la marge globale 6,59 7,8 7,1 5,98-3,1 0,00,5 0,19 1,9 MO15 Taux de Valeur Ajoutée 6,0 8,15 7,9 7,97 6,9 7,37,97,09 3,3 MO15 Taux de Valeur Ajoutée 5,7 5,1 5,67,73,98 51,38,3 9, 8,85 MO01 Taux de variation de la valeur ajoutée,8 8,7 6,08 3,6 -,7 -,0 0,00 0,11-1,51 MO01 Taux de variation de la valeur ajoutée,90 7,96 11,6 5,19 -,1 0,00,39-0,85 0,91 MO06 Taux de variation des frais de personnel,77 6,78 5,99 3,5 0,77 0,00 0,93, -0,1 MO06 Taux de variation des frais de personnel 5,78 8,3 10,66 8,61 1,9,79 5, 1,5 3,6 MO16 Taux de l'ebe 7,09 7,69 8,6 6,91 6,5 5,88 6,30 5,9 5,17 MO16 Taux de l'ebe 15,89 16,18 16,9 1,1 13,16 16,33 1,95 1,69 13,77 MO17 Variation de l'ebe 6,19 11,08 8,1-3, -13,15 -,5 0,00-8,3-10,6 MO17 Variation de l'ebe 3,3,6 8,59 1, -5,31 -,8 0,00-1,33 0,5 MO18 Taux de résultat net / Travaux propres,89 3,13 3,5,65,71 1,9,19 1,65 1,53 MO18 Taux de résultat net / Travaux propres 10,17 10,7 10,6 6,9 9,3 1,30 9,87 9,78 9,1 MO19 Variation du résultat net 10,35 1, 1,9 -,3-19,5 -,9 0,00-16,33-10, MO19 Variation du résultat net 7,8 8,17 10,06 1,71 -,7-0, 0,6 0,06-0,3 MO0 Valeur Ajoutée / Effectif (K ) 3,00 7,00 9,00 8,00 8,00 7,00 8,00 9,00 9,00 MO0 Valeur Ajoutée / Effectif (K ) 3,00 6,00 9,00 9,00 7,00 5,00 7,00,00 6,00 MO1 Travaux Propres / Effectif (K ) 98,00 105,00 106,00 109,00 100,00 105,00 110,00 11,00 10 MO1 Travaux Propres / Effectif (K ) 86,00 91,00 95,00 101,00 96,00 88,00 97,00 101,00 91,00 MO Frais de personnel / Travaux propres 3,67 35,6 35,6 3, 36,95 38,39 36,78 35,53 35,63 MO Frais de personnel / Travaux propres 30,98 31,0 30,87 30,66 30,89 3,1 31, 3,11 31,5 SF01 Fonds Propres / Fonds Propres + Endettement 8,00 88,6 86,06 86,3 88,6 85,78 8, 8,36 86,0 SF01 Fonds Propres / Fonds Propres + Endettement 83,35 8,16 81,5 75,38,0 78,85 7,3 83,8 8, SF0 Financements stables / Biens stables 39,06 66,08 57, 6,0 56, 3,6 1,96,55 35,35 SF0 Financements stables / Biens stables 17,79 168,8 18,11 157,03 1,7 137,99 138,07 135,78 13,1 Secteur Aménagements/Finitions Secteur Aménagements/Finitions Total Libellé Total Libellé Nombre de dossiers dans l échantillon Nombre de dossiers dans l échantillon AC01 Taux de variation des travaux propres,18 5,63,6,6-1,9 0,5 0,10 1,0 0,61 AC01 Taux de variation des travaux propres 5,38 6,8 7,3,1 0,05 1,6 1,1-0,36-0,98 AC0 Taux de marge globale 79,11 76,39 77,15 77,68 79,08 75,97 77,5 77,9 77,03 AC0 Taux de marge globale 77,77 77,18 77,8 75, 76,79 75,6 76, 77,15 75,9 AC03 Taux de variation de la marge globale,8 5,17,70,3-1,57 0, 0,35 0,7 0,9 AC03 Taux de variation de la marge globale 5,95 5,35 6,1 5,59 0,16 1,30 1,30 0,53 -,01 MO15 Taux de Valeur Ajoutée 5,70 55,1 5, 53,31 5,87 5,9 5,13 51,35,69 MO15 Taux de Valeur Ajoutée 57,8 57,5 58,6 56,5 56,89 56,88 56,93 58,15 57,55 MO01 Taux de variation de la valeur ajoutée, 6,85 7,6 3,1-0,76 0,00 0,00 0,17-0,79 MO01 Taux de variation de la valeur ajoutée 5,9 7,63 9,09 3, 0,76 0,3 0,5-0,16 -,3 MO06 Taux de variation des frais de personnel,83 6,73 7,0 1,77 1,89 1,9 0,7 1,86 0,1 MO06 Taux de variation des frais de personnel 7,81 5,87 9,9 8,51 3,70,79 0,36 3,06 1,56 MO16 Taux de l'ebe 6,17 6,07 6,03 5,7 5,16 5,08 3,77 3,79,3 MO16 Taux de l'ebe 3,19,7 3,53 19,1 0,30 0,5 0,85 17,81 17,68 MO17 Variation de l'ebe 5,30 8,5 9,7,7-16,55 0,00-15,53-9,9-8,06 MO17 Variation de l'ebe -0,03 3, 5,0-5,85-3,05 0,00 0,00-9,53-1,69 MO18 Taux de résultat net / Travaux propres,86 3,39 3,07 3,3 3,5,30 1,51 1,83,08 MO18 Taux de résultat net / Travaux propres 18,73 18,06 18,6 1,16 16,6 17,9 17,37 15,63 15,01 MO19 Variation du résultat net 3,61 8,10 11,08,98-15,7 0,00-11,06-16,59-5,06 MO19 Variation du résultat net 1,75 6,09 5,98-6,11-1,91 0,00 1, -11,68-1,8 MO0 Valeur Ajoutée / Effectif (K ) 39,00,00,00,00,00,00,00 5,00 6,00 MO0 Valeur Ajoutée / Effectif (K ),00,00 5,00 3,00 5,00 6,00,00 6,00 51,00 MO1 Travaux Propres / Effectif (K ) 77,00 78,00 79,00 88,00 86,00 89,00 85,00 91,00 91,00 MO1 Travaux Propres / Effectif (K ) 76,00 77,00 81,00 85,00,00 83,00 85,00 88,00 88,00 MO Frais de personnel / Travaux propres,58 6,1 5,00 3, 5,56 5,05 6,6,83, MO Frais de personnel / Travaux propres 7,8 9,5 9,70 9, 3,8 3,17 3,3 35,83 36,1 SF01 Fonds Propres / Fonds Propres + Endettement 89,35 88,87 90,8 87,79 88, 91,11 88,79 89,61 90,93 SF01 Fonds Propres / Fonds Propres + Endettement 86,1 8,3 83,36 90,66 87,9 85,81 90,6 93,7 91,68 SF0 Financements stables / Biens stables 85, 56,69 85,5 71,9 78,8 6,00 70,66 70, 73,79 SF0 Financements stables / Biens stables 189,61 166,30 1,3 171,83 16,78 1,97 1,71 1,05 89,9

15 8 BTP 01 BTP 01 9 Synthèse des ratios Secteur Couverture-Plomberie/Sanitaire-Électricité Secteur Couverture-Plomberie/Sanitaire-Électricité Total Libellé Total Libellé Nombre de dossiers dans l échantillon Nombre de dossiers dans l échantillon AC01 Taux de variation des travaux propres 5,15 7,0 5,05 8,3 0,00 0,00 1,6 1,08-1,0 AC01 Taux de variation des travaux propres 6,63 7,79 9,0 5,76,38 0,1 0,00-1,65 1,0 AC0 Taux de marge globale 67, 65, 65,18 6,98 66,19 65,10 6,76 6,7 6,51 AC0 Taux de marge globale 6,79 6,1 6,1 61,6 61,76 61, 63,35 6,1 6, AC03 Taux de variation de la marge globale 5,6 5,7,58 8,05 0,56 0,00 1,31 1,9-0,6 AC03 Taux de variation de la marge globale 5,01 8,30 6,86 5,0 3,70 0,90 1,16-0,15 1,81 MO15 Taux de Valeur Ajoutée 8,9 7,81 7,85 5,6 6, 5,,98,38, MO15 Taux de Valeur Ajoutée 7,0 7, 6,,89 6,1 6,68 7,6 5,88 6,38 MO01 Taux de variation de la valeur ajoutée 5,58,63,97 7,36 0,63-0,59 0,00 0,59-0,7 MO01 Taux de variation de la valeur ajoutée 5,6 8, 9,19 7,01,98 0,10 0,7-1,70,88 MO06 Taux de variation des frais de personnel 5,8 5,90 5,1,79 1,88 0,00,10,5 0,1 MO06 Taux de variation des frais de personnel 9, 9,19 9, 7, 6,,31 3,30,6,6 MO16 Taux de l'ebe 6,33 5,70 6,0 5,6 6,1 5,63 5,0,97,56 MO16 Taux de l'ebe 18,67 17,71 17,63 16,17 16,35 17,51 16,51 15,35 15,99 MO17 Variation de l'ebe 1,91 -,15,66 8,55-5,9 -,11-8,3-7, -1,00 MO17 Variation de l'ebe,6,73,90 5,83 6,06 0,00 0,00-9,01,37 MO18 Taux de résultat net / Travaux propres 3,,87 3,37,98,01,86,3,39,03 MO18 Taux de résultat net / Travaux propres 15,78 1,5 1, 1, 13,8 1,61 13,81 1,17 13,35 MO19 Variation du résultat net,1-5,1 6,00 9,8-9,09-5,3-5,36-1,38-11,07 MO19 Variation du résultat net 3,9 5,13 5, 7,87,6-1,87 0,00-7,85 5,88 MO0 Valeur Ajoutée / Effectif (K ),00 1,00 5,00 5,00 5,00 5,00 6,00 7,00 7,00 MO0 Valeur Ajoutée / Effectif (K ),00 6,00 6,00 8,00 8,00 51,00 53,00 51,00 5,00 MO1 Travaux Propres / Effectif (K ) 87,00 89,00 9,00 101,00 10,00 103,00 105,00 107,00 109,00 MO1 Travaux Propres / Effectif (K ) 95,00 98,00 103,00 105,00 111,00 111,00 116,00 113,00 11,00 MO Frais de personnel / Travaux propres 39,00 39,33 38,5 36,5 37,88 37,75 37,73 38,00 38,5 MO Frais de personnel / Travaux propres,98 5,78,56 5,00 5,83 6,33 6,73 8,7 7,97 SF01 Fonds Propres / Fonds Propres + Endettement 91,0 90,81 90,7 87,9 89,69 86,78 87,38 88,93 88,8 SF01 Fonds Propres / Fonds Propres + Endettement 85,6 83, 8, 8,0 8,76 85,3 85,1 8,9 86,10 SF0 Financements stables / Biens stables 36,37 96,83 3,18 336,17 303,35 69,01 7,7 66,7 76, SF0 Financements stables / Biens stables 1,70 7, 30,31 9,39,73 19,7 1,7 06,13 06,33 Secteur Secteur Total Libellé Total Libellé Nombre de dossiers dans l échantillon Nombre de dossiers dans l échantillon AC01 Taux de variation des travaux propres 3,10 5,66,31 5,33-0,17 0,05 1,38 0,06-1,5 AC01 Taux de variation des travaux propres 5,06 7,6 7,5 1,91-1,7,05 1,86 0,39,0 AC0 Taux de marge globale 65,00 63,98 63,10 6,3 6,96 61,98 61,6,8 61,63 AC0 Taux de marge globale 6, 6,5 6,70 63, 65,83 6,96 61,35 6,59 6,53 AC03 Taux de variation de la marge globale,6 5,17,76,1-1,13 0,00 1, 0,31-0,38 AC03 Taux de variation de la marge globale 5,16 8,66 7,01, 0,69 1,9 0,00 0,9 0,8 MO15 Taux de Valeur Ajoutée 5,57 6,10 5,,17 3,7 3,78, 39,77,97 MO15 Taux de Valeur Ajoutée 6,3 6,31 6,56 5,06 5,3 6,38,1,3,57 MO01 Taux de variation de la valeur ajoutée,63,59 5,69,55-1,85 0,51 0,06-0,89 -,06 MO01 Taux de variation de la valeur ajoutée 5,86 8,05 10,88,35 3,3 0,00 0,00-1,5 0,51 MO06 Taux de variation des frais de personnel,07,83, 5,69 1,31 1,87 0,89 1,76-0,09 MO06 Taux de variation des frais de personnel 8,78 9,61 9,76 6,3,7 5,81,16 1,,18 MO16 Taux de l'ebe 6,31 6,31 6,3 5,90,0 5,3,66,61,6 MO16 Taux de l'ebe 17,17 17,9 17,1 13,5 16,53 16,1 13,5 13,6 13,3 MO17 Variation de l'ebe -3,89 1,71 3,71 3,95-8,66 0,00 0,00-10,90-3,06 MO17 Variation de l'ebe 3,,51 9,37 -,5-1,7 -,53-6, -7,58-0,35 MO18 Taux de résultat net / Travaux propres 3,16 3,09 3,7 3,06,,1,08 1,81, MO18 Taux de résultat net / Travaux propres 1,9 1, 13,59 9,06 1,1 1,01 10,39 10,1 9,61 MO19 Variation du résultat net 6,07 8,3,6 9,7-9,6 0,00-1,5-18,30-0,0 MO19 Variation du résultat net 3,73 1,0 1,96-3,66 3,11 0,00-0,09-13,30 3,1 MO0 Valeur Ajoutée / Effectif (K ) 1,00 3,00 6,00 7,00 7,00 9,00 51,00 9,00 9,00 MO0 Valeur Ajoutée / Effectif (K ) 3,00 3,00 9,00 6,00 6,00 6,00,00 7,00 7,00 MO1 Travaux Propres / Effectif (K ) 91,00 95,00 99,00 108,00 106,00 11,00 10,00 1,00 1,00 MO1 Travaux Propres / Effectif (K ) 9,00 96,00 103,00 105,00 99,00 100,00 105,00 113,00 118,00 MO Frais de personnel / Travaux propres 35,7 36,5 36,15 36,8 37,13 35,75 35,07 3,9 33,8 MO Frais de personnel / Travaux propres 6,7,9 6,1,9 8,00 8,61 7,7 8,07 8,8 SF01 Fonds Propres / Fonds Propres + Endettement 89,5 88,51 88,3 89,19 83,18 85,97 85,99 87,85 89,77 SF01 Fonds Propres / Fonds Propres + Endettement 75,83 8,5 8,03 77,56 81,09 75,63 86,0 81,01 86,01 SF0 Financements stables / Biens stables 75,00 88,68 98,1 307,63 6, 71,89 61,19 73,89 7,00 SF0 Financements stables / Biens stables 188,8 183,9 1, 05,55 191,10 157,70 175,3 1,1 11,81

16 30 BTP 01 BTP Votre actualité vue par nos experts Les experts KPMG spécialisés dans le secteur du Bâtiment se tiennent à votre disposition pour vous conseiller et vous accompagner dans la compréhension et l analyse des textes législatifs pour une meilleure mise en application dans votre entreprise. L actualité fiscale, juridique et sociale riche en textes, lois et nouveautés est mise en évidence par quelques questions clés. Si un thème retient votre attention, n'hésitez pas à nous contacter : Nous vous mettrons en relation avec un expert de votre région qui pourra soit, vous rencontrer, soit vous faire parvenir des articles de fond sur les thèmes principaux d actualité. 1 RGE : une qualification incontournable Quels sont les intérêts et avantages d une qualification RGE (Reconnu Garant de l Environnement) pour votre entreprise? Quel est le process et quelles sont les étapes d obtention d une telle qualification? 3 Nouvelles mentions obligatoires sur les factures Quelles sont les nouvelles mentions obligatoires sur les factures-clients? Depuis quelle date? Aides publiques renforcées Comment adapter votre offre grâce aux aides publiques renforcées? Quelles en sont leurs caractéristiques? Mise en place du statut de l étudiant entrepreneur Quelles sont les conditions de mise en place de ce nouveau statut? Quelles perspectives d évolutions pour l étudiant entrepreneur? 5 Mesures Juridiques 01 : Loi Pinel, Ordonnance du 31 juillet 01 : cession de parts SARL, Loi du 31 juillet 01 relative à l économie sociale et solidaire Quels sont les acteurs concernés par la Loi Pinel? Dans quelle mesure cette Loi peut-elle les impacter? La loi du 31 juillet relative à l économie sociale et solidaire a-t-elle un impact sur l entreprise du bâtiment? 7 Compte personnel de prévention de la pénibilité De quelle manière le CPPP est-il alimenté? Quels sont les impacts pour votre entreprise? 6 Protection sociale complémentaire Même si vous avez un dispositif de protection sociale complémentaire, êtes-vous encore en conformité avec le décret du 9 janvier 01? 8 Disparition du DIF dans l entreprise Comment amorcer le changement du DIF (Droit Individuel à la Formation) vers le CPF (Compte Personnel de Formation)? Quels sont les bénéfices apportés par la création du CPF?

17 3 BTP 01 BTP KPMG, partenaire des entrepreneurs du Bâtiment vous accompagne partout en France Dans un contexte d absence de reprise, voire de recul d activité, la concurrence est de plus en plus ardue. Elle vous contraint en tant que dirigeant à davantage anticiper et à devenir plus réactif face aux problématiques suivantes : Quelle est votre marge de négociation sur vos coefficients et vos prix de vente horaire? Quel volume d heures devez-vous assurer pour couvrir vos frais fixes? Comment adapter votre organisation pour faire face à une perte d activité ou de marge? Vos indicateurs de performance sont-ils pertinents et corrects par rapport à la concurrence? Afin de vous accompagner dans cette recherche permanente d optimisation de rentabilité, nos spécialistes du Bâtiment mettent à votre disposition une palette d outils techniques adaptés à votre entreprise : dossier de gestion bâtiment, tableau de bord bâtiment, analyse de prix de revient, benchmark des principaux indicateurs. KPMG en un regard KPMG premier groupe français d audit, de conseil et d expertise comptable. Nos métiers, nos marchés KPMG accompagne les sociétés cotées et groupes internationaux dans le cadre de missions d audit, de conseil financier (acquisitions-cessions, introduction en bourse ) et de conseil en management. Le cabinet intervient auprès des PME, ETI, groupes familiaux, TPE, artisans, commerçants et professions libérales pour les accompagner à chaque étape de leur développement : expertise comptable, certification des comptes, aide à la création, évaluation, gestion sociale, transmission, conseil patrimonial, juridique et fiscal KPMG apporte également son expertise aux acteurs de l Économie Sociale et Solidaire et au Secteur public, État et collectivités territoriales sur des sujets aussi variés que l information financière, la gouvernance, l évaluation, le pilotage, le contrôle interne ou externe Réseau BTP KPMG en France - Chiffres clés Une équipe dédiée, Une offre sur mesure pour : T N hésitez pas à prendre contact avec nous, nous nous ferons un plaisir de vous conseiller dans le développement de votre entreprise et de vous mettre en relation avec le bureau KPMG le plus proche de chez vous. Contact : Virginie Sablé Responsable Développement Bâtiment Accompagnement à la création, Expertise comptable, Conseil, Gestion sociale, Juridique, Formation, Audit patrimonial, Benchmarking. + de clients entrepreneurs du Bâtiment nous font confiance. 38 implantations salariés KPMG en France compte plus de clients parmi lesquels : 00 sociétés cotées ou faisant appel public à l épargne Près de 30 % des PME de plus de salariés associations et acteurs de l Économie Sociale et Solidaire artisans, commerçants, TPE et professions libérales références dans les collectivités publiques 89 millions d euros de Chiffre d affaires

18 3 BTP 01 BTP Vos réflexions

19 36 BTP 01 kpmg.fr Contacts KPMG S.A. Immeuble Le Palatin - 3 cours du Triangle 9939 Paris La Défense Cedex Tél. : +33 (0) Retrouvez l actualité de votre secteur sur Viadeo, en vous inscrivant au hub l actualité des entrepreneurs du bâtiment Est Lionel Marteau Tél. : +33 (0) Rhône-Alpes - Auvergne Bourgogne Franche-Comté Fréderic Fely Tél. : +33 (0) Nord François Vandermeersch Tél. : +33 (0) Alice Neuville Tél. : +33 (0) Sud-Est Adrien Jonard Tél. : +33 (0) Normandie Jérôme Mallet Tél. : +33 (0) Sud-Ouest Franck Villaeys-Sakalian Tél. : +33 (0) Ouest Jean-Pierre Joseph Tél. : +33 (0) Thierry Gautheron Tél. : +33 (0) DÉPARTEMENTS FRANÇAIS D AMÉRIQUE Gilles Defert Tél. : +33 (0) Paris & Centre Hervé Pichery Tél. : +33 (0) DÉPARTEMENT d outre mer François Viroleau Tél. : +33 (0) Direction Nationale Gestion Sociale (Facilio ) Patrick Bordas Tél. : +33 (0) Les informations contenues dans ce document sont d ordre général et ne sont pas destinées à traiter les particularités d une personne ou d une entité. Bien que nous fassions tout notre possible pour fournir des informations exactes et appropriées, nous ne pouvons garantir que ces informations seront toujours exactes à une date ultérieure. Elles ne peuvent ni ne doivent servir de support à des décisions sans validation par les professionnels ad hoc. KPMG S.A. est une société anonyme d expertise comptable et de commissariat aux comptes à directoire et conseil de surveillance au capital social de euros RCS Nanterre. Siège social : Immeuble Le Palatin, 3 cours du Triangle, 9939 Paris La Défense Cedex. KPMG S.A. est membre du réseau KPMG constitué de cabinets indépendants adhérents de KPMG International Cooperative ( KPMG International ), une entité de droit suisse. KPMG International ne propose pas de services aux clients. Aucun cabinet membre n a le droit d engager KPMG International ou les autres cabinets membres vis-à-vis des tiers. KPMG International n a le droit d engager aucun cabinet membre. 01 KPMG S.A., société anonyme d expertise comptable et de commissariat aux comptes, membre français du réseau KPMG constitué de cabinets indépendants adhérents de KPMG International Cooperative, une entité de droit suisse. Tous droits réservés. Imprimé en France sur Oxygen Silk. Référence : Moyennes BTP - Code : 1611 Réalisation : Direction Communication Corporate VM Communication - Novembre 01 Comité de rédaction : Annie Chauzu, Fréderic Fély, Thierry Gautheron, Jérôme Mallet, Hervé Pichery, Virginie Sablé, François Vandermeersch, Franck Villaeys-Sakalian.

Artisans et entreprises du bâtiment

Artisans et entreprises du bâtiment Artisans et entreprises du bâtiment Vous accompagner tout au long de vos projets Expertise comptable & conseil Artisans et entreprises du bâtiment - Vous accompagner tout au long de vos projets Gérer votre

Plus en détail

Organismes mutualistes Activités d assurance Relevons ensemble vos défis. kpmg.fr

Organismes mutualistes Activités d assurance Relevons ensemble vos défis. kpmg.fr Organismes mutualistes Activités d assurance Relevons ensemble vos défis kpmg.fr Les défis du futur Une réponse adaptée Les mutuelles du livre II du Code de la mutualité font face à de réelles mutations,

Plus en détail

Vous accompagner tout au long de vos projets, pour votre café, hôtel, restaurant. Expertise comptable & conseil

Vous accompagner tout au long de vos projets, pour votre café, hôtel, restaurant. Expertise comptable & conseil Vous accompagner tout au long de vos projets, pour votre café, hôtel, restaurant Expertise comptable & conseil Vous accompagner tout au long de vos projets, pour votre café, hôtel, restaurant Depuis 1922,

Plus en détail

Votre Conseil patrimonial

Votre Conseil patrimonial Votre Conseil patrimonial KPMG à votre écoute pour...... vous conseiller dans la gestion financière et fiscale de votre patrimoine Vos questions > Comment développer mon patrimoine privé et professionnel

Plus en détail

OptimHome. Proposition de mission Conseillers Optimhome. Octobre 2014

OptimHome. Proposition de mission Conseillers Optimhome. Octobre 2014 OptimHome Proposition de mission Conseillers Optimhome Octobre 2014 KPMG : Qui sommes nous? KPMG en bref Un réseau international Une présence nationale Une proximité régionale Premier groupe français d

Plus en détail

Vous accompagner dans la gestion et les projets de votre exploitation agricole EXPERTISE COMPTABLE & CONSEIL

Vous accompagner dans la gestion et les projets de votre exploitation agricole EXPERTISE COMPTABLE & CONSEIL Vous accompagner dans la gestion et les projets de votre exploitation agricole EXPERTISE COMPTABLE & CONSEIL Vous accompagner dans la gestion et les projets de votre exploitation agricole KPMG accompagne

Plus en détail

Secteur du bâtiment. Étude et analyse Regard d Experts. Édition 2013

Secteur du bâtiment. Étude et analyse Regard d Experts. Édition 2013 Secteur du bâtiment Étude et analyse Regard d Experts Édition 13 Sommaire Éditorial p 3 1. Regard d Experts : aspects économiques et financiers p 1.1 Structure de l échantillon p 5 1. Croissance atone

Plus en détail

Les enjeux et clés de succès des entreprises familiales. kpmg.fr

Les enjeux et clés de succès des entreprises familiales. kpmg.fr Les enjeux et clés de succès des entreprises familiales kpmg.fr 1 Les enjeux et clés de succès des entreprises familiales Les enjeux et clés de succès des entreprises familiales 2 La gestion de la trésorerie,

Plus en détail

observatoire du Transport Sanitaire 2014 kpmg.fr

observatoire du Transport Sanitaire 2014 kpmg.fr observatoire du Transport Sanitaire 2014 kpmg.fr Edito Marc Basset, Associé, Responsable du secteur Transport sanitaire C est avec un grand plaisir que nous vous présentons l Observatoire du Transport

Plus en détail

La Franchise participative. Filière Franchise & Réseaux

La Franchise participative. Filière Franchise & Réseaux La Franchise participative Filière Franchise & Réseaux 2015 La Franchise Participative Le franchiseur détient des parts dans la société franchisée (jusqu à 50%) Cependant, il doit se limiter à une participation

Plus en détail

Crise économique, prélèvements fiscaux et sociaux, quels arbitrages pour la pérennité des PME et ETI? Janvier 2014

Crise économique, prélèvements fiscaux et sociaux, quels arbitrages pour la pérennité des PME et ETI? Janvier 2014 Crise économique, prélèvements fiscaux et sociaux, quels arbitrages pour la pérennité des PME et ETI? Janvier 2014 Introduction Comprendre le tissu des entreprises pour mieux les accompagner est un objectif

Plus en détail

Business Emergency Solutions (Team)

Business Emergency Solutions (Team) Business Emergency Solutions (Team) Situations non conformes kpmg.fr Des situations de plus en plus complexes et délicates dans des environnements souvent dégradés Les entreprises doivent de plus en plus

Plus en détail

Association des Producteurs de Leads sur Internet

Association des Producteurs de Leads sur Internet TECHNOLOGIES, MEDIAS & TELECOMMUNICATIONS Association des Producteurs de Leads sur Internet Baromètre 2014 de la génération de Leads sur Internet 10 septembre 2014 I. Présentation du baromètre Il s agit

Plus en détail

Tendance et développement des. de l e-commerce. TPE/PME / PME sur le marché. Novembre 2014. Novembre 2014

Tendance et développement des. de l e-commerce. TPE/PME / PME sur le marché. Novembre 2014. Novembre 2014 Tendance et développement des TPE/PME / PME sur le marché de l e-commerce Novembre 2014 Novembre 2014 Point de vue de l expert KPMG On constate une certaine frilosité des chefs d entreprise à vendre en

Plus en détail

Associations Dossiers pratiques

Associations Dossiers pratiques Associations Dossiers pratiques Optimisez la gestion financière de votre association (Dossier réalisé par Laurent Simo, In Extenso Rhône Alpes) Les associations vivent et se développent dans un contexte

Plus en détail

LE TABLEAU DE BORD DE SUIVI DE L ACTIVITE

LE TABLEAU DE BORD DE SUIVI DE L ACTIVITE TABLEAU DE BORD LE TABLEAU DE BORD DE SUIVI DE L ACTIVITE DEFINITION Le tableau de bord est un support (papier ou informatique) qui sert à collecter de manière régulière des informations permettant de

Plus en détail

DOSSIER DE GESTION. Sommaire

DOSSIER DE GESTION. Sommaire 102 Allée de Barcelone 31000 TOULOUSE Forme juridique : ENTREPRISE INDIVIDUELLE Régime fiscal : R. Simplifié Date exercice : 01/07/2012 au 30/06/2013-12 DOSSIER DE GESTION Sommaire Présentation de l'exploitation

Plus en détail

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Eco-Fiche Janvier 2013 BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Retour sur l année 2012 : l atonie En 2012, le Produit Intérieur Brut (PIB) s est élevé à 1 802,1 milliards d euros, soit

Plus en détail

Baromètre sur le financement et l accès au crédit des PME

Baromètre sur le financement et l accès au crédit des PME Baromètre sur le financement et l accès au crédit des PME - Vague 24 - Sondage Ifop pour KPMG et CGPME Contact Ifop : Flore Aline Colmet Daâge Directrice d Etudes Département Opinion et Stratégies d Entreprise

Plus en détail

Business Emergency Solutions. kpmg.fr

Business Emergency Solutions. kpmg.fr Business Emergency Solutions kpmg.fr Des situations de plus en plus complexes et délicates dans des environnements souvent dégradés Les entreprises doivent de plus en plus souvent faire face à des situations

Plus en détail

INSTALLATION D ÉQUIPEMENTS D ÉNERGIE RENOUVELABLE

INSTALLATION D ÉQUIPEMENTS D ÉNERGIE RENOUVELABLE INSTALLATION D ÉQUIPEMENTS D ÉNERGIE RENOUVELABLE SOMMAIRE LE MARCHÉ DE L'INSTALLATION D ÉQUIPEMENTS D ÉNERGIE RENOUVELABLE... 2 LA RÉGLEMENTATION DE L'INSTALLATION D ÉQUIPEMENTS D ÉNERGIE RENOUVELABLE...

Plus en détail

Baromètre sur le financement et l accès au crédit des PME

Baromètre sur le financement et l accès au crédit des PME Baromètre sur le financement et l accès au crédit des PME - Vague 22 - Sondage Ifop pour KPMG et CGPME Contact Ifop : Flore-Aline Colmet Daâge Directrice d Etudes Département Opinion et Stratégies d Entreprise

Plus en détail

FINANCE PME «Mieux maîtriser la gestion pour améliorer ses résultats»

FINANCE PME «Mieux maîtriser la gestion pour améliorer ses résultats» FINANCE PME «Mieux maîtriser la gestion pour améliorer ses résultats» PHASE I : FORMATION COLLECTIVE PHASE II : ACCOMPAGNEMENT INDIVIDUEL PHASE I PROGRAMME DE FORMATION FINANCE PME «Mieux maîtriser la

Plus en détail

Baromètre sur le financement et l accès au crédit des PME

Baromètre sur le financement et l accès au crédit des PME pour Baromètre sur le financement et l accès au crédit des PME - Vague 18 - Mai 2013 Note méthodologique Etude réalisée pour : KPMG et CGPME Echantillon : Echantillon de 401 dirigeants d entreprise, représentatif

Plus en détail

Le financement de l entreprise

Le financement de l entreprise Le financement de l entreprise Lors de sa création, puis au cours de son développement, l entreprise au moment opportun, doit détenir les ressources financières nécessaires pour faire face à ses échéances,

Plus en détail

SESP Infos rapides IPEA - ENSEMBLE DES TRAVAUX D'ENTRETIEN-AMELIORATION DE LOGEMENTS. 1er trim.05. glissementbt50 glissementipea IPEA BT50

SESP Infos rapides IPEA - ENSEMBLE DES TRAVAUX D'ENTRETIEN-AMELIORATION DE LOGEMENTS. 1er trim.05. glissementbt50 glissementipea IPEA BT50 CONSTRUCTION N 441 - Juin 2008 Légère accélération de l indice des prix des travaux d entretien-amélioration de logements au 1 er trimestre 2008 Au premier trimestre 2008, l indice des prix des travaux

Plus en détail

Enquête sur le financement des TPE-PME du MEDEF Situations, perspectives et outils de financement des TPE-PME en 2014

Enquête sur le financement des TPE-PME du MEDEF Situations, perspectives et outils de financement des TPE-PME en 2014 des TPE-PME du MEDEF Situations, perspectives et outils de financement des TPE-PME en 2014 MEDEF Actu-Eco semaine du 16 au 20 juin 2014 1 Introduction Contexte Le MEDEF suit avec une grande attention la

Plus en détail

Notre offre de service : un accompagnement par des experts sur l ensemble des problématiques liées au diagnostic financier

Notre offre de service : un accompagnement par des experts sur l ensemble des problématiques liées au diagnostic financier SANTE Diagnostic financier et aide à l élaboration d un plan de redressement Comment s approprier la démarche de diagnostic? Les enjeux Depuis la mise en place de la T2A, les établissements de santé sont

Plus en détail

Commune de Bourcefranc-le- Chapus: Audit financier. Conseil Municipal du 22 juillet 2014

Commune de Bourcefranc-le- Chapus: Audit financier. Conseil Municipal du 22 juillet 2014 Commune de Bourcefranc-le- Chapus: Audit financier Conseil Municipal du 22 juillet 2014 Eléments de cadrage de la situation financière de la Commune de Bourcefranc-le- Chapus Les soldes intermédiaires

Plus en détail

TRAVAUX DE PLOMBERIE SOMMAIRE

TRAVAUX DE PLOMBERIE SOMMAIRE TRAVAUX DE PLOMBERIE SOMMAIRE LE MARCHÉ DES TRAVAUX DE PLOMBERIE... 2 LA RÉGLEMENTATION DES TRAVAUX DE PLOMBERIE... 5 L'ACTIVITÉ DES TRAVAUX DE PLOMBERIE... 8 LES POINTS DE VIGILEANCE DES TRAVAUX DE PLOMBERIE...

Plus en détail

Fiche. Le diagnostic financier. 1 Introduction. 2 Le contexte du diagnostic. A Les objectifs du diagnostic financier. B Les préalables du diagnostic

Fiche. Le diagnostic financier. 1 Introduction. 2 Le contexte du diagnostic. A Les objectifs du diagnostic financier. B Les préalables du diagnostic Le diagnostic financier Fiche 1 1 Introduction Le diagnostic financier permet d évaluer le potentiel de l entité. Il peut se faire en différentes occasions (achat d entreprise, placements, demande d emprunt,

Plus en détail

Comprendre les flux financiers Gérer sa trésorerie Quels financements courts termes?

Comprendre les flux financiers Gérer sa trésorerie Quels financements courts termes? Comprendre les flux financiers Gérer sa trésorerie Quels financements courts termes? Yves MARTIN-CHAVE Conseil financier ymc@innovatech.fr 06 27 28 53 34 innovatech-conseil.com Innovatech Conseil Les documents

Plus en détail

Le Pacte de responsabilité et de solidarité

Le Pacte de responsabilité et de solidarité Le Pacte de responsabilité et de solidarité La France est à un moment décisif. Depuis plus de dix ans, l appareil de production s est affaibli, la compétitivité s est détériorée et le niveau de chômage

Plus en détail

Associations Dossiers pratiques

Associations Dossiers pratiques Associations Dossiers pratiques L insertion par l économique Un secteur fragilisé (Dossier réalisé par Sébastien Desitter, Expert-comptable, Commissaire aux comptes, In Extenso Rhône-Alpes) Né dans les

Plus en détail

Diagnostic financier - Corrigé

Diagnostic financier - Corrigé Diagnostic financier - Corrigé Nous effectuerons ce diagnostic financier en présentant d abord une étude de rentabilité et de profitabilité du groupe Nestor, ensuite une étude de la structure financière

Plus en détail

RÉSULTATS 2008 - PERSPECTIVES 2009 DE LA BANQUE POSTALE

RÉSULTATS 2008 - PERSPECTIVES 2009 DE LA BANQUE POSTALE COMMUNIQUÉ DE PRESSE Paris, le 24 mars 2008 RÉSULTATS 2008 - PERSPECTIVES 2009 DE LA BANQUE POSTALE En 2008, La Banque Postale a confirmé sa place unique et singulière sur le marché de la banque de détail

Plus en détail

La méthode des scores, particulièrement de la Banque de France

La méthode des scores, particulièrement de la Banque de France La méthode des scores, particulièrement de la Banque de France Devant la multiplication des défaillances d entreprises au cours des années 80 et début des années 90, la Banque de France a produit des travaux

Plus en détail

«L année 2013 a été marquée par le lancement du FALCON 5X, qui enrichit la gamme FALCON, et par la consolidation du socle France du RAFALE.

«L année 2013 a été marquée par le lancement du FALCON 5X, qui enrichit la gamme FALCON, et par la consolidation du socle France du RAFALE. Prises de commandes 64 FALCON contre 58 en 2012 Livraisons 77 FALCON et 11 RAFALE contre 66 FALCON et 11 RAFALE en 2012 Chiffre d'affaires 4 593 millions d'euros, en hausse de 17% Résultat Net ajusté(*)

Plus en détail

Dans le prolongement de l observatoire Finances, l APVF et LOCALNOVA ont actualisé l étude

Dans le prolongement de l observatoire Finances, l APVF et LOCALNOVA ont actualisé l étude localnova OBS Observatoire des finances locales des Petites Villes de France novembre # Dans le prolongement de l observatoire Finances, l APVF et LOCALNOVA ont actualisé l étude financière prospective

Plus en détail

FICHE N 1 FONCTIONNEMENT DE L EIRL

FICHE N 1 FONCTIONNEMENT DE L EIRL L ENTREPRENEUR INDIVIDUEL À RESPONSABILITÉ LIMITÉE BERCY > LE 27 JANVIER 2010 FICHE N 1 FONCTIONNEMENT DE L EIRL Quel est l intérêt du dispositif? L EIRL permet la séparation du patrimoine de l entrepreneur,

Plus en détail

Tendances et perspectives du bâtiment. Édition 2012

Tendances et perspectives du bâtiment. Édition 2012 Tendances et perspectives du bâtiment Édition 1 Avec la 19 e édition de l étude Tendances et Perspectives, nous voulons réaffirmer encore un peu plus nos liens continus avec le secteur du bâtiment. Nous

Plus en détail

Performance des grands groupes bancaires français au 31 mars 2012

Performance des grands groupes bancaires français au 31 mars 2012 Performance des grands groupes bancaires français au 31 mars 2012 Mercredi 16 mai 2012 Sommaire : Introduction > Un premier trimestre 2012 impacté par des éléments exceptionnels > Une dynamique commerciale

Plus en détail

SUR LES RETRAITES PAR REPARTITION DU SECTEUR PRIVE ET LES FONDS DE PENSION

SUR LES RETRAITES PAR REPARTITION DU SECTEUR PRIVE ET LES FONDS DE PENSION DOSSIER RETRAITES: MAI 2003 SUR LES RETRAITES PAR REPARTITION DU SECTEUR PRIVE ET LES FONDS DE PENSION 1. LE SYSTEME DE RETRAITES PAR REPARTITION 1.1. INTRODUCTION Les régimes de retraites des travailleurs

Plus en détail

DCG session 2010 UE4 Finance d entreprise Corrigé indicatif. Dossier 1 - Diagnostic financier

DCG session 2010 UE4 Finance d entreprise Corrigé indicatif. Dossier 1 - Diagnostic financier DCG session 2010 UE4 Finance d entreprise Corrigé indicatif Dossier 1 - Diagnostic financier 1. Intérêt des tableaux de flux de trésorerie - Analyse de l évolution de la trésorerie Les tableaux de flux

Plus en détail

06 juin 2012. Réunion SFAF. Présentation des résultats annuels 2011/12. clos le 31 mars 2012

06 juin 2012. Réunion SFAF. Présentation des résultats annuels 2011/12. clos le 31 mars 2012 Réunion SFAF Présentation des résultats annuels 2011/12 clos le 31 mars 2012 Agenda 1. Fiche d'identité de Solucom 2. Marché et activité de l'exercice 2011/12 3. Résultats financiers 2011/12 4. Alturia

Plus en détail

Formalisez votre projet : de la réflexion à sa mise en oeuvre Création - Développement - Reprise. Cession - Acquisition (carte professionnelle n T388)

Formalisez votre projet : de la réflexion à sa mise en oeuvre Création - Développement - Reprise. Cession - Acquisition (carte professionnelle n T388) Formalisez votre projet : de la réflexion à sa mise en oeuvre Création - Développement - Reprise Réalisation de votre BUSINESS PLAN : analyse, implantation, prévisions financières, choix juridique et fiscal,

Plus en détail

Pacte national pour la croissance, la compétitivité et l emploi

Pacte national pour la croissance, la compétitivité et l emploi Pacte national pour la croissance, la compétitivité et l emploi Construisons ensemble le nouveau modèle français La crise économique mondiale, d une ampleur sans précédent depuis 80 ans, ralentit la consommation,

Plus en détail

Baromètre PME Wallonie Bruxelles : Quatrième trimestre 2013

Baromètre PME Wallonie Bruxelles : Quatrième trimestre 2013 Baromètre PME Wallonie Bruxelles : Quatrième trimestre 2013 L UCM a créé un indicateur de conjoncture pour les PME wallonnes et bruxelloises. Ce "baromètre" est réalisé chaque trimestre, sur base des réponses

Plus en détail

L indice des prix des travaux d entretienamélioration. de logements à la fin du deuxième trimestre 2009

L indice des prix des travaux d entretienamélioration. de logements à la fin du deuxième trimestre 2009 COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE n 68 Septembre 2009 Indices des prix des travaux d entretien-amélioration de logements à la fin du deuxième trimestre 2009 OBSERVATION ET STATISTIQUES LOGEMENT

Plus en détail

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2010

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2010 LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2010 4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES 4-1 Les comptes des collectivités territoriales et de leurs groupements à fiscalité propre 54 4-2 Les comptes des communes

Plus en détail

Lire et analyser son Bilan (14 H) à REIMS

Lire et analyser son Bilan (14 H) à REIMS Lire et analyser son Bilan (14 H) à REIMS Public : Artisans et conjoints collaborateurs, salarié(s). Objectifs : Analyser son bilan Extraire les chiffres clés de son entreprise Permettre une analyse financière

Plus en détail

DCG session 2008 UE6 Finance d entreprise Corrigé indicatif DOSSIER 1 - DIAGNOSTIC FINANCIER

DCG session 2008 UE6 Finance d entreprise Corrigé indicatif DOSSIER 1 - DIAGNOSTIC FINANCIER DCG session 2008 UE6 Finance d entreprise Corrigé indicatif DOSSIER 1 - DIAGNOSTIC FINANCIER Première partie : Les outils du diagnostic financier proposés dans cette étude 1. Calculer les soldes intermédiaires

Plus en détail

UE 4 Comptabilité et audit 2 Identification du candidat (prénom, nom) : 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10

UE 4 Comptabilité et audit 2 Identification du candidat (prénom, nom) : 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 Diplôme Supérieur de Comptabilité et de Gestion DSCG D é c r e t N 2 0 0 6-1 7 0 6 d u 2 2 d é c e m b r e 2 0 0 6 - A r r ê t é d u 8 m a r s 2 0 1 0 Validation des Acquis de l Expérience VAE R é f é

Plus en détail

EXPERT-COMPTABLE. Création et diffusion Tous droits réservés, reproduction interdite sans autorisation de l auteur Mise à jour : 15/09/2014 1

EXPERT-COMPTABLE. Création et diffusion Tous droits réservés, reproduction interdite sans autorisation de l auteur Mise à jour : 15/09/2014 1 EXPERT-COMPTABLE SOMMAIRE LE MARCHÉ DE L'EXPERT-COMPTABLE... 2 LA RÉGLEMENTATION DE L'EXPERT-COMPTABLE... 5 L'ACTIVITÉ DE L'EXPERT-COMPTABLE... 7 LES POINTS DE VIGILANCE DE L'EXPERT-COMPTABLE... 10 EN

Plus en détail

Gestion. des cabinets d'expertise comptable. Octobre 2010

Gestion. des cabinets d'expertise comptable. Octobre 2010 Gestion des cabinets d'expertise comptable Octobre 2010 Sommaire Avant-propos... 2 Synthèse en quelques chiffres... 2 Les cabinets sans salariés... 2 Les cabinets de 1 à 49 salariés... 2 Le chiffre d affaires

Plus en détail

OBSERVATOIRE UFF / IFOP DE LA CLIENTÈLE PATRIMONIALE

OBSERVATOIRE UFF / IFOP DE LA CLIENTÈLE PATRIMONIALE OBSERVATOIRE UFF / IFOP DE LA CLIENTÈLE PATRIMONIALE Edition 2014 Perception du risque et comportement d investissement 3 décembre 2014 Pourquoi un Observatoire UFF/IFOP de la clientèle patrimoniale? Parce

Plus en détail

INSTALLATION D ÉQUIPEMENTS THERMIQUES ET DE CLIMATISATION

INSTALLATION D ÉQUIPEMENTS THERMIQUES ET DE CLIMATISATION INSTALLATION D ÉQUIPEMENTS THERMIQUES ET DE CLIMATISATION SOMMAIRE LE MARCHÉ DE L'INSTALLATION D ÉQUIPEMENTS THERMIQUES ET DE CLIMATISATION... 2 LA RÉGLEMENTATION DE L'INSTALLATION D ÉQUIPEMENTS THERMIQUES

Plus en détail

Les Très Petites Entreprises du secteur Construction en Rhône-Alpes

Les Très Petites Entreprises du secteur Construction en Rhône-Alpes Les Très Petites Entreprises du secteur Construction en Rhône-Alpes Un tissu d entreprises en mutation Edition 2012 Septembre 2012 1 SOMMAIRE I. Caractéristiques des Très Petites Entreprises du BTP en

Plus en détail

AVIS DU CESER Séance plénière du 14 novembre 2014

AVIS DU CESER Séance plénière du 14 novembre 2014 AVIS DU CESER Séance plénière du 14 novembre 2014 Orientations Budgétaires 2015 ORIENTATIONS BUDGÉTAIRES 2015 AVIS SUR LE RAPPORT GÉNÉRAL DU PRÉSIDENT DU CONSEIL RÉGIONAL Président : Patrick TASSIN Séance

Plus en détail

Portrait économique du secteur des activités immobilières

Portrait économique du secteur des activités immobilières Portrait économique du secteur des activités immobilières Branche professionnelle de l immobilier Service Observatoires AGEFOS PME 187, quai de Valmy 75010 PARIS agefos-pme.com Portrait économique de la

Plus en détail

CONSULTATION DE PRESTATAIRES CAHIER DES CHARGES

CONSULTATION DE PRESTATAIRES CAHIER DES CHARGES CONSULTATION DE PRESTATAIRES CAHIER DES CHARGES Mise en place de démarches d appui conseil «gestion des âges» dans le cadre du contrat de génération CADRAGE Cet appel à propositions a pour objet l identification

Plus en détail

Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunion du 17/06/2014 Angoulême

Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunion du 17/06/2014 Angoulême Pacte de responsabilité et de solidarité Réunion du 17/06/2014 Angoulême 1 Le Pacte : quel contexte? Contexte national: la reprise économique se dessine, mais le chômage frappe encore trop fort notre pays.

Plus en détail

Pérennisation de l entreprise. Participation au contrôle de gestion

Pérennisation de l entreprise. Participation au contrôle de gestion btsag.com 1/15 26/09/2011 Pérennisation de l entreprise Auteur : C. Terrier; mailto:webmaster@btsag.com ; http://www.btsag.com Utilisation: Reproduction libre pour des formateurs dans un cadre pédagogique

Plus en détail

TechnologyFast50 Baromètre des candidats et lauréats 2006-2012. Novembre 2012

TechnologyFast50 Baromètre des candidats et lauréats 2006-2012. Novembre 2012 TechnologyFast50 Baromètre des candidats et lauréats 2006-2012 Novembre 2012 Sommaire 3 7 9 12 14 19 25 27 31 Présentation du baromètre Profil des entreprises Contexte économique Ressources humaines Financement

Plus en détail

Info CCI. Sortir de la crise! Réagissons ensemble... Edito. Et après... La Sortie de crise se prépare aujourd hui

Info CCI. Sortir de la crise! Réagissons ensemble... Edito. Et après... La Sortie de crise se prépare aujourd hui Et après... Info CCI Faire face à la crise Édition n 2 Edito La Sortie de crise se prépare aujourd hui Le cycle actuel de conjoncture défavorable ne durera pas éternellement! L accélération des cycles

Plus en détail

Le secteur bancaire confronté au défi FATCA. Juillet 2013. kpmg.fr

Le secteur bancaire confronté au défi FATCA. Juillet 2013. kpmg.fr Le secteur bancaire confronté au défi FATCA Juillet 2013 kpmg.fr 1 Le secteur bancaire confronté au défi FATCA Sommaire Contexte et enjeux opérationnels de la réglementation FATCA... 2 Cinq grands chantiers

Plus en détail

Baromètre sur le financement et

Baromètre sur le financement et pour Baromètre sur le financement et - Vague 17 - Contacts : Flore- Aline Colmet Daâge / Guillaume Chevalier 2013 Note méthodologique Etude réalisée pour : KPMG et CGPME Echantillon : Echantillon de 402

Plus en détail

ENTREPRISE DE NETTOYAGE

ENTREPRISE DE NETTOYAGE ENTREPRISE DE NETTOYAGE SOMMAIRE LE MARCHÉ DE L'ENTREPRISE DE NETTOYAGE... 2 LA RÉGLEMENTATION DE L'ENTREPRISE DE NETTOYAGE... 5 L'ACTIVITÉ DE L'ENTREPRISE DE NETTOYAGE... 7 LES POINTS DE VIGILANCE DE

Plus en détail

Résultats annuels 2014 Réunion SFAF, le 18 mars 2015

Résultats annuels 2014 Réunion SFAF, le 18 mars 2015 Résultats annuels 2014 Réunion SFAF, le 18 mars 2015 VM MATÉRIAUX Faits marquants 2014 Résultats 2014 Perspectives et orientations Un maillage régional de proximité, une présence à l international Groupe

Plus en détail

ACTIVITÉ DE L ARTISANAT DU BÂTIMENT : UN DÉBUT D ANNÉE DIFFICILE ET DES TRÉSORERIES ENCORE DÉGRADÉES

ACTIVITÉ DE L ARTISANAT DU BÂTIMENT : UN DÉBUT D ANNÉE DIFFICILE ET DES TRÉSORERIES ENCORE DÉGRADÉES LA LETTRE D INFORMATION HEBDOMADAIRE DU RÉSEAU Conjoncture du 1 er trimestre 215 Avril 215 ACTIVITÉ DE L ARTISANAT DU BÂTIMENT : UN DÉBUT D ANNÉE DIFFICILE ET DES TRÉSORERIES ENCORE DÉGRADÉES Au 1 er trimestre

Plus en détail

La comptabilité de gestion : Fiche pourquoi?

La comptabilité de gestion : Fiche pourquoi? La comptabilité de gestion : Fiche pourquoi? 1 Définition Selon le plan comptable général, la comptabilité de gestion fait apparaître deux aspects : Connaître les coûts et les résultats par produit. Agir

Plus en détail

Bâle III : les impacts à anticiper

Bâle III : les impacts à anticiper FINANCIAL SERVICES Bâle III : les impacts à anticiper Mars 2011 2 Bâle III Bâle III 3 1. Contexte Bâle III a été entériné en novembre 2010 lors du sommet du G20 de Séoul. De nouvelles règles annoncées

Plus en détail

ENTREPRENEURS CONSEIL MBS. Etude ROI Navision. Vers une rationalisation du choix d ERPet une tangibilisationde ses bénéfices

ENTREPRENEURS CONSEIL MBS. Etude ROI Navision. Vers une rationalisation du choix d ERPet une tangibilisationde ses bénéfices ENTREPRENEURS CONSEIL MBS Etude ROI Navision Vers une rationalisation du choix d ERPet une tangibilisationde ses bénéfices * Vers une rationalisation du choix d ERP et une tangibilisation de ses bénéfices

Plus en détail

TRAVAUX DE SERRURERIE

TRAVAUX DE SERRURERIE TRAVAUX DE SERRURERIE SOMMAIRE LE MARCHÉ DES TRAVAUX DE SERRURERIE... 2 LA RÉGLEMENTATION DES TRAVAUX DE SERRURERIE... 5 L'ACTIVITÉ DES TRAVAUX DE SERRURERIE... 8 LES POINTS DE VIGILANCE DES TRAVAUX DE

Plus en détail

Annexe A : Tableau des SOLDES INTERMÉDIAIRES DE GESTION

Annexe A : Tableau des SOLDES INTERMÉDIAIRES DE GESTION FINANCE D ENTREPRISE DCG - Session 2008 Corrigé indicatif DOSSIER 1 - DIAGNOSTIC FINANCIER Première partie : Les outils du diagnostic financier proposés dans cette étude 1. Calculer les soldes intermédiaires

Plus en détail

Bulletin trimestriel de conjoncture n 59

Bulletin trimestriel de conjoncture n 59 Bulletin trimestriel de conjoncture n 59 2 ème trimestre 2013 Repli accentué au 2 ème trimestre (-2%) du volume de travaux d entretienrénovation de logements Cette baisse d activité correspond à une baisse

Plus en détail

2. La définition du chiffre d affaires prévisionnel, traduisant par secteur, l estimation du volume d activité raisonnablement réalisable;

2. La définition du chiffre d affaires prévisionnel, traduisant par secteur, l estimation du volume d activité raisonnablement réalisable; Le plan financier (Pacioli N 87) 1. Le Tableau de financement Le tableau de financement est un outil conçu spécialement pour assurer l équilibre "besoins-ressources" de l entreprise pour une politique

Plus en détail

Aujourd hui vous franchissez un grand pas : vous êtes décidé, «vous créez votre entreprise»!

Aujourd hui vous franchissez un grand pas : vous êtes décidé, «vous créez votre entreprise»! 1 Aujourd hui vous franchissez un grand pas : vous êtes décidé, «vous créez votre entreprise»! La démarche rationnelle qui vise à élaborer un projet de création ou de reprise d entreprise doit se traduire

Plus en détail

Ouvrage conçu et coordonné par HERVÉ HUTIN TOUTE LA FINANCE. Éditions d Organisation, 1998, 2002, 2005 ISBN : 2-7081-3239-3

Ouvrage conçu et coordonné par HERVÉ HUTIN TOUTE LA FINANCE. Éditions d Organisation, 1998, 2002, 2005 ISBN : 2-7081-3239-3 Ouvrage conçu et coordonné par HERVÉ HUTIN TOUTE LA FINANCE, 1998, 2002, 2005 ISBN : 2-7081-3239-3 SOMMAIRE DÉTAILLÉ INTRODUCTION : L évolution de l environnement a transformé les métiers de la finance

Plus en détail

L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT

L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT 1 RAPPORT DU CONSEIL D ORIENTATION POUR L EMPLOI 8 AVRIL 2014 L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT LES «FORMES D EMPLOI : DES REALITES TRES DIVERSES ET EN PLEINE EVOLUTION, QUI DESSINENT

Plus en détail

Evolution des risques sur les crédits à l habitat

Evolution des risques sur les crédits à l habitat Evolution des risques sur les crédits à l habitat n 5 février 2012 1/17 SOMMAIRE 1. PRINCIPALES CARACTÉRISTIQUES DE LA PRODUCTION... 4 2. ANALYSE DÉTAILLÉE DES INDICATEURS DE RISQUE... 8 2.1 Montant moyen

Plus en détail

édito Annie Chauzu Associée KPMG Responsable du réseau Entrepreneurs du Bâtiment

édito Annie Chauzu Associée KPMG Responsable du réseau Entrepreneurs du Bâtiment édito Nous avons le plaisir de vous présenter la 18 e édition des Tendances et perspectives du bâtiment. Vous y retrouverez, comme chaque année, les points clés économiques, sociaux et financiers de la

Plus en détail

Connaissez-vous GROUPAMA BANQUE?

Connaissez-vous GROUPAMA BANQUE? Groupama Banque - Direction de la communication externe - Groupama participe à la protection de l'environnement en utilisant un site imprim vert et des papiers issus des forêts gérées durablement et en

Plus en détail

Le compte administratif 2012 de la Région Alsace. Avis

Le compte administratif 2012 de la Région Alsace. Avis Le compte administratif 2012 de la Région Alsace Avis 24 juin 2013 Avis Le compte administratif 2012 de la Région Alsace Avis du 24 juin 2013 Vu la Loi n 82-213 du 2 mars 1982 relative aux droits et libertés

Plus en détail

ANALAYSE FINANCIERE 1] BILAN FONCTIONNEL

ANALAYSE FINANCIERE 1] BILAN FONCTIONNEL ANALAYSE FINANCIERE 1] BILAN FONCTIONNEL Il donne une vision plus économique, il présente la manière dont les emplois sont financés par les ressources. Il permet de mieux comprendre le fonctionnement de

Plus en détail

Electricité - Plomberie

Electricité - Plomberie Electricité - Plomberie 2014-2015 Cette analyse a été réalisée avec les données statistiques de la FCGA et de l ANPRECEGA, membres de l UNPCOGA, et de la base DIANE du Bureau Van Dijk. Sommaire Sommaire

Plus en détail

INITIATION À LA COMPTABILITÉ GÉNÉRALE

INITIATION À LA COMPTABILITÉ GÉNÉRALE Comptabilité 155 INITIATION À LA COMPTABILITÉ GÉNÉRALE Etre capable d assurer le suivi quotidien des opérations courantes dans une entreprise afin de faciliter les échanges avec son expert comptable. Assistante

Plus en détail

ENQUETE QUALITE AUPRES DES DIRIGEANTS PME / PMI. Contribuer à la performance de l entreprise. Novembre 1999. GT015-rev octobre 2002

ENQUETE QUALITE AUPRES DES DIRIGEANTS PME / PMI. Contribuer à la performance de l entreprise. Novembre 1999. GT015-rev octobre 2002 GT015-rev octobre 2002 ENQUETE QUALITE AUPRES DES DIRIGEANTS PME / PMI Enquête IPSOS Novembre 1999 Contribuer à la performance de l entreprise 153 rue de Courcelles 75817 Paris cedex 17 Tél. 01 44 15 60

Plus en détail

5 e Baromètre ALMA CG sur l Absentéisme*

5 e Baromètre ALMA CG sur l Absentéisme* Communiqué de presse Gennevilliers, le 05 Septembre 2013 5 e Baromètre ALMA CG sur l Absentéisme* L Absentéisme en France augmente de 18% en 2012, ce qui représente une moyenne de 16,6 jours d absence

Plus en détail

L obligation de négocier sur la pénibilité dans les entreprises. Premiers éléments de bilan. Direction générale du travail

L obligation de négocier sur la pénibilité dans les entreprises. Premiers éléments de bilan. Direction générale du travail CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 21 novembre 2012 à 14 h 30 «Pénibilité. Transition emploi-retraite. Elaboration de cas-types pour les projections.» Document N 6 Document de travail,

Plus en détail

TRAVAUX D INSTALLATION ÉLECTRIQUE

TRAVAUX D INSTALLATION ÉLECTRIQUE TRAVAUX D INSTALLATION ÉLECTRIQUE SOMMAIRE MARCHÉ DES TRAVAUX D INSTALLATION ÉLECTRIQUE... 2 LA RÉGLEMENTATION DES TRAVAUX D INSTALLATION ÉLECTRIQUE... 5 L'ACTIVITÉ DES TRAVAUX D INSTALLATION ÉLECTRIQUE...

Plus en détail

Le Président, Bordeaux, le 14 octobre 2010

Le Président, Bordeaux, le 14 octobre 2010 Le Président, Bordeaux, le 14 octobre 2010 Références à rappeler : FP/033003555/ROD II Monsieur le Maire, Par lettre du 20 août 2009, vous avez été informé que la Chambre régionale des comptes d Aquitaine

Plus en détail

Documents comptables : bilan, compte de résultat et annexe

Documents comptables : bilan, compte de résultat et annexe Documents comptables : bilan, compte de résultat et annexe La fin de l'année, pour les trésoriers, rime avec synthèse comptable. Trois documents doivent être produits. Les deux premiers (bilan et compte

Plus en détail

Croissance et emploi en France, le gouvernement place les PME au centre de son dispositif :

Croissance et emploi en France, le gouvernement place les PME au centre de son dispositif : Croissance et emploi en France, le gouvernement place les PME au centre de son dispositif : Un dispositif d une telle ampleur et avec tant d innovations, de simplications et de sécurisation, du jamais

Plus en détail

LE COURTAGE D ASSURANCE

LE COURTAGE D ASSURANCE Programme 1ère conférence : l éthique du courtier 2ème conférence : la profession du courtier Courtage et environnement concurrentiel Le cadre de l activité L activité La responsabilité des courtiers d

Plus en détail

Fiche. L analyse fonctionnelle du bilan. 1 les travaux préparatoires à l établissement du bilan. fonctionnel

Fiche. L analyse fonctionnelle du bilan. 1 les travaux préparatoires à l établissement du bilan. fonctionnel L analyse fonctionnelle du bilan Fiche 1 1 les travaux préparatoires à l établissement du bilan fonctionnel Le bilan fonctionnel permet une lecture directe de l équilibre financier du bilan. Le retraitement

Plus en détail

Ce que les élus vont trouver dans la BDES

Ce que les élus vont trouver dans la BDES Ce que les élus vont trouver dans la BDES La BDES doit être le support de la consultation sur la stratégie de l entreprise. Elle doit réunir d ici fin 2016 toutes les informations soumises jusque-là de

Plus en détail

Communiqué de presse 5 mars 2015

Communiqué de presse 5 mars 2015 RESULTATS ANNUELS 2014 : DYNAMIQUE DE CROISSANCE CONFIRMEE Accélération de la croissance organique des ventes Nouvelle progression du résultat opérationnel courant de +10,6% Hausse du résultat net des

Plus en détail

PARTENARIAT DU DÉPARTEMENT DES VOSGES AVEC LES ENTREPRISES

PARTENARIAT DU DÉPARTEMENT DES VOSGES AVEC LES ENTREPRISES PARTENARIAT DU DÉPARTEMENT DES VOSGES AVEC LES ENTREPRISES Avec les entreprises, le Conseil Général fait bouger les Vosges! Création Développement Reprise d entreprise CONSEIL GENERAL DES VOSGES 1 8 rue

Plus en détail

CONJONCT URE. +1 point. Intentions de recrutements de cadres : entre prudence et reprise de confiance

CONJONCT URE. +1 point. Intentions de recrutements de cadres : entre prudence et reprise de confiance CONJONCT URE estre NOTE DE conjoncture TRIMESTRIELLE de L APEC N Intentions de recrutements de cadres : entre prudence et reprise de confiance Les recruteurs font toujours preuve de prudence dans leurs

Plus en détail