QUI SUIS-JE? Par MONIQUE PRUDET, ASSISTANTE SOCIALE INDEPENDANTE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "QUI SUIS-JE? Par MONIQUE PRUDET, ASSISTANTE SOCIALE INDEPENDANTE"

Transcription

1 1 QUI SUIS-JE? Par MONIQUE PRUDET, ASSISTANTE SOCIALE INDEPENDANTE 4 BIS RUE DE PARIS BOISSY ST LEGER

2 2 MA GENESE : Je suis devenue assistante sociale non par vocation mais parce que c était un métier qui permettait des contacts humains et de «bouger» et surtout, pour moi, de travailler rapidement. Pour des raisons personnelles et familiales, je rêvais d un métier plus actif comme journaliste mais les études étaient trop longues et à l époque, trop chères. J ai donc passé les examens d entrée dans une seule école (sans engagement avec l état) pour ne pas me sentir attachée à une administration (déjà) et espérant peut-être inconsciemment être refusée. Mais finalement, j ai été admise, j ai fait mes trois années d études, des stages qui s étaient bien passés et qui me plaisaient, et j ai eu mon diplôme simplement en fin d études (pour les curieux en 1975 ce qui ne nous rajeunit pas). A l époque, post soixante-huit, les polyvalences de secteur venaient de se mettre en place avec ses idéaux sociaux de travail de groupe et collectif. J ai pu choisir mon secteur et je suis restée 5 ans sur un quartier varié d une ville de banlieue où toutes les catégories de personnes et de travail étaient représentées (familles ouvrières françaises ou immigrées, personnes âgées, assistantes maternelles, artisans, petits commerçants). L opportunité de changer s est présentée par hasard lors d une petite annonce lue par une collègue qui

3 3 m indiquait qu un établissement pour handicapés recherchait une assistante sociale pour une création de poste, ceci tout près de chez moi. Commençant peut-être à trop connaître mon quartier et à m ennuyer un peu, j ai donc postulé et suis partie à l aventure travailler pour les travailleurs handicapés d un centre d aide par le travail. Il fallait mettre en place le service, j étais libre de travailler comme je l entendais à une seule condition : que mes idées ne coûtent pas trop chères! Je pense y avoir fait un bon travail : ils étaient 115 travailleurs handicapés. Lorsque je suis arrivée dans l établissement, seul deux d entres eux vivaient autonomes avec des difficultés, lorsque j ai quitté l établissement, ils étaient vingt. Mais, je les connaissais trop, eux aussi, et j avoue que j ai commencé à m ennuyer. A la suite d une accumulation de deuils personnels, l envie de voir autre chose s est faite jour mais je n avais plus envie de retrouver un travail traditionnel. Le déclic s est fait lors de l attente de mon deuxième enfant : la rencontre avec une collègue (la première officiellement qui travaillait dans le sud de la France auprès de cliniques et de maison de retraite) et mon remplacement possible par une stagiaire. Femme de commerçant mais dont le commerce périclitait à cause de la concurrence de la grande distribution, nous avons alors fait un pari surprenant : mon mari s arrêtait et devenait père au foyer pour s occuper des nos enfants, toutes petites, et moi, je me lançais complètement dans l inconnu.

4 4 LES DEBUTS Je n ai fait aucune étude de marché. Un nouveau hasard m a permis de trouver à 10mn de chez moi, un logement pour profession libérale à louer dont le propriétaire était directeur d une clinique privée psychiatrique qui cherchait depuis quelques temps une assistante sociale à temps partiel et n en trouvait pas. Dés le premier mois, j avais donc le local et le premier client qui m a pris pour une uluberlue mais a accepté de jouer le jeu. Lorsque j ai décidé de m installer, des réactions de certains collègues et de certains organismes ont été un mélange de curiosité et d agressivité (cela n arrive maintenant qu extrêmement rarement). Quelques-uns pensaient que «j allais faire payer les gens» ou me considéraient comme une concurrente, remettant en cause, en fait, leur organisation de services. Or, penser qu on ne peut travailler qu avec des particuliers relèvent du plus grand manque d imagination et penser que seul un service public peut répondre aux besoins de la population démontre une absence de connaissance sur l historique du service social. En aucun cas, le service social indépendant

5 5 n est en concurrence avec les services sociaux publics mais il se situe en complémentarité. En 1991, lorsque j ai pris la décision de me lancer, j ai décidé de prospecter dans toutes les directions sans a-priori. Je me disais que je ne prenais aucun risque car déjà à cette époque, il était très facile de trouver du travail dans mon métier. Par contre, mon orgueil m aurait mal fait vivre un échec. Sans formation commerciale, j ai envoyé des dossiers de présentation (mal faits) aux entreprises, aux établissements médicaux, aux tribunaux. Puis m étant payé moimême un stage sur le marketing social ayant pour thème «savoir et faire savoir», j ai fait des coupes importantes dans mes mailings et j ai appris à me présenter de façon plus positive et moins timide. Relativement assez vite, j ai pu avoir assez de travail pour ne vivre que de ma pratique indépendante et laisser tomber l emploi salarié à temps partiel que j avais pris pour «manger» les premiers mois. En fait, j ai assez peu prospecté et les propositions me sont le plus souvent venues par le bouche à oreille ou par des rencontres positives. Aujourd hui, je travaille un peu plus que la plupart des gens car si je gagne assez bien ma vie, je n ai pas les moyens de me payer la secrétaire qui me serait utile et qui me soulagerait de paperasseries et classements bien prenants mais je ne regrette rien.

6 6 avec qui? Peut-être avez-vous envie de savoir (enfin!) comment je travaille et Tout d abord, je fais toujours le même travail d assistante sociale : j écoute, je conseille et j aide les usagers à trouver des solutions à leurs difficultés mais c est avec les payeurs que la relation est différente. Il est important de garder à l esprit que lorsqu on travaille en free-lance, on se doit d être autonome, d avoir son propre bureau qui peut être son domicile, son propre matériel et donc sa propre responsabilité. Nous n avons pas à demander d autorisation à ceux qui nous payent pour l heure de la sortie et les congés (qui ne sont pas payés), les rapports d activités ne sont pas imposés ou alors, ils sont payés en plus. On est libre de son emploi du temps mais aussi libre de pouvoir répondre en dehors des heures de présence dans l établissement dans lequel on intervient.

7 7 LES ETABLISSEMENTS MEDICAUX Comme je vous l ai dit, mon premier client a été une clinique psychiatrique. Là aussi, il s agissait d une création de poste, l établissement n ayant jamais eu d assistante sociale. Je vais sur place une fois par semaine sur environ une après-midi, une personne sur place prend les rendez-vous et je rencontre les patients, les médecins, les soignants et le personnel administratif. Quand j ai fini et vu tous ceux que je devais rencontrer, je rentre. S il y a du suivi et des interventions, je les fais de mon bureau quand je veux ou quand il faut. En cas d urgence, il y a toujours la possibilité pour le personnel soignant ou administratif de me joindre. Chaque mois, je fais une facture forfaitaire selon le nombre de visites qui inclut le suivi. Le plus difficile a été peut-être au début de calculer le tarif à demander, non pas le barème horaire mais justement d évaluer le temps moyen de travail car dans nos professions, il est fréquent que l on ne sache pas quantifier ses actes. Cela a donc demandé une petite gymnastique de l esprit, de prendre un certain recul pour observer la quantification non seulement d une tâche mais la probabilité des demandes. La première année, j ai donc par manque d expérience un peu sous-évaluer mes interventions oubliant les temps morts

8 8 (les déplacements, les attentes et rappels téléphoniques) et le temps perdu en tâches «non-productives» comme la documentation et les rédactions. Mais faut-il penser que j ai démontré mon utilité puisque l année suivante, j ai obtenu 50 % d augmentation en cinq minutes. Lorsque le jour habituel de mes visites (décidé pour des raisons pratiques) ne me convient pas pour une raison ou une autre, rien ne m empêche d y aller le lendemain en prévenant à l avance. J ai trouvé aussi facilement une convention régulière avec une Maison d Accueil pour Handicapés profonds. Le fonctionnement est identique et permet une grande disponibilité pour l établissement puisque je peux répondre en dehors de mes heures de présence en cas de besoin. Il a été un peu plus long pour moi de travailler avec une entreprise alors que pour certaines de mes collègues indépendantes, c est l activité principale. En fait, nous nous sommes aperçues que d une part, on trouvait plus facilement des interventions dans ce qu on connaissait le mieux. Certaines d entre nous travaillent plus auprès des tribunaux dans le cadre de problèmes familiaux, d autres auprès d entreprises, moi, c est principalement les difficultés liées à la maladie et au handicap.

9 9 J ai eu aussi des conventions «à durée déterminée» avec une grosse association pour handicapés avant le mise en place d un service social structuré avec étude du profil du poste et une clinique en renfort du service de secrétariat avant l embauche d une assistante sociale à temps complet (poste qui m avait été proposé et que j ai refusé par choix et indisponibilité). LA PROTECTION DES MAJEURS La plus importante partie de mon activité est largement en plus de ces trois conventions plus haut : la protection des majeurs. Il est important de rappeler qu en France, la tutelle et la curatelle des personnes très âgées ou handicapées manquent cruellement d une organisation et d un statut légal correct. La loi date des années 60. et la réforme vient juste d être voté mais le pluls difficile va être l application puisque les points le splus importants : la formation des gérants de tutelle et leurs financements ne sont pas statués dans la loi et doivent être développées par décret. Connaissant bien le handicap mental grâce à mon expérience en établissement, j avais proposé mes services à des juges, ignorant à l époque, je l avoue, la

10 10 réglementation ou plutôt l absence de réglementation. J ai eu la chance (mon parcours a été beaucoup marqué par des rencontres et des hasards) de rencontrer une juge qui avait la même éthique que moi (pour la petite histoire, elle était ancienne éducatrice spécialisée) et avait compris que cette mission dans laquelle nous représentons les personnes fragiles auprès de toutes les instances, nous permet de garantir leurs droits et permet le maintien de leur bien-être et leur insertion. Cette mission est un vrai métier. Elle acceptait donc un barème différent de celui officiellement appliqué qui n a pas été réévalué depuis Nous tenions compte de la grosseur du porte monnaie et les missions qu elle me confiait étaient équilibrées entre les situations lourdes et impécunieuses et les situations simples et rentables. Malheureusement, après le départ de cette juge vers d autres horizons, je me suis heurtée à de nouveaux qui, échaudé par de mauvaises presses et n osant pas sortir des directives, n ont pas osé dépasser le barème de J ai donc été dans l obligation de rendre des «petits» dossiers ou trop prenants et de changer de juges-«fournisseurs». Mais, je suis fière d être une précurseur et j attends l application de la réforme en France pour professionnaliser réellement la protection des majeurs et devrait harmoniser les tarifs de façon décente sachant que je serais sans doute à l âge de la retraite quand elle sera appliquée

11 11 LES ENQUETES SOCIALES AFFAIRES FAMILIALES La justice utilise aussi des intervenants au dossier lors de conflits familiaux (séparations ou divorces) pour donner un avis au juge mais aussi pour essayer que les choses s arrangent. Certaines d entres nous ne travaillent que dans ce cadre, pour d autres, il s agit d une activité annexe. Les enquêtes sociales (nom officiel par la justice pour ces missions) se rapprochent pour son organisation de la tutelle car là non plus, les juges ne sont pas obligés de faire travailler des travailleurs sociaux et il arrive que des non-professionnels d univers très différents interviennent dans ces situations avec ce que cela implique. Mais les choses ont tendance à changer avec des juges qui ont compris l apport de notre professionnalisme et plus nous serons nombreux, plus ce besoin de gens compétents se fera sentir. POUR PROMOUVOIR LE PROFESSIONALISME DES ENQUETES SOCIALES ET MAINTENIR UNE ETHIQUE, je fais partie de l ANDES (ASSOCIATION NATIONALE DES ENQUETEURS SOCIAUX) ;

12 12 LES PARTICULIERS Beaucoup de collègues nous posent toujours la question des particuliers, c est même malheureusement parfois la première idée qui leur vient. Oui, certaines d entre nous recevons des particuliers qui nous payent directement mais cet accueil n est jamais l activité principale. Les personnes qui nous contactent viennent principalement par le bouche à oreille. Systématiquement informés de l existence des services publics, ils choisissent délibérément de nous rencontrer. Ce sont des personnes de tout milieu y compris très simples mais qui ont bien réfléchi à leur problématique et attendent de nous de les informer rapidement (on peut toujours trouver une heure dans les quarante-huit heures, dans des horaires qui leur conviennent et ne les obligent pas à manquer leur propre travail), sur ce qui existe de façon peut-être plus objective que lorsque l on représente un organisme précis, et qu on les accompagne et conseille dans les démarches dont ils font eux-même la plus grosse partie. Elles ne sont absolument pas surprises, encore moins choquées de payer nos services car souvent on leur permet de récupérer des droits qui compensent largement leur investissement pour reprendre la phrase de l une d entre elles. De plus, n oublions pas que nous sommes tout de même plus efficaces qu une voyante que la population classique des services sociaux rencontre souvent.

13 13 ET L AVENIR En fait, les horizons sont importants pour notre activité en free-lance : que ce soit pour des interventions ponctuelles auprès de petites et moyennes entreprises, pour des petites associations (pour handicapés, d insertion ou d adoption), les petites structures (maisons de retraite, cliniques, foyers, petits offices de logements sociaux) qui ne peuvent avoir un service social interne ou de façon régulière. D autres interventions sont possibles selon ses compétences : un travail de réflexion sur un poste, sur un projet collectif ou de groupe, sur des conseils dans des commissions ou des services (les petites mairies par exemple) et je suis sûre qu il y a encore plein de possibilités. La pratique en indépendante me semble considérée par les gens qui nous font travailler comme la reconnaissance d une technicité. Nous avons l impression d être reconnues comme des professionnelles avec un grand P. Par contre, nous n avons pas assez de recul sur nous même et sur le groupe pour savoir si cette sensation est due à nos comportements ou à nos compétences. Il

14 14 est évident que pour travailler de cette façon sans protection d un organisme ou d une hiérarchie, il faut avoir une bonne maîtrise de son métier ou une parfaite inconscience Mais dans ce cas, je ne crois pas que l on pourrait pratiquer plusieurs années car on ne garderait pas ses clients et le bouche à oreille finirait par officier. Par contre, il est vrai que le fait d être travailleur social indépendant n entraîne pas l obligation d une éthique parfaite. C est pourquoi, nous avons, au sein de l ARTSI, créé une charte qui nous oblige à respecter certains principes notamment refuser les missions qui seraient en contradiction avec l éthique des professions sociales et à l intérêt des usagers. Nous nous engageons à privilégier l intérêt du client au notre et de mettre tous les moyens possibles dans nos missions dans le respect de la personne, la tolérance et l équité. Comme vous le voyez, je crois sincèrement que si nous sommes encore très peu en France, nous avons de grandes possibilités de devenir plus nombreux petit à petit et j espère que dans quelques années, lorsque je serais à la retraite, la relève sera là.

15 15

S ouvrir aux différences ou s y enfarger

S ouvrir aux différences ou s y enfarger Audet, G. (2006). Voir http://www.recitdepratique.fse.ulaval.ca/ S ouvrir aux différences ou s y enfarger Je suis enseignante à la maternelle depuis trente ans, dont treize ans vécus en milieu défavorisé.

Plus en détail

Le témoignage d'une famille ayant adopté un enfant à besoins spécifiques...

Le témoignage d'une famille ayant adopté un enfant à besoins spécifiques... Le témoignage d'une famille ayant adopté un enfant à besoins spécifiques... Je suis Karine Nivelais je vis en couple, nous avons 40 et 45 ans, et 4 enfants qui ont 14, 12, 11 ans et 6 ans. Pour notre troisième

Plus en détail

Scénarios sociaux Pour faciliter mon parcours aux études supérieures

Scénarios sociaux Pour faciliter mon parcours aux études supérieures Scénarios sociaux Pour faciliter mon parcours aux études supérieures Ces scénarios sociaux ont été préparés depuis l automne 2008 par Jézabel Parent du Cégep Saint-Hyacinthe, Lyne Picard, du CRDI Normand-Laramée,

Plus en détail

Rapport d expérience. Julie Hammer Grenoble Ecole de Management. Stage 2012

Rapport d expérience. Julie Hammer Grenoble Ecole de Management. Stage 2012 Stage 2012 Grenoble Ecole de Management Stage 2012 I. Vie pratique Il y a six ans, Rotary International m a donné l opportunité d aller étudier un an à l étranger. Cette expérience a été la plus enrichissante

Plus en détail

GRETA M2S. Métiers de la Santé et du Social. Le salarié et ses droits à la formation

GRETA M2S. Métiers de la Santé et du Social. Le salarié et ses droits à la formation GRETA M2S Métiers de la Santé et du Social Le salarié et ses droits à la formation Le DIF Droit individuel à la formation ))) Qu est-ce que c est? Le DIF permet au salarié de négocier avec son employeur,

Plus en détail

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL. Bilan de stage du DDM4600 TRAVAIL PRÉSENTÉ À. Thérèse Besner DU COURS DDM4600. Stage de préinsertion professionnelle

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL. Bilan de stage du DDM4600 TRAVAIL PRÉSENTÉ À. Thérèse Besner DU COURS DDM4600. Stage de préinsertion professionnelle UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL Bilan de stage du DDM4600 TRAVAIL PRÉSENTÉ À Thérèse Besner DU COURS DDM4600 Stage de préinsertion professionnelle PAR MÉLODIE CHAMPAGNE 17 Avril 2015 C est en terminant

Plus en détail

Guide. pour mieux comprendre ma mesure de protection juridique

Guide. pour mieux comprendre ma mesure de protection juridique Guide pour mieux comprendre ma mesure de protection juridique Je m appelle Christel Prado. Je suis présidente de l Unapei. L Unapei est une association nationale qui défend, les droits des personnes handicapées

Plus en détail

Je venais de raccrocher par deux fois mon téléphone et je me tenais au milieu du couloir, face à la porte de la salle de bains, ma pensée errant à l

Je venais de raccrocher par deux fois mon téléphone et je me tenais au milieu du couloir, face à la porte de la salle de bains, ma pensée errant à l Je venais de raccrocher par deux fois mon téléphone et je me tenais au milieu du couloir, face à la porte de la salle de bains, ma pensée errant à l opposé vers celle, coulissante, de la penderie, dans

Plus en détail

Etudiants et jeunes diplômés : les aspirations professionnelles

Etudiants et jeunes diplômés : les aspirations professionnelles et jeunes diplômés : les aspirations professionnelles Sondage de l Institut CSA pour LinkedIn Février 203 Sommaire Fiche technique du sondage p 3 Des jeunes optimistes pour eux-mêmes malgré un contexte

Plus en détail

MODES DE GARDE POUR VOTRE ENFANT

MODES DE GARDE POUR VOTRE ENFANT MODES DE GARDE POUR VOTRE ENFANT LE RELAIS ACCUEIL PETITE ENFANCE VOUS GUIDE Qu est-ce que le Relais accueil petite enfance? Le Relais accueil petite enfance est un guichet unique pour informer, conseiller

Plus en détail

avec le chef de service, qui donne les orientations à suivre et auquel il/elle rend compte de son travail,

avec le chef de service, qui donne les orientations à suivre et auquel il/elle rend compte de son travail, Direction des Ressources humaines TRAVAILLEUR SOCIAL I ASSISTANT SOCIO-EDUCATIF A LA MAISON DES ENFANTS (pôle 2-6 ans) Direction Générale Adjointe : Solidarités Direction : Enfance Famille Santé Service

Plus en détail

Écoutez, j ai 65 dossiers comme elle à gérer, j ai peu de temps pour chacun,

Écoutez, j ai 65 dossiers comme elle à gérer, j ai peu de temps pour chacun, Auxiliaires de Vie? Lorsque j ai commencé à soigner Joséphine, elle était déjà sous tutelle. La mise sous tutelle est là pour protéger et représenter juridiquement une personne, quand celle-ci n est plus

Plus en détail

Comte-Gaz Quentin 13 février au 6 mars 2006 3 ème 1. Rapport de stage. 442, Avenue de Vénaria Place du marché 38220 Vizille 38220 Vizille.

Comte-Gaz Quentin 13 février au 6 mars 2006 3 ème 1. Rapport de stage. 442, Avenue de Vénaria Place du marché 38220 Vizille 38220 Vizille. Comte-Gaz Quentin 13 février au 6 mars 2006 3 ème 1 Rapport de stage Mme Bouverot M. Colin Collège Les Mattons Cap Informatique SARL 442, Avenue de Vénaria Place du marché 38220 Vizille 38220 Vizille Page

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

Vous êtes coach, thérapeute, professionnel de la relation d aide, du bien-être ou du

Vous êtes coach, thérapeute, professionnel de la relation d aide, du bien-être ou du Vous êtes coach, thérapeute, professionnel de la relation d aide, du bien-être ou du développement personnel, vous avez lancé votre activité il y a quelques semaines ou quelques mois et vous aimeriez la

Plus en détail

ARCHITECTURE ET DECORATION RAPPORT DE STAGE - CLASSE DE 3E DU 14 AU 18 DECEMBRE 2009 THOMAS MASSONNEAU

ARCHITECTURE ET DECORATION RAPPORT DE STAGE - CLASSE DE 3E DU 14 AU 18 DECEMBRE 2009 THOMAS MASSONNEAU DU 14 AU 18 DECEMBRE 2009 THOMAS MASSONNEAU RAPPORT DE STAGE - CLASSE DE 3E ARCHITECTURE ET DECORATION Collège Sainte-Marie des Ursulines 34, avenue de la Colonne 31500 TOULOUSE Tél. 05 34 25 28 61 Fax.

Plus en détail

Il existe un chemin plus rapide vers le succès. Un chemin vers plus d abondance. Plus de Solutions. Plus de tout. Maintenant.

Il existe un chemin plus rapide vers le succès. Un chemin vers plus d abondance. Plus de Solutions. Plus de tout. Maintenant. Il existe un chemin plus rapide vers le succès Un chemin vers plus d abondance. Plus de Solutions. Plus de tout. Maintenant. Rejoignez Worldwide Leaders Worldwide Leaders Coaching Candidature Renseignez

Plus en détail

Difficultés liées aux remédiations Commentaires sur les difficultés et les moyens d action proposés

Difficultés liées aux remédiations Commentaires sur les difficultés et les moyens d action proposés Difficultés liées aux remédiations Commentaires sur les difficultés et les moyens d action proposés Des heures de remédiations sont organisées dans tous les établissements et présentes dans toutes les

Plus en détail

Rapport de stage au Sénégal. Par. Mélissande DEMERS-TREMBLAY [610] Travail présenté à. Réjean Tessier. Dans le cadre du cours

Rapport de stage au Sénégal. Par. Mélissande DEMERS-TREMBLAY [610] Travail présenté à. Réjean Tessier. Dans le cadre du cours Rapport de stage au Sénégal Par Mélissande DEMERS-TREMBLAY [610] Travail présenté à Réjean Tessier Dans le cadre du cours GPL-3153 : Stage de sensibilisation interculturelle en psychologie I École de Psychologie

Plus en détail

1. J exerce un métier varié

1. J exerce un métier varié 1. J exerce un métier varié 1 Ma place dans l entreprise I. Trois secrétaires témoignent : Je travaille pour une assez grosse société. Je ne suis pas la seule assistante, nous sommes nombreuses : plusieurs

Plus en détail

Dossier d expatriation

Dossier d expatriation 3 ème année IPAG Alexis Keuleyan Dossier d expatriation Expatriation réalisée dans l université d Huddersfield en Angleterre. Arrivant à la fin de mon premier semestre de 3 ème année à l IPAG, que j ai

Plus en détail

LA LETTRE DE MOTIVATION

LA LETTRE DE MOTIVATION - 1 - LA LETTRE DE MOTIVATION Il s agit de convaincre l employeur que votre candidature est pertinente et qu elle mérite une attention particulière. Le but est de décrocher un entretien LETTRE TYPE EN

Plus en détail

anapec Prestations aux Chercheurs d Emploi Ateliers de Recherche d emploi Documents Participants Atelier 5 : Prospecter les Entreprises par Télephone

anapec Prestations aux Chercheurs d Emploi Ateliers de Recherche d emploi Documents Participants Atelier 5 : Prospecter les Entreprises par Télephone Prestations aux Chercheurs d Emploi Ateliers de Recherche d emploi anapec Documents Participants Atelier 5 : Prospecter les Entreprises par Télephone Des compétences pour l emploi des emplois pour les

Plus en détail

avec le responsable de la cellule auquel il/elle rend compte de son travail, avec la secrétaire de la cellule au quotidien,

avec le responsable de la cellule auquel il/elle rend compte de son travail, avec la secrétaire de la cellule au quotidien, Direction des Ressources Humaines PSYCHOLOGUE J PSYCHOLOGUE A LA CELLULE ACCUEIL FAMILIAL ET MISSION ADOPTION POSITIONNEMENT DU POSTE DANS LA STRUCTURE Direction : Direction des Solidarités Service : Direction

Plus en détail

Bienvenue à Ton livret d accueil au Conseil général, service de l Aide Sociale à l Enfance (ASE)

Bienvenue à Ton livret d accueil au Conseil général, service de l Aide Sociale à l Enfance (ASE) Bienvenue à Ton livret d accueil au Conseil général, service de l Aide Sociale à l Enfance (ASE) Tu viens d être confié(e) au Conseil général, au service de l Aide Sociale à l Enfance, et tu dois te poser

Plus en détail

Rapport de fin de séjour. Stage Bournemouth

Rapport de fin de séjour. Stage Bournemouth Charlène Reynaud Licence IUP Université jean Monnet Rapport de fin de séjour Stage Bournemouth A. Vie pratique Mon séjour s est déroulé à Bournemouth, ville de 163900 située à 2h00 de Londres. Bournemouth

Plus en détail

Rapport de stage de gestion 2 ème année de formation 06 Janvier 14 Mars 2014. Stage de formation au recrutement et au placement de personnel

Rapport de stage de gestion 2 ème année de formation 06 Janvier 14 Mars 2014. Stage de formation au recrutement et au placement de personnel IPAG Business School Rapport de stage de gestion 2 ème année de formation 06 Janvier 14 Mars 2014 LALLEMAND Thibault Groupe : 2S81 Stage de formation au recrutement et au placement de personnel Adecco

Plus en détail

BG Ingénieurs Conseil, Genève

BG Ingénieurs Conseil, Genève BG Ingénieurs Conseil, Genève Diego Salamon, employeur Sur mandat de l AI, Cadschool nous a demandé si nous serions prêts à accueillir un stagiaire pendant trois mois. Nous connaissions cet institut de

Plus en détail

Validation des Acquis de l Expérience. «Si vous en avez envie, osez vous lancer!»

Validation des Acquis de l Expérience. «Si vous en avez envie, osez vous lancer!» Validation des Acquis de l Expérience «Si vous en avez envie, osez vous lancer!» Six entretiens ont été menés par téléphone auprès d assistantes maternelles ayant suivi une VAE pour obtenir le titre professionnel

Plus en détail

FICHE RESSOURCE N 3 GUIDE D ENTRETIEN

FICHE RESSOURCE N 3 GUIDE D ENTRETIEN Cette fiche vous propose une base de guide d entretien illustrée par des exemples pour comprendre le travail de salariés afin d effectuer l étape 2a : repérer des situations-problème. Avant d utiliser

Plus en détail

La communauté AGEFA. Troisième étude : les jeunes et leur vision du bonheur au travail. pour. OpinionWay. 15 place de la République 75003 Paris.

La communauté AGEFA. Troisième étude : les jeunes et leur vision du bonheur au travail. pour. OpinionWay. 15 place de la République 75003 Paris. La communauté AGEFA Troisième étude : les jeunes et leur vision du bonheur au travail OpinionWay 15 place de la République 75003 Paris. pour Laurent Bernelas Tel : 01 78 94 89 87 lbernelas@opinion-way.com

Plus en détail

Aimer Elle avait laissé sa phrase en suspens. Je rouvris les yeux, pour voir qu elle me regardait. Elle m observait. Elle allait dire quelque chose, et guettait ma réaction. Je n avais aucune idée de ce

Plus en détail

Dossier de Presse. Septembre 2015. Contact

Dossier de Presse. Septembre 2015. Contact Dossier de Presse Septembre 2015 Contact Arnaud Biju-Duval Co-fondateur Tel : +33 (0)9 70 44 02 11 Email : arnaud.bijuduval@legalup.io Lien : https://www.legalup.io/fr/page/presse www.legalup.io 1 / 8

Plus en détail

Pour Faire Quoi? Avec Qui? Quelles Etapes?Quel

Pour Faire Quoi? Avec Qui? Quelles Etapes?Quel Pour Faire Quoi? Avec Qui? Quelles Etapes?Quel Budget? Envies & Réalisation Pour Faire Quoi? Un accompagnement personnel afin de faire le point sur sa carrièreet ses choix de formation ou professionnel.

Plus en détail

France 2010 - DIVJEUSEIN10. Arguments. pour convaincre. TOUTES LES BONNES RAISONS de participer au dépistage organisé du cancer du sein

France 2010 - DIVJEUSEIN10. Arguments. pour convaincre. TOUTES LES BONNES RAISONS de participer au dépistage organisé du cancer du sein France 2010 - DIVJEUSEIN10 Arguments pour convaincre TOUTES LES BONNES RAISONS de participer au dépistage organisé du cancer du sein Arguments pour convaincre Le cancer du sein touche autour de 50 000

Plus en détail

Donnez-leur la chance de découvrir le monde de votre entreprise! Un Stage et après! c est : 800 stages trouvés en 2013. 115 entreprises partenaires

Donnez-leur la chance de découvrir le monde de votre entreprise! Un Stage et après! c est : 800 stages trouvés en 2013. 115 entreprises partenaires Donnez-leur la chance de découvrir le monde de votre entreprise! Née en 2010, l association Un Stage et après! a pour but de permettre à tous les collégiens, sans distinction d aptitude d accéder à la

Plus en détail

EXAMEN MODULE. «U4 Le client au cœur de la stratégie des entreprises» Jeudi 5 septembre 2013. 09h30 11h30. Durée 2 heures

EXAMEN MODULE. «U4 Le client au cœur de la stratégie des entreprises» Jeudi 5 septembre 2013. 09h30 11h30. Durée 2 heures Licence Professionnelle d Assurances 2012-2013 EXAMEN MODULE «U4 Le client au cœur de la stratégie des entreprises» Jeudi 5 septembre 2013 09h30 11h30 Durée 2 heures (document non autorisé) calculatrice

Plus en détail

LePhysionomiste.fr, la nouvelle adresse web des lieux incontournables de la nuit parisienne

LePhysionomiste.fr, la nouvelle adresse web des lieux incontournables de la nuit parisienne LePhysionomiste.fr, la nouvelle adresse web des lieux incontournables de la nuit parisienne Difficile de trouver un outil qui répertorie à la fois les bars, clubs et autres établissements de nuit à Paris.

Plus en détail

QUELQUES IMPRESSIONS A CHAUD DE LA PART DES ETUDIANTS DE AGTL1

QUELQUES IMPRESSIONS A CHAUD DE LA PART DES ETUDIANTS DE AGTL1 QUELQUES IMPRESSIONS A CHAUD DE LA PART DES ETUDIANTS DE AGTL1 J ai fait mon stage dans une résidence de tourisme à la Rosière, en tant que réceptionniste. Mon rôle était d accueillir les clients et de

Plus en détail

Délibération n 2010-288 du 13 décembre 2010

Délibération n 2010-288 du 13 décembre 2010 Délibération n 2010-288 du 13 décembre 2010 Délibération faisant suite à un refus d embauche en raison de la grossesse de la réclamante Grossesse - Emploi Emploi privé Rappel à la loi La haute autorité

Plus en détail

FACSIMILE DU QUESTIONNAIRE DESTINE AUX ETUDIANTS DE L2/L3

FACSIMILE DU QUESTIONNAIRE DESTINE AUX ETUDIANTS DE L2/L3 CONSEIL DES ETUDES ET DE LA VIE UNIVERSITAIRE EVALUATION DES FORMATIONS PAR LES ETUDIANTS DE LICENCE CAMPAGNE 2010-2011 FACSIMILE DU QUESTIONNAIRE DESTINE AUX ETUDIANTS DE L2/L3 Attention, ce questionnaire

Plus en détail

Etes-vous prêt Pour l exercice libéral?

Etes-vous prêt Pour l exercice libéral? Etes-vous prêt Pour l exercice libéral? Christophe DUMAS - Expert-comptable David LADAME Expert-comptable stagiaire 1 LE CONTEXTE EN 2009 2 L ENVIRONNEMENT PROFESSIONNEL La Profession en quelques chiffres

Plus en détail

L e x p u ls io n. Conseils Informations pour locataires en impayés DIRECTION DEPARTEMENTALE DE L EQUIPEMENT

L e x p u ls io n. Conseils Informations pour locataires en impayés DIRECTION DEPARTEMENTALE DE L EQUIPEMENT Je p e u x é v it e r L e x p u ls io n. Conseils Informations pour locataires en impayés DIRECTION DEPARTEMENTALE DE L EQUIPEMENT JE N AI PAS PAYE UN OU PLUSIEURS MOIS DE LOYER. Sans réaction de ma part,

Plus en détail

VOYAGE AU JAPON OCTOBRE-NOVEMBRE 2014, COLIBRI

VOYAGE AU JAPON OCTOBRE-NOVEMBRE 2014, COLIBRI VOYAGE AU JAPON OCTOBRE-NOVEMBRE 2014, COLIBRI Durant 3 semaines j étais { Hiratsuka, près de Yokohama où j allais tous les jours au lycée. Ma famille d accueil se composait du père, de la mère, de ma

Plus en détail

ACTIV EXPERTISE. La licence de marque selon le réseau Activ expertise. Nous tenons d abord à vous remercier et à vous féliciter d avoir

ACTIV EXPERTISE. La licence de marque selon le réseau Activ expertise. Nous tenons d abord à vous remercier et à vous féliciter d avoir contacté Activ Expertise Nous tenons d abord à vous remercier et à vous féliciter d avoir Vous allez comprendre à la lecture des pages suivantes pourquoi le métier formidable de diagnostiqueur immobilier

Plus en détail

créé, pourquoi pas moi? www.claee.org Elles ont

créé, pourquoi pas moi? www.claee.org Elles ont Elles ont créé, pourquoi pas moi? (garde d enfant) (patronne salon coiffure) - (patronne restaurant) (femme de ménage / vendeuse à la sauvette) www.claee.org DepliantCLAEE-Final.indd 1 1/02/11 22:16:36

Plus en détail

Lycée du Dolmen à Poitiers le 26 janvier 2009

Lycée du Dolmen à Poitiers le 26 janvier 2009 Le handicap au quotidien. J émettrai d abord une question : qu est-ce que le handicap? Pour moi, c est seulement une façon différente de penser, d être, d exister et de fonctionner. Je revendique mon statut

Plus en détail

ENTRETIEN AVEC JUSTINE ET DAMIEN

ENTRETIEN AVEC JUSTINE ET DAMIEN ENTRETIEN AVEC JUSTINE ET DAMIEN Damien et Justine, étudiants en Master IIA (promotion 2011) nous livrent ci-dessous leurs points de vue respectifs sur la formation et plus particulièrement sur le TP-Projet,

Plus en détail

BTS CI 2 ème année. CCF E51 : Plan de marchéage et actions de prospection menés au cours du stage à l étranger. Sommaire

BTS CI 2 ème année. CCF E51 : Plan de marchéage et actions de prospection menés au cours du stage à l étranger. Sommaire BTS CI 2 ème année CCF E51 : Plan de marchéage et actions de prospection menés au cours du stage à l étranger Sommaire 1 Introduction I/ Plan de marchéage A. Services B. Prix C. Distribution D. Communication

Plus en détail

Elève en terminale scientifique, 2012-2013, lycée Yousssouna Bamana. Impressions à la mi-septembre, Faculté de médecine, Angers

Elève en terminale scientifique, 2012-2013, lycée Yousssouna Bamana. Impressions à la mi-septembre, Faculté de médecine, Angers Elève en terminale scientifique, 2012-2013, lycée Yousssouna Bamana Impressions à la mi-septembre, Faculté de médecine, Angers Bachir-Ahmed AHMED Bonjour, je vais vous relater ce que moi j appel : «le

Plus en détail

Document réalisé avec le soutien de

Document réalisé avec le soutien de Document réalisé avec le soutien de Directeur de la publication : Cédric MAMETZ Responsable de la rédaction : Céline SIMONIN, Chargée de projets Nous Aussi Conception graphique : La Suite + Co et Lauriane

Plus en détail

Premiers consommateurs d antidépresseurs dans le

Premiers consommateurs d antidépresseurs dans le Chapitre 1 être Premiers consommateurs d antidépresseurs dans le monde, de nombreux salariés français souffrent réellement au sein des entreprises qui les emploient. Ce n est pas juste une question de

Plus en détail

Fidélisation de la clientèle

Fidélisation de la clientèle Fidélisation de la clientèle le Sommaire de la présentation A. La fidélisation mythes et réalités B. Les sept (7) échelons de la fidélisation C. Conclusion Présenté par Daniel Tanguay Le mardi 1er février

Plus en détail

Rapport de stage. Travail présenté à Mer et Monde. Par Yohann Lessard

Rapport de stage. Travail présenté à Mer et Monde. Par Yohann Lessard Rapport de stage Travail présenté à Mer et Monde Par Yohann Lessard Université Laval Le 25 octobre 2014 Formation préparatoire Nos formatrices étaient Amélie et Raphaelle. Nous avons abordé plusieurs thèmes,

Plus en détail

CARRELEUSE FEMMES, «OSEZ LE METIER DE» Entretien avec Claire, carreleuse dans le 15 eme arrondissement de Marseille

CARRELEUSE FEMMES, «OSEZ LE METIER DE» Entretien avec Claire, carreleuse dans le 15 eme arrondissement de Marseille Dossier n 4 FEMMES, «OSEZ LE METIER DE» CARRELEUSE Regards, témoignages et présentation de métiers fortement sexués Entretien avec Claire, carreleuse dans le 15 eme arrondissement de Marseille Cela faisait

Plus en détail

Analyse de l enquête de satisfaction des salariés en parcours

Analyse de l enquête de satisfaction des salariés en parcours 2014 Analyse de l enquête de satisfaction des salariés en parcours Passation Fév-juillet 2014 Dépouillement Août 2014 Une démarche d amélioration En 2012, la SATE 86 s est engagée dans une démarche qualité

Plus en détail

LES RÉSEAUX SOCIAUX ET L ENTREPRISE

LES RÉSEAUX SOCIAUX ET L ENTREPRISE LES RÉSEAUX SOCIAUX ET L ENTREPRISE PAR MADAME CHRISTINE LEROY COMMUNITY MANAGER, AGENCE NETPUB Tout d abord, je voudrais remercier le Professeur Drouot de m avoir invitée à cette passionnante table ronde.

Plus en détail

Docteur Michel Legmann

Docteur Michel Legmann 1 Docteur Michel Legmann Président Mme Nora BERRA Secrétaire d Etat aux Aînés 55 rue Saint Dominique 75007 PARIS Nos références à rappeler sur tout échange de correspondance ML/FJ/np/Exercice professionnel

Plus en détail

Plateforme électorale Candidature à la présidence du Conseil national des cycles supérieurs Fédération étudiante universitaire du Québec

Plateforme électorale Candidature à la présidence du Conseil national des cycles supérieurs Fédération étudiante universitaire du Québec Plateforme électorale Candidature à la présidence du Conseil national des cycles supérieurs Fédération étudiante universitaire du Québec Bruno Belzile Candidat au doctorat en génie mécanique, Polytechnique

Plus en détail

Alors, ce matin je répondrai à ces allégations et ce, dans la plus grande transparence.

Alors, ce matin je répondrai à ces allégations et ce, dans la plus grande transparence. Notes pour une déclaration de M. Marc Gascon, maire de la Ville de Saint-Jérôme et président de l Union des municipalités du Québec, concernant les questions d éthique et d intégrité Jeudi 11 novembre

Plus en détail

Conseils pour votre recherche d entreprise

Conseils pour votre recherche d entreprise Conseils pour votre recherche d entreprise BPC-ESC Freyming BPC-ESC Metz 2 rue de Savoie 57800 FREYMING-MERLEBACH 03 87 94 54 98 06 19 73 07 63 www.bpc-esc.com contact@bpc-esc.fr Suivez notre page :Bpc-esc

Plus en détail

EHPAD LES SIGNOLLES D AJAIN SERVICE DE SOINS A DOMICILE 1,rue du Séminaire 23380 AJAIN 05 55 80 95 00 05 55 81 89 97 06 73 30 97 14 chajain@sil.

EHPAD LES SIGNOLLES D AJAIN SERVICE DE SOINS A DOMICILE 1,rue du Séminaire 23380 AJAIN 05 55 80 95 00 05 55 81 89 97 06 73 30 97 14 chajain@sil. EHPAD LES SIGNOLLES D AJAIN SERVICE DE SOINS A DOMICILE 1,rue du Séminaire 23380 AJAIN 05 55 80 95 00 05 55 81 89 97 06 73 30 97 14 chajain@sil.fr REGLEMENT DE FONCTIONNEMENT DU SERVICE DE SOINS INFIRMIERS

Plus en détail

ANNEXES AU LIVRET D ACCUEIL ESAT SELF LA FONTAINE

ANNEXES AU LIVRET D ACCUEIL ESAT SELF LA FONTAINE ANNEXES AU LIVRET D ACCUEIL ESAT SELF LA FONTAINE 1 ANNEXE 1 Charte des droits et libertés de la personne accueillie Texte original Article 1 er : Principe de non-discrimination Dans le respect des conditions

Plus en détail

Enquête de satisfaction CIL PASS-ASSISTANCE

Enquête de satisfaction CIL PASS-ASSISTANCE SYNTHESE Enquête de satisfaction CIL PASS-ASSISTANCE Mars 2011 Service CIL PASS-ASSISTANCE Avril 2011 Action Logement Les entreprises s engagent avec les salariés 1 Données de l enquête Enquête de type

Plus en détail

Zoom sur... L'AIDE A DOMICILE. Au sommaire de ce numéro 11. Pour vous et chez vous,

Zoom sur... L'AIDE A DOMICILE. Au sommaire de ce numéro 11. Pour vous et chez vous, Zoom sur... L'AIDE A DOMICILE Pour vous et chez vous, Un service d'aide et d'accompagnement lors de difficultés passagères de la vie quotidienne. Au sommaire de ce numéro 11 L'intervention à domicile et

Plus en détail

Petit guide du stage de 3 ème à usage des parents

Petit guide du stage de 3 ème à usage des parents Petit guide du stage de 3 ème à usage des parents Pourquoi un stage? Sensibiliser les élèves au monde du travail : Aimer le monde du travail. Souvent, nos enfants n ont qu une idée très partielle de ce

Plus en détail

Collège Jean MONNET. 1 rue J. Monnet 62137 COULOGNE Tél. 03 21 97 12 12 - Fax. 03 21 97 24 10 www.jmcoulogne.fr. Le STAGE en 3ème

Collège Jean MONNET. 1 rue J. Monnet 62137 COULOGNE Tél. 03 21 97 12 12 - Fax. 03 21 97 24 10 www.jmcoulogne.fr. Le STAGE en 3ème Collège Jean MONNET 1 rue J. Monnet 62137 COULOGNE Tél. 03 21 97 12 12 - Fax. 03 21 97 24 10 www.jmcoulogne.fr Le STAGE en 3ème Livret à destination des élèves Quel stage puis je faire? J hésite : vente,

Plus en détail

Services. Expériences d entreprises de moins de 20 salariés. Propositions d axes de travail. Agir pour améliorer les conditions de travail

Services. Expériences d entreprises de moins de 20 salariés. Propositions d axes de travail. Agir pour améliorer les conditions de travail Services à la personne Agir pour améliorer les conditions de travail Expériences d entreprises de moins de 20 salariés Propositions d axes de travail Des problématiques des Des petites entités souvent

Plus en détail

L Environnement Social de l Artisan. En partenariat avec

L Environnement Social de l Artisan. En partenariat avec L Environnement Social de l Artisan En partenariat avec SOMMAIRE Présentation de l APTI Les besoins d un jeune créateur La loi Madelin La Santé La Prévoyance La Retraite L environnement social de l artisan

Plus en détail

N d inscription:186 C.F.G. Session 2010/2011

N d inscription:186 C.F.G. Session 2010/2011 Établissement d'enseignement Spécialisé et de Rééducation pour Handicapés Moteurs Maurice COUTROT 15/17 Avenue de Verdun - 93140 Bondy N d inscription:186 C.F.G. Session 2010/2011 Rédigé par Noman Sarfraz

Plus en détail

www.secretariats26.com contact@secretariats26.com

www.secretariats26.com contact@secretariats26.com www.secretariats26.com contact@secretariats26.com Je mets à votre disposition plus de 20 ans d expérience, ma polyvalence, mon autonomie et mon gout du travail bien fait. Je vous assure la plus grande

Plus en détail

Trouver sa façon de flotter : quelle est la mienne?

Trouver sa façon de flotter : quelle est la mienne? Trouver sa façon de flotter : quelle est la mienne? Le bain flottant est un espace libre de toute stimulation et contrainte au corps et à l esprit. À l intérieur, il n y a que vous sans les distractions

Plus en détail

4. Mes deux bilans séjour en entreprise

4. Mes deux bilans séjour en entreprise RAPPORT DE STAGE ENTREPRISE 1 : 1- Sommaire Page.1 2- Introduction Page.2 3- Présentation de l'entreprise Page.3 4- Fonctionnement de l'entreprise et l organisation de l entreprise Page.4 5- L'entreprise

Plus en détail

[Sondage France Lyme] Votre vécu de la maladie de Lyme

[Sondage France Lyme] Votre vécu de la maladie de Lyme [Sondage ] Votre vécu de la maladie de Lyme Bonjour, Ce sondage a été créé par l'association. Nous souhaitons analyser la situation des malades en France à large échelle. Votre réponse nous sera très utile.

Plus en détail

Rapport de Stage. Secteur Agro alimentaire de DEInternational. Chambre Tuniso Allemande de l Industrie et du Commerce Réception.

Rapport de Stage. Secteur Agro alimentaire de DEInternational. Chambre Tuniso Allemande de l Industrie et du Commerce Réception. Rapport de Stage Secteur Agro alimentaire de DEInternational Chambre Tuniso Allemande de l Industrie et du Commerce Réception Aisha Moritz Du 01.06.2012 au 30.08.2012 1. Pourquoi la Chambre Tuniso Allemande

Plus en détail

RAPPORT DE STAGE. Février 2012 ETALAGISTE. NOM prénom classe

RAPPORT DE STAGE. Février 2012 ETALAGISTE. NOM prénom classe RAPPORT DE STAGE Février 2012 ETALAGISTE NOM prénom classe 2 SOMMAIRE I Présenter l entreprise page 2 A Identification B Environnement II Le travail page 3 à 4 A Nature du métier B Condition de travail

Plus en détail

Reportage photo. 26 I N 164 mars-avril 2015 I déclic

Reportage photo. 26 I N 164 mars-avril 2015 I déclic 26 I N 164 mars-avril 2015 I déclic Je veux vivre chez moi! Laura, 19 ans, est atteinte d une infirmité motrice cérébrale. Après des années en établissement, elle aimerait vivre seule (avec un peu d aide)

Plus en détail

Document d information sur les offres de La Poste et leurs accès aux personnes handicapées intellectuelles

Document d information sur les offres de La Poste et leurs accès aux personnes handicapées intellectuelles Document d information sur les offres de La Poste et leurs accès aux personnes handicapées intellectuelles 1 2 Pourquoi La Poste a-t-elle écrit ce document? La Poste souhaite répondre aux besoins de chaque

Plus en détail

ENQUETE METIER Confronter ses rêves à la réalité du quotidien

ENQUETE METIER Confronter ses rêves à la réalité du quotidien ENQUETE METIER Confronter ses rêves à la réalité du quotidien La présente enquête-métier a pour objet de recueillir des informations pouvant donner en substance, une vision globale d un métier, de son

Plus en détail

Guide employeurs. La nouvelle plate-forme qui connecte collégiens et employeurs. http://monstagede3e.seine-saint-denis.fr

Guide employeurs. La nouvelle plate-forme qui connecte collégiens et employeurs. http://monstagede3e.seine-saint-denis.fr La nouvelle plate-forme qui connecte collégiens et employeurs. Guide employeurs http://monstagede3e.seine-saint-denis.fr Parce qu une première expérience dans l univers professionnel est souvent déterminante

Plus en détail

Le vrai gain finalement,

Le vrai gain finalement, Le vrai gain finalement, c est ma liberté d action curabill s occupe de la facturation de mes prestations et m ouvre ainsi des espaces de liberté tant sur le plan professionnel que personnel. Au cabinet

Plus en détail

Je veux être... CONSEILLÉ, ACCOMPAGNÉ, PROTÉGÉ, ENTENDU, RECONNU

Je veux être... CONSEILLÉ, ACCOMPAGNÉ, PROTÉGÉ, ENTENDU, RECONNU Je veux être... CONSEILLÉ, ACCOMPAGNÉ, PROTÉGÉ, ENTENDU, RECONNU MOI INFIRMIER Je veux être conseillé dans l exercice de mon métier Notre métier est en constante évolution. En cela, il est passionnant

Plus en détail

ACTIVITÉ DE PRODUCTION ORALE. Niveau B1. Petits malheurs de la vie quotidienne

ACTIVITÉ DE PRODUCTION ORALE. Niveau B1. Petits malheurs de la vie quotidienne ACTIVITÉ DE PRODUCTION ORALE Niveau B1 Petits malheurs de la vie quotidienne Le dossier comprend : - une fiche apprenant - une fiche enseignant - un document support Auteurs-concepteurs : Stéphanie Bara,

Plus en détail

Le rapport de stage en entreprise

Le rapport de stage en entreprise Le rapport de stage en entreprise Le rapport de stage est un dossier relié qui suit des règles précises et qui doit être écrit avec un traitement de texte. Ce dossier va vous permettre de présenter votre

Plus en détail

Gestion de la recherche

Gestion de la recherche 38 Prix Innovation MARIE-NOËLLE FOURMAUX Gestion de la recherche Lauréate du Prix Innovation Inserm 2007 en gestion de la recherche, Marie-Noëlle Fourmaux-Priem est responsable de la formation au sein

Plus en détail

Situation Complexe soumise àun Comitéd Ethique

Situation Complexe soumise àun Comitéd Ethique Situation Complexe soumise àun Comitéd Ethique L établissementenquelqueschiffres Date de 1906 = établissement public = plusieurs pôles sur 9,6 ha 525 résidents: 415 en EHPAD -USA USLD Pôle gériatrique

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. YOGA EN LIGNE : GET YOGi popularise le yoga et cherche à le rendre accessible à tous!

DOSSIER DE PRESSE. YOGA EN LIGNE : GET YOGi popularise le yoga et cherche à le rendre accessible à tous! DOSSIER DE PRESSE YOGA EN LIGNE : GET YOGi popularise le yoga et cherche à le rendre accessible à tous! 1 er juin : ouverture des pré-inscriptions www.getyogi.fr contact presse Anna, chargée des relations

Plus en détail

Rapport de stage ANEMF

Rapport de stage ANEMF Rapport de stage ANEMF Introduction A l issue de ma 6ème année de médecine, j ai décidé de voir comment se passait la médecine ailleurs. Restait à choisir quelle destination, bien sur il était plus facile

Plus en détail

VIVRE DE BELLES RÉUSSITES

VIVRE DE BELLES RÉUSSITES Mise en contexte : Dans le cadre d une activité de formation basée sur une analyse en groupe de récits exemplaires de pratiques d enseignants expérimentés, des futurs enseignants du préscolaire/primaire

Plus en détail

SERVICES D AIDE À DOMICILE : POUR DES FINANCEMENTS À LA HAUTEUR DES BESOINS!

SERVICES D AIDE À DOMICILE : POUR DES FINANCEMENTS À LA HAUTEUR DES BESOINS! SERVICES D AIDE À DOMICILE : POUR DES FINANCEMENTS À LA HAUTEUR DES BESOINS! Manifestation devant le ministère des Affaires sociales et de la Santé Mardi 5 juin 2012 de 14h à 16h pour sauver trois services

Plus en détail

Dossier de suivi de stage d observation en entreprise en classe de 3 ème

Dossier de suivi de stage d observation en entreprise en classe de 3 ème Année scolaire 20 20 Dossier de suivi de stage d observation en entreprise en classe de 3 ème STAGE 3 ème Du././20.. au././20.. Nom et prénom de l élève : Classe de : Projet d orientation : Nom et adresse

Plus en détail

La Banque et l Assurance

La Banque et l Assurance GACO 1 Groupe B La Banque et l Assurance Dossier Métier PPP Guillerm Floriane et Le Bail Emilie 04/11/2013 Nous partons de concepts assez larges, en effet la banque et l'assurance regroupent de nombreux

Plus en détail

Somme toute, les principaux thèmes privilégiés par mes interventions furent: La sexualité en général (élargissement de la

Somme toute, les principaux thèmes privilégiés par mes interventions furent: La sexualité en général (élargissement de la 1 Mon stage en résumé Je dois avouer avoir de la difficulté à faire un bilan qui va au-delà du déjà dit dans mes rapports antérieurs, parce que j ai l impression d y avoir presque tout écrit. Par contre,

Plus en détail

NEGOCIER SES FRAIS BANCAIRES

NEGOCIER SES FRAIS BANCAIRES NEGOCIER SES FRAIS BANCAIRES Obtenez plus en osant demander C est plus simple qu il n y parait Avertissement : Toute reproduction, intégrale ou partielle, ou toute diffusion, par quelque procédé que ce

Plus en détail

CONDUCTRICE DE TRAVAUX BTP

CONDUCTRICE DE TRAVAUX BTP Dossier n 5 FEMMES, «OSEZ LE METIER DE» CONDUCTRICE DE TRAVAUX BTP Regards, témoignages et présentation de métiers fortement sexués Entretien avec Sabine, Conductrice de travaux dans le BTP dans le 9 ème

Plus en détail

PASI. L ELEVE de 5 ème et L AIDE AUX DEVOIRS DOCUMENT 5

PASI. L ELEVE de 5 ème et L AIDE AUX DEVOIRS DOCUMENT 5 PASI Collège Claude Le Lorrain NANCY L ELEVE de 5 ème et L AIDE AUX DEVOIRS DOCUMENT 5 1. Présentation de l aide aux devoirs pour les 5èmes page 2 2. Enquête menée auprès des élèves de 5 ème page 3 a.

Plus en détail

Le magazine AIRES : «Handicap mental et recrutement»

Le magazine AIRES : «Handicap mental et recrutement» Le magazine AIRES : «Handicap mental et recrutement» N 1 Novembre 2015 Créée il y a 19 ans, la semaine européenne de l emploi des personnes handicapées a pour objectif de lutter contre les préjugés, et

Plus en détail

LE NOUVEAU SITE POUR VOUS FAIRE (ENFIN!) PASSER À L ACTION!!!! Communiqué de presse! 17.04.2014

LE NOUVEAU SITE POUR VOUS FAIRE (ENFIN!) PASSER À L ACTION!!!! Communiqué de presse! 17.04.2014 LE NOUVEAU SITE POUR VOUS FAIRE (ENFIN ) PASSER À L ACTION Communiqué de presse 17.04.2014 «Mon assurance auto me coûte trop cher, il faut vraiment que j en change»" «Je n en peux plus de cette salle de

Plus en détail

Les principales difficultés rencontrées par les P.M.E. sont : «La prospection et le recouvrement des créances» Petit déjeuner du 26 juin 2012

Les principales difficultés rencontrées par les P.M.E. sont : «La prospection et le recouvrement des créances» Petit déjeuner du 26 juin 2012 Les principales difficultés rencontrées par les P.M.E. sont : «La prospection et le recouvrement des créances» Petit déjeuner du 26 juin 2012 Tour de table d une dizaine d indépendants et gérants de P.M.E.

Plus en détail