Retour du patient insuffisant cardiaque à domicile : rôles des aides soignants

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Retour du patient insuffisant cardiaque à domicile : rôles des aides soignants"

Transcription

1 Retour du patient insuffisant cardiaque à domicile : rôles des aides soignants Céline GUILLAUD Unité de cardiologie Soins Intensifs et consultation XXIII èmes Journées Européennes de la Société Française de Cardiologie

2 JE DECLARE N AVOIR AUCUN CONFLIT D INTERET AVEC L INDUSTRIE

3 Le contexte du projet Centre hospitalier de 900 lits environ Projet d éducation thérapeutique depuis programmes en cours adressés aux insuffisants cardiaques et aux coronariens Programmes en activité depuis 2011

4 Les ressources du projet Deux cardiologues à l initiative du projet: Dr Gacem et Dr Bouvier Un projet d équipe : investissement du plus grand nombre (7 et +) Une infirmière dédiée à l ETP depuis juin 2012 Une continuité entre l hospitalisation en unité de cardiologie et les ateliers d éducation en externe

5 Notre population d insuffisants cardiaques Public âgé d environ 75 ans et plus Un public rural, souvent ré-hospitalisé, avec une pathologie qui évolue vers des pertes d autonomie progressives Une majorité d hommes Des patients qui «remettent la gestion de leur santé» entre les mains de leur entourage proche Des risques associés: des personnes fatiguées qui ne se mobilisent plus, des risques de chute, un retour à domicile de plus en plus difficile, des familles «au pied du mur» et démunies devant les pertes d autonomie

6 Nos constats et questionnements d équipe au décours des hospitalisations CONSTATS QUESTIONNEMENTS Des conseils simples sont donnés pendant l hospitalisation Difficulté pour les patients d être réceptif pendant l hospitalisation Ces conseils sont oubliés, mal compris, non entendus ou évincés Le patient «se laisse prendre en charge», pas de projection dans l après hospitalisation L entourage est peu impliqué sauf si des problèmes de maintien à domicile se posent Expliquons nous suffisamment cette pathologie? Comment réagir face à certains comportements des patients? Comment créer une alliance entre l entourage, le patient et nous, pour gérer la maladie? Comment rendre le patient acteur de sa maladie? Quels peuvent être les projets pour ces patients? Pouvons-nous aborder l avenir avec eux ou est-ce tabou? Comment les aider à se prendre en charge aujourd hui et se projeter dans l après

7 Construction d un programme Le programme des insuffisants cardiaques s est organisé avec: Un atelier «connaissance de la maladie» Un atelier «connaissance du traitement» Un atelier «la salière» Un atelier «retour à domicile et avenir»

8 Quel sens donner à notre programme? Aider le patient et son entourage à: accepter la maladie, continuer son projet de vie apprendre à vivre avec la pathologie au quotidien et dans son propre quotidien retrouver une qualité de vie Les amener à se prendre en charge: Par un bagage de connaissances utilisables Par des ateliers pratiques En parlant de l avenir de façon «transparente» Envie d accompagner le patient à court, moyen et long terme

9 Quels sont les intervenants les plus pertinents pour l atelier «retour à domicile»? Des professionnels avec: Des compétences particulières dans l accompagnement des gestes de la vie quotidienne, l accompagnement au fur et à mesure de l âge et de l autonomie Une proximité facilitante avec le patient pendant des soins de confort qui amène à un partage sur les lieux et habitudes de vie des patients Une créativité et une simplicité dans la formulation de conseils pratiques Une prise de recul sur les connaissances physiopathologiques tout en les intégrant dans la prise en charge Les aides soignantes

10 Créer les conditions de l atelier Deux aides soignantes volontaires, avec une expérience dans l unité Une formation «initiation à l éducation thérapeutique» Prise de connaissance du programme dans son ensemble Une infirmière support qui réassure lors de la prise de parole au début Un partenariat avec un assistant social pour les questions «plus pointues» Construction de l atelier intégralement par les deux aides soignantes et guidées par le cadre (méthodes pédagogiques, supports )

11 Le déroulement concret du programme Groupe de 5 à 6 patients (+ aidants) 1 heure 30 d atelier avec l accueil et la présentation 2 aides soignantes en co-animation et l assistant social sur les 30 dernières minutes 1 ère étape: Retour sur les ateliers précédents Etat des lieux de ce qu ils ont retenu, ce qui leur manque Rappel sur les points importants (compétence de sécurité): sel, RH, le poids

12 Le déroulement concret du programme Photo-langage pour aider l expression des patients sur la vie de «tous les jours»: comment cela se passe au quotidien? qu est-ce qu ils ne peuvent plus faire? qu est-ce qu ils ont encore les moyens de faire? Qu aimeraient- ils encore faire? Partage des «petits trucs», discussion autour de leurs capacités Echanges qui leurs permettent de se sentir moins isolés dans la maladie: «il a la même chose que moi» => réassurance

13

14

15 Le déroulement concret du programme Apports de conseils complémentaires sur leur hygiène de vie, leur condition à domicile, en s adaptant à leurs questions et avec des tableaux de présentation Dans un troisième temps, avec l assistant social: quelques minutes de film, sur le ton de l humour, pour aborder la question de leur avenir: organisation du domicile? inscription en EHPAD? recours à des aides?

16

17 Le déroulement concret du programme Mise à disposition d un classeur avec les CLICS de leur propre secteur Chaque personne repart avec son propre classeur (importance du don) où elle peut ranger: Les synthèses des différents ateliers La fiche MEMO Des mots croisés sur la cardiologie, des sudoku etc Quelques conseils sur l utilisation des épices etc.

18 Après l atelier Remplissage des dossiers individuels: les acquis en fonction de ce qui est abordé: le sel, le poids, l eau, les aides, le risque de chutes ce qu il manque, ce qu il faut revoir avec eux leur participation aux échanges, les limites quelque fois «techniques» (ex: personne sourde), ce qui les inquiète les demandes pour revenir à un atelier précis

19 Après l atelier Une consultation finale avec le cardiologue responsable du programme A l issu de cette consultation, un courrier est envoyé au médecin traitant retraçant ce qu il reste à aborder avec le patient et le chemin déjà parcouru

20 Bénéfice du projet: ce que les aides soignantes en disent Elles apprécient: De disposer d un temps d accompagnement privilégié avec le patient De voir le patient autrement, dans un autre contexte, en civil De les voir avec une meilleure qualité de vie ou de participer à cela De réaffirmer la place de l entourage (conjoint, enfants ) car l entourage a aussi des deuils à faire

21

22 Bénéfices du projet: ce que patients et familles en disent Se sentent encourager à continuer leurs activités ou cela les aide à trouver d autres centres d intérêt Apprécient notre aide pour éviter les ré-hospitalisations, se projeter dans l avenir, dédramatiser, prendre du recul Apprécient «le temps que les soignants prennent», l absence de jugement, qu on leur explique, ce qu ils apprennent, d accueillir leur épouse Aiment les échanges entre patients: ils se connaissent d un atelier à l autre, créent des affinités Des contacts sont pris: Avec les diététiciens Avec nous ( consultations, site internet) Avec l assistant social

23 Les bénéfices du projet: ce je perçois en tant que cadre et coordinateur Se centrer autour d un projet commun, une certaine conception du soin Une valorisation de tous dans l équipe avec l importance de conjuguer les compétences de chacun pour le patient Une reconsidération de «l attitude du care» Collaboration en transversalité: diététiciens, assistant social, infirmière d éducation en diabétologie Des liens entre l unité et le service de consultation de cardiologie, entre l externe et l interne

24 CONCLUSION Un bilan positif où les patients n ont pas peur d aborder leurs craintes sur l évolution de la maladie Une satisfaction à re-découvrir un soin moins morcelé dans le temps et l espace Une sensation d être au cœur de notre métier soignant en les amenant à trouver leurs propres solutions, en apportant un temps d écoute constructif et bienveillant

25 Merci de votre attention

L athérosclérose, au cœur de la chronicité!

L athérosclérose, au cœur de la chronicité! L athérosclérose, au cœur de la chronicité! Approche de l éducation thérapeutique 22.01.15 Journée du département de médecine interne Hôpital du Valais Pralong Isabelle Chirurgie cardiaque/ SC- Cardio

Plus en détail

ABSENCE DE CONFLIT D INTERET

ABSENCE DE CONFLIT D INTERET C.CAILLOT- TRELAZE 14 Janvier 2016 ABSENCE DE CONFLIT D INTERET «L éducation thérapeutique s inscrit dans le parcours de soins du patient. Elle a pour objectif de rendre le patient plus autonome, en facilitant

Plus en détail

Lien ville hôpital pour l éducation thérapeutique chez les patients porteurs de facteurs de risque cardiovaculaires ou sous anticoagulants

Lien ville hôpital pour l éducation thérapeutique chez les patients porteurs de facteurs de risque cardiovaculaires ou sous anticoagulants Lien ville hôpital pour l éducation thérapeutique chez les patients porteurs de facteurs de risque cardiovaculaires ou sous anticoagulants Dr Audinet cardiologue, Dr Quélennec pharmacien Centre Hospitalier

Plus en détail

Développement d un programme d éducation des aidants des patients pris en charge en HAD en Oncologie

Développement d un programme d éducation des aidants des patients pris en charge en HAD en Oncologie Développement d un programme d éducation des aidants des patients pris en charge en HAD en Oncologie Dr M.MAGNET Coordonnateur Soins et Santé Lyon H CAZENEUVE, Sociologue- Centre Hygée Saint-Etienne V.ROUSSET,

Plus en détail

Guide pour la pratique de l'éducation thérapeutique Sébastien Barbarot Groupe d'education Thérapeutique (GET) Nantes

Guide pour la pratique de l'éducation thérapeutique Sébastien Barbarot Groupe d'education Thérapeutique (GET) Nantes Guide pour la pratique de l'éducation thérapeutique Sébastien Barbarot Groupe d'education Thérapeutique (GET) Nantes Organisation et mise en place de l éducation thérapeutique au sein d une structure Dans

Plus en détail

Education thérapeutique sur une cohorte de patients atteints de cancer du sein et colorectal avec chimiothérapie adjuvante

Education thérapeutique sur une cohorte de patients atteints de cancer du sein et colorectal avec chimiothérapie adjuvante Education thérapeutique sur une cohorte de patients atteints de cancer du sein et colorectal avec chimiothérapie adjuvante Dr Caroline BUREAU LENOIR Polyclinique Bordeaux Nord Aquitaine HISTORIQUE (1)

Plus en détail

Processus de ré-accueil à l EPT 12 Secteur Val de Bièvre. JSST 16 juin 2016

Processus de ré-accueil à l EPT 12 Secteur Val de Bièvre. JSST 16 juin 2016 Processus de ré-accueil à l EPT 12 Secteur Val de Bièvre JSST 16 juin 2016 INTRODUCTION Répondre à une problématique de plus en plus prégnante dans les collectivités: le reclassement et/ou le repositionnement

Plus en détail

L éducation thérapeutique du patient (ETP): pourquoi? Comment l organiser? L exemple du diabète. Dr Bénédicte Frémy Jeudi 7 novembre 2013 Agen

L éducation thérapeutique du patient (ETP): pourquoi? Comment l organiser? L exemple du diabète. Dr Bénédicte Frémy Jeudi 7 novembre 2013 Agen L éducation thérapeutique du patient (ETP): pourquoi? Comment l organiser? L exemple du diabète. Dr Bénédicte Frémy Jeudi 7 novembre 2013 Agen Définition de l OMS (1998) L ETP est un processus continu,

Plus en détail

Goupe de travail et d échange pour les Aidants Familiers. Réseau de Santé Gérontologique Espace Chappe 1 rue Chappe LANNION Tel

Goupe de travail et d échange pour les Aidants Familiers. Réseau de Santé Gérontologique Espace Chappe 1 rue Chappe LANNION Tel Goupe de travail et d échange pour les Aidants Familiers Réseau de Santé Gérontologique Espace Chappe 1 rue Chappe 22300 LANNION Tel 02 96 46 22 10 Sommaire I. Présentation de la Plate Forme II. III. IV.

Plus en détail

CŒUR ET TRAVAIL PRISE EN CHARGE DU PATIENT INSUFFISANT CARDIAQUE (PARAMEDICAUX) Méthodologie du programme de DPC

CŒUR ET TRAVAIL PRISE EN CHARGE DU PATIENT INSUFFISANT CARDIAQUE (PARAMEDICAUX) Méthodologie du programme de DPC Méthodologie du programme de DPC L objectif de ce programme de formation sur l insuffisance cardiaque est de permettre aux personnels paramédicaux travaillant dans les services de cardiologie ou de réadaptation

Plus en détail

Coordination Ville / Hôpital autour du Patient

Coordination Ville / Hôpital autour du Patient Coordination Ville / Hôpital autour du Patient rôle complémentaire mentaire des IDEC évaluation des besoins pour le retour à domicile collaboration avec les autres réseaux r territoriaux 2 ème journée

Plus en détail

Atelier E 10 présenté par le Dr Marie PECHARD

Atelier E 10 présenté par le Dr Marie PECHARD Atelier E 10 présenté par le Dr Marie PECHARD 1 Déclaration de conflits d intérêt réels ou potentiels Nom du conférencier: Dr Marie PECHARD Je n ai aucun conflit d intérêt réel ou potentiel en lien avec

Plus en détail

L IDE pivot : le fil rouge dans le parcours personnalisé du. patient en Cancérologie

L IDE pivot : le fil rouge dans le parcours personnalisé du. patient en Cancérologie L IDE pivot : le fil rouge dans le parcours personnalisé du patient en Cancérologie Nicole Gérentes, Cécile Migala, Patrice Moreau, Véronique Tarit IDE pivots de l Institut de Cancérologie Lucien Neuwirth

Plus en détail

Programme d Education thérapeutique du Patient atteint de cancer et recevant un traitement oral (Chimiothérapie ou thérapeutique Ciblée) PEPCCi

Programme d Education thérapeutique du Patient atteint de cancer et recevant un traitement oral (Chimiothérapie ou thérapeutique Ciblée) PEPCCi Programme d Education thérapeutique du Patient atteint de cancer et recevant un traitement oral (Chimiothérapie ou thérapeutique Ciblée) PEPCCi Accompagnement : Ed Innov Santé Dr. GENET Dominique, Médecin

Plus en détail

La démarche de soin. Rôle de l aide-soignant(te)

La démarche de soin. Rôle de l aide-soignant(te) La démarche de soin Rôle de l aide-soignant(te) 1 Généralités L aide soignant réalise des actes sous la responsabilité de l infirmière dans le cadre de son rôle propre. (Article R4311.4 du code de santé

Plus en détail

«Le maintien à domicile en fin de vie : une histoire d implication» Dr Marie-Hélène DELANGLE Nelly LOQUET, Infirmière COMPAS NANTES

«Le maintien à domicile en fin de vie : une histoire d implication» Dr Marie-Hélène DELANGLE Nelly LOQUET, Infirmière COMPAS NANTES «Le maintien à domicile en fin de vie : une histoire d implication» Dr Marie-Hélène DELANGLE Nelly LOQUET, Infirmière COMPAS NANTES Lieux de décès en France Loi du 9 Juin 1999 : «Toute personne malade

Plus en détail

Accompagner une personne en fin de vie Les situations critiques selon la perception des proches aidants

Accompagner une personne en fin de vie Les situations critiques selon la perception des proches aidants Accompagner une personne en fin de vie Les situations critiques selon la perception des proches aidants Beat Sottas Sarah Brügger Adrienne Jaquier Projet approuvé par le FNRS Beaucoup de personnes désirent

Plus en détail

Recrutement d un Coordinateur en ETP

Recrutement d un Coordinateur en ETP ! 2012 : Souhait de développer une culture éducative commune à tous les professionnels de la santé afin de permettre à tout patient du territoire un accès au soin éducatif " «L Educ attitude» au quotidien

Plus en détail

Rôle de l infirmière dans le bilan cognitif en Hôpital de Jour Gériatrique

Rôle de l infirmière dans le bilan cognitif en Hôpital de Jour Gériatrique Rôle de l infirmière dans le bilan cognitif en Hôpital de Jour Gériatrique Éliane RIERA, Brigitte WEIDMANN (Infirmières) Audrey CHEVALIER (Neuropsychologue) Pierre ANTHONY (médecin) Réflexion sur le mode

Plus en détail

Concept d accompagnement

Concept d accompagnement Concept d accompagnement Elaboré en équipe pluridisciplinaire composé par : l infirmière responsable, l intendante, une représentante des aides-soignants, une représentante des veilleurs (les déclinaisons

Plus en détail

Infirmière référente en LISP au CH de Saint Die des Vosges

Infirmière référente en LISP au CH de Saint Die des Vosges Infirmière référente en LISP au CH de Saint Die des Vosges Evolution et adaptation des missions d une infirmière référente. Muriel Jouchter infirmière référente LISP Christine Blot cadre de santé 1 2 Pour

Plus en détail

TRAVAILLER AVEC LES FAMILLES EN INSTITUTION. Journées CRFTC 2-4 avril 2012 Patricia de COLLASSON Psychologue clinicienne

TRAVAILLER AVEC LES FAMILLES EN INSTITUTION. Journées CRFTC 2-4 avril 2012 Patricia de COLLASSON Psychologue clinicienne TRAVAILLER AVEC LES FAMILLES EN INSTITUTION Journées CRFTC 2-4 avril 2012 Patricia de COLLASSON Psychologue clinicienne Pourquoi travailler avec les familles? «Plus personne ne prétend soigner le patient

Plus en détail

Exemples de questions ouvertes pour l auto-évaluation d un programme d ETP

Exemples de questions ouvertes pour l auto-évaluation d un programme d ETP Exemples de questions ouvertes pour l auto-évaluation d un programme d ETP Cette fiche propose des exemples de questions qui sont adaptables et modifiables par chaque équipe dans sa démarche d auto-évaluation.

Plus en détail

Le service d hémodialyse de l hôpital

Le service d hémodialyse de l hôpital Le projet d'éducation personnalisé en unité d'hémodialyse Aline LEGENDRE - Thionville Le service d hémodialyse de l hôpital Bel Air à Thionville est un centre composé de vingt-sept postes de dialyse chronique,

Plus en détail

SYNTHESE SUR LES QUESTIONNAIRES SATISFACTION CLIENTS 2015

SYNTHESE SUR LES QUESTIONNAIRES SATISFACTION CLIENTS 2015 SYNTHESE SUR LES QUESTIONNAIRES SATISFACTION CLIENTS 2015 «Questionnaire 1 er Contact» Questionnaires envoyés 241 309 Questionnaires retournés 93 39 104 34 Ce questionnaire a été envoyé aux prospects qui

Plus en détail

De la naissance àl adolescence, Le. trajet de la confiance

De la naissance àl adolescence, Le. trajet de la confiance De la naissance àl adolescence, Le DE LA NAISSANCE A L ADOLESCENCE, LE TRAJET DE LA CONFIANCE trajet de la Véronique DEBOUNY Sabine GENOT Sylvie HASTIR 20/9/2012 «Soigner en toute» Debouny Véronique, Genot

Plus en détail

«Le trio : Enfer ou Paradis?»

«Le trio : Enfer ou Paradis?» «Le trio : Enfer ou Paradis?» Docteur Dominique Garrot Madame Anabella Rocha 22 ème Journée Gérontologique le 09 octobre 2014 1 Introduction Etude : manque de communication entre l équipe et la famille

Plus en détail

Point de vue d un praticien hospitalier de proximité Dr A Peytier

Point de vue d un praticien hospitalier de proximité Dr A Peytier Point de vue d un praticien hospitalier de proximité Dr A Peytier Agence sanitaire et scientifique chargée de coordonner les actions de lutte contre le cancer Groupement d intérêt public Etat Associations

Plus en détail

MALADIES CHRONIQUES PARCOURS PATIENT

MALADIES CHRONIQUES PARCOURS PATIENT MALADIES CHRONIQUES ET PARCOURS PATIENT Louise ULRIC, Suzanne GERMANY 1 Réflexion née de l expérience des filières existantes en Martinique, en lien avec les réseaux ville - hôpital : - AVC : réseau Ermancia

Plus en détail

LE CENTRE DE PLAIES ET CICATRISATION

LE CENTRE DE PLAIES ET CICATRISATION LE CENTRE DE PLAIES ET CICATRISATION DU C.H. DE LIBOURNE RATTACHE AU SERVICE DE CHIRURGIE GENERALE ET VASCULAIRE DU DOCTEUR François MINET Benoît Gheysens Chirurgien Vasculaire Jean-Luc Mornet Cadre de

Plus en détail

L infirmier(e) en Unité Neuro-Vasculaire

L infirmier(e) en Unité Neuro-Vasculaire L infirmier(e) en Unité Neuro-Vasculaire L Unité Neuro Vasculaire : une équipe pluridisciplinaire 18/10/2016 2 Le service accueille les patients atteints d Accidents vasculaires cérébraux d origine ischémique

Plus en détail

L AIDE AUX AIDANTS: DU GROUPE DE PAROLE A L EDUCATION THERAPEUTIQUE. Vignaud M.L., Bariteau V., Paineau P., Alix M., Reiss K., Puzos P.

L AIDE AUX AIDANTS: DU GROUPE DE PAROLE A L EDUCATION THERAPEUTIQUE. Vignaud M.L., Bariteau V., Paineau P., Alix M., Reiss K., Puzos P. L AIDE AUX AIDANTS: DU GROUPE DE PAROLE A L EDUCATION THERAPEUTIQUE Vignaud M.L., Bariteau V., Paineau P., Alix M., Reiss K., Puzos P. En 2008, 3.6 millions de personnes âgées de plus de 60 ans étaient

Plus en détail

IMAGIER ADULTE & IMAGIER PEDIATRIQUE Discussions autour de la vie avec une pompe à insuline

IMAGIER ADULTE & IMAGIER PEDIATRIQUE Discussions autour de la vie avec une pompe à insuline IMAGIER ADULTE & IMAGIER PEDIATRIQUE Discussions autour de la vie avec une pompe à insuline Atelier Déjeuner-Débat 14 Novembre 2014 4 Rencontres d Education Thérapeutique SOMMAIRE Imagier Adulte Dr Ghislaine

Plus en détail

Formation soins palliatifs et qualité de vie

Formation soins palliatifs et qualité de vie Formation soins palliatifs et qualité de vie Le soutien aux proches durant la maladie: informer et soutenir Martine Hennuy Introduction La maladie grave = traumatisme, séisme pour le malade et les proches

Plus en détail

CAS CONCRET SOINS DE SUPPORT ONCOLOGIQUES INTRA ET EXTRA-HOSPITALIER

CAS CONCRET SOINS DE SUPPORT ONCOLOGIQUES INTRA ET EXTRA-HOSPITALIER CAS CONCRET SOINS DE SUPPORT ONCOLOGIQUES INTRA ET EXTRA-HOSPITALIER Gilles Nallet Odile Romanet Céline Henriot Définition des soins de support: Les soins de support désignent l ensemble des soins et soutien

Plus en détail

PROGRAMME D EDUCATION THERAPEUTIQUE DU PATIENT DESTINE AUX PERSONNES ATTEINTES DE BRONCHO-PNEUMOPATHIE CHRONIQUE OBSTRUCTIVE (BPCO)

PROGRAMME D EDUCATION THERAPEUTIQUE DU PATIENT DESTINE AUX PERSONNES ATTEINTES DE BRONCHO-PNEUMOPATHIE CHRONIQUE OBSTRUCTIVE (BPCO) PROGRAMME D EDUCATION THERAPEUTIQUE DU PATIENT DESTINE AUX PERSONNES ATTEINTES DE BRONCHO-PNEUMOPATHIE CHRONIQUE OBSTRUCTIVE (BPCO) ETABLISSEMENT THERMAL DE CAMBO-LES-BAINS LES PATIENTS CONCERNES PAR LE

Plus en détail

CHANTIER D INSERTION PREQUALIFIANT AUX METIERS DES SERVICES A LA PERSONNE 2011 EHPAD SIVOM LA ROUVIERE

CHANTIER D INSERTION PREQUALIFIANT AUX METIERS DES SERVICES A LA PERSONNE 2011 EHPAD SIVOM LA ROUVIERE CHANTIER D INSERTION PREQUALIFIANT AUX METIERS DES SERVICES A LA PERSONNE 2011 EHPAD SIVOM LA ROUVIERE Présentation des fiches de poste 1. Animateur de personnes âgées... page 2 2. Agent social... page

Plus en détail

Auto-évaluation annuelle d un programme d éducation thérapeutique du patient : Démarche et outils

Auto-évaluation annuelle d un programme d éducation thérapeutique du patient : Démarche et outils Auto-évaluation annuelle d un programme d éducation thérapeutique du patient : Démarche et outils Anne-Françoise Pauchet-Traversat Quatrièmes journées du Réseau PIC - Lille - 21 septembre 2012 Auto-évaluation

Plus en détail

Hospitalisation A Domicile. H A D à Bourbon-Lancy

Hospitalisation A Domicile. H A D à Bourbon-Lancy Hospitalisation A Domicile H A D à Bourbon-Lancy HAD à Bourbon-Lancy Réunion publique 24 avril 2014 L HAD à Bourbon-Lancy Convention entre la Maison médicale, Dr Vennetier, et l HAD du Centre hospitalier

Plus en détail

Les rencontres autour de l Annonce Annoncer une mauvaise nouvelle

Les rencontres autour de l Annonce Annoncer une mauvaise nouvelle Les rencontres autour de l Annonce Annoncer une mauvaise nouvelle Aspects psychologiques et communication date Etablissement 1 Aspects psychologiques 2 Aspects psychologiques (1/2) Côté patient La sidération

Plus en détail

CANCER et TRAVAIL. parcours du patient - retour au milieu professionnel après un cancer

CANCER et TRAVAIL. parcours du patient - retour au milieu professionnel après un cancer CANCER et TRAVAIL parcours du patient - retour au milieu professionnel après un cancer B. Jacqueme : Société de Médecine du Travail Paca Corse 25 novembre 2014 1 2 Organisation mise en place pour le traitement

Plus en détail

2, Boulevard du 19 Mars 1962 BP GONESSE CEDEX

2, Boulevard du 19 Mars 1962 BP GONESSE CEDEX Formation d Aide Soignant La rentrée a lieu la première semaine du mois de septembre. La durée de la formation est de 41 semaines soit 1435 heures d enseignement théorique et clinique en institut de formation

Plus en détail

ATELIER EDUCATION THERAPEUTIQUE

ATELIER EDUCATION THERAPEUTIQUE ATELIER EDUCATION THERAPEUTIQUE Groupe de réflexion Co-piloté par :. Sandrine BONNEHON (Ide Clinique BDC). Armelle RUFFIN (IDE D Education au CEDD) Synthèse présentée par : Sandrine BONNEHON et Armelle

Plus en détail

CONVENTION CONSTITUTIVE

CONVENTION CONSTITUTIVE CONVENTION CONSTITUTIVE Entre les établissements signataires Vu les textes législatifs suivants : La loi du 9 juin 1999 visait à garantir l accès aux soins palliatifs pour tous et introduisait l existence

Plus en détail

La tabacologie dans un service de réadaptation cardiaque la roseraie (Lot)

La tabacologie dans un service de réadaptation cardiaque la roseraie (Lot) La tabacologie dans un service de réadaptation cardiaque la roseraie (Lot) Par Catherine Sigrand -Infirmière DE -DU d'éducation Thérapeutique, 2006 -Formation de tabacologie à l'hopital P.Brousse à Paris,

Plus en détail

Association de Coordination Gérontologique du canton de Port Louis

Association de Coordination Gérontologique du canton de Port Louis http://reseau-sante-portlouis.org Association de Coordination Gérontologique du canton de Port Louis ASSEMBLEE GENERALE DU 6 MAI 2008 LES OBJECTIFS DU RESEAU Informer les personnes, les familles, les professionnels

Plus en détail

Le Schéma d accompagnement des personnes âgées en Deux-Sèvres : Le rôle des CLIC. (Centre Local d Information et de Coordination Gérontologique)

Le Schéma d accompagnement des personnes âgées en Deux-Sèvres : Le rôle des CLIC. (Centre Local d Information et de Coordination Gérontologique) Le Schéma d accompagnement des personnes âgées en Deux-Sèvres : Le rôle des CLIC (Centre Local d Information et de Coordination Gérontologique) Les CLIC en Deux-Sèvres Un numéro unique Départemental pour

Plus en détail

Actions d accompagnement et Éducation Thérapeutique Qu en pensent les associations de malades? Que font-elles, que veulent-elles?

Actions d accompagnement et Éducation Thérapeutique Qu en pensent les associations de malades? Que font-elles, que veulent-elles? Actions d accompagnement et Éducation Thérapeutique Qu en pensent les associations de malades? Que font-elles, que veulent-elles? Thomas TREUVELOT Coordinateur de AIDES en Champagne-Ardenne AIDES Créée

Plus en détail

Nouveau programme des études infirmières décliné en cardiologie : un exemple de situation prévalente. 14/09/2012 N. Genchi - V. Nickler - CHU NANCY

Nouveau programme des études infirmières décliné en cardiologie : un exemple de situation prévalente. 14/09/2012 N. Genchi - V. Nickler - CHU NANCY Nouveau programme des études infirmières décliné en cardiologie : un exemple de situation prévalente 1 SOMMAIRE L UPECETIC La Collaboration entre le service de cardiologie IFSI de - Brabois La Compétence

Plus en détail

Nathalie DANJOU, Directrice. 16, rue Du Guesclin PERIGUEUX

Nathalie DANJOU, Directrice. 16, rue Du Guesclin PERIGUEUX Nathalie DANJOU, Directrice 16, rue Du Guesclin 24000 PERIGUEUX 05.53.13.19.90 05.53.53.40.72 @ accueil@mdrs24.fr Groupement de Coopération Sanitaire (GCS) AUTORISE DEPUIS LE 05 OCTOBRE 2015 «LA MAISON

Plus en détail

LES REUNIONS HEBDOMADAIRES

LES REUNIONS HEBDOMADAIRES LES REUNIONS HEBDOMADAIRES Réanimation Néonatale CH LILLE ( A. Huyghe) Néonatalogie CH ROUBAIX (AC Crombé) Réanimation Néonatale CH VALENCIENNES CH VALENCIENNES 6 lits de réanimation 10 lits soins intensifs

Plus en détail

Vidéo témoignage de patients souffrant de schizophrénie et pris en charge dans le programme d ETP du Centre Hospitalier des Pyrénées de PAU

Vidéo témoignage de patients souffrant de schizophrénie et pris en charge dans le programme d ETP du Centre Hospitalier des Pyrénées de PAU «Coopération soigné / Soignant en ETP» Retours d expériences Bordeaux 16 septembre 2016 Vidéo témoignage de patients souffrant de schizophrénie et pris en charge dans le programme d ETP du Centre Hospitalier

Plus en détail

UNITE D ACCUEIL POUR PERSONNES HANDICAPEES PSYCHIQUES DEFICITAIRES ET VEILLISSANTES

UNITE D ACCUEIL POUR PERSONNES HANDICAPEES PSYCHIQUES DEFICITAIRES ET VEILLISSANTES UNITE D ACCUEIL POUR PERSONNES HANDICAPEES PSYCHIQUES DEFICITAIRES ET VEILLISSANTES 1 LE PROJET Création d une unité d accueil spécifique d EHPAD pour les personnes handicapées psychiques déficitaires

Plus en détail

Le projet d accompagnement en court séjour: Expériences du terrain

Le projet d accompagnement en court séjour: Expériences du terrain Le projet d accompagnement en court séjour: Expériences du terrain Le Maillon, EMS de court séjour Capacité d accueil : 28 lits 470 admissions, 8 700 journées d hébergement / an. Population : Gériatrie

Plus en détail

L évaluation par la méthode du patient-traceur en établissement de santé

L évaluation par la méthode du patient-traceur en établissement de santé L évaluation par la méthode du patient-traceur en établissement de santé Colloques de l IUMSP, Lausanne Nathalie Thilly 28 Avril 2015 Université de Lorraine (EA 4360 Apemac) et CHU de Nancy, France 1 CONTEXTE

Plus en détail

Les Agoras Jeudi 8 Octobre 2015 Regards croisés. Parcours de santé et affections cardio-vasculaires

Les Agoras Jeudi 8 Octobre 2015 Regards croisés. Parcours de santé et affections cardio-vasculaires Les Agoras Jeudi 8 Octobre 2015 Regards croisés Parcours de santé et affections cardio-vasculaires Intervenants : Dr Jean-Etienne Touze, cardiologue, réadaptation cardiaque, hôpital privé Clairval (Marseille)

Plus en détail

PISTES DE REFLEXION POUR LA CONCEPTION DU PROJET PEDAGOGIQUE

PISTES DE REFLEXION POUR LA CONCEPTION DU PROJET PEDAGOGIQUE PISTES DE REFLEXION POUR LA CONCEPTION DU PROJET PEDAGOGIQUE En vue de soutenir et d accompagner les milieux d accueil dans la conception, la rédaction de leur projet pédagogique, l ONE vous invite à réfléchir

Plus en détail

Parcours des patients en dialyse à domicile à Calydial AGNÈS CAILLETTE-BEAUDOIN CALYDIAL

Parcours des patients en dialyse à domicile à Calydial AGNÈS CAILLETTE-BEAUDOIN CALYDIAL Parcours des patients en dialyse à domicile à Calydial AGNÈS CAILLETTE-BEAUDOIN CALYDIAL Comité MRC Fehap, Orléans 5 et 6 juin 2014 plan DP: un parcours robuste et évalué HDD: un parcours à reactiver Dialyse

Plus en détail

Quelle est la place de l infirmier libéral dans la PEC globale à domicile d un patient atteint d un cancer?

Quelle est la place de l infirmier libéral dans la PEC globale à domicile d un patient atteint d un cancer? Coordination ville-hôpital et continuité des soins en ville Quelle est la place de l infirmier libéral dans la PEC globale à domicile d un patient atteint d un cancer? Marina Dauzou, Hélène Labrosse Canat

Plus en détail

Le métier de Coordinateur de Soins en Oncologie

Le métier de Coordinateur de Soins en Oncologie Le métier de Coordinateur de Soins en Oncologie SOMMAIRE Pourquoi une fonction de CSO, contexte historique? Rôle et fonction de la CSO Les travers du métier En pratique Quelles sont ses compétences? Formation

Plus en détail

Place des professionnels libéraux dans le parcours du patient cancéreux. Dr Nathalie Nisenbaum 7 décembre 2006

Place des professionnels libéraux dans le parcours du patient cancéreux. Dr Nathalie Nisenbaum 7 décembre 2006 Place des professionnels libéraux dans le parcours du patient cancéreux Dr Nathalie Nisenbaum 7 décembre 2006 Place des professionnels libéraux dans le parcours du patient cancéreux Prévention et dépistage

Plus en détail

Sixième atelier. Référentiel des missions. MAIA de l est du Loiret Octobre 2012

Sixième atelier. Référentiel des missions. MAIA de l est du Loiret Octobre 2012 Sixième atelier Référentiel des missions MAIA de l est du Loiret Octobre 2012 Porté par le Clic du Val d Or, Hôpital de Sully sur Loire, Agé-Clic et l Orpadam Clic Rappel sur les trois outils du guichet

Plus en détail

BILAN D UTILISATION DU JOURNAL DE BORD EN REANIMATION au Centre Hospitalier de Libourne. JARCA décembre 2016 Clarisse Houelbec IDE

BILAN D UTILISATION DU JOURNAL DE BORD EN REANIMATION au Centre Hospitalier de Libourne. JARCA décembre 2016 Clarisse Houelbec IDE BILAN D UTILISATION DU JOURNAL DE BORD EN REANIMATION au Centre Hospitalier de Libourne JARCA décembre 2016 Clarisse Houelbec IDE Sommaire 1- Présentation du service 2- Rappel sur le JDB 3- Historique

Plus en détail

> L HAD, en tant qu établissement de santé, est soumise à la certification, ce qui garantit au malade une offre de soins de qualité

> L HAD, en tant qu établissement de santé, est soumise à la certification, ce qui garantit au malade une offre de soins de qualité Cancer et domicile Définition de l HAD > L HAD est un établissement de santé et une alternative à l hospitalisation conventionnelle, qui permet d assurer au domicile du malade, des soins médicaux et paramédicaux

Plus en détail

Évaluation des 2 sessions de la formation «L animation et ses techniques : réussir son action de prévention»

Évaluation des 2 sessions de la formation «L animation et ses techniques : réussir son action de prévention» POLE DE COMPETENCE EN PROMOTION DE LA SANTE REGION CENTRE Antenne territoriale 37 Évaluation des 2 sessions de la formation «L animation et ses techniques : réussir son action de prévention» Sessions :

Plus en détail

Information du patient et accès aux soins de support.

Information du patient et accès aux soins de support. Information du patient et accès aux soins de support. Parcours de malades dans 2 établissements spécialisés en cancérologie. Véronique REGNIER-DENOIS CIC-EC 3 Inserm HYGEE Institut de Cancérologie Lucien

Plus en détail

PROGRAMME DE FORMATION. Formation de base à l éducation thérapeutique du patient vivant avec une pathologie chronique dans un ACT

PROGRAMME DE FORMATION. Formation de base à l éducation thérapeutique du patient vivant avec une pathologie chronique dans un ACT PROGRAMME DE FORMATION Formation de base à l éducation thérapeutique du patient vivant avec une pathologie chronique dans un ACT Formation en 2 temps (total de 6 jours) 1 er session (3 jours) : 26-27-28

Plus en détail

La psychiatrie de secteur et le parcours de soins. UE.2.6 Compétence R.E NOTO-

La psychiatrie de secteur et le parcours de soins. UE.2.6 Compétence R.E NOTO- le parcours de soins UE.2.6 Compétence Introduction C est quoi? Le territoire national est découpé en zones géographiques appelées «secteurs». Le secteur est l organisation à l intérieur d un bassin de

Plus en détail

Intérêt des Art-thérapies pour les patients à profil complexe en Hôpital de jour SSR

Intérêt des Art-thérapies pour les patients à profil complexe en Hôpital de jour SSR Intérêt des Art-thérapies pour les patients à profil complexe en Hôpital de jour SSR Élisabeth Damoiseau ( Musicothérapeute) Dr Florence Bonté ( Gériatre) Hôpital de Jour Psychogériatrique Centre Paris

Plus en détail

LE CLOWN DE THEATRE THEATRE MODERNE PARIS { PAGE \* MERGEFORMAT }

LE CLOWN DE THEATRE THEATRE MODERNE PARIS { PAGE \* MERGEFORMAT } LE CLOWN DE THEATRE STAGE D UNE SEMAINE PARIS THEATRE MODERNE { PAGE \* MERGEFORMAT } Présentation générale Le clown de théâtre est un personnage crée à partir de sa personnalité, qui éprouve et partage

Plus en détail

Plan d Intervention Interdisciplinaire Individualisé (PIII)

Plan d Intervention Interdisciplinaire Individualisé (PIII) Plan d Intervention Interdisciplinaire Individualisé (PIII) P.MASSON - Centre Hospitalier de la Tour Blanche, BP 190, 36105 ISSOUDUN - 2007 Maison de la Mutualité Le Plan d Intervention Interdisciplinaire

Plus en détail

Choisir un endroit où l entretien pourra se dérouler sans être dérangé. Eviter de le faire dans la chambre du patient. Se libérer de ses autres

Choisir un endroit où l entretien pourra se dérouler sans être dérangé. Eviter de le faire dans la chambre du patient. Se libérer de ses autres Choisir un endroit où l entretien pourra se dérouler sans être dérangé. Eviter de le faire dans la chambre du patient. Se libérer de ses autres tâches pour la durée de l entretien. Prévoir une marge au

Plus en détail

CYCLE LOCAL SUR LA PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR

CYCLE LOCAL SUR LA PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR CYCLE LOCAL SUR LA PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR RESULTATS GENERAUX DE MARS 2007 A OCTOBRE 2008 NB DE PARTICIPANTS = 99 54 EN 2007 61 EN 2008 POUR LES RESULTATS LES 16 PARTICIPANTS DE NOV 2008 NE SONT

Plus en détail

«L infirmière au bloc opératoire» : enjeux et perspectives

«L infirmière au bloc opératoire» : enjeux et perspectives «L infirmière au bloc opératoire» : enjeux et perspectives Myriam HUBINON Directrice du Département Infirmier Cliniques Universitaires Saint-Luc 1 Activités péri-opératoires autour du patient - Inf. circulante

Plus en détail

projet institutionnel : développer un outil d évaluation commun pour les intervenants diplômés des CMS lausannois

projet institutionnel : développer un outil d évaluation commun pour les intervenants diplômés des CMS lausannois projet institutionnel : développer un outil d évaluation commun pour les intervenants diplômés des CMS lausannois 26 août 2015 1 Quand l éducation thérapeutique devient une philosophie de prise en soins.

Plus en détail

Médecin coordinateur HAD

Médecin coordinateur HAD Dr GUEHENNEUX Emmanuelle Médecin coordinateur HAD Plan Prise en charge de l hôpital Patient Famille Equipe Suivi Prise en charge du domicile Patient Famille Equipe Suivi Conclusion Prise en charge de l

Plus en détail

A propos des questions posées en atelier

A propos des questions posées en atelier Diabète éducation de langue française L éducation thérapeutique : pourquoi, avec qui, comment? Rennes, 9 juin 2010 A propos des questions posées en atelier Dr Brigitte Sandrin-Berthon 1- Education thérapeutique

Plus en détail

SOINS PALLIATIFS EN NEURO ONCOLOGIE

SOINS PALLIATIFS EN NEURO ONCOLOGIE SOINS PALLIATIFS EN NEURO ONCOLOGIE Dr Sara Balagny Equipe Mobile d Accompagnement et de Soins Palliatifs Hospitalisation A Domicile CHRU Lille Définition des soins palliatifs «Les soins palliatifs cherchent

Plus en détail

Equipe mobile de réadaptation réinsertion : retour d expérience dans la prise en charge des cérébro-lésés.

Equipe mobile de réadaptation réinsertion : retour d expérience dans la prise en charge des cérébro-lésés. Equipe mobile de réadaptation réinsertion : retour d expérience dans la prise en charge des cérébro-lésés. A Duruflé, C Le Meur, MP Reillon, N Clerc, H Angot, S Sabarots, B Nicolas Pôle Saint Hélier, Rennes

Plus en détail

Education Thérapeutique en Psychiatrie : Représentations des soignants, des patients et des familles

Education Thérapeutique en Psychiatrie : Représentations des soignants, des patients et des familles Education Thérapeutique en Psychiatrie : Représentations des soignants, des patients et des familles Delphine VIARD PLAN INTRODUCTION METHODE RESULTATS Représentations des soignants Représentations des

Plus en détail

ASSISTANT DE SOINS EN GERONTOLOGIE. MODULE I : DF1 (35 h)

ASSISTANT DE SOINS EN GERONTOLOGIE. MODULE I : DF1 (35 h) INFOR SANTE ASSISTANT DE SOINS EN GERONTOLOGIE CENTRE MODULE I : DF1 (35 h) Concourir à l élaboration et à la mise en œuvre du projet individualisé dans le respect de la personne - Repérer les besoins

Plus en détail

Centre de formation continue spécialisé dans la santé mentale, le sanitaire, le social et le médico-social. Module 1 : Formation au Tutorat Infirmier

Centre de formation continue spécialisé dans la santé mentale, le sanitaire, le social et le médico-social. Module 1 : Formation au Tutorat Infirmier Centre de formation continue spécialisé dans la santé mentale, le sanitaire, le social et le médico-social Formation Tutorat Infirmiers et Aides-Soignants INTERVENANTE Marie-Line Depail 2 modules indépendants

Plus en détail

PROFIL DE POSTE ORTHOPHONISTE

PROFIL DE POSTE ORTHOPHONISTE PROFIL DE POSTE ORTHOPHONISTE HDJ Michel ANGE Objet Domaine d application Ce document a pour objet de définir les fonctions de l orthophoniste en pédopsychiatrie. Poste d orthophoniste à 100% Ou : deux

Plus en détail

A propos d un stage d initiation à la Médecine Générale au 1 er Master

A propos d un stage d initiation à la Médecine Générale au 1 er Master A propos d un stage d initiation à la Médecine Générale au 1 er Master Didier GIET Département de Médecine Générale Université de Liège (Belgique) programme le contexte le dispositif la mise en place les

Plus en détail

Formation d un Référent en Soins Palliatifs

Formation d un Référent en Soins Palliatifs Public visé Formation d un Référent en Soins Palliatifs Tout professionnel du milieu médico-social ou sanitaire désirant être référent en soins palliatifs au sein de son institution. Intervenants formateurs

Plus en détail

Évaluation d un programme d éducation à la santé VIH: Apport de l expertise de l Unité Transversale d Éducation du Patient.

Évaluation d un programme d éducation à la santé VIH: Apport de l expertise de l Unité Transversale d Éducation du Patient. Évaluation d un programme d éducation à la santé VIH: Apport de l expertise de l Unité Transversale d Éducation du Patient. AFDET 3 février 2012 HUSTACHE-MATHIEU L 1, ESSERT M 2 1 Service de maladies infectieuses

Plus en détail

Personnes âgées de + 75 ans: parcours de santé et coordination en ville

Personnes âgées de + 75 ans: parcours de santé et coordination en ville Réseau gérontologique Amadis 04 77 25 84 29 11 av. Augustin Dupré 42000 St Etienne accueil.amadis@laposte.net Personnes âgées de + 75 ans: parcours de santé et coordination en ville Nécessité d un appui

Plus en détail

Expérimentation de la télémédecine dans le parcours de soins : TéO

Expérimentation de la télémédecine dans le parcours de soins : TéO Expérimentation de la télémédecine dans le parcours de soins : TéO Dr RAISON Dr MEZGHANI La Télémédecine permet Pratique médicale complémentaire d établir un diagnostic, d assurer un suivi à visée préventive

Plus en détail

Dans une démarche de prévention en milieu de travail et dans la mise en œuvre des entretiens infirmiers

Dans une démarche de prévention en milieu de travail et dans la mise en œuvre des entretiens infirmiers JEF DU GIT MARS 2014 DU SAVOIR FAIRE AU FAIRE SAVOIR Dans une démarche de prévention en milieu de travail et dans la mise en œuvre des entretiens infirmiers Dorothée DELIEGE Infirmière de Santé au Travail

Plus en détail

LES PLANS CANCER. IFSI 3 septembre 2015 VEYRAT Cyrielle

LES PLANS CANCER. IFSI 3 septembre 2015 VEYRAT Cyrielle LES PLANS CANCER IFSI 3 septembre 2015 VEYRAT Cyrielle PLAN CANCER Contexte de mise en œuvre Contexte : 1ers Etats Généraux des malades atteints de cancer organisés par La Ligue Contre le Cancer en 1998

Plus en détail

Urgences, unité mobile de gériatrie et hôpitaux de jour gériatriques

Urgences, unité mobile de gériatrie et hôpitaux de jour gériatriques Urgences, unité mobile de gériatrie et hôpitaux de jour gériatriques Dr Catherine FERNANDEZ Unité Mobile de Gériatrie Pôle de gériatrie Strasbourg 3 juin 2010 Plan Genèse et fonctionnement des unités mobiles

Plus en détail

Présentation de l Unité de Soins Palliatifs du Centre Hospitalier de Douai

Présentation de l Unité de Soins Palliatifs du Centre Hospitalier de Douai Présentation de l Unité de Soins Palliatifs du Centre Hospitalier de Douai Cadre Réglementaire Circulaire n 2008-99 du 25 mars 2008 relative à l organisation des soins palliatifs Annexe III - Référentiel

Plus en détail

Présentation de la démarche Janvier 2012

Présentation de la démarche Janvier 2012 Présentation de la démarche Janvier 2012 SOMMAIRE 1. Un défi de santé publique.... p.4 2. La mobilisation des acteurs.... p.5 3. La Charte d engagements.. p.8 4. Déroulement des Etats Généraux...p.10 5.

Plus en détail

Le binôme Aide-soignant/infirmier

Le binôme Aide-soignant/infirmier Le binôme Aide-soignant/infirmier Réanimation, Tourcoing A. Lombart (IDE) A. Waeles (IDE) D.Nachtergaele (AS) 1 Questionnaire binôme IDE/AS Q1) : la relation binôme IDE/AS en réanimation au centre hospitalier

Plus en détail

DISPOSITIF DE SORTIE

DISPOSITIF DE SORTIE DISPOSITIF DE SORTIE ou PPAC Mise en place d un Plan Personnalisé de l Après Cancer J-F CAILHOL Infirmier Coordinateur 1.Le Projet et l organisation à l IPC Consultation Médecin IPC Critères d inclusion

Plus en détail

Congrès du domicile 09 et 10 avril «Les services à domicile, acteurs de la prévention»

Congrès du domicile 09 et 10 avril «Les services à domicile, acteurs de la prévention» Congrès du domicile 09 et 10 avril 2015 «Les services à domicile, acteurs de la prévention» Mérignac Mme BOUFFARD-BERTRAND Directrice Générale de Vie Santé Mérignac Mme Sandra BAYLE Infirmière coordinatrice

Plus en détail

PRISE EN CHARGE A DOMICILE DES PATIENTS SOUS CHIMIOTHERAPIES

PRISE EN CHARGE A DOMICILE DES PATIENTS SOUS CHIMIOTHERAPIES PRISE EN CHARGE A DOMICILE DES PATIENTS SOUS CHIMIOTHERAPIES Cliquez pour modifier le style des sous-titres du masque C.JUBE Infirmière coordinatrice du Réseau Territorial de Nantes Réseau Territorial

Plus en détail

Les Infirmières Coordinatrices: Quel est leur rôle? Cécile BEDU Jenifer SALVAT Charlène SARRAZIN Elisabeth BOUISSET

Les Infirmières Coordinatrices: Quel est leur rôle? Cécile BEDU Jenifer SALVAT Charlène SARRAZIN Elisabeth BOUISSET Les Infirmières Coordinatrices: Quel est leur rôle? Cécile BEDU Jenifer SALVAT Charlène SARRAZIN Elisabeth BOUISSET 15h45 Les Infirmières Coordinatrices: en hématologie en et oncologie au CHP Cécile BEDU

Plus en détail

SERVICE RENDU AU PATIENT PAR UN RÉSEAU TERRITORIAL DE CANCÉROLOGIE

SERVICE RENDU AU PATIENT PAR UN RÉSEAU TERRITORIAL DE CANCÉROLOGIE SERVICE RENDU AU PATIENT PAR UN RÉSEAU TERRITORIAL DE CANCÉROLOGIE TRAVAUX des réseaux d Ile-de-France 3 e Congrès National des Réseaux de Cancérologie CONSTELLATION, ENSEMBLE, GYNECOMED, ONCORIF, ONCOVAL,

Plus en détail

Offre de la filière gériatrique

Offre de la filière gériatrique Offre de la filière gériatrique Palette complète de prises en charge spécifiques en gériatrie dans le cadre d hospitalisations programmées et non programmées En Cs, en HDJ, en hospitalisation complète

Plus en détail