QUELLE(S) PÉDAGOGIE(S) VOI(EN)T LE JOUR DANS LES (GRANDES) COMMUNAUTÉS WEB 2.0 D APPRENANTS DE LANGUE?

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "QUELLE(S) PÉDAGOGIE(S) VOI(EN)T LE JOUR DANS LES (GRANDES) COMMUNAUTÉS WEB 2.0 D APPRENANTS DE LANGUE?"

Transcription

1 QUELLE(S) PÉDAGOGIE(S) VOI(EN)T LE JOUR DANS LES (GRANDES) COMMUNAUTÉS WEB 2.0 D APPRENANTS DE LANGUE? Anthippi Potolia INALCO/PLIDAM Mathieu Loiseau Université Stendhal, LIDILEM Katerina Zourou Université du Luxembourg, FLSHASE/LCMI/DICA-lab Résumé : La présente contribution s interroge sur la pédagogie mise en place dans trois grandes communautés web 2.0 d apprenants de langue (Livemocha, Busuu, Babbel) et cherche à réfléchir aux questions suivantes : par quels moyens discursifs les concepteurs des communautés mettent en avant les choix pédagogiques effectués et de quels éléments se servent-ils pour justifier ces choix? que nous disent les choix des concepteurs des communautés sur la pédagogie adoptée? au niveau de la modélisation pédagogique (cohérence des parcours proposés et principes régissant ces parcours en termes de choix didactiques), comment se positionnent les choix en pédagogie vis-àvis des approches méthodologiques récentes (perspective communicative-actionnelle notamment)? quelles conclusions pouvons-nous tirer sur le rapport qu entretiennent l investissement en ingénierie pédagogique et la logique du marché, compte tenu du fait que les communautés sont gérées par des start-ups cherchant à tirer profit de l activité des utilisateurs? Mots-clés: apprentissage des langues, communauté(s) d apprenants web 2.0, didactique des langues, modélisation pédagogique, parcours pédagogique. Le symposium «WEB SOCIAL ET COMMUNAUTES AUTOUR DES LANGUES ETRANGERES : LA PART DE L'INFORMEL ET DU FORMEL», coordonné par Katerina Zourou et dont cette communication faisait partie, a été financé avec le soutien de la Commission européenne. La vidéo de cette communication est disponible à : Cette publication n engage que ses auteurs et la Commission n est pas responsable de l usage qui pourrait être fait des informations qui y sont contenues.

2 1. Introduction Notre article s inscrit dans une série de réflexions que nous menons au sujet des communautés web 2.0 d apprenants de langue depuis Les contributions sur lesquelles cet article se fonde ont été initiées par l étude Apprentissage des langues : ressources et réseaux (Dixhoorn et al., 2010) visant à identifier la manière dont les concepteurs de ressources se servent du web 2.0 pour faciliter et renforcer l apprentissage des langues ou leur position comme acteur du domaine. Deux communications ont succédé, la première portant sur les types de communautés, leurs démarches et rapports au contenu au sein de ces communautés (Loiseau et al., 2010) et la seconde sur les rôles des acteurs et la pédagogie véhiculée (Loiseau et al., 2011). Par ailleurs, les démarches de réutilisation des matériels par les utilisateurs dans ces communautés ont été explorées plus récemment (Zourou et al., 2011). La présente contribution s interroge sur la pédagogie mise en place dans ces espaces de socialisation et d apprentissage. Par l appellation «communauté web 2.0 d apprenants de langue» nous nous référons aux communautés les plus peuplées au moment de la rédaction du présent article (juillet 2011), réunissant plus d un million de membres, et plus particulièrement à Babbel, (plus d un million d utilisateurs, onze langues disponibles), Busuu (plus de deux millions d utilisateurs, sept langues disponibles) et Livemocha (plus de neuf millions d utilisateurs, 35 langues disponibles) 1. Il serait trop hâtif de traiter les trois communautés uniformément, des différences importantes existent entre elles (cf. Harrison & Thomas, 2009, Loiseau et al., 2011). Cependant, nous pouvons retenir un certain nombre de traits caractéristiques, identifiables au niveau du fonctionnement archétypique de ces communautés. Par exemple, comme nous l indiquions dans Loiseau et al. (2011), l un des dénominateurs communs est de permettre à l utilisateur de jouer tantôt le rôle d apprenant, tantôt celui de tuteur. Chaque communauté conçoit à sa façon la notion de «parcours d apprentissage» et dispose de sa propre représentation de l enseignement-apprentissage des langues, qui proviennent avant tout du cadre dans lequel elle évolue. Les modalités d interaction et les types d activités proposées varient d une plateforme à l autre mais on retrouve les briques élémentaires suivantes : la leçon (ou présentation des notions à acquérir) ; des exercices structuraux ou calqués sur le modèle de la leçon, qui sont corrigés automatiquement ; des exercices de production écrite et orale, corrigés par les utilisateurs (ceux qui acceptent d endosser le rôle de tuteur) ; des modalités d interaction synchrones ou asynchrones avec d autres utilisateurs (tuteurs) dans le cadre de la séquence en utilisant les outils de communication proposés par la plateforme. 2. Questions de recherche et méthodologie adoptée Les questions auxquelles nous nous sommes proposé de réfléchir dans cette communication sont les suivantes : par quels moyens discursifs les concepteurs des communautés mettent en avant les choix pédagogiques effectués et de quels éléments se servent-ils pour justifier ces choix? Que nous disent les choix des concepteurs des communautés sur la pédagogie adoptée? au niveau de la modélisation pédagogique (cohérence des parcours proposés et principes régissant ces parcours en termes de choix didactiques), comment se positionnent les choix en pédagogie vis-à-vis des approches méthodologiques récentes (perspective communicative-actionnelle notamment)? 1 Chiffres de mars

3 quelles conclusions pouvons-nous tirer sur le rapport qu entretiennent l investissement en ingénierie pédagogique et la logique du marché, compte tenu du fait que les communautés sont gérées par des start-ups cherchant à tirer profit de l activité des utilisateurs? L étude proposée ici est amenée à être approfondie à l avenir et vise à fournir des pistes de réflexion. Elle se fonde à la fois sur une analyse du discours qui accompagne les démarches pédagogiques adoptées par chacune des trois communautés et les choix pédagogiques réellement opérés, en particulier dans les contenus accessibles à tous les utilisateurs, mais également en contraste avec les offres payantes proposées. 3. Vue sur le discours accompagnant les choix pédagogiques des concepteurs des communautés Apprendre dans une communauté web 2.0 est présenté (du moins dans les sites consultés) comme une démarche qui s écarte des apprentissages non appuyés par les technologies et des apprentissages poursuivant des méthodes dites «traditionnelles». Pour commencer, les artefacts technologiques sont valorisés et présentés comme indispensables à la demande croissante des compétences en langue : «in a world hungry for new language skills, and increasing broadband Internet access and VOIP adoption» (Livemocha) 2. Par ailleurs, les méthodes dites «traditionnelles» se trouvent à l opposé des démarches pédagogiques adoptées par les communautés en question, ici l exemple de Busuu : «We have personally suffered from the traditional way to learn a new language which we always found expensive, difficult and boring 3». Selon les concepteurs, apprendre dans une communauté web 2.0 revêt des caractéristiques originales qui veulent rompre avec la réalité de l apprentissage des langues avant l apparition de ces communautés. Adrian Hilti, co-fondateur de Busuu, estime dans un entretien 4 que «( ) le processus d apprentissage est fastidieux, ennuyeux et cher ( ) Busuu offre un échange gratuit de langues à travers Internet et fait de l apprentissage des langues une activité mobile, flexible, mais surtout interactive». À la manière des éditeurs de cédéroms ou de méthodes plus classiques, ces communautés ont recours à des techniques de communication relativement classiques utilisant des témoignages d experts et d utilisateurs satisfaits pour vanter la qualité et le caractère novateur des services proposés. Livemocha attribue par exemple à Mark Warschauer (professeur en sciences de l éducation et en informatique à l université de Californie) le commentaire suivant : «Livemocha offre aux étudiants une expérience linguistique surprenante. Et en plus vous recevrez le soutien de toute une communauté» 5. La question de proposer un point de vue distancié et argumenté sur «l expérience d apprentissage» offerte par ces communautés dépasse largement le cadre de cette communication et nécessiterait des analyses supplémentaires. Cependant, pour peu qu elle soit abordée ici, elle nous permet de mieux asseoir le décalage entre le discours du péritexte éditorial de ces communautés et les choix pédagogiques proprement dits que nous étudions dans cette contribution

4 4. Analyse des choix pédagogiques opérés Rappelons que depuis la publication du Cadre Européen Commun de Référence pour les langues (CECR, 2001) la tendance dominante dans le domaine de l enseignementapprentissage des langues est l approche ou perspective actionnelle qui préconise un apprentissage par tâches au sein desquelles l apprenant agit en tant qu acteur social. Mais même sans parler d approche actionnelle (puisque celle-ci correspond vraisemblablement à une évolution interne de l approche communicative : Beacco, 2007, Coste, 2009, Bérard, 2009, Puren, 2011) 6 et même si depuis les années 90, l éclectisme a été identifié comme une pratique dominante (cf. Puren, 1994), la grande majorité des didacticiens s accorde sur le fait que depuis le milieu des années 70, l on considère l'apprentissage des langues comme une préparation à une utilisation active de la langue pour communiquer (basée sur une approche par compétences, dont les prémisses peuvent être trouvées dans le renversement didactique opéré par l approche notionnelle/fonctionnelle tirant son nom de l organisation du programme qu elle prône (Springer, 1996 : 161)). Au vu de ces éléments quels sont les choix méthodologiques opérés dans les communautés observées? Les deux sections suivantes seront consacrées aux choix opérés : la première au choix en accord et la seconde à ceux en désaccord avec les grands axes de la didactique des langues en général et de l autoapprentissage (Barbot & Camatarri, 1999) en particulier (utilisation active de la langue pour communiquer, apprentissage en contexte, organisation du matériau didactique par actes de parole ou par tâches, définition préalable des objectifs, etc.) 4.1. Préconisations en accord avec la didactique des langues Ajustement avec le nivellement du CECR Parmi les trois communautés, seule Busuu fait une référence explicite aux niveaux du CECR qui sont appliqués au matériel pédagogique mis à la disposition des apprenants. Cela peut s expliquer d une part par le souci des concepteurs de s aligner sur un modèle ayant fonction de référence absolue dans le domaine de langues, et d autre part par le caractère européen de Busuu : ses fondateurs (A. Hilti et B. Niesner) sont des Européens ayant leur siège à Madrid (ce n est pas le cas de Livemocha, une start-up américaine). Structuration des contenus pédagogiques Que ce soit sous forme d annonce des objectifs fonctionnels au début de chaque unité pédagogique (Babbel, Figure 1 7 ), de définition du public-cible (Livemocha, Figure 1) ou encore sous forme de schéma reflétant une structuration plus complexe de contenus (Busuu, Figure 1), les communautés affichent un minimum de cadrage aux apprenants en amont. De plus, depuis quelques mois seulement, Babbel structure ses contenus pédagogiques par trimestre dans le but d aider et d encadrer les apprenants à organiser et à structurer leur apprentissage sur l axe chronologique en se fixant des objectifs par tranche temporelle (cf. Figure 2). Du point de vue de la macrostructure des contenus pédagogiques mis à la disposition des apprenants, nous constatons des découpages multiples qui visent à satisfaire le plus grand nombre possible d apprenants, en accord avec leur profil (linéaire : navigation au menu, cf. Busuu), leur niveau de langue et leurs besoins (navigation à la carte, cf. Babbel) Toutes les figures sont situées en annexes à la fin du document. 4

5 Quant au niveau micro les trois communautés s accordent sur l adoption d une structuration progressive, allant de la compréhension à la production (dans le cas de Busuu) ou bien de l apprentissage à la production (dans le cas de Livemocha). Aides à l (auto)apprentissage et à l auto-évaluation Deux catégories d aides sont le plus souvent disponibles : la première renvoie à des outils disponibles directement sur la plateforme. Des exemples de ce type d aide sont par exemple les directions méthodologiques à l (auto)apprentissage fournies par Livemocha et les aperçus sous forme de tableaux statistiques à mi-parcours ou en fin de parcours (cf. Figure 3). Un autre type d aide à la systématisation et à l organisation de l apprentissage, sous forme de logiciel téléchargeable, est proposé par Babbel. Babbel refresh, une application que l utilisateur installe sur son ordinateur (ou téléphone portable), est un outil de révision lexicale. Ce logiciel rappelle à intervalles réguliers le plan d'apprentissage que l'utilisateur s'est fixé et donne accès à une analyse des progrès effectués, notamment en termes de vocabulaire appris et/ou à acquérir (cf. Figure 4) Préconisations en désaccord avec la didactique des langues Dans cette section nous nous appuierons sur des exemples concrets tirés des supports pédagogiques des trois communautés pour illustrer les ruptures que nous avons observées avec les préconisations des approches pédagogiques récentes (approche communicativeactionnelle notamment). Il est à noter que ces remarques concernent uniquement les contenus gratuits de Busuu et Livemocha. Des ressources a-culturelles («ou des univers culturellement aseptisés») Souligné aussi dans un de nos articles précédents (Zourou et al., 2011), l un des défauts des contenus constatés parmi les communautés analysées (ici l exemple de Livemocha, la seule proposant un éventail de trente-cinq langues) provient du fait que les contenus pour toutes les langues résultent de la version anglaise, qui est vraisemblablement la première élaborée. Calqués sur les spécificités morphologiques de l anglais, ces contenus présentent des lacunes une fois adaptés à des langues utilisant des marques morphologiques de genre pour les noms et adjectifs. Par exemple, dans les premières leçons de russe, les apprenants sont confrontés à l énoncé она старая («elle est vieille»), sans jamais proposer «il est vieux» он старый ou les mécanismes existant en russe pour obtenir l un à partir de l autre. Ces mécanismes de traduction des supports rendent également les supports a-culturels étant donné que les photos utilisées dans les supports sont identiques quelle que soit la langue (ici l exemple de Busuu, cf. Figure 5). Une progression rompant avec celle préconisée par le CECR Dans l exemple de la Figure 6 qui est loin d être le seul rencontré, il existe un décalage assez important entre deux unités du même cours. Alors que l unité 8 est dédiée à des éléments fonctionnels (directions, l heure, donner des directions, etc.) qui relèvent d un niveau A1 du CECR, dans l unité suivante (unité 9, cf. Figure 6) l apprenant est non seulement confronté à des éléments strictement grammaticaux mais effectue aussi et surtout un «bond» dans son apprentissage dans la mesure où les éléments en question relèvent du niveau C1 du CECR (formation du passé simple). Une conception traditionnelle et behavioriste de l apprentissage En décalage avec le discours (promotionnel) des concepteurs qui prétendent rompre avec une approche traditionnelle de l apprentissage (voir section 0), la théorie d apprentissage omniprésente dans les exercices des trois communautés étudiées est le behaviorisme. En effet, 5

6 qu il s agisse de d actes de parole simples (saluer, dire et demander comme on va) ou d un vocabulaire hors contexte (le plus souvent thématique) c est à force de répétition des mêmes items (écouter et répéter, sélectionner en L2 l item affiché sur son écran en L1, remettre dans l ordre les lettres d un mot ou d une expression) que l apprentissage est censé se construire (cf. Figure 7). Il en va de même pour les «activités» ouvertes (donc non-autocorrectives) que l apprenant est invité à soumettre pour évaluation auprès de la communauté. Dans le cas de l exemple de la Figure 7 tiré de Livemocha, plutôt que de proposer à l apprenant une activité de production orale en relation avec l acte de la description (décrire un membre de sa famille, un ami, une personne rencontrée dans la rue et qui a attiré son attention, etc.) c est une juxtaposition de phrases sans cohésion ni cohérence que ce dernier doit réciter à voix haute. Quant aux «activités» ouvertes de production écrite, nous constatons un phénomène similaire. En effet, on ne propose aucunement une production écrite au sens plein du terme mais une traduction de phrases à soumettre à la communauté, type d «activité» qui reflète de façon caractéristique la représentation que se font les concepteurs des communautés étudiées de l apprentissage d une langue étrangère (voir par exemple Figure 11). Un décalage important entre l input et l output Nous avons vu en 0 que les trois communautés de notre corpus d étude optent pour une structuration de leurs contenus en accord a priori avec les préconisations méthodologiques des approches actuelles (vocabulaire sorte de phase de pré-écoute ou de pré-lecture dialogue exercices d écriture exercices de production orale révision). Cependant lorsque l on regarde d un peu plus près cette structuration, l on se rend compte immédiatement de la rupture entre d une part la partie compréhension (orale et/ou écrite) et d autre part la partie production (écrite et/ou orale). En d autres termes, les éléments que l on propose à la compréhension (vocabulaire, dialogues 8 ) portent de manière quasi-exclusive et comme nous l avons vu en 0 sur la mémorisation à force de répétition de mots ou d expressions isolés. En revanche, une fois dans la partie production (exercices d écriture, exercices de production orale), outre la traduction ou la récitation à voix haute (cf. également supra en 0) exercices certes peu pertinents en termes didactiques mais du moins difficiles à effectuer à l issue d un apprentissage basé uniquement sur la mémorisation de mots ou expressions hors contexte des activités de production écrite et/ou orale relativement ouvertes sont parfois proposées (par exemple : «Décrivez cinq personnes différentes en utilisant un mot descriptif positif et négatif : une femme, un homme, un garçon, un fille et vous»). La question qui se pose alors en toute légitimité est de savoir par quels moyens un apprenant qui n a pas d autres ressources à sa disposition que celles proposées par les sites en question peut-il parvenir à accomplir les activités de production préconisées par les concepteurs de ces communautés. 5. Offres payantes Les lacunes constatées dans les offres ci-dessus ne peuvent pas être étendues systématiquement à tout le contenu proposé par les communautés : outre Babbel, qui est de toute façon payante, les autres communautés consultées proposent des contenus gratuits mais également des contenus payants, souvent bien plus aboutis en termes de modélisation 8 Ces dialogues (inexistants dans Livemocha) ne sont d ailleurs que des transcriptions écrites, donc des compréhensions écrites (suivies d une traduction dans la L1 de l apprenant) dont la version orale compréhension orale (notamment dans le cas de Busuu) n est accessible que dans la version payante des sites. 6

7 pédagogique. Chacune a sa propre stratégie quant à l articulation des contenus gratuits et payants. Dans le cas de Busuu, les contenus gratuits peuvent être décrits comme une version lacunaire des contenus payants. En effet, les contenus payants définissent une progression réutilisant les «briques» élémentaires des contenus gratuits, mais auxquels sont ajoutés des informations méta-linguistiques sous formes de fiches (cf. Figure 8), des enregistrements sonores pour les dialogues ou encore des podcasts audio. De son côté Livemocha a adopté une solution radicalement différente. Les cours proposés gratuitement n ont rien de commun avec les cours payants (intitulés actifs). Ces supports sont bien plus en accord avec les préceptes de la didactique des langues. Sans aller jusqu à procéder par tâche, les phrasebooks laissent la place à des dialogues avec supports audio et vidéo (avec sous-titres optionnels) ainsi que la possibilité d avoir accès à des «éclaircissements culturels» (malheureusement ces supports ne sont pas traduits dans toutes les L1 potentielles de l apprenant, cf. Figure 9). Contrairement aux supports gratuits, les cours de la gamme «active» comportent des points grammaticaux, en plus du vocabulaire (cf. Figure 10), présentent des exercices de renforcement moins calqués sur les cours, des activités de compréhension de textes écrits et enfin les exercices de production n en ont pas que le nom. En lieu et places d exercices de lecture et de production de phrases rarement articulées entre elles, les exercices proposent parfois ici d enregistrer des dialogues en suivant un script ou de rédiger de réels textes. Malgré tout, outre les traductions approximatives ou inexistantes des consignes et autres questions (cf. Figure 9), les supports en eux-mêmes souffrent d imperfections classiques des cédéroms et autres applications d ALAO de générations antérieures (Antoniadis et al., 2005). On peut citer, par exemple, la possibilité de feedback erronés du fait de processus d évaluation comparant les productions des apprenants avec une unique solution acceptée. Dans la Figure 12, la phrase considérée incorrecte par le système dans un exercice de remise en ordre des mots d une phrase, ne l était pas 9 : le système attendait de l utilisateur la séquence de mots «Este es el mejor café del mundo» («ceci est le meilleur café du monde» en opposition à «ce café est le meilleur du monde», phrase produite par l apprenant, deux formulations qui hors contexte d énonciation sont appropriées). La différence flagrante entre la qualité des supports pédagogiques des versions gratuites (behavioristes, utilisant la langue hors-contexte) et payantes (d inspiration communicative) de Livemocha, associée à la moindre cohérence d une offre Busuu gratuite tronquée d explications essentielles explicitent le modèle commercial freemium 10, utilisé par les deux communautés. En effet, les utilisateurs peuvent faire partie intégrante des communautés sans pour autant s acquitter d un droit d entrée (Loiseau et al., 2011) et ont accès à des supports pédagogiques de moindre qualité, mais ils peuvent accéder à de meilleurs contenus en rétribuant financièrement les entreprises proposant l intégralité des services. En effet, bien que mettant à disposition de l intégralité de la communauté des outils, les entreprises fondent leur offre commerciale sur la fourniture de contenus pédagogiques (qui ne tranchent pas avec les offres existantes). 6. Conclusion La position commerciale de ces communautés d apprentissage des langues est ambivalente quand celles-ci utilisent un modèle commercial de gratuité dit freemium. En effet, le fait que la différence entre l offre gratuite et l offre payante réside uniquement dans la qualité des 9 La phrase a été attestée par un locuteur natif de l espagnol. 10 Le modèle freemium et d autres modèles économiques de la gratuité sont présentés ici : 7

8 supports pédagogiques place le contenu au centre de l apprentissage (nous avons montré, dans la première partie de l article, d importantes lacunes des offres gratuites et proposé des éléments de comparaisons avec des offres payantes de meilleure qualité). La viabilité d un tel modèle dépend en partie du fait que les contenus gratuits s avèrent insuffisants par rapport aux attentes d un nombre significatif d apprenants, certains d entre eux choisissant de payer pour accéder à un meilleur contenu. L offre gratuite pourrait alors être considérée comme destinée à attirer assez d utilisateurs pour que la proportion d apprenants choisissant de souscrire à l offre payante suffise pour générer les profits attendus par l entreprise (voir par exemple la multiplication des langues offertes en version gratuite chez Livemocha). Toutefois, l analyse des contenus et leur positionnement au centre de l offre commerciale ne doivent pas nous couper de la globalité de l offre. En effet, bien que les partenariats avec des grands noms de l édition de ressource d apprentissage des langues (Collins, MacMillan, Pearson, Pons, etc.) soient l objet de promotion pour les sites, ceux-ci mettent également en exergue l importance de la communauté. Nous avons montré que les ressources en ellesmêmes (même payantes) ne sont pas spécialement différentes de systèmes de générations précédentes, en revanche la quasi-garantie de voir chacune de ses productions corrigée par plusieurs utilisateurs avec lesquels il est possible d échanger sur ses difficultés constitue à notre sens le véritable atout de ces communautés. Elles profitent en cela d un effet de réseau : plus il y a d utilisateurs, plus il y a de possibilités d interactions avec des locuteurs natifs ou plus compétents en langue cible et plus il y a de chances d obtenir des corrections. Les communautés décrites ne dépendent donc pas uniquement d un modèle freemium, mais également d un modèle dit «d échange de travail» 10. Dans ce cas précis, le travail proposé par les utilisateurs concerne la traduction du site et surtout la correction des productions (cf. Zourou et al., 2011 pour les mécanismes par lesquels cet effet réseau est encouragé), qui font partie du service global qui leur est fourni par le site. La focalisation sur ces deux composantes majeures des modèles économiques des sites considérés permettent alors d isoler les deux aspects centraux de l offre à savoir, le contenu (modèle freemium) et la profusion de tuteurs (modèle «échange de travail»). À l heure où ces différents acteurs se tournent peu à peu vers la certification (cf. Figure 13) et vers des clients institutionnels (cf. Figure 13), une question est de savoir comment ces modèles économiques vont évoluer. Ceux-ci influenceront-ils les supports pédagogiques proposés ou les offres vont-elles se centrer peu à peu sur le service fourni par la communauté? Bibliographie Antoniadis, G., Échinard, S., Kraif, O., Lebarbé, T. & Ponton, C «Modélisation de l intégration de ressources TAL pour l apprentissage des langues : la plateforme MIRTO». ALSIC 8 (numéro spécial TALAL) : Barbot, M.-J. & Camatarri, G Autonomie et apprentissage. L innovation dans la formation. PUF. Beacco, J.-C L approche par compétences dans l enseignement des langues. Didier. Bérard, É «Les tâches dans l enseignement du FLE : rapport à la réalité et dimension didactique». In : Rosen É. (coord.). La perspective actionnelle et l approche par les tâches en classe de langue. Le Français dans le monde. Recherches et applications n 45 : Conseil de l Europe, Conseil de la Coopération culturelle, Comité de l éducation, Division des langues vivantes Cadre européen commun de référence pour d'apprentissage et l enseignement des langues. Apprendre, enseigner, évaluer. Didier. 8

9 Coste, D «Tâche, progression, curriculum». In : Rosen É. (coord.). La perspective actionnelle et l approche par les tâches en classe de langue. Le Français dans le monde. Recherches et applications n 45 : Crook, Charles «Web 2.0 technologies for learning: The current landscape opportunities, challenges and tensions». Social Research. BECTA. Dixhoorn, van, L., Loiseau, M., Mangenot, F., Potolia, A., Zourou, K Apprentissage des langues: ressources et réseaux. Etude réalisée dans le cadre du réseau européen «Language learning and social media: 6 key dialogues», 36 p. En ligne: 0et%20reseaux%20DEF.pdf Harrison, R. & Thomas, M «Identity in Online Communities: Social Networking Sites and Language Learning». International Journal of Emerging Technologies and Society 7, n o. 2: Loiseau, M., Potolia, A., & Zourou, K «Communautés web 2.0 d apprenants de langue avec parcours d apprentissage : rôles, pédagogie et rapports au contenu». EIAH 2011 : À la recherche des convergences entre les acteurs des EIAH. Loiseau, M., Potolia, A., Zourou, K «Communautés web 2.0 d apprenants de langue: types, démarches et rapports au contenu». Présentation au colloque FLiT, Université de Chypre, 3-5 décembre Puren, Ch «Mises au point de/sur la perspective actionnelle». Publication exclusive pour le site Puren, Ch La didactique des langues à la croisée des méthodes. Essai sur l'éclectisme. Coll. Essais, CRÉDIF-Didier. Springer, C La didactique des langues face aux défis de la formation des adultes. Autoformation et Enseignement Multimedia. Ophrys. Zourou, K., Loiseau, M., Potolia, A. 2011, à paraître. «Exploring the role of social dynamics in OER reuse: the case of structured web 2.0 language learning communities». Annexes : figures Figure 1 - Exemples de structuration des contenus pédagogiques dans Livemocha (gauche, en haut), Babbel (gauche, en bas) et Busuu (droite) 9

10 Figure 2 - Répartition des modules par trimestre dans Babbel Figure 3 - aides à l auto-apprentissage et à l auto-évaluation dans Babbel (gauche, en bas) et Livemocha Figure 4 - Exemple de liste de vocabulaire accessible depuis l'application côté client Babbel refresh Figure 5 - Image illustrant le remerciement en italien, allemand, espagnol et turc (Busuu) 10

11 Figure 6 - Progression pour l italien dans Livemocha Figure 7 - Exemple de leçon et exercices dans Babbel et d'exercice de «production» orale dans Livemocha (à droite, en bas) Figure 8 - Exemple de ressources supplémentaires proposées dans la version payante de Busuu 11

12 Figure 9 - Dialogue dans Livemocha active spanish (et note culturelle correspondante) Figure 10 - Leçon de grammaire Livemocha active spanish 12

13 Figure 11 - Comparaison des énoncés des exercices de production (Livemocha active spanish) Figure 12 - Rétroaction erronée fournie par Livemocha Figure 13 - Diplôme Busuu et ouverture de Livemocha aux clients institutionnels Notices biographiques AnthippiPotolia est docteure en sciences du langage : didactique des langues (Université de la Sorbonne nouvelle - Paris III). Elle est chargée de cours en didactique des langues et du français langue étrangère à l'inalco, à l Université Paris-Est Marne-la-Valée et à l IUFM de Paris. Ses recherches portent sur l écrit d écran en analyse du discours et en didactique des langues. Elle participe actuellement aux travaux du réseau européen «Language learning and social media : 6 key dialogues». Courriel : Adresse : INALCO/PLIDAM, 49bis avenue de la Belle Gabrielle Paris 13

14 Mathieu Loiseau a soutenu en 2009 sa thèse portant sur l'indexation pédagogique de textes. Il a depuis participéà divers projets s'intéressant à la conception de ressources informatiques pour l'enseignement et l'apprentissage, ainsi qu'à l'analyse des pratiques et usages autour des TIC. Courriel : Site : Adresse : université Stendhal - Grenoble 3. BP Grenoble Cedex 9 Katerina Zourou est chercheure post-doctorale à l'université du Luxembourg et ses recherches portent sur les modalités de fonctionnement collectif instrumenté pour les langues. Elle est depuis 2010 la coordinatrice et la responsable scientifique du vaste réseau européen «Language learning and social media : 6 key dialogues» (14 partenaires). CV et publications : Courriel: Adresse: Université du Luxembourg, Campus Walferdange, LCMI, Route de Diekirch, L Luxembourg 14

Les français préfèrent la combinaison de plusieurs méthodes et l apprentissage en ligne plutôt que les cours de langue traditionnels

Les français préfèrent la combinaison de plusieurs méthodes et l apprentissage en ligne plutôt que les cours de langue traditionnels IE Business School et busuu.com publient le Baromètre des langues 2012, une étude sur l apprentissage des langues, s appuyant sur les données collectées auprès de 45000 personnes venant de 230 pays différents.

Plus en détail

En proposant une formation souvent moins onéreuse et plus

En proposant une formation souvent moins onéreuse et plus CHAPITRE UN EXEMPLES DE FORMATIONS EN LIGNE En proposant une formation souvent moins onéreuse et plus pratique que les autres méthodes, l apprentissage en ligne est aujourd hui en train de transformer

Plus en détail

www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Didactique du Français Langue Étrangère et Seconde DiFLES

www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Didactique du Français Langue Étrangère et Seconde DiFLES www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Didactique du Français Langue Étrangère et Seconde DiFLES Introduction sur la formation Depuis 2005, le master DiFLES propose une formation approfondie dans le domaine

Plus en détail

STAGES PÉDAGOGIQUES D ÉTÉ juillet & août 2015

STAGES PÉDAGOGIQUES D ÉTÉ juillet & août 2015 Formation Continue Les stages pédagogiques s adressent à tous les professeurs de Français Langue Etrangère souhaitant approfondir leur formation, actualiser leurs connaissances et renouveler leurs méthodes

Plus en détail

FAD, existe depuis plus d un siècle : FOAD : C est un dispositif qui s appuie sur des processus d apprentissage.

FAD, existe depuis plus d un siècle : FOAD : C est un dispositif qui s appuie sur des processus d apprentissage. FAD, existe depuis plus d un siècle : cours par correspondance, télévision média de formation, EAO, cassettes, vidéo, cédéroms des outils construits par une masse, pas pour des individus. FOAD : C est

Plus en détail

Lecture critique et pratique de la médecine

Lecture critique et pratique de la médecine 1-00.qxp 24/04/2006 11:23 Page 13 Lecture critique appliquée à la médecine vasculaireecture critique et pratique de la médecine Lecture critique et pratique de la médecine Introduction Si la médecine ne

Plus en détail

Enseigner aux enfants et aux adolescents

Enseigner aux enfants et aux adolescents UNIVERSITÉ DE FRANCHE-COMTÉ Formation d été de professeurs et de formateurs de FLE Enseigner aux enfants et aux adolescents Maitriser les approches et développer des contenus adaptés aux jeunes publics

Plus en détail

Guide de démarrage rapide

Guide de démarrage rapide Guide de démarrage rapide Ce document vous présente de façon succincte les éléments à connaître pour votre formation en langue avec digital publishing. Vous y trouverez une présentation du cours en ligne

Plus en détail

Laurent Puren est Maître de conférences en didactique du FLE/S à l Université de La

Laurent Puren est Maître de conférences en didactique du FLE/S à l Université de La Christian Ollivier est Maître de conférences en didactique du FLE/S à l Université de La Réunion et membre du laboratoire Langues, textes et Communication dans les espaces créolophones et francophones

Plus en détail

Solution e-learning pour vos études Erasmus

Solution e-learning pour vos études Erasmus Solution e-learning pour vos études Erasmus http://linguaprepa.kerwan.net Equipe projet Soufian BAROUABI : Développeur multimédia Omar Djiba : Concepteur pédagogique Jesus GARATE : Concepteur pédagogique

Plus en détail

Commission des Outils d évaluation pour les Humanités générales et technologiques. Présentation générale des outils

Commission des Outils d évaluation pour les Humanités générales et technologiques. Présentation générale des outils Commission des Outils d évaluation pour les Humanités générales et technologiques Présentation générale des outils 1. Généralités 1.1. Cadre institutionnel Le décret du 24 juillet 1997 sur les missions

Plus en détail

Les stratégies de rupture

Les stratégies de rupture DOSSIER Les stratégies de rupture sous la direction de Laurence Lehmann-Ortega Pierre Roy DOSSIER LAURENCE LEHMANN-ORTEGA HEC Paris PIERRE ROY Université Montpellier 1, ISEM Introduction Une nouvelle

Plus en détail

Le séminaire de français de Chicago # 6

Le séminaire de français de Chicago # 6 Alliance Française de Chicago Consulat général de France à Chicago Service culturel Le séminaire de français de Chicago # 6 Enrichir son sac à malices : pistes pour mieux exploiter le jeu à l ère actionnelle

Plus en détail

Exemple de cours avec Internet pour les niveaux A1 et A2 du Cadre européen de référence pour les langues

Exemple de cours avec Internet pour les niveaux A1 et A2 du Cadre européen de référence pour les langues Rencontres Pédagogiques du Kansaï 2007 Thème 1 Exemple de cours avec Internet pour les niveaux A1 et A2 du Cadre européen de référence pour les langues KOMATSU Sachiko Université de Tsukuba skomatsu?sakura.cc.tsukuba.ac.jp

Plus en détail

L achat de formation en 3 étapes :

L achat de formation en 3 étapes : L achat de formation en 3 étapes : 1- La définition du besoin de formation L origine du besoin en formation peut avoir 4 sources : Une évolution des choix stratégiques de l entreprise (nouveau métier,

Plus en détail

VERS UN CADRE EURO MEDITERRANEEN DES QUALIFICATIONS Reconnaissance et transfert des compétences et des qualifications au sein de l UpM

VERS UN CADRE EURO MEDITERRANEEN DES QUALIFICATIONS Reconnaissance et transfert des compétences et des qualifications au sein de l UpM VERS UN CADRE EURO MEDITERRANEEN DES QUALIFICATIONS Reconnaissance et transfert des compétences et des qualifications au sein de l UpM ELEMENTS DE CONTEXTE La Déclaration commune du sommet de Paris pour

Plus en détail

Corporate Language Training, un dispositif de formation blended learning pour les langues

Corporate Language Training, un dispositif de formation blended learning pour les langues Corporate Language Training, un dispositif de formation blended learning pour les langues Florent Bernolin - Assistant chef de projet - digital publishing Sommaire Parcours universitaire et professionnel

Plus en détail

Projet de recherche. Amener l apprenant à s exprimer naturellement afin de le rendre autonome dans sa vie en français.

Projet de recherche. Amener l apprenant à s exprimer naturellement afin de le rendre autonome dans sa vie en français. Projet de recherche Amener l apprenant à s exprimer naturellement afin de le rendre autonome dans sa vie en français. Réalisé lors du stage de formation au CIEP, Sèvres du 22 avril au 2 mai 2014 Par Roopa

Plus en détail

Termes de références pour la réalisation de l action :

Termes de références pour la réalisation de l action : REPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTERE DE L'ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE UNIVERSITE DE JENDOUBA Institut Supérieur des Sciences Humaines de Jendouba PAQ2012-QE Prêt 7392-TN Projet: APPUI

Plus en détail

PROGRAMME DES ÉPREUVES EXAMEN BTS NOTARIAT

PROGRAMME DES ÉPREUVES EXAMEN BTS NOTARIAT PROGRAMME DES ÉPREUVES EXAMEN BTS NOTARIAT www.imnrennes.fr ÉPREUVE E1 - CULTURE GÉNÉRALE ET EXPRESSION Coefficient 3 L objectif visé est de vérifier l aptitude des candidats à communiquer avec efficacité

Plus en détail

SMPMKOM. råáí =ÇÛbåëÉáÖåÉãÉåí=_= rb=_=j=i~åöìé=sáî~åíé=bìêçé ÉååÉ

SMPMKOM. råáí =ÇÛbåëÉáÖåÉãÉåí=_= rb=_=j=i~åöìé=sáî~åíé=bìêçé ÉååÉ SMPMKOM råáí =ÇÛbåëÉáÖåÉãÉåí=_= rb=_=j=i~åöìé=sáî~åíé=bìêçé ÉååÉ SMPMKOMN UC B3 - Langue Vivante Européenne Utilisateur indépendant - Niveau B1 du CECR A - Référentiel de formation UC B31 Langue Vivante

Plus en détail

Partage des connaissances

Partage des connaissances Nations Unies Département des opérations de maintien de la paix Département de l appui aux missions Réf. 2009.4 Directive Partage des connaissances Approbation de : Alain Le Roy, SGA aux opérations de

Plus en détail

Guide d utilisation de la base de données

Guide d utilisation de la base de données Guide d utilisation de la base de données Introduction Ce guide a pour objet de présenter le contenu de la base de données relatives aux traductions de textes économiques disponibles sur le site Web EE-T

Plus en détail

Brevet de Technicien Supérieur COMMUNICATION ANNEXE III GRILLE HORAIRE

Brevet de Technicien Supérieur COMMUNICATION ANNEXE III GRILLE HORAIRE ANNEXE III GRILLE HORAIRE Première année Deuxième année Enseignements Horaire hebdomadaire Volume annuel Horaire hebdomadaire Volume annuel (à titre indicatif) (à titre indicatif) Total cours TD Total

Plus en détail

Rédiger un rapport technique

Rédiger un rapport technique Rédiger un rapport technique Prof. N. Fatemi Plan Introduction Présentation écrite Programmation du travail Rédaction Conseils génériques Références 2 Introduction Objectifs du cours Savoir étudier un

Plus en détail

RESUME DESCRIPTIF DE LA CERTIFICATION (FICHE REPERTOIRE)

RESUME DESCRIPTIF DE LA CERTIFICATION (FICHE REPERTOIRE) RESUME DESCRIPTIF DE LA CERTIFICATION (FICHE REPERTOIRE) Intitulé (cadre 1) Master domaine Sciences humaines et sociales, mention Sciences Du Langage, spécialité Didactique des langues et des cultures

Plus en détail

Mesures pour améliorer l efficacité de l enseignement de l allemand. 1) Propositions concernant les contenus d enseignement :

Mesures pour améliorer l efficacité de l enseignement de l allemand. 1) Propositions concernant les contenus d enseignement : Inspection générale d allemand Mesures pour améliorer l efficacité de l enseignement de l allemand. Les décisions prises lors du Conseil des ministres franco-allemand de Berlin d octobre 2004 offrent de

Plus en détail

EPREUVE INTEGREE DE LA SECTION : BACHELIER EN INFORMATIQUE DE GESTION

EPREUVE INTEGREE DE LA SECTION : BACHELIER EN INFORMATIQUE DE GESTION MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE ADMINISTRATION GENERALE DE L ENSEIGNEMENT ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ENSEIGNEMENT DE PROMOTION SOCIALE DE REGIME 1 DOSSIER PEDAGOGIQUE UNITE DE FORMATION EPREUVE

Plus en détail

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes :

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes : CONCLUSIONS L application de la PNL à l entreprise est confrontée aux besoins des leaders d équipe, tels que: la gestion de son propre développement, du stress, la résolution des problèmes tels que les

Plus en détail

1. Contexte. 2. Objectifs

1. Contexte. 2. Objectifs Royaume du Maroc Ministère de l Education Nationale Secrétariat Général Direction de la Stratégie, des Etudes et de la Planification L''écolle et lles Technollogiies de ll''iinformatiion et de lla Communiicatiion

Plus en détail

GUIDE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES (CP) POUR LE 3 ème STAGE

GUIDE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES (CP) POUR LE 3 ème STAGE 1 GUIDE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES (CP) POUR LE 3 ème DOMAINES: FONDEMENTS COMPÉTENCE 1: Agir en tant que professionnelle ou professionnel héritier, critique et interprète d

Plus en détail

Avant de parler de projet commun, il est important de rappeler ce qu est un projet à travers quelques indicateurs :

Avant de parler de projet commun, il est important de rappeler ce qu est un projet à travers quelques indicateurs : 2. Qu est-ce qu un projet commun? Avant de parler de projet commun, il est important de rappeler ce qu est un projet à travers quelques indicateurs : le projet a un début et une fin et se structure en

Plus en détail

Titre de la formation : Intégration d une plateforme de formation en ligne dans un cours d enseignement d une langue étrangère.

Titre de la formation : Intégration d une plateforme de formation en ligne dans un cours d enseignement d une langue étrangère. Titre de la formation : Intégration d une plateforme de formation en ligne dans un cours d enseignement d une langue étrangère. Date : 26 27 28 juillet 2009 Formation organisée par le CNF d Alep en collaboration

Plus en détail

Référencement dans des bases de données

Référencement dans des bases de données Marketing Site web du guide des ressources pour l édition de revues numériques Coordination : Ghislaine Chartron et Jean-Michel Salaun Doctorant en science de l'information La création numérique, ou la

Plus en détail

Document de travail issu de la commission CTI-SMF-SMAI

Document de travail issu de la commission CTI-SMF-SMAI Document de travail issu de la commission CTI-SMF-SMAI 1) Place des mathématiques actuellement dans le document de référence de la CTI Le document CTI - Références et Orientations n évoque pas explicitement

Plus en détail

Plateforme AnaXagora. Guide d utilisation

Plateforme AnaXagora. Guide d utilisation Table des matières 1. PRESENTATION DE LA PLATE-FORME D APPRENTISSAGE ANAXAGORA... 3 2. ARCHITECTURE FONCTIONNELLE... 4 3. L APPRENTISSAGE... 5 3.1. L ESPACE DE TRAVAIL... 5 3.1.1. Le calendrier... 5 4.

Plus en détail

Note sur le projet CEFRIO de formation de base en entreprise à l aide des TIC

Note sur le projet CEFRIO de formation de base en entreprise à l aide des TIC Note sur le projet CEFRIO de formation de base en entreprise à l aide des TIC Quelques constats et remarques formulés à partir de l examen de trois rapports d activités (juin 2008, avril et juin 2009)

Plus en détail

Technologies de l information et de la communication pour l enseignement - TICE

Technologies de l information et de la communication pour l enseignement - TICE UNIVERSITÉ DE FRANCHE-COMTÉ Formation d été de professeurs et de formateurs de FLE Technologies de l information et de la communication pour l enseignement - TICE Exploiter des outils innovants selon votre

Plus en détail

Licence professionnelle Assistant de gestion import-export

Licence professionnelle Assistant de gestion import-export Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence professionnelle Assistant de gestion import-export Université Toulouse III - Paul Sabatier - UPS Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations

Plus en détail

Blog dans l enseignement des langues vivantes (BLOGS)

Blog dans l enseignement des langues vivantes (BLOGS) Blog dans l enseignement des langues vivantes (BLOGS) Une plate-forme d'écriture coopérative en ligne pour l'apprentissage des langues Description de projet Mise à jour le 29 novembre 2006 Coordinateur:

Plus en détail

Rencontres Pédagogiques du Kansaï 2010 Hors-thèmes ENSEIGNER AVEC TV5

Rencontres Pédagogiques du Kansaï 2010 Hors-thèmes ENSEIGNER AVEC TV5 Hors-thèmes ENSEIGNER AVEC TV5 PELISSERO Christian Institut franco-japonais de Tokyo, formateur labellisé TV5 cpelissero@institut.jp D'abord, je voudrais remercier tous les participants à cet atelier.

Plus en détail

AIDE FAMILIAL : STAGE D INTEGRATION

AIDE FAMILIAL : STAGE D INTEGRATION MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE ADMINISTRATION GENERALE DE L'ENSEIGNEMENT ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ENSEIGNEMENT DE PROMOTION SOCIALE DE REGIME 1 DOSSIER PEDAGOGIQUE UNITE DE FORMATION AIDE

Plus en détail

Guide d auto-évaluation

Guide d auto-évaluation REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple Un But Une Foi MINISTERE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE ----------- Autorité nationale d Assurance Qualité de l Enseignement supérieur ANAQ-Sup Guide d auto-évaluation

Plus en détail

EDU 1030. présentation du cours

EDU 1030. présentation du cours Design pédagogique en formation d adultes présentation du cours PRÉSENTATION DU COURS Introduction Le cours est une introduction au design pédagogique en formation d adultes. C est par la mise en pratique

Plus en détail

Plan d études Français Langue Étrangère (FLE) Bachelor Domaine II (BA-LET)

Plan d études Français Langue Étrangère (FLE) Bachelor Domaine II (BA-LET) Domaine d études Plurilinguisme et didactique des langues étrangères www.unifr.ch/pluriling Bachelor of Arts en langues et littératures Plan d études Français Langue Étrangère (FLE) Bachelor Domaine II

Plus en détail

Assises universitaires de français Moscou, 6 au 8 novembre 13 Université d Etat de la Région de Moscou. Introduction

Assises universitaires de français Moscou, 6 au 8 novembre 13 Université d Etat de la Région de Moscou. Introduction Assises universitaires de français Moscou, 6 au 8 novembre 13 Université d Etat de la Région de Moscou Atelier : Concevoir un programme de préparation à l'insertion universitaire, Alain Koenig, directeur

Plus en détail

Collecter de nouveaux Leads avec Twitter

Collecter de nouveaux Leads avec Twitter Collecter de nouveaux Leads avec Twitter 05/05/2015 Comment générer de l intérêt pour votre marque sur Twitter? Comme tout autre réseau social, Twitter représente une bonne opportunité pour faire connaître

Plus en détail

Master your training. Extend your reach.* * Maîtrisez vos plans de formation. Elargissez vos possibilités. English as a Communication Tool

Master your training. Extend your reach.* * Maîtrisez vos plans de formation. Elargissez vos possibilités. English as a Communication Tool * Maîtrisez vos plans de formation. Elargissez vos possibilités. Master your training. Extend your reach.* English as a Communication Tool Vous recherchez une solution clé-en-main pour former vos collaborateurs

Plus en détail

SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION

SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION Rapport d évaluation final de l Initiative de la nouvelle économie (INÉ) Date : le 17 mars 2010 Programme de l INÉ : contexte Dans le cadre du plan du gouvernement

Plus en détail

Information Formation de Formateurs FEI / DAIC

Information Formation de Formateurs FEI / DAIC Information Formation de Formateurs FEI / DAIC En complément de sa programmation annuelle, le Centre Ressources Illettrisme tient à informer l ensemble des acteurs régionaux de la mise en place d un dispositif

Plus en détail

Anglais professionnel «Business English»

Anglais professionnel «Business English» Anglais professionnel «Business English» 1. INFORMATIONS DE BASE Intitulé de l unité de formation : Anglais professionnel «Business English», Niveau Intermédiaire (B2), Session d automne 2010, http://www.

Plus en détail

604-101-MQ Langue anglaise et communication. Pondération: 2-1-3 Préalable au cours : 604-TE2-SH 2,00 unités. Note préliminaire Objet de la discipline

604-101-MQ Langue anglaise et communication. Pondération: 2-1-3 Préalable au cours : 604-TE2-SH 2,00 unités. Note préliminaire Objet de la discipline Langue anglaise et communication Compétence 4SA1 Communiquer en anglais avec une certaine aisance. Pondération: 2-1-3 Préalable au cours : 604-TE2-SH 2,00 unités Objectif Énoncé de la compétence Standard

Plus en détail

ANGLAIS, LANGUE SECONDE

ANGLAIS, LANGUE SECONDE ANGLAIS, LANGUE SECONDE PRÉSECONDAIRE ANG-P005-2 ANG-P006-2 DÉFINITION DU DOMAINE D EXAMEN MARS 1999 Quebec ANGLAIS, LANGUE SECONDE PRÉSECONDAIRE ANG-P005-2 ANG-P006-2 DÉFINITION DU DOMAINE D EXAMEN MARS

Plus en détail

EDUCATEUR: APPROCHE CONCEPTUELLE 2

EDUCATEUR: APPROCHE CONCEPTUELLE 2 MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE ADMINISTRATION GENERALE DE L'ENSEIGNEMENT ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ENSEIGNEMENT DE PROMOTION SOCIALE DE REGIME 1 DOSSIER PEDAGOGIQUE UNITE DE FORMATION EDUCATEUR:

Plus en détail

Master 2 T2M. Instructions pour la rédaction des notes d entreprise

Master 2 T2M. Instructions pour la rédaction des notes d entreprise Master 2 T2M Instructions pour la rédaction des notes d entreprise I Dispositions générales Selon le pays où vous êtes en stage, un enseignant de la langue concernée sera chargé de suivre votre stage et

Plus en détail

Colloque international francophone Nancy 9 février 2015 Formation à distance : Défis et opportunités de l assurance qualité interne et externe

Colloque international francophone Nancy 9 février 2015 Formation à distance : Défis et opportunités de l assurance qualité interne et externe Colloque international francophone Nancy 9 février 2015 Formation à distance : Défis et opportunités de l assurance qualité interne et externe Février 2015 L expérience de 2iE : 2007 à 2015 10.02.15 2

Plus en détail

DÉCLARATION DE PRINCIPES SUR LE SYSTÈME ONTARIEN DE TRANSFERT DES CRÉDITS 2011

DÉCLARATION DE PRINCIPES SUR LE SYSTÈME ONTARIEN DE TRANSFERT DES CRÉDITS 2011 DÉCLARATION DE PRINCIPES SUR LE SYSTÈME ONTARIEN DE TRANSFERT DES CRÉDITS 2011 VISION De nos jours, l éducation postsecondaire offre plus de choix et de possibilités qu auparavant. En outre, les besoins

Plus en détail

Le Cadre européen commun de référence pour les langues

Le Cadre européen commun de référence pour les langues Le Cadre européen commun de référence pour les langues Bibliographie Beacco J.-C. (2005) : Niveau A1 pour le français : un référentiel, Paris, Didier Beacco J.-C., Bouquet S., Porquier R. (2004) : Le niveau

Plus en détail

MOOC : Enseigner et former avec le numérique en langues

MOOC : Enseigner et former avec le numérique en langues MOOC : Enseigner et former avec le numérique en langues Public cible Le MOOC «Enseigner et former avec le numérique en langues» présente des moyens existants pour intégrer le numérique dans l'enseignement

Plus en détail

Technologies de l information et de la communication pour l enseignement - TICE

Technologies de l information et de la communication pour l enseignement - TICE UNIVERSITÉ DE FRANCHE-COMTÉ Formation d été de professeurs et de formateurs de FLE Technologies de l information et de la communication pour l enseignement - TICE Exploiter des outils innovants en classe

Plus en détail

Définir et consolider son projet associatif

Définir et consolider son projet associatif FICHE PRATI QUE Définir et consolider son projet associatif L association se place sous le signe de la liberté : celle de se regrouper pour prendre collectivement une initiative. De l idée à la conception,

Plus en détail

Activité 1. Temps 1 Lectures. Objectifs. Modalités de fonctionnement. Modalités d encadrement

Activité 1. Temps 1 Lectures. Objectifs. Modalités de fonctionnement. Modalités d encadrement Temps 1 Lectures Activité 1 Objectifs Lors de cette première activité, nous vous demandons de prendre connaissance des textes que nous avons sélectionnés et qui constituent le cadre de référence de ce

Plus en détail

Comment la méthode «Tatou le matou» permet-elle une implication forte auprès d un jeune public?

Comment la méthode «Tatou le matou» permet-elle une implication forte auprès d un jeune public? Master 1 FLE Evolution des courants méthodologiques 2007-2008 Session 2 Comment la méthode «Tatou le matou» permet-elle une implication forte auprès d un jeune public? Sarah Descombes N étudiant : 20731087

Plus en détail

Réflexion sur la formation des enseignants à partir des expériences du pilotage du Projet des Étoiles (1.3.3) du CELV

Réflexion sur la formation des enseignants à partir des expériences du pilotage du Projet des Étoiles (1.3.3) du CELV Réflexion sur la formation des enseignants à partir des expériences du pilotage du Projet des Étoiles (1.3.3) du CELV Le Projet des Étoiles est l un des projets à moyen terme du CELV axé sur les nouvelles

Plus en détail

L expression de la qualité. groupe

L expression de la qualité. groupe L expression de la qualité groupe Le groupe BTL 2 L expression de la qualité Le groupe Business & Technical Languages est un acteur majeur de la formation linguistique auprès des entreprises. Cours en

Plus en détail

Vers une intégration pédagogique des TICE

Vers une intégration pédagogique des TICE Formation F3MITIC Vers une intégration pédagogique des TICE Scénario lié aux modules 1 et 2A Marc EBNETER Gilbert LIPPUNER André VIEKE 28 septembre 2001 - Version: 1.00 Discipline ou domaine: pédagogie

Plus en détail

Une certification, POURQUOI? Une certification est un titre reconnu qui permet de valider vos compétences dans une langue étrangère et donc de :

Une certification, POURQUOI? Une certification est un titre reconnu qui permet de valider vos compétences dans une langue étrangère et donc de : Une certification, POURQUOI? Une certification est un titre reconnu qui permet de valider vos compétences dans une langue étrangère et donc de : Valoriser vos compétences en langue sur votre CV, en évitant

Plus en détail

Se connaître mieux pour mieux se comprendre (Gulliver)

Se connaître mieux pour mieux se comprendre (Gulliver) Se connaître mieux pour mieux se comprendre (Gulliver) Pour un enseignement/apprentissage interactif de la compétence interculturelle Descriptif de projet Mise à jour le 4 juillet 2005 Coordinatrice :

Plus en détail

OUVREZ LES PORTES À un MONDE. Avec nos nouveaux programmes passionnants pour les ados de 12 à 18 ans

OUVREZ LES PORTES À un MONDE. Avec nos nouveaux programmes passionnants pour les ados de 12 à 18 ans OUVREZ LES PORTES À un tout NOUVEAU MONDE Avec nos nouveaux programmes passionnants pour les ados de 12 à 18 ans BERLITZ VOUS AIDE A DEVENIR UN CITOYEN DU MONDE ACCOMPLI. STUDE NT MULTI- ROM Video Audio

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE Projet d appui à la qualité (Contrôle de gestion) Formation des cadres de l Université de Sousse. En Anglais -------------

TERMES DE REFERENCE Projet d appui à la qualité (Contrôle de gestion) Formation des cadres de l Université de Sousse. En Anglais ------------- UNIVERSITE DE SOUSSE TERMES DE REFERENCE Projet d appui à la qualité (Contrôle de gestion) Formation des cadres de l Université de Sousse I. Contexte de la mission En Anglais ( prêt de la Banque Mondiale

Plus en détail

GRILLE D ANALYSE D UNE SEQUENCE D APPRENTISSAGE

GRILLE D ANALYSE D UNE SEQUENCE D APPRENTISSAGE GRILLE D ANALYSE D UNE SEQUENCE D APPRENTISSAGE 1 - LA DEFINITION DES OBJECTIFS DE LA SEQUENCE : - Ai-je bien identifié l objectif de la séquence? - Est-il clairement situé dans la progression générale

Plus en détail

M.A.Ï.HEU.T.I.C. 1. Un modèle didactique conçu par la CCMP, pour générer des contenus de formation multimédias instrumentés TICE.

M.A.Ï.HEU.T.I.C. 1. Un modèle didactique conçu par la CCMP, pour générer des contenus de formation multimédias instrumentés TICE. M.A.Ï.HEU.T.I.C. 1 Un modèle didactique conçu par la CCMP, pour générer des contenus de formation multimédias instrumentés TICE. L ensemble des composantes du modèle M.A.Ï.HEU.T.I.C. sont des créations

Plus en détail

Participer à l activité en ligne d un groupe. Michel Futtersack, Faculté de Droit, Université Paris Descartes, Sorbonne Paris Cité

Participer à l activité en ligne d un groupe. Michel Futtersack, Faculté de Droit, Université Paris Descartes, Sorbonne Paris Cité Participer à l activité en ligne d un groupe Michel Futtersack, Faculté de Droit, Université Paris Descartes, Sorbonne Paris Cité Coopération et collaboration Travail coopératif : la tâche est divisée

Plus en détail

Salles : B-4280, B-4260, B-3290, pavillon 3200 Jean-Brillant

Salles : B-4280, B-4260, B-3290, pavillon 3200 Jean-Brillant PLAN DE COURS JPN 1050A, Japonais élémentaire 1 (6 crédits) Faculté des arts et sciences Centre de langues (www.centre-de-langues.umontreal.ca) Trimestre : Automne 2012 Horaire : lundi, mercredi et vendredi,

Plus en détail

Comment rendre un environnement électronique d apprentissage des langues moins fermé? Le cas de Studio Franel

Comment rendre un environnement électronique d apprentissage des langues moins fermé? Le cas de Studio Franel Comment rendre un environnement électronique d apprentissage des langues moins fermé? Le cas de Studio Franel Compiègne 29 mars 2007 Piet Desmet Carmen Eggermont 0. Les TIC et l apprentissage des langues

Plus en détail

Apprendre avec les TICE? Projet de recherche PluriFormation (PPF) Une approche pluridisciplinaire Alain Mille Journées Eductice 14-15 mai 2009

Apprendre avec les TICE? Projet de recherche PluriFormation (PPF) Une approche pluridisciplinaire Alain Mille Journées Eductice 14-15 mai 2009 Apprendre avec les TICE? Projet de recherche PluriFormation (PPF) Une approche pluridisciplinaire Alain Mille Journées Eductice 14-15 mai 2009 Plan de l exposé Apprendre avec les TICE? Les questions qui

Plus en détail

T2GC. Enseignement secondaire technique Régime de la formation de technicien. Date: 06.08.2014 ANGLA6. Anglais 6

T2GC. Enseignement secondaire technique Régime de la formation de technicien. Date: 06.08.2014 ANGLA6. Anglais 6 Date: 06.08.2014 Enseignement secondaire technique Régime de la formation de technicien T2GC ANGLA6 Anglais 6 Division génie civil Section génie civil Nombre de leçons: 2 Semestre: 6 Langue véhiculaire:

Plus en détail

L ÉVALUATION DANS LES DIFFÉRENTS PROCESSUS DE FORMATION

L ÉVALUATION DANS LES DIFFÉRENTS PROCESSUS DE FORMATION STONA Laurent ls@bepecaser.org L DANS LES DIFFÉRENTS PROCESSUS DE FORMATION Évaluer, c est donner une valeur. Puisque toute formation vise des objectifs, tout acte de formation ou de sensibilisation nécessite

Plus en détail

Méthode de tests MODE D EMPLOI POINTS IMPORTANTS

Méthode de tests MODE D EMPLOI POINTS IMPORTANTS Méthode de tests MODE D EMPLOI Cette première partie est destinée à ceux qui débutent en tests et permet une approche progressive et simple de la méthodologie des tests. L introduction vous aura permis

Plus en détail

STAF17 - REALISATION D'UN DISPOSITIF DE FORMATION ENTIEREMENT OU PARTIELLEMENT A DISTANCE

STAF17 - REALISATION D'UN DISPOSITIF DE FORMATION ENTIEREMENT OU PARTIELLEMENT A DISTANCE STAF 2001-2002 STAF17 - REALISATION D'UN DISPOSITIF DE FORMATION ENTIEREMENT OU PARTIELLEMENT A DISTANCE Présentation du cours Responsable : Daniel Peraya Assistante : Nathalie Deschryver TABLE DES MATIERES

Plus en détail

communication Construction

communication Construction Les compétences de base et la communication dans le secteur de la Construction Document de présentation Guide et mallette pédagogique Les savoirs de base pour l emploi Formation aux savoirs de base et

Plus en détail

Présenter oralement et en langue latine un dieu romain à l aide du logiciel Images Actives

Présenter oralement et en langue latine un dieu romain à l aide du logiciel Images Actives Enseigner les Langues et Cultures de l Antiquité avec les TICE &é TraAM travaux académiques mutualisés, un accompagnement au développement des usages des TIC http://lettres.ac-dijon.fr TraAM travaux académiques

Plus en détail

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication A. Contexte La Conférence des Ministres de l Éducation des États et gouvernements de la Francophonie (CONFEMEN) est une organisation

Plus en détail

Difficultés et opportunités de TIC en Afrique centrale

Difficultés et opportunités de TIC en Afrique centrale Kigali 3rd EuroAfriCa-ICT Awareness Workshop Difficultés et opportunités de TIC en Afrique centrale «cas de la RD CONGO» Par Benjamin MURHESA CIBALONZA IT Manager / Radio Maendemeo Bukavu DR Congo 1 Introduction

Plus en détail

Note de cadrage. Date de rendu : le 7/09/2015. Projet CIFLE. La classe inversée : FLE A1

Note de cadrage. Date de rendu : le 7/09/2015. Projet CIFLE. La classe inversée : FLE A1 Note de cadrage Date de rendu : le 7/09/2015 Projet CIFLE La classe inversée : FLE A1 1-Gestion du projet Définition du projet et finalités Nom et nature du projet Le projet CIFLE est un module de formation

Plus en détail

Règlement du concours de fiches pédagogiques 2015

Règlement du concours de fiches pédagogiques 2015 Règlement du concours de fiches pédagogiques 2015 Ce concours est organisé par l'association Hongroise des Enseignants de Français en partenariat avec l'institut Français de Budapest, le groupe pilote

Plus en détail

ANNEXE G ADDENDA AU RAPPORT PRÉALABLE À L INSPECTION POUR LES ÉCOLES EN LIGNE 2015-2016

ANNEXE G ADDENDA AU RAPPORT PRÉALABLE À L INSPECTION POUR LES ÉCOLES EN LIGNE 2015-2016 ANNEXE G ADDENDA AU RAPPORT PRÉALABLE À L INSPECTION POUR LES ÉCOLES EN LIGNE 2015-2016 Une école offrant en ligne une partie ou la totalité de ses cours doit soumettre l addenda au rapport préalable à

Plus en détail

PREMIÈRE SECTION : Vue d ensemble du projet ou de la leçon

PREMIÈRE SECTION : Vue d ensemble du projet ou de la leçon PREMIÈRE SECTION : Vue d ensemble du projet ou de la leçon Niveau : 11 e année Matière : Français (10331-10332), Informatique et société (63311A), Introduction à la programmation informatique (02411E)

Plus en détail

Chapitre 3.2 Les outils pédagogiques numériques, de la conception à la réalisation de la formation

Chapitre 3.2 Les outils pédagogiques numériques, de la conception à la réalisation de la formation Chapitre 3.2 Les outils pédagogiques numériques, de la conception à la réalisation de la formation A. Introduction.......................................................... 171 B. La diffusion des modules

Plus en détail

LA PÉDAGOGIE DE PROJET COMME MOTEUR D APPRENTISSAGE ET DE PLAISIR!

LA PÉDAGOGIE DE PROJET COMME MOTEUR D APPRENTISSAGE ET DE PLAISIR! LA PÉDAGOGIE DE PROJET COMME MOTEUR D APPRENTISSAGE ET DE PLAISIR! LES MOTEURS DU PLAISIR POUR L APPRENANT Comment peut-on avoir du plaisir en apprenant? Le plaisir d apprendre doit être identique au plaisir

Plus en détail

Telelangue. Déroulement pédagogique. Audit Online. Plan de formation spécialisé. Bilan de progression (ReTest) Suivi administratif & pédagogique

Telelangue. Déroulement pédagogique. Audit Online. Plan de formation spécialisé. Bilan de progression (ReTest) Suivi administratif & pédagogique Catalogue FORMATIONS DIF Telelangue vous accompagne dans la mise en place et le suivi de vos actions de formation DIF avec un interlocuteur unique, des formules qui s adaptent à vos besoins et au budget

Plus en détail

Demande de manifestation d intérêt auprès de consultants individuels

Demande de manifestation d intérêt auprès de consultants individuels le 17/03/2012 Demande de manifestation d intérêt auprès de consultants individuels Objet : Formation des formateurs en «Management de l innovation» Pièces jointes : Termes de références de la formation.

Plus en détail

Canevas de rédaction pour les demandes supérieures à 7.500

Canevas de rédaction pour les demandes supérieures à 7.500 LES OUTILS POUR AIDER A LA REDACTION ET L EVALUATION DES PROGRAMMES Canevas de rédaction pour les demandes supérieures à 7.500 Il est recommandé de se limiter au nombre de pages indiqué, et de présenter

Plus en détail

Préparation et révision

Préparation et révision 2 MÉTHODO Préparation et révision 1. Comment s organiser au cours de la période de formation? a) Bien connaître le programme et la nature de l épreuve Il faut évidemment lire attentivement le programme

Plus en détail

STRATÉGIE DES LANGUES POUR LE DEGRÉ SECONDAIRE II

STRATÉGIE DES LANGUES POUR LE DEGRÉ SECONDAIRE II STRATÉGIE DES LANGUES POUR LE DEGRÉ SECONDAIRE II Stratégie de la CDIP du 24 octobre 2013 pour la coordination à l échelle nationale de l enseignement des langues étrangères dans le degré secondaire II

Plus en détail

MathemaTIC. Une plateforme d apprentissage personnalisé pour réussir en mathématiques. Dossier de presse

MathemaTIC. Une plateforme d apprentissage personnalisé pour réussir en mathématiques. Dossier de presse LE GOUVERNEMENT DU GRAND-DUCHÉ DE LUXEMBOURG Ministère de l'éducation nationale, de l Enfance et de la Jeunesse Dossier de presse MathemaTIC Une plateforme d apprentissage personnalisé pour réussir en

Plus en détail

DIFFERENCIER EN FONCTION DES NIVEAUX. Domaine Typologie des différences Fonctions Modalités Volume Nature (support/document) Thème

DIFFERENCIER EN FONCTION DES NIVEAUX. Domaine Typologie des différences Fonctions Modalités Volume Nature (support/document) Thème contenus DIFFERENCIER EN FONCTION DES NIVEAUX Domaine Typologie des différences Fonctions Modalités Volume Nature (support/document) Thème Prendre en compte niveau des élèves motivation des élèves besoins

Plus en détail

Les 21 et 22 novembre 2014

Les 21 et 22 novembre 2014 Présentation du 1 er Salon virtuel des mobilités Contexte du projet Le Collectif Ville Campagne et Evid@nce (Marque Innov 3d) ont choisi d unir leurs compétences et ressources pour réaliser et animer le

Plus en détail

PROGRAMME DE LANGUES VIVANTES DE LA VOIE PROFESSIONNELLE

PROGRAMME DE LANGUES VIVANTES DE LA VOIE PROFESSIONNELLE PROGRAMME DE LANGUES VIVANTES DE LA VOIE PROFESSIONNELLE Proposition d aide à la mise en œuvre pédagogique Domaine : SE CULTIVER ET SE DIVERTIR Programme National de pilotage Séminaire «Mise en œuvre pédagogique

Plus en détail

Master 1 T2M. Instructions pour la rédaction des notes de stage

Master 1 T2M. Instructions pour la rédaction des notes de stage Master 1 T2M Instructions pour la rédaction des notes de stage I Dispositions générales Selon le pays où vous êtes en stage, un enseignant de la langue concernée sera chargé de suivre votre stage et la

Plus en détail