Dépistage des BMR : synthèse des recommandations SF2H de 2009 pour le microbiologiste

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Dépistage des BMR : synthèse des recommandations SF2H de 2009 pour le microbiologiste"

Transcription

1 Dépistage des BMR : synthèse des recommandations SF2H de 2009 pour le microbiologiste Bruno Grandbastien Service de Gestion du Risque Infectieux, des Vigilances et d Infectiologie CHRU de Lille Faculté de Médecine Henri Warembourg, Université de Lille Nord de France Recommandations SF2H

2 Prévention de la transmission croisée : -stratégie -précautions standard -dépistage et précautions complémentaires de type «contact» Recommandations SF2H

3 Démarche : 3 grandes questions Politique générale de maîtrise de la transmission croisée Définition et place des précautions standard : comment éviter la transmission àun patient? la transmission soigné-soignant? Politique spécifique de maîtrise de la transmission croisée de certains micro-organismes modalités de dépistage en fonction du micro-organisme, de sa transmissibilitéet du secteur de prise en charge mesures àmettre en complément des précautions standard ; micro-organismes (y compris les BMR) et circonstances Limitation aux précautions «contact» quand peut-on lever ces mesures de précautions complémentaires? Recommandations SF2H

4 Un repère méthodologique : la construction des recommandations Analyse critique de la littérature Rédaction argumentaire scientifique propositions de recommandations Cotation des recommandations par le groupe des experts (2 tours min) à écarter absolument Notions d accord Accord fort «il est fortement recommandé» = tousles experts sauf 1 ou 2 (selon nb de notes)cotent 7 à9 : «Accord Fort positif»(fort +) 1 à3 : «Accord Fort négatif»(fort -) Accord modéré «il est recommandé» = la médiane de cotation 7 : «Accord Modérépositif»(Mod +) 3 : «Accord Modérénégatif»(Mod -) Absence de consensus à garder absolument Recommandations SF2H

5 Cibles de ces recommandations Surveiller et Prévenir les IAS, 2010 Recommandations SF2H

6 Cibles microbiologiques (1) Il est fortement recommandé de privilégier le dépistage des agents infectieux «à haut potentiel de transmission croisée», dont les BMR, pour lesquels la transmission croisée joue un rôle essentiel (exemple : SARM) (R42) Recommandations SF2H

7 Cibles microbiologiques (2) A l inverse, il est fortement recommandé de ne pas privilégier le dépistage des BMR sous la dépendance principale de la pression de sélection (entérobactéries hyperproductrices de céphalosporinases EBCASE ) (R42) Recommandations SF2H

8 Pourquoi dépister àla recherche de BMR? Prise en charge individuelle : mesures d hygiène adaptation d une antibiothérapie probabiliste décontaminer (?) Prise en charge collective Rôle de conseil du microbiologiste : microbiologie clinique mesures d hygiène : maîtrise du réservoir microbiologie et hygiène Recommandations SF2H

9 Impact d une politique «search and isolate» 60 55,1 % MRSA/S. aureus ,5 55,1% Politique BMR : 48,8 45,3 43,7 38,8 dépistage systématique à l admission et toutes les semaines 33, ,5 33,6 précautions d hygiènes ++ en cas de positivité 28,7 30, V. Jarlier V, AP-HP ( 20,0% 24,9 22, Recommandations SF2H

10 Impact d une politique de maîtrise des BMR Réduction de la morbiditéassociée aux BMR chez les patients de réanimation par les mesures de contrôle de l'infection étude rétrospective comparative avant (P1)/après (P2) absence de mesures vsmise en place de mesures de contrôle Résultats patients infectés/colonisés P1 P2 p SARM 18 (7.7%) 9 (2.6%) K pneumoniae(blse) 4 (1.7%) 0 (0%) Souweine B. JHI 2000 Recommandations SF2H

11 Impact d une politique de maîtrise des BMR Mesures de contrôle de l'infection? dépistage systématique àl'admission et durant l'hospitalisation «isolement septique»: identification antisepsie des mains port de gants, de surblouse toilette à la chlorhexidine de tous les patients Mupirocine chez les patients porteurs de SARM Souweine B. JHI 2000 Recommandations SF2H

12 Le dépistage pour évaluer le risque infectieux Source Type de services Incidence (dépistage +) Restés ignorés (%)* Girou E Réa 7,5 50 Lucet JC Réa 6,9 55 Talon D SSR 11,6 70 Sax H Gaspard P Long séjour (LS) LS gériatrique 7, ,9 96 Recommandations SF2H

13 Politique de dépistage Il est fortement recommandéque le CLIN *, dans le cadre d une politique générale d établissement (définie en R3) : définisse la politique de dépistagede ces micro-organismes, dont les BMR en accord avec les recommandations nationales, actualise régulièrement la politique locale de dépistage. (R40) * CLIN ou toute autre organisation choisie par l établissement Recommandations SF2H

14 Politique de dépistage adaptée Il est fortement recommandé d avoir une stratégie de dépistage adaptée à chaque secteur de soins La situation épidémiologique d un service ou d un secteur peut justifier une stratégie spécifique de dépistage. (R41) Recommandations SF2H

15 Dépistage SARM àl admission (R45, 48-49, et 56-57) Réa court séjour SSR SLD A l admission : dépistagedes patients àhaut risque d infection ou systématiquement siépidémie récente sifaible incidence de portage hors épidémie récente Légende : Il est fortement recommandé Il est recommandé Recommandations SF2H

16 Patient àhaut risque de portage SARM ancien porteur de SARM provenant de services en situation épidémique (SSR et SLD notamment) fréquemment hospitalisé âge élevé prise d antibiotiques présence de lésions cutanées Recommandations SF2H

17 Patients àhaut risque de portage de SARM en réanimation Arch Intern Med 2003 Recommandations SF2H

18 Dépistage SARM àl admission (R45, 48-49, et 56-57) Réa court séjour SSR SLD A l admission : dépistagedes patients àhaut risque d infection ou systématiquement siépidémie récente A l admission : dépistagedes patients àhaut risque de portage siépidémie récente sifaible incidence de portage hors épidémie récente sifaible incidence de portage et absence d épidémie récente Légende : Il est fortement recommandé Il est recommandé Recommandations SF2H

19 Dépistage SARM àl admission (R45, 48-49, et 56-57) Réa court séjour SSR SLD A l admission : dépistagedes patients àhaut risque d infection ou systématiquement siépidémie récente sifaible incidence de portage hors épidémie récente A l admission : dépistagedes patients àhaut risque de portage siépidémie récente sifaible incidence de portage et absence d épidémie récente A l admission : dépistage chez les patients àrisque en cas d épidémie récente Dépistage limité aux patients à risque de portage siportage faible ouabsence d épidémie récente A l admission : pas de dépistage Légende : Il est fortement recommandé Il est recommandé Recommandations SF2H

20 Dépistage SARM àl admission Réa court séjour SSR SLD A l admission : dépistagedes patients àhaut risque d infection ou systématiquement siépidémie récente sifaible incidence de portage hors épidémie récente sifaible incidence de portage et absence d épidémie récente (R45, 48-49, et 56-57) Prélèvement nasal et prélèvement de plaie chronique A l admission : dépistagedes patients àhaut risque de portage siépidémie récente A l admission : dépistage chez les patients àrisque en cas d épidémie récente Dépistage limité aux patients à risque de portage siportage faible ouabsence d épidémie récente A l admission : pas de dépistage Légende : Il est fortement recommandé Il est recommandé Recommandations SF2H

21 Dépistage SARM en cours de séjour (R46-47, et 55-57) Réa court séjour SSR SLD En cours de séjour : dépistage régulier sidépistage réalisé à l admission Juste avant la sortie : pas de dépistage En cours de séjour : pas de dépistage régulier Juste avant la sortie : pas de dépistage En cours de séjour : pas de dépistage régulier Juste avant la sortie : pas de dépistage En cours de séjourou avant transfert en MCO : pas de dépistage Légende : Il est fortement recommandé Il est recommandé Recommandations SF2H

22 Dépistage des EBLSE (R58 à65) Admission En cours de séjour Prélèvement par écouvillon rectal Réa court séjour SSR SLD A l admission : dépistage siépidémie récente sifaible incidence de portage hors épidémie récente juste avant la sortie A l admission : dépistage siépidémie récente sifaible incidence de portage et absence d épidémie récente régulier juste avant la sortie Dépistage àl admission en cas d épidémie récente impliquant une souche épidémique sinon, pas de dépistage: -àl admission -en cours de séjour -avant la sortie Pas de dépistage: -àl admission -en cours de séjour -avant transfert en MCO Légende : Il est fortement recommandé Il est recommandé Recommandations SF2H

23 Dépistage de Pseudomonas aeruginosa (R66 à71) Admission Gorge, aspiration trachéale et écouvillon rectal Réa court séjour SSR SLD A l admission : dépistage si épidémie clonale récente En cours de séjour sifaible incidence de portage Dépistage régulier juste avant la sortie saufépidémie caractérisée Légende : Il est fortement recommandé Il est recommandé Recommandations SF2H

24 Dépistage de Acinetobacter baumannii (R72 à78) Admission En cours de séjour Ecouvillon rectal et gorge Réa court séjour SSR SLD A l admission : dépistage siépidémie récente avec souche épidémique sifaible incidence de portage Dépistage régulier si dépistage à l admission juste avant la sortie saufépidémie récente ou pour patients àrisque de portage en cours de séjour Légende : Il est fortement recommandé Il est recommandé Recommandations SF2H

25 Timing d un éventuel dépistage Dépistage à l admission En dehors d une situation d épidémie et pour tout secteur (en réanimation, SSR-SLD ou MCO), un dépistage hebdomadaire ne sera envisagé que si un dépistage a été réalisé à l admission. (R44) Recommandations SF2H

26 Technique de dépistage SARM : écouvillon nasal plaie cutanée chronique EBLSE : écouvillon rectal mais pas sur plaie cutanée chronique Pseudomonas aeruginosa: gorge ou aspiration trachéale écouvillon rectal Acinetobacter baumannii: écouvillon rectal gorge (R57) (R65) (R71) (R78) Recommandations SF2H

27 Dépistage : points non consensuels place des méthodes rapides de dépistage : données insuffisantes dans l état actuel des connaissances pour conclure à leur utilité Recommandations SF2H

28 Délais de réponse Dépistage PCR Milieux chromogènes Milieux avec AB Chapman 24 h. 48 h. 72 h. Diapo empruntée à JC Lucet Recommandations SF2H

29 Dépistage : points non consensuels place des méthodes rapides de dépistage : données insuffisantes dans l état actuel des connaissances pour conclure à leur utilité indications spécifiques de dépistage de SARM : limiter le dépistage àl admission en réanimation aux seuls patients àrisque de portage dépister à l admission en MCO hors réanimation en dehors des situations d épidémie récente indications spécifiques de dépistage d EBLSE réaliser un dépistage à l admission en réanimation limité aux seuls patients à risque de portage réaliser un dépistage régulier d un patient au cours de son séjour en réanimation Recommandations SF2H

30 Dépistage : points non consensuels technique de dépistage de SARM réaliser un dépistage par écouvillon rectal, de gorge, d aisselle ou du périnée technique de dépistage d EBLSE réaliser un dépistage par échantillon de selles ou d urine technique de dépistage de Pseudomonas aeruginosa rechercher spécifiquement sur plaie chronique ; technique de dépistage d Acinetobacter baumannii rechercher spécifiquement sur un écouvillonnage d aisselle et de périnée Recommandations SF2H

31 Le dépistage : pour quoi faire? Le dépistage des bactéries multi résistantes aux antibiotiques (BMR) est utile à la mise en œuvre des précautions complémentaires (R43) Recommandations SF2H

32 Politique de précautions complémentaires Il est fortement recommandéque le CLIN, dans le cadre d une politique générale d établissement (définie en R3): définisse les micro-organismes justifiant de précautions complémentairesde type contact(en fonction de la prévalencede ces micro-organismes, de l'observance de l'hygiène des mains, et selon le type d'activité...), (R40) Recommandations SF2H

33 Cibles des précautions complémentaires Il est recommandé de considérer les bactéries suivantes comme nécessitantdes précautions complémentaires de type contact : (R2 et R84) Staphylococcus aureus résistant à la méticilline(sarm) A. baumannii sensible uniquement àl imipénème Entérobactérie productrice de bétalactamase à spectre étendu P. aeruginosa résistant à l imipénème etàd autresantibiotiques Clostridium difficile * * Recommandations nationales oui oui oui oui oui Recommandations SF2H

34 Cibles des précautions complémentaires Il est recommandé de considérer les bactéries suivantes comme ne nécessitantpas des précautions complémentaires de type contact (R84) Acinetobacter baumannii phénotype sauvage Acinetobacter baumannii résistant à la ticarcilline Entérobactérie hyperproductrice de Céphalosporinase dériprimée *néonatologie non non non sauf en NN* Recommandations SF2H

35 Conclusions une volontéd affichage pour le socle des «précautions standard» une place précise pour le dépistage PC Mesures spécifiques (C. difficile, ERG, EPC, BHR ) BMR 1999 Isolt 1998 Précautions standard 2009 Précautions standard 1998 Recommandations SF2H

POLITIQUE DE DÉPISTAGE DES BMR

POLITIQUE DE DÉPISTAGE DES BMR POLITIQUE DE DÉPISTAGE DES BMR CLIN avril 2012 CONTEXTE : ICALIN 2 Nouveaux items pour le calcul du score du bilan des activités de lutte contre les infections nosocomiales dans les établissements de santé

Plus en détail

Quelle politique de dépistage des BMR au sein des établissements de santé?

Quelle politique de dépistage des BMR au sein des établissements de santé? Quelle politique de dépistage des BMR au sein des établissements de santé? Journée Régionale des CLIN et EOH de Haute Normandie Mardi 20 avril 2010 Dr Sophie Boyer Laboratoire de Microbiologie Nouvelles

Plus en détail

Unité d hygiène et de lutte contre les Infections nosocomiales, Hôpital Bichat-Claude Bernard, Paris. 2

Unité d hygiène et de lutte contre les Infections nosocomiales, Hôpital Bichat-Claude Bernard, Paris. 2 Suspicions de portage de bactéries multi ou hautement résistantes (BMR/BHR) aux antibiotiques chez des patients rapatriés ou ayant été hospitalisés à l étranger M. Lepainteur 1, G. Birgand 1,3, I. Lolom

Plus en détail

Prévenir la Diffusion des BHRe en région Centre : les nouvelles recommandations françaises pour le SSR, le SLD, l HAD et le secteur Médico-Social

Prévenir la Diffusion des BHRe en région Centre : les nouvelles recommandations françaises pour le SSR, le SLD, l HAD et le secteur Médico-Social Prévenir la Diffusion des BHRe en région Centre : les nouvelles recommandations françaises pour le SSR, le SLD, l HAD et le secteur Médico-Social Bruno Grandbastien pour le groupe de travail du HCSP Faculté

Plus en détail

Role du portage nasal dans les infections à S. aureus

Role du portage nasal dans les infections à S. aureus Role du portage nasal dans les infections à S. aureus Jean-Christophe LUCET, UHLIN GH Bichat Claude Bernard, APHP Université Denis Diderot, Paris VII JNI, 11 juin 2009 Le champ de la question Ce que je

Plus en détail

Mais aussi. Mais aussi. www.webbertraining.com. Contexte. Existant. Contexte

Mais aussi. Mais aussi. www.webbertraining.com. Contexte. Existant. Contexte Contexte Recommanda)ons françaises pour la préven)on de la transmission croisée des «Bactéries Hautement Résistantes aux an)bio)ques émergentes» (BHRe), 2013 Preven&ng emergent and highly resistant bacteria

Plus en détail

CHRA PR HYG 03 ind 2 ISOLEMENT SEPTIQUE

CHRA PR HYG 03 ind 2 ISOLEMENT SEPTIQUE CHRA PR HYG 03 ind 2 ISOLEMENT SEPTIQUE Date de diffusion : 06/2000 Version : 2 Pages : 5 Rédigée par : M.C. Hum et A. Charvier Vérifiée par : C. Santré Validée par : CLIN Objet : La procédure a pour but

Plus en détail

Gestion d un patient ayant été hospitalisé à l étranger

Gestion d un patient ayant été hospitalisé à l étranger Gestion d un patient ayant été hospitalisé à l étranger Dr Cécile MOURLAN Pharmacien hygieniste ARLIN Languedoc Roussillon Pourquoi se méfier des patients ayant été hospitalisés à l étranger BHRe? Bactérie

Plus en détail

10 questions sur les BHRe Tout ce que les recommandations du HCSP ne vous disent pas

10 questions sur les BHRe Tout ce que les recommandations du HCSP ne vous disent pas 10 questions sur les BHRe Tout ce que les recommandations du HCSP ne vous disent pas Olivier Baud ARlin Auvergne EOHH CHU Clermont Ferrand Méthode Relecture des recommandations Recherche des questions

Plus en détail

S. aureus : champ de la question

S. aureus : champ de la question S. aureus : champ de la question SASM et SARM SASM : 25% porteurs à l admission 50% des infectés SARM : 5% porteurs à l admission 50% des infectés Le dépistage, pour quoi faire? P. contact Mesures spécifiques

Plus en détail

La mise en place des précautions «contact»

La mise en place des précautions «contact» La mise en place des précautions «contact» Expérience du CRMPR «Les Herbiers» S. Verfaille, MPR, président du CLIN Les précautions «contact» Quand? En complément des précautions «standard» A chaque fois

Plus en détail

Détecter les ERV. Pourquoi? Qui? Comment?

Détecter les ERV. Pourquoi? Qui? Comment? Détecter les ERV. Pourquoi? Qui? Comment? P.-Y. Donnio Bactériologie-Hygiène, CHU de Rennes EA 1254 Microbiologie-Risques Infectieux, Université de Rennes 1 CCLIN-Ouest 32 ème Réunion Interdisciplinaire

Plus en détail

Recommandations pour la prise en charge des Carbapenemase Producing Enterobacteriaceae (CPE)

Recommandations pour la prise en charge des Carbapenemase Producing Enterobacteriaceae (CPE) Recommandations pour la prise en charge des Carbapenemase Producing Enterobacteriaceae (CPE) o Prendre rapidement les mesures nécessaires visant à assurer une maîtrise rapide de l émergence de CPE et d

Plus en détail

Evaluation des Précautions Complémentaires de type Contact

Evaluation des Précautions Complémentaires de type Contact Evaluation des Précautions Complémentaires de type Contact GUIDE POUR L ORGANISATION DE L ÉVALUATION ET LE RECUEIL DES DONNÉES Novembre 2011 Composition groupe de travail / Etablissements test : CH Germon

Plus en détail

INFECTIONS NOSOCOMIALES

INFECTIONS NOSOCOMIALES INFECTIONS NOSOCOMIALES I - Définitions La définition générale d une infection nososcomiale est la suivante : infection contractée au cours d un séjour dans un établissement de soins. Un délai de 48h au

Plus en détail

Bactéries Multi-résistantes (BMR)

Bactéries Multi-résistantes (BMR) L information biomédicale des Laboratoires Oriade - Janvier 2014 Bactéries Multi-résistantes (BMR) Isolées en ville Devant l émergence des bactéries multirésistantes (BMR) isolées en ville, les biologistes

Plus en détail

Recommandations des experts de la Société de réanimation de langue française, janvier 2002 Prévention de la transmission croisée en réanimation

Recommandations des experts de la Société de réanimation de langue française, janvier 2002 Prévention de la transmission croisée en réanimation Réanimation 2002 ; 11 : 250-6 2002 Éditions scientifiques et médicales Elsevier SAS. Tous droits réservés S1624069302002414/FLA RECOMMANDATIONS Recommandations des experts de la Société de réanimation

Plus en détail

Les Infections Associées aux Soins

Les Infections Associées aux Soins Les Infections Associées aux Soins Dr Catherine Sartor EOH Conception Assistance Publique Hôpitaux de Marseille Ecole IFSI, Marseille, 12 septembre 2014 Définitions 2007 Infection Nosocomiale (IN) 1999

Plus en détail

ARLIN Nord-pas de Calais

ARLIN Nord-pas de Calais PLAN DE MAITRISE D UNE EPIDEMIE Date : 07/07/11 Page : 1/15 REDACTION VERIFICATION APPROBATION ARLIN Nord-pas de Calais NOM : Fonction : Visa : NOM : Fonction : Visa : NOM : Fonction Visa : I. OBJET Proposer

Plus en détail

BMR et personnel soignant

BMR et personnel soignant BMR et personnel soignant Dr. ML. LEPORI Service de Santé au Travail CHU BRABOIS NANCY Rappels On appelle infection nosocomiale ou infection hospitalière toute maladie contractée à l hôpital due à des

Plus en détail

Commission spécialisée Sécurité Patient

Commission spécialisée Sécurité Patient Commission spécialisée Sécurité Patient Constitution d un GT représentatif : Hygiénistes, infectiologues, bactériologistes Recrutement de 2 chargés de mission (bibliographie) Partenariat avec Sociétés

Plus en détail

DU Anti-infectieux, 2009-2010. Dr JM Chapplain Service de Maladies Infectieuses Unité d Hygiène CHU Rennes

DU Anti-infectieux, 2009-2010. Dr JM Chapplain Service de Maladies Infectieuses Unité d Hygiène CHU Rennes Faut-il dépister d les SARM? DU Anti-infectieux, 2009-2010 Dr JM Chapplain Service de Maladies Infectieuses Unité d Hygiène CHU Rennes Qui se pose la question? Le clinicien? Le bactériologiste? Le pharmacien?

Plus en détail

Pendant de nombreuses années, les mesures dites

Pendant de nombreuses années, les mesures dites PRÉVENIR Transmission croisée Pendant de nombreuses années, les mesures dites d isolement, ont été définies par le réservoir de l agent infectieux : isolement entérique, cutané, respiratoire Les Centers

Plus en détail

Bactéries Hautement Résistantes aux Antibiotiques BHR. Karine ASTRUC ARLIN Bourgogne

Bactéries Hautement Résistantes aux Antibiotiques BHR. Karine ASTRUC ARLIN Bourgogne Bactéries Hautement Résistantes aux Antibiotiques BHR Karine ASTRUC ARLIN Bourgogne A. BMR / BHR Introduction Depuis l utilisation des ATB=> émergence des résistance BMR : Résistance à plusieurs familles

Plus en détail

La stratégie de maîtrise des BHRe est-elle coût-efficace? Gabriel Birgand

La stratégie de maîtrise des BHRe est-elle coût-efficace? Gabriel Birgand La stratégie de maîtrise des BHRe est-elle coût-efficace? Gabriel Birgand 1 Quelles questions se poser? 1. La stratégie de maîtrise des BHRe est-elle efficace? 2. Combien coûtent les colonisations/infections

Plus en détail

Mise en ligne 19 08 2010

Mise en ligne 19 08 2010 Mise en ligne 19 08 2010 Contexte Problématique du rapatriement en France de patients, porteurs de BMR Difficultés : patients asymptomatiques Patients atteints d infections urinaires ou cutanées à BMR

Plus en détail

Quand lever un Isolement? ERG, EPC, ABRI

Quand lever un Isolement? ERG, EPC, ABRI Quand lever un Isolement? ERG, EPC, ABRI Dr Karine BLANCKAERT Santé publique médecine -sociale Praticien hospitalier Hygiène hospitalière Coordonnateur de l antenne régionale nord pas de calais de lutte

Plus en détail

PRÉVENIR LA TRANSMISSION CROISÉE DES «BACTÉRIES HAUTEMENT RÉSISTANTES AUX ANTIBIOTIQUES ÉMERGENTES» (BHRE)

PRÉVENIR LA TRANSMISSION CROISÉE DES «BACTÉRIES HAUTEMENT RÉSISTANTES AUX ANTIBIOTIQUES ÉMERGENTES» (BHRE) PROCÉDURE PRÉVENIR LA TRANSMISSION CROISÉE DES «BACTÉRIES HAUTEMENT RÉSISTANTES AUX ANTIBIOTIQUES ÉMERGENTES» (BHRE) PG INF 008 v2 03/2014 1/10 MODIFICATIONS APPORTÉES Ce document remplace et annule les

Plus en détail

Mise en place du contrôle du bon usage des carbapénèmes: expérience d une équipe pluridisciplinaire

Mise en place du contrôle du bon usage des carbapénèmes: expérience d une équipe pluridisciplinaire Mise en place du contrôle du bon usage des carbapénèmes: expérience d une équipe pluridisciplinaire Murielle Galas, Gaëlle Dunoyer, Claude Olive, Rafaëlle Théodose, François Lengellé, Patrick Hochedez,

Plus en détail

ENQUETE NATIONALE DE PREVALENCE

ENQUETE NATIONALE DE PREVALENCE ENQUETE NATIONALE DE PREVALENCE MODULE REGIONAL PORTAGE DIGESTIF EBLSE ET EPC PROTOCOLE www.rhc-arlin.com 1 CONTEXTE La prévalence de la colonisation digestive à EBLSE pour les patients des établissements

Plus en détail

Audit de connaissance en hygiène hospitalière des professionnels médicaux et paramédicaux dans un hôpital SSR

Audit de connaissance en hygiène hospitalière des professionnels médicaux et paramédicaux dans un hôpital SSR XXIIème Congrès National de la Société Française d Hygiène Hospitalière Unité d'hygiène et d'epidémiologie Hospitalière Evaluation médicale Hôpital San Salvadour Audit de connaissance en hygiène hospitalière

Plus en détail

Stratégies de dépistage des bactéries multirésistantes. Qui? Pourquoi? Comment? Après? L exemple des MRSA

Stratégies de dépistage des bactéries multirésistantes. Qui? Pourquoi? Comment? Après? L exemple des MRSA Stratégies de dépistage des bactéries multirésistantes à l hôpital et en MRS: Qui? Pourquoi? Comment? Après? L exemple des MRSA Prof. Dr. Youri Glupczynski Unité d Hygiène hospitalière & Laboratoire de

Plus en détail

patient porteur de BHR en SSR

patient porteur de BHR en SSR Gestion d un d patient porteur de BHR en SSR Centre Mutualiste de RééR ééducation et Réadaptation R Fonctionnelles de Kerpape D. HELGUEN-E. LE CAIGNEC EOHH Journée régionale de formation en hygiène hospitalière

Plus en détail

VRE - Hopital - Prise en charge des patients colonisés/infectés par un entérocoque vancomycine résistant (VRE) et des contacts

VRE - Hopital - Prise en charge des patients colonisés/infectés par un entérocoque vancomycine résistant (VRE) et des contacts FICHE TECHNIQUE VRE - Hopital - Prise en charge des patients colonisés/infectés par un entérocoque vancomycine résistant (VRE) et des contacts 1. OBJET Cette instruction de prise en charge a pour objectif

Plus en détail

Définition. L infection nosocomiale : IN. à l admission,, qui se. d incubation. , sous 1 mois pour les ISO et sous 1 an pour les prothèses.

Définition. L infection nosocomiale : IN. à l admission,, qui se. d incubation. , sous 1 mois pour les ISO et sous 1 an pour les prothèses. Définition L infection nosocomiale : IN Infection acquise à l hôpital, non présente à l admission,, qui se déclare après 48h d hospitalisation ou après s un délai d supérieur à la période p d incubation,

Plus en détail

Prise en charge des patients porteurs de germes résistants.

Prise en charge des patients porteurs de germes résistants. 53 e congrès national d anesthésie et de réanimation Médecins. Conférence d actualisation 2011 Sfar. Tous droits réservés. Prise en charge des patients porteurs de germes résistants. A. LEPAPE PAM Urgence

Plus en détail

Place du dépistage du staphylocoque dans la prévention des infections du site opératoire

Place du dépistage du staphylocoque dans la prévention des infections du site opératoire Place du dépistage du staphylocoque dans la prévention des infections du site opératoire Enseignement Post-Universitaire La Salines-les-Bains - Jeudi 26 avril 2012 Didier LEPELLETIER Unité de Gestion du

Plus en détail

Bactéries Hautement Résistantes BHRe

Bactéries Hautement Résistantes BHRe Bactéries Hautement Résistantes BHRe Des recommandations adaptées à des BMR particulières Entérocoques résistants aux glycopeptides (ERG) Dès 2005 (avis CTINILS puis fiches techniques) Rapport HCSP 2010

Plus en détail

MRSA. Staphylococcus aureus. A. C. Simon MD. Hygiène Hospitalière

MRSA. Staphylococcus aureus. A. C. Simon MD. Hygiène Hospitalière MRSA A. C. Simon MD Hygiène Hospitalière Staphylococcus aureus 1 Les sites d infection possibles Lancet Infect Dis 2005;5:751-62 Taux de portage de Staph aureus par site chez l adulte Dans la population

Plus en détail

Evaluation des coûts de dépistage d Entérocoques Résistants aux Glycopeptides : Résultats préliminaires

Evaluation des coûts de dépistage d Entérocoques Résistants aux Glycopeptides : Résultats préliminaires Evaluation des coûts de dépistage d Entérocoques Résistants aux Glycopeptides : culture versus PCR Résultats préliminaires J. Assoukpa, L. Dupraz, D. Lecointe UFHHLIN, Centre Hospitalier Sud Francilien,

Plus en détail

Evaluation des Précautions Complémentaires de type Contact :

Evaluation des Précautions Complémentaires de type Contact : Evaluation des Précautions Complémentaires de type Contact : Un nouvel outil pour les équipes d hygiène Xe JOURNEE REGIONALE DE PREVENTION DES INFECTIONS ASSOCIEES AUX SOINS Yann Ollivier 1 Contexte /

Plus en détail

Existe t il des effets pervers à l identification du portage de BMR?

Existe t il des effets pervers à l identification du portage de BMR? Existe t il des effets pervers à l identification du portage de BMR? J P Bedos, Réanimation, Hôpital Mignot Journée Antibio Résistance et Infections, 5 décembre 2013 Effets pervers des Conflits d intérêt

Plus en détail

Infections nosocomiales: quelles définitions? L avis du CTINILS

Infections nosocomiales: quelles définitions? L avis du CTINILS XVII ème Congrès national de la Société d Hygiène Hospitalière Nantes 1 er et 2 juin 2006 Infections nosocomiales: quelles définitions? L avis du CTINILS G. Beaucaire, Président du CTINILS Service de gestion

Plus en détail

Mise en œuvre d une politique des anti-infectieux au CHU de Nice. Dr Florence Lieutier, Dr Véronique Mondain

Mise en œuvre d une politique des anti-infectieux au CHU de Nice. Dr Florence Lieutier, Dr Véronique Mondain Mise en œuvre d une politique des anti-infectieux au CHU de Nice Dr Florence Lieutier, Dr Véronique Mondain Constats et contexte Thèse 2004 : 25 à 30% d antibiothérapies inutiles; 25 % d inappropriées

Plus en détail

Assises professionnelles de l infectiologie

Assises professionnelles de l infectiologie Valoriser l infectiologie transversale par l amélioration de la qualité Arnaud Pouillart Hôpitaux pédiatriques de Nice CHU-Lenval 1 Champ de l étude Activités transversales : Expertise, activité intellectuelle

Plus en détail

UNIVERSITE PARIS V Faculté Cochin Port Royal. Les bactéries multi-résistantes BMR en HEPAD, mythe ou réalité. Dr LE PAIH LEROY Marie-Françoise

UNIVERSITE PARIS V Faculté Cochin Port Royal. Les bactéries multi-résistantes BMR en HEPAD, mythe ou réalité. Dr LE PAIH LEROY Marie-Françoise UNIVERSITE PARIS V Faculté Cochin Port Royal Les bactéries multi-résistantes BMR en HEPAD, mythe ou réalité Dr LE PAIH LEROY Marie-Françoise DIU de médecin coordonnateur HEPAD Année 2007-2008 1 1 - INTRODUCTION

Plus en détail

BMR/ BHR en EHPAD Prise en charge des résidents

BMR/ BHR en EHPAD Prise en charge des résidents BMR/ BHR en EHPAD Prise en charge des résidents L. Grolier-Bois - Médecin hygiéniste Centre Hospitalier de Bretagne-Sud (56) Centre Hospitalier de Quimperlé (29) ARLIN BRETAGNE Journée Régionale de Formation

Plus en détail

Lien entre incidence des bactéries multi-résistantes et précautions d hygiène

Lien entre incidence des bactéries multi-résistantes et précautions d hygiène Lien entre incidence des bactéries multi-résistantes et précautions d hygiène B. Branger, H. Sénéchal, N. Garreau, S. Bataillon, MA. Ertzscheid, F. Coulomb, R. Baron, F. Borgey, N. Van der Mee-Marquet,

Plus en détail

Prévention de la transmission croisée des Bactéries Hautement Résistantes aux antibiotiques émergentes (BHRe)

Prévention de la transmission croisée des Bactéries Hautement Résistantes aux antibiotiques émergentes (BHRe) Prévention de la transmission croisée des Bactéries Hautement Résistantes aux antibiotiques émergentes (BHRe) Collection Documents Prévention de la transmission croisée des Bactéries Hautement Résistantes

Plus en détail

PRISE EN CHARGE D'UN PATIENT ATTEINT OU SUSPECT DE CLOSTRIDIUM DIFFICILE

PRISE EN CHARGE D'UN PATIENT ATTEINT OU SUSPECT DE CLOSTRIDIUM DIFFICILE PRISE EN CHARGE D'UN PATIENT ATTEINT OU SUSPECT DE CLOSTRIDIUM DIFFICILE PG SPI SUR 014 v1 2011 1/5 OBJET Conduite à tenir dans le cadre de l'arrivée d'un patient atteint ou suspect de portage de Clostridium

Plus en détail

Lecture critique. Maîtrise de la diffusion de la résistance aux antibiotiques l hôpital : le rôle de l hygiène hospitalière D. Lepelletier, N.

Lecture critique. Maîtrise de la diffusion de la résistance aux antibiotiques l hôpital : le rôle de l hygiène hospitalière D. Lepelletier, N. Maîtrise de la diffusion de la résistance aux antibiotiques l hôpital : le rôle de l hygiène hospitalière D. Lepelletier, N. Marty Lecture critique Monica Attinger - Unité HPCI Forum HH 10 mars 2015 Article

Plus en détail

PRÉCAUTIONS COMPLÉMENTAIRES :

PRÉCAUTIONS COMPLÉMENTAIRES : 1 PRÉCAUTIONS COMPLÉMENTAIRES : AUDIT DU GREPHH: PRÉSENTATION DES RÉSULTATS DU RÉSEAU D HYGIÈNE CHOLETAIS-SAUMUROIS Murielle Chapu & Agnès Petiteau, IDE Hygiènistes Audit National 2 Audit proposé sur 3

Plus en détail

Jean-Christophe Richard Véronique Merle CHU de Rouen

Jean-Christophe Richard Véronique Merle CHU de Rouen Gestion d un cas de portage d entérocoque résistant aux glycopeptides (ERG- ERV) Jean-Christophe Richard Véronique Merle CHU de Rouen IXème Journée régionale de Prévention des infections associées aux

Plus en détail

La découverte et l utilisation

La découverte et l utilisation GRAND ANGLE TC 151 Antibiorésistance et conséquences en santé au travail pour les soignants en résumé AUTEURS : R. Vincent, C. Le Bâcle, département Études et assistance médicales, INRS Le développement

Plus en détail

et mupirocine/chlorhexidine

et mupirocine/chlorhexidine Etude de l évolution des résistances bactériennes sous décontamination digestive sélectiveet et mupirocine/chlorhexidine chlorhexidinesur une période de quatre ans en réanimation médicale Mémoire de DESC

Plus en détail

EHPAD» 12 9.1 12 9.2 12 9.3 12 9.4 12 9.5 12 9.6 SFHH

EHPAD» 12 9.1 12 9.2 12 9.3 12 9.4 12 9.5 12 9.6 SFHH CLIN Paris -Nord Antenne Régionale de Lutte contre les Infections Nosocomiales Nord Pas de Calais Docteur Karine BLANCKAERT, Coordonnateur Antenne Régionale Nord-Pas-de-Calais du CCLIN Paris Nord SOMMAIRE

Plus en détail

bénéfices et maléfices des mesures d isolement

bénéfices et maléfices des mesures d isolement bénéfices et maléfices des mesures d isolement MC. Eisenring Centre de Maladies Infectieuses et Épidémiologie (CMIE) Institut Central des Hôpitaux Valaisans (ICHV), Sion Journée de formation, Assemblée

Plus en détail

Les infections nosocomiales occupent une place prépondérante et constituent par leur fréquence, leur gravité sur le plan clinique (morbidité et

Les infections nosocomiales occupent une place prépondérante et constituent par leur fréquence, leur gravité sur le plan clinique (morbidité et Introduction Les infections nosocomiales occupent une place prépondérante et constituent par leur fréquence, leur gravité sur le plan clinique (morbidité et mortalité), et leurs conséquences économiques,

Plus en détail

Perspective d éradication du portage de S. aureus : pour qui, pourquoi, comment? «Prévention chez l opéré» Didier LEPELLETIER

Perspective d éradication du portage de S. aureus : pour qui, pourquoi, comment? «Prévention chez l opéré» Didier LEPELLETIER Perspective d éradication du portage de S. aureus : pour qui, pourquoi, comment? «Prévention chez l opéré» Didier LEPELLETIER Déclarations publiques d intérêts De quelle bactérie parle-t-on? Variation

Plus en détail

Annexe 4 Pondération des indicateurs et score agrégé du tableau de bord des infections nosocomiales pour les activités 2012

Annexe 4 Pondération des indicateurs et score agrégé du tableau de bord des infections nosocomiales pour les activités 2012 Annexe Pondération des indicateurs et score agrégé du tableau de bord des infections nosocomiales pour les activités 2012 Le document explicite la pondération de chaque item servant au calcul des indicateurs

Plus en détail

INFECTIONS NOSOCOMIALES ET HYGIENE HOSPITALIERE

INFECTIONS NOSOCOMIALES ET HYGIENE HOSPITALIERE Diplô me inter- universitaire INFECTIONS NOSOCOMIALES ET HYGIENE HOSPITALIERE Coordination : G. BRUCKER - Paris VI B. REGNIER - Paris VII J.C. DARBORD - Paris V Objectifs et public concerné Former les

Plus en détail

Audit Précautions complémentaires

Audit Précautions complémentaires Audit Précautions complémentaires mentaires Présentation Année 2013 Programme national 2009-2013 2013 Contexte Maîtrise de la diffusion des BMR Émergence des phénom nomènes nes infectieux Prévention de

Plus en détail

Place des PHA en EHPAD

Place des PHA en EHPAD Place des PHA en EHPAD Prévention du risque infectieux en EHPAD 2 ème Journée inter-régionale de formation et d information Rennes 15 juin 2010 Prévention du risque infectieux en EHPAD Mesures concernant

Plus en détail

10 ème RENCONTRE ANNUELLE DE L OCÉAN INDIEN

10 ème RENCONTRE ANNUELLE DE L OCÉAN INDIEN Prévention de la transmission croisée par voie respiratoire Air ou Gouttelettes 10 ème RENCONTRE ANNUELLE DE L OCÉAN INDIEN Catherine PAYET Antenne Régionale D après un diaporama d Anne BERGER-CARBONNE

Plus en détail

Bactéries multirésistantes et voyages

Bactéries multirésistantes et voyages CEMI - Institut Pasteur- 4 avril 2014 Bactéries multirésistantes et voyages Pr Audrey Mérens Laboratoire de Biologie et Equipe d Hygiène Hospitalière Pr Christophe Rapp Service de maladies infectieuses

Plus en détail

Gestion d une épidémie de KPC : retour d expérience : investigation et gestion de crise

Gestion d une épidémie de KPC : retour d expérience : investigation et gestion de crise Gestion d une épidémie de KPC : retour d expérience : investigation et gestion de crise Dr G. ANTONIOTTI Direction des Risques Coordonnateur Risques Infectieux Générale de Santé, Paris Atelier A5 Société

Plus en détail

Antibiothérapie en EHPAD

Antibiothérapie en EHPAD OMEDIT IF Plan Antibiothérapie en EHPAD Problématique du bon usage des antibiotiques Présentation du groupe de travail régional Sylvain Diamantis Infectiologue, Melun 9/02/2012 Propositions de recommandations

Plus en détail

Audit Précautions Complémentaires 2014

Audit Précautions Complémentaires 2014 Audit Précautions Complémentaires 2014 Présentation S Desmons ARLIN PACA Avril 2014 1 PLAN : Contexte Objectifs Méthodologie de l audit Données recueillies Organisation de l audit Saisie informatique S

Plus en détail

Infections nosocomiales

Infections nosocomiales Infections nosocomiales NOUVELLES RECOMMANDATIONS 2001-2002 NORD-AMÉRICAINES CONCERNANT LA PRÉVENTION DES INFECTIONS SUR CATHÉTER Aux États-Unis, environ 145 millions de cathéters périphériques et 5 millions

Plus en détail

BLSE facteurs de risque d acquisition dans la communauté

BLSE facteurs de risque d acquisition dans la communauté BLSE facteurs de risque d acquisition dans la communauté Philippe Berthelot, Unité d hygiène inter hospitalière, Service des Maladies Infectieuses, CHU de Saint-Etienne EBLSE Phénomène émergent Pitout

Plus en détail

Patient BMR + : risques de contamination et prévention en préhospitalier et aux urgences

Patient BMR + : risques de contamination et prévention en préhospitalier et aux urgences 52 e congrès national d anesthésie et de réanimation. Infirmiers. Infirmier(e)s d urgence 2010 Sfar. Tous droits réservés. Patient BMR + : risques de contamination et prévention en préhospitalier et aux

Plus en détail

Staphylocoques dorés résistant à la méticilline «SARM» Eric Firre Médecine interne/ hygiène hospitalière CHR Citadelle Liège

Staphylocoques dorés résistant à la méticilline «SARM» Eric Firre Médecine interne/ hygiène hospitalière CHR Citadelle Liège Staphylocoques dorés résistant à la méticilline «SARM» Eric Firre Médecine interne/ hygiène hospitalière CHR Citadelle Liège Slide Bart Gordts Slide : Anne SIMON Slide : Marc STRUELENS Slide : Marc STRUELENS

Plus en détail

Etude Recherche Action sur le portage de MRSA dans les EMS Bilan intermédiaire. Laetitia Qalla-Widmer Unité HPCI/CHUV-ARCOS septembre 2011

Etude Recherche Action sur le portage de MRSA dans les EMS Bilan intermédiaire. Laetitia Qalla-Widmer Unité HPCI/CHUV-ARCOS septembre 2011 Etude Recherche Action sur le portage de MRSA dans les EMS Bilan intermédiaire Laetitia Qalla-Widmer Unité HPCI/CHUV-ARCOS septembre 2011 1 Etat des lieux Prévalence MRSA en 2007-2008 = 12% Formation en

Plus en détail

Infections sur matériel d assistance circulatoire

Infections sur matériel d assistance circulatoire Symposium Novartis Pharma «De battre mon cœur s est infecté!» 14 JNI - 12 juin 2013 Clermont Ferrand Infections sur matériel d assistance circulatoire Dr Philippe GAUDARD DAR Arnaud de Villeneuve Pôle

Plus en détail

Collection Avis et Rapports

Collection Avis et Rapports Maîtrise de la diffusion des bactéries multirésistantes aux antibiotiques importées en France par des patients rapatriés ou ayant des antécédents d hospitalisation à l étranger Collection Avis et Rapports

Plus en détail

recommandations Prévention de la transmission croisée : précautions complémentaires contact Recommandations nationales

recommandations Prévention de la transmission croisée : précautions complémentaires contact Recommandations nationales recommandations Recommandations nationales Prévention de la transmission croisée : précautions complémentaires contact Consensus formalisé d experts Avril 2009 2009 - Volume XVII - n 2 - ISSN 1249-0075

Plus en détail

Recommandations relatives aux mesures à mettre en œuvre pour prévenir l émergence des entérobactéries BLSE et lutter contre leur dissémination

Recommandations relatives aux mesures à mettre en œuvre pour prévenir l émergence des entérobactéries BLSE et lutter contre leur dissémination Commission spécialisée Sécurité des patients : infections nosocomiales et autres évènements indésirables liés aux soins et aux pratiques RAPPORT Recommandations relatives aux mesures à mettre en œuvre

Plus en détail

Staphylocoques dorés communautaires résistant à la méticilline (CA-MRSA)

Staphylocoques dorés communautaires résistant à la méticilline (CA-MRSA) Staphylocoques dorés communautaires résistant à la méticilline (CA-MRSA) Recommandations destinées aux médecins du Canton de Genève Mise à jour, septembre 2010 Elaborées par le groupe de travail cantonal

Plus en détail

Quel risque infectieux lié aux soins en EHPAD et dans la communauté?

Quel risque infectieux lié aux soins en EHPAD et dans la communauté? Quel risque infectieux lié aux soins en EHPAD et dans la communauté? Formation Prévention des infections associées aux soins Dr Emilie Poirier ARLIN Lorraine Le «Risque Patient» Susceptibilité à l infection

Plus en détail

DIAGNOSTIC ET TRAITEMENT D UNE INFECTION URINAIRE NOSOCOMIALE CHEZ LE PATIENT SONDE

DIAGNOSTIC ET TRAITEMENT D UNE INFECTION URINAIRE NOSOCOMIALE CHEZ LE PATIENT SONDE DIAGNOSTIC ET TRAITEMENT D UNE INFECTION URINAIRE NOSOCOMIALE CHEZ LE PATIENT SONDE LILLAZ J. GENERALITES 1ère à 3eme cause d infection nosocomiale en réa. Richards MJ.Crit Care Med 1999.Spencer RC.Eur

Plus en détail

Nouvelles définitions des infections nosocomiales ce qui a changé. Christine ROBERT Montpellier Joseph HAJJAR - Valence

Nouvelles définitions des infections nosocomiales ce qui a changé. Christine ROBERT Montpellier Joseph HAJJAR - Valence Nouvelles définitions des infections nosocomiales ce qui a changé Christine ROBERT Montpellier Joseph HAJJAR - Valence Il y a 35 ans Circulaire du 18 octobre 1973 CLI Pas de définition de l infection nosocomiale

Plus en détail

BILLON, C. BURNAT, S.DELLION C. FORTAT, M. PALOMINO O. PATEY

BILLON, C. BURNAT, S.DELLION C. FORTAT, M. PALOMINO O. PATEY Gestion d une épidémie de Klebsiella pneumoniae (Kpn) productrice de carbapénèmase OXA 48 dans un service de Maladies nfectieuses et Tropicales francilien. C. BLLON, C. BURNAT, S.DELLON C. FORTAT, M. PALOMNO

Plus en détail

4ème enquête sur la prescription des Antibiotiques SPA 2012 ou SPA-4

4ème enquête sur la prescription des Antibiotiques SPA 2012 ou SPA-4 4ème enquête sur la prescription des Antibiotiques SPA 2012 ou SPA-4 A l'occasion de la Journée Européenne sur les Antibiotiques (European Awareness Day) du 18 novembre 2012, et pour la quatrième année

Plus en détail

Programme National de Prévention des infections associées aux soins en ES, 2009-2012

Programme National de Prévention des infections associées aux soins en ES, 2009-2012 Programme National de Prévention des infections associées aux soins en ES, 2009-2012 Pr Coordonnateur Groupe de Pilotage du Programme National de Lutte contre les Infections Nosocomiales Séminaire National

Plus en détail

Précautions standard et complémentaires : quelles mesures pour quels patients?

Précautions standard et complémentaires : quelles mesures pour quels patients? 5 ème journée des référents en antibiothérapie Précautions standard et complémentaires : quelles mesures pour quels patients? Philippe Berthelot, Unité d hygiène inter hospitalière, Service des Maladies

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE DE LA MAITRISE DES BACTERIES MULTIRESISTANTES AUX ANTIBIOTIQUES

GUIDE PRATIQUE DE LA MAITRISE DES BACTERIES MULTIRESISTANTES AUX ANTIBIOTIQUES Inter CLIN des Hauts Cantons GUIDE PRATIQUE DE LA MAITRISE DES BACTERIES MULTIRESISTANTES AUX ANTIBIOTIQUES Inter Clin des Hauts Cantons de l'hérault 2009 Le respect des Précautions "standard" est la base

Plus en détail

Définition de l Infectiologie

Définition de l Infectiologie Définition de l Infectiologie Discipline médicale clinique Spécialisée. Prise en charge des Maladies Infectieuses et Tropicales. Actuelles, émergentes ou ré-émergentes. Référents dans le cadre d un maillage

Plus en détail

La grippe, comment l éviter?

La grippe, comment l éviter? La grippe, comment l éviter? Marine LARRIERE, étudiante en soins infirmiers IFSI Laxou Promotion 2014/2017 Février 2015 Sommaire Qu est-ce que la grippe? Epidémie saisonnière de 2015 Les virus de la grippe

Plus en détail

Méningites infectieuses

Méningites infectieuses Méningites infectieuses Etiologies et conduites à tenir Stéphane Erouart MISP Cécile Lecocq IDESP Sommaire Agents causaux Précautions standard Infections invasives à méningocoque Définition Validation

Plus en détail

RAPPORT NATIONAL SUR LE TABLEAU DE BORD DES INFECTIONS NOSOCOMIALES

RAPPORT NATIONAL SUR LE TABLEAU DE BORD DES INFECTIONS NOSOCOMIALES Tableau de bord des infections nosocomiales 2006 DIRECTION DE L HOSPITALISATION ET DE L ORGANISATION DES SOINS Sous-direction de la qualité et du fonctionnement des établissements de santé Bureau qualité

Plus en détail

Précautions standard d hygiène au cœur de la prévention du risque infectieux

Précautions standard d hygiène au cœur de la prévention du risque infectieux Précautions standard d hygiène au cœur de la prévention du risque infectieux Ivana Novakova, Arlin IDF ivana.novakova@sap.aphp.fr arlin.idf@sap.aphp.fr La vie en EHPAD: modèle de tous les paradoxes et

Plus en détail

THÈSE POUR LE DIPLÔME D ÉTAT DE DOCTEUR EN MÉDECINE

THÈSE POUR LE DIPLÔME D ÉTAT DE DOCTEUR EN MÉDECINE UNIVERSITÉ PARIS DIDEROT - PARIS 7 FACULTÉ DE MÉDECINE Année 2013 n THÈSE POUR LE DIPLÔME D ÉTAT DE DOCTEUR EN MÉDECINE PAR BOYER CHAMMARD Timothée Antoine Philippe Né le 4 avril 1983 à Paris 15 ème Présentée

Plus en détail

Les infections nosocomiales. en milieu gériatrique

Les infections nosocomiales. en milieu gériatrique Capacités de Gérontologie Franciliennes, Pathologies (I) Les infections nosocomiales «associées aux soins» en milieu gériatrique Dr. Patrick BOCQUET Hôpital Corentin Celton (AP-HP) LES INFECTIONS EN GERIATRIE

Plus en détail

BETA LACTAMASE À SPECTRE ETENDU

BETA LACTAMASE À SPECTRE ETENDU JENCK Sophie Lyon BETA LACTAMASE À SPECTRE ETENDU DEFINITION Hydrolyse du pont amide du cycle Blactame Résistance le plus souvent d origine plasmidique à : - toutes les pénicillines - céphalosporines de

Plus en détail

STOP à la Transmission des microorganismes!

STOP à la Transmission des microorganismes! STOP à la Transmission des microorganismes! M.E Gengler Vendredi 25 Avril 2014 Vous avez ditstandard? Voici les «Précautions Standard» ou PS Les Précautions Standard : la Loi Respectez les «précautions

Plus en détail

Comment devenir référent? Comment le rester?

Comment devenir référent? Comment le rester? Comment devenir référent? Comment le rester? Patrick CHOUTET Service des Maladies infectieuses CHU Bretonneau Tours RICAI décembre 2005 Quels enjeux? autres que le pouvoir Total Outpatient antibiotic use

Plus en détail

Entérocoque résistant à la Vancomycine Entérocoque résistant au Glycopeptides

Entérocoque résistant à la Vancomycine Entérocoque résistant au Glycopeptides VRE-GRE Entérocoque résistant à la Vancomycine Entérocoque résistant au Glycopeptides Dr.Véronique Erard, HFR Février 2012 Entérocoques Cocci gram positifs Chez l homme: présence Tractus gastro-intestinal

Plus en détail

Rôle du cohorting dans le contrôle de l épidémie d ERV au CH de Lens

Rôle du cohorting dans le contrôle de l épidémie d ERV au CH de Lens Rôle du cohorting dans le contrôle de l épidémie d ERV au CH de Lens Dr Dominique TRIVIER Service d Hygiène Hospitalière SHH Dr Trivier 1 L ERV au CHL: phase d émergence Le 9 mai 2008 un patient de pneumologie

Plus en détail