Herpesviridae : CMV. DEBRUYNE Monique Laboratoire Pasteur Cerba. Prolonger votre offre de soins, jour après jour

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Herpesviridae : CMV. DEBRUYNE Monique Laboratoire Pasteur Cerba. Prolonger votre offre de soins, jour après jour"

Transcription

1 Herpesviridae : CMV DEBRUYNE Monique Laboratoire Pasteur Cerba Prolonger votre offre de soins, jour après jour

2 HERPESVIRIDAE Alphaherpesvirinae : HSV1et HSV2 VZV Betaherpesvirinae : CMV HHV6 Gammaherpesvirinae : EBV HHV8

3 HERPESVIRIDAE Prolonger votre offre de soins, jour après jour

4 HERPESVIRIDAE Infection latente à vie après une primo-infection Forme de survie pour le virus Échappe au système immunitaire Insensible aux antiviraux inhibiteurs de la réplication

5 Cytomégalovirus Virus strictement humain Ubiquitaire : infecte 70% des habitants de la planète : - 50% pays industrialisés - 90 à 100% pays en voie de développement - en France la prévalence varie de 43,5 à 51,5% Opportuniste majeur en cas de déficit immunitaire

6 Cytomégalovirus Mode de transmission du virus : respiratoire sexuelle sanguine transplantation d organe greffe de moelle materno-foetale

7 Cytomégalovirus : primo-infection Incubation de 2 à 4 semaines Virémie intra-leucocytaire : cellule endothéliale => réplication polynucléaire => transport le virus monocyte => transport et réplication Dissémination aux cibles majeures cellules endothéliales cellules épithéliales cellules fibroblastiques

8 Cytomégalovirus : latence Sites multiples: cellules de l endothélium vasculaire cellules souches de la moelle osseuse monocytes du sang circulant Réactivations : excrétion de virus pharynx urines sperme sécrétions cervicales lait maternel larmes

9 Cytomégalovirus Infection chez l immunocompétent : asymptomatique dans 90% des cas Fièvre prolongée, diarrhée, asthénie, arthralgies, érythème Au plan biologique : - signes d hépatite - syndrome mononucléosique

10 Cytomégalovirus Infection chez les immunodéprimés par le VIH les lymphocytes CD4+ sont inférieur à 100/mm 3 - choriorétinite, - colite, - encéphalite - pneumopathie, L incidence réduite de 80% sous ARV

11 Cytomégalovirus Infection chez les receveurs d organe entre le premier et le quatrième mois après la greffe. fonction de la sérologie du couple D/R avant la greffe : - primo-infection du R- par le greffon + - ré-infection R+ par le greffon + - réactivation fonction de l organe greffé -cardiaque et cardio-pulmonaire >hépatique> rénale Co-facteur de morbidité favorisant les infections et les rejets aigus

12 Cytomégalovirus Infection après allogreffe de moelle plus fréquente si le receveur est séropositif 45 à 60 jours après la greffe sans tt préventif Marqueurs d infection disséminée (virémie, Ag pp65, ADN) Pneumopathie interstitielle Réaction greffon contre l hôte : hépatite, thrombopénie, leucopénie

13 Cytomégalovirus Infection chez la femme enceinte : Première cause d infections congénitales Taux de transmission verticale - 30 à 50% en primo-infection - 1 à 4% en infection secondaire En France, l incidence : - primo-infection : 0,3 à 1,4% - infections secondaires : 4%

14 Cytomégalovirus Infections congénitales Formes symptomatiques - atteintes hépatiques et spléniques - microcéphalie - anomalies neurologiques - hypotrophie - prématurité - ictères Formes asymptomatiques - déficit auditif

15 Cytomégalovirus Prolonger votre offre de soins, jour après jour

16 Cytomégalovirus Diagnostic direct Recherche le virus au niveau des prélèvements respiratoires Rapide et spécifique Manque de sensibilité

17 Cytomégalovirus Isolement cellulaire Inoculation de cellules fibroblastiques embryonnaires humaines MRC5 Observation d un ECP demande 9 à 13 jours Centrifugation et l utilisation d Ac monoclonaux dirigés contre les Ag précoces => 36h. Facteur limitant : fragilité du virus

18 Cytomégalovirus Antigénémie leucocytaire pp65 Recherche dans les leucocytes circulants de l antigène viral tégumentaire par immunofluorescence Exprimée en nombre de cellules positives pour cellules examinées Réalisation rapide Sensibilité est supérieure à l isolement

19 Cytomégalovirus Amplification génique Qualitative ou quantitative ADN viral ou ARNm Sang total, plasma, sérum, leucocytes, LCR, HA et LAMN Sensibilité est supérieure à l antigénémie

20 Cytomégalovirus Etude de Revello et al. 52 patients immunocompétents 1 mois 2 mois 3 mois 4/6 mois >6 mois Virémie 26,3 % Ag pp65 57,1 % 25 % 0 % ADN 100 % 89,5 % 27,3 % 26,6 % 0 %

21 Cytomégalovirus Diagnostic sérologique : Recherche des IgM EIA indirect, après élimination des IgG ou par immunocapture Présentes au cours des primo-infections Persistent 4 à 6 mois Peuvent se positiver dans les réactivations Positives dans les stimulations polyclonales

22 Cytomégalovirus Diagnostic sérologique : Recherche des IgG EIA indirect, RFC, agglutination Présentes quelques jours après les IgM Persistent toute la vie Peuvent augmenter dans les récurrences.

23 Cytomégalovirus Diagnostic sérologique : mesure de l avidité des IgG L affinité des IgG peut aider à dater - un index faible signe une infection récente (<3 mois) - un index élevé élimine une infection récente (>3 mois) - résultat est indéterminé entre les deux

24 Cytomégalovirus Indications de la sérologie : Confirmer ou infirmer une primo-infection Connaître le statut immunitaire des patients avant greffe, transfusion et banque de tissus Dépistage systématique chez la femme enceinte?

25 Cytomégalovirus Diagnostic anténatal Détection du génome viral dans le LAMN par : - culture et - PCR avec une sensibilité de 98%. Au moins 6 semaines après l infection À partir de la 22 ème SA Virémie maternelle est négative

26 Cytomégalovirus Diagnostic postnatal Recherche du virus dans les urines ou la salive - avant le quinzième jour de vie - par isolement viral ou détection de génome Recherche quantitative du génome viral dans le sang périphérique - charge élevée prédictive? - 10% des enfants infectés ne sont pas virémiques

27 Cytomégalovirus Patients immunodéprimés : Ag pp65 et/ou CV VIH : nécessaire quand les CD4 sont < 100 par mm 3 Receveurs d allogreffe : - surveillance hebdomadaire de la charge virale - dès la greffe =>trois mois Les traitements sont instaurés selon l organe - rein : 4 log de copies /ml (50 cellules pp65 positives) - cellules souches : 1 ère antigénémie ou 1000 copies

28 Cytomégalovirus Efficacité du traitement : antigénémie disparaît en 10 à 15 jours ADNémie se négative en 15 à 21 jours Manque de standardisation => le suivi doit être fait par la même laboratoire sur la même matrice Une diminution de 0,5 à 1 log par semaine est significative

29 Cytomégalovirus Patiente enceinte de 4 mois 24/02/09 11/03/09 IgG anti CMV ,1 2,3 IgM anti-cmv ,2 1,2 Conclusion?

30 Cytomégalovirus Patiente enceinte de 4 mois 24/02/09 11/03/09 Avidité IgG anti CMV 0,56 0,58 Conclusion?

31 Cytomégalovirus Patiente enceinte de 4 mois 22/05/08 24/11/08 IgG anti CMV n +++ <0,4 2,3 IgM anti-cmv +++ n 5,2 <0,9 Conclusion?

32 Herpesviridae : EBV DEBRUYNE Monique Laboratoire Pasteur Cerba Prolonger votre offre de soins, jour après jour

33 Epstein-Barr virus Virus ubiquitaire Séroprévalence de 95% à l âge de 30ans Deux souches virales : type A et B (1 et 2) - Type 1 prédominant en Europe et en Amérique - Type 2 fréquent en Afrique

34 Epstein-Barr virus Transmission : directe par voie salivaire et de manière précoce greffes d organes ou de cellules souches transfusion de sang transmission maternelle décrite mais exceptionnelle

35 Epstein-Barr virus tropisme strict pour les lymphocytes et cellules épithéliales cycle lytique avec production de virions : Ag Zebra, EA, VCA et GP. capacité d induire la prolifération continue des lymphocytes B infectés : Ag EBNA et LMP, ARN EBER

36 Epstein-Barr virus Mononucléose infectieuse Asymptomatique chez l enfant en bas âge MNI des adolescents et des adultes : fièvre, angine, adénopathie, asthénie, hépatosplénomégalie Formes sévères sont associées au déficit immunitaire (syndrome de Purtilo)

37 Epstein-Barr virus Infection latente Le virus persiste dans l organisme : - dans les lymphocytes B, même après division cellulaire, sans production de particules virale. - dans des organes lymphoïdes secondaires où peut se produire une excrétion virale sans traduction clinique

38 Epstein-Barr virus Pathologies malignes associées : Lymphoprolifératif : lymphome de Burkitt, lymphome B de l enfant en Afrique équatoriale certaines maladies d Hodgkin les lymphomes B des immunodéprimés après transplantation ou au cours du SIDA

39 Epstein-Barr virus Epithélial : leucoplasie orale chevelue des immunodéprimés : lésions proliférantes du bord de la langue Lympho-épithélial : carcinome du naso-pharynx, endémique en Asie du Sud-Est et en Afrique du Nord, rare en Europe

40 Epstein-Barr virus Diagnostic biologique Culture possible sur des lymphocytes B vierges, lente et impraticable en routine L amplification génique : qualitative ou quantitative salive, sang, LCR, biopsie

41 Epstein-Barr virus Diagnostic sérologique Technique référence : IFI ou IF anti-complémentaire Techniques EIA avec des AG natifs, protéines recombinantes ou peptides Agglutination de particules de latex sensibilisées Immunoblots

42 Epstein-Barr virus Etudie la cinétique de différents anticorps : IgM anti-vca (15 jours, 2-3 mois) IgG anti-vca Anti-EA (IgG ou IgA) précoces mais inconstants Anti-EBNA tardifs (3 à 6 mois) Anticorps hétérophiles (IgM dirigés contre GR de bœuf ou de cheval)

43 Epstein-Barr virus VCA IgM VCA IgG EA IgG EBNA IgG Séronégatif n n n n MNI débutante + n +/- n MNI + + +/- n Infection ancienne n + n + Réactivation + + +/- + Déséquilibré n + n n Si EBNA + isolé chez des enfants, en EIA, proposer une recherche VCA IgG en IFI

44 Epstein-Barr virus VCA IgA VCA IgG EA IgG EA IgA Carcinome du nasopharynx Lymphome de Burkitt n n

45 Epstein Barr virus Indications de la sérologie : diagnostic de la primo-infection chez un immunocompétent connaissance du statut immunitaire complément pour le Lymphome Burkitt et le Carcinome du naso-pharynx Indications de la mesure de la charge virale : primo-infection du sujet immunodéprimé cancers : Lymphome Burkitt et le Carcinome du nasopharynx syndromes lymphoprolifératifs : suivi régulier de la CV

46 Epstein-Barr virus Patient 1 VCA IgM ++ VCA IgG n EBNA IgG n Primo-infection? Peut-être Stimulation polyclonale des IgM? Peut-être Conduite à tenir? Demander un 2nd prélèvement

47 Epstein-Barr virus Patient 2 VCA IgM n VCA IgG ++ EBNA IgG n Infection ancienne? Maladie à +/- long terme ou âge ou greffe Infection récente? Non Conduite à tenir? Demander un nouveau prélèvement à 3 mois

48 Epstein-Barr virus Patient 3 VCA IgM n VCA IgG n EBNA IgG ++ Infection ancienne? Faux positif en EBNA? Conduite à tenir? IF Problème technique versus IF

49 Epstein-Barr virus Patient 4 VCA IgM ++ VCA IgG ++ EBNA IgG ++ Primo-infection? NON Faux positif en IgM? Peut être activation poly IgM Réactivation? Possible Conduite à tenir? Creuser dossier au niveau clinique et biologique

50 Epstein-Barr virus Etude 2006 portant sur dossiers : 19% absence d anticorps 66% infection ancienne 5% primo-infection 2,5% IgM isolées 1,5% déséquilibré 6% réactivation ou stimulation polyclonale

51 Epstein-Barr virus Patient avec une éruption cutanée et des arthralgies après un voyage à Madagascar. VCA IgM : ++, VCA IgG : ++, EBNA IgG : ++ CMV IgM : ++, CMV IgG :n Conclusion : soit CMV débutante soit autre infection entraînant une activation polyclonale des IgM (chicungunya ou parvovirus)

HEPATITES VIRALES 22/09/09. Infectieux. Mme Daumas

HEPATITES VIRALES 22/09/09. Infectieux. Mme Daumas HEPATITES VIRALES 22/09/09 Mme Daumas Infectieux Introduction I. Hépatite aigu II. Hépatite chronique III. Les différents types d hépatites A. Hépatite A 1. Prévention de la transmission 2. Vaccination

Plus en détail

Infection à CMV et allogreffe de cellules souches hématopoïétiques : Expérience du Centre National de Greffe de Moelle Osseuse, Tunis.

Infection à CMV et allogreffe de cellules souches hématopoïétiques : Expérience du Centre National de Greffe de Moelle Osseuse, Tunis. Infection à CMV et allogreffe de cellules souches hématopoïétiques : Expérience du Centre National de Greffe de Moelle Osseuse, Tunis. Tarek Ben Othman Congrès de la STPI, 24 avril 2009 Plan Introduction

Plus en détail

CONDUITE A TENIR DEVANT UNE GAMMAPATHIE MONOCLONALE (GM)

CONDUITE A TENIR DEVANT UNE GAMMAPATHIE MONOCLONALE (GM) CONDUITE A TENIR DEVANT UNE GAMMAPATHIE MONOCLONALE (GM) Professeur Emmanuel Andrès, Service de Médecine Interne, Diabète et Maladies Métaboliques, Clinique Médicale B, Hôpitaux Universitaires de Strasbourg

Plus en détail

AUGMENTATION DE LA VITESSE DE SEDIMENTATION

AUGMENTATION DE LA VITESSE DE SEDIMENTATION AUGMENTATION DE LA VITESSE DE SEDIMENTATION UNE CONDUITE DIAGNOSTIQUE SIMPLE fibrinogène ou CRP protéinogramme 2 causes à retenir syndrome inflammatoire dysglobulinémie monoclonale Conduite à tenir devant

Plus en détail

Dépister oui! Qui? Pourquoi? V Baclet SUMIV/CIDDIST CH Tourcoing 22 octobre 2013 Journée régionale, prévention VIH, hépatites IST (COREVIH)

Dépister oui! Qui? Pourquoi? V Baclet SUMIV/CIDDIST CH Tourcoing 22 octobre 2013 Journée régionale, prévention VIH, hépatites IST (COREVIH) Dépister oui! Qui? Pourquoi? V Baclet SUMIV/CIDDIST CH Tourcoing 22 octobre 2013 Journée régionale, prévention VIH, hépatites IST (COREVIH) * Qu est ce qu une IST? Infection Sexuellement Transmissible

Plus en détail

La maladie de Lyme chronique existe-t-elle? D. Christmann

La maladie de Lyme chronique existe-t-elle? D. Christmann La maladie de Lyme chronique existe-t-elle? D. Christmann Borréliose de Lyme Borrelia burgdorferi stricto sensu, B. afzelii, B. garinii, B. spielmanii, B. valaisiana Eléments de physiopathologie inoculation

Plus en détail

Vaccins et grossesse Vaccins et immunité. Dr Odile Launay. Centre d Investigation Clinique de vaccinologie Cochin-Pasteur, Hôpital Cochin

Vaccins et grossesse Vaccins et immunité. Dr Odile Launay. Centre d Investigation Clinique de vaccinologie Cochin-Pasteur, Hôpital Cochin Vaccins et grossesse Vaccins et immunité Dr Odile Launay Centre d Investigation Clinique de vaccinologie Cochin-Pasteur, Hôpital Cochin Atelier Vaccins, GERES, 18 mai 2011 COCHIN SAINT-VINCENT DE PAUL

Plus en détail

Item 127 : Transplantation d'organes

Item 127 : Transplantation d'organes Item 127 : Transplantation d'organes Date de création du document 2008-2009 Table des matières * Introduction... 1 1 Allogreffe de moelle ou de cellules souches...1 2 Transplantation d'organes... 2 3 Diagnostic...3

Plus en détail

Diagnostiquer une Immunoglobuline monoclonale chez le sujet âgé!

Diagnostiquer une Immunoglobuline monoclonale chez le sujet âgé! Diagnostiquer une Immunoglobuline monoclonale chez le sujet âgé! Dosage pondéral des Ig! é à â à é é é é é é â é Electrophorèse des protides (1) " Explorent : 1) Inflammation 2) Immunoglobulines 3) Foie

Plus en détail

Quel est le risque infectieux?

Quel est le risque infectieux? Conflits d intérêts de l orateur (en rapport avec le thème de la conférence) Participation à des actions de formation organisés par des industriels (symposium, congrès, ateliers): Oui Immunosuppresseurs

Plus en détail

Herpès simplex virus. Agent viral. Épidémiologie. Physiopathologie

Herpès simplex virus. Agent viral. Épidémiologie. Physiopathologie Herpès simplex virus L herpès est une maladie vésiculeuse cutanéo-muqueuse très fréquente, souvent considérée comme banale mais dont les conséquences peuvent être sévères. Cette pathologie est causée par

Plus en détail

Sérologie Maladie de Lyme

Sérologie Maladie de Lyme MÉMENTO DU Sérologie Maladie de Lyme DEFINITION BIOLOGISTE La maladie de Lyme est une anthropozoonose, transmise par piqûre de tiques femelles du genre Ixodes, due à un spirochète, Borrelia burgdorferi.

Plus en détail

Apport de la biologie moléculaire au diagnostic des parasitoses

Apport de la biologie moléculaire au diagnostic des parasitoses Apport de la biologie moléculaire au diagnostic des parasitoses M-H H BESSIERES,, S. CASSAING, A. BERRY, R. FABRE, J-F.. MAGNAVAL Service de Parasitologie-Mycologie Diagnostic biologique d une d parasitose

Plus en détail

Borréliose de Lyme : démarches diagnostiques, thérapeutiques et préventives. Paris, 13 décembre 2006

Borréliose de Lyme : démarches diagnostiques, thérapeutiques et préventives. Paris, 13 décembre 2006 Borréliose de Lyme : démarches diagnostiques, thérapeutiques et préventives Paris, 13 décembre 2006 Quatre questions Question 1 - Sur quels éléments cliniques et épidémiologiques faut-il évoquer le diagnostic

Plus en détail

Bordetella pertussis et Bordetella parapertussis

Bordetella pertussis et Bordetella parapertussis Bordetella pertussis et Bordetella parapertussis RESEAU RENACOQ: réseau hospitalier pédiatrique (43 hôpitaux) Données moyennes (10 ans) 260 cas/an environ 63 % chez enfants de de3 mois De 0à 2 mois : incidence

Plus en détail

Immunité anti-tumorale

Immunité anti-tumorale Immunité anti-tumorale Professeur M GUENOUNOU Laboratoire d Immunologie & Microbiologie UFR de Pharmacie 51100 REIMS 1- Cellules tumorales - Une tumeur est une prolifération clonale issue d une cellule

Plus en détail

Exploration du Profil protéique sérique. A. Galmiche, mars 2011

Exploration du Profil protéique sérique. A. Galmiche, mars 2011 Exploration du Profil protéique sérique A. Galmiche, mars 2011 Pourquoi explorer le profil protéique du sérum? L électrophorèse des protéines sériques est un examen simple, réalisé en routine qui permet

Plus en détail

Diagnostic des Hépatites virales B et C. P. Trimoulet Laboratoire de Virologie, CHU de Bordeaux

Diagnostic des Hépatites virales B et C. P. Trimoulet Laboratoire de Virologie, CHU de Bordeaux Diagnostic des Hépatites virales B et C P. Trimoulet Laboratoire de Virologie, CHU de Bordeaux Diagnostic VHC Dépistage: pourquoi? Maladie fréquente (Ac anti VHC chez 0,84% de la population soit 367 055

Plus en détail

Hépatite B. Le virus Structure et caractéristiques 07/02/2013

Hépatite B. Le virus Structure et caractéristiques 07/02/2013 Hépatite B Le virus Structure et caractéristiques o o o Famille des Hepadnaviridae Genre orthohepadnavirus Enveloppé, capside icosaédrique, 42 nm 1 Le virus Structure et caractéristiques En microscopie

Plus en détail

La maladie de Lyme. Prescrire 1993, 1994, fev. 2006 (tire tic)

La maladie de Lyme. Prescrire 1993, 1994, fev. 2006 (tire tic) La maladie de Lyme Prescrire 1993, 1994, fev. 2006 (tire tic) La CC de la SPILF du 13 déc. 06 (nombre des diapo de ce diaporama sont empruntées à la SPILF : merci) 1 Borréliose de Lyme : démarches diagnostiques,

Plus en détail

Enquête sur les infections congénitales à cytomégalovirus détectées pendant la grossesse ou à la naissance en France métropolitaine

Enquête sur les infections congénitales à cytomégalovirus détectées pendant la grossesse ou à la naissance en France métropolitaine Maladies infectieuses Enquête sur les infections congénitales à cytomégalovirus détectées pendant la grossesse ou à la naissance en France métropolitaine I. Parent du Châtelet, D. Lévy-Bruhl Sommaire Abréviations

Plus en détail

Etes-vous sûr de savoir diagnostiquer une primo-infection à V.I.H.?

Etes-vous sûr de savoir diagnostiquer une primo-infection à V.I.H.? Etes-vous sûr de savoir diagnostiquer une primo-infection à V.I.H.? Retard au diagnostic de primo-infection par le VIH après consultation auprès de différentes structures de soins. Weintrob, J. Giner,

Plus en détail

Journée Universitaire de Médecine Générale d Auvergne ~~~~~~ 11 décembre 2010

Journée Universitaire de Médecine Générale d Auvergne ~~~~~~ 11 décembre 2010 Pic monoclonal Journée Universitaire de Médecine Générale d Auvergne ~~~~~~ 11 décembre 2010 Dr Romain Guièze, Chef de Clinique-Assistant Service d Hématologie Clinique Adulte et de Thérapie Cellulaire

Plus en détail

GAMMAPATHIES MONOCLONALES

GAMMAPATHIES MONOCLONALES GAMMAPATHIES MONOCLONALES Karim E. Abou-Nassar, MD, FRCPC Hématologue CSSSG Professeur adjoint, Université d Ottawa Qu est-ce qu une gammopathie monoclonale? Prolifération de plasmocytes clonaux pouvant

Plus en détail

Table Ronde «Prévention et Dépistage»

Table Ronde «Prévention et Dépistage» Table Ronde «Prévention et Dépistage» «L infection à VIH/SIDA en 2013» Conférence organisée par la Ville de Marseille Dr Pervenche Martinet Dr Chantal Vernay Vaïsse 29/11/2013 1 Le dépistage aujourd'hui

Plus en détail

Mes liens d intérêts

Mes liens d intérêts Mes liens d intérêts 1 Spécialiste en médecine générale en activité Membre des commissions de bonnes pratiques, et de parcours de soins et maladies chroniques de la HAS Je déclare n avoir aucun lien, direct

Plus en détail

Evaluation d une nouvelle méthode pour le dosage des anticorps dirigés contre le virus Epstein-Barr

Evaluation d une nouvelle méthode pour le dosage des anticorps dirigés contre le virus Epstein-Barr Travail de diplôme Evaluation d une nouvelle méthode pour le dosage des anticorps dirigés contre le virus Epstein-Barr Ecole Supérieure de la Santé TAB 51 Département d immunologie Accompagnants : Mercedes

Plus en détail

Infections à herpès virus de l'enfant et de l'adulte immunocompétents (84) P. Brouqui Février 2006

Infections à herpès virus de l'enfant et de l'adulte immunocompétents (84) P. Brouqui Février 2006 Infections à herpès virus de l'enfant et de l'adulte immunocompétents (84) P. Brouqui Février 2006 1. Introduction Les infections à Herpès virus connaissent un regain d intérêt, d une part avec l avènement

Plus en détail

TRANSMISSION DES VIRUS ET CYCLE DE MULTIPLICATION

TRANSMISSION DES VIRUS ET CYCLE DE MULTIPLICATION TRANSMISSION DES VIRUS ET CYCLE DE MULTIPLICATION II. 1 Généralités II.2 Transmission des Virus II.3 Grandes étapes de Cycle de Multiplication Attachement Pénétration Réplication Libération II. 1 Généralités

Plus en détail

LEUCÉMIE LYMPHOIDE CHRONIQUE Sujet âgé. Capacité de gérontologie 2014-2015

LEUCÉMIE LYMPHOIDE CHRONIQUE Sujet âgé. Capacité de gérontologie 2014-2015 LEUCÉMIE LYMPHOIDE CHRONIQUE Sujet âgé Capacité de gérontologie 20142015 Mr. C. 87 ans, hospitalisé pour : chute pneumopathie Mr. C. 87 ans, hospitalisé pour : chute pneumopathie Quels examens demandez

Plus en détail

Anticorps anti-hla en transplantation rénale

Anticorps anti-hla en transplantation rénale Anticorps anti-hla en transplantation rénale Caroline Suberbielle Laboratoire d'immuno-histocompatibilité Hôpital St Louis Paris Définitions Patient «naïf» Patient sans événement immunisant Homme ou enfant

Plus en détail

Diagnostic prénatal non invasif : Du GénotypageRhésus Fœtal au Diagnostic de la Trisomie 21

Diagnostic prénatal non invasif : Du GénotypageRhésus Fœtal au Diagnostic de la Trisomie 21 Diagnostic prénatal non invasif : Du GénotypageRhésus Fœtal au Diagnostic de la Trisomie 21 Dr. A. Levy-Mozziconacci UniteFonctionnelle de Biologie Materno-Fœtale et Centre de Médecine Fœtale, APHM, AMU,

Plus en détail

VIII/ Sujets à risque

VIII/ Sujets à risque 17 novembre 2010 VIII/ Sujets à risque DCEM III Docteur Nicolas HOGU Docteur Sébastien PILLET DERMG Université de Nice Sophia Antipolis PLAN Tuberculose Coqueluche Pneumocoque Méningocoque Hépatite A Hépatite

Plus en détail

Mme R début février toux banale avec épisodes irréguliers Fin février persistance d une toux à prédominance nocturne non insomniante Apyrétique, SpO2

Mme R début février toux banale avec épisodes irréguliers Fin février persistance d une toux à prédominance nocturne non insomniante Apyrétique, SpO2 Mme R début février toux banale avec épisodes irréguliers Fin février persistance d une toux à prédominance nocturne non insomniante Apyrétique, SpO2 97% en AA, pas de dyspnée. Entre autres: coqueluche

Plus en détail

Immunoglobuline monoclonale

Immunoglobuline monoclonale 22 Item 126 Immunoglobuline monoclonale Insérer les T1 Objectifs pédagogiques ENC Diagnostiquer une immunoglobuline monoclonale. COFER Savoir détecter sur l électrophorèse un aspect d immunoglobuline monoclonale

Plus en détail

TYPAGE HLA CROSSMATCH ANTICORPS ANTI-HLA

TYPAGE HLA CROSSMATCH ANTICORPS ANTI-HLA 16/11/12 TYPAGE HLA CROSSMATCH ANTICORPS ANTI-HLA Chantal GAUTREAU LABORATOIRE HLA S E R V I C E D I M M U N O L O G I E E T D H I S T O C O M PAT I B I L I T É, A P - H P, HÔPITAL SAINT LOUIS, PARIS,

Plus en détail

LISTE DES ACTES ET PRESTATIONS - AFFECTION DE LONGUE DURÉE HÉPATITE CHRONIQUE B

LISTE DES ACTES ET PRESTATIONS - AFFECTION DE LONGUE DURÉE HÉPATITE CHRONIQUE B LISTE DES ACTES ET PRESTATIONS - AFFECTION DE LONGUE DURÉE HÉPATITE CHRONIQUE B Actualisation février 2009 Ce document est téléchargeable sur www.has-sante.fr Haute Autorité de santé Service communication

Plus en détail

Stratégies de dépistage biologique des hépatites virales B et C

Stratégies de dépistage biologique des hépatites virales B et C RECOMMANDATION EN SANTÉ PUBLIQUE Stratégies de dépistage biologique des hépatites virales B et C Synthèse avis des groupes de travail et de lecture Et recommandation de la HAS mars 2011 sur La synthèse

Plus en détail

Innovations thérapeutiques en transplantation

Innovations thérapeutiques en transplantation Innovations thérapeutiques en transplantation 3èmes Assises de transplantation pulmonaire de la région Est Le 16 octobre 2010 Dr Armelle Schuller CHU Strasbourg Etat des lieux en transplantation : 2010

Plus en détail

Leucémies de l enfant et de l adolescent

Leucémies de l enfant et de l adolescent Janvier 2014 Fiche tumeur Prise en charge des adolescents et jeunes adultes Leucémies de l enfant et de l adolescent GENERALITES COMMENT DIAGNOSTIQUE-T-ON UNE LEUCEMIE AIGUË? COMMENT TRAITE-T-ON UNE LEUCEMIE

Plus en détail

HVC CHRONIQUE MOYENS THERAPEUTIQUES ET BILAN PRE-THERAPEUTIQUE CHAKIB MARRAKCHI. http://www.infectiologie.org.tn

HVC CHRONIQUE MOYENS THERAPEUTIQUES ET BILAN PRE-THERAPEUTIQUE CHAKIB MARRAKCHI. http://www.infectiologie.org.tn HVC CHRONIQUE MOYENS THERAPEUTIQUES ET BILAN PRE-THERAPEUTIQUE CHAKIB MARRAKCHI LES MOYENS THERAPEUTIQUES Les interférons La ribavirine Les nouveaux produits INTERFERONS 1957: activité antivirale Interférence

Plus en détail

L éruption d Aymeric (9 ans)

L éruption d Aymeric (9 ans) L éruption d Aymeric (9 ans) Une lésion érythémateuse annulaire non prurigineuse constatée la veille Une petite papule en son centre? Aucun signe général L éruption d Aymeric (9 ans) QU EST-CE QUE C EST?

Plus en détail

Lymphomes Malins Non Hodgkiniens de l enfant. Réunion Oncocentre Anne Jourdain (CCA)

Lymphomes Malins Non Hodgkiniens de l enfant. Réunion Oncocentre Anne Jourdain (CCA) Lymphomes Malins Non Hodgkiniens de l enfant Réunion Oncocentre Anne Jourdain (CCA) Epidémiologie 3 ème cause de cancer chez l enfant après leucémies et tumeurs cérébrales 10% des cancers pédiatriques

Plus en détail

Table des matières. Remerciements, x Avant-Propos, xi Abréviations, xii Guide de l utilisateur, xvi

Table des matières. Remerciements, x Avant-Propos, xi Abréviations, xii Guide de l utilisateur, xvi Table des matières v Remerciements, x Avant-Propos, xi Abréviations, xii Guide de l utilisateur, xvi 1 L immunité innée, 1 Les obstacles externes à l infection, 1 Les cellules phagocytaires tuent les micro-organismes,

Plus en détail

Traitements futurs. Traitements de la SP 2014-10-01. I. Prévention de la maladie II. Prévention des poussées III. Neuroprotection et remyélinisation

Traitements futurs. Traitements de la SP 2014-10-01. I. Prévention de la maladie II. Prévention des poussées III. Neuroprotection et remyélinisation Traitements futurs Dr François Grand Maison, neurologue et directeur, clinique Neuro Rive Sud Traitements de la SP I. Prévention de la maladie II. Prévention des poussées III. Neuroprotection et remyélinisation

Plus en détail

Transfusions sanguines, greffes et transplantations

Transfusions sanguines, greffes et transplantations Transfusions sanguines, greffes et transplantations Chiffres clés en 2008 La greffe d organes est pratiquée depuis plus de 50 ans. 4 620 malades ont été greffés. 1 563 personnes ont été prélevées. 222

Plus en détail

Immunointervention (introduction) DFGSM3 2012 2013 Pr Michel Abbal

Immunointervention (introduction) DFGSM3 2012 2013 Pr Michel Abbal Immunointervention (introduction) DFGSM3 2012 2013 Pr Michel Abbal Généralités En introduction aux interventions de : M. Pasquet : vaccinations (enfant) et TTT par Ig P. Massip : vaccinations (adulte)

Plus en détail

Cas clinique n 1 : femme de 27 ans. Fatiguée depuis 1 mois Taches sur la peau : NFS : 5600 GB, 60% PN. Plaquettes 8000 / mm 3

Cas clinique n 1 : femme de 27 ans. Fatiguée depuis 1 mois Taches sur la peau : NFS : 5600 GB, 60% PN. Plaquettes 8000 / mm 3 Cas clinique n 1 : femme de 27 ans Fatiguée depuis 1 mois Taches sur la peau : NFS : 5600 GB, 60% PN 9 gr/l Hb, VGM 71 Plaquettes 8000 / mm 3 Cas clinique n 1 : femme de 27 ans Nature des lésions cutanées,

Plus en détail

Hépatite C une maladie silencieuse..

Hépatite C une maladie silencieuse.. Hépatite C une maladie silencieuse.. F. Bally Centre de Maladies Infectieuses et Epidémiologie Institut Central des Hôpitaux Valaisans Histoire Années 70 Hépatite non-a-non-b = hépatite post-transfusionelle

Plus en détail

Infiltrats pulmonaires chez l immunodéprimé. Stanislas FAGUER DESC Réanimation médicale 16-17 septembre 2009

Infiltrats pulmonaires chez l immunodéprimé. Stanislas FAGUER DESC Réanimation médicale 16-17 septembre 2009 Infiltrats pulmonaires chez l immunodéprimé Stanislas FAGUER DESC Réanimation médicale 16-17 septembre 2009 Complications pulmonaires en onco-hématologie (Mokart et al Chest 2003) ~ 20 % des patients ~

Plus en détail

La cytométrie de flux

La cytométrie de flux TD5 La cytométrie de flux Air sous-pression Signal de formation des gouttes Signal de charge des gouttes Cellules en suspension Liquide de Gaine Vibrateur Ultrason Dˇtecteur de Lumi re Arrt du Faisceau

Plus en détail

Le C4d en transplantation rénale. Carmen Lefaucheur, Dominique Nochy, HEGP, 2008

Le C4d en transplantation rénale. Carmen Lefaucheur, Dominique Nochy, HEGP, 2008 Le C4d en transplantation rénale Carmen Lefaucheur, Dominique Nochy, HEGP, 2008 1 Anti-C4d Classification de Banff 1991 Normal Rejet hyperaigu Lésions frontières (borderline) Rejet aigu cellulaire (grade

Plus en détail

Resaolab. PhC Christophe Peyrefitte, PharmD, PhD Unité de virologie, Institut de recherche biomédicale des armées

Resaolab. PhC Christophe Peyrefitte, PharmD, PhD Unité de virologie, Institut de recherche biomédicale des armées Resaolab Le virus Ebola PhC Christophe Peyrefitte, PharmD, PhD Unité de virologie, Institut de recherche biomédicale des armées Emprunts Pr Pialoux,Pr Leloup, Pr Lassel, Pr Tatevin, CDC, MSF, Pr Rapp Septembre

Plus en détail

Leucémie lymphoïde chronique

Leucémie lymphoïde chronique Leucémie lymphoïde chronique Syndrôme lymphoprolifératif (SLP) caractérisé par une prolifération monoclonale chronique de lymphocytes B, matures morphologiquement mais immatures d un point de vue immunologique.

Plus en détail

SYNDROME D HYPER-IgM

SYNDROME D HYPER-IgM SYNDROME D HYPER-IgM Le présent livret a été rédigé à l attention des patients et de leurs familles. Il ne doit pas remplacer les conseils d un spécialiste en immunologie. 1 Egalement Disponible : AGAMMAGLOBULINÉMIE

Plus en détail

LA TUBERCULOSE Docteur ALAIN BERAUD

LA TUBERCULOSE Docteur ALAIN BERAUD LA TUBERCULOSE Docteur ALAIN BERAUD Service de Pneumologie Hôpital Beauregard - THIONVILLE 1 Bilan initial Objectifs Bilan de base Traitement pharmacologique Autres traitements pharmacologiques Autres

Plus en détail

La vaccination contre le VHB à l heure du consensus. Ariane Chryssostalis Service d hépatogastroentérologie Hopital Cochin

La vaccination contre le VHB à l heure du consensus. Ariane Chryssostalis Service d hépatogastroentérologie Hopital Cochin La vaccination contre le VHB à l heure du consensus Ariane Chryssostalis Service d hépatogastroentérologie Hopital Cochin Pourquoi vacciner? Epidémiologie du VHB 370.000.000 de porteurs chroniques du VHB

Plus en détail

Hépatites virales. Anomalies biologiques chez un sujet asymptomatique (83) A. Gerolami Janvier 2006

Hépatites virales. Anomalies biologiques chez un sujet asymptomatique (83) A. Gerolami Janvier 2006 Hépatites virales. Anomalies biologiques chez un sujet asymptomatique (83) A. Gerolami Janvier 2006 1. Hépatites virales : étude clinique 1.1. Hépatite aiguë 1.1.1. Forme typique C est la forme clinique

Plus en détail

Recommandations de l AFEF concernant la grippe pour les malades ayant une maladie chronique du foie. Recommandations générales

Recommandations de l AFEF concernant la grippe pour les malades ayant une maladie chronique du foie. Recommandations générales Recommandations de l AFEF concernant la grippe pour les malades ayant une maladie chronique du foie La diversité des étiologies et la variété des traitements utilisés en hépatologie rendent difficile la

Plus en détail

Numéro EudraCT : 2012-000695-42. Promoteur : Bluebird bio, Inc. 840 Memorial Drive Cambridge, MA 02139 Etats-Unis

Numéro EudraCT : 2012-000695-42. Promoteur : Bluebird bio, Inc. 840 Memorial Drive Cambridge, MA 02139 Etats-Unis Fiche d'information destinée au public pour les essais cliniques portant sur des organismes génétiquement modifiés (OGM) (Article R.1125-5 du Code de la Santé Publique) Essai clinique : "Une étude ouverte

Plus en détail

Cancer du sein métastatique triple négatif

Cancer du sein métastatique triple négatif Cancer du sein métastatique triple négatif Cancer du sein métastatique triplenégatif Mme I., 32 ans, mariée, 1 enfant de 6 mois Nationalité italienne ATCD personnels: aucun ATCD familiaux: aucun Facteur

Plus en détail

Numéro d Étudiant. Série de Problèmes 4 Date de remise : Seulement remettre vos réponses sur la feuille de réponse fournie

Numéro d Étudiant. Série de Problèmes 4 Date de remise : Seulement remettre vos réponses sur la feuille de réponse fournie Nom : Numéro d Étudiant Série de Problèmes 4 Date de remise : Seulement remettre vos réponses sur la feuille de réponse fournie 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 1. Lequel

Plus en détail

DÉTECTION DU GÉNOME DU VIH

DÉTECTION DU GÉNOME DU VIH DÉTECTION DU GÉNOME DU VIH AU SEIN DES FRACTIONS DU SPERME Classement NABM : 16-02 - code : non codé JUILLET 2006 Service évaluation des actes professionnels 2 avenue du Stade de France 93218 Saint-Denis

Plus en détail

Que faire devant un résultat positif, négatif ou indéterminé? Elisabeth Bouvet Atelier IGRA VIH JNI Tours 13 Juin 2012

Que faire devant un résultat positif, négatif ou indéterminé? Elisabeth Bouvet Atelier IGRA VIH JNI Tours 13 Juin 2012 Que faire devant un résultat positif, négatif ou indéterminé? Elisabeth Bouvet Atelier IGRA VIH JNI Tours 13 Juin 2012 Conclusions provisoires rapport du HCSP juillet 2011 Valeur prédictive positive des

Plus en détail

Note de cadrage Algorithmes de dépistage des hépatites B et C G. Jeanblanc

Note de cadrage Algorithmes de dépistage des hépatites B et C G. Jeanblanc Note de cadrage Algorithmes de dépistage des hépatites B et C G. Jeanblanc Service Evaluation Economique et Santé Publique SOMMAIRE SOMMAIRE... 2 Présentation de la saisine et du thème... 4 I. Introduction...

Plus en détail

Recommandations du Comité de lutte contre la grippe du 15 octobre 2009 susceptibles d actualisation en fonction de l évolution des données

Recommandations du Comité de lutte contre la grippe du 15 octobre 2009 susceptibles d actualisation en fonction de l évolution des données FICHE PRATIQUE D UTILISATION DES ANTIVIRAUX EN EXTRAHOSPITALIER ET EN PERIODE PANDEMIQUE 1 A. TRAITEMENT ANTIVIRAL CURATIF 2 1. Adultes et enfants d un an et plus La prescription d un traitement antiviral

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86 LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : ÉTABLISSEMENT DE LIENS ENTRE LES PERSONNES CHEZ QUI UN DIAGNOSTIC D INFECTION À VIH A ÉTÉ POSÉ ET LES SERVICES DE SOINS ET DE TRAITEMENT

Plus en détail

Ce sont les mêmes : Virus A (H1N1) est stable.

Ce sont les mêmes : Virus A (H1N1) est stable. SAISON 2011/2012 Quels virus en 2011/2012 Ce sont les mêmes : Virus A (H1N1) Virus A (H3N2) Virus B Virus A (H1N1) est stable. Les 3 types de virus de la grippe Virus grippal Type A Type B Type C Espèces

Plus en détail

Orientation diagnostique devant une éosinophilie 1

Orientation diagnostique devant une éosinophilie 1 Orientation diagnostique devant une éosinophilie 1 Introduction L hyperéosinophilie est définie par la présence de polynucléaires éosinophiles circulants à plus de 0,5 G/l (500/µl) (quel que soit leur

Plus en détail

Développement des cellules de l'immunité spécifique = développement des lymphocytes

Développement des cellules de l'immunité spécifique = développement des lymphocytes Développement des cellules de l'immunité spécifique = développement des lymphocytes 1. Origine des lymphocytes - les lymphocytes proviennent d'une cellule souche hématopoïétique multipotentielle (= totipotente)

Plus en détail

LA REPONSE ALLOGENIQUE. C. René -2011

LA REPONSE ALLOGENIQUE. C. René -2011 LA REPONSE ALLOGENIQUE C. René -2011 Les Lois de la transplantation Rôle des lymphocytes T Transfert de l immunité par les cellules T Infiltrat de cellules mononuclées disposé en manchons péri-vasculaire:

Plus en détail

La maladie de Lyme mars 2014

La maladie de Lyme mars 2014 La maladie de Lyme mars 2014 Il y a sur l internet beaucoup d information erronée et soi disant scientifique concernant la maladie de Lyme. Efforcons nous de mettre les choses au clair. Résumé La maladie

Plus en détail

HERPÈS INFORMATIONS GÉNÉRALES

HERPÈS INFORMATIONS GÉNÉRALES HERPÈS INFORMATIONS GÉNÉRALES Définition L herpès est une infection systémique qui se manifeste surtout par des lésions muco-cutanées causées par le virus herpès simplex des types 1 et 2. Ne sera abordé

Plus en détail

14/ Tumeurs de la prostate

14/ Tumeurs de la prostate SEMESTRE 5 UE 2.9.S5 Processus tumoraux 14/ Tumeurs de la prostate Carcinogénèse Conversion d'une cellule normale vers une cellule tumorale Cellule normale: division cellulaire, apoptose Cellule tumorale:

Plus en détail

HépatiteC n 7. Hépatite chronique B : onseil. quelques notions pour mieux connaître ma maladie

HépatiteC n 7. Hépatite chronique B : onseil. quelques notions pour mieux connaître ma maladie HépatiteC n 7 onseil Ma maladie Mon traitement Ma vie sociale Hépatite chronique B : quelques notions pour mieux connaître ma maladie Sommaire Après plusieurs prises de sang, mon médecin me confirme que

Plus en détail

Actualités dans la SEP. Docteur Sophie Géhin. Cabinet de Neurologie Clinique du Tonkin - Villeurbanne

Actualités dans la SEP. Docteur Sophie Géhin. Cabinet de Neurologie Clinique du Tonkin - Villeurbanne Actualités dans la SEP Docteur Sophie Géhin Cabinet de Neurologie Clinique du Tonkin - Villeurbanne PLAN I. Epidémiologie et étiologie II. Présentation clinique et évolution III. Critères diagnostiques

Plus en détail

Christian TREPO, MD, PhD

Christian TREPO, MD, PhD PEG INTERFERON MONOTHERAPI E Christian TREPO, MD, PhD Unmet medical needs in chronic HBV infection Inhibition of viral replication Normalisation of ALT Improvement in liver necroinflammation Improvement

Plus en détail

Suivi ambulatoire de l adulte transplanté rénal au-delà de 3 mois après transplantation

Suivi ambulatoire de l adulte transplanté rénal au-delà de 3 mois après transplantation SYNTHESE DES RECOMMANDATIONS PROFESSIONNELLES Suivi ambulatoire de l adulte transplanté rénal au-delà de 3 mois après transplantation Novembre 2007 OBJECTIF Assurer une qualité optimale du suivi et de

Plus en détail

Feuille de route. Proposition de traitement de la demande. Collège d orientation et d information : 19 mars 2015

Feuille de route. Proposition de traitement de la demande. Collège d orientation et d information : 19 mars 2015 Feuille de route Proposition de traitement de la demande La feuille de route vise à proposer au Collège une orientation méthodologique pour répondre à une demande d évaluation inscrite au programme de

Plus en détail

Coombs direct positif (et tout ce qui se cache derrière) : Gestion et interprétation. Dr J.C. Osselaer, Luxembourg, 14.12.2006

Coombs direct positif (et tout ce qui se cache derrière) : Gestion et interprétation. Dr J.C. Osselaer, Luxembourg, 14.12.2006 Coombs direct positif (et tout ce qui se cache derrière) : Gestion et interprétation Dr J.C. Osselaer, Luxembourg, 14.12.2006 Etiologie d'un Coombs Direct positif 1. Autoanticorps immunisation contre GR

Plus en détail

Électrophorèse des protéines plasmatiques Un examen précieux!

Électrophorèse des protéines plasmatiques Un examen précieux! Électrophorèse des protéines plasmatiques Un examen précieux! Mathieu Royer CCA Service de rhumatologie Rappel Albumine : 60% des protéines circulantes α1 : orosomucoïde, α1anti trypsine α 2 : haptoglobine,

Plus en détail

Maladie de Lyme. Fréquent ou pas fréquent? L érythème chronique migrant. Ce qu il faut faire et ne pas faire. On la pensait rare jusqu aux années 2000

Maladie de Lyme. Fréquent ou pas fréquent? L érythème chronique migrant. Ce qu il faut faire et ne pas faire. On la pensait rare jusqu aux années 2000 Conflits d intérêts de l orateur (en rapport avec le thème de la conférence) Maladie de Lyme Ce qu il faut faire et ne pas faire Pierre Abgueguen Service des Maladies Infectieuses et Tropicales Janvier

Plus en détail

HEPATITES VIRALES CHRONIQUES ET AIGUES

HEPATITES VIRALES CHRONIQUES ET AIGUES HEPATITES VIRALES CHRONIQUES ET AIGUES INFORMATIONS Pré-requis : Durée de l'item : Auteur(s) : Professeur Louis Buscail (mail : ) Objectifs : RAPPEL : LE DIAGNOSTIC D HEPATITE CHRONIQUE La fréquence de

Plus en détail

CONTROVERSE : IDR OU QUANTIFERON LORS D'UN CONTAGE EN EHPAD?

CONTROVERSE : IDR OU QUANTIFERON LORS D'UN CONTAGE EN EHPAD? CONTROVERSE : IDR OU QUANTIFERON LORS D'UN CONTAGE EN EHPAD? Hélène MANGEARD François MALADRY Tuberculose : infection mycobactérienne Infection mycobactérienne chronique (M. Tuberculosis ++ ou bacille

Plus en détail

ANTICORPS MONOCLONAUX : MODE D ACTION ET TOXICITE. Vérités? les anticorps sont des molécules énormes : comment passeraientelles dans le sang?

ANTICORPS MONOCLONAUX : MODE D ACTION ET TOXICITE. Vérités? les anticorps sont des molécules énormes : comment passeraientelles dans le sang? MODE D ACTION ET TOXICITE Vérités? les anticorps sont des molécules énormes : comment passeraientelles dans le sang? MODE D ACTION ET TOXICITE Vérités? les anticorps sont des molécules énormes : comment

Plus en détail

De quoi parlons nous?

De quoi parlons nous? De quoi parlons nous? 1 De quoi parlons nous? Grippe Pandémie Grippe Peste saisonnière grippale humaine H5N1 aviaire H1N1 H2N2 H3N2 H5N1 2 De quoi parlons nous? Grippe Pandémie Grippe Peste saisonnière

Plus en détail

Tuberculose bovine. Situation actuelle

Tuberculose bovine. Situation actuelle Tuberculose bovine Situation actuelle 21 mai 2013 Dr G. Peduto Vétérinaire cantonal Service de la consommation et des affaires vétérinaires 1 Tuberculose bovine La Suisse est indemne depuis 1959 Dernier

Plus en détail

Item 126 : Immunoglobuline monoclonale

Item 126 : Immunoglobuline monoclonale Item 126 : Immunoglobuline monoclonale Date de création du document 2008-2009 Table des matières 1 Électrophorèse des protides sérique... 1 1. 1 Définition...1 1. 2 Quand faut-il faire une EPS?... 1 1.

Plus en détail

LES HEPATITES VIRALES

LES HEPATITES VIRALES LES HEPATITES VIRALES Infect virales atteignant préférentiellement le foie avec lés inflammatoires, altérat hépatocytaire (cytolsye hépatique) et élévat des transaminases. Etiolo gie Transm ission Contam

Plus en détail

Examen L3 - lère session 2012-2013. Module : Immunopathologie et immunointervention

Examen L3 - lère session 2012-2013. Module : Immunopathologie et immunointervention Examen L3 - lère session 2012-2013 Module : Immunopathologie et immunointervention 1. Le ganglion: ' *\j Est le lieu où se développe la réponse immunitaire Son augmentation de volume peut être lié à une

Plus en détail

Arthralgies persistantes après une infection à chikungunya: évolution après plus d un an chez 88 patients adultes

Arthralgies persistantes après une infection à chikungunya: évolution après plus d un an chez 88 patients adultes Arthralgies persistantes après une infection à chikungunya: évolution après plus d un an chez 88 patients adultes G Borgherini 1, A Gouix 1, F Paganin 1, A Jossaume 1, L Cotte 2, C Arvin-Berod 1, A Michault

Plus en détail

Grossesse normale. Besoins nutritionnels d une femme enceinte (16) Professeur Marc Gamerre Mai 2005

Grossesse normale. Besoins nutritionnels d une femme enceinte (16) Professeur Marc Gamerre Mai 2005 Grossesse normale. Besoins nutritionnels d une femme enceinte (16) Professeur Marc Gamerre Mai 2005 1. Définition La grossesse se définit comme étant l état de la femme enceinte. La fécondation se fait

Plus en détail

Tumeur maligne des os

Tumeur maligne des os Tumeur maligne des os E p idém iologie tumeur maligne primitive de l os touchant essentiellement l adolescent et l adulte jeune. 70% des sarcomes ostéogéniques sont diagnostiqués avant l âge de 18ans dans

Plus en détail

Module 7 - Edition 2004 - Item 101 version 01 du 02 01 2004 page 1 Copyright CMIT ITEM N 101 : MALADIES D'INOCULATION OBJECTIFS TERMINAUX

Module 7 - Edition 2004 - Item 101 version 01 du 02 01 2004 page 1 Copyright CMIT ITEM N 101 : MALADIES D'INOCULATION OBJECTIFS TERMINAUX Module 7 - Edition 2004 - Item 101 version 01 du 02 01 2004 page 1 ITEM N 101 : MALADIES D'INOCULATION OBJECTIFS TERMINAUX I. Identifier les situations à risques de pathologie d inoculation II. Diagnostiquer

Plus en détail

Fabrice Bonnet et le groupe d experts - Septembre 2013

Fabrice Bonnet et le groupe d experts - Septembre 2013 - Septembre 2013 Dispositif d annonce de la séropositivité En milieu extra-hospitalier par le médecin généraliste ou spécialiste Information sur l infection par le VIH, les IST et le test de dépistage

Plus en détail

Prophylaxie infectieuse après exposition professionnelle

Prophylaxie infectieuse après exposition professionnelle 1 Prophylaxie infectieuse après exposition professionnelle Introduction Le personnel soignant est régulièrement confronté au risque de contamination par le virus de l immunodéficience humaine (VIH) mais

Plus en détail

Section II. Examens génétiques.

Section II. Examens génétiques. - 1 - Section II. Examens génétiques. 1 er. Tests de biologie moléculaire sur du matériel génétique humain pour des affections acquises. A. "07.06.2007 + A.R. 04.05.2010 M.B. 07.06.2010 Application : 01.08.2010»

Plus en détail

Vaccination et tuberculose en Gériatrie. Unité de Prévention et de Dépistage: Centre de vaccination et centre de lutte anti tuberculeuse CH Montauban

Vaccination et tuberculose en Gériatrie. Unité de Prévention et de Dépistage: Centre de vaccination et centre de lutte anti tuberculeuse CH Montauban Vaccination et tuberculose en Gériatrie Unité de Prévention et de Dépistage: Centre de vaccination et centre de lutte anti tuberculeuse CH Montauban VACCINATIONS 2 Personnes âgées et vaccinations Avec

Plus en détail

Hémogramme et cytométrie en flux: présentation des principaux graphiques normaux et modifiés chez le chien et le chat

Hémogramme et cytométrie en flux: présentation des principaux graphiques normaux et modifiés chez le chien et le chat Hémogramme et cytométrie en flux: présentation des principaux graphiques normaux et modifiés chez le chien et le chat Alexandra Briend-Marchal Laboratoire Vebiotel France Introduction La cytométrie en

Plus en détail

Infection à VIH et Sida à La Réunion

Infection à VIH et Sida à La Réunion Tableau de bord Tableau de bord Infection à VIH et Sida à La Réunion CIRE océan Indien Novembre 2011 Contexte Contexte national Le nombre de personnes ayant découvert leur séropositivité en 2009 est estimé

Plus en détail