EXISTANT : ORIGINES, DIAGNOSTIC ET TRAITEMENTS

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "EXISTANT : ORIGINES, DIAGNOSTIC ET TRAITEMENTS"

Transcription

1 L HUMIDITÉ DANS LE BÂTI B EXISTANT : ORIGINES, DIAGNOSTIC ET TRAITEMENTS Pour comprendre comment agit l humiditl humidité,, il faut d abord d connaître Comment s effectuent la pénétration et la propagation de l eau dans les matériaux. Les propriétés des matériaux en présence de l eau. Comment se réalise l évaporation de l eau contenue dans les matériaux.

2 PROPAGATION DE L EAU DANS LES MATERIAUX Migration de l eau en fonction : * Des forces qui la véhiculent : la gravité et la pression du vent. * La capacité des matériaux à la résistance à la pénétration de l eau et à la capillarité. PENETRATION DE L EAU PAR LES FISSURES Pour différentes raisons : * Défauts d exécution. * Manque d entretien. * Changement des conditions de l environnement du bâtiment.

3 LA CAPILLARITE * Le phénomène est dû aux forces qui s exercent sur les parois des canaux de très petites dimensions (< 3 mm) que contiennent des liquides. * Plus le tube est fin plus le niveau du liquide monte. * Les matériaux poreux contiennent des cavités et canaux appelés capillaires, d où le nom de remontées capillaires donné à l humidité ascensionnelle provenant des fondations et du bas des murs. PERMEABILITE DES MATERIAUX - La perméabilité est mesurée par un coefficient qui dépend de : * La porosité : rapport des volumes vides dans le matériaux et son volume total. * La porometrie : répartition en pourcentage, des pores ouverts (capillaires et cavités) en fonction de leurs dimensions. - Par le phénomène de la capillarité et les caractéristiques absorbantes des matériaux, on explique la propagation de l eau et sa migration dans les parois après leur imprégnation par l eau.

4 L EVAPORATION DE L EAU - L évaporation de l eau est accélérée par : * L apport de chaleur. * La ventilation des surfaces des matériaux. - L application des matériaux étanches sur les parois humides bloque l évaporation et engendre des conséquences négatives sur celles-ci. L EVAPORATION DE L EAU Le niveau de l humidité monte plus haut après application d étanchéité sur les parois du mur.

5 L EVAPORATION DE L EAU L EVAPORATION DE L EAU Le revêtement en faïence fait remonté le niveau de l humidité

6 L EVAPORATION DE L EAU LES TYPES D HUMIDITE (ORIGINES) 1 - Par infiltration d eau de pluie 2 - Par remontée capillaire 3 - Par condensation 4 - Accidentelle

7 LES TYPES D HUMIDITE (ORIGINES) 1 - L humidité due à l infiltration d eau de pluie : - Malfaçons d exécution (dont rejaillissement) - Manque ou mauvais entretien - Modification de l environnement du bâtiment Rejaillissement de l eau sur la partie basse du mur Manque ou mauvais entretien LES TYPES D HUMIDITE (ORIGINES) 2 - L humidité par remontées capillaires : - Se manifeste au bas des murs et dans les revêtements des planchers du RDC. - Elle est de même intensité à l intérieur et à l extérieur du bâtiment - Le niveau de l humidité dépend des caractéristiques des matériaux - Elle est décroissante de bas en haut.

8 LES TYPES D HUMIDITE (ORIGINES) 2 - L humidité par remontées capillaires : LES TYPES D HUMIDITE (ORIGINES) 2 - L humidité par remontées capillaires :

9 LES TYPES D HUMIDITE (ORIGINES) 3 - l humidité de condensation : -Plus l air ambiant est froid, plus sa capacité de contenance en vapeur d eau est faible. -La condensation est fonction de la quantité de vapeur d eau dans l air, de la température ambiante et du renouvellement d air. Le niveau de l humidité dépend des caractéristiques des matériaux. -Elle apparaît dans les pièces non chauffées ou chauffées par intermittence, dans les cuisines, salles de bains et sur les parois froides ou comportant des ponts thermiques. LES TYPES D HUMIDITE (ORIGINES) 3 - l humidité de condensation :

10 LES TYPES D HUMIDITE (ORIGINES) 3 - l humidité de condensation : LES TYPES D HUMIDITE (ORIGINES) 4 - L humidité d origine accidentelle : - Rupture de canalisation. - Défauts de fonctionnement ou d étanchéité des équipements. - Autres causes accidentelles.

11 LES DOMMAGES CAUSES PAR L HUMIDITE Modification des caractéristiques des matériaux. Rétrécissement des murs Sous l effet du poids & hétérogénéité des matériaux Zone fragilisé Par l humidité poussé Remonté capillaire LES DOMMAGES CAUSES PAR L HUMIDITE Modification des caractéristiques des matériaux.

12 LES DOMMAGES CAUSES PAR L HUMIDITE Efflorescence. LES DOMMAGES CAUSES PAR L HUMIDITE Efflorescence.

13 LES DOMMAGES CAUSES PAR L HUMIDITE Mousses LES DOMMAGES CAUSES PAR L HUMIDITE Moisissures

14 LES DOMMAGES CAUSES PAR L HUMIDITE Végétation. LES DOMMAGES CAUSES PAR L HUMIDITE Pourrissement des structures en bois.

15 LES DOMMAGES CAUSES PAR L HUMIDITE Pourrissement des structures en bois. LES DOMMAGES CAUSES PAR L HUMIDITE Corrosion des matériaux.

16 LES DOMMAGES CAUSES PAR L HUMIDITE Dégradation des matériaux. Éclatement des matériaux par le gel. Desquamation de la pierre. DIAGNOSTIC DE L HUMIDITE - Observation et collecte de renseignements sur l environnement immédiat, les caractéristiques de l humidité, son étendue, son intensité et les effets engendrés par elle. - Confirmation ou infirmation par des mesures et sondages - Rassembler toutes les données collectées et les classer selon les lieux géographiques, leurs caractéristiques, leurs intensités etc et cerner la nature et les causes de l humidité.

17 DIAGNOSTIC DE L HUMIDITE 1 - Signes d humidité provenant des remontées capillaires : - Au bas des murs, généralement au même niveau. - Se manifeste aussi bien à l extérieur qu à l intérieur du bâtiment. - Elle est décroissante de bas en haut. - Elle est généralisée dans tout le bâtiment. - Les bâtiments voisins subissent le même phénomène. - Il y a parfois apparition d efflorescences (nitrates). - Peut s accompagner par l humidité des revêtements de sol. - Le phénomène est observé pendant toute l année. DIAGNOSTIC DE L HUMIDITE 2 - Signes de l humidité provenant de la condensation : - Saisonnière (hivers) et liée au manque ou à l intermittence de chauffage. - Localisée sur les parois froides ou sur les ponts thermiques. - Absence ou insuffisance d aération. - Tâches accompagnées de moisissures ou de mousse. - Liée à la production de vapeur dans les pièces humides (cuisine, salle de bain).

18 DIAGNOSTIC DE L HUMIDITE 3 - Signes d infiltrations dues à l eau de pluie : - Localisée et liée à la saison de pluie. - Murs orientés du côté des vents dominants. - Matériaux poreux et parois peu épais. - Présence de fissures. - Protection des murs insuffisante ou dégradée. - Fuites des terrasses à la suite d usure et / ou par manque d entretien. LES REMEDES CONTRE L HUMIDITE Les remèdes doivent être adaptés à la nature et à l origine de l humidité. 1. Remèdes contre la condensation a / Réduction de la production de vapeur. b / Aération des locaux. c / Élimination des zones froides. d / Chauffage continu.

19 LES REMEDES CONTRE L HUMIDITE 2. Remèdes contre les remontées capillaires a / Empêcher le contact de l eau avec la fondation et le mur enterré par le drainage. LES REMEDES CONTRE L HUMIDITE 2. Remèdes contre les remontées capillaires b / L aération périphérique.

20 LES REMEDES CONTRE L HUMIDITE 2. Remèdes contre les remontées capillaires b / L aération périphérique. Caniveau d aération Borj Bsili - Tunis - LES REMEDES CONTRE L HUMIDITE 2. Remèdes contre les remontées capillaires c / Empêcher l eau de remonter par la création d une barrière étanche en recourant à des procédés mécaniques, chimiques, physico-chimiques ou électroniques. * Les coupures de capillarité par l introduction d une feuille étanche.

21 LES REMEDES CONTRE L HUMIDITE 2. Remèdes contre les remontées capillaires c / Empêcher l eau de remonter par la création d une barrière étanche en recourant à des procédés mécaniques, chimiques, physico-chimiques ou électroniques. * L injection de produit imperméabilisant. LES REMEDES CONTRE L HUMIDITE 2. Remèdes contre les remontées capillaires c / Empêcher l eau de remonter par la création d une barrière étanche en recourant à des procédés mécaniques, chimiques, physico-chimiques ou électroniques. * L électro-osmose.

22 LES REMEDES CONTRE L HUMIDITE 2. Remèdes contre les remontées capillaires c / Empêcher l eau de remonter par la création d une barrière étanche en recourant à des procédés mécaniques, chimiques, physico-chimiques ou électroniques. * L électrophorèse. LES REMEDES CONTRE L HUMIDITE 2. Remèdes contre les remontées capillaires c / Empêcher l eau de remonter par la création d une barrière étanche en recourant à des procédés mécaniques, chimiques, physico-chimiques ou électroniques. * L assèchement électronique.

23 LES REMEDES CONTRE L HUMIDITE 2. Remèdes contre les remontées capillaires c / Empêcher l eau de remonter par la création d une barrière étanche en recourant à des procédés mécaniques, chimiques, physico-chimiques ou électroniques. * Le siphon atmosphérique. LES REMEDES CONTRE L HUMIDITE 2. Remèdes contre les remontées capillaires c / Empêcher l eau de remonter par la création d une barrière étanche en recourant à des procédés mécaniques, chimiques, physico-chimiques ou électroniques. * Le siphon atmosphérique.

24 LES REMEDES CONTRE L HUMIDITE 2. Remèdes contre les remontées capillaires c / Empêcher l eau de remonter par la création d une barrière étanche en recourant à des procédés mécaniques, chimiques, physico-chimiques ou électroniques. * Le siphon atmosphérique. Des siphons installés à Dar Ben Abdallah Tunis- Inefficacité du procédé LES REMEDES CONTRE L HUMIDITE 2. Remèdes contre les remontées capillaires * Le contre mur intérieur.

25 Conclusion : Le choix du procédé en fonction de La sécurité du bâtiment. La valeur de la construction. Les moyens disponibles. Les caractéristiques et la nature des parois. L efficacité du procédé. Accès à l œuvre. L entretien de l installation.

Formation Bâtiment Durable : Rénovation à haute performance énergétique : Détails techniques

Formation Bâtiment Durable : Rénovation à haute performance énergétique : Détails techniques Formation Bâtiment Durable : Rénovation à haute performance énergétique : Détails techniques Bruxelles Environnement ISOLATION DES MURS EN RENOVATION Pierre DEMESMAECKER Institut de Conseil et d Etudes

Plus en détail

Atelier diagnostics N 3 humidité et bâti ancien

Atelier diagnostics N 3 humidité et bâti ancien Maisons paysannes de France 9 février 2013 Atelier diagnostics N 3 humidité et bâti ancien 1. Le CAUE, c est quoi? Le C.A.U.E. (Conseil d'architecture d'urbanisme et de l'environnement) est : une association

Plus en détail

Humidité FICHE TECHNIQUE

Humidité FICHE TECHNIQUE FICHE TECHNIQUE Humidité 2 5 CONNAÎTRE > Eau solide, eau liquide et eau vapeur > Migration de l eau à travers les matériaux > L évacuation de l eau > Les dommages causés par l humidité REGARDER > Accidents

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable : Matériaux. Bruxelles Environnement. L humidité : une pathologie. Pierre Willem. team@ecorce.be www.ecorce.

Formation Bâtiment Durable : Matériaux. Bruxelles Environnement. L humidité : une pathologie. Pierre Willem. team@ecorce.be www.ecorce. Formation Bâtiment Durable : Matériaux Bruxelles Environnement L humidité : une pathologie Pierre Willem team@ecorce.be www.ecorce.be OBJECTIFS DE LA PRESENTATION AVOIR UN APERCU DES ORIGINES DES PROBLEMES

Plus en détail

La protection des infrastructures et les drainages

La protection des infrastructures et les drainages La protection des infrastructures et les drainages SOMMAIRE 1- Migration de l eau dans le sol.... 2 2- Protection contre les remontées capillaires.... 2 a) Phénomène de capillarité.... 2 b) Protection

Plus en détail

Humidité. Fiche technique

Humidité. Fiche technique Fiche technique Humidité 2 6 7 12 Connaître Eau solide, eau liquide et eau vapeur Migration de l eau à travers les matériaux L évacuation de l eau Les dommages causés par l humidité Regarder Accidents

Plus en détail

Qu est-ce que l humidité?

Qu est-ce que l humidité? L HUMIDITÉ...utile mais parfois nuisible Qu est-ce que l humidité? L humidité peut être relative ou absolue L humidité relative : Rapport de la pression effective de la vapeur d eau à la pression maximale.

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable : Polluants intérieurs : comment les éviter?

Formation Bâtiment Durable : Polluants intérieurs : comment les éviter? Formation Bâtiment Durable : Polluants intérieurs : comment les éviter? Bruxelles Environnement Combattre l humidité dans les constructions Sandrine HERINCKX CSTC - WTCB Humidité dans les constructions

Plus en détail

Les enduits. Unité de Formation Professionnelle

Les enduits. Unité de Formation Professionnelle Les enduits Unité de Formation Professionnelle Les différents enduits Les finitions en isolations extérieure Migration de vapeur d eau Gestions des désordres Une protection contre les intempéries 1 Certains

Plus en détail

TECHNI.CH. Rapport technique / domaine du bâtiment. Contenu : L humidité dans les bâtiments

TECHNI.CH. Rapport technique / domaine du bâtiment. Contenu : L humidité dans les bâtiments Page 1 / 6 Rapport technique / domaine du bâtiment Contenu : L humidité dans les bâtiments Rédaction : Tomasini François / Etudiant ETC 3 ème année Date : Décembre 2010 Présentation Un problème abordé

Plus en détail

ANNEXE 2 ANNEXE 2 : L HUMIDITÉ DANS LE BÂTIMENT

ANNEXE 2 ANNEXE 2 : L HUMIDITÉ DANS LE BÂTIMENT ANNEXE 2 L HUMIDITÉ DANS LE BÂTIMENT LES PRINCIPALES CAUSES EXTERNES D HUMIDITÉ DANS LE BÂTIMENT L HYGROSCOPICITÉ L HUMIDITÉ ASCENSIONNELLE Les interventions possibles LES PÉNÉTRATIONS D EAU Les interventions

Plus en détail

Rénover les toitures plates : Points d attention pour l étancheur

Rénover les toitures plates : Points d attention pour l étancheur Rénover les toitures plates : Points d attention pour l étancheur L. Lassoie, CSTC Master title - 2/12/2013 - Page 1 Evolution du concept de toiture plate Jusqu'à la fin des années 80 : nombreuses pathologies

Plus en détail

oau pied MUR Construction, diagnostic, interventions Jean Coignet architecte urbaniste Laurent Coignet urbaniste

oau pied MUR Construction, diagnostic, interventions Jean Coignet architecte urbaniste Laurent Coignet urbaniste oau pied du MUR La maison ancienne Construction, diagnostic, interventions Jean Coignet architecte urbaniste Laurent Coignet urbaniste Groupe Eyrolles, 2003-2006 Groupe Eyrolles, 2012, pour la nouvelle

Plus en détail

Gestion de l humidité dans la rénovation. www.tyeco2.com

Gestion de l humidité dans la rénovation. www.tyeco2.com Gestion de l humidité dans la rénovation 1 Une réhabilitation thermique implique le renforcement de l isolation Les travaux d isolation peuvent modifier le comportement hygrothermique des parois Les maîtres

Plus en détail

Rénovation énergétique durable du bâti ancien humide. Gestion de l'humidité en habitat ancien - La ventilation selon AERAULEC - Marc NOËL

Rénovation énergétique durable du bâti ancien humide. Gestion de l'humidité en habitat ancien - La ventilation selon AERAULEC - Marc NOËL Rénovation énergétique durable du bâti ancien humide Gestion de l'humidité en habitat ancien - La ventilation selon AERAULEC - Marc NOËL cd2e RDV Produits - 13 mai 2015 1 Sommaire 1. Le bâti ancien humide

Plus en détail

PATRIMOINE BATI ET DEVELOPPEMENT DURABLE

PATRIMOINE BATI ET DEVELOPPEMENT DURABLE 1 PATRIMOINE BATI ET DEVELOPPEMENT DURABLE Comportement et compatibilité des matériaux pour le bâti ancien Bruno JARNO 2 AJENA Énergie et Environnement Association loi 1901 sans but lucratif 30 années

Plus en détail

ETANCHEITE DES FONDATIONS

ETANCHEITE DES FONDATIONS ETANCHEITE DES FONDATIONS H UM I DIT É DE S S O US-SOL Par définition, le sous-sol d un bâtiment désigne l ensemble des locaux (cave, garage, parfois pièce aménagée d un pavillon, caves ou parkings en

Plus en détail

Problèmes de condensation et d humidité des produits de fenêtrage

Problèmes de condensation et d humidité des produits de fenêtrage Problèmes de condensation et d humidité des produits de fenêtrage Qu est-ce que la condensation? Techniques de prévention Résistance à la condensation Ombrage Rideaux et stores Bouches de chaleur et appareils

Plus en détail

PRÉVENTION ET LUTTE CONTRE LES MÉRULES DANS L HABITAT RECOMMANDATIONS POUR UNE RÉHABILITATION DURABLE

PRÉVENTION ET LUTTE CONTRE LES MÉRULES DANS L HABITAT RECOMMANDATIONS POUR UNE RÉHABILITATION DURABLE PRÉVENTION ET LUTTE CONTRE LES MÉRULES DANS L HABITAT RECOMMANDATIONS POUR UNE RÉHABILITATION DURABLE wà PROPOS DES MÉRULES Une quarantaine de champignons peuvent infester les bois d une maison et les

Plus en détail

Humidité/Ventilation

Humidité/Ventilation Humidité/Ventilation Connaître le risque Vendredi 21 juin 2013 - Angers DPPS-DVSS et DT-SSPE Pays de la Loire 1 L humidité agit sur Connaître le risque la structure du bâti par un développement de moisissures

Plus en détail

Technique d étanchéité

Technique d étanchéité ISO-CONNECT Vario SD ISO-CONNECT Vario SD facilite la vie sur le chantier. Les confusions entre les films à l intérieur (pare-vapeur) et à l extérieur (par-pluie) appartiennent au passé. La membrane multifonction

Plus en détail

MURTECH. Assécheur de murs. Notice d utilisation Guide d installation CT 4. Traitement des remontées capillaires

MURTECH. Assécheur de murs. Notice d utilisation Guide d installation CT 4. Traitement des remontées capillaires Assécheur de murs MURTECH Traitement des remontées capillaires CT 4 Notice d utilisation Guide d installation Touraine Technologie 39 rue des granges Galand 37550 SAINT AVERTIN.Tél Fax :: (33) 02 47 37

Plus en détail

Lutter contre l humidité/ Traitement des murs Fiche n 3.3.1 - p1/7

Lutter contre l humidité/ Traitement des murs Fiche n 3.3.1 - p1/7 Lutter contre l humidité/ Traitement des murs Fiche n 3.3.1 - p1/7 1-Introduction Un moyen très répandu de condamner les remontées capillaires dans les murs, consiste à pratiquer une injection de produits

Plus en détail

Ecologie de l habitat ancien

Ecologie de l habitat ancien Ecologie de l habitat ancien Brest le 24 mars 2005 Les problématiques de la réhabilitation durable : points clef de la conservation et de l amélioration du bâti, faisabilité technique et économique Intervenant

Plus en détail

HUMIDITE DANS LE BATIMENT Origines et solutions

HUMIDITE DANS LE BATIMENT Origines et solutions Mise à jour : Juin 2010 HUMIDITE DANS LE BATIMENT Origines et solutions Dans un bâtiment, l'humidité peut être d'origine naturelle, accidentelle ou liée à un défaut d'entretien. Elle cause différents dommages

Plus en détail

Profilitec Tapis d isolation, de drainage et de dilatation. Liste de prix 2011

Profilitec Tapis d isolation, de drainage et de dilatation. Liste de prix 2011 Profilitec Tapis d isolation, de drainage et de dilatation Liste de prix 2011 Natte d étanchéité, de desolidarisation et de drainage Nattes d étanchéité et desolidarisation en polyéthylène pour la pose

Plus en détail

La moisissure. Causes Prévention Combattre

La moisissure. Causes Prévention Combattre La moisissure Causes Prévention Combattre Moisissure La moisissure, qu est-ce que c est? Elément écologique indissociable de notre environnement naturel. Terme générique désignant une multitude d espèces

Plus en détail

Yves Baret Traiter l humidité

Yves Baret Traiter l humidité Yves Baret Traiter l humidité 2 e édition, 2011 Groupe Eyrolles, 2007-2011 ISBN 13 : 978-2-212-13223-6 II Manifestations et effets de l humidité / Les conséquences de l humidité Le bois en œuvre craint

Plus en détail

L EVOLUTION DE L ISOLATION

L EVOLUTION DE L ISOLATION L EVOLUTION DE L ISOLATION FABRIQUÉ AU CANADA DEPUIS 1986 ICYNENE.BE, ICYNENE.EU, ICYNENE.COM MOUSSE D ISOLATION PROJETEE C EST VRAI la mousse d isolation projetée Icynene est un peu plus onéreuse que

Plus en détail

LES TROUBLES HABITUELS

LES TROUBLES HABITUELS LES TROUBLES HABITUELS Le diagnostic et les solutions d intervention Problèmes majeurs Troubles Opérations habituelles 1. Fondation - drainage -- affaissement, déformation -- joints -- fissures -- pourriture

Plus en détail

Pathologies des FONDATIONS

Pathologies des FONDATIONS Pathologies des FONDATIONS Module #2: Résistance structurale Excavation par Michel F. Coallier (2006) 1 Exigences de résistance r structurale: : (CNB 95-9.4) La partie 9 du CNB ne spécifie pas des exigences

Plus en détail

Flash information : Juin 2010

Flash information : Juin 2010 Flash information : Juin 2010 Comment rendre son logement plus performant Le coût de l énergie, son impact polluant sur notre environnement, nous mènent aujourd hui à favoriser et à développer chez chacun

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable : Rénovation passive et (très) basse énergie : détails techniques

Formation Bâtiment Durable : Rénovation passive et (très) basse énergie : détails techniques Formation Bâtiment Durable : Rénovation passive et (très) basse énergie : détails techniques Bruxelles Environnement ISOLATION DES MURS EN RENOVATION Pierre DEMESMAECKER Institut de Conseil et d Etudes

Plus en détail

DEMONSTRATION CONCRETE ET SANS APPEL

DEMONSTRATION CONCRETE ET SANS APPEL COMMENT ECONOMISER DE L ENERGIE, RETROUVER LE CONFORT ET REDUIRE LA FACTURE DE TRAVAU D AMELIORATION DE PERFORMANCES ENERGETIQUE Un investissement divisé par 4 Pour 100 % de satisfaction Le conseil en

Plus en détail

Pour que votre maison et votre patrimoine Soient préservés de ce mal que l on cachait Faute de pouvoir le soigner : L humidité. L ASSECHEUR de MURS

Pour que votre maison et votre patrimoine Soient préservés de ce mal que l on cachait Faute de pouvoir le soigner : L humidité. L ASSECHEUR de MURS Pour que votre maison et votre patrimoine Soient préservés de ce mal que l on cachait Faute de pouvoir le soigner : L humidité L ASSECHEUR de MURS TECHNISEC Sommaire : Généralités sur l humidité Diagnostic

Plus en détail

Dossier technique. L humidité dans l habitation. Inno vision Technology. 21700 Chaux. Nuits-Saint-Georges. (Siège social) 12 Place des Marronniers

Dossier technique. L humidité dans l habitation. Inno vision Technology. 21700 Chaux. Nuits-Saint-Georges. (Siège social) 12 Place des Marronniers Dossier technique L humidité dans l habitation Inno vision Technology (Siège social) 12 Place des Marronniers 21700 Chaux Nuits-Saint-Georges 03 80 770 770 Une vision novatrice et technologique du traitement

Plus en détail

Toits durables. AGPI toit durable 2008-10-01

Toits durables. AGPI toit durable 2008-10-01 Toits durables 1 Merci à l AGPI Bienvenue 2 Mario V. Petrone, architecte et architecte paysagiste 3 PROGRAMME Introduction 1. Le concept d une pression équilibrée 2. Le problème 3. Les causes 4. Le résultat

Plus en détail

Améliorer les performances énergétiques du bâti ancien Techniques adaptées

Améliorer les performances énergétiques du bâti ancien Techniques adaptées Améliorer les performances énergétiques du bâti ancien Techniques adaptées Intervention du 25 Juin 2015 Dans le cadre des «soirées du Bâtiment» de l Action Construction Durable Couserans Laurelyne MEUNIER,

Plus en détail

Par Hélène Delorme, présidente de Maisons Paysannes de l Yonne

Par Hélène Delorme, présidente de Maisons Paysannes de l Yonne Par Hélène Delorme, présidente de Maisons Paysannes de l Yonne 1 L association des Maisons Paysannes de l Yonne : - délégation dans l Yonne de Maisons Paysannes de France - 200 adhérents - 8.000 adhérents

Plus en détail

Terrassement- Fondations - Egouttage

Terrassement- Fondations - Egouttage Terrassement- Fondations - Egouttage «Le terrassement débute et ne dure que quelques jours. Viennent ensuite les fondations, puis le réseau d égouttage. On peut remarquer la qualité du travail d égouttage

Plus en détail

RESTAURATION ENERGETIQUES et environnement du bâti ancien

RESTAURATION ENERGETIQUES et environnement du bâti ancien RESTAURATION ENERGETIQUES et environnement du bâti ancien Congrès Besançon 2015 Outils de mesure de la consommation du BATI ANCIEN Selon la consommation réelle mesurée (étude BATAN 2007) Logiciels thermiques

Plus en détail

Rénovation des châssis existants et remplacement du simple vitrage

Rénovation des châssis existants et remplacement du simple vitrage Energie et construction Cycle technique 2014 Formations supportées par la Wallonie Rénovation des châssis existants et remplacement du simple vitrage A.Tilmans Laboratoire caractéristiques énergétiques

Plus en détail

Humabloc Plus. Technologie gel avancée

Humabloc Plus. Technologie gel avancée Humabloc Plus Technologie gel avancée Humabloc Plus Humidité ascensionnelle En général, l humidité ascensionnelle affecte surtout des murs à forte absorbtion, sous l effet du processus de capillarité en

Plus en détail

ETE HIVER. Très forte réflexion 95 % Emissivité 5 % Chauffage. Climatisation. Sortie d'air et de vapeur d'eau. Chauffage ou climatisation Vapeur

ETE HIVER. Très forte réflexion 95 % Emissivité 5 % Chauffage. Climatisation. Sortie d'air et de vapeur d'eau. Chauffage ou climatisation Vapeur Un isolant 2 en 1 Isolation par réflexion et très faible émissivité En hiver : SKYTECH Pro réfléchit la chaleur émise par le chauffage vers l'intérieur grâce à son fort pouvoir de réflexion. Sa très faible

Plus en détail

Économise de l énergie

Économise de l énergie Arrête l infiltration d eau de pluie Économise de l énergie Améliore la résistance aux inondations Crème de protection pour façades Crème de protection pour façades Stormdry Lorsque la façade est humide,

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable : Outils de diagnostic pour la rénovation

Formation Bâtiment Durable : Outils de diagnostic pour la rénovation Formation Bâtiment Durable : Outils de diagnostic pour la rénovation Bruxelles Environnement ISOLATION DE L ENVELOPPE Gauthier KEUTGEN ICEDD asbl Objectif(s) de la présentation Attirer l attention sur

Plus en détail

Guide de mise en œuvre. Liant ProKalK

Guide de mise en œuvre. Liant ProKalK Guide de mise en œuvre Liant ProKalK Applications Confort Caractéristiques du produit Caractéristiques physiques Dosage et conseil d utilisation Isolation du sol en béton de chanvre ProKalK Isolation pour

Plus en détail

Réponses techniques existantes, généralités

Réponses techniques existantes, généralités Réponses techniques existantes, généralités Les bâtiments existants peuvent être construits de manières très différentes. De ce fait, il n existe pas une unique manière de réhabiliter. Il faut agir en

Plus en détail

RESTAURATION ENERGETIQUES et environnement du bâti ancien. Renaissance des cités d europe Bordeaux 08/10/2014

RESTAURATION ENERGETIQUES et environnement du bâti ancien. Renaissance des cités d europe Bordeaux 08/10/2014 RESTAURATION ENERGETIQUES et environnement du bâti ancien Renaissance des cités d europe Bordeaux 08/10/2014 PRIORITE des l ANALYSES du bâti ancien Analyse structurelle Analyse architecturale et patrimoniale

Plus en détail

Isolation thermique des toitures plates existantes

Isolation thermique des toitures plates existantes Isolation thermique des toitures plates existantes Notre société se préoccupe de plus en plus des économies d énergie, de la protection de l environnement et du confort, ce qui requiert une isolation thermique

Plus en détail

ACSplus. Le système d intercalaire périphérique optimisé de Glas Trösch. Ou comment améliorer encore une bonne fenêtre.

ACSplus. Le système d intercalaire périphérique optimisé de Glas Trösch. Ou comment améliorer encore une bonne fenêtre. ACSplus Le système d intercalaire périphérique optimisé de Glas Trösch. Ou comment améliorer encore une bonne fenêtre. Quel plaisir d avoir de nouvelles fenêtres équipées de verres isolants modernes qui

Plus en détail

Guide technique. Le radon dans les bâtiments

Guide technique. Le radon dans les bâtiments Guide technique Le radon dans les bâtiments Guide pour la remédiation dans les constructions existantes et la prévention dans les constructions neuves Diagnostic technique Techniques de remédiation et

Plus en détail

CONTRE L HUMIDITE ASCENSIONNELLE!

CONTRE L HUMIDITE ASCENSIONNELLE! CONTRE L HUMIDITE ASCENSIONNELLE! SUPER RAPIDE FACILE EFFICACE SUPER RAPIDE & FACILE Forer, injecter et ça y est RESPECTE LA NATURE Sans solvants, non-toxique & inodore PROPRE Aucun risque de perte de

Plus en détail

ECRANS ET MEMBRANES CATALOGUE. www.fakro.fr

ECRANS ET MEMBRANES CATALOGUE. www.fakro.fr ECRANS ET MEMBRANES CATALGUE 01 1 H VTRE TIT, ESTIL BIEN VENTILE? LES MEMBRANES LE MYEN D AVIR UN TIT ETANCHE ET ISLE H H H H H ETANCHEITE A L EAU H PERMEABILITE A LA VAPEUR La Société FAKR détient une

Plus en détail

BETOCRETE C-16 - BETOCRETE C-17 (BV)

BETOCRETE C-16 - BETOCRETE C-17 (BV) Consulter la fiche technique disponible sur le site www.benfer.it / www.schomburg.de Additifs Imperméabilisants Liquides Cristallins pour structures en béton 292 Additifs Imperméabilisants Cristallins

Plus en détail

+ de 1000 appareils déjà installés

+ de 1000 appareils déjà installés + de 1000 appareils déjà installés Sommaire 1 2 3 4 5 6 7 Pourquoi traiter les problèmes d humidité? Comment traiter définitivement la remontée capillaire? présentation de l appareil StopRise Quels sont

Plus en détail

Yves Baret Traiter l humidité

Yves Baret Traiter l humidité Yves Baret Traiter l humidité 2 e édition, 2011 Groupe Eyrolles, 2007-2011 ISBN 13 : 978-2-212-13223-6 III Sources de l humidité / Sources externes constantes ou naturelles Sources externes constantes

Plus en détail

Polystyrène expansé. Humidité N 9. Les Fondamentaux. Les Fondamentaux. Décembre 2012. Polystyrène expansé. & Humidité

Polystyrène expansé. Humidité N 9. Les Fondamentaux. Les Fondamentaux. Décembre 2012. Polystyrène expansé. & Humidité Page 1 Performant même les pieds dans l eau pour des économies durables d énergies & Humidité & Humidité Le polystyrène expansé : l humidité ne passera pas! Son insensibilité maximale à l'eau garantit

Plus en détail

Les barrières-vapeur

Les barrières-vapeur Les barrières-vapeur 01_Montage d une barrière-vapeur et d une couche d étanchéité à l air Sisalex 518 dans une piscine intérieure Outre la thématique de l étanchéité à l air, la protection des bâtiments

Plus en détail

Toitures, Façades : Toutes les solutions pour rendre soit même sa maison plus belle. Vincent Christophoul Directeur de la société Kristol

Toitures, Façades : Toutes les solutions pour rendre soit même sa maison plus belle. Vincent Christophoul Directeur de la société Kristol Toitures, Façades : Toutes les solutions pour rendre soit même sa maison plus belle Vincent Christophoul Directeur de la société Kristol Toitures, Façades : Quelle solution? Toitures, Façades ades : Toutes

Plus en détail

Parois à ossature bois et transferts de vapeur

Parois à ossature bois et transferts de vapeur Parois à ossature bois et transferts de vapeur Julien Lamoulie 28 novembre 2013 Un peu de physique L air a une capacité limitée à retenir la vapeur d eau la capacité maximale décroît considérablement à

Plus en détail

3 / Interventions à réaliser, à éviter

3 / Interventions à réaliser, à éviter 3 / Interventions à réaliser, à éviter dans le bâti ancien, hauts et bas Ils ont un rôle très semblable à celui des murs verticaux dans la gestion thermique et hydrique de la maison. Ensemble, ils déterminent

Plus en détail

Isolation intérieure et extérieure de murs anciens en briques pleines

Isolation intérieure et extérieure de murs anciens en briques pleines Isolation intérieure et extérieure de murs anciens en briques pleines LES CAHIERS PRATIQUES Préambule La demande du client Ce document est réalisé sur la base d ateliers de travail rassemblant des entreprises

Plus en détail

ETE HIVER. Très forte réflexion 95 % Chauffage. Isolant par réflexion pare vapeur Winco. Sortie d'air et de vapeur d'eau

ETE HIVER. Très forte réflexion 95 % Chauffage. Isolant par réflexion pare vapeur Winco. Sortie d'air et de vapeur d'eau Un isolant 2 en 1 Isolation par réflexion et très faible émissivité En hiver : SKYTECH Pro réfléchit la chaleur émise par le chauffage vers l'intérieur grâce à son fort pouvoir de réflexion. Sa très faible

Plus en détail

La protection des parois enterrées

La protection des parois enterrées La protection des parois enterrées Les produits pour traiter les remontées capillaires ou l action des eaux de ruissellement ou d infiltration : parce que les parois enterrées se doivent d être protégées

Plus en détail

LA PRÉVENTION DE LA PROLIFÉRATION DES MOISISSURES DANS LES BÂTIMENTS

LA PRÉVENTION DE LA PROLIFÉRATION DES MOISISSURES DANS LES BÂTIMENTS LA PRÉVENTION DE LA PROLIFÉRATION DES MOISISSURES DANS LES BÂTIMENTS Les moisissures dans les bâtiments Qu est-ce que la moisissure? Les moisissures dans l environnement Champignons microscopiques à croissance

Plus en détail

Méthodes de remédiation et de prévention du radon dans l habitat

Méthodes de remédiation et de prévention du radon dans l habitat Méthodes de remédiation et de prévention du radon dans l habitat Sante-Radon ne peut pas être tenu pour responsable des dommages directs ou indirects résultant de l utilisation des informations mises à

Plus en détail

Etanchéité à l air Elément déterminant

Etanchéité à l air Elément déterminant Etanchéité à l air Elément déterminant Comment assurer la continuité lors de la pose de châssis Confédération Construction Bruxelles -Capitale 28 avril 2011 André BAIVIER ISOPROC le principe de l isolation

Plus en détail

Film à structure bosselée résistant à la pression pour un drainage durable de la surface

Film à structure bosselée résistant à la pression pour un drainage durable de la surface Pour que se soit parfait. Durabase DD Film à structure bosselée résistant à la pression pour un drainage durable de la surface F Problèmes Durabase DD assure un drainage très efficace avec un fort pouvoir

Plus en détail

Descriptif quantitatif second œuvre

Descriptif quantitatif second œuvre GENERAUX ARTISTIQUES Descriptif quantitatif second œuvre La mise en œuvre de menuiserie intérieure Maintien des blocs portes en attente de la pose de la cloison (mise en place, réglage et calage) ES S

Plus en détail

isoler de façon étanche au vent et à l air, et pourtant ouverte à la diffusion

isoler de façon étanche au vent et à l air, et pourtant ouverte à la diffusion isoler de façon étanche au vent et à l air, et pourtant ouverte à la diffusion les règles de base pour isoler d une façon durable et efficace, Bois et Habitat Namur Mars 2011 André BAIVIER isoproc le principe

Plus en détail

Causes et. Remèdes GUIDE TECHNIQUE DEGRADATIONS DANS L HABITAT:

Causes et. Remèdes GUIDE TECHNIQUE DEGRADATIONS DANS L HABITAT: GUIDE TECHNIQUE L humidité dans les murs des habitations ANCIENNES Causes et Remèdes 1 L HUMIDITE DANS LA VIE QUOTIDIENNE DEGRADATIONS DANS L HABITAT: Mobilier en bois : Modification dimensionnelle Décollement

Plus en détail

Performances énergétiques. La conduction. La transmission thermique. Les phénomènes physiques concernés. Diagnostiquer avant de rénover

Performances énergétiques. La conduction. La transmission thermique. Les phénomènes physiques concernés. Diagnostiquer avant de rénover Performances énergétiques Diagnostiquer avant de rénover Claude CRABBÉ PRINCIPES DE BASE DE LA PHYSIQUE DU BATIMENT Architecture & Climat UCL IA concept Les phénomènes physiques concernés. La transmission

Plus en détail

Comment construire une maison en béton économiquement BBC?

Comment construire une maison en béton économiquement BBC? Comment construire une maison en béton économiquement BBC? Réalisation du second œuvre, des équipements et du test de perméabilité à l air (4/4) Réalisation du second œuvre Pose des menuiseries Menuiseries

Plus en détail

Le défi des Familles Eco-Engagées. Engagées. Guide de la ventilation l étanchéité à l air

Le défi des Familles Eco-Engagées. Engagées. Guide de la ventilation l étanchéité à l air Le défi des Familles Eco-Engagées Engagées Guide de la ventilation ventilation et de l étanchéité à l air La ventilation d un bâtiment permet : - d évacuer l air vicié, chargé en humidité et en polluants

Plus en détail

Les parois de chambres froides

Les parois de chambres froides Les parois de chambres froides présentation de : Illustrations de sources diverses. 1 Objectifs du cours Identifier les modes de transferts Réaliser un bilan thermique pour un échangeur un mur un container

Plus en détail

La thermographie infrarouge et le bâtiment

La thermographie infrarouge et le bâtiment Patrick ROBE En thermographie depuis 25 ans Certifié Niveau 3 ITC (standard ASNT) Collaborateur de l Université de Liège Laboratoire de thermodynamique Formateur certifié ITC pour Niveaux 1 & 2 Consultant

Plus en détail

LA MAISON BIOCLIMATIQUE Isolation thermique de la maison. NOM : Classe : Page 1/2

LA MAISON BIOCLIMATIQUE Isolation thermique de la maison. NOM : Classe : Page 1/2 S1 - S2 NOM : Classe : Page 1/2 1. Problème à résoudre Comment isoler efficacement la maison bioclimatique. 2. Connaitre les matériaux d'isolation En se connectant au site Leroymerlin.fr rubrique : construction

Plus en détail

Lesbasesde la therm ique

Lesbasesde la therm ique Lesbasesde la therm ique 22 Les enjeux Le confort des occupants en toute saison L hygiène et la santé (besoin en oxygène odeurs fumées) Pérennité du bâtiment (condensation, gel) Economie d énergie Préservation

Plus en détail

Un traitement efficace contre l humidité ascensionnelle

Un traitement efficace contre l humidité ascensionnelle WILLCO Dry Wall Un traitement efficace contre l humidité ascensionnelle RAPIDE Pas de forages multiples, pas de temps d attente jusqu à saturation pendant l injection forage et injection en une seule opération!

Plus en détail

POSE OU CHANGEMENT D UNE PORTE D ENTRÉE

POSE OU CHANGEMENT D UNE PORTE D ENTRÉE 1 POSE OU CHANGEMENT D UNE PORTE D ENTRÉE L installation d une porte étanche ne doit pas perturber le renouvellement de l air. Dans de rares cas (ex : petits volumes, autres ouvrants trop petits), la forte

Plus en détail

Assurance qualité. Thermographies Test «Blower-Door» Calcul de ponts thermiques. Energie am grénge Beräich

Assurance qualité. Thermographies Test «Blower-Door» Calcul de ponts thermiques. Energie am grénge Beräich Assurance qualité Thermographies Test «Blower-Door» Calcul de ponts thermiques Energie am grénge Beräich GESTION DE L ENERGIE CONSEIL EN ENERGIE FORMATIONS C Analyse thermographique 3 Analyse thermographique

Plus en détail

TECHNIQUE MESURES IMPORTANTES CONCERNANT L UTILISATION ET L AMÉNAGEMENT D UN SOUS-SOL NEUF

TECHNIQUE MESURES IMPORTANTES CONCERNANT L UTILISATION ET L AMÉNAGEMENT D UN SOUS-SOL NEUF GUIDE TECHNIQUE CONSOMMATEURS MESURES IMPORTANTES CONCERNANT L UTILISATION ET L AMÉNAGEMENT D UN SOUS-SOL NEUF Document préparé par le Service technique et inspection de chantiers de l Association provinciale

Plus en détail

Durabilité des solutions d'enveloppe. Transfert d humidité et composition d enveloppe : Les parois opaques L isolation de la toiture par l extérieur

Durabilité des solutions d'enveloppe. Transfert d humidité et composition d enveloppe : Les parois opaques L isolation de la toiture par l extérieur Durabilité des solutions d'enveloppe Transfert d humidité et composition d enveloppe : Les parois opaques L isolation de la toiture par l extérieur Trois questions... L'étanchéité à l'air, pointe de l'iceberg

Plus en détail

ventilez chauffez votre eau CRÉDIT D IMPÔTS* vmc BBC + chauffe-eau thermodynamique sur air extrait aéraulix 2 facilité d intégration

ventilez chauffez votre eau CRÉDIT D IMPÔTS* vmc BBC + chauffe-eau thermodynamique sur air extrait aéraulix 2 facilité d intégration vmc BBC + chauffe-eau thermodynamique sur air extrait aéraulix Les P r o d u i t s facilité d intégration facilité d installation gains énergétiques renforcés : rendement stable quelle que soit la température

Plus en détail

CLIMAT. le traitement climatique

CLIMAT. le traitement climatique climatique L a grande difficulté réside dans le choix des moyens à mettre en œuvre pour traiter le climat d un musée, en vue d assurer les conditions optimales de conservation des collections. OBJECTIFS

Plus en détail

Etanchéité à l air dans la construction bois. Marc DELORME Inter Forêt-Bois 42

Etanchéité à l air dans la construction bois. Marc DELORME Inter Forêt-Bois 42 Etanchéité à l air dans la construction bois Marc DELORME Inter Forêt-Bois 42 Pourquoi des bâtiments étanches à l air? Ne pas confondre : étanchéité à l air et confinement Une bonne étanchéité à l air

Plus en détail

Transfert de vapeur d eau

Transfert de vapeur d eau S8-Transfert Hygrothermique 1. Problématique Humidité dans les logements L air contenu dans les logements contient toujours de la vapeur d eau. A l intérieur ceci est dû en partie par l activité humaine

Plus en détail

Rénovation thermique. par l extérieur

Rénovation thermique. par l extérieur Rénovation thermique par l extérieur Enjeux des rénovations Secteur du Bâtiment : 1 er consommateur d énergie. Faire diminuer les consommations énergétiques des bâtiments en augmentant leur performance

Plus en détail

LA PROPAGATION DE LA CHALEUR A TRAVERS UNE PAROI. 1 - La résistance thermique d'échange superficiel (Rsi et Rse)

LA PROPAGATION DE LA CHALEUR A TRAVERS UNE PAROI. 1 - La résistance thermique d'échange superficiel (Rsi et Rse) LA POPAGATION DE LA HALE A TAVES NE PAOI ne paroi séparant deux ambiances de températures différentes, constitue un obstacle plus ou moins efficace, au flux de chaleur qui va s'établir de la chaude vers

Plus en détail

MATERIAU D ISOLATION THERMIQUE

MATERIAU D ISOLATION THERMIQUE Base de données de produits dans le cadre de la réglementation PEB MATERIAU D ISOLATION THERMIQUE doc_1.1 Add1_S.a_FR_isolant thermique_v2.0_20090804.doc 4 août 2009 Addendum 1 : panneaux isolants sous

Plus en détail

Diagnostic De Performance ÉnergÉtique

Diagnostic De Performance ÉnergÉtique ELÉMENTS DE THERMIQUE Diagnostic De Performance ÉnergÉtique Mesurer la performance énergétique La conduction La conduction est un transfert de chaleur entre solides. L exemple plaque électrique. La plaque

Plus en détail

Rapport de Diagnostic Technique de l état physique. «La Maison du contrôleur»

Rapport de Diagnostic Technique de l état physique. «La Maison du contrôleur» Référence dossier : Z0907035-OG Rapport de Diagnostic Technique de l état physique «La Maison du contrôleur» Maître d ouvrage Voies Navigables de France Direction Interrégionale de VNF Sud Ouest 2 Port

Plus en détail

traitement efficace de l'humidité ascensionnelle www.dryzone.fr rapide simple efficace respecte l'environnement

traitement efficace de l'humidité ascensionnelle www.dryzone.fr rapide simple efficace respecte l'environnement traitement efficace de l'humidité ascensionnelle www.dryzone.fr rapide simple efficace respecte l'environnement L humidité ascensionnelle Les conséquences de l humidité ascensionnelle se manifestent sous

Plus en détail

«Grâce à BELFOR, la fuite a été immédiatement localisée. Des résultats certifiés. et le dégât des eaux évité» Des prestations associées

«Grâce à BELFOR, la fuite a été immédiatement localisée. Des résultats certifiés. et le dégât des eaux évité» Des prestations associées INSTALLATIONS TECHNIQUES DANS LA MAISON Conduites d eau froide et d eau chaude Conduites de chauffage/ chauffage au sol Conduites d eaux usées Inspection de cavités Problèmes de condensation Moisissure

Plus en détail

Les matériaux absorbants

Les matériaux absorbants L absorption acoustique est le pouvoir qu ont certains matériaux de laisser pénétrer une partie de l énergie sonore qui vient frapper leur surface. Un matériau absorbant posé sur une cloison va diminuer

Plus en détail

Climatisation / Critéres du fonctionnement normal R22

Climatisation / Critéres du fonctionnement normal R22 Climatisation / Critéres du fonctionnement normal R22 1. Schéma de l installation 2. Critéres du bon fontionnement CONDENSEUR Valeurs de référence Valeurs mesurées Evaporateur à air/condenseur à air θ

Plus en détail

RAPPORT D INSPECTION

RAPPORT D INSPECTION RAPPORT D INSPECTION Pour la propriété située au : 6730-6736, boul. Pie IX Montréal, QC Préparé pour : Mme. Cliente Satisfaite Date de l inspection : vendredi, 3 septembre, 2010 Inspecté par : Robert Zbikowski,

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable : Rénovation passive et (très) basse énergie : détails techniques

Formation Bâtiment Durable : Rénovation passive et (très) basse énergie : détails techniques Formation Bâtiment Durable : Rénovation passive et (très) basse énergie : détails techniques Bruxelles Environnement ISOLATION PAR L INTERIEUR : LES TOITS Pierre DEMESMAECKER Institut de Conseil et d Etudes

Plus en détail