Les AVCs en médecine interne: Etiologies et facteurs de risque chez les patients victimes d un accident vasculaire cérébral

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les AVCs en médecine interne: Etiologies et facteurs de risque chez les patients victimes d un accident vasculaire cérébral"

Transcription

1 Les AVCs en médecine interne: Etiologies et facteurs de risque chez les patients victimes d un accident vasculaire cérébral BEDJAOUI C, Ibrir M, Boudjelida H,Hakem D, Berrah A Service de Médecine Interne CHU Bab El Oued ALGER

2 INTRODUCTION Accident vasculaire cérébral (AVC) : seconde cause de mortalité au niveau mondial et première cause en termes d'années d handicap acquis [1, 2] Problème majeur de santé dont la difficulté réside aussi bien dans la prise en charge initiale que dans la multitude d étiologies pouvant le provoquer. 1 Feigin VL. Stroke in developing countries: can the epidemic be stopped and outcomes improved? Lancet Neurol 2007; 6: Strong K, Mathers C, Bonita R. Preventing stroke: saving lives around the world. Lancet Neurol 2007; 6:

3 OBJECTIFS Décrire les principaux facteurs de risque Etablir les diagnostiques étiologiques

4 PATIENTS ET METHODE Étude rétrospective Patients hospitalisés Période : de janvier 2007 à décembre 2014 Bilan étiologique basé sur : Antécédents. Anamnèse Données cliniques Investigations : biologiques, morphologiques..

5 PATIENTS ET METHODE Critères d inclusion: Accidents Ischémiques Transitoires. AVC ischémiques. AVC hémorragiques. Critères d exclusion: Les thromboses veineuses cérébrales.

6 Résultats

7 Caractéristiques démographique de la population étudiée: Population : 61 patients 41% 59% homme femme Sex-ratio: 0,69 ( 25:36 )

8 Caractéristiques démographique de la population étudiée: Répartition en fonction de l âge et du sexe ans feminine masculine total ans ans ans ans ans >70 ans Age moyen = 46 ans Pic d'âge dans les ans. 55% de la pop est une pop jeune (< 45 ans)

9 REPARTITION SELON LE MOTIF D HOSPITALISATION: 42 Incidence selon le type d AVC Total feminin masculin N= ISCHEMIQUE HEMORRAGIQUE AIT

10 REPARTITION SELON LE MOTIF D HOSPITALISATION: Incidence des AVC chez les sujets jeunes 23 Total feminin masculin N= ISCHEMIQUE HEMORRAGIQUE AIT

11 Répartition selon les antécédents et facteurs de risque: 30 Antécédents personnels N= TOTAL FEMININE MASCULINE tabac Diabete HTA dyslipidémie OP cardiopathie ethylisme

12 Répartition selon les antécédents et facteurs de risque: Profil des dyslipidémies hypo HDL Echantillon totale 26 hyper LDL hyper TG N= 61 population totale feminine masculine hypo HDL 9 Sujet jeune hyper LDL hyper TG N= 31 population totale feminine masculine

13 REPARTITION SELON LES ETIOLOGIES RETENUES DIAGNOSTIC 30% 70% ETABLI NON ETABLI

14 REPARTITION SELON LES ETIOLOGIES RETENUES HTA MALADIE DYSIMMUNITAIRE /SYSTEMIQUE THROMBOPHILIE MALADIES CARDIOVASCULAIRES Autres:hémopathie,paraneoplasique,

15 REPARTITION SELON LES ETIOLOGIES RETENUES MALADIES SYSTEMIQUES/DYSIMMUNITAIRES 7% 6% 7% 7% 33% SAPL MALADIE DE BEHCET MALADIE DE TAKAYASU 20% 20% MALADIE COELIAQUE Sneddon APL(-) polymyosite lupus

16 REPARTITION SELON LES ETIOLOGIES RETENUES MALADIES CARDIOVASCULAIRE 1 2 FOP RAO calcifié 1 angiodysplasie de la gerbe aortique

17 POPULATION JEUNE

18 REPARTITION SELON LES ETIOLOGIES RETENUES non retrouvé thrombophilie 2 9 N= 31 maladie cardio vasculaire 1 dysimmunitaire général SAPL maladie caeliaque maladie de behçet maladie de takayasu sneddon

19 DISCUSSION Étude (1) INTERSTROKE (2) NOTRE ETUDE PERIODE POPULATION POP JEUNE (14%) 31(55%) Pop FEMININE 50(62,5%) 1106 (37%) 36(59%) TYPE D AVC AVCi 2337 (78%) 42(68,85%) AVCh 663 (22%) 6(21,31%) FACTEURS DE RISQUE HTA 20% 51,8% 44,26% TABAC 36% 18,9% 18,03% ETHYLISME 3,8% 0,01% HYPER LDL 54% 24,9% 42,62% DIABETE 6% 5% 21,31% CARDIOPATHIE 20% 6,7% 0,08%

20 DISCUSSION ETIOLOGIE ETUDE 1 NOTRE ETUDE CARDIOPATHIE TOTAL 23 4 FOP 10 2 DYSPLASIE FIBRO MUSCULAIRE 2 1 SAPL 3 4 PAS DE DIAGNOSTIC 25(31,25%) 18 (30%) (1)Causes des AVC ischémiques artériels des sujets jeunes : analyse d'une série de 80 patients: K. AinLne 1, P. Rousseau 2, A. Bazin 3, R. Jaussaud 1 1Service de medecine interne et maladies infectieuses, 2service de neurochirurgie, 3service des urgences, CHU Robert-Debr#, avenue du G#n6raI-Koenig, Reims cedex, France (2) Risk factors for ischaemic and intracerebral haemorrhagic stroke in 22 countries (the INTERSTROKE study): a case-control study: Vol 376 July 10, 2010

21 DISCUSSION L étiologie la plus fréquente dans notre échantillon est l HTA. L étiologie la plus fréquente dans la échantillon jeune est le SAPL.

22 CONCLUSION

23 NEUROLOGUE GENERALISTE RADIOLOGUE (interventionnel) INTERNISTE MULTIDISCIPLINAIRE

24

Complications neuro-vasculaires et AVC du Diabétique D R G I L J M H I A L A V E R A N, M A R S E I L L E

Complications neuro-vasculaires et AVC du Diabétique D R G I L J M H I A L A V E R A N, M A R S E I L L E Complications neuro-vasculaires et AVC du Diabétique D R G I L J M H I A L A V E R A N, M A R S E I L L E Généralités 20% de diabétiques parmi les AVC x 2 à lui seul le risque d AVC Encore plus chez les

Plus en détail

Dyslipidémies et accidents ischémiques cérébraux. Epidémiologie

Dyslipidémies et accidents ischémiques cérébraux. Epidémiologie Dyslipidémies et accidents ischémiques cérébraux Epidémiologie Cholestérol et accidents ischémiques cérébraux: plan I Lipides et atteintes des grosses artères cérébrales: 4 Epidémiologie lipides et risque

Plus en détail

Hyperuricémie : un facteur de risque souvent négligé

Hyperuricémie : un facteur de risque souvent négligé Hyperuricémie : un facteur de risque souvent négligé MEH CHERIFI,M ARAB ; A RAMDANI, F ALIBDESSAMED, Z GUECHI 21ème Congrès National de Médecine Interne. Tlemcen 15, 16 et 17 mai Introduction I PM : 168

Plus en détail

Module 9: 3 cas cliniques d athérosclérose

Module 9: 3 cas cliniques d athérosclérose Professeur François SCHIELE Université de FRANCHE COMTE Service de Cardiologie 25000 BESANCON Module 9: 3 cas cliniques d athérosclérose L athérosclérose, les facteurs de risque, la prévention primaire

Plus en détail

Biochimie Cours de Baudry Erlich Le 29/10/2007 à 13h30 Ronéotypeurs : David FIDAHOUSSEN et Marianne LANGLOIS. ED n 4 CONDUITE À TENIR DEVANT

Biochimie Cours de Baudry Erlich Le 29/10/2007 à 13h30 Ronéotypeurs : David FIDAHOUSSEN et Marianne LANGLOIS. ED n 4 CONDUITE À TENIR DEVANT Biochimie Cours de Baudry Erlich Le 29/10/2007 à 13h30 Ronéotypeurs : David FIDAHOUSSEN et Marianne LANGLOIS ED n 4 CONDUITE À TENIR DEVANT UNE DYSLIPIDEMIE 1 Conduite à tenir devant une dyslipidémie PLAN

Plus en détail

RISQUE CARDIOVASCULAIRE ET METABOLIQUE

RISQUE CARDIOVASCULAIRE ET METABOLIQUE RISQUE CARDIOVASCULAIRE ET METABOLIQUE RAPPEL DEFINITIONS Hyperlipidémie g/l mmol/l Triglycérides < 2 < 2.2 Cholestérol Total

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES DES UNITES NEURO-VASCULAIRES

CAHIER DES CHARGES DES UNITES NEURO-VASCULAIRES CAHIER DES CHARGES DES UNITES NEURO-VASCULAIRES 1 TEXTES DE REFERENCE 1.1 Cadre juridique Loi n o 2004-806 du 9 août 2004 relative à la politique de santé publique, notamment la mesure 72 de son annexe

Plus en détail

ACCIDENTS VASCULAIRES CEREBRAUX

ACCIDENTS VASCULAIRES CEREBRAUX ACCIDENTS VASCULAIRES CEREBRAUX : Facteurs de risque, évolution et pronostic dans le service de cardiologie B du CHU du point G, Bamako Coulibaly S*, Diakité S**, Diall IB*, Menta I***, Sacko AK*, Diallo

Plus en détail

Programme de prise en charge et de suivi en anticoagulothérapie

Programme de prise en charge et de suivi en anticoagulothérapie Programme de prise en charge et de suivi en anticoagulothérapie (PEACE) Médecins réviseurs : Dr Steve Brulotte, cardiologue, CSSSAD-Lévis Dr Daniel D Amours, cardiologue, CHU Dr Guy Boucher, cardiologue,

Plus en détail

Principales pathologies à risque cardiovasculaire/facteurs de risque cardiovasculaires 1

Principales pathologies à risque cardiovasculaire/facteurs de risque cardiovasculaires 1 Fiche mémo Contraception chez la femme à risque cardiovasculaire Juillet 2013 Cette fiche mémo fait partie d un ensemble de fiches mémo concernant la contraception et complète plusieurs documents sur ce

Plus en détail

PRINTEMPS MEDICAL DE BOURGOGNE ASSOCIATIONS ANTIAGREGANTS ET ANTICOAGULANTS : INDICATIONS ET CONTRE INDICATIONS

PRINTEMPS MEDICAL DE BOURGOGNE ASSOCIATIONS ANTIAGREGANTS ET ANTICOAGULANTS : INDICATIONS ET CONTRE INDICATIONS PRINTEMPS MEDICAL DE BOURGOGNE ASSOCIATIONS ANTIAGREGANTS ET ANTICOAGULANTS : INDICATIONS ET CONTRE INDICATIONS Dr Mourot cardiologue Hôpital d Auxerre le 31 mars 2012 PLAN DE LA PRESENTATION ASSOCIATION

Plus en détail

Fiche médecin traitant Dépistage et prévention des anévrismes de l aorte abdominale

Fiche médecin traitant Dépistage et prévention des anévrismes de l aorte abdominale Recommandation en santé publique Fiche médecin traitant Dépistage et prévention des anévrismes de l aorte abdominale Novembre 2012 Préambule Objectifs de la fiche d information médecins Contexte Description

Plus en détail

Stratégies d intervention face à une dyslipidéme

Stratégies d intervention face à une dyslipidéme Stratégies d intervention face à une dyslipidéme Module Optionnel MG Module Optionnel MG Pr P. HOFLIGER La prévention Cardio-vasculaire Elle se conçoit à deux niveaux : Prévention primaire : patients sans

Plus en détail

On peut estimer que l étude

On peut estimer que l étude Etude AIM HIGH : faut-il augmenter un HDL bas et diminuer des triglycérides élevés? Résumé : L étude AIM HIGH (Atherothrombosis Intervention in Metabolic Syndrome with Low HDL/High Triglycerides : Impact

Plus en détail

Les données présentées à l ACC concernant la rosuvastatine

Les données présentées à l ACC concernant la rosuvastatine CONGRES American College of Cardiology Mars 2009 F. DIEVART Clinique Villette, PARIS. Les études avec la rosuvastatine (AURORA et les analyses de JUPITER) et l étude ACTIVE A Les données présentées à l

Plus en détail

Contraception. Les recommandations HAS

Contraception. Les recommandations HAS Contraception Les recommandations HAS Recommandations HAS Recommandations pour la pratique clinique : stratégies de choix des méthodes contraceptives chez la femme. ANAES, 7 décembre 2004 Laisser les personnes

Plus en détail

Quel est le profil des patients nouvellement traités par statine?

Quel est le profil des patients nouvellement traités par statine? Quel est le profil des patients nouvellement traités par statine? Les patients nouvellement traités par statine : Dans 40 % des cas ce sont des patients à Source : Enquête IMS pour la Cnamts, 2007. Que

Plus en détail

FIBRILLATION AURICULAIRE : RYTHME IRRÉGULIER, CERVEAU EN DANGER. PARLEZ-EN À VOTRE MÉDECIN.

FIBRILLATION AURICULAIRE : RYTHME IRRÉGULIER, CERVEAU EN DANGER. PARLEZ-EN À VOTRE MÉDECIN. FIBRILLATION AURICULAIRE : RYTHME IRRÉGULIER, CERVEAU EN DANGER. PARLEZ-EN À VOTRE MÉDECIN. Plus d informations sur : www.fa-avc.be Ligue Cardiologique Belge www.liguecardiologique.be FIBRILLATION AURICULAIRE

Plus en détail

Prévention vasculaire après un infarctus cérébral ou un accident ischémique transitoire

Prévention vasculaire après un infarctus cérébral ou un accident ischémique transitoire Les recommandations relatives à la fibrillation atriale non valvulaire sont susceptibles d évoluer en fonction des prochains avis de la Commission de la Transparence sur les médicaments anticoagulants

Plus en détail

Les maladies vasculaires cérébrales

Les maladies vasculaires cérébrales Les maladies vasculaires cérébrales Zlokovic et Apuzzo. Neurosurgery 1998; 43(4): 877-78 cité sur http://www.ohsu.edu/bbb/forprof_program.html Centre Mont-Royal, 5 juin 2014 Dr Yan Deschaintre Présentateur

Plus en détail

Fiche Médicale de demande d admission

Fiche Médicale de demande d admission Fiche Médicale de demande d admission A remplir par le Médecin de famille ou le pédiatre ou le Médecin RéPPOP Pour les médecins RéPPOP : les parties grisées, déjà renseignées sur PEPS, sont facultatives.

Plus en détail

AOMI, IPS et rigidité de l aorte A.SALAHMANSOUR, L.IDIR, K.ABERKANE, M.BENSEDIK, A.HOUCHI, S.OUERDANE

AOMI, IPS et rigidité de l aorte A.SALAHMANSOUR, L.IDIR, K.ABERKANE, M.BENSEDIK, A.HOUCHI, S.OUERDANE AOMI, IPS et rigidité de l aorte A.SALAHMANSOUR, L.IDIR, K.ABERKANE, M.BENSEDIK, A.HOUCHI, S.OUERDANE Congrès SAMEV 2010 L artériopathie oblitérante des membres inférieurs Complication fréquente et redoutable

Plus en détail

ANALYSE HISTOPATHOLOGIQUE DU THROMBUS INTRACRÂNIEN : FOCUS SUR LES LEUCOCYTES

ANALYSE HISTOPATHOLOGIQUE DU THROMBUS INTRACRÂNIEN : FOCUS SUR LES LEUCOCYTES ANALYSE HISTOPATHOLOGIQUE DU THROMBUS INTRACRÂNIEN : FOCUS SUR LES LEUCOCYTES Cyril Dargazanli Pr Vincent Costalat Dr Valérie Rigau M2 «Vaisseaux-Hémostase» Contexte Infarctus cérébral = problème majeur

Plus en détail

Structurer le dossier médical des diabétiques. Module FMC à distance ANCRED N 1

Structurer le dossier médical des diabétiques. Module FMC à distance ANCRED N 1 Structurer le dossier médical des diabétiques Module FMC à distance ANCRED N 1 1 Objectifs du module (1) Savoir analyser, et (2) Classer selon leur gravité dans le dossier médical, les informations collectées

Plus en détail

Ischémie myocardique silencieuse (IMS) et Diabète.

Ischémie myocardique silencieuse (IMS) et Diabète. Ischémie myocardique silencieuse (IMS) et Diabète. A propos d un cas clinique, sont rappelés: - les caractères cliniques et pronostiques de l IMS chez le diabétique, - la démarche de l identification de

Plus en détail

REEDUCATION CARDIAQUE APRES POSE DE DAI ASSEMBLEE GENERALE APODEC 2011

REEDUCATION CARDIAQUE APRES POSE DE DAI ASSEMBLEE GENERALE APODEC 2011 REEDUCATION CARDIAQUE APRES POSE DE DAI ASSEMBLEE GENERALE APODEC 2011 cardiaque Ensemble des mesures permettant une approche GLOBALE du patient Processus personnalisé et coordonné Personne intégrée dans

Plus en détail

PREMIERE CAUSE DE MORTALITE: 180.000/an

PREMIERE CAUSE DE MORTALITE: 180.000/an DEFINITION APPAREIL CARDIO-VASCULAIRE Buts : apporter aux organes ce dont ils ont besoin(o2 ) eliminer les déchets(co2.) APPAREIL : Pompe=cœur Tuyaux=artéres/veines PREMIERE CAUSE DE MORTALITE: 180.000/an

Plus en détail

EDUCATION THERAPEUTIQUE EN CARDIOLOGIE

EDUCATION THERAPEUTIQUE EN CARDIOLOGIE EDUCATION Cliquez pour modifier le style des sous-titres du masque THERAPEUTIQUE EN CARDIOLOGIE EXCEL.lnk 10 MARS 2011 JABOURECK OLIVIER, CH DOUAI. Qu est-ce que l Education Thérapeutique du Patient (ETP)?

Plus en détail

ALTO : des outils d information sur les pathologies thromboemboliques veineuses ou artérielles et leur traitement

ALTO : des outils d information sur les pathologies thromboemboliques veineuses ou artérielles et leur traitement Communiqué de presse Bayer HealthCare S.A.S. Parc Eurasanté 220, avenue de la Recherche 59120 LOOS France Tel.+333 28 16 34 00 www.bayerhealthcare.fr Favoriser l observance avec ALTO : l engagement de

Plus en détail

Marche à suivre pour importer votre base de données Guide santé CV MC ) (Réservé à l usage de Clinemetrica)

Marche à suivre pour importer votre base de données Guide santé CV MC ) (Réservé à l usage de Clinemetrica) December 1, 2010 Klick Inc. Marche à suivre pour importer votre base de données Guide santé CV MC ) (Réservé à l usage de Clinemetrica) Les utilisateurs de l application Guide santé CV MC qui souhaitent

Plus en détail

Exploration d une anomalie lipidique (EAL) en 2015: Place du dosage de l Apo A et de l Apo B

Exploration d une anomalie lipidique (EAL) en 2015: Place du dosage de l Apo A et de l Apo B Exploration d une anomalie lipidique (EAL) en 2015: Place du dosage de l Apo A et de l Apo B Nabiha KAMAL Laboratoire de Biochimie Faculté de Médecine et de Pharmacie de Casablanca CHU Ibn Rochd de Casablanca

Plus en détail

Les Jeudis de l'europe

Les Jeudis de l'europe LE DIABETE SUCRE EST DEFINI EN DEHORS DE TOUT EPISODE DIABETOGENE : 1.26 g/l SOIT 7 mmol/l PREVALENCE DU DIABETE DE TYPE 2 EN FRANCE METROPOLITAINE 3.4 % AGE = 63 ANS HOMMES = 54% 25% > 75 ans OUTRE MER

Plus en détail

Hypo-HDLémie? Que Faire devant une. Pascale Benlian. Laboratoire de Référence R. pour le Diagnostic des Maladies Rares

Hypo-HDLémie? Que Faire devant une. Pascale Benlian. Laboratoire de Référence R. pour le Diagnostic des Maladies Rares Que Faire devant une Hypo-HDLémie? Pascale Benlian Laboratoire de Référence R pour le Diagnostic des Maladies Rares Endocrinologie, INSERM U 538 Hôpital Saint Antoine, Paris pascale.benlian@sat.aphp.frsat.aphp.fr

Plus en détail

Prise en charge initiale des patients adultes atteints d accident vasculaire cérébral. - Aspects médicaux -

Prise en charge initiale des patients adultes atteints d accident vasculaire cérébral. - Aspects médicaux - RECOMMANDATIONS POUR LA PRATIQUE CLINIQUE Prise en charge initiale des patients adultes atteints d accident vasculaire cérébral - Aspects médicaux - Synthèse des recommandations SEPTEMBRE 2002 Service

Plus en détail

HTA : que faire? Vincent LAFAY Sce Cardiologie / Hôpital Nord Sce Médecine du Sport / Hôpital Salvator MARSEILLE

HTA : que faire? Vincent LAFAY Sce Cardiologie / Hôpital Nord Sce Médecine du Sport / Hôpital Salvator MARSEILLE HTA : que faire? Vincent LAFAY Sce Cardiologie / Hôpital Nord Sce Médecine du Sport / Hôpital Salvator MARSEILLE Prise en charge HTA 5 objectifs Faire le diagnostic Identifier les HTA secondaires Evaluer

Plus en détail

Évaluation du risque cardiovasculaire dans le contexte de l hypertension artérielle et de son traitement

Évaluation du risque cardiovasculaire dans le contexte de l hypertension artérielle et de son traitement Évaluation du risque cardiovasculaire dans le contexte de l hypertension artérielle et de son traitement DIU HTA François Gueyffier Service de pharmacologie clinique UMR CNRS 5558 CIC 201, LYON francois.gueyffier@chu-lyon.fr

Plus en détail

Risque Cardiovasculaires au cours des Vascularites et des pathologies inflammatoires chroniques

Risque Cardiovasculaires au cours des Vascularites et des pathologies inflammatoires chroniques Risque Cardiovasculaires au cours des Vascularites et des pathologies inflammatoires chroniques Dr Jérôme CONNAULT Service de Médecine Interne et Vasculaire CHU Nantes Société Algérienne de Médecine Interne

Plus en détail

Risque cardiovasculaire sous contrôle

Risque cardiovasculaire sous contrôle beawolf Risque cardiovasculaire sous contrôle Tous concernés! De quoi s'agit-il? Les accidents cardiovasculaires sont dus, le plus souvent, à la formation d un caillot venant boucher une artère du cœur

Plus en détail

La prise en charge de votre maladie, l accident vasculaire cérébral

La prise en charge de votre maladie, l accident vasculaire cérébral G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge de votre maladie, l accident vasculaire cérébral Vivre avec un accident vasculaire cérébral Octobre 2007 Pourquoi ce guide? Votre

Plus en détail

Table ronde éthique. Cas clinique Dr Sophie Perrin Besson Dr Isabelle Favre

Table ronde éthique. Cas clinique Dr Sophie Perrin Besson Dr Isabelle Favre Table ronde éthique Cas clinique Dr Sophie Perrin Besson Dr Isabelle Favre 1 Madame J.96 ans née en 1918 Arrivée au service des urgences le 1 er juillet à 14h26 pour «état d agitation», adressée par son

Plus en détail

Bilan lipidique: nouvelles recommandations, nouvelles nomenclature

Bilan lipidique: nouvelles recommandations, nouvelles nomenclature PROBIOQUAL E.P.U. de BIOLOGIE Séance du 13/03/06 Bilan lipidique: nouvelles recommandations, nouvelles nomenclature Agnès SASSOLAS, biologiste P.H. UF Lipides- Dyslipidémies - Biochimie Groupe Hospitalier

Plus en détail

La prévention et la prise en charge des accidents vasculaires cérébraux en France :

La prévention et la prise en charge des accidents vasculaires cérébraux en France : MINISTERE DE LA SANTE ET DES SPORTS La prévention et la prise en charge des accidents vasculaires cérébraux en France : Synthèse du rapport à Madame la ministre de la santé et des sports Présenté par la

Plus en détail

Rééducation des accidents vasculaires cérébraux

Rééducation des accidents vasculaires cérébraux Module «Système nerveux central et MPR» Septembre 2008 Rééducation des accidents vasculaires cérébraux G. Rode, S. Jacquin-Courtois, A. Yelnik Ce document est le support des cours «AVC» faits lors de la

Plus en détail

L hôpital de jour ( HDJ ) en Hôpital général Intérêt d une structure polyvalente? Dr O.Ille Centre hospitalier Mantes la Jolie, Yvelines

L hôpital de jour ( HDJ ) en Hôpital général Intérêt d une structure polyvalente? Dr O.Ille Centre hospitalier Mantes la Jolie, Yvelines L hôpital de jour ( HDJ ) en Hôpital général Intérêt d une structure polyvalente? Dr O.Ille Centre hospitalier Mantes la Jolie, Yvelines Hôpital de jour (HDJ) Permet des soins ou examens nécessitant plateau

Plus en détail

Bon usage des agents antiplaquettaires

Bon usage des agents antiplaquettaires RECOMMANDATIONS DE BONNE PRATIQUE Bon usage des agents antiplaquettaires RECOMMANDATIONS Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé, juin 2012 1 PLAN PRINCIPAUX MESSAGES...4 INTRODUCTION...5

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants oraux, FA et AVC. Docteur Thalie TRAISSAC Hôpital Saint André CAPCV 15 février 2014

Les nouveaux anticoagulants oraux, FA et AVC. Docteur Thalie TRAISSAC Hôpital Saint André CAPCV 15 février 2014 Les nouveaux anticoagulants oraux, FA et AVC Docteur Thalie TRAISSAC Hôpital Saint André CAPCV 15 février 2014 Un AVC toutes les 4 minutes 1 130 000 AVC par an en France 1 770 000 personnes ont été victimes

Plus en détail

Le syndrome coronarien aigu

Le syndrome coronarien aigu C est le nouveau terme qui englobe la notion d angor et d infarctus. Synonymes : Angor, Angine de poitrine, Rhume de poitrine, Infarctus, Attaque, Les artères coronaires : Ce sont les artères nourricières

Plus en détail

Evaluation clinique et angiographique du stenting des sténoses athéromateuses intracrâniennes

Evaluation clinique et angiographique du stenting des sténoses athéromateuses intracrâniennes Evaluation clinique et angiographique du stenting des sténoses athéromateuses intracrâniennes Maryline KAUSS 1, Denis TRYSTRAM 2, Olivier NAGGARA 2, Nolween ROYER 1, Emmanuel TOUZE 3, Emmanuelle ADVENIER-IAKOVLEV

Plus en détail

Le VIH et votre cœur

Le VIH et votre cœur Le VIH et votre cœur Le VIH et votre cœur Que dois-je savoir au sujet de mon cœur? Les maladies cardiovasculaires représentent une des cause les plus courante de décès, elles incluent: les maladies coronariennes,

Plus en détail

LE SUIVI DU PATIENT SOUFFRANT D HYPERCHOLESTÉROLÉMIE EN PHARMACIE COMMUNAUTAIRE NICOLAS NOËL, PHARMACIEN

LE SUIVI DU PATIENT SOUFFRANT D HYPERCHOLESTÉROLÉMIE EN PHARMACIE COMMUNAUTAIRE NICOLAS NOËL, PHARMACIEN LE SUIVI DU PATIENT SOUFFRANT D HYPERCHOLESTÉROLÉMIE EN PHARMACIE COMMUNAUTAIRE NICOLAS NOËL, PHARMACIEN Objectifs Évaluer le risque d événements cardiovasculaires. Cibler les patients à diriger vers leur

Plus en détail

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES, DE LA SANTÉ ET DES DROITS DES FEMMES

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES, DE LA SANTÉ ET DES DROITS DES FEMMES Quand l hypertension fait perdre la tête Informations et conseils du Comité Français de Lutte contre l Hypertension Artérielle MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES, DE LA SANTÉ ET DES DROITS DES FEMMES Le mot

Plus en détail

Traitements hypolipémiants et rein. Dr Anne-Elisabeth Heng ANCA 10/06/09

Traitements hypolipémiants et rein. Dr Anne-Elisabeth Heng ANCA 10/06/09 Traitements hypolipémiants et rein Dr Anne-Elisabeth Heng ANCA 10/06/09 Traitements hypolipémiants et rein Traiter pourquoi? Dyslipidémie et pathologies rénales? Pathologie rénale Cholestérol total LDL-c

Plus en détail

Stenting and Medical Therapy for Atherosclerotic Renal-Artery Stenosis

Stenting and Medical Therapy for Atherosclerotic Renal-Artery Stenosis Stenting and Medical Therapy for Atherosclerotic Renal-Artery Stenosis Ce que l on sait déjà Néphropathie vasculaire évoluant sur le mode chronique 2 types de sténoses de l artère rénale: SAAR (90%) et

Plus en détail

COMPLICATIONS THROMBOTIQUES DES SYNDROMES MYÉLOPROLIFÉRATIFS: ÉVALUATION ET GESTION DU RISQUE

COMPLICATIONS THROMBOTIQUES DES SYNDROMES MYÉLOPROLIFÉRATIFS: ÉVALUATION ET GESTION DU RISQUE COMPLICATIONS THROMBOTIQUES DES SYNDROMES MYÉLOPROLIFÉRATIFS: ÉVALUATION ET GESTION DU RISQUE D APRES «THROMBOTIC COMPLICATIONS OF MYELOPROLIFERATIVE NEOPLASMS : RISK ASSESSMENT AND RISK-GUIDED MANAGEMENT

Plus en détail

MIEUX COMPRENDRE CE QU EST UN ACCIDENT VASCULAIRE CÉRÉBRAL AVC

MIEUX COMPRENDRE CE QU EST UN ACCIDENT VASCULAIRE CÉRÉBRAL AVC MIEUX COMPRENDRE CE QU EST UN ACCIDENT VASCULAIRE CÉRÉBRAL AVC SOMMAIRE UN QUIZ POUR FAIRE UN POINT SUR MES CONNAISSANCES Un quiz pour faire un point sur mes connaissances 3 Vrai Faux Qu est-ce que l on

Plus en détail

Circulation Métabolismes. Item N 08.223-2 : Anévrismes de l aorte et des artères des membres inférieurs

Circulation Métabolismes. Item N 08.223-2 : Anévrismes de l aorte et des artères des membres inférieurs Circulation Métabolismes. Item N 08.223-2 : Anévrismes de l aorte et des artères des membres inférieurs A) Définition. Un anévrisme artériel est une dilatation focale et permanente de l artère avec une

Plus en détail

PRISE EN CHARGE INITIALE DES CEPHALEES AU SERVICE DES URGENCES SITE D ETAMPES

PRISE EN CHARGE INITIALE DES CEPHALEES AU SERVICE DES URGENCES SITE D ETAMPES PRISE EN CHARGE INITIALE DES CEPHALEES AU SERVICE DES URGENCES SITE D ETAMPES PR-ULI-URG-PEC-N 108 Version n 1 Crée le 01-02-2011 DIFFUSION : Urgences site d Etampes OBJET ET DEFINITIONS Organiser et protocoliser

Plus en détail

Dépistage des facteurs de risque modifiables chez les adultes atteints d hypertension (Ensemble d indicateurs : Dispensateurs de soins de santé

Dépistage des facteurs de risque modifiables chez les adultes atteints d hypertension (Ensemble d indicateurs : Dispensateurs de soins de santé (Ensemble d indicateurs : Dispensateurs de soins de santé primaires) Définition Pourcentage des patients âgés de 18 ans et plus qui sont atteints d hypertension et qui ont subi tous les tests suivants

Plus en détail

Annuaire des consultations spécialisées de médecine d altitude : http://www.ffme.fr/uploads/medical/documents/liste-cs-medecine-montagne.

Annuaire des consultations spécialisées de médecine d altitude : http://www.ffme.fr/uploads/medical/documents/liste-cs-medecine-montagne. Pathologies chroniques et séjour en altitude : Recommandations pour le médecin généraliste D après la thèse du Dr Gilles de Taffin Les recommandations d usage à rappeler : Éviter l arrivée directe à des

Plus en détail

PRISE EN CHARGE THERAPEUTIQUE DU PATIENT DYSLIPIDÉMIQUE

PRISE EN CHARGE THERAPEUTIQUE DU PATIENT DYSLIPIDÉMIQUE PRISE EN CHARGE THERAPEUTIQUE DU PATIENT DYSLIPIDÉMIQUE RECOMMANDATIONS Ce document est une actualisation des Recommandations de Bonne Pratique "Prise en charge des dyslipidémies" publiées par l'afssaps

Plus en détail

soins va changer et quelle est la place des TIC?

soins va changer et quelle est la place des TIC? Pourquoi l organisation des soins va changer et quelle est la place des TIC? Docteur Pierre Simon Président de l Association Nationale de Télémédecine (ANTEL) Luxembourg 15 avril 2010 UN RAPPORT «La place

Plus en détail

Rapport d évaluation

Rapport d évaluation SAISINE DISPOSITIFS MEDICAUX ÉVALUATION DES ENDOPROTHÈSES UTILISÉES DANS L ANGIOPLASTIE DES STÉNOSES ATHÉROMATEUSES INTRACRÂNIENNES Rapport d évaluation Janvier 2013 L argumentaire scientifique de cette

Plus en détail

Faut il dilater les sténoses artérielles rénales?

Faut il dilater les sténoses artérielles rénales? Faut il dilater les sténoses artérielles rénales? M.BOUZIDI,M.BENMAMAR,N.MORO, Y.BACHAOUI,L.BOUZIANE M.N.BOUAYED E.H.U.Oran 2015 Causes de l HTA réno-vasculaire et de certaines IRC Les Sténoses athéromateuses:70%

Plus en détail

Impact de la consommation de l huile d argan dans le Syndrome Coronarien Aigu : Etude interventionnelle

Impact de la consommation de l huile d argan dans le Syndrome Coronarien Aigu : Etude interventionnelle Impact de la consommation de l huile d argan dans le Syndrome Coronarien Aigu : Etude interventionnelle A. Adlouni, K. Zouirech, R. Safa, A. El Fhal, H. Najih, M. Messal, R.Habbal Congrès International

Plus en détail

Efficacité de la corticothérapie systémique dans les formes graves de la maladie d emboles de cholestérol (MEC) - Etude MECCORT -

Efficacité de la corticothérapie systémique dans les formes graves de la maladie d emboles de cholestérol (MEC) - Etude MECCORT - Version n 4 du 07/03/2011 Efficacité de la corticothérapie systémique dans les formes graves de la maladie d emboles de cholestérol (MEC) - Etude - Protocole n 10 137 01 PROTOCOLE DE RECHERCHE BIOMEDICALE

Plus en détail

Les Contraceptions Oestro-progestatives

Les Contraceptions Oestro-progestatives Les Contraceptions Oestro-progestatives Les différents sortes de classements des OP Les pilules oestro progestatives se classent selon -Le progestatif permet de classer selon la génération on parle de

Plus en détail

QUEL RÔLE DONNER À LA TÉLÉMÉDECINE DANS NOTRE SOCIÉTÉ ACTUELLE?

QUEL RÔLE DONNER À LA TÉLÉMÉDECINE DANS NOTRE SOCIÉTÉ ACTUELLE? Séminaire Aristote 12 juin 2013 QUEL RÔLE DONNER À LA TÉLÉMÉDECINE DANS NOTRE SOCIÉTÉ ACTUELLE? Jean-Pierre Blanchère Coordinateur Département «e-santé et domotique» Pôle TES Justifications de la télémédecine

Plus en détail

LA REVUE DU PRATICIEN - MÉDECINE GÉNÉRALE - NUMÉRO SPÉCIAL - AVRIL 1998. conseils pratiques. Drs M. FARNIER, S. PICARD. Point médical, 21000 Dijon

LA REVUE DU PRATICIEN - MÉDECINE GÉNÉRALE - NUMÉRO SPÉCIAL - AVRIL 1998. conseils pratiques. Drs M. FARNIER, S. PICARD. Point médical, 21000 Dijon Prise en charge globale des hypercholestérolémies LA REVUE DU PRATICIEN - MÉDECINE GÉNÉRALE - NUMÉRO SPÉCIAL - AVRIL 1998 conseils pratiques Drs M. FARNIER, S. PICARD. Point médical, 21000 Dijon Il est

Plus en détail

Assurance voyage Âge d or

Assurance voyage Âge d or Assurance voyage Âge d or Saison de voyage 2014-2015 Assureur : La Reliable, Compagnie d Assurance-Vie Bureau d assurance voyage inc. L un des plus importants courtiers d assurance voyage au Canada Au

Plus en détail

Marchés des groupes à affinités

Marchés des groupes à affinités Marchés des groupes à affinités Guide du produit destiné aux conseillers Régime d assurance maladies graves Chèque-vie MD de base La Compagnie d Assurance-Vie Manufacturers Le produit en bref Nul n aime

Plus en détail

Contrôle de la glycémie chez le cérébro-lésé: trop ou pas assez?

Contrôle de la glycémie chez le cérébro-lésé: trop ou pas assez? Contrôle de la glycémie chez le cérébro-lésé: trop ou pas assez? Jean-François Payen Anesthésie-Réanimation CHU Grenoble Pas de conflit d intérêt N Engl J Med 391 traumatismes crâniens Testez-vous! Vous

Plus en détail

Recommandations canadiennes pour le traitement de l hypertension artérielle. Du nouveau et des rappels importants

Recommandations canadiennes pour le traitement de l hypertension artérielle. Du nouveau et des rappels importants 2011 Recommandations canadiennes pour le traitement de l hypertension artérielle Du nouveau et des rappels importants Du nouveau et des rappels importants Est-ce que vous et vos patients avez accès aux

Plus en détail

Contraception après 40 ans

Contraception après 40 ans Contraception après 40 ans Stratégies de choix des méthodes contraceptives chez la femme. Recommandations pour la pratique clinique Décembre 2004. ANAES/AFSSAPS Un vaste choix contraceptif Contraception

Plus en détail

AVK et insuffisance rénale : une association sans risque?

AVK et insuffisance rénale : une association sans risque? COLLOQUE DE PRATIQUE CLINIQUE AVK et insuffisance rénale : une association sans risque? T.-T. PHAM SMIG HUG 18.01.2012 ANTICOAGULANTS DISPONIBLES (ET LES FUTURS...) AVK (Sintrom, Marcoumar, Warfarin )

Plus en détail

Peut-on reconnaître une tumeur de bas-grade en imagerie conventionnelle? S. Foscolo, L. Taillandier, E. Schmitt, A.S. Rivierre, S. Bracard, CHU NANCY

Peut-on reconnaître une tumeur de bas-grade en imagerie conventionnelle? S. Foscolo, L. Taillandier, E. Schmitt, A.S. Rivierre, S. Bracard, CHU NANCY Peut-on reconnaître une tumeur de bas-grade en imagerie conventionnelle? S. Foscolo, L. Taillandier, E. Schmitt, A.S. Rivierre, S. Bracard, CHU NANCY A quoi sert l imagerie conventionnelle dans le diagnostic

Plus en détail

«Prévention vasculaire après un infarctus cérébral ou un accident ischémique transitoire (Actualisation)»

«Prévention vasculaire après un infarctus cérébral ou un accident ischémique transitoire (Actualisation)» Recommandation de bonne pratique «Prévention vasculaire après un infarctus cérébral ou un accident ischémique transitoire (Actualisation)» Note de cadrage Mars 2012 HAS Service des bonnes pratiques professionnelles

Plus en détail

ITEM n 182 ACCIDENTS DES ANTICOAGULANTS. JP GALANAUD Service de Médecine Vasculaire CHU de Montpellier

ITEM n 182 ACCIDENTS DES ANTICOAGULANTS. JP GALANAUD Service de Médecine Vasculaire CHU de Montpellier ITEM n 182 ACCIDENTS DES ANTICOAGULANTS JP GALANAUD Service de Médecine Vasculaire CHU de Montpellier OBJECTIFS Savoir: DiagnosHquer un accident des anhcoagulants. IdenHfier les situahons d urgence et

Plus en détail

Sommaire. Prologue. Préfaces

Sommaire. Prologue. Préfaces Sommaire Prologue Préfaces I. Prendre en charge les urgences cardiovasculaires 1. Principes de gestion de l'urgence cardiologique par le professionnel de santé au travail Rôle du professionnel de santé

Plus en détail

E01 - Facteurs de risque d athérosclérose: évaluation e t prévention

E01 - Facteurs de risque d athérosclérose: évaluation e t prévention E01-1 E01 - Facteurs de risque d athérosclérose: évaluation e t prévention Un facteur de risque est défini comme une condition associée à une augmentation de l incidence de la maladie avec un lien supposé

Plus en détail

BERTHIER E, CHRISTIANO M, PHILIPPE M O, IEHL J, TATARU N, DECAVEL P, VUILLIER F, ELISEEF A, MOULIN T. Introduction (1). Contexte de l étude

BERTHIER E, CHRISTIANO M, PHILIPPE M O, IEHL J, TATARU N, DECAVEL P, VUILLIER F, ELISEEF A, MOULIN T. Introduction (1). Contexte de l étude REPRODUCTIBILITE INTEROBSERVATEUR DU TEST «NIHSS» (National Institutes of Heath Stroke Scale) RÉALISÉ PAR VIDÉOCONFÉRENCE : EXPÉRIENCE DU RÉSEAU DES URGENCES NEUROLOGIQUES (RUN) BERTHIER E, CHRISTIANO

Plus en détail

AUDIT MEDICAL. Les indications des agents antiplaquettaires sont-elles respectées? 4 avril 2011 Julie GOEURY

AUDIT MEDICAL. Les indications des agents antiplaquettaires sont-elles respectées? 4 avril 2011 Julie GOEURY AUDIT MEDICAL Les indications des agents antiplaquettaires sont-elles respectées? 4 avril 2011 Julie GOEURY JUSTIFICATIONS ET BASES DE CE TRAVAIL Fréquence de prescription : 3 à 5% de la population française

Plus en détail

Malnutrition ou dénutrition de la personne âgée en médecine de ville

Malnutrition ou dénutrition de la personne âgée en médecine de ville Malnutrition ou dénutrition de la personne âgée en médecine de ville Dr C GIRES CHRU LILLE DU gérontologie CAS CLINIQUE N 1 Madame P 79 ans Antecédents: néoplasme sein droit opéré Arthrose invalidante

Plus en détail

Fibrillation atriale chez le sujet âgé

Fibrillation atriale chez le sujet âgé Dr Benoit Blanchard LE HAVRE Le 18 MARS 2014 Fibrillation atriale chez le sujet âgé Le plus fréquent des trouble du rythme cardiaque, 750,000 personnes atteintes de FA en France, 100,000 nouveaux cas chaque

Plus en détail

Le Syndrome Métabolique Effet de mode? Concept utile au clinicien?

Le Syndrome Métabolique Effet de mode? Concept utile au clinicien? Le Syndrome Métabolique Effet de mode? Concept utile au clinicien? Quelle définition? Quelle incidence sur le risque cardio-vasculaire? Facilite t-il la prise en charge du patient hypertendu, dyslipidémique?

Plus en détail

PLACE DES DOSAGES DES APOLIPOPROTEINES A1 ET B

PLACE DES DOSAGES DES APOLIPOPROTEINES A1 ET B PLACE DES DOSAGES DES APOLIPOPROTEINES A1 ET B DANS LE BILAN LIPIDIQUE TEXTE COURT SEPTEMBRE 2008 Service évaluation des actes professionnels 2 avenue du Stade de France 93218 Saint-Denis La Plaine CEDEX

Plus en détail

FIBRILLATION ATRIALE ET ANTICOAGULANTS CHEZ LE SUJET AGE. Dr Charlotte Potelle Hôpital Cardiologique CHRU de Lille

FIBRILLATION ATRIALE ET ANTICOAGULANTS CHEZ LE SUJET AGE. Dr Charlotte Potelle Hôpital Cardiologique CHRU de Lille DU de gériatrie Jeudi 20 novembre 2014 FIBRILLATION ATRIALE ET ANTICOAGULANTS CHEZ LE SUJET AGE Dr Charlotte Potelle Hôpital Cardiologique CHRU de Lille -Pathologie fréquente 1 à 2% de la population générale

Plus en détail

DOSSIER PATIENT INFORMATISÉ Rêve ou réalitr

DOSSIER PATIENT INFORMATISÉ Rêve ou réalitr DOSSIER PATIENT INFORMATISÉ Rêve ou réalitr alité? CHU REIMS C Marcus, H Gomes, P Hornoy, S Roesch, R Husson, B Menanteau Reims - France Dossier Patient Informatisé Objectifs : Rappeler la structure du

Plus en détail

Régime d assurance maladies graves Chèque-vie MD de base Guide du produit

Régime d assurance maladies graves Chèque-vie MD de base Guide du produit Régime d assurance maladies graves Chèque-vie MD de base Guide du produit Le régime en bref Admissibilité Résident du Canada Âge à l expiration : 75 ans. Capital assuré : 25 000 $, âge à la souscription

Plus en détail

FIBRILLATIONATRIALE ET ANTICOAGULANTS CHEZ LE SUJET AGE

FIBRILLATIONATRIALE ET ANTICOAGULANTS CHEZ LE SUJET AGE DU de gériatrie g Jeudi 13 mars 2014 FIBRILLATIONATRIALE ET ANTICOAGULANTS CHEZ LE SUJET AGE Dr Stéphane Boulé Hôpital Cardiologique CHRU de Lille Epidémiologie -Pathologie fréquente 1 à 2% de la population

Plus en détail

Réunion de pharmacologiedu CHRU de Lille

Réunion de pharmacologiedu CHRU de Lille L i l l e 2 Université du Droit et de la Santé Réunion de pharmacologiedu CHRU de Lille Institut GERNEZ RIEUX Le 03/10/2013 F BRIGADEAU pôle de cardiologie CHRU de Lille CONFLITS D INTERETS BOEHRINGER

Plus en détail

La prise en charge de votre artérite des membres inférieurs

La prise en charge de votre artérite des membres inférieurs G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge de votre artérite des membres inférieurs Vivre avec une artérite des membres inférieurs Novembre 2007 Pourquoi ce guide? Votre

Plus en détail

Données Entred 2001-2003. Institut de veille sanitaire, Saint Maurice

Données Entred 2001-2003. Institut de veille sanitaire, Saint Maurice ENTRED, Echantillon National Témoin Représentatif des Personnes Diabétiques Basé à l Institut de Veille Sanitaire 12, rue du Val d Osne-94415 Saint-Maurice Cedex Tel : 01.41.79.69.41 Fax : 01.41.79.68.11

Plus en détail

PROGRESSEZ EN SPORT ET EN SANTÉ. Mieux vivre avec ma maladie chronique, Me soigner par l activité physique Programmes Santé

PROGRESSEZ EN SPORT ET EN SANTÉ. Mieux vivre avec ma maladie chronique, Me soigner par l activité physique Programmes Santé PROGRESSEZ EN SPORT ET EN SANTÉ Mieux vivre avec ma maladie chronique, Me soigner par l activité physique Programmes Santé À chacun son stade! Votre profil est unique, votre réponse à l exercice physique

Plus en détail

FMC «Val de Creuse» Argenton-sur-Creuse Mercredi 08 Janvier 2014 Dr Yves Moreau 2014

FMC «Val de Creuse» Argenton-sur-Creuse Mercredi 08 Janvier 2014 Dr Yves Moreau 2014 FMC «Val de Creuse» Argenton-sur-Creuse Mercredi 08 Janvier 2014 Dr Yves Moreau 2014 La prévalence de la FA double à chaque décennie après 50 ans et approche 10% chez les sujets de plus de 80 ans (Framingham

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DES PRE ECLAMPSIES. Jérôme KOUTSOULIS. IADE DAR CHU Kremlin-Bicêtre. 94 Gérard CORSIA. PH DAR CHU Pitié-Salpétrière.

PRISE EN CHARGE DES PRE ECLAMPSIES. Jérôme KOUTSOULIS. IADE DAR CHU Kremlin-Bicêtre. 94 Gérard CORSIA. PH DAR CHU Pitié-Salpétrière. PRISE EN CHARGE DES PRE ECLAMPSIES Jérôme KOUTSOULIS. IADE DAR CHU Kremlin-Bicêtre. 94 Gérard CORSIA. PH DAR CHU Pitié-Salpétrière. 75 Pas de conflits d intérêts. Définitions Pré éclampsie Définitions

Plus en détail

Certificat médical du conducteur Transports et Renouvellement de l infrastructure, Division de la sécurité routière

Certificat médical du conducteur Transports et Renouvellement de l infrastructure, Division de la sécurité routière Certificat médical du conducteur Transports et Renouvellement de l infrastructure, Division de la sécurité routière C.P. 2000, Charlottetown (Î.-P.-É.) C1A 7N8 Tél. : 902-368-5210 Téléc. : 902-368-5236

Plus en détail

éviter UNE RÉCIDIVE APRÈS UN ACCIDENT VASCULAIRE CÉRÉBRAL AVC

éviter UNE RÉCIDIVE APRÈS UN ACCIDENT VASCULAIRE CÉRÉBRAL AVC éviter UNE RÉCIDIVE APRÈS UN ACCIDENT VASCULAIRE CÉRÉBRAL AVC SOMMAIRE UN QUIZ POUR FAIRE UN POINT SUR SES CONNAISSANCES Un quiz pour faire un point sur ses connaissances 3 Vrai Faux Rappel 4 Un AVC peut-il

Plus en détail

Dyslipidémie en greffe d'organes Istvan Mucsi

Dyslipidémie en greffe d'organes Istvan Mucsi Dyslipidémie en greffe d'organes Istvan Mucsi Centre universitaire de santé McGill, Montréal, Québec, Canada Objectifs 1) Connaître les causes de dyslipidémie après greffe d organes 2) Décrire le traitement

Plus en détail

Don d organes et mort cérébrale. Drs JL Frances & F Hervé Praticiens hospitaliers en réanimation polyvalente Hôpital Laennec, Quimper

Don d organes et mort cérébrale. Drs JL Frances & F Hervé Praticiens hospitaliers en réanimation polyvalente Hôpital Laennec, Quimper Don d organes et mort cérébrale Drs JL Frances & F Hervé Praticiens hospitaliers en réanimation polyvalente Hôpital Laennec, Quimper La mort cérébrale Cessation irréversible de toute fonction cérébrale

Plus en détail

Un pa&ent chronique complexe. Séminaire de médecine générale (séance 2) 12 décembre 2013 Dr Mar&nez L.,Dr Chastang J.

Un pa&ent chronique complexe. Séminaire de médecine générale (séance 2) 12 décembre 2013 Dr Mar&nez L.,Dr Chastang J. Un pa&ent chronique complexe. Séminaire de médecine générale (séance 2) 12 décembre 2013 Dr Mar&nez L.,Dr Chastang J. Items étudiés Diabète 2 : Item 233 (maladies et grands syndromes) HTA de l adulte :

Plus en détail