I. Les agents économiques et leurs opérations

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "I. Les agents économiques et leurs opérations"

Transcription

1 LES OUTILS D ANALYSE DE L ECONOMIE (3) 1 I. Les agents économiques et leurs opérations L approche macro-économique exige le regroupement en quelques catégories pertinentes des millions de participants à la vie économique et des millions d opérations d échange effectuées quotidiennement. Un agent économique est un centre de décision économique indépendant A. Les participants à la vie économique Les économistes utilisent la notion d agent économique. Dans un souci d homogénéisation, la comptabilité nationale dénomme les agents «unités institutionnels». Les unités institutionnelles sont regroupées en secteurs institutionnels. Un secteur institutionnel est un ensemble d unités institutionnelles qui ont un comportement économique semblable. La comptabilité nationale distingue six secteurs institutionnels résidents (les sociétés et quasi-sociétés non financières, les institutions financières, les entreprises d assurances, les administrations publiques, les administrations privées, les ménages) et un secteur institutionnel non résident (le reste du monde). Une unité institutionnelle est considérée comme résidente si elle a un centre d intérêt sur le territoire économique (les DOM TOM ne sont pas considérés comme territoires économiques et font partie du «reste du monde»). On considère qu une unité institutionnelle a un centre d intérêt sur le territoire si elle réalise des opérations économiques sur ce territoire pendant un an ou plus. B. Les opérations des agents économiques La comptabilité nationale distingue trois catégories d opérations entre les agents économiques : les opérations sur biens et services, les opérations de répartition et les opérations financières. 1. Les opérations sur biens et services Elles indiquent la provenance et la destination des biens et services. Opérations sur biens et services : Ressources : production, importations Emplois : consommation finale, consommation intermédiaire, investissements, variation des stocks, exportations. 2. Les opérations répartition Elles sont ainsi qualifiées car elles concernent la répartition des revenus créés entre les différents agents. Cette répartition des revenus prend différentes formes. Opération de répartition : Revenus issus de la participation à la production (salaires, TVA, revenus de la propriété ) Revenus issus d un mécanisme redistributif (prestations sociales). 3. Les opérations financières Elles recouvrent l ensemble des relations entre agents à la capacité de financement et agents à besoins de financement. Opérations financières Ensemble des divers instruments financiers disponibles dans une économie moderne (instrument de paiement, de placement et de financement) C. La représentation des opérations des agents économiques On peut représenter les opérations des agents économiques par des comptes ou, pour l ensemble des agents, par un circuit économique. 1. Les comptes des secteurs institutionnels Pour chaque secteur institutionnel, il est possible de présenter le compte des opérations réalisées au cours d une année. Ce compte est décomposé en sous comptes qui enregistrent des flux monétaires : des flux de monnaie reçue, en ressource, et des flux de monnaie versée, en emplois. Les comptes sont nécessairement équilibrés car un déséquilibre signifierait que certains flux reçus n auraient aucune affectation, ou que certains flux de monnaie versée seraient sans provenance.

2 LES OUTILS D ANALYSE DE L ECONOMIE (3) 2 2. La représentation des opérations par le circuit économique Un circuit économique est une représentation modélisée de la réalité économique. Il s agit d identifier, de quantifier les principaux flux et opérations et d en comprendre les grandes relations. L élaboration d un circuit économique relève d une approche macro-économique ; cette dernière s oppose à une approche microéconomique. On distingue alors quatre fonctions qui s enchaînent : financement, production, répartition et dépense. Ainsi, la production conduit à la réalisation de biens et services à destination des agents économiques. Cette production entraîne une création de revenus qui sont ensuite répartis entre les agents, leur permettant de consommer, d investir ou d épargner. c est en outre l épargne de certains agents économiques qui permet à d autres agent de financer leur production. II. L analyse de l activité économique nationale Toutes les grandes nations disposent d une comptabilité nationale qui modélise la réalité économique complexe dans une optique «circuit». Cette comptabilité enregistre toutes les opérations économiques (production, consommation, investissements, revenus ). Les résultats obtenus prennent la forme d agrégats et de TES. A. Les agrégats Les agrégats sont des grandeurs synthétiques qui mesurent les résultats de l activité économique en termes de production et de revenu. Le plus utilisé est produit intérieur brut (PIB), calculé à partir des valeurs ajoutées des entreprises. Mais en se situant à d autres stades du circuit, la comptabilité nationale calcule également le produit national brut (PNB) et le revenu national. 1. Le produit intérieur brut (PIB) Le PIB est une mesure de la richesse créée pendant un temps donné sur le territoire national par les agents résidents. Son estimation est fondée sur le calcul de la valeur ajoutée La comptabilité nationale française distingue les productions marchande et non marchande. Valeur ajoutée = valeur des biens et services produits valeurs des biens et services utilisés ou transformés au cours du processus de production (consommation intermédiaire). 2. Le PIB marchand et non marchand a) La notion de production L INSEE définit ainsi la notion de production : «la production est l activité économique socialement organisée consistant à créer des biens et services s échangeant habituellement sur le marché ou obtenus à partir de facteurs de production s échangeant sur le marché.» La production marchande est la production qui s échange habituellement sur un marché à un prix tel qu il vise au moins à couvrir les coûts de productions. La production non marchande est obtenue à partir de facteurs de

3 LES OUTILS D ANALYSE DE L ECONOMIE (3) 3 production s échangeant habituellement sur un marché et vendue à un prix inférieur au coût de production. Elle est essentiellement constituée de services rendus par les administrations à titre gratuit ou presque. PIB marchand = Somme des valeurs ajoutées des entreprises résidentes + TVA + droits de douane En déduisant du PIB la consommation de capital fixe, c est à dire l amortissement économique des biens d équipement, on obtient le produit intérieur net (PIN). b) Les agents à l origine de la production non marchande La quasi totalité (98%) de la production non marchande est réalisée par les administrateurs publiques, une plus faible part, par les administrateurs privée (2%). Les administrations publiques satisfont des besoins collectifs de sécurité, de justice, d enseignement, de recherche, d éclairage public, de défense nationale Les administrations privées fournissent des services collectifs à leurs adhérents (associations culturelles et sportives, associations humanitaires et caritatives, syndicats, églises, partis politiques ). c) L évaluation de la production et du produit non marchand La comptabilité nationale évalue la production non marchande à son coût de production. Production non marchande = Consommations intermédiaires nécessaires à la production + rémunération des salariés et des fonctionnaires + impôts liés à la production payés par les administrations + consommation de capital fixe à usage de la collectivité (routes, ponts ). Le produit intérieur brut non marchand est obtenu en déduisant les consommations intermédiaires du total de la production non marchande. PIB non marchand = Production non marchande consommations intermédiaires = rémunération des salariés et des fonctionnaires + impôts liés à la production + consommation de capital fixe Le PIB a donc deux composantes, l une marchande, l autre non marchande. PIB = PIB marchand + PIB non marchand 3. Le produit national brut (PNB) Le PIB retient le critère de territorialité et ne prend pas en compte la production des entreprises françaises à l étranger qui entre dans le calcul du PIB d autres pays. A l inverse, le PNB repose sur le critère de nationalité et comptabilise la contribution des facteurs de production nationaux. PNB = PIB + revenus de facteurs en provenance du reste du monde - revenus de facteurs versés au reste du monde Le principal agrégat de revenu est le revenu national, qui comptabilise les revenus reçus par les agents économiques. Revenu national = PNB - amortissements - droits de douane - TVA 4. Les imperfections des agrégats Comme toute mesure globale, les agrégats ne fournissent qu une évaluation imparfaite de la production et du revenu. De plus les agrégats comptabilisent des productions nuisibles : on reproche au PIB de ne pas tenir compte de la dégradation du capital écologique ou humain que la production occasionne et même de comptabiliser comme productions des dépenses liées à la lutte contre les nuisances générées par la production. A l inverse, ils négligent les productions domestiques et les activités souterraines. Enfin, le PIB et le PNB constituent des indicateurs de bien être discutables, dans la mesure où la relation entre quantité produite et qualité de vie est loin d être établie.

4 LES OUTILS D ANALYSE DE L ECONOMIE (3) 4 B. Le tableau entrées-sorties (TES) Le tableau entrées-sorties décrit les opérations de biens et services pour chaque branche de l économie nationale. Il permet de mesurer la contribution de chacune à la réalisation du PIB Une branche rassemble les unités de production qui fabriquent le même produit, alors qu un secteur réunit les entreprises ayant une même activité principale. Le regroupement par branches inclut des unités de production homogènes et «éclate» les entreprises diversifiées dans plusieurs branches alors qu elles n appartiennent qu à un seul secteur. La production nationale est généralement présentée par branche d activité, ce qui autorise une répartition plus homogène par produits. 1. Les principes du TES Le TES décrit le mécanisme de la production nationale en présentant l équilibre emplois/ressources branche par branche et pour l ensemble des branches. Cet équilibre s écrit : P + M = CI + CF + FBCF 1 + X +S (ressources) avec P M CI CF X S (emplois) : la production : les importations : les consommations intermédiaires : la consommation finale : les exportations : la variation des stocks Le TES met en évidence l interdépendance entre les branches (grâce aux consommations intermédiaires) et détaille les conditions de production et les types d emplois de chacune. 2. La construction du TES Le TES est un ensemble de tableaux structurés : Tableau des consommations intermédiaires Tableau des emplois finals Compte de production des branches Tableau des ressources 3. La prévision économique grâce au TES Le TES permet de faire apparaître le degré d indépendance des branches. En effet, le tableau des consommations intermédiaires indique que toute modification de la production dans une branche entraîne des répercussions dans les autres branches. Le TES devient alors un instrument de prévision économique. Pour chaque branche et pour chaque produit, on peut calculer un coefficient technique : Coefficient technique = consommation intermédiaire de produit par la branche/production de la branche L ensemble des coefficients techniques donne une matrice sur laquelle on peut baser des prévisions relativement fiables à court terme. Il est notamment possible de prévoir : - L effet d entraînement d une branche sur les autres, - Les conséquences sur les branches d une augmentation globale de la production, des exportations, de la consommation des ménages, - Les conséquences de l interdépendance des branches (goulots d étranglement). 1 Formation brute de capital fixe

5 LES OUTILS D ANALYSE DE L ECONOMIE (3) 5 Ces données sont intégrées dans les modèles économétriques de description et de prévision de l activité économique utilisés par l Etat pour élaborer le budget, étudier les conséquences de certaines décisions, planifier. Wassily Leontieff (prix Nobel 1973) Cet économiste né en Russie en 1906 a contribué à l élaboration des premiers plans soviétiques. Il quitte l URSS en 1925 et travaille aux Etats-Unis. Son tableau input-output à 42 secteurs a été la première formalisation des interdépendances entre les différentes branches de l économie, il est à la base du tableau entrées-sorties de la comptabilité nationale. Basée sur des coefficients techniques et sur le calcul matriciel, cette approche révolutionnaire peut être considérée comme le premier de l économétrie.

ELEMENTS DE COMPTABILITE NATIONALE

ELEMENTS DE COMPTABILITE NATIONALE ELEMENTS DE COMPTABILITE NATIONALE Cours de M. Di Roberto Université Victor Segalen Bordeaux 2 Bibliographie Ce cours s inspire largement des ouvrages essentiels suivants. Merci à leurs auteurs. BOSSERELLE

Plus en détail

2. Présentation de la comptabilité nationale

2. Présentation de la comptabilité nationale 2. Présentation de la comptabilité nationale Introduction (1) Comptabilité nationale : Système Européen des Comptes (SEC 95) => Technique de synthèse statistique représentation quantifiée de l économie

Plus en détail

ECONOMIE GENERALE ET STATISTIQUE. 2ème Bac Sciences Economiques

ECONOMIE GENERALE ET STATISTIQUE. 2ème Bac Sciences Economiques Economie Générale et Statistique ECONOMIE GENERALE ET STATISTIQUE 2ème Bac Sciences Economiques Première partie: Les concepts économiques de base 3- Les agrégats de la comptabilité nationale 27/10/2014

Plus en détail

PIB = somme des valeurs ajoutées + impôts sur les produits subventions à l importation

PIB = somme des valeurs ajoutées + impôts sur les produits subventions à l importation CHAPITRE 3 : LE PIB PLAN I/ définition du PIB Le PIB se définit selon 3 optiques. 1. PIB selon l optique de la production 2. PIB selon l optique de la demande 3. PIB selon l optique des revenus II/ Le

Plus en détail

Etude de quelques grandeurs et leur calcul 1 Les principaux secteurs institutionnels

Etude de quelques grandeurs et leur calcul 1 Les principaux secteurs institutionnels Etude de quelques grandeurs et leur calcul 1 Les principaux secteurs institutionnels 1.3 Le PIB 1.3.1 L'approche en termes de circuit Le PIB permet de synthétiser en un seul chiffre la valeur d'ensemble

Plus en détail

L équilibre Ressources Emplois de biens et services schématisé par une balance

L équilibre Ressources Emplois de biens et services schématisé par une balance IV) l équilibre ressources - emplois et son interprétation Cet article fait suite à ceux du 19 janvier et du 18 février 2013. Il en est le complément logique sur les fondamentaux macro- économiques d un

Plus en détail

INTRODUCTION / CHAPITRE I : LES AGREGATS MACROECONOMIQUES

INTRODUCTION / CHAPITRE I : LES AGREGATS MACROECONOMIQUES INTRODUCTION / CHAPITRE I : LES AGREGATS MACROECONOMIQUES Introduction : la macroéconomie Les objectifs de la macroéconomie Les agrégats macroéconomiques 1 INTRODUCTION: LA MACROECONOMIE La macroéconomie

Plus en détail

DEVOIR N 1 économie générale

DEVOIR N 1 économie générale PROGRAMME : DEVOIR N 1 économie générale L économie et son domaine Le circuit économique comme méthode d'analyse La production marchande et non marchande Le travail Le capital et le progrès technique Le

Plus en détail

3. Agrégats, ratios et équilibres macroéconomiques

3. Agrégats, ratios et équilibres macroéconomiques 3. Agrégats, ratios et équilibres macroéconomiques Le calcul du PIB (1) PIB : Résultat final de l activité de production des unités productrices résidentes 3 façons de le mesurer : Par la production Par

Plus en détail

CHAPITRE VI - LES SOLDES COMPTABLES ET LES INDICATEURS DE REVENU

CHAPITRE VI - LES SOLDES COMPTABLES ET LES INDICATEURS DE REVENU CHAPITRE VI - LES SOLDES COMPTABLES ET LES INDICATEURS DE REVENU 1. Le compte de production... 129 2. Le compte d exploitation... 129 3. Le compte de revenu d entreprise... 130 4. Les indicateurs de revenu

Plus en détail

APPROCHE DE L ECONOMIE PAR LA PRODUCTION

APPROCHE DE L ECONOMIE PAR LA PRODUCTION APPROCHE DE L ECONOMIE PAR LA PRODUCTION Totalité des produits = Totalité des Revenus = Totalité des Dépenses DEPENSE Achats de biens et services Revenus primaires REVENU PRODUCTION redistribution des

Plus en détail

Atelier 1 - Circuit économique et comptabilité nationale

Atelier 1 - Circuit économique et comptabilité nationale Atelier 1 - Circuit économique et comptabilité nationale Fabio Panzera, MA in Economics Université de Fribourg, 08.10.2010 Question 1 Les macroéconomistes étudient toutes les questions suivantes, à l exception

Plus en détail

REMARQUES QUESTIONS. 7. Smith 8. Lavoisier 9. Condorcet

REMARQUES QUESTIONS. 7. Smith 8. Lavoisier 9. Condorcet UNIVERSITE PARIS II PANTHEON ASSAS Droit Economie Sciences sociales Licence deuxième année Sciences économiques AES SESSION : Septembre 2010 Matière : Comptabilité nationale (UEC1) G. Grangeas REMARQUES

Plus en détail

Note méthodologique. Les principales différences avec les TES sont mentionnées dans l encadré 1.

Note méthodologique. Les principales différences avec les TES sont mentionnées dans l encadré 1. Version intégrale Note méthodologique 1. Les tableaux des ressources et des emplois dans les comptes nationaux L élaboration des comptes nationaux de la Belgique s effectue conformément à la méthodologie

Plus en détail

LA MESURE DE LA PRODUCTION EN ÉCONOMIE

LA MESURE DE LA PRODUCTION EN ÉCONOMIE LA MESURE DE LA PRODUCTION EN ÉCONOMIE Par Pierre VINARD, inspecteur pédagogique régional d économie et gestion dans l Académie de Versailles et Martine LATAPIE, professeur certifié d économie et gestion

Plus en détail

Simulations de l impact de politiques. économiques sur la pauvreté et les inégalités

Simulations de l impact de politiques. économiques sur la pauvreté et les inégalités Simulations de l impact de politiques économiques sur la pauvreté et les inégalités L analyse de l évolution des conditions de vie et des comportements des classes moyennes, à la lumière de l observation

Plus en détail

Ainsi, les utilisateurs auront à leur disposition une série cohérente et complète portant sur la période 1974 à 2013.

Ainsi, les utilisateurs auront à leur disposition une série cohérente et complète portant sur la période 1974 à 2013. N 688 Les Tableaux Economiques d Ensemble 2002 à 2013 Introduction Nous mettons à la disposition des divers utilisateurs une nouvelle série de Tableaux Economiques d Ensemble (TEE) pour les années 2002

Plus en détail

26.6.2013 FR Journal officiel de l Union européenne L 174/369

26.6.2013 FR Journal officiel de l Union européenne L 174/369 26.6.2013 FR Journal officiel de l Union européenne L 174/369 CHAPITRE 14 LES SERVICES D'INTERMÉDIATION FINANCIÈRE INDIRECTEMENT MESURÉS (SIFIM) LE CONCEPT DE SIFIM ET L'INCIDENCE SUR LES PRINCIPAUX AGRÉGATS

Plus en détail

ÉCONOMIE GÉNÉRALE FIIFO1

ÉCONOMIE GÉNÉRALE FIIFO1 ÉCONOMIE GÉNÉRALE FIIFO1 2000-2001 MÉRÉ Aurélien AMC Economie - Page 1 INTRODUCTION GENERALE 3 NATURE DE L ACTIVITE ECONOMIQUE 3 L OBJET DE LA SCIENCE ECONOMIQUE 4 LES GRANDS COURANTS DE LA PENSEE ECONOMIQUE

Plus en détail

Chapitre 3. La répartition

Chapitre 3. La répartition Chapitre 3. La répartition 1. La répartition de la valeur ajoutée La valeur ajoutée (1) Valeur ajoutée : solde du compte de production = > VA = P CI = > Richesse effectivement créée par les organisations

Plus en détail

Le produit intérieur brut (PIB)

Le produit intérieur brut (PIB) Le produit intérieur brut (PIB) Un rôle fondamental Le produit intérieur brut (PIB) est de très loin l'agrégat le plus connu de la comptabilité nationale, il est même plus connu que la comptabilité nationale

Plus en détail

Observation et Conjoncture Économique. Économie Nationale approche par les revenus

Observation et Conjoncture Économique. Économie Nationale approche par les revenus Observation et Conjoncture Économique Économie Nationale approche par les revenus qu est ce que le Revenu? La rémunération des facteurs de production? Le capital Le travail La consommation intermédiaire

Plus en détail

La Recherche et Développement dans les comptes nationaux en base 2010

La Recherche et Développement dans les comptes nationaux en base 2010 La Recherche et Développement dans les comptes nationaux en base 2010 Thierry Méot Section comptes et synthèses des services La base 2010 : la mise en œuvre des règles du SEC 2010 Le système européen des

Plus en détail

La croissance économique

La croissance économique Insee en bref Pour comprendre... La croissance économique Qu est-ce que la croissance? Comment l Insee calcule-t-il le PIB? À quoi sert le PIB? Comment compléter le PIB? Qu est-ce que la croissance? La

Plus en détail

Les ressorts de l économie des services : dynamique propre et externalisation

Les ressorts de l économie des services : dynamique propre et externalisation Les ressorts de l économie des services : dynamique propre et externalisation Xavier Niel et Mustapha Okham* Alors qu en 1978, le quart de l emploi était industriel, seulement 14 % des emplois sont désormais

Plus en détail

5 Les données macroéconomiques

5 Les données macroéconomiques 5 Les données macroéconomiques Jean Magnan de Bornier Table des matières 1 La mesure des variables macroéconomiques 2 1.1 prix, valeurs, quantités et autres............ 2 1.1.1 Les prix....................

Plus en détail

LE MARKETING ET L ENVIRONNEMENT

LE MARKETING ET L ENVIRONNEMENT LE MARKETING ET L ENVIRONNEMENT SOMMAIRE I. Les forces du macro environnement et leur évolution 1. L environnement démographique 2. L environnement économique 3. L environnement naturel 4. L environnement

Plus en détail

ÉVALUATION DE L IMPACT ÉCONOMIQUE DU CRÉDIT D IMPÔT POUR LA COMPÉTITIVITÉ ET L EMPLOI (CICE) 1

ÉVALUATION DE L IMPACT ÉCONOMIQUE DU CRÉDIT D IMPÔT POUR LA COMPÉTITIVITÉ ET L EMPLOI (CICE) 1 ÉVALUATION DE L IMPACT ÉCONOMIQUE DU CRÉDIT D IMPÔT POUR LA COMPÉTITIVITÉ ET L EMPLOI (CICE) 1 Mathieu Plane OFCE À la suite de la remise au Premier ministre du Rapport Gallois, le gouvernement a décidé,

Plus en détail

Un compte d activité de la banque de détail en France?

Un compte d activité de la banque de détail en France? Suites du rapport«lignes de métiers bancaires» Un compte d activité de la banque de détail en France? Emilie Crété, Direction Générale des Statistiques/SESOF BANQUE DE FRANCE 1 Plan I. Contexte II. Exploitation

Plus en détail

Les comptes nationaux et le SEC 2010

Les comptes nationaux et le SEC 2010 Les comptes nationaux et le SEC 2010 7 ème séminaire de la Banque nationale de Belgique pour enseignants en économie du secondaire Bruxelles, le 22 octobre 2014 Catherine RIGO Plan de l exposé Introduction

Plus en détail

ANNEXE VII EFFETS MACROECONOMIQUES DE LA REFORME PIECE JOINTE N 2 SIMULATIONS REALISEES A PARTIR DU MODELE MACROECONOMETRIQUE MESANGE

ANNEXE VII EFFETS MACROECONOMIQUES DE LA REFORME PIECE JOINTE N 2 SIMULATIONS REALISEES A PARTIR DU MODELE MACROECONOMETRIQUE MESANGE ANNEXE VII, PJ n 2, page 1 ANNEXE VII EFFETS MACROECONOMIQUES DE LA REFORME PIECE JOINTE N 2 SIMULATIONS REALISEES A PARTIR DU MODELE MACROECONOMETRIQUE MESANGE ANNEXE VII, PJ n 2, page 2 Les simulations

Plus en détail

Répercussions de la TVA et de certaines réformes de la TVA. sur l économie

Répercussions de la TVA et de certaines réformes de la TVA. sur l économie Répercussions de la TVA et de certaines réformes de la TVA sur l économie par Frank Bodmer Economiste indépendant et chargé de cours, Université de Bâle Etude demandée par l Administration fédérale des

Plus en détail

LA BALANCE DES PAIEMENTS ET SON

LA BALANCE DES PAIEMENTS ET SON COMMENT S OPÈRE LE FINANCEMENT de L ÉCONOMIE MONDIALE? LA BALANCE DES PAIEMENTS ET SON INTERPRÉTATION ÉCONOMIQUE A. QU EST-CE QU UNE BALANCE DES PAIEMENTS B. LA BALANCE DES TRANSACTIONS COURANTES C. LA

Plus en détail

Comprendre l Ouzbékistan 15

Comprendre l Ouzbékistan 15 Préface.......................................................................... 7 Comprendre l Ouzbékistan 15 Repères essentiels........................................................ 17 Chiffres clés

Plus en détail

INTRODUCTION A LA MACROECONOMIE Séance de travaux dirigés n 4 Construction des comptes de secteur

INTRODUCTION A LA MACROECONOMIE Séance de travaux dirigés n 4 Construction des comptes de secteur Université Montesquieu Bordeaux IV 1 ère année Licence AES Année universitaire 2012-2013 INTRODUCTION A LA MACROECONOMIE Séance de travaux dirigés n 4 Construction des comptes de secteur Questions préliminaires

Plus en détail

Entreprises et ménages

Entreprises et ménages Entreprises et ménages Producteurs et consommateurs Les agents économiques sont classés dans les comptes nationaux en fonction de leur rôle dans le processus de création, de répartition et de destruction

Plus en détail

ANNEXE IX EFFETS MACROECONOMIQUES DE LA REFORME

ANNEXE IX EFFETS MACROECONOMIQUES DE LA REFORME ANNEXE VII, PJ n IX, page 1 ANNEXE IX EFFETS MACROECONOMIQUES DE LA REFORME PIECE JOINTE N 9 EFFETS D UNE DIMINUTION DES COTISATIONS SOCIALES EMPLOYEURS FINANCEE PAR LA CREATION D UN IMPOT SUR LE CHIFFRE

Plus en détail

Chapitre 1 : La consommation et l épargne

Chapitre 1 : La consommation et l épargne Chapitre 1 : La consommation et l épargne - 7 - Dans ce chapitre vous allez : - Distinguer les différents types de consommation. - Découvrir de quels facteurs dépend la consommation. - Étudier ce qu est

Plus en détail

La situation financière des SNF françaises Quelques éléments de diagnostic élaborés à partir des comptes nationaux

La situation financière des SNF françaises Quelques éléments de diagnostic élaborés à partir des comptes nationaux La situation financière des SNF françaises Quelques éléments de diagnostic élaborés à partir des comptes nationaux 21 novembre 2014 Gilbert Cette 1. Définitions et sources Valeur ajoutée aux coûts des

Plus en détail

Chapitre 6. Le calcul du PIB, de l inflation et de la croissance économique. Objectifs d apprentissage. Objectifs d apprentissage (suite)

Chapitre 6. Le calcul du PIB, de l inflation et de la croissance économique. Objectifs d apprentissage. Objectifs d apprentissage (suite) Chapitre 6 Le calcul du PIB, de l inflation et de la croissance économique 1 Objectifs d apprentissage Faire la distinction entre le stock de capital et de la richesse et le flux de production, de revenu,

Plus en détail

mais on suppose maintenant que ses préférences sont représentées par la fonction

mais on suppose maintenant que ses préférences sont représentées par la fonction Ecole Nationale de la Statistique et de l Administration Economique 2ème année, 1er semestre, 2007/2008 Examen de Macroéconomie Stéphane Gauthier 2 heures, sans document ni calculatrice 1. Questions de

Plus en détail

MANUEL DES CONCEPTS ET DEFINITIONS

MANUEL DES CONCEPTS ET DEFINITIONS REPUBLIQUE DU CAMEROUN Paix Travail Patrie --------------- REPUBLIC OF CAMEROON Peace Work Fatherland ------------- MANUEL DES CONCEPTS ET DEFINITIONS UTILISES DANS LES PUBLICATIONS STATISTIQUES OFFICIELLES

Plus en détail

Département des affaires économiques et sociales. études méthodologiques Série F, n 85 Manuel de comptabilité nationale

Département des affaires économiques et sociales. études méthodologiques Série F, n 85 Manuel de comptabilité nationale ST/ESA/STAT/SER.F/85 Département des affaires économiques et sociales Division de statistique études méthodologiques Série F, n 85 Manuel de comptabilité nationale Comptabilité nationale : introduction

Plus en détail

RAPPORT ÉCONOMIQUE, SOCIAL, ET FINANCIER

RAPPORT ÉCONOMIQUE, SOCIAL, ET FINANCIER PROJET DE LOI DE FINANCES POUR 2014 RAPPORT ÉCONOMIQUE, SOCIAL, ET FINANCIER Tome II Annexe Statistique Sommaire I. Production et formation du revenu... 7 II. Structure de la demande intérieure...17 III.

Plus en détail

Evaluation de l impact à court terme de l application du " Gentelmen Agreement " sur l économie marocaine

Evaluation de l impact à court terme de l application du  Gentelmen Agreement  sur l économie marocaine Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Evaluation de l impact à court terme de l application du " Gentelmen Agreement " sur l économie marocaine Octobre 1996 Document de travail

Plus en détail

Annales de sujets d examen. Volume 2 : Licence 1 Semestre 2

Annales de sujets d examen. Volume 2 : Licence 1 Semestre 2 UFR 02 SCIENCES ECONOMIQUES Annales de sujets d examen Volume 2 : Licence 1 Semestre 2 Volumes élaborés par la commission pédagogique de l UFR d économie Avertissements : - Suite au changement de contrat

Plus en détail

TD n 1 : la Balance des Paiements

TD n 1 : la Balance des Paiements TD n 1 : la Balance des Paiements 1 - Principes d enregistrement L objet de la Balance des Paiements est de comptabiliser les différentes transactions entre résidents et non-résidents au cours d une année.

Plus en détail

Parti vert libéral suisse Direction de projet «Remplacer la TVA par une taxe sur l énergie» Roland Fischer 14.01.2014

Parti vert libéral suisse Direction de projet «Remplacer la TVA par une taxe sur l énergie» Roland Fischer 14.01.2014 Effets de l initiative populaire «Remplacer la TVA par une taxe sur l énergie» sur diverses catégories de ménages dont le comportement écologique varie Parti vert libéral suisse Direction de projet «Remplacer

Plus en détail

Tableaux annexes OPTIQUE TRÉSORERIE, ÉLÉMENTS DU COMPTE DE CAPITAL, ASSURANCE-DOMMAGES

Tableaux annexes OPTIQUE TRÉSORERIE, ÉLÉMENTS DU COMPTE DE CAPITAL, ASSURANCE-DOMMAGES Tableaux annexes OPTIQUE TRÉSORERIE, ÉLÉMENTS DU COMPTE DE CAPITAL, ASSURANCE-DOMMAGES Le résultat et le revenu agricoles en optique trésorerie Les comptes de l'agriculture se sont alignés, depuis la base

Plus en détail

METHODOLOGIE DE MISE EN ŒUVRE D'UN INDICATEUR DE SUIVI DE l EMPLOI AU SENEGAL

METHODOLOGIE DE MISE EN ŒUVRE D'UN INDICATEUR DE SUIVI DE l EMPLOI AU SENEGAL République du Sénégal ------------ MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES ------------ DIRECTION DE LA PREVISION ET DES ETUDES ECONOMIQUES METHODOLOGIE DE MISE EN ŒUVRE D'UN INDICATEUR DE SUIVI DE l EMPLOI

Plus en détail

I- Programme : Filière : Sciences de Gestion Comptable Matière : Economie générale

I- Programme : Filière : Sciences de Gestion Comptable Matière : Economie générale + آتابة الدولة المكلفة بالتعليم المدرسي الا طار المرجعي للامتحان الموحد الوطني للبكالوريا شعبة العلوم الاقتصادية والتدبير: مسلك علوم التدبير المحاسباتي مادة الاقتصاد العام Filière : Sciences de Gestion

Plus en détail

ECONOMIE GENERALE. La représentation de l économie : la comptabilité nationale

ECONOMIE GENERALE. La représentation de l économie : la comptabilité nationale IUFM AUVERGNE ECONOMIE - GESTION Cours de Mr DIEMER ECONOMIE GENERALE Mots clés : PARTIE I CHAPITRE 3 La représentation de l économie : la comptabilité nationale Administration publique Circuit économique

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE ÉTOILE pei 2 ÉTOILE percoi 2

GUIDE PRATIQUE ÉTOILE pei 2 ÉTOILE percoi 2 GUIDE PRATIQUE ÉTOILE pei 2 ÉTOILE percoi 2 SOMMAIRE Composez votre dispositif sur mesure 4 Étoile PEI 2 - Étoile PERCOI 2 Principales caractéristiques 5 Conseils d optimisation pour le dirigeant et les

Plus en détail

Communiqué de presse Pressemitteilung Comunicato Stampa

Communiqué de presse Pressemitteilung Comunicato Stampa OFS BFS UST Office fédéral de la statistique Bundesamt für Statistik Ufficio federale di statistica Uffizi federal da statistica Service d information Informationsdienst Servizio informazioni Servetsch

Plus en détail

L approche filière. Analyse financière OUTILS ANALYTIQUES. Module 045. L approche filière. Analyse des effets aux prix du marché

L approche filière. Analyse financière OUTILS ANALYTIQUES. Module 045. L approche filière. Analyse des effets aux prix du marché Analyse financière OUTILS ANALYTIQUES Module 045 L approche filière par Fabien Tallec, Consultant, Service de Soutien aux Politiques Agricoles, Division de l Assistance aux Politiques, FAO, Rome, Italie

Plus en détail

Règlement n 90 15 du 18 décembre 1990 relatif à la comptabilisation des contrats d échange de taux d intérêt ou de devises

Règlement n 90 15 du 18 décembre 1990 relatif à la comptabilisation des contrats d échange de taux d intérêt ou de devises Règlement n 90 15 du 18 décembre 1990 relatif à la comptabilisation des contrats d échange de taux d intérêt ou de devises modifié par les règlements n 92 04 du 17 juillet 1992, n 95-04 du 21 juillet 1995,

Plus en détail

FILIÈRE L1 AES, TAMPON TRAVAUX DIRIGÉS D ÉCONOMIE POLITIQUE 1 Cours de M. HUET Année universitaire 2012-2013

FILIÈRE L1 AES, TAMPON TRAVAUX DIRIGÉS D ÉCONOMIE POLITIQUE 1 Cours de M. HUET Année universitaire 2012-2013 UNIVERSITÉ DE LA RÉUNION FACULTÉ DE DROIT & D ÉCONOMIE FILIÈRE L1 AES, TAMPON TRAVAUX DIRIGÉS D ÉCONOMIE POLITIQUE 1 Cours de M. HUET Année universitaire 2012-2013 18h en 9 TD : I- Courants de pensée en

Plus en détail

Manuel de formation «initiation à la comptabilité» MANUEL DE FORMATION INITIATION A LA COMPTABILITE COMPTABILITE D ENGAGEMENTS.

Manuel de formation «initiation à la comptabilité» MANUEL DE FORMATION INITIATION A LA COMPTABILITE COMPTABILITE D ENGAGEMENTS. MANUEL DE FORMATION INITIATION A LA COMPTABILITE COMPTABILITE D ENGAGEMENTS Sommaire INTRODUCTION PARTIE 1 INITIATION A LA COMPTABILITE 1- règles de base de la comptabilité 2- l activité courante de l

Plus en détail

1.1 Quelles sont les sources de la croissance économique? CH- Intérêts et limites du PIB comme mesure de l activité économique

1.1 Quelles sont les sources de la croissance économique? CH- Intérêts et limites du PIB comme mesure de l activité économique 1. Croissance, fluctuations et crises 1.1 Quelles sont les sources de la croissance économique? CH- Intérêts et limites du PIB comme mesure de l activité économique I/ Intérêts et limites du PIB comme

Plus en détail

Quels indicateurs pour la dette des entreprises françaises?

Quels indicateurs pour la dette des entreprises françaises? Quels indicateurs pour la dette des entreprises françaises? Un excès d endettement constitue un risque pour une entreprise. Confrontée à l imprévu, celle-ci risque de ne pouvoir faire face à ses remboursements

Plus en détail

LES NOUVEAUX INDICATEURS STATISTIQUES DU FMI

LES NOUVEAUX INDICATEURS STATISTIQUES DU FMI LES NOUVEAUX INDICAEURS SAISIQUES DU FI À la fin de 1994 et au début de l année 1995, la répétition et la sévérité des désordres sur les marchés de capitaux, et récemment la crise financière du exique

Plus en détail

Evolution récente de l agriculture des DOM et des aides publiques dont elle bénéficie : comparaison avec la métropole 1

Evolution récente de l agriculture des DOM et des aides publiques dont elle bénéficie : comparaison avec la métropole 1 Evolution récente de l agriculture des DOM et des aides publiques dont elle bénéficie : comparaison avec la métropole 1 Jean-François BASCHET, Ministère de l agriculture et de la pêche, Direction des affaires

Plus en détail

Première application des IFRS par les fonds d investissement

Première application des IFRS par les fonds d investissement Première application des IFRS par les fonds d investissement Extrait, Groupe de discussion sur les IFRS Compte rendu de la réunion du 2 décembre 2013 Le projet de l IASB sur les entités d investissement

Plus en détail

Nouveaux regards sur les comptes nationaux

Nouveaux regards sur les comptes nationaux Nouveaux regards sur les comptes nationaux 7 e séminaire de la Banque nationale de Belgique pour enseignants en économie du secondaire 22 octobre 2014 Dossier pédagogique PRÉSENTATIONS GÉNÉRALES Table

Plus en détail

COMPLEMENTAIRE SANTE OBLIGATOIRE

COMPLEMENTAIRE SANTE OBLIGATOIRE COMPLEMENTAIRE SANTE OBLIGATOIRE SOYEZ PRO ACTIF! Anticipez et transformez cette contrainte en opportunité SALON DES ENTREPRENEURS 2015 5 février 2015 LA GENERALISATION DE LA COMPLEMENTAIRE SANTE DANS

Plus en détail

LES SIIC. Pierre Schoeffler Président S&Partners Senior Advisor IEIF. Étude réalisée par. Les SIIC et la retraite 1

LES SIIC. Pierre Schoeffler Président S&Partners Senior Advisor IEIF. Étude réalisée par. Les SIIC et la retraite 1 LES SIIC et la retraite Étude réalisée par Pierre Schoeffler Président S&Partners Senior Advisor IEIF Les SIIC et la retraite 1 23 juin 2014 2 Les SIIC et la retraite La retraite est, avec l emploi et

Plus en détail

CONSOMMATION FINALE. Matérialité de l usage. Productivité de l usage. Effet de l usage. Satisfaction. Usage d un bien SANS effet productif ultérieur

CONSOMMATION FINALE. Matérialité de l usage. Productivité de l usage. Effet de l usage. Satisfaction. Usage d un bien SANS effet productif ultérieur CONSOMMATION FINALE Matérialité de l usage Productivité de l usage Effet de l usage Usure d un bien Usage d un bien SANS effet productif ultérieur Satisfaction Gaspillage Champagne School of Management

Plus en détail

Institut des comptes nationaux. Comptes nationaux. Comptes trimestriels 2015-II

Institut des comptes nationaux. Comptes nationaux. Comptes trimestriels 2015-II Institut des comptes nationaux Comptes nationaux Comptes trimestriels 2015-II Contenu de la publication Les comptes nationaux trimestriels de la Belgique sont élaborés d après les définitions du Système

Plus en détail

RAPPELS DU COURS PRÉCÉDENT

RAPPELS DU COURS PRÉCÉDENT RAPPELS DU COURS PRÉCÉDENT PIB + M = CF+ FBCF + S + X Demande intérieure Valeur 2006 en milliard s d'euros ) Évolutions en volume au prix de l'année précédente Évolutions en volume au prix de l'année précédente

Plus en détail

Recommandation sur le traitement des réclamations 2011-R-05 du 15 décembre 2011

Recommandation sur le traitement des réclamations 2011-R-05 du 15 décembre 2011 2011-R-05 du 15 décembre 2011 1. Contexte L information du client sur les modalités d examen des réclamations ainsi que le traitement de ces dernières font l objet de plusieurs textes, notamment de nature

Plus en détail

ENSAE, 1A Maths. Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr. Septembre 2010

ENSAE, 1A Maths. Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr. Septembre 2010 Initiation à l économie ENSAE, 1A Maths Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr Septembre 2010 Les ménages (1/2) Les ressources des ménages La consommation L épargne Les ménages comme agents économiques

Plus en détail

M E T H O D E «Dossier statistique de la situation. I Les sources d information. des entreprises en 2013»

M E T H O D E «Dossier statistique de la situation. I Les sources d information. des entreprises en 2013» M E T H O D E «Dossier statistique de la situation des entreprises en 2013» Ce dossier présente les informations chiffrées disponibles à partir de l exploitation des données comptables du fichier FIBEN

Plus en détail

Partie 2 Entreprises et production

Partie 2 Entreprises et production CONCEPTION ET MISE EN PAGE : PAUL MILAN Partie 2 Entreprises et production Introduction La production est réalisée par des organisations de nature très différente et aux objectifs très variés, mais toutes

Plus en détail

LES DONNÉES MACROÉCONOMIQUES

LES DONNÉES MACROÉCONOMIQUES LES DONNÉES MACROÉCONOMIQUES L'observation scientifique des mécanismes économiques a conduit à l'identification de certaines informations qui reviennent systématiquement et qui apparaissent ainsi, essentielles

Plus en détail

Thème 2 : Le rôle du «secteur informel» dans l intégration régionale

Thème 2 : Le rôle du «secteur informel» dans l intégration régionale Thème 2 : Le rôle du «secteur informel» dans l intégration régionale 1. Le secteur informel en Afrique : définition et caractéristiques générales Le secteur informel est défini comme l'ensemble des unités

Plus en détail

Comment résister aux vents contraires qui freinent l activité économique au Canada

Comment résister aux vents contraires qui freinent l activité économique au Canada Comment résister aux vents contraires qui freinent l activité économique au Canada Chambre de commerce du Grand Moncton Moncton (Nouveau-Brunswick) 21 novembre 2012 Tim Lane Sous-gouverneur Banque du Canada

Plus en détail

LISTE DE COMPETENCES BACHELIER EN COMPTABILITE - ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ECONOMIQUE DE TYPE COURT

LISTE DE COMPETENCES BACHELIER EN COMPTABILITE - ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ECONOMIQUE DE TYPE COURT LISTE DE COMPETENCES BACHELIER EN COMPTABILITE - ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ECONOMIQUE DE TYPE COURT A. Compétences à démontrer en fin de formation DESCRIPTION ANALYTIQUE DU PROFIL PROFESSIONNEL EPREUVE INTEGREE

Plus en détail

OBJET : STATUT SOCIAL ET DEMANDE DE LICENCE DES PERSONNES INTERVENANT POUR DES EQUIPES ETRANGERES MAIS RESIDENT EN FRANCE.

OBJET : STATUT SOCIAL ET DEMANDE DE LICENCE DES PERSONNES INTERVENANT POUR DES EQUIPES ETRANGERES MAIS RESIDENT EN FRANCE. OBJET : STATUT SOCIAL ET DEMANDE DE LICENCE DES PERSONNES INTERVENANT POUR DES EQUIPES ETRANGERES MAIS RESIDENT EN FRANCE. Selon la règlementation de l UCI*, les licences sont délivrées par la fédération

Plus en détail

Simulation d impact de l augmentation des salaires du personnel de l administration publique et du SMIG et du SMAG dans le secteur privé

Simulation d impact de l augmentation des salaires du personnel de l administration publique et du SMIG et du SMAG dans le secteur privé Simulation d impact de l augmentation des salaires du personnel de l administration publique et du SMIG et du SMAG dans le secteur privé L augmentation des salaires du personnel de l administration publique

Plus en détail

L Enquête suisse sur la structure des salaires (ESS) comme base de données pour le calcul des taux horaires dans le cadre du préjudice ménager

L Enquête suisse sur la structure des salaires (ESS) comme base de données pour le calcul des taux horaires dans le cadre du préjudice ménager L Enquête suisse sur la structure des salaires (ESS) comme base de données pour le calcul des taux horaires dans le cadre du préjudice ménager OFFICE FÉDÉRAL DE LA STATISTIQUE (OFS) David Koch Section

Plus en détail

LA LOLF - Les trois comptabilités

LA LOLF - Les trois comptabilités LA LOLF - Les trois comptabilités Suivre l autorisation et l exécution budgétaire Assurer la transparence de la situation financière de l Etat Mesurer le coût de chaque politique publique Comptabilité

Plus en détail

Gillig Philippe Faculté des Sciences sociales

Gillig Philippe Faculté des Sciences sociales SO00DM24 Approches socio-économiques de la croissance TD 7 : Décrypter les liens entre productivité et rentabilité (d après J-P Piriou, Nouveau manuel de SES, éd. La découverte) Objectifs du TD : 1) analyser

Plus en détail

Recommandation sur le traitement des réclamations

Recommandation sur le traitement des réclamations Recommandation sur le traitement des réclamations 1. Contexte 2015-R-03 du 26 février 2015 L information du client sur les modalités d examen des réclamations ainsi que le traitement de ces dernières font

Plus en détail

1er thème: comment les revenus et les prix influencent-ils les choix des consommateurs?

1er thème: comment les revenus et les prix influencent-ils les choix des consommateurs? Ménages et consommation 1er thème: comment les revenus et les prix influencent-ils les choix des consommateurs? question 1: comment le revenu des ménages est-il réparti? question 2: quelle est l influence

Plus en détail

Tableau de bord de l'emploi et de la formation professionnelle. dans le spectacle vivant. Deuxième partie. La formation professionnelle continue

Tableau de bord de l'emploi et de la formation professionnelle. dans le spectacle vivant. Deuxième partie. La formation professionnelle continue Tableau de bord de l'emploi et de la formation professionnelle dans le spectacle vivant Deuxième partie La formation professionnelle continue - Données statistiques 2010 Troisième édition L'Observatoire

Plus en détail

Royaume du Maroc المرجع :

Royaume du Maroc المرجع : المملكة المغربية Royaume du Maroc المرجع : a présente note méthodologique reprend les nouvelles recommandations internationales mises en œuvre par le Maroc, pour l établissement de la balance des paiements

Plus en détail

Projet de loi de financement de la Sécurité sociale - PLFSS

Projet de loi de financement de la Sécurité sociale - PLFSS 2006S ÉCURITÉ SOCIALE Projet de loi de financement de la Sécurité sociale - PLFSS ANNEXE 4 Recettes des régimes de sécurité sociale par catégorie et par branche www.sante.gouv.fr www.social.gouv.fr ANNEXE

Plus en détail

4.1. Sources. Champs. et méthodes. de l ESS. Liste des catégories juridiques incluses dans le champ de l économie sociale

4.1. Sources. Champs. et méthodes. de l ESS. Liste des catégories juridiques incluses dans le champ de l économie sociale 4.0 Sources et méthodes Le périmètre a été établi en collaboration avec l INSEE et les méthodologies de traitement sont harmonisées au sein du réseau national des observatoires des Chambres Régionales

Plus en détail

CONCOURS D ENTREE AU CYCLE SUPERIEUR

CONCOURS D ENTREE AU CYCLE SUPERIEUR REPUBLIQUE TUNISIENNE PREMIER MINISTERE ECOLE NATIONALE D ADMINISTRATION الجمهورية التونسية الوزارة الا ولى المدرسة الوطنية للا دارة CONCOURS D ENTREE AU CYCLE SUPERIEUR Supports destinés à la préparation

Plus en détail

Économie Chapitre 6 La répartition des richesses. I) Les objectifs et les instruments de la redistribution

Économie Chapitre 6 La répartition des richesses. I) Les objectifs et les instruments de la redistribution Revenu du travail et du capital = Revenus bruts (répartition primaire du revenu) cf. Ch 5 Revenus bruts cotisations sociales impôts + prestations = Revenu disponible (répartition secondaire du revenu,

Plus en détail

Evaluation de la répartition sectorielle du crédit d impôt pour la compétitivité et l emploi

Evaluation de la répartition sectorielle du crédit d impôt pour la compétitivité et l emploi Paris, le 19 novembre 2012 Note d actualité Evaluation de la répartition sectorielle du crédit d impôt pour la compétitivité et l emploi Pascale SCAPECCHI pscapecchi@coe-rexecode.fr Tel : 01 53 89 20 89

Plus en détail

agefos-pme.com Bilan Formation 2012

agefos-pme.com Bilan Formation 2012 Bilan Formation 2012 Branche professionnelle des Entreprises du Courtage d Assurances et/ou de Réassurances SPP du 18 octobre 2013 SOMMAIRE PREAMBULE 3 Les obligations conventionnelles de votre branche

Plus en détail

Définitions des principaux concepts

Définitions des principaux concepts Définitions des principaux concepts Achats de marchandises : achats de marchandises destinées à être revendues en l état. Achats de matières premières : achats de produits incorporés aux constructions.

Plus en détail

Réunion de la formation Environnement du CNIS

Réunion de la formation Environnement du CNIS Réunion de la formation Environnement du CNIS «Travaux sur les Flux de matières et la productivité des ressources» Jeudi 7 juin 2007 Patrice GREGOIRE, Céline JAMET IFEN Page 1 Représentation des flux de

Plus en détail

Quels sont les grands déséquilibres macroéconomiques? Durée : maximum 4h30

Quels sont les grands déséquilibres macroéconomiques? Durée : maximum 4h30 Quels sont les grands déséquilibres macroéconomiques? Durée : maximum 4h30 Raphaël Pradeau (Académie de Nice) et Julien Scolaro (Académie de Poitiers) Programme : NOTIONS : Demande globale, inflation,

Plus en détail

Politiques monétaire et fiscale Cours de M2R Printemps 2006

Politiques monétaire et fiscale Cours de M2R Printemps 2006 Politiques monétaire et fiscale Cours de M2R Printemps 2006 Ekkehard Ernst OCDE Ekkehard Ernst 1 Introduction et résumé du cours Objectifs Connaître et apprendre les concepts modernes d analyse monétaire

Plus en détail

Les opérations et autres flux

Les opérations et autres flux Les opérations et autres flux Les nomenclatures présentées ici sont celles du Système européen des comptes 2010 (SEC 2010). Nomenclature des opérations Opérations sur produits (biens et services) (P) P.1

Plus en détail

KÖZGAZDASÁGI- MARKETING ALAPISMERETEK FRANCIA NYELVEN

KÖZGAZDASÁGI- MARKETING ALAPISMERETEK FRANCIA NYELVEN Közgazdasági-marketing alapismeretek francia nyelven középszint 1021 ÉRETTSÉGI VIZSGA 2011. május 13. KÖZGAZDASÁGI- MARKETING ALAPISMERETEK FRANCIA NYELVEN KÖZÉPSZINTŰ ÍRÁSBELI ÉRETTSÉGI VIZSGA JAVÍTÁSI-ÉRTÉKELÉSI

Plus en détail

Capital Life est une assurance-vie de la branche 23 dont le rendement est lié à des fonds d investissement internes.

Capital Life est une assurance-vie de la branche 23 dont le rendement est lié à des fonds d investissement internes. Fiche Info Financière Assurance-Vie branche 23 Capital Life 1 1 Cette "fiche info financière assurance-vie" décrit les modalités du produit qui s appliquent à partir du 15 décembre 2014. Type d assurance-vie

Plus en détail

Epargne et investissement

Epargne et investissement Epargne et investissement Nature du sujet : Sujet de type «mise en relation». Mots-clés / Définitions : Tous! «Epargne» : Part du revenu qui n est pas consommée Epargne des ménages : - Concept le plus

Plus en détail