I- Définition d'un état turbulent ; Transition vers la turbulence expérience de Osborne Reynolds ( )

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "I- Définition d'un état turbulent ; Transition vers la turbulence expérience de Osborne Reynolds (1842-1912)"

Transcription

1 I- Définition d'un état turbulent ; Transition vers la turbulence expérience de Osborne Reynolds ( ) R e = UD/ν Re>2000 Re>4000 M1 fluides : turbulence 1

2 M1 fluides : turbulence 2

3 I- Définition d'un état turbulent ; Transition vers la turbulence couche limite turbulente R ex = Ux/ν laminaire, équation de Blasius ondes de Tollmien Schlichting (instabilités) instabilités secondaires R ex = R ex = turbulence M1 fluides : turbulence 3

4 I- Définition d'un état turbulent ; Transition vers la turbulence Seuil d instabilité Equation d Orr- Sommerfeld kδ 1 M1 fluides : turbulence 4

5 I- Définition d'un état turbulent ; par les conséquences Balayages et éjections M1 fluides : turbulence 5

6 I- Définition d'un état turbulent ; diffusion turbulente u l u figure 1.1 de Tennekes et Lumley M1 fluides : turbulence 6

7 I- Définition d'un état turbulent ; Petit bilan intermédiaire... TURBULENCE : pas de définition rigoureuse... D'où une description phénoménologique... - Irregularité : La turbulence est un état de mouvement irregulier, (en apparence) aléatoire - Diffusivité : Intensification des échanges de masse, q.mvt et energie - Fluctuations 3D de la vorticité : Un ecoulement turbulent est toujours rotationnel Tourbillons cohérents (eddies), mais localisés de façon aléatoire L énergie est transférée des grandes aux petites échelles de l écoulements par effet des interactions entre structures tourbillonnaires (mécanisme de cascade) M1 fluides : turbulence 7

8 II- caractérisation d'un état turbulent ; approche temporelle u(t) cms t en s u =18 cms -1 ±? u rms =5.8 cms -1 ±? Signal temporel acquis à 50 Hz en rivière avec un vélocimètre acoustique doppler (ADV) M1 fluides : turbulence 8

9 II- caractérisation d'un état turbulent ; approche temporelle R u'u' (τ) /R u'u' (0) Temps intégral de la turbulence : T int 0.42 s τ en s M1 fluides : turbulence 9

10 II- caractérisation d'un état turbulent ; approche spatiale Vélocimétrie par Images de Particules (PIV) dans une couche limite turbulente au-dessus de coquillages écoulement couche de coquillages M1 fluides : turbulence 10

11 II- caractérisation d'un état turbulent ; approche spatiale champ fluctuations de vitesse (tourbillons...) moyen instantanné (temps) 1 cm Résolution spatiale : pas de la grille de calcul PIV = 0.7 mm M1 fluides : turbulence 11

12 II- caractérisation d'un état turbulent ; approche spatiale 1 cm Résolution spatiale : pas de la grille de calcul PIV = 0.7 mm Fréquence d'acquisition : 1 H z M1 fluides : turbulence 12

13 II- caractérisation d'un état turbulent ; approche spatiale Turbulence de grille, autocorrelation longitudinale R u'u' ( x) Echelle Intégrale Spatiale L int ~1.75 cm 0.4 Micro-échelle de Taylor (dissipation) λ=0.7 cm M1 fluides : turbulence 13

14 II- caractérisation d'un état turbulent ; approche spectrale Retour au temporel : signal temporel acquis à 50 Hz en rivière avec un vélocimètre acoustique doppler (ADV) fonction d'autocorrélation R w'w' longitudinale R w'w' (τ) /R w'w' (0) M1 fluides : turbulence 14

15 II- caractérisation d'un état turbulent ; approche spectrale Retour au temporel : signal temporel acquis à 50 Hz en rivière avec un vélocimètre acoustique doppler (ADV). Acquisition de 80s. Spectre avec moyenne sur des échantillons de 5s de durée log 10 (S est (ω)) on s'approche de la "vraie" densité spectrale S(ω) pente -5/3 T int λ log 10 (ωλ) M1 fluides : turbulence 15

16 III- modèle de turbulence homogène isotrope (THI); la cascade... Vision SPECTRALE de la cascade CASCADE E t k L int échelle intégrale ENERGIE INJECTEE λ microéchelle de Taylor DISSIPATION M1 fluides : turbulence 16

17 III- modèle de turbulence homogène isotrope (THI); la cascade... Interprétation dans l'espace physique du spectre d'énergie : on définit l'energie E(l) (et leur vitesse u(l)=(2e(l)/3) 1/2 ) des "tourbillons" à l'échelle spatiale l=2π/k. On parle de "eddies" en anglais. ( "vortices")... - Les gros tourbillons ("eddies") sont instables et "explosent", transférant leur énergie vers les tourbillons plus petits. - ce processus se produit à toutes les échelles, jusqu'à ce que le nombre de Reynolds à l'échelle l considérée (Re(l)=u(l)l/ν), devienne de l'ordre de l'unité, auquel cas les tourbillons se stabilisent et dissipent l'énergie (conversion en chaleur) M1 fluides : turbulence 17

18 III- modèle de turbulence homogène isotrope (THI); la cascade... La dissipation se produit à la fin de la cascade... Et donc, le taux de dissipation ε (même dimension que de t /dt) est déterminé par le premier processus dans la séquence, à savoir, le transfert depuis les "grands" tourbillons d'échelle L int qui contiennent l'essentiel de l'énergie E t (et une vitesse turbulente associée u rms (2E t /3) 1/2 ). Injection identique, donc grandes échelles identiques... Viscosité différente, donc petites échelles différentes... Du coup ε u rms3 /L int indépendemment de la viscosité dynamique ν (à haut nombre de Reynolds). Source: Tennekes & Lumley. Page 22. M1 fluides : turbulence 18

19 III- modèle de turbulence homogène isotrope (THI); la cascade... Vision SPECTRALE de la cascade CASCADE E t L int échelle intégrale ENERGIE INJECTEE M1 fluides : turbulence λ microéchelle de Taylor DISSIPATION Première hypothèse de similarité de Kolmogorov s : dans tous les écoulements turbulents à nombre de Reynolds suffisamment élevé, les statistiques des mouvements à petite échelle ont une forme universelle qui ne dépend que de ε et ν. k 19

20 III- modèle THI ; Echelles de Kolmogorov Nombre de Reynolds turbulent, associé aux grands tourbillons : Re Lint =E t 1/2 L int /ν (A ne pas confondre avec le nombre de Reynolds de l écoulement, même si: Re=LU/ ν E t 1/2 L int /ν à un facteur multiplicatif près ) Echelles de Kolmogorov (échelles dissipatives) construites à partir de ε et ν? Longueur de Kolmogorov l η =(ν 3 /ε) 1/4 Vitesse de Kolmogorov u η =(νε) 1/4 Temps de Kolmogorov τ η =(ν/ε) 1/2 On trouve : l η /L int =(Re Lint ) -3/4 Pour Re Lint assez grand, il existe des échelles spatiales intermédiaire l qui peuvent vérifier L int >> l >> l η Limitation intrinsèque d une DNS (Simulation Directe Numérique)!!! Ne dépendent pas de la viscosité ν non plus!!! M1 fluides : turbulence 20

21 III- modèle THI ; loi en k -5/3 Seconde hypothèse de similarité de Kolmogorov s : dans tous les écoulements turbulents à nombre de Reynolds suffisamment élevé, les statistiques des mouvements àux échelles intermédiaires l telles que L int >> l >> l η ne dépendent que de ε (et plus de ν). Energy containing range Universal equilibrium range Inertial subrange Dissipation range E(k)=Cε 2/3 k -5/3 avec C 1.5 E(k)=Cε 2/3 k -5/3 F(kl η ) κ 0 κ EI κ DI κ η = 2π/l 0 = 2π/l EI = 2π/l DI = 2π/l η Non dimensional form l η κ 0 = 2πl η /l 0 l η κ EI = 2πl η /l EI l η κ DI = 2πl η /l DI l η κ η = 2π M1 fluides : turbulence 21

22 III- modèle THI ; localisation de la dissipation E u u (k x ) L intégration du spectre de la dissipation permet de montrer que 90% de la dissipation a lieu pour des échelles spatiales l vérifiant l DI /l η = 60 >l/l η > 8 Inertiel E u u (k x )=(18/55) Cε 2/3 E t -5/3 M1 fluides : turbulence 22

Objectifs du cours Modélisation de la Turbulence M2 - EE

Objectifs du cours Modélisation de la Turbulence M2 - EE Objectifs du cours Modélisation de la Turbulence M2 - EE Gomez Thomas Institut Jean Le Rond d Alembert Caractériser et classifier les écoulements turbulents. Introduire les outils mathématiques. Introduire

Plus en détail

Modèle d équilibre thermique urbain

Modèle d équilibre thermique urbain Modèle d équilibre thermique urbain Définition d un volume de contrôle V Choix de la variable du bilan Bilan global [Oke, 1987] enthalpie V dh(t) 1 4 2 dt 43 Watt i r i,transp. n r i Entrées/sorties du

Plus en détail

Rappels et compléments :

Rappels et compléments : CHAPITRE 6 MECANIQUE DES FLUIDES VISQUEUX Pr. M. ABD-LEFDIL Université Mohammed V- Agdal Département de Physique Année universitaire 05-06 SVI-STU Rappels et compléments : Un fluide est un milieu matériel

Plus en détail

Mécanique des Fluides

Mécanique des Fluides Mécanique des Fluides Franck Nicoud I3M franck.nicoud@univ-montp2.fr MKFLU - MI4 1 Plan général 1. Rappels 2. Quelques solutions analytiques 3. Notion de turbulence 4. Aérothermique 5. Interaction fluide-structure

Plus en détail

Motifs turbulent-laminaire dans l écoulement de Poiseuille plan

Motifs turbulent-laminaire dans l écoulement de Poiseuille plan rencontre du non-linéaire 2013 155 Motifs turbulent-laminaire dans l écoulement de Poiseuille plan Laurette S. Tuckerman PMMH-ESPCI-CNRS, 10 rue Vauquelin, 75005 Paris laurette@pmmh.espci.fr z streamwise

Plus en détail

Colloque bilan LEFE, mai 2009. Processus dynamiques en milieu littoral

Colloque bilan LEFE, mai 2009. Processus dynamiques en milieu littoral Colloque bilan LEFE, mai 2009 Processus dynamiques en milieu littoral Philippe Bonneton EPOC, Univ. Bordeaux I, CNRS Le littoral : pas seulement une zone d interface mais aussi un milieu spécifique Appel

Plus en détail

UNITÉ DE PROGRAMME : S9UP1 Modélisation de la turbulence

UNITÉ DE PROGRAMME : S9UP1 Modélisation de la turbulence UNITÉ DE PROGRAMME : S9UP1 Modélisation de la turbulence Modélisation de la turbulence Auteur : Yann MARCHESSE Département : Mécanique et Énergétique Édition : Année universitaire 2009-2010 ÉCOLE CATHOLIQUE

Plus en détail

Génération de champ magnétique par effet dynamo : l expérience VKS

Génération de champ magnétique par effet dynamo : l expérience VKS Génération de champ magnétique par effet dynamo : l expérience VKS Nicolas Mordant Laboratoire de Physique Statistique 6 Novembre 2007 Compte-rendu de Luc Deike et Stéphanie Couvreur Introduction Les mouvements

Plus en détail

Formation à la C F D Computational Fluid Dynamics. Formation à la CFD, Ph Parnaudeau

Formation à la C F D Computational Fluid Dynamics. Formation à la CFD, Ph Parnaudeau Formation à la C F D Computational Fluid Dynamics Formation à la CFD, Ph Parnaudeau 1 Qu est-ce que la CFD? La simulation numérique d un écoulement fluide Considérer à présent comme une alternative «raisonnable»

Plus en détail

Cours SGE «Modélisation de la pollution atmosphérique» Dynamique

Cours SGE «Modélisation de la pollution atmosphérique» Dynamique Cours SGE «Modélisation de la pollution atmosphérique» Dynamique Christian Seigneur Cerea Plan Structure verticale de l atmosphère Atmosphère libre et couche limite atmosphérique Transport et dispersion

Plus en détail

Etude expérimentale de l influence des ouvrages de protection sur les avalanches et des pressions d impact

Etude expérimentale de l influence des ouvrages de protection sur les avalanches et des pressions d impact Etude expérimentale de l influence des ouvrages de protection sur les avalanches et des pressions d impact 2009 2012 Paolo Caccamo Université de Grenoble Encadrants : Florence Naaim-Bouvet, Thierry Faug,

Plus en détail

ECOULEMENTS TURBULENTS

ECOULEMENTS TURBULENTS ECOULEMENTS TURBULENTS Base et modélisation Auteur: Julien Réveillon Université de Rouen Réveillon - Université de Rouen - reveillon@coria.fr p.1/188 Introduction - Généralités Observation constante des

Plus en détail

15 ans de recherche à la Vallée de la Sionne

15 ans de recherche à la Vallée de la Sionne Journée «dangers naturels» à Sion 21 novembre 2012 15 ans de recherche à la Vallée de la Sionne Betty Sovilla / François Dufour WSL- Institut pour l Etude de la Neige et des Avalanches SLF 1 La vue d ensemble

Plus en détail

Mise en évidence expérimentale de l intermittence dans un jet cryogénique turbulent d hélium normal et superfluide

Mise en évidence expérimentale de l intermittence dans un jet cryogénique turbulent d hélium normal et superfluide Mise en évidence expérimentale de l intermittence dans un jet cryogénique turbulent d hélium normal et superfluide Davide Duri To cite this version: Davide Duri. Mise en évidence expérimentale de l intermittence

Plus en détail

INTRODUCTION DU CFD. La perte de pression (dp) par unité-longueur (dl) est déterminée par la formule :

INTRODUCTION DU CFD. La perte de pression (dp) par unité-longueur (dl) est déterminée par la formule : INTRODUCTION DU CFD Introduction A l inverse des calculs de force de construction, au moyen du software de Ansys ou Pro/E par exemple, les calculs de courant ne sont pas très connus. Ceci est une introduction

Plus en détail

Imagerie interférométrique avec des données bruitées

Imagerie interférométrique avec des données bruitées Imagerie interférométrique avec des données bruitées Josselin Garnier (Université Paris Diderot) But de l imagerie : sonder un milieu inconnu avec des ondes pour en extraire de l information. Une méthode

Plus en détail

Décollement en écoulement tridimensionnel stationnaire. Partie 2 : LIGNES SÉPARATRICES DE DÉCOLLEMENT ET D'ATTACHEMENT

Décollement en écoulement tridimensionnel stationnaire. Partie 2 : LIGNES SÉPARATRICES DE DÉCOLLEMENT ET D'ATTACHEMENT Décollement en écoulement tridimensionnel stationnaire Partie 2 : LIGNES SÉPARATRICES DE DÉCOLLEMENT ET D'ATTACHEMENT SURFACES SÉPARATRICES DE DÉCOLLEMENT ET D'ATTACHEMENT Lignes de séparation ou séparatrices

Plus en détail

Principes généraux de la modélisation de la dispersion atmosphérique

Principes généraux de la modélisation de la dispersion atmosphérique Principes généraux de la modélisation de la dispersion atmosphérique Rémy BOUET- DRA/PHDS/EDIS remy.bouet@ineris.fr //--12-05-2009 1 La modélisation : Les principes Modélisation en trois étapes : Caractériser

Plus en détail

Cours MF101 Contrôle de connaissances: Corrigé

Cours MF101 Contrôle de connaissances: Corrigé Cours MF101 Contrôle de connaissances: Corrigé Exercice I Nous allons déterminer par analyse dimensionnelle la relation entre la Trainée D et les autres paramètres. F D, g,, V, ρ, ν) = 0 1) où D représente

Plus en détail

Pourquoi le rayonnement en météorologie?

Pourquoi le rayonnement en météorologie? Rayonnement Atmosphérique: Equation du Transfert Radiatif: modèles simplifiés 1 Pourquoi le rayonnement en météorologie? C est la seule source d énergie du système Terre-Atmosphère L atmosphère ne consomme

Plus en détail

INSA de LYON Dép. Génie Civil et Urbanisme 3GCU CONVECTION - 93. [J. Brau], [2006], INSA de Lyon, tous droits réservés

INSA de LYON Dép. Génie Civil et Urbanisme 3GCU CONVECTION - 93. [J. Brau], [2006], INSA de Lyon, tous droits réservés CONVECTION - 93 Introduction Ce mode de transfert est basé sur le fait qu il y a déplacement de matière : il ne concerne donc que les fluides (liquides et gaz). Contrairement à la conduction où le transfert

Plus en détail

Simulation de cascades électromagnétiques de haute énergie. Julien/Renaud/Natalie

Simulation de cascades électromagnétiques de haute énergie. Julien/Renaud/Natalie Simulation de cascades électromagnétiques de haute énergie Julien/Renaud/Natalie Cascades/Gerbes Ensemble de particules crées par l interaction d'une particule incidente avec son milieu environnant. Electromagnétiques

Plus en détail

La physique au petit déjeuner

La physique au petit déjeuner La physique au petit déjeuner Héléna LACROIX Marion DERIOT Sous la direction de Hervé IDDA Lycée Gustave Eiffel Dijon Académie de Dijon 2007-2008 1 Sommaire Introduction I. Mise en place de l expérience

Plus en détail

FLUIDES EN ÉCOULEMENT Méthodes et modèles

FLUIDES EN ÉCOULEMENT Méthodes et modèles FLUIDES EN ÉCOULEMENT Méthodes et modèles Jacques PADET Professeur Émérite à l Université de Reims Seconde édition revue et augmentée TABLE DES MATIÈRES PRÉSENTATION Préface de la 1 ère édition Prologue

Plus en détail

Contrôle des écoulements décollés

Contrôle des écoulements décollés Contrôle des écoulements décollés Edouard Boujo, François Gallaire, LFMI, EPFL Projet ANR-09-SYSC-011, SICOGIF Programme SYSCOMM 2009 21/01/2011, Saint Etienne Plan Introduction Étude expérimentale Contrôle

Plus en détail

Effet de blocage dans un écoulement turbulent non

Effet de blocage dans un écoulement turbulent non Effet de blocage dans un écoulement turbulent non cisaillé Julien Bodart To cite this version: Julien Bodart. Effet de blocage dans un écoulement turbulent non cisaillé. Mechanics. Institut National Polytechnique

Plus en détail

Modélisation & simulation des groupes motopropulseurs. p. 129 à 132

Modélisation & simulation des groupes motopropulseurs. p. 129 à 132 Modélisation & simulation des groupes motopropulseurs ff p. 129 à 132 Fondamentaux Peut être organisé en intra-entreprise Introduction à la modélisation & la simulation des GMP & du contrôle 5 Jours

Plus en détail

ECHOGRAPHE ET CAPTEUR. D.I.U. d Echocardiographie module 1

ECHOGRAPHE ET CAPTEUR. D.I.U. d Echocardiographie module 1 ECHOGRAPHE ET CAPTEUR D.I.U. d Echocardiographie module 1 Plan Généralités Capteur Echographe Traitement du signal Stockage Transport Généralités Historique the blue goose 1970 180 cm Généralités Historique

Plus en détail

Plasma et Fluides conducteurs

Plasma et Fluides conducteurs GdR 2489 DYCOEC DYnamique et COntrôle des Ensembles Complexes Thème Plasma et Fluides conducteurs Présentation de la thématique - milieux conducteurs interactions électromagnétiques, MHD - au laboratoire

Plus en détail

14èmes Journées de l Hydrodynamique

14èmes Journées de l Hydrodynamique 14èmes Journées de l Hydrodynamique 18-19-20 novembre 2014 DGA Techniques hydrodynamiques Chaussée du Vexin 27105 Val de Reuil TURBULENCE ET INTERMITTENCE DANS LES ENERGIES MARINES : MESURES A HAUTE FREQUENCE

Plus en détail

Intérêt du découpage en sous-bandes pour l analyse spectrale

Intérêt du découpage en sous-bandes pour l analyse spectrale Intérêt du découpage en sous-bandes pour l analyse spectrale David BONACCI Institut National Polytechnique de Toulouse (INP) École Nationale Supérieure d Électrotechnique, d Électronique, d Informatique,

Plus en détail

Modélisation de paroi pour la simulation d écoulements instationnaires non-isothermes

Modélisation de paroi pour la simulation d écoulements instationnaires non-isothermes UNIVERSITE MONTPELLIER II SCIENCES ET TECHNIQUES DU LANGUEDOC THESE pour obtenir le titre de DOCTEUR DE L UNIVERSITE MONTPELLIER II Formation Doctorale : Ecole doctorale : Directeur de thèse : Mathématiques

Plus en détail

THESE. pour l obtention du Grade de

THESE. pour l obtention du Grade de THESE pour l obtention du Grade de DOCTEUR DE L UNIVERSITE DE POITIERS (Faculté des Sciences Fondamentales et Appliquées) (Diplôme National - Arrêté du 25 avril 22) Ecole Doctorale : Sciences Pour l Ingénieur

Plus en détail

Chapitre 7: Dynamique des fluides

Chapitre 7: Dynamique des fluides Chapitre 7: Dynamique des fluides But du chapitre: comprendre les principes qui permettent de décrire la circulation sanguine. Ceci revient à étudier la manière dont les fluides circulent dans les tuyaux.

Plus en détail

Guide de SolidWorks Flow Simulation pour l enseignant. Présentateur Date

Guide de SolidWorks Flow Simulation pour l enseignant. Présentateur Date Guide de SolidWorks Flow Simulation pour l enseignant Présentateur Date 1 Qu'est-ce que SolidWorks Flow Simulation? SolidWorks Flow Simulation est un logiciel d'analyse des écoulements de fluide et du

Plus en détail

Calcul des pertes de pression et dimensionnement des conduits de ventilation

Calcul des pertes de pression et dimensionnement des conduits de ventilation Calcul des pertes de pression et dimensionnement des conduits de ventilation Applications résidentielles Christophe Delmotte, ir Laboratoire Qualité de l Air et Ventilation CSTC - Centre Scientifique et

Plus en détail

SIMULATION NUMERIQUE DU FLUX D AIR EN BLOC OPÉRATOIRE

SIMULATION NUMERIQUE DU FLUX D AIR EN BLOC OPÉRATOIRE Maîtrise d ambiance et Qualité de l air SIMULATION NUMERIQUE DU FLUX D AIR EN BLOC OPÉRATOIRE PERTURBATION À L ÉTAT STATIQUE OU DYNAMIQUE Alina SANTA CRUZ École d Ingénieurs de Cherbourg LUSAC «Équipe

Plus en détail

SDNL112 - Endommagement d'origine vibratoire d'un cintre de générateur de vapeur

SDNL112 - Endommagement d'origine vibratoire d'un cintre de générateur de vapeur Titre : SDNL112 - Endommagement d'origine vibratoire d'un [...] Date : 30/07/2015 Page : 1/9 SDNL112 - Endommagement d'origine vibratoire d'un cintre de générateur de vapeur Résumé Ce cas de validation

Plus en détail

Projet expérimental de Physique Statistique ETUDE D UN JET TURBULENT. Eruption du volcan Asama (Japon), 1973

Projet expérimental de Physique Statistique ETUDE D UN JET TURBULENT. Eruption du volcan Asama (Japon), 1973 Projet expérimental de Physique Statistique ETUDE D UN JET TURBULENT Cyclone Helena Turbulences océaniques Ecoulement turbulent autour d une voiture Ecoulement turbulent autour d un oiseau Eruption du

Plus en détail

Repère : Session : 2001 Durée : 2 H 30 Page : 1/5 Coefficient : 2 SCIENCES PHYSIQUES

Repère : Session : 2001 Durée : 2 H 30 Page : 1/5 Coefficient : 2 SCIENCES PHYSIQUES Page : 1/5 Coefficient : 2 SCIENCES PHYSIQUES - La clarté des raisonnements et la qualité de la rédaction interviendront pour une part importante dans l appréciation des copies. - Conformément au dispositions

Plus en détail

HYDRODYNAMIQUE. 1.1 Mouvement d'un fluide, écoulement stationnaire et laminaire

HYDRODYNAMIQUE. 1.1 Mouvement d'un fluide, écoulement stationnaire et laminaire MHd 1 HYDRODYNAMIQUE 1 THEORIE 1.1 Mouvement d'un fluide, écoulement stationnaire et laminaire L'écoulement d un fluide est défini si, à un instant t, on donne en tout point x de l espace: v (x,t) la vitesse

Plus en détail

On prend comme volume de contrôle l auget en translation. Ce volume de contrôle est donc en translation avec une vitesse U t. U t

On prend comme volume de contrôle l auget en translation. Ce volume de contrôle est donc en translation avec une vitesse U t. U t page 1 Problème 1 : Auget mobile (6 points) Un jet d eau, ayant une vitesse V 1 frappe un auget à une hauteur y 1 comme indiqué sur la figure 1. On considère que le jet incident a un diamètre D et que

Plus en détail

Approche documentaire : «Oscillateur optique, Laser»

Approche documentaire : «Oscillateur optique, Laser» Approche documentaire : «Oscillateur optique, Laser» Objectifs : en relation avec le cours sur les ondes, les documents suivants permettent de décrire le fonctionnement d un laser en termes de système

Plus en détail

d e a u : S im u la t io n s à é c h e lle r é d u it e (C ETU P ô le V E)

d e a u : S im u la t io n s à é c h e lle r é d u it e (C ETU P ô le V E) S y s t è m e s f ix e s d a s p e r s io n d e a u : S im u la t io n s n u m é r iq u e s e t e x p é r im e n t a t io n à é c h e lle r é d u it e X. P o n t ic q (C ETU P ô le V E) L e s é t u d e

Plus en détail

Caractéristiques des ondes

Caractéristiques des ondes Caractéristiques des ondes Chapitre Activités 1 Ondes progressives à une dimension (p 38) A Analyse qualitative d une onde b Fin de la Début de la 1 L onde est progressive puisque la perturbation se déplace

Plus en détail

ESTIMATION DE LA HAUTEUR D UN LIT DE STOCKAGE DE L ENERGIE THERMIQUE UTILISANT UN MATERIAU A CHANGEMENT DE PHASE

ESTIMATION DE LA HAUTEUR D UN LIT DE STOCKAGE DE L ENERGIE THERMIQUE UTILISANT UN MATERIAU A CHANGEMENT DE PHASE 0-06 Novembre, 00, Sousse,Tunisie ESTIMATION DE LA HAUTEUR D UN LIT DE STOCKAGE DE L ENERGIE THERMIQUE UTILISANT UN MATERIAU A CHANGEMENT DE PHASE A. Benmansour A. Benzerdjeb Laboratoire de mécanique appliquée,

Plus en détail

Modélisation. et simulation. des groupes

Modélisation. et simulation. des groupes 128 Moteurs - Lubrifiants - 2014 ALIMENTATION EN AIR, COMBUSTION ET DÉPOLLUTION CONCEPTION DE LA BASE ÉVOLUTION DES Modélisation CONTRÔLE et simulation PHYSICO-CHIMIE DES LUBRIFIANTS ET THÉORIE DE LA des

Plus en détail

Contrôle de l écoulement autour d une géométrie simplifiée de véhicule par déflecteur

Contrôle de l écoulement autour d une géométrie simplifiée de véhicule par déflecteur Contrôle de l écoulement autour d une géométrie simplifiée de véhicule par déflecteur Grégoire Fourrié, Laurent Keirsbulck, Larbi Labraga IUT GMP Université de Valenciennes et du Hainaut-Cambrésis Laboratoire

Plus en détail

Chapitre 6. Structures cohérentes. 6.1 Lignes d émission

Chapitre 6. Structures cohérentes. 6.1 Lignes d émission Chapitre 6 Structures cohérentes Ce chapitre traite de la décomposition du mouvement en une partie organisée et une partie aléatoire. Pour les variables de vitesse considérées, nous prenons les notations

Plus en détail

1 Description générale de VISFIELD

1 Description générale de VISFIELD Guide d utilisation du logiciel VISFIELD Yann FRAIGNEAU LIMSI-CNRS, Bâtiment 508, BP 133 F-91403 Orsay cedex, France 11 décembre 2012 1 Description générale de VISFIELD VISFIELD est un programme écrit

Plus en détail

LES PERTES DE CHARGE J-M R. D-BTP

LES PERTES DE CHARGE J-M R. D-BTP LES PERTES DE CHARGE J-M R. D-BTP 2006 1 Définitions, généralités Détermination de tuyauteries, calcul de pertes de charge Abaques 2 Définitions, généralités Notion de perte de charge Perte de charge d

Plus en détail

UNIVERSITÉ PARIS-SUD. Rapport de Thèse

UNIVERSITÉ PARIS-SUD. Rapport de Thèse UNIVERSITÉ PARIS-SUD ÉCOLE DOCTORALE ONDES ET MATIÈRE Laboratoire: Laboratoire de Physique des Plasmas Discipline: PHYSIQUE Rapport de Thèse Soutenue le 25 septembre, 2014 par Supratik Banerjee Compressible

Plus en détail

Projet de recherche en laboratoire - MEC 559 Etude de la dissipation turbulente - Laboratoire de Météorologie Dynamique

Projet de recherche en laboratoire - MEC 559 Etude de la dissipation turbulente - Laboratoire de Météorologie Dynamique Projet de recherche en laboratoire - MEC 559 Etude de la dissipation turbulente - Laboratoire de Météorologie Dynamique Anémomètre sonique Violaine Auger Promotion X 2006 - Mars 2009 1 Table des matières

Plus en détail

Caractérisation(s) d écoulements en microfluidique

Caractérisation(s) d écoulements en microfluidique Caractérisation(s) d écoulements en microfluidique Vélocimétrie à l échelle du micron: principe, applications, développements Pierre Joseph pjoseph@lpmcn.univ-lyon1.fr Plan du cours Introduction : principe

Plus en détail

Figure 3.1- Lancement du Gambit

Figure 3.1- Lancement du Gambit 3.1. Introduction Le logiciel Gambit est un mailleur 2D/3D; pré-processeur qui permet de mailler des domaines de géométrie d un problème de CFD (Computational Fluid Dynamics).Il génère des fichiers*.msh

Plus en détail

MECANIQUE Unité spécifique M5 FLUIDES EN MOUVEMENT Durée indicative : 10 heures

MECANIQUE Unité spécifique M5 FLUIDES EN MOUVEMENT Durée indicative : 10 heures MECANIQUE Unité spécifique M5 FLUIDES EN MOUVEMENT Durée indicative : 10 heures &217(186 'HVFULSWLRQGXPRXYHPHQWGXQIOXLGH Notion d'écoulement. Equation de conservation des débits. &RQVHUYDWLRQGHOpQHUJLHPpFDQLTXHGDQVXQ

Plus en détail

DYNAMIQUE DE FORMATION DES ÉTOILES

DYNAMIQUE DE FORMATION DES ÉTOILES A 99 PHYS. II ÉCOLE NATIONALE DES PONTS ET CHAUSSÉES, ÉCOLES NATIONALES SUPÉRIEURES DE L'AÉRONAUTIQUE ET DE L'ESPACE, DE TECHNIQUES AVANCÉES, DES TÉLÉCOMMUNICATIONS, DES MINES DE PARIS, DES MINES DE SAINT-ÉTIENNE,

Plus en détail

Ecoulements multiphasiques

Ecoulements multiphasiques Ecoulements multiphasiques 1. Principes généraux et notions de base 2. Ecoulements gaz-liquide en conduite : approche globale 3. Interfaces : propriétés et évolutions 4. Particules, gouttes et bulles 5.

Plus en détail

MASTERE MODELISATION EN HYDRAULIQUE

MASTERE MODELISATION EN HYDRAULIQUE MASTERE MODELISATION EN HYDRAULIQUE ET ENVIRONNEMENT Coordinateur du Mastère : JAMEL CHAHED ENIT, Département Génie Civil, Laboratoire LMHE BP 37, Le Belvédère, 1002-Tunis jamel.chahed@enit.rnu.tn 1. Le

Plus en détail

TRANSFERT DE CHALEUR

TRANSFERT DE CHALEUR TP - L3 Physique - Plate-forme TTE - C.E.S.I.R.E. - Université Joseph Fourier - Grenoble TRANSFERT DE CHALEUR Document à lire avant de commencer TOUT TP de Thermodynamique Ce document est un résumé des

Plus en détail

Intensification des transferts convectifs par vorticité longitudinale

Intensification des transferts convectifs par vorticité longitudinale Intensification des transferts convectifs par vorticité longitudinale Akram GHANEM 1, Charbel HABCHI 1,2, Thierry LEMENAND 1, Dominique DELLA VALLE 1,3, Hassan PEERHOSSAINI 1,* 1 Groupe Thermofluides,

Plus en détail

LEÇONS DE PHYSIQUE 2004

LEÇONS DE PHYSIQUE 2004 LEÇONS DE PHYSIQUE 2004 1. Utilisation des intégrales premières du mouvement en mécanique. Exemples et applications. 2. Contact entre deux solides. Frottement de glissement. Exemples. (PC ou 1 er CU) 3.

Plus en détail

Adaptation de la POD aux domaines fluides mobiles : application à la réduction de modèle par POD en IFS

Adaptation de la POD aux domaines fluides mobiles : application à la réduction de modèle par POD en IFS Adaptation de la POD aux domaines fluides mobiles : application à la réduction de modèle par POD en IFS LIBERGE Erwan erwan.liberge@univ-lr.fr Directeur de thèse : A. Hamdouni Adaptation de la POD aux

Plus en détail

AGENCE DE COMMUNICATION INTERACTIVE BIEN INTERPRETER LES STATISTIQUES DE FREQUENTATION D'UN SITE WEB

AGENCE DE COMMUNICATION INTERACTIVE BIEN INTERPRETER LES STATISTIQUES DE FREQUENTATION D'UN SITE WEB AGENCE DE COMMUNICATION INTERACTIVE BIEN INTERPRETER LES STATISTIQUES DE FREQUENTATION D'UN SITE WEB MM Création 32 Avenue de Wagram 75 008 Paris Tél : 01 45 74 76 00 Fax : 01 45 74 95 06 E-mail : jn@mmcreation.com

Plus en détail

Etablissement de cartes de vent sur le pourtour méditerranéen par simulation numérique

Etablissement de cartes de vent sur le pourtour méditerranéen par simulation numérique Etablissement de cartes de vent sur le pourtour méditerranéen par simulation numérique Etude réalisée en 2003 pour le compte de l Office National des Forêts Eric Delboulbé, Docteur en Mécanique des Fluides

Plus en détail

Gestion de la qualité des chaussées souples L EXPLOITATION DES DONNÉES D UNI ET ANALYSE DU PROFIL. Jean Carrier, ing., M.Ing. 1 er décembre 2011

Gestion de la qualité des chaussées souples L EXPLOITATION DES DONNÉES D UNI ET ANALYSE DU PROFIL. Jean Carrier, ing., M.Ing. 1 er décembre 2011 Bitume Québec - Formation technique 2011 Gestion de la qualité des chaussées souples L EXPLOITATION DES DONNÉES D UNI ET ANALYSE DU PROFIL Jean Carrier, ing., M.Ing. 1 er décembre 2011 PLAN DE LA PRÉSENTATION

Plus en détail

Ondes sonores et ultrasonores Introduction à l acoustique physique et aux ultrasons (notions à retenir)

Ondes sonores et ultrasonores Introduction à l acoustique physique et aux ultrasons (notions à retenir) Module de Physique [acoustique physique ultrasons et applications médicales] Ondes sonores et ultrasonores Introduction à l acoustique physique et aux ultrasons (notions à retenir) Pr. M. CHEREF Département

Plus en détail

Asymétrie des rendements et volatilité multifractale

Asymétrie des rendements et volatilité multifractale Asymétrie des rendements et volatilité multifractale Emmanuel Bacry 1, Laurent Duvernet 2, Jean-François Muzy 3 Séminaire du Labex MME-DII 26 février 2013 1. CNRS École Polytechnique 2. Univ. Paris-Ouest

Plus en détail

cpgedupuydelome.fr -PC Lorient

cpgedupuydelome.fr -PC Lorient Première partie Modèle scalaire des ondes lumineuses On se place dans le cadre de l optique géométrique 1 Modèle de propagation 1.1 Aspect ondulatoire Notion d onde électromagnétique On considère une onde

Plus en détail

EPFL - Travaux pratiques de physique. Hydrodynamique. Résumé

EPFL - Travaux pratiques de physique. Hydrodynamique. Résumé Hydrodynamique Résumé L étude de la dynamique des fluides (liquides et gaz) permet de déterminer les caractéristiques du fluide lui-même ainsi que celles d un objet plongé à l intérieur de celui-ci. Il

Plus en détail

Mesurer l âge de l univers

Mesurer l âge de l univers Mesurer l âge de l univers Objectif : Mesurer l âge de l univers à partir de la vitesse d expansion des galaxies Méthode : A partir d un échantillon réel de galaxies, évaluer par l effet Doppler la vitesse

Plus en détail

Description du programme de physique et estimation horaire

Description du programme de physique et estimation horaire Description du programme de physique et estimation horaire Description du programme de physique première année et estimation horaire En italiques : les points incertains. 1. Description des états de la

Plus en détail

PHYSIQUE-CHIMIE Terminale Scientifique

PHYSIQUE-CHIMIE Terminale Scientifique PHYSIQUE-CHIMIE Terminale Scientifique Fiches PROGRAMME 2012 (v2.4) Sylvie LAMY Agrégée de Mathématiques Diplômée de l École Polytechnique Cours Pi e-mail : lescourspi@cours-pi.com site : http://www.cours-pi.com

Plus en détail

POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux

POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux - Sections : L1 Santé - 1 Olivier CAUDRELIER oc.polyprepas@orange.fr Chapitre 1 : Equations aux dimensions 1. Equation aux dimensions a) Dimension

Plus en détail

Quelques problèmes de dynamique des fluides stellaires: Convection dans les étoiles pulsantes Phases jeunes de l évolution stellaire. I.

Quelques problèmes de dynamique des fluides stellaires: Convection dans les étoiles pulsantes Phases jeunes de l évolution stellaire. I. Quelques problèmes de dynamique des fluides stellaires: Convection dans les étoiles pulsantes Phases jeunes de l évolution stellaire I. Baraffe Quelques propriétés des intérieurs stellaires: Structure

Plus en détail

Objectifs du Chapitre. Initiatiaon à l Analyse Dimensionnelle. Introduction à la Théorie de Maquettes et Similitude.

Objectifs du Chapitre. Initiatiaon à l Analyse Dimensionnelle. Introduction à la Théorie de Maquettes et Similitude. Objectifs du Chapitre Initiatiaon à l Analyse Dimensionnelle. Introduction à la Théorie de Maquettes et Similitude. Adil Ridha (Université de Caen) Analyse Dimensionnelle et Similitude 2009-2010 1 / 31

Plus en détail

Mesure quantitative de gradients de densité en fluides stratifiés bi-dimensionnels

Mesure quantitative de gradients de densité en fluides stratifiés bi-dimensionnels Mesure quantitative de gradients de densité en fluides stratifiés bi-dimensionnels L. Gostiaux, T. Dauxois, E. Falcon et N. Garnier ENS Lyon, Laboratoire de Physique UMR 5672 46, Allée d Italie, 69007

Plus en détail

Caractérisation risation thermique photothermiques périodiques

Caractérisation risation thermique photothermiques périodiques Journée «Contrôle non destructif par voie optique infrarouge : De nouvelles techniques et de nouvelles applications». Salon Mesurexpo, Paris-Expo, Porte de Versailles, Jeudi Caractérisation risation thermique

Plus en détail

Transition de phase et métastabilité

Transition de phase et métastabilité Transition de phase et métastabilité F. James, H. Mathis Laboratoire de Mathématiques Jean Leray, Université de Nantes 8-9 septembre 2014 MODTERCOM Hélène Mathis (LMJL, Université de Nantes) Transition

Plus en détail

Pour réaliser la fusion thermonucléaire

Pour réaliser la fusion thermonucléaire Transport turbulent et auto-organisation dans les plasmas de tokamak Dans un tokamak, machine conçue pour réaliser la fusion thermonucléaire contrôlée, le plasma est confiné par un fort champ magnétique.

Plus en détail

La physique au petit déjeuner

La physique au petit déjeuner La physique au petit déjeuner La question est l'étude des tourbillons à l'arrière d'un objet (par exemple dans une tasse de chocolat au lait). Nous avons expérimenté avec un petit chariot muni d'un moteur

Plus en détail

Scanner X. Intervenant : E. Baudrier baudrier@unistra.fr

Scanner X. Intervenant : E. Baudrier baudrier@unistra.fr Scanner X Intervenant : E. Baudrier baudrier@unistra.fr Les rayons X Production des rayons X Interaction avec la matière Détection des rayons X Les scanners X Reconstruction de l image L image Ondes électromagnétiques

Plus en détail

QUELQUES APPLICATIONS DE LA FFT J.M. Lemasquerier IPEST Tunis. I Fonction de transfert d un quadripôle

QUELQUES APPLICATIONS DE LA FFT J.M. Lemasquerier IPEST Tunis. I Fonction de transfert d un quadripôle QUELQUES APPLICATIONS DE LA FFT J.M. Lemasquerier IPEST Tunis Nous proposons ici quelques utilisations du calcul numérique rapide de la transformée de Fourier. A l exception du calcul d une figure de diffraction,

Plus en détail

Comparaison de schémas implicites et explicites, centrés et décentrés en maillage mobile pour la simulation d écoulements compressés

Comparaison de schémas implicites et explicites, centrés et décentrés en maillage mobile pour la simulation d écoulements compressés Introduction Numérique Tourbillon Compression Conclusion Comparaison de schémas implicites et explicites, centrés et décentrés en maillage mobile pour la simulation d écoulements compressés Marc Buffat

Plus en détail

Détection en environnement non-gaussien Cas du fouillis de mer et extension aux milieux

Détection en environnement non-gaussien Cas du fouillis de mer et extension aux milieux Détection en environnement non-gaussien Cas du fouillis de mer et extension aux milieux hétérogènes Laurent Déjean Thales Airborne Systems/ENST-Bretagne Le 20 novembre 2006 Laurent Déjean Détection en

Plus en détail

THESE. présentée. pour obtenir LE TITRE DE DOCTEUR DE L INSTITUT NATIONAL POLYTECHNIQUE DE TOULOUSE

THESE. présentée. pour obtenir LE TITRE DE DOCTEUR DE L INSTITUT NATIONAL POLYTECHNIQUE DE TOULOUSE N d ordre : 398 THESE présentée pour obtenir LE TITRE DE DOCTEUR DE L INSTITUT NATIONAL POLYTECHNIQUE DE TOULOUSE École doctorale : Transferts, dynamique des fluides, énergétique et procédés Spécialité

Plus en détail

Professeur Eva PEBAY-PEYROULA

Professeur Eva PEBAY-PEYROULA UE3-1 : Physique Chapitre 4 : Les ondes Professeur Eva PEBAY-PEYROULA Année universitaire 2010/2011 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés. IV- Les ondes Finalité du chapitre Pour

Plus en détail

Étude du screech d un jet plan supersonique par simulation des grandes échelles compressible

Étude du screech d un jet plan supersonique par simulation des grandes échelles compressible Étude du screech d un jet plan supersonique par simulation des grandes échelles compressible Julien Berland, Christophe Bogey & Christophe Bailly Laboratoire de Mécanique des Fluides et d Acoustique UMR

Plus en détail

Filtrage et EDP. Philippe Montesinos. EMA/LGI2P - Site EERIE. Parc Scientifique G. Besse - 30035 Nîmes Cedex 1- France http://www.lgi2p.ema.

Filtrage et EDP. Philippe Montesinos. EMA/LGI2P - Site EERIE. Parc Scientifique G. Besse - 30035 Nîmes Cedex 1- France http://www.lgi2p.ema. Filtrage et EDP Philippe Montesinos EMA/LGI2P - Site EERIE Parc Scientifique G. Besse - 30035 Nîmes Cedex 1- France http://www.lgi2p.ema.fr 1 Plan 1. Rappels: - Les analyses multi-échelles. - Méthodes

Plus en détail

D U G A Z P A R F A I T M O N O A T O M I Q U E A U X F L U I D E S R E E L S E T A U X P H A S E S C O N D E N S E E S

D U G A Z P A R F A I T M O N O A T O M I Q U E A U X F L U I D E S R E E L S E T A U X P H A S E S C O N D E N S E E S THERMODYNAMIQUE Lycée F.BUISSON PTSI D U G A Z P A R F A I T M O N O A T O M I Q U E A U X F L U I D E S R E E L S E T A U X P H A S E S C O N D E N S E E S Ce chapitre pourrait s appeler du monde moléculaire

Plus en détail

La Décomposition de Domaine Appliquée à la réduction de bruit

La Décomposition de Domaine Appliquée à la réduction de bruit La Décomposition de Domaine Appliquée à la réduction de bruit Cadre général : réduction du bruit extérieur Panorama des difficultés et enjeux Un cahier des charges? isabelle.terrasse@eads.net eric.duceau@eads.net

Plus en détail

Situation, données & hypothèses

Situation, données & hypothèses Situation, données & hypothèses Les réseaux d adduction et de distribution d eau potable présentent des connexions dont la structure est de forme maillée ou ramifiée. De tels réseaux sont caractérisés

Plus en détail

Systèmes d'informations Géographiques - Généralisation

Systèmes d'informations Géographiques - Généralisation Systèmes d'informations Géographiques - Généralisation Institut National des Sciences Appliquées - Rouen Département Architecture des Systèmes d'information michel.mainguenaud@insa-rouen.fr D'ou vient

Plus en détail

N.T. C Formatio ns 1

N.T. C Formatio ns 1 1 LA RETRODIFFUSION: La rétrodiffusion consiste à mesurer le temps mis par une impulsion lumineuse pour aller et revenir dans la liaison. L atténuation est le rapport entre la lumière envoyée et la lumière

Plus en détail

L expérience de Stern et Gerlach. ~ k3. Chapitre 8

L expérience de Stern et Gerlach. ~ k3. Chapitre 8 L expérience de Stern et Gerlach ~ k3 Chapitre 8 Quiz de bienvenue Si vous avez changé de canal, tapez: [Ch]-[4]-[1]-[Ch] ou [Go]-[4]-[1]-[Go] On considère un aimant placé dans un champ magnétique homogène.

Plus en détail

Le Monde Quantique L3 PHYTEM Bases de la Mécanique Quantique Cours d introduction

Le Monde Quantique L3 PHYTEM Bases de la Mécanique Quantique Cours d introduction Le Monde Quantique L3 PHYTEM Bases de la Mécanique Quantique Cours d introduction C. Fabre fabre@spectro.jussieu.fr rdres de grandeur - échelle terrestre : d 7 10 m 25 10 Kg - échelle terrestre : d 7 10

Plus en détail

CONSTRUIRE UNE SÉQUENCE PÉDAGOGIQUE UTILISANT UN LOGICIEL DE SIMULATION DE GAZ

CONSTRUIRE UNE SÉQUENCE PÉDAGOGIQUE UTILISANT UN LOGICIEL DE SIMULATION DE GAZ CONSTRUIRE UNE SÉQUENCE PÉDAGOGIQUE UTILISANT UN LOGICIEL DE SIMULATION DE GAZ C.1. Prise en mains rapide du logiciel Atelier Théorie Cinétique pour l'enseignant Sauver les deux fichiers Gaz.htm et gaz.jar

Plus en détail

Ecoulements 2D décollés autour d un mât et d une voile. B. Haddad, B. Lepine (Ecole Navale) Contact: chapin@ensica.fr

Ecoulements 2D décollés autour d un mât et d une voile. B. Haddad, B. Lepine (Ecole Navale) Contact: chapin@ensica.fr Ecoulements 2D décollés autour d un mât et d une voile V.G. Chapin,, S. Jamme (ENSICA) B. Haddad, B. Lepine (Ecole Navale) Contact: chapin@ensica.fr Aérodynamique du voilier Analyser & optimiser les performances

Plus en détail

REFERENCE MODULE REFERENCE DOCUMENT DATE DE CREATION. PHY-FLU1 Livret physique des fluides 1 20/07/01 PHYSIQUE DES FLUIDES

REFERENCE MODULE REFERENCE DOCUMENT DATE DE CREATION. PHY-FLU1 Livret physique des fluides 1 20/07/01 PHYSIQUE DES FLUIDES PHYSIQUE DES FLUIDES 1 1. MASSE-UNITES DE FORCE Masse (m).la masse d un corps caractérise la quantité de matière de ce corps en Kilogrammes ( Kg - unité S.I) Le Poids (p) d un corps peut s exprimer par

Plus en détail

Cascades infiniment divisibles : vers une physique statistique de la turbulence?

Cascades infiniment divisibles : vers une physique statistique de la turbulence? Cascades infiniment divisibles : vers une physique statistique de la turbulence? LIMOS UMR 658 ISIMA - Univ. Clermont II Clermont-Ferrand Séminaire des élèves ENS Paris - 27 avril 24 Mécanique des fluides

Plus en détail