Entraînement intermittent

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Entraînement intermittent"

Transcription

1 Entraînement intermittent 1

2 PLAN INTRODUCTION : DÉFINITION ET HISTORIQUE 1) CLASSIFICATION, PERFORMANCE, MODÉLISATION 2) RÉPONSES À L ENTRAÎNEMENT 3) RÉPONSES RESPIRATOIRES 4) RÉPONSES ÉNERGÉTIQUES 2

3 INTRODUCTION Le concept d exercice intermittent Par définition, l intermittent se définit par "ce qui s arrête et reprend par intervalles" (Le Robert, 2002 ). Baquet et al. (2007) Prev Med Large éventail de comportements Dans l entraînement sportif, les athlètes vont utiliser des exercices intermittents dans le but d améliorer leurs performances dès la fin du 19 e siècle. 2

4 INTRODUCTION Au début du 20 ème siècle : le fartlek Les athlètes commencent à standardiser les périodes courues à hautes Intensités et les périodes courues de plus faibles intensités. Gerschler (entraîneur) <=> Reindell (cardiologue) Rudolf Harbig (années 30) Paavo Nurmi (années 20) Emil Zatopek (années 50) 3

5 INTRODUCTION La réussite de ces athlètes va contribuer au développement des méthodes d entraînement basées sur des exercices intermittents. Si l interval-training est une méthode répandue dans la préparation physique des athlètes, l état des connaissances scientifiques de l époque ne permettait pas d en justifier l utilisation. Les 1 e études portant sur des exercices intermittents publiées dans des revues scientifiques de niveau international datent de 1960 (Åstrand et coll., 1960; Christensen et coll., 1960) 4

6 INTRODUCTION Fox et coll. (1973) : l entraînement par intervalles ou "interval training" est une méthode basée sur la répétition d exercices intenses entrecoupées de période de repos ou de périodes d exercices modérés. L intérêt principal est d augmenter la durée totale d exercice à haute intensité. Christensen et coll. (1960) : - TL à 20 km/h = 3 min (de manière continue) - TL phases de courses de 10 s à 20 km.h -1 entrecoupées de 5 s de récupération passive = 20 min d exercices. 5

7 INTRODUCTION Evolution par décennie du nombre d études publiées dans des revues internationales relatives aux exercices intermittents 6

8 INTRODUCTION Les études relatives aux exercices intermittents vont porter sur : - les adaptations métaboliques et énergétiques, - l optimisation des programmes d entraînement. La brutale augmentation des publications relatives aux exercices intermittents, à partir des années 1990, peut s expliquer par : - l apparition de nouvelles méthodes d investigation : les analyseurs portables des échanges gazeux, la spectrométrie proche infrarouge (NIRS), la spectrométrie par résonance magnétique nucléaire (RMN) - la diversification des formes d exercices intermittents : répétition de sprints, tests spécifiques. - la recherche de produits ou substances susceptibles d améliorer la performance : créatine, acides aminés, hydrates de carbone, erythropoïethine. - la diversification des populations étudiées : sujets asthmatiques, obèses, personnes âgées, enfants. 7

9 INTRODUCTION Les combinaisons entre intensités, périodes d exercices, périodes et type de récupération sont très nombreuses. La modification d un seul de ces paramètres va influencer la réponse à l exercice PROBLÉMATIQUE Dégager les principes qui permettent de caractériser de manière rationnelle les exercices intermittents et d en identifier les effets. Optimiser la construction des séances basés sur des exercices intermittents 8

10 PARTIE 1 : CLASSIFICATION, MODÉLISATION ET PERFORMANCE CARACTERISTIQUES DES EXERCICES INTERMITTENTS - INTENSITÉ DE L EXERCICE - DURÉE DE LA PÉRIODE D EXERCICE - TYPE DE RÉCUPÉRATION Active Passive - DURÉE DE LA PÉRIODE DE RÉCUPÉRATION - NOMBRE DE RÉPÉTITIONS ET DE SERIES 9

11 1.1 Classification des exercices intermittents Classification proposée par Saltin et coll. (1976) pour décrire les exercices intermittents à partir de : - l intensité moyenne entre intensité d exercice et intensité de récupération - le ratio : rapport entre la période d exercice et la période de récupération - l amplitude : différence entre l intensité de l exercice et l intensité de récupération par rapport à l intensité moyenne de l exercice intermittent Cette classification a contribué à mieux décrire les exercices intermittents. Cette classification ne permet pas de modéliser directement la performance. 19

12 1.1 Classification des exercices intermittents Classification proposée par Saltin et coll. (1976) pour décrire les exercices intermittents à partir de : - le ratio : rapport entre la période d exercice et la période de récupération - DURÉE DE LA PÉRIODE D EXERCICE 15 s => Ratio 1:1 - DURÉE DE LA PÉRIODE DE RÉCUPÉRATION 15 s 12

13 1.1 Classification des exercices intermittents Classification proposée par Saltin et coll. (1976) pour décrire les exercices intermittents à partir de : - le ratio : rapport entre la période d exercice et la période de récupération - DURÉE DE LA PÉRIODE D EXERCICE 15 s => Ratio 1:2 - DURÉE DE LA PÉRIODE DE RÉCUPÉRATION 30 s 13

14 1.1 Classification des exercices intermittents Classification proposée par Saltin et coll. (1976) pour décrire les exercices intermittents à partir de : - l intensité moyenne entre intensité d exercice et intensité de récupération Ex : pour 15 s d exercice et 15 s de récupération active - INTENSITÉ DE L EXERCICE 110% => (110+40)/2 = 75% - RÉCUPÉRATION ACTIVE 40% 15

15 1.1 Classification des exercices intermittents Classification proposée par Saltin et coll. (1976) pour décrire les exercices intermittents à partir de : - l intensité moyenne entre intensité d exercice et intensité de récupération Pour 30 s d exercice et 15 s de récupération passive - INTENSITÉ DE L EXERCICE 110% => (110X2)/3 = 73,3% - RÉCUPÉRATION PASSIVE 0% 12

16 1.1 Classification des exercices intermittents Classification proposée par Saltin et coll. (1976) pour décrire les exercices intermittents à partir de : - l intensité moyenne entre intensité d exercice et intensité de récupération Pour 30 s d exercice et 15 s de récupération active - INTENSITÉ DE L EXERCICE 110% => [(110X2)+(40X1) ]/3 = 86,7% - RÉCUPÉRATION ACTIVE 40% 13

17 1.1 Classification des exercices intermittents Classification proposée par Saltin et coll. (1976) pour décrire les exercices intermittents à partir de : - l amplitude : différence entre l intensité de l exercice et l intensité de récupération par rapport à l intensité moyenne de l exercice intermittent - INTENSITÉ DE L EXERCICE 110% [(110-0)/55] X 100 = 200% - RÉCUPÉRATION PASSIVE 0% 18

18 1.1 Classification des exercices intermittents Classification : - Exercice intermittent de haute intensité intensité supérieure à VMA période d exercice brève (<30s) récupération passive ou active intensité proche de VMA - Exercice intermittent à VMA période d exercice 30s récupération passive ou active Récupération active = exercices continus à intensité faible (proche du premier seuil ventilatoire). 20

19 1.2 Performance lors d exercices intermittents Temps limites en fonction de différentes combinaisons d EI Références Billat et al. (1996) Kachouri et al. (1996) Période et intensité d exercice 2-min à 100% de VMA 0,5 tlim100 à 100% de VMA 0,5tlim95 à 95% de VMA 0,5tlim105 à 105% de VMA Période et intensité de récupération 2-min à 60% de VMA 0,5 tlim100 à 60% de VMA 0,5tlim95 à 50% de VMA 0,5tlim105 à 50% de VMA vitesse moyenne (km.h -1 ) Nombre de répétitions 80% de VMA 4,87 80% de VMA 5,45 72,5% de VMA 5,33 77,5% de VMA 6,1 Billat et al. (1996) : 258 s (4min18s) à 100% de VMA Kachouri et al. (1996) : 715 s (11min55s) à 95% VMA et 217 s (3 min37s) à 105% de VMA. 21

20 1.2 Performance lors d exercices intermittents Temps limites en fonction de différentes combinaisons d EI Références Billat et al. (2000) Période et intensité d exercice 30-s à 100% de VMA Période et intensité de récupération 30-s à 50% de VMA vitesse moyenne (km.h -1 ) Nombre de répétitions 75% de VMA 19 22

21 1.2 Performance lors d exercices intermittents Temps limites en fonction de différentes combinaisons d EI Références Période et intensité d exercice Période et intensité de récupération vitesse moyenne (km.h -1 ) Nombre de répétitions Billat et al. (2001) 15-s à 90% de VMA 15-s à 80% de VMA 85% de VMA s à 100% de VMA 15-s à 70% de VMA 85% de VMA s à 110% de VMA 15-s à 60% de VMA 85% de VMA 18 Dupont et al. (2002) 15-s à 110% de VMA 15-s de RP 55% de VMA 46,5 15-s à 120% de VMA 15-s de RP 60% de VMA 23,1 15-s à 130% de VMA 15-s de RP 65% de VMA 11,1 15-s à 140% de VMA 15-s de RP 70% de VMA 6,7 23

22 1.2 Performance lors d exercices intermittents CARACTERISTIQUES DES EXERCICES INTERMITTENTS - INTENSITÉ DE L EXERCICE - DURÉE DE LA PÉRIODE D EXERCICE - TYPE DE RÉCUPÉRATION Active Passive - DURÉE DE LA PÉRIODE DE RÉCUPÉRATION - NOMBRE DE RÉPÉTITIONS 24

23 1.2 Performance lors d exercices intermittents MATERIELS ET METHODES Exemple de dispositif pour des courses intermittentes entrecoupées de récupération passive pour un sujet dont la VMA est de 16 km.h s de course à 120% de la VMA 80 m Exemple de dispositif pour des courses intermittentes entrecoupées de récupération active pour un sujet dont la VMA est de 16 km.h s de course à 50% de la VMA 15 s de course à 120% de la VMA 15 s de course à 50% de la VMA m 80 m 16,67 m (Dupont et al. Eur J Appl Physiol 2003) 25

24 1.2 Performance lors d exercices intermittents Autres variables calculées : MATERIELS ET METHODES Puissance métabolique nette calculée à partir de la VO 2 et de l équivalent énergétique du lactate (di Prampero et Ferretti, 1999) (ml.kg -1.mmol -1 ) (mmol.l -1 ) VO 2 (VO 2 moyenne 3,5) ( 3 La T lim ) (ml.kg -1.min -1 ) (ml.kg -1.min -1 ) (min) (Dupont et al. Eur J Appl Physiol 2003) 26

25 Vitesse (km.h -1 ) 1.2 Performance lors d exercices intermittents MATERIELS ET METHODES Puissance mécanique estimée à partir des phases d accélération et de. décélération % de VMA 120% de VMA 15 s de course ˆ 120% de la VMA pour une VMA de 16 km.h Distance (m) TTE V max V min V max V min estimated VȮ2 V V max min V max V min 0.2 (Cr DTTE) 10.5 TTE 60 (Dupont et al. Eur J Appl Physiol 2003) 27

26 Temps limite (s) Temps limite (s) Rcupration active 1.2 Performance lors d exercices intermittents RÉSULTATS ET DISCUSSION Temps limites p<0,001 r 2 =0,02 ; p>0,05 Récupération active Récupération passive Temps limite (s) Récupération passive (Dupont et al. Eur J Appl Physiol 2003) 28

27 Puissance (W.kḡ 1 ) Puissance (W.kḡ 1 ) 1.2 Performance lors d exercices intermittents RÉSULTATS ET DISCUSSION Puissance métabolique p<0,001 Puissance mécanique p<0,001. Récupération active Récupération passive Récupération active Récupération passive 104% de VO 2 max > 85% de VO 2 max 100% de VO 2 max > 77% de VO 2 max (Dupont et al. Eur J Appl Physiol 2003) 29

28 Puissance (W.kḡ 1 ) Puissance (W.kḡ 1 ) RÉSULTATS ET DISCUSSION Comparaison entre la puissance métabolique et la puissance mécanique Récupération active ns Récupération passive ,1 ±3,4 20,1 ±2, ,2 ±2,4 P<0,001 15,5 ±1, Puissance métabolique Puissance mécanique 0 Puissance métabolique Puissance mécanique Pour de courtes phases de récupération (15s), le calcul de la puissance métabolique est plus appropriée que celui de la puissance mécanique. L énergie dépensée lors des courtes phases de récupération est prise en compte dans la puissance métabolique, mais pas dans la puissance mécanique. 30

29 1.2 Performance lors d exercices intermittents CONCLUSION DE CETTE ÉTUDE Le tlim est significativement plus long lorsque la récupération entre les courses est passive. Puissance metabolique plus faible Resynthèse de la PCr plus importante Disponibilité en oxygène plus importante Débit sanguin plus important dès l arrêt de l exercice (Dupont et al. Eur J Appl Physiol 2003) 31

30 1.3 Modélisation de la performance lors d EI Relation distance = f(temps) En se basant sur les travaux de Monod et Scherrer (1965), Kachouri et coll. (1996) ont proposé de décrire la relation entre le tlim et la distance limite. Tlim continu à 95 et 105% de VMA Tlim intermittent à 0,5tlim95 alterné avec une récupération active de même durée. Tlim intermittent à 0,5tlim95 alterné avec une récupération active de même durée. Ils ont trouvé que la VC était égale à 89% de la VMA et ont souligné la nécessité de vérifier la linéarité de la relation. 32

31 1.3 Modélisation de la performance lors d EI Relation distance = f(temps) Dupont et al. (2002) ont vérifié la linéarité de la relation dlim = f(tlim) pour des EI brefs de HI (15s de 110% à 140% de la VMA). 0,99 r 2 1; p<0,001 Exemple de relation entre la distance limite et le temps limite pour des courses intermittentes de 15 s à 110%, 120%, 130% et 140% de la VMA entrecoupées de 15 s de récupération passive. 33

32 1.3 Modélisation de la performance lors d EI VCI = 104% VMA Relation distance = f(temps) Avec de longs intervalles d exercices (plusieurs minutes), la PCr et l oxygène fixé sur la myoglobine contribuent pour une part négligeable à la resynthèse de l ATP. Pour des exercices brefs et intenses (moins de 30 s), la PCr et l oxygène fixé sur la myoglobine contribuent très significativement à la resynthèse de l ATP (Essén et al., 1977). Lors d exercices intermittents brefs, les courtes périodes de récupération permettent de ré-oxygéner en partie la myoglobine et l hémoglobine et de resynthétiser une partie de la PCr, et par conséquent d augmenter les valeurs de vitesse critique En résumé, il semblerait que les valeurs de vitesse critique intermittente soient spécifiques à chaque modalité d exercice intermittent. 34

33 1.3 Modélisation Le modèle de Thibault Thibault (1999) a proposé un modèle empirique et graphique de l entraînement intermittent. Ce modèle met en relation de façon intégrée les interactions entre la durée de chaque fraction d effort, le nombre de répétitions et l intensité Ce modèle met en relation trois des variables des exercices intermittents que sont la durée de chaque période d exercice, l intensité de ces périodes et le nombre total de répétitions. G. Thibault, Revue EPS N

34 Le modèle de Thibault 24 répétitions à 95% de PMA pour des périodes d exercices de 1 min. 13 répétitions à 105% de PMA pour des périodes d exercices de 1 min. 3 répétitions à 95% de PMA pour des périodes d exercices de 3 min 30 s. 36

35 1.3 Modélisation Le modèle de Thibault Le modèle ne s applique pas aux périodes d exercices inférieures à 30 s et aux intensités supérieures à 110%. De plus, le modèle n intègre pas les mécanismes liés à la récupération (durée et type de récupération). 37

36 PARTIE 2 : RÉPONSES À L ENTRAÎNEMENT Les effets des entraînements proposés dépendent : - des exercices réalisés (fréquence, volume, intensité) - de la durée de l entraînement - de la variabilité des exercices proposés - du niveau initial des sujets - des habitudes d entraînement des sujets Berg, Sports med Zatsiorski,

37 PARTIE 2 : RÉPONSES À L ENTRAÎNEMENT Les limites des études scientifiques sur l entraînement Peu d études longitudinales sur les effets de l entraînement La majorité des études porte sur les améliorations de VO 2 max. De nombreuses études ont comparé l entraînement intermittent et l entraînement continu (opposition). Très peu d études tiennent compte des habitudes d entraînement des participants. Les études relatives à la périodisation (programmation / planification) sont pratiquement inexistantes dans la recherche. Dans la plupart des études, les exercices sont rarement caractérisés. 39

38 PARTIE 2 : RÉPONSES À L ENTRAÎNEMENT Etude de Tabata et coll. (1996) But : Comparer les effets de 2 modalités d entraînement (continu versus intermittent) sur la capacité anaérobie et VO 2 max. Entraînement de 6 semaines à raison de 5 entraînements par semaine Modalité continue : 70% de VO 2 max, 60 min.j -1. Modalité intermittente : 7 à 8 répétitions de 20 s à 170% de VO 2 max entrecoupées de 10 s de RP. Tabata et coll. MSSE,

39 PARTIE 2 : RÉPONSES À L ENTRAÎNEMENT Modalité continue : - VO 2 max : + 5,5% - Capacité anaérobie : pas d amélioration Modalité intermittente : - VO 2 max : +14,1% - Capacité anaérobie : +28% L entraînement intermittent de HI semble contribuer à améliorer significativement à la fois la VO 2 max et la capacité anaérobie. L entraînement continu sous maximal ne permet pas d améliorer la capacité anaérobie. Tabata et coll. MSSE,

40 PARTIE 2 : RÉPONSES À L ENTRAÎNEMENT Quelles sont les raisons des progrès en capacité anaérobie et en VO 2 max? Le déficit d oxygène cumulé lors de l exercice intermittent de HI n était pas significativement différent du déficit d oxygène maximal cumulé. L exercice intermittent permet de solliciter VO 2 max Tabata et coll. MSSE,

41 PARTIE 2 : RÉPONSES À L ENTRAÎNEMENT But de l étude : analyser les effets d un entraînement intermittent sur la performance aérobie et anaérobie chez des footballeurs de HN. Période contrôle (10 semaines) : exercices technico-tactique et jeux Période expérimentale (10 semaines) : - Répétitions de 15 s à 120% de VMA alterné avec 15 s de RP (2 séries) - Répétitions de sprints de 40 m entrecoupés de 30 s de RP. Dupont et al., JSCR

42 PARTIE 2 : RÉPONSES À L ENTRAÎNEMENT Après la période contrôle : maintien des qualités physiques. Après la période expérimentale : - amélioration de la VMA (+8,1%) - diminution du temps sur 40 m (-3,5%). Dupont et al., JSCR

43 PARTIE 2 : RÉPONSES À L ENTRAÎNEMENT Table 1. Effects of the training program on body m ass, body fat, on sprint running (t40m) maximal aerobic speed (MAS) and maximal heart rate (HRmax). Before control period After control period After high intensity interval training Body mass (kg) 71.3 ± ± ± 5.9 Body fat (%) 14.7 ± ± ± 2.3 t40m (s) 5.56 ± ± ± 0.13*** MAS (km.h -1 ) 15.9 ± ± ± 0.9*** HRmax (beats.min -1 ) ± ± ± 5.1 *** Significantly different from other periods (p<0.001). Dupont et al., JSCR

44 Effet des entraînements basés sur des exercices intermittents sur les marqueurs aérobies et anaérobies. References Gaiga et Docherty (1995) Gorostiaga et al. (1991) Helgerud et al. (2001) McDougall et al. (1998) Rodas et al. (2000) Tabata et al. (1996) Weber et Schneider (2002) Weston et al. (1997) VO 2 max initiale (ml.kg -1.min -1 ) Nombre de séances 51,6±5,6 27 séances en 9 semaines 36,3±1,1 24 séances en 8 semaines 58,1±4,5 16 séances en + en 8 semaines 51,0±1,8 21 séances en 7 semaines 57,3±2,6 14 séances en 2 semaines 48,2±5,5 30 séances en 6 semaines 44,3±2,4 24 séances en 8 semaines 66,2±2,6 6 séances en 4 semaines Description de l exercice s de sprint 3 min RP s à 100% de VO 2 max 30s de RP min à 90-95% de FCmax - 3 min (RA) 4 à s de sprint - 2,5 min (RP) 2 et s et 30 s de sprint 45 s et 12 min (RP) 7 à s à 170% de VO 2 max 10 s (RP) min à 100 à 120% de VO 2 max - 6 min (RP) 6 à min à 80% de PMA 1 min de RA Résultats VO 2 max ; PP ; WT. VO 2 max ; PMA ; CK ; CS ; VO 2 max ; SA ; EC ; force ; vitesse de sprint ; détente. VO 2 max, PP ; WT30-s ; PFK ; CS ; SDH VO 2 max, PMA ; Perf30s ; [PCr] ; PFK. VO 2 max ; capan VO 2 max ; capan. m ; PMA ; tlim à 150%PMA ; Perf40km ; PFK ; CS 46

45 PARTIE 2 : RÉPONSES À L ENTRAÎNEMENT Les améliorations combinées des marqueurs aérobies et anaérobies semblent dépendre de l intensité des périodes d exercice. Lorsque les intensités sont sous maximales ou maximales (Gorostaiga et al., 1991 ; Helgerud et al., 2001 ; Weston et al., 1997), seuls les marqueurs aérobies sont améliorés, Lorsque les intensités sont supérieures à VO 2 max (Gaiga et Docherty, 1995 ; MacDougall et al., 1998 ; Rodas et al., 2000 ; Simoneau et al., 1987 ; Tabata et al., 1996 ; Weber et Schneider, 2002), les marqueurs aérobies et anaérobies sont améliorés. 47

46 PARTIE 3 : Réponses respiratoires Les augmentations de VO 2 max à l entraînement sont généralement justifiées par le fait que les exercices proposés permettent de solliciter un haut pourcentage de VO 2 max. Wenger et Bell (1986) : les plus importantes améliorations de VO 2 max sont obtenues lorsque les intensités sont comprises entre 90% et 100% de VO 2 max. Billat et al. (1999) : les améliorations de VO 2 max dépendent du temps passé à VO 2 max (tvo 2 max). Pour augmenter VO 2 max => sélectionner des exercices permettant d atteindre et de maintenir un haut pourcentage de VO 2 max. 48

47 PARTIE 3 : Réponses respiratoires EXERCICES CONTINUS Hill et Rowell (1997) : 92% de VO 2 max > 100% de VO 2 max Billat et coll. (1999) : 100% de VO 2 max > 90, 120 et 140% de VO 2 max EXERCICES INTERMITTENTS Billat et coll. (2000) : 30 s à 100% VMA alternées avec 30 s à 50% VMA Millet et coll. (2003) : 1/2 tlim100 à 100% de VMA alternées avec 1/2 tlim100 à 50% de VMA > 60 s à 100% de VMA alternées avec 30 s à 50% de VMA > 30 s à 100% de VMA alternées avec 30 s à 50% de VMA. Billat et coll. (2001) : 15 s à 90% de VMA alternées avec 15 s à 80% de VMA = 15 s à 100% de VMA à 70% de VMA > 15 s à 110% de VMA alternées avec 15 s à 60% de VMA. 49

48 PARTIE 3 : Réponses respiratoires Méthodologie du temps passé à VO 2 max Etudes Mthod es de mesures Exercices Temps passs ˆ VO 2 max (s) Hill et Rowell Temps limite moins dlai Course continue ˆ 100% de vvo 2 max 56±48 (1997) dõatteinte de VO 2 max (100%) Temps limite moins dlai Course continue ˆ 100% de vvo 2 max 140±46 dõatteinte de 95% de VO 2 max Hill et al. (1997) Temps limite moins dlai Course continue ˆ 100% de vvo 2 max 32±41 dõatteinte de VO 2 max (100%) Temps limite moins dlai Course continue ˆ 100% de vvo 2 max 164±53 dõatteinte de 95% de VO 2 max Billat et al. (1999) Somme des valeurs au-dessus Course continue ˆ 100% de vvo 2 max 190±87 de la VO 2 max incrmentale moins 2,1 ml.kg -1.min -1 Le temps passé à VO 2 max dépend de la méthodologie utilisée 50

49 VO 2 (ml.kg -1.min -1 ) INTRODUCTION Evolution de la VO 2 lors d une course continue à 100% de la VMA VO 2 max du test incrémental VO 2 max du test incrémental VO 2 max du test incrémental VO 2 pic du tlim Temps (min) 50

50 Il est fait l hypothèse que le pic de VO 2 atteint lors d une course continue à VMA+1 km.h -1 permettra d atteindre la "VO 2 max du jour". Un exercice maintenu plus de 2 min à une intensité supérieure à VMA permet aux sujets d atteindre VO 2 max (Morgan et al., 1989). 51

51 MATERIELS ET METHODES Etude 1 Population : 10 étudiants sportifs (20,8±2,1 ans ; 74,4±8,9 kg ; 1,81±0,08 m) Protocole : 1 Vérifier qu un test à VMA+1 km.h -1 permet d identifier la "VO 2 max du jour" 2 Calculer le temps passé à VO 2 max pour un temps limite continu à 100% de la VMA à partir des différents protocoles utilisés dans la littérature. 52

52 Vitesse (km.h -1 ) MATERIELS ET METHODES ORGANISATION DU TEST INCRÉMENTAL ET VMA+1 17 km.h km.h -1 test incrmental VMA+1 10 km.h -1 5 min 15 min de rcupration temps 3 min [la] 53

53 Pic de VO 2 (ml.kg -1.min -1 ) RÉSULTATS ET DISCUSSION Etude 1 VO 2 max, pic de VO 2 et VO 2 max du jour. 75 VO 2 max incrémentale (ml.kg -1.min -1 ) Pic de VO 2 du test VMA+1 (ml.kg -1.min -1 ) y = 0,98x + 1,2 r 2 = 0,97 ; p<0, ,3±6,0 59,4±6,0 ns 55 VO 2 max du jour VO 2 max (ml.kg -1.min -1 ) 54

54 MATERIELS ET METHODES Etude 1 ORGANISATION DES TESTS TLIM100 ET VMA+1 55

55 VO 2 (ml.kg -1.min -1 ) MATERIELS ET METHODES Etude 1 Méthodes de calculs du temps passé à VO 2 max Billat et al. (1999) : Somme des valeurs VO 2 max - 2,1 ml.kg -1.min -1 Hill et al. (1997) : tlim - délai d atteinte de 100% de VO 2 max Hill et al. (1997) : tlim - délai d atteinte de 95% de VO 2 max Présente étude : Somme des valeurs 95% de VO 2 max Temps (min) 56

56 VO 2 (ml.kg -1.min -1 ) MATERIELS ET METHODES Etude 1 Méthodes de calculs du temps passé à VO 2 max VO 2 max incrémental VO 2 max du jour Billat at al. (1999) Hill et al. (1997) 2 6 Hill et al. (1997) 3 7 Présente étude Temps (min) 57

57 Temps (s) RÉSULTATS ET DISCUSSION TEMPS PASSÉS A VO 2 max SELON LES MÉTHODES Méthodes basées sur la VO 2 max incrémentale Méthodes basées sur la VO 2 max du jour ± ± ±51 56 ±75 93 ±53 69 ± ± ±53 Billat et al. 2,1 Hill et al. 100% Hill et al. 95% Présente étude 95% Billat et al. 2,1 Hill et al. 100% Hill et al. 95% Présente étude 95% 58

58 CONCLUSION Le pic de VO 2 atteint lors du test à VMA+1 km.h -1 permet de déterminer la "VO 2 max du jour". La méthode de détermination du temps passé à VO 2 max influence significativement les résultats (de 25±53 s à 139±76 s pour un même exercice). La méthode basée sur la somme des valeurs supérieures à 95% de la VO 2 max du jour semble être la plus cohérente pour calculer le tvo 2 max. (Dupont et al. Int J Sports Med 2003) 59

59 PARTIE 3 : Réponses respiratoires BUT Déterminer l allure de course, lors de courses de 15s entrecoupées de 15s de récupération, qui permet de maintenir VO 2 max le plus longtemps. Dupont et coll., CJAP

60 PARTIE 3 : Réponses respiratoires 4 CI de 15s alternées avec 15s de récupération passive à : - 110% (110%I), - 120% (120%I), - 130% (130%I), - 140% (140%I) de la VMA. 1 course continue à 100% de la VMA Dupont et coll., CJAP

61 PARTIE 3 : Réponses respiratoires P>0,05 Dupont et coll., CJAP

62 VO 2 (ml.min -1 ). Evolution du VO 2 lors d un exercice continu (tlim100) et et lors de l exercice intermittent à 120% de la VMA VO 2 pic = 104% de VO 2 max. VO 2 max tlim %I temps (s) Dupont et coll., CJAP

63 Temps passé à VO 2 max (s) PARTIE 3 : Réponses respiratoires. TEMPS PASSÉ A VO 2 max LORS DES COURSES INTERMITTENTES ET LORS DE LA COURSE CONTINUE 300 P<0, P<0, %I 120%I 130%I 140%I tlim100 EXERCICES (Dupont et al., Can J Appl Physiol, 2002) 64

64 65 PARTIE 3 : Réponses respiratoires CARACTERISTIQUES DES EXERCICES INTERMITTENTS - INTENSITÉ DE L EXERCICE - DURÉE DE LA PÉRIODE D EXERCICE - TYPE DE RÉCUPÉRATION Active Passive - DURÉE DE LA PÉRIODE DE RÉCUPÉRATION - NOMBRE DE RÉPÉTITIONS

65 Temps passˆ VO 2 max Temps passˆ 90% de VO 2 max RÉSULTATS ET DISCUSSION Temps passé à VO 2 max Temps passé à 90% VO 2 max ns ns. Récupération active Récupération passive Récupération active Récupération passive 66

66 PARTIE 3 : Réponses respiratoires Consommation d oxygène en excès post exercice Après un exercice, la VO 2 reste élevée pendant plusieurs heures. Margaria et coll. (1933) ont distingué une phase initiale rapide (dette d oxygène alactique) et une phase secondaire lente (dette d oxygène lactique). En 1984, Gaesser et Brooks recommandent la terminologie "EPOC". EPOC = VO 2 réelle - VO 2 de repos La durée (ou le nombre de répétitions) et l intensité sont deux des déterminants de l amplitude de l EPOC (Bahr et al., 1992). 67

67 PARTIE 3 : Réponses respiratoires Consommation d oxygène en excès post exercice Différents facteurs expliqueraient la phase initiale de l EPOC : - la resynthèse des phosphagènes, - la ré-oxygénation de la myoglobine et de l hémoglobine, - l oxydation des lactates, - l augmentation de la ventilation, - la circulation - la température corporelle. 68

68 PARTIE 3 : Réponses respiratoires Dé-oxygénation et ré-oxygénation tissulaire - Åstrand et coll. (1960) ont comparé les [la] dans le sang lors d EI de 30 s / 30 s, 1 min / 1 min, 2 min / 2 min, 3 min / 3 min. Les [la] sont inférieures lors de l EI de 30 s / 30 s. La Mb et l Hb représenteraient un stock d O 2 qui est utilisé pendant les phases d exercices les plus courtes. Ce stock d O 2 se rechargerait rapidement pendant les périodes de récupération. 69

69 - Etude de Christmass et coll. (1999) PARTIE 3 : Réponses respiratoires Dé-oxygénation et ré-oxygénation tissulaire But : Comparer l oxygénation tissulaure (HbO2) entre 2 modalités d EI composées de vitesse de course identique, un même ratio (1:1,5) et des périodes de courses et de récupération différentes. 2 exercices intermittents sur tapis roulant pendant 40 min : 6 s de course à ~120% VMA alterné avec 9 s de récupération passive 24 s de course à ~120% VMA alterné avec 36 s de récupération passive Christmass et coll., EJAP

70 HbO2 relative moyenne (%). PARTIE 3 : Réponses respiratoires Dé-oxygénation et ré-oxygénation tissulaire Exercice Récupération Exercice Récupération Exercice Récupération Exercice Récupération Temps (s) Christmass et coll., EJAP

71 PARTIE 3 : Réponses respiratoires Dé-oxygénation et ré-oxygénation tissulaire La désoxygénation tissulaire est plus importante lorsque les périodes d exercices sont les plus longues. Ces résultats confirment l hypothèse formulée par Åstrrand et al. (1960) => La Mb et l Hb sont oxygénées rapidement pendant les courtes phases de récupération. La contribution de la phosphorylation oxydative est plus importante lors des EI brefs. VO 2 et DE sont plus importantes lors de l EI bref. L oxydation des graisses est 3 fois plus élevée lors de l EI bref. Christmass et coll., EJAP

72 PARTIE 3 : Réponses respiratoires Dé-oxygénation et ré-oxygénation tissulaire - Etude de Bae et coll. (2000) But : analyser l influence de l intensité sur l oxygénation tissulaire -10 s d exercice à 100% PMA alterné avec 20 s de récupération - 15 min -10 s d exercice à ~75% PMA alterné avec 20 s de récupération - 15 min - 1 test de Wingate Bae et coll., IJSM

73 - Etude de Bae et coll. (2000) PARTIE 3 : Réponses respiratoires Dé-oxygénation et ré-oxygénation tissulaire La désoxygénation dépend de l intensité. La période de 20 s est suffisante pour permettre une réoxygénation complète des tissues. 74

74 - Etude de Bae et coll. (2000) PARTIE 3 : Réponses respiratoires Dé-oxygénation et ré-oxygénation tissulaire Corrélation entre la désoxygénation tissulaire et VO 2 max lors du Wingate (r=0.98; p<0.001). Bae et coll., IJSM

75 PARTIE 3 : Réponses respiratoires Dé-oxygénation et ré-oxygénation tissulaire Comparer l influence du type de récupération (active versus passive) sur le tlim et sur les variations d oxyhémoglobine lors d exercices intermittents de 15 s entrecoupés de 15 s de récupération. 2 exercices intermittents - Exercice intermittent de 15s entrecoupé de 15s de récupération passive - Exercice intermittent de 15s entrecoupé de 15s de récupération active à 40% de VO 2 max Dupont et coll., MSSE

76 PARTIE 3 : Réponses respiratoires Dé-oxygénation et ré-oxygénation tissulaire Méthode utilisée pour fixer l intensité des exercices (Barnett et al., 1996) Puissance moyenne développée lors du test de Wingate PMA + 20% (P Moy Wing - PMA) => 125±3% de la PMA PMA Cette méthode permet une moindre variabilité du tlim pour des intensités supérieures à PMA. Dupont et coll., MSSE

77 79 Dé-oxygénation et ré-oxygénation tissulaire K4b 2 (Cosmed) => VO 2, VCO 2, VE NIRS (Runman) : - Diminution en HbO 2 (%) - Taux moyen de diminution de l HbO 2 (%.s -1 ) Variables mesurées et / ou calculées : - Lactatémie - Tlim (exercice + récupération) - Puissance métabolique nette (di Prampero et Ferretti, 1999)

78 Temps limite (s) 80 Dé-oxygénation et ré-oxygénation tissulaire Temps limite en fonction du type de récupération P<0,001 Puissance métabolique moyenne Récupération active 16,7±1,6 W.kg - 1 (96% VO 2 max) Récupération passive 15,4±1,7 W.kg - 1 (89% VO 2 max) P<0,001 Récupération active Récupération passive

79 HbO 2 (%) Dé-oxygénation et ré-oxygénation tissulaire Résultats obtenus avec la NIRS Récupération active : 55,3±3,1% Récupération passive : 55,9±5,7% ns Rcupration active Rcupration passive ±4% 27±9%** 18±8% ns Temps (s) 81

80 82 Dé-oxygénation et ré-oxygénation tissulaire CONCLUSION DE L ÉTUDE Le temps limite est significativement plus long lorsque la récupération entre les exercices est passive. Puissance Metabolique inférieure Désoxygénation tissulaire plus lente La resynthèse de la PCr est plus lente lors de la récupération active

81 PARTIE 4 : Réponse énergétique La phosphorylcreatine (PCr) La déplétion de la PCr dépend : - de l intensité de l exercice (Boobis et coll., 1982), - de la durée de l exercice (Takahashi et coll., 1995), - du nombre d exercices réalisés (Gaitanos et coll., 1993), - du type de contraction (Harris et coll., 1976; Bonde-Petersen et coll., 1972). La resynthèse de la PCr dépend : - de la durée de récupération (Bogdanis et al., 1995) - du type de récupération (Bogdanis et al., 1995) - du débit sanguin (Harris et coll., 1976), -de la disponibilité en oxygène (Haseler et coll., 1999), - du niveau d entraînement des sujets (Johansen et Quirstorff, 2003). 84

82 Concentrations (mmol.kg -1 de muscle sec) PARTIE 4 : Réponse énergétique Contribution énergétique lors de la répétition de sprints - Gaitanos et coll. (1993) : 10 sprints de 6 s - 30 s de RP sur ergocycle avec 4 biopsies ,8 Avant sprint Aprs sprint Avant sprint 10 Aprs sprint 10 ATP PCr Lactate 85

83 PARTIE 4 : Réponse énergétique Contribution énergétique lors de la répétition de sprints - Balsom et coll. (1992) : 10 sprints de 40 m - 30 s / 60 s / 120 s de RP => VO 2 mesurée à la fin du dernier sprint représente 66%, 57% et 52% de VO 2 max. - Balsom et coll. (1994) : 10 sprints de 6 s - 30 s de RP sur ergocycle dans des conditions d hypoxie (526 mmhg) et de normoxie. => Meilleure performance (temps total cumulé et indice de diminution de performance) et une consommation d oxygène (VO 2 ) supérieure dans les conditions de normoxie. - Aziz et coll. (2000), Dawson et coll. (1993), McMahon and Wenger (1998) => corrélation significative entre la performance lors de la répétition de sprints (40 m - 30 s RP ou 6 s - 30 s RP) et VO 2 max. Lors des 1 ères répétitions, la resynthèse de l ATP s effectue principalement par le métabolisme anaérobie. Les courtes phases de récupération permettent de resynthéthiser une partie des réserves de phosphagènes et de ré-oxygéner en partie la myoglobine et l hémoglobine 86

84 PARTIE 4 : Réponse énergétique Contribution énergétique lors de la répétition de sprints Lors des 1 ères répétitions, la resynthèse de l ATP s effectue principalement par le métabolisme anaérobie. Les courtes phases de récupération permettent de resynthéthiser une partie des réserves de PCr et de ré-oxygéner en partie la myoglobine et l hémoglobine. La contribution du métabolisme aérobie s accroît au fur et à mesure des répétitions (Gaitanos et coll., 1993; Balsom et coll., 1994). 87

85 MERCI DE VOTRE ATTENTION «C est de la communion intime du praticien et du chercheur que doit naître le progrès» Demeny (1902).

LES FILIERES ENERGETIQUES

LES FILIERES ENERGETIQUES LES FILIERES ENERGETIQUES Institut Régional de Biologie et Médecine du Sport Dr Frédéric MATON www.irbms.com Médecine du Sport Acteur Biologie par de Passion l entraînement dans le Sport et la Santé 3

Plus en détail

Test de terrain ou test de laboratoire pour la performance en endurance?

Test de terrain ou test de laboratoire pour la performance en endurance? Test de terrain ou test de laboratoire pour la performance en endurance? Ajaccio 12 mai 2012 F. Carré Université Rennes 1 Hopital Pontchaillou Inserm UMR 1099 Les «tests» chez le sportif Exploration performance

Plus en détail

RUGBY ET SOLLICITATIONS CARDIOVASCULAIRES

RUGBY ET SOLLICITATIONS CARDIOVASCULAIRES RUGBY ET SOLLICITATIONS CARDIOVASCULAIRES Dr JR ISRAEL Mise à jour février 213 Pôle de Médecine du Sport de l Essonne Centre National Technique de Rugby - 9146 MARCOUSSIS OUTILS D EVALUATION DU MOUVEMENT

Plus en détail

LA COURSE LONGUE DUREE

LA COURSE LONGUE DUREE LA COURSE LONGUE DUREE LES TEXTES (2002): Les compétences de fin de cycle sont les suivantes : Cycle 2 : courir longtemps (entre 6 et 12mn), selon les capacités de chacun, de façon régulière? sur une longue

Plus en détail

Réponses psychophysiologiques lors de sprints répétés dans. différentes conditions expérimentales: le plat, la montée et la. descente.

Réponses psychophysiologiques lors de sprints répétés dans. différentes conditions expérimentales: le plat, la montée et la. descente. Réponses psychophysiologiques lors de sprints répétés dans différentes conditions expérimentales: le plat, la montée et la descente. Voici les résultats d une étude dont l objectif était de comparer les

Plus en détail

Enfant et exercice aérobie : Croissance et Entraînement

Enfant et exercice aérobie : Croissance et Entraînement Enfant et exercice aérobie : Croissance et Entraînement Plan 1. Caractéristiques des enfants 1.1 - Spécificité métabolique de l enfant 1.2 - Réponses spécifiques de l enfant à l exercice Plan 2. Performance

Plus en détail

Les filières énergétiques

Les filières énergétiques Les filières énergétiques Sources : Bases physiologiques de l activité physique. Fox et Mathews. Vigot, Paris, 1984. Biologie de l exercice musculaire. J.R. Lacour. Masson, Paris, 1992. Biologie du sport.

Plus en détail

Aptitude physique de l enfant L enfant et le sport

Aptitude physique de l enfant L enfant et le sport Aptitude physique de l enfant L enfant et le sport 1-Introduction: La motricité Évolution des aptitudes motrices avec la croissance amélioration jusqu à 18 ans chez amélioration jusqu à la puberté chez

Plus en détail

DRAFTING DURING SWIMMING IMPROVES EFFICIENCY DURING SUBSEQUENT CYCLING

DRAFTING DURING SWIMMING IMPROVES EFFICIENCY DURING SUBSEQUENT CYCLING DRAFTING DURING SWIMMING IMPROVES EFFICIENCY DURING SUBSEQUENT CYCLING Anne DELEXTRAT, Véronique TRICOT, Thierry BERNARD, Fabrice VERCRUYSSEN, Christophe HAUSSWIRTH & Jeanick BRISWALTER Le triathlon est

Plus en détail

La course en durée au Lycée Classe de seconde- Compétences de niveau 3 attendues

La course en durée au Lycée Classe de seconde- Compétences de niveau 3 attendues au Lycée Classe de seconde- Compétences de niveau 3 attendues 1. Introduction- Présentation. 2. une nouvelle démarche BO n 4 du 29 avril 2010 : programme d EPS pour les LEGT. BO spécial n 2 du 19 février

Plus en détail

Suivi médico-physiologique et Football. Dr Franck Le Gall - CTNFS Clairefontaine La Pitié-Salpétrière 23 juin 2005

Suivi médico-physiologique et Football. Dr Franck Le Gall - CTNFS Clairefontaine La Pitié-Salpétrière 23 juin 2005 Suivi médico-physiologique et Football Dr Franck Le Gall - CTNFS Clairefontaine La Pitié-Salpétrière 23 juin 2005 Centre Technique National Ouverture en 1988 3 promotions de juniors initialement : INF

Plus en détail

DEVELOPPEMENT DU METABOLISME ANAEROBIE

DEVELOPPEMENT DU METABOLISME ANAEROBIE DEVELOPPEMENT DU METABOLISME ANAEROBIE 1) Introduction 2) Rappel 3) Exploration du métabolisme anaérobie 3.1) Méthode Directe 3.2) Méthodes Indirectes 4) Développement du Métabolisme Anaérobie 5) Adaptations

Plus en détail

Épreuves d exercice musculaire et aptitude aérobie

Épreuves d exercice musculaire et aptitude aérobie Master 1ère année EOPS UES EOPS 1. Évaluation de la performance ECUF EOPS 1.3. Fonctions cardio-respiratoires et musculaires P. Mucci Épreuves d exercice musculaire et aptitude aérobie I Définition Epreuve

Plus en détail

Intérêt du Cardiofréquencemètre. l optimisation de l entrainement. pour. Thierry Laporte. Bordeaux

Intérêt du Cardiofréquencemètre. l optimisation de l entrainement. pour. Thierry Laporte. Bordeaux Intérêt du Cardiofréquencemètre pour l optimisation de l entrainement Thierry Laporte Bordeaux 250 KMS / SEMAINE 180 kms / semaine.. L évolution des connaissances et des techniques 1927:notion de vo2max

Plus en détail

Physiologie de la récupération chez l enfant et l adulte: application aux disciplines du cyclisme

Physiologie de la récupération chez l enfant et l adulte: application aux disciplines du cyclisme Physiologie de la récupération chez l enfant et l adulte: application aux disciplines du cyclisme Niveau Niveau Introduction Pourquoi optimiser la récupération? Récupération = étape essentielle du processus

Plus en détail

Le Test d effort. A partir d un certain âge il est conseillé de faire un test tous les 3 ou quatre ans.

Le Test d effort. A partir d un certain âge il est conseillé de faire un test tous les 3 ou quatre ans. Le Test d effort L'épreuve du test d'effort est un examen effectué en général par un cardiologue ou un médecin du sport. Le test d'effort permet de mesurer le rythme cardiaque, la pression artérielle,

Plus en détail

VERGNE Morgan. Filières énergétiques

VERGNE Morgan. Filières énergétiques Filières énergétiques Présentation des filières énergétiques Dépendant du type d effort Intensité de l effort substrats énergétiques utilisé différent Production d ATP différente ATP : principale source

Plus en détail

La consommation maximale d oxygène

La consommation maximale d oxygène La consommation maximale d oxygène Sources : Biologie de l exercice musculaire. J.R. Lacour. Masson, Paris, 1992. Biologie du sport. Jürgen Weineck. Vigot, Paris, 1992. Physiologie du sport. Bases physiologiques

Plus en détail

THEME 2 : CORPS HUMAIN ET SANTE : L EXERCICE PHYSIQUE

THEME 2 : CORPS HUMAIN ET SANTE : L EXERCICE PHYSIQUE THEME 2 : CORPS HUMAIN ET SANTE : L EXERCICE PHYSIQUE Introduction générale : L Homme, pour vivre, a besoin de se nourrir. La nutrition fait appel à différentes fonctions que sont l alimentation, la respiration

Plus en détail

Mastère «RECHERCHE STAPS» EVALUATION DE L APTITUDE AEROBIE ET ANAEROBIE

Mastère «RECHERCHE STAPS» EVALUATION DE L APTITUDE AEROBIE ET ANAEROBIE Mastère «RECHERCHE STAPS» EVALUATION DE L APTITUDE AEROBIE ET ANAEROBIE EVALUATION OBJECTIFS: Informations sur la valeur physique des athlètes (Points forts et points faibles); Comparaison des athlètes

Plus en détail

BASES DE L ENTRAINEMENT PHYSIQUE EN PLONGEE

BASES DE L ENTRAINEMENT PHYSIQUE EN PLONGEE BASES DE L ENTRAINEMENT PHYSIQUE EN PLONGEE І) INTRODUCTION II) BASES PHYSIOLOGIQUES III) PRINCIPES GENERAUX DE L ENTRAINEMENT PHYSIQUE IV) ENTRAINEMENT DANS LES DIFFERENTES FILIERES V) LA PLANIFICATION

Plus en détail

L approche bioénergétique

L approche bioénergétique L approche bioénergétique Appréhender l homme par la bioénergétique est une manière de comprendre et d analyser ses performances motrices. Ce champs d étude resté l apanage des scientifiques entre les

Plus en détail

La course longue à l école :

La course longue à l école : aspect bio énergétique, biomécanique, motivationnel gérard: IUFM de la Réunion 2012 13 La course longue à l école : 1 Les instructions officielles 2 Historique du 1500 m 3 S entraîner : améliorer ses performances

Plus en détail

FONDAMENTAUX DE L ENTRAINEMENT EN CYCLISME

FONDAMENTAUX DE L ENTRAINEMENT EN CYCLISME FONDAMENTAUX DE L ENTRAINEMENT EN CYCLISME 1- POURQUOI S ENTRAINER? Physiologie de l effort Intensités et filières énergétiques Biomécanique La surcompensation Les limites de l effort 2- COMMENT S ENTRAINER?

Plus en détail

Méthodes d éd. évaluation. Evaluation de la capacité aérobie. Les tests de terrain

Méthodes d éd. évaluation. Evaluation de la capacité aérobie. Les tests de terrain Méthodes d éd évaluation de l aptitude l physique Evaluation de la capacité aérobie Les tests de terrain 1 Introduction Aptitude physique d un sujet dépend de nombreux facteurs Exploration fonctionnelle

Plus en détail

Journée scientifique organisée par les HUG 19.3.11 Tout savoir pour courir avec plaisir pour votre santé. Conférence

Journée scientifique organisée par les HUG 19.3.11 Tout savoir pour courir avec plaisir pour votre santé. Conférence Journée scientifique organisée par les HUG 19.3.11 Tout savoir pour courir avec plaisir pour votre santé Conférence Aspects physiologiques et biomécaniques de la course à pied Jean-Luc Ziltener Médecin

Plus en détail

3000m 1500m. 2 Les caractéristiques de l endurance générale et spécifique

3000m 1500m. 2 Les caractéristiques de l endurance générale et spécifique L endurance et le demi- fond 1 Généralités : 3000m 1500m! L endurance générale c est l endurance aérobie, ce qui signifie que le système cardiorespiratoire peut fournir tout l oxygène requis par l exercice.

Plus en détail

Thème 2 Corps humain et santé : l exercice physique. Séance 1 : l évolution des paramètres physiologiques en cours d activité physique.

Thème 2 Corps humain et santé : l exercice physique. Séance 1 : l évolution des paramètres physiologiques en cours d activité physique. Thème 2 Corps humain et santé : l exercice physique. Séance 1 : l évolution des paramètres physiologiques en cours d activité physique. Capacités : utiliser un logiciel d ExAO, de traitement de texte.

Plus en détail

S entraîner efficacement. Fred Grappe

S entraîner efficacement. Fred Grappe S entraîner efficacement Fred Grappe Programme d entraînement Gestion optimale des charges d entraînement Entraînement Compétitions Performance Caractéristiques de la charge d entraînement Elle est constituée

Plus en détail

LES ADAPTATIONS METABOLIQUES A L ENTRAINEMENT. Sandra Joffroy

LES ADAPTATIONS METABOLIQUES A L ENTRAINEMENT. Sandra Joffroy LES ADAPTATIONS METABOLIQUES A L ENTRAINEMENT Sandra Joffroy L'AEROBIE : Type de sports : Sports d endurance, Marathon, Cyclisme, Triathlon L ANAEROBIE ALACTIQUE : Type de sports : Sports de puissance,

Plus en détail

Bases énergétiques de l activité physique

Bases énergétiques de l activité physique Bases énergétiques de l activité physique A- Les sources énergétiques - Bioénergétique : les filières ε et leurs caractéristiques - Déterminants de la performance en endurance - Causes de la fatigue [B-

Plus en détail

STEP. Connaissances scientifiques et théoriques : Pour aller plus loin

STEP. Connaissances scientifiques et théoriques : Pour aller plus loin STP Connaissances scientifiques et théoriques : Pour aller plus loin I. Principes de développement des processus énergétiques : 1 II. Approfondissement des notions : 2 1. Le processus aérobie : 2 2. Le

Plus en détail

Les conseils et connaissances physio utiles pour le step

Les conseils et connaissances physio utiles pour le step Les conseils et connaissances physio utiles pour le step I. S entraîner pour quoi faire? II. Le carburant du muscle et sa production III. IV. La fréquence cardiaque comme repère en Step Les différentes

Plus en détail

Avant-propos. Cours disponibles sur : Onglet Accès documents du congrès..

Avant-propos. Cours disponibles sur :  Onglet Accès documents du congrès.. Avant-propos Cours disponibles sur : http://www.rehabilitation-bourgogne-sante.fr/ Onglet Accès documents du congrès.. Dr Jean-Marc Perruchini Service de Réhabilitation respiratoire, Clinique de Médecine

Plus en détail

PHYSIOLOGIE DE L EXERCICE

PHYSIOLOGIE DE L EXERCICE PHYSIOLOGIE DE L EXERCICE Dr grillon jean-luc Médecin Conseiller Direction Régionale et départementale de la Jeunesse et des Sports Champagne-Ardenne et Marne 6 formes d énergie chimique nucléaire mécanique

Plus en détail

LES TESTS D EFFORT. Consommation maximale d oxygène et seuil d inadaptation respiratoire

LES TESTS D EFFORT. Consommation maximale d oxygène et seuil d inadaptation respiratoire LES TESTS D EFFORT Consommation maximale d oxygène et seuil d inadaptation respiratoire Qu est-ce que la consommation maximale d oxygène? La consommation maximale d oxygène (VO 2 max) est la quantité maximale

Plus en détail

La préparation physique. Jean-François COGNEZ Janvier 2015

La préparation physique. Jean-François COGNEZ Janvier 2015 La préparation physique du plongeur Jean-François COGNEZ Janvier 2015 Objectifs Bases physiologiques Principes généraux de la préparation physique du plongeur L entraînement dans les différentes filières

Plus en détail

Les différents cycles de la périodisation

Les différents cycles de la périodisation PLANIFICATION CULTURISTE EQUIPE DE France Cette planification pyramidale permet d améliorer les facteurs de la performance culturisme grâce à une variation régulière des paramètres d entrainement suivants

Plus en détail

PHYSIOLOGIE DE L EXERCICE

PHYSIOLOGIE DE L EXERCICE PHYSIOLOGIE DE L EXERCICE Dr grillon jean-luc Médecin Conseiller Direction Régionale et départementale de la Jeunesse et des Sports Champagne-Ardenne et Marne 6 formes d énergie chimique nucléaire mécanique

Plus en détail

Colloque Entraînement Samedi 03 Mars 2012

Colloque Entraînement Samedi 03 Mars 2012 Colloque Entraînement Samedi 03 Mars 2012 1 Quelques idées reçues concernant l entraînement chez les jeunes -Trop s entraîner en cadet va user le jeune coureur - Les bons cadets d aujourd hui ne seront

Plus en détail

Réponses physiologiques au cours d exercices intermittents en course à pied

Réponses physiologiques au cours d exercices intermittents en course à pied Réponses physiologiques au cours d exercices intermittents en course à pied Hervé Assadi To cite this version: Hervé Assadi. Réponses physiologiques au cours d exercices intermittents en course à pied.

Plus en détail

6 formes d énergie. chimique nucléaire. mécanique électrique. thermique lumineuse

6 formes d énergie. chimique nucléaire. mécanique électrique. thermique lumineuse EVALUATION AEROBIE 6 formes d énergie chimique nucléaire mécanique électrique thermique lumineuse PREMIERE LOI DE LA THERMODYNAMIQUE Energie ni créée, ni détruite Transformation d une forme en une autre

Plus en détail

INTERVAL TRAINNING Entraînement de l'endurance. Emilie Serain, Master EP, UNIL 2015

INTERVAL TRAINNING Entraînement de l'endurance. Emilie Serain, Master EP, UNIL 2015 INTERVAL TRAINNING Entraînement de l'endurance Emilie Serain, Master EP, UNIL 2015 COMPRENDRE L ENTRAINEMENT EN ENDURANCE NOTIONS DE BASE Endurance: Intensité et durée La performance sportive est un ensemble

Plus en détail

STATION TRAIL ETE 2015 - ATELIERS PARCOURS 1000M PISTE TRAIL

STATION TRAIL ETE 2015 - ATELIERS PARCOURS 1000M PISTE TRAIL STATION TRAIL ETE 2015 - ATELIERS PARCOURS 1000M PISTE TRAIL DESCRIPTIF DU PARCOURS : Situé sur la Via Vercors, au départ du parking du pont des Aniers (proche magasin SAMSE), le parcours 1000 Mètres Piste

Plus en détail

INFLUENCE DU TERRAIN LORS D UN EFFORT RÉALISÉ À PUISSANCE MAXIMALE AÉROBIE EN CYCLISME

INFLUENCE DU TERRAIN LORS D UN EFFORT RÉALISÉ À PUISSANCE MAXIMALE AÉROBIE EN CYCLISME Séminaire des entraineurs et cadres techniques du cyclisme, Bourges, 09 Novembre 2013 INFLUENCE DU TERRAIN LORS D UN EFFORT RÉALISÉ À PUISSANCE MAXIMALE AÉROBIE EN CYCLISME Anthony BOUILLOD1,2, Julien

Plus en détail

1. L énergie de la contraction musculaire provient de l hydrolyse de l ATP 1.1. La contraction musculaire

1. L énergie de la contraction musculaire provient de l hydrolyse de l ATP 1.1. La contraction musculaire LA CHIMIE DE L EFFORT Les différentes sources d énergie du muscle lors de l effort Magnésium et effort musculaire A) Les différentes sources d énergie du muscle lors de l effort 1. L énergie de la contraction

Plus en détail

LES MECANISMES DE LA FORCE

LES MECANISMES DE LA FORCE LES MECANISMES DE LA FORCE Les mécanismes qui sont décrits ci dessous vont vous permettre d'argumenter et de justifier l'ensemble des méthodes d'entraînement qui ont souvent été mises en oeuvre de façon

Plus en détail

Les indicateurs de l effort en cyclisme sur route. Raphaël LECA www.culturestaps.com Mai 2015

Les indicateurs de l effort en cyclisme sur route. Raphaël LECA www.culturestaps.com Mai 2015 Les indicateurs de l effort en cyclisme sur route Raphaël LECA www.culturestaps.com Mai 2015 La fréquence cardiaque exprimée en battements par minute (BPM) permet de faire circuler le sang (qui transporte

Plus en détail

CONSOMMATION MAXIMALE D OXYGENE & SEUIL ANAEROBIE. B.OTHMAN hassen Professeur de physiologie

CONSOMMATION MAXIMALE D OXYGENE & SEUIL ANAEROBIE. B.OTHMAN hassen Professeur de physiologie CONSOMMATION MAXIMALE D OXYGENE & SEUIL ANAEROBIE B.OTHMAN hassen Professeur de physiologie La consommation maximale d oxygène (VO 2 max) Au cours d un exercice d intensité croissante réalisé en laboratoire

Plus en détail

Bioénergétique de l exercice musculaire

Bioénergétique de l exercice musculaire Bioénergétique de l exercice musculaire 1 Afin de se maintenir en vie, une cellule doit continuellement "travailler". Donc, elle a besoin d'énergie (énergie = capacité à produire du travail). Travail mécanique

Plus en détail

Titre 1. Introduction. Titre 2. Physiologie de l effort

Titre 1. Introduction. Titre 2. Physiologie de l effort Titre 1 Introduction Introduction Chapitre 1 : Est-ce que je sais m entraîner? 1. Dix idées reçues sur l entraînement sportif 2. Tester sa manière de s entraîner Titre 2 Physiologie de l effort Chapitre

Plus en détail

BESOINS ENERGETIQUES DE L'EFFORT

BESOINS ENERGETIQUES DE L'EFFORT BESOINS ENERGETIQUES DE L'EFFORT Sommaire Introduction A. La molécule d ATP 1. L ATP comme source d énergie 2. Les besoins en ATP lors de l effort B. Les filières de resynthèse de l ATP 1. La filière anaérobie

Plus en détail

Courir longtemps Animation pédagogique du mercredi 5 décembre 2007 Fabrice Chapel, CPC EPS D'après G. Maitrot CPD EPS et "le guide de l'enseignant" 1

Courir longtemps Animation pédagogique du mercredi 5 décembre 2007 Fabrice Chapel, CPC EPS D'après G. Maitrot CPD EPS et le guide de l'enseignant 1 Courir longtemps Animation pédagogique du mercredi 5 décembre 2007 Fabrice Chapel, CPC EPS D'après G. Maitrot CPD EPS et "le guide de l'enseignant" 1 Courir pour l enfant c est : Dans le domaine moteur

Plus en détail

Mots clés - Handball, composition, actions, match.

Mots clés - Handball, composition, actions, match. L analyse des efforts en handball X. Mangematin, N. Babault Centre d Expertise de la Performance G. Cometti, Faculté des sciences du sport, Université de Dijon, France. e-mail : xavier.mangematin@gmail.com

Plus en détail

THEME 2 : CORPS HUMAIN ET SANTE : L EXERCICE PHYSIQUE

THEME 2 : CORPS HUMAIN ET SANTE : L EXERCICE PHYSIQUE THEME 2 : CORPS HUMAIN ET SANTE : L EXERCICE PHYSIQUE Introduction générale : L Homme, pour vivre, a besoin de se nourrir. La nutrition fait appel à différentes fonctions que sont l alimentation, la respiration

Plus en détail

Corps humain et santé : l exercice physique. Partie 1 : l adaptation physiologique lors d un effort physique.

Corps humain et santé : l exercice physique. Partie 1 : l adaptation physiologique lors d un effort physique. Corps humain et santé : l exercice physique. Partie 1 : l adaptation physiologique lors d un effort physique. Au cours de l activité physique, les muscles ont des besoins accrus. La couverture de ces besoins

Plus en détail

PLAN DONNÉES SCIENTIFIQUES ET PROCÉDÉS D ENTRAÎNEMENT. Introduction. B Les 3 systèmes de resynthèse de l ATP 25/01/11

PLAN DONNÉES SCIENTIFIQUES ET PROCÉDÉS D ENTRAÎNEMENT. Introduction. B Les 3 systèmes de resynthèse de l ATP 25/01/11 PLAN DONNÉES SCIENTIFIQUES ET PROCÉDÉS D ENTRAÎNEMENT S. VAUCELLE UE 30.S UFRSTAPS Toulouse Introduction I Energétique de la contraction musculaire II Les processus physiologiques et l entraînement sportif

Plus en détail

Yann LE MEUR 1 Gérard HONNORAT 2 Avec les collaborations de C. HAUSSWIRTH 1, S. DOREL 1,3, T. BERNARD 4

Yann LE MEUR 1 Gérard HONNORAT 2 Avec les collaborations de C. HAUSSWIRTH 1, S. DOREL 1,3, T. BERNARD 4 La préparation physique en triathlon : intérêts de l'expertise scientifique pour la performance à haut niveau Yann LE MEUR 1 Gérard HONNORAT 2 Avec les collaborations de C. HAUSSWIRTH 1, S. DOREL 1,3,

Plus en détail

Les filières énergétiques

Les filières énergétiques FACULTE DES SCIENCES DU SPORT ET DU MOUVEMENT HUMAIN L1 STAPS Toulouse Méthodologie du travail universitaire APDP : Activités Physiques de Développement Personnel Les filières énergétiques Cours de Sophie

Plus en détail

M1 EOPS : U.E. Facteurs influençant la performance sportive (P Mucci)

M1 EOPS : U.E. Facteurs influençant la performance sportive (P Mucci) Limites Respiratoires de la Performance Aérobie M1 EOPS : U.E. Facteurs influençant la performance sportive (P Mucci) Composantes fonctionnelles de la performance aérobie Chez le sujet sain 1 ) La Fct

Plus en détail

S entraîner à VMA en ski de fond

S entraîner à VMA en ski de fond S entraîner à VMA en ski de fond Qu est ce que la VMA? La Vitesse Maximale Aérobie correspond à la vitesse associée à la consommation maximale d oxygène, c'est-à-dire à VO2max. On entend parler aussi de

Plus en détail

Fréquences cardiaques

Fréquences cardiaques Fréquences cardiaques La fréquence cardiaque maximale (FCM) correspond à la valeur la plus élevée pouvant être atteinte. La formule la plus répandue est 220 - âge quel que soit le sexe Reiss & Prévost

Plus en détail

Musculation et développement de la force Cours de Alain BOUDARD

Musculation et développement de la force Cours de Alain BOUDARD FACULTE DES SCIENCES DU SPORT ET DU MOUVEMENT HUMAIN L1 STAPS Toulouse Méthodologie du travail universitaire APDP : Activités Physiques de Développement Personnel Musculation et développement de la force

Plus en détail

I Sprint et endurance: incompa1ble ou nécessaire?

I Sprint et endurance: incompa1ble ou nécessaire? I Sprint et endurance: incompa1ble ou nécessaire? Plan Rappel de physiologie Etat des lieux de la science Quelques reflexions sur l applica1on des principes L ATP: la monnaie d énergie ATP: source d énergie

Plus en détail

Les Exercices Types. L Amélioration de la Coordination / Souplesse : HT1 : Home Traîner 1 HT2 : Home Traîner 2

Les Exercices Types. L Amélioration de la Coordination / Souplesse : HT1 : Home Traîner 1 HT2 : Home Traîner 2 Les Exercices Types Je vous propose de trouver ci-dessous, des informations concrêtes pour exécuter des Exercices Types correspondant à des Zones d entraînement spécifiques. La Préparation Energétique

Plus en détail

Dans les deux cas, il s agit bien de réaliser une performance en repoussant ses limites.

Dans les deux cas, il s agit bien de réaliser une performance en repoussant ses limites. 1 1) Introduction Ce document est avant tout un guide synthétique et opérationnel. Il a pour vocation d aider l enseignant et de lui donner les repères essentiels pour la mise en place d un cycle d endurance.

Plus en détail

S entraåner Ç VMA en ski de fond

S entraåner Ç VMA en ski de fond S entraåner Ç VMA en ski de fond 1. Qu est ce que la VMA? La Vitesse Maximale AÉrobie correspond Ä la vitesse associåe Ä la consommation maximale d oxygéne, c'est-ä-dire Ä VO2max. On entend parler aussi

Plus en détail

EPREUVES D EFFORT INDICATIONS - PROTOCOLES J.C VERDIER INSTITUT CŒUR EFFORT SANTE PARIS

EPREUVES D EFFORT INDICATIONS - PROTOCOLES J.C VERDIER INSTITUT CŒUR EFFORT SANTE PARIS EPREUVES D EFFORT INDICATIONS - PROTOCOLES J.C VERDIER INSTITUT CŒUR EFFORT SANTE PARIS SUPPORTS PHYSIOLOGIQUES: Les adaptations CARDIAQUE: Qc = V.E.S. x F.C. VASCULAIRE: Qc = T.A.moyenne / Résistances

Plus en détail

BP JEPS _ Activités Gymniques, Forme et Force TRANSFORMATION DE L ENERGIE CHIMIQUE EN ENERGIE MECANIQUE

BP JEPS _ Activités Gymniques, Forme et Force TRANSFORMATION DE L ENERGIE CHIMIQUE EN ENERGIE MECANIQUE BP JEPS _ Activités Gymniques, Forme et Force TRANSFORMATION DE L ENERGIE CHIMIQUE EN ENERGIE MECANIQUE Sommaire. INTRODUCTION Page 3-7 FILIERE ANAEROBIE ALACTIQUE FILIERE ANAEROBIE LACTIQUE Page 8-15

Plus en détail

Evaluation Informatique Session 2 3 juillet 2014. NOM : Prénom : Groupe :

Evaluation Informatique Session 2 3 juillet 2014. NOM : Prénom : Groupe : Evaluation Informatique Session 2 3 juillet 2014 NOM : Prénom : Groupe : Rapport de Stage Groupe 00 I) FILIERES ENERGETIQUES AU COURS DE L EXERCICE INTENSE REPETE... 3 1) PRODUCTION D ENERGIE... 3 2) GLYCOLYSE

Plus en détail

ENERGIE ET PERFORMANCE

ENERGIE ET PERFORMANCE ENERGIE ET PERFORMANCE A. Introduction Les paramètres influençant la performance sont la Génétique, l entraînement, le mental, puis une série de paramètres tels la nutrition, le sommeil, l environnement,

Plus en détail

LES FILIERES ENERGETIQUES

LES FILIERES ENERGETIQUES LES FILIERES ENERGETIQUES Anita DOTTIN CQP ALS AGEE 2015 L activité physique nécessite une dépense d énergie due à la contraction musculaire. Son principe de base est la transformation d une énergie chimique

Plus en détail

Les procédés d entraînement

Les procédés d entraînement Les procédés d entraînement Sources : Biologie du sport. Jürgen Weineck. Vigot, Paris, 1992. Les bases de l entraînement sportif, Ed. Revue EPS, Paris, 1992. Diviser pour mieux régner, in Sport et Vie

Plus en détail

QUEL PROTOCOLE DE REENTRAINEMENT PROPOSER AUX PATIENTS INSUFFISANTS CARDIAQUES?

QUEL PROTOCOLE DE REENTRAINEMENT PROPOSER AUX PATIENTS INSUFFISANTS CARDIAQUES? QUEL PROTOCOLE DE REENTRAINEMENT PROPOSER AUX PATIENTS INSUFFISANTS CARDIAQUES? Cliquez pour modifier le style des sous titres du masque MARIE CHRISTINE MERSCH MASSEUR KINESITHERAPEUTE Service de Réadaptation

Plus en détail

QUE SE PASSE T-IL LORSQUE MES ELEVES COURENT? Le plus vite possible entre 10 et 2. Ils sont en course de résistance

QUE SE PASSE T-IL LORSQUE MES ELEVES COURENT? Le plus vite possible entre 10 et 2. Ils sont en course de résistance Les incontournables QUE SE PASSE T-IL LORSQUE MES ELEVES COURENT? Le plus vite possible pendant une durée maximale de 10? Ils sont en course de vitesse ( 30 m 40 m) - l énergie est fournie par les réserves

Plus en détail

L'énergie et le sport

L'énergie et le sport L'énergie et le sport Par Alain Carpentier Laboratoire de Biologie Appliquée et Unité de Recherche en Neurophysiologie Institut Supérieur d'education Physique et de Kinésithérapie (ISEPK) La pratique sportive

Plus en détail

Table des matières. CHAPITRE 1 Développement biologique de l enfant et de l adolescent... 1

Table des matières. CHAPITRE 1 Développement biologique de l enfant et de l adolescent... 1 PHYSIOLOGIE DU SPORT. ENFANT ET ADOLESCENT. Table Chapitre des matières 12 Table des matières Préface... 7 CHAPITRE 1 Développement biologique de l enfant et de l adolescent... 1 EMMANUEL VAN PRAAGH ET

Plus en détail

Dans ce chapitre : Production d énergie pour la contraction musculaire 96

Dans ce chapitre : Production d énergie pour la contraction musculaire 96 Dans ce chapitre : Production d énergie pour la contraction musculaire 96 Les trois systèmes énergétiques 97 Énergie immédiate : le système du phosphate à haute énergie 99 Énergie à court terme : le système

Plus en détail

Anatomie Physiologie Méthodologie d entraînement

Anatomie Physiologie Méthodologie d entraînement Anatomie Physiologie Méthodologie d entraînement MALFERMO Romuald 06.35.19.79.02 malfermo.romuald@hotmail.fr Master EMIS & DUPP Univ. De Bourgogne, DIJON Intervenant BPJEPS AGG2F CESA Metz 2 Définitions

Plus en détail

Muscle et Dyspnée du Sportif

Muscle et Dyspnée du Sportif Muscle et Dyspnée du Sportif Rôle de l Altitude Mis à jour juillet 2009 R RICHARD, S Doutreleau, E Lonsdorfer-Wolf Service de Physiologie et des Explorations Fonctionnelles. Nouvel Hôpital Civil de Strasbourg,

Plus en détail

FredericGrappe.com PORT PERFORMANCE. Bases techniques de l Interval Training

FredericGrappe.com PORT PERFORMANCE. Bases techniques de l Interval Training Bases techniques de l Interval Training Bienfaits de l'it 1) il demande moins de temps que les autres séances d entraînement, 2) il permet une gestion optimale des ressources énergétiques de l athlète,

Plus en détail

François Nicot http://securite-en-montagne.e-monsite.com. Eléments de nutrition

François Nicot http://securite-en-montagne.e-monsite.com. Eléments de nutrition François Nicot http://securite-en-montagne.e-monsite.com Eléments de nutrition Consommation énergétique Eléments de nutrition F. Nicot 2 Métabolisme de repos MRT = (35 à 40) x 24 x S (Kcal / j) Surface

Plus en détail

1. LE FONCTIONNEMENT MUSCULAIRE. Pour fonctionner, un muscle a besoin d énergie

1. LE FONCTIONNEMENT MUSCULAIRE. Pour fonctionner, un muscle a besoin d énergie Cécile Pétré - 2011 1 2 1. LE FONCTIONNEMENT MUSCULAIRE Pour fonctionner, un muscle a besoin d énergie Cette énergie, c est : ( A T P = Adénosine Tri Phosphate ) 3 2. LA MOLECULE D ATP 4 5 La rupture des

Plus en détail

Ainsi le travail par intervalles permet une augmentation des charges de travail sans risque de surentraînement.

Ainsi le travail par intervalles permet une augmentation des charges de travail sans risque de surentraînement. LA SURCOMPENSATION La surcompensation est le phénomène de base sans lequel s entraîner serait inefficace : je m entraîne, je suis fatigué, je me repose, je suis capable de reproduire ce que j ai fait avec

Plus en détail

1.3 Introduction aux différentes formes de résistance (filière anaérobie lactique)

1.3 Introduction aux différentes formes de résistance (filière anaérobie lactique) 1.3 Introduction aux différentes formes de résistance (filière anaérobie lactique) Dans le cadre de la planification de l entraînement, la résistance entre en jeu après un développement minimal de l endurance.

Plus en détail

Cœur et sports de raquette. Dr Rémy DALL ANESE CARDIOLOGUE 68 rue du palais Gallien 33000 BORDEAUX

Cœur et sports de raquette. Dr Rémy DALL ANESE CARDIOLOGUE 68 rue du palais Gallien 33000 BORDEAUX Cœur et sports de raquette Dr Rémy DALL ANESE CARDIOLOGUE 68 rue du palais Gallien 33000 BORDEAUX Physiologie de l effort Débit cardiaque x 5 Augmentation volume éjection (VES) Augmentation fréquence cardiaque

Plus en détail

ÉPREUVE N 2 ÉTUDE DE THÈMES D'ENSEIGNEMENT

ÉPREUVE N 2 ÉTUDE DE THÈMES D'ENSEIGNEMENT CONCOURS D'ACCÈS A LA 2 ème CATÉGORIE DES EMPLOIS DE PROFESSEURS DES ÉTABLISSEMENTS D'ENSEIGNEMENT AGRICOLE PRIVÉS SESSION 2012 Concours : EXTERNE Section : Biologie - Écologie ÉPREUVE N 2 ÉTUDE DE THÈMES

Plus en détail

Présentation de l'activité

Présentation de l'activité Présentation de l'activité 1) Vous avez dit Endurance? L'activité de course d'endurance est souvent appelée "endurance" Définitions de l'endurance: (On trouve différentes définitions suivant les sources

Plus en détail

Les activités d entretien au lycée: Quels contenus? Repères physiologiques

Les activités d entretien au lycée: Quels contenus? Repères physiologiques Les activités d entretien au lycée: Quels contenus? Stage Académique. Jeudi 6 janvier 2005 Repères physiologiques Sophie Herrera Cazenave Université Victor Segalen Bordeaux 2 Sophie Herrera Cazenave 1

Plus en détail

Utilisation des tests de terrain dans l orientation du contenu d entraînement dans les sports individuels et collectifs.

Utilisation des tests de terrain dans l orientation du contenu d entraînement dans les sports individuels et collectifs. Utilisation des tests de terrain dans l orientation du contenu d entraînement dans les sports individuels et collectifs. (*) Université Victor Segalen Bordeaux 2 (**) Université de Montréal Georges CAZORLA

Plus en détail

LE JEUNE AURELIEN CESA

LE JEUNE AURELIEN CESA LE JEUNE AURELIEN CESA LE JEUNE AURELIEN 1 Filière principale dispensatrice d énergie. Appelé aussi glycolyse aérobie ou système oxydatif. LE JEUNE AURELIEN 2 Interactions entre les filières énergétiques

Plus en détail

CP5 et entrainement en natation

CP5 et entrainement en natation CP5 et entrainement en natation 1 Niveau 3: Pour produire et identifier des effets immédiats sur l organisme en fonction d un mobile d agir, moduler l intensité, la durée et la nature de ses déplacements,

Plus en détail

Lycée Militaire d Aix en Provence EPS course en durée Terminales

Lycée Militaire d Aix en Provence EPS course en durée Terminales Lycée Militaire d Aix en Provence 2013-2014 EPS course en durée Terminales Infos physiologiques CARBURANT (NUTRIMENTS) G.P.L O2 O2 O2 Mise en route des 3 filières en fonction de la vitesse de course COMBURANT

Plus en détail

Martin Lussier Pierre-Mary Toussaint. Préface d Étienne Boulay. Mythes etréalités. sur l entraînement physique

Martin Lussier Pierre-Mary Toussaint. Préface d Étienne Boulay. Mythes etréalités. sur l entraînement physique Martin Lussier Pierre-Mary Toussaint Préface d Étienne Boulay Mythes etréalités sur l entraînement physique TABLE DES MATIÈRES Préface... 11 Avant-propos... 13 L ENTRAÎNEMENT AÉROBIE Pour mieux comprendre

Plus en détail

La Puissance Critique

La Puissance Critique La Puissance Critique Par Loïc Arbez PLAN Généralités Puissance Critique et performance sportive Les facteurs limitants de la Puissance Critique Évaluation de la Puissance Critique Généralités L aptitude

Plus en détail

LES TESTS PHYSIOLOGIQUES

LES TESTS PHYSIOLOGIQUES LES TESTS PHYSIOLOGIQUES PARTIE 1 VO²max Coût énergétique Endurance Aérobie VAM PERFORMANCE OBTENUE SUR UNE EPREUVE DE LONGUE DUREE Di Prampero & al, 1986 100-90 - DEPENSES ENERGETIQUES RELATIVES (%) 80-70

Plus en détail

www.ctsbiel-bienne.ch 032 329 19 55

www.ctsbiel-bienne.ch 032 329 19 55 Centre de tests www.ctsbiel-bienne.ch 032 329 19 55 www.ctsbiel-bienne.ch 032 329 19 55 Un centre de tests compétent En étroite collaboration, le centre de fitness CTS et la Physio Balance vous propose

Plus en détail

Mesure directe Prédiction indirecte

Mesure directe Prédiction indirecte Débit maximal de prélèvement d oxygène (VO 2 max, L.min -1, ml.min -1.kg -1 PC, kg MM Puissance maximale aérobie (PMA, Watts, et VMA, km.h -1 ) Mesure directe Prédiction indirecte G Pérès physiologie et

Plus en détail

Le certificat médical de non contre-indication à la pratique de la course à pied

Le certificat médical de non contre-indication à la pratique de la course à pied Course à pied CONSEIL IMPORTANT ATTENTION Pierre Levisse, Champion du Monde de cross, vous donne tous les conseils (diététique, étirements, entraînement) pour améliorer vos performances quelque soit votre

Plus en détail

Nous analyserons dans ce chapitre quelques principes et notions de physiologie utiles pour la préparation physique.

Nous analyserons dans ce chapitre quelques principes et notions de physiologie utiles pour la préparation physique. 9. Préparation physique La technique, la stratégie et l état d esprit sont des éléments fondamentaux en combat. Toutefois, sans une bonne préparation physique, ces éléments risquent d être inefficaces.

Plus en détail