Rapport d expertise :

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Rapport d expertise :"

Transcription

1 Rapport d expertise : Cadre de l expertise : Commune de Groix (56), Aménagements et stabilité de la falaise sud (Quai Suet) de Port-Tudy : Avis du BRGM BRGM/RP FR Mars 2013 Appuis aux administrations Appuis à la police de l eau Date de réalisation de l expertise : Mars 2013 Localisation géographique du sujet de l expertise : Bretagne, Morbihan (56), commune de Groix, Quai Suet, Port-Tudy Auteurs BRGM : J.-M. SCHROETTER Demandeur : DDTM 56

2 L original du rapport muni des signatures des Vérificateurs et Approbateurs est disponible aux Archives du BRGM. Le système de management de la qualité du BRGM est certifié AFAQ ISO 9001:2008. Ce rapport est le produit d une expertise institutionnelle qui engage la responsabilité civile du BRGM. Ce document a été vérifié et approuvé par : Approbateur : Nom : Eric PALVADEAU Date : 10/04/2013 Vérificateur : Nom : B. Colas Date : 10/4/2013 Le système de management de la qualité du BRGM est certifié AFAQ ISO 9001:2008. Mots clés : expertise, mouvements de terrain, appui aux administrations, Bretagne, Morbihan, Groix, falaise, aléa En bibliographie, ce rapport sera cité de la façon suivante : SCHROETTER J.-M., (2013) Commune de Groix (56), Aménagements et stabilité de la falaise sud (Quai Suet) de Port-Tudy: Avis du BRGM. Rapport BRGM/RP FR, 25 p., 19 fig. BRGM, 2013, ce document ne peut être reproduit en totalité ou en partie sans l autorisation expresse du BRGM. 2 BRGM/RP FR

3 Synthèse Contexte : Date de la formulation de la demande d expertise au BRGM : demande initiale 07/11/2012, reportée au premier trimestre 2013 Demandeur : Direction Départementale des Territoires et de la Mer du Morbihan (56) Nature de l expertise / question posée : Avis du BRGM sur l aménagement et la stabilité de la falaise sud (Quai Suet) de Port-Tudy, Commune de Groix (56), Situation du sujet (commune, lieu-dit et adresse) : commune de Groix (Morbihan), Quai Suet, Port-Tudy Nature de l intervention du BRGM : Visite de terrain le 12 février 2013, par un ingénieur géologue du BRGM Bretagne, analyse de la falaise sud du Port-Tudy, longeant le Quai Suet et du projet d aménagement à travers l étude géotechnique de Géolithe, et analyse des données géologiques et hydrogéologiques disponibles. Objet de l appui : Le projet d aménagement de la falaise sud de Port-Tudy, longeant le Quai Suet, envisage la création d un pôle d activité mer avec notamment la création d un escalier en élévation, en encorbellement sur la paroi de la falaise qui a fait l objet de propositions d aménagement par le bureau d études Géolithe. A travers sa ligne budgétaire d appui aux administrations, le BRGM Bretagne a été sollicité par la Direction Départementale des Territoires et de la Mer du Morbihan pour donner un avis sur ce projet d aménagement ainsi que sur la stabilité de la falaise ayant notamment fait l objet de deux éboulements : l un en 2010 et un second, quelques semaines avant notre visite. Diagnostic du BRGM : De manière globale, les volumes d éboulement rocheux constatés sur le site semblent limités à quelques mètres cubes avec des volumes unitaires inférieurs à 0,5 m 3. Les glissements associés au démantèlement progressif de la tête de falaise (plus altérée) peut engendrer des volumes plus conséquents (jusque 20 à 30 m3) pouvant impacter les enjeux situés en contrebas (cas de 2010). Compte tenu de la fracturation du massif rocheux, de la présence de niveaux altérés sur une partie de la falaise et de circulations d eaux superficielles et souterraines mal maitrisées, l aléa «mouvement de terrain» au sens large, peut être considéré comme fort pour l ensemble du linéaire de falaise pour des volumes faibles (quelques mètres cubes pour des éboulements rocheux de falaise et quelques dizaines pour des glissements dans les altérites). Cette analyse valide le diagnostic général de Geolithe (aléa qualifié de «important» à «très important»). Le secteur 1 défini par le bureau d étude, montre cependant un degré d altération plus faible que le reste du linéaire et des épaisseurs d altérites en surface moins importante limitant a priori les volumes de glissement superficiels potentiels. 3 BRGM/RP FR

4 Recommandations du BRGM : La mise en sécurité devra respecter les préconisations du bureau d études, avec au préalable une validation du pré-diagnostic réalisé et du dimensionnement des ouvrages après débroussaillage de la falaise. Sous cette réserve, les travaux de mise en sécurité comprendront notamment : - la mise en œuvre de grillage plaqué sur toute la hauteur de falaise après débroussaillage et abattage sur toute la hauteur de la falaise ; - la purge manuelle préalable des masses instables identifiées en parement et la fixation des masses les plus importantes (supérieures à ce que peut supporter le grillage), en surplomb ou présentant des évidences d ouverture et ne pouvant pas être déroctées (purgées). Une solution de traitement des zones de glissement superficiel sera à prévoir en complément des travaux préconisés (reprofilage mécanique de la tête de falaise notamment). Dans tous les cas, les travaux devront prendre en compte la gestion des eaux superficielles qui fait défaut dans l étude Geolithe. Du point de vue de la géologie du site et des contraintes géotechniques associées, l implantation de l escalier suivant le choix 1 (secteur 1) semble être le mieux adapté que le choix 2 (secteur 2). Une troisième solution pourrait également sans doute être envisagée en valorisant l existence d une tranchée existante, large de 3 à 4 m à l Est du secteur 1, et aboutissant au-dessus de ce secteur. Cette tranchée pourra servir pour l évacuation des eaux de ruissellement en provenance du sommet de la falaise. 4 BRGM/RP FR

5 Sommaire 1. Contexte Description du projet LOCALISATION ET PRESENTATION EVALUTION DE L ALEA MOUVEMENT DE TERRAIN SUR LA FALAISE PAR LE BUREAU D ETUDES LE PROJET PROPOSE PAR LE BUREAU D ETUDES : PARADES ET AMENAGEMENTS Protection des enjeux en pieds de falaise : Aménagement d un escalier Constat Etat des lieux CONTEXTE GEOMORPHO-GEOLOGIQUE ET HYDROGEOLOGIQUE OBSERVATIONS DE TERRAIN CONSTAT SUR FALAISE Secteur Secteur Secteur Diagnostic SUR L ALEA MOUVEMENT DE TERRAIN SUR LE PROJET Avis / Recommandations BRGM/RP FR

6 Liste des illustrations Illustration 1 : Localisation de la commune de Groix,de Port-Tudy et de la falaise sud (longeant le Quai Suet) (source Inforterre.brgm.fr)... 8 Illustration 2 : Falaise bordant l Île-de-Groix, entre 10 et 20 m de hauteur (source brgm)... 8 Illustration 3 : Extrait de la carte IGN au 1/25 000, de Port-Tudy et localisation de la falaise (source infoterre.brgm.fr)... 8 Illustration 4 : Découpe en trois secteurs par le bureau d études de la falaise sud de Port-Tudy (source Document 1 : Géolithe)... 9 Illustration 5 : Fracturation de la falaise au sud du Port-Tudy (source Document 1 : Géolithe) Illustration 6 : Synthèse de l aléa de départ sur la falaise au sud de Port-Tudy (source Document 1 : Géolithe) Illustration 7 : Schéma d implantation des principales parades (Geolithe) et illustration sur photo (brgm en haut) Illustration 8 : Extrait de la carte géologique au 1/ de Port-Tudy (feuille Ile-de-Groix) Illustration 9 : Vue Est-Ouest de la falaise nord de Port-Tudy, la partie Est, est moins altérée (Horizon fissuré) que la partie Ouest (horizon fissuré + base des altérites meubles : les isaltérites) Illustration 12 : Carte des observations faîtes autours de la falaise sud de Port-Tudy (56) Illustration 11 : Discontinuités observées au niveau du secteur Illustration 14 : vue vers le sud de Port-Tudy et de la falaise sud du port : En haut, secteur 2 partie Est et en bas, secteur 2, partie Ouest Illustration 15 : Fracturation dans le secteur 2 : à gauche, à l Ouest, à droite, à l Est Illustration 16 : Loupes de glissements (Station n 8) du secteur 2 Ouest Illustration 17 : Exutoire d eaux superficielles (soulignés par la végétation sur le quai) dans le secteur 2 Ouest Illustration 18 : Haut: falaise secteur 3 et Bas : Photographies de l éboulement rocheux de 2010 (source : commune de Ile-de-Groix) Illustration 19 : Fracturation dans le secteur BRGM/RP FR

7 1. Contexte A travers sa ligne budgétaire d appui aux administrations, le BRGM Bretagne a été sollicité par la Direction Départementale des Territoires et de la Mer du Morbihan (DDTM), afin de donner un avis sur le projet d aménagement de la falaise sud de Port-Tudy, longeant le Quai Suet, sur la commune de l Île-de-Groix, ainsi que sur sa stabilité. Au pied de celle-ci, la commune de l Île-de-Groix envisage la création d un pôle d activité mer et la création d un escalier en élévation, en encorbellement sur la paroi de la falaise. Le bureau d études Géolithe établi un diagnostic géotechnique du site et a proposé deux choix possibles pour l implantation de cet escalier. L avis du BRGM porte sur la stabilité de la falaise et son aménagement au regard de ce qui est proposé par le bureau d études et de sa visite sur le terrain du 12/02/2013. A notre connaissance deux évènements récents au moins se sont produits sur la falaise sud du Port-Tudy (longeant la Quai Suet). Le premier aurait eu lieu en 2010 sans que le BRGM n ait d autres précisions et un second aurait eu lieu quelques semaines avant notre visite du 12/02/013. Les documents qui ont été transmis au BRGM sont : - le rapport du bureau d études Géolithe (rapport I1) : Île-de-Groix (56), Falaise amont du pôle d activité mer, Protection contre les éboulements rocheux : diagnostic/faisabilité géotechnique (document 1), - Courrier de M. le Maire de l Île-de-Groix à la DDTM du Morbihan, d acceptation de l avis du BRGM, accompagné des photos de l éboulement de 2010 (document 2), 2. Description du projet 2.1 LOCALISATION ET PRESENTATION La commune de l Île-de-Groix correspond à elle seule, à une île du Morbihan, située à quelques kilomètres (5 à 7 kms) du continent face à Lorient (illustration 1). Le Port-Tudy correspond au port du bourg de Groix qui est situé sur la partie nord de l île, abrité des agents météo-marins venant du sud de l océan Atlantique. Le Port-Tudy correspond à l embouchure d un petit cours d eau côtier entièrement anthropisé, dont le cours arrive vers la mer suivant un vallon avec une orientation proche du Nord-Sud (illustration 2). L île-de-groix, correspond à un plateau avoisinant les 40 m d altitude NGF, et est bordé par une falaise légèrement incliné vers la mer depuis la côte 30 m NGF. La terminaison du plateau se manifeste par un à-pic vertical de hauteur comprise entre 10 et 20 m (illustration 2). 7 BRGM/RP FR

8 Illustration 1 : Localisation de la commune de Groix,de Port-Tudy et de la falaise sud (longeant le Quai Suet) (source Inforterre.brgm.fr) Illustration 2 : Falaise bordant l Île-de-Groix, entre 10 et 20 m de hauteur (source brgm) Illustration 3 : Extrait de la carte IGN au 1/25 000, de Port-Tudy et localisation de la falaise (source infoterre.brgm.fr) 8 BRGM/RP FR

9 Le bureau d études Géolithe, mandaté par la commune de l Île-de-Groix, a réalisé le 26/04/2012, une étude contenant (document 1): Mission de type G5 G12 au sens des missions géotechniques NFP Une inspection de la falaise, - Le relevé des caractéristiques et la géométrie de la falaise, - L identification et la caractérisation des instabilités potentielles, - Un diagnostic de stabilité de la falaise, - Des propositions de parades - Un pré-dimensionnement des ouvrages - Et une estimation financière. Mission de type G11 - Etude préliminaire de site préalable à la réalisation en pied de falaise, du pôle activité mer sur le Port-Tudy, et en amont à la réalisation d un escalier en élévation (en encorbellement) sur la paroi de la falaise. 2.2 EVALUTION DE L ALEA MOUVEMENT DE TERRAIN SUR LA FALAISE PAR LE BUREAU D ETUDES Le bureau d études a découpé la falaise en trois secteurs : le secteur 1 à l est, le secteur 2 au centre et le secteur 3 à l ouest. Les secteurs 1 et 2 ont le même linéaire d environ 80 m chacun alors que le linéaire du secteur 3 est d une cinquantaine de mètres (illustration 4). Illustration 4 : Découpe en trois secteurs par le bureau d études de la falaise sud de Port-Tudy (source Document 1 : Géolithe) 9 BRGM/RP FR

10 Chaque secteur a ensuite été compartimenté en trois compartiments pour le secteur 1, trois pour le secteur 2 et enfin 2 compartiments pour le secteur 3 (illustration 4). Pour chaque secteur comme chaque compartiment, le bureau d études a détaillé la géomorphologie, la végétation, le niveau d altération des roches pour chaque tronçon de falaise. Les particularités par secteur et compartiment sont celles-ci : - Secteur 1 (falaise de hauteur d environ 17 m) : o o Compartiment 1 : La falaise est verticale (avec une orientation N070), les roches peu altérées et pas de traces de mouvements de terrain ; Compartiment 2 : Existence d une cavité de 2.5 m de haut, 1.5 m de profondeur et 7 m de long et Compartiment 3 : existence d une colonne de roche déstructurée, avec surplomb et traces de mouvements de terrain (glissements et éboulements) - Secteur 2 (falaise de hauteur d environ 17 m) : o o o Compartiment 1 : La falaise est moins pentée (avec une orientation N095), les roches altérées à très altérées et présence de sols meubles en crête avec traces de mouvements de terrain et blocs en surplomb ; Compartiment 2 : La falaise à l allure d un versant à deux pentes d orientation différente. Roches altérées et sols meubles de 6 m d épaisseur en crête et Compartiment 3 : les roches sont très altérées (elles s effritent à la main). - Secteur 3 : (falaise d une dizaine de mètres de hauteur environ, avec une orientation N070) et verticale. o o Compartiment 1 : La falaise est vive avec de nombreuses traces de mouvements de terrain (éboulement et blocs fracturés) Compartiment 2 : Présence de petits blocs fracturés. La fracturation de la falaise, est donnée dans le rapport du bureau en amont des descriptions détaillées synthétisées ci-dessus, quatre familles de discontinuités sont observées (illustration 5). Illustration 5 : Fracturation de la falaise au sud du Port-Tudy (source Document 1 : Géolithe) Ainsi à partir des observations de terrain, de l analyse de la fracturation, le bureau d études a déterminé l aléa de départ de mouvement de terrain sur la falaise incluant la probabilité et les délais d écroulement (grille de référence dans le rapport du bureau d études p14). 10 BRGM/RP FR

11 Cet aléa de départ est synthétisé dans le tableau qui suit (illustration 6): Secteur Niveau d aléa de départ Délais Types de mouvements de terrain 1 Important Très court terme Pierres, blocs, glissement de surface et masses 2 Modéré à important Très court terme Pierres, blocs et glissement de surface 3 Très important Très court terme Pierres, blocs et glissement de surface Illustration 6 : Synthèse de l aléa de départ sur la falaise au sud de Port-Tudy (source Document 1 : Géolithe) D un point de vue de l hydrogéologie du site, le bureau d études n a pas signalé de présence d eau sur la falaise. 2.3 LE PROJET PROPOSE PAR LE BUREAU D ETUDES : PARADES ET AMENAGEMENTS Sur la base des observations et de l évaluation de l aléa mouvement de terrain, réalisé par le bureau d études, celui-ci a proposé (1) la combinaison de parades passives et actives, les a prédimensionnées et a proposé (2) deux secteurs au choix pour la pose d un escalier en élévation, sur la falaise Protection des enjeux en pieds de falaise : - Parade passive : o Par grillage plaqué en falaise (sur toute la hauteur de falaise), - Parades actives : o o o o o Purge et micro-déroctage (purges des amas de pierres et matériaux déstructurés par la végétation), Clouage systématique des masses instables la capacité du grillage, Butée en béton armé, clouée pour recréer le pied et le soutènement des masses cavées en pied de falaise, Et enfin, un enlèvement des lierres et arbres à fortes racines, et un débroussaillage général. Pour la protection des enjeux en crête de falaise : La limitation d accès en crête de falaise est préconisée par le bureau d études par la mise en place d une barrière végétale ou d une clôture Aménagement d un escalier Le bureau d études propose deux choix de pose d un escalier en élévation (en encorbellement) : - secteur 1 à cheval sur les compartiments 1 et 2 ; - secteur 2 à cheval sur les compartiments 2 et BRGM/RP FR

12 Illustration 7 : Schéma d implantation des principales parades (Geolithe) et illustration sur photo (brgm en haut) Le contexte de ces 2 secteurs est décrit par Geolithe comme suit : (1) pour le secteur 1, et notamment le Compartiment 1, que la falaise verticale était composée de roches peu altérées et pas de traces de mouvements de terrain et que sur le Compartiment 2, il existait une cavité de 2.5 m de haut, 1.5 m de profondeur et 7 m de long. (2) et que pour le secteur 2, sur le Compartiment 2, la falaise avait l allure d un versant à deux pentes d orientation différente, avec des roches altérées et sols meubles sur 6 m d épaisseur en crête, et que le Compartiment 3 était composé de roches très altérées (elles s effritent à la main). 12 BRGM/RP FR

13 3. Constat Etat des lieux 3.1 CONTEXTE GEOMORPHO-GEOLOGIQUE ET HYDROGEOLOGIQUE Géologie : Illustration 8 : Extrait de la carte géologique au 1/ de Port-Tudy (feuille Ile-de-Groix) Le substratum de Port-Tudy sur la commune de l Ile-de-Groix est composé d une alternance de micaschistes et de gneiss albitiques, contenant du quartz, des micas blancs, de l albite, des grenats, des chloritoïdes et plus ou moins de la biotite et du stilpnomélane (en beige fort sur l illustration 8), dans lesquels il est possible d apercevoir des intercalations vertes d amphibolites à amphiboles bleu-vert notamment, grenat, épidote et albite (en vert fort sur l illustration 8). L âge de ces deux formations est indéterminé. Comme c était mentionné dans le premier paragraphe, le Port-Tudy est situé à l exutoire d un petit cours d eau côtier, souligné géologiquement par la présence de colluvions de fond de vallons, d âge Holocène (en beige clair sur l illustration 8) Le secteur est recoupé par plusieurs accidents tectoniques de direction proche du Nord-Sud, et des directions autour du N045. Les micaschistes et les gneiss, d après la carte géologique (illustration 8), ont pour orientation de leur foliation (de leurs plans principaux) une N080 et pendent vers le Nord de 25 à 30. Géomorphologie : L île-de-groix, correspondant à un plateau avoisinant les 40 m d altitude NGF, est bordé par une falaise légèrement incliné vers la mer depuis la côte 30 m NGF pour venir finir brutalement et verticalement avec un abrupt de 10 à 20 m de hauteur (illustration 2). Cette falaise est installée dans la partie basse du profil d altération, composé par des roches fissurées (fractures soulignées par des plans oxydés). Hydrologie et hydrogéologie : Dans ces formations géologiques de socle, l aquifère dit de socle est constitué de deux niveaux superposés et connectés du profil d altération. Les roches transformées en arènes, limons ou argiles d altération : les altérites dites «meubles» surmontant l horizon fissuré. 13 BRGM/RP FR

14 Ces deux niveaux sont interdépendants, n ont pas les mêmes caractéristiques hydrodynamiques avec la roche altérée plutôt capacitive alors que l horizon fissuré est plus transmissif. Les fractures tectoniques peuvent en plus à cet horizon aquifère, augmentées localement le caractère transmissif en jouant le rôle de drain. Le Port-Tudy est contenu (1) dans cet horizon fissuré, ce qui explique en partie les phénomènes de chutes de blocs et d éboulement mais sur la partie ouest dans (2) l horizon fissurée surmonté de ses altérites. Est Ouest Illustration 9 : Vue Est-Ouest de la falaise nord de Port-Tudy, la partie Est, est moins altérée (Horizon fissuré) que la partie Ouest (horizon fissuré + base des altérites meubles : les isaltérites). 3.2 OBSERVATIONS DE TERRAIN CONSTAT SUR FALAISE Les observations de terrain décrites ci-dessous, sont celles réalisées le 12 février points d observation ont été faits sur le secteur de la falaise sud de Port-Tudy (illustration 12) en s appuyant sur les 3 secteurs délimités par Geolithe. Il est à noter que la végétation masque une grande partie des affleurements de la falaise. Le diagnostic réalisé nécessitera une validation suite au débroussaillage de la falaise. En effet, la végétation dense peut masquer des zones décomprimées ou des variations locales de faciès qui peuvent influer sur l adaptation des parades proposées. L illustration 12 rassemble les observations réalisées (stations) notamment en matière : - D évènementiel (éboulements constatés ou relatés) ayant intéressé le site ; - Circulation des eaux superficielles et souterraines. On note en particulier la récurrence relative des évènements «mouvements de terrain» le long de la falaise (au moins 4 évènements le long de la falaise entre 2010 et 2013). 14 BRGM/RP FR

15 Illustration 10 : Carte des observations faîtes autours de la falaise sud de Port-Tudy (56) Secteur 1 Aux stations n 4 et n 7, un mouvement de terrain de type chute de blocs, récent (nov. ou déc communication orale) était encore visible. Illustration 11 : Vue vers le sud de la partie Est de la falaise du sud de Port-Tudy : secteur 1 Lithologie : La roche présente est un micaschiste, altéré mais très compétent. La roche se situe l horizon fissuré du profil d altération, sur toute la hauteur de la falaise. La fracturation principale productrice d éléments susceptibles de tomber, est pour cette falaise orientée N070 90, un réseau de deux familles de fractures auxquelles peuvent s ajouter des plans conjugués. - Famille F1 : N165 65W avec des plans conjugués F1 N W - Famille F2 : N090 75N. 15 BRGM/RP FR

16 - La roche possède une discontinuité interne, constituée par la foliation principale ici subhorizontale : notée Sn. Ces trois familles de discontinuités peuvent créer des dièdres de 0.5 à 1 m3 (illustration 11) ou même générer des glissements plans suivant F2 (illustration 13). Mouvement de terrain : Illustration 12 : Discontinuités observées au niveau du secteur 1 On relève au moins un éboulement (2013) de volume total 2-3 m 3 (volume unitaire des blocs de 0.3 m 3 en moyenne). La zone de départ se situe dans la falaise ici verticale et avoisinant les 15 m, à environ 5/6 m de hauteur, à partir d un léger surplomb. En raison du fort couvert végétal les 2/3 sont couverts (illustration 10), d autres mouvements n ont pas pu être observés plus précisément, notamment ceux décrits par le bureau d études (illustration 13). Hydrologie-hydrogéologie : La falaise à cet endroit était extrêmement humide alors qu il ne pleuvait pas lors de la visite. Les eaux semblent être des eaux superficielles en provenance du sommet de la falaise et qui ruisselaient sur l ensemble de la paroi (illustration 13). 16 BRGM/RP FR

17 Illustration 13 : Chutes de blocs, faille importante N175 75W et ruissellements sur la paroi dans le secteur 1 Végétations-Urbanisation : La falaise dans ce secteur est fortement végétalisée, avec des arbustes développant de puissantes racines ancrées dans les fractures et autres discontinuités (illustration 13) Secteur 2 La falaise est moins pentée comme le notait le bureau d études, avec une inclinaison d environ 80 vers le Nord. Ce secteur peut être décomposé en deux sous-secteurs l un Est au niveau de l ancienne station-service (illustration 14) et l autre Ouest avec des enjeux directement en pied de falaise. Comme pour le secteur 1, la falaise est fortement végétalisée empêchant un diagnostic des plus précis. 17 BRGM/RP FR

18 Illustration 14 : vue vers le sud de Port-Tudy et de la falaise sud du port : En haut, secteur 2 partie Est et en bas, secteur 2, partie Ouest Lithologie : Les mêmes lithologies que précédemment ont été rencontrées sur ce secteur. Sur la partie Ouest, la formation géologique de micaschistes semble être plus altérée, mais dans laquelle les structures primaires de la roche sont encore visibles. Dans la partie Est de ce secteur 2 (station 2): la fracturation est composée des mêmes familles de plans que dans le secteur 1 avec : 18 BRGM/RP FR

19 - Famille F1 : N175 85E - Famille F2 : N090 80N - Plus une discontinuité correspondant à la foliation principale des micaschistes et orientée N065 45N. Cette dernière discontinuité étant légèrement plus pentée que précédemment, peut favoriser la formation de glissements plans suivant. La genèse de dièdres, comme sur le secteur 1 peut se produire suivant F1/F2 (illustration 15). Dans la partie Ouest (station 1), la fracturation est légèrement différente avec : - Famille F1 : N175 85W - Famille F2 : N060 70N - Plus une discontinuité correspondant à la foliation principale des micaschistes et orientée N070 25N. Dans cette partie du secteur 2, l orientation de la falaise est elle aussi légèrement différente et orientée N100 80N (illustration 14). F1 OUEST EST Mouvement de terrain : Illustration 15 : Fracturation dans le secteur 2 : à gauche, à l Ouest, à droite, à l Est. De nombreux blocs de 0.2 à 0.3 m3 sont observables sur le sol dans le secteur 2 Est, ainsi que de nombreuses traces de mouvements de terrain sur la partie supérieure de la falaise (illustration 14 en haut). Dans la partie Ouest de ce secteur 2 (au niveau de la station n 8 sur l illustration 12), des loupes de glissements de terrain sont observables (illustration 16). Ces loupes sont au nombre d au moins deux, avec pour dimension : 3 à 4 m de largeur, 2 à 3 m de profondeur sur autant en hauteur. La couvert végétal empêchant d avoir une vision claire, il semblerait que ces loupes de glissement soient situées dans des formations superficielles de type «altérite». 19 BRGM/RP FR

20 Hydrologie-hydrogéologie : Illustration 16 : Loupes de glissements (Station n 8) du secteur 2 Ouest Deux sorties d eau étaient observables sur ce secteur 2, surtout sur la partie ouest. Alors qu il ne pleuvait pas lors de la visite, un exutoire ancien (constitué de pavés), traversant la chaussée du Port-Tudy en pied de falaise, était encore actif (illustration 17). Illustration 17 : Exutoire d eaux superficielles (soulignés par la végétation sur le quai) dans le secteur 2 Ouest 20 BRGM/RP FR

21 Cet exutoire est certainement l exutoire des eaux drainées naturellement dans la falaise par la fracturation, et qui ressortent au niveau du Port. En arrière des entreprises de ce secteur 2 (illustration 17), une mare était observable en pied de falaise. Végétation-Urbanisation : Comme pour le secteur 1, la falaise est très végétalisée ce qui limite l analyse. Les entreprises sont très proches du pied de falaise avec par endroit, certainement d anciens éboulis en contact avec la base des murs de ces entreprises. Secteur 3 L approche est quasi impossible sans l accès à partir des entreprises situées en pied de falaise. La falaise a une orientation N070 et comme pour le secteur 1 est subverticale (illustration 12). Face à la station n 11, un éboulement rocheux s est produit en 2010, créant des dégâts dans la remise de l une des entreprises (illustration 18). Illustration 18 : Haut: falaise secteur 3 et Bas : Photographies de l éboulement rocheux de 2010 (source : commune de Ile-de-Groix) 21 BRGM/RP FR

22 Lithologie : Les lithologies semblent être identiques à celles des deux autres secteurs de la falaise, mais ici nettement plus altérées (des traces de grattage mécanique sont nettement visibles usr les parements accessibles de la zone illustration 19). Il a été possible d avoir plus de précision sur les lithologies présentes et sur la fracturation, à la station n 9. La fracturation est composée des mêmes familles de plans que dans les autres secteurs avec : - Famille F1 : N170 45/50E - Famille F2 : N090 90N - Plus une discontinuité correspondant à la foliation principale des micaschistes et orientée N165 10/15N. Cette dernière discontinuité est moins pentée que précédemment et change d orientation, (illustration 19). Les fractures de la famille F2, sont ouvertes avec des ouvertures de 3 à 4 cm. F1/F3/Sn peuvent individualiser des éléments de la taille du bloc de 0.5 m 3. F2 F1 Sn Mouvement de terrain : Illustration 19 : Fracturation dans le secteur 3 Outre les mouvements de terrain survenu en 2010, malgré une falaise moins haute, la tête de cette falaise est vive. Cette activité est certainement la conséquence de l altération plus importante des roches (illustration 18 en haut). Les enjeux comme pour la partie ouest du secteur 2 sont directement en pied de falaise directement exposés à l aléa engendrant un risque fort en cas de chute de blocs / éboulement. Hydrologie-hydrogéologie : Nous n avons pas observé de présence d eaux significatives sur cette partie de la falaise. Le sommet est cependant anthropisé ce qui en cas de fuite de réseaux d eau (EU ou EP) pourrait entrainer des désordres. Végétation : Comme pour les deux autres secteurs, la falaise est très végétalisée sur au moins 1/3 de sa hauteur. 22 BRGM/RP FR

23 4. Diagnostic 4.1 SUR L ALEA MOUVEMENT DE TERRAIN De manière globale, les volumes d éboulement rocheux semblent limités à quelques mètres cubes avec des volumes unitaires inférieurs à 0,5 m 3. Les glissements associés au démantèlement progressif de la tête de falaise (plus altérée) peut engendrer des volumes plus conséquents (jusque 20 à 30 m3) pouvant impacter les enjeux situés en contrebas (cas de 2010). Sur le secteur 1, l aléa «chute de blocs / éboulement rocheux» est fort en raison : - du ruissellement des eaux superficielles, - de la verticalité de la falaise et des surplombs, - de sa végétalisation (forts systèmes racinaires), - et de sa fracturation pouvant générer des dièdres instables (comme l évènement observé lors de la visite). La verticalité de la falaise limite la propagation vers l aval limitant ainsi le niveau de risque pour les enjeux exposés. A noter qu en comparaison des deux autres secteurs, la roche est ici moins altérée. Sur le secteur 2, l aléa «chute de blocs / éboulement rocheux» est fort en raison : - de la présence d eau en pied de falaise (présence possible de sources liées à la fracturation du massif rocheux), - de la présence de nombreux mouvements de terrain en tête notamment, - de sa végétalisation (cf. ci-dessus), - et de sa fracturation pouvant générer des dièdres plus instables que sur le secteur 1, - mais aussi par l épaisseur en tête de lithologies meubles (autochtones : altérites ou allochtones : dépôts de pente), ayant générer des glissements en tête comme ceux observés. A ce jour, le risque sur le secteur est moyen à faible en raison de l absence d enjeux permanent en partie Est. A terme avec le projet d aménagement le niveau de risque serait fort sur l ensemble du tracé. A noter que la géométrie légèrement incliné de la falaise favorise la propagation des blocs au-delà du pied de de falaise. Enfin sur le secteur 3, l aléa «chute de blocs / éboulement rocheux» est aussi fort en raison : - de la verticalité de la falaise, - la présence de traces de mouvements de terrain en tête notamment, - de sa végétalisation, - et de sa fracturation pouvant générer des dièdres plus instables, - mais aussi de son degré d altération (isaltérites meubles) pouvant générer des glissements en tête. 23 BRGM/RP FR

24 Cependant, la falaise est ici moins haute mais les enjeux sont immédiatement situés en pied de falaise. Et immédiatement au-dessus de celle-ci, il existe un mur de pierres sèches et la présence d habitation qui rendront sa mise en sécurité délicate. Compte tenu de l analyse tectonique de la falaise, de l étude du bureau d études et de l histoire géologique du Massif armoricain, la fracturation N150 semble avoir fait descendre sur la partie Ouest, le profil d altération ce qui expliquerai que celle-ci soit plus altérée à l Ouest qu à l Est. En synthèse, l aléa «mouvement de terrain» au sens large, peut être considéré comme fort pour les trois secteurs pour des volumes faibles (quelques mètres cubes pour des éboulements rocheux de falaise et quelques dizaines pour des glissements dans les altérites). Cette analyse valide le diagnostic général de Geolithe (aléa important à très important). En dépit de ces constats, une modulation serait néanmoins à apporter sur cette analyse pour le secteur 1 puisque d une part, le faible degré d altération de la falaise confère une stabilité de «dièdres» moins critique que sur les autres secteurs, et que d autre part l épaisseur d altérites plus faible limite a priori les volumes de glissement superficiels potentiels. 4.2 SUR LE PROJET Deux choix de mise en place d un escalier en élévation sur la falaise, pour son aménagement, ont été proposés par le bureau d études (illustration7). La première proposition est située sur le secteur 1 à cheval sur les compartiments 1 et 2 alors que la seconde proposition est située sur le secteur 2 à cheval sur les compartiments 2 et 3 (illustration7). Compte tenu du degré d altération de la falaise sur ce secteur 1, moindre que sur les autres secteurs, l implantation de l escalier sur le secteur 1, semble être le choix le mieux adapté pour l aménagement de la falaise. Cependant, lors de la visite de terrain, alors que la journée n était pas une journée pluvieuse, des ruissellements importants étaient observables sur la falaise qui était humide sur toute sa partie observable c est-à-dire sur sa partie basse. 5. Avis / Recommandations La mise en sécurité devra respecter les préconisations du bureau d études, avec au préalable une validation du pré-diagnostic et du dimensionnement des ouvrages après débroussaillage de la falaise. Les travaux de mise en sécurité comprendront notamment et a priori : - la mise en œuvre de grillage plaqué sur toute la hauteur de falaise après débroussaillage et abattage sur toute la hauteur de la falaise ; - et la purge manuelle préalable des masses instables identifiées en parement et la fixation des masses les plus importantes (supérieures à ce que peut supporter le grillage), en surplomb ou présentant des évidences d ouverture et ne pouvant pas être déroctées (purgées). Une solution de traitement des zones de glissement superficiel sera à prévoir en complément des travaux préconisés (reprofilage mécanique de la tête de falaise notamment). Dans tous les cas, les travaux devront prendre en compte la gestion des eaux superficielles qui fait défaut dans l étude Geolithe : 24 BRGM/RP FR

25 - Sur le secteur 2, les eaux observées en pied de falaise et dont il existe un caniveau en matériau traditionnel (illustration 17), peuvent correspondre à des sources liées à la fracturation du massif rocheux. Ces eaux devront être canalisées et évacuées vers le port afin qu elles ne s accumulent pas en pied de falaise ce qui auraient pour effet d accentuer les mouvements de terrain et l altération de la falaise. - Sur les secteurs 1 et 2, les eaux superficielles en provenance de la colline au-dessus de la falaise devront être canalisée et évacuées par des descentes aménagées. Du point de vue de la géologie du site et des contraintes géotechniques associées, l implantation de l escalier suivant le choix 1 (secteur 1) semble être le mieux adapté que le choix 2 (secteur 2). Une troisième solution pourrait également sans doute être envisagée, solution peut-être moins onéreuse en investissement et en entretien dans ce contexte de falaise littorale soumise de fait aux aléas naturels. Il pourrait s agir de la création d un escalier utilisant une saignée ou tranchée existante, large de 3 à 4 m à l Est du secteur 1, et aboutissant au-dessus du secteur 1 (illustration 12 à l Est de la station 3). Cette saignée ou tranchée dont l origine pourrait être liée à des aménagements datant de seconde guerre mondiale, pourrait aussi servir de descente à aménager pour l évacuation des eaux de ruissellement en provenance de la partie supérieure de la falaise (illustration 12). 25 BRGM/RP FR

26 Centre scientifique et technique 3, avenue Claude-Guillemin BP Orléans Cedex 2 - France Tel Direction régionale Bretagne 2, rue de Jouanet Rennes France Tél

Rapport d expertise :

Rapport d expertise : Rapport d expertise : Saint-Ferjeux (25) Découverte d une cavité karstique sur un site RTE BRGM/RP-61330-FR janvier 2011 Cadre de l expertise : Appuis aux administrations Appuis à la police de l eau Date

Plus en détail

Rapport d expertise :

Rapport d expertise : Rapport d expertise : Cadre de l expertise : Avis sur le dimensionnement d ouvrages hydrauliques au droit du collège de Bandrélé BRGM/RP-61292-FR Juin, 2012 Appuis aux administrations Appuis à la police

Plus en détail

Rapport d expertise :

Rapport d expertise : Rapport d expertise : Avis hydrogéologique suite aux inondations par remontée de nappe dans le cadre d une demande de reconnaissance de l état de catastrophe naturelle sur la commune de Plouédern (29)

Plus en détail

RELEVE D ETAT DU PONT DES GRANDS-CRÊTS. On a procédé une auscultation visuelle entre le 23 et le 29 mars 2007.

RELEVE D ETAT DU PONT DES GRANDS-CRÊTS. On a procédé une auscultation visuelle entre le 23 et le 29 mars 2007. RELEVE D ETAT DU PONT DES GRANDS-CRÊTS On a procédé une auscultation visuelle entre le 23 et le 29 mars 2007. Pour mieux comprendre les résultats ici une petit plan où il y a signalées les différentes

Plus en détail

CUBE DIAGNOSTIC STRUCTUREL BATIMENT N 33 MESURES CONSERVATOIRES ZAC BASTIDE NIEL / BORDEAUX. Bordeaux, le 13 fevrier 2012

CUBE DIAGNOSTIC STRUCTUREL BATIMENT N 33 MESURES CONSERVATOIRES ZAC BASTIDE NIEL / BORDEAUX. Bordeaux, le 13 fevrier 2012 Bordeaux, le 13 fevrier 2012 DIAGNOSTIC STRUCTUREL BATIMENT N 33 MESURES CONSERVATOIRES ZAC BASTIDE NIEL / BORDEAUX INDEX DATE MODIFICATIONS Resposable 0 10/11/2010 1 er document Oscar BAUZA A 13/02/2012

Plus en détail

Création d un site internet sur les eaux souterraines en Ile-de-France

Création d un site internet sur les eaux souterraines en Ile-de-France Création d un site internet sur les eaux souterraines en Ile-de-France Rapport final BRGM/RP-53826-FR Mars 2005 Création d un site internet sur les eaux souterraines en Ile-de-France Rapport final BRGM/RP-53826-FR

Plus en détail

OUTILS D AIDE A LA REALISATION D INVENTAIRES LOCAUX DE ZONES HUMIDES

OUTILS D AIDE A LA REALISATION D INVENTAIRES LOCAUX DE ZONES HUMIDES OUTILS D AIDE A LA REALISATION D INVENTAIRES LOCAUX DE ZONES HUMIDES Note d accompagnement OUTILS D AIDE A LA REALISATION D INVENTAIRES LOCAUX DE ZONES HUMIDES Note d accompagnement 1 Contexte et objectifs

Plus en détail

Fissuration sur une habitation située en sommet de falaise, parcelle G 80, Commune de Donville-les-Bains (Manche) Avis du Brgm.

Fissuration sur une habitation située en sommet de falaise, parcelle G 80, Commune de Donville-les-Bains (Manche) Avis du Brgm. Fissuration sur une habitation située en sommet de falaise, parcelle G 80, Commune de Donville-les-Bains (Manche) Avis du Brgm Rapport final BRGM/RP-56478-FR Juin 2008 Fissuration sur une habitation située

Plus en détail

DESSIN EN PERSPECTIVE.

DESSIN EN PERSPECTIVE. DESSIN EN PERSPECTIVE. Pour représenter le volume d un objet ou d une image dans un plan, on utilise la perspective. C'est l'art de représenter les objets en trois dimensions sur une surface à deux dimensions,

Plus en détail

Prévention et lutte contre les inondations. Appel à projets. Département du Finistère Gestion innovante des eaux de ruissellement

Prévention et lutte contre les inondations. Appel à projets. Département du Finistère Gestion innovante des eaux de ruissellement Prévention et lutte contre les inondations Appel à projets Département du Finistère Gestion innovante des eaux de ruissellement Pour une gestion innovante des eaux de ruissellement Le Conseil général s

Plus en détail

Etude d image et de satisfaction 2011 Synthèse des résultats

Etude d image et de satisfaction 2011 Synthèse des résultats Etude d image et de satisfaction 2011 Synthèse des résultats Description de l étude Depuis 10 ans, la CCI de Troyes et de l Aube s est résolument engagée dans une démarche de progrès, concrétisée par une

Plus en détail

Tempête XYNTHIA du 28 février 2010. Diagnostic des désordres sur les ouvrages en CHARENTE MARITIME (17) et GIRONDE (33)

Tempête XYNTHIA du 28 février 2010. Diagnostic des désordres sur les ouvrages en CHARENTE MARITIME (17) et GIRONDE (33) Tempête XYNTHIA du 28 février 2010 Diagnostic des désordres sur les ouvrages en CHARENTE MARITIME (17) et GIRONDE (33) CETE du Sud-Ouest Page 1/23 PLAN de l EXPOSE 1 - La localisation des dégâts à l aide

Plus en détail

Direction de l urbanisme et de l aménagement Service urbanisme et foncier Réaliser sa demande de comble et velux : les plans à fournir

Direction de l urbanisme et de l aménagement Service urbanisme et foncier Réaliser sa demande de comble et velux : les plans à fournir Direction de l urbanisme et de l aménagement Service urbanisme et foncier Réaliser sa demande de comble et velux : les plans à fournir Janvier 2013 Hôtel de Ville - 107 Avenue de la République 77 340 Pontault-Combault

Plus en détail

RENCONTRE TECHNIQUE SUR LA REPONSE SISMIQUE DES SOLS. Prise en compte effective et réglementaire des effets de site en Guadeloupe

RENCONTRE TECHNIQUE SUR LA REPONSE SISMIQUE DES SOLS. Prise en compte effective et réglementaire des effets de site en Guadeloupe RENCONTRE TECHNIQUE SUR LA REPONSE SISMIQUE DES SOLS Prise en compte effective et réglementaire des effets de site en Guadeloupe LES EFFETS DE SITE TOPOGRAPHIQUES Amplification des secousses provoquée

Plus en détail

C est, donc à la fois, un référentiel d apprentissage et de traçage

C est, donc à la fois, un référentiel d apprentissage et de traçage METHODE FEDERALE 1 PREAMBULE Cette méthode a pour objectifs : - de définir la formation du coureur d orientation, du débutant jusqu au coureur de haut niveau. - de définir des niveaux de compétences et

Plus en détail

Direction de l urbanisme et de l aménagement Service urbanisme et foncier Réaliser sa demande de surélévation : les plans à fournir

Direction de l urbanisme et de l aménagement Service urbanisme et foncier Réaliser sa demande de surélévation : les plans à fournir Direction de l urbanisme et de l aménagement Service urbanisme et foncier Réaliser sa demande de surélévation : les plans à fournir Janvier 2013 Hôtel de Ville - 107 Avenue de la République - 77340 Pontault-Combault

Plus en détail

Ancienne cabane d Orny, 2700 m Face S, Petite Fleur

Ancienne cabane d Orny, 2700 m Face S, Petite Fleur Ancienne cabane d Orny, 2700 m Face S, Petite Fleur Aux abords du sentier de montée à la cabane d Orny qui emprunte la combe d Orny (c est le cas de celui venant du haut du télésiège de La Breya), quelques

Plus en détail

SODEJE Assurances & Patrimoine

SODEJE Assurances & Patrimoine PROCEDURE DE TRAITEMENT DES RECLAMATIONS SARL SODEJE ASSURANCES ET PATRIMOINE Actualisée en date du 16/04/2015 SOMMAIRE : Introduction I- Définir une réclamation II- III- IV- Modalités de saisine du cabinet

Plus en détail

Le pierrier du Getzbach par Etienne Juvigné et Jean-Marie Groulard

Le pierrier du Getzbach par Etienne Juvigné et Jean-Marie Groulard 1 Le pierrier du Getzbach par Etienne Juvigné et Jean-Marie Groulard Remarques préliminaires 1..Une route forestière traverse le pierrier ; elle permet donc de l observer de part et d autre. Les personnes

Plus en détail

RAPPORT. Passage piétons souterrain. Gare SNCF de Clamart SERVICE HYGIENE ARCHITECTE CONSEIL MAIRIE DE CLAMART. NSE architecture

RAPPORT. Passage piétons souterrain. Gare SNCF de Clamart SERVICE HYGIENE ARCHITECTE CONSEIL MAIRIE DE CLAMART. NSE architecture MAIRIE DE CLAMART SERVICE HYGIENE NSE architecture ARCHITECTE CONSEIL Place Maurice GUNSBOURG Tél : 01-46-62-35-35 Fax : 01-46-62-35-68 Tél : 01.46.62.36.47 34 rue de TURIN 75008 PARIS Tél : 09 54 79 33

Plus en détail

Direction de l urbanisme et de l aménagement Service urbanisme et foncier Réaliser sa demande de garage : les plans à fournir

Direction de l urbanisme et de l aménagement Service urbanisme et foncier Réaliser sa demande de garage : les plans à fournir Direction de l urbanisme et de l aménagement Service urbanisme et foncier Réaliser sa demande de garage : les plans à fournir Janvier 2013 Hôtel de Ville - 107 Avenue de la République - 77 340 Pontault-Combault

Plus en détail

DECHARGEMENT ET CHARGEMENT MASSIF DES DONNEES

DECHARGEMENT ET CHARGEMENT MASSIF DES DONNEES DECHARGEMENT ET CHARGEMENT MASSIF DES DONNEES Les contenus de ce document sont la propriété exclusive de la société REVER. Ils ne sont transmis qu à titre d information et ne peuvent en aucun cas être

Plus en détail

CRENANS (39) Lieu-dit Coulouvre Avis sur la stabilité de la Montagne de la Fyète. Rapport final

CRENANS (39) Lieu-dit Coulouvre Avis sur la stabilité de la Montagne de la Fyète. Rapport final CRENANS (39) Lieu-dit Coulouvre Avis sur la stabilité de la Montagne de la Fyète Rapport final BRGM/RP-56670-FR Octobre 2008 CRENANS (39) Lieu-dit Coulouvre Avis sur la stabilité de la Montagne de la

Plus en détail

Gestion des ouvrages d art avec WebOA

Gestion des ouvrages d art avec WebOA Gestion des ouvrages d art avec WebOA Notre solution de gestion des ouvrages d arts repose sur 2 outils : IMAOA destiné à l administrateur, WebOA destiné aux utilisateurs. Nous présentons ici l interface

Plus en détail

Cahier des charges de l appel à contributions. L évolution de la politique Déchets de la Cub

Cahier des charges de l appel à contributions. L évolution de la politique Déchets de la Cub Politique Déchets de la CUB Cahier des charges de l appel à contributions - Vous êtes une association, un collectif ou un organisme partenaire des politiques communautaires; - Vous êtes intéressé par la

Plus en détail

Une participation volontaire des organismes de formation

Une participation volontaire des organismes de formation LES PRINCIPES CLES DE LA DEMARCHE QUALITATIVE D ACCUEIL EN FORMATION GUIDE METHODOLOGIQUE Une participation volontaire des organismes de formation Sur la base du volontariat et dans le cadre d un engagement

Plus en détail

EVOLUTIONS EXOGENES. REVER S.A. Belgique Tél : +32 71 20 71 61 http://www.rever.eu

EVOLUTIONS EXOGENES. REVER S.A. Belgique Tél : +32 71 20 71 61 http://www.rever.eu EVOLUTIONS EXOGENES Les contenus de ce document sont la propriété exclusive de la société REVER. Ils ne sont transmis qu à titre d information et ne peuvent en aucun cas être considérés comme un engagement

Plus en détail

Responsable grands comptes / comptes clés

Responsable grands comptes / comptes clés Responsable grands comptes / comptes clés DEFINITION DE FONCTION ET ETUDE DE REMUNERATIONS Le responsable grands comptes assure le suivi commercial des comptes clients ayant une importance stratégique

Plus en détail

PLAN DE PRÉVENTION DES RISQUES NATURELS PRÉVISIBLES LITTORAUX

PLAN DE PRÉVENTION DES RISQUES NATURELS PRÉVISIBLES LITTORAUX PLAN DE PRÉVENTION DES RISQUES NATURELS PRÉVISIBLES LITTORAUX de la Baie de Bourgneuf, NOTICE DE PRESENTATION Annexe n 6 Synthèse des hypothèses des scénarios de référence Enquête Publique Enquête publique

Plus en détail

L UTILISATION DE L INTERFACE DE MAINTENANCE ÉCLAIRAGE PUBLIC SOUS LATITUDE18.

L UTILISATION DE L INTERFACE DE MAINTENANCE ÉCLAIRAGE PUBLIC SOUS LATITUDE18. L UTILISATION DE L INTERFACE DE MAINTENANCE ÉCLAIRAGE PUBLIC SOUS LATITUDE18. Service Système d Information Géographique. Direction des Services Techniques. Introduction : Afin d améliorer le service apporté

Plus en détail

5 e. Sols et structures. Comment a-t-on construit ici? Habitat et ouvrages. FONDATION EFB SOLS ET STRUCTURES Page 1/22.

5 e. Sols et structures. Comment a-t-on construit ici? Habitat et ouvrages. FONDATION EFB SOLS ET STRUCTURES Page 1/22. Habitat et ouvrages Sols et structures Comment a-t-on construit ici? DOCUMENT PROFESSEUR 5 e novembre 2010 FONDATION EFB SOLS ET STRUCTURES Page 1/22 Mise en situation : Quelle remarque faites-vous en

Plus en détail

MARCHE PUBLIC DE SERVICE

MARCHE PUBLIC DE SERVICE MARCHE PUBLIC DE SERVICE CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES (C.C.T.P.) POUVOIR ADJUDICATEUR DEPARTEMENT DE LA CHARENTE OBJET DE LA CONSULTATION RÉALISATION D UNE MISSION DE DIAGNOSTIC SUR L ACCESSIBILITÉ

Plus en détail

FICHE DE SYNTHESE du rapport annuel 2013/2014

FICHE DE SYNTHESE du rapport annuel 2013/2014 FICHE DE SYNTHESE du rapport annuel 2013/2014 DU PORT DE CANET A L EMBOUCHURE DU BOURDIGOU CELLULE HYDRO-SEDIMENTAIRE N 7 (Du port de Canet à l embouchure du Bourdigou) COMMUNES sur la CELLULE : Canet-en-Roussillon

Plus en détail

C O N V E N T I O N ENTRE LES SOUSSIGNES :

C O N V E N T I O N ENTRE LES SOUSSIGNES : C O N V E N T I O N ENTRE LES SOUSSIGNES : La Ville de Nantes, représentée par Madame Fabienne PADOVANI, Adjointe au Maire, agissant en cette qualité en vertu d une délibération du Conseil Municipal en

Plus en détail

Document 1 : modélisation d un appareil photographique

Document 1 : modélisation d un appareil photographique PCSI1-Lycée Michelet 2014-2015 APPROCHE DOCUMENTAIRE : appareil photo numérique Extrait du programme : en comparant des images produites par un appareil photographique numérique, discuter l influence de

Plus en détail

Diag Up Export Spécifications

Diag Up Export Spécifications Diag Up Export Spécifications Présentation Diag Up est une plate forme logicielle qui permet d élaborer des modèles de diagnostic dans des domaines aussi variés que la qualité, la transmission d entreprises,

Plus en détail

POUR TOUTE INFORMATION

POUR TOUTE INFORMATION Installation d Assainissement Non Collectif Fiche de renseignements (à remplir recto/verso) Communauté de Communes du Pays Léonard, 29 rue des Carmes, B.P. 116, 29250 Saint Pol de Léon Téléphone : 02.98.69.10.44

Plus en détail

Méthode de tests MODE D EMPLOI POINTS IMPORTANTS

Méthode de tests MODE D EMPLOI POINTS IMPORTANTS Méthode de tests MODE D EMPLOI Cette première partie est destinée à ceux qui débutent en tests et permet une approche progressive et simple de la méthodologie des tests. L introduction vous aura permis

Plus en détail

Compétence 3 du socle commun de connaissances et de compétences : les principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique

Compétence 3 du socle commun de connaissances et de compétences : les principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique Fiche 6 : approche scientifique et technique, du projet à la réalisation par le plan Compétence 3 du socle commun de connaissances et de compétences : les principaux éléments de mathématiques et la culture

Plus en détail

Aide à l utilisation de

Aide à l utilisation de A C T I C E accompagnement à l usage des TICE année 2009-2010 Guide d usage Aide à l utilisation de livret 5b : les annuaires-catalogues Sommaire (version du 6 décembre 2010) Introduction... 3 1. Création

Plus en détail

Modifications de la TVA au 1 er janvier 2014 Sage 30 / 100 en version 16.XX

Modifications de la TVA au 1 er janvier 2014 Sage 30 / 100 en version 16.XX Modifications de la TVA au 1 er janvier 2014 Sage 30 / 100 en version 16.XX Table des matières 1. Contexte... 3 A. Sources d information à l origine de cette fiche technique :... 3 B. Modification des

Plus en détail

Bulletin de pratique professionnelle n o 3

Bulletin de pratique professionnelle n o 3 Bulletin de pratique professionnelle n o 3 INDICATIONS SUR LES DIVERS TYPES DE RAPPORT D ÉVALUATION 1. Les Normes d exercice 110 et 120 s appliquent à tout rapport d évaluation par lequel est transmise

Plus en détail

Règlementation Thermique des Bâtiments Existants

Règlementation Thermique des Bâtiments Existants Fiche d application RT ex : Précisions sur l application des deux volets de la réglementation thermique des bâtiments existants Date Modification Version 08 avril 2011 Première version de la fiche 1 6

Plus en détail

Les escaliers. Intégrer la prévention : Fiche technique n 5. Les types d escaliers Identifier les risques Apporter des solutions Qui contacter?

Les escaliers. Intégrer la prévention : Fiche technique n 5. Les types d escaliers Identifier les risques Apporter des solutions Qui contacter? Santé - Sécurité au Travail RISQUES EN SALLE DE TRAITE Fiche technique n 5 Intégrer la prévention : Les escaliers Les types d escaliers Identifier les risques Apporter des solutions Qui contacter? D après

Plus en détail

POUR TOUTE INFORMATION

POUR TOUTE INFORMATION Installation d Assainissement Non Collectif Fiche de renseignements Mairie de PLOUGOURVEST Bourg 29400 PLOUGOURVEST Téléphone : 02 98 68 53 49 Télécopie : 02 98 68 55 89 mairie.plougourvest@wanadoo.fr

Plus en détail

CONVENTIONNEMENT ET INDEMNISATION liés aux travaux sur les lignes existantes

CONVENTIONNEMENT ET INDEMNISATION liés aux travaux sur les lignes existantes CONVENTIONNEMENT ET INDEMNISATION liés aux travaux sur les lignes existantes ÉDITION 2012 2 Ce document est mis en ligne sur les sites web RTE, APCA et FNSEA. Il ne sera plus disponible en version papier.

Plus en détail

1 - Informatisation du PCS

1 - Informatisation du PCS FICHE N 25 : LES OUTILS INFORMATIQUES Le développement des outils informatiques laisse entrevoir une possible utilisation de ces derniers dans le cadre de la gestion d un événement de sécurité civile.

Plus en détail

L impact de l article 97 de la loi ALUR en matière de systèmes d information.

L impact de l article 97 de la loi ALUR en matière de systèmes d information. L impact de l article 97 de la loi en matière de systèmes d information. Mars 2014 www.territoires.gouv.fr Direction de l habitat, de l urbanisme et des paysages loi Sommaire pour les acteurs du LS 1.

Plus en détail

Mode d emploi site marchand RG Online. www.groupe-rg-online.com

Mode d emploi site marchand RG Online. www.groupe-rg-online.com Mode d emploi site marchand RG Online www.groupe-rg-online.com Le site RG online vous permet de passer vos commandes directement en ligne, à travers un site Internet. Le site présente un catalogue d articles,

Plus en détail

DOSSIER COMMUNAL D'INFORMATIONS

DOSSIER COMMUNAL D'INFORMATIONS DOSSIER COMMUNAL D'INFORMATIONS ACQUÉREURS - LOCATAIRES COMMUNE DU BEAUSSET Direction départementale des territoires et de la mer du Var 244, avenue de l'infanterie de Marine BP 501-83041 TOULON CEDEX

Plus en détail

DEMANDE D INFORMATIONS. (Request For Information) SOLUTIONS DE VEILLE AUTOMATISEE

DEMANDE D INFORMATIONS. (Request For Information) SOLUTIONS DE VEILLE AUTOMATISEE Demande d informations - SOLUTIONS DE VEILLE AUTOMATISÉE RFI_Veille_Automatisée.docx Nom de l entreprise DEMANDE D INFORMATIONS (Request For Information) - SOLUTIONS DE VEILLE AUTOMATISEE R F I S o l u

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES POUR L ACCOMPAGNEMENT DES ETABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC DE 5ÈME CATÉGORIE AUX NOUVELLES NORMES D ACCESSIBILITÉ

CAHIER DES CHARGES POUR L ACCOMPAGNEMENT DES ETABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC DE 5ÈME CATÉGORIE AUX NOUVELLES NORMES D ACCESSIBILITÉ CAHIER DES CHARGES POUR L ACCOMPAGNEMENT DES ETABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC DE 5ÈME CATÉGORIE AUX NOUVELLES NORMES D ACCESSIBILITÉ 1. CONTEXTE La loi du 11 février 2005 exprime le principe «d accès

Plus en détail

LES FAILLES ET LES SEISMES : CAUSES OU SONSEQUENCES?

LES FAILLES ET LES SEISMES : CAUSES OU SONSEQUENCES? LES FAILLES ET LES SEISMES : CAUSES OU SONSEQUENCES? Classe : 4 ème durée : 50 minutes la situation-problème Tu viens de découvrir les manifestations et les conséquences d un séisme, mais tu ne sais pas

Plus en détail

Sommaire. Menu Structure... 24

Sommaire. Menu Structure... 24 Taux de TVA applicables au 1 er janvier 2014 dans les applications Sage 30 / 100 génération i7 jusqu à V7.50 Sommaire Contexte... 2 Modification des taux de TVA au 1er janvier 2014... 2 Nouvelle application

Plus en détail

Les critères d'évaluation

Les critères d'évaluation ORDONNANCE N 2013-889 du 3 octobre 2013 relative au développement de la construction de logement FICHE N 2 : Construction de logements en dépassement de la hauteur autorisée au PLU LES DEROGATIONS AU DOCUMENT

Plus en détail

DISPOSITIF LOCAL D ACCOMPAGNEMENT. «Référencement des prestataires Mode d emploi»

DISPOSITIF LOCAL D ACCOMPAGNEMENT. «Référencement des prestataires Mode d emploi» DISPOSITIF LOCAL D ACCOMPAGNEMENT «Référencement des prestataires Mode d emploi» Vous envisagez de participer au Dispositif Local d Accompagnement (DLA) en Région Champagne- Ardenne, sur des missions d

Plus en détail

La problématique de l assurance visà-vis des risques naturels majeurs. Approche

La problématique de l assurance visà-vis des risques naturels majeurs. Approche La problématique de l assurance visà-vis des risques naturels majeurs Approche principe Les assurances sont souvent très frileuses des qu il s agit d assurer un risque à la Martinique qui pour eux cumule

Plus en détail

BILAN DES GRANDS PASSAGES ESTIVAUX 2011 DEPARTEMENT DU CALVADOS

BILAN DES GRANDS PASSAGES ESTIVAUX 2011 DEPARTEMENT DU CALVADOS BILAN DES GRANDS PASSAGES ESTIVAUX 2011 DEPARTEMENT DU CALVADOS 1 GRANDS PASSAGES ESTIVAUX 2011 DEPARTEMENT DU CALVADOS 1/ La préparation des grands passages Préparation en amont des arrivées Planning

Plus en détail

COMMUNE DE SAINT QUENTIN SUR ISERE. Schéma directeur et zonage d assainissement pluvial

COMMUNE DE SAINT QUENTIN SUR ISERE. Schéma directeur et zonage d assainissement pluvial PROGEO ENVIRONNEMENT Ingénieurs Conseils COMMUNE DE SAINT QUENTIN SUR ISERE Schéma directeur et zonage d assainissement pluvial Dossier d enquête publique (PROCÉDURE : ARTICLE R123-1 ET S. DU CODE DE L

Plus en détail

Quoi de neuf dans Optymo 5.0

Quoi de neuf dans Optymo 5.0 Quoi de neuf dans Optymo 5.0 Notes de lecture : dans ce document, les textes soulignés font référence aux libellés des fenêtres ou aux libellés associés à des boutons d Optymo, les textes en caractères

Plus en détail

Réalisez votre audit interne et préparez-vous à l audit externe

Réalisez votre audit interne et préparez-vous à l audit externe ÉTAPE 14I Réalisez votre audit interne et préparez-vous à l audit externe Cette étape remplit une exigence de l article 4.2 de la norme. Exigences de la norme (article 4.2).1 Réalisez votre audit interne

Plus en détail

// Enquête de satisfaction. Résultats 2014-2015

// Enquête de satisfaction. Résultats 2014-2015 // Enquête de satisfaction Résultats 2014-2015 Des résultats encourageants Nos clients ont eu l amabilité de bien vouloir répondre à notre enquête de satisfaction annuelle et nous les en remercions chaleureusement.

Plus en détail

Classement au bruit des baies : BR1 BR2 BR3

Classement au bruit des baies : BR1 BR2 BR3 Fiche d application : Classement au bruit des baies : BR1 BR2 BR3 Date Contenu de la mise à jour Version 7 janvier 2009 2 Préambule : La détermination des classes BR1, BR2 BR3 s effectue en fonction du

Plus en détail

AUTORITE DE REGULATION DES COMMUNICATIONS ELECTRONIQUES ET DE LA POSTE (ARCEP)

AUTORITE DE REGULATION DES COMMUNICATIONS ELECTRONIQUES ET DE LA POSTE (ARCEP) Mr Jacob Chabi ALOH ajacob@atrpt.bj SOMMAIRE I. ESSAI DE COMPATIBILITE ELECTROMAGNETIQUE II. PROCEDURES DE CONTRÔLE ET DE TRAITEMENT DES PLAINTES EN BROUILLAGE ESSAI DE COMPATIBILITE ELECTROMAGNETIQUE

Plus en détail

Sommaire. page 1. Taux de TVA applicables au 1 er janvier 2014 dans les applications Sage 30 / 100 V16

Sommaire. page 1. Taux de TVA applicables au 1 er janvier 2014 dans les applications Sage 30 / 100 V16 Taux de TVA applicables au 1 er janvier 2014 dans les applications Sage 30 / 100 V16 Sommaire Contexte... 2 Modification des taux de TVA au 1er janvier 2014... 2 Nouvelle application de mise à jour de

Plus en détail

SPANC Service Public d Assainissement Non Collectif COMMUNAUTÉ DE COMMUNES ISLES DU DOUBS 1

SPANC Service Public d Assainissement Non Collectif COMMUNAUTÉ DE COMMUNES ISLES DU DOUBS 1 SPANC Service Public d Assainissement Non Collectif COMMUNAUTÉ DE COMMUNES ISLES DU DOUBS 1 L ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF : ANC Objectifs : Protection de la santé et de la salubrité publique Préservation

Plus en détail

Les données d un jeu sous Shadow Manager

Les données d un jeu sous Shadow Manager Les données d un jeu sous Shadow Manager Sous Shadow Manager, les données d un jeu quelconque sont enregistrées dans un fichier de Jeu (à extension.sm5) qui contient : 1. Les Paramètres du scénario, qui

Plus en détail

L achat de formation en 3 étapes :

L achat de formation en 3 étapes : L achat de formation en 3 étapes : 1- La définition du besoin de formation L origine du besoin en formation peut avoir 4 sources : Une évolution des choix stratégiques de l entreprise (nouveau métier,

Plus en détail

Amélioration de l inspection dans une entreprise

Amélioration de l inspection dans une entreprise Département de génie mécanique Certificat en gestion et assurance de la qualité QUA151 GESTION ET TECHNIQUES D INSPECTION Projet de session Été 2013 Amélioration de l inspection dans une entreprise 1-

Plus en détail

Marquage CE / Productions non en série / Projet de norme «portes et fenêtres» Position de EBC sur le projet révisé de «Guidance Paper M» (déc.

Marquage CE / Productions non en série / Projet de norme «portes et fenêtres» Position de EBC sur le projet révisé de «Guidance Paper M» (déc. 11 mars 2005 Marquage CE / Productions non en série / Projet de norme «portes et fenêtres» Position de EBC sur le projet révisé de «Guidance Paper M» (déc. 2004) Introduction Tous les produits de construction

Plus en détail

Forages Domestiques. Documentation à destination des Mairies et services de l Etat Déclaration en ligne. BRGM/RP09-169-FR Janvier 2010

Forages Domestiques. Documentation à destination des Mairies et services de l Etat Déclaration en ligne. BRGM/RP09-169-FR Janvier 2010 Forages Domestiques Documentation à destination des Mairies et services de l Etat Déclaration en ligne BRGM/RP09-169-FR Janvier 2010 Forages Domestiques Documentation à destination des Mairies et services

Plus en détail

MODIFICATIONS DES PRINCIPES DIRECTEURS CONCERNANT LA RÉDACTION DES DÉFINITIONS RELATIVES AU CLASSEMENT

MODIFICATIONS DES PRINCIPES DIRECTEURS CONCERNANT LA RÉDACTION DES DÉFINITIONS RELATIVES AU CLASSEMENT ANNEXE VI MODIFICATIONS DES PRINCIPES DIRECTEURS CONCERNANT LA RÉDACTION DES DÉFINITIONS RELATIVES AU CLASSEMENT RECOMMANDATIONS GÉNÉRALES Les utilisateurs s attendent à trouver dans les définitions des

Plus en détail

QUATRIEME PARTIE : MOYENS FINANCIERS ET HUMAINS

QUATRIEME PARTIE : MOYENS FINANCIERS ET HUMAINS Etablissement public foncier de Languedoc-Roussillon créé par décret n 2008 670 du 2 juillet 2008 1 QUATRIEME PARTIE : MOYENS FINANCIERS ET HUMAINS A. LES RECETTES LES HYPOTHESES SUR LE NIVEAU DES RECETTES

Plus en détail

LES REGLES DE PUBLICITE

LES REGLES DE PUBLICITE Cadre réglementaire : Règlement (CE) n 1698/2005 du Conseil du 20 septembre 2005 art. 76 et art. 82.2e iv Règlement d'application (CE) n 1974/2006 de la commission du 15 décembre 2006 Circulaire DGPAAT/SDDRC/C2009-3055

Plus en détail

LES CENTRES DE TECHNOLOGIE AVANCÉE : ENTRE 20 ET 30 MILLIONS D EUROS POUR ÉQUIPER LES ÉCOLES TECHNIQUES ET PROFESSIONNELLES

LES CENTRES DE TECHNOLOGIE AVANCÉE : ENTRE 20 ET 30 MILLIONS D EUROS POUR ÉQUIPER LES ÉCOLES TECHNIQUES ET PROFESSIONNELLES LES CENTRES DE TECHNOLOGIE AVANCÉE : ENTRE 20 ET 30 MILLIONS D EUROS POUR ÉQUIPER LES ÉCOLES TECHNIQUES ET PROFESSIONNELLES conférence de presse lundi 23 avril 2007 I. La revalorisation de l enseignement

Plus en détail

Arquèves (visite du 04/10/2013) Présents : Fr.Blary / R. Jonvel

Arquèves (visite du 04/10/2013) Présents : Fr.Blary / R. Jonvel Arquèves (visite du 04/10/2013) Présents : Fr.Blary / R. Jonvel Nature du site 1 - Un cellier en pierres de taille voûté en berceau 2 - Une cave en pierres de taille voûtée en berceau 3 - Apparition d

Plus en détail

Diagnostic des conditions d accessibilité des personnes handicapées dans les établissements recevant du public de 5 ème catégorie : commerces

Diagnostic des conditions d accessibilité des personnes handicapées dans les établissements recevant du public de 5 ème catégorie : commerces Cahier des charges Diagnostic des conditions d accessibilité des personnes handicapées dans les établissements recevant du public de 5 ème catégorie : commerces Maître d Ourvage : xxxx Consultation pour

Plus en détail

MISE EN ACCESSIBILITE DES ETABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC (ERP) Juin 2014

MISE EN ACCESSIBILITE DES ETABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC (ERP) Juin 2014 MISE EN ACCESSIBILITE DES ETABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC (ERP) Juin 2014 Pour vous accompagner dans la mise en accessibilité de votre commerce la CCI Indre vous propose 2 offres : Offre information

Plus en détail

Source : www.almohandiss.com INTRODUCTION ET GENERALITES

Source : www.almohandiss.com INTRODUCTION ET GENERALITES INTRODUCTION ET GENERALITES I. INTRODUCTION La décomposition du titre de cette matière laisse deviner qu il doit s agir de l étude du mouvement de l eau dans le sol : - Hydraulique : Etude des écoulements

Plus en détail

Tableau de Bord du Réseau Graine Midi Pyrénées

Tableau de Bord du Réseau Graine Midi Pyrénées Tableau de Bord du Réseau Graine Midi Pyrénées Un outil de connaissance et de suivi du réseau EE de Midi Pyrénées Contexte / Enjeux : Le contexte actuel, dans lequel, l environnement prend une place de

Plus en détail

Archivage des données de la mensuration officielle

Archivage des données de la mensuration officielle Archivage des données de la mensuration officielle Explications portant sur le tableau 1. Informations à caractère général Le tableau récapitule l ensemble des documents produits dans la mensuration officielle.

Plus en détail

Escalade NORME DE CLASSEMENT DES VOIES ET DES SITES NATURELS D ESCALADE

Escalade NORME DE CLASSEMENT DES VOIES ET DES SITES NATURELS D ESCALADE Escalade NORME DE CLASSEMENT DES VOIES ET DES SITES NATURELS D ESCALADE Adoptée en conseil d administration le 16 juin 2012 2/8 Sommaire 1. OBJET DE CETTE NORME... 3 2. REFERENCES REGLEMENTAIRES... 3 3.

Plus en détail

DIAGNOSTIC TECHNIQUE SCI LES RODETTES. 1/ Etat général des terrasses :

DIAGNOSTIC TECHNIQUE SCI LES RODETTES. 1/ Etat général des terrasses : DIAGNOSTIC TECHNIQUE SCI LES RODETTES 1/ Etat général des terrasses : L aspect général de la protection gravillons est satisfaisante, l épaisseur est régulière et uniforme.. La protection gravillon s est

Plus en détail

Carte ALEAS Mont Faron - Toulon

Carte ALEAS Mont Faron - Toulon Carte ALEAS Mont Faron - Toulon Jean-Luc GENOIS CETE Méditerranée Marie MALASCRABES CETE Méditerranée Centre d'études Techniques de l'équipement Méditerranée www.cete-mediterranee.fr Le CETE... Centre

Plus en détail

La formation continue dans le secteur de la presse écrite en 2009, financée par l OPCA Médiafor

La formation continue dans le secteur de la presse écrite en 2009, financée par l OPCA Médiafor La formation continue dans le secteur de la presse écrite en 2009, financée par l OPCA Médiafor Etude statistique des données fournies par Médiafor L observatoire des métiers de la presse réalise une photographie

Plus en détail

MAITRE D OUVRAGE : xxxxx «COMMERCE»

MAITRE D OUVRAGE : xxxxx «COMMERCE» DIAGNOSTIC DES CONDITIONS D ACCESSIBILITE DES PERSONNES HANDICAPEES DANS LES ETABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC DE 5 éme CATEGORIE : COMMERCES MAITRE D OUVRAGE : xxxxx CONSULTATION POUR LA REALISATION D

Plus en détail

E T U D E Octobre 2008 Étude portant sur la mutualisation de la partie terminale des réseaux en fibre optique

E T U D E Octobre 2008 Étude portant sur la mutualisation de la partie terminale des réseaux en fibre optique E T U D E Octobre 2008 Étude portant sur la mutualisation de la partie terminale des réseaux en fibre optique Synthèse Qu@trec/PMP Sommaire I. Introduction... 3 II. Objectifs et méthodologie... 3 A. principes

Plus en détail

Commission Départementale des Risques Naturels Majeurs de la Moselle 13 novembre 2013

Commission Départementale des Risques Naturels Majeurs de la Moselle 13 novembre 2013 Commission Départementale des Risques Naturels Majeurs de la Moselle 13 novembre 2013 Sommaire > Appuis aux administrations > Cartographie des risques liés à la géothermie de minime importance Appuis aux

Plus en détail

Méthode d élaboration de la carte de qualification de l aléa mouvement de terrain

Méthode d élaboration de la carte de qualification de l aléa mouvement de terrain CoTITA Méditerranée Journée du 17 novembre 2011 Conférences sur les risques Plan de Prévention des Risques Méthode d élaboration de la carte de qualification de l aléa mouvement de terrain Laboratoire

Plus en détail

PLAN DE PRÉVENTION DES RISQUES NATURELS MOUVEMENT DE TERRAIN -INSTABILITÉ DU COTEAU DE SAUMUR À MONTSOREAU- MODIFICATION

PLAN DE PRÉVENTION DES RISQUES NATURELS MOUVEMENT DE TERRAIN -INSTABILITÉ DU COTEAU DE SAUMUR À MONTSOREAU- MODIFICATION PLAN DE PRÉVENTION DES RISQUES NATURELS MOUVEMENT DE TERRAIN -INSTABILITÉ DU COTEAU DE SAUMUR À MONTSOREAU- Approuvé le 17 janvier 2008, révisé le 3 mars 2011 Communes de Saumur / Dampierre sur Loire,

Plus en détail

CETE de l'ouest DLRC d'angers. communal. Description générale

CETE de l'ouest DLRC d'angers. communal. Description générale CETE de l'ouest DLRC d'angers Contexte général Broc Visite du 29 novembre 2012 La réunion s'est tenue avec M. Chevallier, maire de la commune. Le Maire est présent sur la commune depuis près de 70 ans,

Plus en détail

OBJECTIFS et PROGRAMME. Formation Animateur/Coordinateur Qualité, Sécurité, Environnement. Contrat de Professionnalisation

OBJECTIFS et PROGRAMME. Formation Animateur/Coordinateur Qualité, Sécurité, Environnement. Contrat de Professionnalisation OBJECTIFS et PROGRAMME Formation Animateur/Coordinateur Qualité, Sécurité, Environnement Titre de niveau III enregistré au RNCP - arrêté publié au JO du 22/08/2012 497 heures Contrat de Professionnalisation

Plus en détail

DESCRIPTIF DE COURS Année académique 2015-2016. Ces séminaires questionnent la médiation sous l angle particulier des publics :

DESCRIPTIF DE COURS Année académique 2015-2016. Ces séminaires questionnent la médiation sous l angle particulier des publics : DESCRIPTIF DE COURS Année académique 2015-2016 U1AG Unité d enseignement UAG/10 ECTS Savoir-faire/Stage U1AG Intitulé du cours : séminaires interdisciplinaires d analyse des pratiques Enseignant(s) : Cécile

Plus en détail

TRAVAUX EN HAUTEUR Nouvelle législation. Décret du 01/09/2004 Arrêté du 21/12/2004 Recommandation R 408

TRAVAUX EN HAUTEUR Nouvelle législation. Décret du 01/09/2004 Arrêté du 21/12/2004 Recommandation R 408 TRAVAUX EN HAUTEUR Nouvelle législation Décret du 01/09/2004 Arrêté du 21/12/2004 Recommandation R 408 Décret du 01 septembre 2004 Réalisation des travaux temporaires en hauteur PRÉVENIR LES CHUTES Art.

Plus en détail

Alignements et Accès garages dans bâtisses existantes

Alignements et Accès garages dans bâtisses existantes . Aménagement de garages individuels dans ou à côté de constructions existantes.1. L échéance d une deuxième procédure.1.1..1.2..1.3..1.3.1..1.3.1.1..1.3.1.2..1.3.2. Pour l aménagement de garages dans

Plus en détail

Saint Pierre Montlimart

Saint Pierre Montlimart CETE de l'ouest DLRC d'angers Contexte général Saint Pierre Montlimart Visite du 17 juillet 2012 La réunion s'est tenue avec M. Serge Piou, maire de la commune. L'événement de mouvement de terrain qui

Plus en détail

Le contrôle en cours de formation en mathématiques et en physique chimie pour les CAP. I Généralités sur le contrôle en cours de formation (CCF)

Le contrôle en cours de formation en mathématiques et en physique chimie pour les CAP. I Généralités sur le contrôle en cours de formation (CCF) Le contrôle en cours de formation en mathématiques et en physique chimie pour les CAP I Généralités sur le contrôle en cours de formation (CCF) 1. Historique Apparition du CCF : - en 1990 dans le règlement

Plus en détail

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009 BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009 Division du rendement et de l information institutionnels Direction générale de la gestion intégrée Présenté au : Comité d évaluation de Bibliothèque

Plus en détail

OUVERTURE ET FERMETURE DES PORTES D ACCES DU PARC DES VOYETTES A CYSOING

OUVERTURE ET FERMETURE DES PORTES D ACCES DU PARC DES VOYETTES A CYSOING Ville de Cysoing Hôtel de Ville 2, place de la République BP 67 59830 CYSOING Tél : 03.20.79.44.70. Fax : 03.20.79.57.59. N Cys OUVERTURE ET FERMETURE DES PORTES D ACCES DU PARC DES VOYETTES A CYSOING

Plus en détail

énergie Was ist das? C est quoi che cosa è? Qué es? ? Hablas ENERGIE? Do you speak Management de l énergie L ISO 50001 en 10 questions

énergie Was ist das? C est quoi che cosa è? Qué es? ? Hablas ENERGIE? Do you speak Management de l énergie L ISO 50001 en 10 questions énergie Kezako che cosa è? C est quoi donc? Qué es? Was ist das??? Hablas ENERGIE? Do you speak ENERGIE?? Management de l énergie L ISO 50001 en 10 questions ? Management de l énergie L ISO 50001? SOMMAIRE

Plus en détail