Contribution du scanner abdomino-pelvien à la prise en charge des tableaux abdominaux aigus non traumatiques : étude de 90 patients.

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Contribution du scanner abdomino-pelvien à la prise en charge des tableaux abdominaux aigus non traumatiques : étude de 90 patients."

Transcription

1 Contribution du scanner abdomino-pelvien à la prise en charge des tableaux abdominaux aigus non traumatiques : étude de 90 patients. M Foinant (1), E Lipiecka (1), E Buc (2), JY Boire (1), J Schmidt (3), JM Garcier (1), D Pezet (2) et L Boyer (1) (1) CHU Clermont-Ferrand, Service de Radiologie B, Hôpital G.Montpied (2) CHU Clermont-Ferrand, Service de Chirurgie Digestive, Hôtel Dieu (3) CHU Clermont-Ferrand, Service d accueil des urgences, Hôpital G.Montpied.

2 Objectifs principaux 1 er objectif principal : Déterminer la contribution de la TDM à la prise en charge (PEC) des tableaux abdominaux aigus non traumatiques (TAA) en confrontant PEC initiale et PEC post-tdm. 2 ème objectif principal : Tenter d évaluer la contribution de la TDM à la maîtrise des coûts, en estimant le rapport coût-bénéfice de l introduction de la TDM dans la PEC des TAA.

3 Objectifs secondaires 1 er objectif secondaire : Évaluer les indications de la TDM dans les TAA dans notre centre. 2 ème objectif secondaire : Rechercher l existence de facteurs prédictifs de la contribution positive de la TDM, dans la PEC des TAA. 3 ème objectif secondaire : Mesurer la concordance inter-observateur des résultats de la TDM lors de la PEC des TAA.

4 Patients et méthode Analyse prospective de la prise en charge de 90 patients (49 hommes et 41 femmes, âgés de 18 à 97 ans, moyenne d age de 57.7 ans) du 20 Juin 2004 au 1 er Mai Critères d inclusion : Admis au SAU du CHU de Clermont-Ferrand. TAA évoluant depuis moins de 24 heures et /ou d évolution préoccupante. Origine non traumatique. Age adulte, c'est-à-dire de 17 ans ou plus. Exploration par TDM Pris en charge initialement par l équipe chirurgicale digestive du CHU de Clermont Fd, dans une optique d homogénéité des pratiques cliniques et chirurgicales.

5 Patients et méthode Recueil, avant TDM (par le chirurgien) : critères clinico-biologiques et d imagerie caractérisant le patient, hypothèse diagnostique, conduite à tenir (CAT), éventuelle technique chirurgicale envisagées. Recueil, après TDM au vu des résultats (même chirurgien) : diagnostic, CAT et technique chirurgicale éventuelle retenus. Recueil final : diagnostic, CAT et technique chirurgicale finaux après intervention chirurgicale ou selon évolution clinique ou résultats du traitement médical et examens complémentaires d après compte rendu opératoire, lettre de sortie ou observation du SAU.

6 Patients et méthode PEC (diagnostic, CAT et technique chirurgicale) retenue après TDM, au vu des résultats : confrontation à PEC (hypothèse diagnostique, CAT et technique chirurgicale) initiale avant TDM CONTRIBUTION de la TDM (si modification) PEC retenue après TDM : confrontation à la PEC finalement effectuée

7 Patients et méthode 1 ère interprétation de la TDM : Heures ouvrables : radiologue senior Reste du temps : interne de garde en radiologie (+/- radiologue senior d astreinte). Matériel : scanners hélicoïdaux multi-détecteurs (4 et 16 barrettes) 75 examens réalisés sur le modèle à 16 détecteurs. Protocole adapté par le radiologue en fonction de l indication.

8 Patients et méthode Relecture de l examen, à distance, (en aveugle) par radiologue référent (Dr E L : radiologie viscérale et vasculaire du CHU de Clermont Fd) diagnostic radiologique Confronté au diagnostic final. Confronté au CR de la 1 ère lecture : concordance inter-radiologue des résultats de la TDM.

9 Patients et méthode Calcul des durées moyennes d hospitalisation des patients dont la TDM était contributive et de ceux dont elle n était pas contributive. Hospitalisations évitées et indications chirurgicales récusées par le recours à la TDM. Estimation du coût de réalisation d une TDM (données de la littérature) Apport de la TDM dans la maîtrise des coûts.

10 Patients et méthode Recueil de 11 critères clinico-biologiques et d imagerie : 1 Age : > 70 ans / 70 ans 2 Sexe : homme / femme 3 Présence d une défense : douleur + défense / douleur seule 4 Localisation de la symptomatologie abdominale : diffuse / localisée 5 Ancienneté des symptômes : > 24 heures / 24 h 6 Antécédents chirurgicaux abdominaux : présents / absent 7 Fièvre : température > 37.5 c / température 37.5 c 8 Hyperleucocytose : leucocytes > par μl / par μl 9 Elévation de la CRP : taux > 6 mg par l / 6 mg par l 10 Cliché d ASP : effectué avant la TDM et contributif (c est à dire ayant fait progresser la démarche diagnostique) / non fait et/ou non contributif 11 Echographie : effectuée avant la TDM et contributive / non faite et/ou non contributive. facteurs prédictifs d une TDM contributive?

11 Résultats 1 er objectif principal : contribution de la TDM Impact sur le diagnostic et la PEC 1 Comparaison PEC initiale et PEC post-tdm TDM Contribution diagnostique positive Contribution thérapeutique positive Contribution à la technique chirurgicale Contribution globale positive Proportion 57,80% 35,60% 26,60% 68,90% Nb de patients Contribution diagnostique positive si modification de diagnostic Contribution thérapeutique positive si modification de CAT Contribution à la technique chirurgicale positive si modification de technique chirurgicale Contribution globale positive si modification d au moins 1 des 3 éléments.

12 Résultats 1 er objectif principal : contribution de la TDM Impact sur le diagnostic et la PEC 2 Comparaison PEC post-tdm et PEC finale Concordance : du diagnostic de la CAT de la technique chirurgicale Proportion 92,2% 90% 88% Nb de patients Erreur diagnostique lors de 1ère lecture modification délétère de la CAT pour un seul patient : = patient initialement hospitalisé qui rentra à son domicile après réalisation d une TDM (mal de Pott localisé en T9 non diagnostiqué initialement), revenu pour persistance des douleurs et finalement hospitalisé 18 jours plus tard.

13 Résultats 1 er objectif principal : contribution de la TDM Impact sur le diagnostic et la PEC 3 Comparaison diagnostic radiologue référent et diagnostic final : Concordance = 95.6% Discordance chez 4 patients. Pour 3 de ces patients : diagnostic final = pathologie dont la TDM n est pas l examen diagnostique de référence (gastrite, endocardite et infiltration pariétale sur cicatrice chirurgicale). 4ème dossier : diagnostic radiologique = iléite pelvienne compliquée collectée avec réaction péritonéale et diagnostic chirurgical = appendicite compliquée.

14 Résultats 2 ème objectif principal : contribution de la TDM à la maîtrise des coûts Durées moyennes d hospitalisation des 2 populations (TDM contributive / TDM non contributive) sans différence statistiquement significative. Impact de la réalisation d une TDM sur les moyens mis en œuvre : - Hospitalisation de 2 patients évitée - Recours à la chirurgie évité pour 10 patients - Geste interventionnel non chirurgical évité pour 2 patients (traitement médical plus simple) Réduction à bon escient des coûts de PEC chez 14 patients. Coût de la réalisation d une TDM estimé entre 104 et 139 (données de la littérature).

15 Résultats 1 er objectif secondaire : les indications de la TDM dans les TAA Au cours de l étude, les patients ne nécessitant pas de TDM ne furent pas inclus donc : la population de notre étude ne comportait pas tous les patients admis à l hôpital et éligibles 1er objectif secondaire ne pouvait être atteint.

16 Résultats 2 ème objectif secondaire : facteurs prédictifs de la contribution de la TDM Étude de 9 critères clinico-biologiques : analyse univariée (test du Chi 2 et test exact de Fisher) puis analyse multivariée (calcul de l «Odds Ratio» et test du rapport des vraisemblances maximales) Sexe Age > 70 ans Défense Symptomatologie localisée Fièvre CRP élevée = facteurs clinico-biologiques prédictifs statistiquement significatifs d une contribution positive de la TDM. Durée < 24h ATCD chir abdo Hyperleucocytose

17 Résultats 2 ème objectif secondaire : facteurs prédictifs de la contribution de la TDM Étude de 2 critères radiologiques : ASP effectué avant la TDM et contributif (ayant fait progresser la démarche diagnostique) ou non. Échographie effectuée avant la TDM et contributive (ayant fait progresser la démarche diagnostique) ou non. Échographie contributive : facteur prédictif statistiquement significatif d une TDM sans aucune contribution diagnostique. ASP (contributif ou non) dans le bilan pré-tdm pas statistiquement liée à la contribution de la TDM.

18 Résultats 3 ème objectif secondaire : concordance inter-observateurs confrontation 1 er compte rendu radiologique et 2ème lecture par le radiologue référent : 6 discordances parmi les 90 dossiers concordance inter-observateur : 93.3 %. Pour ces 6 dossiers : insuffisance dans le 1er compte rendu. Pour 5 patients : erreur de diagnostic lors de la 1ère lecture sans retentissement délétère sur la CAT. Pour le 6ème patient : PEC hospitalière retardée de 18 jours (patient atteint d un mal de Pott non diagnostiqué initialement).

19 CONCLUSION : OBJECTIFS PRINCIPAUX 1 - Contribution globale positive de la TDM : chez 68,9% des patients de notre étude - Concordance :. diagnostic post-tdm et diagnostic final = 92,2%. diagnostic radiologue référent et diagnostic final = 95,6% 2 - Coût de la réalisation de la TDM : 104 à 139 par patient - Réduction à bon escient des coûts de PEC chez 14 patients

20 CONCLUSION : OBJECTIFS SECONDAIRES 1 Les patients ne nécessitant pas de TDM ne furent pas inclus dans notre étude : l objectif d évaluation des indications de TDM dans les TAA ne pouvait être atteint 2 Critères prédictifs d une TDM contributive : Age > 70 ans, Symptomatologie localisée, Fièvre, CRP élevée. - Échographie contributive : facteur prédictif d une TDM sans contribution diagnostique. - ASP (contributif ou non) dans le bilan pré-tdm sans lien statistique avec la contribution de la TDM. 3 Concordance inter-radiologue = 93,3%

21 CONCLUSION Nos résultats = concordance avec ceux de plusieurs études antérieures, principalement anglo-saxonnes Importante contribution de la TDM dans la prise en charge des tableaux abdominaux aigus non traumatiques, Quand sélection clinique et biologique rigoureuse (dans le cadre des recommandations de bonne pratique)

CAHIER DES CHARGES DES UNITES NEURO-VASCULAIRES

CAHIER DES CHARGES DES UNITES NEURO-VASCULAIRES CAHIER DES CHARGES DES UNITES NEURO-VASCULAIRES 1 TEXTES DE REFERENCE 1.1 Cadre juridique Loi n o 2004-806 du 9 août 2004 relative à la politique de santé publique, notamment la mesure 72 de son annexe

Plus en détail

Fiche médecin traitant Dépistage et prévention des anévrismes de l aorte abdominale

Fiche médecin traitant Dépistage et prévention des anévrismes de l aorte abdominale Recommandation en santé publique Fiche médecin traitant Dépistage et prévention des anévrismes de l aorte abdominale Novembre 2012 Préambule Objectifs de la fiche d information médecins Contexte Description

Plus en détail

Intérêt. Intérêt. Réalisation. Réalisation. Echographie de l Aorte Abdominale. Sessions Echographie 3 au 6 Février 2014

Intérêt. Intérêt. Réalisation. Réalisation. Echographie de l Aorte Abdominale. Sessions Echographie 3 au 6 Février 2014 Séminaire Echographie du patient aigu UNIVERSITE MONTPELLIER I / UNIVERSITE DE LA MEDITERRANEE / UNIVERSITE NICE SOPHIA ANTIPOLIS FACULTES DE MEDECINE DE MONTPELLIER NÎMES/ MARSEILLE / NICE ANNEE UNIVERSITAIRE

Plus en détail

GHUPC Projet de transformation du site Hôtel Dieu. Pr S CHAUSSADE, Dr I. FERRAND

GHUPC Projet de transformation du site Hôtel Dieu. Pr S CHAUSSADE, Dr I. FERRAND GHUPC Projet de transformation du site Hôtel Dieu Pr S CHAUSSADE, Dr I. FERRAND PREAMBULE - Déçisions du directoire de l APHP : 1) le site de l HTD ne serait pas fermé 2) le site de l HTD ne serait pas

Plus en détail

PRINCIPES D UTILISATION DES EXAMENS D IMAGERIE. Professeur F. JOFFRE

PRINCIPES D UTILISATION DES EXAMENS D IMAGERIE. Professeur F. JOFFRE PRINCIPES D UTILISATION DES EXAMENS D IMAGERIE Professeur F. JOFFRE La prise en charge d un patient passe largement par la réalisation d un ou plusieurs examens d imagerie. Ceci implique une connaissance

Plus en détail

ASPECT ECHOGRAPHIQUE NORMAL DE LA CAVITE UTERINE APRES IVG. Dr D. Tasias Département de gynécologie, d'obstétrique et de stérilité

ASPECT ECHOGRAPHIQUE NORMAL DE LA CAVITE UTERINE APRES IVG. Dr D. Tasias Département de gynécologie, d'obstétrique et de stérilité Hôpitaux Universitaires de Genève ASPECT ECHOGRAPHIQUE NORMAL DE LA CAVITE UTERINE APRES IVG Dr D. Tasias Département de gynécologie, d'obstétrique et de stérilité Introduction (1) L IVG chirurgicale est

Plus en détail

Expertise de la chirurgie viscérale hautement spécialisée Résultats intermédiaires

Expertise de la chirurgie viscérale hautement spécialisée Résultats intermédiaires Expertise de la chirurgie viscérale hautement spécialisée Résultats intermédiaires Esther Waeber-Kalbermatten Cheffe du Département de la santé, des affaires sociales et de la culture Mandat d expertise

Plus en détail

L ANALYSE DES PRATIQUES PROFESSIONNELLES. Le point de vue de l assureur

L ANALYSE DES PRATIQUES PROFESSIONNELLES. Le point de vue de l assureur 43ÈMES JOURNÉES DE LA SFMP L ANALYSE DES PRATIQUES PROFESSIONNELLES Le point de vue de l assureur 15 novembre 2013, Monaco Marianne Henry-Blanc, Consultante Pôle services Présentation de notre société

Plus en détail

Nouvelles définitions des infections nosocomiales ce qui a changé. Christine ROBERT Montpellier Joseph HAJJAR - Valence

Nouvelles définitions des infections nosocomiales ce qui a changé. Christine ROBERT Montpellier Joseph HAJJAR - Valence Nouvelles définitions des infections nosocomiales ce qui a changé Christine ROBERT Montpellier Joseph HAJJAR - Valence Il y a 35 ans Circulaire du 18 octobre 1973 CLI Pas de définition de l infection nosocomiale

Plus en détail

Réflexions sur les possibilités de réponse aux demandes des chirurgiens orthopédistes avant arthroplastie

Réflexions sur les possibilités de réponse aux demandes des chirurgiens orthopédistes avant arthroplastie Bull. Acad. Natle Chir. Dent., 2007, 50 113 Commission de l exercice professionnel et Groupe de réflexion Réflexions sur les possibilités de réponse aux demandes des chirurgiens orthopédistes avant arthroplastie

Plus en détail

Propositions de conduite à tenir pour les femmes porteuses d implants mammaires : Avis d experts coordonné par l Institut National du Cancer (INCa)

Propositions de conduite à tenir pour les femmes porteuses d implants mammaires : Avis d experts coordonné par l Institut National du Cancer (INCa) Propositions de conduite à tenir pour les femmes porteuses d implants mammaires : Avis d experts coordonné par l Institut National du Cancer (INCa) Mars 2014 Propositions de conduite à tenir pour les femmes

Plus en détail

Chirurgie de L Obésité. Pr Ibrahim DAGHER

Chirurgie de L Obésité. Pr Ibrahim DAGHER Chirurgie de L Obésité Pr Ibrahim DAGHER Evolution de la Chirurgie Leçon d'anatomie Dr Nicolaes Tulp 1632 La Haye - Mauritshuis Museum Nouvelles technologies chirurgicales Evolution de la Chirurgie Les

Plus en détail

Urgences en chirurgie digestive

Urgences en chirurgie digestive Urgences en chirurgie digestive Dr Jean Marc Hoang Service de chirurgie digestive et générale CHI le Raincy Montfermeil 01 41 70 81 10 Cours IFSI de Maison Blanche mai 2005 Urgences infectieuses appendicite

Plus en détail

Journées médico-chirurgicales de Msila

Journées médico-chirurgicales de Msila Journées médico-chirurgicales de Msila 28-29 avril 2010 L association ENNOUR des médecins de la wilaya de Msila (président : Dr. Ghadbane) a organisé des journées médicochirurgicales de formation médicale

Plus en détail

Docteur Brigitte Seradour

Docteur Brigitte Seradour Dépistage du cancer du sein Docteur Brigitte Seradour Pourquoi dépister le cancer du sein? (Selon 10 principes OMS) Il s agit d une maladie grave, fréquente, détectable (phase latente) L examen de dépistage

Plus en détail

Annexe 7. Le «Télé-AVC» : téléconsultation neurologique téléradiologie application à l AVC de la télémédecine

Annexe 7. Le «Télé-AVC» : téléconsultation neurologique téléradiologie application à l AVC de la télémédecine Annexe 7 Le «Télé-AVC» : téléconsultation neurologique téléradiologie application à l AVC de la télémédecine A37 Le «Télé-AVC» : téléconsultation neurologique téléradiologie application à l AVC de la

Plus en détail

DOSSIER PATIENT INFORMATISÉ Rêve ou réalitr

DOSSIER PATIENT INFORMATISÉ Rêve ou réalitr DOSSIER PATIENT INFORMATISÉ Rêve ou réalitr alité? CHU REIMS C Marcus, H Gomes, P Hornoy, S Roesch, R Husson, B Menanteau Reims - France Dossier Patient Informatisé Objectifs : Rappeler la structure du

Plus en détail

La chirurgie ambulatoire

La chirurgie ambulatoire La chirurgie ambulatoire Dr Anne MOURREGOT 24/06/2011 Historiquement, la chirurgie est ambulatoire 1230: création de la faculté de Médecine de Montpellier: la chirurgie est pratiquée dans des boutiques

Plus en détail

admission directe du patient en UNV ou en USINV

admission directe du patient en UNV ou en USINV Société française de neurologie RÉFÉRENTIEL D AUTO-ÉVALUATION DES PRATIQUES EN NEUROLOGIE Prise en charge hospitalière initiale des personnes ayant fait un accident vasculaire cérébral (AVC) : admission

Plus en détail

Don d organes et mort cérébrale. Drs JL Frances & F Hervé Praticiens hospitaliers en réanimation polyvalente Hôpital Laennec, Quimper

Don d organes et mort cérébrale. Drs JL Frances & F Hervé Praticiens hospitaliers en réanimation polyvalente Hôpital Laennec, Quimper Don d organes et mort cérébrale Drs JL Frances & F Hervé Praticiens hospitaliers en réanimation polyvalente Hôpital Laennec, Quimper La mort cérébrale Cessation irréversible de toute fonction cérébrale

Plus en détail

LIVRET D ACCUEIL DU SERVICE CHIRUGIE DIGESTIVE FOUQUE (FCG)

LIVRET D ACCUEIL DU SERVICE CHIRUGIE DIGESTIVE FOUQUE (FCG) LIVRET D ACCUEIL DU SERVICE CHIRUGIE DIGESTIVE FOUQUE (FCG) PRESENTATION HOPITAL SAINT JOSEPH Le personnel de l hôpital Saint Joseph est heureux de vous accueillir et de participer à votre formation. Établissement

Plus en détail

KYSTE HYDATIQUE ABDOMINAL EXTRA-HEPATIQUE : APPORT DE L IMAGERIE. Service de Radiologie de l hôpital l Tunis. Tunisie

KYSTE HYDATIQUE ABDOMINAL EXTRA-HEPATIQUE : APPORT DE L IMAGERIE. Service de Radiologie de l hôpital l Tunis. Tunisie KYSTE HYDATIQUE ABDOMINAL EXTRA-HEPATIQUE : APPORT DE L IMAGERIE Service de Radiologie de l hôpital l Habib Thameur, Tunis. Tunisie INTRODUCTION Les kystes hydatiques abdominaux extrahépatiques: : rares

Plus en détail

Contribution de la commission imagerie à la future loi de santé 2014

Contribution de la commission imagerie à la future loi de santé 2014 Contribution de la commission imagerie à la future loi de santé 2014 A l initiative des professionnels de terrain, la FHF a constitué en janvier 2014 une commission imagerie. Composée de médecins et de

Plus en détail

Fracture de côte et kinésithérapie, mythe ou réalité? Étude FRA.CO.NOU

Fracture de côte et kinésithérapie, mythe ou réalité? Étude FRA.CO.NOU Fracture de côte et kinésithérapie, mythe ou réalité? Étude FRA.CO.NOU 13eme CPLF Lyon 18/01/2009 Aline CHAPUIS (KRA-Lyon) Audrey MAURRIC-DROUET (SUK-Paris) Eric BEAUVOIS (CKRF-Lyon) Contexte épidémiologique

Plus en détail

LA CARCINOMATOSE PERITONEALE : TRAITEMENT PALLIATIF

LA CARCINOMATOSE PERITONEALE : TRAITEMENT PALLIATIF LA CARCINOMATOSE PERITONEALE : TRAITEMENT PALLIATIF La carcinomatose péritonéale : traitement palliatif 1. Introduction - La CP signe souvent une pathologie dépassée à pronostic sombre(6 mois). - Traitement

Plus en détail

Retour sur investissement d un PACS: l expérience de l Institut Curie Journées Françaises de Radiologie Octobre 2008

Retour sur investissement d un PACS: l expérience de l Institut Curie Journées Françaises de Radiologie Octobre 2008 Retour sur investissement d un PACS: l expérience de l Institut Curie Journées Françaises de Radiologie Octobre 2008 1- - Introduction (1) Institut Curie Centre de Lutte Contre le Cancer 177 lits d hospitalisation

Plus en détail

Causes d insatisfactions du patient pris en charge en ambulatoire

Causes d insatisfactions du patient pris en charge en ambulatoire Causes d insatisfactions du patient pris en charge en ambulatoire Michel MAILLET Unité d Anesthésie & Chirurgie Ambulatoires Hôpital Tenon, AP-HP 4 rue de la Chine; 75020 Paris Chemin Clinique Éligibilité

Plus en détail

Basse - Normandie. Hypothèses, Indicateurs et Démarche d évaluation médico économique

Basse - Normandie. Hypothèses, Indicateurs et Démarche d évaluation médico économique Basse - Normandie Hypothèses, Indicateurs et Démarche d évaluation médico économique Projets CICAT & TELAP «Suivi des plaies» Présentation réalisée par Dr JP Blanchère ARS de Basse Normandie Directeur

Plus en détail

LIVRET D ACCEUIL CLINIQUE SAINTE-MARIE 1 RUE CHRISTIAAN BARNARD 95520 OSNY 01 34 20 96 99

LIVRET D ACCEUIL CLINIQUE SAINTE-MARIE 1 RUE CHRISTIAAN BARNARD 95520 OSNY 01 34 20 96 99 LIVRET D ACCEUIL POUR LES STAGIAIRES SERVICE UNITE DE SOINS INTENSIFS PRESENTATION DU SERVICE AUX ETUDIANTS Nom USI UNITE DE SOINS INTENSIFS Localisation dans l Etablissement 1er étage Cadre de santé Christine

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE CHIRURGICALE DE BORDEAUX-MÉRIGNAC. 9, rue Jean-Moulin 33700 MERIGNAC

COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE CHIRURGICALE DE BORDEAUX-MÉRIGNAC. 9, rue Jean-Moulin 33700 MERIGNAC COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE CHIRURGICALE DE BORDEAUX-MÉRIGNAC 9, rue Jean-Moulin 33700 MERIGNAC Août 2003 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU D ACCREDITATION»... p.3 PARTIE 1 PRESENTATION

Plus en détail

Foyers Infectieux Dentaires : Conduite à tenir

Foyers Infectieux Dentaires : Conduite à tenir Service d Odontologie Foyers Infectieux Dentaires : Conduite à tenir Dr Laurent Nawrocki MCU-PH J.A.M.A. 25 janvier 2014 Aucun conflit d intérêt Rappels anatomiques 10 10 9 9 8 8 7 7 6 6 5 4 5 4 Cellulite

Plus en détail

Qu est-ce qu un sarcome?

Qu est-ce qu un sarcome? Qu est-ce qu un sarcome? Qu est-ce qu une tumeur? Une tumeur est une prolifération anormale de cellules. Les tumeurs ne devraient donc pas automatiquement être associées à un cancer. Certaines tumeurs

Plus en détail

L examen clinique infirmier U.E. 3.1 S1 C1

L examen clinique infirmier U.E. 3.1 S1 C1 L examen clinique infirmier U.E. 3.1 S1 C1 Grégory GUILLAN Formateur I.F.S.I. Charles Foix Octobre 2011 1 Raisonnement et démarche clinique L infirmier(ère) comprend le problème de santé d un patient et

Plus en détail

LE FINANCEMENT DES HOPITAUX EN BELGIQUE. Prof. G. DURANT

LE FINANCEMENT DES HOPITAUX EN BELGIQUE. Prof. G. DURANT LE FINANCEMENT DES HOPITAUX EN BELGIQUE Prof. G. DURANT La Belgique (11 millions d habitants) est un pays fédéral. Le financement est organisé au niveau national sauf le financement des infrastructures

Plus en détail

Exemple d étude de risques Programmation opératoire. Module A08

Exemple d étude de risques Programmation opératoire. Module A08 Exemple d étude de risques Programmation opératoire 1 Objectifs de l étude 1. Identifier et analyser l existant en matière de traitement des risques de la programmation opératoire. Proposer, à partir de

Plus en détail

Prise en charge chirurgicale et chimiothérapie néoadjuvante des cancers de l ovaire stade III-IV

Prise en charge chirurgicale et chimiothérapie néoadjuvante des cancers de l ovaire stade III-IV Prise en charge chirurgicale et chimiothérapie néoadjuvante des cancers de l ovaire stade III-IV JM. Classe, R. Rouzier, O.Glehen, P.Meeus, L.Gladieff, JM. Bereder, F Lécuru Population concernée par la

Plus en détail

Recommandations de prise en charge mammaire des femmes porteuses d une mutation BRCA1 ou BRCA2

Recommandations de prise en charge mammaire des femmes porteuses d une mutation BRCA1 ou BRCA2 Recommandations de prise en charge mammaire des femmes porteuses d une mutation BRCA1 ou BRCA2 AUTOEXAMEN MAMMAIRE non préconisé si demande de la patiente : se rapprocher du gynécologue pour apprentissage

Plus en détail

Infectiologue transversal : un nouveau métier?

Infectiologue transversal : un nouveau métier? Infectiologue transversal : un nouveau métier? Dr P Pavese CHU de Grenoble Avril 2014 Consultations sollicitées en infectiologie Infectiologue Médecin X part importante de l activité des infectiologues

Plus en détail

Récupération améliorée après chirurgie

Récupération améliorée après chirurgie Récupération améliorée après chirurgie ENHANCED RECOVERY AFTER SURGERY Présentation du programme à l Hôpital du Valais www.hopitalvs.ch www.spitalvs.ch ERAS ET SON HISTOIRE Pendant 10 ans, un groupe d

Plus en détail

PERSONNE AGEE AUX URGENCES. Dr O.DROUIN Court Séjour Gériatrique CH VERDUN

PERSONNE AGEE AUX URGENCES. Dr O.DROUIN Court Séjour Gériatrique CH VERDUN PERSONNE AGEE AUX URGENCES Dr O.DROUIN Court Séjour Gériatrique CH VERDUN ET NON PAS URGENCES DE LA PERSONNE AGEE QUELQUES BANALITES TOUJOURS BONNES A PRECISER L âge n est pas une pathologie L âge de l

Plus en détail

Fractures du coude chez l enfant: Pièges diagnostiques radiologiques

Fractures du coude chez l enfant: Pièges diagnostiques radiologiques Fractures du coude chez l enfant: Pièges diagnostiques radiologiques M-A Camezind-Vidal, B Caire-Gana, F Castaing, * N Orsoni*, M Pouquet, P de Brunanchon,I Jammet, E Pascaud, D Mouliès* *, A Maubon Services

Plus en détail

LA CHIRURGIE AMBULATOIRE : ENJEUX ET PERSPECTIVES T2A et efficience des plateaux techniques Réunion FHF PACA 23 mars 2010

LA CHIRURGIE AMBULATOIRE : ENJEUX ET PERSPECTIVES T2A et efficience des plateaux techniques Réunion FHF PACA 23 mars 2010 LA CHIRURGIE AMBULATOIRE : ENJEUX ET PERSPECTIVES T2A et efficience des plateaux techniques Réunion FHF PACA 23 mars 2010 Dr Gilles Bontemps Agence Nationale d Appui à la Performance des établissements

Plus en détail

Après un an d enquête, 1176 femmes travaillant au C.H.U avaient répondu à notre questionnaire.

Après un an d enquête, 1176 femmes travaillant au C.H.U avaient répondu à notre questionnaire. Prévalence de l incontinence urinaire d effort selon le traumatisme obstétrical et la catégorie socio-. G. Philippe (1), I. Clément (2), I. Thaon (3) (1) Service d urologie C.H.U St jacques, Besançon (2)

Plus en détail

La Chirurgie Ambulatoire

La Chirurgie Ambulatoire La Chirurgie Ambulatoire DÉFINITION, CONCEPT, FONDAMENTAUX Pr Jean-pierre Triboulet CHU Lille Colloque ANAP-HAS- 23.11.2010 DÉFINITION Projet de décret (autorisations de chirurgie) version Conseil d'etat

Plus en détail

CHIRURGIE AMBULATOIRE et traitement de la douleur

CHIRURGIE AMBULATOIRE et traitement de la douleur CHIRURGIE AMBULATOIRE et traitement de la douleur D. BERTIN*, J. MIRBEY**, C.NAMBOT*, S.SERRI* * Clinique St Vincent BESANCON ** Clinique Ste Marthe DIJON APDCA Association Pour le Développement de la

Plus en détail

QUEL RÔLE DONNER À LA TÉLÉMÉDECINE DANS NOTRE SOCIÉTÉ ACTUELLE?

QUEL RÔLE DONNER À LA TÉLÉMÉDECINE DANS NOTRE SOCIÉTÉ ACTUELLE? Séminaire Aristote 12 juin 2013 QUEL RÔLE DONNER À LA TÉLÉMÉDECINE DANS NOTRE SOCIÉTÉ ACTUELLE? Jean-Pierre Blanchère Coordinateur Département «e-santé et domotique» Pôle TES Justifications de la télémédecine

Plus en détail

La chirurgie ambulatoire dans le cancer du sein. EPU, service de gynécologie et obstétrique de l hôpital Bicêtre 12/03/2015 Yaël Levy-Zauberman

La chirurgie ambulatoire dans le cancer du sein. EPU, service de gynécologie et obstétrique de l hôpital Bicêtre 12/03/2015 Yaël Levy-Zauberman La chirurgie ambulatoire dans le cancer du sein EPU, service de gynécologie et obstétrique de l hôpital Bicêtre 12/03/2015 Yaël Levy-Zauberman Définitions Chirurgie ambulatoire: définition en France Chirurgie

Plus en détail

VOTRE PARCOURS DE SOINS EN PATHOLOGIE MAMMAIRE

VOTRE PARCOURS DE SOINS EN PATHOLOGIE MAMMAIRE INFOS PATIENTS SEIN - PATHOLOGIE MAMMAIRE VOTRE PARCOURS DE SOINS EN PATHOLOGIE MAMMAIRE Bienvenue VOUS AVEZ RENDEZ-VOUS POUR UNE PREMIÈRE CONSULTATION EN SÉNOLOGIE. NOUS AVONS RÉALISÉ CETTE PLAQUETTE

Plus en détail

{ Introduction. Proposition GIHP 05/12/2014

{ Introduction. Proposition GIHP 05/12/2014 Etude descriptive des accidents hémorragiques sous Nouveaux Anticoagulants Oraux au Service d Accueil des Urgences du CHU de Besançon entre janvier 2012 et janvier 2014 { Dr Claire KANY SAMU Besançon KEPKA

Plus en détail

Service d orientation anticipée. Déclaration du salarié

Service d orientation anticipée. Déclaration du salarié Service d orientation anticipée Déclaration du salarié Service d orientation anticipée Déclaration du salarié Les formulaires ci-après doivent être présentés dans les dix jours ouvrables suivant le début

Plus en détail

Compatibilité entre gestion du temps et mesures d hygiène au bloc opératoire

Compatibilité entre gestion du temps et mesures d hygiène au bloc opératoire Compatibilité entre gestion du temps et mesures d hygiène au bloc opératoire Livio Durando, Adrienne Ghibaudo, Deborah de Keiser, Mathilde de Sevelinges, Dr Olivia Keita-Perse Contexte Mise en place successive

Plus en détail

SOMMAIRE COMMUNIQUÉ DE PRESSE. p. 3. p. 4 LE CESU. p. 5. Les outils. p. 6. Le centre de simulation. Quelques chiffres

SOMMAIRE COMMUNIQUÉ DE PRESSE. p. 3. p. 4 LE CESU. p. 5. Les outils. p. 6. Le centre de simulation. Quelques chiffres SOMMAIRE COMMUNIQUÉ DE PRESSE p. 3 LE CESU Les outils Le centre de simulation Quelques chiffres Un exemple : la formation à l emploi des infirmiers des services d urgences En annexe p. 4 p. 5 p. 6 p. 6

Plus en détail

TRAITEMENT MEDICAL AMBULATOIRE DE LA GEU

TRAITEMENT MEDICAL AMBULATOIRE DE LA GEU Journée du Réseau Gard-Lozère Juin 2005 TRAITEMENT MEDICAL AMBULATOIRE DE LA GEU R de Tayrac Service de Gynécologie-Obstétrique CHU Carémeau, Nîmes Données épidémiologiques 2004 Incidence : 2 GEU pour

Plus en détail

Sauvegarde de justice - Curatelle - Tutelle Loi du 5 mars 2007 portant réforme de la protection des Majeurs

Sauvegarde de justice - Curatelle - Tutelle Loi du 5 mars 2007 portant réforme de la protection des Majeurs Sauvegarde de justice - Curatelle - Tutelle Loi du 5 mars 2007 portant réforme de la protection des Majeurs Sauvegarde de justice : Pour qui : o patient majeur ayant besoin d une représentation temporaire

Plus en détail

La protection sociale en santé au Togo. BIGNANDI Palakimyém Directeur Général de la Protection Sociale Kpalimé, 07 mai 2014

La protection sociale en santé au Togo. BIGNANDI Palakimyém Directeur Général de la Protection Sociale Kpalimé, 07 mai 2014 La protection sociale en santé au Togo BIGNANDI Palakimyém Directeur Général de la Protection Sociale Kpalimé, 07 mai 2014 Plan Introduction Structures de gestion du risque maladie Mode d adhésion Cadre

Plus en détail

Prise en charge de l embolie pulmonaire

Prise en charge de l embolie pulmonaire Prise en charge de l embolie pulmonaire Dr Serge Motte Liège 06.12.14 - Laack TA et Goyal DG, Emerg Med Clin N Am 2004; 961-983 2 PLAN Diagnostic Prise en charge: Phase aiguë: analyse de gravité Choix

Plus en détail

PRISE EN CHARGE AMBULATOIRE DES CHIRURGIES DE L OREILLE MOYENNE

PRISE EN CHARGE AMBULATOIRE DES CHIRURGIES DE L OREILLE MOYENNE PRISE EN CHARGE AMBULATOIRE DES CHIRURGIES DE L OREILLE MOYENNE Sandrine LEPETIT, IBODE, bloc opératoire ambulatoire ORL-OPH CHU CLERMONT FERRAND La chirurgie ambulatoire Modalités d existence et d application,

Plus en détail

Clinique de chirurgie esthétique, Tunis. Résultats Audit

Clinique de chirurgie esthétique, Tunis. Résultats Audit Clinique de chirurgie esthétique, Tunis Résultats Audit Cet audit se présente sous formes d affirmations aux questions simples. Ces affirmations, regroupées par thème, permettent de définir la qualité

Plus en détail

admission aux urgences

admission aux urgences Société française de neurologie RÉFÉRENTIEL D AUTO-ÉVALUATION DES PRATIQUES EN NEUROLOGIE Prise en charge hospitalière initiale des personnes ayant fait un accident vasculaire cérébral (AVC) : admission

Plus en détail

Dossier de Presse. Inauguration de l Institut Toulousain de Simulation en Santé. Mercredi 4 novembre 2015. Pavillon U 2000 Hôpital PURPAN

Dossier de Presse. Inauguration de l Institut Toulousain de Simulation en Santé. Mercredi 4 novembre 2015. Pavillon U 2000 Hôpital PURPAN Dossier de Presse Inauguration de l Institut Toulousain de Simulation en Santé Pavillon U 2000 Hôpital PURPAN Mercredi 4 novembre 2015 1 Un centre à visée régionale, nationale, voire internationale L apprentissage

Plus en détail

EXPÉRIENCE GRENOBLOISE DE LA PRISE EN

EXPÉRIENCE GRENOBLOISE DE LA PRISE EN EXPÉRIENCE GRENOBLOISE DE LA PRISE EN CHARGE EN APA DES AJA JOURNÉE DU 16 JUIN 2014, PARIS SANDRA BINIEK, PROFESSEUR D ACTIVITÉ PHYSIQUE ADAPTÉE LEILA GOFTI-LAROCHE, PHARMD, PHD Etablissements de santé

Plus en détail

Retombées du développement de la Chirurgie Ambulatoire au Sein de l etablissement Hospitalier. Evolution vers l U²

Retombées du développement de la Chirurgie Ambulatoire au Sein de l etablissement Hospitalier. Evolution vers l U² Retombées du développement de la Chirurgie Ambulatoire au Sein de l etablissement Hospitalier Evolution vers l U² Docteur F Dravet ICO NANTES Reunion ARS septembre 2013 Intime conviction intérêt pour malades

Plus en détail

DOULEURS ABDOMINALES : ORIENTATIONS A LA SORTIE DES URGENCES SANS

DOULEURS ABDOMINALES : ORIENTATIONS A LA SORTIE DES URGENCES SANS SEMINAIRE S.F.M.U. 2001 DOULEURS ABDOMINALES NON TRAUMATIQUES : prise en charge aux Urgences DOULEURS ABDOMINALES : ORIENTATIONS A LA SORTIE DES URGENCES SANS AVIS DU CHIRURGIEN Ph. Jean, P. Nelh, R. Mazellier,

Plus en détail

L évaluation médico-économique. Les études microéconomiques. Julien GUIGNET CHU/CH Montmorillon

L évaluation médico-économique. Les études microéconomiques. Julien GUIGNET CHU/CH Montmorillon L évaluation médico-économique Les études microéconomiques Julien GUIGNET CHU/CH Montmorillon Arbitrage et Aide à la décision (1) Ressources limitées du secteur sanitaire Nécessité de faire des choix Développement

Plus en détail

Le PIED DIABETIQUE. Pi Prise en charge. Questions

Le PIED DIABETIQUE. Pi Prise en charge. Questions Le PIED DIABETIQUE Pi Prise en charge Jean-Luc BESSE -CHU lyon Membre du D.F.S.G. (Diabetic Foot Study Group) Thibaut LEEMRIJSE UCL Bruxelles Questions Difficultés d organisation de la prise en charge

Plus en détail

Révision des descriptions génériques Comment monter un dossier?

Révision des descriptions génériques Comment monter un dossier? DISPOSITIFS MEDICAUX Révision des descriptions génériques Comment monter un dossier? Guide pour le dossier déposé par les fabricants/distributeurs Adopté en séance de la CEPP* le 13 juillet 2005 *CEPP

Plus en détail

«Sous-section 1 : Dispositions générales

«Sous-section 1 : Dispositions générales Version octobre 2008 DHOS/O1/DOCUMENT DE TRAVAIL MINISTERE DE LA SANTE, DE la JEUNESSE, DES SPORTS ET DE LA VIE ASSOCIATIVE REPUBLIQUE FRANÇAISE PROJET DE DECRET relatif aux conditions d implantation applicables

Plus en détail

Visite test de certification V2014 Retour du CHU de Rennes GCS CAPPS Vendredi 12 juin 2015

Visite test de certification V2014 Retour du CHU de Rennes GCS CAPPS Vendredi 12 juin 2015 Visite test de certification V2014 Retour du CHU de Rennes GCS CAPPS Vendredi 12 juin 2015 CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE DE RENNES Le CHU de Rennes Etablissement MCO, SSR, SLD de 1860 lits et places

Plus en détail

Transcription textuelle de la vidéo de présentation de l hôpital Pierre-Paul Riquet

Transcription textuelle de la vidéo de présentation de l hôpital Pierre-Paul Riquet Transcription textuelle de la vidéo de présentation de l hôpital Pierre-Paul Riquet L hôpital Pierre-Paul Riquet : une nouvelle ère du soin Positionné au cœur du site de Purpan, l'hôpital Pierre-Paul Riquet

Plus en détail

Un exemple d échange d images régional

Un exemple d échange d images régional Un exemple d échange d images régional Jeudi 13 octobre 2011 Vincent Guillerme Directeur des ventes Imagerie Médicale France vincent.guillerme@mckesson.fr Agenda L activité imagerie de McKesson PACS Territoire

Plus en détail

ANESTHESIE DANS LA CHIRURGIE AMBULATOIRE ORL. MS.Haraoubia - A.Mouzali -KH.Ouennoughi - M.Z.Saadi - K.Kanoun - F.Djadane - O.Zemirli CHU BENI-MESSOUS

ANESTHESIE DANS LA CHIRURGIE AMBULATOIRE ORL. MS.Haraoubia - A.Mouzali -KH.Ouennoughi - M.Z.Saadi - K.Kanoun - F.Djadane - O.Zemirli CHU BENI-MESSOUS ANESTHESIE DANS LA CHIRURGIE AMBULATOIRE ORL MS.Haraoubia - A.Mouzali -KH.Ouennoughi - M.Z.Saadi - K.Kanoun - F.Djadane - O.Zemirli CHU BENI-MESSOUS INTRODUCTION La chirurgie ambulatoire est née il y a

Plus en détail

Table ronde éthique. Cas clinique Dr Sophie Perrin Besson Dr Isabelle Favre

Table ronde éthique. Cas clinique Dr Sophie Perrin Besson Dr Isabelle Favre Table ronde éthique Cas clinique Dr Sophie Perrin Besson Dr Isabelle Favre 1 Madame J.96 ans née en 1918 Arrivée au service des urgences le 1 er juillet à 14h26 pour «état d agitation», adressée par son

Plus en détail

Accidents des anticoagulants

Accidents des anticoagulants 30 Item 182 Accidents des anticoagulants Insérer les T1 Objectifs pédagogiques ENC Diagnostiquer un accident des anticoagulants. Identifier les situations d urgence et planifier leur prise en charge. COFER

Plus en détail

PLACE DE LA TÉLÉMÉDECINE DANS

PLACE DE LA TÉLÉMÉDECINE DANS Ateliers de prospective PLACE DE LA TÉLÉMÉDECINE DANS L ORGANISATION DES SOINS : LA TÉLÉMÉDECINE PERMET-ELLE DES ORGANISATIONS DE SOINS PLUS PERFORMANTES? Dr Pierre SIMON Président de l'association nationale

Plus en détail

L Examen clinique dans la pratique infirmière. Clément Zappa

L Examen clinique dans la pratique infirmière. Clément Zappa L Examen clinique dans la pratique infirmière Clément Zappa Objectifs valoriser le rôle propre infirmier re-qualifier la définition du rôle propre infirmier et des compétences ou activités afférentes permettre

Plus en détail

3 ème Journée Casablancaise MICI. cas clinique N 1. Hliwa Wafaa Chu Ibn Rochd casablanca

3 ème Journée Casablancaise MICI. cas clinique N 1. Hliwa Wafaa Chu Ibn Rochd casablanca 3 ème Journée Casablancaise MICI cas clinique N 1 Hliwa Wafaa Chu Ibn Rochd casablanca Observation Mme B. Z, 63 ans, mariée, de oueld ezzam ATCD :Suivie pour RCH colique gauche depuis janvier 2013 retenue

Plus en détail

Votre examen ou votre opération en ambulatoire

Votre examen ou votre opération en ambulatoire Votre examen ou votre opération en ambulatoire Introduction Qu est-ce que la chirurgie ambulatoire? La chirurgie ambulatoire est une intervention programmée sur une seule journée. Ainsi, vous êtes admis

Plus en détail

La synthèse argumenté

La synthèse argumenté La synthèse argumenté Présenter la situation de plusieurs personnes sous forme de synthèse argumenté afin d'assurer la continuité des soins et dispenser des soins de qualité : sécurisés, adaptés, individualisés,

Plus en détail

Apport de la TDM dans les cellulites cervico-faciales

Apport de la TDM dans les cellulites cervico-faciales Apport de la TDM dans les cellulites cervico-faciales A propos de 35cas L.Derouich, N.El Benna, N.Moussali, A.Gharbi, A.Abdelouafi Service de Radiologie Hôpital 20 Aout CHU Ibn Roch Casablanca Maroc plan

Plus en détail

MF Maugourd, F. Ellien, P. Paranque Contexte

MF Maugourd, F. Ellien, P. Paranque Contexte Projet de permanence des soins gériatriques en EHPAD dans le sud de l Essonne MF Maugourd, F. Ellien, P. Paranque Contexte Le Sud de l Essonne accueille environ 3000 résidents en Etablissement d Hébergement

Plus en détail

prise en charge médicale dans une unité de soins

prise en charge médicale dans une unité de soins Société française de neurologie RÉFÉRENTIEL D AUTO-ÉVALUATION DES PRATIQUES EN NEUROLOGIE Prise en charge hospitalière initiale des personnes ayant fait un accident vasculaire cérébral (AVC) : prise en

Plus en détail

La recherche clinique :

La recherche clinique : La recherche clinique : Aspects Administratifs et Financiers Pascal Thomas EMRC PACA 20 juin 2014 Essai thérapeutique Tester un nouveau traitement (ou existant), ou un dispositif L'objectif principal =

Plus en détail

PASSEPORT AMBULATOIRE

PASSEPORT AMBULATOIRE CENTRE HOSPITALIER LEON BINET Unité de Chirurgie Ambulatoire ( U.C.A.) Ouvert du lundi au vendredi de 7h à 19h sauf jours fériés Tel : 01.64.60.40.52 Standard Hôpital : 01 64 60 40 00 PASSEPORT AMBULATOIRE

Plus en détail

LIVRET DE CHIRURGIE AMBULATOIRE

LIVRET DE CHIRURGIE AMBULATOIRE CENTRE HOSPITALIER La Palmosa LIVRET DE CHIRURGIE AMBULATOIRE Ce document a pour but de vous aider et de vous accompagner dans les différentes étapes de votre prise en charge. Vous êtes invités à le garder

Plus en détail

COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE COMMUNIQUE DE PRESSE Le Centre hospitalier de Valence se classe parmi les meilleurs hôpitaux et cliniques de France selon le Palmarès 2014 du Point. Infarctus du myocarde = 20ème/635 hôpitaux AVC = 28ème/788

Plus en détail

REGIME «PLUS» TARIFS 2013. Part salarié : 36 50 Part employeur : 19 Supplément conjoint : 15 REMBOURSEMENTS 2013

REGIME «PLUS» TARIFS 2013. Part salarié : 36 50 Part employeur : 19 Supplément conjoint : 15 REMBOURSEMENTS 2013 REGIME «PLUS» TARIFS 2013 Part salarié : 36 50 Part employeur : 19 Supplément conjoint : 15 REMBOURSEMENTS 2013 N.B : Ces remboursements s ajoutent à ceux de la sécurité sociale. HOSPITALISATION Hospitalisation

Plus en détail

VENDREDI 26 AVRIL 2013 HÔPITAL DE LA TIMONE MARSEILLE DOSSIER DE PRESSE SOMMAIRE

VENDREDI 26 AVRIL 2013 HÔPITAL DE LA TIMONE MARSEILLE DOSSIER DE PRESSE SOMMAIRE INAUGURATION DE L'HÔPITAL DE JOUR EN NEURO-ONCOLOGIE, SCLÉROSE EN PLAQUES ET DOULEUR CHRONIQUE ET DU CENTRE D ÉVALUATION ET DU TRAITEMENT DE LA DOULEUR VENDREDI 26 AVRIL 2013 HÔPITAL DE LA TIMONE MARSEILLE

Plus en détail

Découvrez L INSTITUT UNIVERSITAIRE DU CANCER DE TOULOUSE

Découvrez L INSTITUT UNIVERSITAIRE DU CANCER DE TOULOUSE Découvrez L INSTITUT UNIVERSITAIRE DU CANCER DE TOULOUSE 2014 L INSTITUT UNIVERSITAIRE DU CANCER DE TOULOUSE L Institut universitaire du cancer de Toulouse (IUCT) est un nouveau modèle français d organisation

Plus en détail

Le Transport. des assurés sociaux

Le Transport. des assurés sociaux Le Transport des assurés sociaux 1 Arrêtés du 23.12.2006 Prise en charge des frais de transports exposés par les assurés sociaux. Référentiel de prescription des transports. 2 Décret du 10.03.2011 Prise

Plus en détail

au c œur des 1er Symposium International sur les NTIC et le Management Hospitalier ALGER 15-16 Mai 2004 Jacques E.ANDRE - Consultant, Hoptimis

au c œur des 1er Symposium International sur les NTIC et le Management Hospitalier ALGER 15-16 Mai 2004 Jacques E.ANDRE - Consultant, Hoptimis Le DOSSIER MEDICAL PARTAGE au c œur des SYSTEMES d INFORMATION et des RESEAUX de SANTE: MYTHE ou REALITE 1er Symposium International sur les NTIC et le Management Hospitalier ALGER 15-16 Mai 2004 INTRODUCTION

Plus en détail

QUALITÉ DE L APPRENTISSAGE DE L INTUBATION ORO-TRACHÉALE EN LABORATOIRE DE SIMULATION, SON INTÉRÊT POUR LES PATIENTS.

QUALITÉ DE L APPRENTISSAGE DE L INTUBATION ORO-TRACHÉALE EN LABORATOIRE DE SIMULATION, SON INTÉRÊT POUR LES PATIENTS. QUALITÉ DE L APPRENTISSAGE DE L INTUBATION ORO-TRACHÉALE EN LABORATOIRE DE SIMULATION, SON INTÉRÊT POUR LES PATIENTS. Mémoire de D.E.S.C. de Médecine d Urgence Olivier Vuillot Matériel et Méthode : Design

Plus en détail

La prise en charge de l AVC ischémique à l urgence

La prise en charge de l AVC ischémique à l urgence La prise en charge de l AVC ischémique à l urgence Nathalie Bourdages, inf., B. Sc., conseillère en soins infirmiers, Direction des soins infirmiers et des regroupement clientèles, Centre hospitalier de

Plus en détail

Le PET Scan modifie t il le traitement des métastases des CCR?

Le PET Scan modifie t il le traitement des métastases des CCR? Le PET Scan modifie t il le traitement des métastases des CCR? 7 ième Journée scientifique Annuelle 31/ 05/ 2014 Clinique Atlas Dr ALJ AMINA Médecin Nucléaire IMAGERIE EN CANCEROLOGIE - La place de l imagerie

Plus en détail

Rôle des infirmières. res dans l accompagnementl du patient insuffisant cardiaque

Rôle des infirmières. res dans l accompagnementl du patient insuffisant cardiaque Rôle des infirmières res dans l accompagnementl du patient insuffisant cardiaque Claire Savary: Sandrine Dias: CI IDE JFIC La Baule 15 et 16 sept 2011 Rôle des infirmières res dans l accompagnementl du

Plus en détail

RECUEIL DE LEGISLATION. S o m m a i r e. Caisse nationale de santé Statuts page 4300

RECUEIL DE LEGISLATION. S o m m a i r e. Caisse nationale de santé Statuts page 4300 MEMORIAL Journal Officiel du Grand-Duché de Luxembourg 4299 1623 MEMORIAL Amtsblatt des Großherzogtums Luxemburg RECUEIL DE LEGISLATION A N 232 110 30 décembre 22 mai 2009 2013 S o m m a i r e Caisse nationale

Plus en détail

QUE SAVOIR SUR LA CHIRURGIE de FISTULE ANALE A LA CLINIQUE SAINT-PIERRE?

QUE SAVOIR SUR LA CHIRURGIE de FISTULE ANALE A LA CLINIQUE SAINT-PIERRE? QUE SAVOIR SUR LA CHIRURGIE de FISTULE ANALE A LA CLINIQUE SAINT-PIERRE? Vous allez être opéré(e) à la clinique Saint-pierre d une fistule anale par l équipe chirurgicale des docteurs Bardou, Ben brahem

Plus en détail

Expertise Médicale en Maladies Infectieuses

Expertise Médicale en Maladies Infectieuses Expertise Médicale en Maladies Infectieuses Dr Stéphane CHADAPAUD SNMInf Centre Hospitalier de Hyères 1 ers EGI - 14/01/2011 - PARIS Différentes juridictions françaises Ordre administratif Traite les problèmes

Plus en détail

Compte rendu d hospitalisation hépatite C. À partir de la IIème année MG, IIIème années MD et Pharmacie

Compte rendu d hospitalisation hépatite C. À partir de la IIème année MG, IIIème années MD et Pharmacie Compte rendu d hospitalisation hépatite C À partir de la IIème année MG, IIIème années MD et Pharmacie ASSISTANCE PUBLIQUE HOPITAUX DE PARIS HOPITAL DU BON SECOURS Service d HEPATHOLOGIE du Professeur

Plus en détail

- Effets secondaires des traitements - Métastases - Second cancer après cancer du sein - Qualité de vie BENEFICES ET MODALITES DE SURVEILLANCE

- Effets secondaires des traitements - Métastases - Second cancer après cancer du sein - Qualité de vie BENEFICES ET MODALITES DE SURVEILLANCE SURVEILLANCE DU CANCER DU SEIN TRAITE ( VIVIANE FEILLEL) SURVEILLANCE LOCOREGIONALE - Séquelles post-thérapeutiques - Récidive homolatérale - Cancer du sein controlatéral SURVEILLANCE GENERALE - Effets

Plus en détail